Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 Rendez-vous des amochés.

 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Invité
avatar
Invité
Re: Rendez-vous des amochés. - Lun 3 Fév 2014 - 13:27

Rendez-Vous des Amochés

Quand on croit qu'il n'y en a plus, en fait, y'en a encore. Pourquoi ? Tout simplement parce que Raven croyait que personne d'autre n'allait venir fouiller, mais si, une troisième personne était décidément entrée dans la salle et cherchait désespérément par où avaient pu passer les fuyards mais ils ne trouvaient pas. Ou du moins, ils étaient trop stupide pour ouvrer la porte du placard. Dans un sens, ça la rassurait parce qu'elle se disait qu'ils avaient une chance de fuir. Sauf que la panique n'allait pas tarder à venir, elle le sentait. Les crampes dans son estomac se faisaient plus nombreuses, et elle avait encore ce flux et cette adrénaline qui coulaient dans ses veines, par le même chemin que le sang qui l'alimentait.

Pourtant, elle était heureuse d'être en sécurité dans un placard. Un peu moins d'être blessée, et effrayée parce qu'elle est avec un professeur. Dans un placard. C'est les fringues qu'elle rangeait dans un placard non ? Oui, c'est bien ça. Elle devait donc se confondre avec ces pauvres blouses blanches s'il y avait un problème, bien que son pouvoir ne soit pas la fusion. Et si son pouvoir pouvait les sauver, elle l'aurait sûrement déjà utilisé. Bon, elle avait une petite idée, mais n'oublions pas que Raven est... Comment dire... Un peu décalée. D'autant plus quand Alex lui annonce qu'il ignore combien de temps ils vont devoir rester dans cet endroit si confiné. Premier réflexe ? Faire une mine boudeuse en se disant qu'elle n'a rien pour s'occuper, -sauf un inconnu-, et qu'elle aura certainement bientôt faim, et va donc devenir aussi insupportable qu'une petite fille de cinq ans réclamant des bonbons. Sauf qu'elle n'en est pas encore là.

-Les mettre à terre pour leur faire quoi ? Une fois sur leur dos, leur planter un pistolet dans le cou en chialant comme des gamins pour qu'ils nous laisse fuir ? Non, c'est pour leur casser la nuque ou les anesthésier comme ils nous ont fait subir. Je suis là depuis quoi, à peine un quart d'heure, j'me retrouve dans un pauvre placard à chuchoter, et puis quoi encore ?

Elle était soudainement résignée, au point qu'elle avait levé la voix un peu plus que prévu. Comme si ils n'étaient plus que tous les deux, sans personne, ce qui était entre autre un peu le cas. Bref, il serait désormais compliqué de la calmer. C'est comme si elle avait un soudain baby-blues, mais en blessure-blues. Oui, compliqué. La jeune femme était désorientée. De plus, le coin sombre où ils étaient, ne reflétait pas la lumière de l'extérieur, puisqu'il n'y a pas de fenêtre -logique.

-J'veux sortir de là...

Elle n'avait rien rajouté, réalisant seulement qu'il la tenait pour l'empêcher de tomber. *Quelle gentille attention* pensa-t-elle avec une petite grimace bel et bien réelle.Elle pouvait désormais relâcher un peu les bras, étant soutenue. Ce n'est pas pour autant que le corbeau blanc avait relâché la tension qu'il l'habitait, au contraire. La porte s'ouvrit soudainement sur un médecin, et effrayée, elle cria. Tout de suite, une seringue volante vint se planter dans le bras de celui qui venait de les découvrir. Un pot de fleur éclata en même temps sur la tête de l'infirmier, et la dernière encore debout -parce que tous les autres étaient tous tombés comme des mouches-, tenta de s'enfuir mais il était trop tard : elle était déjà étouffée par un coussin du lit de blessé. Raven avait écarquillé les yeux et contemplait désormais le spectacle, et tout était très calme. Effectivement, la porte du placard battait doucement dans le vide, ouverte, les trois corps étaient par terre, inertes.

-Je... Les deux sont endormis mais... La femme... Elle est morte ?!

Ce n'étaient plus que des paroles affolées qui sortaient de la bouche de la jeune femme, qui s'accrochait désespérément à Alexander, lui lançant des coups d’œil intrigués. Que s'était-il passé ? En fait, elle l'ignorait, mais ne tarda pas à le lâcher pour qu'il la lâche en retour, quitte à tomber. Alors pourquoi dans sa tête son cerveau lui criait qu'elle voulait rester avec lui ? Oh, juste parce qu'elle peut pas marcher sans aide, tout simplement. Donc elle restait là, blottie contre lui à observer le spectacle qu'elle venait de causer en quelques secondes. Un petit massacre.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Rendez-vous des amochés. - Mar 4 Fév 2014 - 16:21


Bon, enfermer dans un placard avec une élève afin d’éviter le regard des personnes en blouse blanche et la sortir d’ici comme convenu … Ok, la situation n’était pas si désespérée hein ? Par delà le fait que le placard est terriblement étroit et qu’il est complètement coller avec cette élève dans ce dernier avec quelques simples bandages …
En fait Rain avait probablement raison à son sujet, sa simple présence suffisait vraiment à créer de drôle de situation. Il faillit laisser partir un soupir tant c’était évident que cette époque semblait le rejeter, lui, l’intrus venu du passé dans ce monde qui n’avait cesse de lui rappeler sa bêtise …


-Les mettre à terre pour leur faire quoi ? Une fois sur leur dos, leur planter un pistolet dans le cou en chialant comme des gamins pour qu'ils nous laisse fuir ? Non, c'est pour leur casser la nuque ou les anesthésier comme ils nous ont fait subir. Je suis là depuis quoi, à peine un quart d'heure, j'me retrouve dans un pauvre placard à chuchoter, et puis quoi encore ?

Connaissait-elle les capacités de l’infirmerie ? Où s’était-il mal exprimé ? Toujours est-il qu’elle ne semblait pas avoir compris l’image de mettre à terre une personne, si il avait voulut les maintenir en vie il aurait parler de les maîtriser, de le bloquer, non, lui pensait bien plus à les mettre complètement hors combat, assommer, gravement blesser, ou si nécessaire, tuer …
Puis soudain il réalisa, elle ne parlait pas à voix basse, il haussa soudainement les sourcils, elle ne pouvait pas l’avoir fait sans autant être consciente que cela allait les faire repérer !


-J'veux sortir de là...

