Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

[Quête] Jolies Ténèbres

Aller à la page : 1, 2  Suivant
♦ Rose ou chou ? : Rose, ça n'a pas changé depuis le temps.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 122

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
1326/1500  (1326/1500)
Votre domaine: L'Art
avatar
♦ Âme Téméraire
♦ Âme Téméraire
Voir le profil de l'utilisateur
[Quête] Jolies Ténèbres - Mar 26 Nov 2013 - 12:22

Comme dans un rêve...


▬ Y a de quoi se fouler la cheville ici.

Enjambant une énième racine, la main de Sonou dans la mienne, je continue d'avancer sans relâche parmi les arbres de cette forêt. Le ciel est d'un bleu azur qui fait mieux sortir les branches sombres. Il fait beau et on peut entendre les chants des oiseaux nous provenant des cimes. Les semelles de nos chaussures font crépiter les feuilles mortes sous nos pas. Une brise fraiche souffle dans nos cheveux écarlates. Ça fait près d'une demie heure que nous progressons dans ce décor végétal. Nous avons passé plusieurs clairières, mais aucune n'a convenu à notre projet de pique-nique, comme le témoignent les paniers à nos bras.

Pourquoi ici, sur Terre, me demanderez-vous ? Parce qu'à l'académie, il y a trop de monstres. A notre niveau, nous ne pouvons nous risquer de nous aventurer dans des forêts ou des bois sans risquer de se faire bouffer par des sales bêtes. Toute seule, j'aurai pu être tentée de jouer avec le feu mais avec Soniya, non. Je ne veux pas l'impliquer dans mes délires d'inconsciente. La Terre est déjà plus abordable pour nous, il y a moins de monstres. Même si la menace des renégats est bien présente, il nous faudra quand-même une malchance de malade pour en rencontrer dans ce trou paumé, la planète est tellement grande. Du moins, c'est mon raisonnement à moi.

Et puis, au pire, je peux toujours me servir de ma craie pour nous faire déguerpir vite d'ici.

Enfin, c'est vraiment le genre de scénario auquel il ne faut pas réfléchir trop si on veut quand-même profiter pleinement de sa journée. Je ne suis pas venue ici pour faire ma parano.

Pourtant il y a de quoi. Nous nous promenons actuellement dans une forêt, en Russie, et ce n'est pas sans nous rappeler, de temps en temps, nos derniers instants. Bon, c'était un bois, il faisait nuit et il neigeait, ok. Là il fait beau et la gamme de couleurs qui s'offre à nos yeux est relativement différente. On marche à notre aise, main dans la main, et personne ne nous poursuit. Heureusement, d'ailleurs, sinon cette promenade rimera à rien, ce sera plus de l'ordre du masochisme que de vouloir se rappeler de ce genre de chose. Non, le décor est différent et avec un petit effort, on peut passer outre tout ça et profiter pleinement de notre sortie en pleine nature.

Plus loin, une autre clairière se profile. Cette fois, c'est la bonne. Assez grande pour nous deux, avec le ciel dégagé et pas trop de mousses. Nous allons pouvoir enfin installer nos affaires.

▬ Je crois qu'on est arrivé ! ai-je annoncé, tout sourire.

Une fois arrivées, nous nous occupons de déballer le tout : nappe, assiettes, couverts, coussins pour ne pas se tremper les fesses, parce qu'il fait peut-être beau mais pas trop sec non plus, il a plu la veille. Il ne reste maintenant plus que la bouffe à sortir, elle repose au fond de nos paniers elle, attendant son moment pour finir dans notre estomac ! Je m'assieds donc en tailleur, poussant un soupir d'aise et arborant un large sourire. Être ici, profiter de notre dimanche pour un voyage sur Terre, c'est presque l'équivalent de partir bronzer en Espagne au temps où on était à l'orphelinat, en Russie. Sauf qu'il fait légèrement plus frais.

▬ On est bien là non ? On a marché pendant longtemps dis donc, ça m'a donnée faim tout ça…

Evidemment, venant de ma part, ce n'est guère étonnant. Je suis sans doute la plus morfale des deux, à croire que le côté marmotte va toujours de paire avec cette caractéristique. Il faut croire que la digestion, ça donne sommeil. Merci le cours de science ! Tout est logique, après tout. Bon, parler de science quand on est des dieux en devenir... voilà. Mais ça reste une matière indispensable, surtout avec les tonnes de domaines physiques. Il n'en reste pas moins que nous ne pouvons pas toujours nous baser sur ces théories, puisque la magie entre en scène dès lors qu'il est question de divin... Oui, je décortique beaucoup ce genre de choses, il faut bien assurer en cas de combat. D'ailleurs, en parlant de ça, il faudrait que je me trouve un bon prof dans cette matière. Les cours avec plein d'autres élèves, ça ne me va pas. Il me faut un truc en tête à tête avec le maître, où je pourrais me concentrer sans me sentir obligée de balancer des âneries à tort et à travers.

▬ Zut...

Le juron est sorti tout seul, parce que j'ai remarqué avoir oublié un détail : nos salades. Oui parce que la viande, les fruits, les pâtisseries, c'est bien, mais il faut aussi des légumes pour bien équilibrer les repas. Je me sens un peu honteuse d'avoir loupé l'une des choses dont j'ai été chargée d'amener.

▬ Rah là là, quelle gourde... j'ai oublié nos salades...

Je m'ébouriffe les cheveux toute seule, réfléchissant à une solution, embarrassée, puis soudain, une idée me vient à la tête.

▬ J'ai vu des champi' tout à l'heure quand on marchait ! Je vais aller en chercher !

Et comme je suis prévoyante quant à la réaction de ma soeur, je fais apparaître ma craie magique dans ma main.

▬ T'inquiète, je te rejoins en un clin d'oeil si besoin.

Bon, un clin d'oeil, j'exagère, mon pouvoir ne vaut pas la téléportation, la vraie, mais j'aime bien me vanter de temps en temps... et surtout, il vaut mieux, pour rassurer Sonou.



◊ Ma couleur : #336699FicheJournalDerrière l'écran
Invité
avatar
Invité
Re: [Quête] Jolies Ténèbres - Mar 26 Nov 2013 - 15:07
Un Moment Magique...


▬ Y a de quoi se fouler la cheville ici.

Pour le coup, j'étais bien obligée d’acquiescer de la tête mais je ne quittais pas mon sourire. Ma main bien calée dans celle de jumelle, je passais le temps avec le nez rivé au sol, afin d'être sure de justement ne pas me retrouver étalée par terre. Pas que ça me gênerais, enfin si un peu mais bon, j'ai l'habitude et Tanya, elle ne s'inquiéterait pas spécialement de me voir tomber. Mais je ne voudrais pas renverser mon panier ni risque d'abimer son contenu. Ça faisait un moment qu'on avait prévu de faire cette sortie sur Terre toutes les deux alors hors de questions de gâcher ça maintenant qu'on était si près du but. Ce ne serait vraiment pas de chance.

J'ai toujours mon sac à dos en plus avec moi, avec mes instruments et d'autres trucs divers et variés comme des pansements, des crayons et de quoi dessiner mais aussi mon cadeau de la tombola d'Halloween. Une citrouille qui donne des bonbons à l’infini. C'est vraiment trop bien ce truc et maintenant, elle ne me quitte plus. Comme ça au moins, si on se retrouve bloquées, je sais qu'on ne pourra jamais mourir de faim. Bon, ça risque de nous arriver mais je ne sais pas, c'est toujours mieux de l'avoir. J'ai aussi le couteau de ma Tanya, bien sûr et puis mon collier autour du cou. Il parait qu'avec je peux respirer sous l'eau mais je n’ai pas encore osé essayer. Je le porte juste parce qu'il est joli et que je l'aime bien.  

On est en Russie, c'est chez nous, mais c'est différent aussi. En même temps, je préfère ça comme ça. Avec des couleurs, calme et serein. La forêt semble protectrice, pas comme la dernière fois qu'on l'a vu. Brr, un instant, j'en ai des frissons mais je me calme vite. On est là pour pique-niquer et s'amuser, juste entre sœurs et je sais que ça va être fantastique.

▬ Je crois qu'on est arrivé !
On est bien là non ? On a marché pendant longtemps dis donc, ça m'a donnée faim tout ça…


"- Wouah, c'est super, exactement ce qu'il nous faut. Alors, ça y est, c'est parti. On peut déclarer l'opération balade/pique-nique ouverte. Youpi!!!"

Oui, je suis un peu très excitée. En même temps, c'est normal de l'être, nan? J'aide Tanya à tout bien mettre en place, installant les nappes et autres coussins et couvertures pour ne pas trop nous mouiller et ainsi ne pas chopper froid et profiter au maximum de notre journée. Et puis, on commence à déballer les paniers aussi, avec de quoi se restaurer. Assiettes, couverts, verres, serviettes et puis tout le reste qui va nous permettre de nous remplir l'estomac. Parce que bon, je ne l’ai peut-être pas fait remarquer mais moi aussi j'ai faim quand même. On en a fait des kilomètres pour trouver notre coin spécial et parfait rien qu'à nous alors comme on dit, après l'effort le réconfort.

▬ Zut...
Rah là là, quelle gourde... j'ai oublié nos salades...
J'ai vu des champi' tout à l'heure quand on marchait ! Je vais aller en chercher !


Ah... Bah, sans les salades, ça n’aurait pas été trop grave. On a quand même largement de quoi faire, surtout que Sarah était de super bonne humeur alors elle m'a donné pleins de trucs en plus mais je connais ma Tatoune et je sais que si elle ne ramène pas quelque chose pour effacer son erreur, elle ne va pas profiter de la journée comme elle le devrait. Alors, je me contente de sourire et de faire oui de la tête. Même si quelque part, ça ne me plait pas trop que Tanya s'en aile et me laisse seule. Bon, je ne crains rien ici, je le sais. Il n’y a pas de monstres, pas de guerres et même pas de gens. Mais bon, quand même.

▬ T'inquiète, je te rejoins en un clin d'oeil si besoin.

"- D'accord, on fait comme ça. Je termine de tout installer comme ça, quand tu reviendras, tout seras prêt. Je compte sur toi pour faire une super cueillette du coup."

