Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

[Terminé] L'abricot tourne au complot

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
avatar
Invité
[Terminé] L'abricot tourne au complot - Sam 9 Nov 2013 - 23:26

Une goutte tomba sur le nez de la jeune femme. Elle leva les yeux vers le ciel, un mince sourire aux lèvres. Les nuages semblaient être heureux de la voir et déversaient sur elle la pluie qu'elle aimait tant. Fermant les paupières un instant afin de profiter de cette délicieuse sensation de l'eau venant s'écraser contre sa peau, Eilyn baissa la tête et posa son regard tout autour d'elle. Un soupir de satisfaction s'échappa de sa bouche. Elle était en vie. La joie qu'elle ressentait à cet égard été assez paradoxale étant donné que sa mort, elle l'avait choisi. Cela la laissait perplexe, ne sachant pas vraiment si elle pouvait s'estimer à sa place. Pour répondre à ses propres interrogations, la brune haussa les épaules et se mit à marcher, ses longs cheveux volants derrière elle. Sa mort, elle l'avait acceptée et comprise dès son arrivée, mais elle avait la sensation d'avoir un poids dans l'estomac. Quelque chose la tracassait. Pour le moment, elle n'avait rencontré personne, mis à part le directeur qui lui avait remis sa feuille divine et l'avait accueillie. Mais, rien ne lui disait que l'enfer qu'elle avait vécu avant sa mort n'allait pas de nouveau se jouer ici. Les sourcils froncés, Eilyn enfonça sa tête dans ses épaules et marcha les yeux rivés sur le bout de ses chaussures.
Le fait qu’elle ne soit même pas attirée par les abricots était révélateur de l’état de la jeune femme. D’ordinaire si gourmande et curieuse, cela n’était pas dans sa nature de rester stoïque et imperturbable face à ces petits fruits doux et sucrés dont elle raffolait tant. Même si les abricots s’étaient mis à danser sous ses yeux et à lui faire un spectacle de claquette, elle n’aurait même pas bronché. Tout juste aurait-elle arquait un sourcil tout en passant son chemin. Non vraiment, son cas était critique. Elle était angoissée, sans trop savoir pourquoi, car au final, elle n’avait plus rien à perdre. Mais elle était ainsi, toujours à s’inquiéter d’un rien. Or, ce n’est pas avec la pluie qui tombait drue qu’elle allait réussir à faire des rencontres. Surtout en se promenant dehors, dans le parc, alors qu’une personne censée et dotée d’un minimum de bon sens serait restée bien au chaud et à l’abri. 
C’est donc un peu blasée, avec pour seule compagnie ses amies les gouttes de pluie, qu’Eilyn pris un virage à droite, avec pour idée en tête d’aller se poser sous un arbre. Mais, elle heurta quelque chose de plein fouet. Les arbres sont-ils capables de se mouvoir ? Non, jusqu’à preuve du contraire, cela n’était pas encore possible. La brune fronça les sourcils. Qu’avait-elle pu heurter de la sorte, en plein milieu du parc ? Une biche égarée ? Non, impossible, ce qu’elle avait bousculé avait approximativement sa taille. Or, une biche, selon ses connaissances en la matière, devait lui arriver un peu en dessous de la poitrine. Non. Il devait bel et bien s’agir de quelqu’un. Afin d’arrêter de se poser des questions existentielles de la sorte, une idée de génie lui traversa l’esprit : relever ses cheveux qui lui barraient la vue et vérifier l’identité de ce qu’elle venait de bousculer. C’était une jeune fille. Soulagée, un sourire discret étira ses lèvres. Elle remit de l’ordre dans ses cheveux et lissa le devant de son manteau pour se donner bonne figure.
 
« Excuse moi, je ne regardais pas où j'allais. Je ne t'ai pas fait mal j'espère ? »


Une petite moue inquiète déforma ses traits, pourtant si fin en temps normal. Voilà qu’elle commençait bien si elle blessait ou frappait ou faisait étalage de sa maladresse légendaire dès le départ. Se maudissant intérieurement, Eilyn se mordit la lèvre inférieure et décida de se présenter. 
« Je m'appelle Eilyn. Enchantée. »


Ne sachant pas quoi rajouter et n’osant pas jouer de son humour douteux légendaire, elle préféré s’abstenir et attendit une réponse de la part de la jeune femme qui lui faisait face. La pluie continuait de tomber, ce qui n'était pas pour lui déplaire, bien au contraire.


Dernière édition par Eilyn Rook le Lun 16 Déc 2013 - 21:22, édité 2 fois
Invité
avatar
Invité
Re: [Terminé] L'abricot tourne au complot - Dim 10 Nov 2013 - 0:20
Important :  Durant le RP, Akumu Shin se transforme en Amber Storm, suite à un changement de nom. Merci bien, toi qui regarde!





Même chez nous, les morts, la météo gardait ses droits. Depuis que j'étais arrivée à l'académie ( Il y a bien trop longtemps ... ), je n'avais jamais eu l'occasion d'assister à une telle averse. Cette dernière avait, comme un peu près tout ici, quelque chose de surnaturel. Les gouttes qui déchiraient le paysage étaient claire, épaisse ... Purificatrice, presque. A un tel point que cela faisait un bon moment que je les regardais, par la fenêtre de la cuisine? Si je me faisais prendre, j'étais cuite, c'était certain. Aucun élève n'est autorisé à entrer ici en dehors des heures de table, voir même de rentrer tout court. Mais bon, comme j'avais faim, j'étais venue me servir. Après tout, qu'est ce que je risquais ? Une punition ? Deux trois coups, pour les plus mesquins des professeurs ? Je pensais passer en coup de vent, juste le temps de me servir, et sous l'apparence d'un supérieurs, mais comme la pièce était vide et calme, j'avais décidé d'y rester un peu. Lumière éteinte, petit gâteau sur les plans de travail, je grignotais, yeux rivé vers l'extérieur, et me perdais dans mes pensées. Aussi belle pouvait être cette après-midi, elle restait néanmoins déprimante. Tout le monde était au chaud, entre ami, à rire et plaisanter, tandis que moi, une fois de plus, j'étais seule. Je soupirai. Je n'en avais plus pour très longtemps ici, de toute manière. Une fois libérée des murs et portails du domaine, je serais enfin moi même. Pourtant, une souffrance que je ne connaissais que trop bien me perforait les entrailles : La solitude. Rien auquel rêver. Les journées étaient dure et répétitive à en mourir. D'ailleurs, depuis combien de temps n'avais-je plus discuté avec quelqu'un ? Tellement longtemps qu'aucun souvenir ne me vint en tête. 

