Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Souvenir et Histoire ne font plus qu'un

♦ Rose ou chou ? : Serpent à sonnette
♦ Combien de rides ? : 22
♠ Petits messages : 174
avatar
Guardian Angel
Guardian Angel
Voir le profil de l'utilisateur
Souvenir et Histoire ne font plus qu'un - Dim 16 Fév 2014 - 19:20
Un bâtiment inspiré des temples gréco romains, en plein cœur de Londres, une vie de campus formidable, une université hors du commun... Décidément, Jason était fier de son choix. University College of London, UCL pour les intimes. Des départements de science humaine, politique, de médecines, d'histoire et d'histoire de l'art, de latin et d'hébreu, cette école était vraiment pour tous. 21 prix Nobel gagnés par ses professeurs au fil des années, responsable de plusieurs avancées technologique, première université de Londres, ainsi que première à ouvrir ses portes aux femmes, la troisième en importance au pays pour les recherches. Et dire que ce n'était même pas une école privée.

Le grand blond attendait impatiemment la fin des explications de ses profs sur les mesures lors du voyage. Moyennant un certain montant, pour chaque voyage, les élèves pouvaient participer à des voyages organisés par l'école, à travers l’Angleterre et l'Europe. Et cette fois... Ni plus ni moins qu’Auschwitz... La terreur des juifs, la machine de mort du troisième Reich, le plus grand camp de concentration et d'extermination de la deuxième guerre mondiale. Et puisqu'il était question de cette fameuse guerre, Jason avait été le premier à payer le voyage, sans grande surprise de la part de son professeur, qui éclata même de rire lorsqu’il lui donna les 300 livres.

Lorsque le jour du voyage arriva, les trente étudiants et les deux profs montèrent dans leur avion. Ils firent les fou, discutèrent de tout et de rien et agacèrent les autres passagers et les membres d’équipage, mais au final, tout le monde dans l’appareil s’amusa bien. Départ d’Heathrow, atterrissage à Vienne, transfert d’avion et décollage pour Cracovie. Une heure de vol qui, cette fois, se déroula sans incident, les professeurs répétant les leçons et les consignes aux élèves. Une fois arrivé, tout le monde monta dans un bus et c’était parti pour une dernière heure de transport. Il était déjà quinze heure et le musée venait de fermer, ils passèrent donc la journée à arpenter les rues d’Oswiecim. La journée touchant à sa fin, ils s’arrêtèrent manger, avant d’aller dans leurs chambres d’hôtel.

Jason passa la soirée dans sa chambre, avec deux potes, mais préféra profiter de ce moment de repos pour envoyer des sms à Kathleen. Elles étaient rares les journées où ils ne discutaient pas, que ce soit par écrit ou non.


Journée longue, mais ça vaut le coup, j’adore. Toi, ta journée?
C’était bien, mais chiant par moment… Tu reviens quand?
Logiquement, demain en fin de journée
Tu reviens direct à l’appart n’est-ce pas?
Bien sûr et y’aura des friandises même.
Chouette!
Tu me manques…
Je te manque déjà? Ce sera quoi quand tu partiras plus longtemps? Mais a moi aussi tu me manques…
Bien sur, j’ai besoin de toi dans ma vie…
Rhoooo, allons. Arrête de dire ca… C’est gênant ><
Coucou, tu veux voir nos bites?

Bon, pour vous, qui lisez, tout comme pour Kathleen, vous ne comprenez surement pas ce qui se passe… Laissez-moi-vous expliquer. Lors d’un court moment d’inattention (il était partit a la toilette, voilà, c’est dit!), Jason se fit voler son téléphone et ses compagnons de chambre en profitèrent pour prendre une photo d’eux en pantalon, sans t-shirt et reposèrent le téléphone a sa place. Lorsque Jason revint et qu’il vit le message… Et bien… Disons que 2m05 de muscle, ca pardonne pas.

Bon… Je crois que je vais devoir m’occuper de David et Marco, ensuite, on ira surement dormir… Demain, c’est réveil à 7h… Alors dis bonne nuit à Sébastian de ma part et toi… Toi, passes une belle nuit, je tenterai de prendre des photos et je te parlerai de ma journée à mon retour. Fais des beaux rêves Kathy.
Frappes les de ma part, tu serais adorable! Merci Jason. Toi aussi dort bien, j’ai hâte que tu reviennes a la maison…
Moi aussi j’ai hâte…

La nuit passa rapidement et, au réveil, tout le monde fut surpris de voir que David et Marco se trouvait tous les deux sur le balcon de leur chambre, complètement frigorifiés après avoir passé trente minutes à -5 degrés. Jason, quant à lui, sortait de la douche en souriant, satisfait de son coup. Oh, bien sûr, ils étaient toujours amis, ne vous méprenez pas. Mais c’est tellement plaisant se venger, surtout lorsqu’il est question d’un coup ayant affecté la personne que l’on aime.

