Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Une fine équipée à la recherche du thé perdu

♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 259

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
6001/1000  (6001/1000)
Votre domaine: Les Poisons
avatar
Apprentie-déesse
Apprentie-déesse
Voir le profil de l'utilisateur
Une fine équipée à la recherche du thé perdu - Ven 3 Jan 2014 - 16:09
Une fine équipée à la recherche du thé perdu

[Arsen Icum, Topaze Arya, Ruden Oblivion et Alexander Urmanis]

Du sang, beaucoup de sang.. La petite fille pataugeaient dedans, ses petits pieds blancs devenus vermeils jusqu'à mi-mollet. L’hémoglobine semblait monter aussi sûrement que la marée. Le petit être blanc restait là, debout, de longues larmes roulant sur ses petites joues pales. Et il y avait ce rire, hystérique et empreint d'une folie incontrôlable. La vue de la petite fille commença à se brouiller, les images recouvertes d'un voile de larmes se mélangeaient dans sa petite tête. Bientôt tout devint noir avec seulement ce rire terrifiant. Et puis elle sentit une douleur vive sur son avant bras gauche.
-....oublies pas, petit monstre!
Arsen se réveilla dans un cri. Elle était en nage et son visage ruisselant de larmes. Encore ce cauchemars, récurant et à chaque fois plus intense. La jeune fille passa une main tremblante sur son visage et se leva. Elle alla près du coin d'eau et jeta un petit coup d’œil au miroir accroché devant elle. L'albinos était aussi blanche que le lavabo en faïence et ses yeux rougis par les larmes lui donnait un petit air de rat de laboratoire. Elle soupira et se rinça le visage à grandes eaux.

L'empoisonneuse ne connaissait qu'un seul moyen de faire passer cet âpre goût du sang qui persistait sur sa langue: un bon thé. Ce vieil ami pouvait lui faire n'importe quel maux. Elle en avait bu presque toute sa vie et cela ne c'était pas arrêté avec sa mort. La jeune fille mit de l'eau dans ce truc étrange nommé bouilloire et ouvrit sa petite boite de thé. Vide. Arsen ne se démonta pas et en ouvrit une autre. Vide aussi. Elle poussa un grognement de mécontentement et commença à ouvrir tous ses pots. L'albinos les laissait tomber au fur et à mesure qu'elle les trouvait vides, paniquant complètement. Comment avait-elle pu en arriver là? N'avait-elle jamais vérifié l'état de ses réserves? Shaad Princeton, le jeune homme avec qui elle partageait sa chambre, grogna dans son sommeil. Il fallait dire qu'elle faisait pas mal de bruit mais elle ne s'en soucia pas le moins du monde. Seul son thé, ou en tout cas son absence, la préoccupait. L'apprentie déesse retourna même son matelas mais toujours pas de traces de thé.
Désespérée, la jeune fille sortit en pyjama dans le couloir et frappa à la première porte venue. Personne ne répondit mais elle insista. Quelques grognements se firent entendre et une fille en chemise de nuit bleu clair ouvrit la porte. Des qu'elle aperçut Arsen qu'elle poussa un petit cri et claqua la porte. L'albinos se demanda si elle était vraiment si effrayant que ça mais à peine cette réflexion lui vint à l'esprit qu'elle l'en chassa. Évidemment que le"démon blanc" qu'elle était effrayant, surtout quand il tape à votre porte en pleine nuit. Et elle n'avait pas tout à fait tort, une albinos debout pieds nus au milieu du couloir, les yeux encore plus rouges que d'habitude et dans uniquement vêtue d'un tee-shirt noir et d'un short pourpre laissant apparaitre ses cicatrices était pas la vision la plus sympathique qu'il puisse être au réveil. Arsen continua en frappant à toutes portes. Un garçon finit par sortir sur le pas de sa porte. Il la détailla de haut en bas, ne s'attardant pas sur sa chevelure en bataille et son air paniqué.

-euh.. je.... Vous auriez du thé?


-hein? Non. Tu m'as réveillé pour CA? Retourne te coucher!

Et il claqua la porte. Il ne comprenait donc rien? Elle avait vraiment besoin d'une tasse de thé. La jeune fille alla frapper à la porte suivante, bien décidée à ne s'arrêter qu'une fois qu'elle aurait son thé.
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 2912

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
90/2000  (90/2000)
Votre domaine: Les Cellules
avatar
Sweet Pink Doll
Sweet Pink Doll
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une fine équipée à la recherche du thé perdu - Jeu 9 Jan 2014 - 16:51
Une fine équipée
à la recherche
du thé perdu
Ils avaient passé le cran au dessus. Son professeur privé était quelqu'un de très professionnel qui ne lui laissait que peu de répit et elle ne s'en plaignait pas. Oh c'est vrai, elle aurait bien voulu qu'il se montre plus sensible à sa présence et plus bavard, mais elle ne pouvait pas changer ce qu'il était n'est-ce pas ? Et puis, ce n'est pas comme s'il y avait une chance que ça puisse fonctionner. Il avait un passé bien rempli et probablement d'autres choses en tête que de flirter avec une fille à peine sortie de l'enfance.

Alors, cette vision des choses solidement ancrée dans son esprit, Topaze ne pouvait qu'attendre la nuit pour s'adonner à ses rêves fous d'amour impossible. Après une journée de cours, après un entraînement intensif avec l'homme qu'elle aimait, elle pouvait se coucher sereine et se plonger dans un monde où son amour était partagé, un monde où il n'y avait qu'eux. Elle y restait plusieurs heures, puis elle repartait pour une nouvelle journée pleine de rebondissements... Enfin... D'habitude, ça se passait
comme ça...

Ce soir-là, comme certains autres, elle s'était endormie sur un des canapés de la salle commune de la chambre Fairy Room, son chocolat chaud était resté refroidir sur la table basse et son livre avait eu tout le loisir de s'imprimer sur la joue qu'elle avait posé dessus en s'assoupissant.

Soudain, en une cascade de cheveux blonds, la jeune femme releva brusquement la tête. Des coups venaient de retentir, des coups dans la porte d'entrée. Des coups légèrement paniqués.

Passant une main sur ses yeux fatigués, Topaze se releva tout doucement et enfila ses pantoufles roses en baillant. Une main dans les cheveux, elle rejoignit la porte en traînant des pieds et ouvrit le panneau de bois d'un air endormi, vêtue d'un mini short et d'un débardeur blancs.

C'est avec incrédulité qu'elle découvrit Arsen et, sans bien savoir pourquoi, elle se pencha pour vérifier qu'il n'y avait personne d'autre alentours avant de se redresser pour fixer les yeux rouges d'Arsen.
« Qu'y a-t-il ? »
« Vous auriez du thé ? »
Topaze sourit, comme si la question était tout à fait légitime à une heure si tardive.
« Oui je dois en avoir... »
Laissant la porte grande ouverte, la blonde se dirigea en traînant des pieds vers les placards qui servaient de réserve aux colocataires de la Fairy Room, les ouvrit et resta quelques secondes sans bouger, à fixer le vide. Puis soudain, elle émergea. Du thé à cette heure-ci ? Les sourcils de Topaze se froncèrent, mais elle tendit tout de même la main pour soulever le couvercle en carton d'une boite de thé....vide. Ah bah bravo. Laquelle de ses colocataires avait laissé ça comme ça ? Irritée, elle referma le placard et s'en retourna à la porte.
« Bon ben non... J'n'en ai pas... Désolée... »
Un instant, Topaze observa la jeune femme qui lui faisait face. Elle l'avait déjà vue. Elles avaient eu un cours ensemble récemment... Elle semblait déçue. La blonde en eut le cœur serré.
« Voulez-vous que je vous aide à en trouver ? Il y en a peut-être à la cafétéria ou au marché... ? »



Ma Fiche - Ma Présentation - Mon Journal
♥️ Présidente du Maid Café Club ♥️

Spoiler:
 
Invité
avatar
Invité
Re: Une fine équipée à la recherche du thé perdu - Sam 18 Jan 2014 - 23:29
Prenant la pose assis sur son trône d'or et d'ébène incrusté d'émeraudes et de rubis, le général Ruden Oblivion, alias le sauveur, le nouveau dieu, observait son équipage au garde-à-vous, attendant ses ordres. Il se levât, se dirigeant lentement vers la barre de son navire sa longue cape flottante dans l'air, alors qu'une vouivre verte crachotant de minces flammèches bleutés vint se poser sur son épaule. Et une fois à la barre, d'un majestueux mouvement de bras, il donnât son premier ordre à ses fidèles troupes.

