Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Solidarité animale oblige

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
avatar
Invité
Solidarité animale oblige - Mar 24 Déc 2013 - 13:44
Hum... Nan, je n’ai pas envie de me lever. Fichu soleil, casse toi. Mon réveil n’a pas encore sonné en plus. Je récupère mon oreiller et le plaque sur ma tête en me roulant en boule sous ma couette. Mouais, je suis trop bien là. Un vrai lit, ça fait une éternité que je n'en ai pas eu un. Alors j'en profite à mort. Et un immense, pour moi toute seule. Tiens, c'est quoi ce truc dur et froid que mes doigts effleurent? Ah, mon réveil. Éteint. Ou plutôt pas mis en marche du tout. J'aurais pu attendre une plombe avant qu'il sonne du coup. Mais je m'en fiche, je me prélasse encore dans mon lit, profitant des doux rayons solaire qui me réchauffent.

Je finis par me lever quand même, il fait trop clair à présent pour roupiller tranquille. Commençons par une bonne séance d'étirements dans tous les sens, quelques ronronnements histoires de tout bien remettre en place aussi dedans et puis à la douche. Ouais, je suis un chat et pourtant, j'adore la flotte. Allez chercher à comprendre. Enfin, je traine encore un bon moment sous le jet tiède avant de sortir de la salle de bain. Bon, où est-ce que j'ai foutu mes fringues? Bof, celle de Sven sont en vrac sur ma chaise, elles feront parfaitement l'affaire pour aujourd'hui. Et puis, elles sont classes. Je me mire un instant dans le miroir. Ouais, je suis trop mimi. On me donnerait le bon Dieu sans confession. A moi, une démone. Je me marre toute seule avant de sortir de ma chambre.

Bon, si j'étais une personne sérieuse, j'irais faire un tour à l'infirmerie. Je m'y dirige donc, histoire de voir quand même où se trouve mon nouveau QG. Ok, trouvé. Pff, qu'est-ce que c'est déprimant comme endroit. Un coup d’œil à droite, un autre à gauche. Personne. Tant mieux alors, je ne vais pas m'éterniser ici. Je suis venu, j'ai vu, je suis repartu comme le disait si bien un dénommé César. Dehors, l'air frais me fait frémir de contentement. C'est un temps idéal pour se balader. Enfin, pour faire tout sauf rester enfermé. Comment ça, je me trouve une excuse pour ne pas être à mon poste? Et alors? Ce que personne ne sait ne peut pas me nuire alors j'en profite outrageusement. Il y a encore tant à découvrir par ici en prime, j'en suis certaine.

Alors, voyons voir ce fichu plan. Au moins un truc qui va me servir. Ouais, les bâtiments je connais, Sven m'a fait la visite rapide des lieux avant que je passe en mode jeu. Mais là-bas, y a quoi? La curiosité est la plus forte, surtout que je ne cherche aucunement à lutter contre, du coup me voici à me diriger en direction de ce qui semblerait être un marché. De loin, c'est comme s'il n'y avait que deux ou trois mini échoppes pour faire joli mais en fait, il y en a du monde et des choses. Des trucs vachement sympas en plus. Bijoux, nourritures, babioles, et avec tout cela les marchands qui haranguent les foules. On se croirait presque à la Cour des miracles. Comme un léger bond dans le passé pour moi.

Je me contente déjà un grand tour, à vitesse réduite, profitant des couleurs, des odeurs et des voix qui volent tout autour de moi. Je suis sage mais vu l'agitation alentour, ça risque de ne pas durer très longtemps. Je sens monter en moi cette envie de m'amuser au détriment des autres mais je me contente d sourire pour le moment. Non, j'attendrais l'occasion idéale pour me lâcher. Et je suis certaine qu'en continuant à errer dans le coin, je trouverais. Bien plus vite que je le crois. C'est toujours comme ça que ça marche de toute façon. Désirez quelque chose et il demeure hors de votre portée, laissez-le approcher et il sera vôtre, ad vitam aeternam.

Le temps que cet évènement attendu ne pointe le bout de son nez, je fais de l’œil à un épicier qui commence à engager la discussion. Et hop, un fruit gratuit, un deuxième même, pour me remercier de ma sympathie. Pauvre homme, tu n'as pas idée de ce que je suis. Mais peu importe, je croque dans ma pomme et range la clémentine dans mon coffre dimensionnel pour plus tard tout en restant alerte. Il y a quelque chose dans l'air, comme une fragrance que je suis la seule à sentir. Le moment approche. Je le sais, je le sens, ne me demandez pas comment. La force de l'habitude sans doute. Quel sera donc l’élément déclencheur? J'ai hâte de la savoir.

