Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 Découverte de l'infirmerie

 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
avatar
Invité
Découverte de l'infirmerie - Jeu 16 Jan 2014 - 21:56
Maëlia avançait dans les couloirs dépitée, elle n'avait pas eu une once de chance depuis le début de la journée et elle commençait à se demander sérieusement si elle n'avait pas accidentellement cassé un dixième miroir cette semaine. La jeune fille voulait bien admettre que si elle n'avait pas oublier de ne pas fermer son sac elle n'aurait surement pas perdu son emplois du temps et n'aurait en aucun cas eu besoin d'un nouveau. Cependant s'était uniquement de la faute de la secrétaire qu'elle s'était retrouver avec cet emplois du temps complètement loufoque et que tous les autres document préparés avaient disparut.

* J'avais pas vu moi que cette boite avait été correctement fermée. *

Tournant sur la droite elle pénétra dans un nouveau couloir qui lui remit instantanément le coeur d'aplomb, il faut avouer qu'avec la disposition des fenêtres et l'inclinaison actuelle du soleil, la lumière et les jeux d'ombre dans l'allée déserte étaient tout simplement merveilleux. Si beau que la demoiselle s'empressa de s'y aventurer, s'offrant de nouveaux angles de vue, découvrant de nouvelles formes amusantes sur les murs et oubliant totalement de faire attention au chemin qu'elle prenait.


Cette académie était décidément aussi pleine de trésors cachés que de mystères. Vivre en ces lieux aurait pu être le paradis s'il n'avait pas fallut qu'elle reprenne un cursus scolaire à son commencement. Mais ces pensées négatives étaient bien loin de son esprit alors qu'elle venait de se stoppée net devant une porte, bien entendu si elle avait réfléchit posément à la situation elle aurait pu affirmer avec certitude qu'elle n'avait pas la moindre idée de où elle se trouvait, mais son esprit était encore si comblé de cette instant d'amusement que Maëlia fut persuader que ses pas venaient de la guidée juste devant la salle de cours.

Poussant la porte sans un seul instant d'hésitation la blondinette entra d'un pas décider dans l'infirmerie, découvrant ses lits de repos, ses draps blancs et cette odeur de lavande fraiche ou bien était ce du cumin elle ne savait plus, un doute la saisie, non il n'y avait pas de doute possible, elle avait faim et ce n'était ni sa salle de cours ni la cafétéria. L'apprentie déesse était prête a tourner les talons quand le vent s'engouffrant par une fenêtre entrouverte fit doucement se lever des draps et leurs mouvements ondulant au gré des courants d'airs hypnotisèrent la demoiselle qui s'en approcha doucement.

Mais comme souvent lorsqu'elle ne portait plus d'attention à ses pieds pendant trop longtemps, ceux ci comme son esprit avaient tendance à s’emmêler. Sa jambe droite déviant un peu trop tôt envoya son pied droit sur son talon gauche avant qu'il ne puisse se posé mais après que le haut de son corps n'ait créé un déséquilibre vers l'avant pour lui permettre d'avancer. Son haut suivant son mouvement de départ, le bas ne put le stopper son nouvel appuis ne pouvant se faire et la gravité aidant l'adolescente entama une chute sans appel. Heureusement elle en avait l'habitude et elle prit de rapide contre mesure, tentant de se reprendre par de nouvelles prises d'appuis, bien qu'elle pu échapper à une chute directe elle se mit à tomber tout en avançant. D'un geste vif de la main elle saisit la première chose qui pouvait la retenir, un rideau aussi blanc que les draps dont les attaches ne purent que céder malgré le poids plume de Maëlia. Cette dernière ayant été cependant ralentit par l'accroche de son bras gauche mais pas par son bras droit avait entamé un mouvement de vrille qui s'ajouta à la chute commençant à enrouler le rideau autour d'elle tandis que son avancé venait de la faire entrer en collision avec un petit chariot servant à transporter les médicaments.

Finalement après trois autres secondes hautes en couleurs le chariot qui s'était élancé se stoppa après avoir heurté le mur. Maëlia dont seule la tête sortait du rideau qui l'avait encerclée était plus ou moins en équilibre dessus , sa tête pouvant fixer le plafond de l'infirmerie. Un sourire ce dessina sur son visage, finalement c'était une bonne journée elle n'en était qu'a sa première chute et elle l'avait faite à l'infirmerie c'était une aubaine rare. Mais elle n'allait pas avoir le temps de profiter de cette autosatisfaction bien longtemps car son attention fut complètement absorbée par un visage qui la regardait d'en haut. Sans ma moindre hésitation la demoiselle prit la parole sur un ton jovial.

"Bonjour, je m'appelle Maëlia, je cherchais ma salle de cours mais je pense que je me suis perdue.

C'est une belle infirmerie n'est ce pas, vous aussi vous êtes tombée et vous venez voir le docteur?"


Dernière édition par Maëlia Greenwoods le Mar 21 Jan 2014 - 17:55, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Découverte de l'infirmerie - Ven 17 Jan 2014 - 9:38
Ma nuit avait été courte. Ou longue, suivant les points de vue, chacun verra midi à sa porte. Enfin, comme je n'avais aucune envie de faire des efforts sérieux pour l'Académie, j'avais passé ma nuit à hanter les couloirs, courir la nature et me balader comme bon me semblait. Chassant un souris à droite, coursant une chouette à gauche, je trouve toujours de quoi m'amuser. Et puis, au moins, il n'y avait personne. Beaucoup moins de risques de croiser un abruti qui me forcerais à devoir me rappeler que j'ai droit certes à une vie en plus mais qu'il y a quelques contreparties à payer en échange. Du coup, jusqu'à l'aube, je n'ai fait que sauter, grimper, jouer, miauler à l'occasion, manger un bout -quoi je ne vous le dirais pas mais encore vivant, c'est délicieux- avant de me diriger vers mes pénates. Maintenant, c'était l'heure de ma sieste. En plein jour, eh oui.

Comme j'avais la flemme de retourner jusqu'à ma chambre, je me suis arrêtée à l'infirmerie. Je me suis aménagée une salle de repos en seconde chambre perso comme ça, je suis pépère. Mais ça, bien, sûr, personne ne le sait. J'avais repris forme humaine pour ouvrir la porte et rentrer et je me suis simplement laissée tomber de tout mon long sur mon lit, ronronnant doucement d'aise. C'était cool quand même, la vie ici. J'avais pas trop à me plaindre. Mais déjà, je me laissait avec langueur glisser dans les bras tendres et sensuels d'un Morphée que je m'imaginais d'une façon très personnelle. Je n'ai pas vraiment de rêve ni de cauchemar, parfois quelques vagues souvenirs d'images durant mon sommeil mais je n'y prête aucune attention. Par contre, je reste à moitié chat et même en phase de sommeil profond, je réagis très vite. Comme aujourd'hui.

Mais qu'est-ce qu'elle fout là elle? En plus, elle à l'air en pleine forme. Si c'est encore une qui vient chouiner pour avoir une dispense, je sens que ça va me gaver. Mais en fait, elle a juste le nez en l'air, à croire qu'elle a jamais vu une infirmerie. Je la vois parfaitement depuis ma position, tapie dans l'ombre sous forme féline et j'ai le droit d'assister à sa chute magnifique. Et je ne me retiens même pas de rire. Alors là, elle aurait voulu le faire exprès qu'elle y serait pas arrivée. Enfin, je redeviens humaine et passe rapidement le premier haut qui me tombe sous la main, pareil pour le bas -au final ma voilà avec une sorte de tunique longue et un legging- avant de me montrer. D'abord, j'attends que l'autre ce soit stoppée dans sa course folle et je m'approche, venant la surplomber en souriant.

"Bonjour, je m'appelle Maëlia, je cherchais ma salle de cours mais je pense que je me suis perdue.

Là pour le coup, oui. Elle s'est perdue et pas qu'un peu. Remarque, vu comment elle avait l'air complètement paumée, la tête dans les nuages, ça ne m'étonne qu'à moitié. Je me contente de rire un peu. Elle est marrante elle.

"C'est une belle infirmerie n'est ce pas, vous aussi vous êtes tombée et vous venez voir le docteur?"

"- On peut dire ça comme ça. C'est moi l'infirmière ici."

Je m'amuse à lui tourner autour, appuyant du bout des doigts sur le cocon qui l'emprisonne. Je note, les rideaux peuvent faire des armes défensives très intéressantes, je saurais m'en souvenir.

