Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Retrouvaille.

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Retrouvaille. - Ven 8 Nov 2013 - 18:40


Laissez les heures passé, s’entraîner, dormir, manger, enseigner, Alexander était devenu un homme sans volonté, sans émotions, sa descendante avait disparut, elle ne revenait pas … Enfin si, il avait bien entendu quelques rumeurs disant qu’elle était de retour mais … Il n’avait même pas l’envie de les vérifier, car sinon, pourquoi ne serait-elle pas venu le voir ?

S’isoler de tout pour réfléchir, c’était ce qui lui avait semblé le plus évident, la chose qui le soulagerait d’avantage. Il réfléchit rapidement à ce lieu qui lui offrirait un peu de sérénité. Le temple ? Non, trop de monde va prier et les nouveaux y apparaissent très régulièrement … Sa chambre ? Il ne voulait pas s’enfermer, du coup en grand air il restait quoi, le monde des humains, l’extérieur de l’académie et … les toits ! Oui c’était l’idéal ! En plus le soleil le réchaufferait un peu avec sa douce sensation de chaleur.
Du coup voila que le professeur était monté sur le toit, non pas le toit terrasse, mais les tuiles ! Il s’était allongé, face au soleil, et ferma les yeux pour profiter de la chaleur.
Bien que de temps en temps il les ouvrait de nouveau, entendant des élèves parler, un craquement, en fait tout les bruits le poussaient à ne pas reste inerte …

Du coup il finit par réfléchir les yeux ouverts vers le ciel bleuté, avec quelques petits nuages. Une légère brise se mit à souffler, et le professeur soupira. Il se demandait si il était un bon ancêtre … Si c’était justement pour l’éviter qu’elle avait disparu … Une grimace apparu sur son visage, en fait cette époque était son fléau, de son vivant il combattait tout les adversaire, animal, humains, maladie, il n’avait perdu que contre deux choses, un autre chevalier qui l’avait humilié, mais pourtant fut la source de sa force, et un roc, et se dernier l’avait envoyé ici … Il aurait mieux valu une deuxième humiliation … Car ici il n’avait rien de bien pour lui, uniquement des problèmes, des sentiments le torturant … Il y avait quoi de bien pour lui ici ?


*Ma place n’est pas ici …*

Pourtant malgré qu’il dise cela des images traversaient son esprit, ses élèves, ses collègues, tout ceux avec qui il avait partagé des moments. Pouvait-il vraiment se permettre de disparaître ?

*Vulgaire copie déformée de mon passé … maudite soit la nostalgie …*

Une image de Rain, une autre de Kate traversèrent son esprit. Eux ne participaient pas à copier son passé, elles lui ouvraient des perspectives d’avenir, mais pourtant, sa volonté inflexible d’antan … elle n’était plus là. Il ferma les yeux et lâcha un puissant soupir, il finissait par s’agacer lui même.

- Il me faut une solution … rapidement …

Il ne cherchait pas grand-chose, mais ce qu’il cherchait, ce n’était pas facile à obtenir de lui.




Invité
avatar
Invité
Re: Retrouvaille. - Sam 9 Nov 2013 - 23:52

Cela faisait un long moment que j'étais de retour à l'académie et que j'avais retrouvé la mémoire. Récemment, j'avais appris une nouvelle qui allait bouleverser mon avenir. Oui, j'étais enceinte et cela ne se voyait pas encore. Seule une surveillante était au courant, Yoko. Elle avait le pouvoir de lire dans les pensés des autres, donc c'était pour cela qu'elle le savait. Je ne savais pas quoi faire. Depuis mon retour, je n'avais pas encore vu tout le monde, à commencer par mon ancêtre. Alexander Urmanis. Il était un chevalier du Moyen Age à qui j'avais confié mon rêve : celui de devenir mère de famille. Il n'avait pas l'air d'être d'accord, ni même de partager ce désir. Donc, j'avais un peu peur de sa réaction. Je devais le lui dire, il faisait parti de ma famille. Je gardais toujours sa chevalière sur mon dois, en plus du bracelet que Ritsu m'avait offert. Que devais-je faire.... Je ne l'avais pas revu depuis longtemps. Il devait être en colère sur le fait que j'avais quitté l'académie. Et peut-être que le fait que j'avais été viré du conseil des élèves aurait blessé sa fierté.

