Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 Papy a un sacré sens de l'humour... | Nelsha

 
Invité
avatar
Invité
Papy a un sacré sens de l'humour... | Nelsha - Mar 4 Mar 2014 - 1:14

Is He fuck*n kiddin ?


La sensation glacial de la lame de métal entailler ma peau, faisant se répandre mon sang, tâchant mes vêtements, souillant le sol. Il est étonnement rouge. Moi qui m’attendais plus à ce qu’en grande quantité, il soit dans les tons foncés, presque noir… aussi sombre que ce que je ne le suis au plus profond de moi-même. Une âme salie jusqu’au plus profond. Bien pire que tous ces stupides humains dont j’ai partagé le quotidien. Différent. Et pourtant tellement identique physiquement, jusque dans mon sang…

Et puis les ténèbres qui m’englobent. Vous n’avez aucune idée de ce que j’éprouve en m’enfonçant dans les ténèbres. Je pourrais dire que j’ai l’impression de m’envelopper d’un manteau de vison, encore imprégné de l’essence des bêtes massacrées, mêlée à l’arôme d’une pute de luxe. Ou de m’immerger dans un chrême impie. De boire un verre après cinq ans d’abstinence. De rentrer enfin à la maison…

Malheureusement, il faut croire que pour moi, ce n’est pas retour à la maison comme espéré. Non, je ne suis pas prêt de remettre les pieds à la cave, et ça, c’est vachement frustrant. Après tout, j’en suis un roi des enfers… C’est mon rang, ça l’a toujours été. Si j’y retourne pas, qui va me remplacer ? A moins qu’un connard décide de se mettre à régner seul ? Putain non. Non. Juste non ! Mais… Wait… pourquoi je peux toujours penser, si je suis… mort. Mort… MORT PUTAIN ! Ho ! Papy ! Expliques toi là ! Sérieux. Je veux pas devenir immatériel comme au tout tout tout début, comme Lucifer l’a connu tout ça, hein ! Moi je veux garder mon corps de rêve ! Pire encore, je veux garder ma bi… Bref, tu m’as compris, Papy ! Et puis cette sensation d’être allongé sur un truc dur, et froid, et … Attends…

J’ouvre les yeux. Aah… de la lumière… Trop de lumière !

« Éteignez la lumière putain ! »

Pourtant ça s’éteint pas. Font chier… peuvent pas laisser les gens être mort en paix ? Mort. Ouais, j’suis censé être mort.

« Papy ! On m’a pris pour un mouton -ou un porc, ça dépend pour qui- ! Alors pourquoi je respire ? Pourquoi je parle ? Réponds bordel de c*l ! »

Mais pas de réponse de Papy. Pas de réponse tout court en fait. Juste ma voix qui résonne, comme si j’étais dans… dans une église ? Je cligne des paupières, une fois, deux fois, histoire de m’habituer à la luminosité, et tente de me redresser un peu, histoire d’y voir clair. Urk. Ça y est, j’ai la gerbe. Quelqu’un pourrait-il m’expliquer ce que je fou dans un temple à la gloire de Papy ? Tiens ben justement, Toi, Tu n’aurais pas une réponse par hasard ? Sérieux… non, bien sûr que nous. Papy au Bois Dormant risque pas de répondre. Trop occupé à pioncer. C’est vrai que c’est plus important que d’expliquer à une de ses toutes premières créations ce qu’il fou là, et où il est d’ailleurs. Si je suis mort sur Terre, et que je ne suis pas à la cave… J’dois être au grenier alors ? Non. Pas possible, ça ressemble pas à ce dont je me souviens. Bon, c’est vrai que c’est vieux comme souvenirs, mais quand même. Alors… où ? Rofl. Fait chier. Tain en plus j’ai la pâteuse. On dirait… le lendemain d’un trip… Pis j’ai faim. Et soif. Et j’suis à moitié à poil. Mais ça, ça change pas. Bon, juste que j’ai pas même mes peintures sur la peau. Je fixe mon jean… il est propre. Moi qui m’attendait à le voir complètement crade, couvert de sang, suite à l’égorgement… ben non. Ouais, va vraiment falloir que quelqu’un réponde à mes questions... Mais en attendant, je tâte mes poches. Ok. Bonne nouvelle, j’ai toujours mon couteau de chasse. Ma pipe. Mes herbes. Allumettes. Rangers. Mes piercings sont toujours à leurs places… Euh… Tous ? Je nécessite une vérification du petit dernier qui est bien caché. Je me lève, défait le bouton de mon jean, tire sur l’élastique du caleçon histoire de vérifier le kit trois pièces plus métal. Quoi ? Comment ça si j’ai pas honte de faire ça dans la demeure du Seigneur ? Non ! Absolument pas ! Et je vous offre même mon plus beau fuck pour le prouver. Tiens, j’ai les ongles vernis. Comme à mon habitude. J’aime ça.

