Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Deux demoiselles, un temple, et ...

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Invité
avatar
Invité
Re: Deux demoiselles, un temple, et ... - Ven 7 Mar 2014 - 8:31
"- Je sais pas pour cette histoire de monstre, mais pour être honnête... je sais pas nager. Fais plus attention la prochaine fois, s’il te plait ?... "

Maëlia avait l'habitude des personnes fâchées et de toute évidence ce n'était pas vraiment le cas de Ryouko, qui il fallait l'avouer avait vraiment une chance proche du néant, non seulement elle se faisait attaquer par  un monstre dans l'eau mais en plus elle ne savait pas nager, la pauvre n'avait vraiment aucun moyen de s'en sortir seule. Mais la blondinette n'allait jamais mettre ça en avant la dernière fois qu'elle s'était étonné devant quelqu'un qu'il ne savait pas nager il lui avait désagréablement fait remarquer que ne pas savoir nager était plus courant que de ne pas savoir marcher, et elle n'avait aucune envie d'ouvrir ce genre de porte à son amie. La blondinette se releva, essorant ses cheveux alors que son amie avait réussit à trouver une veste sèche dans son sac.

*Wouha, alors ça Jean adorerait avoir un sac aussi bon contre l'eau si j'avais sa marque je...*

Elle stoppa sa réflexion immédiatement, cela ne servait à rien, les morts ne pouvaient plus donner d'informations aux vivants, sinon ce serait une morte-vivante et autant apprentie déesse ça lui plaisait, autant elle n'avait pas envie de devenir un zombi mangeur de cerveau. Parce qu'un zombi c'est franchement moche et sa marche sans regarder ses pieds, aucune chance qu'elle arrive a attraper a manger sans se casser la gueule, et avec sa force dans les bras elle pourrait pas faire plus de 100mètres les bras tendus en avant sans devoir faire une pause. C'était définitif elle ferait une très très mauvaise zombie et puis une zombie de toute façon ça parle pas elle aurait pas pu donner la marque du sac.

« O-on y va ? J’pense qu’on devrait continuer par-là. J’espère qu’on sera bientôt sorties de ce fichu temple... »

L'apprentie déesse s'activa quittant ses pensées maintenant qu'elle avait atteint un conclusion satisfaisante, rattrapant Ryouko qui avait commencer à retirer des planches qui bloquait un des chemins possible qu'elles n'avaient pas encore utiliser. Maëlia voulait exprimer son soutient à son amie et elle attrapa le bas de sa veste, la faisant se retourner vers la blonde en pyjama trempé. Celle-ci tenait la veste et faisait une tête étrange, ses yeux était ouverts assez grand avec une sorte d'expression de surprise, son corps tremblait légèrement et sa bouche était entre-ouverte, elle inspira trois fois d'affiler successivement comme si elle allait fondre en larme.

"tchoum!"

Maëlia passa son index sous son nez, son sourire reprenant sa place sur son visage.

"Désolée, je voulais juste te dire que j'étais bien d'accord avec toi, ce passage est surement le bon. Après tout il a été barricadé vers l'intérieur, par des gens qui voulaient sortir, qui voudrait rester, surement pour empêcher les gens de rentrer. S'ils étaient assez bon que pour mettre ces planches de se côtés du passage pour sortir de l'autre ça pouvait qu'être le bon chemin sinon ils auraient mit un interdiction de passer... mais..."

Elle se stoppa, elle avait autre chose a dire avant d'éternuer, mais quoi donc, pourquoi faire tout ce raisonnement pour prouver que Ryouko avait raison, après tout son amie avait décider de passer par là alors pourquoi avait elle dit ça? Soudain elle sauta sur place la joie et l'excitation s'emparant de son visage elle venait de se souvenir.


"Ouiiiii, voila, donc tu as raison, mais on devrait pas le rappeler parce qu'il a pas l'air de s'en rendre compte lui."

Maëlia pointait du doigt le petit louveteau blanc qui les attendait en contre bas du sentier qu'elles avaient plus ou moins rejoins, il sautillait devant un petit passage dans un mur en bois, il était vraiment étroit et bien caché. La blondinette avait conscience que depuis hier sa relation avec l'animal n'était pas forcément au beau fixe et sa main gauche brulante lui rappelait encore plus, mieux valait que ce soit Ryouko qui s'occupe de lui expliquer que son chemin était bon quand on marchait à quatre pattes, mais que pour elles s'étaient un peu difficile et puis que de toute manières elles avaient déjà trouver la sortie.
Invité
avatar
Invité
Re: Deux demoiselles, un temple, et ... - Ven 7 Mar 2014 - 19:54





♫ Deux demoiselles, un temple ♫
« Retour à la case départ... tu crois ? »

Au moment où il ne restait plus que deux planches à écarter pour libérer complètement le passage, Ryouko fut stoppée par Maelia qui lui tirait la veste. Elle devait avoir froid, vu comme elle éternuait, mais c’était autre chose qu’elle voulait lui dire. Apparemment, elle approuvait juste son choix de sortie, mais l’argumentation était vraiment bizarre. Et puis, pourquoi se lancer dans un discours de cette ampleur juste pour lui signifier son appui ? Elle devait vouloir dire quelque chose et s’était embrouillée dans son explication... encore une fois. Ouais, faut croire que c’était une habitude pour elle.

« Ouiiiii, voila, donc tu as raison, mais on devrait pas le rappeler parce qu'il a pas l'air de s'en rendre compte lui.
- Lui ?... »

Suivant l’indication de la blondinette, Ryouko remarqua alors la petite boule de poils blanche qui leur faisait signe, un peu plus loin. Il y avait un petit trou dans la paroi à côté de lui, mais ça semblait vraiment très étroit. Elles devaient pouvoir y passer en rampant, peut-être... mais tant qu’elle pouvait l’éviter, cela ne l’enchantait pas. L’ennui c’était que maintenant qu’il savait qu’elle l’avait vu, elle ne pouvait plus l’ignorer. Peut-être que le passage était interdit aussi, et qu’elles allaient se faire bouffer si elles passaient. Ca serait... vraiment horrible, comme mort. Encore plus que la noyade.

« Euh... désolée peluche, mais... on préfère aller par là, ok ? »

Le concerné hocha la tête sur le côté d’un air d’incompréhension horriblement craquant. Il devait connaitre l’endroit comme sa poche, cela partait sans doute d’une bonne intention, mais... quelque chose lui disait que ce chemin était le bon.

Non. En vérité, elle pressentait... qu’il y avait quelque chose d’important à faire au-delà de ce chemin. Peut-être pas directement la sortie, mais ce quelque chose qui leur permettrait de l’atteindre. A moins que ça ne soit juste un pressentiment stupide et qu’en fait, elles allaient tout droit dans la gueule du loup. Bizarrement, la dernière option semblait beaucoup plus plausible que les autres.