"- Ça te prends souvent, l'envie de jouer au sushi géant dans un lieu inconnu? Et frapper avant d'entrer, ça ne t'es pas venu à l'idée? S'il y avait eu d'autres patients, tu les aurais fait mourir de trouille avec ton arrivée fracassante. "


Bon, d'accord. C'était en partie ma faute. Après une nuit de cavale, je n'avais pas pensé à fermer la porte à clef. Mais bon, c'était une raison pour venir me réveiller de la sorte. Quoi que, il y a pire comme réveil. Vaut mieux rire que pleurer. Enfin, je m’appuie légèrement sur le boudin enveloppant cette pauvre blondinette, sans chercher une seule seconde à l'aider à s'en sortir.

"- Maëlia, c'est ça? Je parie que t'es une nouvelle par ici. Tu sais, si tu veux sécher les cours, c’est pas la peine de venir tout détruire ici. Enfin, sinon, t'es blessée?"

Invité
avatar
Invité
Re: Découverte de l'infirmerie - Ven 17 Jan 2014 - 12:49
Maëlia fixait la femme qui la surplombait. Celle ci se présenta comme étant l'infirmière c'était vraiment une bonne nouvelles cela lui offrirait plein d'occasion de la revoir, c'était plus simple d'entretenir l'amitié quand on se voyait souvent.

"- Ça te prends souvent, l'envie de jouer au sushi géant dans un lieu inconnu? Et frapper avant d'entrer, ça ne t'es pas venu à l'idée? S'il y avait eu d'autres patients, tu les aurais fait mourir de trouille avec ton arrivée fracassante. "

C'était une question de prime abord pertinente, mais elle n'eut l'effet que de confondre totalement la blondinette, après tout si elle était un sushi elle aurait était sur les draps pas au milieu, et comme elle était nouvelle tous les lieux lui étaient nouveau. L'idée de frapper avant d'entré était logique mais Maëlia était persuader d'entré en salle de classe à ce propos elle commençait à comprendre que les indications qu'on lui avaient données n'étaient pas les bonnes, oubliant totalement son moment d’inattention qui l'avait largement éloignée de son itinéraire. L'ensemble des paroles de la féline infirmière avaient déjà pu embrumer l'esprit atypique de l'apprentie déesse, mais ce n'était rien fasse à la dernière phrase qui la poussa à une excuse rapide.

"Pourtant je n'ai pas fait "bouh" en entrant..."


Mais l'infirmière commença à s'appuyer sur elle se rapprochant donc et permettant à Maëlia de mieux la voir focalisant totalement sont activité cérébrale sur l'observation de la demoiselle et coupant toute tentative d'explication.


"- Maëlia, c'est ça? Je parie que t'es une nouvelle par ici. Tu sais, si tu veux sécher les cours, c’est pas la peine de venir tout détruire ici. Enfin, sinon, t'es blessée?"

Blessée non elle ne l'était pas, elle avait eu de la chance dans sa péripétie et s'en sortait indemne bien que le coin droit du chariot lui appuyait légèrement sur la hanche et cela la gênait un peu, pas assez que pour stopper son incroyable pouvoir de déduction et d'analyse.


"- Oui je suis nouvelle. J'ai été vachement surprise en arrivant, c'est quand même fou tout ce qui se passe ici. Mais ce n'est pas encore très bien organiser, mon horaire est loufoque et on ne m'a même pas indiquer le bon chemin du coup je suis arrivée ici.

Du coup c'est vraiment le hasard qu'on ait pu se rencontrer."


La blondinette essaya vainement de se dandiner un petit peu pour décoincé ça hanche, mais elle était bien emberlificoté et l'infirmière juste au-dessus d'elle ne l'aidait pas vraiment à réussir. C'est alors que l'évidence la frappa comme la foudre peut frapper un arbre en pleine orage, changeant complètement sa vision du paysage. 


"D'ailleurs en parlant de rencontre tu es la première amie que je rencontre qui ment des la première fois. Mais tu sais tu peux me dire la vérité hein parce que t'es pas l'infirmière je le sais tu n'as pas de veste blanche. C'est sur après tu peux garder tes secrets je dis pas le cont...." 

Maëlia ne termina jamais sa phrase, elle venait de faire l'ultime découverte, c'était vraiment génial, magnifique, sensationnel ... Prise par l'émotion elle essaya de se relevé d'un bond sans contrôler du tout la force de son impulsion tout en s'écriant:

" Whouaaaaaaaaaaaa t'as des yeux magiques !!!!!!!!!!!!!!!! " 
Invité
avatar
Invité
Re: Découverte de l'infirmerie - Ven 17 Jan 2014 - 19:22
"Pourtant je n'ai pas fait "bouh" en entrant..."

Mais c'est qu'elle avait de l'humour cette petite. Surtout dans sa position. Remarque, je n'allais pas m'en plaindre, je trouvais ça marrant au final comme façon de rebondir. Ouais, elle me plaisait bien cette petite blondinette. Mais bon, fallait pas non plus déconner. Si elle ne venait que dans le but de finir empaquetée tel un cadeau de noël, en envoyant un peu tout mon matos valsé par la même occasion, je n'allais pas rester cool ultra longtemps. Certes, c'est marrant au début mais les blagues les plus courtes sont les meilleures. Enfin, ma demoiselle rouleau de printemps avait repris du poil de la bête, limite si elle semblait gênée de sa position, elle reprenait la parole.

"- Oui je suis nouvelle. J'ai été vachement surprise en arrivant, c'est quand même fou tout ce qui se passe ici. Mais ce n'est pas encore très bien organiser, mon horaire est loufoque et on ne m'a même pas indiquer le bon chemin du coup je suis arrivée ici.
Du coup c'est vraiment le hasard qu'on ait pu se rencontrer."


Et elle osait dire que son horaire était loufoque? Après son entrée tonitruante, elle était mal placée pour parler de bizarreries et autres étrangetés. Mais bon, j'étais aussi d'accord avec elle. Niveau organisation, il devait sans doute y avoir mieux. Mais moi, toutes ces lacunes m'arrangeaient puisque j'en profitais alors je ne m'en plaindrais pas, loin de là. Quand à se faire indiquer le bon chemin, miss j'ai la tête dans la lune, je ne doutais pas une seconde que même accompagnée main dans la main, elle aurait réussi à rater sa classe. Elle a trop la tronche de celle qui se plante à tous les coups.

"D'ailleurs en parlant de rencontre tu es la première amie que je rencontre qui ment des la première fois. Mais tu sais tu peux me dire la vérité hein parce que t'es pas l'infirmière je le sais tu n'as pas de veste blanche. C'est sur après tu peux garder tes secrets je dis pas le cont...."


La première amie? Waouh, on pouvait dire qu'elle y croyait à fond celle-là. Genre j'étais son amie? Comme ça? Juste parce qu'elle le décidait? Remarque, si je jouais bien le jeu, ça pouvait toujours se révéler intéressant. Mais ce qui m'a le plus marqué, c'est la suite. Je mens. Bon, ça ce n’est pas une nouveauté, je vous l'accorde. Mais genre je ne suis pas infirmière, quoi. Pour une fois que je ne raconte pas des conneries, l'autre est persuadée que je ne dis pas la vérité. Pourquoi? Parce que je ne porte pas de blouse blanche? Dans la famille excuse à la con, elle est très forte, décidément. Je sens que je vais me régaler avec cette petite.

" Whouaaaaaaaaaaaa t'as des yeux magiques !!!!!!!!!!!!!!!! "

Pour le coup, j'ai fait un léger mouvement en arrière et à force de se dandiner, mon andouille boudinée a fini par se caser la gueule bien comme il faut. Et là, j'éclate tout bonnement de rire. Entre la position on ne peut plus saugrenue dans laquelle l'autre débile à atterrit et sa remarque à propos de mon regard, franchement, je n'y tiens plus. Des yeux magiques. Non mais sérieux, on ne me l'avait jamais faite encore celle-là.

"- Au lieu de dire et d'enchainer les conneries, commence par te calmer. Là, ta tête doit être en surchauffe. Allez, laisse-toi faire, je te sors de là-dedans. Un conseil, rentre bien ta tête dans ton cou."


Un clin d’œil joueur et je saisis un coin du rideau qui a fini par apparaitre. Un ravissant sourire et hop, je tire un grand coup. Et une roulée/déroulée, une. Qui finit d'ailleurs en crêpe contre le mur le plus proche. Enfin, vu son état, elle est plus à ça près. Une chute de plus ou moins, pour ses neurones, c'est déjà une guerre perdue d'avance. Enfin, je la laisse doucement se remettre et m'approche doucement d'elle, m'agenouillant pour me mettre à sa hauteur.

