Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Deux demoiselles, un temple, et ...

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Invité
avatar
Invité
Re: Deux demoiselles, un temple, et ... - Sam 1 Fév 2014 - 19:04





♫ Deux demoiselles, un temple ♫
« Un, deux, trois... quatre ? »

Maelia lui tendait la main, une petite larme au coin de l’œil, le regard plein de pitié et de compassion. Aux mots qu’elle prononça en lui tendant la main, n’importe qui aurait pensé qu’elle le prenait pour un parfait abruti et qu’elle jouait son rôle à merveille. Mais au vu du contexte, Ryouko voyait bien quelque chose clochait. Ca ne pouvait pas juste être un jeu, elle s’y croyait vraiment. La jeune fille ne se vexa même quand il refusa de lui serrer la main, lui rendant même un sourire chaleureux à la place avant de s’éloigner pour repartir dans son délire de chasseuse de trésors.

« Bon ! Allez on se bouge, faut qu'on sorte de là et qu'on l’emmène voir un médecin pour ses problèmes mentaux le pauvre, mais d'abord qu'est ce qu'on a ici...
- Je vais la tuer... grincha-t-il entre ses dents, serrant les poings.
- Si tu la touches, c’est moi qui te tue. »

C’est vrai qu’elle était parfaitement capable de se faire des ennemis avec une attitude pareille, c’était plus qu’effrayant. Et puis, comment parler sérieusement avec une fille comme ça ? Elle n’avait l’air de ne rien prendre au sérieux de ce qui devait l’être et de n’en faire qu’à sa tête suivant une logique bancale. Et Ryouko allait la défendre ?... peut-être bien, oui. C’était trop compliqué pour elle de savoir pourquoi, alors elle se contenterait d’agir. C’est bien ce qu’il fallait faire dans ce genre de situation, non ?

Pendant que la blondinette poursuivait l’ouverture des diverses boites, en sortant des objets tout aussi inutiles qu’hasardeux, l’apprentie déesse des lames en profita pour mettre quelques points au clair avec le jeune homme. Si Maelia le prenait pour amnésique ou quelque chose du genre, c’était sans doute bien loin de la vérité. Alors il allait cracher le morceau sur la sortie, et maintenant.

« Bon, toi qui sait où est la sortie, tu nous montre le chemin ?
- Je t’ai déjà dit que j’avais un truc à récupérer avant... et puis c’est quoi ça, j’suis pas obligé d’vous aider moi !
- Haaa... dis plutôt que tu n’sais pas, soupira-t-elle en détournant le regard.
- C’est moi le menteur maintenant ! Et qui disait qu’on pouvait pas sortir d’ici ?! »

Ike avait monté la voix, suffisamment haut pour que la jeune fille puisse entendre clairement ses mots depuis l’autre bout de la pièce. Il allait encore falloir lui trouver une explication, super... mais pour l’instant, clouer le bec à cet idiot avant tout. Ryouko braqua sa lampe sur un mur au hasard et commença à faire le tour de la pièce, cherchant une écriture similaire à celle qu’elle avait vue tout à l’heure. Maelia n’avait pourtant rien trouvé en fouillant tout à l’heure...

Shiny ♥ I found it, it’s mine !

… Apparemment, le vandale en question avait trouvé quelque chose… de brillant et qui lui plaisait. Peut-être le truc que l’autre garçon avait perdu, cela donnerait peut-être enfin une raison de le croire innocent.

« Le truc que t’as paumé, il brille ?
- ... En quelque sorte, ouais. M-mais c’est quoi ce...
- Idiot. »

Voilà qu’il commençait à trembler maintenant, et ça se dit être un homme... Ryouko avait été un peu surprise de trouver cette inscription dans un coin de la pièce, mais elle parvenait à garder son sang froid, elle. Enfin... un peu effrayant la première fois peut-être, faut croire que son esprit s’y habituait. Elle resta un moment encore, le faisceau vert dirigé sur ces inscriptions que seule sa lampe pouvait révéler. Juste à côté, une porte entrebâillée semblait mener vers une autre partie du bâtiment... c’était par là que le fautif s’était enfui ? Mais qui cela pouvait-il être... ?
© Fiche codée par Shim
Invité
avatar
Invité
Re: Deux demoiselles, un temple, et ... - Mar 4 Fév 2014 - 16:25
Maëlia s'était ultra-motivée et cherchait activement la sortie, ouvrant tout ce qu'elle pouvait ouvrir mais la plupart des caisses et boites n'étaient pas fermées ou cassées ce qui ne l'aidait pas beaucoup. Elle devait absolument avoir une idée rapidement, même si les deux autres ne l'aidaient pas beaucoup à bavarder dans leur coins. Soudain elle mit à jour un super bout de tissus déchirer et poussiéreux de sous une caisse ce qui voulait dire que.... La mine réjouit de la jeune fille disparut aussi vite qu'elle était apparue, cela ne voulait rien dire du tout c'était juste vieux et pourri comme tous les indices qu'elle avait trouver pour le moment.

- C’est moi le menteur maintenant ! Et qui disait qu’on pouvait pas sortir d’ici ?! »

Le ton montait de l'autre côté et Maëlia se demandait de quoi ils pouvaient bien parler. Ryouko essayait-elle de raviver la mémoire éteinte d'Ike contre la volonté de celui-ci. Ou bien avait elle proposer de s'en servir comme bélier pour faire un trou jusqu'à la sortie. Maëlia secoua la tête, elle était vraiment de trop bonne humeur malgré le manque d'indice et pensait n'importe quoi si elle avait fait cette proposition il n'aurait pas mit en évidence l'impossibilité de sortir. La blondinette remarqua alors un éclat sous la lumière de sa lampe, à quelque mètres d'elle se trouvait quelque chose de brillant elle se précipita alors dessus mais un cailloux en décida autrement.

La jeune fille trébucha sur le rocher inerte plongeant vers l'avant juste au moment ou une ombre passait à ses côtés avec visiblement le même objectif qu'elle. Mais elle devait à présent se concentrer sur la récupération de son équilibre. Une prouesse qu'elle était rarement capable de réaliser sur sol plat en plein jour et en pleine forme. Autant dire que sur le sol encombré et l'obscurité avec son seuil de fatigue c'était une cause désespérée. Maëlia était en plein déséquilibre avant et son nez fonçait droit sur la parois juste devant elle, dans un dernier réflexe elle tandis le bras gauche pour bloquer sa course en heurtant la parois mais lorsque celui-ci l'atteint il traversa littéralement la parois.

* heiiiiiiiiiin????? *

Le reste du corps de la blondinette suivit la voie ouverte par sa main gauche, traversant entièrement la parois qui était en réalité à cet endroit une feuille de papier cartonné peinte qui donnait l'illusion d'une parois. Mais le sol juste derrière était en pente et la jeune fille entama un rouler boulé fort douloureux d'une dizaines de mètre avant de se stopper au sol couverte de terre et de petites écorchures.

"Aïe Aïe Aïe ..."

Elle balaya la pièce de sa lampe, c'était une petite pièce fermée, un peu comme une petite grotte, aménagée de tout un tas de truc et de bidules surement récupéré on ne sait ou ce lieu est ou était visiblement habité par quelqu'un ou quelque chose. Maëlia saisit alors toute l'ampleur de la situation. Ike devait certainement vivre ici, seul et isolé, incapable de trouver la sortie, il avait du caché l'entré de sa chambre à l'abris des potentiels voyageurs quand il explorait les alentours, mais le pauvre avait certainement du oublier que c'était sa maison et c'est pour sa qu'il était perdu dans l'autre pièce. Toute joyeuse elle s'apprêtait à appeler les deux autres pour partager sa découverte, c'est alors qu'elle le vit.

" HAAAAAAAAAAAAAA!"

Maëlia venait de crier d'épouvante si fort que tout le bâtiment était à présent au courant de sa présence. Dans un réflexe purement humain elle recula d'un pas, fixant horrifier ce qui se tenait devant ses yeux. Si elle ne trouvait pas extrêmement vite une solution les choses risquaient de très mal tourner.
Invité
avatar
Invité
Re: Deux demoiselles, un temple, et ... - Ven 7 Fév 2014 - 15:13





♫ Deux demoiselles, un temple ♫
« Un petit monstre trop kawaii sauvage apparait ! »

Un bruit sourd résonna brusquement dans la pièce, faisant sursauter Ryouko. On aurait dit un éboulement ou quelque chose comme une pile de caisses qui s’effondrerait en chaine. Ah ça ouais, ça faisait mal rien que d’y penser. Surtout que c’était largement plausible que la petite blondinette qui l’accompagnait en soit l’actrice principale... d’ailleurs, elle était passée où ? La jeune fille ne la voyait pas, elle la cherchait de regard mais elle avait disparu. Peut-être bien qu’elle avait été prise dans une chute pas loin finalement. Le faisceau de la lampe torche balaya les environs, mettant rapidement à jour un mur moisi à moitié en miettes... qui ne l’était pas tout à l’heure, on est d’accord ? Alors qui...

« HAAAAAAAAAAAAAA !!
- Whaaa ?!
- Maelia ! »

Qu’est ce qui lui arrivait encore ? C’était clair à présent, elle était passée à travers le mur en voulant s’appuyé et s’était blessée. Comme si les côtes qu’elle lui avait cassées ne suffisaient pas... à ce rythme, elle ne pourrait plus marcher et il allait falloir la porter jusqu’à l’infirmerie... en pleine nuit. Bonjour les emmerdes.