Invité
avatar
Invité
Re: Solidarité animale oblige - Mar 24 Déc 2013 - 23:56








Solidarité animale oblige



Un rayon de lumière vint éclairer la chambre de Farell. Déjà le matin. Farell se leva et se prépara pour sortir. Aujourd'hui, il voulait visiter un maximum l’académie avant de se rendre dans le monde des humains. Il fallait aussi qu'il se trouve des vêtements correspondant à cette nouvelle époque, sans oublier un moyen de cacher ses oreilles et sa queue. Il commença alors à visiter un peu l'académie. Après une bonne heure à errer dans les couloirs et a passer de bâtiment en bâtiment, Farell arriva finalement aux marché en plein air de la Deus Académie. Il regarda rapidement les différentes échoppes et trouva finalement ce qu'il voulait. Il y avait un haut, une veste et un pantalon. A leur formes et aux matières dans lesquels ces vêtements étaient fais, Farell en déduisit rapidement qu'ils étaient bien de cette époque. Il regarda le prix puis continua à faire un tour se baladant d'échoppe en échoppe, examinant tout ce qui passait à sa portée. Décidément, ils vendaient de tout ici et Farell en profitait pour admirer toute les choses qui avaient été inventé après sa mort. Il dialogua rapidement avec quelques marchands qui lui expliquèrent ce qu'il voulait savoir sur la culture de ce monde. Il apprit ainsi des noms d'objets qu'il ne connaissait pas comme les vêtements qu'il avait vu plus tôt: un débardeur et un jean. Farell avait aussi remarquer que ses oreilles et sa queue ne gênait pas vraiment les personnes visitant le marché même si elles attiraient quand même les regards des curieux. Cependant, personne ne l'aborda à part les marchands. Après tout, cela ne l'étonnait même pas. Après tout, il était habillé comme un noble partit à la chasse dans les années 1220. Et puis surtout, il ne devait pas y avoir tant de nouveaux dieux qui apparaissait dans ce monde. Il devait donc remarquer facilement qu'il était un nouveau. Et enfin personne ne savait son statut sociale en ce monde. C'est dans ce marché, que Farell remarqua qu'il avait un sens de l'ouïe un peu plus développer qu'avant. il pouvait entendre des discussions qui se tenait un peu plus loin et surtout, le bruit dans ce marché le gênait plus que lors des bals et autre réceptions auxquels il avait pu participer en tant que membre de la cour. Tout en continuant de fouiller le marché, Farell croisât une jolie jeune femme aux yeux vairons. Il ne savait pourquoi, cette femme l'intriguait. Peut être l’apprendrait-il plus tard.




Dernière édition par Farell Urmanis le Mer 22 Jan 2014 - 19:35, édité 7 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Solidarité animale oblige - Mer 25 Déc 2013 - 9:41
J'attends calmement que les choses se décident à bouger d'elle-même. On est dans un marché que diable, des vols, des chapardages, des désaccords entre Humains, il y en a tout le temps, c'est monnaie courante alors tout n'est qu'une question de temps. Et j'ai l'éternité devant moi. Enfin, ne faut pas déconner non plus parce que quand je m'ennuie, les conneries, c'est moi qui finis par les faire. Alors dépêchez un peu si vous ne voulez pas que ce soit moi qui fasse démarrer le tout. Le petit épicier est bien gentil mais bon, j'ai autre chose à faire que de me goinfrer de fruits pendant des lustres aussi, quand même. Bien que je doive au moins avouer que les siens sont fichtrement bons quand même, je garde cette adresse dans un coin de ma tête.

Nonchalamment accoudée au rebord de l'échoppe, mon regard vairon se promène de-ci de-là, comme à la recherche du détail qui me suffirait. Et vous savez quoi? Bah je l'ai trouvé mon détail. Enfin, un détail conséquent quand même puisqu'il s'agit d'un Homme. Et je vous vois venir à des kilomètres. Oui, je suis une croqueuse d'hommes, j'aime m'amuser avec eux et blablabla mais là, c'est tout autre chose qui m'a interpellé. Bon, je ne nierais pas qu'il a un certain charme mais franchement, ce n’est pas mon style. Il fait trop paumé, trop à côté de la plaque pour être vraiment le genre de type qui pourrait m'intéresser mais il y a chez lui un truc qu'il n'y a pas chez les autres. Ou du moins que je n'ai pas encore vu depuis mon arrivée.

Tiens, on dirait qu'il m'a repéré aussi. Dans un sens, ça ne m'étonne pas. Je me contente de lui sourire gentiment avant d délaisser mon petit épicier et m'approcher sans vergogne de lui. Et avant même de commencer par un bonjour ou quoi que ce soit de ce genre, je suis plantée devant lui, à l'observer sous toutes les coutures avant de venir saisir le bout de ses oreilles entre mes doigts. Et je fais ça avec délicatesse hein, pas comme une brute. Je sais ce que sais, moi. C'est fragile ces petites choses mais ça me faisait tellement envie d'essayer. Pour une fois que je ne suis pas la seule 'bête' du coin, résister à la tentation aurait été un crime.

"- Ah, j'en étais sûre. Un kitsune. Comment c'est trop génial! Ah ça, ça fait plaisir de te rencontrer, mon Chou. Je ne sais pas d'où tu débarques mais Bienvenue par ici."


J'ai lâché ses oreilles depuis longtemps, je ne suis pas mal élevée à ce point. Enfin si mais bon, quand je le veux seulement. J'en serais presque à me mettre à sautiller partout tellement je trouve cette découverte amusante. Bon, c'est vrai, je ne suis pas une fan des canidés en règle générale. Après tout, je suis un félin alors la nature veut les choses ainsi mais bon, j'aime bien défier les règles quelles qu’elles soient et celle-ci ne fera pas exception à la règle. Enfin, le pauvre à l'air tellement déboussolé qu'en fait, je le trouverais presque touchant. Un bébé perdu en pleine nature. A cette image dans ma tête, un léger ronronnement monte dans ma poitrine.

"- Alors, beau prince, dis-moi tout. T'as pas l'air vraiment à ta place par ici. Nouveau? Et comment c'est ton petit nom?"
Invité
avatar
Invité
Re: Solidarité animale oblige - Dim 29 Déc 2013 - 22:49








Solidarité animale oblige



La jolie jeune femme aux yeux vairons qui intriguait Farell s'avança vers lui. Elle vint alors saisir ses oreilles. Farell ne sut vraiment que faire pour cela mais il la laissa faire intrigué par ce qu'elle allait faire. Elle lui dit ensuite:


"- Ah, j'en étais sûre. Un kitsune. Comment c'est trop génial! Ah ça, ça fait plaisir de te rencontrer, mon Chou. Je ne sais pas d'où tu débarques mais Bienvenue par ici."