Bref, Ryouko acheva d’écarter les planches et attrapa le bras de Maelia pour l’entrainer dans le couloir obscur. C’était assez étroit, mais aménagé. Il y avait des marches d’escaliers par endroit, et même de vieilles lampes à huile vides accrochées aux murs. Heureusement, elle avait toujours son éclairage vert en état de marche. Finalement, après quelques minutes de marche à peine, elles arrivèrent face à une grande porte en bois, sans poignée. Elle semblait un peu coincée, il allait falloir forcer un peu pour l’ouvrir...

Après avoir tiré Maelia pour lui demander de l’aider à pousser, la porte commença à bouger mais résista quand même. Personne n’avait ouvert ce passage depuis longtemps en fait, cela signifiait donc que... personne n’avait réussi à sortir depuis tout ce temps ? Ou personne ne s’y était perdu, plutôt. Mais elle n’eut pas le temps de mener la réflexion bien loin que la porte céda d’un seul coup, laissant les deux jeunes filles câliner affectueusement le sol.

« Saloperie d’passages secrets à la con... »

A la longue, elle allait vraiment finir par ses casser quelque chose aussi. Et puis les vêtements encore mouillés accrochaient bien la poussière, c’était pas très agréable. Ryouko se releva péniblement et aida sa partenaire à faire de même, levant enfin les yeux pour voir où elles avaient atterri. C’était... une sorte de remise, poussiéreuse avec des caisses et des débris un peu partout, mais étrangement familière.

« Dis... on serait pas déjà passé ici ? »

Ca ne lui revenait pas, mais ça lui revenait pas, mais elle était certaine d’être déjà allé dans cette pièce. Puis elle comprit en fin, lorsque la vieille échelle rouillée passa sous le faisceau de sa lampe torche. Et maintenant, elle était complètement cassée, aucun moyen de remonter. Ce qui signifiait que...

Nul besoin de le dire, elle frissonnait déjà à l’avance. Par réflexe, elle invoqua rapidement un katana de lumière pour éclairer plus largement la pièce et être parée à se défendre. Mais... l’homme n’était pas ici, apparemment. L’apprentie déesse des lames allait enfin relâcher la pression quand un jappement en écho la fit sursauter. La peluche les avait retrouvé et les guidait ? Pas de trace de sa fourrure immaculée, mais le cri semblait venir du tunnel continuant plus loin. Elle aurait voulu ne pas le suivre, ne pas aller là bas, mais c’était leur seule option à moins de retourner en arrière. Et la sortie n’était définitivement pas derrière.
© Fiche codée par Shim
Invité
avatar
Invité
Re: Deux demoiselles, un temple, et ... - Sam 8 Mar 2014 - 20:40
Ryouko expliqua à la boule de poil leur plan de prendre la voie cachée par les planches le louveteau ne semblait pas encore d'accord avec ce choix mais lorsque les dernières planches furent retiré et que la voie fut pleinement tracée il n'eut d'autres choix que de les suivre. Maëlia sentit son bras se faire attrapé par son amie et elle fut tirée derrière elle, visiblement elle était pressée de quitter les lieux ou bien elle espérait peut être forcer les pieds de la blondinette à suivre un chemin sur lequel ils ne pourraient pas commettre d'autres erreurs. 

Finalement le trajet se fit rapidement et sans encombre, les jeunes femmes avaient avancés sans soucis l'une à la suite de l'autre jusqu'à une grande porte sans  clinche. Maëlia avait bien pensé à signaler à Ryouko qu'il serait plus simple de directement se tenir la main, mais le souvenir encore frais d'une chute dans un point d'eau lui intima l'ordre mental de ne pas faire de remarque pour le moment. Son amie lui demanda alors de l'aide pour pousser la porte de bois visiblement fermée depuis des lustres et elle ne se fit pas prier pour la lui apporter. Après avoir fait quelque peu grincer les vieilles planches et avoir poussé de toutes ses forces Maëlia sentit le monde reprendre ses droits en même temps que la gravité tandis qu'elles s'écrasaient au sol avec la porte, relançant cruellement la douleur dans ses côtes. Quelques larmes lui montèrent aux yeux, elle n'en pouvait plus de cette douleur et avait vraiment besoin de soin rapidement.

Pendant ce temps Ryouko démontra qu'elle avait aussi apprit quelques grossièretés de son vivant avant d'aider l'apprentie déesse à se relevée. Maëlia c'était cependant fait une légère commotion au moment de l'impact avec la porte en bois tombée au sol et une fois revenue sur ses deux pieds sa vue se troubla, ses jambes ne purent pas supporter son poids et elle tomba au ralenti sur son amie. Par réflexe elle avait serré ses deux bras autour de la taille de celle-ci pour ne pas glisser le long de son corps alors que sa tête avait atterrie droit sur la poitrine de Ryouko.

Une seconde, deux secondes, passèrent, la blondinette tenait toujours fermement son amie sans pour autant la serrer fortement. Elle était si bien la tête posé sur les doux petits coussins de Ryouko, ses oreilles pouvant percevoir tout doucement les battements de son coeur. Ses vertiges passaient lentement, s'estompant petit à petit, elle allait pouvoir se tenir droite d'elle même mais avant cela elle prit la parole d'une voie douce, étrangement calme, ou la fatigue physique que lui causait cette aventure se faisait bien ressentir.

"Ryouko..."

Maëlia marqua une petite pause, de quelques secondes, inspirant, expirant calmement, repensant rapidement à tout ce qui leur était arrivés, les chutes, le voyage dans l'obscurité, le danger, la peur, ... Presque à chaque fois elle avait été d'une inutilité parfaite, pire elle était la cause de la plupart de leurs ennuis, et pourtant son amie était toujours la, à la soutenir à cet instant précis.

"... je t'aime ..."

Ces trois mots, elle les pensaient vraiment, sans aucune tricherie, elle les avaient prononcé de sa voix la plus sérieuse et la plus posée, sans ajouter quoique ce soit l'apprentie déesse avait marquer une nouvelle pause, comme une déclaration. Mais son esprit s'était juste laisser envouter par une amélioration soudaine de son ouïe qu'elle ne s'expliquait pas et qui lui permettait de mieux entendre le coeur de sa compagne d'aventure. Finalement après un court silence elle continua sa phrase comme si elle n'y avait jamais fait de pause.

"... vraiment beaucoup ..."