Ryouko laissa le grand gaillard peureux en plan, passant par le trou pour aller retrouver son amie blessée. Amie... ? Peut-être, c’était encore à réfléchir... c’était idiot de vouloir l’aider si elle ne l’appréciait pas, non ? Et puis, elle n’avait pas l’air dérangée de sa compagnie pour le moment. Peut-être qu’elles pourraient bien s’entendre, oui.

Sauf que... quand on a la tête dans les nuages, il nous arrive fréquemment le même genre de désagrément qu’à une certaine blonde malchanceuse. A peine passée de l’autre côté, la jeune fille se prit les pieds dans une corde qui trainait par terre et se cassa figure, roulant à son tour sur la pente pour rejoindre sa partenaire. La chute fut si rapide qu’elle lui faucha les jambes à l’arrivée, la faisant tomber droit dans ses bras pour câlin improvisé. Allez lui dire que c’était le hasard... ça n’aura pas empêché ses joues de virer au pourpre en tout cas, heureusement que l’autre ne le voyait pas avec l’obscurité.

« Argh... j’suis vraiment aussi maladroite que toi... – elle se redressa doucement en position assisse, Maelia toujours sur ses genoux – Tu vas bien ? Je t’ai entendu crier après ta chute... »

A la regarder, elle n’avait pas l’air trop blessée, mais elle avait les larmes aux yeux. Vu l’état dans lequel elle était, pas étonnant que le roulé-boulé ai été douloureux. Et puis, la pauvre petite avait l’air tellement mignonne et tellement triste à pleurer comme ça... Ryouko ne résista pas longtemps à l’envie de l’enlacer et de la serrer doucement contre elle. Mais alors qu’elle essayait de la consoler, une douce fourrure vint caresser son bras et joindre à l’étreinte. Quelque chose de chaud et duveteux, comme un coton. Surprise, elle jeta prudemment un œil à ce qui venait de se glisser entre eux... c’était... un petit louveteau blanc ? Ca alors, c’était encore plus mignon, la petite bête pelucheuse faisait à peine plus de trente centimètres de haut et s’était blotti entre les deux filles, roulé en boule et les fixant d’un air innocent.

« Qu’est-ce que... il est mignon... »

L’apprentie déesse n’osa pas bouger de peur de l’effrayer, hésitant sur ce qu’elle devait faire. Surtout, qu’est-ce qu’un animal pareil faisait perdu ici ? Il avait un petit sac avec un cordon autour de son cou, c’était un familier ? Certaines personnes de l’académie en avait, il aurait une animalerie secrète cachée quelque part... enfin, c’est ce qu’elle avait entendu dire. Ce petit était sans aucun doute apprivoisé, mais peut-être qu’il avait été perdu ou abandonné.

« Hé ! Qu’est-ce que vous faites, vous dormez ? »

Le jeune homme qui n’avait pas prit la peine de venir les aider s’impatientait. Le petit louveteau pelucheux redressa les oreilles puis la tête et lui répondit avec un jappement adorable. Comme si chaque nouvelle rencontre était un nouvel ami qui ne lui voudrait que du bien... stupide innocence. Mais c’était mieux que de l’avoir peureux et agressif, après tout. Il ferait juste mieux de se méfier des mauvaises personnes, c’est tout. Non, elle ne citera personne.

Ramassant sa lampe qui avait roulé au sol, elle adressa un regard à Maelia pour lui faire comprendre qu’elles feraient mieux de se lever et repartir. Elles n’allaient pas passer la nuit ici... comme si fermer l’œil était possible, avec ce garçon dans les parages.
© Fiche codée par Shim
Invité
avatar
Invité
Re: Deux demoiselles, un temple, et ... - Ven 7 Fév 2014 - 16:37
Alors que Maëlia cachait comme elle le pouvait la couverture de Ryouko qui s'était déchirée dans sa chute tout en cherchant un moins de la réparée elle entendit du bruit s'approcher. C'était à coup sur son amie qui allait arrivée et qui ne le resterait pas longtemps si elle découvrait dans quel état la blondinette avait mit la couverture qu'elle lui avait si gentillement prêter.

*Comment je fais pour être aussi bête....*

Mais le bruit ne s'approcha pas un pas successif et régulier comme on aurait pu s'y attendre, non en réalité on aurait pu croire que l'entrée de Maëlia avait été filmée et que l'audience se la repassait pour le plaisir, sauf que cette fois c'était une fille aux cheveux noir qui faisait son entrée. Le choc fut s'en appel, l'apprentie déesse avait déjà bien du mal a rester sur ses jambes en général il était impossible qu'elle supporte un tel fauchage et en un instant elle se retrouva couchée sur Ryouko qui la tenait dans les bras. Mais cette nouvelle chute ne fit que relancer de plus belle la douleur de plus en plus vive dans la poitrine de la maladroite.

« Argh... j’suis vraiment aussi maladroite que toi... Tu vas bien ? Je t’ai entendu crier après ta chute... »

Maëlia était prête à répondre que tout allait bien jusqu'à ce que son amie parle de son cri et lui rappel la couverture qui était déchirée, c'était vraiment une catastrophe. Son coeur bâtait la chamade, le stress et la fatigue aidant et la douleur lui mit doucement les larmes aux yeux alors qu'elle pouvait à peine répondre un petit.

"Oui, ça va..."

Sans hésité longtemps Ryouko la prit alors dans ses bras, une attention extrêmement gentille qui touchait la jeune fille mais qui avait le défaut plutôt gênant de serrer sa poitrine et ses côtes la forçant à émettre un petit cri de douleur étouffer qui ressemblait à un soupir. Maëlia n'en pouvait plus, le câlin réconfortant de son amie était si agréable. Cependant, elle ne le méritait pas après ce qu'elle avait fait, la gentillesse de Ryouko n'était pas méritée et la douleur dans ses os devenait vraiment très dure à supporter. Mais avant qu'elle n'ait pu le signaler à sa compagne d'exploration une petite boule de poil vint immiscer dans leur retrouvailles.

Les yeux de la blondinette brillaient de mille feu. Ce petit louveteau était si magnifique, si merveilleusement mignon, elle était sous le choc c'était vraiment une si belle nuit, pleine de découvertes formidables. Mais que pouvait bien faire cet animal ici? Enfin qu'importe c'était vraiment de la chance de trouver une si adorable créature.

« Qu’est-ce que... il est mignon... »

"J'en ai jamais vu un aussi beau... Comment tu t'appelle?"

Évidemment le louveteau ne répondit pas et continuait simplement d'agir comme la peluche ultime. C'était un instant si merveilleux, si magique, Maëlia ne pouvait que penser à l'emmenée avec elles, mais elle savait qu'il ne fallait pas privé un animal de liberté, surtout si il était aussi mignon.

« Hé ! Qu’est-ce que vous faites, vous dormez ? »

Ike s'impatientait de leur retour, au moins cela signifiait qu'il ne les avait pas encore oublier à nouveau, s'était une bonne chose. D'autant que, si c'était sa demeure, cela devait être son animal de compagnie qui se trouvait la. Hooooo non cela serait trop triste si Ike avait oublier l'existence de cette si magnifique créature si remplie d'amour et de tendresse; la blondinette ne le supporterait pas, elle serait presque obligée d'adopté le petit canidé si c'était vraiment celui du garçon. Ryouko lui lança un qui lui signifiait qu'il était temps de partir et la blondinette ne se fit pas prier se relevant d'un bond.

Malheureusement l'arrivée du louveteau avait de nouveau coupé l'arrivée d'informations importantes à son cerveau, comme la douleur et la fatigue. A peine debout son effort soudain lui provoqua un vertige, elle tituba pour finir contre Ryouko la tête au niveau du torse de cette dernière alors que de nouveau élan de peine lui traversait la poitrine. Maëlia respirait fortement, elle posa sa main gauche sur l'épaule droite de son amie pour mieux reprendre ses appuis elle n'avait pas le choix. Puis elle commença doucement à redresser le peux d'hauteur qui lui manquait pour arrivé juste au dessus de ses épaules, leur yeux n'étaient pas si éloigné que ça.

"Je suis... désolé; mon coeur ... ça ... fait mal..."

Les vertiges commencèrent à s'estomper permettant à Maëlia de se séparer de la fille au cheveux noir. Elles devaient partir elle le savait, dans sa main droite elle tenait la couverture, elle ne pouvait plus s'empêcher d'y penser. Si seulement elle s'était déchirée après la chute de Ryouko, les tords auraient été partagé, elle n'aurait pas à craindre de perdre son amie. Mais évidement la maitresse des lames ne pouvait pas savoir la vérité, il suffisait de prétendre que....

"Je suis désolée..."

Maëlia s'écria dans un sanglot, elle était tout bonnement incapable de mentir, et rien que de penser à dire un mensonge minait déjà a conscience. Elle se lança alors dans une tirade entrecoupée de sanglot et d'une respiration saccadé alors que la douleur dans sa poitrine avait finis par prendre le dessus complètement laissant ses larmes couler à grandes eau.

