Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Les mélodies des cristaux [Sariel, Vinpap et Asaki]

Invité
avatar
Invité
Les mélodies des cristaux [Sariel, Vinpap et Asaki] - Ven 29 Nov 2013 - 0:54
 Les mélodies du cristaux  


Cela fais plusieurs jours que je traine après les cours dans mon coin à vivre ma vie d'apprentie dieu. On nous apprend à nous défendre, mais rien de très pertinent pour l'instant. Je n'aimais pas être enfermé dans cette académie, j'avais envie de voir l'inconnue, Moi, Asaki Gotô, vouloir explorer? Ridicule... mais cet endroit ne m'inspirait pas en musique et je devais voir de nouveau paysage pour écrire ma musique. La cloche ce fit entendre soudainement, un cours m'attendait, il restait cinq minutes pour me rendre en classe et je devais traverser le terrain au grand complet. Un "Fuck off" sorti de ma bouche et je m'écrasais sur un banc en croisant les bras. Je me souvenais bien des règlements, quitter les lieux était interdit, mais je ressentais un besoin intense de partir d'ici un moment et je pensais que le moment était venue de briser les règles.
 
Je me levais aussitôt mon choix fais et je partais vers les dortoirs, dans ma chambre, pour y prendre mes affaires. Mon colt à la ceinture, ipod dans ma poche droite et ma guitare noir attachée a mon dos avec une ganse. Je me regardais dans le miroir voir si j'étais correct, je pris ma valise "secrète" pour l'ouvrir et y prendre un objet... secret caché dans un petit sac de plastique. Je rangeais le contenue dans ma poche gauche prudemment et je sortais alors de ma chambre pour me rendre en toute "discrétion" vers le portail. Cela fais environs trente minutes que les cours sont commencé, j'étais proche du portail, une seul personne était là, mais il avait les yeux fermés, en train de dormir? Je ne sais pas, mais je ne voulais pas prendre de risque et je ne voulais surtout pas le déranger. Je passais doucement à coté de lui sur la pointe des pieds le pas léger et une fois au portail, je poussais la grille pour l'ouvrir juste assez pour passé et une fois l'autre coté, je partais à la course vers... l'inconnue?
 
Je marchais vers les montagnes, j'étais dans les bois, seul des petits animaux m'entouraient et parfois l'un d'eux osait sortir leur cris. Les montagnes étaient encore loin, cela faisais déjà longtemps que je marchais, bientôt une journée je crois? bref, je voulais atteindre les montagnes, voir le monde des dieux des hauteurs et pouvoir tester son palier pour de vrai, sans avoir la peur de désobéir au prof. J'examinais mon ipod en marchant, la batterie était pleine et j'en avais pour longtemps encore avant qu'elle ne s'épuise complètement.
 
Un grand rocher était devant moi, il était haut et impossible de monter dessus, alors je le contournait doucement en me collant dessus pour voir que finalement j'étais au commencement des montagnes et le sentier devenait plus à brute. J'examinais les environs, il y avait des arbres qui était autour du rocher et tous était a une distance égal de celui si. Intrigué je fais un tour complet du rocher pour voir effectivement que chaque arbres étaient à environs trois mètres de distance avec le rocher et qu'ils avaient chacun trois mètres de distance entre eux. Trop parfais... ce n'est pas normal.
 
Je tombais soudainement sur un insigne sur la pierre, une gravure qui me semblait vieille et d'une langue... que je ne connaissait pas. Je glissais mes doigts dans les fentes pour y trouver quelque choses mais rien. J'étudiais le signe, peut-être qu'un prof pourrais le connaitre, mais mieux éviter de leur faire savoir que j'ai quitté le site de l'école. Je mis mes écouteurs dans mes oreilles pour finalement mettre du Eminem. 
Je fixais le symbole en me craquant le cou et reculais soudainement mon pied vers l'arrête et d'un bon pas je mis tout mon poids dans mon poing qui s'écrasa sur le roché. Celui si craque en longueur, mais s'était a mon avis, pas assez brisé, je recommençais mes coups sans arrêt, mon poing saignais, mais je m'en rendais pas compte et c'est après mon sixième coups que plusieurs bruit de craquement ce firent entendre. Je laissais sortir un sourire en coin apparaitre sur mes lèvres, je me penchais pour soulevé les morceaux et pour ensuite les lancé plus loin. Après avoir enlevé plusieurs morceaux, je voyais avec stupéfactions que le centre du rocher était vide, je me penchais pour traverser le trou que j'avais créer et une fois au centre, je voyais un trou au sol, éclairé par une lumière bleuté et je me penchais pour regarder dans le trou, curieux. Je ne voyais rien, sauf quelque reflet bleu qui me montrait qu'il s'agissait de cristal. Sans hésité je m'assieds sur le bord du trou laissant mes jambes pendre dans le vide, et après respiration je me laissais tombé.
 
Je glissais dans un trou étroit pendant plusieurs seconde, tout était lisse et non coupant pour bien glissé. Soudainement je tombais sur le cul et glissait plus loin, le dos qui tombait au sol à son tour. J'étais tombé dans un tat de diamant en miette, ce qui faisais en sorte que le choque était moins douloureux. Je regardais l'horizon, tout brillait au point d'éclairer la grotte et je décidais de marcher vers l'avant pour y trouvé inspiration. Je me chantais des mélodies, essayant d'y trouver un air et c'est là que j'entendais un craquement. Je me retourne aussitôt vers le bruit et j'eux le temps seulement de penché la tête sur le coté pour entendre sifflé un projectile à coté de mon oreille. Un peu de sang giclais, il m'avais ouvert un peu la joue et c'est là que je vis ce qui m'avais attaqué. Il s'agissait d'un golem de... diamant? Une chose en forme humanoïde, mais entièrement fait en diamant, celui si était grand coupé en deux, mais une genre d'énergie gardait les deux morceaux ensemble, il avait des avant-bras grand et épais. Il marchait vers moi et ont pouvait voir deux autres de ces semblables s'approcher, petits, des doigts en griffes et ils ont plusieurs lame dans le dos, tout en diamant. Le plus grand m'attaquais encore, il me lançait des pieux en diamant de ses bras d'une vitesse assez surprenante et les deux autres d'une vitesse impressionnante foncèrent sur moi en courant. Ma musique toujours dans un oreille, je crois bien qu'il doit me resté quelques minutes avant que l'effet ce termine et mon colt est bien remplit de munition.
 