Avec sa craie magique, je sais qu'elle sera très vite de retour et ça me rassure. Je laisse donc ma Tanya repartir à la recherche des champignons tandis que je termine de mettre en place nos victuailles, sortant d'abord le salé pour laisser le sucré à l'abri. Je m'amuse à disposer le tout de diverses manières, pour que les formes, les couleurs et les odeurs se mélangent avant de bien mettre les coussins. On va être super bien installées comme ça. Et maintenant, en attendant que ma jumelle ne revienne avec les bras garnis de sa cueillette, je sors ma petite lyre et commence à jouer un peu, mon regard s'envolant avec les oiseaux qui virevoltent dans le ciel.
♦ Rose ou chou ? : Rose, ça n'a pas changé depuis le temps.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 122

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
1326/1500  (1326/1500)
Votre domaine: L'Art
avatar
♦ Âme Téméraire
♦ Âme Téméraire
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Quête] Jolies Ténèbres - Mar 26 Nov 2013 - 15:49
Ici… et ailleurs


▬ Greuh… ?

… Où est-ce que je suis là ? Ma vue est toute floue. Je distingue des formes mais je ne parviens pas à les identifier. Oh… Je me souviens avoir attaqué le dessert, cette délicieuse mousse au chocolat comme Sarah sait si bien les faire. Le repas a été bien chargé comme il faut, dans une ambiance on ne peut plus magique, tout allait bien et… Ah, et cette salade de champignons, leur douceur accompagnée de la sauce moutarde au miel. Mmmh. Je me souviens m'être régalée. Quand je vous disais que la digestion, ça donne sommeil, eh bien, il semblerait que je ne me suis pas trompée. On a dû piquer un bon petit somme après le repas, roulées en boule ensemble. Bon, ce n'est pas très prudent en terre inconnue, c'est sûr, mais qui pourrait venir nous chercher ici ?

Oh attendez. Qui a grogné, là ? C'est quoi ce bruit ? On dirait que quelque chose renifle. J'espère que ce n'est pas un sanglier !

Je me redresse d'un coup, en alerte, l'odeur ambiante attaquant mon flair de manière presque violente. Et là, surprise ! Je me retrouve face à face avec un renard ! Il se tient tellement près que j'ai failli lui rentrer dedans ! Mon coeur manque un battement, je crois entendre un glapissement et je fonce me réfugier derrière un arbre. La cage thoracique martelée, encore sous le choc, je commence à sortir un tout petit peu ma tête de ma cachette, à observer ce canidé, et à chercher des yeux ma soeur. Un renard, c'est comme un loup pour moi, ça a le même niveau de dangerosité. Ce n'est certainement pas comparable à un monstre comme une Bulette, mais ce n'est pas inoffensif non plus.

Je me méfie donc et recule à quatre pattes, tandis que mon esprit commence lui à paniquer parce que je ne vois ma jumelle nulle part. Un autre grognement. Je me fige soudain. Mais d'où il vient encore ?! Je louche légèrement, me redressant et m'asseyant sur mon postérieur. Puis je réalise quelque chose de poilue à côté de moi. Une chose très touffue même. Ça ressemble vaguement à… une… queue ?!

Comme si un ressort a été installé sous mes fesses, je fais un bond sur le côté en hurlant. Enfin, mon hurlement ressemble plus à un couinement qu'autre chose. Ou un glapissement, au choix. Pour l'instant mon occupation principale n'est pas de savoir comment appeler ma réaction, mais plutôt de courir loin, le plus loin possible de cette réalité.

Je n'ai pas couru longtemps, par contre. Dans ma précipitation, je ne me suis même pas rendue compte que je me suis dirigée droit vers un tronc d'arbre. Je suis trop concentrée à regarder les yeux écarquillés d'horreur cette grosse masse de fourrure me poursuivre partout où je vais. Puis boum ! La collision. Fort douloureuse en passant. J'ai vu trente-six chandelles pour le coup, peut-être même plus…

Allongée sur le dos, je sens mes membres en l'air, recroquevillés contre mon corps. J'ai l'impression de prendre moins de place dans l'herbe… c'est normal ?! Je bats des paupières en essayant de reprendre mes esprits. Et là je les vois. Ces… pattes qui me servent désormais de mains, de bras, de pieds, de jambes. D'un autre bond, je me relève pour retomber sur ces dites pattes. Je secoue la tête, encore un peu sonnée. Les bruits et autres murmures de la forêt me parviennent comme des cris, c'en est presque insupportable. Ajoutée à tout ça une bonne quantité d'odeurs que je ne pourrai jamais identifier ou différencier.

Mes yeux se rouvrent alors sur cette clairière devant moi, sur ce renard se trouvant au milieu de toutes ces affaires de pique-nique. Serait-ce possible que… ? Bon sang, je dois être en train de rêver… et je me rends compte que je ne peux même pas me pincer pour vérifier.



◊ Ma couleur : #336699FicheJournalDerrière l'écran
Invité
avatar
Invité
Re: [Quête] Jolies Ténèbres - Mar 26 Nov 2013 - 17:19
Graouh....?


▬ Greuh… ?

Hum? Hein quoi? C'est quoi ce bruit bizarre? Ouah, je baille un grand coup. Ah oui, je me souviens. C'est vrai que je me suis assoupie après avoir finie le dessert; Enfin, pas tout de suite. J'ai eu le temps de voir Tanya roupiller avant moi. C'est toujours comme ça d'ailleurs. Elle s'endort la première et se réveille la dernière. Enfin, il faut que je la lève plutôt, parce que sinon, elle passerait sa vie dans son lit. Mais bon, ça a toujours été comme ça alors maintenant, j'ai l'habitude. Et puis ça me fait rire alors ça me gêne pas de devoir la réveiller. C'est notre petit rituel rien qu'à toutes les deux du coup.

En tout cas, on avait trop bien mangé. Sans aucun doute trop d'ailleurs parce que vu tout ce qu'on avait ramené, il y avait de quoi tenir un siège. Mais pourtant, on s'est jeté dessus et on a quasiment tout englouti. Et les champignons récupérés par Tanya étaient trop bons. En tout cas, préparés comme elle l'avait fait, avec la sauce à la fois piquante et sucrée, c'était vraiment un délice. J'en ai repris trois fois alors que j'avais déjà plus faim mais je ne le regrette pas. En plus, on ne sait pas quand on retournera sur terre alors autant en profiter. Mais du coup, après avoir dévoré comme on l'avait fait, bah la sieste s'est imposée. Je ne l’ai même pas sentie arrivée.  

Du coup, je me réveille tranquillement. Hum, ça sent trop bon. Je me souvenais qu'il y avait autant d'odeurs et aussi forte que ça. Bon, je prends le temps de m'étirer tranquillement et c'est marrant, j'ai l'impression de pas être comme d'habitude. Plus légère, plus petite aussi. Je réalise qu'il y a du mouvement pas loin de moi mais c'est parti très vite et moi, je prends le temps d'émerger. Je regarde le ciel, il est clair mais c'est marrant, il me parait encore plus loin que d'habitude. Une feuille qui volette me tombe sur la truffe et je souffle dessus, la faisant redécoller avant de la voir tomber à côté de moi, ce qui me fait rigoler.

Euh, mais c'est quoi ce bruit bizarre qui sort de ma gorge? Une truffe? Depuis quand j'ai une truffe moi? Je me penche sur le côté et l'ombre que je vois se dessiner au sol me fait écarquiller les yeux. C'est quoi ce renard? Un renard? Je bondis sur mes .... Pattes parce que oui, j'ai des pattes. 4 pour être précises. Et un machin derrière le dos. Wouah, un morceau de fourrure vivant. Il bouge dans tous les sens alors j'essaye de l'attrape pour qu'il arrête de remuer mais quand j'y arrive enfin, je glapis de douleur. Aïe, ça fait mal. Et puis, un son lourd un peu plus loin, comme un choc. Je m’assois sur mes fesses, gardant un œil sur ma queue en panache avant de fixer un autre renard, qui vient de se prendre un arbre. Ouch, ça doit faire mal ça.

Tiens, en parlant d'autre, ou est ma Tanya? Je regarde les environs, je cherche partout du regard mais il n'y a rien ni personne... A part le renard qui à présent me fixe tout comme je le fixe. Les sons sont trop forts à mes oreilles, j'ai du mal à m'y faire. Comme quoi avoir l'oreille musicale, c’est pas toujours pratique. Je n'ose pas bouger, j'ai peur que ... Enfin je ne comprends pas déjà pourquoi je suis plus moi et je veux ma Tanya. Alors, je fais la seule chose qui me vient à l'esprit. La seule chose que j'arrive à faire quand je suis trop perdue et que tout m'échappe. Je me mets à pleurer. Enfin, je ne sais pas trop ce que ça donne en version peluche orange et blanche mais tant pis. Et j'appelle ma jumelle.

"- Tanya!!!.... "

C'est ce que j'ai dit mais je ne suis même pas sure que c'est ce qui soit sortie de ma gorge. Je parle plus humain, c'est sûr, je suis devenu un renard. Un vrai de vrai. Mais je sais rien faire en renard moi. Je ne veux pas chasser les souris ni les oiseaux. Et quand je vais fouiller dans mon sac pour essayer de saisir mes instruments, je ne peux même pas m'en servir. Ma patte passe plusieurs fois sur les cordes mais je ne peux pas chanter et les notes ne sont même pas justes. Ça me rend encore plus triste. L'autre renard doit vraiment se moquer de moi. La preuve, il n’avance pas, je dois lui faire peur avec mes réactions bizarres.
♦ Rose ou chou ? : Rose, ça n'a pas changé depuis le temps.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 122

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
1326/1500  (1326/1500)
Votre domaine: L'Art
avatar
♦ Âme Téméraire
♦ Âme Téméraire
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Quête] Jolies Ténèbres - Mer 18 Déc 2013 - 11:55
Toi et moi… contre la forêt
Oh la vache, ce coup dans le museau a été bien douloureux quand-même ! Pour le coup je commence doucement à réaliser : je ne suis plus humaine. Je suis devenue une sorte de canidé au pelage orangé, à première vue je dirai… je dirai que je dois ressembler à quelque chose dans le genre de la créature en face de moi. Celle-là même dans laquelle j'ai failli rentrer tout à l'heure. Un renard, voilà ! Mais… qu'est-ce qu'il fout celui-là ? Le voilà qui couine et qui tripote la lyre de ma soeur ! … Attendez. Serait-il possible que… ? Ah… Ah beh… Si j'ai été transformée en renard, alors peut-être que… Peut-être qu'il en a été de même pour ma soeur ? Ah. Ah beh oui. Logique.

