Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

"I'm a Barbie G...Aïe !"

♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 2912

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
90/2000  (90/2000)
Votre domaine: Les Cellules
avatar
Sweet Pink Doll
Sweet Pink Doll
Voir le profil de l'utilisateur
"I'm a Barbie G...Aïe !" - Lun 2 Déc 2013 - 3:06

- "I’m a Barbie G…Aïe !" -
Il était encore très tôt, trop tôt. Il n’y avait jamais personne ici à cette heure.  Et c’était justement ce qu’elle appréciait. Les gens dormaient encore, le soleil se levait à peine, la brise était fraîche, la rosée persistait dans les parterres de fleurs, les oiseaux chantonnaient en s’éveillant… A la limite, elle croisait un gardien ou deux et leur lançait un sourire joyeux en cette nouvelle matinée.

Et son sourire n’avait jamais été aussi resplendissant que ces derniers temps. Elle avait le cœur léger, le cœur en fête. La seule ombre au tableau ? Elle devait éviter Nasline du mieux possible depuis qu’elle avait récupéré son enveloppe charnelle. Mais ça, ça s’avérait être un jeu d’enfant comparé à la corvée de supporter ses remontrances à longueur de journée.

Alors qu’elle approchait de l’horloge, son téléphone, auquel des écouteurs étaient relié, affichait un tube bien connu, quoi qu’un peu ridicule : Barbie Girl. Mais, à cette heure de la journée, elle se fichait bien de la stupidité de la chanson qu’elle chantonnait à tue-tête. D’ailleurs, non contente de chanter en yaourt ou dans un anglais approximatif, elle avançait en se dandinant, virevoltant d’un pied sur l’autre, battant la mesure en balançant ses épaules l’une après l’autre d’avant en arrière, mimant des airs de diva ridicule, changeant d’attitude et de timbre de voix à chaque changement de personnage, réussissant mieux la voix de Barbie que celle de Ken, il faut bien l’avouer.

A cet instant, elle s’amusait bien et que quelqu’un la voit, elle s’en fichait éperdument… Enfin… Si on la surprenait, elle rougirait assurément, surtout si le spectateur s’avérait être son bien aimé, mais, à vrai dire, elle n’y songea pas un instant.

« - I´m a blond bimbo girl, in a fantasy world,
Dress me up, na na na, I´m your dolly.
- Na na na, rock´n´roll, feel the glamour in pink,
Kiss me here, touch me there, hanky panky.
- You can touch, you can play, if you say: "Na na na yours" »
Plongée dans son délire, elle continua ainsi son chemin et passa devant l’horloge en ruines, un grand sourire sur les lèvres.

Une bonne musique bien ridicule et bien énergique, c’était l’idéal pour bien commencer la journée. Elle s’amusait comme une petite folle, enfantine et délurée.

Et ainsi, lorsque le refrain vint, elle fit un petit bond en avant et leva sa main droite dans le ciel d’un mouvement énergique, un grand sourire sur les lèvres.

« I’m a Barbie G… ! »
Barbie Pancake !

Sans prévenir, un objet volant non identifié lui était tombé dessus, l’aplatissant comme une crêpe. Elle ne l’avait pas vu venir et n’avait d’ailleurs rien entendu qui puisse attirer son attention avec ses écouteurs dans les oreilles. Cela dit, même si ça avait été le cas, elle n’aurait probablement même pas eu la présence d’esprit d’éviter le projectile. Surtout qu’il semblait de taille. A en juger par le volume et le poids, ce n’était de toute évidence pas une tuile. Parait que ça pouvait être mortel… Mais pour le coup, elle se demandait ce qui était le pire.

Concentrant son énergie sur son bras gauche, prisonnier sous son corps, la jeune femme frêle s’arrangea pour le libérer du poids qui l’avait assailli en le laissant dans une position sacrément inconfortable. Puis, la tête plaquée au sol, la joue collée contre la pierre, elle lâcha un soupir et parvint à articuler un simili de « Aïe » dans un grognement.
Code par Topaze Aryia ©



Ma Fiche - Ma Présentation - Mon Journal
♥ Présidente du Maid Café Club ♥

Spoiler:
 
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 6528

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: "I'm a Barbie G...Aïe !" - Ven 6 Déc 2013 - 21:00

« Save me from Darkness, help me when I fall »
— Votre sang est à l'origine de votre mal. Il est l'essence-même de votre puissance, mais également ce qui vous détruit de l'intérieur. Je ne peux malheureusement rien faire pour vous, puisqu'il n'est pas question de blessures…

Son verdict prononcé, le docteur Doyle soupira, puisque sa patiente était déjà occupée à se rhabiller. De toute évidence, elle s'imaginait encore pouvoir se promener librement comme si de rien n'était. C'était compréhensible d'un côté, de lourdes responsabilités pesaient sur ses épaules, mais il était également important de reconnaître ses limites, et cette Rain ne semblait pas apte à le faire toute seule.

— Vous ne devrez pas être en mouvement, lâcha la trentenaire d'une voix lasse.

— Des nouvelles de Monsieur Alexander ?

Ou comment ignorer royalement un conseil. Le genre de comportement qui agaçait le médecin, surtout qu'elle dut mettre plusieurs secondes avant de comprendre de qui son interlocutrice voulait parler. Weiss Alexander, un collègue à celle-ci, qui aurait cessé de donner de ses nouvelles depuis plus de cinq jours déjà. Personne n'avait idée d'où il pouvait être, mais en tout cas, pas à l'académie, c'était certain. La nouvelle n'avait pas été officialisée pour ne pas semer la panique mais c'était le genre d'informations auquel le personnel de l'établissement pouvait facilement avoir accès. Cependant, Doyle n'en savait pas plus et ne s'en formalisa pas, demeurant parfaitement professionnelle, debout à côté du lit de la patiente.

— Professeur, dans votre état, le repos est absolument nécessaire.

A la deuxième tentative, peut-être ? Apparemment non, puisque cela n'empêcha pas Rain d'attraper ses holsters ainsi que ses diverses lames et de commencer à s'équiper. Tanto, couteaux, tout fut placé en quelques secondes avec précision. On aurait presque pu croire que l'ancienne arme n'avait rien perdu de ses compétences d'antan, mais la vérité était tout autre, les deux apprenties-déesses le savaient, sauf que l'une s'acharnait à l'oblitérer. Ah, la fierté mal placée.

— Je ne suis plus professeur mais membre du Conseil, au même titre que ces jeunes qui se démènent pour veiller sur l'académie, pendant que vous dormez sur vos deux oreilles.

Le docteur fronça les sourcils. La tension n'était pas prête de disparaître si elles continuaient sur cette voie, et ni l'une ni l'autre ne semblait lâcher l'affaire.

— Très bien, vous êtes dispensée de vos rôles au sein du Conseil jusqu'à nouvel ordre, déclara l'ainée d'un ton abrupt.

Ses paroles eurent leur impact sur l'ancienne enseignante qui leva le regard vers le médecin. Si celui-ci espéra qu'elle se laisse enfin convaincre, ce fut bien rapidement la désillusion car l'attention de sa patiente retourna sur les lacets de ses rangers. Pour sa part, elle ne pouvait qu'être spectateur, parce qu'en venir aux mains ne lui serait guère favorable, malgré l'état de la membre du Conseil. Une fois fin prête, celle-ci se releva et les deux jeunes femmes se livrèrent un combat de regards court mais impitoyable.

— Vous n'avez aucun droit de décision sur ma personne, Doyle. Moi, si.

Ce fut la phrase qui boucla l'entrevue. Ces jeunes et leur arrogance… Pour le coup, la dénommée Doyle n'avait même pas envie de poursuivre cette tête de mule. Qu'elle revienne en pièces si ça lui chante, au moins cette fois le docteur se rappellera de la laisser crever. Le hic, son rôle au sein de l'académie était trop important pour qu'ils se permettent une telle délivrance… Comme quoi, tout avait un prix. L'efficacité se voyait automatiquement affublée du caractère de cochon, telle l'exigeait la logique absurde qui régissait en ce monde.

Si dans un premier temps Rain ne sentit aucune anormalité, bien vite, la réalité lui revenait en pleine face. Sa démarche habituellement droite n'était plus possible à assurer dans son état, avec ce corps qui ne pouvait plus contenir ce sang, ce sang maudit. Ce sang, ce pouvoir, cette malédiction, que Deus lui avait confié mais qui, paradoxalement, lui avait permise de donner un sens à sa vie, de protéger les siens et d'exister enfin. Exister en mourant à petit feux, c'était tout de même le comble, mais si tel était le prix à payer pour accomplir ce rêve, alors soit.