"- Et maintenant, laisse-moi te prouver que je suis bien ce que je prétends être, Cassandre. "

Oui, j'ai de la culture aussi. Elle ne comprendra sans doute pas l'allusion à la fameuse prophétesse grecque qui voyait l'avenir. Enfin, même si ma blondinette se plante à chaque coup contrairement à l'autre, c'est qu'un détail. Elle sera ma Cassandre. Je passe mes mains au-dessus de sa peau et repère des plaies minimes, des bleus et des bosses surtout. Parfait. Et avec un minimum d'efforts, elle peut les voir disparaitre.

"- Alors, convaincue choupinette? Maintenant, debout. Tu vas m'aider à ranger tout ce foutoir. Un parce que c'est ta faute et deux, parce que tu ne m'as pas crue."
Invité
avatar
Invité
Re: Découverte de l'infirmerie - Sam 18 Jan 2014 - 11:27
A l'instant suivant l'exclamation de Maëlia, l'infirmière relacha la petite pression qu'elle exerçait sur la jeune fille, la privant par ce fait de tout ce qui la faisait encore tenir en équilibre. La chute de 80 cm aurait pu simplement la laissée s’étaler le dos au sol pour fixer le plafond un peu plus mais quand on avait des pouvoirs aussi puissant que ceux de Maëlia s'était impossible, du coup la se retrouvait pliée au sol, le dos sur le carrelage les derrières la tête; le corps toujours prisonnier du tissus.

"- Au lieu de dire et d'enchainer les conneries, commence par te calmer. Là, ta tête doit être en surchauffe. Allez, laisse-toi faire, je te sors de là-dedans. Un conseil, rentre bien ta tête dans ton cou."
 
La première demande de Nelsha était des plus paradoxale et pouvait s’interpréter de deux façons presque opposées, car du point de vue d'un paradigme Maëlien, ses actes et ses dires étaient parfaitement censés et logiques bien que maladroits et donc la demande n'avait aucun sens, tandis que d'un point  de plus classique demander à la jeune fille de cesser d'agir et de parler comme elle le faisait était tout bonnement lui demander de se suicider. Mais bien entendu l'apprenti déesse ne porta pas une once d'attention à cela, elle n'avait retenu que la fin des paroles de l'infirmière. Se laisser faire n'était pas vraiment difficile d'autant qu'elle n'avait pas le choix mais....
 
* Zut, j'ai pas encore eu de cours de métamorphose je sais pas rentrer ma tête dans mon cou je devrais lui di...*
 
Mais elle ne put aller au bout de sa pensée que son raisonnement fut stopper net par l'aide qu'elle considérerait sous peu comme bienveillante de la chatte. Cependant l'aide ne se limitait pas sortir l'enridotée de sa prison, mais Nelsha lui offrait aussi un tour de montagne russe, dont la qualité principale fut l'effet de surprise amusant, des tournants assez rapide mais qui ne vous rendent pas malade, peu de chute et un durée assez courte. Malheureusement rien n'est parfait et les freins ne fonctionnèrent pas comme prévu offrant à Maëlia un peu de vue nouveau sur les murs de l'infirmerie.
 
La jeune femme jusqu'à alors cachée par son armure de tissus pouvait maintenant révéler tout l'éclat de sa présence, laissant à la vue de tous la tenue qu'elle s'était résignée à porter au matin qui lui donnait plus l'allure d'une touriste que d'une élève. Maëlia était vêtue d'un haut à courtes manches fortement coloré de ton chaud et gai qui pouvait donner le même effet qu'une chemise hawaïenne des plus kitchs, ainsi qu'une jupe orangée un peu trop mini qu'elle avait en partie cachée à l'aide d'un paréo couleur sable agrémenter d'ombre de palmiers et de surfeur.

"- Et maintenant, laisse-moi te prouver que je suis bien ce que je prétends être, Cassandre. "

Alors que Maëlia se remettait de son câlin avec  le décor Nelsha s'approcha d'elle et traita ses bleus et ecchymoses en un instant.

"- Alors, convaincue choupinette? Maintenant, debout. Tu vas m'aider à ranger tout ce foutoir. Un parce que c'est ta faute et deux, parce que tu ne m'as pas crue."

L'apprentie déesse trouva cela tellement incroyable, tellement gentil, tellement fort que ses yeux brillaient d'une telle joie, d'une si bonne humeur et d'une telle excitation qui aurait pu faire paraitre le regard d'un enfant de 10 ans à qui l'on annonce qu'il va pouvoir passer l'éternité à Disney-land avec friandises à volonté, triste.L'excitation influant sur sa diction et sur la cohérence de l'agencement de ses phrases, Maëlia ne put s'empêcher de se lancer dans une tirade sous un rythme extrêmement rapide.
 
"Whouuaaa alors ça c'est vraiment  vraiment  vraiment  vraiment  vraiment  vraiment  vraiment  vraiment  vraiment  vraiment  vraiment  vraiment  trop trop fort, c'est super cool, tu dois être une génie en classe, et t'as un super beau prénom Cassandre, ça c'est dingue , t'es la et pouf plus rien, bam tu cuisine tu te coupe , Cassandre passe et pouf un doigt neuf, t'es incroyable tu sais, en plus choupinette c'est trop mignon, bon  c'est vrai que j'ai dix-sept ans et que je devrais pas mais siiiii c'est génial alors moi je vais t'appeler Cassi ça te va Cassandre?."
 
Elle aurait surement pu continuer comme ça une bonne dizaine de minute mais le besoin d'oxygène devint trop fort et l'apprenti Déesse du prendre une profonde inspiration. Alors qu'elle allait finir de respirer elle se figea un court instant, bouche bée comme un poisson hors de l'eau avant de reprendre sur un débit beaucoup plus normal.
 
"C'est comme ça que tu te fais passer pour l'infirmière alors. Tu te cache à l'infirmerie et tu soigne les gens du coup ils se posent pas de question, t'es vraiment bizarre et maline, t'as de la chance qu'ils voient pas que t'as pas de blouse."
 

 Maëlia se mit rapidement deux petites baffes portant son regard sur le bordel qu'elle avait engendré. Elle était toute neuve et plus que prête à aider Nelsha. L'apprenti déesse sourit à son interlocutrice.
 
"Ok rangeons ça!"
 
L'apprentie Déesse était prête à agir, son attention s'étant fixée sur tous les objets potentiellement piquant, coupant, tranchant, encombrant, lourds, fragiles, bref tout ce qui entre ses mains aurait rapidement put devenir une arme.
Invité
avatar
Invité
Re: Découverte de l'infirmerie - Sam 18 Jan 2014 - 19:43
Maintenant que la blondinette avait terminé son tour gratuit de montagnes russes avant de se crasher magistralement contre le mur et qu'elle avait été remise à neuf par mes soins, peut-être qu'elle allait enfin se calmer un peu. Mais rien qu'à l'éclat de son regard, j'ai compris de suite que je pouvais faire une croix dessus. Elle avait les yeux tellement exorbités que j'ai cru qu'ils allaient sortir de son visage, juste pour venir e regarder d'encore plus près. Comme ce loup dans les vieux dessins animés que j'ai vu aux States. Les Tex Avery. Bah là, elle avait la même tronche mais en réel. Et c'est franchement hilarant.

"Whouuaaa alors ça c'est vraiment vraiment vraiment vraiment vraiment vraiment vraiment vraiment vraiment vraiment vraiment vraiment trop trop fort, c'est super cool, tu dois être une génie en classe, et t'as un super beau prénom Cassandre, ça c'est dingue , t'es la et pouf plus rien, bam tu cuisine tu te coupe , Cassandre passe et pouf un doigt neuf, t'es incroyable tu sais, en plus choupinette c'est trop mignon, bon c'est vrai que j'ai dix-sept ans et que je devrais pas mais siiiii c'est génial alors moi je vais t'appeler Cassi ça te va Cassandre?."

Là, pour le coup, c'est moi qui ai failli arrêter de respirer. Mais il est où le bouton stop chez elle? Non mais parce que un peu ça va mais là, elle va vite finir par me prendre la tête. Sans compter que son baragouinage n'a purement et simplement aucun sens. Un simple merci aurait largement suffit mais visiblement boucle d'or ne savait rien faire comme tout le monde. Un peu comme moi quoi. Tiens, faudra que j'essaye le coup du moulin à parole du coup, ça me servira peut-être à l'avenir qui sait. Toute idée est bonne à prendre.