Mais ça répond pas à ma question.

« Bon, maintenant que j’suis rassuré quant à mes bijoux, j’pourrais savoir où je suis, put**n de b*rdel de m*rde ? »

Et j'insiste bien sur les grossiertés, histoire de bien enervé Papy et ses faux cul. Après tout... moi j'ai toujours bien visionné la tête de ces fayots qui se demandaient s'ils ne rataient pas un truc avec nos poilades. Mais ils préfèrent ne pas insister... Lucifer et moi, on a toujours été d'accord pour dire que ce n'étaient que des timorés. S'il existait un moyen de descendre à la cave en toute sécurité -une sortie de secours, au cas où ça chaufferait trop fort-, il y aurait pas mal de déserteurs pour arriver à notre porte sur la pointe des pieds...

Mais je me suis fait dégager de la cave comme un malpropre. Et apparemment, j'étais pas assez bien non plus pour rester sur Terre. Et clairement trop sale pour retourner au grenier. Alors... Question logique... C'EST QUOI CET ENDROIT ?!

Soudain une feuille de papier se glisse devant mon nez. Et un homme caché derrière. Look chelou, paroles incompréhensibles... je bite que dalle. Deus Academia ? What's dat ? Jamais entendu parler. Mais même pas le temps de poser une question qu'il se fait la malle. Wowowo ! Attends ! Raah trop tard. Bon ben... y a plus qu'à me concentrer sur la feu... repentis ? Comme... repentis ? Genre celui qui doit se faire pardonner d'avoir commis des erreurs tout ça ? Je n'aime pas ce mot. Et il est hors de question que je sois qualifié de "repentis". Par contre barman, ça, ça m'branche ! Et... C'est quoi cette histoire de domaine divin ? Invocation ? Cette blague... Je soupire, grommelle, prends ma pipe, la prépare et l'allume. Ranafoutre d'où je suis. Envie de fumer, point... Ça m'a tout chamboulé là dedans, cette histoire... Y a pas quelqu'un pour venir m’éclaircir l'affaire ? Et plus si affinités ? Quoi... je ne perds pas le nord, navré de vous l'apprendre.


Invité
avatar
Invité
Re: Papy a un sacré sens de l'humour... | Nelsha - Mar 4 Mar 2014 - 10:04
Et une journée de plus dans le monde tout sucre tout miel qu'est cette fichue Académie. Bon, je ne vais pas trop me plaindre non plus parce que jusqu'à maintenant, j'ai quand même sacrément bien pu prendre mon pied. Au sens figuré du moins mais le littéral ne tardera pas non plus, je n'ai jamais été femme à me laisser abattre. La preuve, même après 9 neuf toutes aussi diverses les unes que les autres, je suis toujours là. Rien qu'avec ça, il y a de quoi rendre dingue tous vos chers curés et autre culs-bénis. L’infâme raclure que je suis est revenue d'entre les morts encore et toujours pour venir vous pourrir la vie. Et moi, je m'éclate purement et simplement. Bon, de temps à autre, je fais un effort et je fais semblant de travailler mais bon, c'est vraiment quand ça m'arrange. Et puis maintenant, je vais pouvoir me planquer encore davantage grâce à l'arrivée de cette chère Haridelle.

Ah, là là. Ce que j'adore avec elle c'est sa façon de continuer à ne voir en moi qu'une pauvre petite chatte adorable, toute mimi et qui ne ferait pas de mal à une mouche. Comme elle peut être éloignée de la dure réalité des choses. Mais ce n’est certainement pas moi qui vais aller lui annoncer la nouvelle. Je compte bien profiter d'elle encore un maximum. Et surtout de ses queues de fourrure. Ce truc-là, tant que je ne l'aurais pas exploité à fond, je ne lâcherais pas l'affaire, même pas en rêve. Ce qui me fait un nouveau but à suivre pour le moment. Enfin, il faudra déjà que ma bohémienne apprenne à maitriser son pouvoir pour ça, je ne vais pas me donner moi-même du boulot en plus, ce serait trop con, et je sais qu'elle sera motivée à rapidement me redonner des câlins et autres papouilles, pour mon plus grand plaisir.

