Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Un pèlerinage vers le danger

Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Invité
avatar
Invité
Un pèlerinage vers le danger - Mer 18 Déc 2013 - 18:25



J'avais déjà déserté l'académie plus d'une fois, mais je devais admettre que cette excursion-ci allait être inédite. Pile ce qu'il me fallait. Ce qu'il NOUS fallait. Car oui, je n'étais plus seule désormais. Eilyn, la jeune fille que j'avais rencontrée il y a peu, avait bien voulu m'accompagner. Je ne savais pas encore tout à fait où nous en étions, elle et moi, étant donné que nos derniers mots échangés n'avaient rien d'expressif, mais j'étais restée sur le mot " Alliées ".  Deux personne se faisant relativement confiance et se soutenant l'une l'autre sans la mention de la moindre attache. Même si je n'en attendais rien, j'espérais que cette excursion soit un bon moyen de nous rapprocher. Elle et moi étions étonnement similaire. Même douloureuses expériences, même haines. Notre seule différence était notre façon de faire face à tout ça. Moi, je partais du principe que le sang devait couler, et elle, du fait qu'il soit possible que certaines personnes soit différente. Nous avions toute deux raison, mais je ne cachais pas ma satisfaction procurée par l'influence que j'avais eu sur elle. Je lui avais transmis une part de ma soif de vengeance, et ce voyage était une façon d'évaluer notre cohérence d'équipe. Deux jeune et jolie fille à l'aventure pour une durée indéterminée, avec comme seule ressource de quoi se défendre. Je ne vous l'avais pas dit ? Les terres inexplorée, comme son nom l'indique, ne sont pas explorée. Quasi personne ne sait vraiment ce qui se cache au-delà des grilles de l'académie, si ce n'est le fait que rare étaient les personne en étant revenue. Pas étonnant qu'il soit normalement interdit d'y mettre les pieds.

Nous avancions dans la forêt qui encadrait l'établissement en échangeant les banalités. Il était tôt, il faisait doux, et je le pense, nous étions toute deux surexcitée. Jusque là, tout se passait sans encombre. Les feuillages rafraîchissaient l'air et les bruits de la nature donnaient à la situation un air de vacances. Je me sentais étonnement bien. Aussi relaxée que déterminée. Pour la première fois depuis longtemps, je me sentais à ma place. Je faisais quelque chose d'important pour moi et pour mon futur, et qui plus est, en très bonne compagnie.

" Alors ... Tu te sens prête ? Dis-je avec calme alors que nous arrivâmes sur une vaste plaine décorée de hautes herbes et de nombreux coquelicots coloré " 

Sans attendre la réponse de la jeune fille, je démarrais la marche dans ce vaste champ. Il était déjà trop tard pour reculer.


Dernière édition par Amber Storm le Mer 18 Déc 2013 - 19:51, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Un pèlerinage vers le danger - Mer 18 Déc 2013 - 18:55

Comme elle l'avait facilement deviné lors de leur première rencontre, Eilyn était de nouveau en compagnie d'Amber. Mais ce coup ci, il n'était plus question de rester bien sagement assise dans une des nombreuses salles de l'Académie, ni même de tourner en rond autour d'un arbre dans le parc. Non. Comme promis par sa camarade, elles avaient opté pour l'aspect illégal de la chose. Enfreindre les règles, en toute connaissance de cause, sans même éprouver une pointe de culpabilité. La jeune fille avançait donc d'un pas serein à côté d'Amber, écrasant dans un bruit sourd les nombreuses feuilles et brindilles qui tapissaient le sol. C'était sans donc assez ennuyant lorsqu'il s'agissait de partir dans une telle aventure, mais la brune avait toujours eu des difficultés à se sentir à son aise au milieu des arbres. Elle avait cette sensation d'être épiée, en permanence, cette sensation d'étouffer, d'être prisonnière de ce labyrinthe végétal. Des arbres pour geôlier, quel droit d'impression. Cependant, être en compagnie d'Amber la rassurait, et elle avait plaisir à se trouver là, parmi les arbres. Une sensation grisante de liberté coulait dans ses veines et lui donnait envie de sauter partout. Eilyn se retenait bien de laisser libre court à sa pulsion, n'ayant pas tellement envie de ressembler à Bambi découvrant le monde et gambadant naïvement sur ses frêles jambes. Non, ce n'était pas tellement bien venu. Elle avait déjà eu suffisamment de difficulté pour gagner le peu de confiance qu'elle lui accordait. Ce serait bien bête de tout détruire en cet instant. 


Un papillon aux reflets orangés voleta paresseusement devant le nez de la jeune fille, ce qui eu pour effet de lui décrocher un léger sourire. Elle tendit la main dans l'espoir de le toucher, de l'attraper, mais ce dernier, bien plus rapide et agile qu'elle, s'envola pour se mettre hors de portée. Ses doigts se refermèrent dans le vide. Eilyn laissa tomber son bras le long de son corps, continuant d'avancer en silence. Elle se sentait à sa place. Ni à côté, ni en dehors. A sa place. Là où elle devait être, là où son coeur voulait qu'elle soit. La jeune fille tourna vivement la tête en entendant la voix d'Amber briser subitement le silence. Avec un sourire discret mais sincère, elle hocha la tête pour appuyer ses propos.


« Plus que prête oui. Toi aussi ? »

Eilyn se doutait bien de la réponse de sa camarade. Évidement qu'elle était prête. Sans doute éprouvait-elle cette même ivresse d'être ici, mais ne le montrait pas. En même temps, ça aurait été surprenant de la part de cette jeune fille si distante et réservée de courir au milieu des arbres en riant de bon coeur. Cette pensée la fit sourire. Lorsqu'elle regarda devant elle, une vaste plaine s'étendait sous ses yeux. Une plaine aux couleurs bucoliques. Du vert, du rouge ... C'était magnifique. La brune marqua un petit temps de pause avant de suivre Amber dans le champ. Elle voulait fixer pour toujours cette image dans son esprit. Ne voulant pas perdre de vue sa camarade, elle se hâta pour revenir à sa hauteur. Attrapant un coquelicot qu'elle fit tourner entre ses doigts, elle observa un instant le profil de sa camarade.


« Tu ne trouves pas ça magnifique toi ? »


Puis, se rendant compte subitement de là où elle se trouvait, la jeune fille fit des petits bonds, évitant au maximum le contact avec le sol. Ses cheveux noirs volaient en tout sens telles des flammes diaboliques. Ayant pleinement conscience du ridicule de la situation, elle s'arrêta et passa une main maladroite dans ses cheveux afin de se redonner un minimum de contenance. Une petite moue gênée sur le visage, elle fixa l'horizon puis posa son regard sur Amber.


