Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Je voulais vous dire que...

Invité
avatar
Invité
Je voulais vous dire que... - Mar 3 Déc 2013 - 14:52
Le soir était tombé à présent. Pourtant, il n'était pas si tard si tard que cela mais avec l'hiver qui avançait inexorablement, les jours raccourcissaient d'autant. Il ne faisait pas encore trop froid pour la saison mais l'air sentait la neige qui ne devrait plus tarder avant d'offrir aux êtres vivants ses premiers flocons. Son passage sur la Terre l'avait apaisé, enfin oui et non. Elle qui avait cherché des réponses à ses questions avait au moins maintenant une esquisse de réponse. Une idée plus claire de ce qu'elle ressentait. Mais ce n'était pas pour autant que les choses lui semblaient plus simples. Elle avait décollée soulagée, presque souriante, pourtant déjà cette expression avait disparue. Le vol durerait encore un peu avant de la déposer à l'Académie, cela lui laisserait le temps de réfléchir davantage. Mais y avait-il vraiment besoin de se torturer ainsi l'esprit? Peut-être. Ou pas. Pour le coup, elle était incapable de le savoir.

A peine le bateau fut-il amarré au port que la jeune fille sentit une présence douce et rassurante venir à sa rencontre. Kirara avait sans aucun doute guetté son retour et dès que la jeune amérindienne eut posé un pied à terre, la boule de poil sauta avec une joie non dissimulée dans les bras de sa maitresse, ronronnant comme une damnée sous les caresses de la jeune fille. Elle devait le sentir elle aussi, elle en était certaine. Elles partageaient tout alors la nekomata devait forcément ressentir cet émoi qui ne cessait de grandir, changer, effrayer et parfois aussi calmer la jeune apprentie déesse.

C'est ainsi accompagnée que la précolombienne prit le chemin du retour vers l'Académie. Une escale rapide à la cafétéria, juste de quoi manger quelque chose et tenir en forme avant de se diriger vers l'internat. Et là, l'hésitation. Rien qu'une seconde mais déjà, là revoilà en marche vers sa chambre, en poussant la porte avant de la refermer dans son dos. Rien n'avait bougé. Et toujours ces objets insolites qui semblaient se mélanger à la décoration sauvage et traditionnelle de sa chambre. Un poncho épais et coloré, une paire de lunettes 3D, une carte de restaurant et un bonsaï posé devant la fenêtre. Parfaitement entretenu, avec le guide ouvert juste à côté, pour s'assurer de bien faire. Même ici, IL était partout au final. Un soupir lui échappe alors qu'elle se laisse tomber sur son lit. Pourquoi les choses lui paraissent-elles soudain si compliquées? Si seulement sa sœur était là, elle aurait pu lui en parler, partager cela aussi avec elle. Mais déjà, le sommeil l'emportait sans qu'elle ne s'en rende compte.

********  

Toute la nuit, cette chanson étrange avait résonné dans son esprit. Avec encore et toujours le même refrain. Et cette phrase qui revenait toujours, comme une litanie incessante. "Ça sert à ça, l'Amour". Ça quoi au final? C'était si vague. Et pourtant, il fallait bien qu'elle se décide un jour. Elle lui avait promis une réponse. Il avait accepté d'attendre mais elle ne pourrait pas repousser indéfiniment ce moment non plus. Non, elle ne savait toujours pas ce qu'elle pensait vraiment, tout restait trop confus, mais elle ne pouvait le laisser ainsi dans l’expectative. Si elle ne le faisait pas pour elle, elle devait le faire pour lui. Après tout ce qu'il avait fait pour elle, elle ne pouvait pas continuer à simplement fuir pour ne pas risquer de lui tomber dessus. Un jour ou un autre, il faut faire face à ses démons. Elle l'avait toujours fait, ce n'était pas aujourd'hui qu'elle se laisserait intimider. Elle irait le voir. Ce soir...

Et là, debout et droite devant la porte de la chambre du professeur, à nouveau, elle hésite. Elle ne se sent pas confiante. Elle voudrait pouvoir maitriser les choses comme elle en a l'habitude mais là, avec lui, tout est toujours si différent. Si étrange à ses yeux. Kirara est restée dans sa chambre, c'est une épreuve qu'elle doit réussir seule. Elle n'a pas peur, ou peut-être un peu au fond. Et si elle n'y arrivait pas? Si elle n'arrivait pas à s'expliquer? S'il le prenait mal? S'il refusait de la voir? Elle secoue la tête, inspire un grand coup et frappe trois coups, peut-être un peu légers. L'aura t'il entendu? Si ça se trouve, il n'est pas là. Dans ce cas, encore une fois, elle se sera fait des idées pour rien. Elle se moquerait presque d'elle-même pour le coup. Sauf que du bruit parvint à ses oreilles, de derrière la porte, juste avant que cette dernière ne s'ouvre.
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 578

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
2206/1500  (2206/1500)
Votre domaine: Les Explosions
avatar
Professeur de Combat
Professeur de Combat
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Je voulais vous dire que... - Mar 3 Déc 2013 - 15:46
Jace était assis sur sa chaise de bureau, comme tout les soirs à son habitude, lampe de chevet pour seule lumière, ça lui suffisait amplement pour éclairer son petit lieu de travail. Faire un programme pour les élèves n'était pas une tâche facile pour le jeune enseignant, lui qui était toujours de l'autre côté du bords, à ne voir que la surface de l'iceberg quand ses professeurs humains lui faisaient cours. Une main pour venir frotter les yeux, puis la rabattre vers sa tasse de thé, oui du thé, et surtout pas de café avant d'aller dormir, ça ruinerait son sommeil, deux ou trois gorgé et hop c'était repartis pour un tour.

Après quelques temps, il décida de prendre une petite pause, regardant l'extérieur par la fenêtre, il faisait déjà nuit malgré l'heure non tardive. Il soupira en pensant à ce temps qui ne s'arrêtait pas, le temps avançait, et pourtant, il était revenu deux ans en arrière, comment était-ce possible ? Il vit dans une époque où son lui humain était encore en vie et en pleine forme. Il se souvenait encore de ce moment là sur Terre, où il avait ces maux de têtes juste après avoir croisé brièvement son autre lui qui était dans un bus, il était en compagnie d'Abygaïl aussi... il ne cessait de penser à ce moment où il l'avait dans ses bras, à moitié morte... il avait beau avoir fait son fier à l'arène, il n'en était pas moins impuissant face à certaines situations, s'en était presque pitoyable. Puis un léger bruit lui parvint jusqu'à ses oreilles... venait-on de toquer à sa porte ? Il lui semblait bien que lui, Jace était perplexe, qui pouvait bien vouloir lui rendre visite à une heure aussi tardive ? Pas un de ses élèves quand même ? Quoique... la jeune Tanya serait bien capable de venir lui demander des cours particulier encore sur le combat... Quoiqu'il en soit pour en avoir le coeur net il valait mieux voir de qui il s'agissait au lieu de faire des supposition, tasse en main, ou plutôt mug en main et ouvra donc la porte, Jace ne put vraiment cacher sa stupéfaction.