Encore un bon moment se passa sans que le moindre bruits affolant ne se fasse entendre, puis soudain, un écho de bruits de pas vint jusqu'à moi. Je m'abaissai, de façon à ne pas être vue depuis la porte, me remplis les poches de gourmandises, et, dans le plus grand silence, attendit que l'inconnu entre. La clinche descendit, grinça, et la porte s'ouvrit. Je ne savais pas qui c'était, et je m'en fichais. Il fallait que je sorte au plus vite. L'individu avança, ouvrit les placards, et restai statique. Je le savais car son image se reflétait sur le carrelage parfaitement lisse. J'en profitai pour filer, furtivement mais pas moins rapidement, vers la sortie.C'était gagné. Je courai, pied nu ( J'avais retiré mes talons hauts par précaution ) vers le parc. L'air était doux, mais les gouttes gelée. Elles claquaient sur ma peau dénudée, tel un tambour incessant. Alors que je progressais, yeux vers le sol, à un pas presque de course, quelque chose me heurta. Ou j'heurta quelque chose, je ne sais pas. Tout de suite prise par un courant d'adrénaline, je fis un pas de recul, prête à toute circonstance. Mais ce n'était rien. Enfin si, une jeune fille. Pas très grande, l'air un peu perdue, et, je l'avoue, assez mignonne. C'était sans doute une nouvelle arrivante. D'ordinaire, j'aurais tout fait pour l'éviter, mais collisions étant faite, il était trop tard. Pour preuve, elle me parla.

« Excuse moi, je ne regardais pas où j'allais. Je ne t'ai pas fait mal j'espère ? »


Je souriai. Me faire mal ? Ca ne risquais pas. Je la dévisageai un instant, ce qui je sais, est très mal poli, et me tint plus droite. Amie ou ennemie ? Au premier regard,  elle ne m'avait pas l'air bien méchante. Une tristesse qui m'était familière se lisait dans ses yeux, ce qui fit tout de suite pencher la balance. Mais bon, les apparences sont bien souvent trompeuse, j'en étais la preuve.

« Je m'appelle Eilyn. Enchantée. »
Elle avait dit ça à voix basse. Dans un murmure, presque. Je ne savais pas trop ce qui me passa par la tête, mais subitement, j'eût l'impression que ma souffrance était partagée. Qu'avais-tu bien pu vivre, toi, de ton vivant ? Que t'es-t-il arrivé pour que tu arrives ici ? J'aimais beaucoup son prénom. Je trouvais qu'il lui ressemblait. Les souvenirs de mon arrivée me revinrent alors en tête. J'avais été bien acceuillie, mais ça ne m'avait pas empêché de me sentir pommée. Je rigolai doucement, et dit, avec autant de sincérité que moi, Akumu Shin, était capable de ressentir :

" Et moi c'est Akumu. De même. Et ne t'inquiète pas, il m'en faut plus que ça pour me faire mal. Et comme je ne sais pas trop laquelle de nous est entrée dans l'autre, je m'excuse déjà de t'avoir bousculée. Je me porte garante des coups et blessures que j'ai pu t'infliger."

M'ouais. Il y avait mieux pour briser la glace. Je laissai un silence que j'espérais ne pas être pesant.

" Je crois qu'à part moi, tu es la seule assez folle pour te promener dehors avec une pluie pareille. A moins que tu ne vienne d'arriver ? ... "


Dernière édition par Amber Storm le Lun 16 Déc 2013 - 21:01, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: [Terminé] L'abricot tourne au complot - Dim 10 Nov 2013 - 13:27
Le jeune fille était assez gênée de la façon dont l'inconnue la regardait. Elle en arrivait à se demander si quelque chose sur son visage allait de travers. Peut être avait une une quelconque tâche sur les joues ou des pois roses luisants étaient apparus partout sur sa peau. Soucieuse, Eilyn porta sa main sur son visage et palpa délicatement ses joues. Non, a priori tout était normal de ce côté ci. Elle fronça donc les sourcils et tripota maladroitement ses mains, signe évident de mal être. Rassurée toutefois par le fait qu'elle ne lui avait infligée aucune douleur, la brune se détendit un peu et s'autorisa même un rire discret. Se porter garante ? Cette expression à connotation juridique la faisait rire. Elle décida donc de rentrer dans son jeu.
« Je ne risque donc aucune poursuite judiciaire. Me voilà grandement rassurée. »

Toujours méfiante, et ne voulant pas se fier à l'apparente sympathie de la jeune fille, Eilyn fit un petit pas en arrière, afin de s'éloigner un peu d'Akumu. Drôle de prénom. D'ailleurs, elle ne savait pas tellement comment le prononcer. Mais enfin, comment se faisait-il que quelqu'un se montre gentil de la sorte avec elle ? Elle n'y était pas habituée. Voir pas du tout. Et cela ne lui inspirait pas confiance. Les mains enfoncées dans les poches de son manteau, elle répondit aux interrogations d'Akumu.

« En fait, c'est un mélange des deux. Je viens en effet d'arriver, et j'aime marcher sous la pluie. 
Et toi ?»

Eilyn lui adressa un sourire. Voilà qu'elle allait passer pour une folle furieuse qui aime marcher sous la pluie. Rien de plus normal. Encore heureux qu'elle ne lui ait pas fait part de sa théorie sur les nuages susceptibles d'être heureux de la voir. Bref. La vérité, c'était qu'elle était un peu perdue, et ne savait pas tellement où aller, ni quoi faire. Mais ça, jamais elle ne l'avouerait. Elle se contenta donc de baisser le regard et de tripoter du bout du pied un petit caillou, laissant un léger silence s'installer. Au bout d'un moment, la jeune fille redressa la tête et fixa intensément Akumu tout en gardant le silence. Puis elle se décida à prendre la parole, luttant intérieurement pour mener à bien cette discussion.


« Je ne sais pas ce que tu en penses, mais je trouve que se serait une bonne idée d'aller s'abriter sous l'un de ses arbres. A moins que tu ne veuilles finir détrempée. »

Son regard se posa alors sur l'allure de la jeune fille. Elle n'y avait pas encore fait attention. Pieds nus. Sa camarade était ... pieds nus. Intriguée, Eilyn se retint à grand peine de poser des questions sur le pourquoi du comment. Peut être était-ce une manière particulière de communiquer pleinement avec le sol et laisser entrer en elle une quelconque puissance émanant du sol détrempé. Il y avait peu de chance que cette solution soit exacte, mais enfin, cela eu pour mérite de la faire sourire avant de tourner les talons et de marcher vers l'arbre qu'elle avait repéré.
Invité
avatar
Invité
Re: [Terminé] L'abricot tourne au complot - Dim 10 Nov 2013 - 14:05
« Je ne risque donc aucune poursuite judiciaire. Me voilà grandement rassurée. »
C'était amusant de parler de justice ici. S'il y en avait une, je ne l'avais pas encore croisée. Pour la plus grande majorité des gens, le fait de mourir n'avait pas participé à l'avancée de leurs maturité. Ils restaient ce qu'ils étaient : Insouciant, stupide et blessant. La loi du plus fort était toujours de mise, à la différence près que ici, c'est à coup de boules de feu que nous nous battons. Ce n'était pas rare d'entendre que un tel ou un tel était mort au cours d'une bagarre. En effet, ça ne représentait rien de grave dans l'académie. Tant qu'il reste de vous ne cesse qu'un demi cheveu, vous êtes réanimable.  Une chance que nous étions relativement encadré. J'osais à peine imaginer le taux de barbarie dont serais capable les autres apprenti-dieux, sinon. Moi la première. Je parlais, mais j'étais de celles désireuses d'éradiquer l'humanité, donc bon ...

