Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

L'entrée en scène du chef mécano. [PV Katharina.]

Invité
avatar
Invité
L'entrée en scène du chef mécano. [PV Katharina.] - Jeu 13 Fév 2014 - 21:23
Ma main se posa fébrilement sur la clé. Je la tournais lentement et ouvrait la porte. Je retirais la clé mais laissait la porte grande ouverte derrière moi. Devant moi s'ouvrait un tout petit couloir que j'arpentais lentement. Enfin j'y étais, la salle des machines de la Deus Academia. La salle était une immense demi-sphère d'environ 30 mètres de diamètre. Les murs, non en fait il n'y avait pas de murs, tous les surfaces étaient recouvertes de machines, de tuyaux, des centaines d'appareils que je n'avais jamais vu auparavant. Même au sol, sous une grille métallique, une myriade de machines étaient là sous mes pieds. Il y avait là des formes et des couleurs inconnues, par ici une machine semblant être électrique, par là une autre actionnée certainement par la magie, d'un autre coté une autre tournant au charbon. J'avais sous mes yeux un miracle d'ingénierie, une magnificence pour tout adepte de la technologie et de la mécanique. Cet endroit allait être mon lieu de travail, mon domaine, pour l'éternité.

J'étais arrivé à la Deus Academia deux jours plus tôt à peine. Le premier jour j'étais allé de découvertes en découvertes. Sur le lieu, les gens, l'histoire. En gros j'avais appris que j'étais mort, que c'était une académie qui formait des dieux potentiels, qu'il y avait des professeurs et des élèves. La quinte pour moi, je m'étais empressé de quitter l'école et voilà que j'y retournais. Une chance pour moi, je n'étais pas tenu d'aller en cours. J'avais appris que mon statut ici était celui de Repenti. En gros j'étais suffisamment sympathique comme mec pour qu'on m'autorise à tenter de devenir un Dieu, mais trop méchant pour me laisser librement. Pour m'en faire baver, j'allais devoir assumer un boulot pour l'éternité de ma mort. Trop dommage pour les gus qui comptaient m'emmerder, ils avaient choisis précisément le genre de travail qui pouvait me passionner, même si ça durait une éternité.

Par rapport à cette histoire de "futurs dieux" j'avais en revanche un profond scepticisme. A la base je n'avais jamais eu aucune croyance, apprendre qu'un Dieu existait me laissa sur le cul. Ensuite il était quelque part amusant d'apprendre que ce même Dieu commençait à en avoir plein la tête de son boulot. Tu m'en diras tant avais-je pensé, à force de nous regarder faire n'importe quoi sur Terre il y avait de quoi être las. Les gens ici étaient donc tous en formation en quelque sorte afin de remplacer ce Dieu en fin de vie. J'avais d'ores et déjà décidé que tout ceci ne m'intéressait pas. En revanche j'étais très intéressé par mon nouveau travail. C'est pour ça que je m'étais dirigé vers la salle des machines presque aussitôt que les Directeurs m'informèrent et me confièrent les clés du lieu.

Extasié par la salle, les machines et déjà rêveur d'aller bidouiller un peu toute cette installation, je ne remarquais pas l'arrivée d'une autre personne.
Invité
avatar
Invité
Re: L'entrée en scène du chef mécano. [PV Katharina.] - Sam 15 Fév 2014 - 13:01
L'exploration était plutôt mal vue de son temps. Et surtout réservée à l'autre côté du genre. Ah, ils étaient fiers des nouvelles découvertes d'un grand explorateur à la descendance assurée. Cependant voilà, la même découverte venant d'une femme et on murmurait déjà que c'était grâce à l'aide de Satan. Une femme ne pouvait pas trouver des alternatives à la saignée, une femme ne pouvait pas briller sur le champ de bataille et sauver sa nation. Non. Une femme ça sert à faire des alliances fructueuses, une femme ça sert de faire valoir. Une femme, ça ne sert pas à grand chose si ce n'est assurer la pérennité de la descendance après l'avoir engendrée. Après tout, ça meurt vite. Un enfant dans la tuyauterie et il n'y a plus personne . On a bien de la chance quand elles tiennent jusqu'à l'enfantement ! - Inepties. Elle n'y avait jamais apporté de crédit, un peu par rationalité, et peut être un peu à cause de sa naissance. Elle avait songé au travestissement, mais la punition si elle était attrapée aurait été la mort..Finalement, cela n'aurait pas changé grand chose au cours de sa vie.

