Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Un café autour d'une discussion ? Ou l'inverse ?

Invité
avatar
Invité
Un café autour d'une discussion ? Ou l'inverse ? - Sam 9 Nov 2013 - 23:37
Cela fait maintenant quelques semaines que je suis arrivé ici, à la Deus Academia. Quelques semaines que j’exécute le rôle pour lequel l’on m’a ramené à la vie. Quelques semaines que j’apprends à des gosses plus ou moins polis et agréables, plus ou moins doué, motivés à se battre. Pour l’instant, je me laisse piétiner par leurs exigences. Je me plie à leurs demandes. Non pas que je n’ai pas de volonté propre. Pas de courage de rétorquer. De leur en coller une. De leur faire mordre la poussière, au sens propre du terme. Mais un jour, je finirais par le faire. Sans aucune hésitation. Je suis personnel de l’académie, mais je n’en suis pas moins dieu, moi aussi. Moi aussi j’ai des droits, et j’ai surtout plus de pouvoir qu’eux. Je suis leur supérieur hiérarchique. Pas leur ami. Jamais de mon vivant je ne me suis laissé traiter de la sorte. Pourquoi le fais-je dans la mort ? C’est une bonne question…

Je plonge mon regard dans le liquide foncé, trop amer, trop brute, trop chaud, contenu prisonnier de cette tasse au bord trop large, à l’anse trop petite, trop épaisse. La vue du café me happe. Elle me garde plongé dans mes pensées. Je me demande ce que je fais réellement ici. Pourquoi les apprentis dieux ont-ils besoin de savoir manier des armes ? Y a-t-il de réels dangers pour eux ? Quels sont-ils… ? Qu’est-ce que moi, je pourrais craindre aussi, alors ? Nous ne sommes pas en sécurité ici ? Je soupire. Oui, pour une fois, je soupire. Chose extrêmement rare. Un de mes collègues présent dans la salle des professeurs le note, et me le fait remarquer.

« Eh bien Diter ? On songe à des choses désagréables ? »

Je tourne la tête vers lui, hausse un sourcil. Désagréables… Oui, un peu, je dois bien l’avouer. Je descends mon café d’une seule traite, avant de me lever pour m’en servir un autre.

« Oui et non. »

Il rit, amer lui aussi, tout comme le café.

« T’inquiètes vas. Ça passera. »

Je bloque sur le tutoiement. Cela me perturbe. Je ne le connais pas bien, et n’ai pas été élevé de cette manière où l’on se permet de penser que tout le monde est votre ami sous prétexte qu’il vous adresse la parole. Mais je me contente d’acquiescer. Oui ça passera, oui. Enfin je crois. Je vais continuer à faire comme je faisais avant. Ne penser à rien d’autre qu’à mes cours. Mais aujourd’hui, je ne donnerais pas de cours. Je vais en profiter pour rester au calme, et m’entrainer correctement. Je dois entretenir mon corps. Je passerais surement au centre sportif pour faire un peu de musculation. J’ai l’impression de fondre, à ne plus prendre soin de moi… Et après, j’irais m’entrainer au katana. Oui, je vais faire ça, aujourd’hui. Cela me mine moins le moral que de me dire que je vais donner des cours à ces jeunes. Enfin… je ne vais pas faire de généralité, bien sûr, mais… voilà.

Le professeur se lève, me tapote l’épaule. Je me tends d’un coup. Je hais que l’on me touche sans mon accord tacite. Hors là, je ne lui ai rien dit. A part trois mots, et quelques bonjours dans les couloirs, lorsque l’on se croise. Tss. Qu’il s’avise de me toucher à nouveau et je lui coupe la main. Pas très pratique, pour un professeur de botanique. Vas prendre soin des plantes avec une seule. Je souris. Je… souris ? Ah. J’ai réussis à me faire rire moi-même. Je commence à faire des progrès, dis donc.

Des bruits de talons résonnent, me sortent de mes pensées. Quelqu’un approche, dans le couloir.  Une femme, très surement. Ou alors un homme avec des talonnettes. Non… Ca a plus l’air d’être le son que font des talons d’escarpins. Je reconnaitrais ce bruit stressant entre mille… Merci mère pour ce traumatisme…

Je hausse les yeux vers la porte, et en effet, une nouvelle arrivante fait son apparition dans la salle des professeurs… Une dame que je n’ai encore jamais eu le loisir de croiser. Longue, fine, chevelure flamboyante… Un nid à ennuie, en sommes. Je baisse de nouveau les yeux, sur ma tasse, lâchant une vague salutation à l’arrivante.
Invité
avatar
Invité
Re: Un café autour d'une discussion ? Ou l'inverse ? - Dim 10 Nov 2013 - 0:26

Amaranth était consternée. Elle lisait, relisait, et lisait encore les réponses apportées par ses élèves lors de son premier cours. Elle n'avait jamais été douée pour enseigner, et la tâche qu'on lui avait confiée relevait presque de l'impossible. Comment enseigner à des gens venant de tous horizons à se comporter et s'exprimer comme des dieux ? Comment était sensé s'exprimer un dieu ? Cela dépendait de tellement de facteurs différents qu'elle avait attrapé un mal de tête chaque fois qu'elle avait tenté de mettre des mots sur le concept.