- Aby ? Commença-t-il alors que c'était bien évident qu'il s'agissait d'Abygaïl. Il lui fallait quoi de plus ? Pardonnes-moi de ma réaction mais je ne m'attendais pas à ce que tu me rendes visite. Enchaîna-t-il. Veux-tu rentrer ? J'ai du thé encore chaud, par ce temps ce n'est peut-être pas de trop. Finit-il en souriant.

Si elle était venu ici c'était bien pour lui dire quelque chose, et quelque soit cette chose, ce sera peut-être long, alors autant en discuter autour d'une table, ou plutôt d'un bureau, Jace n'avait pas de table à proprement parler, juste son bureau. Mais en tout cas ça devait être important, elle ne semblait pas son état habituel, son calme qu'elle avait quand il l'avait rencontré pour la première fois... elle semblait, stressée, tendue. Peut-être que s'asseoir lui fera le plus grand bien. Peut-être s'agissait-il de ce dont ils avaient parlé à l'infirmerie, ou plutôt de ce dont Jace avait évoqué, c'est lui qui avait ouvert son coeur, peut-être pas au bon moment, c'était sans doute pour ça qu'elle ne semblait pas aussi sereine, il allait vite le savoir.
Invité
avatar
Invité
Re: Je voulais vous dire que... - Mar 3 Déc 2013 - 16:52
Pourquoi est-ce que soudain, son cœur s'emballait complètement? C'était idiot, cela n'avait aucun sens. Elle n'avait rien réalisé d'extraordinaire si ce n'est frapper à une porte qui était en train de s'ouvrir devant elle. Alors pourquoi à présent, se sentait-elle si vulnérable? Il n'y avait pourtant aucun danger alentour. Non, elle devait simplement se calmer et arrêter de se laisser divaguer. Elle restait maitre de son corps après tout, même si visiblement ses sentiments et ses sensations avaient décidé eux de n'en faire qu'à leur tête.

- Aby ?
Pardonnes-moi de ma réaction mais je ne m'attendais pas à ce que tu me rendes visite.
Veux-tu rentrer ? J'ai du thé encore chaud, par ce temps ce n'est peut-être pas de trop.


"- Bonsoir Professeur Kayllan."


Elle aurait voulu ajouter quelques mots mais rien ne venait. Comme si tout restait bloqué derrière cette boule apparue au fond de sa gorge. Pourtant, malgré son malaise, le sourire du professeur la rasséréna et lui permit de retrouver contenance. Elle esquissa un vague sourire également, éphémère, avant de hocher de la tête pour accepter son invitation. Elle ne pensait pas que ce serait long, au final, il n'y avait pas besoin de beaucoup de mots pour mettre les choses au point définitivement mais elle aimerait autant que cela ne se fasse sur le palier, à la vue de tous. Elle était déjà assez tendue comme ça.

Une fois la porte refermée dans son dos, elle sentit étrangement un peu plus calme. Au moins, elle ne serait pas soumise aux regards extérieurs. Ici, il n'y aurait qu'elle et le Professeur. La jeune fille observa un instant les lieux, avec une pointe de curiosité. Finalement, les chambres des professeurs étaient très semblables à celles des élèves. La plus grande différence était que leur chambre étaient individuelles alors que celles des élèves étaient plus comme des dortoirs, aménagés à la sauce de chacun.

"- Eh bien, je ne serais pas contre un peu de thé. Il est vrai que la température tombe vite à présent. Et pour votre réaction, elle est tout à fait normale et je m'excuse de vous déranger ainsi en plein travail, surtout à cette heure-là. Seulement, je n'ai pas trouvé le temps avant pour venir vous parler."

Pas le temps ou pas la force? Peut-être un peu des deux pour être réaliste. Toujours est-il que maintenant qu'elle se trouvait là, bien qu'elle ne sache toujours pas par où commencer, elle ne se sentait plus aussi perdue qu'en venant. C'était sans aucun doute complètement idiot mais ici, elle se sentait à l'abri, protégée. Elle se sentait bien, tout simplement. Avec lui pas très loin. Pourtant cela n'avait aucun sens à ses yeux, ça ne ressemblait à rien de ce qu'elle avait déjà vécu alors cela la laissait un peu dubitative.

Ne voulant pas le déranger outre mesure, elle alla s’asseoir sur le bout du lit pour ne risquer de mélanger ses fiches ou d'abimer ses cours tandis qu'il lui servait une boisson chaude. Le mug entre ses doigts était chaud sans être brulant, c'était agréable. Elle souffla un instant sur sa boisson, en but une gorgée histoire de voir si cela lui dénouerait la gorge et au final, il semblerait que cela fonctionne. Alors, autant en profiter. De toute façon, il faudrait bien qu'elle se lance un jour ou un autre.

"- Professeur, je voulais... vous renouveler mes remerciements... pour votre aide de la dernière fois. Mais ce n'est pas que pour ça que je suis venue. Vous devez vous en doutez, n'est-ce pas?"

Un sourire esquissé mais son regard ne parvient pas se détacher de sa tasse. Respirer calmement, garder le contrôle de soi et des évènements et tout irait bien. De toute façon, il ne pouvait rien lui arriver de mal alors que craignait-elle donc autant?

"- Lorsque j'étais encore à l’infirmerie et que vous... m'avez dit... tout ce que vous aviez sur le coeur... Je n'étais pas en mesure de vous répondre parc que tout était... Il y avait trop de choses en même temps pour moi. Maintenant, j'ai eu le temps de poser les choses et d'y réfléchir un peu, d'éclaircir au maximum tout ça. Je m'excuse d'avoir mis tant de temps mais ça n'a pas été aussi simple que je le croyais."

Ça y est, ça recommençait, la voilà en train de commencer à perdre ses moyens. Non, pas maintenant. Elle serra un peu plus la tasse entre ses doigts, tâchant de retrouver son calme mais soudain, un bruit de porcelaine cassé. Le mug entre ses doigts venait littéralement d'implosé sous la pression de ses derniers. La voilà donc tenant une anse vide, des morceaux de tailles diverses dispersés sur elle et au sol à ses pieds, le liquide chaud répandu en grande majorité sur ses vêtement. Non mais ce n'était pas possible.

"- Je... je suis désolée... je ne voulais pas... Je..."

