Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Qui es-tu ? (Pv)

Invité
avatar
Invité
Qui es-tu ? (Pv) - Dim 5 Jan 2014 - 16:55
Le petit matin se lève enfin. Astrid n'attendait que ça. Déjà, la veille, l'idée de pouvoir retrouver sa rapière pour un simple entrainement, la faisait littéralement jubiler. Elle n'avait presque pas dormi, mais était cependant en pleine forme. Du moins pour quelques heures de sommeil seulement. Elle sauta du lit comme un chat, avec agilité. Elle s'en alla faire un toilette rapide et s'habiller simplement, en homme, comme elle aime encore le dire. Pantalon collant, slim, comme dirait les flashions victimes de l'époque. Un haut simple, ré-haussé d'un joli foulard pour rester féminine. Enfin, dans cette époque, c'était être féminine, mais, toujours pas dans la tête de notre duchesse...
Elle attrapa sa fine lame, et sortit, presque précipitamment dans les couloirs, trottinant en chaussures plates, pour une fois, vers la salle des sports. Elle n'y allait pas souvent, il faut l'avouer, mais ces petites entrevues avec sa lame la rassuraient... Enfin lui rappelait le temps passé avec son ami... Elle perdit le sourire, mais ne ralentit pas la cadence, cette pensée ne devait pas l'empêcher de s'amuser un jour où elle ne faisait pas classe.
Elle arriva donc à la salle, et prit un instant pour fixer sa lame. Elle lui renvoyait son reflet, et une vague chaîne de souvenirs fit son apparition... La lame de son... mari ? -pouvait-on encore le considérer ainsi ?- lui transpercer la poitrine. Le regard de son ami sur elle, pendant qu'elle lui souriait dans son dernier souffle... Elle sentit un liquide sur sa joue, avant de se rendre compte que ce n'était que le produit de son oeil et de sa tristesse, la larme tomba sur la lame, qui reflétait toujours son visage.
Elle se ressaisit, ou du moins tenta de le faire. Elle attrapa le manche de sa lame italienne, et commença par quelques déplacements, histoire de chauffer les jambes. Pas question d'avoir de crampes. Puis, elle fit quelques marches, parades, attaques, fentes, histoire de se remettre entre forme.
Elle finit par soupirer, s'arrêtant un peu, faisant tournoyer sa rapière autour d'un doigt, tout en l'équilibrant avec les autres... puis, sans le faire exprès, elle sentit sa lame agripper à sa jambe. Sentant le sang chaud couler de celle-ci, elle poussa un gémissement mélangeant haine, et puis douleur, il fallait l'admettre. Elle remonta le tissu de son pantalon et vit sa jambe bien entaillée.

*Zut à la fin...*

Elle prit son visage entre ses mains. Ce n'était pas le moment de déprimer... Mais les larmes coulèrent encore une fois. Elle ne savait même plus jouer avec son manche correctement. Elle avait perdu en technique et avait perdu un être cher à cause de son égoïsme... Mais au moins, lui était, réellement, en vie...
Elle entendit des pas... Elle leva la tête, ne sachant pas trop si quelqu'un était entré où si elle continuait de mélanger réalité et souvenirs.
Invité
avatar
Invité
Re: Qui es-tu ? (Pv) - Dim 5 Jan 2014 - 18:28
Le soleil daignait enfin pointer le bout de son nez par-delà l'horizon. Enfin, sa lumière illuminait le paysage qui nous entourait. Enfin, les rayons traversaient la fenêtre de la chambre, pour se poser sur mon visage. Ce qui me fit légèrement ouvrir les yeux. Mes pupilles, qui étaient protégées par la fine membrane de peau que les humains appellent "Paupière", se dilatèrent tellement que j'en fus aveuglé pendant un moment, un grognement rauque s'échappant de ma gorge. Je n'aimais pas fermer les volets. Cependant, comme n'importe quel humain, je n'aimais pas me prendre de la lumière en pleine poire dès le réveil. C'était trop puissant. 
Mais bon... C'était le matin quoi. Du coup, un peu contraint et forcé, je me levai, et me dirigeai vers le miroir de mon armoire. Ma barbe naissait, c'était indécent de sortir comme ça. Hop, un coup de rasoir électrique, et c'est fait. Bon, pour les habits maintenant. Oui, une chemise blanche et un jean serré noir devraient faire l'affaire. Une paire de chaussures noires... Et me voilà p- Ah non. Il faut discipliner cette crinière dorée. Hop, un coup de brosse, un élastique brun, et me voilà prêt.

Une fois descendu dans le hall, je me demandai par où je pourrai commencer cette visite des lieux en solitaire. Mais je ne réfléchis pas très longtemps : le centre de sports m'attirait déjà. Même si je n'étais pas un grand sportif, il faut bien avouer que j'aimais bien.
Je marchai dans le couloir de cette sorte de gymnase géant (il faut bien le dire, on se perd facilement ici!) avant d'entendre quelques faibles cliquetis, et un très bas mouvement de l'air. Tiens, un cours d'escrime. Peut-être pourrai-je avoir l'occasion d'observer une joute entre élèves.

Je me dirigeai donc vers la salle d'où provenait les cliquetis, avant d'entendre un gémissement. Quelqu'un s'était blessé? Je ne perdis pas plus de temps et entrai dans la pièce, trouvant une femme, seule. Que faisait-elle ici? Et surtout, comment avait-elle fait son compte..?
Je m'approchai donc d'elle, au moment où elle levai la tête. Les yeux rougis, baignant de larmes. Elle me stupéfiait. Je ne sais pas comment. Ses yeux, rouge sang - non, rouge rubis, m'attiraient vers elle avec une telle puissance que je ne résistai pas. Je me mis à genoux à côté d'elle, esquissant un sourire chaleureux.


«Vous vous êtes blessée avec cette lame, n'est-ce pas? Attendez... Je vais vous aider.»