Ils prirent un bon repas au resto de l’hôtel, puis partirent immédiatement pour le musée. Bien sur, c’était intéressante, mais… Jason s’intéressait avant tout a ce qui se trouvait au delà des limites… Ils parcoururent les expositions de chaque pays, mais a un moment, Jason vit une porte ouverte menant directement dans le camp de concentration. Il s’assura que personne ne le voyait et se glissa par celle-ci. Le voilà maintenant… seul… Dans un des lieux les plus morbides sur terre. Il sourit et s’éloigna rapidement du bâtiment principal.

Il se rendit jusqu’aux baraquements en bois et arpenta ceux-ci, tentant de s’imaginer la vie en ces lieux… Puis, en virant sur le côté, il arriva face a des cheminés, qu’il fixa longuement, en déglutissant. Il ferma les yeux en imaginant la fumée et les cendres qui en résultaient… L’odeur qui devait être abominable. Puis, inconsciement, son esprit glissa jusqu’à un film.

La liste de Schindler. L’un des premiers film d’Holocauste qu’il avait vu et qui l’avait marqué, pour deux choses. La petite fille en rouge et la musique. Il soupira et se coucha au sol en fixant le ciel, imaginant celui-ci empli e fumée.


"Who would have thought… That one day we would have exterminated so much of our own kind… We truly are a mystery…" ( Qui aurait cru… Qu’un jour nous exterminerions autant de notre propre race… Nous sommes réellement un mystere…)

Il soupira ensuite, se remémorant la petite fille au manteau rouge du film. Il se redressa et resta assis en fixant l’une des cheminées. Il saisit un caillou et le lanca sur cette derniere en grognant.

"How many innocent life did you take… ? How many wonderfull man and woman did you exterminate? For what? For nothing!" (Combien de vie innoncente as-tu pris? Combien d’hommes et de femmes fantastique as-tu exterminé? Pour quoi? Pour rien!)

Il mit sa tête entre ses mains et il ferma les yeux pour tenter de contenir sa rage. Peut etre qu’en fait, ce n’était pas une si bonne idée de venir ici…
Invité
avatar
Invité
Re: Souvenir et Histoire ne font plus qu'un - Mar 11 Mar 2014 - 22:36
Toujours en cours de mon long voyage, j’ai terminé de faire un tour en Russie et il semblerait que mon pays n’ont pas encore sonné l’alerte, en fait, le gouvernement n’ont encore rien tenté depuis l’explosion d’une bombe nucléaire, personne ne sait ce qui a pu le déclencher et la vérité va finir par se ternir. Ce que je voulais dire c’est que ces politiciens ne sont pas si stupides, mais ce sont tout de même des ordures de premier ordre que j’aurai bien voulu faire abattre ma fureur sur eux, mais en y regardant bien, ils n’étaient pas prêts pour la grande guerre. Cependant, ils sont une grande menace pour nous, les renégats, si jamais ils lançaient leur spetsnaz contre nous… Je dois bien avouer qu’Isanagi pourrait faire quelque chose, après tout, c’est lui le big boss. D’ailleurs, cela fait un petit temps qu’il n’a pas tenté de me contacter, peut-être en train de préparer un plan de bataille et patienter le moment venu ? Si ce n’est que ça je ne vois pas de problème, si ce n’est qu’il va y avoir une troisième guerre mondial et celui-là va être des plus sanglant, j’ai hâte de découvrir ce que vont employer chaque pays pour emporter une guerre avec si peu d’avenir.
 
Aujourd’hui, je suis en Allemagne, un beau pays à visiter en effet, autrefois gouverné sous le troisième Reich, le Führer aurait pu faire mieux si Mussolini n’avait pas foiré dans ses tactiques et, pour être honnête, ces boches pourraient très bien envahir la Russie sans problème. Là, je visite un camp de concentration des plus célèbres de l’histoire, Auschwitz, ayant consumé des centaines de millier de juifs, femmes et enfants ne font pas d’exception, c’est tout le monde dans le même tas.  Néanmoins, cela a permis à Hitler de se procurer de leur richesse et de les utiliser pour la guerre. J’ai longtemps étudié Staline, notre ancien camarade dictateur, le premier à avoir créé l’URSS, celui qui a sacrifié tout pour sauver son pays… Il a réussi à un prix fort. Ces deux personnalités se ressemblent, toujours à vouloir du pouvoir, de territoire, imposer sa volonté sur le peuple et de suivre leur idéologie. Ces deux personnalités ne sont plus de ce monde et voilà que bien des choses ont changé et je trouve ça bien, car il y a bien des choses à observer sur l’humanité, créant de nouveaux ennemis, tournant maintenant sur les attentats, terroristes, des putains d’arabes, ça craint, ils ont dû prendre exemple sur les kamikaze.
 