Pourtant, l'impuissance demeurait. Quoi qu'elle fasse, peu importe les sacrifices, il y avait toujours quelque chose qui l'échappait. Les sages diraient que cela faisait partie des aléas de la vie, qu'il fallait ainsi apprendre à l'accepter, mais Rain ne parvenait pas à comprendre ce point. Pas encore. Dans sa tête, elle n'était encore qu'une enfant qui découvrait un monde nouveau. Même si cela faisait déjà un moment qu'elle s'était éveillée à celui-ci, il restait encore infiniment de choses à découvrir et à saisir. Et l'ancienne enseignante ne saisissait pas cette logique qui était de payer plus qu'on ne recevait.

Non, elle n'était pas insatisfaite de sa puissance ou de ses compétences, c'était simplement cette sensation de se faire mener par une force supérieure, que beaucoup aimait appeler "destin", qui l'horripilait. Ces choses hors du contrôle ne lui plaisaient pas, ces personnes qui disparaissaient sans qu'elle puisse partir à leur recherche, ces personnes qui mourraient sans qu'elle ne puisse rien y faire, ces personnes qui souffraient, encore et encore et surtout, pour l'éternité.

Inconsciemment, ses Ailes l'avaient transportée à une altitude considérable. Le sommet de la tour de l'horloge était si proche, et pourtant elle sentait qu'il s'éloignait au fur et à mesure. Elle se sentit paralysée par la douleur. La douleur… Toute cette douleur… Toute cette puissance... pour quoi, au final ? Tout continuait à lui échapper, tels des grains de sable au travers ses doigts.

Insaisissable.

Cette main qui l'empêchait de sauver ces personnes, à qui appartenait-elle ?

Lentement, Rain avait relevé son regard, vers ce ciel si bleu, si insouciant vis-à-vis de tout ce qu'ils vivaient. Weiss pouvait avoir péri dans un coin paumé, le soleil continuerait tout de même à se lever chaque jour et à se coucher chaque soir. La preuve, il l'avait fait malgré la mort de Ritsu.

Indifférent.

Son corps bascula vers l'arrière et, comme une pierre, il chuta.

— Grmpf...

Ce fut tout ce qui réussit à sortir de la bouche de la membre du Conseil lorsqu'elle reprit connaissance. Vaguement, elle se souvenait vaguement s'être démenée pour rester consciente et amortir sa chute avec ses Ailes. Vaguement, elle se souvenait avoir percuté quelqu'un… Ses yeux papillonnèrent un instant, son esprit acheva de refaire surface, et de prendre conscience de son corps en feu. Ah, oui, elle en avait presque oublié que son sang était en ébullition, que c'était ce qui avait entraîné sa chute. Encore et toujours cette merveilleuse sensation d'avoir été jetée au feu...

Avec l'énergie mentale qui lui restait, la jeune femme força sur ses abdominaux pour se retrouver en position assise. Non mais sans blague, depuis quand les membres du Conseil pouvaient se permettre de faire bronzette sur la place de l'horloge ? Ils avaient une image à entretenir, celle d'une force capable de protéger l'académie dans son ensemble, et qui veillerait… toujours. Par contre, pour se relever, là, tout de suite, il lui fallait encore se convaincre que ses jambes n'étaient tout simplement pas en train de fondre.

— Rien de cassé ?

Et voilà tout ce qu'elle réussit à formuler, forçant sur ses réserves. A la manière d'une machine… On ne changeait pas ce qu'on était du jour au lendemain, n'est-ce pas ?


Code by Rain



Kit fait par mon Lié adoré ♥
FicheJournalThèmeAwardsGalerieDerrière l'écran ♦ Ma couleur : #D09D28

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 2912

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
90/2000  (90/2000)
Votre domaine: Les Cellules
avatar
Sweet Pink Doll
Sweet Pink Doll
Voir le profil de l'utilisateur
Re: "I'm a Barbie G...Aïe !" - Dim 8 Déc 2013 - 2:29

- "I’m a Barbie G…Aïe !" -

« Grmpf... »
Oui mais encore ?

La joue plaquée contre le sol, Topaze demeura un instant immobile, légèrement sonnée. Il s’était passé quoi au juste ? Elle chantait et elle était tombée brusquement, aplatie par on ne sait quoi. Enfin visiblement par un machin qui savait dire « Grmpf ». Un Grmpfachu ? Mmh…

La tête blonde se releva de quelques centimètres, au moment où ce qui lui était tombé dessus se relevait enfin, libérant son dos endolori. Du coin de l’œil, Topaze reconnut une chevelure sombre et courte sans parvenir à mettre un nom dessus pour autant. Lâchant un soupir, la blonde se hissa difficilement sur ses coudes, avant de grogner faiblement.

« Rien de cassé ? »
La blonde souffla bruyamment et s’agenouilla tant bien que mal, posant ses mains sur ses genoux avant de jeter un regard par terre. Son téléphone était tombé, avec les écouteurs, mais il semblait intact. Merci Deus. Rassurée, Topaze esquissa un faible sourire.

« Non, ça va… »
Une main dans les cheveux histoire de replacer les mèches rebelles, un bref regard sur sa tenue vestimentaire. Oui ça allait. Tout était là et elle restait malgré tout présentable. Ha ha ! On peut rester gracieuse même après avoir été réduite à l’état de crêpe !

« Et toi ? Toujours deux bras et deux jambes ? »
Pour ponctuer sa petite plaisanterie, la blonde émit un petit rire, puis tourna le regard vers la coupable de cette péripétie, avant de buguer bêtement.

Elle connaissait cette silhouette et ce visage. Rain Sinclaire. Anciennement Prof de combat rapproché. Devenue membre du conseil. Ouch. Elle était bien tombée ! Enfin…Façon de parler.

Les joues de Topaze rosirent malgré elle. Elle venait de parler à Mademoiselle Sinclaire comme s’il s’agissait d’une personne quelconque. Elle, la simple petite apprentie, s’était permise de tutoyer et plaisanter avec une membre du conseil, prof de surcroît.

Les yeux de la blonde se baissèrent brusquement vers le sol. Elle avait déjà eu affaire à Mademoiselle Sinclaire par le passé. Il s’agissait d’un cours avec les deux profs de combat rapproché et ça n’avait pas été de tout repos. Cela dit, ça ne l’avait pas empêché d’apprécier l’expérience comme il se doit. C’était même plutôt enrichissant. Et c’était à ce cours qu’elle avait fait la connaissance de Ritsu…

A ces pensées, la jeune femme lâcha un bref soupir. Ce nom avait le don de l’attrister.

Finalement, les yeux se levèrent à nouveau pour observer Rain et, un instant, l’image d’une chapelière délurée s’imposa à son esprit. Mais seulement l’espace d’un instant, car il faut bien reconnaitre que Mademoiselle Sinclaire était changée. Elle n’était plus que l’ombre de la femme fière et forte dont Topaze avait gardé le souvenir jusque-là. Elle paraissait…à bout de force.

C’était assez difficile à expliquer, mais Rain paraissait fatiguée, préoccupée. Perplexe, la blonde l’observa un instant et se redressa, les sourcils légèrement froncés. C’était quoi au juste ces marques sur le cou de Mademoiselle Rain ? Un tatouage ? Ses veines ? Ça ressemblait bien à un réseau vasculaire, mais si c’était ça… Un frisson parcourut Topaze. Ça ne lui disait rien qui vaille.

S’éclaircissant la gorge, Topaze se décida finalement à tenter de dire quelques mots maladroits.

« Vous…vous êtes sûre que ça va ? Nous devrions peut-être vous conduire à l’infirmerie, vous ne pensez pas ? »
Inspirant profondément, essayant de calmer ses angoisses et chasser loin ses leçons de bonne conduite, elle tendit sa fine main blanche vers sa professeur.

« Je vais vous y conduire, d’accord ? »
Code par Topaze Aryia ©



Ma Fiche - Ma Présentation - Mon Journal
♥ Présidente du Maid Café Club ♥

Spoiler:
 
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 6528

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: "I'm a Barbie G...Aïe !" - Mer 11 Déc 2013 - 15:52

« Save me from Darkness, help me when I fall »
Une voix finit par lui parvenir après quelque soupir et grognement. Cette voix, elle lui était familière sans pour autant que Rain ne parvienne à mettre un nom dessus. Et inutile de préciser que les alentours étaient uniquement composés de tâches de couleurs dans l'état de la membre du Conseil, alors ce n'était pas pratique pour reconnaître qui que ce soit. L'art abstrait, c'est bien, mais à petites doses tout de même. Surtout lorsque les touches de teintes relativement différentes commençaient à se mouvoir et à tournoyer… Ou comment donner la nausée. Même porter une main à sa tête broyée par la migraine semblait trop demander à ses pauvres muscles tétanisés. Au moins, vu la réponse de l'inconnue qu'elle venait de percuter, elle n'aurait pas besoin de la porter à l'infirmerie. En fait dans l'immédiat, l'inverse était beaucoup plus envisageable, et ça, non, jamais de la vie.