Alors mon premier combat en temps réel commençais, je sortis mon arme pour tiré le plus proche avant qu'il me touche, celui si perdait des morceaux, mais restait toujours en mouvement, une fois assez proche je rangeais mon arme pour l'attrapé par une patte, j'avais l'intension de l'écraser au sol pour l'exploser, mais d'un réflex ultra rapide, il m'ouvris le ventre avec ses griffes et je commençais à saigner assez intensément. Je reculais de quelque pas, toujours en évitant les projectiles qui passait de temps à autre. Je comprenais alors que les griffes des petits étaient néfaste et qu'il était ma cible principale. Le deuxième s'approchait et je sortais mon arme pour lui tirer les griffes, celui si arrêtait soudainement pour fuir après avoir vue ses griffes éclatés sous les balles. Je sourit après avoir trouvé leur point faible et je me penchais soudainement pour évité un autre projectile qui m'était encore une fois envoyé.  Le premier golem, celui qui m'avait blessé au ventre avec ses griffes, courait vers moi a toute vitesse et une fois assez proche je lui tirais dans les pattes pour ensuite l'agripper et le lancer de toute mes forces sur l'autre golem qui me lançait des pieux. Un grand "BOUM" ce fit entendre, mais je n'avais pas réussi à écrasé le "voltigeur" et celui si me lançais un pieux qui me transperçais l'avant bras gauche avant même que je puisse réagir. Je laissais sortir un cris de douleur et tombais sur un genou pour rapidement enlever le pieu de son bras. Je regardais mon ennemi et je mis toute ma force dans mes jambes pour lui bondir dessus d'un saut de plus de cinq mètres, vive mon palier quoi... Je lui agrippais la tête et lui écrasais rapidement au sol, pour ensuite lui éclater en miette via un coup de pied. Plus aucun bruit autre que mes soufflement de douleur ce faisait entendre à ce moment, enfin me dis-je, je respirais un bon coup après avoir sentis mon pouvoir arrêté, alors je devais attendre un peu pour récupéré mon énergie et surtout pour trouver un moyen d'oublier la douleur. Je sortais alors mon petit sac en plastique et y sorti une petite capsule ainsi qu'une seringue. Je plantais l'aiguille doucement dans le petit contenant pour y remplir le contenue et je fini par la planter d'un coup dans mon avant-bras pour y injecter la drogue. Un peu de temps après, je sentais la drogue circuler dans son sang lentement, les effets commençais déjà à agir, la douleur ce décimait lentement, comme quand on trempe une brûlure dans de l'eau. Je retirais alors l'aiguille de mon bras doucement pour ensuite la laissé tomber au sol pour l'écraser avec mon pied.
 
Je continuais alors ma route en restant sur mes gardes, mon pouvoir était épuisé et je ne pouvais plus l'utiliser pour l'instant. Je regardais l'horizon. je voyais une grande forme ce former dans les diamants d'un mur, surement une hallucination, certes, tout les murs bougeaient bizarrement en fait... mais après avoir passé un couloir, j'arrivais dans une grande pièce. le plafond était si haut, et plusieurs grande poutre le soutenait. La pièce brillait intensément, je sentais ma force revenir peu à peu, prêt à dix autres minutes de combat extrême, mais je devais inspecté les lieux avant.
 
Les murs étaient tapissés de cristal, et soudainement, je voyais un des murs avec un trou, comme si des diamants s'était évaporé. Le trou était de grande t'aille et on pouvait voir qu'il avait la forme d'un troll, ou quelque choses dans le genre. Le sol commençait soudainement à vibré et je regardais autour de moi pour trouvé la cause. Je ne voyais rien et soudainement une grande brute apparue des ténèbres du haut plafond et s'écrasais au sol. Il était énorme, un troll? Il avait l'air lent et lourd, mais je ne devais surtout pas que je me fasse écraser par celui si, j'ai bien peur que mon pouvoir ne sufis pas pour le stopper...
 
Celui si bondi sur moi en faisait un long saut, ses poings serre comme un marteau, il avait l'air lourd et son saut donnait un impression de ralenti. J'eux a peine le temps de sauter qu'il était déjà sur moi et je dus le bloquer de mes bras sur le coup. Mes pieds entrèrent dans le sol dans un "crack" qui me fit mal au jambe, mais non rien de cassé, juste que j'avais enfoncé dans le sol et mes bras soutenais avec misère les poings du golem. Il était trop fort pour moi celui là... je devais trouver une solution, le golem levait ses bras pour refrappé et j'en profitais pour dégainer mon colt pour lui tiré dessus, mais les balles firent ricochaient pour finir sa course sur le mur et je lâchais mon arme pour stoppé encore une foit l'attaque du golem qui sur le coup fit craqué mon bras gauche "HAAAAAAARG" Je criais de douleur en essayant de retenir malgré la douleur et celui si relevait son poing pour frapper de nouveau, mais ce coup là allait être le dernier...
Invité
avatar
Invité
Re: Les mélodies des cristaux [Sariel, Vinpap et Asaki] - Dim 1 Déc 2013 - 22:28
Il paraît que les jours se suivent et se ressemble.

Il y a quelques jours, Sariel n’aurait pas approuvé cet adage. Pourtant, là, il doit bien avouer qu’il enchaîne des journées plutôt similaires. Debout à heures fixes, préparation, petit déjeuner en solitaire, cours, déjeuner en solitaire aussi, cours, diner, repos et rebelote le lendemain. Pas un moment pour lui, pour son entraînement personnel. Il a presque l’impression de perdre. Perdre en muscle, perdre en savoir-faire. Il se sent telle une machine trop utilisée, finissant par s’user, puis rouiller. Oui. C’est exactement cela. Il se sent vampirisé. On lui suce son savoir et pompe son énergie, et ce, jusqu’à la moelle.

Alors il s’est décidé à se prendre un jour de repos. Un jour sans cours, sans apprenti à recadrer, à qui apprendre quoi que ce soit, et personne à aller accueillir au temple. Personne à qui sécher les larmes maladroitement, personne avec qui être dur, sec, à la limite du désagréable. Juste être seul, et s’occuper de lui et de personne d’autre. Une journée pour être égoïste. Une journée pour être lui-même. Riko.

Mais ça… c’était sans compter sur la témérité et l’idiotie de certains énergumènes de l’académie…

Enfin. Il s’est donc levé, normalement, quoi qu’un petit peu plus tard, s’est lavé, avant de préparer son sac avec ses vêtements de sport. Puis il s’est habillé, assez légèrement, pour aller déjeuner, emportant ses rechanges avec lui. Puis il s’est posé en solitaire à la cafétéria, déjeunant à son rythme. Un café et une viennoiserie plus tard, il s’est substitué à quelques élèves collants et trop curieux, pour aller au centre de sport, préparant son programme dans sa tête. Une fois arrivé, il a commencé doucement, avec deux séries légères de développé couché. Deux séries de vingt. Puis quatre séries de travail, de douze répétitions. Après, il a bu un coup, pour s’hydrater et se désaltérer. Très important de bien boire, lorsque l’on fait du sport. Puis il est passé aux tractions. Une série de quinze pour s’échauffer, quatre séries de douze pour travailler. Et c’est alors qu’il commençait sa série d’échauffement de développé vertical qu’il fut interrompu.