Bref, le camp de concentration, je marchais tout au long de ce camp, observant silencieusement cet endroit, je me suis dit qu’il peut y avoir au moins un apprenti dieu ou déesse qui viendrait de là, au moins un sur des millions. Ce doit être horrible d’être ici, à l’époque, gardé par des SS, les pires de l’armée Nazi, vraiment, ils n’ont pas de fierté et sont prêt à fuir quand ça sent le grabuge, sinon ils pillent et violent les femmes, comme des mercenaires ou encore plus loin, des barbares. Il n’empêche que les gars qui s’occupent à exterminer tant d’innocent soient de pur bourreau, bien pire qu’un oberscharfuhrer , ces allemands de l’époque sont tous endoctrinés.
 
J’ai continué à marcher un peu plus loin, jusqu’à ce que j’aperçois un garçon allongé dans l’herbe, je suis passé pas très loin de lui, comme à mon habitude, je l’ignorai, mais… Quand il avait commencé à parler dans le vide, mes pas s’arrêtent net, intrigué par ce qu’il vient de dire, voilà quelque chose d’intéressent qu’il vient de prononcer. Je me suis retourné encore pour mieux voir le jeune homme,  A première vue ce doit être un anglais, sûrement un étudiant venant faire un excursion, puis je l’ai vu se redresser, fixant l’une des cheminées d’en face, prenant un caillou et le balançant sur celui-ci, suivit d’un autre monologue et… Héhé, il me fait bien rire celui-là, de telle question et il pensait devenir philosophique ? Mais je pense que venir échanger quelques mots ne va pas me tuer, alors je me suis approché de lui et je lui ai répondu.
 
« Camarade, il n’a fait que son travail, il y a toujours une cause dans tout ce que l’on fait, par exemple celui-là… A pris tant de vies, mais laissant derrière eux la richesse et c’est cette richesse que les nazis s’en sont appropriés afin d’alimenter le front, il faut que tu comprennes qu’il y a 70 ans, ce n’était pas la même mentalité »
 

Vous pensiez que je parlais russe ? Bien sûr que non, je porte sur moi un collier capable de changer de langue selon la situation, par exemple là, je lui ai répondu en anglais… Parfaitement. Après, il va penser que je suis un anglais comme lui, mais je n’ai pas peur de répondre que je suis russe. 
♦ Rose ou chou ? : Serpent à sonnette
♦ Combien de rides ? : 22
♠ Petits messages : 174
avatar
Guardian Angel
Guardian Angel
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenir et Histoire ne font plus qu'un - Lun 24 Mar 2014 - 1:55
« Camarade, il n’a fait que son travail, il y a toujours une cause dans tout ce que l’on fait, par exemple celui-là… A pris tant de vies, mais laissant derrière eux la richesse et c’est cette richesse que les nazis s’en sont appropriés afin d’alimenter le front, il faut que tu comprennes qu’il y a 70 ans, ce n’était pas la même mentalité »
 
Le grand blond sursauta et se releva en entendant la voix. Il ne l’avait même pas entendu arriver et il était effrayé. Il observa l’homme se trouvant devant lui et il recula lentement, jusqu’à entrer en collision avec l’une des cheminé qui trembla légèrement. Le grand blond déglutit et il fixa l’autre homme. Certes, Jason était plus grand que l’inconnu, mais l’autre… Avait quelque chose d’intimidant.
 
On pouvait ressentir l’aura de confiance et de force s’émaner de l’homme. Il était intimidant, sans même essayer de l’être. Jason déglutit et il le fixa, avant de prendre son courage a deux mains et d’hocher lentement la tête.
 
« Je… Je vous garantis que je n’ai rien fait de mal… Je n’ai touché a rien… »
 
Pourtant, le garçon savait que se justifier était inutile. Il ne l’avait pas réprimandé, il lui avait simplement donné son avis. Le jeune homme se retourna et observa encore un peu son interlocuteur. Il n’était pas très vieux, à peine plus vieux que Jason en fait. Mais il… Il semblait avoir beaucoup plus d’expériences de vie, comme s’il était plus âgé qu’il ne paraissait. Mais ce n’était pas possible, au maximum, il devait avoir 26 ans.
 
