Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Croisade contre l'humanité.

Aller à la page : 1, 2  Suivant
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Croisade contre l'humanité. - Mar 10 Déc 2013 - 20:17

Le début de la croisade.

« Aujourd’hui commence l’ultime croisade des Teutoniques.  »

Pourquoi ce monde se vouait à lui faire du mal ? Les uniques choses qu’il pensait bien lui apportaient uniquement des malheurs. IL avait fait des efforts tout ce temps, il priait comme de on vivant, son ultime accroche qui le faisait avancer vers l’avenir, mais depuis quelques temps cette avenir s’effaçait, laissant place à une image d’honneur salit, de fierté bafouée et de trahison.
Un nom humilié, son sang abusé, et sa propre famille qui lui refusait qu’il applique ses principes, il pensait sa descendante plus forte, il s’était trompé. Elle n’acceptait même pas l’aide qui lui offrait, il lui proposait d’aller racheter son honneur lui-même, qu’elle ne se salisse pas les mains, mais non. Alors pour la première fois  il avait menti, qu’importe les règles ne tenaient plus, pour accomplir son désir  il ne reculerait devant rien.

Mais avant toute chose, il devait faire le point, se justifier auprès de ce qu’il voyait toujours comme sa dernière raison d’être, son ordre.
Justifiant d’une mission donné par un directeur il quitta son poste et descendit dans le monde des humains, il avait très longuement réfléchit à tout cela, et la réponse était évidente à ses yeux. Il rejoignit les steppes prussiennes, pardon, ce n’est plus prussien maintenant … C’est une petite possession russe coincée entre diverses pays … Sa patrie est tombée tellement bas … Qu’importe, c’était une époque bien connu du chevalier, l’hiver et son épais manteau neigeux des pays du nord. Il sourit en entendant cette dernière s’écraser sous ses pas dans un bruit caractéristique, il parcourait cette entendus blanche, soigneusement emmitouflé dans se vêtements blancs, qu’il était bon de revenir aux sources, la dernières fois qu’il était revenu lui avait fait découvrir qu’une partie de sa famille se trouve à la Deus académia … Il soupira et grimpa au sommet d’une colline surplombant un village. C’était comme  à son époque, mais pourtant si différent, il voyait encore le château de son ordre, celui là même ou messire Hermann avait fait de lui un chevalier électeur, mais il y avait des choses détruisant cette vue, des bâtiments plus haut que le château en métal, des rails de chemin de fer, et d’innombrables véhicules à moteur, il fit une moue sans aucun remords et s’enfonça dans la forêt jusqu’à une stèle teutonique, il se souvient des mots de son grand maître à l’époque. Si cela était vrai alors en priant devant elle  il pourrait s’adresser à tout les Teutons, leurs faire par de son expérience de changement d’époque.
Il se mit à genoux dans cette neige, devant cette stèle qu’il avait révélée d’un simple coup de main en souriant.

- Mes frères … Messires Hermann … A vous tous … Pardonnez moi … Nous avons juré de défendre les hommes des païens, mais cette résurrection qui me fut offerte me laisse un goût amère, nous nous sommes tous fourvoyés … Nous avons été manipulé par le Vatican, par l’humanité toute entière, les païens sont malheureusement partout, le mal est partout et ne cherche qu’à tout dominer. Aussi j’ai prit une terrible décision, mais  il n’est plus possible autrement, nous avons jadis juré de combattre le mal, mais le mal nous manipulait déjà … Devant cette évidence je vais me battre, vous venger, et entreprendre de purifier ce monde corrompus. En votre nom je vais effectuer la dernière croisade de notre ordre, je vais tout détruire pour mieux le reconstruire… Il n’y a pas d’autre possibilités.

A quoi bon défendre un système que les humains ignorent ? A quoi bon défendre des humains qui sont corrompus et tenteront aléatoirement de dominer le monde après leurs morts ? La verrue de ce monde ce n’est ni les païens ni les renégats, c’est l’homme et l’humanité en général, en détruisant tout il défendait le monde. De plus en détruisant tout  il détruirait forcément tous les soucis de sa descendante, plus de renégats, plus de matérialisation de celui qui lui a fait du mal, que ce soit du passé  ou du futur, plus rien ne lui arrivera. Mais pour finir ce qu’il entreprenait de commencer il allait devoir faire la chose la plus dure de sa vie, de ses souvenirs. Car tout détruire implique tout, même les choses auxquelles  il tient.
Il se releva et se retourna déterminé à tout détruire, et  il commencerait par reprendre ce village, cette forteresse qui appartenait à son ordre, pas question qu’elle serve de distraction plus longtemps pour tous ces humains prétentieux. Mais au final sa détermination sera de toute façons mise à l’épreuve, lorsque viendra le moment de s’occuper des trois choses, Rain, Kate, et son frère … Mais sa décision était prise, il le ferait …

Code by Rain




♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 6528

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Croisade contre l'humanité. - Dim 15 Déc 2013 - 21:27

Memento...


« Laisse-moi devenir cette épaule que tu n'as jamais eu. »

— Auriez-vous vu le professeur Urmanis, par hasard ?

Pour la énième fois depuis près d'une demie heure déjà, Rain dut formuler cette question. Tous les collègues sur qui elle tombait en errant dans ces couloirs interminables y avaient eu droit. Aucun cependant n'avait encore répondu par la positive. Cette fois, un professeur de philosophie, adepte de la pensée péripatéticienne, venait de rentrer d'une longue promenade emplie de réflexions existentielles. Il lui répondit alors avoir vu le blondinet se diriger vers le port. Après avoir remercié l'homme, la membre du Conseil se dirigea d'un pas pressé vers le lieu en question. Il valait mieux pour elle ne pas le perdre, puisque la raison pour laquelle la jeune divinité le cherchait était toute simple : elle avait une lettre de la direction à lui remettre. Il était convoqué d'urgence, alors si monsieur se décidait à lever le voile, elle allait devoir se renseigner encore pour savoir quelle destination il aurait pris. Et, disons qu'elle avait suffisamment galéré aujourd'hui pour le retracer que de vouloir faire un effort de plus.

Tout en marchant, la jeune femme jeta un rapide coup d'oeil à cet anneau qui logeait sur son annulaire droit. Bon, d'accord, il n'y avait pas que la lettre qu'elle souhaitait lui remettre, par la même occasion, elle comptait également lui dire certaines choses, afin de les mettre au clair. Du moins, tenter. Elle mieux que personne savait à quel point les sentiments, c'était une sorte de langue étrangère pour elle. Pour l'instant, elle n'en était qu'au stade d'apprentissage pour débutants… Enfin, au moins, Alexander avait été patient, c'était un bon point pour lui. Il lui avait laissé le temps d'y réfléchir, et finalement la réponse avait fini par lui venir. Maintenant, il ne lui restait plus qu'à le trouver, et à trouver comment formuler toutes ses pensées, qui n'étaient décidément pas simples.

Aucune chevelure blonde à l'horizon lorsqu'elle débarqua au quai, ce n'était pas bon signe. Un soupir résigné s'échappa de la bouche de Rain qui se rendit aussitôt auprès de l'un des repentis chargés de contrôler les allers et venues des bateaux. Effectivement, Alexander était passé par là, il y avait une petite heure, prenant un bateau pour la Pologne, ville de Malbork. A son grand étonnement, son motif de départ avait été une mission donnée par la direction. Cette information valut un froncement de sourcils de la part de Rain, qui se dit immédiatement que la raison donnée était fausse. Les directeurs n'étaient que trois, l'information n'aurait aucun mal à passer s'il y avait eu une mission donnée alors la convocation n'aurait pas lieu d'être.

Curieuse, mais surtout bien décidée à accomplir sa tâche jusqu'au bout, la membre du Conseil demanda alors à ce que l'on lui prépare un trajet également. Alors que son cerveau produisait déjà tous les scenarii possibles et imaginables pouvant les conduire dans une telle situation, Rain reçut la visite du Phénix Karma, qui vint se loger près d'elle lorsqu'elle s'installa dans le bateau, tout en préservant ses distances néanmoins, ce serait dommage de brûler sa partenaire, au vu de ses plumes ardentes. Aucune des deux n'échangèrent pensées durant le voyage, après tout il était habituel de voir cet oiseau indépendant aller et venir sans prévenir, sans raison particulière. Deux personnes indépendantes ne pouvaient pas vraiment nourrir une relation où l'attachement était maître, après tout.

Lorsque l'oiseau de feu et la divinité en devenir atterrirent en bord de mer, ils furent accueillis par une température ambiante peu agréable. Karma s'en fichait, n'étant nullement perturbée par cette dernière de part son corps constitué de flammes éternelles, mais Rain un peu moins. Le temps à l'académie n'était pas spécialement chaud non plus, mais il n'y avait pas encore de neige là-bas. Pour le coup, elle pouvait remercier sa Cape du Conseil d'être là, mais elle n'aurait pas dit non à des gants, ou même une écharpe. Ah, son écharpe. Sa place était auprès de son fils, désormais.