Au troisième de sa série de quinze, un de ses collègues, plus agé, et très sûrement plus ancien est venu le chercher, le déranger pour l’envoyer à la recherche d’un inconscient s’étant aventuré au-delà du portail. Sariel soupira intérieurement, continuant cependant à afficher son indémodable expression blasée. Pour lui, il n’y avait rien de dangereux dans cette affaire, et pas de besoin imminent de se lancer à la recherche de l’apprenti égaré. Mais son collègue ne semblait pas le voir de la même manière. Peut être son imagination était elle trop fertile. Surement même. Sariel ne voyait pas bien, sur le coup, ce qui pouvait bien arriver de grave à l’apprenti dieu. Tant qu’il ne s’aventure pas trop loin, cela devrait aller, non ?

« Cela doit très sûrement être une simple promenade, comme le font les trois quart des élèves. Certes il n’a pas d’autorisation, mais il n’y a rien de très urgent à cette affaire. Si vous désirez à ce point le ramener au plus vite, vous pouvez toujours envoyer quelqu’un d’autre. Je ne vois pas en quoi vous me nécessitez moi précisément. Qui plus est, je suis en congé aujourd’hui… »

L’autre professeur s’excusa platement, avant de lui répondre, l’air inquiet.

« Je le sais bien, et je m’en excuse. Mais les ordres ne viennent pas de moi, et ce jeune homme s’aventure un peu trop loin au goût des supérieurs, et des miens. Ce n’est pas  juste une « simple promenade », monsieur Diter… Si l’on avait pu faire autrement, croyez-le bien que l’on aurait demandé à quelqu’un d’autre. J’y serais même allé si cela avait été dans mes compétences. Mais je ne sais pas manier une arme et … il se pourrait fortement qu’il y en ai besoin… et votre collègue de combat rapproché est occupée avec d’autres problèmes et… »

C’en était assez pour le nippon…

« J'ai compris. Il n’y a guère de choix. Soit. Mais je pose une condition. Je veux récupérer mon jour de repos, plus tard. »

Le professeur acquiesça.

« Demain, si vous le désirez. Ah et… vous êtes deux à partir. Mais ne prenez pas la peine d’attendre votre collègue. Foncez, que le premier sur place puisse prêter main forte à cet apprenti. Parce que je suis presque sûr qu’il va avoir des problèmes… »

Sariel soupire de nouveau, mais de manière visible, ce coup-ci.

« Et moi, je suis certain que vous vous inquiétez pour rien, et que je vais le retrouver, allongé dans l’herbe, au calme, en train de compter les nuages. Mais puisqu’on me le demande, je vous le ramènerais, de gré ou de force, et ce avec ou sans aide. »

La discussion était close à partir de ce moment. Il s’est alors levé, a pris sa serviette, sa bouteille, et s’est dirigé vers les douches. Un cri étouffé retenti derrière lui, mais il ne pris même pas la peine de se retourner. Il savait bien que son geste avait tout d’une provocation vis-à-vis de l’autre professeur inquiet. Lui, ne l’était pas, et pouvait ou plutôt, voulait, se permettre de prendre son temps.

Contrarié. Oui. Il l’était. Et l’est toujours, même maintenant qu’il est sous le jet d’eau chaude de la douche. Cet apprenti qui fait l’école buissonnière lui pourrit son jour de repos. Alors même s’il est vraiment en danger, eh bien… il patientera. Qu’il ne se fasse pas tirer d’ici à ce que Sariel soit propre, changé, et dans de meilleures dispositions. Ce qui ne devrait pas tarder.  Il soupire, finit de se laver, ferme le robinet, et va se sécher avant de se rhabiller. Là, il range ses affaires dans son sac, et retourne à sa chambre pour se préparer.

Il se change, revêtir un pantalon noir, ni trop moulant, ni pas assez, juste de quoi pouvoir se mouvoir, puis un t-shirt, noir lui aussi, ras du corps, au tissus souple. Puis chausser sa paire de rangers, tenant bien la cheville, bien serrée, avant d’enfiler une veste courte, et partir en direction du grand portail. Portail dont le gardien est en train de dormir, comme à son habitude. Cela agace le japonais, qui abat son point sur le comptoir où repose le coude du repenti, le faisant ainsi sursauter. Si ce type faisait mieux son travail, ce genre de situation ne se produirait pas. Il lui offre un regard noir, avant de s’en aller franchir le portail.

Là, il observe tout autour de lui, et cherche par où il a pu aller. Puis il fixe le sol, à la recherche de traces de pas fraîches. Le résultat est satisfaisant. Il s’est visiblement dirigé vers les montagnes que l’on peut observer plus loin. Bien plus loin… Il espère qu’il n’a pas eu le temps de les atteindre, sans quoi, il a sacrément du retard. Nouveau soupire. Il jure silencieusement.

Il se met alors à suivre sa trace, les mains dans les poches. Le chemin s’enfonce dans les bois. Il croise des animaux, bien trop petits pour avoir pu s’en prendre à l’apprenti. Et puis il n’y a pas de traces de sang au sol, alors il continue sa route, encore. Au bout de plusieurs heures, à faire fuir rongeurs et autres habitants des lieux –ce qui lui coute des excuses silencieuses, étant donné que c’est lui l’intrus, qu’il n’est censé ne rien avoir à faire sur leur territoire, et qu’il a le respect de ce genre de chose, aussi ridicule que cela puisse paraître- il finit par s’inquiéter légèrement. L’apprenti s’en est allé loin. Bien trop loin. Cela n’a plus grand-chose d’une simple promenade comme il le pensait au début. Il court à un rythme rapide, régulier, prenant bien le temps de respirer pour ne pas avoir de point de côté. Bref, comme on le lui a appris à ses entrainements. Heureusement qu’il est endurant…

Et puis, finalement, il tombe sur quelque chose d’étrange. Les arbres semblent avoir arrêtés de pousser, subitement, formant une sorte de mini clairière. Au centre de celle-ci, un énorme rocher. Immense. Bien plus grand que lui, quoi. Détruit en son milieu. Des morceaux de pierre sont éparpillés un peu partout, autour, laissant un trou béhant à l’air libre. L’espèce de dolmen est creux...