Posant alors mes mains sur la plaie de la demoiselle, je fermais les yeux et me concentrai longuement, avant qu'une lumière violacée ne s'échappe de mes mains, pour glisser sur la plaie qui se referma en un coup d'oeil. Une fois terminé, je regardai mes mains, couvertes de sang. Une goutte pourpre perlait au bout de mon médius. Je la glissai sur ma langue, savourant ce goût qui m'avait manqué depuis longtemps. Mes canines sortirent légèrement, mais qu'importe. Je terminai ce délicieux amuse-bouche avant de me retourner vers elle, et de saisir un mouchoir de ma poche pour éponger le sang qui allait sécher sur sa peau, avant de rabaisser son pantalon.

«Bien, voilà. Votre blessure n'est plus.»


Je relevai la tête, et vis encore quelques larmes perler sur ses joues. Avec un air attendri et inquiet, je les essuyai, doucement, effaçant avec elle un peu de sa tristesse. Du moins... J'essayai.

«S'il vous plaît, ne pleurez plus. Séchez ces larmes qui s'accaparent votre visage.»

Je ramassai la lame, l'observant un moment avant de l'essuyer - non pas avec sa langue, je n'avais pas faim de sang ce jour-là.- et de la remettre dans le fourreau que je trouvai non loin, puis de la rendre à sa propriétaire. Toujours en souriant.

«Tenez, reprenez votre épée. (Un grand silence s'installa pensant un court instant.) Mais je m'égare, j'en oublie les bonnes manières. J'ai oublié de me présenter, quel piètre homme je fais. Je me nomme Misaki. Kayashi. Mon deuxième non ne serait que superflu. Et... À qui ai-je l'honneur?»


Dernière édition par Misaki A. Kayashi le Mar 11 Mar 2014 - 20:02, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Qui es-tu ? (Pv) - Mer 19 Fév 2014 - 14:03
Des pas. Il y avait des pas qui venaient vers elle. Astrid laissa échapper un soupire exaspéré. Mais avant que tout mouvement soit possible, un homme assez grand, lui parlait déjà, comme s'il s'inquiétait. Tu parles, elle ne le connaissait pas, les gens ne s'inquiètent que pour leur personne, en ce moment... Mais même si elle avait voulu reculer, elle n'aurait pas pu. Il s'était déjà emparé de sa jambe. Et qu'est-ce qu'il allait lui faire hein ? Un mouvement mêlé entre le dégout et l'appréhension fit reculer un de ses bras, prête à se propulser en arrière si toute fois, l'étranger tentait quelque chose d'imprudent. Contre toute attente, la seule chose qu'il fit, ce fut de dégager de la lumière en serrant sa cuisse... Elle sentit une sorte de tension sur sa jambe, comme si sa peau... se ressoudait ! Il était entrain de refermer sa plaie ! Elle n'avait pas encore rencontrer de "guérisseur" à proprement parlé, et en rencontrer un de cette façon était assez ridicule... Elle se retint de rire sur son propre sort. Qu'elle cruche elle faisait. Si Soul était encore dans sa tête pour le voir... Qu'elle cacophonie elle lui aurait faite. Cela fit sourire la duchesse entre deux larmes qui glissait lentement, doucement sur ses joues, en les chatouillant pas la même occasion. Elle n'en revenait vraiment pas. Sa cuisse était... Comme neuve ? Lorsque l'inconnu lui lâcha sa jambe, elle ne put s'empêcher de regarder sa peau, cristalline, sans aucune marque. Admirant l'oeuvre de celui-ci, elle finit par lâcher des yeux son épiderme, qui était, il y a peu, couvert d'une balafre couverte d'hémoglobine. Il remit le pantalon tout juste essayé par la duchesse, en place. Elle regarda le tissu déchiré... Enfin non, coupé. Puis, elle reposa son regard sur le blond qui avait voulu absolument refermer sa plaie, qui n'avait pas vraiment quelque chose de grave.
♠Je... Merci.♠
Ses yeux n'avait pas arrêté de pleurer, même la blessure refermée. Mais elle n'y fit pas attention. La seule chose qui avait attiré son esprit sans lui demander son avis, ce fut la réaction face au sang qui tentait la main du guérisseur... Son sang à elle... Il en avait avaler une goutte ? Elle cherchait à se prouver le contraire, mais la lumière avait reflété sur les canines de son interlocuteur. Elles avaient grandi, elle en était certaine. Mais comment l'affirmer ? Surtout après cela. Peut-être une simple étourderie, il faut dire qu'elle avait perdue une petite dose de sang, même infime, et elle n'avait pas l'habitude d'être saignée. Surtout par elle même, en fait... Elle eut un mouvement de recul, puis l'étranger reporta son intention sur elle, et non sur son sang...
«S'il vous plaît, ne pleurez plus. Séchez ces larmes qui s'accaparent votre visage.»
Elle n'avait toujours pas arrêté ses yeux. Elle ne pouvait pas, après ce qu'elle avait... semblait avoir vu. Elle sursauta intérieurement lorsqu'il s'approcha d'elle pour lui essuyer une larme. Par pur réflexe... Ou par pur instinct, elle écarta sa main d'un geste, il ne toucherait pas son visage, surtout après cette vision... supposition. Il ne sembla pas relever et retourna près de la lame qu'elle avait abandonner là-bas. L'essuya et retira chaque goutte carmin qui glissait sur le métal froid, puis lui tendit, rangée dans son fourreau. Elle tendit un bras, légèrement tremblant, et attrapa sa rapière d'un geste vif, limitant les contacts. Puis il enchaîna, l'air de rien. Il avait tout de même remarqué la réticence de la brune à chacun de ses gestes...L'avait-elle vexé pour qu'il change d'approche ? Honnêtement, elle s'en fichait, elle avait plus envie de déguerpir, et vite, plutôt que de se soucier de quelqu'un qui serait vexé... Surtout quelqu'un qui, peut être, venait d'avaler quelques millilitres de son hémoglobine...
"Mais je m'égare, j'en oublie les bonnes manières. J'ai oublié de me présenter, quel piètre homme je fais. Je me nomme Misaki. Kayashi. Mon deuxième non ne serait que superflu. Et... À qui ai-je l'honneur?»
Elle devait halluciner, bientôt elle se réveillerait. Elle était des plus désagréables dans ses manières, parce que cet homme ne lui inspirait rien d'autre que de la méfiance... Ou alors de la peur, oui, plutôt. Elle le fixa, se relevant, ses jambes vacillant légèrement avant de se stabiliser. Elle devait dissimuler l'intrigue qu'elle lui portait.
♠Astrid... Astrid d'Enestray mais...♠ Elle reprit son souffle, posant sa voix tremblotante. ♠Mais qui êtes-vous... Vraiment ?♠
Comme ça, les choses étaient claires.