Farell ne comprit pas vraiment ce qu'elle entendait par kitsune mais il pensa que cela voulait dire renard en une langue qu'il ne connaissait pas. Il voulu répondre mais elle ne lui en laissa pas le temps et elle ajouta:


"- Alors, beau prince, dis-moi tout. T'as pas l'air vraiment à ta place par ici. Nouveau? Et comment c'est ton petit nom?"

Beau prince ? Elle devait l’appeler comme cela à cause de ses vêtements. Il répondit alors:

"Merci et oui je suis un nouveau ici. Je suis arrivé hier. Je me prénomme Farell Urmanis. Et vous cher demoiselle, quel est votre nom ?"

Tout en demandant son nom à la jeune femme, Farell fit une révérence. Ses habitudes de fréquentation de la haute société prussienne pouvait se voir dans ses gestes. Il se releva rapidement après la révérence. Il avait remarquer que un peu plus tôt, elle avait ronronner. Serait-elle comme lui et avait un Domaine Divin ma liant à un animal ? Il ne le saurais que plus tard. En attendant, ce qui l'attirait le plus, était ces yeux dépareiller. De son temps, il n'avait jamais vu quelqu'un avec des yeux comme cela. Il trouvait que cela avait un certain charme.




Dernière édition par Farell Urmanis le Mer 22 Jan 2014 - 19:36, édité 4 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Solidarité animale oblige - Dim 29 Déc 2013 - 23:27
Déjà un bon point pour lui, il n'est visiblement pas du genre à s'effaroucher pour un rien. Voilà qui est intéressant. Ce n'est pas drôle de ne côtoyer que des petites natures à longueur de temps. Bon, d'accord, il semble complètement paumé et surtout, il fait un peu dépareillé dans le paysage avec ses oreilles bien visibles mais ça lui donne un certain charme. En même temps, je ne suis pas vraiment objective puisque oui, je suis ravie de rencontrer enfin un compatriote métamorphe. Même si je ne suis pas certaine qu'il ait réellement cette capacité-là. Au moins, il en a l'apparence et les attributs, c'est toujours mieux que rien.

"Merci et oui je suis un nouveau ici. Je suis arrivé hier. Je me prénomme Farell Urmanis. Et vous cher demoiselle, quel est votre nom ?"

Euh, nan mais t'es sérieux là? On dirait bien que oui. La vache, je ne m’attendais pas à ça. Ça a un certain côté très plaisant, je me sentirais presque importante, mais bon, c'est légèrement désuet de nos jours. Et puis, personnellement, le moyen-âge, je n'en ai pas gardé de si bons souvenirs que ça. Entre la chute et le bûcher, ce ne sont pas mes vies préférées, loin de là. Mais jouer les princesses quelques instants, c'est classe quand même. Un léger ronronnement qui monte dans ma gorge. Oui, je m'amuse comme une folle. Il m'en faut vraiment peu de fois.

"- Nelsha Tadjük, infirmière récemment arrivée également dans ces lieux. Enchantée, noble chevalier."
Oui, je sais, ce n'est pas bien de se moquer des autres, surtout dans ce genre de conditions mais avouez sérieusement que c'est franchement tentant. Il me tend la perche en plus, je ne peux pas la refuser. Ce serait tout simplement criminel. En plus, il se comporte vraiment comme un Gentilhomme alors je ne vois pas en quoi ma réflexion serait blessante. Bref, passons.

Bon, j'avais dit que j'arrêtais mais je n’ai pas pu me retenir de lui offrir également une révérence digne ma vie de courtisane favorite du roi. Eh oui, je suis certes mal élevée mais j'ai la classe, ça il n'y a pas photo. En même temps, je note bien que son regard semble accroché au mien. Ah, je parie que lui, il a jamais vu des yeux vairons. Il ne sera ni le premier ni le dernier remarque.

"- Tu sais, tu pourras les regarder aussi longtemps que tu voudras, ils ne changeront pas de couleurs pour autant. Et oui, ils sont différents. C'est une anomalie de naissance, quelque chose d'assez rare certes mais qui heureusement, n'a aucun inconvénient."

Voilà, maintenant que les choses étaient clairement expliquées, autant passer à la suite. J'ai de beaux yeux mais quand même, c'est difficile de mener une conversation quand l'autre en face n'écoute rien, trop absorbé par ce genre de détail anodin.

"- Alors, Farell. D'où arrives-tu? Parce que si j'en crois tes belles manières, tu n'es pas né et encore moins mort lors de la dernière pluie. Et manque de chance pour toi, je suis curieuse. Alors si tu m'en racontais un petit peu plus sur toi, Hein? Genre, qu'est-ce que tu fais ici par exemple. Ou ce que tu faisais sur Terre. Ce serais un bon début je trouve, pas toi?"


Je me contente de sourire tranquillement, attendant une réponse de la part de mon preux chevalier. Il ne lui manquerait plus que le cheval blanc pour qu'on y croie en prime. Ah, fantasme quand tu nous tiens....