Pour préparer ses cours au mieux, elle avait expérimenté un tout petit groupe d'élèves. Uniquement les cas les plus urgents - ceux qui étaient bientôt aptes à sortir de l'académie, et dont le pouvoir commençait à être si fort qu'ils puaient la suffisance au kilomètre environnant. Ils étaient convoqués à sept mais n'étaient venus qu'à quatre, et elle les avait aidés à faire le tri entre les attitudes à éliminer et celles qui étaient divinement acceptables. Puis, après une heure de discussion, elle était passée à la pratique, et avait pu mesurer l'ampleur de la catastrophe. L'un d'eux se mettait à rougir comme une pucelle dès qu'il regardait une femme - ou même une fille.

Un autre avait éternué au milieu de sa tirade. Le troisième utilisait une voix posée de premier de la classe qui lui avait donné envie de lui enfoncer le talon entre les miches. Oui, les premiers élèves qu'avait eus Amaranth étaient sensés être les pires et s'étaient en réalité averés être les pires. Elle devait penser à une nouvelle stratégie pour faire entrer dans le cabochon de ces charmantes têtes blondes d'outre-tombe qu'il y avait des manières de s'exprimer avec ses amis et d'autres en public. Fatiguée, légèrement démoralisée après un échec aussi cuisant, elle s'était décidé à prendre une pause bien méritée en salle des professeurs. Elle descendit de sa salle de cours du pas rigide et régulier qu'on lui connaissait.

La salle des professeurs était quasiment vide lorsqu'elle y arriva. Le professeur Pagolin - professeur de religions, si elle se souvenait bien - lui adressa un compliment mielleux auquel elle sourit poliment, avant de se verser un thé au jasmin. Elle soupira, resta dos au petit espace où ils entreposaient tous leurs affaires de pause, et but une longue gorgée avant de réfléchir un instant. L'approche de la professeur compréhensive n'avait absolument pas fonctionné - elle s'était même fait DRAGUER par l'un de ses élèves - alors elle devait trouver autre chose. Elle se dirigea vers la seule table où il n'y avait pas suffisamment de bazar pour qu'on y grave Bagdad, et se racla poliment la gorge.

Amaranth : Excusez-moi. J'aurais besoin d'un peu de place pour travailler. Puis-je prendre assise à votre table ?

Elle n'attendit pas vraiment de permission de s'installer. Le professeur avait l'air un peu blasé, sans doute très fatigué, et de toutes façons elle avait décidé qu'elle prendrait place ici. Elle posa son bloc de feuille, saisit un stylo bille, et commença à gribouiller d'un air distrait quelques concepts qu'elle pourrait appliquer en cours. Après avoir rédigé quelques exercices autour du bluff, du jeu de rôle et de la tenue corporelle, elle releva finalement le regard sur le professeur, s'y intéressant un peu plus en détail. Si cela se trouvait, il pourrait l'aider.

Amaranth : J'aurais besoin de votre avis. De votre expérience personnelle, auriez-vous plus de crainte et de respect pour un dieu silencieux dont l'expression inspire méfiance ou d'un dieu souriant dont les actions sont en contradiction avec ses dires ?

Elle sembla réfléchir quelques secondes, puis anota un mot, en gros, au milieu de sa feuille : Poker. C'était le meilleur moyen d'apprendre le bluff à ses élèves, et sans doute la manière la plus attractive et simple de les faire se concentrer sur ses dires. Ces enfants consommaient les loisirs comme leurs ancêtres les catins. Si elle voulait être écoutée au minimum, elle devrait au moins être aussi intéressante que la discussion de leur voisin de classe.

Amaranth : ... à moins que l'on ne joue sur l'apparence en premier lieux...

Elle se parlait plus à elle-même qu'elle ne posait de question à l'inconnu. Oh. Mais maintenant qu'elle y pensait, elle ne lui avait même pas demandé son nom. Quelle étourdie.
Invité
avatar
Invité
Re: Un café autour d'une discussion ? Ou l'inverse ? - Dim 10 Nov 2013 - 21:58
J’avais détourné le regard assez rapidement, espérant que cela la dissuade de venir s’assoir à ma table. Mais je l’ai sous-estimé. Et j’ai également sous-estimé la capacité des autres professeurs de mettre un capharnaüm innommable sur leurs tables. Alors que la mienne, eh bien… C’est un désert. Il n’y a rien dessus, si ce n’est l’oasis que représente ma tasse de café. Elle inspire le calme, le repos. Oui. C’est ça. Pas le stress comme les autres, avec leurs papiers éparpillés un peu partout, pour tenter d’organiser leurs cours à venir. J’eu donc le droit à un très charmant :

« Excusez-moi. J'aurais besoin d'un peu de place pour travailler. Puis-je prendre assise à votre table ? »