-Al-Blator, décollage !

Sur ses mots, chaque membre de l'équipage se mit à son poste, et le vaisseau géant décolla de la mer, dévoilant toute sa splendeur aux yeux du monde des mortels. C'était un imposant bâtiment de guerre fait de bois, d'or et d'argent, équipé de maints canons avec, attaché à la proue se trouvait un démon enchaîné sculpté dans l'obsidienne, transpercé d'une lance en or qui viendrait percé n’importe quel autre vaisseau où créature passant à sa portée. Au sommet de son plus haut mât flottait un effrayant Jolly Roger déchiré à crâne de monstre, accompagné de deux épées croisées crucifix.
C'est alors qu'au loin, Un millier de vaisseaux aussi noirs que la nuit aux voiles bardées de rouges firent leur apparition.

-Capitaine, les renégats approches !!

-Tout le monde à son poste de combat !! Ces hérétiques vont apprendre ce qu'est la toute puissance de dieu, qu'il connaissent le châtiment divin réservé à mes ennemis !!

-Bien Capitaine Vénéré !

Le vaisseau accélérât, donc, allant à la rencontre des bateaux ennemis qui semblaient eux-aussi tout aussi prompt à se battre. Tout les canons et mitrailleuses du Blator furent pointées en direction des ennemis, parées à faire feu. Le capitaine Oblivion sortit son sabre et le rabattit d'un mouvement sec.

-A mon signal mes fidèles...TROUEZ-MOI CES FASSES DE PETS !!

L'enfer se déchaînant dans les cieux. De partout le tonnerre grondait, les canons hurlaient, crachant le fer plomb sur leur(s) ennemi(s).

-Capitaine, nous essuyons trop de tirs, nos boucliers vont bientôt céder.

Impassible, le capitaine ne prit même pas le temps de réfléchir, la situation étant, pour lui, tellement anodine.

-Que chacun revêt une combinaison isolante !! Sortez les Crocs !!

-Mais...et vous chef ? demandât de sa voix niaise un membre d'équipage, grand et blond aux yeux bleu, ayant remarqué l'absence de protection de son capitaine.

-Je n'en ai pas le temps, je doit rester à la barre !

-Ouah ce que vous êtes courageux chef !

En dessous des canons, d'autres écoutilles s'ouvrirent, et les crocs, en vérité de gigantesques fers-de-lances, apparurent alors, tandis que le capitaine manœuvrait habilement, se glissant à côté d'un bâtiment ennemi isolé avec une aisance remarquable digne, digne d'un dieu.

-Cramponnez-vous tout le monde ! Criât-il en donnant un violent coup de barre sur la gauche, faisant longuement tourner celle-ci avant de la reprendre en main d'un geste sec tandis que le fer de lance qui traversait le démon à le proue du navire tailladait les flancs de l'ennemi, les « crocs » déployés finissant d'achever le travail sous les hurlements de joie de tout l'équipage.
Les navires ennemis avaient cessés de tirer, de peur de gaspiller leurs munitions sur leur allier, tandis que que le Blator surgissait à l'arrière du vaisseau sombrant à travers les flammes et la fumée. Il se trouvait désormais fasse au côté gauche d'un autre navire ennemis.

-Équipe de proue, envoyez le crève-cœur !

L'équipe de proue, composée de trois hommes, s’attelât alors à la tâche qui leur fut confié avec tout le zèle que leur capitaine. Le premier se chargeât de viser le bateau ennemis à l'aide d'une imposante lunette équipée d'un viseur, le deuxième, avec l'aides instructions du premier, était chargé de régler le puissance de tir, et enfin le troisième devait tout simplement activer le levier qui actionnerait la projection, ce qu'ils fit sans grande difficulté.
Et tendit que la lance traversant le démon vint, reliée par une immense chaîne de fer, se planter dans la coque du navire ennemi, le nouveau dieu Ruden passât la cinquième avec son levier de vitesse, activant les propulseurs de son vaisseau, exécutant alors une prodigieuse accélération alors que les voiles déployés, bien loin de ralentir le bâtiment, émettaient une magnifiques lumières rouges dorées. Le choc entre les deux monstres d'acier fut tel que le ciel lui-même se mit à trembler tandis que le navire noire exposait de toutes part, ses morceaux retombant dans la mer en furie.

-Vive le Capitaine !! Hurlèrent les membres de l'équipage

-Best capitaine ever !!

-Qu'est-ce qu'il est intelligent le chef...

Mais tandis que l'équipage laissait exploser sa joie et qu le capitaine lui-même laissait apparaître l'un des magnifiques sourires de beau-gosses qui avaient fait sa renommée auprès de la gente féminine (en plus de son courage, de son corps parfaitement sculpté, de son humour, s générosité son charme et son élégance naturelle), ceux-ci purent alors admirer la magnifique rangée de canons d'un vaisseau ennemis, tous braqués sur lui, avant qu'ils ne se mirent à tirer.

-Capitaine sauvez noouuus !! crièrent deux charmantes jeunes filles (une jolie petite blonde et une autre au teint très pâle et aux yeux pratiquement rouges) en tenue moulantes.

-Ne vous en faîtes pas gentes demoiselles, je ne les laisserais pas vous faire du mal !!

-Quel homme !

De toute part le Blattord essuyait les tirs de l'ennemi, mais le capitaine les encaissait sans sourciller:il avait fois en son navire, ses hommes et surtout il avait fois en lui-même. Sans mot, d'un simple geste, il lançât l'abordage.
Quelques minutes plus tard il se trouvait, lui et ces hommes, à combattre sur le ponts ennemis, au milieu des tirs de flèches, pendant que son animal, Jack (qui n'était apparemment pas une vouivre, mais un singe ailé) surveillait le bateau (et les concubines). Tel un lion dans une arènes remplie d'agneaux, Ruden bondissait, attaquait et tuait chaque ennemis à sa portée : aucune pitié n'était accordée aux ennemis de dieu. Mais alors que la victoire semblait à portée de main, les deux navires tremblèrent, tendit que des flammes jaillirent des soutes où étaient stockées la poudre à canon.

-Nous sombrons Capitaine !!

-Je sais.

-Que fait-on ??

-Mourrons ensemble dans l'honneur, en homme libre!! dit-il le visae toujours ferme, impassaible devant la mort qui se profilait

-Ouai Capitaine !!

-C'est un honneur de mourir avec-vous capitaine vénéré !!

-Tous pour le maître capitaine vénéré !!


Et tandis que le capitaine Obvious achevait son dernier ennemis sous les derniers hurlements de joies mêlés à la rage du combat, et alors que les deux navires sombraient (et que tout les autres avaient mystérieusement disparus), une corde reliée à une avion chasse lui tombât sous le nez. D'un geste il s'en saisit et mitraillât le reste d’ennemis encore debout (y comprit ceux en pleine chute). Il leva les yeux au ciel afin de connaître indentée de son sauveur :c'était Jack, son singe (qui était était apparemment devenus un singe normal), vêtu d'un casque et de lunettes d'aviateurs et qui lui fit un salut militaire des plus solennel.