Non, cette personne devait être, comme lui, un connaisseur de cette époque et il lui donnait son avis en fonction de ses connaissances. C’était simplement une discussion entre deux personnes qui avait décidés d’enfreindre les règlements pour observer plus en profondeur ce lieu mythique.
 
« Certes, je l’accorde, les richesses qu’ils ont amassés grâce à ces camps leur a permis de continuer à se battre. Mais voilà le problème dans ce monde, passé comme présent. On se dit que chaque sacrifice est fait pour le bien de la cause, pour accomplir un objectif… Mais pensons-nous seulement un instant aux victimes innocentes? Ceux et celles qui perdent la vie parce que deux factions sont en désaccord? »
Le grand blond soupira et leva les yeux au ciel, se demandant s’il était le seul qui se souciait de cet aspect dans les guerres. Comme si les civils n’étaient qu’une variable sans importance.
 
Ou alors, simplement les soldats. Ils s’étaient engagés pour défendre leur pays, pourtant, ils étaient parfois envoyé dans une guerre inutile, comme la guerre en Irak… Décidément, la guerre n’avait jamais évoluée son usage premier… Réunir des ressources, exterminer son adversaire et récupérer son territoire.
 
« Mais si on prend du recul, les camps de concentration fut l’une des erreurs qui amena a la chute du troisième Reich. Ils se sont attirés encore plus les foudres de la communauté internationale en faisant cela. Vous ne croyez pas? »
 

Le britannique se demandait vraiment ce qu’en pensait son interlocuteur. Il était rare, même dans sa promo, de rencontrer des gens aussi passionés que lui sur ce sujet.
Invité
avatar
Invité
Re: Souvenir et Histoire ne font plus qu'un - Sam 29 Mar 2014 - 22:18
Hehehe, j’avais raison à son sujet, il semblerait qu’il ait fait des recherches, peut-être devrai-je dire qu’il a étudié. Il veut vraiment comprendre le vrai sens de cette guerre, probablement savoir pourquoi ce camp de concentration, quel est le lien entre les juifs et Hitler, pourquoi ce désaccord ? Pourquoi pas l’union vers la prospérité ? Comme je l’ai dit à ce jeune homme, ce n’était pas les mêmes mentalités à cette époque. J’aimerai bien rire face à ça, de telle question qui le tracasse, pourtant, la réponse est très simple et vite vue.
 
« Voyons, camarade, tu pensais que la SS prendraient de la pitié pour ces juifs ? Ils sont considérés comme de la peste, une maladie qui doit être exterminé, une fois capturé et envoyé au camp de concentration, ces innocentes victimes sont considérés comme des déchets, des esclaves, bon à travailler jusqu’à ce que la fatigue, la faim, la maladie ou bien le mal hygiène les emporte dans la mort. Si tout ça n’est pas suffisant alors, dernière recours, sûrement aussi brutale qu’effrayant que de voir la guillotine, la chambre à gaz… »
 
J’ai agité mes bras pour accompagner mon discourt, exprimant tel un vécu, peut-être même un peu trop philosophique ?  Je marchais de temps à autre, c’est un réflex que j’ai, je n’aime pas trop rester debout, sans bouger, faire un aller et retour sur de petite distance, toujours en face de mon interlocuteur, enfin, c’est moi qui l’ai abordé en premier lieu.

« Que peux-tu espérer de ces fiers soldats du troisième Reich déjà endoctriné par un seul homme ? Le führer avait de belle parole à revendre, il a su séduire son peuple, dans un moment de désordre et de désespoir, il a compris qu’il devait agir, il s’était montré très malin, il a fait changer le moral, pour qu’il n’y ait qu’un seul pensé.  Alors, pourquoi ces gens penseraient-ils ne serait-ce  qu’un seul instant à ces juifs ? Ils sont peut-être humains, sauf que les nazis, comme je te l’ai dit un peu avant, se voient comme des êtres supérieurs, un peu trop mégalo si tu vois ce que je veux dire »
 
Et dire que je sais ça parce que nous, fière peuple de la Russie, avons réussi à repousser les envahisseurs avec la bravoure des hommes qui se sont sacrifiés, mais je dois avouer que les tactiques employés par les commandants étaient brutaux, manque de finesse et primitif, sauf qu’il faut bien avouer, avec les équipements de l’époque, ils n’avaient pas énormément de choix. Il en vient pour répondre à la dernière question, peut-être encore plus intéressante que les précédentes, j’y ai mis quelques instants à penser, puis j’en viens à cette conclusion.
 