Dernière édition par Astrid d'Enestray le Jeu 6 Mar 2014 - 16:07, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Qui es-tu ? (Pv) - Mer 19 Fév 2014 - 22:11
Zut. Je pense que je n'aurai jamais dû avaler cette goutte carmin. Je me suis fait griller en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Bon sang, mais je suis vraiment idiot ou quoi? Baka, baka, baka!
C'était ce que je me répétais en boucle depuis qu'elle me fixait avec des yeux à la limite entre la curiosité, l'angoisse ou même carrément la terreur. Elle avait même repoussé cette main, pourtant amicale, que je lui tendait, pour effacer les larmes coulant encore sur son visage.
Elle a peur de moi.
Tout dans son comportement le trahissait. Ses gestes vifs lorsque je m'approchait d'elle. Sa distance. Mais le plus marquant, fut lorsque ses jambes vacillèrent à son lever. Instinctivement, je voulais l'aider à se relever, mais elle se stabilisa peu après, si bien que je n'ai pas eu le temps de l'aider.
Enfin, la question que je redoutais arriva.

 - «Mais qui êtes-vous... Vraiment ?»

Donc elle m'avait vu apprécier la goutte pourpre. Elle avait dû donc voir mes canines s'allonger un peu. Si je me taisais, elle saurait. Mais si je parlais... Aussi. Je n'avais donc aucune issue. Je devais donc tout lui dire. Avec un peu de chance je pourrai faire passer ça tranquille, elle ne partirai pas.
A vrai dire... Je ne voulais pas qu'elle parte. Ses yeux rubis m'attiraient. C'était tellement dur de leur résister. Mais je le devais. Tant pour moi que pour elle. Elle avait déjà suffisamment peut de moi comme ça.
Enfin... Je me rend compte que non seulement je suis idiot, mais qu'en plus j'ai touché le fond, mais que (toujours en plus) Je tombais amoureux! Enfin... Je crois... J'ai jamais aimé quelqu'un. Je sais pas ce que ça fait. Ah oui, au fait, j'ai toujours pas répondu à sa question, trop perdu dans mes pensées. Je pris alors une profonde inspiration, et, résigné, je lui avouai tout.

- «A vrai dire... Je suis ce que vous dénommez un "vampire". Cependant, je vais mettre directement les choses au point. Je ne suis pas forcément un buveur de sang humain. Cette simple goutte que vous m'avez vue goûter me suffit amplement. Je me contente de sang animal. Bien sûr, il est hors de question pour moi de vider ces êtres de leur sang. Je leur prélève donc au maximum vingt gorgées pour les plus gros, Bien moins pour les plus petits, pour qu'ils puissent continuer de vivre tranquillement. Je répugne la mort des animaux, et déteste en être l'auteur. A propos du sang humain, ce n'est que si je n'arrive pas à trouver d'animal dans les environs - chose très rare par ailleurs - que j'en prélève. Cependant, c'est en infime quantité, et le donneur ne sent rien. La salive d'un vampire est un puissant anesthésiant et cicatrisant.»

Je m'empressai alors d'embrayer sur un autre sujet : celui de mon don.

- «C'est là que mon don trouve sa puissance. Pour l'instant, je ne peux régénérer qu'une seule plaie de temps en temps. Et ma salive peut combler cette lacune. Il suffit que je puisse toucher la plaie avec ma salive pour qu'elle cicatrise plus vite. Bien sûr, ce n'est pas en un claquement de doigts, mais j'ai testé plusieurs fois. J'avoue avoir eu des essais très satisfaisants. Enfin. Mon don en lui-même.. Comme vous avez pu le voir, j'ai le don de guérir les plaies. Cependant, ce n'est pas vraiment le "soin". Mais c'est plutôt de la régénération cellulaire, ce qui est plus... Méticuleux. Autant le soin se contente de l'extérieur, autant la régénération cellulaire va plus en profondeur. Elle permet même, pour les plus grands maîtres de cet art salvateur, de réparer des organes fragilisés. Cependant... Je ne suis qu'un débutant.. Mais je me démène comme un diable, parce que je veux sauver des vies. Je veux combattre ces préjugés qu'ont souvent les gens face aux vampires, en guérissant les gens. Et je le fais non seulement parce que j'en ai envie, mais en plus parce que je ne sais faire quasiment que ça. Je ne séduis pas les femmes car je n'ai aucun charme et qu'un vampire tentant de faire passer ses sentiments pour une femme est très mal vu. À part mon don, mon seul talent particulier était le combat avant ma mort. Bref. Je ne suis bon à rien.»


En même temps c'est pas elle qui va me contredire. Elle est victime de ces préjugés elle aussi. Alors je vais au moins essayer de la rassurer, ne serait-ce qu'un tout petit peu..

- «Écoutez, Astrid.- En passant, très joli nom. Une poésie, une rythmique dans ce nom. - Si je voulais aspirer votre hémoglobine, je l'aurai déjà fait, croyez-moi. Je ne le fais pas car je n'ai pas envie de le faire. Vous m'avez, certes, pris en flagrant délit quand j'ai goûté cette goutte. Et même si votre sang à un excellent goût, je ne prend jamais le sang sans accord. Toutes les personnes ayant donné leur sang étaient mes amis, et étaient tous d'accord. Alors je ne vous le ferai pas. Parce que vous avez peur de moi et parce que vous m'attir-(plaquant vivement une main sur ma propre bouche, j'essayai de taire ce dernier propos.) Bref. Je ne vous vampiriserai pas, soyez-en sûre.»