Et là voilà qui déblatère sur mon pouvoir. Oui, c'est pratique, c'est magique, blablabla. Elle a 17 ans, hein? Autant dire que c’est un bébé. Et de quel droit elle me trouve un surnom elle? C'est mon job ça. Bon, il va falloir que je remette les points sur les i avec miss mini-jupe avant que cela ne dégénère trop. Du coup, alors que je sens qu'elle commence à manquer d'air -sans oublier qu'elle commence à virer rouge tomate, c'est une bonne indication- je viens poser mon index sur ses lèvres pour fermer son clapet.

"- Eh, respire de temps à autre. Si tu veux me donner un surnom, c’est Casey ou rien. Capiche?"

"C'est comme ça que tu te fais passer pour l'infirmière alors. Tu te cache à l'infirmerie et tu soigne les gens du coup ils se posent pas de question, t'es vraiment bizarre et maline, t'as de la chance qu'ils voient pas que t'as pas de blouse."
Bizarre et maligne. Oui, finalement cette définition m'allait comme un gant. Elle est marrante cette petite parce que chaque fois qu'elle marque des points dans le négatifs, elle parvient à se rattraper aussitôt avec des trucs vachement sympa et plutôt bien trouvé. Bon, si elle me prend pour son amie, par contre, on mettra des règles au point parce que je ne veux pas d'elle dans mes pattes à toute heure du jour et de la nuit mais bon, je suis sure qu'il y a moyen de tirer avantage de sa compagnie.

"- Je vois que tu as éventé mon secret. Décidément, tu es trop forte, choupinette. Je ne fais pas le poids contre toi. Mais chut!!! Ça restera notre petit secret rien qu'à toutes les deux."

"Ok rangeons ça!"

"- Holà, mollo la terreur. On va faire à ma façon. Puisque c'est moi la fausse infirmière près tout, il est normale que je garde mon rôle jusqu'au bout. Aujourd'hui, tu seras mon assistante. "

Autant éviter de créer une surenchère de catastrophes, Mini-pouce était bien assez douée comme cela. Bon, alors, pour éviter de lui donner du trop dangereux, je l'envoie simplement remettre les draps correctement sur les lits tandis que je ramasse tout ce qui pourrait se révéler potentiellement dangereux. C'est à dire à peu près tout. Puis, je regarde le rideau qu'elle a tout bonnement arraché. Non, y aura pas moyen de le remettre en place, faudra d'abord le recoudre et réparer la tringle.

"- Bon, une fois que le plus gros sera fait et que l'infirmerie ressemblera à nouveau à autre chose qu'à un champ de bataille, ce sera quoi ton programme? Détruire une autre salle de la Deus?"

Invité
avatar
Invité
Re: Découverte de l'infirmerie - Dim 19 Jan 2014 - 9:49
Maëlia ayant été tout juste promu pseudo-assistante-infirmière elle se montra particulièrement attentive aux instructions de son interlocutrice la jeune fille n'avait de toute façon aucune préférence sur les méthodes de rangement et avaient l'habitude de suivre les directives de son frère après une catastrophe pour que tout rentre dans l'ordre. Sa tâche était simple remettre les lits en ordre, même pour elle cela ne poserait aucun problème. Alors qu'elle s'atteler à son travail l'infirmière lui posa de nouvelle question.

"- Bon, une fois que le plus gros sera fait et que l'infirmerie ressemblera à nouveau à autre chose qu'à un champ de bataille, ce sera quoi ton programme? Détruire une autre salle de la Deus?"

Tout en l'écoutant Maëlia termina le premier lit. Elle se dirigea vers le second répondant à Nelsha.

"Je n'ai encore détruit aucune salle, juste cassé deux trois petites choses. Après c'est comme je t'ai dit, j'ai un horaire loufoque que j'ai généré par erreur."

Finissant le second lit elle se saisit de son horaire papier l'observant rapidement avant de le ranger pour attaquer le lit suivant.

"J'ai cours de sport, pfuuu, la dernière fois que j'ai fais sport on a fait de la course avec saut de hais, mon professeur m'a dit qu'il n'avait jamais vu quelqu'un d'aussi bon pour toutes les faire tomber. J'ai aussi un cours d'infiltration, bon sa m'arrive d'être naïve, mais pour que je réussisse une infiltration faudrait quand même un sacré hasard. Puis on part dans l'absurde, cours d'arme a feu comme si on allait nous donner des armes pour se tirer dessus..."

Maëlia remarqua que le draps du quatrième lit était légèrement taché, elle l'enleva directement cherchant du regard une armoire, une sorte de garde robe, ou serait stocker les draps propres. Finalement son objectif fut repérer sur sa droite, elle l'ouvrit pour récupérer la matière nécessaire à sa mission. L'armoire qu'elle venait d'ouvrir contenait peut être les draps désirés, mais elle avait aussi du contenir un blouse ou un vêtement quelconque car une fois ouverte elle ne contenait plus qu'une seule chose.

"Kyaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa"

La blondinette venait de laisser s'échapper un cri de surprise tout en lâchant le draps sale pour pouvoir se saisir du contenu de l'armoire. D'un bond elle avait fait volte face vers la chatte-garou, tenant dans ses bras une tenue d'infirmière. Certes ce n'était pas une tenue classique, pas une simple blouse blanche, c'était plus un déguisement de carnaval et à y regarder de plus prêt encore plus un déguisement destiner à des adultes voulant pimenter un peu leur vie de couple. Mais cela faisait partie des choses qui n'atteignait pas l'esprit de l'apprentie déesse qui avait vue ce costume blanc ornée de petite croix rouge il avait été immédiatement et irrémédiablement classifié comme une magnifique tenue d'infirmière et cela peut importe qu'aucune véritable infirmière n'aurait jamais pu porté quelque chose d'aussi "révélateur" sur son lieu de travail.

"Capiche!!!!"

Oui c'était assurément des deux surnoms que sa nouvelle amie lui avait proposer le plus sympathique, Casey faisait trop sérieux même s'il était plus proche de Cassandre. Maëlia s'était déjà mise en route vers l'infirmière occupée à ranger dont elle avait surement récupérer l'attention.

"Regarde ce que j'ai trouver, avec sa tu pourra vraiment être l'infirmière."

L'apprentie déesse avait rejoins Nelsha et lui tendait la tenue avec un regard et un sourire qui affichait très clairement "t'as vu c'est génial, vas y met le!"
Invité
avatar
Invité
Re: Découverte de l'infirmerie - Dim 19 Jan 2014 - 10:51
"Je n'ai encore détruit aucune salle, juste cassé deux trois petites choses. Après c'est comme je t'ai dit, j'ai un horaire loufoque que j'ai généré par erreur."

Genre elle avait généré elle-même son emploi du temps. Le coup sur sa petite caboche avait dû être un peu plus fort que ce que je pensais. A moins qu'elle ne soit déjà sérieusement secouée de base ce qui, finalement, me paraissait bien plus logique en y réfléchissant un peu. Enfin, au moins, pendant qu'elle s'occupait de remettre les draps en place, j'étais tranquille pour mettre hors de sa portée tout ce qui risquerait de me donner du travail supplémentaire dont je me passerais avec la plus grande joie. Déjà que je me retrouve à devoir jouer la baby-sitter, faut pas abuser non plus.

"J'ai cours de sport, pfuuu, la dernière fois que j'ai fait sport on a fait de la course avec saut de hais, mon professeur m'a dit qu'il n'avait jamais vu quelqu'un d'aussi bon pour toutes les faire tomber. J'ai aussi un cours d'infiltration, bon sa m'arrive d'être naïve, mais pour que je réussisse une infiltration faudrait quand même un sacré hasard. Puis on part dans l'absurde, cours d'arme à feu comme si on allait nous donner des armes pour se tirer dessus..."

Et revoilà Miss moulin à parole en action. Est-ce qu'un jour elle serait à cours de salive? Le jour où elle sera aphone, elle se trouvera réellement malheureuse, au plus grand plaisir de ceux comme moi qui ont rien demandé mais sont obligés de supporter ses blablas incessants. Enfin, pour son emploi du temps, il n’y avait rien de vraiment terrible. Sport, ça risquait d'être marrant remarque avec elle, je vois bien les haies se jeter sur elle carrément, ouais. Infiltration, elle n’a pas la moindre chance, ne nous faisons pas de fausses idées. Le jour de la distribution de la discrétion, elle était absente, aucun doute là-dessus. Et je souhaitais bonne chance au prof de cours d'arme à feu parce que là, franchement, ça risquait d'être mortel. Dans tous les sens du terme. Si je n’ai rien à faire, j'irais peut-être voir discrètement le carnage, histoire de m'amuser. Quelle adorable perspective.

"Capiche!!!!"