« En fait, c'est un mélange des deux. Je viens en effet d'arriver, et j'aime marcher sous la pluie. 
Et toi ?»
Je rigolai doucement. Je ne savais pas si je devais lui dire la vérité ou non. Si elle allait cafter à je ne sais qui, je serais en mauvaise posture. Boah. Si on s'en prenait à moi, ce serait comme d'habitude, je rendrais les coups en double. Je n'étais définitivement plus la pitoyable ados que j'étais. Mais tout de même, je préférais éviter. Autant être sincère en restant vague. On ne pourra dire que j'étais une menteuse, comme ça.

" La pluie ne m'a jamais dérangé, mais je ne suis pas systématiquement en dessous quand elle arrive. Sauf aujourd'hui, mais c'est parce que je reviens d'une course ... qu'il ne faut pas ébruiter, si tu vois ce que je veux dire. Dis-je en gloussant. "

Elle n'avait pas l'air à l'aise. Le regard fuyant, le rythme cardiaque entre deux vitesse. On aurait dit moi, avant que je ne finisse au fond d'un lac. Je refoulai les sentiments qui me vinrent, mais je ne pû empêcher le rouge de me venir aux joues. Ce n'était pas le moment de jouer à l'amitié. Elle ne risquait pas de m'apprécier, de toute manière. La raison dépassa les émotions et je soufflai un bon coup. J'étais percée et je commençais à avoir froid. Heureusement, elle me proposa de nous abriter sous un arbre qu'elle pointa du doigt. Je levai les yeux et vis les abricots qui s'y pendaient. Je ne les connaissais que trop bien. Étais-je suffisamment sympathique pour la prévenir de leurs vertus ? On verrait bien ...

Je la suivis et m'adossai contre l'imposant tronc de l'abricotier. J'avais l'impression que la pluie avait doublé d'intensité. Il n'y avait plus qu'à espérer que le feuillage soit suffisamment dense pour qu'il ne laisse pas filtrer l'eau. Sinon, nous serions bonne  pour une ballade sur l'arche de Noé. Ah ah, j'étais drôle ... 

" Si jamais tu as faim, sers-toi plutôt dans ma poche. Je ne te conseille pas les abricots, sauf si tu as envie de ... planer, disons. Et je ne plaisante pas. "
Invité
avatar
Invité
Re: [Terminé] L'abricot tourne au complot - Dim 10 Nov 2013 - 17:12
Eilyn adressa un clin d'oeil à Akumu. Avec elle, son secret était bien gardée, elle ne risquait rien. Absolument rien. Elle n'avait pas compris parfaitement de quoi il s'agissait, mais enfin. Il lui paraissait normal et logique qu'une inconnue bousculée 2 minutes plus tôt décide de ne pas lui confier des choses, qu'importe leur valeur. Tout pendant que la jeune fille lui parlait, Eilyn ressentit une certaine ... tristesse. Même si le terme n'était pas exacte. Or, cette tristesse, si lointaine soit-elle, ne lui appartenait pas. Cela troubla la brune, qui n'avait encore jamais réellement expérimenté son pouvoir. Bon, elle ne ferait pas de mal à une mouche, et n'était pas prête de pouvoir lire pleinement les émotions d'Akumu, mais toujours est-il qu'elle avait perçu un semblant de quelque chose. Elle ne savait pas ce qui était responsable de cette soudaine tristesse, mais cela la perturba légèrement. Eilyn secoua doucement la tête pour chasser ses réflexions et leva le nez vers le feuillage danse de l'arbre, ponctué par endroit de petites tâches oranges. Des abricots. Depuis son arrivée dans le parc, c'était la première fois qu'elle les voyait, trop occupé qu'elle était à se poser des questions avant de rencontrer Akumu. 

Son regard se posa alors alternativement sur les poches de sa camarade, puis sur les abricots, un mince sourire apparaissant progressivement sur ses lèvres. Que risquait-elle ? Rien. Une lueur de défi et de malice brillait dans le regard d'un pleu profond de la jeune fille. Elle tendit la main et décrocha un fruit légèrement rouge sur son dessus avant de se tourner vers Akumu.

« Je vais plutôt opter pour le côté ... peu recommandable. »

Après tout, c'était le moment ou jamais de tester de pareilles choses. Elle mordit donc dans la chair ferme mais sucré du fruit, un filet de jus coulant à la commissure de ses lèvres. D'un avis d'experte en la matière, elle hocha la tête. Il était délicieux. D'un coup, le monde autour d'elle pris une autre tournure. Le sol n'était plus qu'un énorme nuage rose en barbe à papa. Akumu s'était transformée en une Carotte sur pattes, avec une touffe verte à la place des cheveux. Il fallait se l'avouer, Eilyn avait bien envie de croquer sa camarade. Mais, intriguée, un sourire niais aux lèvres, elle leva ses mains devant ses yeux. Des poils. Des poils partout. Des poils roses. De grosses pattes. Elle baissa alors son regard vers ses pieds. Un gros coeur était dessiné sur son ventre. Elle était Gros Chéri ! Le Bisounours. La jeune fille se mit alors à sauter sur place puis commença à manger des morceaux de nuages. Bon, dans les faits réels, elle broutait tout bonnement l'herbe du parc. Mais ça, elle n'en avait pas conscience, perdue qu'elle était dans des délires et des considérations très lointaines. Une fois cela fait, elle se leva, et se colla à Akumu pour la renifler. L'odeur de la Carotte. Elle en raffolait. Rien de plus normal, donc, de renifler une carotte géante. C'était même un pur plaisir. 
Invité
avatar
Invité
Re: [Terminé] L'abricot tourne au complot - Lun 11 Nov 2013 - 17:16
La jeune fille regarda mes petits fours, les abricots, mes petits fours et encore les abricots. La mauvaise fille. C'était à peine permis d'hésiter. C'était un peu le crack de l'académie, mais sans l'addiction que celle-ci provoque habituellement. Quoi que ... Le jour où j'avais appris les effets de ces petits fruits, l'envie d'en goûter un me passa assez vite. Pas que j'avais peur. Non. Juste qu'une toxico en solitaire, c'était plus triste que fun. Mais puisque j'étais accompagnée, l'envie de connaître les effets du paradis me revint. Je n'en ferais rien, cependant. Du moins, tant qu'elle n'aura pas elle même croqué dans le fruit défendu.  Le regarde plein de malice, abricot en main, elle me dit :

« Je vais plutôt opter pour le côté ... peu recommandable. »
" Je ne suis pas sûre que ce soit une ... "
Trop tard. La jeune fille avait déjà croqué à pleine dent dans la sphère jaune et sucrée. L'effet fût presque instantané. Des ailes lui aurait poussé et qu'elle aurait décollé droit vers Mars, ça aurait été la même chose. Ses yeux s'agrandirent, ses muscles se relâchèrent, et un filet de jus ( ou de bave ) sembla même couler du coin de sa bouche. Elle était sérieuse ? C'était si fort que ça ?