-Merci Jack !

-A ton service ma poule ! Lui répliquât celui-ci.

Évidement il aurait bien put se demander si le fait d'entendre un singe pilotant un avion de chasse lui répondre (en un français parfaitement maîtrisé qui plus est) et en plus de l'entendre alors que le moteur de l'avion tournait à plein régime, que celui-ci était enfermé dans sa cabine de pilotage alors que Ruden lui se trouvait une distance de dix bon mètres en dessous, mais après-tout, pourquoi pas ?
Mais à nouveau un problème survint. La corde, réduite (on ne sait comment) à l'était d'une simple ficelle se fendit, laissant notre héros chuter durant ce qui lui semblait être deux bonnes heures. Étrangement, la sensation de vide brillait tellement par son absence qu'il trouvat même le temp de jouer au pouilleux avec quelques camarades, pour ensuite se remettre à hurler et finit par s'écraser sur le sol d'une ville en ruine, au milieu des restes de son vaisseau et des cadavres de ses anciens compagnons.

-Seigneur, qu'ai-je fait !? se dit-il

C'est alors qu'un chevalier en armure entièrement noire apparut devant lui, l'observant de ses yeux rouges sang, dégainant son épée dont la lame d'ébène semblait recouverte d'un mince nuage noir.

-Sombre Tyrannus ! C'était donc toi la cause de toute ce raffut !!

-Hahaha Oblivion, je suis le méchant, prépare-toi à mourir !!

-Pas si je t'en empêche !! dit-il en dégainant son sabre d'une éclatante blancheur aux runes bleutées.
Et, toutes lames dehors, les deux divinités chargèrent, et le duel commençât.

Ruden bondit d'abord sur son adversaire tout en tournant sur lui-même, lui assénant ainsi une série de coups latéraux, pour finalement tenter de le transpercer avec un estoc en direction du ventre. Mais le chevalier était tout sauf un débutant, et près avoir paré la série de coup que le nouveau dieu lu avait donné, il donnât un violent coup du plat de son arme sur l'épée de son assaillant, faisant ainsi perdre l'équilibre à celui-ci tout en déviant son coup, poursuivant avec un fort coup de poing au visage, puis dans l’estomac, l’expédiant dans le mur situé à 20 mètres plus loin. Puis il bondit à son tour vers lui afin de l'empaler, attaque que notre héros esquivât en sautant par dessus-son ennemi.
Celui-ci se retournât en balançant son bracelet serre en direction de sa gorge, coup que Ruden s’empressât de parer illico. S'ensuivit un dangereux bras de fer entre les deux hommes, l'un tentant de fendre la gorge de l'autre, parant ses serres avec son solide sabre runique. Mais tendit que le nouveau dieu avait sa lame occupée bloquer sa première attaque, le chevalier en profitât pour lui transpercer l'estomac de sa sombre épée, laquelle vint finalement rencontrer non pas le ventre de sa cible, mais la deuxième lame-laser verte du sabre ennemi qu'il cogna dans un crissement assourdissant pour finalement lâcher prise et s'éloigner à deux pas sa cible, sa lame dorénavant recouverte d'une épaisse lumière rouge, sa respiration devenant alors de plus en plus bruyante.

Et tout en faisant tournoyer ses deux lames de lumières vertes associées au même manche, Ruden chargeât vers son adversaire, faisant lui aussi des moulinets avec son arme, avant d'échanger tout deux impressionnantes passes d'armes d'armes rapides, parfois au prit d'étonnantes acrobaties, pour finalement conclure le combat par un découpage en morceau du sombre personnage ainsi qu'une décapitation à la hache afin de faire ce lui-ci.
A bout de force, saturé de tout ce sang et de cette violence qui désormais faisait partit intégrante de sa vie de héros multiversel.

-Je n'en peut plus, dit-il en versant quelques larmes, tout ce sangs versé, ces vies brisées, tout ça est arrivé par ma faute...

C'est alors que lui apparut une jeune fille blonde aux yeux bleus, en tenue légère et aux formes plus qu'avantageuses.

-Non mon aimé, tous ont voulus te suivre car ils avaient confiance en toi, et la fait d'avoir tué le chef des méchants prouve à quel point ils avaient raison.

-Oh mon amour, votre voix est si belle, vos paroles sont si vrai, laissez-moi déposer un innocent baiser sur votre bouche belle et pure.

-Embrassez-moi mon amour, prenez-moi, faîtes-moi des bébés!!

Mais alors que leur des bouches se rapprochaient lentement l'une ver l'autre, un énorme « TOC-TOC » résonnât dans la tête de Ruden, ce qui eu pour effet de le sortir de son rêve illico.
Celui-ci se redressât aussitôt après avoir entendu la raison de son réveil, les cheveux ébouriffé, le regard penaud.
Un autre « Toc » se fit entendre. Ruden décidât donc de sortir de son lit et d'aller à la rencontre de l'inconnu qui toquait à sa porte, afin de comprendre ce qui l'avait poussé à le réveiller à une heure pareille.
Mais ses jambes étant pour l'heure implacables de le porter, celui-ci fut donc contraint de ramper sur le sol tel un handicapé ayant perdus son fauteuil, un filet de bave coulant le long de ses lèvres, jusqu'à arriver enfin devant sa porte d'entrée.
Il s’accrochât à la poignée de ladite porte afin de se relever, 'accoudant sur les murs afin de rester plus où moins debout, et parvint finalement à ouvrir la porte.
Il s'agissait visiblement de deux filles, une jolie blondinette et un fantôme aux yeux rouges, toutes deux paraissant elles aussi sortir de leur lit.

-Bonsoir, vous auriez du thé s'il vous plaît ? lui demandât la blonde en souriant.

Quand bien même cet homme-là savait ce qu'était du « thé », il était bien trop fatigué pour demander et écouter une explication sur la chose, et ce fût donc bien naturellement (et toujours avec la même tête d’ahuris au réveil) qu'il leur claquât violement la porte au nez en guise de réponse.


Dernière édition par Ruden Oblivion le Jeu 27 Fév 2014 - 11:10, édité 2 fois
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une fine équipée à la recherche du thé perdu - Lun 20 Jan 2014 - 2:56


Un professeur qui ne tient pas en place, voila ce qu’était Alexander. Un professeur qui ne se stoppe pas, entraînement cours, passage à l’arène. Il fallait toujours qu’il fasse quelque chose ! Toujours !
Si bien que ce soir on lui avait demandé de surveiller les couloirs de l’internat d’abord pour l’occuper, mais aussi pour remplacer un repentit qui n’était malheureusement plus là pour faire ce travail …
Voila pourquoi le chevalier était à présent en train de tourner dans les couloirs de cet immense bâtiment. Qu’il marchait tranquillement dans des immenses passages plongés dans le noir, après tout, c’est une occupation comme une autre. Une simple façons de tuer un peu de temps un peu plus tranquillement plutôt qu’en frappant des mannequin à les détruire …
Mais bon, c’est bien connu qu’avec le chevalier rien n’est jamais tranquille … En se promenant dans un couloir il entendit le bruit d’une porte et regarda de chaque coté, mais rien … Il était au rez de chaussé donc les seules possibilités restante étaient les étages.


