Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Was I dreaming ?

♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 26
♠ Petits messages : 212

Feuille de personnage
Niveau:
1/30  (1/30)
Expériences :
4210/1000  (4210/1000)
Votre domaine: L'Eau
avatar
Apprentie-déesse
Apprentie-déesse
Voir le profil de l'utilisateur
Was I dreaming ? - Jeu 12 Déc 2013 - 0:56
Was I dreaming ?

Ce soir là Miyako n'allait pas très bien après le repas du soir, elle avait quelque nausée et la tête qui tournait, sans doute une mal digestion peut-être... elle se demandait bien ce qu'il pouvait y avoir dans ce gateau aux abricots, car à peine eu-t-elle pris une bouchée que son estomac se mit sans dessus-dessous. Heureusement que c'était le lendemain était le premier jour du weekend, elle pourra se reposer et allait voir l'infirmière si ça n'allait pas mieux.

Elle se dirigea donc vers sa chambre où il y avait déjà Mizuki était allongée sur le sol à plat ventre et regardait la télé, plus précisément un film sur DVD qu'elle avait commandée, Yuri quand à elle lisait un livre sur le canapé, recroquevillée sur elle-même avec un coussin entre ses bras, et Topaze qui avait décidé de continuer son apprentissage de la médecine, même le soir, rien ne l'arrêtait, et une tasse de thé à la main également.

”Tu veux venir prendre un peu de thé ?” Demanda-t-elle, toujours avec son sourire habituel.

- Je... non merci, je ne me sens pas très bien ce soir. Répondit Miyako avec un léger sourire forcé qui montrait à quel point elle n'était pas vraiment en forme.

Topaze n'incista donc pas et regarda la petite Miyako s'en allait dans sa chambre. Cette dernière ferma s a porte avant d'aller se regarder dans le miroir, elle avait décidément une salle mine, elle était un peu plus pâle que d'habitude et avait des bouffées de chaleurs, peut-être qu'il vallait mieux dormir après tout et ne pas insister sur les médicaments, l'infirmière saura mieux quoi faire qu'elle sans aucun doute... elle se dirigea donc vers son lit et s'y écrasa tout en faisant un petit rebond en atterrissant sur le dit lit. Puis alors qu'elle se tordait un peu de douleur, essayant de masser son pauvre ventre qui criait à l'agonie, elle finit par trouver le sommeil au bout d'une demi-heure tout de même, ne cessant d'ouvrir et fermer les yeux avant que Morphée ne la rattrape.

******

- Oh hey ! Hey petite!

Miyako percevait cette voix, elle était si lointaine et proche à la fois... qui était-ce ? Elle ne la reconnaissait pas. Elle avait du mal à ouvrir les yeux, en fait elle avait plutôt envie de dormir encore... elle voulait rester dans son petit lit à rêver, d'ailleurs... peut-être était-elle déjà entrain de rêver avec cette voix qu'elle entendait.

- Réveilles-toi!

Puis ce fut la phrase de trop, qu'est-ce que c'était, elle ouvrit brusquement les yeux et se redressa, où était-elle ? Qui était cette personne ? Pourquoi n'était-elle pas dans sa chambre ? Elle était affolée, que faisait-elle ici ? Puis les mains de la personne vinrent lui saisir les épaules.

- Suis-moi, il faut fuir, vite.

- Mais... mais qui êtes vous? Demanda-t-elle à l'homme qui lui faisait face.

Un homme de grande envergure, plus d'un mètre quatre-vingt, facilement... elle n'avait pas trop le sens de la taille pour le moment, elle était plus entrain de se demander de ce qu'elle faisait dans cette pièce au mur délabré, ce lit qui était à même le sol, sur du parquet... ce n'était pas comme ça que sa chambre était... puis elle entendit des bruits venant de l'extérieur, des cries principalement. L'homme qui semblait âgé d'une trentaine d'année, les cheveux noirs, portant une barbe mal rasée et assez large d'épaule. Il n'était pas habillé comme d'habitude... enfin... il portait un genre de kimono, puis il entendit une porte se fracasser et plusieurs hommes armés étaient rentré dans la pièce, qui étaient-ils ? Ils porter des armures assez légère, elle cru reconnaître celle que portait la plupart des mercenaires dans le passé au Japon. Ils étaient armés de katana et s'apprêtaient à se lancer à l'assaut, mais il s'avérait que l'homme qui avait réveillé Miyako n'était pas un simple villageois, il dégaina deux long katana avant de sauter sur les trois hommes qui lui faisait face... trois coups... trois morts... elle était terrifiée par ce qu'elle venait de vivre, il venait de tuer des hommes de sang froid, le sang coulait sur ses épées... sang dont il se débarrassa en faisant un coup sec avec ses katana et en essuyant le reste avec un tissu noir qui était accroché à sa ceinture. Ce dernier se retourna donc vers la jeune fille, rengainant ses armes, inutile de dire que maintenant elle s'était déplacée dans le coin du mur le plus proche, attitude idiote vu qu'elle n'avait nul part ou fuir maintenant...

