Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Un pèlerinage vers le danger

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Invité
avatar
Invité
Re: Un pèlerinage vers le danger - Jeu 17 Avr 2014 - 17:45
Contrairement à moi, Eilyn n'avait pas totalement cicatrisé. Il restait sur sa peau claire quelques égratignure et petites contusions, mais elle était apte à reprendre la route. Nous n'avions par vraiment le choix, d'ailleurs. Aucune marche arrière ne semblait possible. Pas l'ombre d'une académie à l'horizon.  La jeune fille semblait d'ailleurs d'accord avec moi. Il fallait partir sans traîner, planter la revenante là où ne l'avions trouvée, et sans traîner. J'avais mauvais pressentiment, je sentais au fond de moi, malgré la paix artificielle qui tentait de me dominer, qu'il ne fallait pas rester ici. Qu'il ne fallait d'ailleurs jamais rester sur place bien longtemps. Eilyn nous dispensa, mais comme je m'en doutais, l'entité tenta de nous retenir. C'était un piège. La forêt nous avait soignée, et tentait désormais de nous garder bien à vue pour nous torturer de nouveau. Nous ignorâmes la dame, qui nous assurait qu'avec elle, nous ne risquions rien, et reprîmes le chemin. Je tournai une dernière fois la tête et la vit nous sourire avec fourberie. Ses dents étaient d'une couleur étrange, et plus je m'en éloignai, plus je la trouvais physiquement inquiétante. Nous avions bien fait de nous en aller. Elle aurait fini par nous faire du mal.

Au bout d'un certain temps, la peur et ma volonté de survivre finit par reprendre le dessus. Nous avions été envoûtée, et la cruelle vérité nous revenait au visage. Le danger, la mort, le vice était tangible. La luminosité était basse. Il fallait que l'on s'éloigne. La forêt avait ses champs d'actions. Elle n'attaquait pas en permanence. J'en tirai comme conclusion qu'elle ne savait pas toujours où nous nous trouvions, et qu'il était possible de la semer. Que tant que nous étions discrète et perpétuellement en mouvement, il ne pouvait rien nous arriver. C'est la raison pour laquelle nous marchâmes une journée entière sans nous arrêter. Notre corps était à rude épreuve, mais une chance pour nous, l'eau était abondante dans cette partie de la jungle. Pour ce qui est de la nourriture, nous prendrions le temps de chasser quand je me saurais parfaitement en sécurité, c'est à dire le lendemain. Eilyn semblait avoir totalement cicatrisé, et notre seul mal était la faim qui nous tiraillait. Une chance pour nous, un nid rempli d'imposants oeufs se présenta à nous le soir même, et nous fîmes une halte pour manger et passer une vraie nuit de sommeil.

" Il est tard ... Nous ferions mieux de dormir. Le repas t'as plu ? "

Je regardais la montagne au travers des feuillages des arbres. Nous n'en étions plus très loin, et il me semblait judicieux de la traverser. Partout était mieux qu'ici. Sauf si derrière la montagne, à l'extrême de la forêt, se trouvait ... une autre forêt.

" Qu'est ce que tu en penses ? On se tentera à l'escalade, demain ? "
Invité
avatar
Invité
Re: Un pèlerinage vers le danger - Jeu 17 Avr 2014 - 22:58
Les deux jeunes filles réussirent à s'extirper du mauvais pas dans lequel elles pensaient, l'une comme l'autre, s'être tirées. Il est vrai que cela paraissait trop beau, trop miraculeux et trop ... trop de trop tuait le trop, comme le lui répétait souvent son petit frère. Il y avait forcément anguille sous roche, il était peu probable qu'après les avoir malmenée et presque tuées, la forêt ou le je-ne-sais-quoi qui la contrôlait décide de les épargner et de les sauver. Sauf s'il s'agissait d'un esprit sadique et malsain réparant ses jouets pour mieux se divertir. Quoi qu'il en soit, elles marchaient désormais depuis un long moment, les égratignures et les bleus s'estompant rapidement sur la peau d'Eilyn. Cette dernière suivait silencieusement son amie, ressassant mentalement le film de leur aventure. Malgré le côté sombre et sinistre de la chose, elle sentait bien que cela avait créé une sorte de lien fragile mais intense entre Amber et elle. 


A force de marcher, les muscles de la brune n'étaient plus que noeuds de douleurs et paquets de crampes, la jeune fille étant loin d'être une championne de sport. Pour dire vrai, ce n'était pas tellement son domaine. Mais elle suivait tant bien que mal le rythme et ne protestait jamais ni même ne laissait transparaître sa douleur sur son visage. Ce n'était ni le lieu ni le moment de se plaindre, et sans doute même que son amie connaissait les mêmes souffrances. Même quelqu'un d'endurant éprouverait bien des difficultés à conserver son calme et son endurance. Au bout d'un moment, elles se reposèrent enfin, Eilyn s'échouant littéralement telle une baleine échouée sur un parterre de mousse verte, laissant ainsi le soin à Amber de trouver de la nourriture. Elle s'en voulait de ne pas servir à grand chose, mais elle était bien incapable de monopoliser suffisamment de force et de logique pour établir un plan d'attaque. C'est à peine si elle aurait trouvé son nez au milieu de sa figure, donc trouver des oeufs ou chasser du gibier ... Ce n'était pas tellement dans ses cordes. 


Eilyn mangea donc avec plaisir le repas concocté par son ami, calmant ainsi les protestations de son estomac. C'était tout simplement délicieux, même si elle ne savait pas tellement si la faim qui tiraillait son estomac n'avait pas enjolivé un peu le côté succulent du repas. Elle leva donc la tête vers Amber, sourit de toutes ses dents, un bout d'oeuf accroché à la comissure de ses lèvres, puis hocha vigoureusement la tête.


« C'était délicieux oui. Merci beaucoup. Je crois que sans toi, j'aurai fini en vieux pruneau rabougri et j'aurai nourri les vers de terre.»


La brune rigola doucement puis posa son regard autour d'elle, chose qu'elle n'avait pas pris le temps de faire depuis leur arrivée à leur sorte de camp de survie. L'endroit était magnifique, quoi qu'oppressant après leur aventure, et Eilyn avait hâte de quitter ce décor. Elle considéra donc un moment la question de son amie, le regard posé sur le sommet des montagnes qui s'étendaient devant elles. S'était risqué, et aucunes d'elles ne pouvaient savoir ce qui les attendait derrière. Cela pouvait être meilleur. Ou pire. Après un instant de réflexion, elle soupira doucement et haussa les épaules.


« Je pense que nous devons essayer. De toute façon, le choix n'est que très limité, et sincèrement, je donnerai tout pour quitter ce décor maudit. »


Sur ces paroles, elle s'allongea, ramena ses genoux sous son menton et resta un petit instant les yeux ouverts, à fixer Amber. Elle était contente de l'avoir à ses côtés, malgré un départ hésitant et un peu bancale, elle savait désormais qu'elle avait une alliée. C'est donc avec un sourire qu'elle salua son amie puis ferma ses paupières pour tenter de dormir. La nuit fut longue et agitée, et la brune trembla une bonne partie de la nuit à cause du froid et de la peur. Au petit matin, elle se leva et alla cueillir deux gros fruits rose bonbons. S'était risqué, ce truc était inconnu au bataillon, mais elle avait observé et vu des sortes de biches violettes aux poils longs en manger. Ce ne devait donc pas être mortels. Et quand bien même, cela achèverait plus vite son calvaire. Bref, elle rapporta son maigre butin et le posa devant Amber avant de retourner s’asseoir.  Après avoir mangé leur fruit étrange et à la limite du mode allien, quoi que délicieux et juteux, elles repartirent en direction de la montagne. Après une longue journée de marche, les deux aventurières arrivèrent au pied de la montagne, un petit chemin sinueux zigzaguant sur sur le flanc de cette dernière. Les mains sur les hanches, elle se tourna vers Amber.


