Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Reste avec moi [PV Lyra]

Invité
avatar
Invité
Reste avec moi [PV Lyra] - Dim 8 Déc 2013 - 19:25
Courir. Encore et toujours. Lyra dans ses bras, il était enfin chez lui et fonça dans sa chambre pour allonger sa petit sœur sur son lit. Il changea ensuite les bandages en serrant au niveau de la plaie pour que le sang arrête de couler. Le démon posa sa main sur le front de la sœur qui avait un peu de température. Et dire que c'était le jour de son anniversaire ... Lev mouilla une serviette avec le d'eau froide qu'il posa sur le front de Lyra. Puis il s'écroula au sol, mort de fatigue avec des vertiges. De la fatigue. Son cœur battait vite, il était essoufflé et rester allongé au sol lui faisait du bien. Il suait. Le démon passa une main sur son visage puis se releva lentement. Une bonne douche et au lit !

Sous la douche il pensa. Beaucoup. Il pensait qu'il avait tout gâché. Que c'était encore sa faute. Qu'il n'aurait pas du détruire cette secte pour ne pas détruire Lyra. Et le pire c'est qu'il avait osé lui montrer cela le jour de son anniversaire. Qu'est-ce qui lui avait prit ? Lyra n'aurait sans aucun doute jamais pensé retourné voir comment se portait la secte sans son chef, alors pourquoi il avait montré à quel point il pouvait être monstrueux ? Pour lui faire plaisir. Mais lui montrer que c'était un monstre ce n'était pas un cadeau à lui faire finalement. Il s'en voulait. A chaque fois c'était la même chose entre eux. Se faire mal mutuellement. Pourtant personne d'autre n'avait le droit de faire du mal à l'autre. Ils avaient vraiment une relation étrange ces deux-là. Le démon sortit de la douche et s'habilla. Un short et un débardeur pour dormir, il ne supportait plus de se pavaner torse-nu. Le démon s'assit au sol et posa sa tête sur le lit. Lyra avait toujours le yeux fermés. Lev prit sa main et s'endormit rapidement.

La maison de Lev n'était pas un endroit ou vivre. Le salon ? Presque vide. Il n'y avait que là un simple canapé noir en cuir pour trois personnes qui trônait au milieu de la pièce. Rien de plus. Des cartons pleins de babioles pour décorer, rien de très glamour en soi. Le démon avait ramené quelques affaires et s'en était acheté d'autres qu'il avait mit dans des cartons pour les placer dans la pièce plus tard. Il n'avait jamais pensé à les rouvrir pour changer de décor. Aucun tableau sur les murs ou télévision. Rien. La cuisine elle était néanmoins bien rangée. Du moins le minimum. Il avait quelques meubles en boit dans lesquels il avait eu le courage de ranger tous les objets en porcelaine et les couverts dans les tiroirs. Un réfrigérateur rempli. Une vieille table était là avec sa chaise. La cuisine était propre, c'était déjà ça. La salle de bain était elle aussi propre et avait le strict minimum -du moins pour un garçon. Sa chambre n'était pas mieux. Un lit deux place -confortable quand même, le démon avait sauté sur chaque lit pour savoir lequel lui convenait- avec une table de chevet et encore des cartons dans lesquels il y avait les habits du démon. Pourtant les pièces étaient grandes et bien éclairées grâce aux grandes fenêtres. Le démon se leva, son dos lui faisait un peu mal mais il n'allait pas s'en plaindre. Quand il toucha le front de sa sœur elle n'avait plus de fièvre, c'était déjà ça. Il changea à nouveau les pansements et partit prendre son déjeuner. Des céréales au chocolat et des beignets pour se remplir le ventre. Il n'y a pas à dire, le démon avait un réfrigérateur parfait à ses yeux ! Maintenant il devait manger pour reprendre des forces. Il réfléchit au cas de Lyra en mangeant. Qu'est-ce qu'il allait pouvoir faire pour améliorer la situation ? Est-ce qu'elle allait se souvenir de son suicide ? Comment elle allait réagir en se réveillant dans le lit du démon, celui qui faisait si mal ? Plusieurs questions encore sans réponses. Lyra allait les lui donner. Une chose était sure : Lev ne comptait pas laisser sa sœur partir ainsi. Ah non, il voulait la garder à ses cotés pour l'instant, le temps de la soigner. Pas sur qu'elle apprécie.


Dernière édition par Lev Wezka le Lun 30 Déc 2013 - 15:10, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Reste avec moi [PV Lyra] - Dim 15 Déc 2013 - 18:31

Lyra ouvrit les yeux, étonnée de ne plus être à l’extérieur. Que s’était-il passé ? Tout était confus dans son crâne. Elle se souvenait… Juste de cette horrible odeur de brûlé, de cette chaleur de septembre et de ces visions d’horreurs. Oui, du sang, partout. Elle s’en rappelait maintenant. Vaguement. Tout était flou dans son crâne. Elle porta sa main à son front avant d’apercevoir un bandage trônant sur son poignet droit. Le même sur le gauche. Ses souvenirs avaient ses limites. Impossible de se souvenir de la manière dont elle s’était faite ces blessures. Toujours est-il qu’elle n’allait pas traîner ici plus longtemps. Où, justement ?
Elle repoussa la couverture pour mieux observer le décor qui l’entourait. Rien de bien tape à l’œil. Une simple chambre. Un lit sur lequel elle était allongée, une armoire plus loin, une table de chevet et un papier peint en mauvais état. Elle ne reconnaissait pas les lieux. Mais alors pas du tout.

En un bond, elle fut sur pied. Elle arracha les bandages, découvrant une fine cicatrice sur chacun de ses avant-bras. Ces marques venaient croiser celles qui existaient déjà, souvenirs dûs au paternel de Lev. Ah que de bons moments. Elle laissa choir les bandages au sol, ne s’en occupant plus. Si elle avait saigné abondamment, au moins l’hémorragie s’était-elle arrêtée. Après tout, elle était une déesse, même si elle avait trahi, l’immortalité était son lot quotidien, rien ne pourrait jamais venir à bout de sa santé de fer.
Elle franchit le seuil de la chambre, errant dans la maison à la manière d’un spectre. Elle ne savait pas où aller. Des bruits de mastications lui firent tendre l’oreille. Quelqu’un. Une présence. Elle n’était pas seule. Elle jeta un coup d’œil dans ce qui semblait être une cuisine, apercevant une tête familière accaparée avec un bol de céréales et des beignets au chocolat. Son frère. Lev Wezka. Là, cela devenait carrément du grand n’importe quoi. Elle pénétra dans la pièce, apparaissant à la lumière aux yeux du démon.

- ‘Lut, on est où là ?

Avec sa décadence habituelle, je vous prie. Sérieusement, des coups de chaises dans la gueule se perdent, oui. Inutile de s’énerver pour si peu. Non vraiment, elle n’en vaut pas la peine.

Elle tira une chaise vers elle et posa dessus, piochant une céréale dans le bol de Lev avant de la porter à sa bouche. Pas mauvais. Quoique trop chocolaté. Merci de repasser pour les conseils culinaires, ce n’est pas vraiment le moment, là.

- J’ai fait un rêve bizarre. Y avait moi, toi et Likho, commença-t-elle, sifflant son familier pour voir s’il était bien lui aussi dans la maisonnée, souriant en le voyant arriver au pas de course, et, crois moi s’tu veux mais tu t’étais comporté comme le dernier des connards en…

Elle marqua une pause, se rappelant les détails de son rêve ainsi que du jour. Son anniversaire. Un bijou pendait à son cou. Le même que celui de son rêve. Sa main droite vint caresser l’ornement, ouvrant le pendentif pour découvrir une photo d’elle et lui quand ils étaient plus jeunes.