Invité
avatar
Invité
Re: Solidarité animale oblige - Sam 4 Jan 2014 - 2:43








Solidarité animale oblige


Un noble chevalier ? Lui ? Il n'avait pas la carrure ni même quoi que ce soit en rapport avec les chevaliers mis à part l'époque à lequel il était né. Farell sourit à la remarque de Nelsha à propos de ses yeux. Ce qu'elle disait était surement vrai mais un peu exagérer. Il lui répondit alors:

"Je ne vois pas pourquoi vous appelez cela une anomalie, une anomalie est péjorative alors que cette spécificité là vous vas à ravir."

Il écouta ensuite ses demandes réfléchissant à quoi il pouvait répondre et à quoi il valait mieux ne pas répondre. Il valait mieux ne pas en révéler trop sur lui sans en savoir assez sur la jeune femme qui lui posait des questions. Il finit par se décider à répondre et dit:

"Il est vrai que le dernier jour de ma vie fut en l'an 1236. Si mon frère m'a bien renseigner, cela fait un peut moins de 800 ans que je suis mort. Avant ma mort, j’étais un noble à la cour du roi nommé Frédéric II de Prusse. Aujourd'hui, je suis ici en temps que dieu, comme tout le monde dans cette académie il me semble, et je suis sensé représenter le renard. Et vous ma chère ? Qui étiez vous avant de mourir ?"

Farell continuait de se demander ce que cette femme avait de réellement spéciale. La sensation qu'il avait depuis qu'il l'avait aperçu était de plus en plus forte. Comme si quelque chose en lui lui disait de faire attention ou même d'attaquer. Farell ne savait d'où venait ces impressions mais elle était toute en rapport avec Nelsha. Qui pouvait bien être cette femme ?




Dernière édition par Farell Urmanis le Mer 22 Jan 2014 - 19:36, édité 3 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Solidarité animale oblige - Dim 5 Jan 2014 - 14:48
"Je ne vois pas pourquoi vous appelez cela une anomalie, une anomalie est péjorative alors que cette spécificité là vous vas à ravir."

"- Parce qu'il s'agit réellement d'une anomalie génétique, selon les termes médicaux en vigueur aujourd'hui. Même si en effet, je trouve le terme spécificité bien plus agréable à entendre. "

Oui, j'étale ma science tranquillement et sans complexe. Je suis infirmière après tout, le langage médical n'a aucun secret pour moi. Surtout parce que je me renseigne pas mal à côté. Quitte à jouer à la l’infirmière, autant que je le fasse jusqu'au bout. Enfin, je ne vais pas m'arrêter là-dessus non plus, j'ai mieux à faire mais oui,il semblerait que je prenne mon poste un minimum au sérieux. De temps en temps. Surtout quand j'ai rien de mieux à faire. Parce que oui, les recherches, c'est fastidieux et personnellement, je préfère l'action au blabla et aux belles écritures.

"Il est vrai que le dernier jour de ma vie fut en l'an 1236. Si mon frère m'a bien renseigner, cela fait un peut moins de 800 ans que je suis mort. Avant ma mort, j’étais un noble à la cour du roi nommé Frédéric II de Prusse. Aujourd'hui, je suis ici en temps que dieu, comme tout le monde dans cette académie il me semble, et je suis sensé représenter le renard. Et vous ma chère ? Qui étiez vous avant de mourir ?"

1236. Entre ma première et ma quatrième mort terrestre en gros. Une période que je ne connais pas forcément excessivement bien mais dont j'ai eu de très beaux aperçus. Surtout du côté des pauvres. Les gueux, ça courait les rues à cette époque. Bon, j'ai aussi connu la partie luxe, j'étais très recherchée en tant que courtisane mais je n'étais pas prussienne. En tout cas, ça se voyait que c'était un petit Noble. Peut-être même pas si 'petit' que ça. Je ne peux m'empêcher de lui faire une ravissante révérence. Un brin de provocation, oui. Toujours avec moi.

Et alors là, le grand sourire machiavélique. Le renard. Ça, je ne pouvais pas rater ce détail. Je manque d'éclater de rire une seconde. Ce n'est pas un kitsune mais c'est encore mieux en fait. Je ne retiens par le ronronnement qui monte de mon ventre pour venir couler dans ma gorge. C'est donc pour ça, cette sensation bizarre avec lui. Un canidé qui rencontre un félin. Décidément, cette fois, ce sera vraiment la mort de toutes les surprises. Alors, maintenant, grande question. Je lui dis ou je ne lui dit pas? Et puis, je lui dis quoi, précisément? Il n'a pas besoin de tout savoir. Allez, je vais le ménager un peu.


"- Je suis la même que maintenant. Et je suis bien plus âgée que toi. Je peux même dire que j'ai été plusieurs personnes tout en restant moi. Au bout de 1500ans d'existence, on finit par évoluer."

Je me rapproche un peu. J'adore avoir l'impression d'être en danger tout en sachant que je ne risque rien. Parce que mon instinct bestial, lui, me hurle de ne pas rester à côté de lui. Moi, ça m'éclate, tout simplement.

"- Et sinon, je suis une démone chat. Alors les ronrons et compagnie, c'est naturel chez moi. Et toi, tu glapis et tu jappes ou tu n'as que les oreilles livré dans le package?"