Mon Dieu, mais qu'était-elle venue faire dans cette galère?
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 578

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
2206/1500  (2206/1500)
Votre domaine: Les Explosions
avatar
Professeur de Combat
Professeur de Combat
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Je voulais vous dire que... - Mar 3 Déc 2013 - 19:27
"- Bonsoir Professeur Kayllan."

Sa voix ne semblait pas très claire, enfin... de son point de vue, ça confirmait son ressentis, elle n'était pas du tout à l'aise, même si elle tenta tant bien que mal de sourire pour cacher tout ça, enfin soit, il l'invita donc à rentrer, prenant soin de bien fermer la porte, c'est qu'il n'aimait pas les courants d'air. Abygaïl semblait regarder les alentours de la chambre pour voir à quoi ressemblait son petit antre, rien de bien folichon en soit, il était resté simple, ça a toujours été ainsi avec lui.

"- Eh bien, je ne serais pas contre un peu de thé. Il est vrai que la température tombe vite à présent. Et pour votre réaction, elle est tout à fait normale et je m'excuse de vous déranger ainsi en plein travail, surtout à cette heure-là. Seulement, je n'ai pas trouvé le temps avant pour venir vous parler."

- Pas la peine de s'inquiéter pour ça voyons. Lui répondit-il alors qu'il se dirigeait vers l'endroit où était posée la théière.

Il laissait le jeune membre du conseil dont il avait appris son statut il y a peu de temps tellement il était renfermé sur lui-même, il en avait presque honte, même s'il n'était pas là depuis très longtemps ce n'est pas comme si c'était un secret aux yeux de tous, bien au contraire, enfin bref, il ne fallait plus y penser, il valait mieux se concentrer sur le service qu'il était entrain de faire, il remplis le mug d'eau chaude qu'il avait pris à l'étagère juste à côté du petit établi où était posé la dite théière, puis mis un sachet de thé ensuite, un très thé d'Angleterre, c'est que notre professeur se permettait d'aller sur Terre juste pour ça et aussi la vaisselle qu'il avait. Une fois ceci fait, il lui apporta son dû qui était destiné à la réchauffer. Elle s'était assise sur le bout de son lit, il se dit que c'était peut-être mieux pour elle de s'asseoir sur quelque chose de plus confortable mais elle avait sans doute ses raisons. Il pris sa chaise de bureau donc, et pivota pour se retrouver face à elle.

"- Professeur, je voulais... vous renouveler mes remerciements... pour votre aide de la dernière fois. Mais ce n'est pas que pour ça que je suis venue. Vous devez vous en doutez, n'est-ce pas?"

Jace ne put qu'acquiescer d'un signe de tête, il ne voulait pas l'interrompre, ce n'était pas le moment, et puis elle ne semblait pas vraiment calme... alors qu'elle l'était il y a à peine quelques secondes. Son regard était focalisé sur la tasse, elle ne voulait ou pouvait regarder ailleurs, comme si elle ne se sentait pas capable de regarder autre chose que ça.

"- Lorsque j'étais encore à l’infirmerie et que vous... m'avez dit... tout ce que vous aviez sur le coeur... Je n'étais pas en mesure de vous répondre parc que tout était... Il y avait trop de choses en même temps pour moi. Maintenant, j'ai eu le temps de poser les choses et d'y réfléchir un peu, d'éclaircir au maximum tout ça. Je m'excuse d'avoir mis tant de temps mais ça n'a pas été aussi simple que je le croyais."

Plus elle parlait, et plus le coeur de l'enseignant s'emballait, à la limite d'exploser, il n'avait jamais ressentit auparavant, puis il entendit un bruit de porcelaine brisé, son coeur n'était pas faite en cette matière pourtant... jusqu'à ce qu'il se rende compte que ce n'est pas son coeur qui avait explosé mais le mug qu'il avait passer à la jeune femme. Elle était maintenant tachée par le liquide rougeâtre, et par-dessus tout, il y avait maintenant des élément par terre susceptible de la blesser encore, même si ce n'était pas une coupure qui allait la tuer, ce n'était pas le moment de se blesser pour rien.

"- Je... je suis désolée... je ne voulais pas... Je..."

- Ne bouge pas, laisse moi faire. Commença-t-il en prenant une serviette éponge pour essuyer tout ça et enlever les morceaux par terre. Il devra penser à changer ses draps aussi, que de choses superflus en somme, Abygaïl était entrain de se morfondre pour rien, ce n'était qu'une tasse après tout. Ne te morfond pas pour ça, ce n'était qu'une tasse après tout. Continua-t-il avec le sourire.

Il continua de ramasser le tout, en commençant par les plus gros morceaux, en prenant soin de faire attention également à ne pas se couper puis de jeter le tout dans une poubelle, puis il décida de prendre un balais pour finir le reste, autrement dit les plus petit morceaux qu'il ne pouvait pas prendre, et puis c'était un coup à en laisser un par terre. Une fois fait, il alla chercher dans son armoire une tee-shirt pour Aby, il n'allait pas la laisser dans cet état-là avec des vêtements mouillés, ainsi qu'un jogging... c'était triste mais il n'avait rien de mieux à proposer, et du haut et de son mètre quatre-vingt-dix... il pensait que ça allait peut-être être un peu grand pour elle... toutefois c'était toujours mieux que rien.

- Désolé je n'ai rien d'autre à te proposer. Lui dit-il en tendant le vêtements de fortune qu'il lui proposait... en y repensant elle le vouvoyez, il ne savait pas pourquoi d'ailleurs, peut-être devrait-il faire de même ? Est-ce que cela te dérange, que je ne te vouvoie pas ? Lui demanda-t-il avant qu'il ne l'accompagne jusqu'à la porte de la chambre de la salle de bain pour qu'elle puisse se changer tranquillement... ça pouvait paraître bizarre comme question, mais c'était important pour lui, de savoir si ça la dérangeait ou non. Il pensait être suffisamment proche d'elle pour pouvoir lui parler ainsi, mais il se trompait peut-être car elle ne le tutoyait pas comme elle l'avait fait dans la chambre de l'infirmerie, peut-être qu'elle n'avait tout simplement pas l'habitude de le faire aussi... il se faisait peut-être trop d'idée pour "si peu".
Invité
avatar
Invité
Re: Je voulais vous dire que... - Mar 3 Déc 2013 - 22:27
Non mais ce n'était pas possible. C'était un véritable cauchemar. Déjà, elle cassait la tasse qu'il venait de lui prêter, tout en mettant de ce fait du thé partout. même si le principal était tombé et imbibait à présent ses vêtements, au risque de la bruler légèrement, il y en avait aussi sur le lit du professeur. A ses yeux, c'était un véritable désastre. Et dire qu'elle n'était venu que pour dire quelques mots. Sur le coup, devant la catastrophe qu'elle venait de provoquer, elle restait tout simplement incapable de réagir. Pour elle qui avait risqué sa vie un nombre impressionnant de fois et qui pouvait se targuer d'être très réactive, pour le coup, elle ne valait vraiment rien. C'en était déprimant.