- Suis moi... où alors il sera trop tard pour fuir. Dit-il d'une voix malgré tout rassurante.

Fuir... mais où ça ? Et pourquoi donc ? Qu'avait elle fait pour qu'elle doive fuir comme ça ? Elle pris quand même la main de ce qui était apparemment son sauveur et non son agresseur, elle fut tirée d'un coup sec et dû être obligée de courir donc, traînée par la force brute du mystérieux personnage. Une fois dehors, elle fut témoin d'un spectacle d'horreur, plusieurs maisons étaient entrain de brûler, des maisons comme elle n'en avait jamais vu auparavant... mais où était-elle ?? Elle ne savait vraiment plus quoi penser, était-elle morte une seconde fois et qu'elle avait encore une fois atterrit dans un autre monde crée par une entité supérieur ? Ah non... pas encore... elle venait juste de commencer à se faire un petit peu à l'idée... et puis elle avait une amie proche maintenant... pourquoi devait-elle la quitter maintenant ? Elle s'extirpa de ses pensés quand l'homme la jeta soudainement sur le côté et décocha une fléché en direction d'un toit situé non loin d'eux, plus précisément celui auquel était juste en-dessous désormais, elle entendit un cris d'agonie avant d'entendre un bruit sourd sur le toi, comme si quelque chose s'était écrasé brusquement dessus, elle savait ce que c'était... mais ne voulait pas l'imaginer, elle s’efforçait de ne pas avoir ces images là dans sa tête, puis il pris de nouveau la main de Miyako pour continuer leur fuite, passant à côté de maison qui était entrain de brûler, de villageois se faisant tuer sous ses yeux... des hommes sortant de leur maison avec plusieurs sacs en mains... des pilleurs ? Peut-être... elle devait détourner le regard pour éviter de voir cette horreur. L'homme sans nom avait trouvé un cheval, ou plutôt volé à un pilleur qu'il avait tué à l'instant. Il l'a pris avec lui, devant, Miyako était à peine perceptible tellement l'homme était fort et imposant, il n'y avait pas énormément de place sur le cheval, mais c'était suffisant pour qu'il s'en aille loin du village, le laissant à son triste sort...


Après avoir traversés de nombreux champs dévastés, des plaines peu rassurantes, ils se stoppèrent enfin jusqu'à une sorte de cabane qui devait être son abris sûrement... qui se situait dans une vallée bien loin de toute civilisation. Il descendit du cheval, et aida Miyako à descendre également qui avait du mal avec ces animaux là. Elle ne dit mot pour l'instant, attendant d'être installé à l'intérieur pour pouvoir lui poser certaines questions qui lui turlupinaient la tête... il le suivit donc sans rien dire, allant à l'intérieur de la dite cachette. Une fois à l'intérieur, elle regarda attentivement les alentours de la pièce, bien rangée, propre... ça n'avait rien d'une maison tenu par un quelconque mercenaire qui se fichait complètement de là où il habitait, chaque chose avait sa place, il y avait également un petit compartiment cuisine, salon, bref... c'était plus sa maison qu'un abris en fait, bien qu'il soit caché tout de même... l'inconnu fit chauffer de l'eau en allumant un feu, puis installa des tasses, ou plutôt des coupes, elle s'installa donc en se mettant à genoux, accroupie, avant de prendre enfin la parole.

- Excusez-moi... monsieur ? ...

- Kazuki, Kazuki Zaburo. Compléta-t-il suite au fait que Miyako cherchait à connaître son prénom en premier... elle fut surpris d'ailleurs que ce soit un nom japonais.