« Karma. »

« Je sais. »

Le Phénix s'éleva dans les airs tandis que l'apprentie-déesse faisait de même. Deux paires d'yeux valaient mieux qu'une seule, alors Rain était finalement contente que l'oiseau éternel se soit déplacé pour des raisons connus de lui seul. L'un prit de l'altitude afin de voir plus loin, tandis que l'autre se contentait d'une hauteur plus modeste afin de ne rater aucun détail sous l'un des arbres de ces sombres bois. Un décor de campagne vaste et monotone, voilà tout ce qui semblait se défiler sous son regard. Nulle trace du chevalier. Allaient-elles réussir à le trouver ? Leur ouïe répondit bien vite à leur question. Au loin, des bruits sourds leur parvenaient. Comme un tremblement de terre. Dans un élan synchronisé, les deux ailées accélérèrent et foncèrent à toute vitesse vers la source des bruits en question, même si Rain ne pouvait s'empêcher de quand-même jeter des coups d'oeil réguliers au niveau du sol, puisque rien en soi n'indiquait que son collègue se trouvait là-bas.

Puis elles la virent. Cette imposante silhouette se découpant dans l'horizon. Vu la proportion de la chose par rapport aux bâtiments, il n'y avait aucun doute, ce n'était pas humain. La chose était occupée à avancer, tout d'armure qu'elle était vêtue, à tout détruire sur son passage. Sur le coup Rain en oublia de sonder le sol, le spectacle étant tout simplement incompréhensible. Non, cela ne pouvait pas être lui. Pourquoi détruirait-il cette pauvre ville qui ne lui avait rien demandé ? Aucune autre source d'énergie divine dans les environs, il était seul et n'affrontait personne d'autre que ces humains. Ces humains qui ne savaient que crier, fuir, pleurer, mourir.

— Alexander Urmanis !

Elle le repéra, coursant son propre avatar divin sur son étalon ailé. Pas besoin d'hésiter plus, la membre du Conseil se jeta à sa poursuite, laissant Karma en retrait qui continuait à planer autour de la ville semi détruite. En quelques secondes, Rain les avait rattrapés, l'une de ses mains vint agripper solidement les rênes d'Arès tandis que l'autre venait attraper le bras armé du chevalier. Sur le moment, toute méfiance avait été abandonnée au profit de ce geste, ce qui était tout sauf prudent, évidemment, mais assister à ce genre de choses était tout simplement déroutant, même pour une arme humaine. Car jamais, ô grand jamais, elle ne l'aurait imaginé capable d'une chose pareille, et surtout, elle ne comprenait pas ce qui pouvait bien s'être passé dans sa tête pour qu'il se comporte ainsi.

— Drôle de mission que vous a confié la direction, déclara-t-elle d'une voix calme mais suffisamment forte pour être entendue malgré le boucan environnant. Maintenant vous allez arrêter votre cheval ainsi que votre avatar et m'expliquer. A moins que je ne doive le faire moi-même ?

Elle ? Ferme protectrice des humains ? Non… En réalité, elle se souciait seulement de devoir confier son cas à d'autres personnes. Godslayers, membres du Conseil, professeurs, surveillants… tous seraient une menace pour lui, une menace qu'elle souhaitait lui épargner.

Code by Rain



Kit fait par mon Lié adoré ♥
FicheJournalThèmeAwardsGalerieDerrière l'écran ♦ Ma couleur : #D09D28

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Croisade contre l'humanité. - Lun 16 Déc 2013 - 21:29

Interruption?

« Même en infériorité, je me battrais. »

Alors voila, il avait fait son choix, il voyait cette ville déformant, masquant ce symbole qu’il admirait, forteresse Teutonique transformer en vulgaire décoration pour humains …
Il se concentra et siffla, Arès le rejoignit immédiatement sortant de la forêt, ah cheval fidèle, seul soutien qui lui restait dans son entreprise de titan. Il le caressa un peu puis fit apparaître son avatar divin, pas dans les proportions dont  il avait l’habitude, une petite trentaine de mètres aux épaules, deux épées toute aussi longue, une dans chaque main, et immédiatement des hurlements vinrent de la ville tandis que le chevaliers peinait à monter sur Arès en prenant son souffle.

- Commençons la purification mes amis, détruisons tout, que rien ne reste, femme enfant, vieillard, tout doit mourir écrasé sous notre puissance !

Et leurs marche commença, l’avatar rejoignit en quelques enjambé dans sa course la ville, un coup d’épée fauchait un bâtiment, ensevelissait des centaines de personnes, de temps en temps un hurlement cessait sous sa botte, transformé en galette rougeoyante. Les rares coups de feu qui raisonnaient ricochaient misérablement sur l’armure du titan. Et la réponse ne tardait pas  à empêcher tout attaque supplémentaire, seul un bâtiment ne subissait aucun ravage, le château.
Et le chevalier parcourait le chemin sur Arès jusqu’à ce qu’une chose imprévue arrive. Une main agrippa les rênes de son destrier, l’autre se posa sur son bras droit, et d’instinct  il tourna la tête vers la droite, c’était Rain … Celle qui ne lui avait jamais répondu, celle qu’il aimait, il ne savait plus si il l’aimait encore maintenant que son choix était fait, mais il eut un pincement au cœur, et étrangement il ressentait comme de la surprise, pourtant ça ne le surprenait pas que certains tentent de le stopper. Il regarda Rain droit dans les yeux, les yeux bleu du chevalier était vide de tout sentiment autre qu’une haine farouche du genre humain, d’une volonté de destruction sans fin.

— Drôle de mission que vous a confiée la direction. Maintenant vous allez arrêter votre cheval ainsi que votre avatar et m'expliquer. A moins que je ne doive le faire moi-même ?

Expliquer quoi ? Il n’y avait plus  rien à expliquer, c’était aux yeux du chevalier un stratégie pour le ralentir dans son entreprise, il voulait épargner Rain, comme son frère et Kate, il voulait s’occuper de leurs cas en dernier, le temps de se préparer au mieux, mais visiblement le destin en voulait autrement hein … Sa main libre saisit une des ailes de Rain, il avait besoin d’une prise qu’il venait de s’offrir, il quitta directement ses étriers et sauta sur Rain, la plongeant droit vers le sol, tête la première, Arès se stoppa et regarda en reniflant, Alexander lui fit une roulade et se releva. Il s’étira un peu et regarda un instant vers son avatar divin, il n’avait pas besoin d’aide, alors il allait passer un peu de temps avec la brune.

— Evidemment c’est toi le premier apprenti dieu qui vient se mettre sur mon chemin … Rain …

La neige était son terrain de combat favori, ses vêtements blancs avaient été réfléchit pour le rendre difficile à percevoir, il eut un petit sourire, Deus se moquait vraiment de lui, envoyé directement une personne à laquelle il tenait …

— Des explications … De toute façons tu feras comme tout le monde, tu ne me comprendras pas ! Vous êtes tous pareil, dieu, chien, humains, tous vous me prenez  pour un fou, un idiot qui suit des règles, mais je les écoute car j’y crois, car je choisis de les défendre, vous ne comprenez pas la dévotion car  vous ne croyez plus en rien ! J’ai bien tenté de comprendre, de faire des efforts, mais à chaque fois que j’ai tenté, que je me suis ouvert,  à chaque fois la personne se permit alors ce qu’elle ne devait pas. J’aurais du suivre ce que me demandait mon seigneur autrefois, ne pas m’ouvrir, ça fait moins mal, les sentiments, la bonté, ce n’est que faiblesse. Maintenant c’est ce que je ferais, mais je vais aussi me débarrasser du mal qui ronge ce monde, sous toute les forme qu’il revêt !

Alexander avait toujours ce regard inquisiteur qu’avaient les chevaliers pendant leurs traque des hérétiques, cette détermination, cette volonté d’éradiquer leurs cibles, mais celles du chevalier aux yeux bleu étaient bien plus nombreuses que quelques sorciers planqués  dans un village de paysans, déjà l’échelle n’était pas la même.

Code by Rain



♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 6528

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Croisade contre l'humanité. - Lun 16 Déc 2013 - 22:35

Nous souviendrons-nous

« Dis-moi… tuerais-tu pour prouver que tu as raison ? »


Il ne serait pas faux de dire que c'était la première fois que Rain faisait passer les sentiments avant l'instinct de machine à tuer. Auparavant elle se serait assurée d'être à l'abri du moindre coup et d'un maximum d'imprévu, son cerveau permettant amplement ce genre de calculs de probabilité. Cette fois cependant, elle ne perdit pas de temps avec tout ça, pour la simple raison qu'Alexander avait réussi à acquérir une quantité de confiance rare. Une confiance qui obstruait tous les réflexes d'arme surentraînée qu'elle pourrait avoir. Pour le coup, elle se rendit compte de son erreur un peu tard, lorsque le blondin vint agripper l'une de ses Ailes dans son dos. Son vol s'acheva sur le sol enneigé et son souffle fut coupé. Leurs corps furent un instant victimes du principe d'inertie et roulèrent ainsi dans la poussière blanche. Puis Alexander se releva, écrasant alors la brune d'un regard qui ne disait rien qui vaille.