« Hum ... Euh ... Comment te dire que ... Excuse moi pour ce moment. Mais, en fait ... Ba. J'ai peur des limaces. »


Ridicule. Pathétique. C'étaient les mots. Qu'elle belle et fière aventurière elle faisait là. Avoir peur des limaces. Rambo-Girl en puissance oui. 
Invité
avatar
Invité
Re: Un pèlerinage vers le danger - Mer 18 Déc 2013 - 20:38
" Oh que oui. J'attendais ce moment avec impatience. "

J'avais prononcé ces mots avec un enthousiasme non-dissimulé. C'était à peine croyable de se retrouver là, lâché au milieu de la nature, en si bonne compagnie, au milieu des hautes herbes, des fleurs et des bourdons. C'était tout ce qui manquait à l'académie. De l'espace, de la verdure, de l'aventure ... Bref, de la liberté. Nous étions trop comprimé à mon goût entre les grilles de la bâtisse. Trop de gens pour peur d'air. Le moins que l'on puisse dire, c'est que là, je ne manquais pas d'espace. Je regardais du coin de l'oeil la jeune fille s'extasier d'autant de possibilités. Tantôt un papillon, tantôt un coquelicot. Elle avait l'air de ne pas avoir souvent eu l'occasion de se retrouver devant un tel spectacle. Je me rendis ensuite compte que pour moi, c'était la première fois. J'avais moi aussi envie d'embrasser la nature à coup de grand cris, mais, même si je savais que je ne serais pas jugée, je trouvais l'idée assez déplacée. C'était un écart de comportement trop important. Moi, Amber, couiner pour des fleurs ? J'en caressai cependant une du bout des doigts, sourire aux lèvres. J'aimais le contact des plantes sur mes jambes, cette odeur si particulière offerte pas tant de chlorophylle. Je n'étais cependant pas suicidaire. Je m'étais habillée en circonstance. Chaussures appropriée, jeans flexible et dessus à longue manche, spécialement choisi pour sa capacité à maintenir ma chaleur corporelle. Même si c'était sans artifice, l'ensemble était parfaitement assorti. Même si je doutais qu'il tienne longtemps, je m'étais même maquillée comme à mon habitude, à la différence près que mes cheveux étaient attaché en une longue queue de cheval.

Eilyn demanda mon avis sur le paysage.

" Bien sûr que si. C'est simplement magnifique. Mais je garde en tête que ce ne sera peut-être que temporaire "

Si personne ne revenait, j'imagine que c'était pour une bonne raison, non ? Je songeai aux dangers que nous étions sans doute vouée à rencontrer. Aux créatures qui pouvaient résider dans les environs. A ces milles lieux que personne n'avait encore jamais regardé. Je frissonnai d'excitation. Je n'avais pas peur. Je savais au plus profond de moi même que j'étais suffisamment forte pour revenir vivante, et de plus, j'étais accompagnée. C'était peut-être un mal, mais le stress, la peur ou l'hésitation étaient des sentiments que j'avais rayé de ma liste. Ils étaient bien souvent un facteur d'échec, et, dans cette situation précise, je doute qu'il soit recommandé de reculer devant quoi que ce soit.

Je jetai un regard à la jeune fille et fût surprise de constater qu'elle progressait bien étrangement. Elle faisait des petits bonds désorganisé, hâtif et saccadé. Je me retint de rire pour ne pas la vexer, mais c'était bien difficile. Elle avait l'air un peu ridicule, je l'avoue. Une enfant. C'était ce qui la qualifiait le mieux à cet instant.
Elle me regarda.

« Hum ... Euh ... Comment te dire que ... Excuse moi pour ce moment. Mais, en fait ... Ba. J'ai peur des limaces. »

Là, c'était de trop. L'éclat de rire qui exigeait de sortir de mon gosier fût le plus fort. Mince, pourvu qu'elle ne le prenne pas mal. Je n'accepterais pas que quoi que ce soit gâche une journée si bien lancée. Mais quand même ... Des limaces ... C'était des créature bien dégoûtante, c'est certain, mais qui n'avait rien d'effrayant. Enfin, c'était mon avis. Je touchai une des deux lame qui était solidement attaché à ma ceinture et espérais qu'elle trancherait autre chose que ces immonde créatures. Deuxième explosion de rire. Chut ! Chut ! Amber, arrête.
J'essuyai une larme qui menaçait de couler.

" Ne t'en fais pas, dis-je à bout de souffle, je peux comprendre. Et ne le prend pas mal surtout c'est juste que ... des limaces ... c'est pas banal "

Je posai une main amicale sur son épaule et soufflai, chassant toute rigolade supplémentaire. Ce voyage aurait définitivement été moins chouette sans elle. Depuis quand n'avais-je plus ri comme ça ? Oulah ... Des semaines. Lorsqu'une de mes rivale s'était accroché les talons haut dans une rigole et qu'elle s'était lamentablement écroulée. Depuis, son tibia était toujours cassé, ce qui ne faisait que faire durer le plaisir. Le plâtre, même rose bonbon, ne lui allait pas du tout et ses béquille ne la rendait que plus ridicule.

" Bon. Assez rigolé. On ne survivra pas longtemps sans eau. Et il ne faut pas oublier que l'on ne retrouva jamais nos dépouilles ici.

Je plaçai cette problématique en numéro un dans ma liste des priorité. Même si je n'avais ni faim ni soif pour le moment, sans eau, nous serions morte en à peine 3 jours. Et il fallait être stupide pour se penser capable de jeûner durant des jours. Je ne me voyais pas forcée de manger Eilyn. Non mais ! La nourriture était donc mon numéro deux.

Je fis casquette avec une main et regardai à l'horizon. Je ne savais s'il s'agissait d'un mirage ou non, mais il semblait y avoir une petite étendue d'eau sur une surface qui me faisait penser à de la roche. Je tentai de regarder plus loin, mais je ne voyais que le ciel bleu, ce qui ne pouvait dire que trois choses : Soit ma vue, qui n'était pas bionique, me refusait de voir la suite, soit nous avions droit à une cascade, ou à un précipice.

" Regarde là-bas. Je pense qu'il y en a ! Scandais-je en lui désignant du doigt la surface claire. "
Invité
avatar
Invité
Re: Un pèlerinage vers le danger - Mer 18 Déc 2013 - 21:13
Eilyn fit une petite moue boudeuse. Elle se sentait bien seule à s'émerveillait d'un rien, là où Amber restait tout en réserve, ne songeant qu'à la suite, ne se laissait pas émouvoir une seule seconde par la beauté du paysage. La brune avait bien envie de lui dire de profiter du moment présent, de lâcher un peu du leste et se laisser vivre ne serait-ce que 10 secondes. Après tout, ce que leur aventure leur réservait été une raison amplement suffisante pour s'arrêter quelques minutes sur le spectacle qui s'offrait à elle. Ba oui, autant faire le stock d'un peu de beauté et de légerté avant de finir en mode Lara Croft. Un peu de poésie dans ce monde mince. La jeune fille se pencha discrètement afin de regarder le derrière d'Amber, non par intention perverse, mais pour vérifier si un manche à balai ne dépassait pas de son arrière-train. Elle fronça les sourcils, rien ne semblait obstruer sa boîte à chocolats. Etrange. Pourquoi donc restait-elle autant en réserve ? Intriguée, Eilyn se redressa et observa le profil de sa camarade. A croire que l'expression quant au manche à balai chez les personnes trop froide n'était pas fondée. Lui aurait-on mentis durant tout ce temps ? Elle secoua doucement la tête, encore sous le choc de sa découverte. Bref. En attendant, après avoir sautillé sur place avec tant de grâce et de volupté, et après avoir fait son aveu, elle constata cependant que l'expression selon laquelle le ridicule ne tuait pas était quant à elle bien fondée. Sinon elle se serait liquéfié sur place. En tout cas, grâce au sacrifice de son amour-propre, elle pouvait entendre pour la première fois le rire d'Amber. Ne résistant pas, et étant une adepte de l'autodérision, la brune la suivit et ria de bon coeur, une main sur la hanche.


« Non en effet, les limaces c'est ... peu commun. Mais tu as vu leurs antennes. Et ce corps tout ... flasque et humide ... Beurk. »


Un frisson parcouru Eilyn et elle grimaça une fois de plus. Rien que de penser à cet animal abjecte et horrible lui faisait un drôle d'effet. Elle retrouva rapidement ses esprits suite aux paroles d'Amber. En effet, elle n'était pas en classe de découverte, ni en club de vacances. Non, elles étaient en expédition illégale, sur un terrain qui, malgré les apparences, était sans doute hostile. Elle fit glisser un élastique qu'elle avait autour du poignet et noua ses cheveux en une longue natte qui reposait sur son épaule. Tout en plissant les yeux, elle suivit du regard la direction qu'Amber lui désignait. Oui, visiblement, il y avait de l'eau.