- Ma question va peut-être vous paraître étrange... mais... où sommes nous?

- Tu es ici dans ma demeure, ne crains rien, je ne te ferais aucun mal... tu resteras avec moi le temps qu'on te trouve un foyer autre que ce lieu perdu au milieu de nul part.

- Je... non... vous n'avais pas bien compris ma question... Continua-t-elle, et se força d'être plus claire bien que le « on » l’interpella... il n'était donc pas seul, mais elle reviendra sur ce point plus tard peut-être... Non... je... je parle de ce pays, quel est-il?

Miyako pouvait lire toute la stupeur de la question dans les yeux de Kazuki. Il ne semblait pas vraiment comprendre, pensant que c'était sans doute évident de là où elle vivait quand même.

- Mais tu es au Japon voyons. Tu ne t'en souviens pas ?

- Au... au Japon?? Répéta-t-elle avec étonnement.

Comment se faisait-il qu'elle soit au Japon, elle ne connaissait pas cette partie du pays, elle n'en avait même jamais entendu parlé, comment cela se faisait-il qu'il y avait des massacres violent et gratuit comme ça ? Ce n'était pas logique, personne n'avait donc songé à appeler la police ?? Qui pouvait se donner le droit de faire ? Des yakuzas ? Mais pourquoi attaquait-il à l'épée seulement ? Elle n'arrivait pas à savoir.

- A quelle époque somme nous ?

- Nous sommes en l'an 1586, voilà près de 4 ans que c'est l'anarchie dans notre pays... es-tu sûr d'aller bien ? Tu as dû recevoir un gros coup sur la tête pour poser de tels questions étranges. Dit-il alors qu'il se leva pour aller chercher l'eau qui bouillait. Il pris la coupe pour lui verser de l'eau, avant d'y mettre un sachet de thé. Boit... tu te sentiras peut-être mieux.

Miyako le remercia et pris donc une gorgé de thé qu'elle trouvait merveilleusement bon tout de même... mais hors mis ça, elle eu un choque en apprenant l'année à laquelle elle était, ce n'était pas réel, ce n'était pas possible... il devait forcément y avoir quelque chose, un truc, mais tout semblait si... réel ? Oui... elle se devait de l'admettre, tout était trop réel pour que ce soit faux. Elle était inquiète sur le coup... et si c'était vrai, si c'était sa vraie époque, non... ce n'était pas possible, toute sa vie qu'elle avait eu avant aurait donc été un rêve ? Désormais elle doutais, se demandant quel était donc sa vraie vie... pourquoi se souvenait-elle de son prénom et pas de son village ? Ni ceux qui lui avaient donnés naissance ? Elle ne se souvenait que de sa vie du 21éme siècle et de la Deus Academia, rien d'autre, elle tenta de chercher tant bien que mal, rien ne lui venait à l'esprit, aucun souvenir d'enfance où elle jouait avec d'autres enfants de son âge, où elle étudiait quoique ce soit, non... rien... puis elle entendis brusquement la porte s'ouvrir.

- Kazuki ! Vite ! Nous devons partir, des pillards en grand nombre arrive dans notre direction!

- Que dis-tu ? Impossible ! Personne ne connaît l’existence de cet endroit. Dit-il d'un air assez affolé. Il regarda le jeune fille et la pris par la main. Vite, nous ne devons pas rester ici, les explications viendront plus tard.

Elle repartis donc avec lui sur le cheval, dehors, c'était une véritable petite bande qui se tenait devant elle, ils étaient six ou sept en tout, elle ne se posa pas plus de question, puis Kazuki lui tendit un arc avec des flèches et le carquois qui allait bien pour les ranger.

- Prends donc cet arc et ces flèches, ils te serviront pour te défendre.

- Mais... mais je ne me suis jamais servit de ce genre d'arme, je n'ai même jamais eu d'arme de ma vie!

- Peu importe ! Même une débutante pourrait survivre face à un mercenaire, il te suffit de le toucher du premier coup et de te cacher.