" Très bonne idée ... Finis-je "
Je soupirai. On pouvait plus ou moins dire que j'étais de nouveau seule. Que voyait-elle d'ailleurs ? Que ressentait-elle ? Je la poussai doucement sur l'écorce de l'arbre et l'incitai à s'asseoir. Voilà que j'allais faire gardienne pour drogué. Génial. Je soufflai des plus belle, haussai les épaules, et regardai la jeune fille qui regardait son ventre avec fascination. Elle avait l'air si ridicule que je ne pût retenir un petit rire. Il s'était échappé, comme ça, tout seul. On était jeune, divine, et immortelle. Pourquoi devrais-je me retenir ? Nous étions seule sous la pluie, et donc, par logique, avec personne pouvant nous observer.  Je sautai, m'accrochai à une branche et attrapai moi aussi un de ces mystérieux délice.  Je m'abaissai, sous les yeux vide de ma partenaire, et sortit un couteau de ma botte. Je l'ouvrit et coupai l'abricot en deux, avant de lécher la lame du bout de ma langue experte. L'effet fut instantané. Le paysage semblait rougir aussi vite que le goût sucré se répandait dans ma bouche. Bien que je restais bel et bien conscience de mes actes, j'approchai un des deux quartier à proximoté de mes lèvres, prête à le dévorer, mais un bruit suspect m'en empêchai. Qu'est ce que ... ? L'un des cuisiniers était à l'extérieur et semblait chercher quelqu'un du regard. Du moins, si je n'hallucinais pas déjà. Je tâtai mes poches et constatai qu'elles étaient toujours remplie à sac. Je jetai un coup d’œil vers l'homme et constatai avec stupeur que j'avais semé une ou deux pâtisserie sur le chemin. Je tirai Eilyn par le bras et dit :

" Vite, suis-moi ! On va avoir des ennuis sinon ! "
Je la traînai plus loin dans le parc d'un pas titubant. Depuis combien de temps avait-il était repeint couleur cerise ? Et depuis quand le ciel crachait-t-il des gouttes ... de sang ? Je gloussai comme une idiote. Je n'avais même pas encore croqué à pleine dent dans la chair du fruit que j'étais déjà ailleurs. Qu'est ce que ça allait être ...
Invité
avatar
Invité
Re: [Terminé] L'abricot tourne au complot - Lun 11 Nov 2013 - 18:16
La Carotte Humaine qui lui faisait face était en train de ... rire. Eilyn gloussa, une main devant sa bouche. C'était la première fois de sa vie qu'elle avait affaire à un légume aussi grand et aussi cool. Elle voulu lui donner une tape amicale sur l'épaule, mais un obstacle se mis en travers de son chemin. Où se trouvait l'épaule d'une carotte. Sceptique, la brune fronça les sourcils et abandonna l'idée, avec un sourire aux lèvres. Cet abricot la désinhibait totalement, et la faisait se montrer ouverte et amicale. Ce qui n'était pas tellement dans ses habitudes. Entre deux rires niais, elle trouva de quoi prononcer quelques mots.
« Tu sais que tu es la carotte la plus cool que j'ai rencontrée ?! Tes soeurs ne sont pas dotées de la parole. D'ailleurs ... Pourquoi toi tu parles ? Et ... La famille, comment ça se passe ? Vous êtes tous frères et soeurs ? Ça favorise les incestes ça non ? »

La jeune fille plaqua une main sur sa bouche, sous le choc de cette révélation. Les carottes pratiquaient l'incestes depuis la nuit des temps, sans que personne ne s'en soucie. Secouant la tête avec désolation et pitié, elle tendit les bras et fit un câlin à sa nouvelle amie, tout en lui caressant les fanes. Puis, d'un coup, elle releva la tête et sautilla sur place, telle une enfant soumise à un trop grand choc émotionnel, puis tapa dans ses mains avant de pointer son doigt vers le ciel, une expression d'extase au visage.

« Regarde Aku-rotte ! Il pleut ... Naaan. Mais si. Il pleut des bulles. Des bulles ! C'est géant. »

Elle se retourna pour inviter Aku-rotte à venir la rejoindre pour observer le spectacle, mais cette dernière était en train de faire elle ne savait pas trop quoi avec son couteau. Tant pis, elle haussa les épaules et retourna à sa contemplation hallucinogénique. Mais, elle sentit quelque chose la tirer par le bras puis l'emmener avec elle. Ne comprenant pas, la jeune fille regarda autour d'elle et, à la place d'un cuisinier, elle vit une licorne à deux pattes avec une toque de cuisinier sur la tête. Etrange. Décidément, elle était dans un drôle de monde. Docile, elle suivit donc la Carotte, sans poser de questions. Puis, une fois à l'abri des regards, et loin de la Licorne-Cuisinier, elle observa son nouveau lieu de vie avant de poser son regard sur Aku-rotte.

« Je comprends ... Les licornes broutent l'herbe et raffolent ... des carottes. Tu as sauvé ta pelure. Je te protégerais ne t'en fais pas. »

Hochant la tête avec conviction pour appuyer ses propos, elle s'assit par terre et se balança d'avant en arrière en fredonnant une chanson. C'était la chanson que son père lui chantait pour qu'elle s'endorme. Mais contrairement aux habitudes, cela ne fit naître en elle aucune émotion. Elle était loin, elle était bien. Plus aucun soucis ne venaient la perturber. Dommage qu'elle soit le seul Bisounours. Elle se sentait un peu seule, dans son monde. Un soupir de lassitude s'échappa de sa bouche. Les effets de l'abricot commençait à se dissiper. Les couleurs vives laissaient progressivement place à la pâleur de la réalité. La bulle de folie dans laquelle elle avait trouvé momentanément refuge éclata en plein vol. 
Invité
avatar
Invité
Re: [Terminé] L'abricot tourne au complot - Jeu 14 Nov 2013 - 11:47
Eilyn disait vraiment n'importe quoi. Tandis que je tentai de sauver notre peau, ou plutôt la mienne, elle commença à me parler carotte et licorne. Bien que je n'écoutais pas vraiment ce qu'elle disait, je pensais avoir compris que pour elle, j'étais devenue un légume bavard et notre poursuivant ... un licorne ? Je savais que ce n'était pas une bonne idée de la laisser goûter à cette cochonnerie. Je jetai un regard en arrière, pour voir si le cuistot était toujours à nos trousse, ce qui était le cas, et tentai de me repérer au travers de cette pluie sanguine. Je me sentais si lourde ...  Normal, la pelouse me dévorait les pieds. Je regardai la jeune fille, qui m'avait l'air bien boursouflée, et lui écrasait mon morceau d'abricot sur le visage.  Plane ma petite, plane ! On avait pas beaucoup de temps, et je la sentais plus docile dans cet état. Je ne savais pas trop si ça avait marché, mais alors que mon monde " Utopique " se dissipait, je lui dit :