Les vertiges de la chutes s'étaient enfin complètement arrêter et la petite fille aux long cheveux blonds se dégagea avec douceur de son amie, l'observant de son petit mètre quarante elle plongea ses yeux dorés dans ceux de celle qui l'avait aider à tenir jusque la. Son regard était vraiment plein de bonheur, et une larme coulait le long de sa joue, memento de la douleur qu'avait occasionné la chute, son sourire était radieux mais d'une joie simple, moins folle que dans son habitude. Sans sourciller Maëlia poursuivit son discours.

"... Depuis qu'on est ici on a vraiment que des ennuis, et je suis sur que toute seule tu serais déjà dehors depuis longtemps, je me connais, je sais que je fais que gaffer, tu aurais pu me laisser derrière sans aucun problème et t'en tirer sans ennuis, mais tu es toujours la, tu as même combattue un monstre marin toute seule alors que tu ne sais pas nager. Tu es vraiment formidable, tu. Tu es la meilleure amie que j'ai jamais eu."

Les cris du louveteau s'intensifièrent, il n'était toujours pas visible, mais il s'impatientait c'était une certitude, il n'y avait plus de temps à perdre, physiquement Maëlia était au bout du rouleau, et même si elle adorait chaque seconde passées en compagnie d'une si bonne amie elle avait besoin de soin et de repos. Reprenant son sourire naturel et rallumant la graine de folie qui ne quittait d'habitude pas ses yeux elle leva les yeux comme si elle se relevait victorieuse d'elle même ne savait pas quoi.

"On y va? Il à l'air d'être pressé...."
Invité
avatar
Invité
Re: Deux demoiselles, un temple, et ... - Sam 15 Mar 2014 - 16:43





♫ Deux demoiselles, un temple ♫
« Dernier souffle »

Il fallait aller retrouver la peluche. Le petit louveteau blanc les guidait vers la sortie, elles devaient y aller. Mais Ike... où était-il passé ? Il était forcément quelque part. Avait-il trouvé la sortie, ou avait-il trouvé une autre issue pour remonter ? Ryouko ne savait pas, elle avait peur qu’il leur tombe dessus. Elle avait déjà suffisamment eut mal, déjà trop erré dans cette vieille bâtisse. C’était assez, elle devait s’enfuir d’ici.

Elle rassemblait tout son courage, katana à la main, maitrisant sa respiration. Son rythme cardiaque était calme et régulier à ce moment, ses sens s’aiguisaient pour lui permettre de réagir à tout moment. Pourtant, quelque chose lui échappa. A ce moment, quand elle sentit Maelia tomber subitement contre elle et l’enlacer, elle ne réagit pas immédiatement.

« Ryouko... – un silence – je t’aime... – que... quoi ? – vraiment beaucoup... »

Sachant que c’était elle, la jeune fille n’avait pas peur, mais ce qu’elle n’avait pas anticipé, c’est le discours de la blondinette et la position dans laquelle elle se trouvait maintenant. La tête collée contre sa poitrine, les bras autour de sa taille... Est-ce qu’elle lui faisait... une déclaration ? Cette situation qu’elle avait jugée normale dans les circonstances devenait horriblement gênante.

Maelia continuait sur le même ton, s’excusant de ses maladresses et des ennuis qu’elle avait causés. La meilleure amie qu’elle n’ait jamais eu... c’était vraiment ce qu’elle représentait, à ses yeux ? Ses aveux troublaient la jeune fille aux cheveux de jais, mais la rendaient très heureuse aussi. Depuis toutes ces années, ça lui faisait toujours aussi étrange d’entendre dire qu’elle comptait pour quelqu’un.

Fermant les yeux pour éclaircir son esprit, elle se demanda alors quels étaient ses sentiments pour Maelia. Elle l’aimait bien, oui, même si elle lui attirait des tas d’ennuis. Elle avait voulu l’aider, mais avait surtout réussi à aggraver son état. La logique de ses actions était souvent bancale, mais elle l’avait déjà sauvée plusieurs fois face au danger. Elle était gentille même si elle disait des choses blessantes par moment... et son pouvoir était vraiment génial aussi, fallait pas se le cacher. Surement une bonne amie déjà, mais pas l’amour de sa vie. Mais... comment lui dire ?

« On y va? Il à l'air d'être pressé...
- ... ? Ah... oui. »

Ryouko réalisa soudainement qu’elle était dégagée de l’étreinte et que leur guide s’impatientait. Combien de temps avait-elle été dans le brouillard comme ça ? C’était mauvais, cette idiote l’avait complètement déconcentrée. Mais bizarrement, au lieu de la mettre en colère, ça la faisait sourire. Sa lame en main, elle inspira un grand coup et s’avança d’un pas résolu vers son destin. Un nouveau flux d’énergie semblait monter en elle, quelque chose qui lui donnait l’impression d’être invincible. Maintenant, elle était prête.

De longues secondes durant, seul l’écho de leurs pas et les jappements de louveteau résonnaient dans le tunnel. Puis la fin du couloir apparu à la lumière du trou percé dans le plancher, celui d’où elles étaient tombées. L’animal était là haut, commençant à sautiller joyeusement quand il capta enfin de l’attention. Mais... il n’y avait toujours rien d’utilisable pour remonter. A moins qu’il n’y ait... un autre moyen ?

Soudain, une désagréable sensation l’assaillit. Celle d’une ombre se faufilant derrière elle, prête à frapper. La seconde d’après, Ryouko fit volte-face et une planche craqua. La silhouette s’échappa dans les recoins sombres du couloir, fuyant la lumière de son arme. La respiration haletante d’une troisième personne s’approchait dangereusement.

« Ahah... AhahAHAHAHAHAHA !
- Approche-toi si tu l’oses, lâche ! »

Elle lui avait crié dessus, la voix emprunte de colère mais sans aucune peur. Cette fois-ci, elle voulait en découdre une bonne fois pour toutes. Elle allait le tuer avant qu’il ne le fasse, c’était la seule solution.

« Lâche ? Ouais, peut-être. Mais tu veux que j’te dise ? Ce sont les gagnants qui écrivent l’histoire. Les morts ne parlent pas, AHAHAHAHAHA ! »

L’ombre s’approcha enfin, dévoilant son apparence à la lumière. C’était bien Ike, le même que le dernier soir, lorsque la folie avait prit le dessus sur lui. Il tenait encore debout, titubant à la manière d’un zombi, mais sa jambe gauche semblait dans un sale état. Son pantalon était déchiré et noirci de sang. En ce moment même, il n’avait plus d’humain que l’apparence.