Invité
avatar
Invité
Re: Solidarité animale oblige - Sam 11 Jan 2014 - 21:48








Solidarité animale oblige


Farell fut quelque peu surpris de savoir que la jeune femme qui apparaissait devant lui avait en réalité 1500 ans mais évita de le montrer. Il comprit par la suite pourquoi Nelsha l'intriguait autant, il s'agissait d'une démone chat. Cet instinct devait venir de son pouvoir. Après tout, les félins et les canins sont constamment en conflit. Farell espérait cependant que cela ne se déroule pas comme cela avec Nelsha. Farell voulut répondre à la question de cette dernière mais avait quelque peu de comprendre ce qu'elle voulait dire par "livré dans le package". Il résonna alors par le fait qu'elle lui parlait de ses oreilles et des bruit que font les renard. Il en déduisit qu'elle voulait savoir si lui aussi produisait des sons en relation avec son animal. Il répondit alors:

"Si c'est bien ce que vous voulez savoir, tout ce que j'ai pu remarquer de spécial depuis mon arrivé ici sont mes oreilles et ma queue. Je n'ai pas encore glapis ou japper. Mais cela fais très peu de temps que je suis là donc nous verrons bien si cela m'arrive plus tard."

Farell continua de sourire tout en parlant. Ainsi, il n'était pas le seul animal dans cette académie. La seul différence entre eux deux c'est que lui était née humain puis devenue homme-renard alors qu'elle était née démone chat. Il se demandait cependant pourquoi elle ne possédait aucun attribut félin mis à part ses ronronnement. Il demanda alors:

"Et vous ? Avez-vous aussi quelque chose de spéciale ? Car en temps de démone chat, il me semble étrange que vous ne soyez pas dans le même cas que moi. Si vous ne m'aviez pas donner cette information, je n'aurais jamais pu le savoir."

Que pouvait bien avoir de spéciale cette démone chat en face de lui ? Il allais bientôt le savoir mais il devait pour cela attendre qu'elle lui réponde.




Dernière édition par Farell Urmanis le Mer 22 Jan 2014 - 19:36, édité 5 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Solidarité animale oblige - Dim 12 Jan 2014 - 10:24
"Si c'est bien ce que vous voulez savoir, tout ce que j'ai pu remarquer de spécial depuis mon arrivé ici sont mes oreilles et ma queue. Je n'ai pas encore glapis ou japper. Mais cela fais très peu de temps que je suis là donc nous verrons bien si cela m'arrive plus tard."

Même pas un petit glapissement? Pff, ça, c'était vraiment dommage. Pour le coup, je trouvais les choses beaucoup moins drôles. Et puis en fait non. Comme ça, je restais la seule et unique réellement double de ces lieux. Oui, finalement, c'était mieux comme ça et ça me plaisais ainsi. Je ne tenais pas à partager mon rang de perle rare. Même si j'étais sans doute plus une véritable ordure qu'une perle au sens littéral du terme mais laissons de côté ces déblatérations philosophiques pour plus tard. J'avais bien mieux à faire pour l'instant.

Ce cher Farell n'avait pas semblé inquiété le moins du monde quand je lui avais annoncé ma nature de démone. Pour un type du Moyen-âge, il m'impressionnait un peu. Pas de tentative de me bruler vive ni même de me traiter d'hérétique, je n'allais pas m'en plaindre certes, mais là, j'étais agréablement surprise. Je sens qu'il va me plaire ce petit-là. Il sait rester terre à terre, c'est bien. En plus, pour ne pas cracher dans la soupe, il est plutôt mignon. Bon, il sourit peut-être un peu bêtement mais on va dire que lui, ça lui va pas trop mal. Enfin, de toute façon, je ne suis pas objective de base. Il me plait parce que mon mode 'bestiole' est réveillé et qu'il est le premier comme moi que je croise depuis que j'ai été exilé des Enfers alors forcément, ça joue en sa faveur.

"Et vous ? Avez-vous aussi quelque chose de spéciale ? Car en temps de démone chat, il me semble étrange que vous ne soyez pas dans le même cas que moi. Si vous ne m'aviez pas donner cette information, je n'aurais jamais pu le savoir."

Là, je ne peux retenir le ronronnement puissant qui nait de mon ventre et monte dans ma gorge. Est-ce que j'ai quelque chose de spécial? Mon adorable petit bout de renard, si seulement tu avais la moindre idée du monstre que tu as en face de toi. Je me contente d'un immense sourire, aussi adorable que machiavélique. Alors, je le fais où je ne le fais pas? Rien ne m'en empêche mais j'aimerais bien garder un peu mon secret et il y a beaucoup de monde dans le coin. Trop. Alors, je viens poser mon index sur ma bouche en lui faisant un clin d'oeil.

"- Si tu veux vraiment le savoir, il va falloir me suivre, blondinet. Et après, tu comprendras tout. Fais-moi confiance."

Je lui laisse quoi. Une demi-seconde pour se décider et je me mets en route. A quelques 50 mètres, sur la droite, il y a un renfoncement avec des caisses et autres marchandises de stockées. Cela fera parfaitement l'affaire. Je me déplace agilement et félinement entre les gens du marché et me faufile avec adresse, sans même être remarquée, dans la ruelle en question. Je m'accoude au mur et j'attends calmement. Viendra? Viendra pas? Oh, je devrais bien avoir réussi à l'appâter, ce Noble chevalier. J'ai encore envie de m'amuser avec lui, moi.