Ne bouge pas, laisse moi faire. Ne te morfond pas pour ça, ce n'était qu'une tasse après tout.

Rien qu'une tasse. Oui, c'est vrai. Mais pourquoi le prenait-elle malgré tout aussi mal. Décidément, elle aurait mieux fait de ne pas venir du tout, elle n'était bonne des créer des ennuis. Un grand soupir lui échappa tandis qu'elle restait sur place, sans bouger, obéissant simplement au professeur et le laissant nettoyer son carnage. Cela aurait du être à aller de ramasser tout cela mais encore une fois, c'était Jace qui réparait les pots cassés. A croire qu'à chacune de leurs rencontres, les choses se passaient toujours de la même façon. A ce rythme, elle n'y arriverait jamais. Non, elle ne devait pas penser comme ça, et pourtant, c'était bien l'impression qui lui nouait le ventre à cet instant.

Légèrement recroquevillée sur le lit pour le gêner le moins possible, elle espéra un instant avoir la chance de se changer en souris pour disparaitre une bonne fois pour toute. mais non. Au final, le professeur termine de rendre les lieux presque identique qu'avant son arrivée avant de venir lui tendre des affaires de rechanges. Un instant, elle l'observa lui puis les vêtements avant de revenir au professeur. Non, c'était bien pour elle. Elle venait déjà de lui casser une tasse, il lui offrait encore malgré tout des vêtements? Décidément, il n'avait pas peur. Une seconde, cette pensée manqua de lui arracher un sourire.

- Désolé je n'ai rien d'autre à te proposer.
Est-ce que cela te dérange, que je ne te vouvoie pas ?


"- Ca ira très bien merci.
Et non, ça ne me gênes pas. C'est seulement une habitude. J'ai été élevée comme ça alors... J'ai du mal à tutoyer les gens. Mais j'espère que vo... Tu ne le prendra pas mal. Ce n'est pas contre toi."


Non, ne pas s'emballer, se calmer. Elle sent ses joues chauffer légèrement et baisse le regard tout en se saisissant des vêtements que lui tend le professeur. Mais ne pas courir, marcher tranquillement en direction de la salle de bain. Escorter par le professeur, elle attendit que la porte de salle de bain soit bien refermée avant de jeter un oeil à son reflet. Décidément, elle n'avait pas fait les choses à moitié, sa tenue était vraiment en sale état. Elle n'avait donc pas vraiment le choix et elle se changea rapidement.

Elle n'avait pas vraiment l'habitude porter ce genre de vêtements et ces derniers étaient bien trop grands pour elle du coup, elle devrait faire attention. Mais au moins, elle était présentable. Elle ramena simplement ses cheveux sur l'avant, afin de permettre au tee-shirt de trop bailler sur l'avant, et plia ses propres vêtements qu'elle laissa dans un coin de la salle de bain avant de frapper bêtement à la porte, comme pour demander l'autorisation de sortir.

"- Désolée, c'était idiot de ma part de frapper ainsi."

Un léger sourire, pas très serein mais c'était déjà mieux que tout à l'heure. Même si elle restait tendue, elle arrivait doucement à se calmer. Finalement, le passage dans la salle de bain lui avait au moins servi à ça. Lui semblait toujours souriant et calme aussi, cela l'aidait un peu. Mais par contre, elle n'osa pas retourner s'asseoir. Au pire, elle resterait debout. Voilà qui la motiverait peut-être à lui dire les choses une bonne fois pour toute. Oui, c'était la solution parfaite. La seule chose à faire. Pourtant, comme comme c'était difficile de prendre son courage à deux mains à cet instant.

"- Jace... "

Déjà, ne plus le vouvoyer. Cela eut au moins le mérite de lui faire lever les yeux. Sans doute vérifiait-il qu'il ne restait plus rien par terre, à moins qu'il n'ai lui-même fait tomber quelque chose. En tout cas, maintenant qu'elle avait captée son attention, c'était le moment ou jamais.

"- Je voulais vous dire... que..."


Un pas dans sa direction, pour ne pas avoir à parler trop fort. Mais le jogging trop long fut traitre, a moins que ce ne soit le reste de thé au sol qui trahit ses pas. Toujours est-il qu'elle se sentit tomber sans pouvoir esquissé ne fut-ce qu'un geste de défense. Et déjà, la voilà au sol. Ou plutôt, contre le professeur sur lequel elle était tombée, à présent à moitié allongée par terre. Et les lèvres collées aux siennes. Le pire de tout fut que l'incongruité de la situation la paralysa complètement, la laissant ébahie mais aussi parfaitement incapable de réagir.

Un cauchemar, un véritable cauchemar. Il n'y a pas d'autre mot....
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 578

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
2206/1500  (2206/1500)
Votre domaine: Les Explosions
avatar
Professeur de Combat
Professeur de Combat
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Je voulais vous dire que... - Mer 4 Déc 2013 - 1:20
"- Ca ira très bien merci. 
Et non, ça ne me gênes pas. C'est seulement une habitude. J'ai été élevée comme ça alors... J'ai du mal à tutoyer les gens. Mais j'espère que vo... Tu ne le prendra pas mal. Ce n'est pas contre toi."

Il ne savait pas vraiment pourquoi mais dans un sens ça le soulageait de savoir que ça ne la dérangeait pas qu'il la tutoyait, il esquissa même un sourire. Une fois ceci dit, il l'accompagna jusqu'à la porte de la salle de bain pour qu'elle puisse ce changer, il faudra qu'il pense à laver ses affaires, il n'allait pas la laisser repartir avec des affaires sales quand même. Il attendit donc que la jeune femme se change pour qu'il puisse reprendre le fil de leur conversation qui allait débuter avant qu'une malheureuse tasse de thé ne vienne s'opposer à cette discussion. Il devra d'ailleurs penser à acheter un nouveau mug, mine de rien ça lui en faisait un en moins, mais ce n'était pas grave au fond, les objets s'usent et se casse, tels étaient leur destinés, puis il entendit à nouveau frapper à la porte, encore quelqu'un ? Ah non, c'était juste Abygaïl qui venait de frapper à la porte, mais pourquoi ?

"- Désolée, c'était idiot de ma part de frapper ainsi."

- Ce n'est rien, je n'ai juste... pas compris. Dit-il avec le sourire.