Waouh, mais qu'est-ce qui lui prends de gueuler comme ça? Elle m'aurait presque fait peur cette imbécile. Heureusement que j'ai de bons réflexes sinon la boite de scalpels me tombait dessus. Va vraiment falloir lui apprendre à fermer sa gueule elle de temps en temps. Juste le temps de terminer de mettre mes chers instruments de torture à leur place et à l'abri avant de me retourner vers la blondinette. Et là, pour le coup, je reste une seconde complètement prise au dépourvue.

"Regarde ce que j'ai trouver, avec sa tu pourra vraiment être l'infirmière."

Non mais sans déconner, où est-ce qu'elle avait pu trouver ça? Depuis quand est-ce que ce genre de costume se promenait dans l'infirmerie? Parce que bon, certes, je ne fais absolument as mon boulot sérieusement ais j'ai bien tout fouillé et j'ai la certitude de n'avoir jamais vu un truc de ce genre. Sinon, je le saurais, je m'en serais déjà servi. J'ai déjà un sourire jusqu'aux oreilles et je sens le ronronnement monter de mon ventre à ma gorge, profond et ténu. Ce n’est pas de la demi-mesure, cette tenue, elle est franchement terrible.

"T'as vu c'est génial, vas y met le!"

Alors là, je ne vais pas me faire prier ma chérie. Limite, je le lui arrache des mains et déjà, je me déshabille sans aucune gêne, ici même en plein milieu de l'infirmerie. Je ne cherche nullement à me cacher, je n'ai pas honte de mon corps et en plus, je suis pressée de voir ce que ça va donner. Encore quelques secondes de patience, une fermeture éclair à bien remonter, le petit chapeau à bien caler sur ma tête et ... TADAM!!! Exactement ma taille, voir un rien plus petit histoire de bien faire ressortir les formes nécessaires. Je ronronne de plaisir, fais un tour sur moi-même et éclate d'un grand rire.

"- Alors, Boucle d'Or, je fais assez infirmière pour toi à présent? Ou il faut que je te fasses une piqure pour que tu es soit persuadée?"

Voix mielleuse, œillade douce, je joue le jeu à fond. Je profite du bureau pour venir m'asseoir sur le coin, jambes croisées et mains croisées sous la poitrine. Que quelqu'un entre, je m'en tape complètement. Tiens, mais j'y pense, et si je débarquais voir mon Svenounet dans cet uniforme? Mawrr, voilà qui serait mortellement drôle. Mais d'abord, m'occuper de mini-pouce qui est toujours là. Au moins, pendant quelques instants, je ne l'ai plus entendu. Ça ne parait pas comme ça, mais ça fait du bien par moments le silence. Je descends de mon perchoir et me met à déambuler dans la pièce, comme en défilant. Tantôt aguicheuse, tantôt sage, parfois gênée, à d'autres instants sérieuse, je me confectionne même une fausse paire de lunettes, histoire de pouvoir jouer le jeu jusqu'au bout.

"- Voyons-voir, ma patiente préférée, de quoi souffres-tu? Hum, et si tu me laissais t'examiner sérieusement?"

Invité
avatar
Invité
Re: Découverte de l'infirmerie - Dim 19 Jan 2014 - 11:25
L'infirmière se saisit presque instantanément de la tenue commençant sur le champ à ce déshabiller. Dans des circonstances classiques cela aurait surement fait un peu rougir Maëlia devant l'écrasante supériorité des courbes de celle qui lui faisait face, mais son esprit était trop occupé que pour s'en soucier pour l'instant.

* Je me demande ce que ça va donner,


alors,



alors,



Alors alors, 


alorsalorsalorsalorsalorsalorsalorsalorsalorsalorsalorsalorsalorsalors*

Son impatience montait exponentiellement alors que Nelsha finissait d'enfiler la tenue d'infirmière sexy. Évidemment la tenue lui allait à la perfection le hasard ne faisait jamais mal les choses, il interprétait parfois incorrectement mais dans le fond il avait toujours le coup d'oeil parfait. Maëlia la regardait sa bouche s'ouvrant, commençant à se refermée, se ré-ouvrant comme une porte de garage électrique déréglée elle voulait visiblement dire quelque chose, ou plutôt, tellement de chose que les mots se bousculaient et refusaient  de sortir, offrant un petit temps à l'espiègle provocatrice pour se mettre en scène dans ses nouveaux habits.

"- Voyons-voir, ma patiente préférée, de quoi souffres-tu? Hum, et si tu me laissais t'examiner sérieusement?"

Nelsha lui proposa alors de jouer au docteur, forcément c'était plus amusant avec des garçons, et aussi plus amusant quand on avait six ans, mais cela n'affectait pas l'esprit de Maëlia dont les idées se réorganisaient petit à petit et dont les phrases commençaient doucement à trouver un ordre de priorité pour pouvoir sortir de sa bouche.

"ça te va trop bien, tu es vraiment super comme ça, comme une vraie infirmière. La c'est sur plus personne verra la différence, Capiche l'infirmière hihi c'est vraiment amusant."

L'apprentie déesse était fin prête à se laisser examinée pour le compte, histoire de voir les talents d'actrice de cosplayeuse, après tout elle venait de lui montrer ses talents d'aguicheuses même si Maëlia n'avait pas du tout vu sa sur cette angle mais plus comme un ensemble de tentative pour vérifier qu'elle pouvait belle et bien tenir le rôle. Malheureusement un problème de première ordre fit son apparition, Nelsha ne pouvait plus l'examinée elle l'avait déjà soignée de toutes ses blessures, il n'y avait plus d'examination possible.

Maëlia s'apprêtait à annoncer la mauvaise nouvelle à sa compagne de jeu, un air un peu triste dans les yeux, puis elle repensa aux oeillades, au petit défilé, à la voix mielleuse de Nelsha. Son amie s'était donnée tant de mal pour entrer dans son rôle, elle s'y était vraiment investit et s'en était imprégné. En aucun cas la blondinette ne laisserai une amie qui a fait tant d'effort tombé, surtout alors que celle ci l'avait soignée peu avant, son frère ne lui aurait jamais pardonné d'agir comme ça sans ne serait ce que chercher une solution.

Son regard s'illumina alors à nouveau, forcément il y avait une solution aussi simple que de dire bonjour. Maëlia fit un immense sourire à Nelsha avant de forcer droit sur le mur face à elle sans freiner une seule seconde elle s'y fracassa directement s'étalant au sol le nez en sang, la tête sonnée elle pouvait de nouveau voir l'aguicheuse à l'envers. D'une voie un peu brumeuse elle reprit la parole son sourire n'ayant pas quitté ses lèvres.

"je suis... prête pour les soins..."
Invité
avatar
Invité
Re: Découverte de l'infirmerie - Dim 19 Jan 2014 - 13:05
Y a pas à dire, déjà qu'à l'état naturel je suis une excellente actrice mais alors là, je bats des records d'audience. Le costume en prime, je suis tout simplement encore plus vraie que nature. N'oubliez pas qu'au final je suis un monstre, une ordure. Une meurtrière. J’ai tellement de sang sur les mains que le pire des serial-killers ne pourra jamais ma cheville. Et là, c’est moi qui joue la gentille, la petite infirmière dévouée à remettre ses malades sur pieds. Décidément, Deus, t'es un grand fou, tu ne sais vraiment pas à quoi tu t'exposes en choisissant tes futurs acolytes.

"ça te va trop bien, tu es vraiment super comme ça, comme une vraie infirmière. La c'est sur plus personne verra la différence, Capiche l'infirmière hihi c'est vraiment amusant."

Capiche l’infirmière ? Mais décidément, elle comprend vraiment rien de rien elle, c’est dramatique. Heureusement qu'elle parvient à se rattraper d'elle-même parce que sinon, cela ferait longtemps que je l'aurais viré à coup de pompe dans le derche. Et là, j'avoue que bon, la voir ressembler à un poisson rouge a ainsi ouvrir et fermer la bouche sans réussir au départ à sortir un mot avant, enfin, de parvenir à articuler quelque chose, c'était assez marrant. Surtout qu'en tant que chat, ça réveil mon instinct de prédateur. Elle ferait une proie si facile. Trop facile même, c'est pour cela que ça risquerait de gâcher mon plaisir et que je me contente de la garder comme jouet pour le moment. Autant s'amuser un eu. Elle m'occupe et avec elle, je ne jamais à quoi m'attendre, c'est assez fun même si cela peut se révéler franchement surprenant par instants.