"Je suis ... tellement désolée, j'ai ... j'ai pas fait exprès, mais ... mais je ... la .... la couverture que tu .... tu m'as prêté, je ... enfin ... elle ... elle est déchirée sur une partie..."
Invité
avatar
Invité
Re: Deux demoiselles, un temple, et ... - Mar 11 Fév 2014 - 20:04





♫ Deux demoiselles, un temple ♫
« La candide, la brute et le kawaii »

Maelia ne tint pas debout longtemps. A peine redressée, elle vacilla et se mit à tituber légèrement, avant de finir la tête contre la poitrine de la jeune fille. La respiration saccadée de la blondinette lui faisait peur, est-ce que la douleur de ses côtes lui reprenait ? La pauvre petite s’appuya sur son épaule pour se redresser, lui soufflant quelques excuses entrecoupées de gémissements plaintifs. Cette nouvelle chute avait du aggraver ses blessures, et c’était de la faute de Ryouko... A ce rythme elle ne pourrait plus marcher dans une dizaine de minutes, et ça faisait beaucoup dans cet endroit sombre où toutes sortes de conneries trainent par terre. Mais s’il fallait la porter jusqu’à l’infirmerie sur son dos, elle le ferait.

« Je suis désolée...
- ... hein ?... C’est rien, je... »

Elle ne comprit pas de suite pourquoi ces excuses, mais finit par penser qu’elle était juste embarrassée de devoir s’appuyer sur son épaule. Ca la mettait vraiment mal à l’aise de la voir pleure comme ça, ses sanglots et la douleur qu’elle devait endurer... non, c’était trop, elle allait finir par pleurer aussi !

« Je suis... tellement désolée, j'ai... j'ai pas fait exprès, mais... mais je... la... la couverture que tu... tu m'as prêté, je... enfin... elle... elle est déchirée sur une partie...
- La couverture... ? »

Se souvenant maintenant, elle regarda derrière la jeune fille retrouver le tissu poussiéreux, littéralement coupée en deux sur un bon quart. Mais elle pouvait la faire recoudre, elle ne souffrirait pas. Les larmes commençant déjà à embuer ses yeux, Ryouko étendit la couverture devant elle pour enlever la poussière et la remit sur les épaules de Maelia, faisant attention à ce que la partie déchirée ne traine pas sur le côté pour s’accrocher quelque part.

« Pourquoi tu t’inquiètes pour ça alors que tu vas aussi mal ?... On va sortir d’ici... et tu vas aller te reposer, le reste ça passe après ! »

Elle lui prit alors la main et la tira doucement vers la sortie, essayant de ne pas lui faire ressentir d’avantage la douleur et lui intimant qu’aucune objection ne serait accordée. Peu importe comment, elles sortiraient d’ici, c’est tout ce qui comptait.

« Eh bah enf–
- La ferme, coupa-t-elle sèchement, ne prenant même prendre la peine de le regarder pour lui adresser la parole.
- Tsh !... Eh, c’est quoi ce truc que vous avez ramené ? »

Apparemment, il faisait allusion à la peluche blanche qui les avait suivis... peluche qui rétorqua à l’image de Ryouko, dressant fièrement la tête face au gaillard qui faisait dix fois sa taille. Sauf que cette attitude mettait trop bien en évidence le petit pendentif qu’il avait autour du cou... et cela piqua au vif la curiosité de l’autre. Le jeune homme s’approcha alors du louveteau qui ne cilla même pas, s’accroupissant pour mieux voir.

« Attends voir, c’est... Aie ! Sale petit... ! »

A peine avait-il approché les doigts qu’une rangée de dents acérées lui firent barrage, lui saignant cette main qu’il eut tôt fait de retirer. C’est que l’animal tenait à son collier, ce devait être quelque chose de précieux. Le gaillard se releva, fussilant du regard les deux jeunes filles. Vu le temps qu’elles avaient mis, c’était surement un sale coup de leur part ! Et puis, elles le traitaient toutes les deux comme un idiot depuis qu’elles étaient là, tout était clair ! Fulminant, il s’élança vers Ryouko et l’empoignant violement par le col, la plaquant contre le mur le plus proche. Elle eut tout juste le temps de lâcher la main de Maelia pour ne pas l’entrainer avec elle, la pauvre était suffisamment blessée comme ça.

« Toi... et ton idiote de copine... Vous allez enfin me dire ce que vous foutez ? Ton clebs, il a c’que j’cherche, pas vrai ? Dis lui de me rendre, ou c’est toi qui va prendre pour lui ! »

La jeune fille ne bougeait pas, la douleur résonnant encore dans son crâne. D’ordinaire, son instinct aurait prit le dessus et l’aurai planté aussi sec, mais là... la fatigue et sa préoccupation pour l’état de son amie, elle n’était pas en état de se battre ou de réagir. Et puis, le tuer ?... elle ne s’en sortirait pas si elle le laissait conscient, et elle n’avait pas la force pour l’assommer. En fait, elle n’avait jamais fait usage de ses dons à l’encontre d’un autre apprenti encore, pas en situation réelle. Mais si elle ne faisait rien, ce serait elle qui restait coincée ici pour toujours.

« T’attends quoi ? Tu sais plus quoi dire hein ? PARLE !! »

Il devait complètement fou de rage, la douleur dans son poing ensanglanté se réverbérait dans tout son corps et lui faisait perdre peu à peu ce qu’il lui restait de contrôle sur lui-même. Ryouko le regardait toujours dans les yeux, une vague tristesse sur le visage alors qu’elle lisait la démence sur celui de son agresseur. Il resserrait son étreinte, la plaquant toujours plus violement à la surface de bois poussiéreux, mais les seuls mots qu’il lui arrachait étaient des râles de douleur. Elle était trop faible pour s’en sortir par sa propre force de toute manière, mais elle ne voulait pas utiliser son don. Que faire ?...
© Fiche codée par Shim
Invité
avatar
Invité
Re: Deux demoiselles, un temple, et ... - Mer 12 Fév 2014 - 15:15
"- La couverture... ? "

La surprise était dominante dans la voix de Ryouko qui ne s'attendait visiblement pas à cela. La demoiselle aux cheveux noir récupéra la couverture et la dépoussiéra pour la reposer sur les épaules de Maëlia.

" -Pourquoi tu t’inquiètes pour ça alors que tu vas aussi mal ?... On va sortir d’ici... et tu vas aller te reposer, le reste ça passe après ! "

La blondinette était vraiment rassurée, elle ne lui en voulait pas pour la couverture, c'était vraiment une fille gentille qui s'inquiétait pour elle plus que pour ses affaires. C'était une qualité indispensable pour être amie avec l'apprentie déesse du savoir qui préférait d'habitude attendre un maximum avant de vérifier si les gens la possédaient ou non. Maëlia sentit son amie se saisir de sa main et l'emmenée délicatement vers la sortie, elle avait l'impression de voir son frère la sortir d'une des nombreuses mauvaises situation où elle avait su se fourrée de son vivant. Mais dans l'instant qui lui tenait la main importait peu, elle se sentait bien de savoir que ces bêtises seraient une fois de plus pardonnée et elle se contentait de suivre Ryouko qui l'emportait vers l'extérieur.

" Eh bah enf–
- La ferme
- Tsh !... Eh, c’est quoi ce truc que vous avez ramené ? "

Evidemment avec sa mémoire Ike ne se souvenait pas de son petit louveteau de compagne. La pauvre petite bête allait surement se sentir seule si il n'y avait pas moyen de le guérir. Mais le jeune homme se pencha rapidement vers la magnifique petite créature laissant un instant l'espoir emplir la blondinette, peut être ses souvenir allaient ils renaitre en voyant son petit amis blanc.

" Attends voir, c’est... Aie ! Sale petit... ! "

Alors que le jeune homme s'était approché du collier de la petite peluche sur patte, celle-ci lui mordit violemment la main faisant sursauter Maëlia. Qu'Ike l'ait oublié soit une chose, mais le louveteau ne pouvait pas lui aussi avoir un problème de mémoire, pourquoi mordre son maitre si celui qu'il venait de mordre l'était bel et bien. La colère venait de submerger leur compagnons à la mémoire défectueuse qui se jeta sur Ryouko la plaquant contre le mur le plus proche et surprenant totalement Maëlia.

" Toi... et ton idiote de copine... Vous allez enfin me dire ce que vous foutez ? Ton clebs, il a c’que j’cherche, pas vrai ? Dis lui de me rendre, ou c’est toi qui va prendre pour lui ! "

Son comportement venait de changer du tout au tout et aucun problème de mémoire ne pouvait justifier cela.

*Que faire*

Ike venait sans une once d'hésitation et avec une violence incroyable de les agresser, verbalement, mais surtout physiquement et voulait de toute évidence le collier du petit loup blanc.

*Que faire*

Elle avait une fois de plus complétement mélanger la réalité et ses fictions et ne s'en rendait compte qu'à cet instant critique ou son amie était en danger. Mais se maudire n'aurait pas pu aider Ryouko, pas plus que toute autre action qu'elle pouvait entreprendre. Maëlia avait déjà observer la plupart des vieilles caisses et boites présentent, la plupart était cassée et les autres ne contiendrait que de la nourriture des chandelles des vieux draps ou bien encore autre chose d'absolument inutile. Ajoutez à cela qu'elle n'avait pas le temps de chercher une boite utilisable ni de l'ouvrir et de la refermer jusqu'à obtenir une solution.

*Que faire*

Physiquement c'était une empoté finie, d'une maladresse sans limite et porter six bouteilles d'eau était pour elle un effort digne d'éloge. Aucune chance qu'elle puisse vaincre un garçon de cette taille, alors ajouter la fatigue, le froid, des bleus et deux côtes qui lui faisait un mal de chien ....