Et quand même il disait ça en souriant, il le pensait vraiment quand même, ce n'était en rien une petite blague ou autre, il n'avait pas du tout capté pourquoi elle avait frapper à la porte, comme si elle voulait rentrer dans la pièce, ça aurait été plutôt à lui de frapper à la porte... enfin soit... il se dirigea de nouveau vers l'endroit où la tasse s'était brisée, regardant s'il n'y avait rien d'autre en s'accroupissant, sait-on jamais, un oublie est si vite arrivé.

"- Jace... "

Il se retourna en entendant son nom, toujours accroupis, la regardant dans les yeux et attendant donc ce qu'elle avait à dire, peut-être que cette fois il allait enfin savoir ce qu'elle cherchait tant à lui dire, il connaissait le sujet principal, mais pas la réponse...

"- Je voulais vous dire... que..."

Puis dans un petit élan, Abygaïl avait voulu s'avancer mais s'entrava malencontreusement le pied avec le jogging trop long que Jace lui avait passé, c'est qu'elle plus petite que lui... il avait oublié ce détail, il se retourna rapidement pour essayer de la rattraper, dans un sens il avait réussi... mais il n'avait pas du tout prévu d'avoir la jeune à moitié allongée sur lui alors qu'il était assis, adossé contre le lit, et les lèvres d'Aby qui s'étaient "déposées" sur les siennes. Il était surpris de cette scène qui venait de se produire, il ne pouvait plus bouger, il en était incapable, et elle aussi apparemment, que devait-il faire ? Rien ? Continuer ? Interrompre se baiser impromptue ? C'était peut-être la meilleure chose à faire, ou plutôt faire les deux ??? Il ne savait pas... au final il interrompit délicatement se baiser en ré-ouvrant les yeux.

- Je... euh... désolé.

Il venait de s'excuser car il pensait que c'était de sa faute, il lui avait passer un pantalon trop grand et du coup il venait de se produire ce qui venait... de se produire. Il était assez gêné, mais il voyait qu'Abygaïl était encore plus désemparée que lui.

- Je pense que voulais me dire quelque chose par les mots n'est-ce pas ? Dit-il en rigolant un peu, un rire jaune dira-t-on... c'était plus pour détendre l'atmosphère que de faire une blague en sois-même.

Il aurait voulu se relever et aider Abygaïl à faire de même, mais l'enseignant en décida tout autrement, capté par la beauté du spectacle qu'on lui offrait, son visage était si angélique qu'il en restait mué désormais, une main vain caresser sa joue pour remonter jusque dans ses cheveux. Il était comme, envoûté, ses actions ne dépendaient plus de ce que son esprit lui disait de faire. Devait-il lui dire de continuer ce qu'elle voulait lui dire ou alors allaient-ils encore être interrompue par quelque chose d'autre ? Décidément... ce n'était pas vraiment leur jour, ou plutôt leur moment, mais ça allait venir, le monde extérieur allait enfin les laisser en paix pour pouvoir dire ce qu'ils avaient sur le coeur.

- Quelque soit ta réponse, je suis prêt à l'entendre. Je m'y suis préparé depuis ce moment où je suis sortis de cette chambre. Lui dit-il tout en continuant à caresser ses cheveux. Je pense que notre position actuel, il ne peut rien arriver de plus. Continua-t-il en souriant.

Oui, depuis qu'il avait franchit la porte de cette chambre, il s'était résigner à accepter le pire des scénarios envisageable, il était prêt à écouter sa réponse, bien qu'il était stressé et que son coeur battait la chamade, il ne pouvait pas fuir cette réponse. Il avait fait le premier pas, il se devait de connaître le fond de la pensé de la jeune femme qui se tenait devant lui désormais. Que pensait-elle ? Était-ce réciproque ? L'aimait-elle également ? Quoiqu'il en soit, et quelque soit la réponse, elle avait pris du temps et du recule pour répondre, et dans tout les cas il ne pourra pas aller à l'encontre d'un choix mûrement réfléchit...
Invité
avatar
Invité
Re: Je voulais vous dire que... - Mer 4 Déc 2013 - 10:56
- Ce n'est rien, je n'ai juste... pas compris.

Bien sûr qu'il n'avait pas compris. En même temps, il n'y avait rien à comprendre réellement. Simplement que le fait de ne pas être dans sa chambre la mettait un peu mal à l'aise et que par acquis de conscience, ne voulant pas gêner, elle n'avait pas eu d'autre idée que de frapper. Comme pour demander l'autorisation de pouvoir revenir après la catastrophe qu'elle venait de causer. Elle lui rendit son sourire sur le moment, une de ses mains s'agrippant à la jambe du jogging trop long pour elle afin d'éviter de trop marcher dessus tandis qu'elle faisait son possible pour retrouver une contenance normale et se lancer enfin. Dire finalement ces quelques mots qui semblaient pourtant tout faire pour ne pas sortir.

Et là, la chute. Elle avait pourtant eu l'audace d'espérer que le pire soit déjà passé et pourtant, visiblement, tout était contre elle. Y compris ce tissu trop grand qui la couvrait actuellement. Et là voilà à présent à demi affalée sur le professeur, ce dernier lui faisant face, aussi surpris qu'elle mais sans plus de réactions. Et maintenant, qu'allait-il se passer? Si elle avait pu disparaitre, elle l'aurait fait. Car à cet instant, il ne restait rien de la grande guerrière, de la chasseuse aguerrie qu'elle se targuait d'être. Elle n'était même plus une élève, rien de plus qu'une gamine, complètement perdue et paralysée par la peur.

- Je... euh... désolé.

Le professeur avait fini par prendre les devants. Le baiser imprévu avait pris fin mais ils ne bougeaient pas pour autant, ni lui ni elle. Un très léger rire de sa part, plus nerveux qu'autre chose et déjà, il reprenait la parole, comme pour empêcher le silence de trop tomber entre eux.

- Je pense que voulais me dire quelque chose par les mots n'est-ce pas ?

Oui, en effet. Avec difficultés, elle parvint à monopoliser assez ses muscles trop tendus pour hocher de la tête. Lorsqu'elle sentit sa main se poser sur son visage, un instant elle ferma les yeux, la peur et l'angoisse revenant comme des boomerangs la frapper de plein fouet. Et s'il la frappait? Pire, la repoussait? Et pourquoi soudain ces questions stupides qui se bousculaient dans son esprit? Son regard qui se rouvre, la main qui reste sur sa peau en une douce caresse, passant de sa joue à ses cheveux. Ses joues qu'elle sent chauffer et rougir, sans qu'elle ne puisse rien y faire. Mais toujours cette incapacité à réagir. Il fallait qu'elle bouge, qu'elle fasse quelque chose. Et vite. Avant qu'il ne soit trop tard.

- Quelque soit ta réponse, je suis prêt à l'entendre. Je m'y suis préparé depuis ce moment où je suis sortis de cette chambre.  Je pense que notre position actuel, il ne peut rien arriver de plus.