D'où venait toute cette hostilité ? D'où naissait toute cette rancoeur ? Rain ne comprenait rien, elle avait dû rater un épisode, un long épisode… Ce n'était pas la première fois que ce genre de situation lui tombait sur la tête. A force d'être absente pour les siens, elle avait légèrement tendance à se retrouver avec des morceaux à recoller au moment venu devenu critique… Paradoxalement, si elle était absente pour eux, c'était bien pour les protéger, parce qu'elle s'attelait à remplir son rôle de membre du Conseil. La vie était d'une ironie sans fin…

— Je préfère être le premier qu'être celui chargé de ramasser vos morceaux.

Sans détourner son regard de son ancien collègue, la jeune femme se releva, sa cape noire devenue blanche pour l'occasion. Il n'y était pas allé de main morte, mais il en fallait plus pour la briser. Les explications finirent néanmoins par tomber, quoique, pour des explications, c'était seulement un bon défouloir en fait. Rien de vraiment construit comme discours, il crachait simplement sa rancoeur et se prenait pour un incompris, sans la renseigner sur ce qui aurait pu le mettre dans un état pareil. Le tout en commençant par un « de toute façon » bien horripilant comme Rain les adorait, le genre de personne qui trahissait dès le début leur position complètement butée, le genre de personne qui faisait comprendre dès le début qu'il était inutile de tenter de la raisonner. En tout cas, il était plus que certain qu'il avait dû recevoir un choc psychologique.

— Ne me faîtes pas dire ce que je n'ai pas dit. Ne me faîtes pas penser ce que je n'ai pas pensé. Je ne vous ai jamais jugé, Alexander.

Malgré la destruction et la mort environnante, Rain demeurait d'un calme olympien. Le geste, l'attitude du professeur l'étonnait, mais elle ne s'estimait pas responsable de cette transformation. Non, elle n'avait pas été disponible pour l'écouter et l'aider, mais elle ne l'était pas pour tout le monde. Jamais elle ne l'avait traité mieux ou moins bien que quelqu'un d'autre de son entourage, mais maintenant il fallait rattraper ce qui n'avait pas été fait. La membre du Conseil fit un pas vers Alexander, sans le quitter des yeux, et avec tout le calme dont elle était capable.

— Stoppez cet Avatar, professeur. La destruction ne vous mènera nulle part, elle ne peut pas vous aider. Moi, oui.

Elle ne le prétendait pas mais l'espérait.

— Laissez-moi… Laissez-moi devenir cette épaule... que vous ne semblez pas avoir eu jusqu'à présent.

Code by Rain



Kit fait par mon Lié adoré ♥
FicheJournalThèmeAwardsGalerieDerrière l'écran ♦ Ma couleur : #D09D28

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Croisade contre l'humanité. - Mar 17 Déc 2013 - 0:52

De simples mots ...

« Jusqu'où ? »

Il avait agit sur un réflexe en sentant ce contact, pourtant  il se tenait  là debout, face à celle qu’il venait de mettre à terre pendant qu’elle se relevait, affirmant qu’elle préférait être la première que de ramasser les morceaux. Pourquoi tenait-elle tellement  à être la première, il ne le souhaitait pas, il avait encore besoin d’un peu de temps pour se redresser, pour achever de se convaincre qu’il allait falloir qu’il la tue elle aussi. Tout impliquait vraiment tout … même celle qu’il aimait …

— Ne me faîtes pas dire ce que je n'ai pas dit. Ne me faîtes pas penser ce que je n'ai pas pensé. Je ne vous ai jamais jugé, Alexander.

Ok, elle ne l’avait pas dit, mais pour Alexander c’était l’évidence même qu’elle ne l’avait pas encore dit … Mais ça allait venir, il le faisait tous, aucune exception dans ce monde … Il était ce qu’il était et ça ne plaisait pas. Il serra un peu les poings, continuant malgré tout à marteler Rain de son regard inquisiteur, ce regard doux qu’il lui faisait il y a quelques temps n’allait pas revenir tout de suite, ou peut être pas qui sait. Mais dans l’immédiat le fond de la pensée du chevalier sortit instinctivement, la colère délie les langues … n’est-ce pas ?

- Pas encore du moins … Ils l’ont tous fait …

Et  il en était convaincu que même pour elle c’était une question de temps, qu’elle finirait elle aussi par faire comme les autres, pour le pauvre professeur c’était devenu un sorte de nécessité de cette époque, un inévitable qu’il devait subir. Ca en devenait presque normal en fait … Une normalité qui l’énervait terriblement, qui attaquait sa fierté, alors oui, il était énervé, mais si il n’y avait que ça …
Mais apparemment la brune n’avait pas encore terminé son discours pour le chevalier,elle se permit même d’avancer, mais sous le regard méfiant du chevalier, pour lui tout le monde était potentiellement un traître, tous sauf peut être son frère et Arés.

— Stoppez cet Avatar, professeur. La destruction ne vous mènera nulle part, elle ne peut pas vous aider. Moi, oui.

Le stoppé ? Non, il était sa force de frappe, l’arme qui lui permettait d’accélérer sa croisade, il était la faux qui couchait chaque germe du mal de cette terre. Le stopper n’était pas encore dans ses envies, pas tant qu’il aurait encore de l’énergie pour  continuer, ville après ville, pays après pays, continent après continent, il ne se stoppera que lorsqu’il n’y aura plus rien, où qu’il soit mort. Mais alors qu’il appelait Arès qui revenait vers lui, juste avant qu’il ne monte sur ce dernier un improbable se produisit, une simple phrase mais tellement lourde de sens que le chevalier l’entendit raisonner encore et encore dans son esprit.

— Laissez-moi… Laissez-moi devenir cette épaule... que vous ne semblez pas avoir eu jusqu'à présent.

Il se stoppa net, il se retourna pourtant et posa les mains sur la selle d’Arès, il gratta d’ailleurs légèrement cette dernière. Il commençait déjà à douter, et cela l’énervait encore plus, pourquoi il fallait que ce soit elle ! Il pensait ne plus pouvoir être atteint, mais le passé restait, il restait encore et il revenait à chaque fois qu’elle parlait.

- Tu … je … mais …Il serra le poing et frappa la selle en criant.

Non, il ne fallait pas qu’il recule, pas maintenant  qu’il était en marche. Avancer, toujours avancer vers son objectif, il devait le faire, même si il doutait, il fallait qu’il le fasse, pour lui, pour les Teutoniques … et pour … pour le bien …

- Je … Je n’ai pas besoin d’épaule … Quand j’aurais finit il n’y en aura de toute façons plus. Et … je n’ai de toute façons plus le droit à être soutenu, personne ne me soutiendra dans ce que je fais. Et je pense que tu ne me suivras pas, je me trompe ?

Il enfourcha de nouveau son destrier et regarda au loin le travail de son avatar divin, il fallait qu’il y aille, il était un homme de guerre, et son doute se dissiperait en combat, il s’y dissipait toujours, pendant qu’il combattait  à chaque fois  il oubliait tout le reste, alors  il pourrait aussi oublier Rain.

Code by Rain



♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 6528

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Croisade contre l'humanité. - Mar 17 Déc 2013 - 21:28

Déchirement


« Car moi, je sais que je tuerai pour sauver une vie. »


Alexander avait raison sur un point : Rain ne le comprenait pas. En même temps, comment pouvait-elle comprendre un tel comportement, sans même savoir ce qui l'avait conduit dans de tels retranchements ? Non, elle ne le comprenait décidément pas. Elle semblait l'avoir touché avec ses paroles, du moins ses derniers mots, il semblait douter mais refusait de plier. Pourquoi ? Pourquoi voulait-il absolument tout détruire ? A quoi cela le mènerait-il ? Et où ? Nulle part. Voilà la réponse. De toute façon. Toujours les mêmes mots. De toute façon. Toujours la même formule. De toute façon… De toute façon, il avait décidé de ne pas l'écouter dès le début. De toute façon, quoi qu'elle dise, elle ne le changerait pas. Il n'y avait plus qu'une seule solution maintenant. Elle avait toujours été une femme d'action, après tout, les beaux discours, ce n'était pas son domaine de prédilection...

Se trompait-il en pensant qu'elle ne le suivrait pas ? Tout dépendait du point de vue. En tout cas, une chose était sûre, il se trompait actuellement même, en voulant mener cette campagne de destruction absolue qui ne lui offrirait rien d'autre que sa propre perte.

— Vous vous trompez.

Son regard prit la même direction que celui d'Alexander, qui observait de loin le massacre de son avatar divin.  

— Je vous suivrai, aussi loin que nécessaire, sur cette route qui ne mène nulle part. Et je tenterai, avec autant de coups de pied aux fesses qu'il faudrait, de vous ramener.