- Non…

La réalité lui sautait au visage. Tout ce qu’elle avait vu, senti, entendu, était bel et bien le réel. Elle n’avait pas rêvé. Jamais. Ce présent était là pour en témoigner. Elle serra les poings, sans savoir quoi faire ni comment réagir. Tout à l’heure, qu’avait-elle fait ? Elle était restée calme. Pourquoi ? Elle n’en savait rien. Mais ça, ce n’était pas elle.

Elle détacha le pendentif, le posant avec violence sur la table. A-t-on idée de troubler un goinfre en plein repas ? Ah là là.

- Va t’faire foutre, Lev.

N’est-il pas sublime de voir une Vilkas réagir en bonne et due forme ? Cela manquait. Si, si.
Tout était dit. Inutile d’éluder davantage la question.
Invité
avatar
Invité
Re: Reste avec moi [PV Lyra] - Dim 22 Déc 2013 - 20:15
Lev était tranquille dans la cuisine en train de déjeuner. Un matin calme. Ça faisait un moment. Il pensait à Yulia. Lyra. Ce qu'il avait fait à la secte. Pour le coup il était en train de douter. Pour la première fois il doutait de quelque chose qu'il avait fait. Il avait détruit la secte sous des coups impulsifs c'est vrai. Néanmoins il avait décidé d'assumer ce qu'il avait fait jusqu'au bout. Oui c'était bien lui qui avait tout détruit. C'était lui qui avait tué des innocents. Lui qui n'avait pas essayé de sauver les innocents mais qui avait préféré les condamner. Lui et encore lui. Était-il si monstrueux que ça finalement ? Méritait-il si peu Lyra ou est-ce que c'était l'inverse ? Trop de questions d'un coup. Il avait le blues et cette fois même la nourriture ne fit rien. Puis Lyra arriva dans la cuisine, toujours le pendentif en main. Elle lui demandait ou ils étaient. C'est vrai qu'il n'avait pas montrer sa nouvelle maison à sa sœur. Enfin à personne plutôt.

- On est chez moi.

Puis elle parlait d'un rêve. Elle voyait la réalité comme un rêve ? Elle ne souvenait donc pas de ce qu'il avait fait ? Sauf si elle n'était pas sure ? Il leva un sourcil et arrêta de manger. Il trouvait ça étrange. Jusqu'à ce qu'elle se rende compte que ce n'était pas un rêve mais bien la réalité. Il l'avait déçu. Il avait tué le reste de sa famille. Et tout ça avec ses griffes. Ses monstrueuses griffes de démon. Sa réaction arriva aussi vite. Elle arracha le pendentif de son cou. Lev se releva brusquement et prit le pendentif en main. Ce pendentif représentait tout pour leur relation. Pendentif détruit voulait dire relation détruite.

- Va t’faire foutre, Lev.

Toujours aussi galante et polie cette Lyra !
Le démon s'approcha de celle-ci, le pendentif en main. Il ne comptait pas la laisser partir. Pas maintenant.

- Je ne te laisserai pas partir ! Faut que tu te soignes Lyra !

Il ne criait pas. Il tentait de garder son calme. Il était juste un peu tendu. Mais il ne s'énervait pas. Pas encore. Néanmoins, il connaissait bien sa sœur et savait qu'elle n'allait pas se laisser faire comme ça. Elle n'était plus une enfant à protéger. Même sans la destruction de la secte, ils avaient tendance à se disputer pour tout et rien. Comme si leur relation ne fonctionnait que grâce aux disputes. Il soupira. Quand avaient-ils commencés à se blesser mutuellement ?

- Tu sais ce que ce pendentif représente ?

Pour lui beaucoup de choses. Mais pas sur que ça soit la même chose pour elle. Peut-être qu'elle allait finir par le détester ? Et si elle se mettait à détester son frère tout court ? Ce n'était pas impossible. C'était quelque chose dont il avait peur. Pourtant il ne faisait rien qui pouvait améliorer la situation. Au contraire, leur relation se dégradait de plus en plus. Mais il y a une fin à tout. Quand est-ce que leur fin allait approchée ?
Invité
avatar
Invité
Re: Reste avec moi [PV Lyra] - Dim 29 Déc 2013 - 18:12

Chez lui. Nouvelle fantaisie de la part du conseil, ou de l’académie ? Les élèves avaient droit à leur propre logement sur Terre. La demoiselle s’éloigna de la table, jetant un coup d’œil par la fenêtre. Elle ne reconnaissait rien. Mais à quoi s’attendait-elle donc ? À une réminiscence venant la saluer, tombant à pic, juste pour que ses souvenirs se remettent en marche ? Rien. Rien du tout. Juste cette vitre glacée sur laquelle sa paume se tenait, observant les passants qui venaient. À la manière d’un oiseau dans une cage aux dorures d’argent.

La demoiselle baissa les yeux vers ses poignets. Se soigner ? Il n’y avait plus rien. Presque plus rien. Juste ces deux fines cicatrices venant chatouiller son poignet. Elle laissa son index se perdre sur l’une d’entre elles. Elle n’avait même pas mal. Rien d’autre que ce froid qui ne manquait pas de la saisir, comme dans ce rêve. La même impression glaciale ne la quittait pas. Ce n’était pas la première fois.

- Me… soigner ? Et de quoi ? Il n’y a déjà plus rien, ça se voit presque plus, murmura-t-elle sans savoir de ce dont elle parlait, juste deux marques. C’est rien.

Elle observa le pendentif qui avait changé de main. Pourquoi cette fixation sur un banal bijou ? Ce n’était rien… Rien d’important. Alors pour ce qui est de ce que représentait pour elle cet ornement, elle ne savait pas quoi dire. Que souhaitait-il entendre, lui ? Malheureusement, Lyra n’avait jamais été ainsi, cherchant à satisfaire son frère, même par ses plus beaux mensonges. Se taire ou mentir, pour blesser, jamais pour faire du bien. C’est ainsi qu’elle fonctionnait, contre son grès. Personne ne pourrait jamais la changer. Personne. Pas même ce pendentif qui s’agitait dans l’air à la manière d’un pendule. Elle détourna les yeux de cet objet de malheur, ce satané cadeau d’anniversaire.

- Ça c’est juste… une babiole, commença-t-elle, ou plutôt un souvenir. Tu sais c’que disait Alexïs à propos des souvenirs ? Tu sais c’qu’on disait tous là-bas, à propos des souvenirs ?

Elle se rapprocha de son frère, saisissant de ses mains tremblantes l’objet de sa convoitise. L’objet de tant de souffrances. Il ne fallait pas se mettre dans un état pareil pour un bijou. Il ne fallait pas. Elle ferma ses yeux humides, ses prunelles lui paraissaient emplies de grains de sable. Mais rien de tout cela. Juste des larmes qui ne sauraient être versées.

- Les mauvais souvenirs, eux au moins, sont passés, terminés, finis. Les bons, le sont tout autant mais nous hantent jusqu’à notre mort, jusqu’à notre chevet. Et c’est ça qu’est triste : qu’ils soient finis, sans aucun espoir de faire marche arrière pour les revivre à nouveau.

La voilà redevenue calme, posée. Comme tout à l’heure, parmi les ruines. Rien de bon ne peut se profiler à l’horizon dans un tel état. Aucune envie de crier, de hurler, de frapper son frère. Juste rester là et tenter de lui expliquer la pensée commune qui fut la sienne dans son enfance et son adolescence, celle-là même qui lui avait servi de guide jusqu’à sa mort. Puis plus rien. Plus personne pour lui indiquer le chemin. Pauvre Vilkas livrée à elle-même, sans personne sur qui compter.
Plus aucune idée de fuite ne venait lui traverser l’esprit. Evaporée l’idée de la fugue. Dilapidée, la colère. Il ne restait plus qu’elle, plus pure que jamais, plus attristée aussi. Toujours aussi perdue, un peu plus paumée à chaque seconde. Et ce frère traître qui ne faisait rien pour la dégager des ténèbres, l’enfonçant un peu plus. Sa faute. Toujours sa faute. Sans jamais se remettre en question. Juste des accusations qui tombaient sur elle, une pluie aux clous retournés. Et cela piquait, lui meurtrissait le corps. Mais des souffrances invisibles. Sans jamais personne pour lever les yeux vers elle. Pas même lui.