Dernière édition par Misaki A. Kayashi le Jeu 6 Mar 2014 - 19:50, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Qui es-tu ? (Pv) - Jeu 6 Mar 2014 - 17:36
Elle ne comprit pas tout de suite. Il venait de déblatérer tellement de choses qu'elle ne réalisait pas encore totalement. Ce qu'elle avait retenu, c'était deux ou trois compliments par ici ou par là sur son nom... Et puis sur son sang. C'est là que le déclic se fit. Vampire. Elle avait bien entendu. Sa jambe droite recula d'une vingtaine de centimètre, elle déplaça son bassin et rabattit son autre jambe. Un peu plus d'écart. Elle avait besoin d'air, de respirer. Elle ne voulait pas croire ça. Ce qu'elle avait vu ne pouvait pas être réel ? Ou alors elle devait juste se faire à l'idée que dans cette académie, il n'y a pas que de simples personnes. De toutes façons, personnes ne l'était ici, la preuve, elle contrôlait désormais les chaînes. Elle, une nymphe qui avait passé sa vie à être une fille de duchesse, et, pour le peu de temps qu'elle l'avait été, une femme de duc. Elle soupira, sa main trembla, et lâcha sa rapière, le fourreau claqueta sur le sol, et sa main retomba le long de son corps, attiré par la pesanteur. Le visage d'Astrid était livide, sa peau blanche, comme s'il on lui avait coupé le souffle. Elle attendit longuement, ses bonnes manières la retenaient sur place jusqu'à ce qu'il finisse de lui parler. Elle avait le souffle court, sa respiration ne savait même pas rester droite. La courbe de son expiration était tellement agitée qu'elle pouvait faire concurrence à la plupart de ces montagnes de fers, qui existent dans cette époque. Les montagnes... Russes ? Tient, encore une chose qui la ramenait à la chose qui avait changé quelque chose en elle. Maintenant, elle se sentait coupable, vraiment coupable. Elle secoua la tête pour revenir à la réalité. Le nymphe avait inconsciemment baissé les deux. Elle n'avait pas l'habitude de faire cela. Ses prunelles allaient toujours se planter dans celles des autres. Mais la façon dont il lui avait dit ça... Elle avait, peur ? Surement.
Parce que vous avez peur de moi et parce que vous m'attir-... Bref. Je ne vous vampiriserai pas, soyez-en sûre.
Astrid ne comprit pas. Attir- ? Son esprit venait de faire une fixation là-dessus. La façon qu'il avait eu de plaquer sa main contre sa bouche, pour étouffer ce mot, comme s'il ne voulait pas qu'elle l'entende, comme un secret qu'on ne veut pas exprimer. Elle fronça les sourcils, puis la réalité la rattrapa. Soyez-en sûre, elle aurait aimé en rire. Mais non, elle était plutôt sûre du fait qu'elle aimerait vraiment partir de là. Rien de l'y retenait, d'ailleurs. Après un moment de silence, elle logea son visage dans ses mains, puis les fit remonter dans ses cheveux en soufflant, pivotant sur elle même. Elle sentit ses mains trembler, empoignant doucement sa chevelure brune, ou alors prune, avança d'un pas, puis d'un autre, et en enchaîna un bon nombre. Elle prit un instant de réflexion, du moins d'hésitation, tournant un peu la tête.
♦Vous pensez vraiment que je vais vous croire sur simple parole ? Que je pourrais croire celui qui vient de... De boire ne serait-ce qu'une seule goutte de mon sang...?♦
Elle se stoppa un instant, reposa ses mains le long de son corps, souffla longuement, comme si cela pouvait éloigner le problème. Elle reprit sa marche, lentement. Elle voulait juste voir comment le contexte allait évoluer si elle continuait de se "sauver" ainsi. Et puis, si cela tournait mal, elle pouvait bien se défendre... Quoique... Elle se rendit compte que sa rapière était restée là-bas, par terre. Tant pis. Elle s'arrêta juste devant l'encadrement de porte. Le souffle toujours aussi tremblant. Ses jambes ne tarderaient pas à se dérober si elle restait là.

Spoiler:
 

Invité
avatar
Invité
Re: Qui es-tu ? (Pv) - Jeu 6 Mar 2014 - 19:49
Et j'avais raison. Elle avait peur. Pardon, elle n'avait pas peur... Elle était juste terrifiée par mon état. Non pas par pitié pour moi, hein... Juste par peur que je la prédate. Mais je ne peux pas le faire... J'en serais bien incapable. Ce don qu'elle m'avait fait, cette goutte carmin, pure, qui avait filé sur ma langue puis dans mon corps.. Ce sera tout ce que je prélèverai.
Je la vis s'apprêter à reculer. Comme si je ne l'avais pas vue.. Ce regard légèrement tremblant, me fixant sans relâche.. Je voulais la retenir. Je ne voulais pas qu'elle se recule, mais qu'elle avance. Vers moi. Juste pour la toucher, une fois de plus.
Et encore une fois, espoirs réduits à néant lorsque sa main, crispée, lâcha la rapière. Le grand tintement métallique, plus l'écho, sur mes tympans était comme un cri suraigu, perçant, d'un petit enfant terrorisé. Je portai vivement une main à mes oreilles, essayant de faire taire ce bruit immonde à mes oreilles. Je ne pouvais pas lui en vouloir. Et puis je ne le voulais pas.
Astrid demeurait livide. J'avais peur. Qu'elle ne m'adresse plus jamais ne serait-ce qu'un seul regard. Mais j'ai besoin d'elle... De ses yeux rubis qui m'hypnotisaient, de son être, d'Elle. 
Son souffle était court, rapide. Comme si elle allait s'écrouler. Comme si elle allait hurler, hurler toute sa terreur. Hurler à en perdre la voix. Je ne veux pas lui faire mal, je ne veux pas lui faire peur. Et je ne veux pas qu'elle pleure. Sinon, moi aussi, je verserai de l'eau salée par les yeux. ([(Oui, j'aime bien devenir une fontaine. /PAN/)])

Et puis je compris ce qu'il m'arrivait.
Maintenant, j'en étais sûr. Malgré que ce soit la première fois.
Ce que tous les romans, les films à l'eau de rose, et les mangas shôjo racontent à tout bout de champ dans leurs histoires.
Les aventures amoureuses, les coups de foudre.
Oui, je suis tombé amoureux de cette jeune femme, dès le premier regard.
Cette fois c'est sûr, je ne la laisserai pas partir. Je ne laisserai pas fuir celle qui m'a volé mon coeur.