— Tout dépend du point de vue...

Voilà ce que répondit la jeune femme lorsque, tout naturellement, son interlocutrice la tutoya pour lui demander si elle avait toujours ses deux bras et jambes. A aucun moment cela ne la fit tilter, car dans son cerveau, le vouvoiement n'était pas synonyme de politesse, il s'agissait là simplement de la manière de s'adresser aux personnes que lui avaient imposé ses créateurs. C'était donc à peine si elle remarqua qu'on la tutoyait, surtout dans son état, ce genre de détails étaient tout sauf importants, disons.

Puis, comme elle le redoutait, la jeune fille dont elle ne parvenait pas à distinguer les traits s'inquiéta de son état. Parce que déjà que tenter de la convaincre que rester assise sur les pavés de la Place était devenu un hobby, c'était légèrement tiré par les cheveux, alors avec sa tête de déterrée, cela risquait de devenir risible. Rain se contenta donc de concentrer ses forces sur ses jambes, afin d'entreprendre la cascade dangereuse qui était de se relever.

— Non.

Ou comment couper net une personne pleine de bonne volonté dans son élan. Pas de « non ça ira » ni de « ce n'est rien, ne vous inquiétez pas », mais le traditionnel « lâchez-moi » n'eut pas sa place non plus. Mais attention, qu'elle soit moins désagréable en ce moment ne signifiera pas qu'elle le restera… Surtout si l'autre miss se décidait à se montrer plus insistante. Gare à elle si elle se risquait de la toucher… Quoique dans son état, ce genre de menace ne tenait plus vraiment la route.

Car déjà, il fut évident que ses jambes n'étaient plus en état de la soutenir, peu importe les ordres que pouvait leur beugler le cerveau. Son corps bascula donc vers l'avant avant même de pouvoir esquisser le moindre pas, ce qui en somme, la conduisit droit dans les bras de la demoiselle sur qui elle était tombée quelques minutes plus tôt. Enfin, les bras vinrent après le front, ce qui leur valut un beau coup de boule à toutes les deux. Elle la sentit alors toute froide, presque glaciale à côté de son propre corps qui lui faisait penser à cette pièce dans laquelle Alexander et elle s'étaient rendus, à côté de ces bassins d'eau chaude. Sauf que là, il n'y avait aucune porte à briser, aucun échappatoire…

Mais loin d'elle le projet de câliner son glaçon de service, la membre du Conseil se dégagea, et rassemblant la force que lui octroyait toute cette quantité de fierté mal placée, elle alla se poser dans un coin de la Place, s'adossant à un banc au lieu de s'asseoir dessus. C'était déjà bien qu'elle ait réussi à se déplacer en même temps. La jeune femme soupira à son tour. Elle n'arrivait toujours pas à mettre un nom sur la voix qu'elle entendait, mais au fond, quelle importance ?

— C'est passager… Laissez-moi.

Obstinée ? Un peu. Comment envisager que quelqu'un puisse l'aider si même les infirmiers de l'académie n'avaient rien pu faire ? Comment l'envisager dans une situation pareille ? Oh, et demander de l'aide, très peu pour elle. Par contre, elle espérait simplement ne pas devoir à mourir là, ça tuerait un peu sa crédibilité.


Code by Rain



Kit fait par mon Lié adoré ♥
FicheJournalThèmeAwardsGalerieDerrière l'écran ♦ Ma couleur : #D09D28

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 2912

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
90/2000  (90/2000)
Votre domaine: Les Cellules
avatar
Sweet Pink Doll
Sweet Pink Doll
Voir le profil de l'utilisateur
Re: "I'm a Barbie G...Aïe !" - Jeu 19 Déc 2013 - 0:07

- "I’m a Barbie G…Aïe !" -

« Non. »
Et vlan ! Comme qu’ils diraient,
« la subtilité, c’est pour les tapettes ! ».

Topaze ne put qu’encaisser silencieusement ce simple mot pourtant si inoffensif à première vue, mais particulièrement tranchant dans la bouche de la membre du conseil. Enfin… Elle aurait dû s’y attendre, Mademoiselle Sinclaire avait une réputation qui la précédait. Ce n’était pas une enfant de chœur… Mais là, ce n’était plus de la fierté, ça frôlait carrément la bêtise.

Inquiète, elle observa Rain qui tentait de se remettre sur ses jambes, gardant le silence et demeurant immobile pour ne pas la déconcentrer. Machinalement, elle tendit d’elle-même ses bras pour retenir la jeune femme lorsqu’elle tomba, mais elle n’eut pas la présence d’esprit de reculer un peu sa tête et l’impact de leurs deux crânes se révéla assez violent.

Le son sourd résonna en écho dans sa tête et une sensation familière s’empara d’elle. Elle mit quelques secondes à comprendre de quoi il s’agissait, trop occupée à ruminer intérieurement à propos de la douleur provoquée par le choc. Mais lorsqu’enfin la réponse parvint à son esprit, Rain se redressait déjà.

S’efforçant de garder une position stable afin d’aider du mieux qu’elle put la malade tête de mule, Topaze n’amorça pas de mouvements pour la retenir, se contentant de garder sur elle un regard devenu plus sérieux encore.

Cette sensation qu’elle avait ressentie. Son domaine de divination s’était enclenché et ça ne pouvait vouloir dire qu’une chose : Rain était vraiment mal en point…et elle souffrait d’un mal que la jeune apprentie déesse était en mesure de soigner.

Pourtant, elle n’en dit rien. Elle voyait bien que Rain ne voulait pas de son aide dans l’immédiat. Et on ne soigne pas les gens malgré eux tant qu’ils ne nécessitent pas de soins d’urgence. Elle avait beau ne pas être médecin, ça ne l’empêchait pas de se plier tout naturellement aux règlements qui s’appliquaient aux professions médicales.

Alors, en silence, la blondinette se contenta de suivre sa « patiente » jusqu’au banc qui semblait être sa destination et retint un soupir en constatant qu’elle n’avait pas l’intention de s’y asseoir. Ce qui n’empêcha pas l’élève de le faire et, tout naturellement, elle s’assit patiemment sur le banc. Distinguant un soupir de la part de la professeur, elle tendit vaguement l’oreille au cas où, la surveillant du coin de l’œil.

« C'est passager… Laissez-moi. »
A ces mots, Topaze ne put contenir un petit rire. Qu’est-ce qu’il ne fallait pas entendre… Pensait-elle vraiment être crédible ? C’en serait presque vexant…

Les épaules de la jeune femme se soulevèrent en une fausse expression de nonchalance et elle tourna la tête vers Rain, lui accordant un sourire.

« Si c’est simplement passager, alors je vais vous tenir compagnie, le temps que ça passe… »
Un léger sourire en coin se dessina sur ses lèvres en une expression narquoise. Comme si ça pouvait passer…

« Le conseil sait-il tout ce qu’il y a à savoir sur chacun d’entre nous ? Savez-vous que j’étais étudiante en médecine par le passé ? Pour cette raison, je ne peux pas me résoudre à vous laisser. Surtout en sachant pertinemment que vous êtes mal en point et que mes nouvelles facultés sont en mesure de vous accorder les soins dont vous avez
besoin. »
Topaze marqua une courte pause, le temps de permettre à Mademoiselle Sinclaire de comprendre les informations qu’elle venait de lui donner, le temps qu’elle réalise qu’elle ne lui offrait plus qu’une épaule pour la soutenir, mais de réels soins.

« Nos routes se sont rarement croisées et vous devez certainement me trouver insignifiante, mais je n’en demeure pas moins en mesure de vous aider… Je suis une future déesse des cellules, j’agis sur toutes les cellules du corps humain… Je… »
Un instant, Topaze hésita. Etait-il vraiment utile d’ajouter quelque chose ? Avait-elle vraiment besoin de préciser ce qu’elle avait en tête ? Nul doute qu’elle ne ferait jamais le poids face à une membre du conseil. Mais la femme qui se tenait tant bien que mal debout devant elle, n’était clairement pas au top de ses capacités et comme tout un chacun cette faiblesse devait l’inquiéter…

« …Je ne vous ferai
aucun mal. »
Code par Topaze Aryia ©



Ma Fiche - Ma Présentation - Mon Journal
♥ Présidente du Maid Café Club ♥

Spoiler:
 
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 6528

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: "I'm a Barbie G...Aïe !" - Jeu 19 Déc 2013 - 15:40

« Save me from Darkness, help me when I fall »
Il y avait des jours avec et des jours sans. Pour Rain, aujourd'hui rentrait un peu dans la deuxième catégorie. Habituellement, personne n'aurait véritablement insisté pour lui venir en aide, sa réputation ne lui donnait pas l'image de quelqu'un de très commode. Habituellement, on était gentil, on proposait une petite aide, dans le meilleur des cas, par politesse ou hypocrisie, car il était évident que recevoir une réponse positive de la part d'une tête de mule n'était pas envisageable. Puis, une fois le scénario attendu produit, on partait vaquer à ses occupations, comme si de rien n'était. Aujourd'hui, elle ne devait pas être intimidante, ou alors elle était tombée sur une tête de mule numéro deux, ou encore venait-elle tout simplement de rencontrer quelqu'un d'enfin sincère. Au fond, cela pouvait bien être les trois à la fois. C'était une surprise, et une bonne.