▬ Grurr…

Non mais en fait je voulais dire « Oh non Sonou ! », mais apparemment, ma nouvelle condition m'empêche de communiquer correctement. Enfin, j'ai réussi à comprendre que ma copie conforme est perdue et qu'elle pleurait, alors ça signifie qu'au moins, on peut se transmettre des messages même sans vocabulaire précis. Je m'avance donc vers celle qui semble être ma soeur, un peu méfiante quand-même. Je dirige ma truffe frémissante vers le museau de l'autre canidé et je la renifle un peu. Pas de doute, l'odeur de Soniya est bien présente ! … En même temps ce n'est pas difficile, ses affaires sont juste à côté…

Je sors ma petite langue rose et léchouille timidement la joue de ma moitié. Euh… je fais quoi là ? Je voulais juste la serrer dans mes bras ! Ces réflexes sont vraiment… vraiment… Bon d'accord je ne suis plus humaine, ça passe mieux, mais bon tout de même ! Je souris intérieurement, trouvant la situation comique, même si je ne sais pas comment ma soeur prendra mon geste. Elle sera surprise ça c'est sûre. J'avance ensuite ma tête toute touffue et je la frotte contre celle de ma jumelle pour lui faire un câlin avec les moyens du bord.

Je lève ensuite ma patte gauche avant pour venir lui donner une petite tape, puis je me redresse carrément sur mes membres arrières pour lui faire un assaut affectif plus convainquant. Histoire de montrer qu'on peut s'amuser même si on se promène à quatre pattes, avec pour seul habit un manteau de fourrure couleur automne. On se roule ensemble, je me prends les coussinets dans un pot de confiture et j'en mets partout. Alors je m'assois et j'en profite pour lécher la pâte sucrée et collante, mais je pense aussi à en laisser à ma jumelle.

Finalement je ne me questionne pas tellement sur le pourquoi du comment nous avons été transformée en renards, au final ça ne sert à rien à part nous triturer la cervelle. On n'a aucun moyen de se poser la question et de débattre, de toute façon. Actuellement on s'amuse bien et c'est tout ce qui compte.

Bien rapidement par contre les choses ont commencé à se compliquer. Il y a eu des bruits au loin, des cris d'enfants. Ils tonnent une comptine en choeur et marchent tellement fort que si je n'ai pas entendu leur voix, j'aurai cru que c'était un troupeau d'éléphants ! Ils viennent vers nous et mon instinct animal me crie de me cacher, mais je ne le fais pas. Je ne sais pas pour ma soeur mais moi, je suis restée sur place, les oreilles tendues et les yeux grands ouverts sur ces silhouettes qui se rapprochaient.

Puis ils sont apparus, leurs cris émerveillés avec, suivis des rires et ensuite les cailloux se sont mis à pleuvoir. Je m'en suis pris un en plein dans le museau. Je n'ai pas bronché mais ça m'a suffi pour que je détale plus vite que mon ombre. Et ils continuent à nous lancer des objets dessus. Nos affaires ! J'ai bien envie de leur casser la figure mais ils sont trop nombreux, et je ne peux pas entraîner Sonou dans cette histoire, alors je fuis, je me contente de le faire.

Parvenues derrière une énorme souche d'arbre couchée sur le sol, le petit coeur battant contre ma poitrine, je viens me caler contre ma soeur et on souffle un instant. Même en renards inoffensifs, on n'a de cesse de se faire persécuter. Qu'est-ce qu'on a fait pour mériter tout ça ? Connaissant Soniya je sais qu'elle se pose les mêmes questions, alors je me contente de la rassurer… Moi, je ne la trahirai jamais et je serai toujours là avec elle. Et là, c'est elle et moi contre le monde… non, la forêt.



◊ Ma couleur : #336699FicheJournalDerrière l'écran
Invité
avatar
Invité
Re: [Quête] Jolies Ténèbres - Jeu 19 Déc 2013 - 11:06
Ensemble, malgré tout....

▬ Grurr…

Quand je l'ai entendu, j'ai eu peur et du coup, je me suis arrêtée de pleurer. Je vois le renard qui s'avance et qui reste le regard rivé sur moi. C'est mon imagination où lui aussi il est aussi paumé que moi? T'es mignon toi, j'aimerais bien pouvoir le câliner mais je n’ai pas de bras pour ça. J’ose ne pas trop bouger et je le laisse s'approcher jusqu'à venir se trouver juste devant moi. Sa truffe remue et ça me fais sourire, c'est trop mimi. Alors je fais pareil, après tout, les odeurs sentent beaucoup plus forts maintenant. Et... Pourquoi il sent ma Tanya? Il lui a fait quoi? Il l'a quand même pas mangé, hein? Sur le coup, je suis limite tétanisée. Et la boule de poil rousse qui me fixe toujours et se rapproche. J'ai peur!

Je sens sa langue sur ma joue et je frémis, il est en train de me gouter, là? Pitié, dites-moi que ce n’est pas ça. C'est limite si j'arrive à respirer tellement je suis inquiète. Tanya, son odeur est partout sur la fourrure du renard ais je la vois nulle part. Pas le temps de me poser davantage d questions non plus parce que là, c'est la tête du petit animal qui vient se frotter contre ma tête. C'est doux, c'est chaud et rassurant. Je ferme les yeux quelques instants. Si j'oublie le fait que je suis maintenant devenu un animal à 4 pattes, j'aurais presque l'impression de me retrouver à l'orphelinat, le soir dans le dortoir, quand je ne trouvais pas le sommeil et que j'allais dormir blottie contre ma jumelle. Je suis bien là en fait.

Aïe! Mais pourquoi il me tape maintenant, j'ai rien fait. Oh non, j'ai compris, il a essayé de m'assommer. Et là, le voilà qui tente de se jeter sur moi. Il va me manger, j'en suis sure. Comme il a mangé ma Tanya. Non, je ne veux pas, au secours! Mais déjà, on roule tous les deux sur la nappe du pique-nique. J'ai beau avoir peur, je trouve ça drôle, encore plus quand l'autre se prend les pattes dans le pot de confiture et que tout le contenu se retrouve étalé sur ses pattes et la nappe. Et le voilà qui lèche la pâte sucrée et aromatisée, m'en laissant la moitié, comme par habitude. Ah, il ne voulait pas me manger alors. Et il se comporte comme ma Tanya. C'est marrant, ça. Je léchouille la confiture, m'en peinturlurant le museau qui colle un peu mais c'est drôle.

En fait, on dirait que l'autre renard, c'est Tanya. Oui, plus j'y pense, plus j'y crois. Bah quoi, si moi je suis devenue un renard, pourquoi pas elle? Et finalement, cette idée me rassure. Enfin, du moment que je ne reste pas toute seule, ça me va moi. Et puis, finalement, ça aurait pu être pire. je suis pas un ver de terre, ni une souris que ma Tanya aurait pu chasser.

On terminait de lécher les reste de confiture lorsqu'on les a entendu. Les chants d'enfants, les bruits de pas qui résonnent dans le sol meuble. Ouah, ça fait bizarre ce truc. Mais au moins, on était prévenues. Je ne sais pas pourquoi mais une petite vois dans ma tête me hurlait de prendre mes jambes à mon cou alors que moi, j’étais trop contente de les entendre. Ça chante, ça rigole, j'aime ses sons-là. Et moi, je peux plus les faire alors je reste là, à écouter et à les voir apparaitre. Ils nous regardent, s'émerveillent, rient et parlent, c'est super. Je voudrais m'approcher mais là, un truc passe tout près de moi et s'écrase au sol. Une pierre. Je bondis sur mes pattes, inquiète.

Et les cailloux se mettent à pleuvoir. J’entends Tanya couiner, je fais pareil quand l'un me frappe en plein sur la patte et je détale. Aussi vite que je peux. Non, nos affaires sont là-bas. Mais je ne peux pas les récupérer. Et maintenant, y a pas que des pierres qu'ils nous lancent. J’ai l'impression de réentendre les aboiements des molosses derrière moi et j'accélère malgré que je boitille. Je ne veux pas me faire rattraper, pas cette fois. Je ne veux pas que Tanya elle vienne m'aider sinon... Encore...

On a fini par s'arrêter derrière une vieille souche d'arbres, il n'y a plus de bruits derrière nous. Je me roule en boule, me faisant le plus minuscule possible. je voudrais pleure mais ça donne l'impression que j'ai le hoquet comme ça. Je me lèche la patte, ça saigne alors je soigne comme je peux. Ce n’est pas grand-chose mais je ne veux pas inquiéter Tanya qui est venu tout contre moi. Je sens sa respiration rapide et son cœur qui lui aussi tambourine dans sa poitrine. Je voudrais lui dire pleins de choses mais je ne peux pas alors je viens frotter ma tête contre la sienne, pour me rapprocher d'elle. Elle est avec moi. Alors je ne crains rien.

Je finis de me calmer un peu. Autour de nous, résonnent les bruits de la forêt et naissent des odeurs que je ne connaissais pas bien. La terre humide, les feuilles, les fleurs et autres baies. On peut deviner d'autres présences animales mais je ne suis pas certaine de vouloir me risquer à aller les voir. Quoi que, dans le tas, il y a une odeur qui me fait lever le nez. C'est étrange, ça ressemble un peu à Tanya et à moi mais pas vraiment pareil. Ça a comme... Un air de famille, c'est ça. Je pense que Tanya l'a senti aussi parce qu'on est plus sur le qui-vive, toutes les deux, même si on reste bien cachées. Sauf que, je viens de penser à un truc. SI nous on a senti l'animal, lui, il doit nous sentir aussi, non?