*Chien?*

Maëlia souleva le louveteau, il n'était pas vraiment léger et sa poitrine lui signala immédiatement que c'était une idée stupide, mais bon elle n'avait jamais briller à l'aide de ses idées qui ne l'étaient pas. Avançant droit sur Ike elle ne portait pas attention à la surprise de la petite bête qui se demandait pourquoi il était transporter de façon aussi peu stable. A cet instant sauver Ryouko était la seule chose qui comptait et elle n'avait qu'une seule et unique option alors penser aux conséquences n'aurait pas pu aider. D'autant que, penser aux conséquences de ses actes n'avait jamais fait parti de son fonctionnement.

« T’attends quoi ? Tu sais plus quoi dire hein ? PARLE !! »

La blondinette venait d'arriver au niveau des deux autres, dans le dos de Ike trop énerver que pour l'avoir vu venir. Sans hésité elle pinça la droite du louveteau qui tourna la tête alors que sa main gauche s'emparait du pendentif et plongeait droit sur la gorge de l'agresseur de Ryouko. Vif comme l'éclair la boule de poil blanche remarqua la tentative de vol et plongea ses crocs avec plus de force encore vers la main que Maëlia venait de posé sur le coup du garçon en train de se retourner. Les dents pointues de la mâchoire inférieure du louveteau se plantaient dans son bras gauche alors que celles de la mâchoire supérieures s'enfonçaient dans la chair d'Ike.

"LÂCHE LA!" S'écria-t-elle au même moment alors qu'une douleur supplémentaire l'assaillait.

La blondinette tira sur sa main gauche, entaillant tout l'arrière de celle ci sur près de 5 cm mais déplaçant également la gueule de la petite bête pour entailler celui qui s'en prenait à son amie. Il ne lui restait plus qu'à espérer que le résultat serait suffisant...
Invité
avatar
Invité
Re: Deux demoiselles, un temple, et ... - Jeu 20 Fév 2014 - 21:38





♫ Deux demoiselles, un temple ♫
« Requiem »

L’homme haletait, décidé à la plaquer contre ce mur jusqu’à ce qu’elle parle. La pauvre Ryouko n’avait pas fière allure, elle n’avait même plus la force de se débattre. La peur s’emparait de ses membres et les paralysait, la réduisant au rang de simple spectatrice. Serrant les dents, impuissante face au danger. C’était donc ça ?

Pourtant, le coup ne partait pas. Elle sentait le bras du garçon trembler, elle sentait son souffle brûlant lorsqu’il lui crachait ses insultes au visage, mais rien. Qu’est-ce qui l’empêchait donc d’agir ? Elle ne voulait pas se faire cogner, mais le supplice de l’attente se faisait long. Trop long. Devait-elle... dire un mot, quelque chose ? Si elle se trompait, la situation ne ferait qu’empirer.

« AAAAAAAAAAAHHH !
- LÂCHE-LA ! »

Un violent râle de douleur résonna dans la pièce, suivit d’un cri de désespoir de Maelia. L’emprise d’Ike se relâcha soudainement, laissant enfin la jeune fille tomber au sol. Ses jambes ne la portaient plus, elle sentait encore la poigne de l’homme au creux de son cou et sa tête lui faisait mal. Il lui fallu au moins dix bonnes secondes pour réaliser la situation... Maelia l’avait sauvée, mais elle avait prit trop de risques. Cette idiote, pourquoi ne l’avait-elle pas laissée ? Pourquoi s’interposer, dans son état ? Elle pourrait toujours être régénérée à l’infirmerie, mais la douleur... rien que d’y penser, c’était horrible.

La jeune fille releva la tête, essayant de distinguer les personnes devant elle. Ses yeux voyaient encore trouble, la fatigue et le choc n’aidaient pas. La petite blonde venait de se faire repoussée violement et s’étala au sol parmi les débris. Son bras... une longue entaille descendait jusqu’à son poignet et saignant abondamment. La petite peluche avait lâché prise et l’observait, secoué et apeuré, de longues raies carmin zébrant son pelage.

Quant à Ike... son cou et son épaule s’étaient faits déchirés également, mais il ne semblait pas ressentir la douleur. Une main sur sa blessure, l’autre serrant le poing. Il regarda à fillette à terre quelques instants, le visage déformé par la folie, avant de se tourner vers Ryouko.

« Tout ça... c’est de ta faute... maintenant tu vas... aller... la rejoindre...
- Tu t’en tireras pas...
- Ah oui ?... Hahahahahahahahaha !! »

Il partit dans un rire dément, son corps entier secoué de spasmes violents. Il s’avança alors, titubant lentement tel un zombi pourchassant sa proie. L’apprentie déesse des lames se redressa, mais ses appuis restaient encore trop instables. Mais ce fou était tout aussi vulnérable, il lui suffirait d’un coup et...

Pas d’hésitation à avoir. Ta vie et celle d’une amie en dépendant, pourquoi tu poses encore la question ?!

Elle ferma les yeux, plaçant ses pieds en position. Maintenant ou jamais. Un éclair jaillit dans la paume de sa main, matérialisant la longue lame d’un katana. Elle avait déjà manié cette arme en cours... il suffisait de suivre ses instincts et son corps agirait de lui-même. La lame pivota, elle se prépara à frapper, s’immergeant totalement dans le combat.

Un sifflement, l’éclair argenté fendit l’air jusqu’à sa cible. Immédiatement, elle perçu que quelque chose clochait. Sa cible avait été atteinte, pas de doutes, mais... l’impact n’avait pas sonné comme il aurait du. Ce son... du bois ? La capacité à rendre sa peau aussi solide que l'écorce d'un arbre... Cet enfoiré avait choisi le pouvoir de résistance ?!

Un sourire sadique se dessina sur les lèvres d’Ike, alors qu’il utilisait son bras pour parer le second coup que Ryouko lui assénait. Elle frappait, encore et encore, mais aucun coup ne parvenait à passer sa garde, et la fatigue ne faisait que diminuer sa précision. Combien de temps cette foutue écorce allait-elle tenir ? Le sang sur la lame attestait de quelques entailles superficielles, mais sans concentrer ses coups en un point, cela ne servait à rien. Seule la force du désespoir la faisait encore tenir debout.

« Maelia... je suis désolée.
- Il serait temps de dire la vérité, tu n’crois pas ? Sur ce temple.
- La... vérité ?
- Une personne doit rester ici pour permettre aux autres de partir. Au début, vous comptiez m’abandonner moi, mais vu que t’essayes de me tuer, j’suppose que tu comptais abandonner ton ‘‘amie’’ là bas, pas vrai ? NE MENS PAS !
- Q-Quoi ?! J’étais pas au courant moi !
- T’as pas des mensonges plus convainquant à nous sortir ? »

Ike tourna les talons, renonçant soudainement à se battre. Il semblait calmer, pourtant l’étincelle de folie dans son regard ne s’était toujours pas éteinte. Il n’allait pas la frapper jusqu’à la tuer, non... il allait l’enfermer ici pour toujours. Qui était ce garçon... depuis combien de temps était-il réellement ici, pourquoi ?! Ryouko baissa les yeux à ses pieds, serrant les poings alors que les larmes lui montaient aux yeux. Elle n’avait rien à répondre, rien pour prouver quoique ce soit. Maelia allait-elle le suivre et la laisser ici ? Comme si elle avait le choix, ce serait un miracle si elle pouvait marcher... et c’était par la faute de Ryouko si elle était dans un état aussi pitoyable.

Alors le désespoir s’empara de la déesse des lames qui tomba à genoux sur le parquet poussiéreux, les yeux toujours rivés au sol. Le louveteau pelucheux sembla touché par ses émotions car il vint gentiment lui lécher les mains, comme pour manifester son soutient. Un étrange frisson parcouru la jeune fille, comme si un flux d’énergie s’établissait entre eux... mais elle se sentait mieux de sa présence, même si ce n’était qu’un animal. Un sourire triste se dessina sur son visage, cédant bientôt place à un vide émotionnel total. Et les larmes continuèrent de couler sur son doux visage, silencieuses.
© Fiche codée par Shim


Dernière édition par Ethan Rheme le Jeu 27 Fév 2014 - 16:57, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Deux demoiselles, un temple, et ... - Ven 21 Fév 2014 - 9:20
Son plan venait de fonctionner à merveille, c'était une première, la surprise la conquit presque autant que la douleur lancinante dans sa main. Mais la blondinette n'eut pas le temps de s'en préoccuper d'avantage qu'une gifle magistrale venait de l'envoyée au sol trois bon mètres plus loin. Elle était habituée à tombée, à se blesser, à être dans de sale draps, mais jamais elle n'avait autant eu d'ennuis, de blessures ou de fatigue réunis en un seul instant. Son corps était tellement endolorie qu'elle ne savait plus si elle vraiment mal partout ou si c'était seulement son cerveau qui s'était bloquer sur l'option douleur.

« Tout ça... c’est de ta faute... maintenant tu vas... aller... la rejoindre...
- Tu t’en tireras pas...
- Ah oui ?... Hahahahahahahahaha !! »

Maëlia était allongée au sol, elle ne pouvait plus voir ce qui se passait de la où elle était, mais il était évident qu'elle n'avait pas abattu un homme puissant avec une technique aussi improvisé, il était sure que Ryouko était en danger et qu'elle devait l'aider. Il n'était même pas envisageable de laisser une amie dans les ennuis sans aller à son secours. Mais quel secours pouvait elle apporter, elle ne pourrait plus surprendre Ike; son corps était bien plus faible et bien plus blesser que celui du garçon, elle n'avait aucune expérience du combat, l'idée même de se battre lui paraissait absurde, la situation actuelle était un montagne d'absurdité.

