Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Une âme à la Bibliothèque [PV : Kate et Simon]

Invité
avatar
Invité
Une âme à la Bibliothèque [PV : Kate et Simon] - Jeu 16 Jan 2014 - 20:26




Une âme à la Bibliothèque



Quel ennui, déjà ! J'étais ici depuis trois jours, et pour l'instant, je n'observais que le commun. Nous étions censés nous trouver dans une école pour apprenti-dieux, bon sang ! Et pourtant, ça demandait toujours les mêmes livres, ou au mieux, les mêmes sujets... Un peu d'originalité, par le chaos !

Une rumeur disait qu'il y avait eu, avant l'assaut des renégats, une jeune aveugle qui déambulait à toute heure entre les rayonnages. J'aurais aimé la rencontrer. Mais elle avait disparu, un jour, comme ça. Presque dans un courant d'air. Elle devait être intéressante.

Mon prédécesseur l'avait surprise, un jour, à apprendre le braille auprès d'un jeune homme, toujours masqué, vêtu de noir et de blanc. Leur chaos devait être délicieux... Tout, sauf ennuyeux.

Je soupirai, tirant sur les manches de ma robe victorienne. Je les remontais peu à peu, enfilant des mitaines jusqu'à la moitié de mes avant-bras fins, par-dessus les bandages, et rabattis mes manches, histoire d'être certaine qu'on ne puisse soupçonner mes mutilations. Je vérifiai également qu'il n'y avait pas de sang sur mes ongles. Parfait. Je ne voulais pas qu'on m'empêche de faire cela. J'en avais besoin, pour mon équilibre mental, et pour contrôler le chaos. C'était la seule chose qui m'apaisait.

Mon regard se posa sur les quatre livres ouverts devant moi. Il y avait là un recueil de poèmes allemands, les notes qui accompagnaient ces écrits, un livre d'histoire européen écrit en anglais, et une "Histoire de la France" rédigée en vieux français. Je jonglais facilement entre toutes ces langues, comme le prouvaient les notes que j'avais écrites, et qui reposaient sous mon coude droit.

J'étais fatiguée. Revenue à la vie depuis trois jours seulement, on pouvait se dire que c'était surprenant, non ? Ah, mais je n'avais pas dormi une seule fois depuis cet instant. Sans doute ceci expliquait-il cela. Déjà, mon corps me trahissait. Maudit soit-il ! Je ne voulais pas dormir et ne le ferais pas. Ma vision était trouble par instant.

Je connaissais bien ce signe d'épuisement. En général, c'était quand il se manifestait que Nii-sama me prenait dans ses bras, et me chantait une berceuse pour m'endormir. Mais Nii-sama n'était pas là. Il ne le serait sans doute plus jamais.

C'était la première fois depuis plus d'un siècle qu'une ombre protectrice survivait à son protégé. Ce n'était pas leur rôle que de regarder leur employeur mourir, n'est-ce pas ? Et je refusais à quiconque le droit de dire que Nii-sama n'avait rien fait. Il m'avait donné mon médicament dès que la crise avait commencé. Elle aurait dû refluer, emportant ma souffrance avec elle. Elle ne l'avais pas fait... J'étais morte, en entendant le seul homme que j'estimais encore hurler de douleur, en sentant ses bras me serrer et ses larmes sur mes joues.

Un bruit de pas me fit relever la tête. Quelqu'un se dirigeait vers moi. Un instant, j'eus des sueurs froides. Mais nul ne me ferait rien. J'en était sûre. J'étais en sécurité. Ce bureau, ces livres, ce bloc, ce stylo même, étaient ma barrière. En sécurité. En sécurité. Je sondai mon vis-à-vis, prenant la parole :

- Bonjour. Que cherchez-vous ?


Code d'Hitomi Okashii (Azuriel). Pas touche.