Je n'ai pas le temps de m'inquiéter davantage. Un grand éclair roux passe au-dessus de nous, sautant par -dessus la souche avant de renifler un coup et de se tourner vers nous, nous fixant de son regard perçant. Ça, c'est un vrai renard. Renard ou... Renarde? Je ne sais pas, je trouve qu'elle a une tête de maman moi. Mais je me fais sans doute des idées. Surtout que la voilà qui gronde doucement vers nous. Bon ou mauvais présage?
♦ Rose ou chou ? : Rose, ça n'a pas changé depuis le temps.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 122

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
1326/1500  (1326/1500)
Votre domaine: L'Art
avatar
♦ Âme Téméraire
♦ Âme Téméraire
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Quête] Jolies Ténèbres - Lun 23 Déc 2013 - 14:29
Innocence


Les enfants sont cruels. Est-ce là la nature-même de l'être humain ? Entre ceux qui nous persécutaient et ces soldats qui nous ont poursuivi et qui nous ont tuées ma soeur et moi, alors que nous n'étions que deux jeunes filles qui n'avaient jamais rien fait de mal à personne… Notre seul crime aura été donc de vouloir récupérer notre liberté ? Et ici, qu'avons-nous bien pu faire pour mériter ces railleries et d'être chassées à coups de cailloux dans la figure ? Rien. Nous avons simplement été différentes, de par notre nombre et notre apparence. Ça a toujours été la même histoire. A l'orphelinat, c'était déjà comme ça. Tu as les cheveux et les yeux rouges ? Tu es un démon, tu ne mérites pas de vivre, tu dois retourner là d'où tu viens, c'est-à-dire en enfer. Cette manière de penser est décevante, tout comme notre brève rencontre avec ces enfants. A croire que nous sommes les seules au monde à fantasmer devant des animaux… Tu parles, la plupart ne pense qu'à faire du mal au plus faible.

Oui, c'est ça. La loi du plus fort qui régit en ce monde, cette loi, je la hais.

Mes oreilles tressaillent. Un bruit. Je lève quelque peu mon museau, la truffe frissonnante, humant cette odeur familière qui parcourt l'air environnant. Cette odeur, je suis sûre de ne pas la connaître d'aussi loin, mais il n'empêche qu'elle me rappelle quelque chose… Soniya l'a sentie aussi, nous sommes toutes les deux sur nos gardes. Moi, je suis prête à bondir à la moindre apparition, couvrir ma soeur et me battre. Cette scène avec ces sales gosses, la vision de la blessure sur la patte de ma jumelle, m'ont mise sur les nerfs, je me sens capable de sauter sur un lapin innocent si c'est lui qui s'amuse à se la jouer ninja en ce moment.

Un éclair orange surgit alors au-dessus de nos têtes touffues. Instinctivement, je me replie sur moi-même histoire d'éviter une attaque aérienne. Je ne me contente néanmoins pas d'un mouvement de recul et bien vite, lorsque j'entends quelque chose gronder, je bondis sans réfléchir. Et me voilà les crocs dégainés, grognant comme un chien enrager devant "l'ennemi". Celui-ci se trouve être une bête semblable à celle dont ma soeur et moi venons de prendre l'apparence suite à un phénomène inconnu. En revanche, il est bien plus grand que nous deux. Est-ce que c'est un vrai renard ? A moins que ça ne soit une renarde ? Je ne sais pas, mon premier réflexe n'a pas été de vérifier ce détail, je me tiens simplement en alerte, prête à me battre même si jamais de ma vie je n'ai appris à le faire en tant que renard…

Mais l'intrus fait vite demi-tour, et je doute un moment qu'il ait réagi à cause de moi parce que je doute que je sois vraiment impressionnante. Et en effet, en tendant à nouveau les oreilles, nous pouvons entendre vaguement des aboiements et d'autres bruissements qui font penser à une progression rapide parmi les feuilles mortes. Sur le coup je reste pétrifiée, parce que ce n'est pas le genre d'évènement anodin qui va nous arriver… Des poursuivants, avec des chiens… Ça nous rappelle beaucoup de choses que l'on peut croire. Alors qu'est-ce que je fais ? Je panique, je pousse ma Sonou avec mon museau pour l'aider à relever, je ne sais plus ce que je fais, mais je sais qu'on doit décamper au plus vite. Et je désespère de ne pas pouvoir porter ma soeur. Oui, avec les pattes c'est tout de suite plus difficile… et la porter sur mon dos, c'est peut-être courant dans les dessins animés mais en vrai, c'est impossible à réaliser. Nous avons la même taille et je risquerai plus de m'écrouler que de la porter tandis qu'elle risquera davantage de tomber durant la course que de rester accrochée...

Nous courons ainsi à la suite de l'autre renard qui a pris une avance considérable. Et moi qui a cru qu'il voulait nous attaquer ! En fait il voulait juste nous prévenir… Au bout d'une course aussi longue que la précédente au milieu de la forêt, si pas plus, nous apercevons un trou creusé au pied d'un tronc d'arbre. D'instinct, je fonce vers lui et laisse ma soeur entrer en première avant de m'y faufiler à mon tour. On s'enfonce le plus profondément dans la cavité, dont l'entrée est, je l'espère, assez petite pour qu'un chien normal ne puisse pas y entrer. La crevasse est plus profonde qu'on ne le pense par contre, et on finit par se retrouver truffe à truffe avec le renard rencontré tout à l'heure.

Ça alors, moi qui le trouve déjà énorme, je me demande comment il a fait pour s'y glisser. Pour le coup je m'inquiète un peu et jette un regard en arrière. Aucune trace des chiens mais les aboiements sont toujours là. Je me serre contre Sonou pour la rassurer, puis les pas se rapprochent et d'un coup, on voit un énorme museau venir renifler l'entrée de la caverne, avec toute la subtilité d'un vieux chien de chasse. On se blottit tous les trois au fond de la crevasse, le coeur battant contre notre poitrine. On n'a nulle part ailleurs où aller, on est bloqué ici alors plus qu'à prier Deus, ou le dieu du renard pour qu'ils nous laissent nous en sortir indemne...



◊ Ma couleur : #336699FicheJournalDerrière l'écran
Invité
avatar
Invité
Re: [Quête] Jolies Ténèbres - Lun 23 Déc 2013 - 16:36
Survivre....

Tanya s'est mise debout, déjà prête à se battre. Mais je ne veux pas qu'elle prenne de risques, j'ai peur pour elle. Je couine un coup, parce que oui, ça ressemble à rien le bruit que je fais mais étonnement, le renard s'en va aussi rapidement qu'il est apparu dans notre champ de vision. Une seconde, je retiens mon souffle avant de soupire r de soulagement. Ouf, cette fois-ci, il ne nous est rien arrivé de fâcheux. Alors pourquoi il y a comme mes poils qui se hérissent et mes oreilles qui se dressent toutes seules en direction de l'opposé d la direction du renard? Je relève la tête et les sons me parviennent, comma à Tanya qui a exactement les mêmes réactions que moi. Au moins, même sous forme de renard, on reste jumelle. Maigre consolation.

Piétinement, bruissement rapide, bruit qui se rapproche. Des aboiements et des sons plus lourds comme... des pas... Instinctivement, mes yeux s'écarquillent de terreurs. Des Humains et des chiens. Qui courent. Qui chasse. Ils vont forcément nous tomber dessus. Est-ce que l'autre renard les fuyait? Je suis terrifiée, pétrifiée de frayeur. Non, pitié, pas ça. Je me sens trembler de toute part, complètement perdue. Les chasseurs ils ont des fusils, ils tirent. Non, pas encore, je ne veux pas, je refuse.

Je sursaute en sentant un léger coup contre mon buste. Tanya est dans le même état de panique moi mais elle, elle réagit. Oui, j'ai compris. Je retrouve rapidement toutes mes facultés motrices et je me lève. Commence alors une course qui a désagréable goût de déjà vécu. Les chiens sont à nos trousses. On les entend, on les sens aussi. Mais je n'ose pas me retourner cette fois. Non, je ne ferais pas la même erreur. Tanya est devant et je peine à suivre son rythme malgré l'adrénaline qui booste pourtant à me dépasser. Ma patte me fait mal mais la panique est trop grande, il faut avancer, courir, encore et toujours. Indéfiniment.

Les aboiements se rapprochent, les piétinements aussi. Ils gagnent du terrain malgré tous nos efforts et malgré l'angoisse, je fatigue. Heureusement, on finit par repérer une cachette providentielle. Un simple trou profond entre les racines d'un arbre. Je m'y engouffre aussitôt suivi de ma Tanya et je m'enfonce aussi loin que possible avant de me heurter à quelque chose. Ou à quelqu'un plutôt. Le renard de tout à l'heure. Il a l'air aussi surpris que nous de le retrouver là mais on n’a pas vraiment le temps de faire connaissance. Au moins, il ne gronde plus, ça me rassure un peu. Ma Tanya est venue se blottir tout contre moi, je fais pareil de mon côté. On serait presque bien là. En plus, on entend presque plus rien. Ils nous ont peut-être perdues au final....

Et là, les pas tous proches. Un grognement mauvais. Et la truffe qui s'enfonce dans l'entrée du terrier me faisant presque sursauter. Je me retiens de lâcher un gémissement, espérant qu’il ne nous attrapera pas. Parce qu'il se met à aboyer très fort et méchamment, il sait qu'on est là. Et les Hommes autour se rapprochent. Comme le danger autour de nous. Je crois que je retiens ma respiration tellement j'ai peur car je manque de me mettre à suffoquer. Et là, je ne comprends pas ce qui se passe. Le renard me saisit par la nuque, comme n'importe quelle maman chat le ferait avec son petit et il me balance littéralement au plus profond de l'abri. Je me prends la paroi et tombe les 4 fers en l'air pour découvrir que Tanya a eu droit au même traitement. Maintenant, Le renard est entre nous et la sortie. Et le voilà qui griffe violemment la truffe du chien.

Le chien recule en couinant et soudain, plus de renard. Il a disparu, il est sorti. Nan, il ne faut pas. C'est trop dangereux, il va se faire repérer, chasser et... Réflexe idiot, je me rapproche de la sortie du trou alors que les aboiements se font encore plus virulents et que les Hommes crient très forts. Les souvenirs reviennent, comme un boomerang que je me prends en pleine face et je me retrouve paralysée à nouveau, incapable de faire quoi que ce soit d'autre que de fixer la sortie. Et là, un coup de feu. Je bondis et file au plus profond du trou ou je retrouve Tanya, me collant à elle de toute mes forces. Je pleure. Oui, même sous forme de renard, j'y arrive. Je revois la scène, le corps de ma sœur qui s'effondre sans bruit dans la neige, tâchant de carmin la blancheur immaculée autour d'elle. Je respire profondément son odeur, me frotte contre son pelage. Cette fois, elle est là, avec moi.