La seule chose qui pouvait encore la tenir éveillée, qui pouvait lui montrer la voix dans ce chaos était son amie en danger. Mais elle n'avait pas d'arme, elle ne savait pas non plus mentir ou bluffer, et la fatigue était si intense, si prenante que son cerveau tournait au ralentit. Plus la possibilité de se faire des plans sur la comète, plus le loisir d'imaginer le plus fou et le plus merveilleux dans chaque petits gestes de tous les jours. Juste le froid, la douleur, la fatigue, l'impuissance, Maëlia devait agir mais son esprit s'embrumait de plus en plus et par instant elle ne savait même plus à quoi elle cherchait une solution.

« Maelia... je suis désolée.
- Il serait temps de dire la vérité, tu n’crois pas ? Sur ce temple.
- La... vérité ?
- Une personne doit rester ici pour permettre aux autres de partir. Au début, vous comptiez m’abandonner moi, mais vu que t’essayes de me tuer, j’suppose que tu comptais abandonner ton ‘‘amie’’ là bas, pas vrai ? NE MENS PAS !
- Q-Quoi ?! J’étais pas au courant moi !
- T’as pas des mensonges plus convainquant à nous sortir ? »
*Partir, sortir, un lit douillet.*

Évidemment visité un temple, jouer aux explorateur, c'était vraiment drôle et intéressant avec une amie, mais être coincé dedans, l'isolation, la solitude, le désespoir d'être prisonnier, cela pouvait vous poussez au pire, quand votre seul désir était de sortir et qu'on vous le refusait cela pouvait vous rendre fou. Maëlia sentit un élan de tristesse de plus monter en elle, pour ce garçon qui était perdu dans ce temple, elle était si fatigué, mais malgré cela elle s'en souvient et cette découverte au fond de son esprit brumeux la fit se dresser sur ses pieds subitement alors que Ike avait tournée les talons. L'apprenti déesse avait réagit comme très souvent sans réfléchir une seule seconde, elle n'était plus en mesure de réfléchir, seul son instinct la tenait sur pied, elle venait de trouver une solution au problème de Ike.

"Il suffit de prendre l'échelle rouillée! ..."

Ces mots étaient clairement sortis de sa bouche sans hésitation, sans aucun doute ni malice. Maëlia ne savait pas mentir pleinement consciente de ses actes, et dans la situation actuelle elle en était encore plus incapable. Elle ne pouvait même plus se mentir à elle même; tout ce à quoi elle pensait à cet instant était la joie qu'elle avait d'avoir trouver la solution au problème de quelqu'un, elle qui se mettait si souvent dans les ennuis ne connaissait pas beaucoup de plaisir plus fort que celui d'être capable d'aider quelqu'un. Maëlia en était si peu souvent capable qu'à cet instant, pouvoir aider quelqu'un dans les ennuis, quelqu'un qui avait du vivre l'enfer enfermé ici elle ne pouvait même plus penser à tout ce que Ike leur avait fait. Elle pouvait apporter son aide, elle ne pouvait plus vraiment réfléchir mais son instinct avait pris le dessus; la bonté naturelle qui l'habitait avait surpasser tout ce qu'elle pouvait ressentir à l'égard du garçon. Sans s'arrêter, sans prêter attention à la situation elle continua sur un ton presque jovial.

"Puis faut descendre le long du couloir de pierre, parce que sortir c'est facile, j'ai ... fait ... un trou ... dans ... le plancher. Tu peux pas ... te ... perdre... bonn..."

Un sourire de bonne humeur et de gentillesse s'était doucement dessiner sur son visage alors que l'épuisement avait petit à petit réduit le rythme de ses paroles. Elle avait réussit à oublier sa situation. Maëlia était juste contente d'avoir trouver la solution que personne d'autre n'avait trouver, mais elle était vidée, c'était l'heure de dormir, il n'y avait plus rien qu'elle puisse faire. Son corps s'affaissa sous l'action de la gravité, retombant sur le sol qu'elle avait soudainement quitté, le sol dur et froid, mais l'apprenti déesse n'en avait plus conscience, elle s'était évanouie.
Invité
avatar
Invité
Re: Deux demoiselles, un temple, et ... - Sam 22 Fév 2014 - 16:18





♫ Deux demoiselles, un temple ♫
« Hospitalité peluchesque »

Les mots étaient sortis de la bouche de Maelia comme une illumination. L’échelle rouillée ? A entendre les explications qu’elle donnait, c’était bien celle qu’ils avaient empruntée pour arriver ici. Certes, avec ce passage, la sortie n’était pas bien loin, mais... il aurait fallut tout de même une deuxième échelle pour remonter par le trou. Elle avait oublié à tous les coups, mais c’était risqué. S’il ne trouvait aucun moyen de monter par lui-même, il allait encore devenir fou et venir la retrouver... qui sait ce qu’il lui ferait après. Non, décidément, mauvaise idée, n’y va surtout pas ! Si Deus pouvait entendre sa prière au moins cette fois, sauve-la...

« Hmpf. N’essayez plus de me mettre des bâtons dans les roues. »

Il ne se retourna pas lorsqu’il entendit la jeune fille s’effondrer sur le sol, poursuivant simplement son chemin vers la salle suivante. Elle était trop faible, un poids mort, incapable d’utiliser son cerveau. Pas la peine de s’embarrasser avec ça.

Ryouko attendit que les pas d’Ike s’éteignent dans la nuit, continuant de pleurer aux côtés du louveteau. Les larmes ne voulaient plus s’arrêter de couler, pourquoi ? Ca ne lui ressemblait pas d’être comme ça, si faible et vulnérable. Elle avait passé sa vie à devenir plus forte, à se battre... à peine capable de se défendre seule, comment espérait-elle protéger quelqu’un ? Franchement pitoyable.

Lorsque les seuls bruits aux alentours furent leurs respirations, elle se leva lentement et s’approcha du corps de Maelia étendu sur le sol. Elle respirait encore, peut-être qu’elle dormait juste... il faudrait la réveiller pour être sûr, mais c’était mieux de la laisser. Au moins comme ça, la pauvre blondinette ne pensait pas à la douleur. La jeune fille aux cheveux sombres sécha ses larmes et s’accroupit à côté d’elle pour la soulever, dématérialisant son katana. La petite était plus légère qu’elle ne l’aurait pensé, mais la fatigue qui la tiraillait rendait tout de même la tache difficile... surtout quand on ne marche pas droit et qu’on trébuche un pas sur deux. Non, fallait se rendre à l’évidence, elle ne la porterait pas jusqu’à l’internat comme ça. Pas avant une bonne nuit de sommeil en tout cas.

Mais avant de s’évanouir, il fallait trouver un endroit sûr... un minimum. Peut-être la pièce secrète de tout à l’heure ? Elle était trop fatiguée pour chercher mieux, ça ferait l’affaire. Ryouko passa donc par l’entrée improvisée, faisant attention à ne pas cogner son amie au passage. En évitant de se casser la figure comme une idiote cette fois, ça serait bien. Elle en profita pour regarder en détail s’il y avait des objets intéressants à la lumière de sa lampe... en fait, c’était une vraie caverne d’Ali-baba. Il y avait des meubles en tout genre, même une vieille télévision. Allez savoir ce que ça fichait ici... sans électricité de toute façon, ça ne servait pas des masses. Du côté plus intéressant, il y avait une jolie pile de coussins et couvertures sales dans un coin de la pièce. Ce serait parfait pour dormir, plus confortable que le parquet.

« Grrrrrr...
- Huh ? »

A peine Ryouko avait-elle approché sa main du tas que le louveteau avait émit un grognement menaçant. Qu’est-ce que... pourquoi ? C’était à lui et il ne voulait pas qu’on y touche ? Mais il n’allait pas les laisser dans le froid comme ça, il avait une fourrure lui, c’est pas comme s’il en avait besoin ! Constatant l’insistance de l’animal, la jeune fille retira sa main et le silence revint. Elle tenta une seconde approche après quelques secondes, mais l’agressivité reprit de plus belle. Peluche, tu parles... peut-être qu’il fallait... négocier ?

« Dis... je peux juste te prendre deux couvertures pour la nuit ? J’te les rendrais après, promis, alors arrête... »

Comme s’il avait comprit, l’animal arrêta de grogner et pencha la tête sur le côté d’un air pensif. Finalement, après quelques secondes, il émit un jappement d’approbation et vint se poser à côté d’elle. Est-ce que ça voulait dire... qu’il voulait bien ? Elle posa d’abord une main hésitante sur le tissu... pas de réaction. Il suffisait juste de demander, c’était pas plus compliqué, hein ? C’était mal de prendre les affaires des gens sans permission, même si c’est une peluche, faut croire. Bref, elle retira les deux couvertures demandées et en étendit une sur le sol, allongeant Maelia dessus, puis s’installa à côté d’elle, s’enroulant dans la seconde. Cela faisait du bien d’avoir un peu plus chaud.