Je n’ai pas refusé, bien sûr. Cela aurait été malpoli de ma part. Après tout, il n’y a personne d’autre que moi. Et je n’ai jamais aimé mentir, alors je n’ai pas prétexté attendre d’autres personnes. Cependant, je n’ai pas non plus donné expressément mon accord. Je me contente alors de me saisir de ma tasse, et de boire une nouvelle gorgée. Maintenant qu’elle est assise, je ne vais pas la virer, hein…

Je laisse ma tête basculer en arrière, replongeant dans mes pensées, quelques instants. Dès demain, je devrais rependre les cours. Recommencer à devoir entraîner des jeunes qui pensent qu’une épée se manie comme dans un jeu vidéo, et qu’ils peuvent se permettre de foncer dans le tas sans songer à leurs gardes, sous prétexte que s’ils meurent, ils seront de nouveau ramené à la vie. Cette pensée m’arrache un petit grincement de dent. La vie a donc si peu d’importance à leurs yeux ? Je peux les en priver, si c’est là ce qu’ils désirent.

« … dont les actions sont en contradiction avec ses dires ? »

Hum ? Ah. Madame m’interroge sur quelque chose. Mais quoi… ? J’ai dû l’entendre sans écouter. Réfléchis, Sariel…  

« Auriez-vous plus de crainte et de respect pour un dieu silencieux dont l'expression inspire méfiance ou d'un dieu souriant dont les actions sont en contradiction avec ses dires ? »
Oui, cela doit être cela. Craindre un dieu, hein ? Serait-ce la nouvelle professeure de… comment disent les collègues, déjà ? Expression personnelle ? Oui. Je crois que c’est cela. Ceci dit, je n’ai pas retenu son nom. Je n’écoutais pas non plus ce que l’on disait à son sujet. A part que la gente masculine la trouvait plutôt séduisante. S’ils le disent.

« ... à moins que l'on ne joue sur l'apparence en premier lieux... »

Je la regarde prendre des notes, réfléchir. Elle semble plus se parler à elle-même qu’à réellement s’intéresser à moi. Ceci dit, tant mieux. Je ne vois pas quoi répondre à sa question. Je n’y ai moi-même pas du tout réfléchis. Elle vient de me donner un sérieux sujet à méditer. Comment faire pour être un dieu respecté ? Je bois une nouvelle gorgée de café.

« »

J’ouvre légèrement la bouche, mais ne dit rien. Rien d’autre qu’un léger filet d’air s’échappant de ma gorge. Chaud, le café.

Je reste silencieux quelques minutes, retournant la question dans tous les sens.

« Je n’ai jamais été croyant. Mais il me semble que sur Terre, les humains priaient une entité dont l’on n’a jamais reçus de preuve concrète. Dieu, Allah, Yahvé… il prenait différents noms, selon la religion, et malgré le fait qu’il n’agisse jamais concrètement sur Terre, on y croyait dur comme fer. Alors pourquoi ne pas mimer cette manière de faire… ? »

Je me tais. Oui, cela pourrait être une solution. Et même si je pense sincèrement que cela pourrait être une bonne idée, je sais, tout au fond de moi, que ce n’est pas ce qu’il faut faire.

« Non. Ce n’est peut-être pas la meilleure solution. »

Je me passe la main dans les cheveux. Je ne suis pas ici depuis assez longtemps pour vouloir me poser la question de comment être un dieu respecté. D’ailleurs… Qui irait prier le dieu des armes blanches ? Fut un temps, j’aurais pu être prié par les gladiateurs, et les guerriers. J’aurais pu être assimilé à une part d’Arès. Mais de nos jours, à part les escrimeurs, qui auraient besoin de ma bénédiction ? Je ris intérieurement. Quelle  question ridicule. Personne. A part peut-être quelques nouveaux samouraïs, les manieurs de sabres, et autres épéistes en tout genre.

« Vous me prenez de cours, Madame. Je n’ai pas de réponse immédiate à votre question. Navré. »

Je lève les yeux au ciel en me disant que je ne me suis pas présenté. Ceci dit, elle non plus. Alors je ne fais que la mimer. Et puis cela arrive rarement que, dans pareille situation, l'on décline son identité au bout de quelques mots échangés... Cependant, je sais que j'ai déjà dû entendre son nom quelque part. Dans la bouche d'autres personnes. Je ne m'en souviens plus...

« Serait-ce pour la préparation de votre cours à venir, Madame...? »
Invité
avatar
Invité
Re: Un café autour d'une discussion ? Ou l'inverse ? - Dim 5 Jan 2014 - 18:27
Ce fut assez bref, je pense que ça aurait pu donner un rp intéressant, du genre philosophique vu les questions d'Amaranth. C'est dommage.

Dans tous les cas Sariel frappe les élèves ! /PAN/

Sariel : 155 xps
Amarnath : 80 xps

Xps attribués : Yep
Un café autour d'une discussion ? Ou l'inverse ?
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Discussion autour d'une tasse de café (PV : Akira, Lop)
» Discussion autour d'une pinte [Iris]
» Discussion nocturne autour d'un verre: PV Blodwen C. Kelly
» À 5h30 autour d'un café. [Marlon & December]
» Discussion autour d'un feu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Bâtiment administratif :: Salles des professeurs-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page