Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Rencontre empoisonnée

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Invité
avatar
Invité
Rencontre empoisonnée - Ven 3 Jan 2014 - 23:23
Rencontre Empoisonnée

[Yoko Nishimura et Arsen Icum]

Arsen se baladait dans les couloirs de son pas feutré habituel. Les salles alentours étaient pleine d'élèves plus ou moins attentifs au cours qu'ils étaient venus assister, plus ou moins bruyant. L'après midi était déjà bien entamé et la jeune fille n'était pas en cours, oh ce n'était pas qu'elle ne voulait pas y aller, bien au contraire puisqu'il s'agissait d'un cours de biologie mais après avoir passé 45min à tourner en rond en cherchant la salle elle avait tout simplement abandonné. L'albinos avait donc continué sa petite balade dans les couloirs. Elle tomba bientôt sur sa salle favorite: celle des objets trouvés. C'était la caverne d'Alibaba là dedans. Il suffisait de farfouiller dans les caisses qui y étaient entreposées pour découvrir des trésors que personne ne voulait. Elle décida de s'y accorder une petite pause. L'apprentie déesse referma la porte discrètement derrière elle, elle avait fini par comprendre qu'il n'était pas bon pour un élève d'être surpris hors d'une salle de cours à une heure pareille. Puis elle se rua sur les caisses, choisissant celles du fond que personne ne viendrait jamais réclamer et entama ses fouilles. La mission du jour: trouver des habits d'hiver. C'est qu'il faisait froid et que même avec son long manteau et le pull mité qu'elle avait "emprunté" la dernière fois, elle grelotait dès qu'elle sortait des murs de l'académie. L'empoisonneuse trouva rapidement un pantalon en flanelle noire et deux grandes chaussettes en laine, l'une verte, l'autre beige, le tout étant bien trop grand pour elle. Elle hocha la tête d'un air satisfait, remit les caisses en place et sortit aussi discrètement que lorsqu'elle y était rentrée.

L'acier cabossé de sa vieille montre à gousset était tiède entre les doigts de la jeune fille. Les mains dans les poches, caressant l'objet elle continuait à déambuler au hasard dans les couloirs quand elle eut une révélation. C'était bientôt l'heure du thé! Il lui fallait rejoindre rapidement un endroit calme où personne n'aurait l'idée saugrenue de venir la déranger en plein tea time. La fille aux cheveux nacrés prit son sac entre ses bras et monta les marches de l’escalier quatre à quatre, direction le toit. Là-bas, elle y serait tranquille à coups sur. C'était du moins ce qu'elle croyait. Quand elle ouvrit la porte, une violente bourrasque de vent cingla son visage pale comme neige. Arsen esquissa un sourire, elle connaissait bien ce froid mordant, qui s'infiltre à travers les fibres de vos vêtements pour attraper votre cœur au creux de ses mains et elle aimait ça. L'albinos resserra les pans de son manteau contre elle et rabattit sa capuche sur son visage. Elle s'installa dans un angle à l'abris du vent et entreprit de sortir ses affaires de son sac en cuir élimé. Une vieille théière qui avait visiblement été brisée puis rafistolée de nombreuses fois prit place aux cotés d'une petite boîte de fer blanc et d'un de ces trucs miraculeux que l'on nomme "thermos". Elle prit quelques feuilles séchées de la boîte et les plaça dans la théière avant de verser l'eau chaude. Pendant que son thé infusait elle feuilletait les pages d'un gros volume relié. l'empoisonneuse trouva rapidement ce qu'elle cherchait: une petite enveloppe de papier sur laquelle il était inscrit "Papaver somniferum".

Les nuits de la jeune fille était passablement agitées ces derniers temps et elle n'était pas contre une petite sieste mais encore valait-il être sur que ses cauchemars ne reviendrait pas la hanter. C'est dans ce but qu'Arsen écrasa deux petites graines blanchâtres dans la paume de sa main avant de verser la poudre obtenue dans sa théière. *De quoi tuer un cheval* pensa-t-elle. Et puis avec son.. comment qualifier ça... don elle n'avait pas à craindre l'overdose ni même les effets psychotropes des graines de pavots à opium. Voila qui promettait quelques bonnes heures de sommeil.  Elle se servit une tasse de sa décoction et la la but tranquillement. Elle sirota ainsi les trois quart de la théière. L'albinos roula ses vêtements fraichement acquis en boule et les cala sous sa tête pour former un petit oreiller puis s'allongea. Elle se recroquevilla jusqu'à ne donner l'impression de n'être plus qu'un tas de laine noire oublié dans un coin du toit.