Sur ce, ils partirent donc vers les hautes montagnes, passant par divers chemin assez étroit et délicat à passer, le ravin leur tendant les bras d'un côté où de l'autre selon par où ils passaient. Le jour commençait à disparaître, le pays du soleil levant se transformait en pays du soleil couchant, une couleur orangé dominait le ciel, avec quelques nuances de couleur, comme le violet, ou le rouge claire, et avancer devenait de plus en plus dangereux... et apparemment ils étaient loin d'arriver là où ils auraient voulu être avant la tombé de la nuit. Ils étaient donc obliger de ralentir le pas, mais leur poursuivant n'allait pas tarder à être sur leur talon, car en plus, ce n'était pas le seul chemin, il y en avait d'autres à proximité, ils pouvaient se faire attaquer de presque n'importe quel endroit s'ils se laissaient rattraper.
Ils avancèrent donc lentement... jusqu'au lendemain, Miya dormant à moitié et Kazuki la retenant de tomber à chaque fois, mais il ne râlait, au contraire, il ne disait rien même, il laissait la pauvre fille se reposer. Toute ces émotions l'avaient fatiguée, et puis les voyages dans ce style étaient en général long et fatiguant, elle repensait à tout ça, à cette époque d'où elle était une étrangère, elle ne connaissait rien de ce monde-ci, ici il n'y avait pas le pays qu'elle connaissait, ce n'était pas non plus la loi qui prônait sur cette époque mais la loi du plus fort. Un monde complètement différent du sien, comment pouvait-elle avoir vécu ici sans avoir ne serait-ce qu'un seul souvenir ? Rien... une amnésie ? Elle devait être vachement forte l'amnésie alors pour qu'elle ne se souvienne de rien à ce point et qu'elle se souvienne d'une vie dans une autre époque et d'une infime partie d'une autre vie à sa mort dans un autre endroit. Puis sans qu'elle s'en aperçoive, elle dormait, paisiblement, ne pensant plus à rien, juste « profiter » de ce petit voyage, jusqu'à en oublier qu'ils étaient poursuivit, puis elle se réveilla, le jour se levant, ils allaient pouvoir reprendre un rythme de croisière. Elle admirait un peu le paysage, le lever du jour révélant la splendeur du paysage, des ombres donnant naissance à un tout autre visage que si le soleil avait été à son pic, en plus d'un ciel bleu magnifique...

- Alors ? Bien dormis ? Demanda le guerrier à Miyako qui s'était retournée.

- Bizarrement oui. Répondit-elle avec un sourire timide.

- On ne devrait pas tarder à sortir des montagnes et atteindre le prochain village où les mercenaires ne pourront pas nous suivre.

Il pensait que le reste du chemin serait tranquille, mais le destin était venu s'en mêler et leur trajet se passa autrement... le petit groupe était entrain de se faire attaquer de loin, et aussi par derrière. Inutile de dire que dans un passage aussi étroit et dangereux, ils ne pouvaient pas se battre correctement, pire encore, ils étaient des cibles facile... Kazuki ordonna aux autres d’accélérer le pas tandis qu'une pluie de flèches s'abattait sur eux. Une des flèches effleura de près la joue de Miyako, laissant un filet de sang couler le long de sa joue gauche et grimaçant de douleur en lâchant un petit « Itaï » par la même occasion. Kazuki le remarquant, déplaça son bouclier pour faire en sorte de la protéger du mieux qu'il le pouvait tout en continuant son avancé à travers l'étroit chemin... d'un côté la paroi rocheuse, de l'autre le vide... difficile de devoir choisir où il fallait aller n'est-ce pas ? Puis le passage s'élargit petit à petit, signe qu'ils allaient pouvoir bien sortir de là, il y avait assez de place pour faire passer trois chevaux désormais, mais il fallait bien se serrer quand même, mais il ne se mettait qu'en range de deux maximum, pour éviter de tomber, puis ce qui devait arriver arriva, une flèche passa tout près du cheval de Kazuki, le rendant pratiquement hors de contrôle pendant quelques secondes, il sa cabra, ce qui fit tomber Miyako vers le ravin, elle se voyait chuter... le temps se ralentissait... comme si elle savait que tout allait s'arrêter, puis elle sentit quelque chose l’étrangler à moitié, c'était Kazuki qui était resté accroché à son cheval via un harnais qui étaient suspendu également dans le vide, il avait réussi à la chopper par le col avec son autre main, les autres faisant du mieux qu'ils pouvaient pour les protéger, tirant à leur tour des flèches sur leurs ennemies. Miyako avait peur, puis une flèche vint transpercer l'avant bras qui tenait Miyako, mais il ne céda pas pour autant, il était entrain de risquer sa vie pour quelqu'un qu'il ne connaissait pas, pourquoi faisait-il ça ? Il n'avait aucune raison de le faire.