« ... Bonne nuit. »

Et sur ces mots murmurés, les bras de Morphée l’accueillirent grand ouverts...
© Fiche codée par Shim
Invité
avatar
Invité
Re: Deux demoiselles, un temple, et ... - Dim 23 Fév 2014 - 15:11
Ike les avaient laissées, seules, blessées, épuisées, dans la salle ou un combat sans grandeur ni rien d'épique s'était déroulé. Il était partis sans remord, sans se retourner en suivant les indications de la jeune fille qui s'était évanouie. Si les informations avaient été fausses il aurait surement rebrousser chemin pour le leur faire payer, mais elles ne l'étaient pas, elles étaient juste incomplètes. Car la sortie indiquée ne pouvait pas être atteinte par un seul homme et il n'y avait rien d'assez solide que pour créer un échafaudage de sortie. De plus, en parlant de solidité, l'échelle rouillée avait déjà eu tout le mal du monde à supporter les poids plumes de Maëlia et Ryouko, il était presque sur que l'imposante masse d'un Ike avait du avoir raison d'elle, le condamnant dans une autre partie du dédale puisque le mur qu'elle couvrait n'était pas vraiment escaladable.

Les demoiselles avaient donc pu passer une nuit tranquille si l'on pouvait se permettre l'expression. L'aube s'était levée depuis longtemps et leur absences allaient être remarquer, mais qui aurait l'idée de venir les cherches ici? Personne. Maëlia était encore presque complètement endormie quand elle se retourna se retrouvant collée à Ryouko. Arrivé au contact son corps réagit par réflexe comme si elle venait de se saisir d'une super peluche, son bras passa sur la jeune fille aux cheveux noir pour attraper ses côtes de l'autre côté et la tirer doucement vers elle se collant plus fort encore à sa partenaire tout en murmurant quelques mots difficilement compréhensive sur la difficulté de réaliser une tarte à la rhubarbe pendant une partie de curling. Finalement après quelques minutes la blondinette ouvrit les yeux et les fit cligner plusieurs fois quand elle vit Ryouko et plus particulièrement son visage qui ne se trouvait qu'a une dizaine de centimètre du sien.

"-Bonjour Ryouko, C'est bientôt l'heure de déjeuner?"

Maëlia se recula un peu de son amie redécouvrant le décors de la grotte, commençant doucement à remettre en place les événements de la vieille, recommençant petit à petit, au fur et à mesure que sa conscience reprenait ses droites, à ressentir la douleur dans son thorax, dans sa main, les éraflures de ses genoux. La jeune femme se releva, observant plus en détail la pièce, elles avaient réussit à avoir d'autres couverture, c'était vraiment une bonne chose, elle s'en serait voulu que Ryouko ait froid parce qu'elle devait utiliser une couverture déchirée par sa faute. La blondinette ne réalisa cependant pas qu'elle avait bouger depuis son point d'évanouissement. Elle se retourna vers son amie un grand sourire sur le visage et la voix montrant sa joie d'être ici en bonne compagnie.

Évidemment toute personne censée s’inquiéterait d'être coincée dans un tel endroit, blessée et en pyjama, mais pour la jeune fille la situation n'était pas du tout cela, pas qu'elle tentait de se voilé la face, mais juste parce que son esprit se focalisait directement sur d'autres éléments beaucoup plus positif. Elle ne voyait que la présence de son amie au réveil, une aventure pas encore finie, une magnifique petite boule de poils en train de bailler en révélant les dents qui s'étaient plantées dans sa main la veille, la douce lumière de trois lanternes installée autour d'elles qui éclairaient les environs d'une douce lumière et que Ryouko avait surement allumé avant de se coucher.

"Bon alors qu'est ce qu'on mange?"

La question était plus rhétorique qu'autre chose vu la situation, les choix de Ryouko étaient basiquement limité à ce qu'elle pouvait avoir emmener avec elle, mais l'apprentie déesse ne pensait même pas à cela, mais plutôt à usé de ses capacités personnelles pour les aider pour une fois. Rapidement elle s'approcha d'une vieille boite qu'elle avait déjà repérer la vieille et commença à l'ouvrir et à la refermer tout en en sortant toutes sortes de boites de conserves, haricots, petit poids, cassoulet, tomate pellée, choux, soupe, .... Maëlia ne connaissait pas les goût de Ryouko pour le petit déjeune et préférait ne pas prendre de risque en sortant un maximum de choses pour son amie. Cependant ses mouvements répétés la fatiguèrent assez vite et un autre problème, plus important encore fit son apparition, elle se releva alors et se tourna vers la fille aux cheveux de jais espérant qu'elle ait une réponse.

"Tu sais où sont les toilettes?"
Invité
avatar
Invité
Re: Deux demoiselles, un temple, et ... - Jeu 27 Fév 2014 - 16:51





♫ Deux demoiselles, un temple ♫
« Je t'aime. Donne moi à manger ♥ »

Ryouko était encore perdue dans sa brume matinale quand Maelia se serra subitement contre elle, marmonnant une incantation don le sens lui échappait. Quoiqu’elle ne chercha pas même à comprendre, la seule chose qui lui revenait en tête était leur situation délicate. Trouver une sortie, à manger... et se débarrasser de ces sales courbatures qui lui faisaient mal partout, tout ça à cause de cette brute d’amnésique. Tsh, s’il recroisait leur route celui là...

« Bonjour Ryouko, c'est bientôt l'heure de déjeuner ? »

Elle sursauta au son de sa voix, avant de réaliser la proximité soudaine du visage de la blondinette qui venait de se réveiller. Un long frisson lui parcouru la colonne vertébrale alors que sa partenaire s’écartait pour se lever. Sa voix était vraiment trop enjouée, à un point que cela en devenait flippant. Bon, ce n’était pas comme si elle s’imaginait des choses, Maelia ne l’avait pas regardé dormir en se collant à elle et la prenant pour une peluche... efface vite ce doute de ton esprit bordel !

Rouge de honte, la jeune fille cachant son visage sous la couverture pendant que l’autre ne la regardait pas, essayant de se calmer. Elle n’avait rien fait, elle n’avait pas pensé à mal, enfin espérons-le...

« ... *soupir*
- Bon alors qu'est ce qu'on mange ? »

Tiens, la revoilà partie à fouiner dans les caisses. Elle devrait peut-être demander la permission à la peluche avant, au cas où. Mais tant qu’il ne disait rien, cela devrait aller. Apparemment, la bête semblait même très intéressée par le don de la demoiselle. Nourriture à volonté, que demande le peuple ? Par contre, les conserves pour le petit déjeuner, c’était pas top. Elle n’allait pas lui demander d’aller chercher les croissants et le chocolat chaud, mais voilà.

En tout cas, la voir s’activer ainsi lui faisait plaisir. Elle semblait avoir bien récupéré de ses blessures, l’entaille sur son bras avait pu cicatriser... pas très joliment, mais le saignement était stoppé. Tout ira mieux dès qu’elles seraient de retour à l’internat. Sauf avec les profs, mais eux, ils ne sont jamais satisfaits, alors cela ne changerait rien. Mais quant bien même elle pensait déjà aux conséquences futures de leur aventure, les deux apprenties égarées n’étaient pas encore sorties de la tanière du loup.

« Tu sais où sont les toilettes ?
- Hm ? Je crois pas qu’il y en ait ici, tu peux chercher dans les pièces à côté, mais te perds pas. »

Il faisait jour à présent, mais la vielle bâtisse n’en restait pas moins un labyrinthe pour elles. Ryouko laissa sa partenaire partie en quête des fameuses toilettes et en profita pour se démêler les cheveux et dépoussiérer les couvertures puis les plia soigneusement pour les rendre au louveteau qui était sorti. Promesse est une promesse, nul besoin de jouer avec les dents de la peluche. Ses affaires en main, elle sortit du dortoir improvisé pour se dégourdir un peu les jambes et constater l’allure des lieux à la lumière du jour.

« En effet, c’est en sale état. »

La jeune fille fit quelques pas, regardant tout autour d’elle et cherchant les différents passages possibles. Elle n’avait pas fait attention hier, mais le bâtiment avait bien un étage. Peut-être deux même, tout ce qu’elle voyait, c’était un trou au plafond d’où il ne filtrait que très peu de lumière, mais cela semblait assez haut pour accueillir d’autres pièces. De nouveaux horizons d’exploration, hein ?... Autrement, il n’y avait que deux couloirs possibles : celui d’où elles venaient, et l’autre. Au moins, pas besoin de se casser la tête à choisir.

Cependant, un nouveau paramètre fit irruption dans son esprit. Son ventre lui rappelait qu’elle mourrait de faim. A en juger par la luminosité, il devait bien être neuf heures passées. Ou peut-être déjà midi... bref, il faisait grand jour, quoi. Elle fouina un peu son sac pour voir s’il lui restait de quoi manger mais ne trouva qu’un paquet de cookies vide et une bouteille d’eau à moitié vide. Hm, faudrait vraiment qu’elle demande à Maelia si elle pouvait lui sortir des cookies à volonté avec ça. Elle serait vraiment la meilleure amie du monde si elle pouvait faire ce genre de choses. C’était pas une caisse et le carton n’était pas tout neuf, mais ça valait le coup d’essayer.