*Enfin un peu d’agitation*

Du coup il se dirigea rapidement vers les escaliers, montant jusqu’au premier étage. Mais celui-ci semblait vide aussi, restant sur la palier il attendit un instant prêt à tourner dans ce dernier, mais à nouveau le bruit apparut, encore une porte qui se claque …
Direction le deuxième étage dans ce cas. Et ce fut à nouveau les marches qui s’enchaînèrent jusqu’au troisième où enfin il remarqua quelque chose depuis le seuil de la cage d’escalier.
Un peu de lumière, une porte ouverte, et … des élèves dehors à une pareille heure ? Le professeur hésita un moment, mais en voyant une porte de plus claquer bruyamment, il se devait d’agir.
Tranquillement il marcha jusqu’à rejoindre les deux jeunes filles, il avait été parfaitement silencieux jusqu’au moment où il finit par se tenir droit derrière les deux qui fixaient la porte close.
Là il se décida à parler, pas trop fort pour éviter d’être entendu dans toute les chambres, mais assez pour être entendu plus distinctement.


- Mesdemoiselles, connaissez vous le principe du couvre-feu ? A l’heure ci vous devez rester dans vos chambres respective et ne pas toquez sur toutes les portes …

Il les fixait de son air bien stricte, les règles sont les règles hein. Et à ses yeux les faires respecter était une obligation. Mais il restait prudent, il s’attendait à tout venant des élèves, tous avaient des pouvoirs, et les pouvoirs c’est dangereux car impossible de savoir en avance lesquelles chacun possédait.
Pourtant ses yeux s’ouvrirent soudain un peu plus lorsqu’il reconnu sa compagne de découverte de la bouilloire électrique.


- Oh … Mais … Arsen ? Vous faite partie du groupe qui fait tout ce bruit ?

Il était en bon terme avec elle, mais ça n’allait pour autant pas l’empêcher de devoir prendre des mesures si elles ne se plient pas aux règles de l’établissement. Il jeta rapidement un coup d’œil à la porte puis reporta son regard vers la blonde. Il se demandait bien pourquoi personne ne suivait vraiment les règles, ce n’était pourtant pas bien dur, d’autant plus qu’ils ne sont pas seules dans leurs chambres, et que donc s’occuper et plutôt aisé. Mais voila qu’il y en avait deux qui se mettait à réveiller tout leurs camarades … Il eut un soupir.

- Je ne sais pas ce que vous voulez aux autres apprentie dieu, mais si tard au cours de la nuit, il est impossible d’avoir le droit à un accueil chaleureux … Vous pouvez m’expliquez la raison précise ?

Oui, autant demander justification avant de les renvoyez dans leurs appartements, et si c’est justifié, peut être qu’elle n’auront le droit qu’à une mise en garde oral du professeur ? Il était après tout dur, mais compréhensif, plus ou moins …




♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 259

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
6001/1000  (6001/1000)
Votre domaine: Les Poisons
avatar
Apprentie-déesse
Apprentie-déesse
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une fine équipée à la recherche du thé perdu - Jeu 30 Jan 2014 - 1:01
Arsen commençait à paniquer, c'était la cinquième porte qu'on lui claquait au nez. Était-elle si effrayante que ça pour qu'on lui refuse la parole ainsi? Les gens de l'académie ne savaient-ils pas ce qu'était du thé? Ou bien peut-être qu'ils étaient tous stupides? Et voila que son mal de crâne la reprenait.. Vraiment, le prochain qui lui fermait la porte sans la moindre explication, elle ne jurerait plus de rien. Mais ce ne fut pas le cas. Une jeune fille à la chevelure blonde comme les blés pas tout à fait réveillée vint ouvrir la porte. L'albinos la reconnue tout de suite, il s'agissait d'une jeune fille qu'elle avait rencontré lors du cours de combat rapproché, Topaze Aryia. Elle était là, dans l'encadrement de la porte avec son petit pyjama blanc avec une marques sur la joue comme si elle s'était endormie sur quelque chose et regardait alternativement Arsen, le reste du couloir et à nouveau Arsen. à la grande surprise de l'empoisonneuse elle lui répondit par l'affirmative et retourna à l'intérieur pour aller lui chercher du thé et laissa la porte grande ouverte. Elle revint finalement les mains vides en s'excusant. Non elle n'avait plus de thé.

L'apprentie laissa échapper un soupir de frustration et s'apprêtait à tourner les talons quand la blondinette lui proposa de l'aider à en trouver. La jeune fille aux cheveux blancs la regarda avec des yeux comme deux ronds de flan. La demoiselle n'avait visiblement pas peur d'elle, pourtant elle aurait du surtout vu la tête qu'elle devait avoir en ce moment même. Le marché, la cafétéria? Hum... intéressant, par contre elle n'avait pas la moindre idée de comment se rendre au premier et la deuxième devait être fermée à cette heure tardive. Elle se massa les tempes.

" - Fermés. Finissons les chambres.."


Elles firent toutes les portes sans succès, Arsen laissait autant que possible sa compagne s'exprimer pour elles. Elle savait très bien qu'elle avait bien plus de chances d'obtenir ce qu'elle désirait si ce n'était pas une gringalette aux airs de rat de labo qui le demandait. Les deux élèves arrivèrent devant la dernière porte. Elles frappèrent et ce fut ce gars aux cheveux châtains qui devait participer à la mission dans les montagnes tibétaines qui avait été avortée qui apparut. Il était vraiment pas réveillé et à peine Topaze lui eut demandé s'il avait du thé qu'il leur claqua la porte au nez.

Arsen était furieuse. Comment avait-il osé faire ça? c'était pas la première fois qu'il l'a voyait et ne pas être réveillé n'était pas une excuse, la blonde à ses cotés en était la preuve vivante. Et puis elle avait vraiment besoin de ce thé! L'albinos s’apprêtait à retoquer quand une voix qu'elle connaissait se fit entendre dans le couloir.

- Mesdemoiselles, connaissez vous le principe du couvre-feu ? A l’heure ci vous devez rester dans vos chambres respective et ne pas toquez sur toutes les portes … Oh … Mais … Arsen ? Vous faite partie du groupe qui fait tout ce bruit ?

C'était le chevalier, Mr Urmanis, qu'elle avait rencontré par hasard dans le gymnase. Son air se voulait strict et sa voix calme mais ferme. Il n'était pas là pour faire la causette.

- Je ne sais pas ce que vous voulez aux autres apprentie dieu, mais si tard au cours de la nuit, il est impossible d’avoir le droit à un accueil chaleureux … Vous pouvez m’expliquez la raison précise ?


Arsen se tenait droite dans son petit pyjama noir et pourpre, toujours pieds nus   dans le couloir et regardait le professeur de ses grands yeux rouges sang. Sa voix éraillée trembla légèrement quand elle lui répondit, tout comme ses mains qu'elle cacha discrètement derrière son dos et sa mâchoire se contracta.

" - Je n'ai plus de thé.. J'ai besoin de thé , tout de suite. J'en ai vraiment besoin...."

Elle espérait qu'il puisse comprendre. Et le cas échéant, qu'il l'aiderait sans discuter, comme la jolie blonde, ou au moins qu'il n'entraverait pas sa route.
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 2912

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
90/2000  (90/2000)
Votre domaine: Les Cellules
avatar
Sweet Pink Doll
Sweet Pink Doll
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une fine équipée à la recherche du thé perdu - Mar 11 Fév 2014 - 8:29
Une fine équipée
à la recherche
du thé perdu
La réaction ne se fit pas attendre, mais elle ne fut pas ce à quoi la jolie blonde s'attendait. Amusée, elle ne put retenir un petit rire devant l'expression de surprise de son interlocutrice, tout en sortant tranquillement de sa chambre, refermant la porte avec soin.
« Fermés. Finissons les chambres. »
Ah. Oui. Ce devait être fermé, pas bête.
*Hahaha ! La blonde !*
*Vas dormir toi !*
*Et louper votre expédition merveilleuse ? Jamais !*
Lâchant un bref soupir, un petit coup d’œil sur une des fenêtres du couloir lui permit de confirmer ce dont elle se doutait : Il faisait encore nuit noire. Pas sûre que ce soit tellement dans les règles de se promener dans les couloirs à cette heure-ci... Elle pouvait toujours expliquer qu'elle n'avait pas vu l'heure, mais vu le noir de la nuit par les fenêtres, ça aurait été du foutage de gueule pur et simple de dire ça, n'est-ce pas ?