« J'espère que tu n'as pas le vertige. Et surtout, j'espère qu'il nous reste un peu de chance, car il va nous en falloir. »


Eilyn rigola doucement et fit une révérence ridicule à son amie pour lui laisser l'honneur d'ouvrir le chemin.  
Invité
avatar
Invité
Re: Un pèlerinage vers le danger - Mer 28 Mai 2014 - 15:30
La montagne ... Je dévisageais Eilyn avec une certaine crainte. De son pied, elle n'avait l'air que plus imposante encore. La montagne, pas Eilyn. Celle-ci, en revanche, n'avait pas l'air bien découragée.  Que du contraire, car après une brève hésitation, c'est elle qui prit la décision de la traverser. Elle avait raison, c'était ça ou la forêt, et comme un peu près tout sur cette terre me semblait mieux qu'elle, je me risquai à poser le pied sur la première pierre. La montée allait être rude, mais par chances, je pouvais distinguer quelques plateaux sur l'ensemble de la montagne. Nous n'allions pas être forcée de la franchir d'une traite, et fort heureusement, car j'ignorais si j'y serais moi-même parvenu. Je pensais à Eilyn, quelques jours auparavant, dégustant son œuf avec malice. Un lien s'était ficelé entre-nous. Une puissante attache. Typiquement le type de sentiments que je n'avais jamais ressenti. C'était plus fort qu'une amitié sans être de l'amour. Si quelqu'un venait à s'en prendre à Eilyn, ce serait comme s'en prendre à moi-même. Je me sentais comme liée à elle, et ce, sans pouvoir vraiment avancer une particulière entente, ou un feeling parfait. Je m'étais faîte à ce qu'elle était, elle à ce que je suis. Nous nous étions acceptée tel que nous sommes. Puis en prime, j'imagine qu'être deux face à un monde sanglant où vicieux, où même les fougère veulent votre mort, ça forge des liens. Je comptais bien nous tirer de là. Finir mes jours sous la complaisance d'une nature meurtrière n'était pas dans mon projets.

Je gardai en tête cette dernière phrase. Elle me donnait la force nécessaire, pour avancer. L'adrénaline étant désormais omniprésente dans mes veines, c'est à peine si je la ressentais encore. Alors je m'attachais à l'espoir. A l'amitié. A des valeurs sur lesquelles je pissais littéralement , avant. Comme quoi même moi, j'apprenais. Et même si mes projets de vies n'avaient pas changé, cela me renforçait. 

Bien que glissante, la pierre était solide. J'étais parvenue à atteindre la première zone plate sans avoir à déclarer de décès prématuré. Je me traînais jusqu'à une roche où je m'adossai, avant de boire par grosse gorgée. Il faisait beaucoup plus froid et faisait très venteux. Je jetai un regard au ciel, bientôt nocturne, et fermai les yeux quelques instants. J'étais prête à m'endormir. Mes muscles hurlaient à la mort et mon estomac grognait. Je me levai et avançai un peu plus vers l'imposant trou noir qui se trouvait derrière moi. Il s'agissait d'une grotte, où je pouvais distinguer au fond d'énormes toiles d'araignées. Elles étaient si grande qu'on aurait pu y coller une vache entière. Je lançai un regard à Eilyn et dit :

" Tu crois qu'elles y habitent encore ? "  

J'étais fatiguée de grimper, et j'étais prête à me battre pour conserver l'emplacement. Mais cela valait-il vraiment la peine de risquer le diable, et de risquer d'affronter Aragog le retour ... ?
Invité
avatar
Invité
Re: Un pèlerinage vers le danger - Mer 28 Mai 2014 - 17:06
Avant d'emboîter le pas de son amie, Eilyn prit le temps de lever la tête pour analyser la hauteur et le risque de leur traversée. Tout en fronçant les sourcils, elle mis un doigt dans sa bouche, le tendit devant elle et hocha vigoureusement la tête.


« On a de la chance, le vent est avec nous. Il va vers le ... nord-ouest. Quoi que j'en sais rien. Je sais même pas où on est.
Mais ça fait cool de dire une direction. »


Un large sourire aux lèvres, la jeune fille haussa les épaules et commença son ascension. Inquiète, elle l'était, mais à bien y réfléchir, sa situation n'était finalement pas si désespérée que ça étant donné qu'elle se trouvait avec son amie. Et surtout, chose qu'elle n'avait pas pris en compte, elle pouvait désormais voler. Enfin ... Voler tel un jeune oisillon assoiffé de liberté ne sachant pas comment maîtriser ses ailes, et avec une souffrance énorme, mais tout de même. La brune était dotée d'un certain niveau de swagg, comme dirait les jeunes humains de son âge. Arrivées sur une sorte de plateforme, Amber s'arrêta, accompagnée par Eilyn. Cette dernière contempla l'horizon, et se rendit compte qu'au final, elles avaient plutôt bien avancé. L'oreille aux aguets, elle entendit assez distinctement le bruit de l'estomac en mal de nourriture que venait de faire le ventre de son amie. Les mains sur les hanches, la jeune fille regarda autour d'elle, à la recherche d'une potentielle source de nourriture, mais son radar n'indiqua rien. Elle se retourna donc pour suivre Amber et observa la grotte avant de répondre à celle-ci.


« On finira bien par le savoir non ? De toute façon on n'a pas d'autre solution. 
Et puis, j'ai toujours rêvé de dormir dans une toile d'araignée géante pour au final servir d'apéritif à une famille d'araignées. »


Elle donna une légère tape amicale sur l'épaule de son amie et pénétra un peu plus dans la grotte. Selon elle, leurs amies à 8 pattes ne risquaient pas de venir perturber leur repos.


« Sincèrement, je pense qu'on est tranquille. »


Sur ces mots, elle plongea littéralement sur une des toiles et resta accrochée la tête en bas. Cela était largement suffisant pour lui déclencher un fou rire incontrôlable. Des larmes dans les yeux, elle se dandina autant qu'elle le pouvait pour tenter de se décrocher de l'emprise de la toile, dont l'efficacité était redoutable. Dans un gros boum sonore, elle retomba sur le sol dans un nuage de poussière. Se rendant compte que ce genre de comportement n'était réellement pas fait pour les aider dans leur survie et leur quête de nourriture, Eilyn se releva vivement et tapota ses vêtements.


« Je crois que je vais ... Euh ... Aller voir si je ne trouve pas quelque chose à manger. »


Avec un petit sourire honteux, elle partit d'un pas vif chercher une sorte de buisson ou de champignon pour avoir quelque chose à se mettre sous la dent.
Invité
avatar
Invité
Re: Un pèlerinage vers le danger - Ven 30 Mai 2014 - 21:10
« On finira bien par le savoir non ? De toute façon on n'a pas d'autre solution. 