Adossée contre son banc, Rain avait levé les yeux vers cette jeune fille qui semblait bien décidée à rester jusqu'à pas d'heure. Elle ne vit qu'une silhouette approximative, mais maintenant qu'elle y prêtait attention, elle pouvait voir une chevelure blonde et celle-ci, couplée à la voix de son interlocutrice, commençait à faire émerger de sa mémoire l'identité de l'inconnue. Difficile de réfléchir dans de telles conditions, mais la brune était encore capable de comprendre ce que l'on lui disait. Etudiante en médecine hein ? Voyons voyons… Future déesse des cellules, il lui semblait avoir lu ça quelque part, récemment… Un changement de donnée au niveau d'une feuille divine.

Rain avait été, à son arrivée ici, du genre à aborder les personnes uniquement pour leur soutirer des services et les utiliser, sans pour autant passer par la manipulation psychologique, simplement à la manière d'une machine qui tente de recueillir des données sur divers accessoires. Elle se rappelait encore que ce genre d'attitude était mal passée chez Lev, qui l'avait accueillie ce jour-là. Depuis, elle avait eu le temps d'apprendre et de progresser… Ces personnes qu'elle croisait chaque jour avait pris une importance à part à ses yeux. Chacune de ces personnes s'était vue dotée d'une valeur. C'était une sacrée révolution pour une arme humaine. Alors insignifiante, ça non, cette jeune fille ne l'était pas à ses yeux, même si l'impression devait être toute autre à l'extérieur.

— Topaze Ayia.

Bingo, les résultats s'affichaient enfin après plusieurs minutes de recherche ! C'est que ça ramait à l'intérieur, pire qu'une connexion internet en plein centre-ville.

— J'imagine que je n'ai plus grand-chose à y perdre, lâcha-t-elle en dirigeant son regard devant elle.

Ceux qui la pensaient simplement tête de mule s'étaient fixés à une première impression, très certainement, tout comme ceux qui la pensaient hautaine, ou nonchalante. Il y avait tellement de choses, de directions qui l'habitaient, qu'en soi, elle pourrait partir dans tous les sens. Après tout, lorsque l'on naissait vide d'émotions et de toute conscience, on était un peu comme une feuille de papier vierge sur laquelle toutes sortes de dessins pouvaient être faits. Alors non, elle n'avait pas une personnalité des plus simples, mais surtout elle était toujours dans la phase découverte de tout cela. Et fort heureusement pour elle, sa capacité de lucidité n'était pas aussi basse que beaucoup le croiraient. Peut-être l'avantage d'être née avec le cerveau d'une machine ?

— Vous n'êtes pas sans savoir… que si vous me rendez ce service, je vous serai énormément redevable. Comment voudriez-vous que je vous rende la pareille ?

Oh non, elle n'était pas parano, à croire que parce qu'on voulait l'aider, on désirait forcément quelque chose en retour. Elle était méfiante certes mais elle ne voyait pas le mal partout non plus. Là en l'occurrence, c'était simplement histoire de mettre les choses au clair, et surtout parce que de son côté, son "code de l'honneur" constituait à ne jamais être redevable à personne. Les dettes qu'elle pourrait avoir, elle les notait et cherchait absolument à les rembourser, au point où elle en devenait collante par moment, même si, évidemment, ce n'était jamais au sens physique du terme. Oui, c'était une chose qu'elle tenait très à coeur, un des principes piliers qui la soutenaient, elle, pauvre petite arme sans personnalité, ni valeurs humaines, ni objectifs grandioses…

Code by Rain



Kit fait par mon Lié adoré ♥
FicheJournalThèmeAwardsGalerieDerrière l'écran ♦ Ma couleur : #D09D28

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 2912

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
90/2000  (90/2000)
Votre domaine: Les Cellules
avatar
Sweet Pink Doll
Sweet Pink Doll
Voir le profil de l'utilisateur
Re: "I'm a Barbie G...Aïe !" - Ven 27 Déc 2013 - 1:57

- "I’m a Barbie G…Aïe !" -

« Topaze Aryia. »
La blonde sursauta faiblement. Pourquoi l’appeler par son nom soudain ? Sans comprendre, elle jeta un air interrogateur à son interlocutrice. Elle venait seulement de la reconnaître ? De poser un nom sur son visage ? Ah bah bravo… Topaze, tu es vraiment transparente !

« J'imagine que je n'ai plus grand-chose à y perdre. »
Un petit sourire se dessina sur les lèvres de Topaze. Elle venait déjà d’oublier sa déception de ne pas avoir été reconnue dès le départ par la membre du conseil. Les derniers mots de Mademoiselle Sinclaire lui indiquaient qu’elle acceptait son aide et c’était là tout ce qui comptait à ses yeux.

Sans se faire prier, Topaze se releva tout naturellement et prit le temps de replacer vaguement sa jupe.

« Vous n'êtes pas sans savoir… que si vous me rendez ce service, je vous serai énormément redevable. Comment voudriez-vous que je vous rende la pareille ? »
Topaze se figea dans son mouvement. Avait-elle bien entendu ? Alors ça ! Si elle s’était attendue à pareille demande !

Le visage de la blonde se releva doucement et son regard vint se poser sur Rain. Elle semblait tout à fait sérieuse. C’était….étrange. Les cils de Topaze papillonnèrent un instant, le temps de remettre ses idées en place. Que pouvait-elle répondre à cette question ? Avait-elle quoi que ce soit à demander à Rain ? Elle s’était habituée à l’idée de n’être qu’un pion dans cette bataille contre les renégats, pas un pion dans le sens chair à canon, bien heureusement, mais seulement un pion qu’on ne prend pas en compte, une option. Elle menait sa nouvelle vie à sa manière, se débrouillait pour devenir plus forte mais n’avait pas la prétention d’être d’une quelconque aide dans la bataille. Si elle croisait la route d’un renégat, bien sûr qu’elle ne le laisserait pas filer. Elle se battrait même si ça devait la mener à sa mort. Mais elle savait très bien qu’elle n’était pas un soldat, qu’elle n’avait pas son mot à dire, qu’elle n’aurait jamais aucune information sur l’avancement des choses. Ça lui allait ainsi. Elle se préparait à son rythme au cas où la bataille venait à arriver jusqu’à elle, mais maintenant, il fallait bien l’avouer,
elle se préparait surtout à affronter
sa nemesis personnelle : Nasline.

« Je… »
Elle ne savait pas quoi répondre. Bon sang, vite, Topaze, réfléchis ! Trouve un truc !

« Je serai satisfaite de vous voir en pleine forme lorsque je vous aurai soignée, ça me semble déjà une bonne récompense… »
Voilà. Elle avait trouvé quelque chose à répondre. Etait-ce satisfaisant ? Difficile à dire, mais ça résumait bien sa façon de voir les choses…

Dans le but de se donner une contenance, la blonde croisa les bras et continua sa tirade. Autant être honnête jusqu’au bout.

« Et puis vous faites déjà beaucoup pour nous tous, c’est plutôt moi qui vous suis redevable. »
Topaze esquissa un sourire franc, puis jeta un regard aux alentours. Maintenant qu’elle avait l’accord de Rain, il lui fallait réfléchir comment procéder. A présent, elle était capable de soigner sans toucher son patient du moment qu’elle avait eu un contact avec. Elle avait expérimenté cette amélioration de son pouvoir en long, en large et en travers, en digne scientifique qu’elle était. De plus, avec la libération de Nasline et son changement de domaine de divination, elle ne subissait plus les contraintes insupportables de la Dualité. Ne restait
que la fatigue.

« Nous devrions nous asseoir, je vais devoir stimuler vos cellules et vous pourriez ressentir une intense fatigue et probablement un peu de douleur… Et puis vous me semblez déjà bien assez mal en point et je ne saurais vous dire combien de temps ça va me prendre… »
Sur ces mots, Topaze s’assit sur le côté, de manière à pouvoir conserver un contact visuel avec sa patiente et esquissa un sourire engageant.