Dehors, la clameur s'élève, cris de joie et de triomphe. Les chiens jappent et visiblement, c'est la fête pour tout le monde. Une odeur âcre s'élève pourtant autour de notre refuge. Les gens s'en vont, satisfaits de leur prise et repasse devant notre abri de fortune. Au pied de l'arme, comme le long du chemin, les chasseurs laissent se former une trainée rougeâtre à l'odeur ferrugineuse. Le sang de leur prise. Celui du renard qui nous prend à la gorge. Mais on ne bouge pas. Pas avant de ne plus rien entendre du tout. D'être certaine de leur départ à tous. L'odeur du sang du renard mort me soulève le cœur, je veux sortir, ne plus penser à ça. Mais j'ai si peur en même temps. Alors, comme toujours, je vais m'en remettre à ma Tanya. En espérant que ce cauchemar prenne bientôt fin.
♦ Rose ou chou ? : Rose, ça n'a pas changé depuis le temps.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 122

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
1326/1500  (1326/1500)
Votre domaine: L'Art
avatar
♦ Âme Téméraire
♦ Âme Téméraire
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Quête] Jolies Ténèbres - Mer 25 Déc 2013 - 13:08
Merciless & Beautiful

Tapies au fond de cette crevasse, serrées l'une contre l'autre, nous osons à peine respirer, de peur que les chiens de chasse ne captent notre respiration. En réalité, c'est une précaution futile, dans ce genre de circonstances le flair de ces bêtes est plus dangereux pour nous que le reste. Et il est inutile de faire l'autruche, s'il a la grosse truffe reniflant à l'entrée de la caverne, c'est qu'il nous a déjà cramé… Pour le coup, mon imagination part en vrille ; je me vois déjà griffer sauvagement le chien, échapper aux coups de feu des chasseurs et sauver tout le monde. Oui mais non, reste sur Terre Tanya ! Tout ceci n'est que pur délire ! Non, je ne suis pas aussi courageuse. Je veux protéger ma Sonou mais en vrai, je suis morte de trouille comme elle. Je n'ose plus la quitter d'une semelle. La dernière fois que je l'ai fait, la dernière fois que je suis partie devant… Je suis morte, sans pouvoir protéger personne.

Alors que j'hésite, en proie à cette peur qui forme un noeud dans mon ventre, je sens la présence de Soniya s'envoler. Je me retourne, paniquée, avant de sentir qu'on m'a chopée par la nuque. Surprise, je n'ai pas le temps de réagir et j'atterris plus loin dans le fossé, aux côtés de ma soeur. Je ne comprends pas et je me retourne, pour voir le grand renard bondir et… et faire exactement ce que je m'étais imaginée en train de faire ! Je reste ainsi abasourdie, je ne bouge pas pendant que ma soeur se rue vers l'entrée du trou, sous le choc. Et là, un coup de feu. Tout mon corps sursaute, j'ai eu l'impression de m'être la balle moi-même, la même sensation d'être foudroyée par la mort, mais sans la douleur. Je n'ai pas eu le temps d'avoir mal, de toute façon.

Accroupie contre le fond du terrier, je ne bouge toujours pas. C'est comme si un poids terrible m'écrasait, ce sentiment d'impuissance, eh bien, il est revenu, et il m'est insupportable. Ce renard, nous ne le connaissons pas, mais il n'a pas hésité à se sacrifier pour nous sauver ? En quel honneur est-il mort ? Nous ne sommes même pas de sa race ! Nous sommes de la même famille que ces humains qui le chassent ! J'ai un goût amer dans la gueule, et une boule dans la gorge. Soniya revient pour pleurer tout contre moi, mais je ne réagis pas. J'écoute ses sanglots, bientôt accompagnés par le son des exclamations de joie au loin. Une larme roule le long de ma joue mais je ne renifle pas, je pleure en silence, sans chercher à chercher réconfort nulle part. Un sentiment de dégoût grandit en moi, quelque chose de sombre, étouffant, comme un poison.

Quelque chose qui répond très bien à cet odeur âcre du sang frais qui plane dans l'air. Quelque chose comme… la haine.

Une première goutte chute, atterrissant sur l'une des rares feuilles survivantes de la saison, avant de s'écraser dans la terre déjà gorgée d'humidité. Et la pluie reprend, soulevant une odeur qui chasse peu à peu celui du sang, nettoyant toute trace de ce crime.

La tête toujours levée vers l'entrée de la grotte où nous sommes serrées l'une contre l'autre, au sec, je daigne enfin cesser de me repasser en boucle ce qui vient de se passer dans ma tête. Mon cerveau désormais apte à passer à autre chose, je m'inquiète pour nos affaires laissées à découvert, en particulier les instruments de ma soeur. Dans le meilleur des cas, ils allaient être trempés et on pourrait peut-être faire quelque chose pour les réparer avec la magie divine, on soignait bien les blessures les plus graves là-haut alors bon. Ce que je crains le plus et qui m'étonnerait le moins, c'est que les gamins qui nous ont bombardées aient mis main basse sur nos propriétés.

Oui, c'est peut-être idiot de songer à des choses aussi matérielles alors que nous-mêmes ignorons si un jour nous reprendrons notre apparence humaine ni tout simplement comment nous aurions pu la perdre… Mais ces instruments, tout comme mon pendentif, qui sera peut-être épargné vu sa petite taille et qui résistera sans aucun doute à la pluie, eh bien, toutes ces affaires personnelles ont un sens particulier à nos yeux. L'argent et tout le reste, on peut nous les retirer mais ça, non. Ça, ça représente toute notre enfance, tous nos rêves. On ne peut pas se permettre de les perdre, on est morte parce qu'on a tenu à les récupérer, ce n'est pas pour les laisser tomber maintenant.

Je ne sais pas durant combien d'heures nous sommes restées dans cette tanière improvisée, mais je sais que je suis restée éveillée tout ce temps. Je n'ai pas osé m'endormir, de peur qu'on nous enlève durant notre sommeil. Alors j'ai veillé, ruminé mes pensées… Le temps m'a parue infiniment long, je suis peut-être avec ma Sonou mais ce n'est pas vraiment le genre de circonstances dont je m'en réjouirai… Nous avons été transformées, pour une raison que nous ignorons, en renards, nous avons été chassées de notre propre camp de pique-nique par des enfants qu'on pensait favorables aux petits animaux sans défense, Soniya a été blessée dans la foulée, nous avons été poursuivies par des chasseurs et leurs chiens, un renard s'est sacrifié pour nous laisser la vie sauve, et nous nous retrouvons seules dans ce trou creusé sous un arbre, perdues.

Quand enfin la pluie s'est arrêtée, je me suis relevée, et j'ai aidé ma jumelle à faire de même. Heureusement que l'eau ne rentrait pas dans cette crevasse, ou nous aurions été obligées de changer de cachette et ç'aurait été une nouvelle mésaventure, mais on n'a certainement pas besoin de tout ça, n'est-ce pas ? Nous quittons donc notre refuge après avoir humé longuement, la truffe se risquant hors de l'entrée, et après nous être assurées qu'il n'y avais plus de danger. Je prends naturellement la tête de la marche, même si je ne m'éloigne jamais de ma Sonou, me tenant toujours prête à lui donner un petit coup de museau à défaut d'avoir une main digne de ce nom au cas où elle trébucherait à cause de sa blessure. Je marche devant, mais à vrai dire je n'ai aucune idée d'où nous allons. Je veux regagner notre campement mais avec les diverses odeurs de la forêt amplifiées par l'humidité, ce n'est pas gagné. Avoir un bon flair, c'est chouette, mais savoir l'utiliser, c'est autre chose.

Notre errance finit par nous mener jusqu'à un ruisseau. Je m'arrête devant pour laper un peu d'eau fraiche avec ma langue. Peut-être que Soniya pourrait en profiter pour nettoyer sa plaie ? Tu parles. Depuis le temps qu'elle traîne avec… Je lui jette un coup d’œil, le regard éteint. Qu'est-ce que je n'aurai pas donné pour qu'elle et moi nous retrouvons notre forme humaine et nos lits bien chauds à l'académie des dieux… Nous voilà réduites maintenant à l'état de quadrupèdes parmi tant d'autres, sans savoir pourquoi ni comment. Le mystère persiste et bien qu'habituellement j'aurai trouvé tout cela très fascinant, actuellement je suis juste fatiguée. Et déçue. Au fond ça revient au même.

Et là, en levant ma tête, je perçois une odeur alléchante, éveillant mon appétit, me rappelant surtout qu'il doit s'être passé une bonne dizaine d'heures entre nos deux repas et qu'il fait déjà nuit noire. Je fais signe à ma sœur de me suivre et je m'avance en suivant le parfum qui dansait dans l'air. Au bout de quelques dizaines de mètres, nous apercevons une lueur. Une lueur à travers une fenêtre. Ah, non, deux fenêtres, la deuxième est cachée par un feuillage… Une maison ! Avec de la fumée qui sort de la cheminée ! Dans un premier temps, je me réjouis mais bien rapidement, ma joie retombe et se transforme en méfiance. J'hésite. Je n'ai pas envie de prendre davantage de risques après tout ce qu'on a vécu, Soniya et moi, mais en même temps, je sais qu'elle a besoin de soin. Pour l'abri et la nourriture, on pourrait se débrouiller en tant que nouveaux renards mais j'ai surtout peur que la blessure de ma jumelle ne s'aggrave.

Je fais alors demi tour, pour me retourner vers la maisonnée au loin la seconde d'après. Puis je recommence la manœuvre, incapable de me mettre d'accord avec moi-même...



◊ Ma couleur : #336699FicheJournalDerrière l'écran
Invité
avatar
Invité
Re: [Quête] Jolies Ténèbres - Mer 25 Déc 2013 - 16:54
Painful....

Complètement enfouie contre ma jumelle, je prierais le ciel de devenir une petite souris, histoire de pouvoir disparaitre une bonne fois pour toute. J'ai peur, je pleure, cette odeur me soulève le cœur à m'en donner envie de vomir. Je ne veux plus penser à tout ça, je ne veux pas revivre ça. J'ai la poitrine si serrée que mon cœur manque d'exploser mes côtes en frappant dedans. Je sanglote et je sens bien que Tanya fais pareil même si c'est tellement plus discret que moi. Comment fait-elle pour être toujours aussi forte? Moi, je n'y arrive pas. Vivante, morte, humaine ou renard, ne rien ne change au final. Je ne sers a rien à part à causer du souci à ma jumelle. Je voudrais tellement l'aider plus que ça. Mais il faut croire que tout est contre moi. Encore et toujours. La douleur monte dans ma poitrine, diffuse mais désagréable tandis que doucement, l'odeur de sang disparait, atténuée et diluée par la pluie. Comme si le ciel pleurait lui aussi. Au moins, les chasseurs sont partis.