Et puis, j'ai toujours rêvé de dormir dans une toile d'araignée géante pour au final servir d'apéritif à une famille d'araignées. »

Je haussai les épaules et accordai un éclat de rire à la jeune fille. Je ne pouvais vraiment dire que la blague était tordante, puisque je ne pouvais m'empêcher de me voir dévorée par une gigantesque arachnide, mais sans doute valait-il mieux faire preuve d'humour, dans ces cas-là, histoire de ne pas devenir tout à fait sénile. Puis quand bien même, la mort nous serait venue comme une délivrance. Choisir entre mourir sous les assauts d'une forêt vicieuse et sanglante ou sous le venin de géantes bestiole tenait de la politique du moindre mal, ce que j'appréciais drôlement moins depuis qu'elle ne valait plus que pour les autres. L'avantage, c'est que si nous retournions un jour à l'académie, Eilyn et moi avions de quoi se la péter. Bon nombres des imbéciles pré-pubères y vivant n'auraient pas tenu plus de 48 heures, hors, nous ... En fait, je ne savais plus vraiment comment terminer cette phrase. Je commençais à perdre toute chronologie, si bien que même si j'estimais notre expédition à une durée d'une semaine ou deux, je ressentais au fond de moi l'insupportable sensation d'y vivre depuis des lustres. J'avais envie d'en finir. De m'évader. De retourner à une vie normale, en fait, même si très clairement, une partie de moi non-négligeable adorait cette expédition. Elle appréciait cette liberté, cet espace infini à découvrir, ces terres à parcourir. Il était juste dommage que le moindre pissenlit soit si hargneux qu'il serait capable de vous faire une clé de bras.

Une fois au fond de la grotte, Eilyn sauta de tout son poids sur l'une des toiles qui pendait entre deux murs. Elle y resta collée quelques instants, ce qui parvint à m'étonner, avant de retomber lourdement sur le sol comme un gros sac de viande. Je ne pût évidemment pas retenir mon rire moqueur, qui, même si sans méchanceté, aurait peut-être le pouvoir de faire bouder Eilyn. Je m'excusai et lui demandai si elle ne s'était pas faîte mal, avant de la voir partir, un peu honteuse, sois disant chercher de la nourriture. Elle ne risquait pas de trouver grand chose, ici, à l'exception d'un lézard. Je me souvint alors de notre dernière rencontre avec l'un d'eux, de la plaie sur la main d'Eilyn qui en avait écoulé, et secouai la tête. J'avais eu ma dose de reptile. Prions plutôt pour qu'elle tombe sur une chèvre, et qu'elle l'égorge, plutôt que de lui faire un gros câlin.

Une fois seule, j'examinai de plus près l'habitacle. Il faisait extrêmement sombre, et même si l'on enlevait les toiles digne des meilleurs décorations d'Halloween, carrément dégoûtant. Une chance, j'étais trop lessivée pour faire la difficile. Je me laissai glisser contre une pierre lisse afin de m'asseoir, clope au bec, et regardai le plafond. Des petites sphères lumineuse y étaient attachée. Je jetai un coup d'oeil vers l'entrée de la cavité pour confirmer mes doutes : La nuit tombait, ce qui expliquait la fluorescence de ces boules. Je ne m'en méfiais pas, et le comparai même à des étoiles dans un ciel nocturne. J'avais vraiment besoin de dormir ... D'ailleurs, mes paupières commencèrent à se fermer et puis ... Morphée.
Invité
avatar
Invité
Re: Un pèlerinage vers le danger - Ven 30 Mai 2014 - 21:41
Ayant prit timidement la fuite après son remake ridicule de Spider-Man, la jeune fille se trouvait désormais à l'entrée de la grotte, ne sachant franchement pas quoi faire pour se rendre utile. Elle avait déjà cherché du coin de l’œil un potentiel truc à se mettre sous la dent, mais n'avait rien trouvé. Il y avait donc peu de chance qu'elle tombe miraculeusement sur un côte de bœuf saignante n'attendant qu'à être cuite sur un feu de bois. Laissant échapper un petit soupir, Eilyn leva les yeux aux ciel et eut momentanément le souffle coupé face à la beauté du ciel. D'une couleur rose-orangé, le soleil se couchait par delà la montagne, laissant derrière lui une toile flamboyante. Face à ça, elle ne pouvait que se sentir ridicule, minuscule et terriblement vulnérable. La brune secoua doucement la tête pour recouvrer ses esprits puis remonta soigneusement ses cheveux sur sa tête en une longue queue de cheval dégringolant dans son dos en une cascade de boucles noir. Résignée elle rebroussa chemin et entreprit de faire son rapport à Amber.


« Je n'ai rien trouvé. Il ne nous reste plus qu'à ... »


La jeune fille interrompit sa phrase en voyant son amie endormie. Un sourire attendri étira furtivement ses lèvres, même si elle était désormais en charge de la sécurité et du tour de garde nocturne en cas d'attaque, ce qui n'était pas pour lui plaire. Afin de ne pas rejoindre elle aussi le doux pays des rêves peuplé de Bisounours et de licornes en tout genre, elle attrapa un bout de bois et le fit tourner entre ses doigts, avec une grâce et un doigté loin d'égaler celui des majorettes. Au bout d'un moment, ses doigts lui faisaient terriblement mal, ce qui la poussa à renoncer à sa carrière de majorette. Blasée, elle leva les yeux et remarqua des petites sphères lumineuses. La brune en fût intriguée et se leva après avoir jeté un coup d’œil à Amber. Son amie dormait encore, elle pouvait donc se permettre de la laisser un moment pour aller examiner de plus près ses petites boules fluorescentes. Vu la hauteur à laquelle elles se trouvaient, Eilyn n'avait d'autre choix que d'escalader partiellement la paroi rocheuse. Après s'être frottée les mains pour les réchauffer, elle escalada tant bien que mal la pierre et attrapa du bout des doigts les boules pour les mettre dans sa poche. En redescendant, elle s'érafla légèrement le genou, tâchant son pantalon d'une délicate tâche brunâtre. Chouette, rien de mieux que de saigner dans un lieu aussi propre et sain. Une grimace déforma les traits d'Eilyn, mais cela fût vite chassé par la fascination lorsqu'elle sortit les sphères de sa poche. N'y voyant pas grand chose, elle décida d'allumer un feu avant d'examiner un peu mieux sa trouvaille. Mais comment faire du feu ... sans feu. Problématique, à moins de s'appeler Harry Potter ou d'avoir un dragon cracheur de feu dans sa poche, ce qui n'était étonnamment pas son cas. 
Ne voyant qu'une solution, Eilyn se mordit la lèvre inférieure et s'agenouilla près d'Amber. Si celle-ci se réveillait pendant l'action qu'elle entreprenait de réaliser, sans doute qu'elle l'étriperait. Des gouttes de sueurs perlant sur son front, c'est donc avec une extrême concentration que la jeune fille attrapa le plus délicatement possible le briquet d'Amber. Une fois l'objet en main, elle soupira et enleva du revers de la main les perles salés qui roulaient sur sa peau, tel un chirurgien ayant réussi une opération délicate du coeur. Contente de sa réussite, elle regroupa un tas de bois et alluma le feu avant d'observer les sphères qui n'étaient rien d'autres que ... des œufs. Amusée, elle les fit cuire avec les moyens du bord et en mit de côté pour son amie avant de manger sa part. Après une première bouchée test, elle parut satisfaite et englouti sa part avec plaisir. Repue, elle ferma un moment les yeux avant de remarquer ... qu'elle brillait dans le noir, tout comme les oeufs avant qu'elle ne les fasse cuire. Sa peau avait une délicate couleur bleu-jaune, telle une luciole ou un objet phosphorescent. Eilyn ne put s'empêcher de rire discrètement pour ne pas réveiller Amber. Elle avait hâte que son amie se réveille pour voir sa tête quand elle verrait sa nouvelle couleur plutôt ... lumineuse.  
Invité
avatar
Invité
Re: Un pèlerinage vers le danger - Mar 1 Juil 2014 - 19:11
J'ouvrai lourdement les yeux. Cela faisait longtemps, au moins depuis notre départ, que je n'avais plus dormi d'une seule traite. Et encore, aussi loin que je puisse m'en souvenir, les nuits à l'académie n'ont jamais vraiment été très douce. Je me redressai tout doucement, toujours les yeux mis-clos, et massai doucement mon dos qui était douloureux. Je ne conseille à personne de dormir sur de la pierre, encore moins ... Combien d'heure de suite, déjà ? Je jetai un regard vers l'entrée de la grotte et remarquai que le soleil battait à son plein. Chouette. Rien de mieux qu'une petite attaque de forêt diabolique pour entamer une agréable journée. Une senteur flotta soudain jusqu'à mes narines. Une très agréable odeur ... d'oeuf ? Je hochai la tête en guise de bonjour à Eilyn et descendit les yeux vers ce qu'elle gardait près d'elle. 