Sa main dans ses cheveux, son sourire rassurant, ses paroles calmes. Elle ne put retenir un sourire à sa dernière phrase. Oui, dans leur position, que pourrait-il arriver d'autre? Elle pouvait sentir son propre cœur battre vite et fort dans sa poitrine, prêt à la faire exploser. Elle ne pouvait pas continuer comme ça, elle devait se ressaisir. Et elle eut besoin de toute sa volonté pour parvenir déjà simplement à ce que sa main vienne se poser sur la sienne, ses doigts s'entrelaçant doucement entre les siens. Son regard fuyait encore le sien, à nouveau. Elle ne pourrait pas tout faire d'un coup. Si au moins elle parvenait à avancer un peu.

"- Je suis désolée... Je suis vraiment... Maladroite... Ça ne devait pas... Tout ça n'aurait pas du arriver... C'est ma faute... Pourtant... Tu es toujours là... Pour moi... Merci..."


Non, pas comme ça. Ça ne voulait rien dire. Était-elle à ce point bonne à rien pour ne pas parvenir à sortir quelques malheureux mots? Par dépit, elle s'en mordit la lèvre au point de manquer de l'ouvrir, sa main serrer sur le jogging ayant les jointures plus blanches que de la porcelaine. Elle n'allait donc jamais y arriver? Retenant les larmes de rage qu'elle sentait lui monter aux yeux, elle eut comme réflexe idiot de venir se blottir contre le professeur, pour ne pas le laisser la voir ainsi. Sa main avait lâché la sienne tandis que le visage ainsi dissimulé, elle pouvait sentir les battements de son cœur, semblables au sien. Est-ce que lui pouvait l'entendre et le sentir aussi? Étrangement, cette pensée lui redonna une partie du courage qu'elle ne parvenait plus à trouver.

"- Je suis... Je veux... Je ne veux pas... te voir partir... Je veux rester... avec toi... s'il te plait..."

Une prière. Cela sonnait tout comme. Les derniers mots avaient sans doute été à peine audibles. Mais elle l'avait dit. Et maintenant, la voilà à nouveau terrifiée. Et si? Si elle n'avait pas réussi à le convaincre? Si lui avait changé d'avis? Son emprise se resserra autour du professeur, comme par peur de le voir soudain s'en aller. Elle avait fini, enfin, par lâcher à peu près clairement ce qu'elle avait sur le cœur mais elle se sentait si vulnérable, si fragile en cet instant. Tout ce qu'elle avait toujours caché, enfoui au plus loin de son être, derrière cette apparente force inébranlable, n'existait plus ici. Il était le premier à la voir ainsi. Tellement différente de tout ce qu'elle laissait toujours paraitre. Et si cette facette d'elle-même finissait par tout gâcher? Pitié, non. Pas ça...
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 578

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
2206/1500  (2206/1500)
Votre domaine: Les Explosions
avatar
Professeur de Combat
Professeur de Combat
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Je voulais vous dire que... - Mer 4 Déc 2013 - 17:04
Son regard se détourna, comme si elle n'osait pas le regarder ou avait peur de son regards... ou bien peut-être que c'était trop dur de lui parler les yeux dans les yeux ? Peut-être... elle n'avait rien de la guerrière qu'elle avait vu dans la forêt, elle qui semblait si forte lors de leur combat, se retrouver être une femme délicate et fragile émotionnellement, dans un sens ça l'amusait presque... elle était humaine après tout.

"- Je suis désolée... Je suis vraiment... Maladroite... Ça ne devait pas... Tout ça n'aurait pas du arriver... C'est ma faute... Pourtant... Tu es toujours là... Pour moi... Merci..."

Elle avait l'air de s'en vouloir terriblement, tout cet enchaînement d'actions qui relevait de la malchance du moment plutôt que de la maladresse du personnage. Et elle était crispée à en croire son poing qui serrait le jogging de Jace qu'il lui avait passé en guise d'habit de rechange. Puis sans qu'il comprenne ce qu'il se passe, elle vint se caler contre contre lui, il sentant le coeur de la jeune femme battre autant que le sien, la chamade autrement dit, elle était vraiment mal à l'aise aussi, après tout... c'était une décision qui allait changer leur avenir tout de même.

"- Je suis... Je veux... Je ne veux pas... te voir partir... Je veux rester... avec toi... s'il te plait..."

Ces mots lui parvinrent à ses oreilles comme une douce mélodie, bien qu'elle ne le disait pas clairement, il avait compris. Devait-il se sentir soulagé ? Heureux ? il ne savait pas, c'était la première que quelqu'un lui disait quelque chose de la sorte, personne ne lui déjà dit vouloir rester avec lui, ne pas le voir partir... non, jamais... aussi c'est pour ça qu'il ce drôle de sentiment qu'il ne connaissait pas mais qu'il aimait bien au final... était-ce la définition d'être heureux ? Peut-être... Elle s'écarta légèrement de lui après l'avoir serré un peu plus fort au moment de ses paroles, ou peu après... instinctivement il la rattrapa la serrant de nouveau contre lui, peut-être qu'elle n'allait pas apprécier... mais il n'avait pas réfléchit à ça, tout ce qu'il voulait c'était qu'elle ne parte pas non plus, il voulait qu'elle reste auprès de lui aussi.

- Je ne veux pas que tu partes non plus... Lui dit-il d'une voix douce qui était peu commune chez lui. Puis il se saisit de sa main pour l'apporter à sa poitrine au niveau de son coeur. Ce coeur que tu entends battre, tu t'en ai emparée... il est à toi...

Pourquoi lui avoir dit ça ? C'était peut-être déjà évident non ? Il avait dit ce qu'il ressentait alors pourquoi en rajouter ? Pour lui dire clairement que sa vie lui appartenait ? peut-être... il se sentait comme tel, il ne considérait plus sa vie comme la sienne, mais plutôt comme celle d'Abygaïl, il voyait les choses de la sorte, ce n'était peut-être pas la vision de la jeune femme, mais qu'importe, elle ne lui fera pas changer d'avis, ça non...

- Je ne m'en était pas rendu compte avant, mais j'ai le sentiment que ce que j'éprouve pour toi, je l'éprouvais déjà dès notre rencontre... je ne m'en était pas aperçu car je n'avais jamais ressentis ça avant.