Elle rouvrit les yeux, attrapant le pendentif maléfique. La vie ne serait-elle pas plus simple sans ces souvenirs, ces satanés souvenirs qui lui hantaient le cerveau, ceux-là même qu’elle ne pourrait jamais oublier ? Oh si, certainement. Mais Deus avait pris un malin plaisir à lui offrir une nouvelle vie dans laquelle elle se devait de ne jamais oublier. Et c’était là son premier malheur. Se souvenir.
Le pendentif vint atterrir sur la table de la cuisine, au milieu du petit déjeuner. Ce n’était pas là une place conventionnelle pour un bijou mais tant pis, elle improvisait tant bien que mal. Ses paumes vinrent se saisir de celles du démon, son regard vint croiser le sien.

- Pourquoi ça doit toujours se passer comme ça, dis-moi ? Pourquoi toujours du sang, des cris et des pleurs, dis ?

Bonne question. Ces rencontres promptes en émotions étaient tant inscrites dans l’esprit des deux interlocuteurs que jamais l’un deux n’avait osé poser la question à l’autre. Pourtant, il devait bien y avoir une réponse à cette interrogation, cela n’avait rien à voir avec de la philosophie.
Invité
avatar
Invité
Re: Reste avec moi [PV Lyra] - Lun 30 Déc 2013 - 16:13
Oui Lev avait une idée en tête. Elle ne comprenait pas quand il parlait de la soigner. Elle lui montra ses poignets, c'est vrai que visuellement parlant on ne voyait presque plus rien. Mais là ce que Lev voulait soigner ce n'était pas physique. C'était plus ... un malaise mentale. Il n'était pas sur que sa sœur prenne bien la réflexion s'il lui disait directement. Quoi que c'est sur qu'elle le prendrait mal en lui disant qu'elle n'est pas folle. Non elle n'est pas folle. Lyra n'est pas folle. Lyra est malade. Et Lyra peut se soigner. Et le démon comptait bien l'aider à aller mieux. Il voulait qu'intérieurement ça aille mieux pour elle. Parce que son mal était devenu plus que flagrant pour le démon. Lyra avait essayé de se suicider. C'est comme si le mal de Lyra venait de gifler le démon pour lui montrer qu'il est là. Bien présent pour la ronger de l'intérieur, lentement mais surement. Oui il avait eu le droit à une énorme gifle psychologique de la part de la brune. Maintenant tout ces moments de déprime devaient disparaître. Il voulait qu'elle soit heureuse, qu'elle puisse sourire sincèrement et qu'elle ne pleure plus. On dit que la vie n'est pas toujours rose, pour Lyra elle ne l'avait jamais été. Maintenant ça suffisait. Elle avait le droit à un peu de bonheur.

Lyra prit violemment le bijoux des mains de son frère pour le jeter sur la table. Pour elle c'était un vulgaire bijoux qui représentait de la souffrance. C'est vrai qu'à ce moment-là elle vivait encore dans cette maudite secte. Néanmoins ce jour-là ils avaient sourit, tous les deux. Ce jour-là il avait pu voir du bonheur dans les yeux de la brune. Bonheur éphémère, mais ça restait un moment plein de sentiment et surtout unique. Alors non pour lui ce n'était pas rien. Le démon ne dit rien. Qu'est-ce qu'il pouvait répondre de toute façon ? Que pour lui c'était différent ? Mais elle ne comprendrait pas. Aucun n'avait la même vision des choses que l'autre. C'est comme s'ils s'opposaient. Pourtant ils s'attiraient tellement mutuellement. S'ils ne s'attiraient pas Lyra ne serait pas venu le voir quand il avait faillit la tuer. Lev ne lui aurait pas pardonné de lui faire voir sa mort. Ils sont trop compliqués et ça le démon s'en rendait compte. Sauf qu'il n'y avait rien à faire pour ça.

Lyra prit les mains de Lev, lui posant une question.

Pourquoi ça doit toujours se passer comme ça, dis-moi ? Pourquoi toujours du sang, des cris et des pleurs, dis ?

Alors Lev, pourquoi ? Bonne question qu'elle lui posait là. Il n'avait aucun réponse à lui donner. Aucune. Il n'avait aucune idée, il ne savait pas pourquoi. Le démon profita du fait que sa sœur lui tenait les mains pour la tirer à lui, la prenant dans ses bras. Il lui montrait rarement l'affection qu'il lui portait. En fait c'était la première fois qu'il le lui montrait depuis leur mort. Avant il osait plus. Il n'hésitait pas à la prendre dans ses bras parfois ou dormir avec elle. Il avait envie de la sentir à nouveau dans ses bras. Il en avait besoin. C'était sa sœur, sa petite-sœur. C'était à lui de la protéger. Et il devait aussi lui montrer qu'il l'appréciait. Alors il serra la brune dans ses bras, silencieusement. Quelques secondes passaient et le démon ne s'en lassait pas. Non, il ne voulait plus la lâcher.

- Je sais pas Lyra.

Autant être honnête n'est-ce pas ? Il gardait la brune dans ses bras puis il se mit à lui caresser les cheveux.

- Reste avec moi quelques temps. Le temps que je te soigne Lyra. Et je ne parle pas d'une blessure physique.

Au moins c'était dit. Comment allait-elle le prendre ? Sa blessure était mentale. Et le pire c'est qu'elle n'avait pas l'air de s'en rendre compte. Le démon se demandait depuis quand elle était ainsi. Depuis qu'elle souffrait en vivant dans la secte ? Depuis qu'il avait détruit la secte en tuant des innocents ? Depuis qu'elle était devenu renégat ? Tellement de possibilités.
Invité
avatar
Invité
Re: Reste avec moi [PV Lyra] - Lun 30 Déc 2013 - 16:55
Elle fut attirée dans les bras de son frère, sans avoir son mot à dire. Sa tête enfouie dans l’épaule du démon, elle écoutait ce qu’il avait à lui raconter. Incapable de lui fournir la moindre explication. N’était-ce pas lui le grand frère, lui qui se devait de lui fournir les réponses nécessaires à ses questions ? Elle n’était encore qu’une enfant. Le comprenait-il seulement ? La main du garçon vint caresser ses cheveux. Elle était bien ainsi. Depuis combien de temps ne s’était-elle pas laissée approcher de cette façon ? Tellement longtemps qu’elle avait oublié l’effet que cela faisait, de se sentir aimé. Des larmes coulèrent le long de ses joues, des larmes trop longtemps retenues. Depuis combien de temps n’avait-elle pas pleuré ? Et la liste de questions aurait pu être longue, s’accumulait, encore, avec frénésie, sans jamais savoir s’arrêter.

Se soigner. Toujours la même obsession. Et cette allusion qui ne lui plaisait pas mais qu’elle n’osait pas contester. Et personne pour lui dire ce qui s’était réellement passé, entre cette gifle monumentale et son arrivée ici. De quoi avait-il peur ? Elle pouvait l’entendre, la vérité. Cette même vérité qu’elle avait longtemps cherché. Elle était prête. Elle le sentait. Mais ce n’était pas le cas de Lev.