- Lâchez-moi ! Vous n'avez pas à risquer votre vie pour moi, vous ne me connaissez même pas! Cria-t-elle les larmes aux yeux... ce qu'elle lui disait équivalait à se suicider, mais elle ne pouvait pas accepter de se faire sauver si ça entraînait la mort de quelqu'un d'autre.

- Idiote ! Comment pourrais-je me regarder chaque jour si je n'ai pas été capable de sauver une petite fille ! Jamais je ne te lâcherais! Lui rétorqua-t-il, puis dans un élan de douleur, il se bascula un peu pour se servir du harnais comme d'un balancier, envoyant Miyako sur le cheval en détresse et qui ne demandait qu'une chose, partir de là pour éviter de tomber avec son cavalier.

Mais encore fallait-il pouvoir le remonter, et ce n'était pas Miyako et sa force qui allait pouvoir le faire, mais ses coéquipiers, ou amis, s'en étaient aperçu, et l'un d'eux commença à vouloir le remonter, elle voulait faire autre chose que regarder... mais elle ne pouvait pas les aider, quand elle aperçu un mercenaire visant celui qui aider Kazuki, elle ne pris pas vraiment le temps de réfléchir, dégainant son arc et armant l'une de ses flèches, elle souffla un instant, inspirant et retenant son souffle... puis tira, la flèche atterrit directement dans la jambe droite de la cible, le déséquilibrant et le forçant à tomber dans le vide... arrachant un cris de désespoir par la même occasion... elle venait de tuer quelqu'un, elle ne s'en rendait compte que maintenant, elle était pétrifiée... Kazuki avait réussi à remonter, il remonta à cheval et la troupe repris son chemin au triple galop... subissant les dernières flèches qui atterrissaient de part et d'autre sur le chemin... un miracle qu'il n'y ait eu aucune victime à déclarer... Une fois sortis des montagnes, ils regardèrent derrière eux pour pousser un petit ouf de soulagement, mais ils ne ralentissaient pas leur rythme pour autant, il devait garder cette vitesse là jusqu'au prochain village. Miyako regardait ses mains tremblantes, son visage montrait tout l'effroi qu'elle éprouvait après ce qui venait de se passer... Puis une main vain sur son épaule pour descendre jusqu'à ses mains, pour les refermer.

- C'est difficile la première fois... n'importe qui aurait pu ne pas tirer, mais en ôtant la vie de cet homme, tu en as sauvé une autre... voir même plus... Lui dit-il d'une voix calme et rassurante...

Elle avait sauvé quelqu'un ? Certes... c'était peut-être vrai... c'était même certains... il avait raison quelque part, mais il semblait comprendre ce que c'était de tuer quelqu'un pour la première fois, lui aussi avait du être pareil étant plus jeune. Elle le regarda dans les yeux... oui... c'était sans doute pour ça... elle n'avait pas besoin de demander, qui pourrait tuer pour la première fois sans n'avoir une seule once de remords ? Ce serait inhumain... ce serait être l'équivalent d'un démon. Cette main rassurante l'aida à se ressaisir un peu, assez pour se concentrer à regarder droit devant elle et à ne pas regarder en arrière, que ce soit au sens propre ou figuré... mais néanmoins, elle ne put s'empêcher de faire couler une larme sur sa joue qui s'en alla dans les airs avant de s'écraser au sol plus loin, se mélangeant à la terre...
Quelques heures plus tard, ils arrivèrent enfin au village, village qui avait l'air un peu plus... riche disons, que l'autre, et surtout mieux protégé. Elle regarda autour d'elle pendant que le petit groupe avançait doucement pour éviter de semer la panique, déjà qu'ils se faisaient dévisager à chaque fois qu'ils croisaient quelqu'un, comme s'ils en avaient peur, qu'ils étaient différent d'eux... comme s'ils étaient des étrangers, des être étranges... et tout ce qui était étrange l'être humain en avait peur. Ils arrivèrent à ce qui ressemblait être l'entrée d'un temple, à en croire le « portail » auquel il faisait fasse, une porte traditionnelle de l'entrée d'un temple bouddhiste. Une fois le groupe entré, il fût accueillit d'une manière assez peu commune... effet quelques hommes, qui ressemblait à des ninjas étaient prêt à les transpercer de part et d'autres, shuriken, kunai, arc et autres armes en tout genre... jusqu'à ce qui semblait être une miko, blonde, d'environ plus que vingt-cinq ans vinrent à leur rencontre, arc en main et prête à décocher également au moindre faux mouvement.