Et c'était vrai, dès lors qu'il l'avait aperçu son coeur avait dû s’emballer sans qu'il ne s'en rende compte, si on lui avait qu'après sa mort il rencontrerait quelqu'un qui le ferait changer, qu'il aimera, et qu'il chérira plus que sa propre vie, il n'y aurait jamais cru. C'était inconcevable de vouer sa vie à quelqu'un d'autre que sa famille, et pourtant, c'était arrivé. Il continua de la serrer dans ses bras, il ne voulait pas qu'elle parte non plus... mais allaient-ils pouvoir vivre tranquillement avec le poste qu'occupe Abygaïl ? Il l'avait vu de ses propres yeux, c'était un poste à très haut risque... il avait peur qu'il lui arrive quelque chose à un moment où il ne serait pas là... mais peut-être se posait-il trop de question, peut-être devait-il simplement vivre l'instant présent et prendre les choses comme elle viendraient.
Invité
avatar
Invité
Re: Je voulais vous dire que... - Mer 4 Déc 2013 - 18:00
Lorsque la jeune amérindienne réalisa à quel point elle serrait le professeur contre, elle ne put s'empêcher de s'inquiéter. Déjà qu'elle venait après tous ses efforts de réussir péniblement à articuler le fond de sa pensée, ce n'était sans doute pas la bonne réaction à avoir. Après tout, elle n'était pas sûre. Non, elle n'était sûre de rien au final, autant le dire clairement. Alors, elle se recula un peu, lui laissant de quoi respirer plus librement. Après tout, n'était-elle as venue lui dire ce qu'elle ressentait? C'est chose faite à présent alors elle n'avait pas de vraie raison de demeurer ici plus longtemps. Et son départ éviterait sans doute de nouvelles catastrophes.

Mais alors qu'elle se reculait lentement, elle se sentit de nouveau attiré franchement vers le professeur. Et cette fois-ci, cela n'avait rien avoir avec une chute ou l'attraction terrestre. Non, c'était bel et bien le professeur qui le retenait, la ramenant à lui. D'abord surprise, elle ne sut pas comment réagir mais déjà, l'angoisse refluait, s'effaçant lentement. Il ne l'avait pas laissée partir. Il avait lui-même Ramener vers lui. Oui, ça lui faisait plaisir de réaliser cela. Un simple détail pour certains, qui représentait pourtant tellement de choses à ses yeux.

- Je ne veux pas que tu partes non plus...
Ce coeur que tu entends battre, tu t'en ai emparée... il est à toi...


Sa voix, toujours aussi chaude et rassurante. Encore plus même peut-être cette fois. Un sourire se dessina tout seul à la commissure de ses lèvres, légers mais bien présent alors que sa main suivait la sienne avant de venir se poser au-dessus du cœur du Professeur. Il était à elle. Ce cœur qui battait au même rythme que le sien. Ses doigts viennent s'entrelacer dans les siens. Il ne voulait pas qu'elle parte, elle ne voulait pas le voir disparaitre non plus. Pas tout de suite. Pas si vite. Pas maintenant qu'elle avait enfin réussi à lui dire le fond de sa pensée, à lui ouvrir son cœur.

- Je ne m'en était pas rendu compte avant, mais j'ai le sentiment que ce que j'éprouve pour toi, je l'éprouvais déjà dès notre rencontre... je ne m'en était pas aperçu car je n'avais jamais ressentis ça avant.

Dès le début. Et pour elle? Elle ne savait pas trop en fait. Mais elle savait ce qu'elle éprouvait aujourd'hui et que cela ne venait pas simplement d'il y avait quelques instants. Tout ce qu'elle savait c'était qu'elle voulait être auprès de lui, y rester. Comme maintenant. Simplement blottie dans ses bras, sa tête vient se poser un instant dans le creux de son épaule. Comme si elle avait été faite pour y trouver sa place. Sa main lâcha le jogging pour venir doucement, presque avec une certaine crainte mêlée de respect, se poser sur sa joue. Comme il l'avait fait avec elle. C'était nouveau, c'était étrange. Mais c'était si doux, si agréable en même temps.

Son sourire s'élargit doucement, s'épanouissant comme une fleur qui s'ouvre lentement après des mois à se préparer pour cet instant magique. Son regard se relève et vient croiser celui de professeur, pour la première fois depuis qu'elle a enfin réussit à lui avouer ses sentiments. Elle se sent rougir mais ne se détourne pas cette fois. Après tout, malgré toute sa maladresse, il l'a toujours accepté telle qu'elle était. Même cette partie d'elle enfouie très profondément et soudain ressurgi, la faisant plus ressembler à une enfant perdue qu'à l'apprentie-déesse qu'il connaissait bien. Alors, elle pouvait au moins lui offrir cela.

Elle était bien là, simplement calée entre ses bras, tout contre lui. Son cœur s'était très légèrement calmé même s'il battait encore plus vite que la normale. Son regard dans celui du professeur, elle laissa sa main imiter le parcours que la sienne avait fait. Passant de la joue aux cheveux, doucement, en une longue caresse. Il y avait encore des milliers de questions qui s'entrechoquaient dans son esprit, résultat d'une éducation stricte et aussi d'un manque évident de sa part de connaissance sur les sentiments tels que ceux qu'elle ressentait actuellement. Mais pour une fois, elle fit taire sa raison, ne laissant plus que son cœur pour dicter ses gestes et sa conduite.

Et quand le cœur reste seul à décider, il arrive parfois des choses auxquelles personnes ne se serait attendue, surtout pas elle. Pourtant, après une seconde d'hésitation et un léger mouvement de recul, elle finit par se redresser assez pour venir se retrouver face à face avec le professeur, avant que la distance les séparant ne s’amoindrisse jusqu'à disparaitre, laissant les lèvres de la jeune fille sceller les siennes.
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 578

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
2206/1500  (2206/1500)
Votre domaine: Les Explosions
avatar
Professeur de Combat
Professeur de Combat
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Je voulais vous dire que... - Mer 4 Déc 2013 - 19:39
Abygaïl resta silencieuse, mais Jace compris qu'elle était heureuse comme ça, il vit un sourire des plus remarquable et angélique s'afficher sur le visage de la jeune femme, doucement, mais surement, elle vint poser sa tête sur l'épaule du jeune enseignant, il sentait cette douce odeur qui émanait d'elle, une odeur qui aurait pu l’enivrer, un parfum agréable à sentir qui l'aurait fait monter au 7éme ciel s'il n'était pas déjà mort techniquement. Il se croyait presque dans une série à être là, comme ça, sa main entre-mêlée à la sienne, puis son autre main qui vint toucher la peau de son visage et la caresser, une main si douce et réconfortante. Ses yeux croisant son regard... qui aurait qu'il vivrai un instant pareil ? Sûrement pas lui en tout cas, la maladresse était des fois porteuse de bonne chose et non que de malheur, la preuve ici-même.