Plus jamais. Et je lui prouverai que les préjugés sont loin d'être la réalité. ... D'ailleurs, ce qu'elle vient de dire me prouve qu'elle y croit dur comme fer.

- «Vous pensez vraiment que je vais vous croire sur simple parole ? Que je pourrais croire celui qui vient de... De boire ne serait-ce qu'une seule goutte de mon sang...?»

A ces mots, je me rappochai d'elle. Malgré qu'elle se soit retournée, et qu'elle avançait vers la porte. Mes pas s'allongèrent au fur et à mesure qu'elle se rapprochait de la porte.
Ne me laisse pas... Ne me laisse pas!!

- «Astrid, ne partez pas, je vous en supplie! ASTRID!!»

Et je courrai vers elle. Elle s'était arrêté devant la porte. Et j'arrivai derrière elle. Et, sans crier gare, je passai mes bras autour de sa taille, mon front contre son dos. Oui, je suis démonstratif quand je m'y mets. Mais qu'importe. Je n'en pouvais plus, et soupira doucement, mon emprise se resserrant quelque peu, sans la comprimer.

- «Je vous en supplie... Je vous ai dit que je ne vous ferai rien, j'en suis incapable. Il m'est hors de question de vous faire du mal. Et j'empêcherai quiconque de vous en faire. Parce que la souffrance et la tristesse n'ont pas leur place sur votre visage. Je veux vous voir sourire, je veux que vous soyez heureuse. S'il vous plaît... Astrid... Ne me laissez plus...»

Et c'est là que mes lèvres me trahirent... Alors que mon corps tremblait.

- «Astrid... Je suis amoureux de vous.»

J'avais peur de sa réponse. J'avais peur qu'elle me haïsse encore plus. Mais ce qui est dit est dit.

Alea jacta est.

Spoiler:
 
Invité
avatar
Invité
Re: Qui es-tu ? (Pv) - Dim 23 Mar 2014 - 16:33
Elle manqua de s'écrouler sur la porte tant le choc avait été... Fort ? Elle se retint en plaquant une main sur celle-ci. Instantanément, ses doigts se refermèrent, comme pour atténuer une douleur, une douleur exécrable qui lancerait dans la poitrine de la jeune femme. Astrid déglutit. Les bras de Misaki enserraient son ventre, son front se collait sur le milieu du dos de la duchesse. Elle eut un frisson. Le corps entier du vampire tremblait. C'était... touchant, en sommes. Mais n'était-ce pas abusé, ils ne se "connaissaient" que depuis quelques minutes. Dans son ancienne vie, tout était prévu, tout était réglé d'avance. Sauf les sentiments, se répétait-elle. Son coeur faisait bondir sa poitrine assez fort pour que le mouvement soit visible sans vraiment y accorder d'attention. Les mains de la jeune femme tremblaient au fur et à mesure des paroles qu'elle captait. Le son était étouffé par son buste entier, elle ne captait que quelques brides reconduites par l'écho de la salle. Son souffle n'était pas régulier, son front se baissait à mesure que la scène passait. Une mèche de ses cheveux prune alla effleurer sa joue, tandis que ses yeux glissaient sur le côté, par pure gène. Ses poings restaient fermés, tremblants, tellement serrés que ses jointures en blanchirent. Elle se mordit la lèvre inférieure. Elle avait beau être caractérielle, elle était souvent gouvernée par les émotions. Elle n'avait pas envie de froisser le blond, ou même le blesser, mais pour le moment, son corps tremblait de peur et de d'incertitude. Elle entre ouvrit la bouche, ses mâchoires tremblotaient et son ton n'était pas assuré, mais elle ne pouvait pas rester sans rien dire, elle se ferait plus de mal encore qu'en disant ce qu'elle voulait dire.

♦Misaki je... Je ne... (elle soupira) Je ne peux tout simplement pas. Peut-être qu'avec du temps ou... Ou je n'en ai aucune idée... Mais je ne peux p-pas répondre à... à cela...♦

Les mains d'Astrid, toujours aussi tremblantes, vinrent se poser sur les bras qui l'emprisonnaient. Elle n'allait pas rester ici pour donner trop d'espoir à quelqu'un d'aussi sentimental. Il fallait qu'elle parte, qu'elle respire. Rester ici ne lui ferait comme effet que de faire mal au cœur. Elle tira doucement dessus, écartant lentement les barrières qui enserrait son buste. Elle se mordit la lèvre, tentant de garder son geste doux, malgré qu'il ne soit pas en faveur de ses aveux. Elle s'extirpa de son étreinte, tourna la tête vers lui, sans bouger le reste du corps. Elle soupira discrètement, son regard doux se posa sur le visage du blond. Elle avait du mal à bouger de là. Elle savait qu'elle lui ferait du mal. Même si elle avait eut la peur de sa vie tout à l'heure, elle n'était pas quelqu'un de contrariant lorsqu'il s'agit du personnel... Elle ferma les yeux, et entreprit de quitter la salle. Elle baissa la tête une fois la porte franchie. Pourquoi tout son corps espérait qu'il la retiendrait à nouveau ? Pourquoi son cœur ne cessait-il pas de battre à fonds de train ? Elle secoua la tête pour chasser ces observations de ses pensés. Astrid passa les mains dans ses cheveux, tentant de savoir pourquoi cela faisait aussi mal de suivre sa raison... Elle ne le connaissait pas, mais éprouvait comme le besoin d'en savoir plus. Elle était effectivement apeurée par la nature de ce Misaki, mais elle ne pouvait pas nier le fait qu'il l'ai retenu... Tendrement ? Comme pour ne pas laisser filer une chance... Ou des sentiments.