Et là, je ne sais pas trop. J'ignore toujours si c'est le fait de retrouver sa meilleure alliée d'une teinte fluorescente ou le fait qu'elle ai eu l'idée de manger des oeufs fortement radioactif qui me choqua en premier. Les poils s'hérissèrent sur mon cou et je songeai un instant à retourner me coucher, mais en vain. C'était peut-être grave. 

" Dis-moi, Eilyn, dis-je en regardant le plafond, tu ne te questionnes jamais lorsque tu mange des oeufs fluo que tu as trouvé dans une tanière d'araignée ? "

Je soupirai, souriai, même. Nous n'étions plus à ça près. La forêt m'avait offert un étrange sens de la dérision. Je poussai gentillement les oeufs qu'elle m'avait laissé et tentai de retenir les étranges grognements qui étaient susceptible de provenir de mon estomac vide. J'étais vraiment, vraiment très tentée par ce repas improvisé. 

" Tu te sens bien ? Je veux dire, à part ta ... couleur de peau ? " 


Je me levai, un peu consternée par les événements récent, et m'étirai de tout mon long. J'avais envie d'une cigarette. J'examinai mon paquet, qui dépassai de ma poche, et songeai à ralentir si je voulais qu'il m'en reste. J'avançai vers la sortie de la grotte, mais l'absence de mon briquet m'en empêcha. Ah ... Oui ... Il fallait bien les cuire, ces oeufs.  Je résistai à l'envie de la traiter comme l'on traiterait une véritable pick-pocket et me contentai de l'appeler.


" Eilyn ! Viens ici, et prends ce fichu briquet ! "


J'avançai vers la tiédeur des rayons du soleil et m'étirai de plus belle. Je lançai un regard de défi vers l'immense forêt. Je me sentais hors de portée, de là où j'étais. Eilyn et moi allions vaincre. Même si elle avait le don de m'agacer, je savais que je ne pouvais plus faire sans elle. Comme si je me sentais coupable de penser ce genre de chose, je lançai, d'un ton plus dur encore.


" Tu te regardes briller ? "
Invité
avatar
Invité
Re: Un pèlerinage vers le danger - Jeu 3 Juil 2014 - 18:55
Après un instant qui lui paru interminable, Eilyn vit enfin les paupières de son amie s'entrouvrir. Assise en tailleur, le dos bien droit, un large sourire aux lèvres, elle lui faisait face avec impatience, guettant la réaction d'Amber pour sa nouvelle couleur de peau. Déçue de voir que son amie ne remarquait absolument rien, elle baissa les yeux sur le bout de ses chaussures et tripota doucement la pierre qui faisait office, pour l'occasion, d'assiette. Tout en soupirant, elle poussa son maigre repas vers Amber et ne pu s'empêcher de sourire, les yeux brillant d'excitation, à l'écoute des paroles de son amie. Enfin ! Elle avait remarqué la chose extraordinaire qui été en train de lui arriver. La brune hocha vivement la tête, impatiente de partager son expérience.


« Bien sûr que je me suis questionnée ! Mais ... C'est l'expérience la plus giga-méga-fantasmagorique de toute ma vie ! Regarde moi ce teint lumineux ! Et je me sens mieux que jamais. Je t'assure. Une vraie jeunette, la Eilyn, prête à courir un marathon. »


Sur ces mots, elle frappa l'air de ses points et se dandina joyeusement pour prouver l'exactitude de ses propos. Une nouvelle fois déçue de remarquer que son amie ne partageait pas son enthousiasme, la joie de la jeune fille retomba comme un soufflet. Les épaules relâchées, elle tendit les bras devant elle et ne put s'empêcher de s'extasier de nouveau sur sa peau fluorescente. Lorsque la voix d'Amber retentit de nouveau dans ses oreilles, le visage d'Eilyn se crispa. Le briquet. Une douloureuse grimace déforma ses traits et elle se cogna le front du plat de la main. Elle ne savait absolument pas où été ce satané briquet. Sans doute était-il parti faire sa vie de briquet et n'avait-il pas jugé bon de la tenir informer de ses projets étincelants. Quoi qu'il en soit, elle allait devoir le retrouver rapidement si elle ne voulait pas finir en saucisse cocktail ou pire encore. A quatre pattes dans la grotte, la brune se mit alors à chercher frénétiquement l'objet si précieux et vital à son amie.


« Briiiiquet ... ? Petit, petit, petit. Viens voir Tata. Pitié, ne te caches pas. »


Malgré ses faibles connaissances dans le domaine scientifique et paranormal, jamais elle n'avait entendu d'histoire parlant d'objet pourvus de pattes et se déplaçant à leur guise. Ce n'était bon que pour les contes. Au bout d'un long moment, elle retrouva enfin le Saint Grâal nouvelle génération et ne put s'empêcher de laisser échapper un cri de victoire. Elan de joie de nouveau brisé par Amber, s'impatientant sans doute. Sachant que son amie ne pouvait pas la voir, Eilyn se permit une petite grimace pour se moquer d'Amber et se leva avant de trottiner, tout sourire, vers l'extérieur de la grotte. C'est donc avec de la poussière sur le visage et des toiles d'araignées dans les cheveux qu'elle arriva dehors, le bras tendu vers son amie. 


Mais, les choses ne se passaient pas tellement comme prévu. Certes, avec sa nouvelle couleur, elle se sentait bien et pleine de vie. Sous le couvert de la grotte. Une fois dehors, exposée aux rayons du soleil, cela étant totalement différent. La peau d'Eilyn la brûlait et devint rouge vif, avec des petites cloques sur le dessus. Un cri de douleur s'échappa de sa bouche et par réflexe elle leva les main pour protéger son visage. Chose inutile en de pareille circonstances, mais les réflexes ne sont pas facilement contournables. Elle retourna difficilement à l'abri de la grotte, rampant à moitié, chaque parcelle de sa peau brûlée et recouvert de cloques. 


« Allé, vas-y, dis le. Fais moi la leçon. Non je n'aurai pas dû les manger, non ce n'est pas amusant et oui je suis stupide d'avoir seulement pensé à manger de pareilles choses. »


La brune se maudissait intérieurement, et involontairement, elle s'en prenait à Amber pour passer ses nerfs. Mauvaise idée, mais terriblement efficace. Cela ne l'empêcha pas de se sentir coupable.