Son regard est attiré par des lueurs bleutées qui sortent de ce qui lui semble être un trou, au centre du rocher. Cela ne lui inspire pas confiance du tout. Il fait alors le tour du roc pour voir si, par hasard, l’apprenti n’aurait pas eu la bonne idée de contourner cette chose qui semble être l’entrée d’une grotte souterraine. Il n’a jamais aimé ce genre d’endroit, aussi préfèrerait-il que l’apprenti a eu la bonne idée de continuer son chemin, même après avoir découvert cette entrée cachée… Oui, légèrement claustrophobe. Légèrement, seulement. Enfin…c’est surtout que dans une grotte, il n’y a pas beaucoup d’espace pour réussir à se mouvoir, voir fuir si la situation tourne au vinaigre. Mais… non. Cet imbécile semble bien avoir disparût dans ce trou.

Sariel soupire. Il sait qu’il n’a pas le choix, mais cela lui déplait grandement. Il sent qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Ca sent mauvais. Il inspire, soupire, puis se lance. Il saute dans le trou, glisse facilement. En même temps, épais comme il est, et vu comment sont les parois… tellement lisses… Cela n’a rien de naturel, et il n’y a pas besoin d’être un géni pour s’en rendre compte. L’atterrissage s’execute en douceur. Il arrive à se réceptionner souplement, les pieds se plantant dans un tas de pierres qu’il ne reconnait que trop bien, et qu’il reconnaitrait entre mille, même brutes : des diamants. Des petits morceaux de diamants, brutes. Il se sort de là, retirant les diamants essayant de se frayer un chemin jusqu’à ses pieds, à travers ses rangers.

Il regarde ensuite autour de lui. L’endroit est beau. Vraiment beau. Le genre d’endroit qu’il n’aurait jamais osé imaginer. Mais il sent l’embrouille à des kilomètres. Silencieux. Lumineux… oppressant.

« Me voici
Là où le bleu des cristaux
Est sans limite.
»

Un haïku qui lui vient à l’esprit. Pourtant il n’a jamais été grand poète, lui. Il ferme les yeux quelques instants. Il ne doit pas se laisser distraire par le décors. Il droit retrouver le jeune, et le ramener à l’académie. Par la peau du cul, comme diraient certains.

Un coup de feu résonne, au loin, le faisant très légèrement sursauter. Il se jette alors dans la direction, courant le plus possible. Une course effrénée pour arriver au plus vite et prêter main forte à ce type. Bon sang mais quelle idée de s’être aventuré ici…

Il le trouve rapidement, en mauvaise position. Il arrive d’ailleurs au bon moment pour l’entendre crier de douleur. La créature le tient, et si elle abat le poing qu’elle lève, s’en est finit de l’apprenti. Pas le temps de prendre son temps. Pas le temps de réfléchir.

Il invoque son katana, et s’élance, s’interposant entre son protégé et le monstre, arrêtant ainsi le coup de sa lame. Le choc est dur à encaisser, mais il doit tenir. Pour l’apprenti, et surtout pour lui-même. Tout simplement car s’il ne tient pas, il sera le premier à prendre le coup. Et cela risque de ne pas être agréable du tout.

La créature le regarde, dubitatif, et recul. Sariel profite de ce moment pour observer son opposant, et tous ceux qui l’observent d’un peu plus loin. Des golems de diamant. Plus ou moins grands. Mais celui-ci… oui. Vraiment grand. Et fort. Un craquement se fait entendre, signalant à Sariel que la créature s’est remise de la surprise, et qu’elle compte bien s’en prendre à lui pour l’avoir interrompue. Il jette un regarde rapide au jeune homme, à terre.

« Vous allez bien ? Vous pouvez vous lever ? Si oui, faites-le vite ! »

Ton calme, mais sec. Sariel a confiance en lui. Il ne se laissera pas tuer par ce monstre. Ni par qui que ce soit d’autre, d’ailleurs. Une mort, cela lui suffit amplement. Amplement, oui. La créature tente un nouveau coup, qu’il contre, une fois encore. Et alors qu’il penche la tête sur la gauche, un bruit qu’il ne connait trop bien lui tire une expression de surprise. Un projectile, lancé à pleine vitesse, vient de le frôler. Aussi dangereux qu’une balle, mais plus naturel. Il grogne. Ils sont entourés. Pris au piège. Et à deux, dont un blessé…

Il espère que les renforts ne vont pas tarder, sans quoi ils sont perdus…


Dernière édition par Sariel R. Diter le Dim 22 Déc 2013 - 20:10, édité 2 fois
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 22
♠ Petits messages : 2691

Feuille de personnage
Niveau:
9/30  (9/30)
Expériences :
2690/1500  (2690/1500)
Votre domaine: La Tromperie.
avatar
Tortue Ninja
Tortue Ninja
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Les mélodies des cristaux [Sariel, Vinpap et Asaki] - Lun 2 Déc 2013 - 20:07
Le ninja s'étira en ouvrant les yeux sur son lit. Voila trois jours qu'il était revenu de sa mission pour retrouver cookie et il se remettait lentement de ses blessures causées par son aventure. Il avait encore quelques douleurs aux côtes et aux bras, mais rien de bien grave voire d’insupportable. Il enfila une combinaison noir et attacha son écharpe calmement autour de son cou. Il attrapa ensuite son masque et l'enfila, avant de sortir pour aller dans le parc aux abricots, pour méditer.

Fermant les yeux il inspira longuement et fit le vide dans son esprit. Il préparait son cours, qui commencerait, si tout allait bien, le lendemain. Mentalement, il fit une image mentale de la suite des événements et il sourit sous ses idées. Même Kaze était en accord avec lui, ce cours serait parfait. Une fois ses plans terminés, le ninja fit apparaître son clone et l'observa dans les yeux. Ils se placèrent côtes à côtes (Vinpap à droite et Kaze à gauche) et, en même temps, frappèrent le vide, mais chacun avec le poing le plus près de l'autre (Donc Vinpap avec son poing droit et Kaze avec le gauche). Puis ils enchainerent, coup de pied, coup de poing, coude, saut et coup de pied retourné, atterrissage, salto arrière, puis lancé d'un boken. Une fois fait, il sourit et fixa son clone, avant de lui donner un coup de poing vers le visage.

Kaze baissa la tête et tenta une balayette, que le ninja évita facilement en sautant au dessus de Kaze. Alors qu'il allait le frapper de nouveau, il entendit une voix crier son nom. Kaze disparut et le professeur se retourna pour observer la jeune fille qui courait vers lui.