- D’accord…

L’animal lâchait prise, abandonnant la partie. Cela ne servait plus à rien de lutter, l’écume glissant le long de ses joues opalines en était la preuve. Ces perles nacrées qui venaient lui border les prunelles, se perdant sur ses cils pour se détacher enfin et tomber à pic. La louve se retirait, ayant trouvé son maître. Quelle autre issue que celle-ci ? La brune n’avait plus la force de se battre, cela se voyait. Epuisée. N’en avait-elle pas déjà assez fait ? Ne méritait-elle pas, à son tour, de se reposer ?

- Il s’est passé quoi, là-bas ? C’dont j’me souviens pas, rappelle-le moi, lui murmura-t-elle à l’oreille, s’il te plait.

Comment espérer une guérison basée sur des mensonges ? Elle aurait bien aimer se persuader qu’elle allait bien, qu’elle était au plus haut de sa forme mais même ça, elle n’y arrivait plus. Même ses propres mensonges n’avaient plus aucun effet sur elle. La fin d’une ère et le début d’une nouvelle ?

Elle s’accrocha au brun, plus pour ne pas tomber que par réelle envie. Elle n’était pas encore totalement rétablie. Seulement partiellement. Elle avait perdu beaucoup de sang et être une divinité ne faisait pas tout, elle semblait l’oublier, parfois. Comme aujourd’hui. Elle ne voulait pas sombrer. Pas à nouveau. Sans doute n’était-ce pas la meilleure idée qu’elle avait eu que de se lever quelques heures seulement après ce maudit accident. Encore moins de venir pour engueuler son frère. Elle le regrettait amèrement désormais.

- Raccompagne-moi à la chambre, j’ai peur de…

Elle leva la tête vers le membre du conseil, ne sachant de quoi elle avait peur réellement. Ne sachant pas si elle aurait le courage de le dire aussi. D’un revers de main, elle balaya les larmes naissantes et celles qui avaient vécu. Ses yeux étaient légèrement rougis mais rien d’horrifiant. Elle n’était pas si laide que ça à regarder.

- Ne pas être en état pour y aller toute seule.

C’était bien, aussi. Formulé comme ça. Avoir peur de sa propre maladie dont elle ignorait le nom. L’ignorance, toujours. Le plus grand fléau de l’humanité. Fléau dont elle faisait les frais.

Sa main ne lâchait toujours pas celle de son frère. Toujours aussi peur de flancher. Devant lui. Elle ne pouvait, n’en avait pas le droit, se l’interdisait. Elle qui n’avait jamais baissé les bras et s’était toujours montrée forte, voilà qu’elle se laissait aller. Sans ne pouvoir rien y faire. Subissant seulement. Et ça, cela faisait plus mal que tout. Son corps, ce monstrueux corps, la rappelait à l’ordre. Assez. Cela n’avait que trop duré.
Invité
avatar
Invité
Re: Reste avec moi [PV Lyra] - Mer 1 Jan 2014 - 20:02
Elle était d'accord avec Lev. Elle restait calme quand celui-ci lui dit qu'il fallait la soigner mentalement. Elle ne cherchait pas à frapper son frère ou ne le contre-disait pas. Elle se laissait faire et demandait même de l'aide. Comme un animal blessé. Qui des deux fera le plus mal à l'autre ? Il faut croire que c'était le démon. Que c'était lui le plus horrible des deux, que c'était lui qui trouvait les pires choses à faire pour se venger du mauvais coup, que c'était lui qui n'avait aucun pitié. Le plus cruel. C'était lui. Il avait détruit le monde de Lyra. Il lui avait détruit un enfer auquel elle avait l'air de s'accrocher. Cet enfer dans lequel elle avait grandit et dans lequel elle avait des souvenirs. De la famille. Il avait tout détruit et un part de Lyra en même temps. Il ne pensait pas que ça aurait un impact si gros sur la jeune fille. Non il pensait au contraire qu'elle essayerait encore de faire pire pour se venger. Apparemment non. Il avait eu le dernier mots. Quel cruauté envers sa propre sœur quand même. Elle était mal, elle était malheureuse, elle pleurait. Ces perles salés qu'il voyait pour la première fois. Après tout Lyra préférait toujours cacher qu'elle allait mal. Elle cachait son malaise et pensait plus aider les autres. Aider Yulia avant de penser à elle. Dans le fond la brune était quelqu'un de bien. Il fallait juste lui ouvrir les yeux. Elle lui demandait qu'il lui raconte. Il resta silencieux. Il lui raconterai. Quand elle serait en meilleur état ? Dans tous les cas elle lui demandait de l'aider à aller se recoucher. Sans attendre il plaça une main au niveau de ses genoux et l'autre au niveau de son dos pour la porter dans ses bras. Il n'allait pas la laisser marcher et en plus elle était trop faible pour essayer de batailler. Une fois dans la chambre, le démon posa sa sœur sur le lit et la couvrit avec la couverture. Pendant quelques instants il caressa ses cheveux.

Est-ce que j'ai bien fais ?

Premier doute. Pour la première fois. Puis il secoua la tête. Il ne devait pas douter. C'est vrai que cette nuit il avait tout détruit inconsciemment, mais il devait assumer.

- Tu as essayé de te tuer Lyra ... Parce que j'ai détruis la secte.

Il lui prit ensuite la main qu'il porta à ses lèvres. Un baiser. Puis il porta cette main sur sa joue.

- Tu es malade Lyra. Mais je vais te soigner, c'est mon rôle en tant que grand-frère. Je ne vais pas te laisser disparaître à nouveau.

Il eut un pincement au cœur en disant ça. Il repensait à la première fugue de Lyra. Quand elle était partit pour de bon en le laissant derrière elle. Il secoua à nouveau la tête. Il ne devait plus ressasser les mauvais souvenirs. Maintenant sa sœur était avec lui. Il comptait rester à son chevet longtemps. Le temps qu'elle s'endorme pour au moins appeler un médecin. Il n'avait besoin de l'aide de personne de magique à ce moment-là. Pas besoin de Dieu ou de monstre. Juste un psychologue. Un simple humain pour l'aider. Comme quoi ils sont meilleurs sur certains domaines que les Dieux.

- T'as besoin de quelque chose ?

Un frère sage à la disposition de sa sœur malade, c'est pas beau ça ? Il posa sa main sur le front de sa sœur. Sa fièvre n'était pas remontée. Le démon soupira de soulagement. Pour l'instant son état ne s'aggravait pas. Il restait stable, le démon comptait utiliser tous les moyens possibles pour qu'elle aille mieux.
Invité
avatar
Invité
Re: Reste avec moi [PV Lyra] - Jeu 2 Jan 2014 - 18:15
« On the falling shoals, i wonder why me ?
On my way to the falls, i hope you see
We are heading to the wall even if you are sorry »



Se tuer.
La sentence tourbillonnait autour de ses yeux voilés par les larmes. Mourir. Elle ne s’en rappelait pas. Rien du tout. Juste ces deux traînées sur ses avant-bras venaient lui hurler son geste passé. De la folie. La vraie. Elle était déjà morte, alors à quoi bon tenter de se suicider ? Elle ne trouverait aucune réponse à cette question aujourd’hui. Elle constatait juste qu’elle était toujours vivante. Même mourir en bonne et due forme, elle n’y arrivait. Même là-dedans, elle échouait.