Il fronça encore plus les sourcils, lui mettant d’instinct sa main libre sur la bouche, heureusement qu’il pouvait cette fois, pas comme pour l’histoire avec Trish où il avait du … Bref, il fallait qu’elle cesse de parler si fort ou bien …

Mais c’était déjà trop tard, la porte s’ouvrait, un infirmier les avait entendu et découvert, le chevalier retira sa main, prêt à agripper l’homme et forcer sur tous ses muscles endoloris pour le maîtriser, quitte à même devoir lui briser le cou pour être tranquille, mais tout ce passa autrement. Ce fut une sorte d’apocalypse, une tempête dans l’infirmerie, puis soudain le calme qui revient, le chevalier ne la lâchait pas, et fixait un peu perplexe cette scène sous ses yeux.


-Je... Les deux sont endormis mais... La femme... Elle est morte ?!

Toujours la gardant contre lui il sortit doucement du placard en enjambant la première victime, attaqué en traître par une seringue tomber de quelques part, elle était d’ailleurs encore dans son bras, vide. Doucement il s’éloigna du placard et s’immobilisa, tournant la tête vers celle qui se trouvait collée contre lui.

- Et bien … J’ignore ce qu’il s’est passé, mais je crois que vous avez perdu le contrôle de quelque chose, qu’elle est votre capacité ?

Pour qu’il se passe pareil chose lorsque quelqu’un crie, il fallait vraiment être le plus grand des idiots pour ne pas comprendre de qui venait le problème … Aussi il se décida à s’avancer vers l’infirmière, marchant par moment sur de petits éclats de verre se qui lui tirait une très brève grimace de douleur, mais il fallait bien pire que ça pour qu’il commence à se plaindre. Sans jamais la lâcher il se baissa et posa ses doigts au cou de l’infirmière, plus de respiration, plus de pouls, l’évidence était là, le coussin l’avait … tuée. Il tira un bref sourire, depuis le temps, il fallait bien que ça lui arrive un jour. Mais il se redressa et parcoura du regard la salle, ses placards, il fallait qu’il retrouve ses affaires avant de partir, il fallait absolument qu’il retrouve son pendentif, ses deux bagues, et ses bottes … Marcher sur le verre ok, mais pas trop.

- Ne t’en fait pas pour elle, ici elle revivra rapidement, c’est la particularité de cette pièce … Moi, il faut que je retrouve mes affaires, j’ai des objets importants à conserver avec moi … Je suis content qu’elle ai été puni pour m’avoir retiré mon pendentif …

Lui ? Enervé ? Ok, peut être un peu, peut être même beaucoup, il acceptait beaucoup de chose, mais à ses yeux il y a des symboles à ne jamais toucher, des choses qu’il ne faut surtout pas lui retirer, et son courroux est dur, terrible, ceux qui l’ont connu en sont généralement marques longtemps, ou peu de temps si ils sont mort, ça dépend …

- Si vous voyez mes bottes, ou ma cape blanche et rouge, dîtes le moi, il faut vraiment que je récupère mes affaires là … Vraiment …




Invité
avatar
Invité
Re: Rendez-vous des amochés. - Sam 22 Fév 2014 - 12:22

Rendez-Vous des Amochés

L'apocalypse ? Oh non, pas encore. Et heureusement. On peut dire que Raven ne serait pa strès ravie d'apprendre qu'elle avait pu provoquer une genre de fin du monde dans l'au-delà. On ne fait pas peur comme ça à une peureuse. Et si elle se fait peur toute seule eh bien... Tant pis. De toute façon, une fois que le mal est fait on ne peut pas retirer la malédiction, si on peut l'appeler comme ça. Et puis au final, qu'est-ce qu'on en sait de l'apocalypse lorsque l'on ne l'a pas vécue ? On ne peut pas inventer des sottises pareilles, voyons ! Et pourtant les gens le font. Raven a ce point de vue là. Pour la simple et bonne raison qu'elle aurait préféré que les gens n'inventent pas de films sur des pouvoirs qui détruisent le monde comme elle vient de détruire à moitié l'infirmerie. Elle ne vaincra pas, elle en est sûre. Elle est trop faible, et un jour, elle sera autant plus bête qu'une mouche.

Elle se laisse traîner limite comme une poupée, accrochée à Alexander. Bien sûr que ça l'agace à force. S'il pouvait la laisser crever... Ah oui, c'est vrai, elle peut revenir à la vie ici ? Bon ben, elle ne pourrait pas tuer le prof. De toute façon elle doit le garde en vie si elle veut sortir de là. La situation le lui montre assez. Elle a beau avoir des excès de colère, des envies de meurtres, elle n'a pas le choix. Question de survie. Elle se laisse encore et toujours faire. En plus il lui demande quelle est sa capacité ? Elle réfléchit. Elle réfléchit. Elle réfléchit. Mais rien ne vient. Une fois, deux fois, trois fois. Puis elle observe la pièce tandis qu'il bouge lentement d'un endroit à l'autre. Sûrement pour vérifier l'état des hommes à terre. Sauf qu'il semble chercher quelque chose.

-Ça suffit ! hurle-t-elle soudainement, repoussant le professeur et s'écroulant à terre.

La jeune femme ignore ce qui venait de la faire hurler. En fait, ce n'était pas auprès du blonde qu'elle jurait, c'était plutôt envers les sifflements qui la hantaient. Qui ne s'arrêtent pas. Elle se relève, mais tombe. Alors elle se remets à ramper pour déshabiller l'infirmière et s'habille de ces mêmes vêtements. Elle est lente Raven quand elle rampe, un peu plus sur les bouts de verre. Mais elle s'en fiche. Elle continue son chemin jusqu'au placard où se trouvent les médicaments. Elle marmonne un petit "j'en ai marre" et ouvre ce même petit placard en grimpant et tanguant sur une chaise. Ses mains tremblantes balancent tout jusqu'à ce qu'elle attrape une aiguille et un tube. Elle ne met pas à longtemps à tremper l'aiguille dedans et se la plante sauvagement dans le bras. Elle étouffe un cri, appuie sur la seringue. Quand c'est fini, la jeune femme aux cheveux blancs balance cette même seringue à terre et descend. Elle s'accroche au mur et regarde autour. La peur qui l'assaille. Son front ? Oh, quelques sueurs froides qui ne l'arrêteront pas. Les sifflements de serpent s'arrêtent lentement et elle se sent remontée.

-L'adrénaline, la provoquer c'est le meilleur moyen, dit-elle avec un sourire de psychopathe droguée.