" MONSIEUR YSKALIV!!! MONSIEUR YSKALIV!!! Votre assistance est réclamée!! "

" Et pourquoi cela? "

La jeune fille arriva enfin à ses côtés et reprit momentanément son souffle, avant de le regarder et de faire une rapide révérence, sans perdre son sourire.

" Un élève a fuit l'académie et il faut envoyer quelqu'un pour le chercher... "

Le ninja hocha la tête et croisa les bras, en réfléchissant a toute allure. Il devait retourner dans les terres... Là où ses pires mésaventures s'étaient déroulées. Il ne voulait pas y retourner, mais si c'est le désir de ses supérieurs, il n'avait rien à redire.

" Très bien, je quitte dans dix minutes, le temps de récupérer mes armes et un peu d'équipement et je pars immédiatement. "

" Merci, mais sachez que vous ne serez pas seul, un autre professeur doit partir très bientôt aussi. Il ne vous attendra pas et vous non plus n'avez pas à l'attendre. On m'a dit que vous connaissez les danger des terres inexplorés, alors je crois que vous comprendrez pourquoi cela, n'est ce pas? "

Le shinobi sourit faiblement sous son masque et hocha la tête, avant de se diriger en courant vers les dortoirs. Arrivé à bonne distance, il activa son contrôle des limites et sauta jusqu'à son balcon, entra dans sa chambre et observa le mur, où toutes ses armes se trouvaient. Il attrapa son katana, son ninjato, son kyoketsu shoge et 8 kunai, avant d'attraper une pochette de shuriken et boken, ainsi qu'une autre de metsubushi. Une fois fait, il accrocha ses armes sur sa combinaison, puis se dirigea vers un la salle de bain et ouvrit la pharmacie. Il prit des bandages, ainsi que du désinfectant et les mis dans la dernière pochette qu'il avait sur lui. Ensuite, il alla chercher une gourde d'eau dans son frigo et le fixa a sa ceinture.

Il était fin près. Il sortit de sa chambre en courant, dévala les escaliers et quitta les dortoirs au pas de course. Il se dirigea rapidement vers le portail et, sans se soucier du gardien qui semblait légèrement paniqué. Il entra dans les terres inexplorés. Il ne prit qu'un instant pour trouver la trace de l'élève et partit sur celle ci, marchant rapidement.

Il marcha longtemps en silence et attentif au moindre son. Il continua ainsi, durant quelques heures et arriva finalement dans une clairière, avec un énorme rocher au centre. Curieux, il s'approcha et observa les inscriptions, qu'il croyait reconnaître, mais ne pouvait pas mettre le doigt dessus. Il haussa les épaules et s'éloigna, avant d'entendre un cri. Il s'arrêta et tourna la tête rapidement, avant de courir vers le rocher et de le contourner. Il observa alors le trou dans celui ci et soupira en entendant des sons à l’intérieur. Il attrapa un kunai et sauta dans le trou, avant d’atterrir, plusieurs mètres plus bas, en s’enfonçant dans les petits diamants. Il haussa un sourcil en voyant le long couloir devant lui, mais ne se posa pas de question, il s'élanca à la course dans celui ci, faisant abstraction de la beauté des lieux. Il finit par arriver dans une grande salle et ce qu'il vit le força à s'arrêter.


* C'est une blague j'espere... *

L'énorme monstre de gemme s'en prenait a un homme qui protégeait un jeune garçon au sol. Il résista a un assaut et cria quelque chose au garçon, avant qu'un projectile ne fut tiré en leur direction.

Vinpap grogna et dégaina son ninjato, avant de reculer lentement. Une fois à bonne distance, il se mit à courir et sauta, en activant le contrôle des limites. Il sourit et, dans sa chute vers la tête du golem sombre, fit apparaitre Kaze. Côtes à côtes, comme en l'entrainement, ils tendirent leur pied droit (le gauche pour kaze) et frappèrent le monstre a toute vitesse et a pleine puissance. Le monstre recula et Vinpap et Kaze sauterent vers l'arrière, tout près de Sariel.


" Prof? "

Il ne put dire que ça, avant qu'une nouvelle déflagration ne se fasse entendre et que le bras du shinobi ne se fasse toucher par un cristal. Il grogna et le retira de son bras, avant d'observer tous les petits golem autour. Il soupira et rengaina son ninjato, avant de sortir son katana.

" Il faut se débarasser des petits avant de s'occuper du gros... On arrivera à rien sous leur attaques à distance... Hey petit... Tu as une arme? "

Il observa les alentours, les golem de combat rapproché commencait à avancer vers eux et les golem à distance les mettaient en joues, tandis que le gros golem les fixait, avec un espece de sourire aux lèvres.

Ca ne serait pas de la tarte, esperons qu'à trois ils pourraient survivre...


Fais gaffe Invité, tu es la prochaine personne sur ma liste...
Mon theme ~ Fiche

deus awards :
 
Invité
avatar
Invité
Re: Les mélodies des cristaux [Sariel, Vinpap et Asaki] - Dim 15 Déc 2013 - 19:57
Je respirais lentement, une personne était apparu soudainement devant moi, retenant le violent coup du golem via son arme. « Vous allez bien ? Vous pouvez vous lever ? Si oui, faites-le vite »Je le regardais, dans ma tête j'étais stupéfaits, mais physiquement, rien ne se démontrait et aucune expression de soulagement ce fit voir sur mon visage. Je me disais qu'il n'allait surement pas apprécier, mais j'étais comme ça... Je ne sais plus comment faire pour sourire. Je me levais alors, doucement, la douleur de mon bras était déjà disparue, mais l'effet de l'héroïne agissait encore plus, toute couleurs étaient plus vives et tout semblaient plus grands. Je commençais à me relever doucement et je vis soudainement passé une autre personne rapidement qui réussi à faire reculer le golem en ce créant un genre de clone pour ensuite lui bottez le visage doublement. Il atterrissait suite à ça à coté de l'autre sauveur et en même temps je réussis à me mettre debout.
« Il faut se débarrasser des petits avant de s'occuper du gros... On n'arrivera à rien sous leur attaques à distance... Hey petit... Tu as une arme? » Asaki leva son colt dans les airs pour lui montrer et dit d'une voix calme et sans précipitation.
 
- Oui, mais faite gaffe au maraudeur... au corps à corps, ils sont mortel s'ils ont encore leur griffes... alors...
 
Je réfléchis, regardant Sariel avec son arme et ce retournait finalement sur le ninja.
 
- Vous pouvez attaquer à distance non? On pourrait alors détruire les griffes à distance pour que lui (Sariel) puisse les achever au corps à corps.