Boaf... Elle aviserait plus tard.

Silencieuse, elle s'attela donc à frapper aux portes avec sa compagne aux cheveux blancs. Utilisant tout son charme de jeune fille dans la fleur de l'âge, elle quémanda du thé à quasiment toutes les portes rencontrées, s'efforçant de ne pas laisser transparaître le désespoir qui la gagnait à mesure qu'elles se rapprochaient de la dernière porte. Pourtant elles finirent par y parvenir sans avoir rencontré aucun succès de quelle sorte que ce soit. Les gens étaient hermétiques, la plupart leurs claquaient la porte au nez aussitôt qu'elles formulaient leur demande et pour leur plus grand désarroi, la dernière porte n'échappa pas à la règle. Le garçon qui l'habitait les toisa un instant, l'air hagard, le visage dépourvu d'expression, puis claqua la porte avec une force étonnante.

Dépitée, Topaze jeta un œil à Arsen. Qu'allaient-elles faire à présent ? Retourner se coucher, non ? Parce que là... A part aller voir dans les quartiers du personnel et/ou des professeurs, elles étaient dans une impasse. Et, honnêtement, elle préférait éviter autant que possible d'ennuyer les repentis et professeurs et c'était d'autant plus vrai à cette heure si tardive.

Perplexe, la jeune femme croisa les bras, n'osant pourtant pas prononcer un mot, ne sachant pas trop comment Arsen allait réagir.

Et puis soudain, ce fut le drame. Une voix s'éleva dans les airs et un « Mesdemoiselles » parvint à ses oreilles, la faisant sursauter aussi sûrement que si elle avait regardé un film peu recommandable. Son cœur sembla s'arrêter de battre un instant tandis qu'elle se retournait en déglutissant, découvrant sous ses yeux un professeur qu'elle ne connaissait que de nom, qu'elle n'avait vu que de loin, un professeur qu'elle avait pris soin d'éviter tous ces mois : Le professeur de Sport.
« ...connaissez vous le principe du couvre-feu ? A l’heure ci vous devez rester dans vos chambres respectives et ne pas toquer sur toutes les portes … »
Confuse, piquée au vif par ces reproches, la jeune femme baissa les yeux. Elle avait failli à son devoir envers Deus en désobéissant aux règles qu'il avait appliqué... A moins que ce soit l'oeuvre des directeurs ? Hmm... Difficile à dire...
« Oh… Mais… Arsen ? Vous faites partie du groupe qui fait tout ce bruit ? »
Topaze déglutit. Zut. Pourvu qu'il ne la connaisse pas, elle...
« Je ne sais pas ce que vous voulez aux autres apprentie dieu, mais si tard au cours de la nuit, il est impossible d’avoir le droit à un accueil chaleureux … Vous pouvez m’expliquez la raison précise ? »
Honteuse, Topaze n'osa un mot, triturant ses doigts d'un air intimidé. Et ce fut sa compagne qui se chargea de répondre à la question du monsieur.
« Je n'ai plus de thé.. J'ai besoin de thé, tout de suite. J'en ai vraiment besoin.... »
Surprise, Topaze jeta un regard de biais à sa compagne. Son instinct médical murmura à son esprit « Addictions » et la jeune femme fit la moue. Pouvait-on être accro au thé ? Il y avait certes de la théine, mais en si faible quantité...

Bref... Il fallait qu'elle trouve quelque chose à dire elle aussi. Se mordant légèrement la lèvre inférieure, la blonde releva les yeux vers le professeur, non sans paraître intimidée.
« Et...Je... J'ai décidé de l'accompagner dans sa recherche quand elle a frappé à ma porte... Mais voici la dernière porte de notre expédition et notre quête semble soldée par un échec... Pou... »
Un instant, Topaze fit une pause, hésitante. Allait-elle vraiment faire ça ? Allait-elle oser dire ça ?
« Pouvez-vous nous aider, s'il vous plait ? »
Oui. Elle avait osé.

Et pour sa part, elle n'avait pas tellement modulé sa voix. On devait l'avoir entendue dans les chambres les plus proches.



Ma Fiche - Ma Présentation - Mon Journal
♥️ Présidente du Maid Café Club ♥️

Spoiler:
 
Invité
avatar
Invité
Re: Une fine équipée à la recherche du thé perdu - Dim 9 Mar 2014 - 22:58
Les gens d'aujourd'hui n'ont aucun respect. On dérange pas les gens à 4H du matin pour du...du quoi déjà ? Du « thé » ?? c'était encore que c'te truc ?? Boah pas d'importance, l'important pour l'instant était de finir la nuit dans son lit et de ne plus ouvrir la porte à des gens qui n'ont pas d'autres but dans la vie que de faire chier les autres, sacré nom de nom !

Donc, après en avoir profiter pour s'en retourner manger un morceau de pain au céréales (son préféré biatch!), se désaltérer sa gorge grosse sèche (car bon voilà quoi il était debout autant en profiter, en plus sa filait soif cette saloperie) et s'en aller fait connaissance avec son instrument digestif (et ce qui en sortait), il retournant dans son bon plumard bien douillet afin de compter fleurette aux hawaïennes à groploplo du pays des rêves. Chaud bouillant le Ruru, surtout au re-réveil.

Car oui, il y eut un re-réveil, un boucan pas possible entre un homme ça s'entendait) et les deux jeunes filles de la porte d'entrée. Congratulation guys, vous venez de gonfler un Ruden crevé ET dans un état propres aux hommes qui se réveillent après un rêve golo-golo et que seul les mecs qui liront ce message comprendront.
Pour les filles, on vas simplement parler de "Chapiteau levé", de "Corde bandée", de "Rambo à en briefing", de "Lapin au printemps", de "Compas qui déraille" où pour les plus romantiques, de "Cadeau de mariage".
Il se relevât donc, avec beaucoup moins de peine qu'au départ, et se se traînât (avec toujours beaucoup de peine qu'au départ) en grognant et finit par ouvrir la porte violemment en braillant.

-Mais bordel vous voulez quoi ??


Dernière édition par Ruden Oblivion le Mar 11 Mar 2014 - 11:43, édité 2 fois
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une fine équipée à la recherche du thé perdu - Lun 10 Mar 2014 - 21:08


Immobile, impassible dans son rôle de patrouilleur pour la nuit, le chevalier observait simplement les demoiselles, écoutant leurs justifications quand à ce qu’elle effectuait, et surtout, le plus important, la raison de cette action, car bon ce qu’elle faisait il avait maintenant le loisir de le voir.

" - Je n'ai plus de thé.. J'ai besoin de thé , tout de suite. J'en ai vraiment besoin...."

C’était assez intriguant, pourtant elle avait eu une réaction similaire à leur première rencontre, alors cela ne le choquait pas particulièrement, même si à une heure où chacun dort ce n’est pas le plus banal … D’ailleurs ce n’était pas très perceptible mais la voix indiquait une certaines gêne, mais rapidement son regard ce tourna vers la blonde qui semblait elle aussi surprise de la présence du professeur.