« Les camps de concentration, à la base, servaient pour les prisonniers de guerre, mais Hitler en avait décidé autrement, à cause de son jugement il a attisé la colère des autres pays libres, mais ça n’aurait rien changé, car les nazis contrôlaient l’Europe et… Si les japonais n’avaient pas attaqué les USA, je pense qu’on ne serait pas là à discuter de tout ça. Pour tout te dire, Hitler a mal préparé ses plans de batailles, ce n’est pas les camps de concentration qui ont mené à sa perte, mais son manque d’expérience. S’il était un général il aurait conquis la Russie sans problème, même sans l’aide de son allié italien, quoi que ce dernier s’était montré inutile pendant la guerre. Alors, quoi qu’il arrive, cela n’aurait rien changé si les pays sont dominés. »
 
Puis il me vient à l’esprit, s’il est si passionné par la guerre, peut-il répondre à ma question ?
 

« Et si je te disais… S’il y avait la guerre, maintenant, dans notre temps, que vas-tu faire en premier lieu ? Protéger ta terre ? Ton peuple ? Rejoindre dans les rangs militaires, près de tes compatriotes ? Qu’aurais-tu fait si jamais tout cela devait arriver ? Et bien sûr, pourquoi ? »
♦ Rose ou chou ? : Serpent à sonnette
♦ Combien de rides ? : 22
♠ Petits messages : 174
avatar
Guardian Angel
Guardian Angel
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenir et Histoire ne font plus qu'un - Mar 22 Avr 2014 - 3:42
« Voyons, camarade, tu pensais que la SS prendraient de la pitié pour ces juifs ? Ils sont considérés comme de la peste, une maladie qui doit être exterminé, une fois capturé et envoyé au camp de concentration, ces innocentes victimes sont considérés comme des déchets, des esclaves, bon à travailler jusqu’à ce que la fatigue, la faim, la maladie ou bien le mal hygiène les emporte dans la mort. Si tout ça n’est pas suffisant alors, dernière recours, sûrement aussi brutale qu’effrayant que de voir la guillotine, la chambre à gaz… »


Le grand blond observa l’homme marcher, intrigué par sa gestuelle mouvementée, le voyant bouger des bras dans tous les sens tandis qu’il lui parlait. Effectivement, il a raison. Les juifs étaient devenus personae non grata à travers l’Allemagne. La Reichskristallnacht en était le meilleur exemple. Cette nuit fatidique où de nombreux juifs étaient morts, que leurs bâtiments avaient été saccagés et que de nombreuses synagogues, 200 si sa mémoire était bonne, avait été brulées. 30 000 juifs envoyés en camp de concentration, les premier d’ailleurs… Pourtant… Aucun pays pour les aider…
 
Jason ne voulait même pas essayer d’imaginer le désespoir qu’ils avaient dû ressentir en voyant le manque d’aide international envers eux. C’était, pire que désobligeant, désastreux. Voilà ce que c’était.
 
« Que peux-tu espérer de ces fiers soldats du troisième Reich déjà endoctriné par un seul homme ? Le führer avait de belle parole à revendre, il a su séduire son peuple, dans un moment de désordre et de désespoir, il a compris qu’il devait agir, il s’était montré très malin, il a fait changer le moral, pour qu’il n’y ait qu’un seul pensé.  Alors, pourquoi ces gens penseraient-ils ne serait-ce  qu’un seul instant à ces juifs ? Ils sont peut-être humains, sauf que les nazis, comme je te l’ai dit un peu avant, se voient comme des êtres supérieurs, un peu trop mégalo si tu vois ce que je veux dire »
 
« Et pas que les soldats… La jeunesse hitlérienne… La nuit de Cristal… Les allemands qui se moquent des problèmes des juifs… C’était toute la nation Allemande qui était endoctrinée »
 
Il n’avait jamais pensé ainsi, mais en fait, cet homme avait raison. Oh, certes, Jason savait qu’Hitler avait profité d’un moment de faiblesse de l’Allemagne, alors que le peuple avait besoin d’un leader pour leur redonner espoir et Hitler en a tiré profit dès qu’il en eut l’opportunité. Et voilà ce qui faisait peur a Jason. Que quelqu’un recommence et qu’une nouvelle guerre éclate. Après tout, il y a tant de pays, sur terre, en ce moment, où ce n’est pas très joli à voir.