« J'espère juste que ce n'est pas un mirage. »


Une fois de plus, elle n'était pas sérieuse. Cela risquait de vite désespérer sa camarade, et elle se promit de contenir sa vraie nature. Car oui, Eilyn se révélait sous son vrai jour. Sans oser ajouter un mot, elle se mit en marche, sentant à chaque pas les herbes et les coquelicots lui caresser les mollets. 


« Dis moi, juste comme ça, pour savoir. Tu as déjà chassé ? Ou bien tu as des connaissances en matière de plante comestible ? »


Eilyn continua son chemin, les coquelicots se raréfiant au fur et à mesure de leur progression. Au bout d'un moment, les herbes disparurent brusquement et elle posa le pied sur une roche lisse et d'un gris soutenu parsemé d'éclat noirâtre. Elle ne savait pas ce que c'était, mais cela l'intriguait. Lorsqu'elle leva les yeux, elle aperçut un lézard d'un vert si clair qu'il en était presque blanc. Au départ attendri par l'animal, la brune restait tout de même sur ses gardes. Mais lorsqu'elle se tourna vers Amber pour voir si elle la suivait toujours, une brûlure lui fit lâcher un petit cri de douleur. Elle observa sa main, une longue traînée rouge marquait le dessus de sa main. Le lézard venait de la brûler avec sa langue. En soit, la douleur ne la dérangeait pas, elle espérait juste que cela ne se putréfie pas ou ne dégénère pas en une quelconque autre blessure immonde. 
Invité
avatar
Invité
Re: Un pèlerinage vers le danger - Jeu 19 Déc 2013 - 14:42
Mes yeux ne m'avaient pas joué de tour. Eilyn voyait elle aussi ce qui, de loin, avait l'apparence d'une mare. Elle ajouta même tout haut ce que j'avais pensé tout bas en la découvrant. Il fallait prier pour qu'il ne s'agisse pas d'un mirage. Je doutais qu'il fasse assez chaud pour ça, mais ça restait une possibilité comme une autre. Elle l'avait cependant dit sur un ton que j'avais eu du mal à cerner. Comme si elle avait eu peur de mal faire. Serais-je un petit peu trop sérieuse ou tendue ? A moins que ce ne soit mon léger manquer d'humour, le soucis ? Je me disais que sur deux, il fallait bien que l'une d'entre nous garde la tête froide. Après tout, nous étions en terre inconnue. Je regardai la jeune fille et admirai secrètement sa véritable nature. Je ne pourrais jamais plus être comme elle. Mais enfin, les temps changent et les gens aussi. Je n'avais pas à m'en plaindre. Après tout, on arrête pas le progrès. Sans doute qu'une fois que nous aurions l'eau nécessaire pour nous humidifier la langue, je deviendrais plus laxiste. C'était une charge en moins. Une chance de mourir dans d'atroces souffrance poussé à l'oubli, ou en tous cas, pour quelques jours. Je ne décourageais pas, et visiblement, mon alliées non plus. Elle avait déjà poursuivi la marche d'un pas rythmé.

« Dis moi, juste comme ça, pour savoir. Tu as déjà chassé ? Ou bien tu as des connaissances en matière de plante comestible ? »


Oui et non. Je savais très bien me servir de mes armes et transformer peu près n'importe quel objets en outil mortel, mais je n'avais jamais eu l'occasion de m'en servir en pareille situation. Je me rendis compte qu'il allait falloir vite apprendre, sinon, une nouvelle fois, nous ne tiendrions pas longtemps. Pour ce qui est des plantes, j'avais déjà fourré le bout de mon nez dans un ou deux manuel de botanique, mais sans plus. Je n'avais jamais songé à la possibilité de mourir tué par une feuille ou un fruit venimeux. C'était pourtant une facteur plausible. Pourquoi pas, après tout ? Si les abricots du parc pouvaient provoquer de puissantes hallucinations, je n'imaginais même pas de quoi étaient capable les autres plantes de ce monde. Je haussai les épaules.

" Je sais tuer. J'imagine que ça ne fait pas une grande différence. Mon arc se fiche bien qu'il tue un homme ou une biche. Sauf que j'aurais peut-être plus de mal à tuer Bambi qu'un homme, quoi que ... lui dis-je avec un sourire complice, et pour ce qui est des plantes ... Pas vraiment. Et toi ? "


Eilyn poursuivait sa route tandis que je la suivais un peu en retrait. J'espérais qu'elle soit un peu plus compétente que moi en matière de choix de nourriture, sinon, nous n'étions pas sortie d'affaire. Alors que je posais les pieds sur le sol dur et rocailleux, un petit cri me fît sursauter. Je regardai la jeune fille, qui se couvrait le revers de la main, et cherchai du regard le responsable de la fine trace rouge qui le lui barrait. Je ne le vis pas tout de suite, ce qui était curieux étant donné la clarté de ses écailles, mais à peine ais-je eu le temps de le verrouiller du regard que ma flèche l'avait déjà transpercé. Paix à ton âme, petit lézard. Je courrai vers la noirette, qui avait l'air d'avoir un peu mal.

" Tout va bien ? "

Je cherchai du regard la raison de notre visite, et fût soulagée de voir qu'il y avait bel et bien une petite étendue d'eau claire. Vraiment minuscule. Un cercle maladroit d'environs deux mètre et d'une profondeur moyenne. J'arrachai quelques feuilles de l'arbre qui ombrageait la zone et les pliai de façon à ce qu'elles soit totalement imperméable. De cette façon, l'eau qui je fît couler dedans reposerait sagement pendant le temps que je m'occuperais de la blessée.

" Viens. Ça a l'air d'être une brûlure, et l'eau te fera du bien. Excuse-moi pour la lenteur de ma réaction, mais j'ai préféré faire une petite réserve avant que tu ne plonge ta main dedans. Pour des raisons d'hygiène, tu comprends. "

Je lui fît signe d'approcher et observai la marque rougeâtre. Je n'avais qu'une seule envie, c'était que ça ne s'infecte pas. Il n'y avait pas de raison pour que ça arrive, puisque l'eau fraîche devait normalement éliminer cette possibilité, mais le cas inverse pourrait apporter des complications non-négligeable. Je jetai un coup d’œil à ma gauche, pour voir au-delà de la bordure de pierre, mais seul le vide  s'affichait à moi. Le fait que nous soyons à une centaine de mètre de hauteur de ce que je supposais être une forêt et que nous soyons entouré de plateforme volante était, je l'imagine, encore un nouvel ennui à traiter. Je plongeai mes yeux dans ceux de ma coéquipière et soupirai.
Invité
avatar
Invité
Re: Un pèlerinage vers le danger - Jeu 19 Déc 2013 - 15:29
Eilyn fut légèrement rassurée, mais trop non plus. D'une part, elle ne tenait pas plus que ça à manger du Bambi, mais surtout, Amber ne semblait pas beaucoup plus douée qu'elle en matière de chasse. Quoi qu'elle avait l'avantage d'être équipée, contrairement à elle qui ne disposait que de son poignard. Cette petite lame lui semblait bien dérisoire, mais elle savait le manier avec dextérité, ça pourrait donc se révéler utile. En revanche, elle n'y connaissait rien en botanique. Ses maigres connaissances s'arrêtaient au nom des fleurs, et encore. Elle le trouvait joli, mais n'avait jamais perdu son temps à étudier chaque spécificité des végétaux. La brune haussa mollement les épaules et soupira. 