Brusquement, il tomba à genoux, plongeant son regard sur la terre avant de reprendre un rire sinistre. Il ne bougeait plus, de lui les deux apprenties ne voyaient le dos vouté secoué par son rire. Puis il leva la tête, plongeant son regard dans le leur, le visage distordu comme s’il eut été possédé. Ryouko se mit en position, prête à agir, plaçant sa lame en garde. Mais son attaque ne fut pas frontale. Rien tout d’abord, puis un craquement osseux résonna doucement et quelque chose attrapa fermement les deux jeunes filles à jambe. Ce quelque chose... c’était deux bras humains en décomposition.

« C’est quoi ce...
- Je suis le dieu des revenants, Ike Arès. Il observa un silence, prenant une voix plus calme et posée. Vous avez bien joué avec moi... Maintenant, c’est vous qui serez mes marionnettes. Je vais vous ouvrir les portes du royaume des morts !
- C’est toi qui va y retourner ! »

La jeune fille fit pivoter sa lame et trancha le bras qui la retenait, le faisant lâcher prise et arrachant un râle de douleur à Ike. Apparemment, les dégâts qu’on pouvait faire à ces trucs se répercutaient d’une manière ou d’une autre sur lui... mais la douleur ne semblait plus rien lui faire, et Maelia était toujours immobilisée. Il fallait la mettre à l’abri, sans rien pour se défendre elle... mais c’était prendre un risque, et cela donnait un avantage à Ike. Cependant, quoi qu’il arrive... Ryouko ne pouvait pas se résoudre à l’abandonner. Elle se battrait jusqu’au bout.

Alors, Maelia... tiens bon.
© Fiche codée par Shim
Invité
avatar
Invité
Re: Deux demoiselles, un temple, et ... - Lun 17 Mar 2014 - 7:19
Les deux jeunes demoiselles s'étaient remises en route, suivant les indications sonores de leur guide en peluche Maëlia ne pouvait s'empêcher de repenser à tout ce qui s'était passé. C'était vraiment une incroyable aventure, arriver la de nuit, contre toute attente, trouver un passage secret dans le sol, rencontrer Ryouko, explorer un vieux temple, découvrir le cachette d'une magnifique louveteau mignon, vaincre un monstre marin même si elle n'y était pour rien. Cette aventure valait bien quelques bosses.

Finalement elle arrivèrent dans une salle qu'elles connaissaient et que l'apprentie déesse reconnue immédiatement, ça première pensée en voyant l'orifice dans le plancher au dessus de leur tête qui permettait à la lumière de passer lui avait permit de clairement identifier le lieu.

*Hooo, j'espère que personne va me tomber dessus.*

Les craintes de la demoiselle se réalisèrent cependant, pas au sens littéral cette fois, mais plus loin, dans  l'obscurité, quelqu'un attendait justement de leur tomber dessus. Une planche avait craqué et son amie avait directement réagis, elle, n'avait pas prêter attention à ce bruit mineur trop occupée à se demander si le louveteau pouvait faire pousser ses poils très long pour leur les envoyés et les remonter sur le plancher de l'étage du dessus.

Lorsque Ike fut prit d'un rire de démence la jeune fille sursauta tout en se retournant. Le jeune homme était de retour et visiblement il allait mal, très mal. Maëlia l'avait complètement oublié, comme à son habitude elle ne souvenait que de ce qui l'arrangeait, mais le retour de l'apprenti dieu la forçait à se rappeler des événements de la vieille. Ryouko elle était prête à en découdre, son arme brandit, sa voix si forte, sans aucun doute son amie allait se battre et la maitresse du hasard n'aimait pas du tout l'idée qu'elle soit encore obligée de se mettre en danger.

« Lâche ? Ouais, peut-être. Mais tu veux que j’te dise ? Ce sont les gagnants qui écrivent l’histoire. Les morts ne parlent pas, AHAHAHAHAHA ! »

Maëlia était plus perturbée encore, elle n'avait jusqu'alors pas compris pourquoi Ike leur en voulait, pourquoi il était devenu si agressif.  Mais maintenant tout s'éclairait, avec ses problèmes de mémoire il ne pouvait pas devenir un grand dieu, et cette découverte, ces ruines, cela devait lui tenir à coeur, d'autant qu'avec sa maladie, qui sait combien de temps il avait été bloqué ici. Forcément écrire était pour lui essentiel pour se rappeler, et le crédit de cette découverte devait être essentiel à la réussite de son année. La jeune fille pouvait maintenant complètement empatir au désarroi de l'adolescent, comme il le disait quand sa mémoire serait morte il ne pourrait plus en parler, il était surement aussi pressé que stressé, mais tout de même cela ne justifiait pas une bagarre, elle devait absolument lui dire. Lui dire qu'elle du moins s'en fichait du crédit ou des points et qu'il pouvait bien tout avoir, cela ne la dérangeait pas si cela pouvait éviter que lui et surtout Ryouko ne soit encore plus blessé.

Mais avant que la jeune fille n'ait pu prendre la parole une main sortie du sol lui saisi la jambe la surprenant et la faisant à moitié sursauter. Prise dans l'élan de sa surprise, bloqué par la main en décomposition, elle perdit l'équilibre tentant de se reprendre elle ne porta aucune attention aux dernières paroles des deux autres protagonistes, puis après quelques secondes de vaines lutte elle chuta. Manque de chance pour la main elle chuta dans le sens de l'avant bras, tombant, poussant comme un levier sur la main qui était encore coincée dans le sol forçant le bras à prendre un angle à 90° qu'aucune souplesse osseuse ne pouvait tolérer. Mais le bruit de sa propre chute couvrit le son du craquement de l'os.

Ike quant à lui cria pour la seconde fois ou moment ou le radius et le cubitus de l'avant bras s'étant saisit de la blondinette cédèrent.

*Aïe aïe aïe*

Maëlia redressa la tête en se frottant le crâne, elle n'avait pas compris ce qui lui avait fait faire une nouvelle chute et devait absolument stopper Ike et Ryouko avant qu'un des deux ne blesse l'autre mais c'est alors qu'elle pu prendre conscience de l'horreur de la situation. D'un coup elle venait de voir cette main qui sortait du sol, Ike et Ryouko disparurent instantanément de ses pensées, l'apprentie déesse devait les stopper mais une priorité absolue venait d'apparaitre, quelqu'un était coincé sous le sol et essayait visiblement de sortir. D'un bond la jeune fille fut sur ses pieds, elle ne prêta aucune attention à l'état de la main et la saisit vigoureusement.

"Vous en faites pas je vais vous tirer de là!"