Je ne sais pas trop quand ni comment je me suis endormie mais lorsque je rouvre les yeux, la nuit est tombée dehors, il n'y a plus que les ténèbres qui nous entourent. La pluie n'a pas cessée et la température a baissé parce que je me mets à frissonner. Tanya n'a pas bougé, elle a dormi aussi, j'en doute. Elle doit être fatiguée, la pauvre. J'essaie de lui offrir un minimum de réconfort tandis que dehors, les nuages finissent par cesser de pleurer, comme mes yeux qui sont secs à présent. Je ne me sens pas rassurée mais Tanya bouge, se lève et m'incite à faire pareil. De toute façon, ça ne servirait à rien de rester ici alors je me redresse tout en réprimant une grimace. Ma patte, je l'avais presque oubliée. Elle me fait mal mais je choisis de faire comme si de rien n'était. Je fais contre mauvaise fortune bon cœur et je suis ma jumelle hors de ce trou, autant salvateur que meurtrier.

On s'assure longuement que la voix est libre avant de sortir, Tanya un peu devant moi et gardant un œil sur moi. Non, il ne faut pas qu'elle s'inquiète. Pas qu'elle sache. Alors je suis en marchant presque normalement, me forçant à ne pas boitiller, sauf quand elle regarde ailleurs. Allez, on va s'en sortir. On renifle de tous les côtés, les odeurs sont si nombreuses et si fortes. Si différentes aussi parce qu'elles sont remplies d'humidité. Au final, on est encore plus perdue qu'avant. Mais au moins, on est ensemble. Ça pourrait être pire, nan? Enfin, on avance comme on peut, sans savoir vers où. Et au bout d'un long moment d'errance, enfin qui m'a paru interminable à cause de la douleur dans ma patte, nous voilà arrivée devant un ruisseau à l'onde claire et chantante. A boire, quelle joie. Je m'approche et lape le liquide frais avec une véritable délectation.

Je croise le regard de ma Tatoune et ce dernier me fait peur. Depuis quand est-il si vide. Tellement éteint? Non, tout ira bien, ça va s'arranger. Je voudrais tellement la prendre dans mes bras mais je me contente d'un jappement encourageant. Je ne peux rien de mieux. Et là, une odeur différente. Ma jumelle l'a sentie aussi. Le nez en l'air, on progresse doucement dans la direction d'origine de cette alléchante senteur. Méfiante, on finit par apercevoir ce qui ressemble à un point de lumière perdu seul. Puis, en y prêtant plus attention, je comprends qu'il s'agit d'une maison. Je stop net parce que maintenant, oui, j'ai peur; Et je sens la méfiance de ma sœur également. Non, n'y va pas, reviens. Reste avec moi. Mais je sais que si elle y va, c'est aussi pour moi. Non, je ne veux pas. Alors, je la regarde faire deux pas en avant et un en arrière à chaque fois. Mais, c'est quoi cet éclat devant elle?

Allez savoir ce qui m'a pris, j'ai bondis pour la pousser et du coup, c'est moi qui me suis retrouvée à la place qu'elle aurait dû occuper. Une seconde, rien ne se passe et puis, une sensation de pincement sévère à la patte arrière et soudain, je m'envole. Je me retrouve pendue la tête à l'envers me balançant dans le vide et je couine en tentant de venir saisir ce fil qui me retient prisonnière tout en me blessant. Mais je n'arrive à rien, j'ai même du mal à me concentrer bien ainsi maintenue dans le mauvais sens. Et là, la lumière qui brille, la porte qui s'ouvre sur une immense silhouette. Un Humain. Chasseur? Peut-être pas. Mais ça, c'est un piège de braconnier alors je continue de me débattre. Et il approche, lentement mais surement. Il attrape le fil et me place à hauteur de son regard. Sur le coup, je ne fais rien et lui semble déçu. Il me saisit par la queue en me regardant bien face, comme pour me toiser. Il approche son doigt et par réflexe, je le mords. Le voilà qui râle un peu avant de rire méchamment.

"- Saleté de bestiole, moi qui espérait avoir de quoi diner, y a même pas de quoi me faire un cache-nez avec ton pelage. Alors, va voir ailleurs si j'y suis, pâle copie de manteau de fourrure."


Il me saisit par la queue, m'arrachant un cri de douleur, avant de couper d'un coup sec le fil qui me retenait. Je serais presque soulagée. Il va me relâcher, vraiment? Je le remercierais presque mais voilà, je me trompais. Je me sens happée par le vent, dans un sens puis dans un autre avant d'être lâchée. Me voilà littéralement en train de voler, balancée comme une vulgaire chaussette vers le ruisseau de tout à l'heure où j’atterris violemment. Le choc, les diverses douleurs, la peur, le froid, tout ça fait que je n'arrive plus à réagir. Et je me sens être engloutie doucement par les flots pourtant calme. Je n'arrive pas à lutter. En ais-je vraiment envie cette fois? Pardon Tanya....
♦ Rose ou chou ? : Rose, ça n'a pas changé depuis le temps.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 122

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
1326/1500  (1326/1500)
Votre domaine: L'Art
avatar
♦ Âme Téméraire
♦ Âme Téméraire
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Quête] Jolies Ténèbres - Dim 29 Déc 2013 - 16:05
La vie est un combat, mais je ne suis pas un soldat...

Je n'ai pas compris ce qui se passait. Ma soeur s'est jetée sur moi, si bien que j'en perds l'équilibre pour rouler dans un petit fossé sous les buissons. Un bruit bizarre, comme un frottement. Quand je retourne la tête vers Soniya, je vois son corps s'envoler, puis redescendre de quelques centimètres avant de rebondir, comme retenu par quelque chose. Mes yeux s'écarquillent devant cette vision d'horreur et je laisse échapper un glapissement paniqué. Les oreilles rabattues derrière mon crâne, je m'apprête à me relever afin de chercher un moyen de libérer ma jumelle quand soudain, la lumière vient noyer le sol nocturne, agrandissant les ombres fantomatiques. Je sursaute alors avant de me recroqueviller sur moi-même. Un homme se rapproche, immense à mes yeux de petit renard inoffensif. A cause de l'effet de contrejour, son visage n'est pas visible et ça renforce cette image d'être monstrueux. J'ai peur, je suis tétanisée. J'assiste à la scène qui oppose ma Sonou à l'humain, sentant ce poison venir ronger peu à peu mes veines, noircissant mon âme.

Mes muscles sont tendus comme des arcs, et d'un coup, je bondis. Je me lance sur cette ordure, je plante mes canines dans sa cheville, aussi profondément que je le peux. Un cri parvient à mes oreilles. Ma soeur, il l'a jetée comme un vulgaire berlingot ! Je ne sais pas ce qui m'a pris mais je redouble d'ardeur pour le saigner, rappelant mes griffes en renfort. Pourtant en temps habituel ma priorité aurait été d'aller secourir Soniya, mais là non, là, j'ai juste envie que cet homme meurt, ou souffre le martyr. Même ses furieux coups de pied dans le vide ne parviennent pas à me détacher. Mon coeur hurle, il semble être sur le point d'exploser, j'ai l'impression que c'est la dernière chose que je dois accomplir avant de mourir, le dernier devoir. Venger ma soeur.

Sans savoir comment, j'ai fini par voler à mon tour, suivant la voie de Soniya pour atterrir dans l'eau. Je sens mon corps effectuer un vol plané puis rencontrer ces flots glacés et s'y enfoncer. Le goût du sang présent dans ma gueule se dissipe peu à peu et je ferme les yeux. J'entends encore les cris de douleur de cet homme, déchirant la nuit. Bien fait pour lui… Puis l'air emplit brusquement mes poumons, mon instinct de survie m'a ramenée à la surface, mais pas pour longtemps. Aussitôt je replonge, tentant de garder les yeux ouverts sous l'eau pour repérer ma soeur. Mais je ne la trouve pas alors je nage aussi vite que me le permet mon corps meurtrit.

"Soniya !!!"

Mon coeur l'appelle de toutes ses forces alors qu'un simple gémissement désespéré s'échappait de mes babines. Je multiplie d'effort pour avancer, et je finis par la voir, au loin. Je la rejoins, mais je sens que si j'y suis parvenue aussi facilement ce n'est pas anodin. En effet, le courant s'est accéléré et je me rends compte trop tard que je n'aurai jamais dû aller vers ma jumelle, qui a inconsciemment réussi à s'accrocher à une branche, dans une situation où les tumultes du ruisseau se font plus calmes…

Et nous voilà toutes les deux prises dans les mouvements de plus en plus violents de l'eau desquels nous aurons pu nous échapper sans problème si seulement nous sommes restées humaines. Malheureusement nous ne sommes actuellement rien de plus que deux renardes qui vont bientôt devoir affronter plusieurs cascades de suite. Vous savez ces descentes d'eau successives qui font penser à un escalier ? Avec plein de rochers partout ?

Et moi forcément en bonne tête de mule je m'acharne. Je tiens ma soeur par la peau de la nuque tout en battant des pattes comme une forcenée, jusqu'à l'épuisement. Jusqu'à ce qu'un rocher vienne me frapper en plein fouet, mais ne parvenant pour autant à me faire lâcher prise. Jusqu'à ce que l'eau finisse par se montrer un peu trop envahissant dans mes poumons et que je me mette à couler moi aussi.

Alors je me sens me relâcher, plongeant dans des abîmes plus froides, plus profondes que je ne l'ai imaginé.



◊ Ma couleur : #336699FicheJournalDerrière l'écran
Invité
avatar
Invité
Re: [Quête] Jolies Ténèbres - Dim 29 Déc 2013 - 16:51
La vie, la mort, même combat....