" Ecoute-moi bien, si on est assez rapide et futée, ce sera facile. Je te donne la moitié de mes petits fours et tu te la joue petit poucet. Je ferais la même chose de l'autre coté. Il suivra forcément l'une de nous, sauf qu'une fois que tu n'auras plus de quoi décorer la pelouse, tu prendras le chemin inverse. On se retrouve au grillage du Parc. "
Je vidai la moitié de ce que j'avais dans la poche et lui en chargea les bras. Je soupirai un bon coup. Je nous avait mise dans la merde, et il fallait réparer ça. Pourquoi étais-je trop lâche pour me dénoncer ? Non, non ... Nous pouvions régler ça autrement. Je ne me dénoncerais qu'en dernier recours. J'espérais juste qu'elle ne se fasse pas piquer avant moi, même si ça m'aurait bien arrangé. 

" Je suis désolée pour tout ça. Vraiment désolée ... Je t'expliquerais tout lorsque l'on se retrouvera tout à l'heure. "

Je commençai à courir vers la gauche, sur un chemin suffisamment large et dégagé pour que les petits-fours soient bien en évidence. Je m'en voulais presque d'avoir causé tout ces ... désagréments. En même temps, ce n'était pas malin de ma part de rester si près de l'établissement. Eilyn avait une première journée ... mémorable.
Invité
avatar
Invité
Re: [Terminé] L'abricot tourne au complot - Mer 20 Nov 2013 - 21:56
Progressivement, Eilyn remis les pieds sur Terre. Un peu perdue, elle plissa les yeux et leva ses mains devant ces derniers avant d'observer Akumu. Il n'y avait plus de carotte, de nuage rose ni même de licorne. Les gouttes de pluie avaient remplacé son monde de bulles. Un goût étrange lui revenait en bouche. L'herbe. Elle avait brouté le plancher, telle une vache ou une chèvre. Le brin d'herbe qu'elle attrapa à la commissure de ses lèvres l'attestait. Une certaine tristesse passe sur le visage de la jeune femme, mais bien vite elle retrouva une expression fermée et distante. Elle s'était montrée telle qu'elle était, au plus profond d'elle-même. Naïve, utopiste, et surtout, malgré son âge, une éternelle enfant. Elle s'était montrée vulnérable et souriante face à une inconnue. Akumu. Du coin de l'oeil, elle regarda sa camarade et fronça les sourcils. Peut-être la prendrait elle pour une illuminée. Une folle furieuse sortie de l'asile qui décide de brouter de l'herbe. Mais elle ne voulait pas qu'Akumu, qui semblait si responsable et posée, ait une fausse opinion d'elle et ne la juge sur cet écart. Soucieuse, elle sursauta lorsqu'un abricot vint s'écraser contre son nez. D'un bond, elle se leva et posa sa main sur le manche de son poignard. Ses yeux bleus s'assombrirent. D'une oreille attentive, elle écouta Akumu, toujours sur la défensive. Le jeune femme attendait d'elle ... qu'elle sème des petits fours. Les yeux ronds comme des billes, la bouche entrouverte d'étonnement, elle laissa glisser sa main et attrapa les aliments qu'on lui fourrait dans les bras. La brune ne comprenait pas tellement ce qui arrivait, mais visiblement cela était important, et Akumu comptait sur elle. Sans broncher, Eilyn repris pleinement possession de ses moyens. Elle était prête. Elle sorti du couvert de l'arbre et se retourna en fixant sa camarade.

« Tu n'as pas à être désolée. A toute à l'heure. »

Sans ajouter un mot, elle s'en alla, rapidement, laissant dans son sillage une traînée de petits-fours. En regardant derrière elle, la brune aperçut  un cuisinier. S'était sans nul doute en lien avec ce qu'elle était en train de faire. Essayant d'être discrète mais efficace, cela ne sembla néanmoins pas lui réussir. Une main se posa sur son épaule avec fermeté. Une grimace passa furtivement sur son visage, mais elle pris soin de retrouver une expression neutre et hautaine avant de se retourner vers le cuisinier qui lui faisait face. Ne pas paniquer. Au fond d'elle, elle ressentait une certaine ... colère. Mais de façon lointaine. Sans doute celle de l'homme qui la regardait, sa main toujours sur son épaule. Pour commencer, tout en gardant son sang froid, elle retira la main du cuisinier. Elle n'appréciait pas du tout les contacts physique. Loin de là. Un petit sourire charmeur aux lèvres, elle tendit un petit four au cuisinier.

« Vous en voulez un ? Ils sont vraiment ... délicieux. »

Sur ces mots, elle en mis un dans sa bouche tout en hochant la tête pour appuyer ses propos. C'était bien vrai. Ils étaient succulents. Bref. Visiblement, le regard du cuisinier signifiait clairement qu'il n'était pas convaincu et ne lui passerait pas l'éponge aussi facilement. La brune pris alors un air coupable et fit monter dans larmes dans ses yeux. Le regard implorant, tel le Chat Potté, elle baissa ses yeux sur son tas de petits-fours qui reposaient dans ses bras, puis fixa l'homme.

« Je suis désolée ...Mais vous comprenez ... On m'a dit qu'il y avait une biche albinos dans le parc. C'est magnifique. J'adore les biches. Alors pour tenter de l’appâter, j'ai emprunté des petits-fours. Pour voir la biche. Qui est albinos. C'est important, le fait qu'elle soit albinos. Parce que c'est rare. Et c'est là tout le coeur de l'histoire. »