Enfin, toujours est-il que ce matin, je me promène sous forme humaine -ouais, pour une fois, je donne dans l'original- dans les couloirs des bâtiments. En fait, je traine à la recherche des autres repentis. Bah quoi, je suis peut-être un monstre mais visiblement, ma catégorie ici est loin d'être vide alors autant faire ami-ami avec les autres. Il y en a bien quelques-uns qui sauront se rendre utile d'une façon ou d'une autre. Enfin, que je pourrais aisément utiliser à mon avantage car oui, le reste, je m'en contrefous royalement. Et je finis par tomber sur un rassemblement de surveillants visiblement ennuyés par quelque chose. Ou plus précisément râlant les uns à l'attention des autres pour se refiler le sale boulot. Ah, les joies de la nature humaine. Je m'approche tranquillement, les salue et m'incruste sans autre forme de procès. On ne me dit rien, ils sont trop absorbés par leur querelle du matin.

Ah, une nouvelle arrivée. Enfin, un nouveau repenti qui pointe son nez et à ce qu'il semblerait, personne n'a aucune envie d'aller se coltiner son accueil. Comme je les comprends. Et moi, je me marre parce que bon, je m'en contrefous. Je suis juste là en spectatrice, je suis infirmière donc ce n'est pas mon rôle de gérer ça. Enfin, un papier circule entre leurs mains tandis qu'ils débattent sur qui devra finalement y aller. Ils en sont à vouloir tirer au sort lorsque la feuille arrive à mon niveau. Et à peine mes yeux se sont-ils posés dessus qu'un sourire machiavélique nait sur mon visage accompagné d'un pétillement de mon regard. Mais hop, tout disparait, ne pas leur laisser voir ça. Je saisis négligemment le papier et leur annonce que, vu comme ils sont débordés, pour cette fois, je veux bien m'en charger. Tout le monde me remercie tandis que je m'éloigne, fière de mon coup. Lui, ici? Mawrrr, je ne veux rater ça pour rien au monde.

Dès que je suis hors de vue de tout ce petit monde, je fais un passage éclair par mon Coffre Dimensionnel -qu'est-ce que je peux kiffer ce truc, sérieux- et je ressors en mode chat avant de filer en direction du Temple. Si les autres avaient déjà la feuille, c'est qu'il a dû croiser un directeur. Oh oui, ça va être amusant tout ça. Le grand Bélial devenu un vulgaire repenti, j'en frétille d'impatience rien que d'y penser. Mais d'abord, se contenter d'entrer et d'observer. Une ombre se dessine, à moitié à poil, pour ne pas changer. Bon, son look à légèrement évolué depuis notre rencontre dans les plans infernaux mais ce n’est pas plus mal. Môssieu provoc sera obligé de la mettre un peu en veilleuse comme ça. Mais ma foi, il est pas mal. Enfin, il a rien perdu de ses attraits, pour ce que je peux voir. Le reste, je vérifierais plus tard.

« Bon, maintenant que j’suis rassuré quant à mes bijoux, j’pourrais savoir où je suis, put**n de b*rdel de m*rde ? »

Allongée négligemment sur le haut d'un des bancs présent, ayant une vue parfaitement dégagée sur tout le Temple, je tente de me retenir d'éclater de rire. Décidément, il n'a pas changé d'un pouce, son vocabulaire est toujours aussi fourni. Enrichi? Nan, il ne faut pas rêver, c'est Bélial. Son truc, ce n’est pas les paroles lui, mais les actes. Et pas n'importe lesquels. Enfin, je divague un peu. Revenons-en à mon mouton.