J’ai froid, je suis complètement engourdie, j’ai mal, je ne vois rien ou quasiment. Que des nuances de ténèbres. Je n’entends presque rien non plus, à part une sorte de brouhaha géant qui ne ressemble à rien. Je sens une pression dans mes poumons mais je suis incapable d’en comprendre la cause. Je ne bouge pas pourtant je sens que mon corps se déplace. Tête en haut puis en bas, quelques bulles qui s’échappent sous mes yeux et puis un nouveau choc, qui me fait couiner. L’eau rentre dans ma gorge et me fait l’effet d’une décharge électrique. Je me mets à me débattre violemment avant de saisir le morceau de bois qui m’a frappé. Grâce à lui, je peux maintenir ma tête hors de l’eau. Tanya, où es-tu ? J’ai si peur sans toi.  

Quelque chose se rapproche, l’eau va plus vite aussi.  Mais cette présence qui a pris appui sur même morceau de bois que moi. Tanya. Elle m’a retrouvé. Je voudrais la serrer dans mes bras, l’embrasser, pleurer, rire, mais le tumulte augment crescendo dans notre dos. Notre radeau de fortune semble lutter contre les flots, sans doute ma jumelle qui essaie encore et contre tout de se battre. Je ‘y met, aussi fort que possible mais mes mouvements sont dérisoires. Ma patte arrière est à vif, celle de devant est infectée et je suis tellement fatiguée déjà. J’essaie, je tente, mais n’y fait. La vitesse augmente encore, notre bout de bois salutaire commence à être sérieusement malmené par les tumultes des flots. Tanya me retient, m’empêchant de lâcher trop vite ais soudain, le mouvement de trop, le choc final, le début de la fin. Plus de bout de bois, plus de sœur, plus que de l’eau et des rochers dans les ténèbres assourdis.

Je ne sais plus où est le haut et le bas. Je tombe, sur une bonne distance. Au moins, je respire à cet instant. Puis le choc de l’entrée dans l’eau. Mon dos se cambre sous la violence de l’impact, mais déjà le courant sous-marin m’emporte plus loin. Trois rochers contre lesquels je rebondis telle une balle dans un flipper, ma sœur que je crois apercevoir de temps à autre, incapable de la rejoindre avant de la reperdre de vue. Non, ne disparais pas, reste avec moi. A vouloir l’appeler, je bois la tasse et manque de me noyer. La deuxième cascade me sauve, m’offrant l’air me manquant, pour mieux revenir e martyriser par la suite. Rapides, chocs, rochers, bois flottés, je ne sais même plus si je suis encore réellement vivante ou pas. L’eau est partout. En haut, en bas, sur les côtés. Le temps s’éternise tout en avançant à une allure folle. Mes poumons me brulent, ma vue se brouille. J’ai perdu le compte des cascades passé la 3ème. Ce cauchemar ne finira donc jamais ?

Et là, le bruit s’amplifie tellement qu’on ne peut pas le rater. Le pire reste à venir. Un brin de réactivité et la chance, peut-être. Une fourche d’arbre dans laquelle je me prends et qui me retient, me permettant de reprendre mon souffle. Cette chute d’eau, elle est immense comparée aux autres. Où est Tanya ? Je la cherche, tente de l’appeler mais l’eau tente de me noyer à chaque tentative. Je la vois, l’appelle, saute dans sa direction pour la rejoindre. Je me moque de mourir ici et maintenant. Mais je refuse d’être séparée de ma sœur. Pas à nouveau. Ensemble, quoi qu’il arrive. Je parviens à sa hauteur et ne parviens qu’à l’effleurer avant que la cascade ne nous avale toutes les deux. Nan, Tanya !!!

La chute, comme au ralenti. Comme avec le coup de feu. Non, pas encore. Et là, je me souviens simplement d’avoir heurté comme un mur. La hauteur et la vitesse ont fait leur œuvre grâce à mère gravité. Mes poumons se sont littéralement vidés et je me contente de fixer ma sœur, à côté de moi, visiblement dans le même état avant de sombrer dans les ténèbres.

*******

Je tousse. Respirer est une véritable torture. Où suis-je ? J’entends encore le chant de l’eau, je suis d’ailleurs à moitié immergée. Je tourne la tête, Tanya est là-bas, retenue par des branches. Elle aussi est hors de l’eau. Mais est-ce qu’elle est vivante ? Malgré mon état lamentable, je me lève, couinant à chaque pas, manquant de retomber à la flotte. Et j’arrive à sa hauteur. Elle respire, ça me soulage. Le soleil darde ses rayons sur nous, comme pour nous encourager. Mais je suis tellement fatiguée. A tel point que je ne réalise même pas encore que nous ne sommes plus des renards mais bel et bien redevenues humaines. Ce n’est qu’un détail après tout. Alors, je reste près d’elle, essayant de la tirer de l’eau malgré ma force quasi inexistante. Il ne faut pas qu’elle reste là, c’est trop dangereux.
♦ Rose ou chou ? : Rose, ça n'a pas changé depuis le temps.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 122

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
1326/1500  (1326/1500)
Votre domaine: L'Art
avatar
♦ Âme Téméraire
♦ Âme Téméraire
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Quête] Jolies Ténèbres - Jeu 13 Fév 2014 - 0:29
Fragilité

Des éclats de voix me parviennent de loin. Ils résonnent dans ma tête alors que toute notion de temps et d'espace s'est effacée. Des rires. Des rires d'enfants. Non pas celui innocent de ma Soniya non, mais ceux emprunts de raillerie dont on a été tant de fois la cible par le passé ma soeur et moi. Je me souviens de la fois où l'un de ces sales gosses a fait un croche-pied à ma moitié en plein milieu de la cantine, profitant qu'elle ait les bras chargés d'un plateau pour qu'elle ne puisse pas se rattraper à temps. Ma seule réaction a été de le tacler en retour, sans réfléchir plus que ça, ni lui demander pourquoi il a fait ça. Et je crois que même si je lui avais demandé, je n'aurais pas reçu de justification potable.

La méchanceté gratuite.

Pourquoi certaines personnes se sentent obligés de faire du mal aux autres ? Je ne comprends pas. L'animal chasse pour survivre, les humains c'est un tout autre délire. Pourquoi ? Pourquoi ? Parce que… Parce que… J'ai beau me creuser la tête, je ne trouve aucune réponse. Pour moi rien ne justifie et ne justifierai jamais ça.

Rien ne justifie ces coups bas qu'on a dû encaisser ma soeur et moi à l'orphelinat.
Rien ne justifie l'état de ces personnes avec qui on s'est retrouvé dans ce camp.
Rien ne justifie qu'ils nous aient descendues comme des bêtes dans la forêt.
Rien… Rien ne justifie la mort de ce renard, ni le comportement de cet homme envers ma Soniya.

Et pourquoi, encore une fois, je ne peux rien faire pour nous sortir de là ? Ainsi, dans ce monde, les faibles sont condamnés à mourir ? C'est injuste, trop injuste...

Soniya… Si jamais il lui arrive quelque chose, je ne me le pardonnerai jamais.

***

Je finis de retrouver mes esprits alors que je suis en train de vider l'eau de mes poumons sur le rivage, les membres lourds et glacée jusqu'aux os. Je remarque alors enfin la présence à mes côtés, et lorsque je vois ma soeur, sous forme humaine, mon cerveau n'émet aucune conclusion, aucune pensée. Mon unique réaction est de me jeter sur elle pour la prendre dans mes bras, toute tremblante encore que je suis, comme par crainte de la voir se volatiliser, comme par peur qu'elle ne soit qu'une image. Mais elle est bien là, en chair et en os, vivante. Alors un petit gémissement s'échappe de ma gorge et je sens les larmes me monter aux yeux. Je ne cherche même plus à faire la forte devant elle, là j'ai besoin d'évacuer. On a vécu trop de choses en une journée. Et dire que tout ça a débuté par une innocente sortie, certes interdite en théorie parce qu'on n'est pas accompagné, mais aucune de nous deux n'avons rien demandé d'autre que de passer du bon temps ensemble.

▬ Désolée... j'aurais jamais dû nous amener ici… j'aurais dû…

Vous me direz que ce n'est pas de ma faute, tout ce qui nous arrive là. J'en ai bien conscience, mais je me sens trop responsable de ma soeur pour me dire que je suis totalement hors de cause. C'était mon idée de sortir qu'à deux, aussi… Je me suis sur-estimée, je me pensais capable de la protéger, mais pour l'instant c'est tout sauf ça, je ne suis même pas capable de me protéger moi-même, il a fallu que ce renard meure à notre place…

Je serre ma soeur dans mes bras. En plus de tous les ennuis qui nous sont tombés dessus, si ça continue, on va en prime choper la crève. Je mets tout de même quelques bonnes minutes avant de réussir à me ressaisir.

▬ On… On s'les gèle ici, tu trouves pas ? Faudrait qu'on rentre… La prochaine fois, je demanderai au prof le plus puissant de l'académie de nous accompagner…

Ou alors j'arrête de compter sur les autres et je me bouge les miches pour devenir plus forte ? Sûrement, c'est de moins en moins une option dans ma tête, mais plutôt une obligation. Enfin, dans l'immédiat, j'essaie plutôt de rassurer ma soeur. Je me détache de Soniya sans pour autant lâcher ses bras et je l'examine d'un oeil embrumé pour m'assurer qu'elle n'a aucune blessure grave. Il y avait celle de son mollet, et évidemment, je ne vais pas lui demander de marcher dans son état.

▬ Vais te porter.

Je me relève un peu, jusqu'à me mettre à genoux, dos tourné vers Soniya, lui faisant comprendre de grimper sur mon dos. Bon, ceci dit je n'ai aucune idée d'où on se trouve, je ne sais pas par où aller pour retrouver notre campement, ou tout simplement pour sortir de cette forêt. Et si j'ai pour habitude de jouer le jeu de celle qui a toujours réponse à tout, là je ne peux pas vraiment mentir. Alors je détourne ça autrement, prenant un air décontracté comme j'aime le faire.

▬ Tu vois l'étoile du nord Sonou ? C'est vrai qu'il faut la suivre quand on est perdu ?