Dernière édition par Estelle Y. Delierre le Ven 17 Jan 2014 - 6:01, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Une âme à la Bibliothèque [PV : Kate et Simon] - Ven 17 Jan 2014 - 0:13
Vous savez, être enceinte n'était pas chose facile pour une femme. C'était à la fois la chose la plus merveilleuse que l'on puisse avoir, mais aussi la plus douloureuse. Tous les jours, c'était la misère. J'allais finir mon premier mois de grossesse et j'avais déjà la nausée. Ce qui était un peu exagéré, c'était que même l'odeur d'un parfum me file un mal de crâne atroce. L'infirmière me disait que c'était normal. En gros, cela allait être comme cela durant encore huit mois. De plus, j'avais des problèmes de fatigue. A peine ce matin, j'avais du mal à me lever, comme tout le monde certes, mais sauf que cela durait toute la journée. Et j'étais constipée, mais je préférais ne pas vous dire trop de détail sur ça.

Comme d'habitude, j'étais allée prendre mon petit déjeuné à la cafétéria, habillée d'une robe blanche avec un gilet bleu, leggins et bottines noires. J'avais, une fois de plus, mangé seule. Non, je ne voulais pas qu'on prenait pitié de moi. Cependant, être solitaire me permettait de me concentrer sur les rumeurs qui circulaient. Il y avait l'ouverture du club des filles, justement. Il y avait une sorte de sentiment de fierté dans mon esprit. C'était paradoxale, moi qui vivait sans fierté. Bref. Il y avait des filles qui souhaitaient bien s'y inscrire, des hommes qui se plaignaient de ne pas pouvoir s'y inscrire... Les pervers, quoi. La plupart ne voulait pas à cause de ma présence en tant que Vice Présidente du club. Ils parlaient de l'accident du parc aux abricots et que c'était à cause de cela qu'elles ne voulaient pas venir. Ensuite, il y avait la rumeur du professeur de sport qui avait disparu. C'était mon ancêtre, Alexander Urmanis. Je ne l'avais plus revu depuis notre discutions sur le toit. Il ne voulait pas que j'abandonnais ma famille. Je ne savais pas vraiment quoi en penser. Ma famille m'avait abandonné. Mais, elle m'avait retrouvé. Je ne savais pas vraiment où j'en étais avec ces histoires. Je me contentais juste de suivre les cours, rien de plus.

Vivre à la Deus Academia m'avait permise d'en apprendre plus à mon sujet. Rencontrer son propre ancêtre direct permettait d'en comprendre plus sur l'histoire de ma famille. Alexander Urmanis était un chevalier teutonique. Lorsque j'étais encore en vie, j'avais juste entendue que de nom cette ordre. Je ne savais rien de ma propre famille. Alexander m'avait dit qu'il s'agissait de l'ordre le plus influent du pays. Même si j'avais renié mon ancêtre, je ne pouvais m'empêcher de vouloir en savoir plus sur mes origines. Après avoir fini de manger mon pancakes avec un bol de lait et du jus d'orange, j'allais directement à la bibliothèque. Ce qui était bien, c'était que j'avais beaucoup de chance de retrouver des ouvrages venant du passé. De plus, j'avais appris que j'étais une sorcière. Je voulais en savoir plus sur eux.

Arrivé à la grande bibliothèque, j'allais directement vers l'accueil. Étant déjà venue dans ces lieux plusieurs fois auparavant, je voyais déjà que la bibliothécaire était une nouvelle. Ou alors, ils étaient plusieurs et échangeaient les rôles à chaque fois. Ce n'était pas comme si je venais ici très souvent. Je regardais mon interlocutrice. Elle était plus petite que moi, mince, long cheveux noire et...Elle était habillée d'une robe victorienne et avait des gants. Elle venait du XIXe siècle ou quoi ? Ou elle adorait cette époque. Allez savoir. Bref, je n'étais pas venue pour cela. Je lui répondis :


Bonjour. Je cherche des livres parlant des sorcières et de l'ordre teutonique, s'il vous plait.

Pendant que je discutais avec la bibliothécaire, je pouvais entendre des chuchotements me concernant, et sentir les regards remplies de crainte, de peur et de haine dirigés vers moi. On disait de moi que j'étais celle qui avait détruit un dragon alors que je venais à peine d'arriver, que j'avais tué une reine des sirènes lors d'une mission, que j'étais virée du conseil des élèves car j'aurais été "trop dangereuse" (je ne vous dirais pas si c'est vrai ou pas) et, qu'en plus, j'avais détruis le parc d'abricot à cause de mes pouvoirs. En somme, j'étais un danger public. Bon, la directrice de l'académie avait utilisé ses pouvoirs pour réparer les dégâts. Je n'étais même pas encore déesse à part entière et je pouvais déjà causer autant de destruction. A ma vue, il y avait même des gens qui s'étaient empressés de quitter le bâtiment. Certain d'entre eux disaient qu'il ne fallait pas m'approcher. Je me contentais de les ignorer. Je ne voulais pas me laisser abattre. Personne n'était au courant sur le fait que j'étais enceinte, et c'était mieux comme ça.