Eilyn cligna rapidement des yeux afin qu'une larme roule sur sa joue, puis elle renifla exagérément. Décidément, elle commençait bien. Même pas une journée qu'elle était ici, et elle avait déjà à son actif une hallucination puissante et un mensonge loufoque. 
Invité
avatar
Invité
Re: [Terminé] L'abricot tourne au complot - Mer 20 Nov 2013 - 22:40
Je courrai à travers le parc, semant des sucreries en tout genre un peu partout dans la pelouse semi-négligée. J'étais pied nu, et pour la première fois, je me rendis compte combien l'herbe trempée était froide. Mes pieds étaient douloureux et légèrement bleuté, ce qui, j'en suis presque sûr, n'était pas une couleurs normale pour des doigts de pied. Je m'en fichai, cependant. Tant qu'ils n'étaient pas tombé pas tout seul, ça ne m'empêchai pas de courir . Une fois le parc décoré de façon à faire pleurer un diabétique, je constatai qu'Eilyn avait elle aussi fait sa part du marché. Je ne représenterais pour elle, absolument rien, et pourtant, elle avait décidé de me défendre. Quoi que je ne lui avais pas vraiment laissé le choix, puisque si elle se faisait prendre les bras chargé, elle était déjà bonne pour la punition. Je me sentais cependant obligée de reconnaître que j'avais une dette envers elle, ce qui ne me plaisait pas du tout. Je repris mon souffle quelque instant et redémarrai. Comme elle n'était pas au grillage, je supposai immédiatement que c'était ses traces à elle que le cuistot avait décidé de suivre. Par ailleurs, comme une idiote, je ne lui avais même pas dit où précisément nous retrouver. Je ne lui avais décidément donné aucune chance, si ce n'est celle du hasard. Je décidai de suivre ses traces à pas de tigre. Si il n'était pas déjà trop tard, je me jurai de l'aider. Au bout d'une ou deux minute de pistage, je le vît discuter avec le cuisinier. Elle semblait pleurer. C'est en m'approchant un peu, camouflée par des branchages et par la pluie qui s'était adoucie que j'entendis la conversation. Une biche albinos ? Soit elle ne manquait pas d'imagination, soit je l'avais expédiée une deuxième fois dans le cirage. Que ce soit l'un ou l'autre, fini de jouer. 

Mes os craquèrent, ma peau se déforma, mes cheveux entrèrent dans mon crâne et prirent une teinte d'or. Je me transformai en quelqu'un d'autre. En un professeur que je savais proche du cuisinier dont j'avais oublié le nom. En bref, Monsieur Morrigan. Je pris un air faussement alerte et essoufflé, et criai :

" S'il te plait, vient m'aider ! Un élève à encore fait je ne sais quoi et du coup, une biche Albinos et relativement féroce se ballade dans l'académie. Fonce, je préviens les autres et je m'occupe de la nouvelle."
Il tentai de protestai, mais j'avançai vers lui d'un pas décidé et lançai :
" Qu'est ce que tu attends, dépêche-toi ! Je m'occupe d'elle. "
Je fît mine de prendre un air sévère, dont j'espérais convaincre Eilyn pour que sa réaction soit plus naturelle, et regardai l'homme s'en aller d'un pas incertain. J'avais un peu de mal à croire qu'il avait cru à nos bobards, mais je restai néanmoins satisfaite que ce soit le cas. Une fois sûre d'être à l'abris de notre poursuivant, je repris ma forme normale, avant que ce ne soit douloureux.
" Je suis désolée pour tout ça. J'espère être arrivée à temps. Tu n'a pas eu d'ennuis ? "
Invité
avatar
Invité
Re: [Terminé] L'abricot tourne au complot - Jeu 21 Nov 2013 - 12:57
Ses chances de s'en sortirent sans punition ou quelconque mise en garde de ce genre s'amenuisaient progressivement. C'était prévisible, la prétendue biche albinos et son amour profond pour l'animal ne semblait en rien émouvoir ou attendrir le cuisinier. En même temps, lui, tout ce qu'il voyait dans une biche, c'était un rôti sur pattes. Il n'était donc pas tellement en mesure de s'émerveiller devant la beauté de la nature. Fronçant les sourcils, elle mis ses mains sur ses hanches et tapota du pied afin de feindre l'agacement.

« Dites donc, vous ne semblez pas avoir visionné Bambi vous. 
Vous montreriez un peu plus d'intérêt pour la biche sinon hein ... »

Frustrée et surtout choquée qu'un individu, qu'il vienne de Mars, de Jupiter ou d'une quelconque autre planète, n'ai jamais regardé Bambi et n'ait jamais pleuré devant ce dessin animé, elle le regarda d'un air sévère. Non vraiment, elle voulait y remédier. Mais avant même d'avoir pu mettre un plan Sauvetage Bambiesque sur pieds, un homme se précipita vers eux. Visiblement une biche albinos féroce se promenait dans l'académie. Stupéfaite qu'une biche, qui plus est albinos, se promène réellement dans l'enceinte de l'établissement, Eilyn fit des yeux ronds et pâli légèrement. Qu'entendait-il par s'occuper de la nouvelle ? En tout état de cause, la nouvelle, s'était elle. Aux dernières nouvelles elle venait tout juste d'arriver, et cela devait se lire sur son visage. Inquiète, elle finit par se dire qu'elle préférait sans doute la présence du cuisinier à celle de cet homme. Le regard suppliant et inquiet, elle tentait désormais de faire rester le cuisinier. En vain. Elle le regarda partir, la laissant seule avec l'homme qui selon elle était professeur ou dans l'administration. Son air sévère n'arrangea en rien le sentiment de malaise de la brune. Une pensée lui traversa alors l'esprit. Akumu. Où était-elle ? L'avait-elle laissée seule répondre d'actes qu'elle n'avait pas commis ? Se maudissant d'avoir fait confiance trop rapidement et d'avoir décidé d'entrer dans une démarche amicale, le visage de la jeune femme se durcit. Lorsqu'elle releva la tête, un drôle de spectacle s'offrit à ses yeux. Akumu était le vieil homme. Le vieil homme était Akumu. Décidément, elle n'allait pas s'ennuyer ici. Un large sourire aux lèvres, elle secoua la tête.

« Ne t'excuse pas, c'était plutôt drôle à vrai dire. Et je n'ai eu aucun soucis. 
Mais ... C'était ... C'est super ton truc là ! »

Réaction typique d'une jeune arrivante n'ayant jamais rien vu de pareil dans toute sa vie. Certes, en arrivant ici, elle avait bien eu conscience que les surprises ne faisaient que commencer. Mais là. C'était fort. Très fort. La pluie continuait de tomber, sans pour autant perturber les deux jeunes femmes. Des tonnes de questions affluaient dans l'esprit vif et curieux d'Eilyn, mais elle s'abstint de laisser libre cours à ses interrogations. Jouer les fan hystérique et admirative n'était pas tellement dans ses intentions.
Invité
avatar
Invité
Re: [Terminé] L'abricot tourne au complot - Jeu 21 Nov 2013 - 18:53
Je secouai avec nonchalance mes mains tandis que les dernier stimulis de ma métamorphose se dissipait. La transformation avait été rude, peut-être de trop, et m'avait un peu fatigué. J'avais réussi à me rattraper, et j'étais fière de moi. Je n'irais pas jusqu'à dire que j'avais trouvé amitié, mais un regard vers la fille me fît comprendre que je pouvais avoir confiance en elle. Avec un petit peu de chance, peut-être même se disait-elle la même chose ? C'était un mal pour une bien, non ? Et puis, c'est une rencontre qu'elle ne risquait pas d'oublier. Elle me fît une large sourire, auquel je répondis avec plaisir. J'avais encore toute mes chances.