Sa main droite se resserra sur la manche de l'un de ses tanto sous sa veste. La tension commençait à grimper. Puis ils partirent. Alexander, chevauchant sa monture, fonçait droit vers cette horizon couleur sang [hrp : vu avec Alex], il s'engagea comme le dernier des obstinés sur ce chemin dont le bout n'était que néant. Une crevasse infinie où se perdaient toutes les valeurs qu'il pourrait défendre. Que lui resterait-il s'il détruisait tout ? Que deviendrait-il s'il se faisait arrêter ? Il ne serait plus professeur, ni renégat… Il serait perdu, vraiment perdu ! Et ça Rain ne le voulait pas. Elle voulait le sauver, et le voir partir au galop procura une sensation étrange dans sa poitrine. Un pincement.

Alors, lui aussi. Lui aussi, il pensait que rien d'autre ne pouvait le sauver. Lui aussi, lui offrait ce choix difficile qui était de l'affronter pour l'arrêter. Le tuerait-elle, lui aussi ?

Tandis que le chevalier et son fidèle destrier s'éloignait au loin, Rain demeurait silencieuse et statique, observant ce fin anneau de métal qui ornait son doigt, brillant d'un éclat argenté. Par ces anneaux, ils s'étaient engagés à partager. Si pas l'Eternité, un instant. Cet instant, Alexander venait de le choisir...

— Pardon, Enora.

Ah, Deus et son humour douteux. La lier à une humaine alors qu'il savait parfaitement que de par son domaine du sacrifice, la souffrance serait un fardeau quotidien pour elle. Sa lame pénétra de quelques millimètres dans sa paume et traça un long sillon rouge. L'hémoglobine se mit à virevolter autour de son bras gauche tandis que son regard se relevait pour se fixer vers cette silhouette au loin.

Une petite échange de pensées avec Karma et c'était parti. L'oiseau de feu fonça vers l'avatar divin et s'attaqua directement à ses yeux dans le but de les crever. Un coup, puis un deuxième. Les assauts étaient fulgurants, extrêmement rapides et impitoyables. L'Avatar ne pourrait décemment l'attraper, mais se protéger les yeux des mains demeurait la solution, alors autant lui crever au moins un oeil avant qu'il ne songe à ce genre d'échappatoire.

Pendant ce temps, une immense main entièrement constituée de sang (image) et de la taille d'un homme s'était formé autour du bras gauche de Rain. Cette dernière dégaina alors ses Ailes Célestes et fonça à la poursuite d'Alexander et de son cheval ailé. Ses gigantesques doigts écarlates vinrent alors saisir l'homme au niveau du buste, sa main se refermant sur tout son avant corps, pour le tirer avec force vers l'arrière et le jeter au sol. Le Contrôle des Limites avait été brièvement de la partie, dans le but de le sonner un minimum avec ce coup. Juste de quoi permettre à Rain de continuer sa course jusqu'à l'Avatar Divin, qu'elle dépassa.

Au cours de son envol, le masque du Conseil était venu se former sur son visage. Celui-ci lui permettrait de lancer le sort qu'elle souhaitait, de par son statut, connu uniquement par le président ainsi que les directeurs, de Gardienne des Secrets. Son rôle habituel ? Nettoyer le terrain après les missions, mais aussi veiller à ce que les humains soient hors de portée durant la réalisation de celles-ci. Comme par exemple, en créant une mini-dimension parallèle, copiant les propriétés de l'actuelle mais sans les humains.

Et c'était précisément l'un de ces enchantements qu'elle s'apprêtait à jeter. Des runes commençaient à apparaître dans ses mains pour venir former une sorte de cube géant, englobant les deux protagonistes, leurs alliés animaux respectifs ainsi que l'avatar divin. La zone était limitée évidemment, et les jeunes divinités disparaîtront ainsi de la vision des humains, mais au moins les dégâts épargneraient ceux-ci… pour combien de temps ? Tout dépendait d'Alexander et elle maintenant.

Code by Rain



Kit fait par mon Lié adoré ♥
FicheJournalThèmeAwardsGalerieDerrière l'écran ♦ Ma couleur : #D09D28

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Croisade contre l'humanité. - Mer 18 Déc 2013 - 1:45

Obstacles …

« Alors tu refuse de me laisser avancer … »

Que d’histoires, il avait choisit de tout détruire, non pas car  il voulait mourir, bien qu’il était conscient que certains allaient probablement l’abattre en usant de sombres techniques en tentant de la manipuler, et qu’il finirait probablement par mourir avant d’avoir accomplit son désir, mais il pourrait faire réfléchir par son action, démontrer qu’il sont tous dans le tords, et de la une nouvelle pensée émergerait, oui, c’était son pire scénario …
La meilleure était qu’il réussisse à tout détruire, de là il se tuerait aussi, laissant la terre et les cieux libre de toute humains, les traces du passage de l’humanité survivraient, mais ils ne seraient plus là pour représenter le mal …

— Vous vous trompez. Je vous suivrai, aussi loin que nécessaire, sur cette route qui ne mène nulle part. Et je tenterai, avec autant de coups de pied aux fesses qu'il faudrait, de vous ramener.

Il eut un bref sourire et monta sur le dos d’Arès, elle ne comprenait pas que c’était ce néant qu’il visait, que ce néant  était la seule chose bonne, tu viens du néant et tu retourne  au néant, cycle rationnel, avoir rompu le néant était déjà une erreur de Deus, seul le néant ne causait jamais de problèmes, seul le néant ne faisait pas de mal, il ne faisait rien.
Alors qu’elle le suive si ça lui chantait, mais  il ne se détournait plus de son objectif pour un simple imprévus comme elle … Il allait devoir faire avec et avancer.
Deux petit coup sur le coté, et voila qu’Arès S’élançait, fonçant droit vers son avatar divin, vers le lieux de cette guerre, mais voila … Il n’allait pas encore l’atteindre tout de suite.
Car voila, il sentit quelques chose le saisir, mais la taille était autre que la dernière fois, il baissa son regard et découvrit une main de sang. D’instinct  il lâcha les rênes et sortit les pieds de l’étrier pour épargner son cheval, mais aussi pour avoir moins de chance de se briser jambe ou bras, car il était tiré en arrière et heurta le seul dans un râle grave.

Le temps de se relever  il vit Rain passer à toute vitesse  à coté de lui … Maudite ailes … Elle avait donc choisit de le stopper, mais ce sera plus dur pour son avatar divin !
Mais ces runes ne lui disaient rien de bon … Surtout quand soudain l’avatar stoppa ses attaques, préférant chasser l’oiseau. Non, si il raisonnait comme lui il n’aurait pas prêté grande attention à l’oiseau pour poursuivre son objectif … En plus … il n’y avait plus de cri … C’était quoi cette histoire, qu’avait-elle donc fait ? Il prit une profonde inspiration et hurla donc.

- Alors tu as décidé de te mettre sur mon chemin Rain ! Tu ne comprends pas que ce monde ne retrouvera sa paisiblement que lorsqu’il sera revenu  à son état originel ! Le néant !

Il fit apparaître son armure intégrale en souriant légèrement et jeta un regard à Arès, le cheval comprit immédiatement et fit apparaître des ailes pour lui et son maître. Le professeur était certes plus lent que Rain, mais  il arriva rapidement avec son cheval au dessus de la ville, et le constat fut sans aucun appel, il n’y avait plus aucun humain, même ceux déjà mort n’avait pas leur corps encore chaud et ensanglanté qui dormait  avec la poussière, il n’y avait rien d’autre que les deux divinités, leurs animaux, et l’avatar divin qui se concentrait sur le phœnix.

Il regardait Rain, à travers la fente de son armure, battant de temps à autres de ses ailes pour se maintenir, il voulait savoir pourquoi. Ce qu’elle avait fait, à l’instant, mais  il avait comme le sentiment que si il désirait réellement poursuivre … Il allait devoir … la tuer …
Cette idée l’énerva, il ne voulait pas lui faire de mal, quand bien même il l’avait décidé … Mais si elle se mettait sur le chemin de sa volonté, alors  il fera ce qu’il faudra faire.