Cependant, malgré le danger, Katharina n'a jamais pu s'empêcher de mettre son nez un peu partout. Découvrir de nouvelles plantes, de nouvelles manières de penser, de nouveaux animaux, de nouvelles manières d'aider. Elle était toujours restée du côté clair de la force. Préférant mille fois être une aide qu'une épine de plus dans des pieds déjà bien mis à mal. Et finalement, la mort n'avait même pas réussi à l'en éloigner. Depuis son arrivée, elle errait sans but apparent dans ces couloirs mille fois arpentés de par le passé. Elle ne cherchait rien, et en cela elle pouvait tout trouver. Et ce qu'elle allait trouver aujourd'hui changerait certainement sa vie. Les montres avaient déjà révolutionné un peu cette dernière, mais les machines ouvriraient plus encore de perspectives. La mesure du temps la fascinait. De son temps, les cloches seules pouvaient l'indiquer, et maintenant on pouvait savoir exactement l'heure en regardant son poignet ! Et ses pérégrinations l'amenèrent cette fois çi à un niveau du bâtiment auquel elle n'était pas particulièrement habituée. Et puis il y eut ce bruit inconnu, à mi chemin entre le frottement et le cliquetis. Intriguée, elle suivit son ouïe. La porte était entrouverte, c'était certainement pour ça qu'elle avait pu l'entendre si distinctement. Le bas de sa robe caressant le sol, elle glissa un œil dans l’entrebâillement. Interloquée.

La vue la surprit bien plus que l'ouïe. Il n'y avait que du métal, ou peu s'en faut. Du métal clinquant. Ses yeux s'arrondirent, lentement mais sûrement. La curiosité l'emporta bien vite sur tout autre sentiment, sa méfiance se tut sans opposer trop de résistance. Pas de bois, rien de naturel, que le métal, le sol ressemblait un peu aux chariots de suppliciés. En un peu plus fin cependant. La seule chose qu'elle pouvait reconnaître dans tout ça ? Peut être la chaleur émanant du charbon. Elle poussa un peu plus la porte, impatiente d'en voir plus. Seulement, grand mal lui en prendrait peut être. Il y avait quelqu'un, de stature imposante qui plus est. Sa soif de découvertes en prit un coup. Elle s'arrêta net. Peut être que la politesse sauverait sa vie !

« B ..Bonjour ? »
Invité
avatar
Invité
Re: L'entrée en scène du chef mécano. [PV Katharina.] - Sam 15 Fév 2014 - 14:43
C'était tout bonnement extraordinaire, il y avait là plus de machines que je ne pouvais les compter. Je vis une sorte d'appareil ressemblant à une armoire électrique, mais en ouvrant son placard, je ne tombais pas sur des fils et des circuits mais sur une série de fioles aux contenus de trois couleurs différentes, s'écoulant étrangement dans des tuyaux. Tous les tuyaux plongeaient dans une vasque plus épaisse où se faisait le mélange. Aussi surprenante que cela semble, la vasque faisait bouillir le mélange, produisant des petits éclairs. Même si je n'avais pas la moindre foutue idée de l'utilité de cette machine et de son fonctionnement, la découverte me remplit de bonheur. En découvrant encore ici et là je tombais sur une antiquité, sorte de machine à vapeur antique fonctionnant au charbon. Ça j'en connaissais parfaitement le fonctionnement, mais ce qu'elle alimentait restait un mystère. Encore quelque pas et je tombais sur un énorme entonnoir ou de l'eau chaude bouillait paisiblement, mais encore une fois, je ne voyais pas d'où elle tirait sa chaleur ni son utilité. Je ne cite ici que quelques pièces de machineries, mais la pièce entière en était remplie ! Plus encore, il y avait trois autres couloirs en plus de celui par lequel j'étais arrivé. Ceux-ci menaient, tenez-vous bien, à d'autres pièces similaires, ouvrant elle aussi sur d'autres couloirs, ouvrant sur d'autres pièces. La salle des machines était un labyrinthe !