- Qui êtes-vous ? Et que voulez-vous à se paisible village? S'adressa-t-elle au groupe d'un ton assez déterminé qui laissait voir ce qu'elle comptait bien faire s'ils étaient venu ici pour nuire au village...

- Soyez sans crainte chère Miko, nous ne faisons que passer notre chemin... à vrai dire je suis même venu vous demander une faveur.

- Une faveur ? Répéta-t-elle assez étonnée.

- Oui... Continua-t-il en mettant la main sur la petite fille assise juste devant lui. Je voudrais que preniez soin de cette gamine... vous vous doutez bien qu'elle ne peut pas vivre avec des personnes tels que nous. Nous l'avons recueillie alors que son village se faisait détruire par un groupe de mercenaire... il n'en reste plus rien, et n'a donc plus de toit.

La miko restait méfiante, mais après mûre réflexion, elle baissa son arc, et les ninjas disparurent en l'espace de quelques secondes seulement.

- Très bien... j'accepte votre faveur. Je ne peux pas laisser cette pauvre petite entre vos mains après tout. Rétorqua-t-elle.

Elle avait l'air d'avoir un assez sale caractère, mais en même temps il fallait se mettre à sa place, les types qui avaient sauvé la vie de Miyako était peut-être des mercenaires aussi, pas aussi barbares, mais un mercenaire devait en rester un aux yeux de tous... Kazuki descendit du cheval, et pris Miyako dans ses bras pour l'aider à descendre, il ne va pas sans dire qu'il grimaça dans il utilisa son bras droit, la flèche ayant bien transpercé son avant bras... les dégâts n'étaient pas conséquents, mais la douleur était là quand même. La miko s'en était aperçu, et quand bien même c'était un brigand a ses yeux, il avait sauver une gamine aux griffes de monstres sanguinaire... quelque part, il avait donc un cœur et ça elle ne pouvait pas se le cacher ou faire semblant de ne pas voir, une fois la petite à terre, la miko lui pris brusquement l'avant-bras, ce dernier grimaçant à cause de la violence auquel elle faisait preuve.

- Vous êtes blessé... venez vous reposer au temple le temps que je vous soigne, ensuite vous reprendrez votre route. Lui dit-elle. Ne vous faite pas d'idée, je vous soigne uniquement parce-que vous avez sauvé une vie.

- Ha ha! Rigola-t-il sans vouloir offenser la jeune miko. Cela va de soit... vous avez du cran, je vous admire, soit. Je ne peux qu'accepter votre offre. Fit-il alors que Miyako restait accrochée à Kazuki... Vous avez entendu ? Attachez vos chevaux, et surtout... je ne veux pas un seul homme avec une arme qui rentre dans ce temple.

Le groupe rigola légèrement en faisant ce que Kazuki leur avait demandé. C'était évident pour eux après tout... quand à Miyako, de son côté, elle ne comprenait pas pourquoi Kazuki devait la laisser là, était-ci dangereux que ça de l'accompagner ? Elle se sentait en sécurité avec cet homme, comme rien ne pouvait lui arriver. Il l'avait sauvé, deux fois en moins de 24h, elle lui était tellement redevable pour le coup... et ce, même s'il lui a dit qu'elle l'avait sauvé un peu plus tôt dans la journée. Elle observa la miko soigner l'avant-bras de Kazuki, elle se rapprocha un peu pour voir de quoi ils parlaient, si jamais ils échangeaient des mots... elle ne voyait pas vraiment leur visage de face. Elle s'approcha d'eux, juste avant de trébucher et de tomber sur le parquet à quelques mètres d'eux. Les deux protagonistes s'étaient retournés assez vivement, avant de se rendre que ce n'était que Miyako qui était devenu toute rouge, honteuse qu'il y ait eu des témoins de cette pitoyable scène... elle s'apprêtait à repartir après s'être remis les vêtements en place et s'excusa de les avoir dérangés jusqu'à ce que la miko la retienne.