"- Tiens, tiens, tiens, un revenant. S'il y a bien une personne que je ne me serais pas attendue à rencontrer par ici, c'était bien toi. Faut croire que l'autre crétin à décidément un bien étrange sens de l'humour. Quelle chute n'empêche. Quelle décadence. Le grand Bélial devenu un vulgaire sous-fifre aux ordres de leur Deus à la con. "

Comment ça, je cherche les embrouilles? Pas du tout, je ne fais qu'énoncer une réalité à laquelle il sera bien obligé de se faire. Alors autant qu'il se la rentre dans le crâne tout de suite. Bon, d'accord, j'en profite aussi largement. Après tout, ma première mort, je la lui dois en grande partie. Alors je ne vois pas pourquoi je lui ferais le moindre cadeau.

Invité
avatar
Invité
Re: Papy a un sacré sens de l'humour... | Nelsha - Mer 19 Mar 2014 - 22:57

Is He fuck*n kiddin ?


 
"- Tiens, tiens, tiens, un revenant. S'il y a bien une personne que je ne me serais pas attendue à rencontrer par ici, c'était bien toi. Faut croire que l'autre crétin à décidément un bien étrange sens de l'humour. Quelle chute n'empêche. Quelle décadence. Le grand Bélial devenu un vulgaire sous-fifre aux ordres de leur Deus à la con. "
 
Une voix qui s’adresse à moi. Une voix qui me répond. Une voix qui fait naître un frisson, qui me secoue l’échine. Une voix… familière. Et pas qu’un peu. Je sais à qui elle appartient. Je ne le sais même que trop bien. Quelle horreur… ou plutôt…
 
« Quelle chance… »
 
J’espère qu’elle sent bien l’ironie dans mon ton, où qu’elle soit. Qu’importe où elle se cache, je la trouverais. Et puis je la tuerais, de mes propres mains. La voir expirer, cracher avec difficulté son dernier souffle d’air. Oh, ma chère Tinuvae, la mort te va si bien. Un sourire nait sur mes lèvres. Un peu malsain, je suppose. Dégout. Rage. Fascination. Tels sont les sentiments que j’éprouve pour cette magnifique garce.
 
Je soupire, ferme les yeux. J’espérais la retrouver un jour, mais très honnêtement, je ne pensais pas que papy me ferait ce plaisir. Je me demande si elle possède toujours ces deux magnifiques yeux vairons qui me tiraient des frissons lorsqu’elle me fixait, susurrant mon prénom. Je me demande si son corps est semblable à celui d’autrefois, que mes mains effleuraient, que mes lèvres parcouraient, lui tirant des gémissements, lors de nos jeux. Si oui, cela ne me plaira que plus de serrer mes mains autour de son cou de cygne, sa gorge gracile, jusqu’à ce qu’elle expire… qu’elle crève.
 
Mais je ne me perds dans mes pensées. J’en deviendrais presque poétique. Sous fifre de papy, hein ? Décadence ? Certes, cela va me changer de l’enfer, où j’en étais un prince… mais ma petite Tinu… es-tu seulement au courant qu’avant ce paradis-là, tel était mon rôle ? Lécher les bottes du grand père, de cette espèce d’égocentrique qui ne sait rien faire d’autre que de se fixer le nombril pendant que l’on lui chante le Gloria ? Hmm. Ce doit d’ailleurs être à cause de cela qu’il pionce, à l’heure actuelle. Ça doit être à cause de cette berceuse parfaitement monotone, chantée par les anges. Ces pète-sec qui ne savent pas penser par eux-mêmes. Et dont j’ai fait partie… Quelle honte. Mais… Le fait est que…
 
« Me voilà revenu au point de départ… »
 
Je murmure. Sous-fifre. A nouveau.
 
Je me redresse, m’étend de tout mon long –penser à tout ça m’a fait m’avachir…- et me tourne en direction des bancs, puis des piliers pour tenter de la trouver du regard. Mais… rien. Pas un cha… Ah. J’ai rien dit. Y a un matou, par-là, en train de me fixer. Ces yeux… Ces yeux…
 
« Salut Tinu. »
 
Je la fixe, croise mes bras sur mon torse -fort bien battit-, nonchalamment. Alors bon. Je savais qu’elle était chaude comme la braise, mais pas de quoi la transformer en vraie minette ambulante quoi…
 