J'allais donc au toit pour prendre l'air. Habillée d'une tenue de guerrière avec mon épée, je me promenais en pleine nuit. Il n'y avait personne donc je pouvais être seule. Je n'avais pas peur de me faire prendre par un professeur ou par un repentis. En fait, je me fichais bien des règles depuis longtemps. Des règles d'écoles..... On n'était plus des gamins non plus. Je devais réfléchir sur mon avenir et sur mon ancêtre. Surtout que si le père était un Renégat.... J'avais de plus en plus peur. Il était la seule famille qui me restait et si je le perdais.... Je perdrais tout. Ma vie, mon avenir....

Lorsque j'arrivais sur le toit, il était là à ma grande surprise. "Cela faisait longtemps" étaient les mots que je voulais dire, mais cela ne sortait pas. Je ne faisais que lui montrer un regard de rempli de regret et de tristesse. Je ne savais pas quoi lire dire d'autre. Il devait sans doute être en colère. J'avais la tête baissée, fuyant son regard. Je ne voulais pas voir ses yeux. Mais, je pris mon courage à deux mains et changeais de regard. Ne montrant aucune émotion. Sur un ton neutre.


Cela faisait longtemps. Avant que tu dis quoi que ce soit, je me dois de m'excuser pour cette absence. Pour tout te dire.... J'avais une sorte de double personnalité qui me dictait mes faits et gestes car mon esprit était influencé par les paroles des Renégats. Du moins, c'était ce que l'infirmière m'avait dit. Je ne le savais pas avant que je disparaisse, mais j'ai pris la fuite après que j'ai embrassé Ritsu. Oui, je l'aime et maintenant il est mort et je n'étais pas là pour avoir essayer de le sauver. Il fait parti du passé. J'ai fuis dans sur Terre et je suis retourné dans mon ancienne maison où je vivais avec mon frère, Neal, qui est aussi ton descendant. Il n'était plus là malheureusement et personne ne sait ce qu'il est devenu.

Je pris une pause pour le laisser enregistrer mon message. Je repris ensuite :

En revanche, j'ai retrouvé Kym Mäss. Ton ancienne collègue qui avait crevé mon œil que j'ai maintenant retrouvé. Je m'étais combattue contre elle et elle m'avait électrocuté, me rendant donc amnésique. C'était pour cette raison que je n'étais plus revenue dans l'académie. J'étais esclave de Kym et je faisais tout pour ses désirs personnels. J'avais revu aussi un camarade de mon ancien école avec qui j'ai couché pour le plaisir de Kym. Je me rappelais de lui et j'étais amoureuse. Gosse de riche, notre amour impossible, tu vois le topo.

C'était la partie qu'il risquait de déplaire à mon ancêtre. Cependant, sur le même ton neutre, je continuais mon histoire :

Lev m'a retrouvé. Je m'étais souvenue de lui et donc je lui faisais assez confiance pour le suivre à la Deus Academia, où on avait été immédiatement été convoqué par le Conseil des élèves. J'ai été viré, malgré mon amnésie. Je ne peux plus avoir ma place. Donc je suis vouée à rester juste une simple élève à vie. Et le pire.... Tu es la deuxième personne qui le sait, en plus d'une surveillante capable de lire dans l'esprit des autres. Je suis enceinte et c'est par ce Renégat, mon premier amour, que je le suis....

Je pense l'avoir suffisamment fait souffrir avec mon histoire. Cependant, je le regardais un regard déterminé.