Je riais à l'intérieur de moi-même quand je vis le plafond commencé à descendre, étais-ce l'effet de la drogue? je ne le sais pas.

- Il me reste environ... cinq ou six minutes avant que mon pouvoir s'amoindrisse, alors il faut faire vite.

J'y pensais trois secondes... ils étaient qui ces deux-là? Certes, le mot "prof" a été entendu tout à l'heure, mais je me demande ce qu'ils font là et ce qu'ils pensent faire... Parce que moi, je ne pars pas sans avoir découvert le fin-font de cette grotte. Je tournais alors ma tête en la penchant rapidement pour éviter un projectile et leva alors mon arme pour tirer deux balles dans la tête du voltigeur, mais celui si restait debout.

- Ils ont tousses une faiblesse, faut la trouver... les petits c'est les griffes... mais il y en a tellement que cela change pas grand-choses...

Je regardais alors mes poches et vue qu'il me restait en tout une vingtaine de balles, alors je devais faire gaffe à ne pas les gaspillés inutilement. Je vis alors une vague de maraudeur nous sauter dessus à pleine vitesse et un d'entre eux m'avais spécialement visé.

- Ha zut...

Je tournais mon arme habilement entre mes doigts et pointa l'arme sur celui si et lui tira les deux pattes pour ensuite lui bondir dessus. Le golem fit un saut sur le coté pour m'éviter, je donnais ou coup de revers violant de ma main droite, mais cela ne sufi pas pour le détruire, il reculait alors pour ce faire back par deux autres qui m'attaquèrent du flanc gauche. D'un geste rapide je leur tirais au moins quatre balles dans leur griffes et je vis du coins des yeux l'autre golem que j'avais giflé du revers de la main revenir vers moi.

- Ils sont nombreux!

Criais-je tout en gardant un visage calme et blasé. Je mis toute ma force dans mes jambes alors pour bondir loin derrière sur le dos et je me donnais un élan pour sauté sur mes pieds. Je fis alors une moue terrible, la drogue commençais à être vraiment terrible, je voyais en double... non en triple les golems, je ne savais plus qui était le bon... Alors je devais me préparer à me battre contre neuf golems en même temps, sauf que trois était vrai, je m'étais créer un défi à moi-même... mais au moins, je peux encore me battre et je ne ressent aucune douleur. Un des golems me sauta dessus, il n'avait plus ses griffes, mais celui si avait l'air enragé et une fois assez proche je le frappais de tout mes forces, mais... il disparut, un faux... Avec mon élan brutal dans le vide je me retrouvais à perdre l'équilibre et tomber tête première au sol. Je me relevais en vitesse pour voir les huits me foncer dessus en même temps, j'avais pas autre choix que les éviters pour ensuite les détruire un par un, mais... non j'ai un idée!

- J'ai... quelque problèmes, vous pouvez me dire qu'elles golem son vrai par là?


Je pointais du doigt les huit golems, espérant qu'on me réponde, car les murs eux me disait qui attaquer... mais bizarrement, je n'avais pas confiance au mur.
Invité
avatar
Invité
Re: Les mélodies des cristaux [Sariel, Vinpap et Asaki] - Sam 21 Déc 2013 - 23:46
Un visage neutre, impassible, impassible. Cela lui arracherait presque un sourire. Il semblerait que cet apprenti qui l’a agacé par son comportement irresponsable, soit, comme lui, aussi expressif qu’une éponge. Un semblable…
Soudain, un nouvel homme fait son entrée. On l’avait prévenu qu’un autre professeur devait être présent aussi, mais il ne s’attendait pas à ce que cela soit un ninja. Shinobi ? Cela lui rappelle ses cours, au collège, et les histoires que son grand père lui racontait, de temps à autre. Mais il ne doit pas repenser à cela. Pas maintenant. Il doit se focaliser sur ces golems, tout autour, qui semblent clairement leur en vouloir d’avoir pénétré leur domaine. Ce qu’il comprend tout à fait.
" Prof? "
Clair, concis… De bonnes qualités pour un homme. Sariel n’aime pas que l’on perde son temps à parler des heures durant alors que ce n’est pas le moment. Il acquiesce, confirmant ainsi son identité. Pui il jette un coup d’œil à l’apprenti, sur ses jambes à présent. Bien qu’il soit debout, il ne paraît pas être au meilleur de sa forme… Loin de là, même. Il sent que cela va être compliqué comme affaire. Sariel cogite rapidement, son regard se portant sur tout ce qu’il peut trouver autour de lui. Les golems sont en majorité numériques. Il va falloir travailler en équipe pour réussir à tous les mettre hors d’état de nuire, sans essuyer trop de dommage.
" Il faut se débarasser des petits avant de s'occuper du gros... On arrivera à rien sous leur attaques à distance... Hey petit... Tu as une arme? "
Ça, c’en est une bonne, de question. Sariel jette un rapide coup d’œil au jeunot, pour connaître sa réponse. Pas de mot, juste un geste. Il montre son colt. Bien, au moins il a quelque chose pour se défendre. Pour le reste, il est également d’accord… Les petits sont souvent les plus vicieux… et les plus teigneux.
- Oui, mais faite gaffe au maraudeur... au corps à corps, ils sont mortel s'ils ont encore leur griffes... alors...
Il regarde une nouvelle fois autour de lui, et esquive de justesse une giffe lancée par l’un des soit disant maraudeur.
« … Il n’y a pas qu’au corps à corps qu’ils sont mortels. »
Il ne fait que constater la chose. A moins que ce ne soient pas des maraudeurs, ceux qui usent de leurs griffes comme des projectiles ? Après tout, il n'en sait rien, lui...
- Vous pouvez attaquer à distance non? On pourrait alors détruire les griffes à distance pour que lui (Sariel) puisse les achever au corps à corps.
Il réfléchit quelques secondes. Le plan n’est pas mauvais. Au corps à corps, et avec son sabre, il est quasiment imbattable. Surtout si on les affaiblit avant en les privant de ce qui fait leur force, mais aussi leur point faible. Un nouveau coup d’œil à ses deux acolytes. Il ne sait pas ce qu’ils valent tous deux, mais il n’a pas d’autre choix que de leur faire confiance. Cependant, autant il est capable de confier sa vie à son collègue, là, tout de suite, autant l’apprenti ne semble vraiment pas en forme. Il semble transpirer, comme s’il avait de la fièvre. Blessure qui s’infecte ? Ou bien a-t-il pris quelque chose d’illicite ?
-   Il me reste environ... cinq ou six minutes avant que mon pouvoir s'amoindrisse, alors il faut faire vite.
Alors c’est ça. Son pouvoir est « activé ». Pas le temps de se demander ce que cela peut bien être. Une nouvelle vague de griffe déferle sur eux. Aussi vif que possible, Sariel les arrête tous grâce à sa lame. Cela lui demande pas mal de résistance, côté muscles des bras, et il ne sait que trop bien que s’ils s’en sortent, demain, il en payera le contre coup… Bonjour les courbatures.
- Ils ont tous une faiblesse, faut la trouver... les petits c'est les griffes... mais il y en a tellement que cela change pas grand-chose...
Il se répète un peu le pauvre. La faute à la fièvre, surement. Sariel penche sa tête à gauche, puis à droite, pour faire craquer sa nuque. Il resserre légèrement sa prise sur la poignée de son sabre. Si légèrement que cela lui fait blanchir les jointures, avec la force qu’il y met. Il sent les golems se tendre tout autour d’eux. Une tension qui n’annonce rien de bon. Rien d’autre qu’un affrontement. De plein fouet, au corps à corps, avec un blessé. Autant ne pas trop compter sur lui. Il a déjà connu pareille situation, et il a toujours préféré considérer les blessés comme des gênes. Ainsi, s’il s’avère qu’il a tort, cela sera une bonne surprise. Et c’est mieux que d’être déçu et de devoir déplorer un mort.
- Ils sont nombreux!
Sariel serre les dents. Ne pas être désagréable, ce n’est pas le moment. Pourtant, cela le démange de rétorquer qu’il a des yeux, lui aussi et qu’il avait bien remarqué qu’ils étaient en surnombre. Et qu’ils étaient dans un mauvais pas. Mais il se tait. Il scelle ses lèvres, se contentant de menacer les golems de son sabre. Il attend l’assaut. Qui ne tarde pas à venir, d’ailleurs.
Les premiers golems fondent instantanément sur l’apprenti. A croire qu’ils ont réellement une dent contre celui qui a violé l’enceinte de leur territoire. Ce qui, d’un côté, est tout à fait légitime. Puis d’autre se mettent à s’élancer vers l’autre professeur, avant que d’autre, encore, ne viennent sur lui. Du coup, il doit se concentrer sur ceux-ci, et laisser les deux autres se débrouiller. Il espère que le jeune tiendra le coup assez longtemps, le temps qu’il puisse se débarrasser de ses assaillants pour venir ensuite l’aider.
Bruits de détonations qui résonnent dans la grotte, qui lui vrillent les tympans… Dur de se concentrer avec pareil vacarme. Voilà pourquoi il n’a jamais été fanatique des armes à feu, contrairement à son frère. Mais ce qui attire son attention, c’est le fait que le jeune homme semble ne pas savoir où sont ses adversaires exactement. Serait-il possible qu’il ne les distingue pas nettement ?
Une main griffue s’approche trop rapidement de lui. Il interrompt le coup avec sa lame, avant d’assener au monstre un coup de pied dans ce qui devrait être l’abdomen pour le faire reculer, puis lui limer les ongles avec son arme. Ne reste plus qu’à l’achever, ce qu’il arrive à faire en quelques instants.
- J'ai... quelque problèmes, vous pouvez me dire qu'elles golem son vrai par là?
Il jette un rapide coup d’œil dans la direction indiquée. Il ne pointe que trois golems, mais c’est à croire qu’il en voit plus… Qu’a-t-il bien pu prendre ou faire pour se mettre à voir des hallucinations ? Cela lui déplait fortement. Et encore, c’est un bien faible mot pour décrire ce qu’il en pense. Il finit de s’occuper de ses golems, avant de se rapprocher légèrement du jeune, histoire de pouvoir lui en désigner un sans qu’il n’interprète mal son geste. Il en désigne alors un, et ajoute.
«[color:34dc=##708090] Celui là. »
Il en pointe un autre.
« Celui-ci. »