Invité
avatar
Invité
Re: Une âme à la Bibliothèque [PV : Kate et Simon] - Ven 17 Jan 2014 - 10:59


Une âme à la bibliothèque

"La forêt ne préjuge pas, elle découvre "


Nasline est occupée, et j'ai déjà, hier, fait ma prière de la semaine. De plus, je me trouve pour une heure sans cours au moment ou je vous parle. J'ai donc décidé de me rendre à la bibliothèque pour me cultiver un peu hors des cours. Et... vu que nous sommes dans une académie, il me semble logique de me renseigner sur mon lieu de vie actuel.

Je prends donc un livre sur l'histoire de l'académie, qui, à première vue, semble neuf. L'ouvrant, je regarde quand il a été écrit, et m'aperçoit alors qu'il n'est pas si neuf que ça, malgré que les pages n'en aient l'apparence, elles sont bien trop souples pour pouvoir appartenir à un ouvrage réellement neuf.

Je me rend rapidement compte que le sujet est loin de m'intéresser. Je dirais même qu'il commence à m'horripiler, mais je tente de continuer la lecture, espérant que ce soit mieux la page d'après. Malheureusement, ce n'est toujours pas arrivé, malgré le fait que les pages indiquent que cette partie fut très peu lue. En plus, c'est toujours dans les moments où l'on arrive pas à se concentrer que des éléments perturbateurs arrivent.

Cette fois n'échappe pas à la règle et ce sont de multiples chuchotements qui me ont perdre le peu de courage et de concentration qu'il me restait. Je vais donc ranger le livre en entendant les rumeurs à propos de celle qui aurait fait d'énormes ravages, qui est un danger public, et j'en passe...

J'arrive dans la section "archives / histoire" d'où vient le livre pour le ranger, et je me rend compte que je dois faire tâche dans le décor. En effet, dans cette section souvent déserte, voir un grand gaillard en chemise blanche et pantalon noir, la chemise ouverte vers le haut et une cravate non nouée juste posée sur les épaules, ça peut surprendre.

Pourtant, c'est moi qui suis surpris, moi qui pensais être seul, je n'ai même pas entendu arriver les deux femmes derrière moi. Je reconnais l'une d'elle comme la bibliothécaire, devant laquelle je suis passé alors qu'elle était occupée tout à l'heure, mais je ne reconnais pas l'autre.

- Bonjour. Je suis Simon Riou. Et vous êtes?


Je me présente comme ça, sans penser que je pourrais probablement me trouver devant le livre qu'elles sont en train de chercher.

© Codé par Moisadike : Never utopia
Invité
avatar
Invité
Re: Une âme à la Bibliothèque [PV : Kate et Simon] - Ven 31 Jan 2014 - 7:04




Une âme à la Bibliothèque



Je retenais, depuis quelques minutes, une envie tenace de soupirer. Ou de frapper tous ces imbéciles qui colportaient des rumeurs tout aussi imbéciles. Cette fille, devant elle, n'était pas pourvue de mauvaises intentions. Le Chaos l'affirmait clairement. Pour garder mon calme, je me forçais à respirer et à compter, dans l'une des nombreuses langues que je maitrisais, me cachant bien sûr sous la forteresse qu'était présentement mon crâne.

Bonjour. Je cherche des livres parlant des sorcières et de l'ordre teutonique, s'il vous plait.

Aussitôt, mon cerveau isola l'information principale véhiculée par la phrase, et sonda mon immense mémoire à la recherche de l'objet de la demande. Un faible sourire voulut apparaître sur mes traits, fendre mon masque, mais je le chassai aussitôt. Pas de place pour les sentiments, à l'extérieur. Ils devaient rester dans le secret de mon âme. Ou je ne survivrais pas.