Et elle sombra lentement dans le sommeil quand un bruit se fit entendre de l'autre coté de la porte. Surprise, elle releva brutalement la tête, tous ses sens en alerte. Elle fixa la porte de ses grands yeux rouges et attendit
.
Invité
avatar
Invité
Re: Rencontre empoisonnée - Sam 4 Jan 2014 - 15:45
Malgré les apparences, j’étais quelqu’un d’assez suicidaire, à croire que me mettre dans des situations périlleuses qui causent ma perte était dans ma nature. J’étais là depuis même pas un mois que j’avais déjà réussi à me faire tuer par une apprentie-déesse et pas de la manière la plus douce qui soit, non, j’ai souffert avant de m’évanouir et de ne me réveiller que plus tard à l’infirmerie. Heureusement qu’on ne peut pas mourir de manière définitive aussi facilement dans cette académie, pour moi surtout. Malgré ma résurrection en pleine forme, je ressentais toujours une douleur là où j’avais été blessé à chaque fois que j’y repense ou que je force un peu trop. Douleur psychologique ou réelle, je n’en sais trop rien, je n’ai pas pris la peine de demander, je peux faire avec, ce n’est pas ça qui me tuera.
Ma vie continuait son rythme normalement après cette petite mésaventure, j’avais au moins appris une chose, même si provoquer des étudiants dépressifs était amusant, ce n’était pas forcément une bonne idée, c’était même plutôt le contraire. La leçon étant apprise, d’une manière assez violente, j’allais un peu prendre sur moi pour ne pas refaire la même erreur et finir par mourir encore une fois. Je n’allais pas pour autant être plus gentille, juste un peu moins sadique et diabolique, ça devait être dans mes cordes, ma force actuelle ne me laissant guère le choix.
J’étais donc en patrouille dans l’académie, à la recherche d’étudiants enfreignant le règlement et désireux de se faire réprimander, c’était une tâche des plus ennuyantes, je ne portai pas grand intérêt à ce dit règlement, mais je me devais de le faire respecter par les autres. C’était mon boulot de surveillante, qui avait ses bons et ses mauvais côtés, je pouvais librement engueuler et "redresser" certains étudiants récalcitrants, mais à côté, lorsqu’il ne se passait rien, je me faisais bien souvent chier, n’ayant rien d’autres à faire que patrouiller. Et, aujourd’hui était une journée calme et chiante, c’était la calme plat depuis ce matin et nous étions déjà en pleine après-midi, je commençais à en avoir un peu marre et c’est en regardant le ciel, perdue dans mes pensées, que me vint une idée. Il y avait un lieu où peu de personnes allaient et où je pourrais être tranquille, installée bien tranquillement sans avoir à patrouiller.
C’est donc avec cette nouvelle idée que je me dirigeai vers le toit, d’un pas un peu plus rapide qu’auparavant, pressée de pouvoir m’asseoir et rester à rien faire. Une fois arrivée là-haut, je fus accueillie par une rafale de vent, il ne faisait guère fort chaud en cette période de l’année, mais j’étais habillée pour lutter contre ce froid. Je laissais le porte se fermer seule, sous la force du vent, pendant que j’avançais de quelques pas en m’étirant de tout mon long, poussant par la même occasion un soupir de soulagement. Et, c’est ensuite que je remarquai que je n’étais pas seule, évidemment… Une jeune fille se trouvait assise sur le sol, entourée de vêtements, me fixant avec ses yeux aux couleurs inhabituel, rouge, attendant sûrement que j’énonce mes intentions.
C’était bien ma veine de tomber sur une étudiante ici, alors que je venais ici pour me reposer,  croire que j’étais maudite. Après un court soupir de lassitude, je pris un regard et un ton sévère en fixant la jeune fille. Ce n’était pas le seul détail qui me sauta aux yeux, la couleur de ses cheveux retint aussi mon attention, il était plutôt rare de voir aux cheveux couleur d’argent, c’était plaisant de voir que je n’étais pas la seule avec Yuko.
« - Tu n’as rien à faire ici, tu devrais être en cours comme tous les autres et pas ici à te reposer… »
Je haussai un sourcil en la regardant, mon visage s’adoucissant un peu, pour reprendre son inexpressivité habituel et, c’est en haussant les épaules et m’approchant d’elle, pour me mettre à l’abri du vent moi aussi que je rajoutai.
« - Cela dit, moi non plus je ne devrais pas être ici. Du coup, c’est bon pour cette fois, je vais faire comme si je n’avais rien vu et je vais te tenir compagnie, pour m’assurer que tu ne fasses aucunes idioties… » 
Tout en terminant ma phrase, je m’asseyais et m’appuyais contre ce mur froid, non loin de l’apprentie, une jambe tendue et l’autre pliée, le regard posé sur elle.
« - Tu sais, si tu allais te planquer dans ta chambre, tu serais plus au chaud et aucun surveillant ne te trouverait, comme maintenant. Et sinon, il ne me semble pas t’avoir déjà vue, quel est ton nom ? » 
Invité
avatar
Invité
Re: Rencontre empoisonnée - Dim 5 Jan 2014 - 0:42
La jeune fille fixait la porte d'un regard inquiet. Les pas s’accéléraient derrière la porte qui séparait le toit du reste du bâtiment. Qui pouvait bien monter là-haut à une heure pareille? Tous les élèves auraient du assister aux cours et les profs les donner...Un élève récalcitrant peut-être? Les pas ralentirent, la porte de métal grinça et Arsen retint son souffle. Une jeune femme à la silhouette élancée apparu dans l'encadrement. Ses cheveux étaient aussi clairs que les siens, chose rarissime de son vivant, un peu moins depuis sa mort, et ses yeux d'un cyan étourdissant. L'albinos la regarda s'étirer, se croyant seule sur le toit, ne perdant pas une miette de ses mouvements, observant chacune de ses expressions jusqu'à ce que l'inconnue s'aperçoive de sa présence.

Mais le pavot commençait à faire son effet et le sommeil gagnait lentement l'empoisonneuse. l'intruse l'avait vue et coincée comme elle l'était elle n'avait aucune possibilité de fuite. La seule chose à faire: ne pas bouger et espérer qu'elle s'en ailles avant qu'Arsen ne tombe endormie.

« - Tu n’as rien à faire ici, tu devrais être en cours comme tous les autres et pas ici à te reposer… »

C'était donc ça! A en juger son ton qui se voulait sévère et ses sourcils froncés ce ne pouvait être qu'une surveillante. C'était bien sa veine. La jeune fille ne dit rien, ne bougeant pas d'un cil, les yeux toujours fixés sur l'inconnue.

« - Cela dit, moi non plus je ne devrais pas être ici. Du coup, c’est bon pour cette fois, je vais faire comme si je n’avais rien vu et je vais te tenir compagnie, pour m’assurer que tu ne fasses aucunes idioties… »

Arsen se raidit, crispant ses mains sur sa théière qu'elle n'avait pas lâchée. Elle serra la mâchoire, de mécontentement, (qu'avait-elle l'intention de faire à s'approcher comme ça?)mais aussi pour réprimer un bâillement. L'apprentie était de puis en plus anxieuse, apparemment son "invitée" n'avait pas l'intention de partir . Les paupières de l'albinos se faisaient lourdes et elle peinait de plus en plus à maintenir ses yeux ouverts. Mais elle se fit violence, pas question de baisser sa garde alors qu'il y avait un inconnu dans les parages. Pourquoi n'avait-elle pas bloqué cette satanée porte?! La jeune femme observait l'apprentie déesse, elle la regardait dans les yeux sans sourciller. Voila encore quelque chose de peu commun chez cette femme. Presque personne n'osait fixer les grands yeux rouges sang de la demoiselle, de peur de s'y noyer peut-être? Elle prit une profonde inspiration, il fallait qu'elle dise un truc. Mais elle fut devancée.

« - Tu sais, si tu allais te planquer dans ta chambre, tu serais plus au chaud et aucun surveillant ne te trouverait, comme maintenant. Et sinon, il ne me semble pas t’avoir déjà vue, quel est ton nom ? »


"-Quant bien même j'en aurais eu envie que je n'aurais pas pu. J'ai vraiment un très mauvais sens de l'orientation ici."

Sa voix était plus grave que ce à quoi on s'attendait de la part d'un si petit corps, éraillée par le froid et les vapeurs toxiques à force de courir après des ombres dans les ruelles des basfonds de Londres. Elle parlait calmement, essayant de ne rien laisser transparaitre de son trouble et de son endormissement imminent. Elle hocha la tête, l'empoisonneuse se souvenait de chaque visage qu'elle avait croisé et elle n'avait effectivement jamais croisé le sien.

"Arsen Icum. Et vous?"

L'empoisonneuse sentit comme une brouillard se rependre dans son esprit. Le sommeil la gagnait et elle ne pourrait bientôt plus y résister. Il fallait qu'elle y remédie et vite.Sans quitter son interlocutrice des yeux un seul instant, Arsen fit glisser tout doucement sa besace en cuir avec son pied jusqu'à elle. La jeune fille y prit discrètement son gros livre et en feuilleta nonchalamment les pages. Elle cherchait la moindre graine, feuille ou poudre de racine, n'importe quoi qui puisse la réveiller, en vain.