Et enfin le dernier.

« Et celui-ci. »

Une griffe passe à quelques millimètres de sa joue, frôlant son oreille, lui laissant l’unique souvenir d’un sifflement désagréable. Il se tourne alors, et découvre un golem tout proche, pate en l’air, prêt à l’abattre sur lui. Il l’esquive, habilement, avant de lui couper les griffes à lui aussi. Il regarde tout autour de lui. C’est comme s’il n’arrêtait pas d’en apparaître… Ou peut-être n’est-ce qu’une impression ? Il retourne dans la danse, coupant, tranchant, esquivant… Jusqu’à être totalement essoufflé. Essoufflé ? Ce n’est pas normal, ça… Il ne devrait pas l’être, pas maintenant. Pas aussi vite. Et ça lui picote au flanc gauche. Il baisse les yeux.
« »
Traduction du langage de Sariel : merde. Touché. Oui. Ce n’est rien d’autre qu’une éraflure, mais c’est gênant. Surtout qu’à peine le constat fait, un autre lui tombe dessus. Puis une griffe projetée. L’un touche l’épaule, l’autre la cuisse, lui faisant poser genou à terre. Il doit tenir bon. Il doit les aider. Ainsi, après cela, il pourra peut-être retrouver une liberté… peut-être pas celle à laquelle il a rêvé, mais au moins une liberté qu’il pourra chérir…
Quatre golems se regroupent autour de lui. Il pense l’espace d’un instant que c’est fini, avant de se ressaisir. Tout n’est pas perdu. Il n’a pas utilisé toutes ses cartes. Il n’a qu’un laps de temps très limité pour agir, mais il le faut. Alors il invoque un clone, qui sert à faire diversion, pendant qu’il s’échappe du cercle pour les abattre rapidement, un à un. Le dernier à terre, le clone disparait. Mais ce n’est pas finit… oh non, loin de là…
« Cela n’en finira-t-il donc jamais ? »
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 22
♠ Petits messages : 2691

Feuille de personnage
Niveau:
9/30  (9/30)
Expériences :
2690/1500  (2690/1500)
Votre domaine: La Tromperie.
avatar
Tortue Ninja
Tortue Ninja
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Les mélodies des cristaux [Sariel, Vinpap et Asaki] - Ven 3 Jan 2014 - 20:13
Vous pouvez attaquer à distance non? On pourrait alors détruire les griffes à distance pour que lui (Sariel) puisse les achever au corps à corps.

Mais d'ou vient cette légende que les ninjas ont TOUJOURS une arme a distance? Ça ne se voit pas qu'il a deux sabres, un couteau et SEULEMENT HUIT KUNAIS? Il grogna et se baissa en évitant un projectile. Puis il tourna la tête vers le jeune homme et il haussa un sourcil en voyant son état lamentable. Qu'est ce qui lui était arrivé pour qu'il semble si... affaiblit? M'enfin, qu'importe au final? Il n'était pas en charge de sa santé, mais de sa survie.