Je la détaille attentivement. Ouais. Une jolie chatte, fourrure soyeuse, tout ça… Mais franchement, rien de bien excitant. Disons que je préfère les démones en chair et en os, ou bien les humaines, avec leurs âmes… et côté animal, ce sont les canidés qui m’font frétiller. Leur compagnie est tellement plus agréable que celle des chats… Quelle bande de faux-cul, ceux-là. Et le fait que Tinuvae en soit une, cela ne fait que confirmer mes pensées. Et puis… bizarrement… toute envie belliqueuse s’est calmée en moi. Après tout, quelle fierté pourrais-je en tirer de tuer un animal sans défense ? Non. Rien d’intéressant à ça. Quoi… j’pourrais m’en faire une moufle. Cool, mais j’m’en fou. Ouais, c’est limité si d’un coup, elle ne m’intéresse plus du tout, là…
 
« Tu parles d’une décadence. Toi, t’as perdu forme humaine… T’as perdu ta jolie gueule. La seule chose qui pouvait t’être sincèrement utile, pourrie comme tu es. »
 
Je me détourne, enfonce mes mains dans mes poches. Et je sens quelque chose, dans ma main. Ah, oui, ce papier. Ce papier que m’a filé ce type chelou, tout à l’heure. Je le sors alors, et y jette un coup d’œil. Mon nom, mon prénom… mon âge en tant qu’humain. Tain, ils ont eu la flemme de faire les comptes de mon âge démoniaque ou bien ? … Ouais, bon, j’avoue que même moi je ne le connais plus avec certitude… Ahah, quel con je fais des fois. Peut-être que Luci le saurait, lui. Hé. J’aurais pas dû penser à lui. Y m’manque cet imbécile. Enfin. Je continue d’inspecter la feuille. Repenti. Rep… wait… what ?! Repenti ? Moi ? Genre… le mec qui doit se faire pardonner de ses anciennes actions ? Et puis quoi encore ? Barman… BARMAN ?! J’aime ça ! Je kiff à mort même ! J’t’en dirais presque merci, papy ! Presque… si j’avais eu la réponse à ma question première.
 
« Oh, Tinu, dis moi, histoire de te rendre utile, on est où, au juste ? »

Invité
avatar
Invité
Re: Papy a un sacré sens de l'humour... | Nelsha - Jeu 20 Mar 2014 - 10:01
« Quelle chance… »

Je sais qu'il parle de moi. Je me doute aussi qu'il doit être ravi de me savoir ici. A t'il digérer l'histoire des Enfers ou est-il encore plus borné et têtu que je ne le suis moi-même? Bon, j'avoue que si quelqu'un m'avait fait la même chose, je lui en aurais voulu mais j'ai été bien assez maligne pour ne jamais permettre que cela arrive. Je n'y peux rien-moi si les démons, surtout ceux de son genre, ne pensent pas prioritairement avec c qui leur sert de matière grise. Bon Il était loin d'être le pire, je l'accorde mais il reste fidèle sa réputation. Je crois que c'est aussi ce qui me plait chez lui. Mais bon, revenons à l'instant présent.

« Me voilà revenu au point de départ… »

Ah, il délire un peu on dirait. Quoi que, ça arrive sans doute. Le pauvre après tout vient de mourir. J'aimerais bien savoir comment d'ailleurs. Curiosité morbide, oui j'assume. Mais vu qu'il a réussi à arriver ici, je me pose sérieusement la question. Ah, le voilà qui se retourne et qui cherche. Eh nan, tu ne trouveras pas ce que tu attends mon grand. Mais je reste bien en vue, je le fixe, un immense sourire victorieux sur le visage.

« Salut Tinu. »

Quelle familiarité de sa part. Il a quand même été mon principal meurtrier même s'il n'a même pas eu besoin de se salir les mains, je n'oublie rien, faut pas rêver. Mais je me contente de l'observer. Je sais que mon cher ami est capable de tout alors je me méfie. Je suis peut-être rancunière mais lui l'est sans doute encore plus moi. Un pur démon originel après. Un véritable ange-déchu. Pas comme cette soi-disant repenti violine. Par contre, j'en profite plus que largement pour me rincer l'oeil. Dommage, il est presque trop habillé à mon gout mais bon, c’est la Deus ici. Je le laisse s'étirer alors que nos regards s'affrontent alors que mon sourire ne cesse grandir, plus joueur à chaque instant.