« Excuse moi, tu n'y es pour rien. Et tu aurais raison de me dire des choses pareilles. Mais j'étais à bout, j'avais terriblement faim, et je voulais te faire plaisir. Je nous met dans une belle galère hein ... »


Sur ces mots, une larme roula sur sa joue. Elle se recroquevilla contre la paroi de la grotte, camouflant son visage. Elle n'avait aucune idée de ce qui lui arrivait, ni même si un jour les effets allaient s'estomper. Et pire encore, elle avait faillit entraîner Amber dans sa mouise. 
Invité
avatar
Invité
Re: Un pèlerinage vers le danger - Jeu 3 Juil 2014 - 19:38
Je n'étais pas encore tout à fait réveillée. Mes muscles étaient encore tendu à l'extrême et mes yeux lourd comme deux pierre lorsque je me distrayais du paysage, cigarette entre les lèvres, attendant avec impatience de quoi allumer cette dernière. J'avais cette fâcheuse tendance à tout refouler. Que ce soit mes sentiments, ma sympathie, je cachais tout derrière un voile épais d'agressivité et de venin. Eilyn venait encore d'en faire les frais. Et le plus amusant, c'est que je m'en fichais éperdument. J'étais un peu comme cette forêt, je pense. Belle, attirante, envoûtante même, mais mortelle. Je souriai tranquillement, tandis que mon égo me dévorait peu à peu. J'étais d'une telle modestie, depuis que j'étais revenue à la vie.

Le temps passait. J'imaginais bien Eilyn paniquer comme un petit goret, à quatre patte dans la grotte, soulevant chaque pierre à la recherche de l'objet de mon caprice. Je pensai tout de même à m'excuser. Oui, je m'excuserais. La situation était déjà assez difficile, si en plus ma seule alliée venait à me prendre pour un monstre, nous n'étions pas sortie d'affaire. Puis même à coté de ça, j'appréciais mon amie. Elle avait ce que j'avais perdu, et en contre-partie, je me plaisais bien à assurer sa survie. Il aurait fallu du temps pour l'admettre, mais cette sortie, malgré toutes les douleurs qu'elle a provoquée, était aussi exaltante que ce que j'imaginais. Si nous survivons à ça, nous survivrons à tout, c'est sûr. Il n'y a pas de meilleurs entraînement que le danger de mort imminent, planant et constant.

J'entendis alors les pas d'Eilyn se diriger vers moi. Je me retournai, tout sourire, prête à lui demander pardon, lorsqu'elle se mit à hurler. Un cri perçant, d'agonie. Je la vis s'écrouler au sol, souffrante, rampant jusqu'à l'ombre. Je ne compris pas tout, mais l'adrénaline me fît bondir jusqu'à elle. C'est là que je remarquai les cloques qu'elle avait sur le corps, au dessus d'une peau rouge vive. Les œufs ne lui avaient décidément pas fait du bien. Au moins, elle n'était plus fluorescente.


" Ne t'excuse pas. C'est sûr que ce n'était pas malin, mais tu voulais bien faire. Et puis au fond, tu as raison. Je suis trop sur ton dos, je suis difficile à vivre, excuse-moi. "

J'allai m'accroupir à ses coté et lui caressai doucement les cheveux en lui disant de ne pas bouger. Pour le coup, je ne savais pas vraiment quoi faire pour l'aider. Je m'accrochai juste à l'espoir que puisqu'elle n'était plus de couleur lumineuse, elle n'était par logique plus sensible au soleil. Une idée me traversai alors l'esprit. Elle n'allait pas lui sauver la vie, mais peut-être au moins la soulager.

Je me levai et me concentrai un instant. Ce cadeau de Deus allait finalement me servir. Je pensai le plus fort possible à moi, à mon apparence, au renfort dont j'avais besoin. Et lorsque j'ouvris les yeux, elle était là. 
Mon double divin.

" Ecoute-moi. Je veux que tu ailles me trouver de l'eau, et de quoi manger. Une fois que ce sera fait, reviens vite, et ne traine pas ! dis-je en regardant le plafond lumineux "

La deuxième Amber hocha la tête niaisement et se précipita vers la sortie de la grotte. Nous allions nous en sortir. C'est obligé. J'allai plus loin dans la grotte et parvint, en grattant un peu, à trouver de la boue. Je la ramassai par grosse poignée et l'étalai sur les parties atteinte d'Eilyn, en lui précisant bien que cela risquait de lui faire mal.

Cela devait la soulager. Je l'espérais. J'aurais bien aimé penser que nous étions hors de portée, ici, seulement voilà, des oeufs frais collé au murs ne présageait rien d'autre que retour iminent des anciens locataire.
Invité
avatar
Invité
Re: Un pèlerinage vers le danger - Ven 4 Juil 2014 - 11:24
Relevant doucement la tête pour regarder Amber, Eilyn fit une petite moue dubitative. Elles étaient toutes deux responsables et étant donné la situation précaire dans laquelle elles se trouvaient embarquées, on ne pouvait en vouloir à personne d'être sur les nerfs ou à fleur de peau. Soulagée de ne pas avoir déclenché les foudres de son amie, elle attrapa ses cheveux et tripota le bout de sa queue de cheval entre ses doigts.


« Chacune a ses torts, chacune s'excuse. Dis moi, c'est pire que les Feux de l'Amour notre truc. »


La brune esquissa un sourire, bien décidée à dérider un peu l'ambiance et la situation. Assise à côté d'elle, Amber était visiblement en train de réfléchir intensément pour trouver un moyen de lutter contre le pseudo-vampirisme dont elle été victime. Il lui semblait même entendre les rouages du cerveau de son amie tant cette dernière semblait chercher un moyen d'être utile. Eilyn s'apprêtait à reprendre la parole mais déjà Amber se relevait et ... A partir de ce moment-ci, la brune n'y compris plus rien et n'en cru pas ses yeux. Une deuxième Amber. Les yeux et la bouche grands ouverts, le regard d'Eilyn jonglait d'Amber numéro 1 à Amber numéro 2. 


« Waouh, c'est dément. Mais personnellement une Amber me suffit hein. Deux Amber ... Bonjour la galère. »


Elle tira malicieusement la langue à son amie, admirant au fond d'elle les pouvoirs de cette dernière. Profitant du fait qu'Amber discute avec son double, la brune la scruta en plissant les yeux. Elle l'enviait. Elle l'enviait terriblement. Cette façon de s'assumer, de se faire respecter et d'imposer le respect. C'est ce à quoi elle aspirait, sans jamais parvenir à aller au bout de son idée. Perdue dans ses pensées, elle sursauta légèrement lorsqu'une boue épaisse atterri sur son bras. Une grimace de douleur déforma ses traits, suivi d'un soupir de soulagement. Une fois passé les premières douleurs, le remède se trouvait être apaisant et rafraîchissant. Eilyn leva les yeux pour croiser ceux de son amie et resta un moment à la fixer avant d'ouvrir enfin la bouche.


« Merci. »


Puis elle se laissa glisser contre la paroi rocheuse et s'endormi rapidement. 