Tu sais très bien le rêve que j'ai. Cet enfant qui se trouve dans mon ventre.... Je veux le garder. Et je veux que tu m'aide à l'élever. Tu peux maintenant me crier dessus, me frapper même. Mais, je veux que mon enfant ait un avenir remplie de joie et d'espoir. Ce n'est pas de sa faute s'il naitra donc on n'a pas à le blâmer.

Voilà, je l'avais tout dit. Cela m'enlever un poids dans mon cœur, mais j'avais maintenant peur de sa réaction. Je devais assumer mes responsabilités. En serrant le poing, j'ajoutai juste une dernière chose :

Sache que tout ce qui s'est passé n'a que pour cause mes propres actions. Si j'ai tant souffert, et si les autres avaient souffert aussi, c'est à cause de moi et de moi seule. S'il faut punir quelqu'un, c'est moi. J'attends donc ma punition le moment venue.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Retrouvaille. - Mar 12 Nov 2013 - 20:10


Encore du bruit … Le chevalier au yeux clos sur la toiture n’eut d’autre choix que de les ouvrir, mais aussi de découvrir avec stupeur que la nuit était tombée.
La lune était déjà haute dans le ciel, il s’était forcément assoupit sur les tuiles, il n’y avait pas d’autres possibilités, cela lui indiquait que son esprit, mais aussi son corps étaient épuisés …
Il soupira à cette pensé, et tourna la tête pour voire l’origine du bruit, et ce qu’il vit le laissa muet, c’était sa descendante !
Il se frotta les yeux, persuader qu’il était encore endormi et en train de rêver, mais elle ne bougeait pas, lui non plus, il ne savait même pas comment réagir, il était surprit, soulager et content à la fois, le mélange faisait qu’il restait impassible.

Puis ce fut un discours qui enchaînait les informations, il n’avait pas d’autre choix que de l’écouter, d’entendre des excuses, une histoire avec un garçon dont le nom lui semblait vaguement familier et surtout une justification de sa disparition …
Mais si il n’y avait que cela, elle avait bien nommé les renégats, mais en abordant le sujet de Kym et de ce qu’elle avait fait faire à sa descendante … Le chevalier serra tellement fort une tuile que cette dernière explosa sous sa poigne, sa famille s’était faite souiller ! Un affront à son sang à cause d’une ancienne collègue qui avait décidé de vouloir détruire les hommes.
Mais le plus dur restait définitivement à entendre, un enfant, elle portait un enfant !
Du coup il se redressa par réflexe, là il n’était plus du tout dans le gaz, elle voulait le garder, elle parlait de son rêve … Il ne se sentait pas d’aller contre elle, mais lui demander de s’en occuper … Pas maintenant, il ne pourrait pas s’occuper de lui comme elle le lui demandait.
Et elle demandait à ce qu’il la punisse, achevant de choquer le chevalier qui se mit finalement debout pour lui faire face en la fixant, il ne savait que dire, il avait encore des miettes de tuiles dans la main.

Mais finalement sa main se leva et frappa la joue de Kate, une gifle assez hésitante.


- Ca c’est pour ne pas m’avoir prévenu lorsque tu es partie … Je me suis inquiété …

Il baissa ensuite la tête, il était perdue, mais il était certains de deux choses, deux uniques choses qu’il allait maintenant lui dire après avoir prit une grande inspiration et relevé la tête.

- Je ne peux pas te garantir de pouvoir m’occuper aussi bien de lui que d’un volontaire, mais je ferais comme je pourrais …

Son regard se fit pourtant plus dur, plus colérique, il y avait là un problème qu’il devait absolument réglé, frapper un enfant qui portait une partie de son héritage, impossible dans son esprit, en revanche l’homme qui en était la cause, lui risquait d’en prendre pour sa vie, mais avant cela il comptait le torturé encore et encore pendant des jours et des jours. Il escomptait bien le briser et le détruire.