Lyra emmêla ses doigts dans ceux de son frère. Il n’avait pas à la laisser. Il devait rester. Elle ne pourrait pas s’endormir sans sa présence à ses côtés. Elle le savait, le plus dur restait à faire, fermer les yeux pour retrouver tous ces morts passés, ceux-là même que Lev avait tué de sang froid. Elle ne souhaitait pas les revoir, eux et leur regard de braise. Ces âmes volées. Elle ne faisait pas partie du lot. Et son inconscient n’avait trouvé que pour seule idée celle de vouloir l’émanciper de la vie. Par le seul geste qu’il connaissait : tuer. Pour ne plus ressentir aucune culpabilité. Son inconscient avait pris le pas sur elle, la reprenant en main, lui faisant découvrir une facette de sa personnalité dont elle ignorait tout, qu’elle ne pensait jamais côtoyer. Maintenant, il était trop tard pour faire marche arrière. Un démon venait d’être lâché et ce n’était pas forcément celui auquel on pourrait le croire. Son démon intérieur. Celui-là même qui la hanterait jusqu’à enfin finir satisfait, victorieux de par sa mort.

- Ne pars pas, Leven’ka.

Elle ne le lâcherait pas. Voilà tout ce dont elle avait besoin sur le moment : qu’il reste. Toujours à courir aux quatre coins de l’académie ou du globe. Et pour quoi ? Pour un conseil miteux qui ne le méritait pas. Si pour une fois elle pouvait l’avoir pour elle seule, alors c’était tant mieux. Et merde à tous les autres.

Elle alla se blottir contre son torse brûlant, sa tête reposant sur sa peau. Il ferait office d’oreiller. Au moins ne pourrait-il pas lui échapper. Ses doigts étaient toujours entravés aux siens, à la manière d’une chaîne qui ne saurait se briser.

- Si ça doit encore arriver une prochaine fois, tu s’ras encore là à mes côtés ?

Ou sera-t-elle totalement seule, désemparée face à ce qui lui arrivait ? Aucun nom sur cette maladie. Etait-ce contagieux ? Non, sinon le brun ne serait pas resté dans les environs. Alors qu’était-ce ? Ce qu’elle avait, comment devait-elle le nommer ? Tout cela arrivait trop vite, elle ne savait pas comment réagir. Rester calme. Comme là. Ne pas céder à la panique. Reprendre le dessus. Ce n’était qu’une question de temps avant que tout redevienne comme avant. Et cet épisode ne serait plus qu’un mauvais souvenir. Un très mauvais souvenir.

Likho vint se blottir à son tour contre sa maîtresse. Ils étaient drôles tous les trois, l’un contre l’autre, chacun observant devant autrui. De sa main libre, Lyra caressa le museau brûlant de son louveteau.

- Ça doit pas être pratique d’être du conseil et d’avoir une sœur cinglée renégate à sa charge, commenta-t-elle pour elle-même, et jamais savoir sur quel pied danser…

L’impression d’être un poids pour son frère. Être tout juste bonne à lui gâcher la vie. N’était-ce pas ce qu’elle faisait le mieux depuis qu’elle le connaissait ? C’était peut-être ça, le but de sa vie : gâcher celle de son frère. Malgré elle. Toujours un pas de travers, toujours quelque chose qui n’allait pas. Ce n’était pas pour rien que chacune de leur rencontre se soldait pas une nouvelle dispute, de nouveaux problèmes à l’horizon. Et si Lyra n’avait pas tourné renégate, peut-être leurs rapports seraient-ils déjà plus simples, moins ambigus et non pas portés sur le non-dit. Mais non. Il avait fallu qu’elle soit là lors de l’insurrection de la guilde noire et qu’elle change de camp, comme ça, très facilement. Trop peut-être. Elle avait pensé pouvoir trouver des êtres qui lui ressembleraient, apercevoir au loin les traits d’une famille mais seul le faux-semblant l’avait accueillie. Et l’odeur de la mort qui la suivait partout.

Le bon moment pour se remettre en question ? Comprendre qu’elle avait été trop loin ? En tel état, elle serait capable d’accepter n’importe quoi. Ou presque. Elle pouvait basculer à tout moment, son humeur était instable, tout comme sa santé. Il en fallait si peu pour que sa colère laisse sa place à des larmes, comme tout à l’heure. Cela l’épuisait. Mais cette fille geignarde dans les bras de son frère, ce n’était pas elle. Elle n’était pas ainsi, en attente de réconfort. Elle s’était toujours débrouillée seule alors pourquoi tout cela devait-il changer ? Juste parce que ses gènes en avaient décidé ainsi ?

- C’était plus simple, avant… Quand j’étais encore qu’une ado et toi déjà mon frère qui veillait sur moi, nan ?

Toujours prête à lui donner du fil à retordre. Mais si la vie était facile, ces deux-là en sauraient quelque chose. La vie n’avait rien de tendre, juste cruelle. Il fallait faire avec. Et se plaindre n’arrangeait rien. Lyra l’avait très bien compris. Parler du passé aussi ne changerait rien. Ce qui est fait est fait. Nul ne peut revenir en arrière. Il est des choses impossibles, même pour les dieux, remonter le temps en fait partie. Effacer toutes leurs erreurs pour pouvoir recommencer à nouveau. Mais ce n’était pas aussi simple. La vie n’avait rien d’une feuille saturée d’une fine écriture noire emplie de ratures. On ne pouvait pas déchirer le papier en morceaux pour ensuite recommencer, à l’aide d’une feuille vierge pour y tracer les lignes souhaitées. Rien ne marche comme ça.

La pression sur la main de son frère se fit un peu plus insistante. Rien d’alarmant. Elle serrait davantage sa paume pour éviter qu’il ne la laisse se reposer que par réelle envie de le blesser. De toute façon, ce n’était pas avec sa force actuelle de misérable qu’elle pourrait réussir la moindre prouesse.

- J’aimerais qu’tout redevienne comme avant.

16h16. L’heure idéale pour faire un vœu. Pas sûr que le ciel l’entende. Mais elle pouvait toujours y croire. Quel pouvoir formidable que celui de la croyance. De quoi soulever une montagne ou d’éventrer un océan.

Tout comme avant. Avec sa vie passée, son frère qui ne lui appartenait qu’à elle et rien qu’à elle et eux-deux toujours vivants. Tout comme la secte. Cette nouvelle vie était maudite, elle le savait maintenant. Plutôt que de l’achever, Deus préférait la maintenir en vie, la voyant agoniser un peu plus à chaque seconde, prendre les mauvais chemins pour souffrir davantage. Sans pouvoir arrêter cette machine infernale.

- C’est possible, tu crois ?

Pas comme ça. Pas de cette façon.
Invité
avatar
Invité
Re: Reste avec moi [PV Lyra] - Sam 4 Jan 2014 - 20:24
Ils avaient l'air ... normaux ? Comme une petite famille normale, sans soucis. Un frère qui s'inquiète pour sa sœur et qui devient serviable, qui est prêt à tout pour soigner sa sœur qu'il aime tant. Voilà un beau tableau. Néanmoins ce n'était pas le leur. Non. Le leur était bien plus morbide. Atroce. Plein de sang, de peine, de haine et de rage. Malgré tout ça ils restaient liés l'un à l'autre. Chacun protégeant l'autre du mieux qu'il peut. Chacun voulant rester près du dernier membre de la famille pour le soutenir, pour l'aider et continuer la vie avec. Lev avait peur de l'avenir. Un avenir qui restait éternel mais qui était bien là. Est-ce un avenir tout tracé ? Lui-même ne savait pas et avait peur de ce qui pouvait arriver dans le futur. Avant il s'en fichait bien. Le futur ? Connais pas. Du moins il pensait ainsi avant d'entrer dans le conseil. Le conseil avait énormément changer le démon. Désormais il se souciait du futur. Désormais il était devenu quelqu'un de sérieux. Désormais il se posait des questions. Néanmoins il ne savait pas s'il se posait les bonnes ou les mauvaises questions. Mais au moins il changeait. Peut-être changeait-il un peu trop ? Au début il ne s'en était pas rendu compte. Il avait perdu son sourire, il ne s'en était pas rendu compte.