« Ne t'excuse pas, c'était plutôt drôle à vrai dire. Et je n'ai eu aucun soucis. 
Mais ... C'était ... C'est super ton truc là ! »
Mon truc ? Elle parlait de quoi ? Des me cheveux à aveugler un mort, de mes pieds bleu, de mon audace ? Je secoua la tête. Quel idiote. Elle parlait de mon pouvoir. Il n'avait rien d'extraordinaire en comparaison de celui d'autres élèves. En fait, le mien était même plutôt nul, quand on l’utilise mal, en tous cas. Je m'en amusais souvent. C'était si facile de faire dire ou de faire faire des choses aux autres, de traverser le portail sous une autre identité. Peut-être qu'il ne lançait pas de paillette dans les yeux de mes adversaire, ce qui serait embêtant, puisqu'ils ne verraient rien, mais au moins, il était utile. Je croisai les bras et pris un air flattée.

" Ah ... Heu ... Merci. C'est mon pouvoir divin. Tu en as un, toi aussi. Tu le connais déjà ? Lui demandais-je "
Je ne sais pas trop si elle s'attendait à ça, comme réaction, mais il faudra qu'elle s'y fasse. Rien d'autre ne m'était venu. Je baissai tout de même la tête, gênée. Je l'imaginais déjà cracher du feu, soulever des rochers, déchaîner les vents. Mais non. Je savais que Deus n'offrait que des pouvoirs qui nous correspondent, ou nous ressemblent. Moi, par exemple, le mien me collait à la peau. Moi qui de mon vivant ne rêvait d'être quelqu'un d'autre, d'avoir le pouvoir d'être acceptée, ou même de disparaître, et bien, on peut dire qu'il s'était réalisé. J'ai cherché toute ma vie la normalité, et voilà que j'avais la capacité de devenir qui je voulais. Non ... J'imaginais Eilyn avec un pouvoir plus spirituel. Quelque chose de plus profond, de plus secret qu'une boule de feu. Le pouvoir du Sacrifice ? Des songes ?
Invité
avatar
Invité
Re: [Terminé] L'abricot tourne au complot - Jeu 21 Nov 2013 - 20:18
Le truc en question était, bien entendu, le pouvoir divin d'Akumu. Il faut dire que pour le moment, bien qu'elle ait accepté d'être là où elle se trouvait et pourquoi elle s'y trouvait, la brune avait bien du mal à s'y habituer. Elle avait donc encore du mal à cacher son émerveillement, surtout que c'était, en soit, la première fois qu'elle voyait une chose pareille. Akumu lui posa alors une question sur son pouvoir. Eilyn se trouvait bien ridicule, et surtout très basique. En vérité, elle ne faisait rien d'extraordinaire. Rien de visible. Personne ne pouvait admirer son quelconque talent, si tant est qu'elle en possède un. Mais au final, cela lui correspondait parfaitement. Rester discrète. Ne rien faire qui puisse attirer le regard, l'attention, ni même attiser la jalousie. Par expérience, la jeune femme savait que les personnes, ennemies ou non, avait d'avantage tendance à mépriser et sous estimer, à tort, une personne qui d'apparence ne possède aucune force, aucun atout. Les yeux rivés sur le bout de ses chaussures, elle releva la tête et fixa Akumu. Au bout d'un petit moment, elle pu ressentir une certaine gêne, un léger malaise. Eilyn fronça les sourcils, chose qu'elle faisait beaucoup ces derniers temps, sans doute finirait-elle ses jours avec une pire ride du lion, mais enfin bref. Elle ne connaissait rien d'Akumu, si ce n'est son prénom et le peu de chose qu'elle a pu deviner d'elle en la côtoyant, mais sa camarade dégageait une certaine souffrance. Une méfiance excessive envers autrui. Et, chose peu commune et inhabituelle, la brune se reconnaissait en elle. Un peu déstabilisée, elle toussa discrètement avant de lui répondre.


 « Oui je le connais. C'est l'empathie. »

Etant loin de maîtriser son pouvoir, elle en était à se dire que par moment, elle préférait ne pas trop en connaître sur les émotions des personnes qui lui faisait face. Mais elle n'y pouvait rien. Cela s'en allait et revenait, comme la chanson populaire. Ne sachant pas quoi rajouter, elle fit rouler un petit caillou avec la pointe de ses chaussures. Il pleuvait des cordes, ses cheveux étaient trempés, et elle ne devait plus ressembler à grand chose. Cela ne la chagrinait pas plus que cela, étant donné qu'elle se sentait mal dans sa peau. L'ivresse et l'euphorie qu'avait ressenti Eilyn au cours des dernières minutes avait laissé place à une certaine distance. Gênée par le silence pesant qu'elle venait de laisser planer entre elles, elle se repris et tenta de chercher quelque chose à dire.
« Hum ... Et ... Euh ... Han ! Tu es au courant que tes pieds ont une drôle de couleur ? »

Voilà qui avait eu le mérite de secouer un peu Eilyn qui sortit doucement de sa torpeur. Des doigts de pieds bleus, ce n'était pas vraiment le gage d'une bonne santé. Soucieuse, elle ôta ses bottines, retira ses chaussettes, et les tendit à Akumu. Sans dire un mot. Elle se doutait bien que cela ne serait pas le remède miracle, et qu'au mieux il fallait que sa camarade rejoigne l'intérieur, qu'elle se mette à l'abri. Mais étrangement, elle ne voulait pas se retrouver seule. Et surtout, elle avait peur de ne jamais recroiser sa nouvelle connaissance. Au pire, elle lui prêterait ses bottines et ferait, à elles deux, une garde alternée afin qu'aucune d'elles ne perdent ses orteils.
Invité
avatar
Invité
Re: [Terminé] L'abricot tourne au complot - Sam 14 Déc 2013 - 19:12
Eilyn était donc une empathe. Ou du moins, c'est ce qu'elle disait. J'avais déjà lu des articles là-dessus, lorsque j'étais encore en vie. Le pouvoir de déchiffrer les émotions des autres, il me semble. Je trouvais ça intéressant, utile, même si je n'étais pas certaine que ce soit nécessairement un avantage. Tellement de personnes souffraient dans ce bas monde ... Je pris quelques seconde pour m'imaginer le poids de toutes ces peine accroché à mon cœur. Il y avait de quoi se sentir infiniment seul. Je me demandai si elle avait déjà ressenti quelque chose en moi, ce dont je doutais fort. Depuis que je m'étais réincarnée en déesse, l'expression de mes sentiments était mon tout dernier passe-temps. J'étais devenue plus froide qu'une porte de prison, et mes scrupules s'étaient décidément envolé. Pour preuve, il n'y a même pas une heure d'ici, j'étais prête à la laisser se faire disputer pour des choses que j'avais faîte moi. Qu'avait-elle pu ressentir ? Peut-être la même chose que ce que je m'obstinais à trouver en elle. Une infinie solitude. Je ne connaissais pas la jeune fille, et j'avais de mon plein gré fais le choix de lui faire confiance. J'avais même protégé cette inconnue d'une vilaine correction. Bon d'accord, ça aurait dû être la mienne, mais ça n'empêche que ça ne me ressemblait pas. Par contre, elle, me ressemblait. C'était mon impression, en tous cas.