Parce que bon d'accord, j'étais à fond dans le jeu mais de là à m'attendre à ce qu'elle se lève pour se jeter tête la première contre le mur pour se faire réellement mal, afin que le jeu devienne carrément réalité, franchement je n'y croyais pas. Il m'a d'ailleurs fallut quelques instants pour réaliser qu'elle l'avait bel et bien fait. Quand je dis qu'elle est complètement secouée cette gamine, je suis encore loin de la réalité. Enfin bon, maintenant qu'elle s'est fracassée le visage contre le mur et qu'elle se retrouve en mode tortue retournée, je ne vais pas la laisser comme ça. Quoi que, je pourrais.

"je suis... prête pour les soins..."

J'éclate de rire et il me faut bien au moins deux minutes pour me calmer. Le temps que je prenne un peu de matériel pour pouvoir m'occuper correctement de son cas. Parce que certes, je peux soigner mais on sait jamais, si elle a cassé quelque chose, je pourrais rien y faire. Je suis apprentie-déesse, pas magicienne. Je viens m'asseoir à côté de ma timbrée du moment qui sourit toujours comme une imbécile heureuse qu'elle est. Enfin, pour commencer, je la redresse un peu, histoire de m'assurer qu’elle ne soit pas complètement hors service.

"- T'es vraiment bizarre toi, pourtant des trucs franchement stupides, j'en ai vu, je te le dis. T'es pas un peu maso sur les bords, nan?"

Enfin, je ne vais pas épiloguer deux heures non plus, je tiens à avoir en plus du nettoyage à faire après l’avoir soigné. Alors, je reviens me mettre à sa hauteur, mon matériel en retrait pour être certaine qu’elle n’y touchera pas et mes mains reviennent jouer sur son visage. Ecchymose, choc, engourdissement… Bon, elle n’y est pas aller de main morte mais il n’y a rien qui devrait me causer de réel problème. Arrangeons donc les apparences faute de pouvoir lui rendre les neurones dont elle manque cruellement. Ça, j’y pourrais rien de toute façon.

"- Là, voilà. Plus de bleus, de sang ni rien. Mais pour l’étourdissement, va falloir que tu attendes que ça passe tout seul. Parce que là, ton crâne à quand même un peu bien morfler. Alors tu restes assise et si tu veux te lever, tu me dis. "


Je ne tiens pas à la ramasser par terre à la petite cuillère, ça ferait désordre. Et puis, je préfère être sure qu’elle n’a pas un traumatisme crânien. Parce que vu sa façon d’agir, vous comprendrez que je puisse plus que très sérieusement me poser la question au sujet de son état mental.
Invité
avatar
Invité
Re: Découverte de l'infirmerie - Lun 20 Jan 2014 - 7:15
Alors qu'elle était allongée au sol Maëlia pu entendre Nelsha rigoler, c'était un rire vrai et instoppable qui durant deux bonnes minutes. Entendue par terre la jeune fille au nez endolorie laisser son esprit se reposer un peu alors qu'elle profitait de l'hilarité de sa partenaire de jeu. Finalement l'infirmière s'approcha de la blessée avec tout le matière nécessaire pour s'en occuper commençant tout d'abord par la redresser légèrement. 

"- T'es vraiment bizarre toi, pourtant des trucs franchement stupides, j'en ai vu, je te le dis. T'es pas un peu maso sur les bords, nan?"

Maëlia ne avaient les yeux fixés sur le plafond, le shutdown forcer de son cerveau suite au choc avait pu arrêter son excitation de plus en plus forte et sa folie personnelle, lui permettant sur l'instant d'être beaucoup plus calme et de répondre d'une voix posée et réfléchie. Du moins de son point de vue...


"Je suis pas stupide, ni maso, sinon je ferais ça pour le plaisir. Mais comme disait mon frère c'était juste un investissement, tu faisais tellement d'effort pour être une infirmière je pouvais pas te laissée tombée alors que tu m'avais déjà soignée une fois, puis ça t'as beaucoup amusée non? Puis dans le fond j'aime bien qu'on s'occupe de moi, alors c'était pas stupide comme idée..."

La blondinette se tu alors pour ne pas déranger Nelsha dans son travail. Une fois de plus la douleur quitta son corps alors que ces blessures disparaissaient. Elle l'avait déjà vu faire une fois mais cela ne l'empêchait pas d'être émerveillée à nouveau.

"- Là, voilà. Plus de bleus, de sang ni rien. Mais pour l’étourdissement, va falloir que tu attendes que ça passe tout seul. Parce que là, ton crâne à quand même un peu bien morfler. Alors tu restes assise et si tu veux te lever, tu me dis. "

La féline infirmière laissa alors sa patiente appuyée contre le mur pour éviter qu'elle ne se retrouve à nouveau couchée au sol. Ses instructions avaient été plus que claires et jamais l'apprentie déesse n'aurait volontairement été à leur encontre. Mais elle avait déjà envie de se levée, il lui restait des lits à remettre en état. De toute manière Maëlia avait plus que l'habitude de ce genre d'étourdissement imprévus.

"-Je veux me lever."

A ces mots la maladroite se releva d'une traite. Il lui avait été demander de prévenir, jamais il n'avait été question d'attendre de l'aide ou une permission même si le bon sens aurait pu le lui souffler à l'oreille. Remise sur ses pattes elle tituba sur deux trois pas sa tête tournait un peu plus que prévus pour un crâne débarrassé de toute douleur. Mais Maëlia resta plus que correctement droite sur ses jambes, comme à son habitude amener un second déséquilibre à sa maladresse naturelle avait tendance à améliorer sa stabilité même si elle n'avait jamais compris pourquoi.

La blondinette secoua sa tête pour remettre ses idées en désordre, son sourire se reformant de plus en plus naturellement, de plus en plus béatement sur son visage qu'importe l'air qu'avait Nelsha à cet instant elle n'y prêtait aucune attention les idées avaient commencer à fusées dans sa tête. Tellement de possibilité que si elle se mettait à tout déballer sur le champ elle ferait surement fuir sa nouvelle amie, mais pour une raison inconnue l'envie d'emmener la chatte garou skier lui prenait de plus en plus le coeur et à chaque seconde qui passait elle oubliait un des motifs qui pouvait la restreindre laissant l'envie grandir et grandir jusqu'à ce que...

brrrrrr...

"-Ho j'ai faim..."

Reboot system... Maëlia fixa son ventre un cours instant avant de reporter son attention sur Nelsha, ses idées les plus loufoques s'étant envolée. D'un geste machinal des mains elle remit ses vêtements dans un état plus présentable tout en faisant une proposition sincère.


"-Dés qu'on a finit de ranger je te paye quelque chose à la cafétéria pour les soins on pourra discuter de tout et de rien."

Sans attendre la réponse de l'nvitée elle reprit la direction des lits incapable d'imaginer un refus de sa part. Mais avant même d'avoir pu faire un second pas elle finit par se rendre compte de quelque chose d'assez embarrassant. Elle fit volte face si rapidement qu'elle en tituba, sa tête n'étant pas encore remise, mais cela ne semblait même pas la dérangée, Maëlia fixait Nelsha les yeux rond comme un enfant à qui on apprend que le père noël n'existe pas par pure méchanceté.

"-J'ai pas d'argent...."
Invité
avatar
Invité
Re: Découverte de l'infirmerie - Lun 20 Jan 2014 - 10:11
"Je suis pas stupide, ni maso, sinon je ferais ça pour le plaisir. Mais comme disait mon frère c'était juste un investissement, tu faisais tellement d'effort pour être une infirmière je pouvais pas te laissée tombée alors que tu m'avais déjà soignée une fois, puis ça t'as beaucoup amusée non? Puis dans le fond j'aime bien qu'on s'occupe de moi, alors c'était pas stupide comme idée..."

Un investissement, hein? Oui, c'est définitif, cette gosse est complètement dingue. Parce que le comble dans tout ce qu'elle raconte c'est que ses histoires se tiennent. Oui, je soigne les gens mais bon, si elle continue à se fracasser le crâne contre les murs juste pour jouer le jeu, ce n’est pas moi qui vais y laisser des plumes. Et puis, si ça me lasse de la soigner, elle se démerdera. Je compte m’encombrer d'elle ad vitam aeternam non plus, il ne faut pas abuser. En plus, si elle voulait qu'on s'occupe d'elle, y avait d'autres façons que de se faire mal et surtout d'autres personnes à aller faire chier plutôt que de rester dans mes pattes. Mais bon, tant que je m’amusais et y trouvais mon compte, je laisserais le jeu avancer.

"-Je veux me lever."