- Qu’as-tu fais ? Pourquoi te met-tu en travers de mon chemin ? Ne m’oblige pas à te faire du mal … Je t’en prie … Si tu continue  à t’opposer à moi je n’aurais malgré tout pas le choix … Alors écarte toi …

Il s’était déjà fait à cette idée, il aurait préféré attendre, mais elle semblait ne pas vouloir lui laisser le choix. Il avait ce sentiment que ce serait inévitable, qu’il allait devoir lever la main sur elle, la blesser, et peut être même … la tuer … Pourtant au fond il se demandait vraiment  si il y arriverait, faire du mal à ceux à qui il tenait allait être si dur pour lui … Et ce supplice commençait déjà …
Quand est-ce que son malheur allait-il se finir dans ce monde ? Plus le temps passait pire il le voyait, et plus il arrivait à se convaincre de la nécessité de le purifier par son acier.
Code by Rain





Dernière édition par Alexander Urmanis le Mar 18 Fév 2014 - 21:21, édité 1 fois
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 6528

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Croisade contre l'humanité. - Mer 18 Déc 2013 - 12:45

Toi qui combats par l'épée


« Souviens-toi que tu n'es que poussières. »


Karma continuait à mener la vie dure à l'avatar, ses déplacements étant trop rapides pour celui-ci et surtout, son corps n'étant pas organique, il était impossible à attraper à main nue. Néanmoins le temps des attaques s'était calmé à présent, le phénix se contentait d'occuper le titan blindé, cependant que sa partenaire divinité toisait leur adversaire commun : Alexander. La masquée et le casqué, les voilà qui se faisaient face, à présent. La main de sang s'était désintégrée en une nuée de pétales rouges qui venaient danser autour du bras de Rain, formant une espèce d'aura agitée. Mieux valait pour elle économiser ses forces ; On avait peut-être remis son corps à neuf mais elle n'avait pas intérêt à en abuser non plus, surtout dans une situation aussi importante.

Leurs ailes respectives battaient l'air d'un mouvement synchronisé. Les bras ballants de chaque côté de son corps, la membre du Conseil écoutait les paroles du blond qui laissait entendre son mécontentement. L'état originel du monde disait-il ? Le néant ? Ah, il l'avait donc connu, lui aussi ? Elle n'était pas dans la tête des gens après tout, elle ne pouvait pas savoir… Mais une chose était sûre, le néant n'amenait rien. Aucun malheur certes, mais aucun bonheur non plus. Rien, c'était vraiment rien. Et Rain avait trop souffert de cette inexistence pour la laisser s'installer à nouveau. Elle venait enfin de voir quelque chose se construire au fur et à mesure autour d'elle, ce n'était pas pour la voir détruite.

Et il lui demanda ce qu'elle faisait là, en travers de son chemin. Il osa le lui demander, alors qu'il faisait lui-même partie de ce monde qui s'était construit autour d'elle. Son monde. Il faisait partie de ceux à qui elle tenait, et il osait lui demander pourquoi elle l'empêchait de commettre une bourde ? Et il la suppliait de ne pas l'obliger à lui faire du mal, en plus. Ce n'était pas elle qui lançait une croisade contre l'humanité, aux dernières nouvelles… Elle n'avait rien demandé ! Ah, ce qu'il l'énervait à inverser les rôles, à tenter de lui faire croire que c'était lui l'acculé. Alors que depuis le début, tout cela était le fruit de son choix, de son propre choix.

— Mais voyons. En vous lançant dans cette guerre contre toute chose, vous deviez vous attendre à ce que je sois parmi les premiers à vous mettre des bâtons dans les roues. Après tout, c'est mon rôle en tant que membre du Conseil, mais aussi...

Elle leva sa main droite, mettant en évidence l'anneau qui trônait sur son annulaire. L'objet brillait agréablement au milieu de ces flocons blancs, qui mettaient en évidence sa texture parfaitement argentée.

— Je me suis jurée de veiller sur les miens, et vous n'échapperez pas à la règle. Je ne suis pas celle qui vous dira que ce monde est encore récupérable, mais vous n'êtes en aucun cas le Messie, Alexander. Vous êtes un apprenti-dieu comme les autres, vos pouvoirs, votre seconde vie, vous ont été offertes pour veiller sur les humains. Ne les laissez pas vous monter à la tête.

Non, il n'était pas capable de détruire la Terre à lui seul. Il était certain qu'il se fera arrêter avant, il n'était pas encore un dieu, mais un apprenti. Et même s'il n'aimait pas les humains, même s'il haïssait tout, utiliser ce genre de moyen ne ferait que le précipiter vers les ténèbres. Autant se donner la mort tout de suite dans ce cas.

— Laissez tomber, professeur. Et si vous tombez avec, je serai là pour vous empêcher de vous écraser. Je suis là, maintenant. Je resterai jusqu'à la fin.

Code by Rain



Kit fait par mon Lié adoré ♥
FicheJournalThèmeAwardsGalerieDerrière l'écran ♦ Ma couleur : #D09D28

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Croisade contre l'humanité. - Jeu 19 Déc 2013 - 11:38

Combattre … et avancer.

« Pas maintenant … Encore un peu de temps  … »

Il avait beau regarder partout, rien n’y faisait, il ne les voyait décidément plus ! L’homme, le paien, ce misérable être était comme une blatte, il savait qu’il était ici, mais impossible de remettre la main dessus lorsque vous el quittiez des yeux …
L’énervement qui envahissait le chevalier était similaire  à celui de son avatar, sauf que ce dernier se mit à à exploser maison  après avant de finalement relever la tête, au loin se trouvait un autre village, et si ils étaient tous là bas …

— Je me suis jurée de veiller sur les miens, et vous n'échapperez pas à la règle. Je ne suis pas celle qui vous dira que ce monde est encore récupérable, mais vous n'êtes en aucun cas le Messie, Alexander. Vous êtes un apprenti-dieu comme les autres, vos pouvoirs, votre seconde vie, vous ont été offertes pour veiller sur les humains. Ne les laissez pas vous monter à la tête.

Voila la meilleur, elle partageait son point de vue mais refusait de le laisser faire ? Pire  elle le traitait de messie ? Il n’avait pas cette prétention, il n’avait qu’un souhait, détruire  ou faire réfléchir … Et  il avait bien vu que personne ne voulait changer d’avis, pour ce genre de chose  il ne fallait qu’une chose, un choc puissant, une énorme action qui marquerait les esprits et transformerait cette société.
Mais pourtant elle la portait encore … Lui aussi d’ailleurs … Il fit un geste, comme si il voulait la voir, celle qu’il portait aussi, mais  à travers un gant en acier, impossible. Il releva alors le regard et le plongea vers Rain, cette brune qui se tenait en face de lui. Obstacle à la voie qu’il avait choisit, malgré qu’elle soit d’accord.

- Je suis quelqu’un de normal, comme je le fus en étant chevalier, mais cela ne m’empêcha pas de devenir important dans l’ordre. Alors en tant qu’apprentie dieu normal je reproduirait le même schéma, mais je vais avoir ma place pour redonner de l’ordre  à ce monde, et pour cela, soit je parviendrais à tout détruire, soit  mes actions seront assez reconnu pour marqué les esprits et causer ce changement que je désire.

Il dégaina son épée dans un frottement d’acier et la pointa vers Rain.

- Et ce n’est pas en éduquant une bande de gamin qui ne pense qu’à leur personne, oubliant même les humains qu’ils sont censés guider que ça avancera. En plus les humains ne croient même pas en la bonne chose … Si déjà  ils y croyaient … Au moins je ne les tuerait pas car ce ne sont que des païens …

Immédiatement, il plongea vers le sol, direction la forteresse, il était convaincu qu’ils étaient dissimulés quelque part, et cet endroit était le meilleurs, arrivé en bas ses ailes disparurent, il était déjà trop loin. Arès s’était lancé contre le phoenix, empêchant ce dernier de gêner l’avatar divin qui réfléchissait encore à la meilleure démarche à suivre avant de commencer à se diriger vers sa nouvelle cible en marchant. Ses pas faisaient trembler le sol, laissant tomber un peu de poussière sur le chevalier qui s’enfonçait dans les couloirs de pierre du château, il voulait d’abord voire ce que ce dernier était devenu, savoir  si il pouvait le détruire lui aussi.
Mais entrer dans son domaine favoris et découvrir des flèches et  des barrières comme si tout n’était devenu qu’un spectacle acheva de lui faire voir rouge.
Il explosait tout ce qu’il croisait, littéralement enragé contre les humains.

- Les Teutons ne sont pas une attraction ! Où sont-ils donc caché !

Il s’arrêta et regarda autour de lui, repensant à ses symboles …  Rain … Elle avait tout fait …
Dés qu’il la croisera il s’occupera d’elle, elle avait fait quelque chose, et  à ne pas en douter, si il s’éteint cela devrait s’annuler !
Code by Rain



♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 6528

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Croisade contre l'humanité. - Ven 20 Déc 2013 - 12:53

Promesse

« Contre toi, pour toi, je prendrai tous les risques... »


Ah, ce qu'elle détestait parler dans le vide. En même temps, qui pouvait apprécier cela ? Rain faisait face à une tête de mule et elle le savait très bien, mais elle aurait espéré être entendue un minimum. Alexander et elle semblaient avoir eu un passé similaire, ils étaient plus ou moins calqués l'un sur l'autre, mais là, là sa logique lui échappait complètement. Oh, non, il n'y avait pas que sa logique qui lui échappait. Il y avait manque d'empathie des deux côtés. Cette sensation de ne pas maîtriser la situation, de se laisser au contraire maîtriser par celle-ci, ne lui plaisait guère. Oui, ce n'était plus qu'une question de temps sans doute pour qu'ils retournent leurs propres armes contre eux, ce dont ils n'avaient aucunement besoin en ces temps de guerre.