- Très bien. Je vous prie de me suivre, j'ai en rayons ce que vous recherchez.

Je me levai d'un mouvement naturellement noble, après avoir mis sous clé tous les documents sur lesquels je travaillais. Je laissai un instant voir les dessins criants de vérité, sur des sujets que je n'avais jamais vus, et que pourtant, je pouvais représenter grâce à des photographies, en transmettant la valeur oubliée par les clichés : l'expression. J'aimais cela. Vraiment.

Et puis ce fut le murmure de trop. Je plongeai mon regard dur et glacé dans celui, soudain apeuré, d'un étudiant arrogant, dont on ne voyait plus la fierté, soudainement. Malgré ma stature plus que frêle, je le surplombais et le dominais totalement, faisant passer dans ce regard tout le mépris qu'il m'inspirait.

- Jeune homme, si votre seul loisir en ces murs est de véhiculer des rumeurs stupides, vous pouvez vous en aller tout de suite.

Un instant, il s'écrasa, dominé, mais la présence d'alliés le revigora. il se redressa et me foudroya du regard. Tiens donc. Le Chaos en moi hurla de rire. Un rire malsain, dévastateur, mais qui se devait de rester dans le secret de mon âme.

- C'est pas parc'que t'es la bibliothécaire qu'on doit t'obéir, ma p'tite ! Si tu veux te frotter à un homme, viens plutôt dans mon pieu !

Quelques rires gras, pervers, ridicules. Le rire du Chaos se changea en une fureur si froide qu'elle me brûla, à l'intérieur. Je n'en laissai filtré qu'un infime aperçu, alors que je renversai la chaise de l'élève d'un coup de pied aussi habile que brutal. Cette fois, il ne se rebellerait pas. Le talon de ma botte se posa sur celle de ses mains qui était à plat sur le sol, et j'appuyai lentement. Je sentais clairement ma chaussure qui forçait peu à peu la chair. Ma voix était polaire, quand je lui répondis :

- Que ce soit bien clair, gamin. Si je revois ton immonde tête de fouine ici, je t'arrache ce qui te sert d'organe reproducteur, et je te le fais manger. Fuis, maintenant, avant que je me ravise et fasse cela de suite. Et emmène tes babouins avec toi.

Puis je me détournai, demandant à la jeune fille de me suivre jusqu'à la section Historique de mon domaine. Une fois les gêneurs hors de vue, et veillant à ce qu'elle ne puisse voir mon visage, ni personne d'autre, je tombait le masque une fraction de seconde. Douleur, épuisement. Seul mon léger vacillement, qui n'avait pas duré un instant, aurait pu me trahir. Contrôle, Estelle, contrôle.

Il y avait déjà un jeune homme ici, auquel je n'aurais pas prêté attention, si un de mes livres n'avait pas été déplacé. avant de rouvrir les portes de l'édifice, j'avais mémorisé l'emplacement de chaque ouvrage, et celui-ci aurait dû se trouver deux places plus à gauche. Je l'y replaçai délicatement, traitant l'objet avec la vénération auquel il avait droit. Puis je sentis une chaleur sous ma paume. Il avait été tenu moins d'une minute auparavant. Le jeune homme, bien sûr. Mais se documenter sur ce sujet, avec ce livre-là ? Non, voyons ! Il ne fallait pas ! Il ne devait être qu'un auxiliaire, un complément !

- Bonjour. Je suis Simon Riou. Et vous êtes?
- Estelle Delierre, bibliothécaire en lieu et place depuis avant-hier. Et vous n'avez pas choisi le bon livre.

Je me déplaçai de trois pas vers la droite, tendant le bras presque hors de ma portée, pour attraper un ouvrage plus vieux, mais aussi mille fois plus passionnant, sur le même sujet qu'auparavant. Je le lui tendis, reprenant :

- L'ouvrage que vous aviez pris n'est qu'un complément d'informations, bien que son titre ne le clame pas. Celui-ci est mieux écrit, et vous en apprendra bien plus. si vous avez des questions, vous pouvez me les poser. J'y répondrai, je les connais par coeur.