D'un coup sec Maëlia tira de toutes ses forces, basculant en arrière. Mais la chair déjà bien entamée du bras zombie ne pouvait pas tenir une telle traction, et ses os fendu en deux n'aidaient plus en rien, du coup le bras se déchira littéralement sans que la blondinette ne puisse comprendre elle partie rapidement en arrière lorsque le bout de l'avant bras mort vivant se sépara du reste. Surprise elle ouvrit grand les mains, lâchant du coup la main mortifiée. Ike poussa un nouveau cri. Maëlia s'effondra sur une vieille caisse qui vola en éclat alors que des planches avec une toile posé contre le mur lui tombait dessus.

*Aïe aïe aïe*

La jeune femme était maintenant sous un tas de planche et la toile, complètement cachée, la tête et le dos encore plus endoloris. Mais le temps pressait, elle n'avait pas su sortir la pauvre personne coincée sous terre et elle devait retourner l'aider, elle devait également arrêter Ryouko et Ike, se battre pour des points c'était ridicule. Elle bouscula les planches pour sortir de sa cachette, provoquant la chute de la dernière encore à la verticale, droit sur sa tête. Maëlia retomba, assommée, une petite sieste s'imposait.
Invité
avatar
Invité
Re: Deux demoiselles, un temple, et ... - Ven 28 Mar 2014 - 20:12





♫ Deux demoiselles, un temple ♫
« Réalité ou Illusion ? »

Ryouko ne comprenait strictement rien à la réaction de Maelia. Elle avait réussi à se libérer et prétendait vouloir aider en cueillant ces bras qui sortaient de terre... de toute manière, personne ici n’avait le temps de se poser la question du pourquoi du comment. La jeune fille fut un peu inquiète en entendant le fracas des planches s’effondrant derrière elle, mais baisser sa garde était un luxe qu’elle ne pouvait pas se permettre. Elle ne lâcherait pas Ike des yeux... pas une seconde.

« Maelia...
- J’te comprends vraiment pas tu sais... perdre ton temps à protéger une idiote pareille. »

Un second bruit de planches s’écrasant sur le sol résonna, mêlé au bruit sourd d’un corps qui s’effondre. Rien que de l’imaginer, le choc faisait mal. Pourvu qu’elle puisse encore s’en relever après tout ça... mais pour l’instant, le souci c’était... !

Le temps s’était figé pour elle l’espace d’un instant, lorsqu’elle reprit enfin conscience. Ike était debout face à elle, à porté de lame, ses yeux vitreux plongés dans les siens. Combien de secondes s’étaient écoulées ? Elle n’avait pas bougé tout ce temps ? Ne pas se laisser déconcentrer... mais c’était déjà trop tard pour réagir. Son adversaire lui décocha un coup de poing en pleine tête qui repoussa de quelques pas en arrière, jusqu’à ce qu’elle réalise qu’elle était maintenant dos au mur. La violence du choc résonnait dans toute sa tête, la seule chose qui lui revenait était le craquement des os au moment où le coup était parti. Pas seulement son nez... les doigts de Ike aussi ? Il n’avait pourtant pas l’air d’en souffrir... était-il donc increvable ? La seule façon de le savoir...

C’était de frapper. Le jeune homme s’approcha à nouveau qu’elle, calme et froid, armant un second coup. Il n’avait plus de garde, plus aucune attitude défensive. Il ne faisait qu’avancer et frapper, peu importe les coups qu’on lui rendait. Alors, solution était simple : ne pas fuir, ne pas esquisser le moindre mouvement de retrait jusqu’au dernier instant, et là...

Un nouveau sifflement, un bruit sourd. Esquivé de justesse, le poing avait rencontré la paroi terreuse et le poignet s’était brisé dans un craquement horrible. Saisissant sa chance, Ryouko asséna un coup de sabre dans le pli du coude et lui sectionna plusieurs tendons, rendant le bras inutilisable. Pourtant, malgré tout cela, il ne criait pas. Ce monstre ne bronchait pas de se faire couper le bras.

« Ahahahaha... tu te demandes pourquoi je ne ressens pas la douleur ? – Il sortit soudainement un couteau de poche, l’approchant sans hésitation de son bras ballant et coupa ce qui le rattachait encore à son avant bras, le laissant tomber au sol. – La vérité c’est que ce bras est... mort ! »

Il éclata à nouveau d’un rire malsain, si fort qu’il donnait des migraines à la jeune fille encore sonnée par le coup qu’elle avait reçu. Son bras était mort... et le reste de son corps ? Etait-il tout entier... un mort vivant ? Ses yeux glissèrent sur l’avant bras gisant au sol, puis sur la partie restante... presque aucune goute de sang ne coulait de la blessure, pourtant il devrait en couler à flot. Elle n’osait plus parler, le souffle lui manquait, mais... elle devait poser la question.

« ... Tu es... mort, toi aussi ?...
- Qu’y a t-il ? C’est trop effrayant pour toi ? Les morts ne peuvent pas mourir, mais toi si.
- Ahah... je vois... »

Un mort est déjà mort, on ne peut pas le tuer. Mais lui... il n’était pas encore mort. Pas totalement. Elle ne savait pas combien de parties de son corps étaient atteintes, mais en lui, quelque chose vivait toujours. Et cette chose rendrait son dernier soupir.

Alors qu’il riait encore, Ryouko se mit en position d’attaque. Elle bascula son corps en avant et s’élança d’une impulsion sur quelques mètres qui la séparaient de sa cible, pointant son sabre vers son cœur. Ike ne s’était pas méfié se fit empaler, crachant un filet de sang dans un cri étouffé. Le corps de l’homme laissa alors peu à peu la force qui l’animait s’échapper, et il s’effondra à son tour sur le sol. Puis, quand le silence fut revenu, la lame de Ryouko se volatilisa et elle tomba à genoux d’épuisement.

« J’ai... tué quelqu’un ? »

Ce furent les seuls mots qu’elle murmura, laissant les secondes s’égrener en contemplant la nuit qui envahissait le tunnel, tournant le dos à la seule source de lumière que constituait la sortie.

Elle ne l’avait pas réalisé à ce moment... mais le cadavre d’Ike avait disparu.
© Fiche codée par Shim
Invité
avatar
Invité
Re: Deux demoiselles, un temple, et ... - Lun 31 Mar 2014 - 16:45
Maëlia reprenait doucement conscience, et plus elle se réveillait plus elle se souvenait dans quel état piteux elle se trouvait. Décidément cette aventure allait finir par en faire de la purée et la blondinette en avait plus que marre que sa tête soit la cible de tant de coup, ce n'est pas parce que dans son cas il ne s'y trouve aucun organe vital en fonctionnement qu'il fallait que le destin s'acharne ainsi dessus.