« Eh bien, à part contempler la beauté d'une fleur, je n'y connais rien en botanique. Après, pour la chasse, je manipule plutôt bien mon poignard. Ca peut toujours être utile. »


Bon, elle en avait bien conscience, la jeune fille n'était pas réellement une aide très utile en un milieu si hostile. Peur des limaces, maladroite comme pas possible ... La coéquipière rêvée pour ce genre d'aventure, en somme. Mais sa motivation, son envie de découvrir et la rage qu'elle avait au fond d'elle de révéler sa nature un peu plus sombre et courageuse était cependant difficilement égalable. Voilà ce qui faisait la différence, sa volonté et sa loyauté. La brune avait d'ailleurs déjà payé le prix de son étourderie, quoi qu'en soit, ce n'était pas de sa faute si ce fichu lézard avait voulu la gober comme une mouche. D'accord, elle a les cheveux noir et une tenue entièrement noire, mais tout de même. Elle était loin de ressembler à une mouche. Enfin selon elle. Eilyn touchait du bout des doigts la longue cicatrice rougeâtre et regarda, non sans une certaine satisfaction, l'animal mourir d'une flèche. En dehors du décès jouissif du lézard, la brune était admirative des talents d'archère d'Amber. Elle hocha doucement la tête.


« Oui, ça va. Je pense que ça va cicatriser. Du moins j'espère ... »


La jeune fille grimaça légèrement en pensant aux potentiels dégénérescence qu'une telle blessure pouvait causer. Sa peau était à vif, d'un rouge soutenu et la lançait terriblement. Une des choses qu'on ne pouvait pas lui reprocher, c'était sa bonne résistance à la douleur. Elle ne broncha pas et serra les dents lorsque l'eau coula sur sa plaie. Un mal pour un bien. Il fallait en effet, comme le disait Amber, purifier un peu tout ça pour éviter et limiter le risque d'infection. Une fois cela fait, elle se pencha en avant pour analyser la situation. Du vide. Elles étaient face à une impasse. Un du moins, à la limite du terrain de l'Académie. Car en plissant légèrement les yeux, il était clairement visible qu'un autre terrain existait en dessous, à une centaine de mètres voir plus. Tout en se mordant la lèvre inférieure, les mains posées sur ses hanches, Eilyn cherchait une solution. Elle soutint un moment le regard de sa camarade, planté dans le sien puis soupira également. Du doigt, elle désigna les sortes de gros pavés qui semblaient flotter dans le vide. Ils étaient placés là de façon approximative et sans réel logique. Cela semblait bien trop évident et risqué, mais elle ne voyait pas d'autre solution. 


« Je ne vois pas d'autre solution que de faire confiance à ces sortes de plateformes. »


Eilyn accorda un regard à Amber avant de prendre son élan et de sauter afin de se réceptionner sur l'une des plateformes. Elle fut alors sous le choc de l'étonnante texture de ses plateformes à l'allure si lisse et solide. Son pied s'enfonçait dans une sorte de gelée grise et froide. Un frisson lui parcouru l'échine. Ce n'était pas très agréable, et la plateforme n'était pas stable du fait de sa présence. Cette dernière ondulait maladroitement. La brune retira donc son pieds de la gelée d'un geste brusque et regarda autour d'elle. Elle se voyait mal réussir à sauter de plateformes en plateformes vu leur distance et leur irrégularité. Elle essaya donc de sauter sur place, et pour son plus grand plaisir, elle sentit la plateforme descendre. Son poids et son action la faisait sombrer doucement vers le bas. Sauter ainsi sur place avait de quoi la réchauffer, et rapidement ses joues virèrent au rouge. Sa natte bondissait au rythme de ses pas sur son épaule. Une fois à moins de deux mètres du sol, elle leva une dernière fois les yeux vers le ciel et sauta. Eilyn se réceptionna parfaitement et remit un peu d'ordre dans sa tenue et sa coiffure. Elle ne prit pas la peine d'analyser le paysage et garda ses yeux rivés sur Amber afin de s'assurer qu'elle s'en sortait. Quelque chose vint alors se poser sur son épaule. Au départ, la brune remua son épaule pour que la chose s'envole ou s'en aille ou rampe ... bref, qu'elle dégage de son épaule. Mais rien à faire. Elle quitta donc à regret Amber des yeux et poussa un cri de surprise. Un magnifique oiseau au long plumage bleu nuit se trouvait là. Tout petit, avec un bec fin et court, il était magnifique. Elle tendit son doigt devant lui et ce dernier, docile, grimpa sur son doigt. Un sourire illumina son visage et elle resta là, avec son nouvel ami, à attendre l'arrivée d'Amber.
Invité
avatar
Invité
Re: Un pèlerinage vers le danger - Jeu 19 Déc 2013 - 16:17
Les soins furent rapide. En même temps,  nous ne pouvions pas appliquer grand chose d'autre que de l'eau fraîche, puisque nous n'en avions matériellement pas les moyens. Je regardais la jeune fille avec une certaine inquiétude. Si je m'attachais trop vite à elle, je m'en voudrais de ne pas réussir à la ramener en vie. D'autant plus que c'était une promesse que je ne pouvais pas donner, puisqu'il m'était impossible de savoir si il y avait moyen ou non de la tenir. Je passai une main sur son épaule et nous nous remirent debout. Même si elle ne valait pas grand chose à la cueillette ou à la chasse, je la connaissais comme une fille pleine de ressource. Son énergie et sa volonté me semblaient indispensable. J'en eût même la preuve lorsque nous regardâmes toute deux le vide qui nous séparait du véritable sol.

« Je ne vois pas d'autre solution que de faire confiance à ces sortes de plateformes. »

Je soufflai. Elle avait raison. A première vue, il n'y avait rien d'autre qui nous séparait d'une mort certaine. J'hésitai un instant, mais le regard que nous nous échangeâmes en disait long sur la suite des événement. Alors que je me préparais seulement à passer première, ma coéquipière, elle, avait déjà pris son élan et démarré une course vers le précipice. Je retint mon souffle dès l'instant où ses pieds quittèrent le sol pour embrasser un vide parfait. Sa chute me sembla extrêmement longue, ses mouvements de jambes ralenti, et alors que je m'étais convaincue qu'elle ne survivrai pas, elle atteignit la surface dure et solide de cet îlot flottant. Ou du moins c'est ce que je pensais. Il n'avait pas l'air si solide que ça, finalement, puisque Eilyn s'y était cruellement enfoncée les pieds. Je la regardai d'en haut et constatai qu'elle était vilainement embourbée dans cette matière si étrange. Heureusement, et je ne savais pas par quel volonté, elle parvint à se défaire de son entrave et démarra une série de petits bond. C'était ingénieux. Je fût la première surprise de la voir lentement descendre vers une terre plus ferme. Une fois qu'elle eût touché le sol, ce fût mon tour. Un jet d'adrénaline calcina mes veines et, avant même de me rendre compte de ce que je faisais, j'étais posée enfoncée sur un rocher où poussait un peu d'herbe. J'eût d'ailleurs toute les peines du monde de m'extraire de cette surface gélatineuse, et encore plus de procéder à une série de sauts ridicule et pas glamour. Lorsque j'arrivai au sol, je fît un petit bon gracieux, comme si de rien n'était, comme pour tenter de me faire oublier cet instant de solitude.