Invité
avatar
Invité
Re: Solidarité animale oblige - Sam 18 Jan 2014 - 0:19








Solidarité animale oblige


Nelsha venait de piquer la curiosité de Farell. Que pouvait-elle bien cacher ? Il ne savait pourquoi mais il avait un doute. Ce qu'elle allait lui montrer avait l'air assez important pour ne pas qu'elle le montre. Et si elle allait essayer de le tuer ? Il y avait pensait mais il la suivit quand même. Il tenta tant bien que mal de passer à travers de la foule et finit par se perdre quelque peu dans le marché. Il essaya de se rappeler vers où Nelsha était partit. Il finit par la voir dans un lieu un peu à l'écart. Il la rejoignit tant bien que mal. Une fois arrivé, il était essoufflé. Il y avait trop de monde dans ce marché. Pour traverser la foule, il avait du fournir un effort qu'il n'était pas habitué à faire. Il regarda Nelsha et lui dit:

"Excusez moi du retard j'ai été quelque peu retenu à cause de la foule. Alors, que vouliez vous me montrer ?"

Farell était impatient de voir ce que Nelsha voulait lui montrer. Cependant, il sentait quelque chose en lui qui s'éveillait. Il ne savait pas ce que c'était mais par réflexe, il tenta de contenir cette chose. Farell commença à sentir un petit courant d'air dans son dos. En regardant en arrière, il remarqua que sa queue s'agitait trahissant son impatience de voir ce que Nelsha allait lui montrer. Il sourit tout en regardant Nelsha de nouveau.




Dernière édition par Farell Urmanis le Mer 22 Jan 2014 - 19:37, édité 3 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Solidarité animale oblige - Sam 18 Jan 2014 - 9:28
Les secondes s'écoulent, lentement et identiques. Le brouhaha de la foule ne me parvient presque plus de là où je suis mais je sens que ce cher Farell va venir. Intuition féminine, si vous voulez. Mais surtout petit jeu du chat et de la souris. Les animaux sont tous égaux sur ce point, leur curiosité est sans la moindre limite et qu'il ne soit devenu renard que depuis sa mort ne changera rien. Je lui tendu la perche, je l'ai fait tomber dans mon filet et je n'ai même pas à le remonter de force. Il viendra seul à moi. Et en effet, c'est bien ce qu'il se produit. Bon, j'avoue que je l'aurais cru un peu plus réactif mais bon, on ne peut pas tout avoir.

"Excusez moi du retard j'ai été quelque peu retenu à cause de la foule. Alors, que vouliez vous me montrer ?"

Retenu par la foule, hum? Pauvre petit Chevalier qui se fait agresser par une foule en délire dans les marchés de la Deus. Eh bien, ça promet. Ça me fait sourire encore plus. Il s'excuse, comme c'est chou. Mais je n'ai pas besoin de ça. Il est là alors maintenant, je vais pouvoir m'amuser. Et visiblement, lui aussi est intrigué. Voilà son panache qui s'agite seul, semblant aussi le surprendre lui-même. Franchement, c'est vraiment impayable comme scène. Mais je ne vais pas faire durer le suspense éternellement non plus même si j'aime bien me faire désirer, il ne faudrait pas que je perde son attention. Ce serait tellement dommage.

Je commence donc par retirer une partie de mes vêtements. Ces derniers semblent disparaitre tous seuls à chaque fois que je les fais passer dans mon coffre dimensionnel. Oui, je pourrais ne pas me soucier de mes affaires mais j'en ai assez de devoir leur courir après tout le temps et ce truc est quand même vachement pratique alors je ne vais me gêner pour en profiter. Qu'il en profite pour se rincer l'oeil, qu'il se retourne ou autre m’importe peu, je n'ai aucunement honte de mon corps, c'est tout. Mais en chat, il est bien plus compliqué d'avoir accès à ma dimension personnelle.

"- Ne t'en fais pas, je ne vais ni te sauter dessus, ni me balader comme ça. Quoi que, cela pourrait être assez drôle en soi. Disons simplement que j'ai besoin d'une légère préparation. Tu comprendras mieux d'ici quelques secondes, ne t’inquiètes pas."


Et voilà. Maintenant que je n'ai plus rien sur le dos, je trouve la fraicheur de l'air vraiment piquante. La peau est vraiment moins agréable à porter que la fourrure. Enfin, je fais un petit tour sur moi-même, comme une magicienne préparant son tour suivant je m'incline avec un immense sourire et là, je disparais à sa vue. Enfin, non, je ne disparais pas vraiment. Mais la femme qui se tenait devant lui s'est tout bonnement volatilisée. A sa place, il ne reste plus que moi, ravissante minette qui le fixe de ce même regard vairon, l'expression joueuse et fière de mon coup. Maintenant, le plus drôle. Combien de temps va t'il mettre pour comprendre qu'il s'agit toujours de moi? Et surtout, son instinct de canidé prendra t'il le dessus ou pas?



Dernière édition par Nelsha Tadjük le Mar 21 Jan 2014 - 19:25, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Solidarité animale oblige - Mar 21 Jan 2014 - 14:03








Solidarité animale oblige


Farell fut assez surpris de voir Nelsha commencer à se déshabiller. Mais ce n'était pas la seul chose qui le gênait. A chaque fois qu'elle enlevé un vêtement ce dernier disparaissait. Tout en se demandant ce qui arrivait aux vêtements, il se retourna. Il ne préférait pas que quelqu'un pense qu'il était quelqu'un de peu fréquentable à cause de cela.

Soudain, elle prit la parole. Il se retourna et la regarda. Il évita tout de même de regarder autre chose que son visage. A ce qu'elle disait, elle s'était déshabillé car c'était une préparation nécessaire à ce qu'elle allait lui montrer. Elle fit un tour sur elle même puis il la vit disparaitre. Il regarda dans les alentours pour voir si elle s'était juste déplacer mais rien. Puis il remarqua un chat. Ce chat se tenait là où se tenait Nelsha quelques secondes auparavant. La première chose qu'il remarqua chez ce chat c'est qu'il possédait les mêmes yeux que Nelsha. Ce fait là et le fait qu'elle soit une démone chat finit de le convaincre que le chat qu'il avait devant les yeux était Nelsha.