« Hum ... Et ... Euh ... Han ! Tu es au courant que tes pieds ont une drôle de couleur ? »



C'est vrai qu'il n'avaient pas une teinte très banale. Je tentai de les bouger, mais je me rendis compte qu'ils me faisaient terriblement souffrir. L'adrénaline, ou la drogue des abricots, avait jusque là effacé la douleur, mais je fût contrainte d'admettre qu'elle était belle et bien présente. Contre tout attente, alors que je ne savais trop quoi répondre, ma camarade ôta ses chaussure, puis ses chaussette, et me les tendit. Je ne savais pas trop ce qui me passa par la tête à ce moment là, mais je fût prise d'une violente envie de les lui lancer à la figure. Pourquoi était-elle si gentille avec moi ? D'ordinaire, les gens me détestaient. Ça ne pouvait pas être sincère ! Je lui jetai un regard revolver et sût tout de suite que c'était sans arrière pensée, aucune. Je ne voyais pas dans ses yeux cette flamme qui brûlait dans ceux de pratiquement toute les personne que j'avais côtoyée jusqu'ici. C'était un regard sans artifice ni reproche. Rien qui me semblait mesquin. Je la remerciai d'un hochement de tête timide et pris les vêtements qu'elle m'avait tendu avant dans les enfiler. Ils ne m'allaient pas vraiment, mais j'avais déjà drôlement moins froid. Je ne pouvais m'empêcher de sourire. Son geste ne prouvait rien, mais venait de dissiper un froid autre que celui de mes pieds ; Celui qui givrais mon cœur depuis longtemps.  J'entourai son poignet de mes doigt et la tirai dans ma marche.

" C'est toi qui va avoir les orteils bleu maintenant. Viens, on va se trouver une place au chaud. "

Je dressais mentalement la liste de tout les endroits au calme où je pourrais l'emmener et la cafétéria, qui devait logiquement être vide dans ces circonstances, me semblait être le meilleur choix.

" Décidément, je te traîne vraiment partout aujourd'hui. Je te propose la cafétéria. Je mettrais mes cheveux à couper qu'elle est vide aujourd'hui. Ca te tente ? "
Invité
avatar
Invité
Re: [Terminé] L'abricot tourne au complot - Sam 14 Déc 2013 - 19:58
Aucune réaction ne transparaissait du visage d'Akumu. La brune ne savait donc pas tellement ce que sa camarade pouvait bien penser de son pouvoir divin. Tant pis. De toute façon, que cela plaise ou non, elle devait vivre avec et l'exploiter au mieux. En attendant, elle se retrouvait au beau milieu du parc, les pieds dans la boue, ses chaussettes pendant mollement au bout de sa main. Ce geste n'était pas destiné à une quelconque mesquinerie ou sournoiserie. Non. Eilyn le faisait par bonté de coeur. Ce serait dommage, alors qu'elle était sur le point de se faire une amie, que cette dernière perde ses orteils à cause de leur escapade sous la pluie. Cependant, elle ne s'attendait pas à une telle réaction. La colère qui émanait d'elle était si forte que la jeune fille eu bien du mal à ne pas grimacer tant le sentiment qu'elle ressentait était puissant quoi que furtif. Une main sur son front, elle planta son regard rempli de larmes dans celui d'Akumu. Elle n'avait rien fait, sinon vouloir l'aider et faire un geste amical. Combien de fois son père le lui avait répété, elle était trop gentille, bien trop gentille. Son visage se ferma et Eilyn retrouva bien vite sa froideur habituelle, regrettant amèrement d'avoir fait tomber ses barrières avec tant de rapidité et de facilité. Elle sentit le tissu de ses chaussettes lui glisser des mains et observa du coin de l’œil l'étrange jeune fille qui lui faisait face. Que se cachait-il derrière cette apparente froideur et agressivité ?  Méfiante, Eilyn voulu retirer son poignet de la main d'Akumu, mais elle ne pu rien faire. Elle écouta donc les paroles de sa camarade et se laissa entraîner, redoutant un quelconque piège. La cafétéria ? Elle voulait l'emmener au chaud ? La jeune fille jaugeait Akumu du regard, plissant légèrement les yeux, se demandant si elle devait lui faire confiance ou non. 


« Pourquoi pas. Oui. »


Au moins, elle ne risquait pas d'être punie pour excès de paroles, trop plein de mots ou autre débit de parole trop important. Elle retira d'un geste sec son poignet des mains de sa camarade et marcha à ses côtés, tout en levant parfois la tête pour observer son profil. Tant de questions se bousculaient dans sa tête. Mais il serait terriblement mal poli et mal venu de se laisser aller à une pareille interrogation. Eilyn se mordit la lèvre inférieur, ne sachant pas quoi dire. Un drôle de bruit eu cependant le mérite de la faire sourire. Ses chaussures, remplies d'eau suite à son enlevage de chaussettes, émettait une sorte de Pouic-Pouic à chaque pas qu'elle faisait. Ses pieds nus barbotait dans ses chaussures. Elle était au top du glamour. Lorsqu'elle croisa le regard d'Akumu, son sourire se perdit et elle décida de se jeter à l'eau.


« Dis-moi, Akumu ... Pourquoi tant d'agressivité ? »


Même si sa camarade n'en savait rien pour le moment, elle comprenait cette méfiance exacerbée. Cette sensation d'être montrée du doigt, ridiculisée et rabaissée en permanence. Pourtant, depuis qu'elles s'étaient croisées, Eilyn n'avait jamais rien laissé paraître de méchant ou de moqueur. Et elle pensait, à tort visiblement, que cette sensation de se reconnaître en elle était partagée. Elle avait eu la naïveté de croire que si elle avait su voir en sa camarade un parallèle de sa personnalité, alors cette dernière avait su voir en elle quelque chose de semblable. Mais c'était idiot de sa part de penser ainsi. La brune poussa la porte et fit signe à Akumu de rentrer. Mais s'attendant à un refus de sa part, la jeune fille soupira doucement et passa devant elle, prenant toutefois garde à lui retenir la porte pour ne pas qu'elle se la prenne en pleine figure. En plus d'avoir des orteils bleus, elle se retrouverait avec un nez cassé. Ce serait fort dommage, il faut se l'avouer. 
Contenu sponsorisé
Re: [Terminé] L'abricot tourne au complot -
[Terminé] L'abricot tourne au complot
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» [Terminé] L'abricot tourne au complot
» Un sombre complot [Illumina, Ision, Esprit, Ash] [TERMINÉ]
» PAM GENTIL CANICHE ABRICOT 9 ANS recherche fa dans le 13
» Caniche abricot, 5 ans, refuge de fontorbe (17) ADOPTE
» SOS caniche abricot toiletté 7 ans en fourrière (59)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge :: Parc aux abricots-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page