« J’vais essayer de faire le plus rapidement possible. »
Code par Topaze Aryia ©



Ma Fiche - Ma Présentation - Mon Journal
♥ Présidente du Maid Café Club ♥

Spoiler:
 
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 6528

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: "I'm a Barbie G...Aïe !" - Lun 17 Fév 2014 - 2:20

« Save me from Darkness, help me when I fall »

Patiemment, Rain attendait la réponse à sa demande, toujours adossée contre son banc. Autant dire que pour le moment, elle n'avait pas trop la possibilité de faire autre chose. Sa vision était toujours embrumée et il ne serait pas exagéré de dire que son état s’aggravait au fil des minutes qui s'écoulaient. Et elle qui avait cru que cette journée serait sa dernière, elle n'était pas loin en fait. Après le malaise qui l'avait conduite à l'infirmerie, pour la première fois depuis que les conséquences de son domaine divin étaient apparues, il était prévisible que son cas ne pouvait que empirer, au vu de l'impuissance des médecins. Son destin semblait scellé jusque là, mais sa volonté avait toujours été de lutter. Contre la mort ? D'accord, cela pouvait paraître ridicule, étant donné qu'ici, cette notion avait perdu son sens terrestre, elle n'était plus synonyme de fin en ces lieux mais plutôt de recommencement. Certes, mais il y avait autre chose.

Respirer.

A chaque bouffée d'air, ses poumons semblaient prendre feu. Autant mettre fin à tout ça maintenant non ? Bien que cela fusse théoriquement une solution, qui la délivrerait de la souffrance actuelle, Rain refusait de la voir comme telle. Il y avait une raison simple à cela. La peur du néant. Le retour à l'origine, à l'inexistence. De ne plus pouvoir s'en délivrer. Ces lumières, ces sons, ces parfums, ces textures, tout ce qui appartenait à ce monde et qui avait fini par exister à ses yeux, elle voulait s'y accrocher. Et pour cela il fallait qu'elle ne cesse jamais de combattre, contre la mort, mais surtout contre ce qui l'entravait. Cette malédiction qui l'empêchait d'être au sommet, d'être ce qu'elle voulait être pleinement, de pouvoir vivre, tout simplement.

Alors non, effectivement, elle n'avait rien à y perdre. Si sa fierté et sa méfiance l'incitait à passer à côté de ce qui lui paraissait être un miracle, chose à laquelle elle n'avait jamais cru, là, elle perdrait vraiment tout. Peut-être pas de manière définitive, mais comment en être sûr dîtes-moi ? La peur était trop grande. Et quand elle l'était à ce point, c'était le genre de chose sur laquelle on n'avait pas envie de miser.

— Récompense... ?

Malgré son cerveau embrumé, Rain capta la réponse de son interlocutrice, du moins assez pour comprendre ce qu'elle disait. Enfin, comprendre... entendre serait le mot juste, parce que là, pour le coup, elle ne comprenait pas pourquoi Topaze parlait de récompense. A ses yeux, la récompense, c'était quelque chose que promettait une personne ayant commandé un service à une autre personne. Et là, elle n'avait rien demandé, simplement accepté une proposition d'aide, avec beaucoup de difficultés certes, mais elle l'avait fait. Alors, non, décidément, dans cette situation, il n'était pas question de récompense, ou alors la définition de ce mot, dans le monde actuel, était différente de celle qu'elle avait connu en tant qu'arme.

« Et puis vous faites déjà beaucoup pour nous tous, c’est plutôt moi qui vous suis redevable. »

Voilà les mots qui achevèrent de faire buguer Rain. Quoi de plus étrange pour une machine à tuer, que d'entendre ça de la bouche d'une inconnue ? Et quand bien même il ne s'agissait pas d'une inconnue, il y avait là de quoi choquer quelqu'un qui avait passé chaque seconde de sa vie à poursuivre aveuglément un but qui en soi ne regardait qu'elle. Quoi de plus égoïste au final que de vouloir exister ? Quoi de plus humain, aussi ?

De la reconnaissance. Tout ce qu'elle n'avait jamais osé espérer, en fait. Jamais elle n'avait pensé à plus que mettre ses compétences au service de ce monde qui l'entoure, le sauvegarder, faire en sorte qu'il ne disparaisse pas. Pour que sa propre personne puisse s'y retrouver. Quoi de plus primaire comme besoin finalement. Et l'ambition ne s'était pas étendue au-delà de cela. Devenir un héros ? Un modèle sur qui on prendrait exemple ? Encore fallait-il que l'on lui explique le sens de ces mots.

Alors non, Rain ne s'attendait pas à entendre ces paroles, cette jeune fille nommée Topaze ne cessait de se comporter de manière peu habituelle de son point de vue. Il y avait en elle quelque chose que l'ancienne professeur admirait, et avait toujours admiré. Quelque chose sur laquelle elle ne parvenait pas à mettre le doigt en ce moment alors qu'elle peinait à rester consciente, mais quelque chose qu'elle retrouvait chez certaines personnes. Ritsu, Yan, Riku... et Lev avant qu'il n'intègre le Conseil. Oui, cette lumière si pure qui émanait d'eux, et qui donnait l'impression qu'elle ne cesserait jamais de briller peu importe l'intensité des ténèbres autour.

Le recoin de ses lèvres tressaillit légèrement, formant un sourire éclair. Elle ne parvenait plus à se concentrer sur ce que Topaze lui disait, mais le son de sa voix était doux, rassurant, et cela l’apaisait. Oui, elle, l'arme humaine qui avait ôté des milliers de vies au cours de sa brève existence terrestre, apprenait à apprécier cette source de chaleur. Cette source qu'elle n'avait que trop peu connue de son vivant et qu'elle obtenait encore trop rarement actuellement, l'accessibilité n'étant pas forcément ce qui la caractérisait.

— Quel est... votre plus beau souvenir, Topaze ?

Oui, étrange question qu'elle avait réussi à articuler là, et pour le peu de conscience qui lui restait, elle ne pouvait pas se l'expliquer. Les paroles de son interlocutrice étaient, elles, restées sans réponse ni réaction. De toute façon elle n'avait plus la force de bouger. Et cette volonté de lutte s'effaçait peu à peu, remplacée par ce sentiment inhabituel qui l'avait envahie. Une sorte de... paix intérieure. Ses yeux se fermèrent, afin qu'elle se concentre toute entière sur l'histoire qu'elle souhaitait entendre. Comme un gosse roulé en boule près de l'âtre, attendant qu'on lui conte une aventure avant de partir pour le monde du sommeil.

Code by Rain



Kit fait par mon Lié adoré ♥
FicheJournalThèmeAwardsGalerieDerrière l'écran ♦ Ma couleur : #D09D28

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 2912

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
90/2000  (90/2000)
Votre domaine: Les Cellules
avatar
Sweet Pink Doll
Sweet Pink Doll
Voir le profil de l'utilisateur
Re: "I'm a Barbie G...Aïe !" - Lun 17 Mar 2014 - 18:27

- "I’m a Barbie G…Aïe !" -

« Quel est... votre plus beau souvenir, Topaze ? »
La jeune femme se figea, prise de court. Elle, qui était parvenue à concentrer son esprit et sentait le fourmillement caractéristique dans ses doigts, perdit soudainement toute contenance. Quelle était cette question soudaine ? D'où la sortait-elle ?

Topaze déglutit, mal à l'aise, et elle s'efforça de reprendre son devoir divin là où elle l'avait laissé. Les fourmillements crépitèrent dans ses doigts, puis le flux magique sembla en quitter le bout. Avec le temps, elle avait appris à visualiser le cheminement de son don. Elle se le représentait comme un brouillard blanc qui décrivait des arabesques à la sortie de ses doigts et s'engouffrait dans le corps du blessé, sondant chaque parcelle de son corps et se concentrant sur les zones qui nécessitaient réparation. Et là, elle visualisait parfaitement la multiplication et la mise en place de nouvelles cellules.

Après plusieurs minutes de silence, la blonde qui était en pleine réflexion se décida enfin à prendre la parole, timidement et maladroitement.

« C'est une bien étrange question...que vous abordez là... Et la réponse n'est pas...des plus évidentes... »
Sans rompre le lien magique entre elles, Topaze s'efforça de fouiller dans sa mémoire. Si elle fouillait dans sa vie humaine, ce qui lui venait à l'esprit n'était qu'une succession d'obstacles, de combats intérieurs, de souffrance, de peur... Elle se souvenait de ses deux dernières années à étudier comme une folle, à oublier de vivre. Elle se souvenait du lycée et des difficultés qu'elle y avait rencontré comme tout un chacun. Elle se souvenait du collège et de l'adolescence ingrate. Elle se souvenait des familles d'accueil, de l'anniversaire de sa sœur, de leur séparation, de cet homme qui s'était immiscé dans leurs vies, de ce mariage... Elle se souvenait de l'orphelinat et de l'école, des médecins et de la police... Elle se souvenait de la mort de son père et de la violence dont il faisait preuve. Elle se souvenait de la perte de sa mère, de la douleur, des accusations, des mensonges... Elle se souvenait de Nasline et ses manipulations habiles... Elle se souvenait des enfants cruels et de la solitude...toujours cette solitude...et toujours Nasline...