Avant même qu'il n'ait pu dire quoi que ce soit, il ressentit un malaise. Il sentit quelque chose s'éveiller en lui à la vue de ce félin. Farell tituba et trébucha. Il se rattrapa à une caisse mais fit quand même tomber quelques caisses. Il eu quelques vertiges suivit d'une violente douleur dans le dos. Lui ne pouvait pas le voir mais petit à petit son corps se transformait. Son visage se transformant petit à petit en museau. Son corps se recouvrait peu à peu de fourrure. Les douleurs continuait tout au long de la métamorphose. Farell avait pu se retenir de hurler jusqu'au dernier moment. Mais la métamorphose se termina par un bruit de craquement d'os dans le bas de son dos: il ne pouvait désormais plus se tenir debout.

La dernière douleur fut si intense que Farell crut perdre connaissance. Mais en réalité ce n'était pas réellement ce qu'il se passait. En réalité, sa conscience avait laissé sa place à un esprit animal, un esprit de renard qui habitait en lui depuis son arrivé et qui était en sommeil jusqu'à maintenant. Désormais, il était devenu un renard à part entière et il ne pouvait rien faire contre ça.




Dernière édition par Farell Urmanis le Mer 22 Jan 2014 - 19:37, édité 2 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Solidarité animale oblige - Mar 21 Jan 2014 - 19:24
Je reste là, simplement devenue une ravissante minette. J'ai fait mon effet, je le sais, je le sens. Et c'est tellement drôle sur le coup de voir ce cher Farell me chercher sans même réaliser qu'en fait, je suis toujours sous ses yeux. Je le vois qui fixe les alentours, cherchant par quel tour de passe-passe j'ai bien pu réussir à lui fausser ainsi compagnie. S'il savait. Enfin, il finira bien par comprendre puisque je n'ai pas bougé et que mon regard vairon le fixe avec un sourire charmeur. Ah, ça y est, il a croisé mon regard. Il a compris même si il lui a sérieusement fallut le temps. En plus, en tant que kitsune, j’aurais pensé qu'il aurait tilté plus vite. Je suis un peu déçue.

Pourtant, il y avait quelque chose qui faisait doucement se réveiller mon instinct bestial. Je laisse mon sourire grandir, mes crocs apparaitre et je fixe intensément le Chevalier face à moi. Non, je ne rêve pas, il a bien un problème. Visiblement, il ne se sent as bien, enfin pas dans un état naturel qu'il contrôle, contrairement à moi. Et si ses symptômes ne sont pas assez clairs, les poils de mon dos qui se hérissent tous seuls en réponse au ressenti que je reçois ne me trompe pas. Ce n'est qu’une question de temps. D'ailleurs, le voilà qui lâche prise, il perd du terrain. Sa conscience recule tandis que sa volonté bestiale grandit.

Dans le même temps, j'observe avec une curiosité non feinte tout son processus de transformation. Hum, on dirait qu'il n'est pas habitué, son corps ne le maitrise pas et le tolère mal. Mais il est plutôt résistant à la douleur. Ah, il a fini par craquer quand même mais maintenant, le voilà devenu un vrai renard. Queue en panache, crocs aiguisés et museau pointu. Regard lumineux mais rempli d'une seule obsession: moi en l'occurrence. Et autant cela pouvait amuser ma partie démoniaque, autant ma partie animale était prête à réagir. Ne pas prendre à la légère le moindre adversaire, jamais.

Alors, je garde mon regard ancré dans celui du canidé. Je gronde et me gonfle en réponse à ces menaces. Il n'y a plus rien d'humain dans cet animal face à moi. Mais sa conscience est bien toujours là, quelque part. Alors, autant en profiter. Je fais mine de reculer mais je change de tactique tout de suite. Et me voilà sur lui. Je me suis jetée entre ses pattes, les lui fauchant au passage pour le faire chuter lourdement. Il se débat évidemment mais je suis agile et j'ai une bien meilleure maitrise que lui de ma forme animale. Pourtant, il est doué. Avec de l'entrainement, il pourrait se révéler un excellent combattant même ainsi. Mais bon, maintenant, j'étais curieuse de savoir combien de temps il resterait ainsi et comment il allait réagir à ma provocation.
Invité
avatar
Invité
Re: Solidarité animale oblige - Ven 31 Jan 2014 - 19:20








Solidarité animale oblige


Le renard, qui n'avais pu être assez rapide pour éviter le félin, s'écrasa lourdement sur le sol. Néanmoins, il se releva rapidement et se prépara à riposter. Il dévoila ses crocs et grogna à l'attention de la chatte. Il savait qu'il était moins agile qu'elle, il avait pu le remarquer lors de la dernière altercation. Le seul moyen pour lui de gagner était de la prendre par surprise. Il recula donc lentement. Il ne recula pas beaucoup mais juste assez pour prendre de l'élan avant de lui sauter dessus. Il se décala rapidement sur le côté et fonça sur le félin. Une fois proche de lui, il ouvrit la gueule pour tenter de l'attraper dans ses crocs mais ce dernier était plus rapide et plus agile que lui et l'évita sans problèmes. N'arrivant pas à arrêter sa course assez rapidement, le renard vint s'écraser contre les caisses. A cause du choc, certaines de petites caisses stockés sur les autres, lui tombèrent dessus. Le renard laissa échapper un jappement de douleur. Il repoussa tant bien que mal les caisses qui le gênait et se dégagea. Il fonça de nouveau sur Nelsha. Mais avant même d'arriver à elle, il s'écrasa au sol, inconscient. Son corps entama une seconde métamorphose. Il redevint peu à peu humain. Mais bien sur, ses oreilles et sa queue ne disparurent pas. Cependant, après la deuxième transformation, Farell ne se réveilla pas. Ses premières transformations et ses tentatives d'attaque sur Nelsha avait pompé toute son énergie. Farell restait donc là, étendu au sol, nu. Ses vêtements posé non loin et entouré des caisses qui étaient tombés.