D’ailleurs... elle est passée où ?
© Fiche codée par Shim
Invité
avatar
Invité
Re: Deux demoiselles, un temple, et ... - Lun 3 Mar 2014 - 13:02
"- Hm ? Je crois pas qu’il y en ait ici, tu peux chercher dans les pièces à côté, mais te perds pas. "

Pas de toilettes? C'était impossible, il lui en fallait absolument, et elle ne saurait pas se retenir jusqu'au retour à l'infirmerie. Heureusement il en fallait plus pour la décourager, elle s'éloigna alors en quête du graal en forme de cuvette. Voyageant non loin de leur cache nocturne Maëlia finit par trouver une porte en boit à moitié fracturée qui ne donnait sur rien, juste un petit renfoncement dans la roche. La blondinette fit tomber le reste de porte au sol pour s'offusquer.

" - Evidemment quelqu'un à piquer la toilette..." 

Finalement Maëlia revint par le côté ou Ryouko ne regardait pas, celle-ci avait quitter la tanière pour observer les lieux, et l'apprenti déesse ne voulait pas la déranger, et surtout elle avait faim, elle redescendit donc dans la petite grotte pour récupéré ce qu'elle avait sorti de la boite. Après avoir ouvert une boite de haricot rouge et fabriqué une cuillère grossière avec une vieille planche en bois elle ressorti pour voir son amie qui cherchait visiblement quelque chose. Mais l'arrivé de la maladroite avec une grosse boite de haricot rouge éventrée en train d'être vidée sembla un peu la stoppée dans ses recherches. Se souvenant de sa vie mortel elle se rappela ou elle avait déjà vu se regard, c'était typique des français au matin, même si Ryouko n'était certainement pas française.

"- J'suis anglaise j'peux manger n'importe quoi au petit déjeuner. T'en veux? C'est froid mais ça passe..."

Ce n'était pas vraiment bon, mais elle avait vraiment faim et elle n'avait rien de mieux à manger et n'avait pas remarquer la boite à cookies de Ryouko d'où elle aurait pu tirer un petit déjeuner plus convenable. Son offre était de bon coeur mais la fille aux cheveux de jais n'était pas emballée par l'idée de déjeuner aux haricots alors qu'elle avait ses cookies. Prenant conscience de ce que possédait Ryouko Maëlia lui demanda si sa boite était encore totalement refermable, ce qui par chance était le cas et la blondinette se proposa pour la fabrication en série de cookies, une fabrication qui aurait été fantastique et sans fin si elle n'avait pas maladroitement déchirer le carton après une vingtaine d'essais empêchant de refermer correctement la boite et d'utiliser son pouvoir plus encore.

Après qu'elle se soit restaurées les deux demoiselles étaient prêtes à repartir. Maëlia sentait encore la douleur dans sa poitrine et même si la compagnie de Ryouko était très agréable elle aurait donné cher pour être dans un lit confortable à l'infirmerie. La jeune fille pointa  alors du doigt le chemin qu'elles n'avaient pas encore emprunté.

"-La sortie est par là faut qu'on y aille."

La blondinette se mit immédiatement en route et arrivée à la hauteur de Ryouko elle trébucha, l'angle de chute était parfait, directement diriger sur son amie elle allait sans nulle doute arriver à califourchon sur elle et créer une situation extrêmement embarrassante, mais à la dernière seconde l'apprentie déesse réussit par un miracle inexplicable à se reprendre et à éviter la chute. Un sourire radieux s'afficha sur son visage alors qu'elle était juste à côté de sa partenaire.

"-Je sens que ça va être une bonne journée..."

Les deux exploratrices se mirent alors en route, le chemin était d'abord assez simple, puis après une dizaine de mètres la route se rétrécissaient largement, en fait une partie de la zone s'était effondrée il y a surement des années déjà laissant apparaitre une autre part en sous-sol 5 mètres plus bas. En bas se trouver un bassin d'eau assez profond et une zone de terre qui finalement se terminait par un petit déniveler qui permettait de rejoindre le chemin une dizaine de mètres devant elles ou de descendre vers la petite étendue d'eau. Ryouko était passé la première, elle enjamba le petit rocher qui dépassait d'une dizaine de centimètre du sol sans aucun soucis. Maëlia elle regardait le bassin d'eau émerveillée pensant déjà à revenir en meilleur condition, elle ne vit pas le rocher. L'apprentie déesse trébucha, basculant en avant, elle eut alors se réflexe affreusement humain de se raccrocher à la première chose possible, Ryouko, ou plus précisément elle passa ses mains autour de sa taille plaçant ses mains sur sa poitrine, puis la chute continua, entrainant les deux jeunes femmes.

*Zut*


*"plouf"*
Invité
avatar
Invité
Re: Deux demoiselles, un temple, et ... - Jeu 6 Mar 2014 - 11:54





♫ Deux demoiselles, un temple ♫
« Juste une dernière chance »

Alors Maelia était anglaise ? Mais de là à manger n’importe quoi... en tant qu’américaine de naissance ce n’était pas vraiment le problème du type de nourriture, mais les conserves froides, c’était pas son truc. Mais comme elle n’avait pas de quoi cuire ça, et qu’elle avait des cookies sous la main, le choix était vite fait. Surtout que cette petite était vraiment la déesse absolue. Tant qu’elle avait une boite en bon état, elle te sortait son contenu en mille ! Bon, le contrecoup, c’est qu’elle était du genre à détruire tout ce qui touchait ses doigts. La prochaine fois, elle ramènerait une boite à gâteaux en métal bien solide, cela lui évitera les mauvaises surprises.

Bref, même si sa boite magique était fichue, elle avait récupéré au moins le double de ce qu’elle pouvait contenir. Y’en avait pour tous les gouts en plus, chocolat blanc, noir, au lait, avec des noisettes... et même au gout, ils étaient tous différents, comme si la recette n’était pas la même. Après avoir mangé, elle rangea ce qu’il restait dans sa boite et les deux demoiselles se mirent en route vers la sortie. Enfin... ce qu’elles espéraient être la sortie.

« Je sens que ça va être une bonne journée...
- ... Pourquoi j’ai peur quand tu dis ça ? »

Elle avait parlé à mi-voix, plus pour elle-même qu’à l’attention de sa partenaire qui n’aurait, de toute manière, pas saisit le sens derrière ces mots. Pour une obscure raison, elle pressentait que la pire des catastrophes allait arriver d’ici peu.

Plus elles avançaient, plus la demeure semblait tomber en ruines. Il n’y avait plus de murs, plus de plancher, on pouvait voir le ciel percer à travers divers les trous dans le toit. Il y avait un petit lac en contrebas, et un chemin en pente douce qui le contournait pour y descendre. Peut-être que cette bâtisse avait été construite au dessus de ce lac souterrain et qu’il y avait quelque chose de spécial, ici ? Ryouko passa la première, commençant à descendre tout en regardant l’eau scintiller. Cela éveillait sa curiosité à vrai dire, il y avait peut-être un trésor caché au fond ? Qui sait...

Puis soudain, le bruit caractéristique d’une personne maladroite se prenant les pieds dans quelque chose. Elle voulu se retourner pour vérifier que tout allait bien, mais n’en eut pas le temps. Le poids de Maelia lui tomba subitement dans le dos et l’entraina dans le vide, les bras serrés autour de sa poitrine.

L’espace d’un instant, le temps sembla ralentir autour d’elle. Est-ce son esprit se faisait plus réactif face au danger ? Le déclic se fit en un éclair. Elle tombait, droit dans l’étendue d’eau quelques mètres plus bas. C’était haut, si elles tombaient mal, elles allaient se noyer toutes les deux. Et surtout, Ryouko ne savait pas nager. Personne n’avait été là pour lui apprendre. Elle avait déjà vu des gens plonger, ça semblait tellement facile pour eux... mais pas pour elle. Alors, tout ce qu’elle pouvait faire, c’était...

Trop tard. Son temps était écoulé. Plus que quelques secondes avant le contact. Le dernier réflexe qu’elle eut, ce fut de bloquer sa respiration, de protéger sa tête entre ses bras et fermer les yeux. Puis elles percutèrent la surface aqueuse. Une vive douleur assaillit ses bras, ses épaules, sa poitrine. Puis le froid de l’eau, le poids soudain de ses vêtements qui s’imbibaient. Qu’est-ce qui lui avait prit de mettre deux pulls, sérieusement ?... mais c’était trop tard pour les regrets. Elle ne voyait rien, elle avait trop peur pour ouvrir les yeux. Elle se sentait simplement sombrer, incapable de bouger. Il fallait remonter, coute que coute.

Dans un dernier effort, se redressa et invoqua une dague la plus tranchante possible pour se défaire de ses couches de vêtements superflues. Quelques coupures lui firent serrer les dents, mais cela ne l’arrêta pas. Elle se sentait tellement légère une fois débarrassée... la surface lui paraissait toute proche. Mais l’air commençait à lui manquer, c’était déjà ses dernières secondes avant de s’évanouir.

« Maelia... sauve-nous... »

Puis la lumière s’éteignit.
© Fiche codée par Shim
Invité
avatar
Invité
Re: Deux demoiselles, un temple, et ... - Jeu 6 Mar 2014 - 17:27
Maëlia venait une fois de plus de provoquer une chute, et pire elle venait d'entrainer son amie avec elle. Heureusement en contre bas c'est de l'eau qui les attendait, elle serait surement froide vu l'endroit mais ça leur permettrait de se laver un peu après leur aventure d'hier, même si forcément par après se balader avec les vêtements mouillés n'était pas des plus agréables. Une chose était sure ce petit plongeons auraient des avantages et des inconvénients, mais le temps de chute ne laissa pas le temps à l'apprentie déesse d'y réfléchir plus avant que son corps entrait dans l'eau assez gracieusement. 