Un soupir pronfond, c'est la seule chose qui m'échappe. Et une seconde, ma main qui passe sur mon visage. Bon d'accord, avec elle j'aurais dû me douter qu'il fallait tout préciser mais quand même. Non mais elle est sérieusement atteinte elle. Enfin, de toute façon, c'est son problème. Je l'observe donc distraitement tanguer dangereusement tandis que je remballe ce qui traine encore afin de faire place nette, avec des empotées dans son genre, autant parer au pire. La voilà qui se remet à sourire un comme une débile, comme si elle avait encore une nouvelle connerie qui germait. Au moins, l’avantage, c'est que je le sais d'avance, je peux me préparer. Mais finalement, elle est coupée dans son élan par un bruit insolite.

brrrrrr...
"-Ho j'ai faim...
-Dés qu'on a finit de ranger je te paye quelque chose à la cafétéria pour les soins on pourra discuter de tout et de rien."


Vu le boucan qu'a fait son estomac, pas besoin de traduction. Remarque, elle doit en bruler des calories à carburer ainsi aux conneries qui se suivent et s'enchainent. Elle se remet un peu en état, histoire d'avoir moins l'air dépenaillée tandis que je la regarde repartir pour terminer de faire les lits, comme je le lui avais demandé. Au moins, elle est serviable. Tant mieux, j'ai horreur de m'occuper de ce genre de trucs, ça m'arrange de la laisser le faire à ma place. Et là, allez savoir pourquoi, elle se stop, la mine déconfite comme si la fin du monde lui était tombée sur le coin. Bon, qu’est-ce qu'elle va encore me sortir comme connerie cette fois?

"-J'ai pas d'argent...."

Une seconde d'hésitation et nouveau fou rire. Ce que les humains peuvent être des êtres matériels. Genre la seule chose qui l'inquiète, c'est de savoir comment se payer à manger. Je n'ai jamais eu ce genre de soucis, voler ne m'avait jamais causé le moindre état d'âme. Mais bon, je n'allais pas la laisser dans sa panique. Pauvre petite chose fragile, tu ne feras pas long feu même ici à ce rythme-là. C'est bien dommage, t'es assez marrante dans ton genre.

"- Y a pas besoin d'argent pour manger. Tu suis les cours et tu fais ton boulot. Eux en échange, ils te nourrissent et te fournissent le minimum vital. Plus tard, on t'expliquera comment gagner de l'argent en plus, si t'as besoin de matos spécifique mais t'as pas à t'en occuper pour le moment. Et puis, vaut mieux pour toi pas t'encombrer d'un porte-monnaie, tu ferais que le perdre. "

Je m'étire un bon coup et jette un coup d’œil sur la salle. Tout est en place et rangé, pas de soucis. Je récupère mes fringues qui trainaient encore par terre et j'hésite une seconde. Après tout, je pourrais sortir comme ça. Le regarde des autres, je m'en balance. Mais pour Boucle d'Or, je ne suis qu'une imitatrice. Alors autant la laisser dans son ignorance, comme ça, elle ne viendra pas me chercher le jour où elle sera gravement blessée.

"- Par contre, je vais devoir me changer. Parce que sinon, ma couverture sera découverte et c serais dommage, tu ne trouves pas? Toi, tu as assez maligne pour tout deviner mais ce n'est pas le cas des autres, alors laissons-les dans l’ignorance. Ça sera plus drôle comme ça."

Ma véritable intention derrière ces derniers mots? Simplement pouvoir conserver ce costume en bon état pour m'en resservir à l'avenir, au gré de mes envies. Et garder la surprise pour ceux à qui je voudrais la faire. Je n'aime pas dévoiler mes astuces. De plus, je ne cherche pas aujourd'hui à me faire remarquer, juste à aller manger. Alors gardons mes excentricités pour le jour et ce sera ma réelle volonté.

Invité
avatar
Invité
Re: Découverte de l'infirmerie - Lun 20 Jan 2014 - 17:19
Ainsi donc il suffisait de suivre les cours et de faire son travail pour avoir à manger gratuitement c'était vraiment une bonne nouvelle, la blondinette n'aurait pas à se nourrir exclusivement de donut le premier moi. Par contre il y avait un soucis, elle n'avait pas encore travailler ni suivit aucun cours... Maëlia n'avait pas vraiment de gros besoin de toute manière et même si elle achetait des effets personnels elle les feraient surement disparaitre dans un moment d’inattention cela réglait le soucis de se procurer de l'argent pour plus que ses besoins vitaux.

"- Par contre, je vais devoir me changer. Parce que sinon, ma couverture sera découverte et c serais dommage, tu ne trouves pas? Toi, tu as assez maligne pour tout deviner mais ce n'est pas le cas des autres, alors laissons-les dans l’ignorance. Ça sera plus drôle comme ça."

Nelsha annonça qu'elle devait se changer c'était évident habillée comme ça elle aurait provoqué une émeute à la cafétéria et elles auraient du se débarrasser de tous les prétendants de la pseudo-infirmière avant de pouvoir manger. L'apprentie déesse profita de cet instant pour refaire le dernier lit, souriant lorsque son amie insista sur son intelligence, c'était vraiment une gentille tentative mais elle avait depuis longtemps accepté le fait que dans le fond elle avait tendance à être plutôt bête comme par exemple .... Bon Maëlia n'avait pas d'exemple direct d'erreur qu'elle ait pu commettre les deux derniers jours mais bon elle finirait bien par se trahir à un moment.

Finalement les lits étaient refait et Nelsha portaient des vêtements qui éviteraient que des litres de baves ne recouvre le sol de la cafétéria. Les deux femmes se mirent en route, L'infirmerie et leur destination n'étaient pas vraiment extrêmement éloigné mais sans la plus mature des deux elles n'y seraient jamais parvenue, en effet sur la courte distance Maëlia avait réussit à être distraite par les décorations d'une porte et par un animal qu'elle était persuader de voir passer entre les bâtiments et qu'elle avait été prête à prendre en chasse pour savoir ce que c'était. Puis après quelques dizaines de mètre de marche elles furent arrivées à leur objectif.

Le lieux n'était pas fort remplis ce qui leur permis d'aller se servir assez rapidement. Un petit panneau permettait de connaitre l'ensemble des produits proposés, il était aussi simplement possible d'aller jeter un coup d'oeil mais la blondinette se laissa captiver par le panneau avant d'annoncer fièrement et avec un grand plaisir.


"ratatouille de légume, riz sauté et un bon morceau de viande, ça va être un régal bien équilibré j'ai vraiment trop faim."

Lorsqu'elle s'assied à sa place face à Nelsha, Maëlia avait sur son plateau une tarte au citron, un petit bout de gâteau moka, deux beignets fourrés et une boule de glace vanille. Sans oublier un sourire enfantin radieux pour illuminer son visage. Mais le doute, insidieux, fourbe et vicieux qui était né précédemment dans sa tête ne voulait pas la laisser en paix. Si c'était le travail qui donnait droit à la nourriture ce qu'elle allait avaler n'était tout simplement pas mérité. Sauf évidemment si le travail à venir comptait, elle devait s'en assurer, d'une voix timide la maladroite s'adressa à la féline.

"Dit, moi j'ai encore suivit aucun cours. C'est vraiment ok que je mange? Je veux dire c'est pas vraiment ma faute, mais si il y a un contrôle je fais quoi je leur dit que j'irai après où je donne un mensonge plausible comme par exemple que quand j'ai ouvert la boite ou se trouvait les horaires ce matin pour aider la secrétaire j'ai fait disparaitre tous les emplois du temps par erreur sauf un datant d'il y a deux ans et que du coups les heures de cours et les locaux sont pas les bons et je trouve jamais ou je dois aller..."

Maëlia marqua une pause, quelque chose clochait, puis soudain elle se souvient.


"Ha non ça c'est ce qui est vraiment arrivé, j'ai vraiment du mal avec les mensonges moi... Euh sinon tu pense que je devrais faire quoi Capiche? Parce que t'as l'air de bien connaitre l'académie."

Maëlia fixa alors intensément Nelsha en attendant sa réponse.
Invité
avatar
Invité
Re: Découverte de l'infirmerie - Mar 21 Jan 2014 - 9:51
Et dire que je venais de récupérer mes fringues juste avant, c'est con finalement. Enfin, sans la moindre pudeur, je laisse le costume glissée au bas de ma peau si délicate avant de remettre, sans me soucier nullement de la gêne que je pourrais provoquer, mes premières affaires. Pff, ce que les Humains peuvent être chiants avec toutes leurs manies comme s’habiller et compagnie. A part perdre du temps, ça ne servait à rien, franchement. Rien que pour ça, j'étais bien contente de pouvoir me balader en mode minette comme bon me semblait mais bon, pas tout de suite. Autant garder ce secret-là encore un peu. De toute façon, la blondinette n'y croirait pas. Déjà qu'elle n'accepte pas la vérité sur mon poste alors ça... Elle a déjà perdue assez de neurones comme ça.