" T'as vu ça ... ? Dis-je en désignant du menton l'épaisse forêt qui nous entourait "

C'était bel et bien une forêt. Mais elle n'avait rien de commun à toute celle que j'avais encore visité. Je ne savais si c'était le parfum, ses habitants ou le paysage qui me semblait inédit, mais nous étions au cœur d'un lieu d'aucun autre genre. Si bien que même moi je ne pût m'empêcher d'émettre un gémissement admiratif.
Invité
avatar
Invité
Re: Un pèlerinage vers le danger - Jeu 19 Déc 2013 - 17:15
Non, elle n'avait pas vu la forêt qui les entourait. En fait, elle n'avait pas accordé une seule seconde à vérifier à la fois la sécurité du lieu et la qualité des lieux. Eilyn entrouvrit donc la bouche, son regard se posant tantôt sur un grand arbre aux feuilles multicolores, tantôt sur des buissons d'un vert aux reflets bleutés. C'était magnifique. Jamais de son vivant elle n'avait pu observer une chose pareille. Cela ressemblait à une forêt mais en même temps était à l'exacte opposé de la définition d'une forêt. C'était tout et son contraire. Il y avait une multitude d'arbres. Des penchés, des tordus, des petits, des sans feuilles, des touffus ... Tout, tout, tout vous saurez tout sur les arbres. Voilà qu'elle se mettait à adapter la chanson des zizis de Pierre Perret à la situation. De mieux en mieux. Fort heureusement, elle n'avait pas chanté sa parodie de chanson à voix haute, sinon nul doute qu'Amber l'aurait solidement ligoté à un de ses arbres. Cependant, elle partageait l'avis de son amie. Oui, elle avait décidé de la considérer comme telle désormais. Après tout, la situation s'y prêtait. Elle devait lui faire confiance. Autant en faire une amie. Le gémissement qui sorti de la bouche d'Amber la fit sourire. Il fallait vraiment qu'elle soit émerveillée face à la beauté des lieux pour exprimer sa stupeur. Eilyn hocha la tête avec approbation et tendit son doigt devant ses yeux. 


« C'est magnifique oui. Je n'ai jamais rien vu de tel. Oh, et regarde, je te présente Tinky. »


Sur ce mot, le petit oiseau bleu émit une mélodie douce et agréable. Immédiatement, la brune se sentit bien, apaisée. Elle afficha un sourire à la Colgate White afin de persuader son amie d'adopter le petit oiseau. La jeune fille déposa délicatement son ami chanteur sur son épaule et observa un peu plus la forêt épaisse qui s'ouvrait devant elles. Elle ne saurait pas expliquer pourquoi, mais cette apparente beauté ne lui inspirait pas confiance.  


« Personnellement, j'ai tendance à douter de l'honnêteté de ce qui est trop beau et trop parfait. »


Eilyn s'imaginait déjà devoir affronter une bande de canards radioactif-cracheur-de-feu-carnivores, des fleurs soporifique ou bien encore des gouttes d'acide à la place des gouttes de pluie habituelle. Elle inspira profondément et fit un pas en avant, s'attendant à déclencher le pire des malheurs. Mais rien. Il ne se passa rien. Un soupir de soulagement s'échappa de sa bouche. Bon, elle n'allait pas faire ça à chaque pas, sinon les deux aventurières du jour n'étaient pas rendues. 


« Visiblement, le premier pas étant toujours le plus dur, celui ci étant réussi, je pense qu'on peut avancer sereinement tu ne crois pas ? »


Voilà que son appréhension de ce nouveau milieu avait laissé la place à une excitation et une envie immense de découvrir les moindre recoins de cette forêt si attirante et mystérieuse. Tinky chantonna comme pour approuver les dires de son amie la fille aux cheveux noirs. Eilyne hocha donc la tête, continuant à sourire franchement. Elle fit une petite révérence et laissa Amber passer devant elle pour qu'elle marche côte à côte. Que l'aventure commence. 
Invité
avatar
Invité
Re: Un pèlerinage vers le danger - Jeu 19 Déc 2013 - 18:19
Mon amie me présenta Tinky, l'adorable petit oiseau bleu nuit qu'elle venait visiblement d'adopter. Ce dernier était petit, grassouillet et portait un plumage d'une beauté à couper le souffle. Je fronçai les sourcils et regardai la jeune fille. Je n'aimais pas trop l'idée d'être constamment suivie par un piaf. Non seulement il représentait une grosse part de la valeur nutritionnelle quotidiennement recommandée chez l'homme, mais en plus, il était bien plus apte à survivre ici que nous. J'augmentai l'intensité de mon regard, pour bien faire comprendre à ma partenaire que je n'étais pas très partante, malgré les sourires appuyé qu'elle me lançait. Elle fit apparemment mine de ne rien remarquer, cependant, puisque malgré tout mes signaux, elle continuait de m'ignorer. A moitié exaspérée, je décidai de passer au dessus cette fois-ci, mais non sans lâcher un commentaire.

" Je sais que je ne suis pas très drôle, mais je pense qu'on pourrait lui tordre la nuque et le manger ce soir. Désolé, mon pote, ajoutais-je à l'intention du volatile ".


Je fît un tour sur moi moi-même, afin d'examiner de plus près l'abondante végétation qui nous entourait. C'était vraiment très étrange, comme endroit. L'habitat de Tinky lui ressemblait beaucoup. Tout comme lui, il était époustouflant. Des couleurs scintillaient de partout sans pour autant nous brûler les rétines, des formes et des matières que je n'avais jusque là j'avais vu se présentaient devant mes yeux. C'était un spectacle magique. Il n'y avait pas d'autre mot. Tandis que les feuillages filtraient les rayons du soleil, les lucioles, elles, étaient plus brillante que jamais. C'était bien trop beau pour être vrai. Il devait forcément y avoir un malus quelque part. Comme si Eilyn avait lu dans mes pensées, elle dit :

« Personnellement, j'ai tendance à douter de l'honnêteté de ce qui est trop beau et trop parfait. »

Je ricanai. Peut-être que si je faisais semblant de lui faire la tête, elle comprendrait. Malgré tout, je lui répondit :

" Moi aussi. S'il y a bien quelque chose que j'ai compris, au bout de toutes ces années, c'est bien que les apparences sont trompeuse. Ne touche à rien qui te semble louche. Tout doit sûrement être mortellement empoisonné. "

Voilà qui m'embêtait. Ni elle ni moi n'avions la moindre notion du comestible. Il allait falloir se faire confiance, à soi et à son instinct. Je remontai mes manches. Je commençais à avoir chaud et un moustique venait déjà de me piquer. Quelque chose me disait que cette journée n'allait pas être la plus agréable du monde. Je ne décourageais pas, cependant. J'étais plus que fière de me retrouver là. Avec du recul, je vint même à songer que je ne m'en croyais pas capable. Que je pensais que nous serions forcée de faire demi-tour avant même d'avoir quitté l'académie. Mais non. Nous étions là, au cœur d'une jungle-forêt-marécage ... Ou de que sais-je autre type de climat forestier. Eilyn me fît une petite révérence et me fît signe de marcher à ses cotés. Même si je boudais toujours, ce qui était devenu ma technique à défaut de la strangulation, j'acceptai. 

« Visiblement, le premier pas étant toujours le plus dur, celui ci étant réussi, je pense qu'on peut avancer sereinement tu ne crois pas ? "

Je lui accordai un mince sourire.