Elle regarde le blessé blond puis détourne le regarde. Elle se frotte les mains et attend. L'effet qu'elle souhaite ne tarde pas à arriver. Elle tangue un peu, souffre, mais ne montre pas un seul signe de faiblesse, ou presque. C'est de cette étrange manière qu'elle se met à fouiller l'infirmerie, entre des objets qui volent dans tous les sens.

-J'crois que j'peux.. Contrôler la gravité, un truc du genre. Penche-toi, y'a un vase qui va voler je crois.

Pas manqué, quelques secondes plus tard le pot de fleur se met à voler en direction d'Alexander. C'était minable comme situation, mais Raven aimait ça. Peut-être avait-elle juste besoin de quelque chose pour provoquer ses pouvoirs, pour être plus forte. En fait, tout ce dont elle avait besoin, c'était l'adrénaline.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Rendez-vous des amochés. - Mer 26 Fév 2014 - 14:28

-Ça suffit !

Elle venait de crier en le repoussant, à cause de la surprise il n’eut pas le réflexe de la retenir et il lâcha, la faisant chuter au sol sous le regard perplexe du chevalier. Et comment ne pas être d’autant plus surprit lorsqu’elle rampe jusqu’à l’infirmière pour lui prendre ses vêtements, laissant l’infirmière dans une tenue particulièrement légère allongée au sol. Enfin elle semble ne pas vouloir de son aide en fin de compte, alors le chevalier s’écarte un peu pour lentement parcourir du regard la salle jusqu’à enfin apercevoir le fruit de sa recherche, qu’il ne tarda d’ailleurs pas à rejoindre et enfiler, bottes pantalons, chemise, et les traces rouges qui perdurent encore sur ses vêtements … Vive le blanc n’est ce pas ?
Pourtant un cri étouffer réveil ses sens, particulièrement son ouie, et il se retourne aussi sec, voyant Raven, en sueur souriant de ce sourire qu’il voyait chez certains chevalier un peu trop fanatique … Les croisés de la croix rouge. Pourtant il se demandait quelle était cette adrénaline qu’elle venait de nommer ? C’est une personne ? Mais pourquoi la provoquer ? Il n’y voyait absolument pas d’intérêt.
Pourtant les objets finissent par recommencer leurs bals aériens, plus doucement, nous n’iront pas jusqu’à dire plus ordonné néanmoins. Puis elle reprend une nouvelle fois la parole, le chevalier lui restait toujours muet, peut être encore trop perturbé de ce qui lui était arrivé ?


-J'crois que j'peux.. Contrôler la gravité, un truc du genre. Penche-toi, y'a un vase qui va voler je crois.

Il se frotta brièvement le menton la gravité, il avait lu quelque chose à se propos dans un livre, ce n’est pas la chose qui maintient les objets au sol ? De tête il se rappelait de quantité de chiffres, de lettres, ce lui en filerait presque la migraine …. Puis il vit le vase approcher, il tendit la main et le saisit en plein vol, grimaçant légèrement, ses blessures n’étaient pas totalement guérit, il ne pouvait pas le nier … Toujours en maintenant le vase dans sa main il reporta son regard vers cette jeune fille.

- C’est plutôt dangereux comme capacité … Mais j’imagine déjà nombre d’application en …

Le voila qui repensait comme autrefois, dés qu’il découvre quelque chose il cherche à l’utilisé en combat. Il revenait vraiment à ses toute origine de combat impassible, peut être que c’était le mieux pour lui après tout, son impassibilité, sa dévotion absolu aux causes qu’il défend, son allégeance sans faille à sa bannière … A son ordre …

- … En combat …

Il eut presque un sourire sur son visage en prononçant ce mot … Au fond il ne vivait que pour cette chose, que pour se battre, mais toute lame, toute armure, ou bouclier, a besoin d’une personne pour la manier.

- La tenue d’infirmière vous sied bien … Allez, sortons de ce lieux.

Il s’approcha d’elle et lui tendit la main en invitation, il n’avait besoin de rien, il ne fallait plus qu’il réfléchisse, tout cela n’était qu’un fléau qui tentait de s’emparer de son esprit.




Invité
avatar
Invité
Re: Rendez-vous des amochés. - Ven 28 Fév 2014 - 14:44

Rendez-Vous des Amochés

-J'aurais préféré être une Faucheuse après ma mort. Pour faire souffrir, pour punir, pour hanter. Y'a rien de mieux que devenir une âme noire.

Ses paroles étaient tranchantes, mais vraies. Malgré la sueur, malgré le froid qui commençait à la prendre, elle avait vraiment envie de sortir de cet asile. *Ouais, l'Académie est un asile* pense-t-elle en tournant sur elle-même, tentant de se remettre les idées en place.

-Dis-moi ce que ça fait de tuer, hein ?

Elle ignorait pourquoi elle demandait ça. Peut-être avait-elle juste besoin de se défouler, et puis, l'adrénaline ne lui réussissait pas vraiment. Franchement, qui a envie de devenir un Faucheur ? Qui a vraiment envie de tuer à en éprouver du plaisir à part les psychopathes ? Raven changeait. Peut-être un peu trop. Bientôt elle ne pourrait plus aimer, à ce rythme là. Elle voudrait sûrement ne pas revenir si elle était blessée. Elle se planquerait quand elle en aurait marre, dans des années bien lointaines. Sauf si son prince charmant arrivait subitement, ce qui était juste peu probable. Un jour elle pourrait réussir à être heureuse, mais ce n'était pas pour si tôt.

Ah, il dit que c'est dangereux cette capacité ? Oui, elle est d'accord et elle en est bien fière à ce moment-là. La pauvre, un changement si soudain... Une faible petite fille, trop fragile pour se battre décide de tuer au lieu d'aider ? D'abandonner ? Non, ce n'était pas possbible, il fallait qu'elle réagisse. Surtout que tout volait autour d'elle, ses yeux la piquaient, elle voulait dormir mais se forçait à rester éveillée.

-J'suis p't'être possédée.

Elle rigole en disant cela, hausse les épaules et s'approche du professeur. Il lui tendait la main, et elle ne mit pas longtemps à la saisir. Elle se mit à sourire en recevant un compliment, et s'approcher plus près pour lui souffler au visage, doucement, presque avec un air conquis :

-Les infirmières sont les plus faibles. Elles ne connaissent pas les combats. Elles les regardent, mais n'osent pas aller dans l'Arène. C'est là toute notre différence, professeur.

Le courage ne lui manquait décidément plus. Elle caressait la joue du blond sans le quitter des yeux. Et elle chuchota de nouveau, d'un air de défi :

-Et vous, vous êtes de quel côté ? Le bien ou le mal ?