« Les camps de concentration, à la base, servaient pour les prisonniers de guerre, mais Hitler en avait décidé autrement, à cause de son jugement il a attisé la colère des autres pays libres, mais ça n’aurait rien changé, car les nazis contrôlaient l’Europe et… Si les japonais n’avaient pas attaqué les USA, je pense qu’on ne serait pas là à discuter de tout ça. Pour tout te dire, Hitler a mal préparé ses plans de batailles, ce n’est pas les camps de concentration qui ont mené à sa perte, mais son manque d’expérience. S’il était un général il aurait conquis la Russie sans problème, même sans l’aide de son allié italien, quoi que ce dernier se fût montré inutile pendant la guerre. Alors, quoi qu’il arrive, cela n’aurait rien changé si les pays sont dominés. »
 
Le géant blond sourit et hocha la tête. Sur ce point, ils étaient d’accord. Hitler avait merdé, dès que l’idée de s’attaquer à la Russie avait traversé son esprit. Et pire encore, s’attaquer à la Russie, l’hiver. Mais bon, qui sont-ils pour juger les décisions prises par des hommes politiques, il y a si longtemps? Ils peuvent prendre du recul, chercher les points faibles et les points forts de la stratégie… Mais à cette époque, qu’ils le veuillent ou non, tout était au jour le jour, pas avec 60 ans de recul
 
« Et si je te disais… S’il y avait la guerre, maintenant, dans notre temps, que vas-tu faire en premier lieu ? Protéger ta terre ? Ton peuple ? Rejoindre dans les rangs militaires, près de tes compatriotes ? Qu’aurais-tu fait si jamais tout cela devait arriver ? Et bien sûr, pourquoi ? »
 
Hmmm… Une très bonne question, quelque chose à réfléchir. Qu’est ce qu’il ferait dans une situation comme celle-ci? Hmmm… Premier réflexe, s’assurer du bien être de Kathleen…
 
«Ma première pensée serait pour celle que j’aime… Ensuite, j’aviserais. Je serais surement plus utile en usines, mais en même temps… Je crois que ma stature pourrait être très utile pour l’armée. Donc, je ne sais pas. Ce que je sais, c’est que je défendrais ce qu’il m’est de plus cher, c’est-à-dire celle que j’aime et mon pays. Je ferais tout en mon pouvoir pour me défendre des attaquants, peu importe de qui il s’agit.»
 
Il sourit en mettant les mains dans ses poches. Il fera comme Churchill avait dit, autre fois, pour motiver les soldats, les civils, tous les britanniques, lors de la deuxième guerre mondiale, alors que la Luftwaffe s’attaquait a l’Angleterre et qu’il avait, dans un discours dit « Nous défendrons notre île, quel que soit le coût, nous nous battrons sur les plages, nous nous battrons sur les terrains d'atterrissage, nous nous battrons sur les champs et dans les rues, nous nous battrons sur les collines; nous ne pourrons jamais abandonner.( We shall defend our island, whatever the cost may be, we shall fight on the beaches, we shall fight on the landing grounds, we shall fight in the fields and in the streets, we shall fight in the hills; we shall never surrender.) »
Voilà ce qu’il ferait. Il défendrait ses terres. Sa nation, son monde. Ouais… Voilà ce qu’il ferait. Il trouverait une manière de changer le monde.
 
Mais avant…
 
«Et vous, que feriez-vous? Si vous me permettez, à vous voir, je dirais que vous seriez incapable de rester à l’arrière, en attendant que le combat finisse… Non… Vous seriez sur le front, à combattre l’adversaire… Me trompais-je?»
 
Jason sourit. Bien sûr que non il ne se trompait pas. A force de cacher ses sentiments réels, il avait appris à reconnaître ceux des gens. Et il avait reconnu cette flamme, cette passion dans les yeux alors qu’il parlait de la guerre… Non, cet homme n’était pas fait pour rester dans un bureau…
 
Peut-être était-ce cela qui manque a Jason, pour réussir à avancer encore un peu plus, chaque jour. Des passions, des raisons de se battre, outre Kathleen et l’Histoire. Il lui fallait plus. Il lui fallait… Une vie…
Invité
avatar
Invité
Re: Souvenir et Histoire ne font plus qu'un - Dim 4 Mai 2014 - 16:12
Quand j’écoute ce qu’il dit, je le trouve hésitant, néanmoins il connait ses priorités et c’est un très bon début, est-ce qu’il parlait de sa copine quand il dit ‘celle que j’aime’ ? Quoi qu’il en soit, ça va être dur pour lui de faire face à une future guerre qui mélange réalité et imaginaire, ce que la science ne pourrait pas expliquer par les moyens conventionnels, dire qu’il se trouve devant lui un dieu, il m’aurait pas cru.
 
Puis il en vient que je dois répondre à mon tour à sa question, bien que la fin de sa dernière phrase justifie une réponse que je n’aurai pas de loisir à répondre, car il a tout à fait raison, une très bonne réponse que je finis par sourire, laissant voir l’aspect obscure de ma face rien que d’élargir mes lèvres que les innocents me verraient en moi comme un psychopathe.
 