Sans s'en rendre compte, elle s'était immobilisée dans le couloir menant vers l'extérieur. Un peu trop longtemps peut être. Elle serra les poings, déglutit, et reprit sa marche vers la sortie.


Spoiler:
 
Invité
avatar
Invité
Re: Qui es-tu ? (Pv) - Dim 23 Mar 2014 - 17:06
Je le savais.
Je le savais, mais je voulais essayer.
Je voulais lui dire clairement ce que je pensais. Je lui avais ainsi donné la preuve que je n'étais pas un monstre assoiffé de sang. Mais simplement la «Réincarnation» d'un homme mort trop jeune au goût d'un esprit.

- «Misaki je... Je ne... (elle soupira) Je ne peux tout simplement pas. Peut-être qu'avec du temps ou... Ou je n'en ai aucune idée... Mais je ne peux p-pas répondre à... à cela...»

Je savais que c'était ces mots qui allaient franchir ses lèvres. Mais je ne voulais pas me l'avouer. Je voulais qu'il me reste encore une chance de croire qu'elle pouvait y répondre. Cela pouvait paraître égoïste mais.. Je voulais qu'elle m'aime elle aussi. Je voulais qu'elle tombe amoureuse de moi, peut-être même autant que je ne le suis. Malgré ma rapidité dans mes sentiments, je ne mens pas. Je n'ai jamais menti depuis ma réincarnation.

Cependant, un détail dans sa phrase me fit tiquer...

- «[...]Peut-être qu'avec du temps ou... Ou je n'en ai aucune idée...[...]»

Alors... Cela voulait-il dire que malgré tout elle acceptait mes sentiments, même si elle n'y répondait pas? Ou acceptait-elle que je lui fasse la cour, comme à son époque?

C'était à cela que je pensais.. Jusqu'au moment où elle posa ses mains sur mes bras. Ce contact électrisant fit battre mon cœur bien plus que de raison. Ses mains étaient moites. Elles tremblaient. Elle m'avait dit non... Mais le pensait-elle vraiment. Est-ce qu'il n'y avait pas quelque chose d'autre sous ce geste tremblant et hésitant?
... Non. Il n'y paraissait rien. Ses mains décalèrent mes bras, et mes sentiments rendant mon corps faible, je ne résistai pas. Je la laissait partir, en tombant à genoux, le regard bas.
Mais lorsque je relevai la tête.. Mon regard croisa le sien.
Mes yeux embués de larmes l'observèrent longuement, jusqu'à ce qu'elle soit sortie. Puis je me relevai et la suivit, mes pas s'accélérant une nouvelle fois au fur et à mesure que je me rapprochais d'elle. Sa démarche était lente et douloureuse, et mon oreille absolue me permettait d'entendre son cœur palpiter comme s'il l'attendait.
Je n'ai plus rien à perdre, désormais... Et je n'écoute que ton cœur et le mien.


Et je m'approchai d'elle, avant de la prendre par la taille, de la plaquer doucement au mur, en même temps que nos lèvres l'une contre l'autre. Un long moment, quoique pas assez long pour moi. J'espérais, du plus profond de mon cœur, que le temps se figent pour que nos lèvres se soudent entre elles. Je ne voulais plus quitter cette femme. Douce, tendre, ses yeux de rubis faisaient fondre mon cœur tel de la lave en fusion s'échappant d'un volcan trop étroit.
Cependant, je devais paraître subitement brusque, malgré que je voulais conserver une fougue douce. Alors je rompit doucement ce baiser, les yeux clos, la tête basse. Mais mes mains toujours posées sur ses hanches.

- «Je suis désolé d'avoir osé ce geste, Astrid.. Mais je n'en pouvais plus. Juste une fois. Juste cette fois. J'étais incapable de me retenir. Alors frappez-moi. Tranchez-moi de votre lame, si vous le désirez. Mais cela ne changera rien au fait que je vous aime, et que j'aimerais passer chaque seconde de mon existence à vos côtés. Cependant, je ne peux pas vous y forcer, et je ne le désire pas... Si après cela vous désirez ne plus me revoir, je vous comprendrai.»

Mais je te serai chaque jour, à chaque seconde, lié.
Et j'attendais ma sentence, la tête basse, une mine entre l'angoisse, la peur et les larmes. J'imaginai sa réponse, mais je voulais l'entendre pour en être sûr..

Spoiler:
 