Elle fut forcée de poser sa main sur l'épaule de l'homme, avant d'appuyer celle-ci contre le mur pour tenir. La peinture ne devait pas être faite depuis longtemps.

-J'veux p't'être pas sortir de ce pétrin en fait. J'en sais rien. J'veux juste dégager de cet asile de fous avant d'en devenir une, dit-elle avant de reprendre après un soupir. Je me demande comment les gens font pour garder toute leur tête ici. Oh, vous ? On dirait que c'est dans votre nature de gouverner et résister. Sachez juste que je ne suis pas du genre à jouer au petit mouton. Et puis, qui a vraiment déjà vu un loup blond ? Un loup blanc, mais blond ? Quoi qu'il en soit, ne soyez pas vexé, moi aussi je suis blonde, ça se voit à mes racines de cheveux non ?

Et hop, elle lui lâche encore un ravissant sourire. Si elle ne s'était pas accrochée à lui et au mur, elle serait probablement déjà par terre. Elle disjonctait la petite. La prochaine fois, s'il y en a une, elle devrait éviter de prendre des médicaments comme ceux qu'elle venait de prendre.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Rendez-vous des amochés. - Mar 4 Mar 2014 - 18:37

-J'aurais préféré être une Faucheuse après ma mort. Pour faire souffrir, pour punir, pour hanter. Y'a rien de mieux que devenir une âme noire. … Dis-moi ce que ça fait de tuer, hein ?

Il la fixa un instant, vraiment intrigué, elle changeait très rapidement d’humeur, tantôt timide et gênée, puis effrayée, et maintenant la voila avec des propos complètement opposés.
Elle était une fille d’autant plus intriguant qu’elle changeait de comportement si rapidement, attisant le feu de la curiosité en notre chevalier, qui pourtant lui restait de marbre, toujours un peu plus ou moins conscient de sa situation. Mais elle lui avait posé une question, une interrogation à laquelle il comptait bien répondre bien évidemment. Ce que ça lui faisait de tuer ? Ôter une vie c’est quoi ? Mettre fin à l’avenir éventuelle d’une personne, provoquer la fin la tristesse de sa famille, c’était un drame. Allons y a que les utopiste qui voient la mort de cette façons, une guerrier qui la côtoie finit par changer, il ne faisait pas exception à la règle.


- Ce que procure la mort ? Pour moi ça ne me fait rien, ce n’est rien à mes yeux, ça ne me procure rien, c’est aussi simple que cela. On dirait que cela te fait plus d’effet pourtant.

Pourtant les choses bougeaient, la jeune fille s’approchait bien plus de lui, elle s’accrochait même à lui. Une proximité étrange cette fois, l’atmosphère était nettement différente de celle à l’intérieur du placard, ce n’était pas le chevalier qui était différent, il sentait bien qu’elle avait changé après la piqûre qu’elle s’était faite. Impassible il restait à la fixer droit dans les yeux en l’écoutant malgré tout, il y a avait tellement de questions dans sa tête, et si peu de réponses …

-J'suis p't'être possédée. … Les infirmières sont les plus faibles. Elles ne connaissent pas les combats. Elles les regardent, mais n'osent pas aller dans l'Arène. C'est là toute notre différence, professeur. … Et vous, vous êtes de quel côté ? Le bien ou le mal ?

Son coté ? Le bien ? le mal ? Pourtant il repensait d’avantage à cette remarque sur les infirmières, leur faiblesse qui fuit le combat. Il ne pouvait que lui donner raison, il pensait de la même façon après tout, il était un guerrier fier, franc, et surtout dévoué corps et âme à sa cause, à ce qu’il défendait. Toujours droit comme un piquet, son regard planté de celui de cette élève aux sauts d’humeur aussi récurent que la neige dans sa patrie d’origine, il lui répondit sans sourciller.

- Je suis toujours du coté que j’ai choisit de défendre, de la cause à laquelle je me suis dévoué, qu’elle soit bonne ou mauvaise, ce n’est que point de vue, à mes yeux je défendrais le bien car ce sera la cause que j’aurais choisit, pour mon ennemi se sera le mal.

Voila qui était dit, pourtant elle continuait à rester comme elle était, ajoutant encore une grande tirade en rapport avec des loups et ses cheveux … Pourtant une remarqua le piqua d’avantage, celle qui estimait qu’il était du genre à gouverner … Il baissa un instant les yeux se remémorant les moments où il avait été amené à commander dans son passé.

- Commander … Non, je ne suis pas comme cela … Tu te trompes lourdement … J’ai quelques réflexe à dire ce qu’il faut faire car j’ai enseigné les rudiments du combat avant de mourir, l’entraîneur que j’étais ma amené à avoir ce genre de réflexe, mais au fond je suis toujours resté un soldat.Il laissa s’échapper un sourire et son regard ce porta de nouveau vers ce plafond maculé de blanc. Quand à la folie, je ne pense pas que ce soit seulement cette endroit qui soit fou, mais cette époque où plus rien n’est logique à mes yeux, où l’ordre n’existe plus, où tous se prétendent égaux alors qu’il y a tant de différences … Moi j’ai déjà craqué …




Invité
avatar
Invité
Re: Rendez-vous des amochés. - Ven 7 Mar 2014 - 11:06

Rendez-Vous des Amochés

Elle aurait pris du LSD ça aurait été pareil. Sauf que cette fois elle ne voit pas de petits moutons verts ou des licornes arc-en-ciel flotter autour d'eux. Ouais, eux, parce qu'elle ne lâche pas le pauvre professeur. En même temps, ne devrait-il pas être émerveillé par sa beauté ? Je plaisante. Qui pourrait trouver belle une gamine de dix-huit ans tout juste morte et en train de devenir cinglée après seulement peu de temps après son réveil ? Des traits fatigués, des blessures cinglantes, un pouvoir incontrôlable... Faut-il espérer qu'elle se remette sur pieds rapidement ?

-Je me reposerai dans ma chambre. Ma colocataire gardera le secret. Et puis ça ne me dérangerait pas que vous veniez me voir me rétablir, avec quelque chose à manger.

Elle lui adressa un sourire las d'attendre de sortir de là. Elle voulait tout simplement fuir. De plus, la voilà qui se remettait à vouvoyer le pauvre Alexander. Qu'allait-il penser d'elle en cet instant précis ?

-Je comprendrais que vous ne soyez pas d'accord pour passer... Je vous en voudrais, mais rien de mal, je n'oserais pas me battre contre vous pour vous forcer.