« Et...Je... J'ai décidé de l'accompagner dans sa recherche quand elle a frappé à ma porte... Mais voici la dernière porte de notre expédition et notre quête semble soldée par un échec... Pou... Pouvez-vous nous aider, s'il vous plait ? »

Son instinct de chevalier était piqué à vif, comment refuser une demande d’aide de la sorte ? Non, il ne pouvait même pas l’ignorer, il ne pouvait pas refuser non plus. Il regarda à tour de rôle chacune comme pour essayer de juger de la situation. Et quelle situation … Deux jeunes filles en pyjama dans un couloir devant une porte close qui a probablement été claqué un peu plus tôt … Il s’apprêta à répondre lorsque soudain la porte se rouvrit, avec une délicatesse … avec autant de délicatesse qu’un boulet de catapulte qui tombe sur une chaumière …

-Mais bordel vous voulez quoi ??

Le regard du chevalier se durcit soudainement en fixant cette nouvelle tête dans ce scénario complètement aberrant, rompant plusieurs règles d’ailleurs. D’ailleurs il se redressa au maximum et son regard le plus direct fut adressé à ce bruyant élève. Et vu qu’il ne s’était pas gêné pour employer un ton assez colérique, le chevalier ne mâcha pas ses mots en s’adressant à lui.

- On commencera par un peu de calme, d’accord ?!

Il n’avait pas non plus fait spécialement attention à son ton qui était approximativement aussi élevé que celui du jeune homme en manque de tact. Pourtant il se retourna alors vers les deux jeunes filles, ne prenant pas vraiment attention à son regard qui ne changea pas, malgré que le timbre de sa voix se voulait moins agressif.

- Je vais vous accompagner, cependant il va falloir être plus calme, et surtout m’indiquer où allez en chercher, je ne sais où en trouver. Quand à ce jeune homme …

Il s’approcha et le tira un peu par l’oreille avec un sourire de professeur tyran.

- Il va nous accompagner, histoire de ce calmer un peu je pense …Oh, oui je ne te laisse pas le choix, d’ailleurs tu feras un peu plus d’exercice à tes cours de sport, j’y veillerais personnellement, vu que tu as visiblement de l’énergie …




♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 259

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
6001/1000  (6001/1000)
Votre domaine: Les Poisons
avatar
Apprentie-déesse
Apprentie-déesse
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une fine équipée à la recherche du thé perdu - Ven 14 Mar 2014 - 19:37
La blondinette aux pantoufles roses expliqua au chevalier la raison de sa présence, elle était là pour aider. Elle était plus douée que l'albinos pour exposer la situation, c'était tout de suite beaucoup plus claire que ses vagues bredouillements. Décidément Arsen avait de la chance qu'elle veuille bien l'aider mais quelque chose l'intriguait, une petite chose qui avait totalement détourner son attention de la conversation qui se déroulait sans elle. C'était ces choses roses et poilus qu'elle portait sur les pieds, des pantoufles visiblement. Ça paraissait doux mais cette couleur flashie était tout sauf naturelle alors de quel animal étrange ça pouvait bien provenir?

 Soudain la porte se rouvrit brutalement et le jeune homme mal luné qui leur avait claqué la porte quelques instants plus tôt réapparu en vociférant.

-Mais bordel vous voulez quoi ??


 L'albinos fit un bond en arrière puis se ressaisit, fronçant les sourcils visiblement contrariée. Son cœur battait encore à toute vitesse, n'ayant pas réussit à se calmer tout à fait après la découverte de la tragique absence de son précieux thé, ce n'était vraiment pas le moment de la surprendre. Heureusement le professeur à la chevelure blonde comme les blés intervint d'une voix ferme coupant court à toute négociation, se redressant de toute sa hauteur. Il enjoint l’impertinent à se calmer puis se retourna vers les deux jeunes filles en pyjama au milieu du couloir.

- Je vais vous accompagner, cependant il va falloir être plus calme, et surtout m’indiquer où allez en chercher, je ne sais où en trouver. Quand à ce jeune homme …

Il laissa en suspend pour lui adresser un sourire un brin sadique avant de reprendre.

- Il va nous accompagner, histoire de ce calmer un peu je pense …Oh, oui je ne te laisse pas le choix, d’ailleurs tu feras un peu plus d’exercice à tes cours de sport, j’y veillerais personnellement, vu que tu as visiblement de l’énergie …

L'empoisonneuse inspira profondément et se concentra. Elle cherchait une solution,  à quel endroit susceptible de cacher du thé n'avait-elle pas encore pensé? Pas les chambres, ils n'arriveraient pas à en tirer quoi que ce soit, pas le marché et la cafétéria, fermés tous les deux... L'apothicaire! Ce trait de lucidité la calma instantanément. Peut-être était-ce le fait de savoir où aller qui la rassurait et avait fait disparaitre la panique qui l'avait étreinte? Ce vieux renard lui devait bien ça. Elle avait fait disparaitre subtilement trois de ses maîtresses devenues un peu trop insistantes et il ne lui avait jamais payé le boulot, à ce prix là elle pouvait bien embarquer tout le thé de sa boutique.

- J'ai peut-être une idée.. Je connais un apothicaire qui me doit disons... un service, il aura tout ce qu'il me faut.

Sa voix était toujours rauque mais toute sorte de panique l'avait désertée, son expression était redevenue neutre.

-Par contre, il est à Londres...

Arsen ne se faisait pas de soucis pour retrouver la boutique, bien que dissimulée à l'abris des regards indiscrets dans les tréfonds de Whitechapel, elle connaissait le coin comme sa poche. Malgré son sens de l'orientation déplorable depuis son arrivée à l'académie, aucune des rues de son quartier natal ne lui était inconnues. Le problème restait donc juste de se rendre dans le monde des humains. "Juste"...
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 2912

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
90/2000  (90/2000)
Votre domaine: Les Cellules
avatar
Sweet Pink Doll
Sweet Pink Doll
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une fine équipée à la recherche du thé perdu - Dim 16 Mar 2014 - 2:42
Une fine équipée
à la recherche
du thé perdu
Les yeux baissés, Topaze attendait une réponse d'Alexander, quand, la faisant sursauter violemment, le garçon de la dernière chambre revint ouvrir la porte à la volée, tout en hurlant à plein poumon, l'air franchement mécontent. Oups... Elle avait dû parler trop fort...

Papillonnant des cils, la blonde observa le nouveau venu d'un air incrédule.
« On commencera par un peu de calme, d’accord ?! »
Topaze reporta son attention vers le professeur et déglutit quand le regard froid de l'homme revint se poser sur elles. Outch... ça n'annonçait rien de bon...ça ne sentait vraiment pas bon...
« Je vais vous accompagner, cependant il va falloir être plus calme, et surtout m’indiquer où allez en chercher, je ne sais où en trouver. Quand à ce jeune homme … Il va nous accompagner, histoire de ce calmer un peu je pense …Oh, oui je ne te laisse pas le choix, d’ailleurs tu feras un peu plus d’exercice à tes cours de sport, j’y veillerais personnellement, vu que tu as visiblement de l’énergie... »
Topaze fut d'abord surprise. Il allait les aider, c'était inespéré. Mais très vite, elle déchanta en entendant les mots « Cours de sport ». Zut. Pourquoi sur tous les professeurs que comptait l'académie étaient-elles tombé sur le seul professeur qu'elle avait toujours soigneusement évité ? Et ce pour une bonne raison : elle n'était allé à aucun de ses cours. Pas un seul. Jamais. Dès son arrivée, elle avait opté pour aller faire un tour au parc aux abricots plutôt qu'assister au supplice des cours de sport et à la base son ambition se limitait à continuer sa bande dessinée.