"Que faites vous là, vous?"
Invité
avatar
Invité
Re: Rencontre empoisonnée - Dim 5 Jan 2014 - 17:05
Je n’étais visiblement pas la bienvenue en ce lieu, au vu du regard que me lançant l’apprentie déesse lorsque je m’approchai d’elle et énonçai mon désir de rester ici. Son regard d’ailleurs, restait fixé sur moi en tout temps, de ce que j’en vue, elle ne le détourna pas de moi un instant. Fixer de la sorte quelqu’un n’était pas chose commune, à moins de vouloir cacher quelque chose ou d’avoir à craindre que la personne ne vous attaque, notre regard ne restait pas figer sur quelqu’un ainsi. Lilith me signifia qu’elle avait peut-être peur de moi, que je lui saute à la gorge pour l’étrangler ou pire encore et qu’elle restait sur ses gardes pour se protéger au cas où. Je haussai des yeux à cette remarque, je ne faisais pas si peur que ça au premier abord, j’avais peut-être certaines caractéristiques atypiques par rapport à d’autres, mais pas au point d’effrayer en ne disant presque rien.
Quoi qu’il en soit, l’avenir nous donnerait sans aucun doute une réponse quant au comportement de la jeune fille, quelle qu’elle soit. La première chose que j’appris d’elle ne fut pas son nom, mais qu’elle n’avait aucun sens de l’orientation, ce serait-elle retrouvée sur le toit en cherchant à rejoindre sa chambre. Cette pensée me fit sourire et j’étouffai un petit rire, encore une fois, je me montrai terriblement sympathique, à me moquer des défauts des autres. Et ce n’est qu’après un court instant et un hochement de tête de sa part qu’elle se présenta, ce ne devait pas être un nom facilement à porter, les blagues sur Arsène Lupin ou encore sur sa ressemblance avec l’arsenic n’avaient pas dû rendre son enfance des plus simples.
« - Yoko Nishimura. » 
Alors que je lui donnai mon nom, mon regard la quitta pour se poser sur l’horizon, l’on pouvait voir d’ici une partie de l’académie ainsi que ce qu’il y avait au-delà. Cette vue n’était pas si désagréable que ça, l’espace d’un instant tous les problèmes pouvaient disparaître pour ne laisser que cette vue. Cependant, la réalité me ramena vite à elle à l’aide de bruit de pages se tournant, sur le temps que je la quittai des yeux, elle avait sorti un livre et le feuilletait, visiblement à la recherche de quelque chose au vu de la tête qu’elle en eu finit avec. À la vue de cet acte, je fronçai les sourcils, me demandant ce qu’elle pouvait bien chercher et pourquoi. Je n’eus guère le temps de lui poser cette question qu’elle désirait savoir ce que je faisais ici, brisant cette solitude qu’elle semblait désirer.
« - Eh bien, peut-être que je te cherchais… » 
Je prononçai ces paroles avec un sérieux et un regard à vous glacer le sang, tout en m’inclinant légèrement vers elle, un sourire froid et sadique aux lèvres. Ce n’est qu’après environ cinq secondes, que je repris ma position précédente, le dos contre le mur et le regard porter au loin, comme si l’instant précédent n’avait jamais existé.
« - Ou peut-être que je viens simplement ici pour ne plus avoir à chercher de mauvais étudiants comme toi et profiter du calme ? Qui sait quelle raison est vraie et laquelle est fausse ? » Je marquai une petite pause avant de reposer un regard indifférent sur elle. « Tu peux cesser d’être sur tes gardes et me fixer ainsi, si c’est bien ce que tu fais. Je ne te ferai rien tant que tu restes sage. Et dis-moi, qu’est-ce que tu cherchais dans ce livre ? Un moyen de te débarrasser de moi ? » 
Invité
avatar
Invité
Re: Rencontre empoisonnée - Lun 6 Jan 2014 - 19:37
La surveillante laissait échapper un petit rire, elle se moquait visiblement d'elle. La demoiselle ne comprenait pas pourquoi, elle avait été sincère en disant qu'elle ne retrouverait pas sa chambre. Depuis qu'elle était à l'académie il lui était impossible de se repérer convenablement, elle avait donc dû feinter. La jeune fille avait fini par laisser de petites marques dans les couloirs, suffisamment petites pour que personne n'y prête attention et ne les efface pas. Malheureusement, si elle avait signé les trajets de sa chambre jusqu'à la cafétéria et au parc aux abricots, son refuge favoris, elle continuait de se perdre dès lors qu'elle quittait ses chemins de petit Poucet.
Arsen se présenta néanmoins. Elle était très fière de son nom, pas son nom de naissance qu'elle ne connaissait pas mais du nom que lui avait donné Monsieur. Le nom de cette poudre blanche à qui elle ressemblait tant. D'ailleurs n'en avait elle pas encore un peu sur elle? Une pincée et son problème d'intruse serait réglé... Non elle ne pouvait décidément pas empoisonner et tuer tout ceux qui venait la déranger. Elle n'était plus à Londres, plus personne ne voulait sa peau (enfin si on omettait les différentes bestioles qui trainaient dans le coin). Il fallait qu'elle apprenne à se détendre, sa vie n'avait jamais été aussi facile, fallait en profiter. En même temps on lui avait enseigné l'art du poison, elle y avait consacré sa vie et était morte pour ça. A moins qu'elle ne soit morte pour Perle ce qui entrainait bien d'autres considérations. Ses pensées se mirent à dériver lentement vers les affres du passé, aidées par la morphine qui coulait dans ses veines. L'apprentie déesse commençait à sentir ses membres s'engourdir, sa tête se faire de plus en plus lourde. Quand son interlocutrice la sortie du gouffre onirique dans lequel elle s’apprêtait à plonger.
« - Eh bien, peut-être que je te cherchais… »
"-Pardon?"
La jeune fille écarquilla les yeux sans comprendre et fixa à nouveau la surveillante dans l'attente d'une explication. Sa posture et son expression avaient brusquement changées. Peut-être la jeune femme essayait-elle de lui faire peur? Mais pourquoi?
« - Ou peut-être que je viens simplement ici pour ne plus avoir à chercher de mauvais étudiants comme toi et profiter du calme ? Qui sait quelle raison est vraie et laquelle est fausse ? »
Arsen resta très calme. Pourquoi aurait-elle eu peur de de quelqu'un la menaçant du regard? Et puis il était impossible qu'elle la cherche vu qu'elle ne l'avait jamais vu et elle ne la connaissait pas sinon elle ne lui aurait pas demandé son nom. Elle lui répondit d'une voix égale.
"-La première est fausse et vous le savez aussi bien que moi."
L'empoisonneuse ne comprenait pas où la femme à la chevelure d'argent voulait en venir ni pourquoi elle lui mentait. L'élève n'avait jamais trouvé d'attraits au mensonge, elle préférait de loin l'omission et le silence. Pourquoi déformer une information ou la cacher sous une autre quand il suffit de la taire? Mais tous n'était pas comme elle, loin de là et visiblement son interlocutrice en était adepte au vu de la facilité  avec laquelle elle mentait.
« Tu peux cesser d’être sur tes gardes et me fixer ainsi, si c’est bien ce que tu fais. Je ne te ferai rien tant que tu restes sage. Et dis-moi, qu’est-ce que tu cherchais dans ce livre ? Un moyen de te débarrasser de moi ? »
*comment pourrais-je rester sereine en sachant que je peux m'endormir d'un instant à l'autre, complètement à votre merci? je suis peut-être suffisamment folle pour prendre du pavot à opium mais pas suicidaire... Mais pourquoi je n'ai pas verrouillé cette foutue porte?!*
Elle se contenta de souffler dans un murmure:
"-Si seulement..."
Morphée se faisait de plus en plus pressant, amant capricieux qu'il était. D'abord il la rejetait quand elle s'adonnait à lui puis s'amusait en mélangeant dans son esprit souvenirs et songes et maintenant qu'elle ne voulait surtout pas dormir il la rappelait à lui d'un ton impérieux. Mais la jeune fille était bien décidée à ne pas se laisser embobiner par un être purement fantasmagorique. L'albinos prit une bonne inspiration et se mordit la langue le plus fort qu'elle pu. Une douleur intense l'envahie lui tirant presque des larmes. Elle ferma son herbier dans un claquement sec et ses lèvres s'étirèrent dans un sourire presque imperceptible. Elle avait mal mais elle était totalement réveillée à présent.
Invité
avatar
Invité
Re: Rencontre empoisonnée - Lun 6 Jan 2014 - 21:54
Mon changement soudain d’attitude n’eut pas l’effet escompté, elle n’eut quasiment aucune réaction, chose à la fois décevante et amusante. Peut-être mon regard n’était-il pas assez effrayant ou peut-être était-ce mon timbre de voix ? J’aurais peut-être été plus convaincante avec des yeux rouges comme les siens, ça peut en effrayer plus d’un tellement c’est inhabituel et souvent assimiler aux démons ou autres choses malveillantes. C’est aussi possible que ce soit elle qui ne soit pas facilement intimidable, après tout, qui sait ce qu’elle a pu vivre auparavant, une simple folle qui s’amuse à essayer de lui faire peur n’est peut-être rien pour elle.
Elle me répondit sur un ton très calme qu’elle savait, tout aussi bien que moi, laquelle de mes deux affirmations étaient vraies. Je n’ai pas fait tout mon possible pour me rendre convaincante, tout ceci n’étant qu’un jeu, mais il aurait été tout de même plus amusants d’instaurer un léger doute en elle, chose qui semblait peine perdue. Enfin, ce n’était pas si gênant, je voulais surtout voir sa réaction et m’en amuser si celle-ci c’était avérée disproportionnée, mais je n’aurais guère ce plaisir en cet instant.