- Donne moi le nom de cet homme … où je peux le trouver … Je ne laisserais pas cet homme qui t’a souillé toi, ta pureté, et ta famille vivant, j’ai un devoir de parents, j’ai un l’obligation de le … le réduire au néant …




Invité
avatar
Invité
Re: Retrouvaille. - Mer 13 Nov 2013 - 14:50

La réaction de mon ancêtre m'avait surpris. Il m'avait giflé. Ma joue était rouge et mon regard vide. Cela me surprenait, venant de lui. Il n'était pas du genre à réagir comme ça. Mais, dans le fond, c'était compréhensible. J'étais partie sans rien dire et....J'avais fais souffrir tant de monde. Il s'était inquiété, voilà pour la raison à laquelle il avait levé la main sur moi. Je baissais les yeux, remplis de regret. Mon ancêtre était perdu, cela se voyait. Il disait qu'il ferait de son mieux pour occuper mon futur enfant, mais il n'était pas sûr. Il rejetait sa propre descendance à cause de sa conception... Tout cela était compréhensible. Quand j'avais mon histoire, il était énervé. Il avait même explosé une tuile. Je regardais son regard, rempli de haine et de colère.

- Donne moi le nom de cet homme … où je peux le trouver … Je ne laisserais pas cet homme qui t’a souillé toi, ta pureté, et ta famille vivant, j’ai un devoir de parents, j’ai un l’obligation de le … le réduire au néant …

Son regard et le ton de sa voix..... Aucun doute. Le même regard que celui de mon père adoptif à mon égard, me disant être responsable de la mort de sa femme. Lorsqu'il m'avait jeté toutes ses bouteilles d'alcool sur la figure... Avait-il eu réellement l'intention de me tuer ? J'eus alors un moment de panique, qui s'arrêta en me rappelant le moment où mon ancêtre m'avait offert cette chevalière que je portais toujours, sur mon doigt. D'un regard déterminé, pour affronter sa haine et sa colère, je répondis alors à mon ancêtre.

Non. Je refuse de te donner le nom de cet homme pour satisfaire tes pulsions meurtrières.

C'était la première fois que je voyais mon ancêtre comme ça, et que je lui parlais comme ça... Cependant, je ne pouvais plus me laisser avoir par mes désirs meurtriers. Je ne voulais pas que mon ancêtre aille sur Terre pour tuer du Renégat, comme moi. Au début, je ne comprenais pas pourquoi on m'avait arrêté lorsque je m'étais enfuie pour éradiquer ce groupe. Maintenant, je comprenais pourquoi Rain Sinclaire m'avait arrêté. On devenait ce que l'on détestait et j'avais la preuve sous mes yeux. En serrant des poings, déterminée à affronter la colère de mon ancêtre, je continuais.

Je refuse de voir un membre de ma famille devenir un meurtrier. Nous ne sommes plus au Moyen Age. Si pour toi, ton devoir de parent est d'aller tuer ceux qui ont fait souffrir ta famille.... Si tu mets ne serait-ce qu'un pied sur Terre pour ton désir de vengeance...

Je retirais la chevalière de mon doigt au fur et à mesure que je parlais. Je lui montrais la bague en le tenant avec deux doigts et continuais.

Je te renierais en tant que mon ancêtre et je jetterais cette bague dans un endroit où personne ne pourrait le retrouver. Tu as le choix entre ton désir de meurtre ou ta famille.

S'il choisissait le meurtre et la vengeance, il renierait de lui-même son devoir de parent. Cela devait être un choix difficile pour lui, en tant que chevalier. Mais, en tant que descendante de l'époque contemporaine, je devais lui montrer que les mœurs avaient changé. Que la violence ne résoudrait pas tout. Au contraire. J'avais en moi le futur et je ne voulais pas que mon enfant avait un criminel comme ancêtre. Je ne voulais plus voir d'autres personnes commettre les mêmes erreurs que moi. Sur le poignet qui se trouvait du même côté que la main avec laquelle je tenais la chevalière familiale se trouvait le bracelet bleu que Ritsu m'avait offert. Je n'allais pas vivre pour lui, car je savais au fond que Ritsu vivrait dans le cœur de tous, même si j'essayais de l'oublier.