La jeune fille se releva, observant les alentours, Ryouko était seule, agenouillée au sol, elle ne regardait pas dans la direction de Maëlia, que pouvait elle bien fixer? Que c'était il passé? Elle n'en avait aucune idée mais cela importait peu, de toute évidence elles s'en étaient une fois de plus sortie. Scrutant les alentours l'apprentie déesse constata que son accident avait révélé un  renfoncement dans la parois, caché par les planches et qui jadis avait du servir pour entreposer du matériel car divers outils s'y trouvaient encore en compagnie d'une escabelle de bonne taille, plus que certainement suffisante pour leurs permettre d'attraper le plancher au dessus et de se hisser dans la salle d'entrée.

La joie la submergea instantanément et elle fonça sur Ryouko, lui sautant sur le dos, qu'importe la douleur dans ses côtes à cet instant la jeune fille ne la sentait plus, sa tête passa à côté de celle de Ryouko mais elle ne pouvait pas voir le visage de cette dernière, elle ne pouvait pas imaginé qu'il soit autrement que ravie. Sans hésité sans attendre elle enchaina avec une tirade aussi énergique que joyeuse, aussi sincère qu'euphorique.

"Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, ça y est on y est, on va pouvoir sortir!!!! T'es vraiment vraiment vraiment la meilleure, t'imagine tout ce qu'on a fait, explorer ce labyrinthe de nuit, combattre des monstres, dresser un loup blanc et trouver des trésors tout en échappant à un gang de délinquant tagueur et au plus gros Alzheimer de tous les temps.  


C'est vraiment incroyable, j'aurai jamais imaginer pouvoir faire autant de chose folles en si peu de temps, des choses tellement dangereuses et inattendue, sur terre ça aurait jamais été possible. Et même ici, sans toi, je serais surement encore perdue ou dévorée quelque part... "

Maëlia marqua une pause, sa voie perdit toutes la folie qui s'y trouvait, elle devint beaucoup plus calme, plus solennelle. Elle pausa son menton sur l'épaule de Ryouko, passant ses mains autours de sa taille.

"Merci... ça à surement pas été une partie de plaisir pour toi, surtout avec toutes les gaffes que je fais, mais sans toi j'y serais surement pas arrivé, et grâce à toi j'ai vécu tout cela, tu es vraiment extraordinaire et si on pouvait refaire des choses comme ça, toi et moi, à l'avenir je serais la plus heureuse. "

D'un bond la blondinette se remit sur ses pattes, fixant l'escabelle.

"Bon bas, y a plus qu'a sortir."
Invité
avatar
Invité
Re: Deux demoiselles, un temple, et ... - Dim 13 Avr 2014 - 16:27





♫ Deux demoiselles, un temple ♫
« Happy End »

Ryouko était comme absente, perdue dans les méandres de ses pensées. Elle avait tué, il était mort, mort, mort, il ne reviendrait plus, jamais, plus jamais... Elle ne pleurait pas, son corps ne tremblait pas, plus aucune émotion ne l’habitait en ce moment même. C’était pour sauver Maelia... pour rester en vie, et... non, elle n’arrivait pas s’en convaincre. Pourquoi était-ce si simple quand elle se l’imaginait ? Elle avait toujours voulu avoir la force de le faire, ne pas hésiter lorsque ce serait sa seule option. Et là... son corps avait agit tout seul, c’était presque effrayant. Ahaha... peut-être que ça lui allait mieux d’être ainsi ?...

Tu es l’apprentie déesse des lames... te vois-tu une autre destinée ?
« Je voulais... vivre comme une personne normale ? »
Est-ce normal pour une personne de souhaiter la mort des autres ?
« Ils ne m’ont pas... laissé le choix. Je suis... désolée, je n’ai pas pu éviter ça... »
Crois-tu vraiment que Deus t’aurait donné ce pouvoir s’il ne savait pas qui tu es ?
« ... »
Elle ne savait plus quoi répondre à sa conscience. C’est trop dur, assez, faites la taire ! Personne ne pouvait comprendre ce qu’elle avait vécu. Elle se retrouvait ici pour ne pas avoir su protéger quelqu’un, et à présent qu’elle y arrivait... Ahah... Ahahahahaha...

Puis soudain, un poids tomba sur le dos de la jeune fille, et deux petits bras couverts de bleus passèrent autour de ses épaules, serrant contre sa poitrine. Ryouko mit un certain temps à réagir, mais la voix enjouée de son amie parvint tout de même à l’atteindre à travers ses pensées.

« Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, ça y est on y est, on va pouvoir sortir !!!! T'es vraiment vraiment vraiment la meilleure, [...] »

La suite, elle ne l’écouta pas. C’était vraiment pas utile de ressasser les souvenirs de tout ce qui s’était passé pour en arriver là. Mais... elle ne comprenait pas ce compliment qu’elle lui faisait. Est-ce qu’elle avait fait un truc magique sans s’en rendre compte ? Ou peut-être qu’elle avait tellement mal qu’elle commençait à divaguer... Puis elle sentit la tête de la blondinette se poser sur son épaule et ses mains glisser autour de sa taille. Sa joie s’était calmée, elle semblait beaucoup plus calme et sérieuse tout d’un coup.

« Merci... ça à surement pas été une partie de plaisir pour toi, surtout avec toutes les gaffes que je fais, mais sans toi j'y serais surement pas arrivé, et grâce à toi j'ai vécu tout cela, tu es vraiment extraordinaire et si on pouvait refaire des choses comme ça, toi et moi, à l'avenir je serais la plus heureuse.
- ... »

Elle voulu répondre, mais le nœud formé dans sa gorge l’en empêcha. Les battements de son cœur s’emballaient, tout un tas d’émotions ressurgissaient soudainement. De la joie, de la tristesse. Les larmes lui montaient aux yeux, elle savait qu’elle ne pourrait pas les retenir, alors quand elle se releva pour sortir enfin de ce sous-sol sale et poussiéreux, elle resta à genoux et pleura silencieusement. De longues minutes durant. Heureusement, Maelia ne devait pas l’avoir remarqué avec l’obscurité. Finalement, elle se releva avec difficulté et dévisagea la solution de sortie improvisée. Elle devrait faire l’affaire, oui... pauvre petite, elle avait du avoir du mal à déplacer l’escabelle avec ses cotes cassées. Mais au moins, elle pourrait enfin aller à l’infirmerie et se faire soigner. Ryouko aussi devrait y faire un arrêt, vu son état après l’affrontement... même si en comparaison, ce n’était pas grand-chose.

Les deux jeunes filles se hissèrent enfin à la surface. La porte était restée entre-ouverte, comme lorsqu’elle était entrée. Personne n’était venu se perdre ici depuis. Ce qui signifiait aussi... que personne ne savait où elles étaient. Ryouko prit la main de Maelia pour l’aider à sortir sans se prendre les pieds dans les débris. Derrière la grande porte, le soleil était déjà haut. Comme elle le pensait, il devait être maintenant aux alentours de onze heures. Du moins son estomac lui indiquait qu’il n’était pas encore midi, donc ce devait être ça.