○ ○ ○ ○


Lorsqu'elle rouvrit les yeux, la nuit était tombée. Selon ses calculs, elle avait donc dormi au moins 12 heures d'affilés, ce qui était un record pour elle qui d'habitude ne savait pas dormir aussi longtemps. Lorsqu'Amber rentra dans son champ de vision, elle se senti rassurée et bondit sur ses pieds. La boue avait séché, formant une croûte solide et fissurée sur sa peau. Hésitant à l'enlever, elle fini par hausser les épaules et décida de conserver cette sorte d'armure brunâtre, inquiète à l'idée de voir où en était sa peau. La brune déambula dans la grotte, sans réel objectif, mais en prenant garde de rester à proximité de leur QG. C'est alors qu'elle remarqua une araignée noir et violette sur une des parois. Au-delà de son aspect effrayant, elle était magnifique. Fascinée par l'animal, elle se pencha pour mieux la voir, tout en gardant une distance de sécurité. Un léger sourire aux lèvres, elle se releva et se retourna pour appeler Amber, mais des centaines d'araignées, de toute taille, l'encerclaient et envahissaient la grotte. 
Invité
avatar
Invité
Re: Un pèlerinage vers le danger - Ven 4 Juil 2014 - 13:32
Eilyn s'endormit rapidement. Visiblement, même si cela lui avait tout de même tiré quelques grimace, la boue avait fait son effet. Nous étions bloquée là, au moins jusqu'au lendemain, si pas plus. Je patientai alors, adossée à la paroi de la grotte, Eilyn à ma droite et mes armes à ma gauche, que mon double revienne. J'en profitai pour me nouer les cheveux, dont l'état devenait douteux, en une longue tresse rouge. Je savais qu'avoir les cheveux en tresse plutôt qu'en crinière de roi lion ne me changerait pas vraiment la vie, mais au moins, cela me faisait oublier que j'avais si faim que je pouvais manger une vache entière. Je me souvenais à peine de mon dernier repas. Mon estomac grognait et ... Oh. J'avais froid. 

Au bout d'un moment, je vis ma silhouette boiter jusqu'à nous, les bras chargé de baies, d'eau et d'un animal visiblement mort. Je pense que ce fût le plus beau jour de ma vie. Alors que je me lançai sur les vivres qui me devenaient vitaux, je remarquai les multiples rougeurs, coupure, contusions qui lui coloraient la peau.


" Qu'est ce qui t'es arrivé ? Demandais-je alors que je croquai dans un fruit juteux."

La jeune fille baissa la tête, regardant le sol avec une concentration extrême. Elle avait visiblement du mal à réaliser qu'elle était réelle. Qu'elle existait. Elle était un peu ( beaucoup ) simplette. Pourtant, après un court silence, elle répondit :

" Je ne sais pas trop. La forêt est devenue étrange. J'ai dû courir pour échapper aux morts qui sortaient du sol. "

Il n'y avait pas de quoi être heureuse, pourtant, je souriai à pleine dent. Je pouvais duper la forêt. Je venais de découvrir un moyen infaillible d'échapper à ses griffes. Alors que mon double regardai d'un regard sans vie le sang qui coulait à flot de sa main, je lui dit :

" C'est bon, tu peux repartir. Tu as bien travaillé. "

 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Au moins Six heure venaient de s'écouler. Eilyn dormait toujours tandis que d'immonde crissements se firent entendre. Moi aussi, j'étais sur le point de m'en dormir, mais cette envie me passa bien vite lorsque j'appercu l'origine du bruit. Comme je m'y attendais, des araignées de tailles diverse ( Mais dont même les plus petite sont plus grosse que les plus imposante du monde du vivant ) s'était jointent à nous. Elles laissaient couler de leurs mandibules des quantités impressionnante d'un liquide qui fumait. Je me levai doucement, arme à la main. La fin me semblait bien proche, subitement. J'avais bon chercher, je ne nous trouvais aucun issue positive à cet affrontement. Je tournai la tête, et observai Eilyn au travers de la pénombre. Elle était éveillée, et n'avait pas l'air beaucoup plus à l'aise que moi.  Je fît alors revenir la deuxième Amber. Elle me semblait plus utile que jamais. 

Mais alors que je m'apprêtai à courir et à hurler à tout le monde de me suivre, une des arachnide, d'une taille impressionnante, me renversa et traversa mon épaule gauche de ses crochets. J'hurlai de douleur tant l'acide de son venin était fort, et failli m'évanouir. Je ne voulais pas mourir, je voulais pas.
Invité
avatar
Invité
Re: Un pèlerinage vers le danger - Sam 5 Juil 2014 - 19:27
Entourées par les araignées, les deux aventurières d'un jour étaient dans une mauvaise passe, et rien ne venait à l'esprit d'Eilyn pour tenter de les sortir de là. Ne cédant pas à la panique, elle inspira un grand coup tout en tentant de rejoindre Amber afin de faire face ensemble. S'était sans doute là la clé de la réussite. Unir leurs forces pour prendre le dessus sur les arachnides. Malheureusement, malgré tous ses efforts pour parvenir à glisser jusqu'à son amie, cette dernière se fit mordre par une des bêtes. Chaque cri qui sortait de sa gorge tordait de douleur l'âme de la brune. Il n'y avait rien de pire, à ses yeux, que d'entendre et de voir quelqu'un que l'on aime souffrir. Sans doute poussée par l'adrénaline, elle bondit sur l'araignée accrochée à l'épaule d'Amber afin de la libérer de cette entrave toxique. Du coin de l'oeil, elle observa la morsure et l'état de santé de son amie. S'était moche à voir. Il fallait qu'elle se concentre, qu'elle trouve un moyen de se débarrasser de leur visiteurs imprévus et dangereux. Elle retira vivement son tee-shirt, l'enroula autour d'un grand bout de bois et noua le tissu autour de l'une des extrémité. Une fois fait, elle tendit le bras vers le feu et mis le feu à son tee-shirt dans l'espoir d'éloigner les araignées avec le feu. Sauf qu'elle n'avait pas d'alcool et que la flamme n'allait pas durer fort longtemps. Elle profita donc du court instant dont elle disposait pour agiter férocement la flamme devant elle et Amber, et incita son amie à la suivre au moins jusqu'au feu. Ce n'est qu'à cet instant qu'elle remarqua le double d'Amber. Elle avait eu le temps et le courage de l'invoquer avant de se faire attaquer. Un petit sourire étira furtivement ses lèvres avant qu'elle ne secoue la tête pour revenir à l'instant présent. Fuir. Il fallait fuir, et rapidement. 


Elle n'avait aucune idée quant aux capacités d'Amber à courir, ou en tout cas à se déplacer de façon plus ou moins rapide, afin de sortir de cette maudite grotte. Eilyn opta donc pour un compromis et passa son bras autour de son amie pour l'aider à se déplacer. C'est tout de même avec un léger pincement au coeur qu'elle laissa le double se battre corps et âme, tel un bouclier humain, afin de fuir aussi vite que possible. Sauf que tourner le dos au danger était rarement une bonne idée. Une araignée bondit sur elle, la cloua au sol, face contre terre. Situation idéale. Elle soupira lourdement avant de gigoter dans tous les sens.


« Retourne faire ta toile, maudit truc moche tout poilu. »


En colère contre l'animal et contre le destin qui ne les épargnait pas, elle se mis sur le dos et mordit avec force une des pattes dégoûtante de l'araignée qui se mit à crier d'un petit son aigu et strident, tentant de s'échapper. La brune relâcha alors son emprise et cracha les touffes de poils qui s'étaient insinuées dans sa bouche. Profitant du répit, sans doute court, dont elles bénéficiaient, elle bondit sur ses pieds, non sans difficultés ni douleur, et rejoignit Amber. 