Regarde moi bien dans les yeux et voit que je ne plaisante pas. Ne confond pas la vengeance et la justice. Si tu suis la voie de la vengeance et que tu veuilles approcher mon enfant, je te tuerais sans hésité. Un parent fera tout pour son enfant, mais ne doit pas dépasser certaine limite. Tuer ne résoudra rien, mais si c'est pour protéger la personne.... je n'ai plus besoin d'être protégé, maintenant. Je suivrais ma voie, même si tu n'es pas d'accord.

J'employais encore des mots durs. Mais, je voulais affronter mon ancêtre une bonne fois pour toute. Je ne voulais pas le perdre, il était ma seule famille que je possédais. Je voulais tant que Neal le rencontrerait, mais c'était impossible.

Tu es la preuve vivante que tu peux changer, t'adapter à cette époque. Je suis une sorcière, et tu le sais. Normalement, un chevalier m'aurait envoyé au bûcher et brûler vif. Cependant, tu ne l'as pas fais, tu m'as tout de même accepter. Si tu ne veux pas changer pour toi-même, fais-le pour moi, pour mon futur enfant ou pour les autres personnes de l'académie que tu aimes !

Je tenais maintenant ses vêtements, pour insister sur mes paroles. J'avais plus l'impression de parler à mon père adoptif qu'à mon ancêtre, mais je ne voulais pas qu'il devenait comme lui... Je n'avais plus à me préoccuper de mon passé et d'aller vers l'avant.

J'ai déjà été souillé plusieurs fois, dans mon passé ! J'ai soufferts et jusqu'à maintenant, cela m'était resté à l'esprit ! Cela a dicté tous mes choix, mais plus maintenant ! Je veux me retourner vers mon futur en oubliant le passé ! Je ne veux plus avoir de regret, ni souffrir ! Un soir, je me suis enfuie de l'académie à l'époque où j'étais encore membre du conseil. Je voulais tuer les Renégats, mais on m'avait empêché de le faire ! C'était surtout à cause de ça que j'ai été viré du conseil ! J'ai agis sur le coup de ma colère ! Maintenant, j'ai compris que la vrai force ne se trouvait pas dans le maniement d'épée ou dans le physique, mais aussi dans le mental et dans le cœur ! Refouler sa haine, résister à sa tentation... C'est ça la véritable force !
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Retrouvaille. - Lun 18 Nov 2013 - 22:00


SA descendante avait décidément hérité du caractère trempé familial … Ce regard remplie de détermination qu’elle lui envoyait en réponse, tout ça pour finalement avoir le culot de lui annoncer qu’il avait des pulsions meurtrières ? Si il en avait il y avait bien d’autres moyens pour la satisfaire, et il se trouve qu’il l’aurait déjà fait.
Qu’elle lui tienne tête, soit, qu’elle ne veuille pas lui donner le nom, soit, mais par contre elle venait de s’aventurer sur un terrain très dangereux à la suite de cela.
Alexander était très patient, venant de sa propre famille il pouvait subir nombre de chose sans bouger tant cette chose était devenue importante à ses yeux, c’est peut être pour cela que la suite le vexa et l’attrista au plus haut point.


Je te renierais en tant que mon ancêtre et je jetterais cette bague dans un endroit où personne ne pourrait le retrouver. Tu as le choix entre ton désir de meurtre ou ta famille.

Il aurait fait sans son aide puisqu’elle ne voulait pas le soutenir, mais en venir à menacer de renier sa famille, c’était probablement une offense encore pire que de s’attaquer à sa famille, car cela s’approchait bien plus de la trahison. Cela lui donnait le sentiment de se faire trahir par une chose en quoi il croit dur comme fer.
Le chevalier se crispa, ne sachant pas vraiment quoi répondre, ce rendait-elle vraiment compte de ce qu’elle lui faisait dans l’immédiat, savait-elle qu’elle venait de mettre en contradiction les deux choses les plus importantes à ses yeux ? L’honneur et la famille. Poings serrés, mâchoire serrée, silencieux, et le regard dur, il la fixait. Elle poursuivait son discours, se justifiant maintenant de ces propos.