« Non » disais-je sur un ton lent et grave « Je ne serai pas en place  derrière un bureau. Non, je ne serai pas en place derrière la ligne de front avec des officiers qui se pissent dessus pour se battre et se servent de leur grade pour rester en vie. Non, je ne resterai pas ici à regarder d’autres à se battre pour une très grande cause, une cause généralisé, unique, c’est défendre son foyer. » Disais-je avec passion « Alors oui ! Je serai sur le front à affronter ma mort, ce ne seront pas mes adversaires, mes ennemis, que ce soit des forts ou des faibles, même les traîtres ne m’ôteront pas ma vie facilement, car j’ai une passion pour la guerre et c’est ce qui m’anime du fond de mon âme, me poussant à vivre et non survivre, c’est comme ça que je vois ma place » en finissant ma phrase par levant ma main devant moi et la refermant sur elle-même, signe de force et de détermination.
 
C’est pourquoi Deus m’avait nommé dieu de la guerre, car j’avais une énorme passion pour le combat, mon double me poursuivait dans l’espérance de trouver l’homme qui le mènera vers le sommet, la guerre éternelle. J’ai déjà bien progressé depuis que j’ai mis les pieds pour la première fois à l’académie, mais il me reste encore beaucoup de chemin à parcourir avant le but final, mais j’ai trop hâte d’y être, rien que d’y penser ça me fait rêver, d’être le dieu accompli, dieu de la guerre. Cependant, cet homme a le cœur un chevalier, quelque chose de précieux à protéger, famille, sa copine, placé bien devant l’idée de défendre sa propre terre, mais cela revient au même qu’il doit défendre son pays pour défendre ceux qu’il connait, aurait-il la force de survivre à la guerre qui ne tardera pas à éclater ? Mystère, pourtant, en règle générale, je ne prête pas attention aux humains si je les verrai mort, mais lui… J’ai le sentiment que je le reverrai un jour, je m’étais dit que je vais faire un pari.
 

« J’ai le sentiment qu’on va se recroiser un jour, je ne sais pas comment, alors ne soyons pas des inconnus, Yuri Dragunov, je viens de la Russie » Disais-je en lui tendant ma main vers lui « Ta vision des choses sont très nobles, tu vivras très longtemps, dans ce cas-là il y a une autre question que je vais te poser,  crois-tu en dieu ? Ou peut-être même en plusieurs dieux ? Il est très important de croire en soi-même, mais quand est-il d’une croyance ? Penses-tu qu’il nous observe en ce moment même ? Pour juger le paradis et l’enfer ?»
♦ Rose ou chou ? : Serpent à sonnette
♦ Combien de rides ? : 22
♠ Petits messages : 174
avatar
Guardian Angel
Guardian Angel
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Souvenir et Histoire ne font plus qu'un - Lun 2 Juin 2014 - 1:46
Ok, c’est officiel, ce mec, c’est un psychopathe… Ce sourire alors qu’il ne fait qu’évoquer la perspective du combat. Et ce sourire qui semble si… Fou. Cette lueur qui n’en finit pas dans les yeux de son interlocuteur. Puis son discours sur la guerre, sur ce qu’il ferait, que ne fit que renforcer cette possibilité qu’il ne soit qu’un malade mental, surtout avec cet, cet… air de fou furieux.
 
Mais Jason ne releva rien, craignant pour sa vie simplement par la présence de cet espèce de fou devant lui. Il l’écouta déblatérer tout ce qu’il avait à dire, non pas sans chercher une manière de fuir. Malheureusement, rien ne pourrait le cacher très longtemps s’il fuyait, il n’avait donc aucune option, autre que… Attends… Il se présente? Il lui dit son nom ? Et il lui tend sa main? Et en plus, il est russe? Mais… Mais… Mais… Il a un accent britannique… MAIS WTF MERDE?
 
Oui bon, en même temps, le « Camarade » à répétition aurait dû lui mettre la puce à l’oreille… qu’importe, le voilà maintenant qui lui demande s’il croit en dieu. C’est officiel, il a vraiment affaire a un malade mental. Il devrait communiquer avec les autorités lorsqu’il sera sorti d’ici… S’il sort d’ici. Qu’est ce qui lui fait dire qu’il n’est pas un tueur en série, qui se balade avec un couteau ou n’importe quelle autre arme, simplement pour tuer des gens seuls?
 