Invité
avatar
Invité
Re: Qui es-tu ? (Pv) - Dim 23 Mar 2014 - 18:49
Astrid continua sa route. Sa main allant se poser sur la poignée de porte... En un instant, elle sentit sa taille être enlacée, et son corps se soulever pour être plaquée au mur. Elle n'eut pas le temps de réagir, ses lèvres étaient prises en otage. Ses yeux s'écarquillèrent longuement, avant que tout son corps ne se détende d'un coup. Sans vraiment comprendre pourquoi chacun de ses muscles se relâchaient ensemble, elle ne lutta pas. Le seul organe qui cherchait les contrariétés, était le cœur, son fichu organe qui faisait bondir sa poitrine à toute allure. L'étreinte dura un moment. Un long moment même. Un long moment durant lequel la duchesse ne bougea pas, si ce n'est ses paupières qui avaient tendance à vouloir se clore. Elle ne les laissa cependant pas se fermer. La sensation était certes agréable mais... C'était... trop brusque ? Non, le geste était rempli de douceur. Trop rapide ? Surement. Elle aurait très bien pu en arriver là avec du temps... Pas mal de temps, oui, mais elle aurait pu y arriver. Un léger frisson emportait son dos, puis ses lèvres furent relâchées. Elle se surprit a suivre un instant le mouvement de ses lèvres, puis ne bougea plus à partir du moment où cela devenait flagrant. Elle le fixa un instant, se mordant les lèvres le temps qu'il garda les yeux fermés. Une chaleur s'empara de ses hanches, les mains du vampire ne les avaient pas lâchées depuis le début, comme pour la retenir prisonnière des sentiments qu'il lui offrait. Elle reprit le souffle qu'elle venait de perdre en laissant ses lèvres se faire accaparer. Puis son attention fut reprise par la voix de Misaki qui venait de reprendre la parole. Elle haussa un sourcil. Il voulait qu'elle l'empale sur sa rapière pour un baiser ? Elle soupira longuement, avant de pouffer un peu et de rire longuement à cette idée. Quel idiot quand il s'y met. Elle rit encore un moment, puis calma son diaphragme et ses côtes, endolories par le fou rire qu'elle avait eu.
♣Vous voulez réellement que je vous tue pour des sentiments et un baiser ? Comment voulez-vous m'aimer si votre cœur ne bat déjà pas pour vous maintenir en vie ?♣
Elle le fixa un instant, essayant de capter son regard, malgré le fait que son visage soit plus bas que le sien, et que ses yeux étaient rivés sur le sol. Elle soupira. Le rapprochement entre eux avait confirmé l'angoisse qu'elle avait eu en quittant la salle. Elle n'en était pas vraiment sûre, mais elle y croyait, du moins, autant qu'elle y avait le droit. Elle sourit doucement, presque tendrement, avant d'attirer l'attention du blond en posant une main, sur l'une de ses joue, le pouce caressant celle-ci, espérant lui faire remonter les yeux, pour qu'au moins, elle se souvienne en détail de ses iris, au minimum de sa nuance, ou juste de la couleur. Juste ça... Pour mettre la plus grande part de chance de son côté, elle posa doucement son front contre le sien, mettant toute la tendresse dont elle était capable dans ce geste, restant posée ainsi un long moment, avant de clore les yeux, puisqu'il n'était pas décidé à relever ses prunelles vers les siennes.
Un nouveau frisson fit trembloter sa colonne vertébrale. C'était tellement tentant maintenant qu'ils étaient aussi proches, autant au sens figuré, qu'au sens propre. Mais puisque son regard ne décollait pas du sol, autant attirer son attention une bonne fois pour toute, non ? Dans tous les cas, votre avis ne compte pas.
Astrid sourit un peu plus avant d'aller poser ses lèvres sur les siennes, dans un mouvement doux, appuyant légèrement sur ses lèvres. Son corps ne tremblait plus, comme anesthésié par la tonne de sentiments qui déferlait en elle. C'était puissant comme sensation. Malgré la rapidité à laquelle la situation ai évolué, elle se sentait bien, comme ça...
Invité
avatar
Invité
Re: Qui es-tu ? (Pv) - Dim 23 Mar 2014 - 19:22
Ce rire.
Ce rire, si pur, si cristallin.
J'avais réussi à la faire rire. C'était tellement doux de l'entendre enfin amusée.
Sa voix me berçait. M'attendrissait. Me faisait un bien fou. Malgré que je sois toujours en proie à un sentiment d'angoisse en attendant sa réponse. Malgré que son rire me donne l'impression qu'elle se joue de moi.
Cependant... Sa voix se porta de nouveau à mes oreilles. Et me fit écarquiller les yeux.

- «Vous voulez réellement que je vous tue pour des sentiments et un baiser ? Comment voulez-vous m'aimer si votre cœur ne bat déjà pas pour vous maintenir en vie ?»

Je n'osai même pas relever ma tête. Les larmes que je retenais depuis un petit bout de temps maintenant menaçaient de s'échapper à chaque seconde qui passe.

Un moment qu'il crut durer un éternité passa. Je gardai ce visage bas, cet air coupable. Je croyais que ce serait la fin de tout. Qu'elle allait me trancher en deux, puis laisser mon cadavre ici.
Mais je ne me doutai pas, même si je l'espérais, de ce qui allait se passer.
Je sentis un contact chaud sur ma joue. J'avais les yeux clos, les poings serrés, comme si elle me touchait une dernière fois avant de me laisser.
Mais son pouce s'actionna, et j'écarquillai les yeux en redressant le regard.

Quelle ne fut pas la merveilleuse vue qui m'attendait..
Je la voyait m'offrir un sourire affectueux - non pas. Tendre. Voilà le mot. Un sourire qui étirait ses lèvres, qui seyait magnifiquement ce petit visage si doux. Un sourire comme je rêvais d'en voir sur un visage. Non... Sur son visage.

Puis elle referma ses yeux. Ça y est ce délicieux moment est fin- mais... E-elle... Elle vient de poser son front.. Contre le mien.. Elle l'a vraiment fait? Je veux dire.. Non pas que je n'aime pas ça, bien au contraire.. Mais elle n'était pas sensée ne pas m'aimer? N'était-ce pas ce qu'elle m'avait dit quelques instants plus tôt..?

Bon, je ne vais pas m'en plaindre... Mais j'avoue que je ne sais pas quoi faire. Mes mains ne me répondaient plus, mes bras et mes jambes suivaient leur commandement. Oh misère, oh misère.

Mais je vous avoue que ce qui m'a le plus surpris...

C'est lorsque ses lèvres touchèrent les siennes, s'y appuyant même. Là, panique à bord. Enfin. Panique... Pendant trois secondes. Puisqu'après, submergé par la joie, je refermai mes yeux, la saisit par la taille et la souleva du sol, appuyant ce baiser autant que je le pouvais. Cette sensation était bienfaisante. Cette douce demoiselle est réconfortante, agréable... Parfaite.

C'est là que je pense avoir fait une erreur. Parce que dans le feu de l'action, mes lèvres ont entraînées les siennes, s'entrouvrant juste assez pour que mon muscle buccal s'y faufile, venant caresser délicatement le bout de la sienne, sans vouloir l'étouffer. Un long moment, que je voulais lui offrir, même si je pense qu'avoir goûté son nectar était un doux péché.

Et tout doucement, je ramenai ma langue dans son antre, et décollai mes lèvres des siennes. Rouvrant peu à peu mes yeux, en la fixant, d'un air tendre.

- «Astrid... Je vous aime.»