La membre du Conseil regarda ensuite le chevalier plonger vers le sol, seul, tandis que sa monture Arès se jetait à la poursuite de Karma. Qu'il coure, au moins ça les occupera, lui et l'avatar divin de l'autre moineau en armure.

« Tu songes à me laisser à ces deux gros lourds, humaine ? »

« Je ne serai pas longue. »

« Sais-tu au moins ce que tu fais ? »

« Je sais que je me les gèle et que je n'ai pas envie de traîner avec cette histoire. »

« Petite nature. »

« ... »

Détachant son katana de son dos, la jeune femme plongea à son tour vers le sol. Elle fonça vers ce château au sein duquel le chevalier venait de disparaître, laissant le Phénix en compagnie de deux ennemis. L'un cherchait à lui mettre le sabot dessus, cependant que l'autre s'était détourné vers les bâtiments pour les détruire. Qu'ils se fassent plaisir, aucun de ces deux-là ne parviendraient à leur but… L'avatar divin ne ferait que s'épuiser en vain et avec un peu de chance, cela se répercutera sur Alexander, pour qui l'invocation ne devait pas être gratuite en matière d'énergie. Enfin, elle préférait qu'il tombe d'épuisement que sous ses coups. Même si elle avait été dressée pour tuer, ce n'était pas pour autant qu'elle appréciait user de ses compétences contre tout ce qui bouge, surtout contre des personnes auxquelles elle tenait…

Les bruits de ses pas résonnèrent dans ces couloirs de pierre plongés dans la pénombre. De la neige tombait de sa cape, laissant derrière elle une fine couche de poussière blanche. Son sabre serré dans sa main, Rain avançait d'un pas décidé vers son ancien collègue, qui était occupé à détruire quelques accessoires modernes occupant les lieux, devenus a priori touristiques. Comment pouvait-il s'attacher à des choses matérielles dans le genre ? D'accord, elle l'avait été avec son écharpe, mais elle avait fini par s'en détacher et elle le vivait très bien. Allez, un effort de compréhension quand-même. Même si, elle en était convaincue, aussi douée en empathie aurait-elle pu être, jamais elle ne l'aurait laissé se précipiter vers la mort ainsi. Elle ne pouvait tout simplement pas laisser faire ça.

— La dévotion hein ? Personnellement, je dirai plutôt qu'on en arrive à de l'obstination. De l'aveuglement.

A une demie douzaine de mètres de l'homme, elle s'arrêta. Ses mains se levèrent devant elle de sorte à ce que ses bras soient parallèles au sol, la gauche sur le fourreau et la droite se posant sur la manche, sans la saisir pour autant. Le sang dansant autour de son bras gauche, quant à lui, s'était mis à s'agiter de plus belle.

— Si je ne peux pas être l'épaule, alors je serai le poing qui vous réveillera.

Pas d'assaut. Elle se tenait prête à parer, dévier, esquiver, mais dès qu'il s'approchera d'elle, il était évident que son système sanguin prendra. Non pas qu'elle l'attaquera de la sorte, mais ce sera plus une technique utilisée pour la défense. Un coeur qui battait moins vite, des mouvements plus lents, et qui sait, peut-être qu'elle réussirait même à l'endormir, mais a priori elle comptait surtout lui faire enlever son armure. La fatigue allait peser sur son adversaire, très bientôt...
Code by Rain



Kit fait par mon Lié adoré ♥
FicheJournalThèmeAwardsGalerieDerrière l'écran ♦ Ma couleur : #D09D28

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Croisade contre l'humanité. - Sam 21 Déc 2013 - 23:09

Embrassé par la folie.

« Je crois que j’ai entendu quelque chose se briser … »

Saccageant quelques babioles moderne sur son chemin le Teuton se dirigeait droit vers la salle décisionnelle, cette grande salle  où se réunissaient les généraux, et les chefs Teutons lorsqu’ils existaient encore en tant qu’ordre.
La grande salle n’avait pas changée, sombre, bien qu’éclairée de ces bougies éternelles, mais il y avait des sortes de barrières elles semblaient diriger les personnes  au pied du trône Teuton … Au pied de … C’est là qu’il vit l’armure que portait chaque grands chef, cette armure soigneusement ouvragé, rutilante, assise sur le trône, quelqu’un était forcément dedans. Comme dans un ultime élan de joie et d’espoir le chevalier couru droit vers cette dernière ignorant complètement ces bandes rouges qui voulaient indiquer le chemin  à prendre, il plongea presque à genoux, mais l’homme ne bougeait pas. Il releva timidement la tête et se releva.

- Grand … maître ? Les teutons existent encore alors ?!

Toujours rien, alors le chevalier s’avança et porta sa main sur le casque qu’il releva, révélant quantité de rouage, juste avant que l’androïde ne fassent quelques gestes et qu’une voix sorte de sa poitrine.

Cette vision glaça Alexander qui resta pétrifier, il lui semblait avoir entendu une voix, quelque chose lui disant des propos qu’il ne comprenait pas. Il fixait bêtement cette machinerie, le plus grand symbole Teutonique réduit au rang de spectacle pour le peuple …
Il avait bien entendu quelques choses son esprit en était convaincu … mais … Avec ce qui s’offrait devant lui … Il avait comme ce sentiment que tout ce en quoi il croyait encore était une simple distraction, un amusement. Et cette pensée fut la dernière qui réussit à le briser définitivement. Si tout ce qui parle n’est que machinerie, fruit de manipulation, manipulé ou manipulateur … Alors tout doit simplement être réduit au néant, nourrir la ver dans la terre, et servir de repas aux charognards.

Alors  il se retourna, sa vision troublé ne distinguait plus les visages, si il n’y a plus aucun chevalier Teutonique, plus personne qui partage son point de vue, il n’y a plus d’allié, et donc, tout ce qu’il verra  à travers la fente de son casque, chaque silhouette, ce ne sera forcément qu’un ennemis, la neutralité n’a pas sa place, tu es pour, ou tu es contre le chevalier, l’humanité  à fait son choix en humiliant ses valeurs … Ils sont contre …

Il y avait une silhouette qui se tenait devant lui, probablement une femme, il ne savait plus trop, mais elle semblait ne pas vouloir lui tendre la main pour le soutenir, sa position laissait plutôt  à penser au préparatif pour … un sortilège !
Le chevalier prit ses appuis, il n’allait pas laisser cette personne prendre le temps pour attaquer librement sa personne, il allait se défendre chèrement, et, il comptait bien l’éliminer. Il contracta tous ses muscles, le dépassement des limites faisant ses offices, gonflant légèrement ces derniers, il leva son épée, arborant fièrement son bouclier portant cette écusson qui ne devait plus avoir de valeur  à défendre, mais  il était encor e là pour le faire, le dernier chevalier Teutonique n’avait pas rendu son dernier souffle, tu dois te satisfaire Deus … Ton chevalier sera celui qui fera sonner les trompettes de la mort sur tes enfants qui ne croit pas en toi ! Mais sa dernière cible … Ce sera toi.
Il bondit à tout allure brandissant son épée qui allait s’abattre sur cette personne de toutes ses forces, ne vous attendez pas à de la douceur à l’impact, la violence d’un pareil choc briserait très certainement tout objet non magique qui s’y opposerait, mais pas l’épée du professeur, ce pouvoir qu’il avait éveillé un peu plus tôt, ces symboles, offraient de nouvelles capacités de résistance à son équipement.

- De Poena est, quod Gentiles, perimus.*

Code by Rain


Spoiler:
 



♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 6528

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Croisade contre l'humanité. - Dim 22 Déc 2013 - 16:21

Croire

« Coûte que coûte. »


A la démarche du chevalier, il était plus que évident que celui-ci n'était pas dans son état normal. A ce moment plus que jamais. Lorsque elle le vit foncer dans sa direction en boulet de canon, Rain sut immédiatement qu'elle n'aurait pas le temps d'exercer une quelconque emprise sur le sang de son adversaire. Ce genre de scène, elle avait déjà eu l'occasion de le vivre, ce n'était pas la première fois qu'elle affrontait le professeur après tout, mais la dernière fois, ce n'était pas aussi grave. La dernière fois, Alexander avait été manipulé par une sirène, actuellement il avait tout bonnement fondu un plomb. Et la différence physique résidait au fait qu'il était beaucoup plus puissant que lors de leur première rencontre. Il y avait également beaucoup plus de colère… Et cette armure. Cette armure qui lui offrirait une résistance hors norme, mais qui ne l'aidera pas à éviter sa contre-attaque, surtout vu l'énergie qu'il avait mis dans son assaut frontal.

S'esquivant sur la droite, Rain sentit la lame passer tout près d'elle. Son bras gauche était tendu derrière elle, rassemblant tout le sang qui virevoltait autour de lui et le solidifiant au maximum pour former un énorme poing. Son autre bras se tenait devant, serrant le katana toujours rangé et se protégeant ainsi d'une éventuelle frappe avec le bouclier de la part du chevalier. Le tout se passa en une fraction de seconde. Les phalanges d'hémoglobine fusèrent pleine puissance vers le visage casqué du chevalier, prêtes à retourner contre lui toute la puissance de son assaut, en plus de celle de Rain. Tous deux boostés par le Contrôle des Limites, il y avait largement de quoi briser un cou, qu'il soit protégé par une armure ou non, question d'articulations.