La tête baissée, elle s'était faite petite, mais esquissa un faible sourire en songeant à ce qu'elle faisait à présent dans ce parc, au même horaire. Ça faisait plusieurs semaines déjà qu'elle voyait quotidiennement le Professeur Yskaliv. Alors dans un sens...elle faisait du sport. Elle avait juste choisi un professeur particulier.... Et, attention, je vous vois venir avec vos idées déplacées. Il n'est question ici que d'un entraînement au corps à corps...Enfin... De combat au corps à corps ! Oui bon okay... J'abandonne, je fais trop de sous entendus malgré moi, passons à la suite...

Topaze demeura longtemps silencieuse, réfléchissant. Avait-il remarqué qu'il ne la connaissait pas ? Avait-il compris qu'elle séchait tous ses cours sans exception depuis son arrivée ici ? Peut-être y avait-il d'autres professeurs de sport ? Oui il ne devait pas être le seul... Il pouvait penser qu'elle avait cours avec un autre.

Sentant monter une angoisse sourde, la jeune femme inspira un grand coup, puis ses épaules s'affaissèrent quand Arsen prit la parole, comme une délivrance.
« J'ai peut-être une idée.. Je connais un apothicaire qui me doit disons... un service, il aura tout ce qu'il me faut. Par contre, il est à Londres... »
Topaze vacilla aux derniers mots et releva les yeux vers Arsen.

Londres ? Rien que ça ?

La blonde fit la moue en fixant sa compagne de cette étrange aventure nocturne, évitant soigneusement le professeur du regard.
« C'est faisable... mais ce n'est pas la porte à côté... Avec un professeur cela dit, c'est possible... »
Topaze passa une main sur sa nuque, comme si ce geste pouvait calmer sa gêne, et émit un petit rire quand son regard se posa sur ses vêtements bien trop courts, avant de ramener un regard amusé sur Arsen qui n'était pas beaucoup plus habillée.
« Par contre...un passage par les chambres ne serait pas de refus pour enfiler des tenues plus...adéquates, qu'en dis-tu ? »



Ma Fiche - Ma Présentation - Mon Journal
♥️ Présidente du Maid Café Club ♥️

Spoiler:
 
Invité
avatar
Invité
Re: Une fine équipée à la recherche du thé perdu - Ven 21 Mar 2014 - 22:24
Soyons bien clair: il adorait rendre service aux gens, c'était son passe-temps son hobby. D’ailleurs il avait même était surpris que son DD ne soit pas “le service”, et s'il eût été un jours un héros c'était ben celui qui rendait service. Mais là c'était trop.

Et si vous vous dîtes “tu es un monstre de ne pas aider une jolie jeune fille en petites tenue et une autre fille en petite tenue”, dîtes-vous alors ceci: comment auriez-vous réagit si l'on vous avais interrompus en plein rêve (qui virait agréablement bien, même s'il était certain que c'était son oreiller qu'il serrait dans ses bras et le creux de sa main à qui il allait laver les dents (où les ongles..?)), puis forcé à vous lever pour vous demander quelque chose dont vous ignoriez même l'existence, pour ensuite faire un raffut pas possible à tel pont que vous voyez obligé de vous re-lever (et le zigoto levé) et enfin, et là c'était la cerise sur le gâteau, vous annoncer que vous allez escorter ces deux jeunes filles et EN PLUS avoir des court de sport supplémentaires ?

Et puis aussi il fallait le voir le type qui lui annonçait tout ça :

Il va nous accompagner et gnagnagna il faut se calmer blablabla tu feras un peu plus d’exercice et gangnagna et gnagnagna je te laisse pas le choix !


Il savait à qui elle s'adressait au moins la blondasse ? C'était Ruden Oblivion, nominé de la liberté par Dieu lui-même. Il avait toujours eu le choix et ce n'était pas maintenant que ça allait s'arrêter.

Et pendant qu'il se dit ça, toute la joyeuse troupe continue de discuter, et blabla et que ça parle d'aller à « Londres » voir l'apothicaire du coin pour avoir son truc. Ah mais il fallait changer de vêtement dit la blonde (la fille cette-fois). Ah mais change rien chérie tu es trèèès bien comme ça !
Enfait non, tu pouvais faire ce que tu voulais puisqu’il n'allait même pas être là pour votre petite chasse au trésor, lui allait pioncer et faire comme si le prof ne lui avait jamais adressé la parole, et pour donner un petit côté épique, on vas expliquer tout ceci dans un poème (épique) :

Les suivre il n'en avait points envie
Tout ce qu'il voulait était de retourner dans son lit
Alors il leur fit un bras d'honneur fort impolis
en leur énonçant la phrase que voici :
« Allez vous faire foutre, et j'emmerde la monarchie ! »
et se fut dans un énième claquement de porte
qu'il rejoignit enfin son cher lit.


Dernière édition par Ruden Oblivion le Mar 15 Avr 2014 - 17:29, édité 1 fois
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une fine équipée à la recherche du thé perdu - Lun 31 Mar 2014 - 10:57


Tout semblait bien s’agencer, Arsen avait pensée à un endroit où il lui serait possible de se procurer ce fameux thé et la blonde, Topaze, semblait même déjà connaître la direction et le chemin à emprunter. Et pourtant quelques éléments allait un peu entacher cette action qui semblait parfaitement se dérouler, après tout le chevalier n’avait jamais la chance que tout se déroule à merveille … Il fallait bien s’y attendre !

« Par contre...un passage par les chambres ne serait pas de refus pour enfiler des tenues plus...adéquates, qu'en dis-tu ? »

Toujours en tenant fermement l’agité il parcouru de haut en bas des yeux les deux demoiselles, effectivement, même à son époque il y avait ce principe que les habits pour dormir ne servaient pas à se balader ailleurs que chez soi, enfin, surtout chez les familles nobles … Chez les paysans le discours n’était pas tout a fait le même. Il s’apprêta à lui accorder un peu de temps mais il n’eut pas vraiment le temps en fait …

« Allez vous faire foutre, et j'emmerde la monarchie ! »

Et la porte claqua aussi sec une nouvelle fois, le chevalier resta immobile un instant, ce sourire de celui qui se retenait de faire quelque chose de plutôt violent. Car si à son époque un apprenti chevalier avait fait une pareille chose … Le blond aurait dégonder la porte d’un énorme coup d’épaule et battu tellement fort le bougre que même sa famille ne le reconnaîtrait pas … Autant le professeur sait se montré calme, autant ce qui touche au respect et à l’obéissance était un sujet particulièrement sensible.
Pourtant il finit par se redresser, ayant toujours ce sourire de meurtrier aux lèvres. Il regarda une nouvelle fois Arsen et Topaze.


- Je vous attends ici, vous avez cinq minutes pour vous préparer et revenir.

Ok, son agacement devait transpirer par tous les pores de sa peau et s’entendre clairement. Et encore, elles ne pouvaient pas connaître le fond de la penser du chevalier car à ce moment précis ce n’était pas des propos gentils et amicaux qui lui venaient à l’esprit.

*Au prochain cours de sport, celui là il finit à l’infirmerie … Je vais lui inculquer les notions de respect … *




♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 259

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expériences :
6001/1000  (6001/1000)
Votre domaine: Les Poisons
avatar
Apprentie-déesse
Apprentie-déesse
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une fine équipée à la recherche du thé perdu - Dim 13 Avr 2014 - 22:41
« Par contre...un passage par les chambres ne serait pas de refus pour enfiler des tenues plus...adéquates, qu'en dis-tu ? »

Arsen était d'accord, elle était sortie en pyjama sous le coup de l'impulsion et de la panique mais être en petit short au milieu du couloir commençait à la gêner. Déjà parce qu'il y avait des courants d'air mais surtout parce que n'importe qui pouvait voir ses cicatrices. Autant celle de son avant bras pouvait être dissimulée dans son bras, celle sur ses épaules étaient masquées par ses longs cheveux d'argent autant elle aurait beau se tortiller, la grossière marque sur tout le long de sa jambe serait plus difficile à cacher. Et puis, autre détail, le fameux apothicaire à qui elle comptait rendre une petite visite nocturne pensait qu'elle était un homme. Il risquerait de refuser de payer son du s'il ne la reconnaissait pas. Déjà qu'avec des cheveux aussi longs il allait douter mais si elle ne portait pas son éternel manteau noir... L'albinos hochait la tête à la proposition de la blondinette quand le garçon à peine réveillé cria et retourna dans sa chambre.