Mais décidément elle ne le comprenait pas, elle croit qu’il fait ce genre de chose pour lui, qu’il tuait car c’était son devoir, mais non, elle se trompait. Il tuait et brûlait car on lui disait de le faire, aller brûler des sorcières était une mission qui lui était assigné de temps à autre. Il n’allait pas tuer maintenant pour lui, il allait déjà le faire pour elle, pour que l’être abject qui avait porté atteinte à l’honneur de sa descendante, il ne voulait pas qu’il se pointe comme une fleur en réclamant de droit de sang des choses que le chevalier n’accepterait jamais, l’enfant de sa descendante, entrer dans la famille, ou pire … la main de kate en vertu que l’enfantage ai déjà eut lieux …
Mais si il croyait avoir finit avec les surprises … ce n’était pas encore le cas, il y avait déjà eut d’autre fois ! Elle était agrippé à son col, mais il ne bougeait pas, il restait immobile, le visage inexpressif, pourtant dans sa tête c’était l’apocalypse émotionnelle. Une guerre mondiale de ses sentiments, de sa volonté. Il la laissa finir son discours, sûrement par politesse, ou peut être pour gagner un peu de temps pour stabiliser ses pensées.


… Maintenant, j'ai compris que la vraie force ne se trouvait pas dans le maniement d'épée ou dans le physique, mais aussi dans le mental et dans le cœur ! Refouler sa haine, résister à sa tentation... C'est ça la véritable force !

Immobile, ne bougeant toujours pas il soupira et leva son regard vers cette lune, seule véritable lumière au milieu de la nuit noir, elle pouvait aisément se comparer à l’esprit du chevalier, la lune était la seule chose qui le faisait tenir, sa famille, ses règles de chevalier …

- Kate … Tu ne comprends pas ce qui me motive … Renie moi si cela te fais te sentir mieux, peu m’importe, perdre une chose de plus ou de moins … Mais je poursuivrait à suivre mes principes, comme cette lune qui poursuit inlassablement son chemin, je poursuit mes règles, comme la lune je ne sais pas où cela me mènera, étant donné que je n’ai pas vraiment de destination. Mais j’avancerais toujours en suivant mes règles, ce sont les fondements qui m’ont fait vivre, oui, les commandement des chevaliers.

Il posa ses mains sur les épaules de Kate et l’écarta un peu de lui pour la regarder droit dans les yeux.

- Te souviens tu de ce que je t’ai dit de mon unique but, ce que je souhaite c’est défendre ma famille, mes descendants, que ceux-ci choisissent de ne plus me considérer comme de la famille à leurs yeux ne m’empêchera pas d’être là, de surveiller de loin, après tout même de mon vivant je suis rester loin de ma famille, alors refaire la même histoire maintenant … Ce sera comme cette lune qui tourne en rond sans le savoir, je ferais comme elle et poursuivrais mon chemin.

Les mains du chevalier serrèrent légèrement les épaules de Kate, tandis que le regard du professeur changeait légèrement, en regardant soigneusement au fond on pouvait y percevoir des traces de déceptions, et peut être de tristesse.

- Tu crois que je vais le tuer par simple envie de le tuer, tu crois que je me laisse submerger par la haine. Mais moi je n’y vois qu’un brûlant désir de défendre l’honneur et la fierté de ma descendante qui s’est fait humilier et accepte honteusement son sort. Je n’y vais pas par volonté meurtrière, j’y vais pour regagner l’honneur d’un membre de ma famille. Même si cela passe par tuer, j’ai déjà assez de sang sur les mains pour pouvoir me permettre sans aucun remord d’en ajouter un peu … Les règles sont les règles.