« Je pense qu'après ça, on va voir les araignées d'un autre oeil. Je vais rentrer en mode ninja dès que j'en verrais une. Ca va être moche à voir, crois moi. »


Les mains sur les hanches, elle souffla pour ôter les mèches de cheveux qui tombaient sur son visage puis trottina jusqu'à la sortie de la grotte. Le soleil la brûlait encore, mais s'étant mis à l'ombre, cela était légèrement atténué. Ses gencives lui faisaient étrangement mal, et une faim étrange lui remuait l'estomac. Certes, elle s'était fait mordre par l'araignée, mais tout de même, elle n'allait pas muter en une sorte de montre étrange. La brune se massa les tempes, espérant que la douleur qui se faisait ressentir dans chacun de ses membres s'atténuent, et guetta l'arrivée d'Amber. 
Invité
avatar
Invité
Re: Un pèlerinage vers le danger - Ven 11 Juil 2014 - 20:45
Je parvins à rejoindre Eilyn, tandis que derrière moi se faisaient entendre les supplications d'agonies de mon double. Je ne pouvais pas me permettre de la renvoyer dans mon esprit. Cela permettrait à ces immondes créatures de nous retrouver, et de faire de nous deux délicieuse petites saucisse apéritif. Il n'en était pas question. Je décidai alors de prendre les gémissements de souffrance comme une mélodie. Celle de la liberté. Pourtant, quelque chose n'allait pas. Je me sentais étrangement différente. Un goût prononcé de sang s'imposait dans ma bouche. La soleil m'agaçait au plus haut point. Je ne supportais pas la sensation que donnaient ses rayons sur ma peau pâle, et puis surtout ... Il me faisait très mal aux yeux. 

Je regardai Eilyn avec curiosité. Elle aussi avait été mordue.  Peut-être avait-elle les même symptomes que moi ? Je ne voyais pourtant aucune différence particulière avec l'Eilyn que je fréquentait depuis voilà un petit moment. Je décidai de me taire. De garder mon ressenti pour moi.  Après tout, j'étais affamée et blessée. J'avais les symptomes les plus basique de la malade qui a besoin de repos. Eilyn plaisanta alors, ce qui en plus de me faire rire, me fît oublier la douleur. Je lui tint alors le bras et dit, d'un ton subitement plus sérieux.

" Eilyn ... Il faut qu'un bouge. On va se faire bouffer si on reste là, et j'ai grand besoin de repos ... "

Et de ne plus voir le soleil ... Pensais-je. J'entamai alors la marche, un peu boiteuse et étourdie, vers notre nouvelle destination qui serait, je l'espère, moins infestée. Pourtant, quelque chose en moi s'enclenchai. Un sentiment fort, puissant. Une furie. Je me mis alors à transpirer à grosse goutte, tandis que me vue virait littéralement au rouge sang. Je me retournai alors sur Eilyn, totalement déphasée :

" Toi aussi, tu le sens ... ? Ce truc en toi ! J'ai envie de tuer Eilyn ! J'ai envie de voir du sang ! " Hurlais-je.

Des visions sanglante défilaient dans ma tête. Les sons autours de moi s'amplifièrent, les odeurs s'accentuèrent jusqu'à m'écoeurer. Et dans ma bouche, ce fichu goût de sang ... Mes muscles se contractèrent au maximum, tandis que les imagies de violences continuaient à s'afficher dans mon esprit. Je me sentais prête à bondir sur Eilyn. Pourtant, une odeur émanait d'elle. Une senteur qui m'indiquait qu'elle et moi étions les même. Que nous appartenons à la même famille, à la même ... colonie. Comme ces fichues araignées. Tout à coup, alors que je m'arrachais les cheveux tant la folie était puissante, je murmurrai :

" Eilyn ... Pitié ... Aide-moi ! "
Invité
avatar
Invité
Re: Un pèlerinage vers le danger - Ven 11 Juil 2014 - 21:32
Hochant la tête pour confirmer la proposition de son amie, Eilyn se mit en marche, observant avec intensité le dos de cette dernière. A force de côtoyer Amber, elle avait une certaine connaissance du phénomène que cette dernière pouvait être. En cet instant, elle se doutait qu'un truc clochait, alors qu'elles marchaient en silence, chacune repensant sans doute à ce qu'elles venaient de vivre. Cela se voyait à sa façon de se comporter, de ... transpirer. Elle fronça les sourcils, tandis qu'elle tentait le plus possible d'esquiver les zones trop exposées au soleil et de suivre les zones d'ombres, sa sensibilité au soleil étant encore présente. Mais alors qu'elle était concentrée sur son chemin, sans penser à rien d'autre que ses pas sur le sol, elle heurta Amber qui s'était soudainement arrêtée, en proie à une sorte de crise de folie. Les yeux grands ouverts, elle écouta attentivement les paroles de son amie tandis qu'une sévère nausée lui resserrait le coeur et lui faisait tourner la tête. Elle se massa de nouveau les tempes, ferma ses yeux puis serra ses poings avec une force qui lui était inconnue jusque là. Lorsqu'elle rouvrit les yeux, elle s’aperçut que les yeux d'Amber étaient injectés de sang, et que des veines rougeâtres ressortaient sur ses cernes. Paniquée, elle s'appuya contre un arbre et pris sa tête entre ses mains.


« Oui je le sens, mais ce n'est pas en paniquant et en nous énervant que les choses iront mieux, ok ? Calme toi s'il te plaît. Je pense que le venin de ces araignées est à l'origine de tout ça. Et si ce n'est que le début, j'ai peur de savoir ce qu'il va nous arriver ensuite. En attendant, met toi à l'ombre, d'accord, et tente de te concentrer sur quelque chose, pour tenter d'occulter ta soif de crime et de sang. Concentre toi ... Je ne sais pas. Sur les battements de ton coeur par exemple. »


La situation était des plus critiques. Amber qui d'habitude était toujours là pour prendre les choses en main semblait complètement perdue et déboussolée, cédant à la panique. Il lui fallait donc porter ce fardeau à elle toute seule, et c'est ce qu'elle comptait faire, pour le bien d'Amber et le sien. Elle se mit à faire les cents pas, ses deux mains sur chaque côté de son crâne pour tenter de faire taire tous ces bruits qui lui parvenaient, de la feuille remuant sur sa branche, au moindre craquement de brindilles provoqué par le plus petit des insectes. Et cet soif, immense, cette faim inconnue qui lui retournait l'estomac et lui causait des souffrances atroces. De loin, elle entendit Amber la supplier de l'aider. Cette phrase, si petite soit-elle, lui serra le coeur et lui donna la force de se surpasser, de trouver une solution pour la sortir de là. Pour les sortir de là. La brune se concentra de nouveau, tentant vainement de trouver une issue, si tant est qu'il y en ai une. Ses gencives lui faisaient toujours un mal de chien, et son ouïe et son odorat cent fois développés lui paralysaient le cerveau. Le seul avantage, s'était ses réflexes, qui semblaient eux-aussi décuplés. Une chose positive dans leur malheur, elles ne pouvaient pas se faire du mal entre-elles, sans doute à cause de leurs morsures et donc de leur situation commune. Du sang ... Voilà la solution, du moins elle espérait. Il lui fallait trouver un animal pour le vider de son sang et s'en abreuver, comme un remake minable de ces séries de vampires qu'elle regardait de son vivant. 