De nouveau un sourire. Qui fut aussitôt effacé lorsqu'elle se it à comprendre les paroles de son interlocuteur. Comme... Nostalgique ? Non. Personne ne devrait être nostalgique, ce qui est fait est fait, ce qui est dit est dit. Et il vient tout naturellement d'annoncer qu'il avait enseigné le combat. Il était donc fort, comme elle l'avait déduit. Raven observa longuement les courbes du cou de l'homme en face d'elle quand il leva la tête vers le plafond. C'était étrange de détailler à nouveau un homme, de s'accrocher à lui pour tenter de sortir d'une folie vers laquelle nous plongeons tous. L'Académie est un asile. L'Académie est un piège dans lequel elle est tombée, bien qu'elle se tienne désormais complètement au professeur pour se blottir contre lui, versant une ou deux larmes. Elle ne voulait pas rester là à lutter contre quelque chose d'invisible !

-Je vous en prie... Je veux voir ma famille... dit-elle, plaintive. J'en ai besoin ! Peuvent-ils me voir ? Est-ce que je peux les hanter ? Pouvez-vous...

Elle marqua une pause, plongée dans ses pensées. On aurait dit une enfant abandonnée dans les bras d'un inconnu qui tente de la sauver parce qu'elle le demande. Elle ferma donc les yeux et secoua légèrement la tête, ses cheveux frôlant la nuque du chevalier, jusqu'à ce qu'elle se laisse tomber à ses pieds. La blouse d'infirmière qui lui allait bien, d'après le blond, était désormais tachée des larmes de la jeune femme. Un coup de marteau, voilà ce qu'elle avait pris. Ses idées étaient dirigées vers un seul et même but, qu'elle exprima avec autant de hargne qu'elle le pouvait, ses yeux rougis redirigés vers l'homme qui semblait faire trois mètres de hauteur, vu de là où elle était.

-Pouvez-vous m'aider à retrouver l'abruti qui m'a laissé ici ? Il n'aurait pas du. Je veux devenir forte, je veux le retrouver pour avoir des réponses à mes questions ! J'ai... Je crains avoir attendu trop longtemps de le revoir... Le temps est venu de le féliciter de tous ces mensonges dans lesquels il m'a impliqué durant toutes ces années. Si je pouvais le tuer je le ferais. Or, je crains être trop éperdue de lui pour ça.

Elle se remit à pleurer en claquant le sol de ses mains, puis s'accrocha au pied de Monsieur Urmanis. Elle ne voulait pas faire pitié, c'était juste une jeune blonde à la rechercher d'aide pour combattre ses peurs. Raven est une enfant, elle n'a jamais vraiment grandi mentalement, sauf depuis qu'elle est morte, et c'est ce détail qui l'effraie plus que tout.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Rendez-vous des amochés. - Lun 10 Mar 2014 - 20:26

-Je me reposerai dans ma chambre. Ma colocataire gardera le secret. Et puis ça ne me dérangerait pas que vous veniez me voir me rétablir, avec quelque chose à manger … Je comprendrais que vous ne soyez pas d'accord pour passer... Je vous en voudrais, mais rien de mal, je n'oserais pas me battre contre vous pour vous forcer.

Il s’interrogea un instant, qu’il passe la voire avec quelque chose à manger pendant qu’elle se repose ? Pourquoi, dans quel but faire ce genre de chose, à ses yeux ce n’était absolument pas une évidence, mais elle semblait lui tenir à cœur, alors que cette interrogation lui infligeait une réflexion dans son moment d’observation du plafond, il baissa un peu les yeux vers elle, l’observant intrigué par sa demande. Elle se collait encore d’avantage contre le chevalier qui ne bougeait pas un seul petit doigt, il était comme cela, il ne comprenait pas ce genre de comportement, ce genre de volonté inflexible de soudainement enlacer quelqu’un, surtout que quelque minute auparavant elle ne le portait visiblement pas dans son cœur, c’était tout simplement impossible de changer si rapidement pour le chevalier …

-Je vous en prie... Je veux voir ma famille… J'en ai besoin ! Peuvent-ils me voir ? Est-ce que je peux les hanter ? Pouvez-vous...

Encore une personne qui lui fait cette supplication, qui était la dernière déjà ? Ce n’était pas la miss Silvermoon ? Sa femme et sa fille qu’elle voulait revoir. Le chevalier pencha un peu la tête, la fixant tranquillement, et il lui tapota l’épaule en signe de compassion, surtout que ce qu’il s’apprêtait à dire n’était pas une chose des plus reposante …

- Tu ne penses pas que tu feras du mal en allant les revoir alors que tu es morte ? Comment leur expliqueras tu la situation ? Tu peux bien sur les observer, mais je crois bien que tu veux plus que les voir, tu veux leur parler n’est-ce pas ?

Mais pas le temps de tenter de la raisonner, il avait même presque l’impression que ses propos ne l’avaient pas atteinte, car à la suite de cela elle tomba presque, s’agrippant à un pied du chevalier qui ne put se décider à bouger. Il ne put rien faire que de la regarder, au sol, gémir contre un homme, celui qu’il avait aperçu brièvement un peu plus tôt. Vouloir tuer quelqu’un et l’aimer, ce n’était pas non plus logique, l’amour ne donne pas un besoin de protéger ? D’être aux cotés de l’autre ? Aurait-il de nouveau fait fausse route tous ce temps ?

-Pouvez-vous m'aider à retrouver l'abruti qui m'a laissé ici ? Il n'aurait pas du. Je veux devenir forte, je veux le retrouver pour avoir des réponses à mes questions ! J'ai... Je crains avoir attendu trop longtemps de le revoir... Le temps est venu de le féliciter de tous ces mensonges dans lesquels il m'a impliqué durant toutes ces années. Si je pouvais le tuer je le ferais. Or, je crains être trop éperdue de lui pour ça.

Le chevalier mit le genoux de la jambe qui n’était pas agrippée à terre pour se baisser vers elle, lui posant simplement une main sur le haut de la tête, lui adressant un regard attentionné, compréhensif, car après tout, lui aussi était torturé par sa situation.

- Tu sais, vouloir être fort c’est bien, mais il faut s’en donner les moyens, elle ne vient pas à toi, tu dois aller la chercher loin, et pour cela il n’y a qu’une unique possibilité … L’entrainement …

Il laissa un bref sourire sur son visage, dans le fond elle lui ressemblait un peu, lorsqu’il subit sa première humiliation il avait agi d’une façons assez proche, il était au sol en train de gémir contre lui-même et ce qu’il faisait, c’est là qu’il avait trouvé la lumière qui l’avait guidée si loin. Alors cette fois ci, il allait tenter d’être la lumière de cette jeune fille, comme jadis Hermann Von Salza le fut pour lui..