Invité
avatar
Invité
Re: Solidarité animale oblige - Sam 1 Fév 2014 - 11:52
Il a le mérite de tenter le diable lui. Il n’a pas peur, et c'est sans aucun doute ce qui le perdra. Quand on ne sait pas où sont ses limites, on finit forcément par se faire avoir, c'est l'évidence même. Mais je m'amuse trop pour le mettre en garde et même si je le faisais, de toute façon, il ne m'écouterait pas. Alors je vais le laisser encaisser la leçon comme un grand. Par contre il a de la ressource et de la suite dans les idées, j'aime bien ça même si ce n’est pas pour autant que je vais me laisser attraper, faut pas abuser non plus. Il tente une approche directe, bien pensée en elle-même mais que j'esquive sans grande difficulté. Et lui, il va faire un câlin aux caisses et au mur. Aïe, ça fait mal ça. Mais visiblement, ça ne lui suffit pas encore. Bien, j'ai encore envie de jouer moi.

Mais alors qu'une fois extirpé de tout ce bazar, alors qu'il revient à l'attaque, pouf! Plus rien. Le voilà qui tombe comme une masse, fauché en pleine course. Et même pas par moi, c'est rageant du coup. Et le voilà qui redevient humain, enfin autant qu'il puisse l'être. Quoi, il est déjà complètement hors d'état de nuire? Franchement, j'avais espéré mieux. Et puis, quitte à me retrouver seule à seule avec un bel homme nu, j'aurais préféré qu'il soit conscient. Je soupire un grand coup et m'approche, histoire de vérifier qu'il est vivant quand même. Et là, le brouhaha s'intensifie autour.

Ah oui, évidemment. Avec tout le barouf qu'il a provoqué en cassant tout derrière lui, forcément, les gens vont se pointer. Et si je me retransforme, je pense que ça risquerais de jaser dans les parages et pour très longtemps. Personnellement, je m'en contrefous mais lui est Chevalier, les conneries sur l'honneur et compagnie, c'est primordial à leur époque. Bon allez, comme je me suis bien amusée je vais faire un effort. Je ruinerais sa réputation une autre fois, quand ce sera plus drôle. Alors, se débrouiller maintenant pour que les choses se déroulent comme je le souhaiterais. Il me reste quoi, quelques secondes? Ce sera bien assez.

Première étape, abimer ses affaires. Quelques coups de griffes et hop, le tour est joué. Maintenant, m'en prendre à lui. Pas besoin de faire grave, quelques jolies égratignures un peu partout, vite fait bien fait. Et là, alors que les gens arrivent, feuler, faire le gros dos, l'attaquer à nouveau. Réaction logique, on me chasse à grands coups de cris et à renforts d'objets qu'on me lance, pour "sauver" ce pauvre homme comme ils disent. Il est blessé et mal en point, la décision de le conduire à l'infirmerie est vite prise. Et voilà comment faire faire le sale boulot aux autres.

Je n'ai plus qu'à les prendre de vitesse, trop facile pour un chat, surtout quand eux devront porter mon jouet au passage. Comme je laisse toujours la fenêtre entrouverte, je rentre dans mon lieu de travail, reprend forme humaine et m'habille, le tout sans me presser. Je fais semblant de me mettre dans des dossiers et soudain, on frappe. Les commerçants m'expliquent avoir vu un fauve immense tenter de faire de cet homme son casse-croute et qu'après l'avoir mis en fuite, ils m'ont tout de suite amenés sa victime. Je leur fais déposer leur fardeau sur lit proche, les remercie et joue mon rôle de gentille infirmière jusqu'à ce qu'ils soient tous partis.

Là, je me permets d'éclater de rire. Un fauve immense, hein? J'aime ce genre de compliments, il faudra que je m'en souvienne de ça tiens. Enfin, maintenant que j'ai amoché mon blondinet pour le bien de ma mise en scène, je vais le réparer, c’est la moindre des choses. Et comme j'ai fait exprès d'y aller mollo, je règlerais tout ça très vite. Les zébrures sur son corps sont certes impressionnantes mais je n'ai quasiment pas fait couler de sang alors en moins de deux minutes, tout est réglé. Bon, pour ces affaires, il aurait des marques dedans mais au moins, il ne sera plus à poil au milieu des gens.

Alors, maintenant que tout est réglé, je n'ai plus qu'à attendre que ma Belle au Bois Dormant daigne émerger de son sommeil de plomb. Et qu'il se dépêche sinon, je viendrais vérifie si le coup du baiser fonctionne. Après tout, j'ai bien droit à une rémunération vu comme je lui ai sauvé la mise.

Solidarité animale oblige
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» [Equipe 4] Savoir, Sagesse, Solidarité
» solidarité chiens belges
» Amitié animale
» Le délit-de-solidarité-qui n'existe-pas
» Attraction Animale (Pv Isaac)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page