Sera-t-elle avec moi dans le futur ?
Que va-t-il nous arriver plus tard ?
Serons-nous encore comme chien et chat ?


Chien et chat. Qui est le chien qui mord et le chat qui griffe ? Qui fait le plus mal à l'autre ? Finalement le mal qu'il infligeait à Lyra ne se répercutait-il pas légèrement sur le démon ? Après tout il n'était plus le même.
Lyra demandait à son frère de ne pas partir. Leven’ka. Depuis combien de temps ne l'avait-elle pas appelé ainsi ? Bien longtemps, tellement longtemps qu'il avait oublié qu'elle l'avait déjà appelé ainsi un jour.

- Je reste à tes cotés maintenant, Lyran'ka.

Elle ne le lâchait pas. Il ne la lâchait pas non plus. Chacun trop attaché à l'autre. Un grand-frère voulant soigner sa sœur. Pour l'instant elle devait se reposer. Dormir un peu. Elle irait sans aucun doute mieux ensuite. Ensuite elle se blottit contre le torse de Lev qui la laissait faire. Encore une question. Elle était bavarde, mais il devait la rassurer. C'était son rôle. Depuis longtemps il s'était engagé à ça.

- Bien sur que je serai là. Je viendrai encore te soigner pour que tu ailles mieux.

Bien sur qu'il serait. Pour toujours à ses cotés pour l'épauler. Il ne l'avait jamais abandonné, alors il ne comptait pas le faire. Non il n'était pas assez lâche pour abandonner la seule personne qui restait de sa famille. Trop protecteur. Trop frère poule envers sa sœur. Néanmoins il ne savait pas faire autre chose. L'animal de compagnie de Lyra vint se blottir près de sa maîtresse. Le démon avait déjà oublié l'animal, c'est vrai que s'il emmenait Lyra quelque part il suivrait. Il était fidèle à sa maîtresse, lui. Pas pratique d’être membre du conseil et avoir une sœur renégate. C'est vrai. Néanmoins il ne répondit pas à la remarque et se contenta de lui caresser les cheveux puis déposa un baiser sur son front. Renégate ou pas elle était sa sœur. Puis elle parlait d'avant. Est-ce réellement plus simple finalement ? Quand ils étaient ados. Qu'ils étaient vivants.

- Non. Tu souffrais à cette époque, c'est pourquoi je restais à tes cotés. Pour te protéger. Dans tous les cas tu souffres et dans tous les cas je suis là. Finalement il n'y a pas beaucoup de différences entre avant et maintenant.

Mettons de coté les pouvoirs et la mort. Dans tous les cas elle souffrait et c'était toujours de la même manière : c'était psychologique. Puis sa sœur lui dit qu'elle voulait que tout redevienne comme avant. Lui aussi il aimerait. Ne pas être un monstre, avoir Yulia à leurs cotés pour faire les fous. Il se souvenait encore de ses nuits ou il dormait avec elle. Quand il volait du gâteau dans une boulangerie ou dans un magasin pour sa sœur parce que son père n'en achetait jamais. Combien de coups s'était-elle prit dans la gueule ? Combien de fois fut-elle insultée aussi. Et depuis quand leur souffrance a-t-elle commencé ? Lyra demandait si c'était possible. Le cœur de Lev rata un bon.

- Un jour, peut-être que tout sera mieux qu'avant ... Quand tu iras mieux tu seras plus heureuse Lyra.

Aller mieux oui mais quand ? Quand est-ce qu'elle irait mieux ? Quand est-ce qu'elle avait commencé à souffrir de ce mal qui la rongeait petit à petit intérieurement ? Il ne savait pas. Comme un idiot il n'avait rien vu. Il était aveugle. C'était sa faute si son mal venait de se manifester. S'il n'avait pas détruit la secte, elle ne serait sans aucun doute pas cet état. Est-ce que c'était lui qui l'avait rendu ainsi ? Mou comme un légume ? Il commençait à se poser des questions.

- Un jour tout ça sera du passé. Un passé qu'on oubliera par la suite pour regarder l'avenir. Regarder devant et ne plus observer derrière soi. Ne plus s'accrocher au passé.

Il disait ça alors que lui-même avait peur de l'avenir. Peur d'un avenir sans Lyra. D'un avenir sans famille. Un avenir seul. Si Lyra était à ses cotés alors ça irait. Du moins c'est ce qu'il se disait. Pour l'instant il devait observer le présent et observer le mal de sa sœur pour la soigner le plus vite possible. Que tout ça soit enfin du passé. Que tout ça reste derrière eux pour l'éternité. Il espérait sincèrement qu'elle irait mieux. Il ferait tout pour. Il serra Lyra dans ses bras, elle lui avait manqué.
Invité
avatar
Invité
Re: Reste avec moi [PV Lyra] - Dim 5 Jan 2014 - 18:20
« When the end is getting closer
And the earth has burned the sky
Now repent 'cause it's all over
Just let me die »


De la pitié. C’était là tout ce qu’elle inspirait à son frère. Son ton en était emprunt. Un trop plein de pitié qu’elle ne supportait pas. Elle y avait tant fait la chasse, ce n’était pas pour lire à nouveau ce sentiment chez Lev. L’entendre, qui plus est. Cela lui vrillait les tympans, sifflait entre ses oreilles. Le monde cotonneux était loin derrière elle désormais. Il avait suffi de peu, d’un mot, pour la ramener. Elle serra davantage la main de son frère. Quelle idiote. Toujours aussi aveugle. Et cette maladie, cet incident qui ne l’aidait pas, vraiment pas. Jouer la carte de la miséricorde. Et puis quoi encore ? Mais ça, ce n’était pas elle. Cela n’avait jamais été elle. Elle ouvrit des yeux grand ouvert sur ce nouveau monde, cette nouvelle facette de sa personnalité qui ne lui plaisait pas. Elle ne s’apprivoiserait jamais. Si elle était un animal blessé, alors que l’on mette fin à ses souffrances. Il est des fins plus douces que l’agonie qu’elle vivait en ce moment. Cette Lyra ne lui plaisait pas. Pas du tout. Léger claquement de langue. Agacée.

- Si tout était aussi simple, j’l’aurais déjà fait, d’tout oublier pour avancer. Mais tu vois, avec moi ça marche pas, persifla-t-elle, sinon j’serais pas dans c’t’état-là à cause d’mon passé. La vie, c’te pute, veut pas m’faire de cadeau. Oublier, c’est pas à ma portée.

Elle lâcha la main de Lev. Assez de bavardages. Assez de quolibets. Elle se tenait toute entière à Likho, seule bouée dans ce marécage. Elle s’enlisait un peu plus à chaque seconde, sans aucun espoir de survivre. Garder les yeux ouverts et l’esprit vide de toute pensée. Ce n’était pas un travail si dur à faire, pour elle. Si maladie il y avait, alors elle la vaincrait. Pourriture. Saleté. Pour ne plus jamais lire à nouveau cette pitié. Elle n’en voulait plus. Maintenant qu’elle avait eu confirmation que Lev était attiré par sa souffrance depuis toutes ces années, un goût abject lui restait en travers de la gorge. Elle eut du mal à déglutir. Elle avait bien entendu. Ses sens ne la trompaient pas. Pas maintenant. Elle était en pleine possession de ses capacités. Un peu fatiguée mais rien d’insurmontable. Rien qui lui entrave le cerveau.