En guise de réponse à ma question, j’eus droit à un « Si seulement... » , je restai un instant immobile, la fixant, les yeux écarquillés, étonnée d’une telle honnêteté. Une telle réponse n’avait rien d’étonnant, mais en général, tu te gardes de la dire à haute voix et la garde pour toi, mais visiblement, elle, elle préférait être totalement honnête. Lilith, quant à elle, s’amusait de la situation, mon incapacité à influencer Arsen, ainsi que la manière dont elle me répondait lui plaisait, tout autant qu’à moi je dois dire. Une fois la stupéfaction passée, mon étonnement laissa place à un large sourire ainsi qu’un rire qui, cette fois-ci, n’était en aucun cas retenu ou étouffé. J’avais affaire à une fille qui pourrait m’amuser, j’espère sans en arriver à me tuer, contrairement à Kate.
« - Tant d’honnêteté et de haine, j’en viendrais presque à en avoir des frissons. Et, comme tu n’as rien pour me tuer, tu auras du mal à me faire partir d’ici, triste pas vrai ? » 
J’observai toujours Arsen lorsqu’elle m’étonna encore une fois, pour une raison qui me dépassait, elle sembla se mordre la langue avec force, j’ignorai ce qui l’avait poussé à faire ça, était-elle folle ou masochiste ? Une chose était sûr, elle devait maintenant avoir mal et pas qu’un peu à mon avis et, alors que je m’interrogeai sur la raison qui l’avait poussée à un tel acte, j’aperçu une goutte de sang couler de sa bouche. Je ne pus résister à l’envie de m’accaparer cette dernière, c’est donc du bout du doigt que je la récoltais, après m’être penchée vers elle tout en affichant un sourire taquin. Une fois la goutte en ma possession, je ne tardai pas à la goutter en me léchant le doigt.
« - Ton sang a un gout… intéressant… » 
Une étrange sensation commençait à parcourir mon corps sans que je ne comprenne pourquoi, qu’était-il en train de m’arriver ? Était-ce son sang qui provoquait cette sensation inexplicable ?
« - Qu’est-ce qui se passe ? » 
Invité
avatar
Invité
Re: Rencontre empoisonnée - Mar 7 Jan 2014 - 15:18
Arsen ressentait la vive douleur se répandre sur sa langue jusqu'à lui vriller le crâne. Elle respira lentement, acceptant la douleur, la laissant venir à elle puis s'atténuer au fil du temps. La jeune fille en avait vu d'autre. En revanche elle savourait la délicieuse lucidité que lui procurait la douleur, plus de trace de Morphée dans sa petite caboche d'albinos. Un vent froid continuait de souffler sur le toit, le ciel s'assombrissait, signe qu'il allait certainement pleuvoir dans la soirée. L'orage approchant et l'électricité dans l'air ne faisait qu'amplifier le goût de fer sur sa langue. Tiens, le goût du fer? Elle s'était donc mordue au point de saigner? La jeune femme qui lui tenait compagnie se figea une fraction de seconde. Elle l'observait depuis un moment semblait-il, entre deux éclats de rire. Mlle Nishimura se pencha vers l'albinos et essuya la goutte vermeille qui perlait au coin de ses lèvres. Arsen resta stupéfiée, c'était comme si elle s'était transformée en pierre. Elle retint son souffle quand la jeune femme l'effleura, les yeux écarquillés. Puis l'étonnement se mua en horreur, l'empoisonneuse se rua sur la surveillante mais trop tard, elle léchait déjà goulument son doigt.
" -Nooon! Mais pourquoi avez vous fais ça?!"
Elle l'attrapa par les épaules et la secoua comme un prunier. Peut-être espérait-elle naïvement lui faire recracher la minuscule gouttelette qu'elle avait ingérée?
« - Ton sang a un gout… intéressant… »
L'élève lâcha la femme aux cheveux d'argents, désespérée, et soupira. Arsen avait découvert que depuis sa mort et son arrivée à l'académie, son sang contenait une multitudes de poisons à plus ou moins forte concentration selon les moments, selon les poisons, ce qui l'immunisait totalement à chacun d'entre eux. Et elle savait également qu'elle n'avait aucun contrôle là dessus. Le poison contenu dans la goutte pouvait être inoffensif comme extrêmement virulent et c'était sans combler les graines de pavot à opium.   Elle en avait pris au moins 3fois la dose létale pour un humain alors combien pouvait-il y avoir dans cette petite goutte? c'était là toute la question.
" - Non il n'est pas intéressant, il est empoisonné. "
 La jeune fille retourna s'asseoir contre le mur en silence, surveillant sa compagne du coin de l’œil.
« - Qu’est-ce qui se passe ? »
" - Ce doit être l'opium qui fait son effet. Vous allez juste planer un peu. Soupira la jeune femme aux yeux de rubis, Enfin je l'espère. "
Arsen prit la petite tasse en porcelaine ébréchée qui attendait à coté de sa théière. Elle n'avait pas bougé depuis que la jeune fille avait fini de siroter son thé soporifique. Elle l'essuya consciencieusement en regardant Mlle Nishimura.
" - Il sera dommage que je vous tue sans le vouloir, n'est ce pas?
dit-elle une pointe de sarcasme dans la voix. "
Invité
avatar
Invité
Re: Rencontre empoisonnée - Mar 7 Jan 2014 - 22:10
Cette fille n’allait vraisemblablement jamais cesser de m’étonner, alors que mes actes précédents n’avaient engendré aucune réaction de sa part, la voilà qui réagissait de manière excessive dès lors que je laissai libre court à ma soif de sang. Je fus attrapée par les épaules et secouer dans tous les sens, mon acte était-il tabou au point de provoquer en elle une telle réaction ? Et, c’est dans un soupire qu’elle me lâcha, alors que quant à moi, je constatai le goût plus qu’inhabituel de son sang, il y avait un petit quelque chose dedans qui le rendait unique, mais pas dans le bon sens malheureusement.
Quelle ne fut ma surprise lorsqu’elle m’apprit qu’il n’avait rien d’intéressant, mais qu’il était empoisonné. Mes yeux s’écarquillèrent encore une fois, comment le sang de quelqu’un en parfaite santé pouvait-il être empoisonné ? Et quand est-ce qu’elle allait arrêter de me surprendre, surtout que cette surprise n’avait rien d’amusant, bien au contraire, je m’étais encore embarqué dans une histoire qui risquait de finir mal. Elle ne semblait pas du tout inquiète de mon sort, je ne pouvais la blâmer, j’aurais été pareil. Elle prit tout de même la peine de m’expliquer ce qui se passait, quel drogue ou poison faisait son effet, il s’agissait d’opium, s’aurait pu être pire, mais ses derniers mots ne se montrait pas vraiment rassurant.
Je commençai petit à petit à me sentir étrange, je n’avais pas encore connu pareille sensation et je n’étais pas encore en mesure de mettre une définition là-dessus. Je fus tiré de mes rêveries par sa dernière réplique, lancée avec un sarcasme difficilement manquable. Avant que je ne finisse par être complètement sous l’influence de cette drogue, je réduisis à presque rien la distance qui nous séparait, je me trouvais maintenant à quatre pattes devant elle, passant une main dans ses cheveux, tout en approchant mon visage à quelques centimètres du sien. Le regard que j’affichais était des plus glacials et cachait une envie plus que certaine de violence et de sang (imagine-toi le regard de ta sign, mais en cyan très clair).
« - Dommage pour toi, je reviendrai mille fois te le faire regretter. » 
Ces derniers mots étaient remplis de haine et auraient sûrement effrayé quelqu’un de plus faible qu’elle, mais elle, je n’étais même pas sûr qu’elle réagisse d’une quelconque manière. Je me relevai d’une traite, mais, c’était sans compter l’effet de la drogue qui commençait à se faire sentir, je manquai de chuter et fis quelque pas en arrière avant d’être stable. Je me sentais étrange, mais en même temps extrêmement bien, j’en arrivai même à me demander pourquoi je m’étais montrée si agressive à son égard il y a quelques secondes, n’était-ce pas moi qui avais délibérément pris la goutte de sang empoisonnée ? Tout était si clair et pourtant si confus dans mon esprit, je ne savais plus trop quoi penser, je retournai m’asseoir à côté de la jeune fille, avant de littéralement me laisser glisser contre le mur pour me retrouver assise, avant de pencher ma tête vers elle.
« - Excuse-moi… enfin, non, mais peut-être que oui… Mais pourquoi tu ne m’as pas dit que ton sang était empoisonné ? Et pourquoi il est empoisonné hein ? Je comprends pas, c’est pas normal… » 
Mon timbre de voix était devenu plus doux qu’auparavant, je ne m’imaginais même plus capable d’être désobligeante ou agressive, je commençai à être bien, alors autant le rester.
Invité
avatar
Invité
Re: Rencontre empoisonnée - Mer 8 Jan 2014 - 0:05
Elle continua d'observer son interlocutrice. Elle était redevenu totalement calme, après tout, qu'est ce que ça pouvait bien lui faire l'état d'une personne quelle connaissait depuis quelques minutes à peine enfin elle connaissait seulement son poste et son nom, Yoko Nishimura. Et puis que risquait-elle à tuer une surveillante? l'exclusion? Elle n'avait pas peur de la solitude c'était sa plus vieille amie. La mort? La jeune fille avait elle-même mis fin à ses jours, ce n'était pas ce qui l'effrayait le plus ça non.