Une déclaration simple, mais les mots ne valent pas ce qu'ils viennent d'échanger par une simple action.
Invité
avatar
Invité
Re: Qui es-tu ? (Pv) - Dim 23 Mar 2014 - 20:27
Une goutte d'eau salée vient glisser le long du pouce de la demoiselle, qui rouvrit les yeux. Elle soupira tendrement et chassa les larmes d'un revers du doigt. elle sourit. Puis leurs lèvres restèrent liées pendant un long moment. Un frisson parcourut de long en large le corps d'Astrid, lorsque l'organe buccal de Misaki effleura son jumeau. Ses pieds ne touchaient plus le sol, sa taille venait d'être emparée par une puissante étreinte. Elle sourit, enfin... Ses lèvres s'étirèrent un minimum pendant qu'ils échangeaient un échantillon de salive. Elle frémissait à chaque passage. Elle devait vraiment, vraiment, vraiment lâcher ses préjugés. Ici, tout était possible. C'est vrai quoi, elle n'aurait jamais pensé laisser son coeur à une créature qui se nourrit de sang... Surtout pas lorsqu'elle s'est blessée juste avant... Elle s'agrippa doucement à lui, laissant ses paupières se clore pour découvrir un univers fait uniquement de sensations. De douces sensations qui lui avaient déjà arrachées une quantité de frisson d'aise, inconsidérable. Astrid ressentit encore une fois la sensation frustrante lorsque ses lèvres quittèrent celles du blond. Elle ne pu s'empêcher de suivre son mouvement de recul, encore une fois jusqu'à ce que le mouvement soit trop visible. Finissant par poser son regard rubis sur ses émeraudes lui servant d'yeux. Elle sourit, malgré la frustration qui s'emparait de ses lèvres. Elle le fixa doucement en inclinant légèrement la tête en entendant ses mots. Elle sentit ses joues rosir un peu, avant de retrouver leur couleur blanchâtre. Elle aurait bien répondu en rattrapant ses lèvres à nouveau, mais une chose dans sa phrase la gênait. Oui, à son époque, chaque personne se vouvoyait, mais dans cette phrase, le vouvoiement n'avait pas sa place. La duchesse sourit encore avant de reprendre la parole, insistant bien sur le changement de personnes.
♥Moi aussi je t'aime Misaki, ou du moins cela y ressemble fortement...♥
Elle sourit à nouveau, allant s'accaparer le bien qu'elle venait de trouver depuis quelques instants, encore une fois, elle emprunta les lèvres de son amant, s'il on pouvait appeler cela comme tel. Même si la définition aie changé au fil du temps, dans l'esprit de la duchesse, il restait le même qu'amoureux l'est pour nous. Et puis, elle n'en a que faire de l'avis des gens de cette époque, cela ne l'intéresse nullement d'être jugée par des personnes qui déforment la racine des mots. Elle voulait juste que ce moment s'éternise un petit moment, juste le temps d'aimer l'instant présent à sa juste valeur.
Spoiler:
 
Invité
avatar
Invité
Re: Qui es-tu ? (Pv) - Dim 23 Mar 2014 - 21:07
Je ne voulais plus les quitter.
Mais j'étais bien obligé, si je voulais me déclarer.
Mais je voyais qu'elle non plus n'en avait pas envie.
Ses yeux suivaient les miens, avec une intensité à laquelle je ne pouvais résister. Après le baiser qu'elle avait lancé, et que j'avais interrompu, je la tenais par les hanches, lui offrant un doux sourire après m'être déclaré.
Je la vis baisser la tête. L'ai-je offensée?
... Elle rosit légèrement. Elle était toute timide..! Qu'elle était adorable, ainsi.. Je l'aurais bien embrassée encore et encore sous l'ivresse de l'amour. Mais restons poli, c'est une douce demoiselle, il ne faut pas la froisser.
Elle releva la tête vers moi lorsqu'elle n'avait plus de couleurs aux joues. Dommage, je trouvait ça très craquant. Mais elle était si belle ainsi aussi..
Et c'est alors que je l'entendis.
Que je les entendis.
Les mots... Ceux que j'espérai secrètement qu'elle me dise...

- «Moi aussi je t'aime Misaki, ou du moins cela y ressemble fortement...»

Non seulement elle m'aimait.. Mais en plus elle me tutoyait...
Non, non, ça ne me gêne pas! Bien au contraire!
C'est juste que... C'est tellement... Tellement... Agréable..! Je me sentais comme libre, léger, comme une colombe prenant son envol, immaculée et pure, dans le ciel d'azur.. Une délicieuse sensation à l'échelle de la jeune femme que je pouvais maintenant considérer comme ma douce petite amie à présent. Nous nous aimons, nous le reconnaissons, il n'y a aucun mal à se considérer ainsi.

- «Ma belle Astrid. Mon rayon de soleil.»

Je me sentais mieux que jamais. Et son baiser, son deuxième baiser, ajoutait à ce bonheur. Je lui offris avec plaisir et allégresse mes lèvres une nouvelle fois, un nouveau moment de parfaite symbiose entre nous. Nos lèvres se cherchaient et se trouvaient, alors que nos langues entamaient cette fois-ci une douce valse sensuelle, et que nos corps s'enlaçaient l'un contre l'autre.

"L'amour est un sentiment très intense, attachement englobant la tendresse et l'attirance physique entre deux personnes."


Je t'aime.. Et je n'ai pas besoin d'un dictionnaire pour le savoir.



Invité
avatar
Invité
Re: Qui es-tu ? (Pv) - Dim 23 Mar 2014 - 21:53
Oh, comme ils sont mignons ces deux-là. Eh bah, ça c'est du coup de foudre ou je ne m'y connais pas. Enfin, maintenant, on attend de voir comment tout ça va évoluer. A croire que le printemps fait son effet, tous les couples sont de sortie en ce moment.

Astrid : 445 xps
Misaki : 450 xps

Xps attribués : Yep
Contenu sponsorisé
Re: Qui es-tu ? (Pv) -
Qui es-tu ? (Pv)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Centre de sport et d'examens-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page