" Oui. Surtout que tu l'as fait dans le bon sens. Lorsque j'étais collée sur l'ascenseur, j'ai vu qu'il y avait une sorte de fleuve dans cette direction. "


Au dessus de moi se trouvait une sorte d'arbre fruitier. Je fît un bond agile, un second, une démonstration de ce à quoi sert la souplesse, arrachai ce qui ressemblait à une bogue et redescendit sans m'infliger la moindre égratignure. Je claquai la carcasse dure et lisse du fruit contre un tronc et laissai couler le jus qu'elle contenait. Je tendis ensuite la moitié du contenant à la noirette, qui n'avait visiblement pas eu le temps de réagir, et ajoutai :

" Et je pense qu'il pourrait être utile de mettre l'eau quelque part, en imaginant qu'elle soit potable. "

Sans rien ajouter d'autre, je repris une marche somptueuse au travers des entrailles de la forêt.
Invité
avatar
Invité
Re: Un pèlerinage vers le danger - Jeu 19 Déc 2013 - 18:37
Comme pour se méfier de l'ouragan à la chevelure rouge, Tinky se déplaça sur l'épaule d'Eilyn afin de se rapprocher de sa nuque et mettre le plus de distance possible entre lui et son ennemi mortel. La brune ouvrit la bouche, prête à gober les mouches. Manger Tinky ? Elle n'était pas sérieuse ? Le pauvre oiseau ne suffirait même pas à nourrir une famille d'asticots. Alors deux jeunes filles ... Ce serait une mort inutile et peu rentable. Du sang versé d'un animal innocent sans aucune forme de compassion ou de communion avec la nature. Frustrée, Eilyn croisa les bras sur sa poitrine et leva le menton afin de toiser légèrement Amber du regard. 


« Excuse moi de te contredire, mais Tinky est ridiculement petit. Ca ne te servirai même pas d'apéritif. »


Visiblement, il ne faisait aucun doute qu'Amber tuerait Bambi, Snoopy ou bien encore PanPan si ces derniers venaient à croiser leur route. Bon, en y réfléchissant bien elle avait parfaitement raison. Elles n'étaient pas venu batifoler et cueillir des coquelicots. Mais quand même. Pas Tinky. Un sourire malicieux aux lèvres, Eilyn donna une tape amicale sur l'épaule de son amie.


« Avoue que si tu veux le tuer, c'est pour pouvoir mettre ses plumes dans tes cheveux, ou dans un orifice quelconque de ton anatomie, je ne veux pas le savoir. Tu veux être un oiseau rare toi aussi. »


Sur ces mots, la jeune fille se mit à rire de bon coeur et arracha une magnifique feuille violette. Elle la tendit à son amie afin que cette dernière ne soit plus jalouse du plumage de Tinky et ne veuille plus l'égorger à chaque seconde de son existence. Fort heureusement, la feuille n'était pas toxique, ni rien de ce genre. Elle était d'ailleurs étonnamment douce, recouverte d'un duvet fushia. Cela allait parfaitement s'assortir avec la chevelure d'Amber. De sa voix la plus ampoulée, elle entreprit de détendre un peu plus son amie.


« Sans mentir, si votre ramage se rapporte à votre plumage, vous êtes le phénix des hôtes de ces bois. »


De nouveau, Eilyn rigola doucement, non par moquerie, mais surtout parce que titiller Amber constituait l'une de ses occupations préférée. Bref. Elle reprit son sérieux et écouta attentivement son amie. Elles étaient toutes deux d'accord sur la nature trop parfaite des lieux. Sans rien comprendre à sa vie, ni même avoir eu le temps de voir grand chose, Amber disparu dans les airs et réapparu aussi soudainement. Quelle agilité. La brune aussi était agile, mais plutôt dans le sens qu'elle savait se faufiler partout en toute discrétion. Elle pris ce que son amie lui tendit et marcha à ses côtés, en direction du fleuve qu'elle avait eu l'intelligence de remarquer alors qu'elle était sur la plateforme. Encore un point en moins pour la jeune fille. Elle n'avait pas eu la présence d'esprit de mettre à profit sa situation de hauteur pour analyser les lieux. 
Invité
avatar
Invité
Re: Un pèlerinage vers le danger - Jeu 19 Déc 2013 - 20:16
Je regardai mes pieds et rigolai. Pas trop fort, pour pas qu'elle sache qu'elle avait réussi à me débrider ( Bien que je ne lui faisais pas réellement la tête ) et m'approchai d'elle. Tant pis. Qu'elle le garde ce ridicule pigeon. Elle avait raison de toute manière. On ne risquait pas de se remplir l'estomac avec lui. J'étais certaine qu'une fois dépecé, il ne resterait même pas assez de peau pour nourrir une souris. J'espérais juste qu'il n'aie pas trop de prédateurs, et qu'il soit silencieux, pour ne pas attirer de potentiels créatures. Je caressai la surface lisse de ma demi bogue et examinait l'intérieur. Elle était encore humide du jus qu'elle contenait. Si j'étais certaine que ça ne me tuerais pas, j'y ferait bien glisser ma langue. Je commençais à avoir la gorge sèche, ce qui me fît presser le pas. De toute évidence, l'air était bien plus humide ici. Je transpirais, ce qui, à mon grand désespoir, signait le début de la déchéance de mon fond de teint. 

Eilyn plaisanta en me disant que si je voulais tuer Tinky, c'était pour m'habiller de ses plumes. Je pouffai de rire et hochai de la tête. Oui, ça me donnerait un genre. Je serais la plus sexy des sauvages de ces forêts. La jeune fille arracha une feuille violette et me la tendit. Je la plaçai dans mes cheveux et constatai qu'elle était surnaturellement douce.

" Alors, je suis comment ? Sexy, j'espère ? "

Je pris une pose langoureuse et lui fît un clin d’œil. Je ne savais pas trop si ça se faisait entre amie, mais je la jugeai assez subtile pour déceler l'humour qu'il y avait dans mon geste.

« Sans mentir, si votre ramage se rapporte à votre plumage, vous êtes le phénix des hôtes de ces bois. »

" En revanche, je doute que tu ai envie d'entendre ma belle voix ... "


Je me raclai la gorge bruyamment en un geste théâtral, et commençai à chanter la célèbre capucine. Pas trop fort, cependant, pour que le bruit ambiant couvre tout de même mes mots. C'est aussi la raison pour laquelle je ne m'entendais pas, et que j’offrais à ma partenaire un massacre ultime de la chanson. Heureusement pour elle, je m'étouffais avant la fin de la musique, tant ma luette était sèche. Mes sauts sur la plateforme, l'air ambiant et la chanson avaient fini de m'achever. Vivement que l'on atteigne le fleuve ... Et l'air qui se rafraîchissait me prédisait qu'il n'y en avait plus pour très longtemps.
Invité
avatar
Invité
Re: Un pèlerinage vers le danger - Jeu 19 Déc 2013 - 20:46
Victoire mes amis ! Eilyn était prête à verser une larme de joie face à la légèreté d'Amber qui se laissait aller à l'humour. Ce n'était pas trop tôt. Elle s’efforçait depuis leur départ à rendre l'ambiance la moins pesante possible, se doutant bien qu'elles rencontreraient suffisamment de danger et autre truc sombre durant leur voyage. La brune observa donc avec plaisir son amie accrocher la plume dans ses cheveux. C'était ... somptueux. Inattendu. Du grand art. Elle applaudit doucement afin de ne pas faire trop de bruit, une larme roulant sur sa joue à force de rire.