Soudain Mlle Nishimura se précipita sur elle, son visage presque collé au sien. La petite tasse glissa lentement de la main de sa propriétaire, sous le choc. La femme passa doucement sa main dans les cheveux de nacre de l'albinos mais ce geste n'avait rien de tendre bien au contraire. Arsen n'avait pas sentit son coeur battre ainsi depuis des année. Et le regard de Yoko, son regard... Comment avait-elle pu ne pas remarquer ce regard avant? Cette haine glaciale qui semble vous sonder, lire jusqu'au fin fond de votre âme. Elle connaissait bien ce regard, bleu comme le givre, coupant comme l'acier, c'était le même que Monsieur.

L'empoisonneuse ignora la menace, perdue dans la contemplation de son regard. Comment cela pouvait-il être possible? Comment cette inconnue pouvait-elle ressembler ne serais ce qu'un peu à cet homme qui l'avait élevée, lui avait tout appris et avait fait d'elle ce qu'elle était aujourd'hui? L'apprentie déesse leva lentement ses longs doigts pales vers le visage de la jeune femme, comme hypnotisée, et effleura sa pommette, juste sous son oeil. Une fraction de seconde après avoir touché sa peau, l'élève retira ses doigts comme si elle venait de se bruler. La jeune fille secoue brutalement la tête pour chasser de ses pensées le visage de son maître. Ce devait être les opiacés qui lui montait à la tête. Oui ce ne pouvait être que ça.

La jeune femme se releva d'un coup puis paru chanceler. Elle aussi subissait les effets de la drogue à présent. Elle recula et finit par se laisser tomber à coté d'Arsen, posant ses grands yeux d'azurs sur elle. Son attitude avait changé, on aurait dit une toute autre personne. C'était à croire que la femme qui l'avait fixé de ses yeux glacés n'avait jamais existée.

« - Excuse-moi… enfin, non, mais peut-être que oui… Mais pourquoi tu ne m’as pas dit que ton sang était empoisonné ? Et pourquoi il est empoisonné hein ? Je comprends pas, c’est pas normal… » 

La jeune fille l'observa sans comprendre. Pourquoi un tel changement tout à coup? Et cette chose dans sa voix, qu'est ce que c'était? de la douceur? Elle rabattit sa capuche sur son visage, dissimulant les reflets infernaux de son regard, gênée.

-Vous ne me l'avez pas demandé. Je ne sais pas d'où vous venez mais chez moi on ne lèche pas le sang des gens. Et puis ça ne vous regarde pas.