« Tu parles d’une décadence. Toi, t’as perdu forme humaine… T’as perdu ta jolie gueule. La seule chose qui pouvait t’être sincèrement utile, pourrie comme tu es. »

J'éclate d'un rire clair et cristallin. Ma patte devant ma bouche, mes mimiques sont toutes plus humaines les unes que les autres. Ah, s'il savait. Nan, je ne lui dirais pas tout de suite. Je garderais l'avantage. Mais je m'amuse de sa remarque. Moi, pourrie? Si peu, surtout comparé à lui.

"- Merci du compliment. Venant de toi, c'est on ne peut plus appréciable. "

Et j'en rajoute une couche sans la moindre vergogne. Oui, je m'amuse même à ses dépens. De toute façon, je ne risque rien ici. J'ai l'avantage sur tous les points. Je connais mieux les lieux, maitrise mieux mes pouvoirs, j'ai ma seconde forme dont il ne sait rien et encore tant de choses qu'il ignore. Alors, qu'il fasse le coq tant qu'il le peut, ici il n'est qu'un pion, encore moins haut dans la hiérarchie que moi. Ce qui suffit à faire lentement monter le ronronnement à ma gorge.

« Oh, Tinu, dis moi, histoire de te rendre utile, on est où, au juste ? »

"- Tu ne sais plus lire? Tu te fais vieux mon chéri, ce n’est pas beau tout ça. Pourtant, ton joli bout de papier t'explique tout bien comme il faut et je suppose que tu as croisé notre cher tête rouge qui t'a accueilli ici."


Nan mais, je ne suis pas guide touristique. Et puis, j'ai envie de jouer moi alors je ne vais pas tout lui donner tout de suite comme infos. On n’a rien sans rien. Je me remets debout, m'étire et vient à sa rencontre pour avoir un œil sur sa feuille. Oui, je suis curieuse même si je sais déjà quasiment tout ce que je vais y découvrir.

"- Paradis, enfer, à toi de voir à quoi tu veux que cet endroit ressemble. T'es juste ni mort ni vivant. Ou plutôt, t'es les deux. Ils ont baptisé ça la Deus Academia, en l'honneur du crétin qui choisit des personnes qu'il réveille ici pour leur faire remplir diverses fonctions. T'as de la chance, t'as échappé à élève et à prof. Tu ne seras qu'un repenti, un simple pion parmi tous ceux qui évoluent ici. Charmante perspective, n'est-ce pas?"

Je le laisse digérer un peu ce que je viens de dire et termine m'approcher, sans une once de frayeur. Comme si il pouvait me faire peur. Il est certes toujours aussi désirable, l'âge ne lui rien prit côté physique, ce sera toujours ça de gagné, je ne vais pas me jeter dans ses bras, loin de là. Il est tellement plus drôle de jouer avant et ça, c'est mon domaine. Et j'ai bien lu la déception de son regard lorsqu'il m'a découvert simple chatte de gouttière. Alors, je vais continuer encore un peu. Tout comme l'ironie de son ton ne m'avait pas plus échapper. Faut pas rêver.

"- Barman? Pourquoi ça ne m'étonne même pas de ta part? En même temps, tu pourras me payer un coup à boire gratos comme ça, en l'honneur du bon vieux temps."

Oui, j’en rajoute encore et toujours un maximum. C'est dans ma nature après tout, je n'y peux rien. J'attends déjà la remarque stupide qu'il me lancera en réponse, je suis persuadée qu'il ne se limitera pas à m'écouter sagement sans réagir. Dans ce cas-là, j'avoue qu'il me décevrait aussi beaucoup. Alors, il y a marqué quoi d'autre par ici. Hum, pleins de trucs sans intérêts, comme d'habitude.

"- Invocation shamanique. C'est bien dans ton style ça aussi. Ça promet."

Je serais quand même curieuse de voir à quoi ça ressemble ce truc. Après tout, connaitre ses ennemis est la clef de la victoire et entre lui et moi, c'est une grande histoire.

Invité
avatar
Invité
Re: Papy a un sacré sens de l'humour... | Nelsha - Lun 14 Juil 2014 - 23:53
Le rp commençait si bien, je reste sur ma faim. Dommage qu'il n'y ai pas de suite, le lien entre les personnages était intéressant.
Et j'aime toujours autant le caractère de Nelsha ! ~

Nelsha : 170 xps

Xps attribués : Yep
Contenu sponsorisé
Re: Papy a un sacré sens de l'humour... | Nelsha -
Papy a un sacré sens de l'humour... | Nelsha
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Temple de Deus-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page