Néanmoins, alors que la collision allait être imminente, une image s'imposa dans l'esprit de la membre du Conseil. Celle de Ritsu, son corps broyé, ses larmes et…

… son dernier sourire.

Dans un cri de rage, la jeune femme dévia son poing qui vint frapper dans le plexus du chevalier, l'envoyant voler dans le décor, explosant plusieurs armures teutoniques au passage. Son regard se verrouilla sur ce corps blindé qui n'avait pas encore atterri au sol, juste avant qu'elle ne se désintègre en une nuée de pétales rouges, pour se reformer à quelques mètres, à proximité du professeur, plus précisément, derrière son dos afin de le réceptionner. Ses bras se refermèrent autour de son torse, l'un passant sous son épaule gauche et l'autre au-dessus de la droite, formant ainsi une clé. Pas la plus solide de toutes certes, mais son but n'était pas de l'oppresser, et c'était celle qui était le plus proche d'un… d'un câlin. Oui, elle cherchait encore à le ramener par la manière douce, ils étaient deux obstinés dans le coin, mais l'épisode de Ritsu était encore trop frais pour qu'elle se permette de courir les mêmes risques, de refaire les mêmes erreurs...

— J'ignore ce que la destruction de ce monde apportera, mais je refuse que vous vous détruisez de la sorte… Alors maintenant, calmez-vous. Il n'est jamais trop tard pour se ressaisir, Alexander, et je sais que vous en êtes capable…

Bon sang, mais qu'est-ce qui lui arrivait ? Elle n'était pas aussi bavarde, d'habitude… Peut-être parce qu'elle commençait à comprendre le professeur. Avec un peu de latence certes mais elle comprenait. Alexander était en quelque sorte une alternative de ce qu'elle aurait pu être. Croire, ils n'avaient tous les deux que ce mot à la bouche. Croire… Mais lui, il était humain non ? Leur truc aux humains, ce n'était pas de s'adapter ? Visiblement, elle avait plus cette capacité que lui… peut-être parce qu'elle n'avait jamais été éduquée, peut-être parce qu'elle n'avait jamais eu de famille, jamais eu de valeurs auxquelles se raccrocher. Peut-être parce qu'elle avait commencé de rien pour bâtir son monde, ce rien qui lui avait offert mille possibilités.

— Je crois en vous, professeur...

Il y avait de grandes chances qu'elle se fasse jarter ou sauvagement clouer au mur, mais elle n'en avait rien à faire dans ce genre de circonstances. Tout ce qui lui importait, c'était de ramener Alexander, sans trop de dommages collatéraux si possible. Et même si une voix lui disait que c'était peine perdue, elle ne pouvait pas s'empêcher d'y croire, tout comme lui ne pouvait s'arrêter de croire en son ordre… Abandonner ne faisait pas partie des options.

Code by Rain



Kit fait par mon Lié adoré ♥
FicheJournalThèmeAwardsGalerieDerrière l'écran ♦ Ma couleur : #D09D28

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Croisade contre l'humanité. - Dim 22 Déc 2013 - 19:58

Destruction.

« Où sont-ils ? »

L’adversaire avait donc esquivé son assaut … Il s’attendait à quoi en chargeant tête baissé ? Non, il était réaliste, mais il savait qu’il fallait absolument qu’il arrête l’incantation qu’elle faisait, et cela avait apparemment fonctionné, ou pas … Il laissa une impressionnante marque dans le sol, c’était presque affreusement évident qu’elle allait esquiver et contre attaquer, mais il ne s’attendait pas à un poing gigantesque qui se dirigeait vers lui, vers son visage … Non, il pensait que ce serait le sabre, la lame que la silhouette tenait en main qui serait utilisé, et bien sur  il savait que son armure allait le défendre contre cela.

- *Ca va faire mal …*

Pourtant le poing sembla changer de direction, et le chevalier n’eut même pas le temps d’y mettre son bouclier, l’impact le décolla du sol et l’expulsa en arrière. Ce changement d’emplacement lui faisait craindre le pire, vouloir épargner son adversaire, voila qu’on lui refaisait encore le coup … Non … Son regard était toujours figé sur son adversaire qui semblait doucement s’émietté en pétale rougeoyante, pétale qui furent comme attiré vers lui, faisant une sorte de bal aérien avec les parties d’armures que le chevalier faisait voler en éclat en les traversant. Elles semblaient malgré tout l’éviter, et aller derrière lui…
Il compris lorsque quelque chose le saisit un semblant de prise pour le contrôler, et surtout encore des paroles, toujours des paroles, mais du coup il n’avait pas heurté de mur, il s’était comme arrêter.
Il resta immobile un instant, les dents serrées, un païen, plus précisément, une païenne lui parlait à l’oreille ! Il s’attendait  à subir un autre coup mais non, c’était un peu déroutant. Mais pas assez pour le stopper, non, il avait décidé de tout ignorer, les visages, les voix qui pourraient lui dire de stopper tout cela, mais son corps semblait vouloir le stopper lui aussi, il sentait comme un poids sur son poignet, celui là même qui tenait son épée.

Douter devant un hérétique ?! Il ne pouvait pas se permettre pareille chose !  Et malgré qu’une minute durant il resta immobile, comme calmé, ce n’était que stratégie pour voir si il allait être frappé ! Dans un rapide geste des doigts il retourna sa prise sur le manche de son épée, la pointe si dirigeait vers son torse, et il plia d’un coup le coude.
Mais voyez vous, si vous frappez de la pointe du épée une surface incliné et dur, la lame glissera le long de cette dernière, ainsi le plastron du chevalier guida sa lame vers ce qui le maintenait, et cela fonctionna parfaitement, il sentit un bref instant une résistance, il avait donc bien touché, du coup il accompagna son mouvement de bras avec le fait de reculer, l’empêchant de s’extraire la lame, et lorsqu’il percuta quelque chose  il se mit  à avancer, retirant la lame d’un geste souple, nous sans forcer un peu pour ouvrir d’avantage la plaie.

Il fit un ou pas en avant et se retourna, nettoyant le sang sur sa lame d’un geste, ce qui le projeta au sol. Mais n’aller pas croire que le dernier coup l’avait laissé indemne, même si ça ne se voyait pas, un peu de sang coulait de sa bouche, tombant sur son armure.

- Ne m’approche pas !

Il se remit en garde, son avatar divin venait de se décider  à attaquer la dernière chose debout, sûrement en entendant les bruits du combat, d’un puissant coup d’épée il explosa la toiture du château, ne laissant plus que des murs sans toit. Des gravats tombaient un peu partout, accompagné de la neige que la toiture portait. Flocons qui se paraient d’une couleur rouge par endroit. Le chevalier attendit que les décombres aient fini de tomber, esquivant certains blocs plus grands que d’autres puis il plongea à nouveau son regard vers son adversaire.

- Où sont les humains ?! Où diable les as-tu dissimulés sorcière ?!

Pourtant, même si il paraissait particulièrement énervé, le regard du blond derrière son casque était vide, vide comme jamais, pas de haine, pas de rancœur, pas de compassion, rien, le néant. Il n’avançait que par les règles qui imbibent sa personne. Des lois inébranlables qui pouvaient le faire avancer même les jambes coupées, juste pas désirs sans faille de les suivre jusqu’au bout, jusqu’au dernier moment. Mais  à cause de cela il en oubliait le reste, tout le reste.
Code by Rain



♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 6528

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Croisade contre l'humanité. - Lun 23 Déc 2013 - 16:55

Douleur


« Tue un autre jour... »


Un éclair écarlate pourfendit le ciel avant de s'abattre sur la plus haute toiture de la forteresse Teutonique, unique témoin de cet affrontement entre deux futures divinités. Le silence s'était néanmoins abattu dans cette grande salle où un début de combat venait de se déclencher, mais comme beaucoup le disaient très bien, ce n'était sûrement que le calme avant la tempête. Pour sa part Rain se trouvait à mi-chemin de la méfiance et de l'espoir. Ses bras demeuraient serrés en étau autour du buste du chevalier, tandis qu'elle se montrait attentive au moindre souffle, au moindre battement de son coeur, guettant une réaction et prête à agir en fonction. A ce moment, la voix de Karma résonna à nouveau dans sa tête. Elle se raidit, ayant presque oublié l'existence du phénix.