- Viens par ici voyons, tu ne nous gênes pas du tout. Fit-elle en serrant le bandage un peu plus fort que d'habitude faisant lâcher une grimace à Kazuki. Un problème? Fit-elle avec le plus grand des sourires pure et innocent cachant le machivélisme de la jeune femme...

- Ha ha ! Non du tout voyons. Dit-il l'air de rien...

Miyako vint s'asseoir à côté de la jeune blonde, se demandant ce qu'elle voulait... puis elle commença à regarder sa joue gauche, elle se souvint qu'elle avait une petite blessure ici... « Ne bouge pas, ça va piquer un peu. » Dit-elle en prenant un tissu et un flocon dont elle versa le liquide dessus avant de l'appliquer sur la joue blessée de Miyako.

- Comment t'appelles-tu jeune filles ? Moi c'est Amako.

- Je m'appelle Miyako...

- C'est un jolie nom que tu as là...d'où viens-tu?

- Je... Commença-t-elle, avant de se faire couper par Kazuki.

- Elle ne se souvient pas de ce qui s'est passé avant que je ne la rencontre... comme si son passé avait été effacé.

- Mmh... je vois...

Miyako détourna le regard et commença à se tourner les pouces, elle ne savait pas vraiment comment réagir, devait-elle dire que c'était faux, qu'elle se souvenait de son passé mais qu'il n'était pas ici ? Que son passé était ailleurs ? Dans une autre époque ? Si toutefois c'était bien vrai, elle-même doutais désormais de son propre passé, elle ne savait pas du tout où elle en était... que faire ? Elle se recoiffa un peu, mettant une mèche un peu trop devant ses yeux devant elle et jouant avec machinalement, comprenant la détresse de le jeune fille, Amako décida d'accompagner la jeune fille jusqu'à sa nouvelle chambre, elle n'allait pas loger dehors tout de même... Mais avant ça, il fallait faire partir le petit groupe, ils allaient tenir parole et laisser la petite Miyako sous bonne garde. Tout le groupe avait déjà repris ses chevaux, profitant de se léger repos pour se dégourdir les jambes principalement. Au fond elle était triste de les laisser partir... Miyako lui tendit l'arc et les flèches avec le carquois que Kazuki lui avait passé, ce dernier, avant de remonter à cheval, se baissa à hauteur de Miyako en pliant légèrement les jambes, puis d'un geste simple, il poussa son arme vers le corps de Miyako pour qu'elle les ait près de son corps.

- Garde le. Accepte ceci comme un cadeau, un jour il te sera utile, j'en suis certain, et à ce moment là... dis-toi que tu auras sauvé d'autres vies en échange d'autres... Dit-il en passant une main rassurante sur les cheveux de Miyako qui commençait à briller des yeux... Allons allons... ne pleure pas. Même si on ne se reverra peut-être, je ne serais jamais bien loin de toi avec cet arc.

Miyako fit un signe de la tête, incapable de parler tellement elle avait une boule à la gorge... bien qu'elle l'ait à peine rencontrer il était devenu quelqu'un d'important pour elle, dans une dernier geste elle se colla à lui, lui montrant son affection à son égard et sa gratitude également. Ce dernier semblait assez touché par ça, et rendit cette accolade, mais il y avait dicton qui disait « quand il faut y aller... faut y aller. » et ce moment était venu, elle ne put donc que les regarder, impuissante face à son destin, se retenant d'aller vers eux et de les supplier de l'emmener avec elle, mais elle ne devait pas... elle ne pouvait pas... ils refuseraient... sûrement.

Kazuki et sa troupe étant partie, Amako rejoint la jeune fille et lui mit une main sur son épaule, disant qu'il était tant d'aller l'emmener dans sa chambre, chambre qui était très simple, un lit à même le sol, coussin, petit matelas fin et couverture, le minimum syndicale dira-t-on... puis Amako s'installa avec elle, peut-être avait-elle à lui parler... elle se mit accroupie devant elle, genoux au sol, les pieds faisant face également, Miyako fit de même, Amako s'était mise tout près d'elle, en commençant à lui caresser la  joue... Intriguée, Miyako ne put même pas réagir, que cherchait-elle à faire ?