Cette simple pensée fit frémir Jason et le fit déglutir, sentant du froid remonter le long de sa colonne vertébrale, du creux de ses reins, jusqu’à la base de son crâne, faisant hérisser son poil sur ses bras.
 
*Mais arrête de faire le con Jason, il a la main tendue droit devant, il te fixe… Arrête de perdre ton temps. Tend ta main. Voilà, très bien.*
 
Le grand blond saisit la main de Yuri et ils se hochèrent la main, durement, Jason voulant, malgré tout lui prouver qu’il n’était pas faible. Parce que oui, bon, avec 2m05 et beaucoup, beaucoup de muscle, devant ce psychopathe dont il ne sait rien, mieux vaut être prêt à tout et surtout, prudent. Il veut lui prouver qu’il ne sera pas quelqu’un de facile à vaincre.
 
« Ja…Jason Winchester et je suis… Eh bien, vous l’aurez deviné, britannique. Par contre, je n’aurais jamais deviné pour vous. Vous parlez avec un accent anglais impeccable. Vous avez grandi en Angleterre? » Il sourit timidement, avant de se gratter la tête, cherchant les bons mots pour répondre à la question qu’il lui avait été posé « Je… Je ne crois pas en un dieu, ni en plusieurs dieu… Je dois vous avouer que c’est une question très étrange. Je ne m’y attendais pas du tout. Alors… Je ne crois ni en dieu, ni en Satan. Par contre, je dirais que je crois aux anges. Ces personnes qui veillent sur nous, vous connaissez? Les anges gardien. Je crois que nous avons tous un ange gardien qui nous est lié et, à notre mort, ce sera lui qui devra se présente pour que, face aux archanges, nous puissions tenter d’entrer au paradis. Si nous échouons, nous retournons alors sur terre, réaliser une vie meilleure. Oui, aussi stupide soit-il, je crois que nous nous réincarnons. Et je crois aussi que notre destin est… guidé, par notre ange gardien.
 
Bon, après dites que je suis fou, peut-être un peu niais et optimiste, mais… Selon moi, nous ne devons pas croire que l’enfer nous attend. Nous devons rester optimiste et croire que, le fil d’arriver se trouve au paradis et nulle part d’autre. »

 
Il avait répondu ca, le plus normalement du monde, comme si de rien était, mais, tout à coup, le doute s’installa dans son esprit. Pourquoi? Pourquoi lui demander ça? Pourquoi, alors qu’ils étaient sur les lieux d’un des moments les plus cruels de l’humanité, parlaient-ils de religion, de dieu et de croyance?
 
Décidément, plus ils discutaient et plus il trouvait cela étrange, plus cette situation l’exaspérait. Il ne comprenait pas et il détestait ne pas comprendre. Surtout que cet homme ne lui avait pas dit pourquoi il voulait savoir ça. Urg. C’était trop compliqué le faire? Le lui dire? Lui expliquer ce qu’il désirait apprendre de plus sur lui?
 
Oui bon, après on ne parle pas non plus du fait qu’il disait qu’ils « allaient se revoir ». Putain… Et puis quoi encore? Tu veux son adresse Yuri? Pour mieux le tuer? Ou alors tu penses que, lorsqu’il sera mort, vous vous retrouverez en enfer? Parce que, avouons-le, il est peu probable que ce dégénéré aille ailleurs qu’en enfer, simplement à cause de cette lueur dans ses yeux en parlant de guerre.
 
«  Bon… Hum… Yuri. Écoutez, vous ne pourriez pas m’expliquer, pourquoi, vous voulez savoir ça? Parce que, vraiment, vous faites flipper… Sans être méchant hein, c’est juste que… La façon dont vous parlez de guerre, puis de religion… Vous seriez pas un fanatique? … Hmmm… Non… C’est pas ça… On pourrait presque croire, dans votre façon d’en parler, de la religion hein, que… Que vous avez de bonnes raisons de croire que cela est vrai… Écoutez, si vous êtes un témoin de Jehova, je ne suis pas intéressé. »
 
Oui, il avait dit une connerie, non il n’avait pas honte et surtout, il espérait détendre l’atmosphère. Parce que, faut bien l’avouer, c’était très étrange ce qui se déroulait en ce moment.
 
Alors, c’est décidé, cette fois c’est complètement wtf et, prenons note, prochaine fois que quelqu’un comme lui se pointe, un bon coup de poing dans le visage et on n’en parle plus? Compris Jason?
 
* Ouaip *
 

Bien
Contenu sponsorisé
Re: Souvenir et Histoire ne font plus qu'un -
Souvenir et Histoire ne font plus qu'un
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: Le Monde des Humains :: Hors de la ville :: Campagne-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page