Ensuite, je me tournai une nouvelle fois vers la jeune dame, et lui demandant de patienter un instant. J'allai chercher l'échelle, la ramenai, puis comptai dix-sept pas, tout en la poussant, et montai six marches de bois. avec mes talons, ce n'était pas pratique, mais soit, on s'y faisait. Je m'emparai de trois livres à l'aspect terriblement âgé, dont l'odeur ravit mon nez expert. Plus de trois cent ans. Je les lui donnai, en disant :

- Voici tout ce que nous avons sur l'ordre teutonique. Quant aux sorcières, hum... Pardonnez-moi, vous êtes devant le rayonnage..

J'attendis soigneusement qu'il se recule pour prendre les deux ouvrages les plus complets que j'avais sur le sujet, et les tendre à la jeune fille, ajoutant :

- Et ceci, pour les sorcières. Si vous voulez des compléments d'informations, n'hésitez pas. Souhaitez-vous les lire ici, ou les faire sortir de la bibliothèque ?


Code d'Hitomi Okashii (Azuriel). Pas touche.
Invité
avatar
Invité
Re: Une âme à la Bibliothèque [PV : Kate et Simon] - Ven 28 Mar 2014 - 11:56


Une âme à la bibliothèque

"Ces livres ne sont vraiment pas pour moi… "


Ah… J’aurais pu au moins me renseigner sur le nom de la bibliothécaire, mais au moins cela me permet de le connaître désormais. Estelle Delierre… Je saurais le retenir.

Elle replace ensuite le livre que j’avais pris à la bonne place, et je me sens un peu bête de ne pas être capable de ranger un livre à l’endroit où je l’ai pris. Je commence à m’éloigner alors qu’elle m’interpelle, me tendant ensuite un livre plus ancien, et ‘expliquant que je ‘était trompé de livre.

« - Euh… Merci… Je vais le lire alors…. »


Après avoir indiqué qu’elle saurait répondre à mes questions sur les livres se trouvant ici, elle se tourne vers l’autre femme et lui donne un premier livre. Je n’ai pas bougé, commençant à lire ici, debout, lorsqu’il me faut me déplacer pour laisser la bibliothécaire accéder aux livres recherchés par l’inconnue.

M’excusant poliment, je me recule et attends qu’elles repartent pour reprendre ma lecture… Cette fois encore, je ne parviens pas à lire le livre… Cela doit venir de moi en fait, apparemment je ne suis pas fait pour lire de tels écrits.

Partant lentement pour retourner et sortir, je range d’abord soigneusement le livre, puis repasse dans les allées. En marchant, je jette quelques coups d’œil sur les côtés pour voir s’il y a encore quelqu’un, vu que je n’entends plus aucun chuchotement.

Je finis pourtant par apercevoir un jeune homme se tenant la main, le visage marqué par la honte et la colère, tandis que ses camarades se retiennent de rire… Je ne vais pourtant pas leur demander ce qu’il s’est passé, ne tenant pas à créer du grabuge à nouveau dans la bibliothèque.

Enfin dehors, je m’aperçois qu’il me reste encore une demi-heure à passer… Je décide donc d’aller faire un tour du côté de l’arène, me décidant à aller m’inscrire pour une chasse au hasard, griffons exceptés.

© Codé par Moisadike : Never Utopia


[spoiler=hrp]Estelle m’a indiqué qu’elle ne répondrait pas, alors je me suis permis de clôturer[/cpoiler]
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 26
♠ Petits messages : 578

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
2206/1500  (2206/1500)
Votre domaine: Les Explosions
avatar
Professeur de Combat
Professeur de Combat
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une âme à la Bibliothèque [PV : Kate et Simon] - Dim 30 Mar 2014 - 12:29
Que dire... ça partait bien... et ça ne se finit pas. Frustration, c'est le seul mot qui me vient à l'esprit ^^. Dommage.

Estelle : 210 xps
Simon : 160 xps

Xps attribués : Yep
Contenu sponsorisé
Re: Une âme à la Bibliothèque [PV : Kate et Simon] -
Une âme à la Bibliothèque [PV : Kate et Simon]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Une âme à la Bibliothèque [PV : Kate et Simon]
» Une bibliothèque virtuelle au service du Droit
» La Bibliothèque de Mazarbul
» [Mission D] Du rififi dans la bibliothèque
» Kate Weasley [Validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge :: Grande Bibliothèque-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page