La jeune fille se mit à faire tourner la bague en argent à son doigt. Elle était mal à l'aise et ne pas savoir pourquoi l'agaçait prodigieusement. Après tout Mlle Nishimura devrait s'estimer heureuse, il y a pas si longtemps elle ne lui aurait même pas donné son nom.
Invité
avatar
Invité
Re: Rencontre empoisonnée - Mer 8 Jan 2014 - 13:45
Mes pensées étaient devenues incontrôlables, voguant au gré de leur envie dans cet océan à la fois déchainé et totalement calme qu’était mon esprit, un instant tout était calme, paisible et agréable et, l’instant d’après je me retrouvais noyée sous un flot de pensées n’étant pas toujours les miennes. C’est comme si la barrière qui me séparait de ces amis qui n’existaient que dans mon esprit se brisait, leur laissant libre loisir de m’inonder de leur envies aussi variées que morbide et dans ces moments de paix celle qui restait n’était qu’une version un peu trop gentille de ce que je suis et étais à une époque révolue depuis longtemps. C’était une sensation tellement étrange qu’elle en devenait amusante, je n’avais jamais été si proche, si je peux utiliser ce terme, de ces monstres résidents dans ma tête, cette proximité engendrait quelques problèmes de personnalité, mais pourquoi ce soucier de cela quand on est si bien ?
Elle marquait un point dans sa réponse, je n’avais rien demandé et boire le sang de quelqu’un n’était pas chose courante, hormis chez les psychopathes et autre malades, mais après tout, je n’étais pas loin d’être l’un de ceux-là, la seule différence était que je savais me contenir. Je levai la main et fixai le doigt qui, plus tôt contenait, la goutte de sang et mon regard changea à nouveau, affichant toute la haine qui bouillonnait en moi et que je lui avais montrée plus tôt.
« - L’appel du sang était trop fort, je ne pouvais laisser une goutte de ce si beau et si précieux liquide être gâchée… » 
Ma soif de sang disparu aussi vite qu’elle était venue laissant la place à des yeux emplis d’indifférence et un soupir qui restèrent quelques secondes durant lesquels pas un mot ne sortit de ma bouche. C’est ensuite, que comme si de rien n’était, je redevins moi-même, enfin autant que je pouvais l’être avec cette drogue. Et c’est sans tarder, que je m’inclinais vers elle, assez pour pouvoir encore une fois glisser ma main dans ses cheveux, cheveux qui étaient en grande partie cachés par la capuche dissimulant son visage, je ne l’avais pas remarquée auparavant, quand est-ce qu’elle l’avait mise ?
« - Tu as de beaux cheveux tu sais et la couleur de tes yeux me plait beaucoup, rouge sang, il n’y a rien de mieux… Mais en fait c’est pas ça que je voulais dire, je m’égare… Pourquoi est-ce que tu ne veux pas me répondre ? Je ne vais pas te mordre, ni raconter ce que tu me dis. » 
Invité
avatar
Invité
Re: Rencontre empoisonnée - Jeu 9 Jan 2014 - 15:47
Arsen jouait avec la bague à son doigt comme elle le faisait à chaque fois qu'elle était nerveuse. Le grenat dont le bijoux était serti captait les lueurs de l'orage qui approchait, les reflétant avec un éclat morbide aussi sanglant que le regard de sa propriétaire. Elle restait là, contre le mur, sans bouger perdue elle aussi dans ses pensées. L'appel du sang.. Ce liquide qui fascinait tant, la jeune fille ne pouvait en détacher les yeux pourtant il hantait ses pires cauchemars. A chaque goutte vermeille versée, son corps lui hurlait de fuir. Pourtant elle comprenait ce dont parlait la surveillante. Il y avait quelque chose dans sa voix que l'albinos ne su identifier mais elle savait au plus profond d'elle que Mlle Nishimura  lui parlait d'un besoin d'un besoin irrépressible, un besoin viscéral.

Arsen était pensive, nostalgique. Il semblait que l'évocation du besoin de verser le sang de sa compagne l'ai poussée à se souvenir d'une autre vieille amie. Depuis son arrivée à l'académie, Arsen n'avait plus croisée la Mort. Autrefois elle la côtoyait très souvent, pour son compte ou celui des autres, elles dansaient ensemble entre réalité et torpeur. La jeune fille la transportait avec elle dans ses flacons, elle l'offrait parfois et la vendait le plus souvent. La Mort était une amante rancunière et elle le lui rendait bien, de poisons en blessures, elles réglaient leurs affaires. Mais on ne pouvait être à égalité avec la Mort et lorsque vous l'embrassiez plus rien ne pouvait plus vous détourner d'elle. Néanmoins, l'empoisonneuse n'avait plus tué depuis qu'elle avait ôté la vie de Perle et la sienne. Un constat se fit évidence dans son esprit: tuer lui manquait.

La fille aux cheveux de nacre fixait le sol, horrifié sous sa capuche. Depuis quand était-elle accro? Quand s'était-elle détournée de la voie de son maître? Monsieur lui avait toujours dit que la meilleure des choses avec la Mort était le choix. Choisir de donner la mort ou de la prendre pour soit, choisir de mourir ou de rester en vie, choisir de l'embrasser ou de la révoquer. Arsen avait choisi la Mort, depuis quand l'envie s'était muée en besoin?

La jeune empoisonnée sortit de sa torpeur en remarquant une main pale tout proche de son visage. La main glissa dans ses cheveux, caressant une mèches d'argent entre ses doigts fins, et joua avec son éclat. L'élève sursauta et glissant sur le coté, mit autant de distance que le mur dans son dos le permettait entre la main et son visage.

« - Tu as de beaux cheveux tu sais et la couleur de tes yeux me plait beaucoup, rouge sang, il n’y a rien de mieux… Mais en fait c’est pas ça que je voulais dire, je m’égare… Pourquoi est-ce que tu ne veux pas me répondre ? Je ne vais pas te mordre, ni raconter ce que tu me dis. »

Arsen se figea. Son regard sanglant planté dans les flots d'azur de la jeune femme. Comment c'était possible? Pouvait-on réellement trouver ses prunelles infernales belles? Ne faisaient-elles pas d'elle le "démon blanc" qu'elle était? Mais qui était donc cette femme?

" -J..Je..., bredouilla-t-elle avant de devenir écarlate et de se détourner. Elle se releva et resta debout un instant dos à elle. "

" -Ne me touchez pas. "

Elle marcha vers son sac et ramassa son livre.