Invité
avatar
Invité
Re: Retrouvaille. - Mer 11 Déc 2013 - 21:17
Ma vie était en train de se jouer dès maintenant. Du moins, c'était l'impression que je me donnais. Alexander Urmanis était ma seule famille qui me restait. Le perdre, c'était tout perdre. Lorsque je m'étais enfuis sur Terre, j'étais allée vers ma ancienne maison, où j'espérais de retrouver Neal, mon grand frère. Cependant, il n'y était pas. Il avait tout simplement disparut. Et je n'avais pas eu le temps d'aller à sa recherche vu que Kym Mäss était venue à ma rencontre et.... Non, je devais aller de l'avant. Je regardais mon ancêtre, qui contemplait la Lune qui éclairait le ciel sombre. En gros, il était sur la Lune. Il avait l'air d'ignorer ma présence.

- Kate … Tu ne comprends pas ce qui me motive … Renie moi si cela te fais te sentir mieux, peu m’importe, perdre une chose de plus ou de moins … Mais je poursuivrais à suivre mes principes, comme cette lune qui poursuit inlassablement son chemin, je poursuis mes règles, comme la lune je ne sais pas où cela me mènera, étant donné que je n’ai pas vraiment de destination. Mais j’avancerais toujours en suivant mes règles, ce sont les fondements qui m’ont fait vivre, oui, les commandement des chevaliers.

Vivre avec des règles.... Des règles dictant notre conduite. Des règles qui prétendent vouloir nous protéger. Une protection nous imposant des contraintes. Une protection nous privant de liberté. Une protection devenu synonyme de prison. Mon ancêtre manquait de liberté. Il ne pouvait pas prendre de décision sans être encadré. Sans ces règles, il ne serait rien. Pourtant, il avait un statut à moitié divin. Il devait pouvoir prendre des décisions sans obligations. Mais, il avait intériorisé ce qu'on lui avait apprit : vivre avec des règles. Il était difficile de désobéir car les règles signifiaient l'autorité. On fait toujours confiance à cette autorité car elle symbolisait le pouvoir. Et contester cette autorité était pratiquement impossible. Mon ancêtre avait posé ses mains sur mes épaules et me regardait droit dans les yeux.

- Te souviens tu de ce que je t’ai dit de mon unique but, ce que je souhaite c’est défendre ma famille, mes descendants, que ceux-ci choisissent de ne plus me considérer comme de la famille à leurs yeux ne m’empêchera pas d’être là, de surveiller de loin, après tout même de mon vivant je suis rester loin de ma famille, alors refaire la même histoire maintenant … Ce sera comme cette lune qui tourne en rond sans le savoir, je ferais comme elle et poursuivrais mon chemin.

Il avait prit en exemple la Lune. Ce qu'il voulait, c'était de me protéger. Mais, c'était trop tard. Il n'avait pas pu me protéger et il s'en voulait. En fait, il culpabilisait. Et il voulait se racheter avec la vengeance. Son but aveuglait sa raison. Non. Son ancienne vie le faisait. Moi aussi, je voulais le protéger de tout cela. Je sentis la pression sur mes épaules. Il me tenait encore plus durement. Je pouvais le voir, dans ses yeux. Une profonde tristesse. Il voulait racheter ses erreurs passés et le fait de ne pas avoir été là pour moi pour se sentir mieux. Je serrais alors les poings.

- Tu crois que je vais le tuer par simple envie de le tuer, tu crois que je me laisse submerger par la haine. Mais moi je n’y vois qu’un brûlant désir de défendre l’honneur et la fierté de ma descendante qui s’est fait humilier et accepte honteusement son sort. Je n’y vais pas par volonté meurtrière, j’y vais pour regagner l’honneur d’un membre de ma famille. Même si cela passe par tuer, j’ai déjà assez de sang sur les mains pour pouvoir me permettre sans aucun remord d’en ajouter un peu … Les règles sont les règles.
 