« A ta place, j'éviterai de me faufiler dans un bâtiment en sachant qu'il y a un Godzilla en armure dehors. »

« Ce château représente beaucoup pour lui et il s'y trouve lui-même, ce serait trop de risques. »

« Tu es trop confiante, on peut s'attendre à tout vis-à-vis d'un fou. »

« Il n'est pas... »

Une ombre se dressa alors devant elle, l'interrompant dans sa pensée. Ses yeux s'écarquillèrent quelque peu devant le bras armé que venait de lever Alexander. En une seconde, la poignée de l'épée avait changé de sens, dirigeant ainsi la pointe de la lame vers la poitrine du chevalier. A quoi jouait-il ? Comptait-il maintenant se donner la mort ? A moins que… Encore une fois, les sentiments eurent raison de sa logique de machine à tuer, ainsi que de ses réflexes. Elle comprit trop tard que s'inquiéter pour le professeur était de trop, puisque celui-ci portait une armure dont la résistance devait égaler celle de son épée. La lame froide plongea entre ses propres côtes, et le propriétaire de celle-ci ne lui laissa pas le temps de se dégager, puisqu'il recula vivement jusqu'au mur. L'impact lui coupa le souffle, mais Alexander n'avait pas l'intention d'en rester là, il retira son épée sans ménagement, ce qui arracha un râle étouffé au membre du Conseil, qui dut se réceptionner sur un genou.

« A quoi joues-tu ? Je t'ai connue plus déterminée ! »

Oui, c'était vrai, Rain ne se reconnaissait plus vraiment dans pareille situation. Auparavant elle aurait mis le paquet dès le début, là, non seulement elle avait dévié une attaque qui aurait pu être fatale, mais en plus elle avait tenté de raisonner un fou… Un fou. Un monstre. Un démon. Non, on collait bien trop vite ce genre d'étiquettes aux personnes. Et des fois elles se le collaient toutes seules… Non, elle refusait de croire que Alexander était définitivement perdu, qu'il allait lui devoir le tuer pour le calmer. Or même si le meurtre pouvait être pris à la légère maintenant qu'il leur suffisait de passer par l'infirmerie pour être ressuscité, celui-ci n'arrangerait rien au problème du chevalier. Il n'en ressortira sans doute que davantage rempli de haine, tandis que si elle parvenait à le convaincre qu'il avait tort…

« Beaucoup plus vide, aussi... »

Comme Alexander, en ce moment. Oui, malgré les actions du chevalier, elle sentait plus que jamais ce néant en lui. Parce qu'elle l'avait connu pendant si longtemps, ce néant, qu'elle pourrait le reconnaître chez n'importe qui. Et là, il n'était plus que dirigé par le fantôme de sa haine. Le genre de personne qui était convaincue de n'avoir plus rien et qui était prête de se battre jusqu'à son dernier souffle. Comment avoir peur lorsque l'on avait plus rien à perdre ? Oh, elle connaissait très bien ça. Le néant. Aucun sentiment, aucune attache, aucune peur… Tout le contraire de ce qu'elle était en ce moment, en somme. Et dire que c'était lui l'humain, dans l'histoire.

Le sol tremblait sous les pas de l'avatar divin qui se rapprochait. Et soudain, une explosion. Le ciel sembla alors s'écrouler, et quelque part, ce n'était pas faux. Le toit était littéralement en train de leur tomber dessus, à croire que la malédiction, leur malédiction, revenait à la charge. Les énormes pierres chutèrent sur Rain qui à l'inverse de son adversaire du moment ne chercha pas à s'esquiver. La neige et la poussière s'entremêlaient, formant un immense nuage de poussière nacrée. Le silence semblait près de retomber dans cette salle désormais en ruines mais le blond ne paraissait pas vouloir lâcher l'affaire puisqu'il beugla une question qui demeura sans réponse. La main qui dépassait des décombres restait inerte, parmi une mare de sang qui s'étendait lentement mais sûrement.

Puis une lumière jaillit de l'amas de gravats, propulsant ceux-ci vers le professeur, aidés par le vent soulevé durant le déploiement des Ailes Célestes. Apparaissant brusquement derrière l'un des morceaux de toiture particulièrement grand, Rain dégaina son katana dont la lame esquissa un mouvement circulaire en diagonal, destiné à prendre la tête du chevalier en se servant de l'effet de surprise. Elle n'espérait néanmoins pas rivaliser avec lui au niveau de la résistance de leurs armes, en réalité elle venait de servir de leurre à sa propre attaque. En effet, dans le même temps et en parfaite synchronisation avec l'assaut du membre du Conseil, avait surgi, du sang répandu sur le sol, un clone tout d'hémoglobine constitué. Celui-ci apparut derrière Alexander et, armé d'un sabre écarlate, vint frapper de toutes ses forces les arrières des genoux du chevalier.

Code by Rain



Kit fait par mon Lié adoré ♥
FicheJournalThèmeAwardsGalerieDerrière l'écran ♦ Ma couleur : #D09D28

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Croisade contre l'humanité. - Mar 24 Déc 2013 - 17:42

Determination sans fin.

« Je ne suis pas encore fini ! »

Aucune réponse, cette main sous les décombre ne bougeait plus, un mort ça ne répond pas n’est-ce-pas ? Bon, il allait peut être pouvoir repartir à la chasse dans ce cas, ce qu’elle avait fait avait dût se dissiper. Il s’apprêta à se retourner mais une lumière, un bruit le fit directement remettre sur sa garde, et heureusement car  il pu stopper les roc propulser par cette sorcière ailée grâce à son bouclier.

Les sorcières sont toujours les mêmes, des vermines, et comme toute vermines, jamais elle ne mort, comme le cafard, même sans tête ça continue  à pulluler ! Pourtant  il y avait tellement de sang, comment fait-elle pour tenir debout ? Mais pas le temps à la réflexion, elle le chargea, visant de manière ridiculement évidente son cou. Du cou il para avec son épée le coup sans trop de difficulté. Mais pourtant  il avait cette sensation que son adversaire faisait cela dans un objectif précis, qu'il avait prévus une stratégie, cette patience des stratèges qui attendaient que leur plan avance, et c’est à ce moment précis qu’il réalisa que dans sa position il laissait une ouverture béante, si il est immobile à forcer sur une épée … et son camarade chevalier pour lui couvrir les arrières … Il détourna un instant la tête, mais c’était déjà bien trop tard … Il y avait une forme, une silhouette similaire à celle qu’il affrontait faite de sang qui se trouvait dans son dos.

- Bordel de …

Même pas le temps de pester contre cet assaut qu’il aurait dut prévoir, il se ramollissait de jour en jour … Il sentit les tendons arrières de ses genoux se faire sectionner, ses jambes semblaient soudain ne plus vouloir le porter, pourtant il forçait, il hurlait pour rester debout, mais cela dura quoi, quelques secondes, une ou deux dizaines au mieux, il eut juste le temps d’offrir un coup de bouclier à l’original afin de pouvoir profiter de sa chute genoux au sol pour planter son épée dans le clone de sang.

Mais autant donner un coup d’épée dans un torrent en espérant le calmer …

Le chevalier était  à genoux au sol, saignant maintenant généreusement, mais son désir de combat n’était pas pour le quitter, oh non, pour le stopper dans sa rage ou dans ses combat  il en fallait bien plus. Son adversaire n’avait jamais vu sa dévotion, sa détermination à l’œuvre !
Il se mit d’instinct  à utiliser ses propres genoux comme de nouveau pied, les mollets n’allaient plus que l’aider à rester stable, mais avec ce clone …
Heureusement pour lui Arès distrayait maintenant assez le phœnix pour que son titan soit tranquille, d’ailleurs leurs balais aérien était bien plus élégant à regarder que deux corps meurtrit qui se combattait en baignant dans le sang !
L’avatar se pencha au dessus du château et plongea soudainement son gant pour écraser le clone, peut être qu’une attaque plus massive arriverait à lui montrer qu’il avait encore des choses  à craindre. Il aurait pu tenter de se relever mais cela ne le conduirait à rien d’autre que de laisser le champs libre à son adversaire. N’allez pas croire que combattre à terre était impossible en armure, au contraire, sa stabilité était renforcé d’avantage, il pouvait plus facilement visé des faiblesses difficile d’accès en étant debout … et il pouvait se protéger encore mieux qu’avant !
Il fronça les sourcils et fit un ou deux pas avec ses genoux histoire de se mettre à portée d’attaque et frappa rapidement d’estoc, mais un coup venant du sol était plus difficile  à stopper, sauf si elle recule, mais avec tant de gravats et des ailes un peu trop grande  elle allait avoir des soucis.

Et son avatar qui attendait au dessus du château, comme si Rain était un simple mouche qu’il allait tenter d’aplatir si elle s’envole trop haut.

- Il est encore temps que j’abrège tes souffrances tu sais … Laisse juste mon épée décollé ta tête de son corps qui se vide de son sang ! Tu verras, ça ne sera pas long ! C’est juste une histoire de secondes !

Code by Rain



Croisade contre l'humanité.
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» PRESCRIPTION NON APPLICABLE POURLES CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ SELON MICHEL FORST
» Croisade contre l'humanité.
» crime contre l' humanité
» Juger l'ex-dictateur Duvalier pour crimes contre l'humanité
» Cards Against Humanity - Un jeu pour les gens horribles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: Le Monde des Humains :: Hors de la ville :: Montagnes et forêts-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page