« Bouge pas, je reviens tout de suite. »


Et elle s'en alla, à une vitesse assez hallucinante, zigzagant avec aisance entre les arbres et les ronces. La brune s'immobilisa au bout d'un court instant, et tendit l'oreille, tous ses sens aux aguets. Le soleil lui brûlait le bras, mais elle lutta intérieurement afin de ne pas effrayer les potentiels proies se trouvant à proximité. Victoire. Elle le sentait, elle l'entendait. Quelque chose, quelque part, vivait. Son petit coeur battant rapidement dans sa cage thoracique. D'un geste rapide et plutôt incontrôlé, elle bondit sur un lapin et lui brisa la nuque. Elle réitéra l'expérience avec un autre lapin puis retourna auprès d'Amber. 


« Santé, camarade. Je ne sais absolument pas si ça peut nous aider, ni même si c'est la chose à faire en de pareille circonstances. Mais je dois avouer que je n'ai jamais été transformé en une sorte de pseudo-vampire psychopathe suite à une morsure d'araignée fluorescente. Oh, et puis ce n'est pas comme ci, en prime, j'avais mangé les œufs de ces dites araignées. Tout va bien dans le meilleur des mondes non ? »


Eilyn ne put s'empêcher de rire face à la situation. Depuis leur départ, elles enchaînaient les bourdes, les accidents et les aventures assez pittoresques auxquelles elles devaient faire face. Ni une ni deux, elle mordit avidement dans le lapin et aspira son sang. Cela apaisa sa faim et la douleur qui meurtrissait chacun de ses membres, à tel point qu'elle laissa échapper un soupir de satisfaction. Elle se laissa tomber au sol, puis ferma les yeux un instant, un petit sourire aux lèvres. Il faut dire qu'elle était plutôt fière d'avoir trouvé aussi facilement une solution. Peut être même trop facilement. Quelque chose n'allait pas. La forêt regorgeait de pièges tordus et raffinés. Elles n'allaient pas s'en sortir ainsi, elle le sentait. N'importe qui aurait eu la même réflexion qu'elle et aurait croqué Bambi ou Panpan pour se sortir de ce mauvais pas. Lorsqu'elle rouvrit les yeux, elle leva les mains devant ses yeux et remarqua qu'un épais duvet marron recouvrait son corps. Après avoir palpé ses jambes, son dos, son torse, elle constata que chaque parcelles de sa peau était recouvert de poils drus. Continuant son inspection, elle toucha son front et resta un instant interdite. Une corne, ou en tout cas ce qu'elle pensait être une corne, avait poussé sur ce dernier. La bouche grande ouverte, elle se tourna vers Amber, qui, elle s'en doutait, allait subir le même sort et lui montra sa corne et ses poils.


« Je crois qu'on a un autre problème. Que c'est une sorte de cercle vicieux qu'il faut endiguer en raisonnant de façon détachée. Il ne faut pas se fier à notre instinct ni même à ce que la logique préconiserait. Quoi qu'en réfléchissant, si cette corne et une corne de licorne, et que tu m'affirmes que j'ai une queue de cheval sur le derrière, et une crinière swagg dans le dos ... Je veux bien rester comme ça toute ma vie. Mouais ... Non. Avoir le poils soyeux, ça doit demander de l'entretien. Le seul point positif, c'est que pour ma part, ma soif de meurtre et de sang c'est arrêtée. »


Un discret sourire aux lèvres, elle observa Amber, redoutant sa réaction. Elle savait qu'il n'y avait pas de quoi rire de la situation, et que son amie n'allait sans doute pas être rave d'être transformée en poney magique. Au fond, elle savait que leur calvaire ne faisait que commencer, car après ça, personne ne savait ce qui allait leur arriver. Fichu venin d'araignées mutantes perdues au fin fond d'une forêt magique et méchante.
Invité
avatar
Invité
Re: Un pèlerinage vers le danger - Mer 16 Juil 2014 - 10:16
Je dévorai sans vergogne le chair animale que m'avait apporté Eilyn. Cela me fît tellement de bien que c'est à peine si j'entendais ce qu'elle me disait. Je léchais le sang qui coulait de mes lèvres avec délices, nettoyais mes doigts du bout de ma langue en émettant des grognements  de satisfaction. J'étais devenu une bête. Une créature carnassière assoiffée de sa proie. Je pouvais sentir mon coeur pomper mon liquide vital, chaud et brûlant, le distribuer avec force partout dans mon corps dans un vacarme incessant. Mes yeux, d'ordinaire rouge sanguin, étaient désormais passés à une couleur orange/fauve brillante. Ma bouche s'était étirée, chacune de mes dents était devenu un instrument à tuer, et au milieu du tout, pendait une longue langue de serpent. Mais c'était sans parler de mes mains, qui étaient désormais garnie de griffes acérée ainsi que de ma peau, sur laquelle c'était formé de solides écailles. Et je souffrais toujours le martyr, la soif de sang étant toujours aussi présente. Je me tournai vers Eilyn, afin qu'elle puisse voir quel monstre j'étais devenu. Gémissante, haletante devant ma pseudo-proie, je murmurrai :

« J'ai soif ... Tellement soif ! »

C'est alors que je me levai, doucement, et entendit le rythme régulier du coeur d'Eilyn. Un «  Boum-Boum » apaisant. J'avançai doucement vers elle, ma bouche démoniaque écumante d'un mélange de salive et de sang fraîchement avalé. J'avais tellement envie de voir son cou délicat se faire trancher, giclant ainsi les quelques litres de sang que constituait Eilyn. J'avais besoin de me laisser aller à mes pulsions sanguinaire. A mon nouveau régime alimentaire. C'est alors là que je remarquai qu'Eilyn avait elle aussi beaucoup changé, de par sa fourrure et son étrange corne. J'aurais dû être étonnée, mais non. Que de contraire. Je me sentais mille fois plus attiré encore par sa chair tendre. Je m'étais transformé en son prédateur, et elle en ma proie. A cet instant, la tuer devint alors une obsession. C'était cela, l'effet du venin. Il transformait les indésirable en deux créature contraire, afin qu'ils s'attaquent entre eux.

« Eilyn ... Cours ... Dis-je dans un éclair de lucidité, je vais te tuer, c'est plus fort que moi ! »

Je dirigeai doucement ma main vers un de mes couteaux de lancer et en balançait un dans sa direction. Alors qu'une infime partie de moi regrettait ce geste, tout le reste de mon être voyait l'arme tournoyer au ralenti vers son corps velu, espérant qu'elle lui sera fatale ...

Je contractai alors le moindre de muscle de mon corps, afin d'empêcher mon instinct de meurtrière de me faire bondir sur elle. Je voulais qu'elle s'en aille. Que je ne puisse pas la bouffer. Quitte à ce que ce soit elle qui me tue. Je me concentrai sur la multitude de bruits que j'entendais. Sur le son qu'émettait la circulation de mon propre sang. J'enfonçai mes griffes dans ma  chair, afin que la douleur soit plus forte que mes incontrôlables désirs de meurtre. Et quand j'ouvrirais les yeux, je voulais qu'elle ne soit plus là. Qu'elle ne soit plus à portée.
Un pèlerinage vers le danger
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Sujets similaires
-
» Un pèlerinage vers le danger
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Le palais Sans-souci en Danger
» Comment arrêter l'exode vers P.A.P
» Grippe Porcine: Attention Danger!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Au-delà du portail :: Terres inexplorées-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page