« Tu es terriblement attirante oui. Je te sauterai bien dessus afin de te violer sauvagement. »


La jeune fille ponctua sa phrase d'un clin d'oeil, bien qu'elle se doute qu'Amber avait parfaitement conscience qu'elle n'était pas une violeuse. Ce serait dommage qu'à cause de son humour décalé son amie ne dorme plus par peur de se faire agresser par Eilyn. Les surprises, heureuses surprises, continuèrent. Amber entonna la Capucine. Ni une ni deux, elle lui tourna autour et s'accroupi au bon moment, reproduisant à la lettre la danse enfantine si connue. C'était un moment hors du temps, comme elle n'en avait pas vécu depuis longtemps. Peu lui importait où elle était, la situation précaire dans laquelle elles s'étaient fourrées ou bien encore le nombre impressionnant de limaces qui devaient ramper en ces lieux. Elle était bien, détendue, ayant trouvé une véritable amie avec qui elle pouvait à la fois rire, être elle-même et surtout parler de tout, sans crainte. Du revers de la main, Eilyn chassa d'un geste lasse les perles salées qui roulaient désormais avec abondance sur ses joues. Le regard brillant, elle applaudit de nouveau et se remit en chemin. Maintenant que leur parenthèse enchantée était terminée, la faim mais surtout la soif se rappelait à elle. Sa gorge la brûlait et son estomac commençait à gronder sérieusement. Dommage que la chanson d'Amber n'ait pas entraîné une pluie torrentielle. Ca aurait pu les aider. Mais elles devaient approcher du but, le sol était plus foncé, humide et souple. La végétation y était plus dense, plus ... menaçante. Après quelques minutes, le bruit caractéristique d'un écoulement d'eau se fit entendre. Impatiente, Eilyn écarta vivement une grande feuille et rampa sous un buisson. 


« On a réussi Amber. On a de l'eau. »


Elle attrapa la bogue qu'Amber lui avait donné un peu plus tôt et l'intérêt d'un tel cadeau prenait tout son sens. Au départ, elle n'avait rien osé dire mais n'avait franchement pas compris l'utilité d'une telle chose. Par politesse, elle avait accepté le cadeau. Mais désormais, cela représentait un ustensile vital. La jeune fille le tourna entre ses doigts, un sourire aux lèvres. Puis, après avoir pris soin de la remettre dans sa poche, elle ôta son pantalon, ses chaussures, ses chaussettes, et s'enfonça dans l'eau jusqu'au genoux avant de se pencher et d'avaler de l'eau. Tinky, méfiant, s'envola et alla se poser avec grâce sur le tas de vêtements d'Eilyn. Un poisson effleura les jambes de la brune, sans doute peu habitué à la présence d'être humain. Sans tarder elle attrapa son poignard et le jeta avec précision dans le courant. Une flaque rougeâtre remonta à la surface et elle su qu'elle avait bien visé. Il lui restait plus qu'à rejoindre l'endroit et récupérer son poignard et le fruit de sa pêche. Pour une fois, elle se rendait utile à la société. Fière d'elle, elle attrapa le poisson d'une taille plus qu'appréciable par la queue et le secoua vers Amber, un large sourire aux lèvres.
Invité
avatar
Invité
Re: Un pèlerinage vers le danger - Ven 20 Déc 2013 - 15:20
« Tu es terriblement attirante oui. Je te sauterai bien dessus afin de te violer sauvagement. »

Je fût éberluée par cette déclaration. Pendant un bref instant, je regardai la jeune fille avec des yeux rond de surprise, puis de reproche, et terminai pour un rire parfaitement simulé. Je ne trouvais pas ça très drôle, étant donné ce qu'il m'était arrivé, mais je ne voyais pas l'intérêt d'en démarrer une discussion pour autant. Je pense que tout comme la violence morale, il faut le vivre pour comprendre. C'est un traumatisme dont on ne se sépare jamais. Mais cette fois, ma répartie avait jugé meilleurs d'opter pour le ton humoristique avec lequel le sujet avait été lancé. 

"Aha. J'en connait une qui va faire nuit blanche à cause de toi. "

Je gloussai avec le plus grande des hypocrisie dont j'étais capable et constatai avec soulagement que le sol s'attendrissait sous mes pieds. Je ne m'étais pas trompée, nous étions bel et bien proche de ce fameux courant d'eau fraîche. Alors que j'avançais, je laissais ma main caresser les troncs robuste et les feuille bleutée de quelques buissons, comme pour m'assurer qu'ils étaient bien en bonne santé. Le point un de mes priorités serait bientôt à rayer. Je songeai à la nécessité d'avoir un outil capable de garder l'eau par un système imperméable, et de trouver un moyen de la filtrer. A la rigueur, je pouvais toujours modifier mon organisme pour m'assurer qu'il ne m'arrive rien, mais je n'étais pas convaincue qu'Eilyn en soit capable, elle aussi. 

Après quelques minutes de marche supplémentaire, et plusieurs tentative d'éloigner les moustique, ma partenaire glissa sous un buisson. De peur de déchirer mes vêtement, je préférai fendre celui-ci de quelques coups de lames, tel Indiana Jones, et embrassai du regard notre but. Devant nous se présentait un très large chemin d'eau, où elle glissait à une vitesse torrentielle sur les mini-cascades que formaient les rocher. De quoi boire, de quoi manger, de quoi se laver. Parfait. D'ailleurs, Eilyn portait déjà sa demi-bogue à ses lèvres. Je la rejoint et l'imitai. Quel soulagement ... Le liquide clair me rafraîchissa comme aucune autre boisson, sauf peut-être une vodka rouge, ne l'avait fait. Je m'accordai un moment de répit, en enlevant mes chaussure et en laissant tremper mes pieds dans l'eau, tandis que Eilyn venait de pêcher un gros poisson.

" Super ! On est sûre de ne pas mourir de faim, ce soir, grâce à toi. Commence déjà à le vider, je viendrais tisser de quoi stocker certaines choses. "

Je portai une main à ma poche et fût rassurée de sentir mon paquet de cigarette. J'avais eu peur qu'il soit tombé, durant notre descente en enfer. Je l'ouvris et souriais de plus belle en voyant que mon briquet était à l'intérieur. Un instrument utile, je pense, pour deux survivaliste en herbe. Je portai la cigarette à ma bouche et l'allumai. Quoi ? Si je voulais en griller une, c'était le moment. Rien ne me disait que j'en aurais le temps plus tard. Je soupirai longuement en recrachant le première bouffée de fumée. Même si elle n'était pas encore terminée, cette première journée avait tout les ingrédients d'un succès.
Invité
avatar
Invité
Re: Un pèlerinage vers le danger - Ven 20 Déc 2013 - 15:58
Amber devait le savoir maintenant, il était plutôt vain de cacher la réalité de ses sentiments, étant donné qu'elle pouvait à tout moment ressentir ce genre de chose. Bon, le lien était faible et instable, mais tout de même. Or, ici, elle planta son regard dans celui de son amie et ressentie une sorte de colère ou elle ne savait pas trop quoi. Mais en tout cas, c'était bien loin de l'apparente décontraction d'Amber. La brune garda le silence et accrocha un sourire sur ses lèvres. Elle avait un humour spécial, et le savait très bien. La jeune fille écrasa un moustique du plat de sa main, le malheureux avait eu l'ingénieuse idée de prendre sa joue pour un garde-manger. 
Pataugeant dans l'eau avec un plaisir non dissimulé, Eilyn fit une petite grimace. Vider un poisson ? Le tuer, d'accord. Le toucher, sans problème. Lui faire des bisous, pourquoi pas. Mais le vider ... Trifouiller ses entrailles et enfoncer ses mains dans le corps chaud et humide de l'animal ... C'était une toute autre histoire. Elle regrettait presque d'avoir réussi à l'avoir. Peu convaincu par ses talents de poissonnière, elle jeta un regard vers Amber qui s'accordait une pause cigarette et laissa échapper un soupir. Avait-elle le choix ? Non, probablement pas. 
La jeune fille sortit donc de l'eau, trouva un pierre lisse et plate et posa Nemo dessus. Du bout de son index, elle appuya sur son ventre afin de s'assurer qu'il était bien mort puis serra le manche de son poignard avec une certaine crispation. Tout en fermant les yeux, elle planta la lame sous la bouche du poisson et la fit glisser le long de son ventre. Il ne lui restait plus qu'à mettre joyeusement et avec conviction sa main dans l'ouverture pour en retirer les viscères. Un programme absolument charmant et délicat. Sans trop réfléchir, retenant son souffle, elle mis sa main dedans. Immonde. C'était tout simplement immonde. A la fois chaud et visqueux. Un frisson la parcouru et elle serra d'avantage les dents, se mordant la lèvre jusqu'au sang. Lorsqu'elle tira, une masse visqueuse dans la main, elle leva la tête vers le ciel et jeta sa trouvaille par dessus son épaule. Eilyn procéda ainsi pendant un petit moment, puis eu le courage de regarder le résultat. Ce n'était pas trop mal, pour une première fois. En revanche, ses ongles avaient pris une délicate couleur rouge sang et étaient incrustés de morceaux d'entrailles. Elle attrapa le poissons, retourna au fleuve et y plongea ses mains. Une fois fait, elle alla s’asseoir à côté d'Amber. 