- Être fort implique aussi de faire des choix, ou faute de pouvoir, de laisser une personne te guider comme un phare guide les bateaux dans les ténèbres de la nuit. La plus belle preuve de force est aussi de se relever après un coup dur, de se redresser pour affronter ce que l’avenir te réserve, car il ne sera jamais tendre. … Et si jamais tu faiblis à cause d’une mauvaise pensée, trouve quelque chose qui t’empêchera cette douleur, comme moi je m’entraîne par exemple. Et si tu souhaite devenir forte, tu n’as qu’à me le demander, et je t’entraînerais.




Invité
avatar
Invité
Re: Rendez-vous des amochés. - Mar 11 Mar 2014 - 21:06

Rendez-Vous des Amochés

Tout devenait de plus en plus bizarre. Raven était toujours là, à ses pieds. Aux pieds d'un jeune homme dont elle ne connaissait rien, qui la fixait d'un air de zombie. Ou qui la fixait tout court. De toute façon, dans le passé ou le présent, on la fixait toujours. Dommage qu'il n'y ai pas de chirurgie esthétique ici, elle se serait bien éclatée à se refaire faire la face. Ouais, cela parait légèrement malheureux, mais il en fait bien. Parce que ce qu'elle va faire dans les minutes qui vont suivre ne va pas la remettre sur pieds, au contraire. Tombe pas dans les pommes Raven, fais comme la cire, tu tires un bon coup et ça fait moins mal, allez, souffres.

Elle fixe le professeur droit dans les yeux et boit absolument toutes ses paroles. Elle n'arrive plus à trop discerner de mots une fois qu'il lui annonce qu'il ne vaut mieux pas les croiser et les faire souffrir. Elle ne peut pas s'empêcher de refouler ses larmes, la petite dame aux cheveux blancs. Même respirer doucement ne l'aide pas, et la tension ainsi que l'adrénaline montent d'un cran lorsqu'il pose genou à terre pour la regarder, même si, il l'avait fait avant de parler. Bref, Raven mélange la scène qui se passe sous ses yeux, mais ce n'est pas plus mal.

Le sourire du jeune homme lui en rattacha un. Soudainement, il paraissait plus doux -comme le fromage doux ou le beurre-, presque amical. L'entraîner ? Bien sûr que oui elle voulait s'entraîner avec un chevalier à l'apparence d'homme fatal ! Elle sécha ses larmes du revers de la main, doucement, et posa cette même main sur la cuisse de son interlocuteur, comme hypnotisée par lui. Elle avait envie de faire quelque chose qu'elle risquait de regretter, mais elle n'osait pas. En vérité, elle jouait à pile ou face dans son crâne, essayant de trier les informations qui étaient arrivées bien trop rapidement à son cerveau. Pile, le fait pas. Face, le fait. Pile... Merde c'est tombé sur pile !

-Je... Je suis... Désolée pour...

Elle ne prit pas le temps de finir la phrase. La jeune femme, omnibulée par le blond, imaginait une autre personne à sa place. Mais ce fut il y a longtemps. Raven avait envie de redécouvrir cette sensation, et elle espérait qu'il ne dirait rien, elle avait besoin de savoir si le contact serait encore le même... Et c'est ainsi qu'elle l'agrippa par le bras pour se jeter sur lui -de façon un peu moins violente qu'une amazone-, et l'embrassa. Elle allait le regretter, certainement, mais elle en avait besoin, comme on venait de le dire précédemment.

Une immense chaleur l'envahit, et elle se retira pour se plaquer au mur, les yeux exorbités, pourtant toujours dirigés sur lui. C'était étrange. Elle avait eu peur des hommes après qu'il l'ait quittée, ou l'inverse. Aujourd'hui elle se forçait à être lèvres contre lèvres avec la personne qu'elle connait le moins au monde, mais sans raison valable. Juste histoire de se souvenir de ce que cela faisait.

-Désolée pour... pour ça... Tuez-moi pas j'vous en supplie !

Et voilà, le beau sourire d'une Raven innocente qui venait de s'effacer... D'un simple geste. C'était brutal la manière qu'elle avait employée, or, elle arrivait à trouver cela agréable. Elle n'avait pas changé, au final, puisqu'elle s'en voulait pour avoir fait ça et déjà la jeune femme aux cheveux blancs se décala vers la porte, honteuse.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Rendez-vous des amochés. - Lun 17 Mar 2014 - 17:45


Elle semblait se calmer, il avait bien vu que certains de ses propos lui avaient fait mal au coeur, il savait que cela allait le faire, une autre personne à qui il l’avait dit avait réagit de la même façons. Enfin voila, il faisait comme d’habitude, il s’attendrissait soudainement, sans autre raison que de voire une personne stricte devenir soudainement attentionné avait toujours calmer, apporter une sorte de calme réconfortant.
Alors il l’a réconfortait, un genoux a terre devant elle, avec un début de sourire, et cette joie de voir revenir un sourire sur el visage qu’il observait, preuve qu’il réussissait.


-Je... Je suis... Désolée pour...

Elle s’excusait, mais il ne comprenait pas pourquoi, il était là à la fixer, puis soudain il sentit qu’elle prit appui sur son bras, et s’approcha, s’approcha bien plus qu’il ne le pensait. Beaucoup plus car leurs lèvres se joignirent, et il resta parfaitement immobile, suspendu à cet instant surprenant.
Puis soudain elle s’écrasa contre le mur, comme paniqué par ce qu’elle venait de faire, mais elle l’avait fait, il fallait qu’elle soit fière de son acte, à moins qu’il soit si terrifiant que cela ? Il l’observa un instant tandis que visiblement paniquée et apeurée elle se fondait en excuse et s’éloignait doucement.


-Désolée pour... pour ça... Tuez-moi pas j'vous en supplie !

Il se frotta du bout d’un doigt les lèvres et soupira, toujours un genoux a terre, il n’avait pas bouger autre chose que son bras et sa tête en la regardant toujours droit dans les yeux.

- Je peux comprendre que j’ai une réputation assez forte … Mais je t’ai promis de t’aider à sortir d’ici, et te tuer ne m’y aidera pas il me semble non ?

Il se redressa, non sans quelques difficultés à cause de ses blessures qui avaient été soigneusement infligées pendant son combat … Un moment il posa même sa main sur le mur dans une petite grimace, on peut lutter contre la douleur, mais de temps en temps il y a des fuites. Mais cela ne l’empêcha pas de tendre la main à la jeune fille une nouvelle fois.