" - Vous n'avez pas besoin de savoir quel monstre la Mort a fait de moi ni pourquoi. "
Invité
avatar
Invité
Re: Rencontre empoisonnée - Ven 10 Jan 2014 - 0:02
Chacune de nous était à tour de rôle perdue dans les méandres de nos esprits, faisant fi de tout ce qui nous entourait. Ce qui pouvait, à l’occasion laisser place à la surprise lorsque la réalité nous rappelait à elle. Ce fut le cas cette fois-ci, alors que j’appréciai la douceur de ses cheveux d’argents et de ses yeux couleur rubis, elle s’écarta spontanément en remarquant ma main, mettant le plus de distance possible entre elle et moi. À première vue, elle n’aimait pas être touchée ou elle était peut-être trop timide pour se laisser faire par une inconnue.
Mon compliment, bien que dicté par je ne sais quelle pulsion, ne la laissa pas de marbre, elle bredouilla un semblant de phrase avant que son visage ne vire au rouge. Ce n’était pas dans son intention de partager cette gêne avec moi puisqu’elle tourna presque immédiatement l’échine, ne me laissant pas le plaisir de profiter de ce visage gêné qui était le sien en ce moment. Cette satanée drogue me faisait vraiment agir de manière déplaisante et inhabituelle, en temps normal, je n’aurais jamais agi de la sorte, je ne me montrai jamais aussi proche et tactile envers qui que ce soit, même pas envers ma sœur.
Je ne pouvais cependant lutter face à cette envie de toucher ses cheveux argentés et de me plonger dans ce regard de sang, mais elle, elle ne le voulait pas et venait de me le signifier, sans même me regarder. Elle revint ensuite vers ses affaires et moi, ramassant son livre, avant de terminer par une phrase qui me fit froncer les sourcils. En quoi était-elle un monstre ? Parce que son sang était empoisonné ? Ridicule, s’en faire pour si peu était absurde, c’était même un cadeau vu sous un certain angle, uniquement celui d’un psychopathe cela dit. Je restai assise, de peur de m’écrouler en me relevant, un regard empli d’une certaine compassion et gentillesse, de quoi dégouter la véritable moi en somme.
« - J’ai l’habitude de voir des monstres depuis toujours et le seul que je vois ici n’existe que dans mon esprit. À ta place, j’apprécierais d’avoir un domaine divin me donnant un sang empoisonné, c’est grâce à ça n’est-ce pas ? Tu n’es en rien de plus monstrueux que la plupart des étudiants, profs ou autres, tout dépend de la manière de voir les choses. » 
Mon regard se perdit dans l’horizon et dans ce foutoir qu’était actuellement mon esprit pendant quelques instants, repensant à tout ce qui n’avait jamais été dans ma vie, à tout ce que ma sœur et moi avons dû endurer durant notre vie. Je soupirai tout en revenant à cette réalité qui n’était pas forcément meilleure, appuyant ma tête contre le mur et fixant devant moi, le regard presque vide.
« - Tu n’es pas la plus mal lotie, certains ont des problèmes plus graves à gérer depuis leur arrivée ici et mérite bien plus le titre de monstre que toi… »
Une larme solitaire coula le long de ma joue, laissant transparaître aux yeux de qui le voyait, cet unique instant de faiblesse depuis bien des années.
Invité
avatar
Invité
Re: Rencontre empoisonnée - Sam 11 Jan 2014 - 3:43
Arsen restait debout, toujours dos a son interlocutrice l'écoutant parler de si elle était à sa place. Elle croyait qu'avoir le sang empoisonné était un avantage? Elle se trompait c'était une lame à double tranchant. D'un coté la jeune fille était invulnérable au poison ce qui était très profitable pour une empoisonneuse mais en même temps, parfois, la concentration de certaines substances était bien trop importante pour son petit corps, entrainant des effets secondaires aussi douloureux que imprévisibles. Sans compter qu'elle risquait d'empoisonner n'importe qui n'importe quand et c'était passablement embêtant.

" -Si vous le dites. dit-elle avec un petit rire sarcastique, quasi imperceptible."

 Qu'elle se mette à sa place si sa lui chante, elle n'en avait que faire. Néanmoins quelque chose dans son intonation, dans le ton de sa voix la poussa à se retourner lentement vers elle. Il y avait quelque chose de très doux dans sa voix, rien à voir avec la froideur et la haine de tout à l'heure. Mlle Nishimura était bien versatile à changer d'humeur si facilement, d'abord prête à la tuer sans sommation puis lui caressant paisiblement les cheveux. C'était à n'y plus rien comprendre. l'albinos resta plantée là, debout au milieu du toit à observer la femme aux yeux d'azurs. Le vent soufflait de plus en plus fort et fit tomber sa capuche, libérant ses cheveux d'argent qui se mirent à voler autour d'elle. Elle serrait toujours contre elle son précieux volume, l'entourant de ses bras pour que le vent ne fasse pas s'envoler les pages couvertes de notes, de plantes et de croquis qu'elle y conservait. Sa compagne semblait pensive, fixant le vide. A quoi pouvait-elle bien penser? Ses paroles lui apportèrent un élément de réponse mais aussi d'autres interrogations. A qui pensait-elle en disant ça? A elle-même? et puis que considérait la surveillante comme un monstre? Il y avait d'un coté les bêtes de foires et de l'autre les tueurs et les psychopathes. Arsen faisait partie de la première, enfin certain dirait des deux mais elle ne considérait pas la mort comme un mal donc à ses yeux elle n'était coupable d'aucun crime. Son corps famélique et son albinisme lui donnait un air morbide qui lui avait valu son surnom lorsqu'elle était encore à Londres. Les rumeurs allaient de bon train et les superstitions étaient fortement encrées dans les mœurs de l'époque aussi son apparences avait déjà valu à la jeune fille au regard rouge sang plusieurs caillassage en règle. La demoiselle plongea son regard dans les flots glacés des prunelles de la jeune femme quand elle remarqua qu'elle pleurait. Paniquée Arsen, ne savait pas quoi faire. était-ce de sa faute? Elle avait déjà vu des gens pleurer ça oui mais rarement devant elle et puis elle ne savait pas comment réagir. Si Perle avait été là elle aurait su elle..

L'albinos récupéra sa théière et s'éloigna pour la vider par dessus le toit. Elle s'approcha de la surveillante et s'assit à coté d'elle, pas trop près. Elle ouvrit précautionneusement son livre et après l'avoir un peu feuilleté, en sortit un petit sachet de thé qu'elle posa dans sa théière. Ces gestes étaient précis, forgés par une longue pratique, elle savait comment ouvrir son livre pour que toutes les pages ne se disperse pas, comment verser l'eau brulante dans la théière sans se bruler avec la vapeur..
L'empoisonneuse laissa courir ses doigts sur les marques de la porcelaine qui avait visiblement été cassée puis recollée plusieurs fois.

" - S'il n'y a que l'opium, l'effet devrait se dissiper bientôt et le spleen avec..."


La douleur de sa langue partiellement dissipée, Arsen ressentait à nouveau le sommeil la gagner. Elle passa une main fébrile sur son visage, espérant de toutes forces que ça passe. Peut-être que sa visiteuse n'aurait plus envie de sa compagnie maintenant qu'elle avait goutté à son sang?
Invité
avatar
Invité
Re: Rencontre empoisonnée - Sam 11 Jan 2014 - 17:26
J’étais en cet instant tellement faible et fragile, incapable de contrôler ce flux de pensée et d’émotions qui me submergeais depuis que je m’étais moi-même empoisonnée. C’est du bout du doigt que j’attrapai cette perle qui ruisselait le long de mon visage, une larme ? J’étais donc encore capable d’en verser après toutes ces années, je pensai avoir fermé mon cœur pour me rendre insensible pour ne plus jamais souffrir. Il avait suffi d’une goutte de sang empoisonnée pour me faire remarquer que non, je n’étais pas devenu le monstre insensible que je pensais être, que je pouvais encore être triste et pleurer…

Une simple pensée pour ma sœur qui combattait ce monstre à l’intérieur d’elle et qui était incapable de la vaincre suffit à raviver l’espace d’un instant ses émotions depuis longtemps oubliées et mises de côté. Mais tout ceci n’était que passager, je n’allais pas redevenir celle que j’étais avant, il était bien trop tard pour faire demi-tour et faire comme si tout ceci n’était qu’un rêve, une fois l’effet de cette drogue passée, je redeviendrai celle que je suis et toute cette faiblesse disparaîtra encore une fois.

