Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Douloureuses retrouvailles en Enfer

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 259

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
6001/1000  (6001/1000)
Votre domaine: Les Poisons
avatar
Apprentie-déesse
Apprentie-déesse
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Douloureuses retrouvailles en Enfer - Sam 12 Juil 2014 - 17:11
Monter à bord d'un bateau, clandestinement qui plus était puisque elles n'avaient pas d'autorisation, et rejoindre le monde des humains comme ça sur un coup de tête? L'idée était parfaitement irresponsable, aberrante et insensée pourtant elle plaisait beaucoup à l'empoisonneuse. Peut-être n'aurait-elle jamais meilleure occasion de découvrir son amie, l'endroit où elle avait vécue, les lieux qu'elle affectionnait de son vivant, Arsen voulait voir tout ça. Sa curiosité naturelle avait prit le pas sur sa prudence et sa raison et maintenant qu'elle avait décidé qu'elle voulait y aller elle ne pouvait plus en démordre. En revanche un détail dérangeait la jeune fille, elle avait encore son paquet dans les mains et là aussi sa curiosité la triturait. Son regard allait de la petite boîte qu'elle tenait dans ses bras à la belle aux cheveux d'argent, au bateau et revenait sur la boîte. Une décision s'imposait.

L'albinos s'accroupit et posa son paquet sur le sol avec délicatesse. Elle sortit son cran d’arrêt de la poche de son pantalon et glissa la lame dans un interstice pour l'ouvrir en coupant précautionneusement le carton. Elle retint son souffle en soulevant le couvercle, c'était la première fois que Mrs Paradis lui envoyait un colis alors elle n'avait aucune idée de ce qui pouvait bien se trouver à l'intérieur. Quelle ne  fut pas sa surprise quand elle vit dans un sachet en plastique fermé un magnifique poisson bleu cyan. C'était un splendide spécimen de betta splendens ondoyant dans sa prison de plastique et de carton, et cette couleur... la même que les yeux de Yoko. Arsen prit délicatement le sachet et le sortit du paquet pour le porter à hauteur de ses yeux ardents, fascinée. Puis elle reporta son attention sur sa compagne, remarquant qu'elle n'avait toujours pas répondu à ses interrogations.

- " D'accord, oui j'ai envie d'y aller. Tu es née à cette époque n'est ce pas? On pourra retourner au Japon que tu as connu alors mais tu ne verras jamais le Londres que j'ai connu, j'ai essayé mais ça ne marche pas comme ça. "

Un légère ombre voila son regard jusque là si étincelant. Elle avait essayé d'y retourner avec Mr Urmanis et Topaze Arya mais le Londres dans lequel ils avaient atterrit n'avait plus rien à voir avec celui qu'elle avait connu. Son Whitechapel, ce quartier si cher à son coeur n'était plus et ne serait plus jamais. Son époque était définitivement révolue et il fallait qu'elle l'accepte même si c'était difficile.

" - Mais si j'ai bien suivit nous sommes en juillet 2014 dans le monde des humains en ce moment alors si tu n'es pas morte trop long de cette date, les choses ne devraient pas avoir trop changées.
Elle marqua une petite pause en portant à nouveau le poisson à son visage. Il faut que je le ramène chez moi, il ne peut pas venir avec nous. Et puis toutes mes affaires sont là-haut, j'en aurait pas pour longtemps."

Arsen reposa délicatement le sachet en plastique dans le petit carton, prit la petite carte coincée contre le carton et admira la photo d'une mer déchaînée. Mrs paradis avait inscrit un petit mot au dos.

"Déjà un an depuis notre rencontre, quand te reverrais je au Paradis mon petit?"

La missive était signée d'un H majuscule encadrée de deux petites ailes duveteuses ce qui fit sourit l'apprentie déesse. Ni une ni deux elle se retourna vers la belle à ses cotés.

" - Tu viens ou tu préfères m'attendre ici?"


Sans attendre elle prit la direction de sa chambre, suivant son chemin de Petit Poucet jusqu'à celle ci. Arsen avait peut-être très envie de partir en exploration dans le temps de Yoko, juste toutes les deux qui plus était, mais elle n'était pas une inconsciente et jamais elle ne partait sans ses armes, ses poisons et son précieux livre. Et puis comment pourrait-elle consigner ses découvertes dans ses pages vieillies par le temps si elle ne l'avait pas sous la main?

Arrivée devant le bâtiment de l'internat elle fourra ses mains dans ses poches pour y prendre la clé, clé qui ne s'y trouvait mystérieusement plus. L'empoisonneuse soupira, voila que ça recommençait. Sa chambre ne s'appelait pas la Hell'door pour rien, il arrivait parfois qu'elle lui joue des tours comme par exemple que sa clé disparaisse pour réapparaitre sur la table du salon. Et toujours lorsqu'elle avait verrouillé la porte en sortant. Excédée elle enleva son manteau qu'elle plia soigneusement avant de le poser devant le mur et d’ôter également ses bottes et ses chaussettes dépareillées.