Il ne comprenait rien à rien. Il ne comprenait pas comment elle fonctionnait. Plus il s’approchait, plus elle s’éloignait. C’était simple, pourtant. Mais son cerveau reptilien ne semblait pas faire la part des choses. Après tout, que peut-on espérer de la part d’un démon ? Rien si ce n’est blesser un peu plus à chaque fois son entourage. Lyra en était la preuve parfaite. Elle aurait mieux fait de rester loin de lui aujourd’hui, plutôt que de courir dans ses bras pour fêter son anniversaire. Ineptie. Si elle était restée bien sagement à la guilde noire, rien de tout cela ne serait arrivé. Mais son cœur avait pris le pas sur sa raison. Elle, l’enfant souhaitant se racheter de ses fautes passées. Et à quoi cela l’avait-elle menée ? À un état critique. Misérable. Pitoyable. En infériorité. Impuissante. Elle devenait ce qu’elle détestait, sans pouvoir rien faire, attirant juste la bonne parole, la compassion des autres. Et cela, elle n’en voulait pas.

- Oublie tout c’que j’t’ai dit. La prochaine fois, s’il y a une prochaine fois, n’interviens pas.

Non. Comment diable pouvait-elle dire de telles choses ? Comment pouvait-elle changer du tout au tout subitement ? Un tel revirement a tout d’effrayant. Quelque chose se tramait dans son cerveau. Un plan machiavélique de l’ordre de la barbarie. Quelque chose de silencieux mais porteur de violence. Un schéma digne d’une renégate. Malade. Elle avait beau le nier, avoir du mal à y croire, les faits le lui crachaient au visage. Elle ne pouvait nier ces derniers évènements. Elle ne pouvait les démentir. Pas avec Lev comme principal témoin. Lui qui l’avait vue, pour la première fois sans doute, vulnérable et sans défense. Son poing se ferma, la tension était à son comble.

- La prochaine fois, t’en mêle pas et laisse-moi crever dans mon coin ! Après tout, c’est p’têt c’que j’veux… être libérée de cette nouvelle vie… libérée de vous tous, l’académie, le conseil, toi… Tu m’as pas d’mandé mon avis, qu’je sache ! Deus non plus…

Deus ne demandait rien à personne avant de les ressusciter.

Comment pouvait-elle dire ça ? La fièvre devait être remontée, c’était la seule solution. Ses iris luisaient d’une folie nouvelle. Celle-là même que Lev hésitait à pointer du doigt. Vient un moment où il fallait nommer les choses. Utiliser les bons mots. Lyra, pauvre folle que tu es. Une course contre la mort ?

Elle perdra.
Pas forcément.

La russe s’était détachée du corps du brun. L’oreiller qui était à sa disposition lui allait tout autant. Ses mains caressaient machinalement la fourrure du louveteau, spectateur de la scène. Quand le dernier acte se jouerait-il ? Il faudrait du temps, encore.

- Mes poignards, où sont-ils ?

Les armes de son crime. Un crime infligé contre sa propre personne. Elle ne les avait plus à sa portée. Pas bête, le Lev. Pas tant que ça. Il arrivait que parfois, il commette des actes bons. Des actes rares que l’on pourrait presque compter sur les doigts d’une main. Toujours en train de commettre une erreur. Tout était sa faute. Tout. Ce revirement soudain aussi. Et cette étincelle de la maladie, jaune pâle, qui illuminait encore un peu plus le visage de la condamnée.

- T’inquiètes pas, la prochaine fois, j’aurai bien plus d’imagination, s’amusa-t-elle, la prochaine fois, j’me raterai pas.

La prochaine fois.
Cette même expression qui revenait à la manière d’un leitmotiv, qui l’obsédait, dont elle ne savait pas se départir. Il y aurait une prochaine fois. Cette Lyra-ci le souhaitait. Elle n’était plus que l’ombre d’elle-même. Et la grande renégate, celle qui commettait mille forfaits juste pour le plaisir ? Celle qui avait souhaité vivre pour sa vengeance ? Celle qui voulait tuer pour faire payer Deus ? Où était-elle passée ? Partie en fumée ? C’était bien trop mal joué pour être crédible un seul instant.

Réveille-toi, Lyra. Et reprends-toi. Pour de bon, cette fois-ci. Plus jamais ça. Plus jamais ça.
Invité
avatar
Invité
Re: Reste avec moi [PV Lyra] - Mar 18 Fév 2014 - 21:28
Qu'est-ce qu'elle pensait à ce moment-là ? Qu'est-ce qui se passait dans sa tête ? La jeune fille serrait davantage la main de son frère et il la laissait faire. Il avait l'impression qu'elle essayait de s'accrocher à lui pour ne pas sombrer. Mais était-il lui-même en état pour ce genre de chose ? Alors qu'il commençait à se sentir mal à cause de tous ses soucis, était-il le meilleur appuie pour Lyra ? Le démon secoua la tête. C'est vrai qu'il n'était pas le meilleur appuie, après tout c'était en partie sa faute si elle était dans cet état. Il s'en voulait. Mais ce qui est fait est fait. Malheureusement.

Lyra disait ne pas réussir à oublier. Comment oublier des atrocités que l'on a vu tout le long de sa vie ? C'était difficile. Lev aussi avait des souvenirs douloureux qu'il ne pouvait pas oublier. Mais ce n'était pas aussi grave que ceux de Lyra. Là encore il ne pouvait rien dire, ne pas rajouter une couche. Il avait envie de crier sa rage, comme si son mauvais coté de démon essayait de prendre le dessus pour attaquer. Mais ce n'était pas pour attaquer Lyra cette fois, c'était pour s'attaquer lui. Après tout il estimait que c'était sa faute et s'en voulait. Il soupira, qu'est-ce qu'il allait faire ? Il devait déjà endormir Lyra. Il aviserait ensuite pour le psychologue. Pour l'instant il ne pouvait que l'écouter. Parce que parler de ses soucis, s'extérioriser ça fait du bien. Et Lyra en avait bien besoin. C'était pour ça qu'elle était en train de perdre la tête, de déprimer.

Tu es malade Lyra.
A cause de moi ?


Question qu'il n'osait pas poser puisqu'il connaissait la réponse. Brusquement Lyra lâcha la main de son frère. Pourquoi ? Elle lui en voulait ? Il pouvait comprendre. Mais il ne supporterait pas qu'elle l'abandonne. Il avait faillit la perdre une seconde fois, il s'en voulait. Il était allé trop loin. Le démon observa la femme, étonné. C'était sa façon de lui dire qu'elle lui en voulait et qu'elle n'arriverait jamais à lui pardonner ? Lev eut un pincement au cœur mais n'en montrait rien. Il devait être fort, pour l'aider, pour la soigner, pour tenir le coup. Pour ne pas déprimer lui-même alors que la seule chose dont il avait envie était de se jeter d'un pont comme Agata en ayant bu et en ayant fumé des choses illicites.

Ne l'abandonne pas Lyra,
Ne le fait pas tomber dans le même état.


Nouveau coup de poignard de la part de Lyra. Elle lui demandait de ne plus l'aider. De ne plus intervenir. Le démon resta encore silencieux. C'était un silence pesant. Elle voulait mourir. Il voulait dire des choses à ce moment-là, mais les mots lui restaient en travers la gorge. Elle n'avait pas voulu revivre, en voulait à Deus pour l'avoir ressuscité. Elle ne voulait donc plus de lui ? La peur envahit le garçon qui restait de marbre, même si extérieurement il ne montrait rien, il avait mal à l'intérieur. Comme quoi elle avait assez de force pour encore lui faire du mal. Il déglutit. Crache quelque chose Lev ! Crache, espèce de minable ! Mais rien. Il n'y arrivait pas. Trop de retenu ? Peur de craquer devant elle ? Après tout elle ne l'avait jamais vu pleurer. Foutu Lyra, pourquoi tu compliques les choses ? Lev est maladroit, mais il ne faut pas toujours voir ses gestes d'un mauvais œil. Il serrait des dents, restait calme alors qu'elle lui demandait ses poignards et lui promit de ne pas se rater la prochaine fois. Il avait l'impression qu'elle lui faisait une mauvaise blague. Mais il voyait bien qu'elle ne rigolait pas. La fièvre était-elle trop montée ? Le démon soupira. Puis il se releva légèrement pour approcher son visage de celui de sa sœur. Un baiser. Un baiser qui voulait sans aucun doute tout dire. Il déposa un baiser sur la jour de Lyra avant de se relever et de changer sa serviette qui n'était plus froide. Puis il caressa légèrement ses cheveux avant de rester debout et de l'observer, plongeant son regard doré dans le sien.