En cet instant là il n'y avait pas besoin de mots pour exprimer ce qu'ils ressentaient l'un pour l'autre, leurs coeurs parlaient à leur place, ils savaient que l'un comptait beaucoup pour l'autre, beaucoup plus que leur propre vie... ils n'avaient plus rien de deux demi-dieux, juste deux personnes qui s'aimaient l'un et l'autre, un couple comme on pouvait en croiser partout sur Terre et qui ne demandait qu'une seule chose, pouvoir vivre ensemble. Le main d'Abygaïl venait petit à petit se mettre jusque dans ses cheveux, tout comme lui l'avait fait pour elle, puis il sentit une seconde d'hésitation chez Abygaïl, un léger recul bref et rapide, mais elle revint vers lui tout en se redressant, son visage s'approchant du sien, puis elle finit par venir d'elle même pour y déposer ses lèvres contre les siennes, un baiser qui ne relevait pas de la maladresse cette fois, c'était tout autre que ça, c'était l'instant qui figeait leur sentiment, ce moment qu'il aimerait bien qu'il dur des minutes, des heures... ou bien plus. Un moment qu'il ne voulait pas qu'il se finisse, dans tout les cas ce sera bien trop court à ses yeux. Ses mains vinrent se poser au niveau de sa tête et de son dos, une étreinte pour allonger se baiser doux et tendre.

Puis leur lèvres finirent par se séparer, sa main descendant des cheveux de sa bien-aimée jusqu'à sa joue pour la caresser, un sourire sur ses lèvres, pour la première fois de son existence il était heureux, heureux de ce qu'il venait de vivre et de ce qu'il s'apprêtait à vivre avec elle...

- Peut-être que nous allons avoir le temps de prendre ce thé, quoique... je n'ai pas vraiment envie de bouger pour le moment. Dit-il en brisant le silence qui régnait après ce moment romantique.

Maintenant que tout était clair, ils allaient peut-être pouvoir profiter de leur temps libre, pour le peu de temps qu'ils avaient... et peut-être que la maladresse d'Abygaïl se soignera au fil du temps désormais. Il aurait presque rit rien qu'en y pensant.

- Peut-être que nous aurons l'occasion de retourner sur Terre une nouvelle fois. Dans d'autres circonstance que la première fois. Lui dit-il tout en caressant sa joue.

Oui, il avait envie de retourner sur Terre, avec elle, comme la première où il était allé, mais cette fois-ci les circonstance seront différente, il n'ira pas en tant que guide, cette fois ce sera en tant qu'homme, en tant que quelqu'un qui a juste envie d'être avec celle qu'il aime, pour passer du bon temps et oublier toute cette charge de travail et le danger qui les entourait constamment...
Invité
avatar
Invité
Re: Je voulais vous dire que... - Mer 4 Déc 2013 - 21:44
Un baiser. C'est pourtant si peu de chose en soi. Mais à cet instant, c'est sans aucun doute la grande preuve de courage qu'elle pouvait lui offrir. Mais aussi et surtout la meilleure preuve de ses sentiments à cet instant. Jamais elle ne se serait crue capable d'une telle chose et pourtant, elle devait bien regarder les choses en face. Elle l'avait fait. Elle l'embrassait, de son plein gré et de sa propre initiative. Et le pire dans tout ça, c'est qu’elle devait bien avouer que cela lui plaisait. Elle sentit l'étreinte du professeur se resserrer autour de son corps, ses bras venant faire pareil, trouvant d'eux-mêmes le chemin pour se caler au plus près de cette présence si chaleureuse et douce à son cœur.

Le baiser prit fin mais leur étreinte ne cessa pas pour autant. Seuls leurs visages étaient à présents séparés de quelques centimètres tandis que la main du professeur venait de ses cheveux se promener sur sa joue. Sa propre main vint à la rencontre de la sienne, comme pour l'emprisonner avec elle tandis que son sourire ne faisait qu'illuminer le sien. Jamais elle n'avait encore sourit de la sorte et il serait sans doute le seul à jamais la voir ainsi.

- Peut-être que nous allons avoir le temps de prendre ce thé, quoique... je n'ai pas vraiment envie de bouger pour le moment.

"- Moi non plus."

Pas besoin de grands discours, ces quelques mots suffisaient amplement. Un instant, elle retint un léger rire en repensant à l'épisode du thé de tout à l'heure. Non, elle n'avait pas vraiment soif. Et surtout aucune envie de provoquer à nouveau une quelconque catastrophe. Maintenant que les choses semblaient enfin calmées et décidées à ne plus jouer contre elle, elle comptait bien profiter de ce moment de répit. Et puis, elle était si bien, juste là, à cet instant.

- Peut-être que nous aurons l'occasion de retourner sur Terre une nouvelle fois. Dans d'autres circonstance que la première fois.

"- Sans doute, il n'y a pas de raisons. Je serais ravie d'y retourner avec toi dans tous les cas."

Un sourire sincère sur un visage radieux. Une expression qu'elle n'avait sans doute jamais eue de sa vie. Oui, là elle se sentait bien. A l'abri, protégée, hors de toute atteinte. Les renégats, le Conseil, les missions, plus rien d'autre n'existait à cet instant que les bras de Jace dans lesquels elle était si agréablement lovée. Ce cœur qu'elle sentait battre au même tempo que le sien, sa main sur sa joue et son front qu'elle était venue simplement posée contre le sien, comme pour mieux s'imprégner de sa présence encore.

Un souffle qu'ils partagent, leurs lèvres qui s'effleurent avant de se trouver à nouveau et la nuit qui refermera son manteau de ténèbres sur deux cœurs enfin apaisés de savoir leurs sentiments mutuellement apaisés. Cette nuit-là leur appartient et ils resteront seuls à en connaitre le déroulement. Après tout, "Ça sert à ça l'Amour"....
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 2912

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
90/2000  (90/2000)
Votre domaine: Les Cellules
avatar
Sweet Pink Doll
Sweet Pink Doll
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Je voulais vous dire que... - Mer 4 Déc 2013 - 22:15

Eh bien ! Un vrai tombeur Jace ! x) Moi qui me suis toujours demandé comment on en était arrivé à créer le jogging, ce vêtement horrible,
j’ai ma réponse : C’est un véritable piège à fille ! /SBAF/

Tout mignon, tout beau ce rp ! Longue vie à l’heureux couple ! ♥

Abygaïl Lullaby : 525 xps
Jace Kayllan : 445 xps

Xps attribués : Yep



Ma Fiche - Ma Présentation - Mon Journal
♥ Présidente du Maid Café Club ♥

Spoiler:
 
Je voulais vous dire que...
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Je voulais vous dire que...
» Juste te revoir une dernière fois[Pv Desty] *et Jurassic si il veut*
» Yung Jae Yua - I'm a girl, not a boy!
» Pour vous dire au revoir
» j'aurais voulu vous dire à très bientôt mais je vous dirais juste au revoir mes amis ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Dortoirs :: Chambres des professeurs-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page