" Baka... "



Le ninja s’élança. Il évita un groupe de golems, se dirigeant droit vers Sariel et s'attaqua a ceux qui étaient plus éloignés. Il fit tournoyer son sabre et bloqua le premier cristal qui fut tiré vers lui. Malheureusement, ceux qui venait dans son dos, c'était une autre histoire. Deux cristaux s'enfoncèrent près de ses omoplates et il grogna, avant de couper le "canon" de deux golems. Puis il recula et sauta afin d'arriver derrière la deuxième ligne de tireurs. Il trancha des tête, des bras, mais cela n'en valait pas la peine. Certains se relevaient malgré tout.

* Tu vas avoir besoin d'aide...*

Kaze fit son apparition et il sauta dans la bataille. Incapable de saisir des armes pour l'instant, il devait se résoudre a utiliser l'arme la plus fiable, mais aussi la plus fragile sur terre, le corps humain. Il frappa de toute ses forces sur les jointures des membres, sur les cranes qui arrivaient a porter, permettant ainsi a Vinpap de finir le travail a coup de sabres bien placé. Lentement, difficilement, ils réussirent a les faire reculer.

" Vous ne pouvez rien contre nous... Disparaissez! "

Malheureusement, ce fut Kaze qui disparut. Le temps écoulé, il s'évapora dans une lueur bleutée. Quelques gros mots plus tard, Vinpap recula, tous les golems du secteur le fixant. Il en profita pour observer les cadavres de golem et il fut satisfait, en voyant qu'il y en avait une bonne vingtaine. Malheureusement, il commençait a avoir du mal a se déplacer et a combattre de manière optimale. Il grogna et observa son katana, ravagé par les rayures, causées par les multiples projectile. Puis il vit son ninjato, détruit, au pieds des golems.

Il recula encore. Toujours. Il avait peur? Oui, on pourrait dire ca. Il avait peur de mourir ici, il voulait continuer de vivre. Il voulait gagner, il voulait les faire payer, il voulait sortir d'ici vivant. Et il allait gagner, il allait les exterminer, jusqu'au dernier.

Le bras de Vinpap se couvrit rapidement de cicatrices, la lueur rouge émanant comme jamais auparavant. Il cria et lança son sabre, directement dans la tête du premier golem, dont la tête éclata en fragments sous l'impact. Il saisit son couteau et la chaîne, en fixant les golems.


" A qui le tour désormais? Qui veut goûter la lame d'un Ishikawa?"

Un premier leva le "canon" et ce fut le signal pour tous les autres. D'un coup, ils étaient tous près a tirer. Kaze sourit et lança le couteau, qui s’enfonça dans le bras de cristal, avant de donner un coup raide sur la chaîne, pour faire tourner celui ci. La détonation partit et, le-dit canon tira en pleine tête d'un autre golem. Malheureusement, les autres tirèrent aussi, certains projectiles s’enfonçant dans sa peau, d'autre lacérant son corps, détruisant sa combinaisons. Il se releva difficilement et d'un autre coup sur la chaîne, il récupéra son couteau. Il les observa longtemps, ces avatars de cristal. Puis, il s’élança vers eux, avant de glisser au sol, entre leur jambes et d'en faire chuter quatre. Il se releva et saisit, avec sa chaîne, un des 7 encore debout. Il enroula celle ci autour du "cou" du golem, avant de l'envoyer voler avec un coup de pieds bien placé. La tête s'arracha et il l'attrapa en vol, avant de s'en servir pour fracasser le crane d'un autre.

Puis, enfonça le Kyoketsu en pleine tête de l'un de ceux toujours debout. Puis il saisit une paire de kunai et les enfoncèrent dans son corps, avant de l'envoyer valser avec la chaîne. Il s'écrasa durement contre un deuxième et les deux explosèrent en morceau.


Tout a coup, un pan de mur s'écroula, a cause du déplacement de l'énorme golem et un passage s'ouvrit. Tous, sans exceptions, tournèrent la tête vers ce passage. Saisissant l'opportunité, Kaze sauta et rejoingnit les autres rapidement. Il arracha le haut sa combinaison, puis les dix cristaux plantés sur sa peau et les jeta au loin. Il fonça vers Sariel et, d'un coup de pied, envoya voler le golem s'attaquant a lui.

" On sort d'ici... "

Il saisit Asaki par le bras et le mit sur son épaule, malgré les complaintes de celui ci, bien décider a lui sauver la peau. Il s’élança alors vers le trou, recevant malgré tout trois projectiles sur son bras et son dos. Mais il réussit tout de même a passer sans plus de mal. Il continua de courir un moment et finit par s'immobiliser lorsqu'il crut avoir mit assez de distance entre eux et les golems. Il jeta Asaki au sol et lui donna un coup de pied en plein visage.

" Espèce d’imbécile... Tu sais tout le mal que tu as causé? Tous les problèmes qui sont de ta faute? "

Puis il se tourna vers Sariel et il le fixa droit dans les yeux. Ils étaient tous blessés, surement épuisés aussi. Pourtant le travail n'était pas fini, loin de la. Ils devaient encore sortir d'ici et retourner vivant a l'académie. Chose qui n'allait pas être simple dans une série de tunnels dont ils ne savaient pas où chaque détour pourrait les mener. Il s'appuya alors contre le mur et il grogna, son bras perdant ses cicatrices et sa lueur rouge.

Et maintenant... On doit trouver un plan d'attaque si on veut espérer en sortir en vie...Il soupira et observa ses deux compagnons d'infortune.Vous avez une idée? "


Fais gaffe Invité, tu es la prochaine personne sur ma liste...
Mon theme ~ Fiche

deus awards :
 
Invité
avatar
Invité
Re: Les mélodies des cristaux [Sariel, Vinpap et Asaki] - Dim 9 Fév 2014 - 10:53
Eh bien, un rp qui commençait bien en effet, intéressant. Il y avait de quoi faire et vous aviez plutôt de bon niveau, avec des personnages différents, ça donnait de boost un peu. Dommage que cela se clôture ainsi.

Asaki : 150 xps
Sariel : 165 xps
Vinpap : 160 xps

Xps attribués : Yep
Les mélodies des cristaux [Sariel, Vinpap et Asaki]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Les mélodies des cristaux [Sariel, Vinpap et Asaki]
» Présentation de Sariel Arch-Angel. [ U n d e r c o ]
» LES CRISTAUX DE NEIGE
» cherche spot rapide a explorer pour mega cristaux de glaces
» Chambre des cristaux - 14/10 au 17/10

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Au-delà du portail :: Terres inexplorées-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page