« On a encore pas mal de chemin, j’espère que tu vas tenir le coup... »

Il fallait au moins une bonne vingtaine de minutes pour aller d’ici à l’académie, en prenant son temps. Et comme elle imaginait difficilement Maelia rentrer au pas de course dans cet état... fallait faire avec. En espérant qu’il y ait encore quelqu’un à l’infirmerie en arrivant, si tout le monde était partit manger, ça serait vraiment bête. Et elles risquaient de croiser beaucoup de monde entre le portail et leur destination, avec ça. Même si près du but, le ciel continuait de s’acharner, faut croire.

« Dis... à propos de c’que tu disais tout à l’heure... c’est vraiment ça que tu penses de moi ? »

Ryouko se sentait légèrement rougir en essayant de formuler sa question, mais à vrai dire, elle avait plus peur de ne pas se faire comprendre. Entre les larmes versées et le reste, elle n’était plus à ça près. Et puis, peut-être que Maelia avait déjà oublié, que c’était juste sous le coup de l’émotion, ou même qu’elle était dans un délire complet... ça serait vraiment embarrassant comme situation. Manquerait plus qu’elle lui tombe dessus et l’embrasse... euh... quoi ? La jeune fille aurait voulu effacer immédiatement cette pensée de son esprit, mais la gêne devait déjà se lire clairement sur son visage. Si seulement elle pouvait répondre comme une personne normale, juste une fois... rhaa !
© Fiche codée par Shim
Invité
avatar
Invité
Re: Deux demoiselles, un temple, et ... - Ven 25 Avr 2014 - 8:21
Finalement après des heures d'aventures, de découvertes, d'exploration et de chutes, Maëlia finit par découvrir le hall d'entrée sous la douce lumière du soleil. L'intérieur du temple en dehors de sa partie caverneuse secrète était vraiment très beau mais le temps n'était plus à la découverte mais au retour et au repos mérité. Les deux demoiselles se dirigèrent donc vers la sortie pour quitter l'endroit. Dehors le soleil était déjà haut dans le ciel et le temps par chance était vraiment bon bien qu'une petite brise fit frissonner la blondinette.

« On a encore pas mal de chemin, j’espère que tu vas tenir le coup... »

Maëlia ne comprenait pas vraiment où voulait en venir son amie, une fois de plus malgré la douleur constante dans son corps à présent la joie et le bonheur qu'elle ressentait sous le rayonnement de l'astre du jour l'empêchait de réaliser des liens rationnel entre les paroles de Ryouko et son état. Mais La fille aux cheveux de Jade lui saisit tout de même la main. C'était, vraiment, trop.... Drôle, oui on aurait dit deux petites filles qui revenaient des champs après avoir jouer un peu plus longtemps que prévu, des vraies amies... Maëlia souriait elle aimait bien ce genre de chose mais cela faisait un bon bout de temps qu'elle ne l'avait plus fait.

« Dis... à propos de c’que tu disais tout à l’heure... c’est vraiment ça que tu penses de moi ? »

*Hein???*

L'apprentie déesse du hasard ne voyait absolument pas ou voulait en venir sa partenaire d'aventure. Qu'avait elle donc dit, elle parlait tant. Observant rapidement son amie la blondinette se demandait vraiment ce dont elle pouvait douter quand l'évidence la frappa. C'était tellement évident qu'elle se sentait bête de ne pas l'avoir remarqué plus tôt. Mais bon il fallait lui laisser que les dernières heures n'avaient pas été de tout repos et que dans l'obscurité de leur voyage elle n'aurait pas pu remarquer correctement ce genre de petites choses. Arborant un sourire radieux et absolument sincère ainsi que sa voix la plus honnête.

"Évidemment que je le pensais, faut pas t'en faire pour ça, après tout c'est juste le résultat de notre voyage, mais dans le fond ça pourrait jamais changer t'as vraiment pas à t'inquiéter."

C'est sur que la de suite la jupe de Ryouko était vraiment sale, mais cela ne changeait en rien ce qu'avait dit la jeune fille, cela lui allait bien et il suffirait de la laver. La gêne de Ryouko était évidente mais inutile en présence d'une amie. Certes Maëlia était aussi une fille et comprenait à quel point l'apparence vestimentaire était importante, mais après ce qu'elles avaient vécus c'était secondaire, même si observant son propre état elle ne put s'empêcher elle aussi de ressentir une certaine gêne.

Son pyjama était à présent au moins aussi brun que rose, il était complètement trempé lui collant le corps complètement révélant des formes qui malgré le côté moulant du vêtement restaient plus simple à imaginée qu'a voir. Ajouter à cela plusieurs endroit ou l'apparat de nuit était déchiré laissant sa peau profiter un peu du soleil. Elle faisait peine à voir et espérait qu'elles ne croiseraient pas trop de monde avant d'arriver à l'infirmerie. 

*D'ailleurs c'est quoi le chemin?*

Jusque la elle avait suivit Ryouko qui lui donnait la main mais connaissait elle vraiment le chemin? Surement après tout il n'y avait aucune raison de douter d'elle. Mais alors qu'elle avait cette pensée elle remarqua une corde verte au sol, la demoiselle la saisit de sa main valide tout en continuant d'avancer une manœuvre affreusement dangereuse qu'on a son niveau d'équilibre mais qui par miracle se passa à merveille. Cette corde s'avançait vers le lointain, exactement dans la direction qu'elles suivaient, c'était forcément un fil d'arianne laissé par Ryouko à l'aller et qu'elle suivait pour rentrer, elle était si intelligente que Maëlia en rougit légèrement.

Mais c'était bête de laisser cette corde la, l'apprentie déesse décida donc de commencer à la ramasser, essayant comme elle le pouvait, une tentative un peu absurde qui la faisait faire des mouvements de bras aberrants et ridicules qui attirèrent vite l'attention de la deuxième demoiselle, une demi seconde trop tard cependant. Maëlia venait de marcher sur la corde en même temps qu'un nouveau mouvement de bras créant toutes une séries de force agissant dans des directions opposées et que le centre de l'équilibre blondinien ne pouvait en aucun cas gérer.