« La prochaine fois, c'est toi qui t'y colle. »


Faire du mal à un être humain, à un être responsable d'un méfait ou la menaçant ne la dérangeait pas. Mais là, devoir assumer le crime d'un être vivant innocent et inoffensif en le vidant, ce n'était pas tellement sa tasse de thé. Il fallait vraiment qu'elle ait conscience de leur situation précaire et de la faim qui grondait dans son ventre, comme probablement dans celui d'Amber, pour qu'elle se lance sans trop réfléchir. Une chance qu'on ne lui demande pas d'égorger un rat avec les dents. Eilyn inpira profondément et ramena ses cuisses contre sa poitrine afin de pouvoir poser son menton sur ses genoux. Elle leva les yeux vers le ciel et contempla en silence la couleur rosée et orangée du ciel. La nuit n'allait pas tarder à tomber et elles n'avaient pas vraiment d'endroit pour dormir. La brune se releva, enfila ses affaires pour ne pas attraper froid et alla chercher de la mousse dans la forêt. Avec minutie, elle confectionna un tapis souple et moelleux à base de mousse végétale. Les mains sur les hanches, elle contempla son oeuvre avec un petit sourire satisfait. Vu la chaleur, il était fort probable que la nuit soit fraîche. Eilyn entreprit donc de chercher des feuilles, les plus grandes possibles, afin de les convertir en couverture. Elle trouva son bonheur non loin. Deux grandes feuilles noires et brillantes. Elle n'avait jamais vu ça, et resta un moment à les contempler avant de les ramener sur le tapis de mousse. Voilà. Elle avait fini.


« Voilà. Comme ça, on pourra dormir à tour de rôle. En espérant qu'on réussisse à se reposer un peu. »


Elle s'assit sur sa création, attendant qu'Amber allume un feu avec son briquet, ou ses allumettes, ou son sabre laser cracheur de feu. Elle n'avait pas vu avec quoi elle avait allumé sa cigarette, mais il était évident qu'elle possédait un instrument capable de faire du feu. 
Invité
avatar
Invité
Re: Un pèlerinage vers le danger - Mer 25 Déc 2013 - 16:44
La cigarette que je fumais me faisait le plus grand bien. J'aimais sentir ses brumes pénétrer mes poumons et en ressortir à la cadence de mes respirations. Le stress qui s'était accumulé jusque-là, bien que soigneusement ignoré, disparaissait. L'air tiède me caressait la peau, les rives fraîche les jambes. J’apercevais quelque fois la trajectoire d'un poisson coloré, ou la démarche latérale d'une créature à pince. Nous n'étions pas si mal. En fait, je me sentais même très bien. Libre comme l'air, à la merci de sa propre intelligence et de ses facultés. Le pouvoir de l'état sauvage. Même moi, qui était d'ordinaire très pointilleuse sur l'importance de la surface, je trouvait mon compte à me retrouver à la précarité animale. J'écrasai le mégot sur une pierre lisse et plongeai mes mains dans l'eau. De cette façon, il serait plus difficile de me couper avec les hautes-herbe que je cueilli ensuite. Elle étaient douce, flexible et solide. Pile ce qu'il me fallait. Je commençai le tissage en chantonnant. Moi qui détestais chanter, voilà que je me lâchais complètement. Je n'avais pas besoin de me cacher ici, ni de mentir. Eilyn et moi étions forcée d'être vraie. Comment se faire confiance, sinon ? Surtout en pleine jungle. Je jetai un regard à la jeune fille et souriais à la vue de son enthousiasme. De toute évidence, elle aimait les viscères. Son expression de dégoût et témoignait. Je gardai le silence, sachant très bien qu'elle y arriverait. J'avais confiance en elle, il fallait juste la pousser un peu. Je savais pertinemment que en cas de danger, elle serait la première à se sacrifier. Elle était trop douce, spontanée. Elle dégageait un optimisme presque oppressant. Il ne fallait pas la connaître beaucoup pour savoir qu'elle préférais les autres à elle-même. Moi, c'était tout l'inverse. Même si certains cas laissaient à réfléchir, j'ai rapidement compris que en tant que déesse, qu'il valait mieux les autres que moi. 

Je rigolai toute seule. J'avais terminé le premier réservoir d'eau. Je le plongeai dans le fleuve pour qu'il se remplisse et le retirai doucement. Comme je l'avais prévu, il était imperméable. Victoire. Je le fermai totalement à l'aide d'une liane et soupirai. Il allait être l'heure de manger. J'avais les crocs. Eilyn vint s'asseoir à coté de moi et se lavai les mains. Je ferais l'autre réservoir demain matin, ou dans la soirée.

« La prochaine fois, c'est toi qui t'y colle. »

" Promis ! Et je suis fière de toi. Je savais que t'y arriverais."


Je regardai mon amie se lever et disparaître dans la jungle. Je ne me faisais pas trop de soucis. Elle n'avait normalement rien à craindre, tant qu'elle ne goûtait rien et ne s'éloignait pas trop loin. Je m'énervais rien qu'à m'écouter penser. Au pire, c'était une grande fille, et elle savait très bien ce qu'elle faisait. Je me levai, moi aussi, et fît la récolte de petits bois. Je sentais que la nuit allait être traître et qu'un feu ne serait pas de refus. Eilyn revint et commença le façonnage de ce que je supposais être une couchette. Au début, je ne comprenais pas très bien son fonctionnement, puis lorsqu'elle ramena de grandes feuilles noire, tout devint plus clair. Je tâtai le matelas végétal du bout des doigts et fût surprise de constater qu'il était incroyablement moelleux. J'hochai la tête et levai le pouce. Parfait.

« Voilà. Comme ça, on pourra dormir à tour de rôle. En espérant qu'on réussisse à se reposer un peu. »

" Je veux bien prendre le premier tour de garde, si tu veux. Je me sens encore en pleine forme. Comment se porte ta brûlure ? "

J'avais dit tout ça sans la regarder. Je réfléchissais aux risque que pourrait nous apporter un feu de bois et comptais les désavantage possible si je n'en faisais pas. J'optai pour le danger. Je n'avais pas envie de tomber malade à cause d'un poisson pas cuit. J'arrachai quelques baies d'un buisson et en lançai une dans ma bouche. Je les savais saines parce qu'il y avait le même buisson, dans le parc de l'académie. J'en avais déjà goûté et je les avais trouvée très bonne. Puis, sans dire un mot, pointai mon briquet sur le petit tas de branches et de brindilles, avant de les embraser silencieusement.
Un pèlerinage vers le danger
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Sujets similaires
-
» Un pèlerinage vers le danger
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Le palais Sans-souci en Danger
» Comment arrêter l'exode vers P.A.P
» Grippe Porcine: Attention Danger!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Au-delà du portail :: Terres inexplorées-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page