Arrivée dans l'eau son pyjama se gorgea d'eau lui collant au cours alors qu'elle s'enfonçait vers le fond, qui par chance était à près de 5 mètres de la surface ce qui lui évita d'aller s'y cogner, elle remonta alors sans soucis à la surface, car si sur le sol son équilibre et son adresse n'étaient pas vraiment au point, une fois dans l'eau elle ne pouvait plus trébuché ou déraper ce qui fait que l'anglaise s'y était toujours sentie à l'aise et la natation lui avait permis de son vivant de pratiquer une activité physique sans se tuer. D'un geste machinal des bras elle replaça ses longs cheveux blancs maintenant trempé derrière ses oreilles pour dégager sa vue. L'eau était fraiche mais cela lui plaisait assez sur l'instant, la fraicheur de cette puissante vague sur son corps qui l'avait complètement réveillée l'avait mise d'excellente humeur. Mais Ryouko n'aimait peut être pas cela autant qu'elle et la blondinette lui devait des excuses. Scrutant les alentours pour voir la tête de son ami à la surface elle se rendit compte qu'elle était la seul à avoir émergée. 

Pourquoi n'avait elle pas refait surface? Un monstre marin l'avait il attrapé et c'était entièrement sa faute? Puis elle remarqua les remouds de l'eau non loin d'elle, en dessous de la surface Ryouko se débattait avec quelque chose et l'apprentie déesse fonça  à son secours. Elle arriva une seconde après la bataille, voyant son amie sous l'eau qui ne bougeait plus, elle plongea pour récupérer Ryouko, heureusement dans l'eau elle était très légère et Maëlia avait eu des formations en sauvetage même si ses formateurs n'avaient jamais cru qu'un jour elle puisse avoir l'occasion d'être celle qui allait sauver une autre personnes. Elle attrapa adroitement son amie et la tira vers le rivage.

*T'en fais pas Ryouko, je sais pas ce qui t'as fais ça mais je vais te sortir de la.*

La maitresse du hasard arriva au bord de l'eau, ce qui lui compliqua grandement les choses, le retour sur la terre ferme, plus de poussée d’Archimède pour l'aider et le temps qui lui manquait. Rapidement elle remonta la future déesse des lames sur le bords du bassin observa d'un coup d'oeil que la bête ne les avait pas suivit. Puis elle se plaça directement la tête au dessus de Ryouko maintenant en soutien-gorge, ses genoux au niveau des épaules de la demoiselle elle n'observa même pas son visage elle n'avait pas le temps elle devait agir vite, toujours plus vite. De sa main droite elle pinça le nez de la repêchée tirant son menton de la main gauche avant de plonger ses lèvres sur les siennes pour y insuffler de l'air.

Après avoir souffler une première bouffer d'air dans les poumons de son amie elle tourna la tête laissant sa joue au dessus de la bouche de Ryouko, observant sa poitrine qui montait et descendait sous un rythme rapide mais régulier sentant son souffle sur sa joue. Elle était encore en vie c'était sure elle pouvait encore la sauver, inspirant elle recommença, recollant ses lèvres à celle de sa partenaire pour lui insuffler de l'air a nouveau, jamais elle n'abandonnerait, jamais elle n'arrêterait tant que Ryouko ne respirerait pas, et ... soudain elle remarqua...

*Haaa mais elle respire déjà en fait...*

Elle recula un peu, toujours agenouillée aux côtés de Ryouko, rougissant, non pas pour ce qu'elle venait de faire mais de honte, car tout était une fois de plus sa faute. Elle avait causé la chute, et s'était son amie qui s'était fait agressée et à moitié déshabillée par une créature du lac, c'était elle qui avait failli se noyée. Maëlia se tenait donc prostrée, le pyjama trempée lui collant le corps, la tête baissée craignant de regarder son amie dont la respiration commençait à se calmer. D'un voix timide elle osa cependant se lancer dans des excuses.

"Je suis vraiment désolée, Ryouko, je ... je ne voulais pas  t'entrainer avec moi, ni que le monstre t'attaque, je suis vraiment vraiment pas fière de moi et , wouah ton soutien gorge est vraiment joli tu l'as trou..."


Instictivement la jeune fille avait redresser la tête pour regarder son amie alors que son attention avait été détournée de son objectif premier de s'excuser sincèrement et que sa voix avait reprit son ton jovial habituelle, mais quand ses yeux croisèrent ceux de Ryouko Maëlia rebaissa rapidement la tête de peur d'y voir de la colère et elle reprit son ton inquiet et repentit.

"Désolée..."
Invité
avatar
Invité
Re: Deux demoiselles, un temple, et ... - Jeu 6 Mar 2014 - 20:01





♫ Deux demoiselles, un temple ♫
« En route vers la sortie, énième épisode...
On touche au but !... ou pas. »

Elle ne se souvenait plus de grand-chose. Juste d’avoir eut la sensation de s’étouffer et de cracher de l’eau lorsqu’elle rouvrit les yeux. Elle était trempée, il faisait frais, mais elle était bel et bien de retour sur la terre ferme. La jeune fille toussa encore un peu, commençant à recouvrer ses sens et ressentir à nouveau la douleur dans tous ses membres. Cette baignade forcée, elle s’en souviendrait... mais elle était encore vivante ? Même en tant qu’apprentie déesse, ce miracle l’étonnait toujours.

Enfin elle trouva la force de se redresser et croisa le regard de Maelia. La blondinette baissa les yeux en rougissant, comme si elle avait peur de sa réaction. Elle aussi était trempée, son pyjama lui collait à la peau comme une combinaison de plongée. La pauvre petite commença à se perdre en excuses bégayées à mi-voix, comme c’était prévisible, avant de subitement dériver sur un sujet tout autre, lui rappelant soudainement le côté embarrassant d’être en sous-vêtements. Fallait l’avouer, Ryouko n’avait jamais eut de personne des compliments sur... ça. Résultat : elle se mit à paniquer en cherchant son t-shirt qu’elle trouva au bord de l’eau à côté, mais il était à moitié déchiré et complètement trempé, c’était pas terrible. Du coup, elle fouilla vivement dans son sac et en sortit une veste supplémentaire qu’elle avait rangée là, au cas où elle aurait eut froid. Les joies du coffre dimensionnel, ranger dans son sac plus de bordel que la physique ne pourrait le permettre. Tout en gardant ses affaires au sec. C’était très léger, mais aussi le seul vêtement qu’elle avait à disposition... tout le reste était parti.

Une fois la fermeture éclair remontée, elle se sentait déjà moins gênée. Mais ses divagations l’avaient tellement perturbée qu’elle n’était plus certaine d’avoir compris ce qu’elle disait avant. Elle s’était faite attaquée par un monstre marin, genre Loch Ness, comme dans les livres ? C’était à la fois fascinant et... effrayant. Elle ne put s’empêcher de ressentir une vive envie de s’écarter du bord de l’eau sur le coup, mais se retint.

Puis son cerveau se remit à fonctionner normalement, et elle fit le lien avec l’imagination débordante de sa partenaire. Non, elle avait juste déliré un peu en ne la voyant pas remonter, elle avait eut peur... donc, finalement, elle lui avait sauvé la vie ? Plus failli la tuer si on raisonnait logiquement, mais elle avait l’air de s’en vouloir quand même. Et puis au fond... elle était déjà trop contente qu’elles puissent s’en tirer vivantes toutes les deux pour lui passer un savon.

« Désolée...
- Je sais pas pour cette histoire de monstre, mais pour être honnête... je sais pas nager. Fais plus attention la prochaine fois, s’il te plait ?... »

Instinctivement, elle serra ses mains contre sa poitrine en rougissant légèrement à entendre à nouveau ce qu’elle lui avait dit après cela. En plus c’est vrai, elle n’avait rien de spécial physiquement, à part ses yeux peut-être... et si elle commençait à se faire des idées sur elle avec tout ce qui se passait, et si elle avait des... Assez, tais-toi !

Nerveuse, la jeune fille se releva d’un bond, ramassa ses affaires mit mine de chercher activement un chemin par où continuer. Son visage empourpré ne trompait personne, sauf Maelia peut-être, mais elle avait l’illusion d’espérer faire oublier le sujet. Elle trouva rapidement un chemin taillé dans le mur non loin, qui semblait remonter vers la surface mais dont l’accès était bloqué par des planches entreposées dans les diagonales. Ca n’avait pas l’air très lourd, ce serait facile de libérer le passage. Et puis, si c’était barré, cela signifiait forcément qu’il y avait quelque chose d’intéressant par là, non ?

« O-on y va ? J’pense qu’on devrait continuer par-là, fit-elle en s’approchant de l’entrée et commençant à retirer la barricade de bois poussiéreux. – J’espère qu’on sera bientôt sorties de ce fichu temple... »

A la longue, elle allait finir par y croire, à cette histoire de malédiction. Sérieusement, elle n’en pouvait plus de rester ici, maintenant elle voulait prendre un bain chaud, manger un bon repas et retrouver son lit. Toutes ces histoires, ce n’était que des conneries, pas vrai ? Alors elles allaient se retrouver dehors et l’histoire serait terminée.

Ou peut-être était-ce simplement ses espoirs qui sortaient de comptes de fées...
© Fiche codée par Shim
Deux demoiselles, un temple, et ...
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» Arrivée des deux demoiselles
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» Un temple sous terre [PV Kusari]
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Au-delà du portail :: Temple maudit-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page