Après tout, c'est elle la pro des étoiles. Pour moi, elle se ressemblent toutes…



◊ Ma couleur : #336699FicheJournalDerrière l'écran
Invité
avatar
Invité
Re: [Quête] Jolies Ténèbres - Jeu 13 Fév 2014 - 10:30
Le chant des larmes

Un exploit. A mes yeux du moins. Ma Tanya est enfin hors de l'eau après une éternité d'efforts. ma jambe ne me porte plus mais je ne me soucie nullement de ma blessure. De toute façon, j'ai tellement mal partout que je ne saurais dire ce qui me fait souffrir le plus. Ou plutôt si, je sais. Je me moque de ma douleur physique, je veux voir Tanya se réveiller. J'ai peur toute seule, la nuit est tombée, nous sommes toutes deux perdues sur Terre, encore une fois malmenées, pour ne pas dire martyrisées, par les évènements. Alors, je veux retrouver ma sœur, plus que tout.

Aussi, lorsque je la vois enfin reprendre conscience et ouvrir les yeux, je manque de défaillir. Enfin, elle est là, de retour. Avec moi. Oui, je ne voulais pas rester seule. Je n'ai même pas le temps de lui sourire, aussi illusoire que puisse être mon expression, qu'elle se jette littéralement sur moi. Surprise, je m'étale au sol avec elle, grimaçant à la douleur du choc mais déjà, je ne me soucie plus de moi. Ce gémissement, il me fend le cœur. Et je sens son corps qui tremble tout contre le mien, secoué de sanglots. Non, ne pleure pas. Pas toi. Je t'en prie. Sinon, je ne pourrais pas retenir ses larmes qui déjà roulent le long de mes joues, encore silencieuses pour le moment. Mélange de soulagement et de détresse profonde.

▬ Désolée... j'aurais jamais dû nous amener ici… j'aurais dû…

Je voudrais lui dire tant de choses, la rassurée, lui dire que ce n'est pas sa faute, que le piège s'est refermé sur moi par hasard, qu'elle n'avait rien à se reprocher, que je l'aimais, que je ne voulais pas la perdre, que je ne voulais pas la voir pleurer. Mais rien ne sort de ma gorge, je resserre simplement mes bras contre ma jumelle, comme si nous ne devions plus faire qu'une et nous fondre l'une dans l'autre. Je crois que c'est la première fois que je la vois craquer à ce point et cela me fait encore plus mal que toutes les blessures que l'on a déjà pu m'infliger.

▬ On… On s'les gèle ici, tu trouves pas ? Faudrait qu'on rentre… La prochaine fois, je demanderai au prof le plus puissant de l'académie de nous accompagner…

Je me contente de hocher de la tête. Je suis incapable d'articuler un mot. Oui, j'ai froid, très même. Entre le fait d'être trempée jusqu'aux os et la fatigue, les émotions, les blessures et autre, je ne sais même pas comment je fais pour tenir encore. Mais Tanya est là maintenant, alors on va pouvoir rentrer Ensemble.

▬ Vais te porter.

Je voudrais refuser, me débrouiller. On est épuisée, toutes les deux. Elle ne mérite pas que je lui fasse encore subir ça après toutes les épreuves traversées aujourd'hui. pourtant, lorsque j'esquisse un pas en me relevant, je sens bien que je n'ai pas le choix. Je ne tiens plus debout, ma jambe cède et la douleur irradie jusqu’à ma hanche.

"- Désolée.... Doit encore... t'occuper de moi... Pardon"

Je me sens tellement misérable à cet instant. Mais je ne pleure pas, mes larmes coulent toutes seules, sans que je ne puisse rien y faire. Physiquement comme nerveusement, je crois que je suis à bout. Je n'ai même pas mes instruments pour espérer nous offrir une protection en cas de nouveau problème. Le monde s'est vraiment ligué contre nous?

▬ Tu vois l'étoile du nord Sonou ? C'est vrai qu'il faut la suivre quand on est perdu ?

"- Oui, c'est vrai. Et je la vois bien, elle est juste là. Il faut aller vers la droite. Là où le sous-bois est plus plat et vert. Suivre la mousse sur les troncs. Comme ça, on retrouvera forcément le chemin. "


Et on s'est remise en chemin, se répartissant les rôles en quelques sortes. Tanya étaient nos jambes, elle nous faisait avancées et moi, je faisais les yeux, en nous guidant à travers ce dédale. Lentement, nous avons progressé, tandis que la nuit déclinait. Malgré la fatigue, on ne pouvait se résoudre à s'arrêter. J’ai essayé de marcher mais à chaque fois, mes tentatives se sont soldées par de cuisants échecs. Sans vraiment m'en rendre compte, je n'ai cessé de chantonné durant tout le voyage. Tout d'abord, la chanson de la marionnette voulant devenir un vrai petit garçon. Je les ai prié les étoiles moi aussi, espérant que la fée bleue nous viendrait en aide. Et puis, notre chanson. Celle que j'avais murmurée avant de mourir. Parce que j'avais l’impression de me retrouver encore dans la même situation. Sans issue.

Pourtant, à l'aube, on a retrouvé notre site de pique-nique. Avec la quasi intégralité de nos affaires. A part la nourriture, tout y était. Mouillé par la pluie, abimé par la pluie de pierres, mais bien présent. Et d'ici, le chemin du retour était enfin visible. Accessible. La fin du cauchemar arrivait, enfin. J'ai demandé à faire une pause, plus pour permettre à Tanya de se reposer qu'autre chose. Ce n'était pas le moment de trainasser, et je n'avais jamais eu autant envie de quitter la Terre pour rentrer à la Deus, mais ma sœur passait avant tout.
♦ Rose ou chou ? : Rose, ça n'a pas changé depuis le temps.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 122

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
1326/1500  (1326/1500)
Votre domaine: L'Art
avatar
♦ Âme Téméraire
♦ Âme Téméraire
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Quête] Jolies Ténèbres - Dim 16 Fév 2014 - 2:54
Ensemble

▬ Désolée.... Doit encore... t'occuper de moi... Pardon.

▬ Raconte pas n'importe quoi et grimpe!

Pour moi c'est normal. La situation elle ne l'est peut-être pas, mais m'occuper de ma soeur, oui. Ça a toujours été comme ça et de manière parfaitement réciproque, peu importe ce qu'en dit Sonou. Dans sa tête, elle doit se dire qu'elle est un fardeau pour moi, mais elle ne réalise à quel point sa présence à mes côtés est vitale. D'ailleurs pas plus tard que ce soir elle m'a sauvée la vie. Alors c'est le minimum de ma part de lui rendre la pareille en ce moment. Je la prends donc sur mon dos. Tout mon corps, mais surtout mes jambes, m'insultent pour le coup, mais ils n'ont pas leur mot à dire. Je force un peu et je puise dans ma volonté pour tenir debout et faire les premiers pas. Les liens peuvent rendre les humains forts, très forts. En est-il de même pour ceux qui massacrent les autres ?

J'avance parmi les arbres, les yeux sondant le sol de peur de trébucher contre une racine par mégarde. Je suis les conseils de Soniya en lui faisant une confiance aveugle. En quelque sorte, aveugle, je le suis. Je ne sais pas où je suis, je sais à peine où je vais, je vois à peine devant moi à cause de l'obscurité ambiante. Mais Sonou est là, devenant presque elle-même cette étoile du nord salvatrice, cette lumière qui me guide, et pour qui je suis prête à traverser n'importe quoi. Je ne suis pas fatiguée, je n'ai pas froid, je n'ai pas faim. J'avancerai tant qu'il me restera une once d'énergie, j'arriverai à amener ma soeur jusqu'au campement et ensuite nous nous rendrons au port pour enfin rentrer à l'académie !

Et nos efforts sont finalement récompensés, nous gagnons le campement au bout de ce qui m'a semblé une éternité. Une fois près de celui-ci, je dépose ma soeur afin qu'elle puisse récupérer ses affaires. Elle demande à faire une pause, je ne songe pas un seul instant que cela puisse être une attention à mon égard, pensant qu'elle est juste fatiguée. Je récupère donc ma veste que j'ai laissé sur place, pour venir la passer autour de ses épaules.

▬ Si tu veux attendre que les loups se pointent, vas-y !

Le pire, c'est que c'est même pas impossible qu'une nouvelle menace se pointe, vu la poisse qu'on traîne depuis quelques heures. Alors oui, je comprends qu'elle soit crevée, je le suis aussi, mais rester dans le coin ne me semble pas être la meilleure idée.

▬ On est à trente minutes du port. Courage.

Courage. C'est un mot que j'adresse à nous deux. Je l'observe, lui souris et me décide à aller ramasser nos affaires vite-fait. Je ne sais pas comment nous allons porter tout ça, je vais avoir du mal avec Soniya sur le dos, mais j'y arriverai. Je la vois bien porter les sacs cependant que moi je la porte, c'est mignon comme image, je trouve. Allez, j'arrive à rire de notre situation pour une fois, j'espère que le ciel ne va pas nous envoyer de nouveaux ennuis juste pour m'embêter… !

Et tandis que je m'agenouille auprès de ce qui reste du pique-nique, je me surprends à me demander ce qui a bien pu provoquer cette transformation et qui a fait que notre voyage sur Terre ait pris une tournure si différente de ce qui a été prévu…

Comment ça se fait qu'on a été transformé en animal ? Pourquoi en renardes et pas autre chose ? Comment ça se fait qu'on a récupéré notre apparence humaine ? Qu'est-ce qui nous a libéré de ce sortilège ? Etait-ce seulement un sortilège ? Ou bien nageons-nous actuellement dans un rêve, ou plutôt, un cauchemar ?

Tant de questions et aucune réponse. Et je sais qu'aucune de nous deux ne saura y répondre. Trop de mystères dans cette histoire, je n'aime pas ça. Une fois à l'académie, je me renseignerai… même si au final, ça ne change rien à ce que nous avons vécu, ma soeur et moi. Cette journée a massacré une bonne partie de notre innocence à coups de fusil et de semelle, cette journée restera gravée dans ma mémoire, et ces sentiments si sombres qui sont nés au cours de celle-ci, dans mon coeur. Et ils n'auront cessé de s'accroître, telle une plante empoisonnée.



◊ Ma couleur : #336699FicheJournalDerrière l'écran
[Quête] Jolies Ténèbres
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» [Quête] Jolies Ténèbres
» [Power Down] La liberté s'allume dans les ténèbres...
» Au coeur de ces ténèbres-là
» [Quête] Une lumière dans les ténèbres
» L'héritier des Ténèbres || Forum RPG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: Le Monde des Humains :: Hors de la ville :: Montagnes et forêts :: Forêt-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page