Bon, maintenant, plus qu'à se mettre en route. Au moins, le temps d'aller déjeuner, personne ne viendra m'enquiquiner pour que je remplisse mon rôle d'infirmière. Un petit mot sur la porte, histoire qu’ils n’attendent pas comme des glandus devant la porte et hop, en route mauvaise troupe. Mais dis donc, tu m'étonnes que Boucle d'Or se soit perdue. Dans la famille poisson rouge, elle bat des records elle aussi. Niveau d'attention proche de zéro. Un papillon. A peine elle voit un truc et pouf, elle passe à autre chose. Je plains ces futurs profs, ils en baver avec elle. Moi, ça me fait sourire, ce n'est nullement mon souci. Au pire, si elle traine trop, je la perdrais sinon, je lui colle une laisse. Ça fera aussi bien l'affaire.

"ratatouille de légume, riz sauté et un bon morceau de viande, ça va être un régal bien équilibré j'ai vraiment trop faim."

Hum, quoi? Ah, le menu du jour. Bof, rien qui ne m'intéresse vraiment. Et puis, il y avait ma serveuse fétiche au service, voilà qui était bon à savoir. Un coup d'œil, un salut amical et tandis que Mini-pouce se sert un repas tout sauf équilibré, bah, je fais la même. Une grande assiette de frites, un pavé de poisson grillé, deux milkshakes aux fruits et ma fameuse coup de crème pâtissière, cadeau perso. Et puis, un peu de charcuterie en entrée, histoire de m'en mettre plein la lampe. Et maintenant s'installer dans un coin pépère. Bon, avec Maëlia, ça ne le restera pas mais bon, autant éviter le plus gros de la foule. Et je commence à attaquer ma coupe de crème en premier. Oui, m'en fout de l'ordre des plats. Et à la paille, c'est trop bon.

"Dit, moi j'ai encore suivit aucun cours. C'est vraiment ok que je mange? Je veux dire c'est pas vraiment ma faute, mais si il y a un contrôle je fais quoi je leur dit que j'irai après où je donne un mensonge plausible comme par exemple que quand j'ai ouvert la boite ou se trouvait les horaires ce matin pour aider la secrétaire j'ai fait disparaitre tous les emplois du temps par erreur sauf un datant d'il y a deux ans et que du coups les heures de cours et les locaux sont pas les bons et je trouve jamais ou je dois aller..."
"Ha non ça c'est ce qui est vraiment arrivé, j'ai vraiment du mal avec les mensonges moi... Euh sinon tu pense que je devrais faire quoi Capiche? Parce que t'as l'air de bien connaitre l'académie."


Décidément, elle ne comprenait que ce qu'elle voulait bien comprendre. Capiche, et puis quoi encore? Ca ne ressemble à rien. Je pousse un soupir avant de faire finir ma coupe. Autant prendre des forces avant de revenir me confronter à cet esprit aussi dérangé que le mien.

"- Je préférais encore Cassie à choisir au final. Oublie Capiche!"

Une boule au fond de mon dessert déjà terminé. Mon doigt qui vient racler le fond avant de finir dans ma bouche. La bienséance, c'est pour les autres. Je suis au-dessus de tout ça.

"- Y aura pas de contrôle. Le but des gens ici, c'est que tu progresse. Et pour suivre une vraie scolarité, réussir et évoluer, faut manger, dormir et autres besoins vitaux. Donc bon, comme t'as déjà crevé une fois, en compensation c'est gratuit ici. Par contre, faut rester dans l'Académie, c'est tout."

Oui, c'est une explication vite fait bien fait mais en même temps, est-ce que c'est faux? Osez venir me prouver que ce n’est pas comme ça que ça marche. Personne? C'est bien ce que je pensais. Je continue de manger, entamant ce coup-ci mon poiscaille qui sent super bon et m'arrache un léger ronronnement avant de revenir à Blondinette face à moi.

"- Allez, fais-moi rire. Comment t'es morte? Parce que vu comment t'es douée, ça aussi, ça devait le coup."

Invité
avatar
Invité
Re: Découverte de l'infirmerie - Mar 21 Jan 2014 - 15:48
Maëlia était maintenant bien assise, en face de Nelsha qui avait entamer son repas sans attendre, la voyant faire la blondinette avait commencer à s'envoyer un beignet avant même d'entendre la réponse de l'infirmière.

"- Je préférais encore Cassie à choisir au final. Oublie Capiche!"

L'apprentie Déesse écoutait attentivement, visiblement son amie était du genre à facilement changer d'avis, elle voulait à présent Cassie comme surnom. Mais cela importait peut qu'elle soit lunatique, chacun avait ses petits défauts, comme sa manie de se déshabiller sans tenir compte de l'injustice de ses formes. En y pensant elle la retrouverait peut être demain déguisée en serveuse de la cafétéria ou en agente de police. C'était surement une vieille de ses habitudes gardées de son vivant et si elle mettait les pièces du puzzle ensemble, cette tendance a changer de surnom facilement, de se déshabillée sans gêne et d'aimer les déguisements il ne faisait aucun doute que son amie avait été strip teaseuse de son vivant, mais Maëlia savait qu'il était trop tôt pour aborder ce sujet et ferais preuve de tact quand elle le ferait. 

"- Y aura ----- contrôle. Le but --- ici, ------ tu progresse. ----- suivre une vraie----  évoluer, faut manger, dormir ---- bon, ----crevé ----en compensation c'est gratuit ici. ------ l'Académie, c'est tout."

Trop occupée à jouer à Sherlock Holmes la jeune fille n'avait pas pu tout comprendre des explications de sa partenaire de repas. Mais elle était sure qu'elle avait saisit l'essentiel qu'on pouvait mangée pour progresser, surement un conseil médical sur la croissance et que si elle était crevée elle pourrait se reposer gratuitement à l'académie, ce qu'elle savait déjà puisqu'elle avait une chambre mais c'était gentil de la part de Nelsha de tout lui expliquer. 

"- Allez, fais-moi rire. Comment t'es morte? Parce que vu comment t'es douée, ça aussi, ça devait le coup."

Finalement après avoir entamée le gros de son repas en ronronnant tandis que Maëlia réglait le compte de sa tarte au citron, la responsable de l'infirmerie se jeta de plein pied dans un débat affreusement personnel et douloureux. C'était vraiment incroyable qu'elle soit si rapide et si franche, elle ne semblait avoir aucun doute dans sa façon de mettre une belle paire de botte sur un plat en porcelaine. Elle devait déjà voir Maëlia comme une excellente amie pour oser se lancer si vite dans le jeu des confessions et des histoires personnellement, c'était tellement touchant que la blondinette se senti terriblement honteuse de ne pas avoir eu cette confiance envers son amie et d'avoir évincé le sujet de sa carrière sur les planches.

Cependant sa mort était vraiment un des sujets qu'elle aurait préféré ne jamais plus aborder, autant toutes les bêtises de sa vie elle pouvait en rire, autant sa mort... Mais ici, à l'académie, tout le monde était mort au moins une fois, et évidemment rare devaient être les morts dont on peut raconter l'histoire sans sourciller, c'était quelque chose de surement commun ici et c'était un cap qu'elle devrait franchir un jour. Maëlia inspira profondément, laissant le dernier bout de tarte pour la suite, regardant Nelsha son regard était à présent celui d'une personne sérieuse.

"Hé bien... J'étais dans le train, et il y a eut cet accident, des piquets métalliques sont retomber sur le train stoppé par le déraillement un d'eux a traversé le toit et empotée comme je suis ..."

Une larme quitta son oeil gauche alors qu'elle en arrivait à ce point mais elle ne semblait même pas s'en rendre compte, continuant son histoire sur un ton assez calme pour en rester le plus détachée possible.

"... bas j'ai pas su me redressée et j'étais sur la trajectoire alors je me suis faite transpercée de part en part."

Maëlia soupira, observant un instant sa poitrine, il n'y avait rien, quelques secondes passèrent puis un sourire se redessina sur son visage alors qu'elle attrapait son dernier morceau de tarte.

"Et toi Cassie, je suis presque sur que c'est après un super spectacle dans une bagarre de fans incapables de te partager hein?"
Contenu sponsorisé
Re: Découverte de l'infirmerie -
Découverte de l'infirmerie
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Bâtiment des cours :: Infirmerie-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page