« Allez vous faire foutre, et j'emmerde la monarchie ! »

Comment ça il emmerdait la monarchie?! C'était tout bonnement inacceptable! En bonne anglaise qu'elle était, Arsen était outrée par ses paroles, on ne touchait pas à la reine Victoria, s'apprêtait à se ruer sur la porte close quand le chevalier parla. Quelque chose dans son regard la fit cesser net, on aurait dit un prédateur se demandant à quelle sauce il allait manger sa proie. Dans tous les cas le jeune homme allait souffrir et ça convenait parfaitement à la demoiselle aux yeux infernaux. Elle hocha sensiblement la tête aux dires du professeur, son visage totalement inexpressif et leur faussa compagnie pour retourner se préparer.

Elle poussa le lourd bâtant de la hell's door et disparue à l'intérieur. Cinq minutes lui serait largement suffisantes. l'empoisonneuse enfila rapidement un pantalon et une chemise blanche trop grande pour elle, mit son gilet d'homme et y accrocha sa vieille montre à gousset cabossée dont elle ne se séparait jamais. Elle passa ses deux couteaux de combat à sa ceinture et les dissimula sous son grand manteau noir avant d'attraper son sac et d'y fourrer son livres et diverses violes, ne sait-on jamais ce qu'il peut se produire.

Elle revint à l'endroit où ils s'était séparé en moins de trois minutes et attendit patiemment. Arsen passa la main dans sa chevelure de nacre, pensive. Ça faisait un an qu'elle était morte, un an qu'elle n'avait pas revu Londres.. Est ce que certaine chose avait changées? Certainement mais au fond Whitechapel ne se transformerait jamais, elle resterait sombre et puante, malfamée et tortueuse  et c'était comme ça que la jeune fille aimait le quartier dans lequel elle avait grandie. l'apothicaire allait-il la reconnaitre sans faire d'histoire? Oh ça, elle ne se faisait pas trop de soucis. Après un an d'absence où on avait surement annoncé la mort du Démon blanc (rumeur fondée pour une fois), son retour risquait de faire du bruit dans les basfonds. Tueur, mangeur d'enfant, éternel et maintenant revenu d'entre les morts.. Les gens étaient vraiment prêts à croire n'importe quoi. L'albinos coinça ses cheveux de nacre dans le col de sa chemise et ferma les sangles de son manteaux.

" - Je suis prête."
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 2912

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
90/2000  (90/2000)
Votre domaine: Les Cellules
avatar
Sweet Pink Doll
Sweet Pink Doll
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une fine équipée à la recherche du thé perdu - Sam 3 Mai 2014 - 23:28
Une fine équipée
à la recherche
du thé perdu
Oui hein ? Arsen semblait partager son avis. Topaze retint un petit rire.

De toute façon, même si elle avait voulu rire, le jeune endormi ne lui en laissa pas le temps. Cette fois parfaitement réveillé visiblement, il quitta le petit groupe dans un élan très théâtral, lâchant une phrase qui n'avait à priori rien à voir avec leur affaire, agrémentant le tout d'un geste vulgaire à souhait.

Haussant un sourcil, Topaze le regarda faire et Nasline émit un petit rire dans sa tête.
*Eh bien, en voilà un qui aurait bien besoin d'une petite douceur matinale pour apprendre à se réveiller du bon pied !*
*Une petite dou.... ? Quoi ?! Nasline !*
*Oh la la... Fais pas ta prude...*
Les lèvres pincées Topaze reporta son attention troublée vers le Professeur Urmanis et hocha la tête, avant de pivoter sur ses talons sans un mot, se dirigeant vers sa chambre d'un pas rapide.
*Franchement, tu pourrais garder ce genre de remarques pour des moments plus appropriés...*
*Haha ! Et toi tu devrais garder tes réprimandes pour des personnes que ton avis intéresse !*
*Pfeuh !*
Lâchant un grognement, Topaze poussa la porte de sa chambre après avoir fait tourner la clé dans la serrure et pénétra à pas de loup dans la pièce principale de la Fairy Room. Sans un bruit, elle se dirigea vers sa pièce privée et plus exactement vers sa salle de bain où elle rinça son visage à grandes eaux. Respectueuse des convenances, et légèrement maniaque il faut le reconnaître, elle fit un brin de toilettes avant d'aller enfiler une robe blanche, ansi qu'une veste et des bottes noires. Avant de ressortir, elle saisit au vol son sac à bandoulière et les kunai prêtés par Vinpap, puis elle rejoint tranquillement le couloir où devaient l'attendre ses compagnons d'aventure. Tout en marchant elle remonta ses cheveux en une queue de cheval haute, d'où s'échappaient quelques mèches rebelles, glissa les kunai dans ses bottes et passa un peu de baume sur ses lèvres.

Et c'est ainsi qu'elle se retrouva à nouveau près de la chambre de Ruden, avec un léger retard comme d'habitude. Elle esquissa un faible sourire en entendant la voix d'Arsen au détour du couloir et pressa le pas pour poser ses deux mains sur les épaules de la jeune femme aux cheveux de neige, comme si elles étaient déjà les meilleures amies qu'il soit au monde.
« Je suis prête aussi ! »
Et puis son regard croisa celui du professeur et l'idée qu'ils se trouvaient encore actuellement au milieu du couloir de l'internat en pleine nuit lui traversa l'esprit.

Se râclant la gorge, elle lâcha les épaules d'Arsen et croisa les bras en baissant les yeux pour venir se placer à ses côtés.
« Hum... Oui...enfin...hum...Désolée.... »
Le regard bas, ses doigts tapotèrent légèrement ses bras et elle frotta le sol de son pied droit, attendant le signal de départ en faisant la moue.


Suite du RP ♥ ICI ♥ ! =D




Ma Fiche - Ma Présentation - Mon Journal
♥️ Présidente du Maid Café Club ♥️

Spoiler:
 
Invité
avatar
Invité
Re: Une fine équipée à la recherche du thé perdu - Dim 10 Aoû 2014 - 16:26
J'ai beaucoup le thème du rp : le thé. Ça change des autres rps qui ont des sujets bien plus sérieux. Et je trouve que Ruden ne servait pas à grand chose dans ce rp mis à part insulter, mais bon ce n'est que mon avis. Et vous ne savez pas énerver Alexander, moi avec Trish je peux lui faire détruire le monde si je veux /PAN/

Je me réserverais la suite, je veux voir si le rat de laboratoire trouvera son thé o/
Avoue que tu veux que je sois drogué à la théine comme toi ewe

Ma Koupine de thé ♥ : 300 xps
Rose bonbon ♥ : 310 xps
Le déprimé ♥ : 220 xps

Xps attribués : Yep
Une fine équipée à la recherche du thé perdu
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» A la recherche du souvenir perdu, ou quand ce n'est plus un trou de mémoire, mais carrément le grand canyon ! [Adélaïde... et autres ?]
» A la recherche du temps perdu
» [Terminé - Rude an 6]A la Recherche du Chemin Perdu
» A la recherche du grimoire perdu
» A la recherche du pyjama perdu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Dortoirs :: Chambres des élèves-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page