- Je suis si contente de voir à quoi je ressemblerais dans le futur...

Miyako fut tétanisée par sa phrase, elle ne pouvait même pas bouger ne serait-ce que le petit doigt.

- Que... que voulez-vous dire?

- Tu vois... bien que je sois une miko, les gens pensent que je suis une chasseuse de mauvais esprit alors que je ne fais que les soigner avec les connaissances en médecine qu'on m'a apprise par le passé... et quand bien même je ne crois pas à ses mauvais esprit, je suis convaincu qu'il y a une vie après la mort... et cette prochaine vie, c'est toi... je sais très bien que tu n'es pas de notre époque, pourquoi et comment es-tu arrivée ici, je ne saurais me l'expliquer, mais tu as quelque chose en toi qui me dit que nous sommes semblable, que nous sommes plus qu'être de la même fille, nous ne faisons qu'un. Maintenant... peut-être serait-il temps pour toi de te réveiller non ?

******

A peine eu-t-elle le temps de comprendre ce qu'elle disait, qu'un saut d'image eu lieu, passant du noir à une image, quelle était-elle ? Elle regardait autour... c'était sa chambre... que s'était-il passé ? Où était passé Amako ? Et l'arc qu'elle avait reçu de Kazuki ? Le temple ? Elle passa une main sur sa joue, puis se leva pour aller se regarder dans le miroir... rien... aucune trace... est-ce que c'était un rêve ? Elle sortit de sa chambre pour regarder si ses colocataires étaient toujours éveillées... quand elle ouvrit la porte elle remarqua qu'elle était la seule éveillée en fait. Yuri et Topaze avaient sans doute rejoint leur chambre, tandis que Mizuki... elle... s'était endormis devant la télé, dans la même position qu'elle était entrain de la regarder, à plat ventre. Miyako alla éteindre la télé et sortir le dvd, et pris une couverture pour la lui mettre sur elle, pour éviter qu'elle ne prenne froid. Miyako sourit un instant, heureuse de voir que ce n'était qu'un « rêve », peut-être un peu trop réel à son goût... qui sait... peut-être que cette Amako avait vraiment existé... ainsi que ce Kazuki... puis elle secoua la tête, non, c'était impossible, tout ceci faisait partie de son imagination, bien que ce soit assez troublant au final quand même. Elle rejoignit de nouveau sa chambre pour s'en aller de nouveau dans le pays des songes... en espérant que cette fois tout ceci ait l'air moins réel, elle apprécierais de ne pas revivre ce genre d'aventure... sauf si c'était la suite de son périple, hey... et pourquoi pas ?

******

Pendant ce temps... dans un pays lointain, et dans une autre époque...

- Dis moi Kazuki.

- Qu'y a-t-il ? Fuki.

- Tu ne regrettes pas de ne pas l'avoir emmenée?

- Haha... aucunement mon ami... aucunement. Elle est bien plus heureuse là où elle est, j'en suis sûr et certains... Dit-il à son ami, en regardant les étoiles qui brillaient de mille feu dans ce ciel sombre dégagé de tout nuage, où la pleine lune était bien visible.
Code par Topaze Aryia ©



Code couleur => #EC1FEC
Miyako Shinkai 心海

My pin's ♥:
 
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 2912

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
90/2000  (90/2000)
Votre domaine: Les Cellules
avatar
Sweet Pink Doll
Sweet Pink Doll
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Was I dreaming ? - Sam 14 Déc 2013 - 13:58

Drôlement sympathiques ces personnages ^^ Bientôt Miyako sera une vraie guerrière ! x)

Miyako Shinkai : 200 xps + 300 xps Bonus

Xps attribués : Yep



Ma Fiche - Ma Présentation - Mon Journal
♥️ Présidente du Maid Café Club ♥️

Spoiler:
 
Was I dreaming ?
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» i was dreaming for so long (hope&delysia)
» Hurry up, we're dreaming. (RONO)
» KIM'Z → A dreaming angel lost in wonderland...
» Miss Tick ¤ I'm just dreaming of tearing you apart.
» (M/LIBRE) NICOLAS SIMOES ≈ after i met you, i started dreaming in colors.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Dortoirs :: Chambres des élèves-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page