Je revenais sur mes pas avant de me paumer complètement, revenant dans la première salle. J'étais bien décidé à aller chercher du papier, revenir, et arpenter la salle des machines de long en large tout en dessinant le plan des lieux. Pourtant, lorsque je revins enfin dans la première salle, une personne était là. Quel idiot j'étais, je n'avais pas fermé la porte d'entrée. C'était une jeune femme, pas très grande, les yeux bleus. Toute belle ma foi, mais elle n'avait certainement rien à faire ici. Pourtant, je fus le premier à la voir avant qu'elle ne me remarque, et je pense aujourd'hui que c'est son regard qui fit que je ne la foutais pas dehors aussitôt. Elle avait un regard presque semblable au mien en voyant ces machines, comme si elle découvrait quelque chose d'extraordinaire. Ce n'était pas le genre étudiante juvénile et stupide se perdant dans le campus et chialant pour retrouver son chemin. Ce n'était pas non plus la rebelle qui cherchait simplement un coin tranquille pour se siffler une bouteille d'alcool. Non, dans son regard je voyais une certaine joie, un ravissement face à ce qu'elle découvrait. Allez savoir comment, mais à ce moment-là j'aurais mis ma main à couper qu'elle tenait à découvrir les lieux autant que moi.

« B...Bonjour ? »

Enfin elle m'avait remarqué, il était temps. Aussitôt cette petite lueur dans ses yeux s'en alla. Elle semblait soudainement inquiète, comme si je l'avais gaulé en train de faire une connerie monumentale. Mais bon, elle n'avait rien fait en soi, et puis c'est moi qui avais laissé la porte ouverte. Quoiqu'il en soit je me détendais. Mon envie première de lui claquer la porte au visage était passée, et la curiosité que j'avais vue chez elle me plaisait bien. Je m'allumais une cigarette et m'approchait d'elle avec le sourire.

- Salut. Toi, t'as l'air curieuse par rapport à ce que tu es en train de voir pas vrai...

Je lui tendais mon paquet de cigarette.

- Une clope ?

Tandis que j'entamais la conversation, je pensais à la suite des événements. Avec un peu de chance, elle avait peut-être du papier et un crayon avec elle et ça m’éviterait de retourner à ma chambre pour en chercher. Et puis, ravie comme elle semblait être je pouvais l'inviter à découvrir tout ça. Certes, cet endroit allait être mon antre, mais je n'étais pas du genre égoïste. Et puis, arpenter la salle des machines avec quelqu'un qui semblait aussi surpris que moi face à tout ça...ça ne pouvait qu'être agréable.
Invité
avatar
Invité
Re: L'entrée en scène du chef mécano. [PV Katharina.] - Mer 5 Mar 2014 - 16:11
Un monde nouveau ouvrait une brèche sous ses pieds. Si sa tête n'était pas si ancrée sur ses épaules, elle en serait tombée des nues. Heureusement, l'expérience et le trépas lui avaient ouvert les yeux sur beaucoup de choses, dont la possibilité qu'il existe d'autres choses ailleurs. Peut-on vraiment toucher aux choses surnaturelles et finalement se dire qu'il n'y a que le rationnel pour donner un sens à l'existence ? Bien sur que non ! La magie ouvre l'esprit plus qu'elle ne le brime. Ceux qui veulent la brimer sont seulement jaloux de ne pas avoir été choisis. Après tout, ils prêtent ces mêmes pouvoirs à leur Dieu, pourquoi donc brûler ceux qu'il a choisi. Elle ne prétendait pas les comprendre, et de toute façon leur époque était révolue. Au final, ils avaient brûlé des innocents pour se protéger, mais ce sont les innocents qui ont été sauvés. Elle n'avait retrouvé ici aucun de ses détracteurs, ni même le Dieu au nom duquel elle avait embrassé les flammes.