- Dis ce que tu veux, je serais toujours là pour toi.

D'une certaine manière, il avait l'impression qu'il devait la rassurer. Peut-être qu'entendre des mots qu'il n'avait jamais osé lui dire pouvait lui faire du bien ? Au moins il ne pouvait pas être plus sincère dans ses propos. Il serait là oui, comme en ce moment alors qu'elle était en train de sombrer dans la folie, il allait tout mettre en oeuvre pour qu'elle aille mieux.

Ton sourire est rare,
Comme une perle sous la mer.


Bien sur qu'il pouvait lui en dire des belles choses. Mais là il devait seulement dire ce qui lui passait par le cœur. Il avait l'impression de vivre une scène romantique. Enfin ça pouvait l’être si Lyra était Rain et pas dans un lit en train de sombrer.

Nouvelle inspiration,
Lance-toi !


- Tu sais Lyra, je te l'ai jamais dis, tu me prendras peut-être pour un fou ensuite. Mais sache que je t'aime, tu es ma sœur, l'unique membre de ma famille et je tiens à toi comme la prunelle de mes yeux.

Il lui avait prouvé avec des gestes. Des mots auraient-ils un impact ? Il espérait. Ses gestes étaient maladroits, il ne savait pas s'y prendre. Mais au moins là elle pouvait comprendre. Il utilisait des mots simples qui pouvaient avoir beaucoup d'impact. Un dernier sourire.

- Fais une sieste, tu iras mieux ensuite. Je reste dans la maison, tu peux m'appeler si t'as le moindre soucis.

Il se dirigea vers la porte qu'il ferma. Puis il ne tenait plus debout et se laissa glisser au sol le long de la porte. Trop d'émotions d'un coup. Le démon avait les larmes aux yeux. Les mots de Lyra étaient encore là, ils faisaient leur effet. Elle avait gagné cette manche. Bravo Lyra. Il ferma les yeux et lâcha un énorme soupire. Il était sur le point de craquer. Mais ça ne devait pas encore arriver. Pas maintenant.

Reste fort,
Pour elle,
Pour toi,
Pour vous.
Invité
avatar
Invité
Re: Reste avec moi [PV Lyra] - Mar 25 Fév 2014 - 19:17
La demoiselle tressaillit lorsque les lèvres de son frère touchèrent sa peau. Pourquoi donc restait-il toujours là malgré toutes les saloperies qu’elle venait de balancer ? Ne comprenait-il pas ? Etait-il trop idiot ? N’en avait-il pas assez de traîner ce boulet le long de sa jambe ? Toujours là pour le ralentir, lui mettre des bâtons dans les rues. Inutile de lui faciliter la vie, ce serait un acte que la renégate ne pourrait se permettre ! Elle préférait de loin de comporter comme une sauvage. Civilisée, peut-être ?

La Russe entendit la porte se refermer, derrière elle. Parti. Il était parti. Pour revenir, plus tard. Elle ne s’en débarrasserait jamais. Pas complètement. Et cela lui plaisait bien, au fond. Vivre sans son frère ? Elle ne pourrait pas. Ou alors elle enchaînerait erreur sur erreur, sa vie n’en serait que plus chaotique. Plus encore qu’aujourd’hui. Son ombre la suivait toujours, où qu’elle soit, l’empêchait de commettre l’irréparable. Mais tout n’était que relatif, où se situait justement l’irréparable ? Elle avait beau tuer, torturer, enfreindre les lois, Lev la regardait toujours de ce même regard, mélange de tristesse et de pitié. Et cela, elle n’aimait pas. Pour autant, elle n’avait pas à se mettre dans un état pareil. Mais elle n’y pouvait rien. Cela s’était déclaré, un matin, une après-midi, une soirée, alors que tout allait bien, alors que ce jour aurait dû être le sien, alors que le bonheur aurait dû être le principal mot-clef de ce mois de septembre. Mais rien. Rien si ce n’est la solitude de ce lieu d’anniversaire et la tristesse de ce jour terni à jamais. Jour souillé. Un peu comme elle. Souillée à jamais. Evitez de l’approcher, vous autre.

Elle aurait pu dire quelque chose, n’importe quoi. Cela aurait été facile. Laisser échapper une onomatopée, un cri, un bruit perçant, quelque chose pour prouver qu’elle était là malgré elle, pour l’écouter, qu’elle s’accrochait à la vie, encore un peu, qu’elle entendait tout ce qu’il lui murmurait. Mais rien. Rien en écho si ce n’est ce silence, pesant, à la manière d’un porte-avion qui passe. Ce long silence qui s’était installé entre eux deux sans qu’elle ne sache quoi faire. Juste rester là et sombrer vers le sommeil. Ou la folie. Mais non, même ça, crever, elle n’en était pas capable. Elle avait essayé. Pour se rater. Quelle merveilleuse renégate. Tous les philosophes de ce monde se sont trompés le jour où ils ont cru bon d’écrire que ni la mort ni le soleil ne peuvent se regarder en face. C’est son nom à elle qui aurait dû être inscrit dans ce titre qu’elle ne comprenait pas et qu’elle ne connaissait même pas. Après tout, on s’en fout pas mal de ça.

Puis vient un temps où il faut arrêter la casse, non ? Souffrir c’est bien joli mais vivre, n’est-ce pas mille fois mieux ? Il faudrait que cela lui rentre dans le crâne, à celle-là ! Cette vieille crisse hystérique tout juste bonne à sacrer dans sa langue natale ! Tout juste…

Il gagne. Elle perd. Assez de tout. Ces joutes doivent tirer leur révérence. La relation fraternelle, ce n’est pas ça. L’un ne doit pas jouer le méchant pendant que l’autre tente d’être gentil. Personne n’a dit que la famille ne pouvait n’être que manichéenne. Ce sont eux qui se sont mis en tête de telles absurdités.
Quelle aventure…
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 6528

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Reste avec moi [PV Lyra] - Mer 12 Mar 2014 - 14:37

C'était mieux avant… Les Disney aussi, c'était mieux avant /ZBAFF/ C'était un rp pas moins dramatique que les autres... Bon y a eu aucune tentative de suicide cette fois mais ça reste pas joyeux xD Eeeet j'ai enfin compris ton trip du voeux soeurette ~ Bref joli rp à vous deux, fais attention Lev à tes fautes et à certaines tournures de phrases, c'est tout :3

Lev : 470 xps
Lyra : 475 xps

Xps attribués : Yep



Kit fait par mon Lié adoré ♥
FicheJournalThèmeAwardsGalerieDerrière l'écran ♦ Ma couleur : #D09D28

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

Reste avec moi [PV Lyra]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Reste avec moi [PV Lyra]
» (Terminé) Je me sens pousser des ailes quand je suis avec toi ... (Eddie & O.)
» Pourquoi tu restes avec moi ? {PV Killian}
» Calypso ▬ « Ma puce, ma chérie, mon trésor. Reste fort. Malgré tout, je reste avec toi. Poupée. »
» Bonnet de bain obligatoire. Ok, cachons le peu de dignité qu'il nous reste. [Evy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: Le Monde des Humains :: Périphérie :: Lotissements-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page