La mine assombrie, Topaze soupira et songea à sa seconde vie, celle qu'elle avait mené dans l'académie en compagnie de Nasline. Elle songea aux rencontres qu'elle avait faite, des bonnes rencontres, mais aussi des mauvaises. Elle songea à sa relation avec Vinpap et son évolution au fil du temps. Elle songea à Ritsu, leur première rencontre, son départ et leurs retrouvailles douloureuses sur Terre. Elle songea à sa propre évolution, les qualités et défauts qu'elle s'était découvert. Puis elle songea à l'aide et aux ennuis que Nasline lui avait apporté.

Elle sourit faiblement et en vint à sa nouvelle vie, sans Nasline, avec Vinpap, avec ses amies. Étaient-ce là ses plus beaux souvenirs ? Étaient-ce des souvenirs ? Elle les voyait tous les jours et chaque jour était un apport continuel de bonheur. Alors pouvait-on parler là de souvenirs ?

Topaze émit un petit rire et rompit momentanément la connexion magique pour souffler un peu. Depuis combien de temps réfléchissait-elle ainsi ? Rain semblait dormir. Attendait-elle toujours son récit ou dormait-elle vraiment ?

« Je suis désolée, c'est assez difficile de choisir... Plus que je ne l'aurais cru... »
Gênée, elle gratta l'arrière de son crâne en grimaçant puis relança le processus de soin qui semblait ne pas avoir de fin. Perplexe, elle prit la décision d'énumérer plusieurs souvenirs à voix haute. Peut-être y verrait-elle plus clair ?

« A vrai dire... Si je fouille dans ma mémoire... Les bonheurs sont nombreux mais peuvent paraître terriblement insignifiants... Je me souviens du sourire de ma mère, de sa voix et de son odeur... Je me souviens des fondants au chocolat absolument délicieux de ma grande sœur... Je me souviens des sachets de friandises qu'elle m'achetait et que je dévorais dans l'arbre au fond du jardin... Je me souviens des rires avec Nasline, ma...meilleure amie... Je me souviens de ces petites victoires à chaque fois que je me rapprochais un petit peu plus de mon but principal... Je me souviens...de mes premiers papillons dans le ventre... Je me souviens... »
Les joues de la jeune femme rosirent légèrement.

« ...de ma première rencontre avec le Professeur Yskaliv... Il paraissait si impressionnant, si fort.... Un peu comme un super héros dont j'aurais aimé être la demoiselle en détresse attitrée... »
Elle rit légèrement.

« Je me souviens à quel point son arrogance m'avait mise hors de moi...mais je me souviens aussi qu'il n'a plus jamais voulu quitter mes pensées... »
Un sourire rêveur restait sur ses lèvres tandis qu'elle parlait, puis elle secoua légèrement la tête de gauche à droite.

« Je suis désolée... Je... Ce doit être ça mon plus beau souvenir, mon plus grand bonheur... Lui... Avez vous déjà été amoureuse Mademoiselle Sinclaire ? »
Code par Topaze Aryia ©



Ma Fiche - Ma Présentation - Mon Journal
♥ Présidente du Maid Café Club ♥

Spoiler:
 
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 6528

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: "I'm a Barbie G...Aïe !" - Mer 27 Aoû 2014 - 2:29

« Save me from Darkness, help me when I fall »

Des rires. Cristallins. Ceux d'un enfant. Ces murs. Couleur saumon. Chaleureux. Cette odeur. Chocolat. Et ces voix. Il y a de la bonne humeur dans l'air. Deux personnes se dessinent dans la pièce. Pièce où trône cuisinière, four, armoires, chaises, table, nappe, couverts, frigo. Cuisine. Cheveux noirs, yeux gris. Elles rappellent des souvenirs. Sauf que elles, elle ne passent pas son temps à tirer la gueule. Elles sourient.

— Rain !

Rain ? C'est… moi ? Moi. Qui ? Moi ! J'existe donc. Je suis actrice dans cette scène, j'en fais partie, je ne fais pas qu'observer ! Je pense. Je suis. Je suis là !

— Regarde ce que je t'ai amené !

La plus jeune des deux personnes me tend un sachet. Il y a des graines multicolores dedans. Des friandises. J'ouvre grands les yeux d'émerveillement et prend le paquet entre mes mains. Mes mains toutes petites. Je ne sais pas qui sont ces personnes, mais je me sens près d'eux. Je me sens étrangement bien. Vraiment bien.

Bipbipbip.

— Ah, ça y est, le gâteau est prêt !

Elles sortent la pâtisserie du four pendant que je les regarde faire, impressionnée. Celle qui m'a donnée les bonbons vient s'asseoir en face de moi. L'autre pose le cake sur la table avec précaution. Son visage a l'air si doux. Son sourire aussi. J'ai presque envie de le toucher.

Ma… man…

— On va le décorer ensemble. C'est ton anniversaire après tout.

Dans ses mains, il y avait des sets entiers de décoration, une belle panoplie colorée qui me fait sourire à mon tour. Oh oui, ça va être tout joli !

Détonation.

Autour de moi, tout s'est figé. Même moi je le suis. Mes traits restent sur leur expression de bonheur complet. J'observe ce qui reste du visage de cette femme aux cheveux noirs. Une partie de celui-ci est en train de voler en éclats, je peux même distinguer la balle suspendue dans les airs, entre deux gouttes organiques de couleur rouge sombre.

Une silhouette se tient dans l'encadrement de la porte. J'arrive à distinguer ses contours. Grande. Cheveux noirs. Yeux éteints. Ensemble gants, manteau de chasse, pantalon militaire, rangers noir. Inscription numérique au bas du cou. Droitière. Arme de poing Sphinx 3000. Calibre 45 ACP. 5 balles restantes.

Je ne bouge pas. Je me contente d'observer. Je ne songe même pas à me sauver. Immobile, j'assiste à ce qui se passe. La partie coulissante du pistolet basculer. La douille voler. La balle fuser vers moi. Puis…


Papillons ?

Rain papillonna des paupières, cherchant dans son esprit embrumé quelles pouvaient être les circonstances ayant amené son interlocutrice à parler de ces insectes volants. Peut-être avait-elle rêvé ? Etouffant un grognement, la membre du Conseil passa une main sur son visage. Tiens, il lui semblerait que sa peau n'était pas aussi brûlante que d'habitude. Elle pouvait même dire que globalement, elle se sentait mieux. Et celle qui était a priori responsable de cette amélioration se trouvait derrière elle, occupée à parler de quelqu'un. De qui encore ? Il fallait dire qu'elle n'avait pas tout suivi. Ses mots étaient entrés dans une oreille pour sortir par l'autre. Mais de toute évidence en parler embarrassait Topaze Aryia. Pourquoi donc ? Ce n'était pas avec son empathie inexistante que Rain allait comprendre.

En tout cas, le simple fait de se sentir mieux encouragea l'arme humaine à esquisser un mouvement pour se relever. Ce fut sans compter sur Topaze qui enchaîna sur une question qui avait, comme le dirait si bien une expression, de quoi mettre sur le cul quelqu'un. Amouquoi ? ...

— Je ne sais même pas ce que c'est.

Un grommellement prononcé de but en blanc, comme une auto-défense. Non, elle ne savait pas ce que signifiait le mot « amoureuse », mais il était certain que l'étymologie ne faisait aucun doute et malheureusement, ça, elle connaissait. Bon, peut-être pas exactement de la même manière qu'un humain normal, mais c'était un sentiment suffisamment fort pour l'avoir précipitée vers la mort un bon nombre de fois. Sa réponse était donc un semi mensonge. C'est bête, car elle avait devant elle une personne pouvant potentiellement lui donner des conseils là-dessus.

— Ce que je sais, c'est pourquoi je me bats, pour quoi et pour qui. C'est tout.

Son regard vint analyser la blondinette, le scannant intégralement. Douée comme elle était, il ne fallait pas compter dessus pour qu'elle se rende compte que son regard insistant pouvait être hautement gênant. Mais Rain était intriguée, très intriguée par cette passion qui semblait animer cette jeune fille. Cette vie. A côté, la membre du Conseil devait avoir une tête de déterrée.

Sans s'en rendre compte, elle avait tendu sa main. Vers ce visage, vers ce sourire. L'extrémité de ses doigts vint se poser sur ces lèvres roses. Elle avait déjà vécu ce genre de scène. Et elle se souvenait parfaitement des circonstances dans lesquelles c'était arrivé.

J'ai détruit… tellement de sourires.

Aucune émotion n'était perceptible sur son visage, et son regard, toujours fixé sur la bouche de Topaze, semblait vide. Certains pourraient toutefois interpréter ça comme étant de la tristesse, allez savoir. Toujours est-il qu'elle finit par retirer sa main, détacher son attention des lèvres et les diriger vers les yeux dorés de la blonde à couettes.