- La justification n’appartient qu’à toi, tu es libre de me l’expliquer, mais tout ceci n’entrave pas notre premier accord, donc poursuivons, et sortons, tu veux bien ?

Elle était visiblement trop perdue, il valait mieux qu’il ne cherche pas trop, il n’était plus sur de rien depuis quelque temps, alors une incompréhension de plus ou de moins n’allait de toute façons pas le gêner. Bon, il avait perdu ce sourire doux qu’il avait arboré juste avant, mais son regard n’était pas non plus écrasant, juste … un peu vide. Au fond il se contentait de ne penser qu’à l’objectif qu’il s’était fixé pour le moment, rien de plus, rien de moins.




Invité
avatar
Invité
Re: Rendez-vous des amochés. - Jeu 20 Mar 2014 - 17:32

Rendez-Vous des Amochés

Les événements s'enchaînaient et donnaient une tournure étrange à la scène. Des émotions mêlées qui passe des larmes, à la colère, au sourire. Des événements qui auraient pu donner envie aux spectateurs de séparer les deux jeunes gens si différents. C'était peut-être ça la solution. Le problème ? Raven voulait rester avec lui, ne pas partir. Elle le voyait comme un protecteur, un ange gardien. Un allié précieux qui n'attendait qu'une chose : qu'elle finisse par faire ce qu'elle avait dit : fuir de l'infirmerie. De plus, si le blond disait vrai, rester plus de temps que prévu s’avérerait trop dangereux car les infirmiers reprendraient peu à peu connaissance. Comment pouvait-elle faire durer ce moment ? Elle l'ignorait. Cette jeune fille aux cheveux blancs qui était là parce qu'elle avait, de façon stupide, été se battre contre un double masochiste. Cette gamine fantôme qui ne se voyait plus comme la même. Elle devenait folle, elle le savait. C'était désormais à elle d'être responsable, mais comment l'être autour de gens lorsque l'on a vécu seule toute sa vie ? Les larmes se mirent de nouveau à couler sur ses joues alors qu'elle restait plantée devant la porte. Elle réussit à marmonner quelques paroles :

-Je n'ai pas envie de partir ! Si, je veux partir de cet asile de fous !

C'était dur d'accepter sa nouvelle condition. Mais on avait pas le choix, on devait faire avec. Il fallait qu'elle réussisse à implanter dans son cerveau qu'elle avait dix-huit ans et qu'elle vivrait ici toute sa vie. Il fallait qu'elle le fasse, pour la simple et bonne raison que par la suite elle devrait se démerder toute seule. Elle avait beau chialer et tenter de sécher ses larmes, rien ne la ramènera là où elle était. Il fallait qu'elle récupère des forces. Qu'elle réagisse avant de finisse toute molle et qu'elle tombe à chaque pas en menaçant les gens aux alentours qu'elle se pendrait s'il approchaient trop. Ce n'était pas une vie avant, c'était de la survie. Quoi de mieux que de lui donner une vie quasi éternelle ?

Ses prunelles froides se plantèrent dans celles d'Alexander. Pour le supplier de ne pas la laisser tomber. Mais, si elle le suppliait de cela, pourquoi elle ne lui attrapa pas la main pour se relever ? Pourquoi détourna-t-elle le regard avant de poser sa main sur la poignée, de façon hésitante ? Pourquoi tant de questions courraient dans sa tête au point qu'elle en perdrait un jour la véritable raison ?

-Tant de choses à apprendre... Le combat. Pour se contrôler et avoir confiance en soi. Pour pouvoir avoir un regard de glace chaque fois qu'il y en aura besoin. Il faut savoir être impénétrable. Il faut apprendre à aimer, mais cela en est bien facilement devenu impossible. Il faut apprendre à écouter les autres, mais pas au point de se jeter dans leur piège pour les aider. Il faut apprendre à tendre la main avec la peur de voir qu'ils ne la prendraient pas. Professeur, vous avez appris tout ça, vous ? Vous savez, le Monde est tellement étrange, tellement plein de surprise... Je plains ceux qui n'ont pas connu la guerre, dont moi. Je plains ceux qui n'ont pas réussi à avoir le courage d'ouvrir une porte pour tourner la page d'un livre, dont moi. Je plains tous ceux qui aiment, car ils ont peu de force de l'avouer mais l'ultime force de briser les autres. Il faut apprendre à gérer, apprendre à marcher, apprendre à courir et toujours se relever en cas de chute. Tant de choses à apprendre Alex...

Sa phrase se finit dans un murmure alors qu'elle lui avait parlé en restant à la porte, face à elle. Raven se sentait vulnérable. Oui, il aurait pu la tuer s'il l'avait voulu, mais il l'avait aidé jusqu'au bout. Le chemin n'était pas encore fini. Il suffirait d'ouvrir cette foutue porte... Or, il faut d'abord avoir envie de le faire.

-Pensez-vous qu'un jour je serais assez forte pour surmonter la vengeance, le moi terrible que je serais devenue ? Je ne suis pas faite pour être à l'arrière, je suis faite pour être au front, je le sais, je le sens. J'ai soif de pouvoir, soif de vengeance, soif de puissance, et je suis absolument certaine que je serais parfaite au poste de Reine. Il est temps, professeur, de trouver notre nouveau chemin.

Elle le regarda une dernière fois avant d'ouvrir la porte sans respirer. Le chemin allait être long, mais si l'on ne tentait pas le coup, on chuterait du haut d'une falaise et on finirait dans le Néant.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Rendez-vous des amochés. - Sam 29 Mar 2014 - 12:53


Silencieux, calme, comme un guerrier qui n’attendait que le début d’un combat, il la fixait. Simplement il l’écoutait, car ce discours allait lui faire penser à des choses qu’il ne valait mieux pas qu’il repense, le regret, la haine de soi même …
Elle n’accepta même pas la main qu’il lui avait tendu, et malgré qu’elle ne soit pas la première personne à lui faire ce genre de coups, malgré qu’à son époque ce genre de geste fût terriblement déplacé et impoli, il ne s’en offusque jamais. Le chevalier était conscient que souvent il agirait de la même façon si une main lui était tendu, il ne pouvait en vouloir pour une chose qu’il ferait lui aussi. Alors il replaça sa main au niveau de ses hanches, la laissant presque pendre à son épaule avec son bras.