Alors que je me morfondais sur ma faiblesse, j’observai toujours d’un œil distrait la jeune fille, mon attitude et sûrement cette larme semblaient la surprendre, elle ne savait visiblement pas quoi faire. J’étais, en même temps, une vraie girouette en ce moment, je passai d’une attitude à une autre en un battement de cil, la faute à cette drogue et toutes ces voix dans ma tête. Il fallait que je me ressaisisse, qu’au moins j’arriver à me contrôler le temps que tout ceci passe, je me frappai donc le visage des deux mains, pour tenter de me remettre d’aplomb. Arsen quant à elle, semblait préparer du thé, alors qu’elle s’était de nouveau installée non loin de moi, là où se trouvaient ses affaires. D’après elle, les effets de l’opium devraient bientôt se dissiper, s’il n’y avait que ça cela, cette partie n’avait rien de réjouissant, qui sait quel autre poison faisait effet en ce moment et combien de temps cela allait durer.

Je me tournai légèrement pour lui faire face, je n’aimais pas parler aux gens sans les voir. C’est durant ce bref instant, que je sentis encore une fois le contrôle m’échapper, l’un d’entre eux essayait encore une fois de me submerger. Au vu des propos que je tenais lorsqu’il y arrivait, j’étais presque sûr qu’il s’agissait d’Abaddon, le seul de mes amis qui aiment le gout et la vue du sang autant que le répandre, il aurait pu y avoir Lilith, mais elle s’exposait assez à mon regard pour ne pas vouloir me contrôler. Je sentais le contrôle m’échapper, je me recroquevillai un peu sur moi-même, serrant ma tête comme si cela allait m’aider à lutter. Dans une tentative stupide de penser à autre chose et pour le distraire, je me mordis violemment l’une des mains, jusqu’à laisser une trace des plus voyantes sur celle-ci. Comme s’il semblait satisfait de cette violence et de cette douleur, son étreinte lâcha quelque peu et je sentais que j’arrivais à le repousser. Durant tout ce temps, hormis celui où je me mordais, je râlai sur lui, lui intimidant d’arrêter, qu’il allait le regretter ou encore que j’allai le faire disparaître. Il me fallut une bonne minute pour me calmer et reprendre un contrôle total, comme il en avait toujours été, je relevai doucement ma tête, observant cette main marquée pour un moment, avant de recentrer mon attention sur la jeune fille, qui devait sans aucun doute être surprise.

« - Je suis désolée… En temps normal je ne suis pas comme ça, ta drogue les rend incontrôlables, je ne suis moi-même pas dans mon état normal du tout… Jamais je ne me serai comportée ainsi autrement. Ces changements soudains d’attitude sont dus à eux, je ne sais pas pourquoi ils arrivent à prendre le contrôle maintenant alors qu’ils ne l’ont jamais fait avant… C’est perturbant, je sais et ce le sera encore quand je redeviendrai normale. » 

J’hésitai à m’approcher un peu, mais comme elle ne semblait pas aimer le contact, je restai là où j’étais.

« - J’aimerais que ce qui vient de se passer reste entre nous, si quelqu’un venait à savoir que j’ai pleuré, je n’apprécierai pas et je saurai de qui vient la fuite… » 

Je me recouvris un peu en me réinstallant le plus confortablement possible contre le mur.

« - Si tu veux parler avec la gentille moi tant que je suis encore droguée, n’hésite pas, sinon je vais garder le silence, comme tu sembles le vouloir et attendre que ça passe… »
Invité
avatar
Invité
Re: Rencontre empoisonnée - Lun 13 Jan 2014 - 0:52
Arsen continuait à caresser la porcelaine chaude quand elle entendit la surveillante grogner pour que "il" arrête. Elle la fixa quelques instants, toute recroquevillée sur elle-même, se mordant la main jusqu'au sang. ça elle ne s'y attendait vraiment pas. Quel lui arrivait-il soudainement?
-Vous êtes schizophrène?
C'était la seule explication plausible à son comportement, l'opium ne produisant pas cet effet. Et puis
ce n'était pas la première fois qu'elle posait cette question à quelqu'un qu'elle venait de rencontrer à l'académie. Le monde était fou ici, rien ne tournait rond depuis sa mort, les lieux étaient différents, les objets fonctionnaient étrangement et personne ne faisait ce à quoi elle se serait attendue. Shaad Princeton n'était pas schizophrène finalement il avait juste une âme de dragonne enfermée dans son épée qui parlait dans sa tête, Mr Urmanis qui se défoulait sur des pantins en bois pendant des heures pour visiblement éviter de penser à quelque chose qu'elle ignorait, Anaelia qui pleurait à cause d'un médaillon, ce garçon aux cornes de vaches... décidément ce monde ne tournait pas rond alors une folle en plus ou en moins ne ferait aucune différence pour Arsen.
La jeune femme paru se calmer un peu. Elle s'excusa de son comportement étrange ce qui surpris l'empoisonneuse. Sa seule faute avait été de venir la déranger dans un moment plutôt inapproprié mais ça elle ne pouvait pas le savoir. L'albinos ne pouvait pas lui en vouloir.
" - A qui voudriez vous que je le dise? "
Les pleurs de la jeune femme resterait sur ce toit, entre la femme aux yeux cyan, l'orage et elle. Ça ne regardait personne et Arsen pouvait tout à fait le comprendre. Elle se concentra donc sur son thé en train d'infuser. Ces petites feuilles magiques qui la soulageaient toujours, c'était du simple thé mais il guérissait tous ces maux, et surtout du seul poison auquel elle ne résistait pas: le spleen. Et là elle se sentait toute bizarre, la nostalgie la reprenait et elle se remettait à penser à Perle, au temps où elle suivait Monsieur comme son ombre, ou elle ne faisait pas tous ces cauchemars...
" - L'opium n'était pas dans mon sang naturellement, c'est donc ma faute si vous êtes droguée ainsi. Je..je ne dors plus depuis des semaines, des mois... Ces graines que j'avais mis dans mon thé devait me faire dormir mais comme vous êtes arrivez... Je pensais qu'avec ça je pourrais enfin dormir sans faire de cauchemars et.."
Elle s'interrompit brutalement. La jeune fille venait de s'étendre en bavardage, très personnels qui plus est, et ça ne lui ressemblait absolument pas. Depuis quand déballait-elle ses faiblesses à la première inconnue venue? Parce qu'elle avait parfois le même regard que son maître? Parce que sa manière de parler, de mentir, de vous sonder du regard lui rappelait Perle? Ce n'était pas des raisons valables, ce ne pouvait être que l'effet des opiacés. L'élève se mura dans dans le silence une fois de plus, les yeux rivés sur sa théière.
Contenu sponsorisé
Re: Rencontre empoisonnée -
Rencontre empoisonnée
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» Serah ; humaine, délicate, séduisante ... et empoisonnée ~ [Linvala]
» A la recherche de la fleur empoisonnée [Rp privée Noire Mitsuki Yuko]
» Une Herbe à chat empoisonnée [PV Tempête]
» Haïti-Justice : L’affaire des 200 enfants empoisonnés bientô
» Nouveauté W40k

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Sur les toits-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page