— Merci, dit-elle simplement.

Code by Rain



Kit fait par mon Lié adoré ♥
FicheJournalThèmeAwardsGalerieDerrière l'écran ♦ Ma couleur : #D09D28

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 2912

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
90/2000  (90/2000)
Votre domaine: Les Cellules
avatar
Sweet Pink Doll
Sweet Pink Doll
Voir le profil de l'utilisateur
Re: "I'm a Barbie G...Aïe !" - Dim 19 Oct 2014 - 3:37

- "I’m a Barbie G…Aïe !" -

« Je ne sais même pas ce que c'est. »
La réponse était tombée comme une enclume, d'une voix monocorde, insensible, inintéressée. Malgré elle, Topaze se renfrogna. Elle s'attendait à tout sauf à cette réponse. Avait-elle écouté ce qu'elle racontait ? Pourquoi lui poser une question si la réponse ne l'intéressait pas ? Et si elle l'avait écouté, si la conversation l'intéressait, pourquoi une telle réponse ? Etait-elle sérieuse ? Topaze fit la moue et déplaça vaguement ses doigts qui commençaient à picoter, envahis de fourmis.

« Ce que je sais, c'est pourquoi je me bats, pour quoi et pour qui. C'est tout. »
Topaze eut un léger sourire à ces mots. Rain était telle qu'elle l'imaginait sur ce point. Au service de l'académie et des humains, une membre du conseil et une professeure dévouée.

Fixant son interlocutrice, elle mit un peu de temps à réaliser que Rain n'avait pas l'intention de détacher son regard de sa personne. Rougissant timidement, Topaze baissa légèrement ses yeux et eut un petit rire gêné.

Et puis soudain, elle se figea.

La main de Rain se rapprochait. Troublée, elle leva ses grands yeux dorés sur sa patiente qui semblait absorbée par ses pensées, toute entière dans sa contemplation. Et finalement les doigts effleurèrent ses lèvres sans qu'elle n'ait amorcé un mouvement, sans qu'elle n'ait seulement cessé de sourire. Car si Rain était intriguée, Topaze l'était tout autant.

De nombreuses rumeurs courraient dans l'académie et bien que Topaze ne soit pas du genre à les colporter ou même à y prêter plus d'attention que de raison, elles lui venaient souvent toutes à l'oreille. Certains prétendaient que Rain était un robot et pourtant si son don fonctionnait, elle ne pouvait qu'être réelle, un être biologique fait de cellules comme tout un chacun

Perplexe, la blondinette sonda ce visage sans expression, songea à ce timbre monotone dont étaient imprégnés chacun des mots de la professeure, tenta en vain de fouiller ce regard vague.

Son sourire figé sur ses lèvres, n'osant pas bouger d'un millimètre pour ne pas déranger la contemplation de celle qui lui faisait face, elle se sentit soudain emplie de tristesse devant le constat que la demoiselle Sinclaire ne trahissait aucune émotion. Peut-être s'était-elle simplement créé un camouflage parfait. Peut-être ne ressentait-elle vraiment rien. Dans un cas comme dans l'autre, cela parut triste et inconcevable pour le grand cœur de la blonde.

« Merci. »
Topaze tiqua. Les doigts avaient quitté ses lèvres et le regard inexpressif fixait le sien. Penchant la tête sur le côté, Topaze demeura un instant perplexe avant de sentir son corps s'apaiser. Le soin était terminé de toute évidence. Un faible sourire se dessina sur ses lèvres et elle ramena ses deux mains sur ses genoux.

« De rien, Mademoiselle Sinclaire. Je ne sais pas ce qui vous était arrivé, mais vous aviez réellement besoin de soins... Etes-vous allée à l'infirmerie ? »
Elle sourit chaleureusement à sa prof. Puis, sursautant soudain en lâchant un petit « Ah ! », elle ramena prestement son sac sur le côté, fouilla un instant et finalement tendit une poignée de bonbons enrobés de sucres à Rain.

« Tenez, mettez-en sous la langue à défaut de sucre pur, ça devrait vous revigorer, vous revenez de loin je pense. »
Sur ses mots, elle en enfourna deux dans sa bouche et s'accorda l'instant de la réflexion, les yeux dans le vague, observant une fleur qui s'était frayé un chemin entre les dalles de la place.

« Dites...Avant que vous ne retourniez à vos affaires, j'aimerais vous poser une question... Vous savez...on dit que vous êtes un robot... Mais j'ai pu vous soigner et... »
Ses grands yeux dorés revinrent se poser sur Rain, le visage étrangement sérieux soudain.

« Etes vous une cyborg ? Une humaine ? Une espèce génétiquement modifiée ? »
Code par Topaze Aryia ©



Ma Fiche - Ma Présentation - Mon Journal
♥ Présidente du Maid Café Club ♥

Spoiler:
 
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 6528

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: "I'm a Barbie G...Aïe !" - Ven 31 Oct 2014 - 4:03

« Save me from Darkness, help me when I fall »
Comment définir quelque chose d'indéfinissable ? Même Rain ne sut mettre un nom sur ce qu'elle put ressentir à cet instant précis, alors qu'elle se tenait aussi proche qu'il était permis de cet être à la fois fascinant et intrigant. Topaze Aryia. Elle était l'une des nombreuses représentantes de cette race qui éveillait en Rain à la fois un sentiment de mépris et d'envie. Ces lèvres qui parvenaient à esquisser un sourire avec une telle aisance que cela en était déroutant. Ce regard qui débordait d'émotions, ce visage qui vivait tant de choses. Tant de choses que l'ancienne professeur ne pouvait qu'imaginer sans réellement les vivre, et tant d'autres choses dont elle n'osait même douter l'existence. Tout cela, elle les voulait. À genoux devant l'élève, elle était comme une enfant, une enfant admirant un objet convoité exposé derrière une vitrine. Disons un panier de friandises. Mais elle avait beau se coller contre la vitre, celle-ci demeurait là. Elle avait beau fixer les bonbons, ceux-ci ne bougeaient pas. Après tout, pourquoi le feraient-ils ? Ils étaient bien où ils étaient. Ils ne lui appartenaient pas.

Merci.

C'était ça. La formule magique qui était censée briser cette vitre. Un remerciement, c'était une expression. Expression d'une reconnaissance, sincère. Expression qui serait sans doute suivie d'autres. Une brèche qui laisserait peut-être passer le reste. Elle y croyait. Elle y avait cru. Et pourtant…

Il n'y eut rien. Pas de sourire, pas de regard empli de gratitude. Rien. Tout son corps demeurait figé dans l'apparence qui lui avait été offerte à sa création, et elle demeura là, seule face à son échec. Seule face à sa peur. Seule face au néant.

Durant de longues secondes, Rain resta dans cette position statique, le regard perdu dans le vide, et lorsqu'enfin, elle réussit à s'extirper de sa torpeur, des bonbons étaient apparus sous ses yeux. Ils reposaient, emballés dans des papiers de couleur, au creux de la paume de Topaze. Celle-ci, en bon médecin attentionné, lui conseilla de se servir pour ne pas retomber dans les pommes. Une proposition concrète et donc, de quoi faire redescendre la membre du Conseil qui s'était entretemps éclipsée dans son for intérieur, à des années-lumières de la réalité.

S'installant à une distance respectable de Topaze, elle examina d'un œil peu confiant les friandises et finit par en gober un. Elle la garda sur le côté, de sorte à ce qu'une petite bosse se forme au niveau de sa joue gauche, cependant qu'elle s'obstinait à regarder dans la direction opposée de son interlocutrice. La sucrerie ne l'attirait pas particulièrement, pas plus que l'idée de consommer quelque chose offerte par une étrangère, quand bien même celle-ci venait de la sauver. Mais par pragmatisme, elle devait bien s'y plier. Il valait mieux pour elle éviter de jouer les durs pour s'écrouler quelques mètres plus loin l'instant d'après. Déjà qu'elle avait une dette à honorer, c'était bien une dette de trop.

Les quelques minutes passées à rester assise sur un banc à côté d'une élève, un bonbon en bouche, parurent étrangement longues à Rain. À plusieurs reprises, elle avait songé à tirer sa révérence, mais fierté mise à part, elle devait bien reconnaître qu'il serait idiot de forcer ses jambes à supporter son poids alors qu'elles avaient peiné à la porter jusqu'au banc. Un peu de répit ne lui ferait donc pas de mal, si ce n'était que Topaze en profita pour lui poser une question qui débuta fort mal et qui annonçait d'emblée le sujet sensible. Elle voulait savoir ce qu'elle était. Du moins, elle pensait vouloir savoir.