" -Foutue clé.. siffla-t-elle entre ses dents."

Et elle commença son ascension. Ce n'était pas la première fois, loin de là, qu'elle escaladait le dortoir, elle le faisait à chaque fois que sa clé lui jouait des tours mais aussi pour s'entrainer. Ces murs étaient plus lisses que les bâtiments en briques de son Londres natal mais avec le temps et l'entrainement elle avait fini par s'y habituer. Elle grimpait rapidement avec l'agilité d'un félin, étirant sa fine musculature, glissant ses doigts dans le moindre interstice, le moindre défaut, la moindre fissure et agrippant la gouttière. La demoiselle aux yeux de vermeil restait le plus possible collée à la paroi, le vent à cette hauteur se faisait plus violent, faisant flotter ses cheveux de nacre autour d'elle et un rien aurait pu la faire s'envoler elle aussi. Elle arriva bientôt au niveau de la cheminée, s'agrippant aux boisseaux dont le béton de pouzzolane alvéolé rappait ses petites mains pales. Elle était au dernier étage, ne lui fallait plus que trouver la bonne fenêtre. Tiens ce devait être celle là vu qu'elle la laissait toujours ouverte.

Ni une ni deux, Arsen passa ses jambes à l'intérieur et d'un mouvement du bassin, se propulsa dans la pièce. Mais il y avait un léger soucis, le jeune homme assit devant son bureau n'avait strictement rien à faire dans sa chambre. Elle ouvrit la bouche pour protester mais la referma sans dire un mot, un rapide coup d’œil autour d'elle lui apprenant qu'elle n'était pas du tout chez elle. Le garçon avait l'air tétanisé de surprise que quelqu'un débarque dans sa chambre en passant par la fenêtre, surtout au cinquième étage. Puis il paru se ressaisir et vira à l'écarlate, l'albinos l'avait visiblement surprit en plein pécher mignon inavouable car il se précipita devant son bureau pour essayer de cacher la maquette de sous-marin miniature qu'il était en train de faire avant l'arrivée fracassante de la demoiselle. Arsen voulu faire un pas en arrière et marcha sur une sorte de long tube en plastique. Tout de suite le garçon aux cheveux châtains se mit à hurler avant de le ramasser et le brandir devant lui d'un air presque menaçant.

" - Eh marche pas la dessus! C'est un tube d'immersion, ça vaut une petite fortune idiote! oh mais attend tu es la fille du parc qu'es...."

Mais l'élève n'avait pas attendue la fin de sa phrase pour se faire la malle, attrapant la gouttière et disparaitre par la fenêtre. Et cette fois ci elle entra dans la bonne pièce, entrant par l'ouverture recouverte de plantes. Elle attrapa la clé et ses affaires avant de redescendre en vitesse chercher son poisson. Une fois remontée elle farfouilla dans les placards jusqu'à trouver ce qu'elle cherchait. IL s'agissait d'une théière en verre transparente, elle la remplit d'eau et versa le poisson à l'intérieur avant de remettre le couvercle. Il devrait s'y plaire et puis elle verrait bien plus tard dans le cas contraire, pour le moment l'empoisonneuse avait mieux à faire. Yoko lui avait proposée une petite escapade et elle mourrait d'envie de la faire. L'idée de se retrouver seule avec elle sans personne d'autre faisait monter le rouge sur ses joues pales. Elle se dépêcha de la rejoindre et lorsqu'elle vit la repentie un fin sourire étira ses lèvres.

" - On y va?"
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 829

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Douloureuses retrouvailles en Enfer - Lun 14 Juil 2014 - 20:54
Une vraie romance Japonaise avec sa dose de timidité, sa dose de niaiserie et sa dose de beauté ! Vous formez un beau couple et c'est une belle fin ouverte comme on peut les aimer ! Petit conseil d'amie (et de future invitée au mariage) : les épices et les baisers, ça ne doit pas faire bon ménage. Et donner à boire de l'eau après avoir mangé des plats épicés, je ne suis pas certaine que l'attention soit très louable ! =3

Dommage, il y a eu un petit essoufflement vers le milieu, essoufflement d'idées peut-être, mais qui n'entache en rien le reste de la romance. Petite remarque : vous faites quelques petites fautes que vous pourriez corriger rien qu'en vous relisant une fois. Et vous relire, ici, ça relève plus du plaisir que de l'exercice pénible !

Arsen Icum : 1350 xps
Yoko Nishimura : 1245 xps

Xps attribués : Yep
Douloureuses retrouvailles en Enfer
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Sujets similaires
-
» Des retrouvailles tragiques...
» Chine: Amérique, va en enfer
» L'enfer n'est jamais la fin [PV]
» Les Feux de l'Enfer
» Retour en Enfer? [Pv Rayquaza]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Dortoirs :: Chambres des élèves-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page