Elle parti instantanément en avant, tenant Ryouko elle l'emporta une fois de plus dans sa chute, mais avec la fatigue la demoiselle ne put contrer le poids de Maëlia, par chance la zone était pleine d'herbe douce et elles se trouvait en haut d'une petite bute et une pente d'une dizaine de mètres de long leur permettant de réaliser un rouler bouler pittoresque mais presque non douloureux. Après s'être immobiliser en bas la situation était tout de même cocasse, Maëlia se trouvait sur Ryouko, son front contre son front, son nez contre son nez, ses yeux plongés dans ceux de son amies, pendant que la corde s'était enroulée autour d'elles.

"Oups, désolée j'ai glissé."   

La jeune fille était vraiment désolée, mais plus d'avoir trébuché que de la situation actuelle, elle pouvait sentir le souffle de son amie juste son elle et espérait du fond du coeur... Ne pas être trop lourde.
Invité
avatar
Invité
Re: Deux demoiselles, un temple, et ... - Ven 25 Avr 2014 - 23:31





♫ Deux demoiselles, un temple ♫
« Fil de l'amitié »

Elle avait eu l’air légèrement surprise par sa question. Ca devait être embarrassant pour elle aussi après tout, c’était normal. Mais tout de même, Ryouko était mal à l’aise de la façon dont la blondinette la dévisageait. Quelque chose n’allait pas ? Ses vêtements étaient sales et encore un peu humides du plongeon de ce matin, mais elle ne voyait pas vraiment où il y aurait un problème. Enfin... c’était pas très agréable et elle préférerait éviter de croiser du monde dans cet état, certes...

« Évidemment que je le pensais, faut pas t'en faire pour ça, après tout c'est juste le résultat de notre voyage, mais dans le fond ça pourrait jamais changer t'as vraiment pas à t'inquiéter.
- Euh... merci ?... »

Non, elle ne comprenait pas vraiment le sens de sa réponse. Ce n’était pas une question d’inquiétude de perdre son affection pour une quelconque raison mystérieuse qui lui échappait, c’était plutôt de savoir si elle était sérieuse à ce sujet qui la préoccupait. Encore une réponse à côté de la plaque... elle aurait du s’en douter, non ? C’était juste un de ses délires, elle s’était juste mal exprimée. De toute façon, ce n’était pas comme si Ryouko avait vraiment des sentiments pour la blondinette. Alors tant mieux, non ? Puis, est-ce qu’elle avait un petit ami d’ailleurs ? Il devait vraiment en voir de toutes les couleurs le pauvre, arcs-en-ciel tous les jours. Mais d’un autre côté, ce devait être une vie intéressante. Elle qui s’ennuyait sans cesse à rester seule, avoir quelqu’un pour redonner un sens à son existence...

Sur le moment, elle n’avait pas remarqué que Maelia avait ramassé cette étrange corde verte fluo qui se déroulait en direction de l’académie. Ce qu’elle faisait là, bonne question. La tête dans le brouillard, elle n’y avait pas prêté attention, mais cela devait faire un moment qu’elles suivaient ce fil. En revanche, la raison pour laquelle la blondinette s’était mise en tête de ramasser cette corde et la ramener avec elle, c’était facile à deviner. Il allait arriver un truc totalement hasardeux et potentiellement douloureux.

Sauf que le temps de faire ce résonnement, les rouages du mécanisme s’étaient déjà actionnés. La jeune fille perdit l’équilibre et lui tomba dessus, l’entrainant dans une roulade infernale le long d’une pente douce. Lorsque le tournis se dissipa suffisamment pour lui permettre de discerner le ciel de la terre, Ryouko réalisa qu’elle était allongée dans l’herbe, Maelia étendue sur elle, et toutes deux totalement empêtrées dans cette foutue corde sortie de nulle part.

« Oups, désolée j'ai glissé. »

Sa voix était légèrement gênée, son visage collé au sien. C’était difficile de bouger, les fils s’entrecroisaient de telle sorte qu’on ne pouvait pas dégager le moindre membre sans coincer quelque part. Il allait falloir être méthodique, ou compter sur la chance... Haha. Se concentrer dans une situation aussi gênante, c’était impossible pour la déesse des lames. A croire que l’autre le faisait exprès avec sa malchance. Le sort s’acharnait, et tant qu’elle n’aurait pas mis les choses au clair, il continuerait. C’est le hasard, juste un coup du destin, hein ?

« Si tu voulais m’embrasser, t’aurai pu demander plus clairement... »

Elle se sentait rougir violemment, comme si ses joues prenaient feu. Et pire, elle ne pouvait même pas détourner le regarde ou se cacher. Elle allait devoir tout déballer en face, sans retraite possible. Son corps entier en tremblait déjà, elle avait du mal à respirer. Mais il fallait le faire.

« Ecoute... Je sais pas si... tes sentiments pour moi... mais... – les larmes lui montaient aux yeux sous l’émotion – Mais... t’as pas besoin d’utiliser tes techniques bizarres pour faire ce genre de choses !... Je sais pas si... c’est trop gênant, mais... dis le moi en face, s’il te plait... »

Elle perdait complètement le contrôle, les larmes commencèrent à couler, et aucune d’elles ne pouvait encore bouger. Mais ça lui était bien égal à ce moment. Elle avait tellement honte, mais d’un autre côté, elle ne pouvait pas se tromper. Il y avait forcément quelque chose pour provoquer toutes ces situations, ça ne lui était jamais arrivé avant. Sa vision se troublait, elle ne voyait même plus le visage de Maelia. A vouloir être forte, elle ne faisait que pleurer comme une gamine... c’était ainsi.
© Fiche codée par Shim
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 22
♠ Petits messages : 2691

Feuille de personnage
Niveau:
9/30  (9/30)
Expériences :
2690/1500  (2690/1500)
Votre domaine: La Tromperie.
avatar
Tortue Ninja
Tortue Ninja
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Deux demoiselles, un temple, et ... - Dim 17 Aoû 2014 - 19:56

Je... Je sais pas quoi vous dire... Y'a des passages qui m'ont tués, j'étais mort de rire devant mon écran. Autant on stress pour Maellia et Ryouko à cause d'Ike... Autant j'étais mort de rire à cause de Maelia et de son petit manège avec la boite, sans oublier le " OH TON SOUTIF IL EST TROP COOL!!! "
Franchement, félicitation a vous deux, je trouve ca dommage que ca se finisse ainsi, mais bon.


Roulette : 1480
Exploratrice : 1500
Xps attribués : Yep =)



Fais gaffe Invité, tu es la prochaine personne sur ma liste...
Mon theme ~ Fiche

deus awards :
 
Contenu sponsorisé
Re: Deux demoiselles, un temple, et ... -
Deux demoiselles, un temple, et ...
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Sujets similaires
-
» Arrivée des deux demoiselles
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» Un temple sous terre [PV Kusari]
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Au-delà du portail :: Temple maudit-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page