Durant la minute qui suivit la dernière hypothèse émise par la blondinette, Rain analysait silencieusement la situation. Plusieurs options s'offraient à elle. Elle avait la possibilité d'éluder la question, mais n'en avait pour autant la capacité. Trop directe pour ça, soit. Elle pouvait également mentir, ou offrir une réponse pseudo-classe du style « Je suis un membre du Conseil, une âme dévouée au service de Deus et des humains, voilà ce que je suis », mais que ce soit mentir à l'autre ou à soi-même, ni l'un ni l'autre ne lui correspondait. Bien sûr, il y avait également une troisième option, juste avant la dernière qui était de dire la vérité. Cette même dernière option qu'elle vira sans ménagement.

— Les gens croient ce qu'ils veulent, ma réponse n'y changera rien.

Sa main droite vint chercher l'un de ses pistolets rangés sous sa veste. Le chargeur glissa jusqu'à sa paume, qui vint cueillir quelques cartouches.

— Retenez simplement cela, reprit la jeune femme qui, après avoir replacé le chargeur, se mit debout. Elle leva le canon de son pistolet en direction de Topaze pour être sûre d'avoir toute son attention (manière discutable je vous l'accorde). Pour ce qui est de votre personne, je suis une arme. Une arme à usage unique. Employez-la quand vous voulez, mais n'oubliez pas. Ne m'oubliez pas.

Elle baissa ensuite son bras armé, qui n'était de toute manière pas suffisamment tendu pour viser correctement. Cela n'excusait bien évidemment rien, personne n'aimait se faire pointer la tête par un gros calibre. Mais ça, ce n'était pas le genre de chose dont Rain se pouvait se rendre compte alors, aussitôt son message passé, elle se détourna sans un mot de plus de son interlocutrice. Car à moins que celle-ci ne se décide tout de suite concernant la nature du service à rendre, la membre du Conseil allait devoir s'atteler à ses autres occupations.

Code by Rain



Kit fait par mon Lié adoré ♥
FicheJournalThèmeAwardsGalerieDerrière l'écran ♦ Ma couleur : #D09D28

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 2912

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
90/2000  (90/2000)
Votre domaine: Les Cellules
avatar
Sweet Pink Doll
Sweet Pink Doll
Voir le profil de l'utilisateur
Re: "I'm a Barbie G...Aïe !" - Sam 1 Nov 2014 - 2:13

- "I’m a Barbie G…Aïe !" -
Pas de bol pour Mademoiselle Rain Sinclaire. De toutes les apprenties capables de soins, il avait fallu qu'elle tombe sur Topaze.

La blondinette était l'incarnation vivante de la jeune fille en fleur, une fille de bonne famille dans toute sa splendeur. Féminine, pleine de vie et de bonté, Topaze était comme une fleur printanière, une campanule, un coquelicot, une fleur de lys...

Mais si elle était la douceur même, dévouée et bien éduquée, elle n'en était pas moins une incorrigible curieuse. Avec Topaze, chaque réponse entrainait des questionnements. Chaque découverte, bien que religieusement traitée et archivée dans sa mémoire d'élephant, était aussitôt évincée par la suivante. Telle une enfant, elle s'émerveillait de chaque expérience. Insatiable, intarissable, sa soif de connaissance ne semblait connaître aucune limite.

C'était cela Topaze, une bouffée d'air frais, un sourire chaleureux, un rire clair, une voix douce, un regard pétillant, un parfum sucré, mais aussi un livre ouvert, une encyclopédie sans cesse revisitée, renouvelée, améliorée...

De ce regard ambré, munie d'un air sérieux qui ne lui était pas habituel, elle fixait la professeure de combat rapproché, en attente d'une réponse qu'elle n'osait espérer.

Et comme elle s'y attendait, comme elle le craignait, elle ne vint pas.

« Les gens croient ce qu'ils veulent, ma réponse n'y changera rien. »
Le sourire qui s'était imiscé sur le joli minois se figea instantanément. Pas de réponse pour aujourd'hui de toute évidence.

Se renfrognant, elle laissa ses épaules s'afaisser, sa tête suivre, et posa son regard sur ses mains, posées sur ses genoux. Elle avait été trop présomptueuse d'oser poser une telle question, et plus encore d'avoir espéré en obtenir une quelconque réponse.

Que croyait-elle d'ailleurs ? Avait-elle une réelle opinion concernant les origines de cette femme ? Un robot ? Un être génétiquement modifié ? Un cyborg ? Non... Impossible... C'était bien trop irrationnel. Et pourtant... Elle ne serait pas la première et certainement pas la dernière de cette académie.

Mais dans ce cas... Comment expliquer qu'elle avait pu la soigner ? Complètement, sans limite, sans difficulté aucune...

Le regard doré se redressa pour observer Rain à nouveau, subrepticement, juste avant qu'elle ne se lève.

Non. C'était invraisemblable. Topaze ne voulait pas croire que cette femme ne soit pas une humaine, un être de chair et d'os, un être capable de sentiments et de réflexion.

« Retenez simplement cela... »
Docilement, Topaze releva les yeux sur son interlocutrice, et soudainement, se figea, écarquillant les yeux de stupeur.

Un canon, pointé sur elle, et derrière, le regard dur et inexpressif de Rain Sinclaire.

Allait-elle l'abattre ? Là ? Maintenant ? Topaze n'avait jamais tenu d'arme à feu de sa vie. Elle était bien incapable de savoir si celle qui la tenait en joue était en mesure d'appuyer sur la détente sans que le coup ne dévie. Peut-être aurait-elle pu avoir la présence d'esprit de réagir, dévier le canon, bondir telle une lionne sur celle qui en l'espace d'une seconde avait décidé de devenir une menace. Mais non, elle ne fit rien d'autre qu'avaler sa salive, figée de stupeur comme une biche apeurée.

« Pour ce qui est de votre personne, je suis une arme. Une arme à usage unique. Employez-la quand vous voulez, mais n'oubliez pas. Ne m'oubliez pas. »
Quoi ? C'était tout ? Tout ce cinéma pour ça ?

Un instant encore, Topaze demeura pétrifiée, le souffle suspendu. Elle ne quitta pas Rain du regard tandis qu'elle baissait son arme et la fixa longtemps encore tandis que sans un mot supplémentaire, elle s'éloignait.

Puis, portant une main à sa poitrine, la jeune femme s'assura que son cœur battait toujours, prit une grande inspiration puis poussa un long soupir de soulagement avant de poser ses doigts effilés sur ses joues en feu.

« Eh bien... Humaine ou pas, elle n'est pas commode... »
Elle avait murmuré ces mots pour elle même et les ponctua d'un bref rire nerveux.

Puis, tentant d'ignorer ses jambes soudainement flageolantes, elle se redressa à son tour, porta une main à son front, rabattit ses mèches rebelles en arrière en soupirant et se mit en marche à son tour la gorge nouée.

Elle n'avait strictement aucune idée de ce que Rain avait voulu dire. A vrai dire, elle n'y songea même pas. Croisant les bras sous sa poitrine, elle réprima un frisson puis marmonna pour elle même qu'elle devrait trouver des armes à feu et apprendre à s'en servir elle aussi.

Dans sa torpeur, elle ne sentit pas la présence enflammée qui avait surpris la scène, l'ombre aux yeux écarlates qui, silencieuse, la fixait d'un air grave, tandis qu'elle reprenait le chemin des dortoirs. Peut-être allait-elle aller se recoucher un peu finalement...

Code par Topaze Aryia ©



Ma Fiche - Ma Présentation - Mon Journal
♥ Présidente du Maid Café Club ♥

Spoiler:
 
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 20
♠ Petits messages : 830

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
8043/2000  (8043/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: "I'm a Barbie G...Aïe !" - Dim 2 Nov 2014 - 12:26
Mais non… !
Il fallait proposer à Rain d'écouter Barbie Girl… ou lui proposer une séance de danse, de musique, de saucissonnage… je ne sais pas, mais quelque chose ! Contre une guérison de cette qualité, ça me semble plus adéquat qu'une récompense de type « arme à usage unique »… Rain repart comme elle est venue et pour le coup, le but recherché n'est sûrement pas celui obtenu.
Qui veut tenter sa chance maintenant ?
:devil:

Bon, et puis niveau texte… eh ben… RAS, vous êtes très fortes.
Seul hic, c'est que ce RP aura duré 11 mois… difficile de le replacer dans son contexte historique, n'est-ce pas ? =3

Topaze Aryia : 585 xps
Rain Sinclaire : 535 xps

Xps attribués : Yep ♥ *n'avait à vrai dire pas fait attention que le rp durait depuis 11mois xD* Merci Maya ♥
"I'm a Barbie G...Aïe !"
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» L'après Barbie...
» Barbie
» Barbie Fashion Queen contre Barbie Geek [Swann et quelques moldus]
» A Vos Souhaits [I'm a Barbie Girl, in a Barbie World... Imagination, life is your creation !]
» Quand Barbie sait conduire ▬ Sakura

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page