Enfin, elle n'allait pas en parler mille ans de plus, il lui restait un millier de choses à deviner. A découvrir, à créer, à expérimenter. Et de toute évidence, son interlocuteur pourrait certainement l'y aider, et pourtant, Dieu qu'il était impressionnant. Sans le connaître, elle aurait tout fait pour lui épargner des humeurs inégales, d'un coup de main, il aurait certainement pu lui faire attraper un rhume . Et qui plus est, elle était en position de faiblesse, c'était elle l'intruse. Il savait ce qu'il faisait, ça pouvait se sentir d'ici, il regardait les machines avec amour, et c'était surprenant. Tout ici était digne d'intérêt, mais elle ne savait même pas dans quelle pièce elle avait atterri. Personne ne lui en avait parlé, ça ne devait pas être une salle vitale, restait à déterminer son utilité, les matériaux étaient précieux, donc certainement importants. Peut être qu'il pourrait l'éclairer si elle le demandait gentiment...


Elle était autant impressionnée par lui que par tout le reste, il avait une carrure et une prestance telle qu'elle se sentit insignifiante, et si frêle...Aussitôt les premières lettres de son bonjour ayant quitté ses lèvres, si elle avait pu, elle les aurait rattrapé au vol, avant de partir en courant, loin, vite, pour ne jamais revenir. Trop tard. Et puis, elle avait plus ou moins tenu tête au clergé pendant ses années de vie, ce n'était pas pour craindre un étranger alors qu'elle était déjà passée de vie à trépas. A part une bonne paire de claques, il ne pouvait plus vraiment lui arriver grand chose. Et puis, tant qu'elle restait polie, il n'allait pas lui faire de misères, si ? De toute évidence non, et c'était surprenant, de voir quelqu'un d'aussi solidement bâti sourire aussi jovialement. Elle s'éclaira de nouveau, très certainement. Il proposa une..Clope..Elle supposa par déduction que c'était les petits trucs dans le paquet. Elle fit la moue un instant, craignant que son refus le mette en colère.

« Heu, non merci ! Je...Je ne sais même pas ce que c'est »


Non, à son époque ça n'existait pas . Ca ressemblait vaguement à de l'herbe dans du papier. Oui, ça ressemblait à une drôle d'idée. Elle lui sourit pour faire passer un peu plus le refus .



« C'est rudement impressionnant ici...Je...Ca fonctionne comment tout ça ? De mon temps, l'idée même de faire des engins pareil n'existait pas! »


Nonobstant l'expression désuète, l'intérêt était lui vif, nouveau, et particulièrement fort .
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'entrée en scène du chef mécano. [PV Katharina.] - Sam 13 Sep 2014 - 20:11
Dommage... on saura qu'il y a tout plein de machines étranges dans cette salle, mais on ne saura jamais comment elles marchent toutes. Une autre fois peut-être ? Je suis très curieuse...

Katharina Dörthe : 170 xps

Xps attribués : Yep
L'entrée en scène du chef mécano. [PV Katharina.]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» L'entrée en scène du chef mécano. [PV Katharina.]
» L'entrée en scène d'une folle... [PV Musashi et Akito]
» [inscriptions jusqu'au 06/05/11] L'entrée en scène du premier Capitaine Corsaire
» Entrée en scène ! [Terminé]
» Haiti-Vodou; Un chef suprême pour le voudou est élu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Dortoirs :: Salle des machines-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page