-Tant de choses à apprendre... Le combat. Pour se contrôler et avoir confiance en soi. Pour pouvoir avoir un regard de glace chaque fois qu'il y en aura besoin. Il faut savoir être impénétrable. Il faut apprendre à aimer, mais cela en est bien facilement devenu impossible. Il faut apprendre à écouter les autres, mais pas au point de se jeter dans leur piège pour les aider. Il faut apprendre à tendre la main avec la peur de voir qu'ils ne la prendraient pas. Professeur, vous avez appris tout ça, vous ? Vous savez, le Monde est tellement étrange, tellement plein de surprise... Je plains ceux qui n'ont pas connu la guerre, dont moi. Je plains ceux qui n'ont pas réussi à avoir le courage d'ouvrir une porte pour tourner la page d'un livre, dont moi. Je plains tous ceux qui aiment, car ils ont peu de force de l'avouer mais l'ultime force de briser les autres. Il faut apprendre à gérer, apprendre à marcher, apprendre à courir et toujours se relever en cas de chute. Tant de choses à apprendre Alex... Pensez-vous qu'un jour je serais assez forte pour surmonter la vengeance, le moi terrible que je serais devenue ? Je ne suis pas faite pour être à l'arrière, je suis faite pour être au front, je le sais, je le sens. J'ai soif de pouvoir, soif de vengeance, soif de puissance, et je suis absolument certaine que je serais parfaite au poste de Reine. Il est temps, professeur, de trouver notre nouveau chemin.

Elle ouvrit la porte, Alexander la retint avec une main sur l’épaule et soupira, il ne pouvait pas la laisser dans cet état, elle agissait comme lui, et sans rien pour la retenir … Elle allait faire une bêtise … Il se voulait être sympathique son regard froid ne l’était plus tant.

-Raven … Je suis un militaire, un chevalier, tu n’imagine pas ce que j’ai vu, mais j’étais comme toi il y a encore quelques temps, aveuglé par la vengeance, ne recherchant que la force et la puissance, mais cela à le terrible coup que de nous faire faire des choses que l’on regrette à partir du moment où nous avons des principes. Ne fait pas comme moi, n’agit pas impulsivement, ne va pas faire une bêtise …

Ils étaient sur le seuil de la porte ouverte, un contraste saisissant avait lieu entre l’apocalypse de l’infirmerie et le couloir d’une propreté impeccable. Il lui avait promit de l’aider à sortir mais, il y a une limite à l’aide qu’il lui apportera.

- Je trouve moi aussi que ce monde est fou, que ce lieu est une folie, mais pourquoi sortir d’une folie pour aller dans une autre ? J’avais une raison de me battre et de rester ici, mais par fierté je l’ai piétinée, et maintenant … maintenant je regrette, car cette chose qui me donnait envie d’avancer, je l’ai perdue … Si tu choisis de vouloir continuer malgré tout, prend le temps de réfléchir, essaye de te trouver un autre objectif que le malsain sentiment de vengeance, il n’apporte rien de bon.

Et là, il parlait d’expérience … De son vivant son objectif était si simple, être fort pour servir au mieux son ordre de chevalier, donner de la puissance à sa famille, et surtout, soutenir celui qui lui avait permis d’avoir ses objectifs en tête.

- Rien …




Invité
avatar
Invité
Re: Rendez-vous des amochés. - Dim 30 Mar 2014 - 12:24

Rendez-Vous des Amochés

Sauf qu'elle ne pressa pas aussitôt la poignée de la porte qui la mènerait vers la prochaine folie. Elle fut trop perturbée par la main d'Alex qui se posa sur son épaule. Elle tourna donc son doux visage vers celui du professeur, découvrant presque une autre facette de lui. C'était étrange de réaliser qu'elle était bien moins puissante que lui, mais elle ne voulait pas le formuler, ne pas abandonner. Sa force serait de plus en plus précieuse, elle s'estompait déjà à vue d'oeil. Elle tremblait de tout son corps sous la tenue de l'infirmière qu'elle avait emprunté pour ne pas se balader nue dans l'académie -certains ne seraient pas ravis de la voir tellement détruite.

Elle réalisait enfin ce qu'elle voulait faire. Cette nervosité l'aurait un jour, et cette vengeance la tuerait. C'était ce qu'elle comprenait des paroles de ce chevalier qui au final, lui était moins inconnu que tout à l'heure. Elle lâcha une larme, baissa le regard. Non, elle n'était pas vexée, juste déçue. Déçue de comprendre qu'il ne valait mieux pas qu'elle agisse sans expérience et par colère, déçue de voir la mort d'un autre oeil, déçue d'elle-même. Sa mentalité de pauvre adolescente lui jouait des tours, et il fallait qu'elle grandisse avant de ne s'auto-détruire par nécessité.

-Je...

Les mots étaient restés coincés dans sa gorge pour la simple et bonne raison que la conscience de Raven elle-même ignorait que dire de cela. Il n'y avait au final rien à dire, il avait raison, comme un bon professeur, un point c'est tout. Et c'est alors qu'elle avait ouvert la porte qu'il lui parlait tranquillement. Elle ne pu rien répondre. Il était temps, de toute façon.

Tournant la tête, elle poussa un soupir, et retira la main du blond de son épaule. Elle ne le fixait plus, elle regardait seulement face à elle tranquillement. Son monde s'écroulait, qu'avait-elle à risquer ? C'était déjà trop tard. Beaucoup trop tard pour reculer. La jeune femme avait posé un pied à l'extérieur, souffrant, mais ne le montrant pas. Et c'est de cet horrible par de femme blessée qu'elle le laissa là sans même se retourner, filant dans sa chambre. Quel tournant sa vie allait-elle enfin prendre ? Qu'allait-elle devenir ? Se vengerait-elle finalement, ou éluderait-elle la question de cet étrange homme ? Quoi qu'il en soit, la pente avait été tellement difficile à monter et le sommet déjà trop près pour avoir l'envie de se laisser sombrer, se laisser tombe et rouler jusqu'en bas. C'était tout simplement : trop tard.
Invité
avatar
Invité
Re: Rendez-vous des amochés. - Dim 30 Mar 2014 - 14:35
Joli rp, avec des rebondissements sympathiques et beaucoup de réflexions personnelles. En plus, vos personnages sont vraiment différents, ce rend encore plus intéressante cette rencontre. Bravo à tous les deux.

Alexander : 1120 xps
Raven : 1110 xps

Xps attribués : Yep
Contenu sponsorisé
Re: Rendez-vous des amochés. -
Rendez-vous des amochés.
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Bâtiment des cours :: Infirmerie-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page