Il parlait de la même chose. Les règles, l'honneur, la fierté... Je l'avais déjà perdu depuis ma naissance. De plus, il disait que j'avais honte d'accepter ce qui m'arrivait. Il ne savait pas tout. Non. Croyait-il vraiment que c'était facile d'être à ma place ? Je n'étais pas assez forte pour tout supporter. Je serrais mon poing tellement fort qu'on aurait dit qu'il allait exploser. Je lui donnais alors un coup de pied entre les deux jambes, histoire de bien montrer ce qu'était la vrai fierté.

Et qui t'a donné ces règles ? Est-ce vraiment une fierté de suivre autre chose que ce que l'on croit ?

Je lui pointais, la bague toujours à la main.

Tu dis que j'accepte "honteusement" mon sort comme si c'était un "déshonneur" ou autre. Mais, tu ne vaux pas mieux. Se soumettre facilement à des règles... La fierté et l'honneur ne sont que des excuses pour couler le sang. Je n'ai plus besoin d'être protéger, je suis hors de danger maintenant.

Je baissais le bras, ainsi que la tête. Mes poings étaient toujours serrés. Au fond, je savais que mes paroles pouvaient infecter mon ancêtre, mais je n'avais pas le choix. Je devais le dire.

Tu n'étais pas là quand je souffrais. Je ne voulais inquiéter personne avec mes problèmes alors j'ai dû le traverser seule. Et je pense avoir raison. J'avais réalisé qu'être seule ne faisait qu'aggraver les choses. Au final, on inquiète toujours ceux qui nous sont chers, alors qu'on ne voulait que le contraire. Afficher des faux sourires et dire "tout va bien" n'était pas la bonne solution. Mais....- Une petite larme coulait sur ma joue et brillait à la lumière des constellations - Si je t'avais parlé de mes problèmes avant pour que tu veuilles tuer quelqu'un, alors j'ai bien fais de tout intérioriser et d'affronter seule mes problèmes.

Puis je relevais la tête, la larme ayant disparut, les sourcils froncés. Je montrais ma détermination, je ne voulais pas revenir en arrière. Ni abandonner. Ni regretter.

Traverser tout cela toute seule était très dur. Et tu veux faire la même chose que moi : régler tout seul les problèmes. Et..... Cela fait bien longtemps que j'ai perdu toute fierté envers moi-même. Je n'en ais jamais eu, pour tout dire. Mon corps a déjà été souillé plusieurs fois. C'est pour cela que je ferais tout pour que mon futur enfant soit heureux. Qu'il n'ait pas connu mes propres malheurs. Je refuse à me soumettre aux règles qui s'opposent à ceux que je crois. Si cela ne me plait pas, alors je changerais les règles, à ma manière. Et je le ferais pour que tout le monde soit heureux et ne connaisse pas la même souffrance que moi. Seul les chiens et les faibles obéissent à tout ce qu'on leur dit de faire, car ils n'osent pas réfléchir par eux même.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Retrouvaille. - Dim 15 Déc 2013 - 17:23


Encore un coup entre les jambes, mais cette fois-ci il sentait bien qu’il y avait moins de force dans ce dernier. Bon, il y avait déjà assez pour le faire grimacer et retirer ses mains bien sur, mais pas le nécessaire pour l’envoyer hors du toit et le plier à genoux lorsqu’il tentait de se relever hein !

Et qui t'a donné ces règles ? Est-ce vraiment une fierté de suivre autre chose que ce que l'on croit ?

Celui qui les lui a donné ? Son ordre, la chose qui avait réussit à lui redonner foi en quelque chose, avec un homme qu’il respectait autant que son propre père malgré tout ce qu’il avait fait faire à son fils, le grand maître Hermann Von Salza. N’allez pas croire comme Kate qu’il suivait quelque chose en quoi il ne croyait pas, si il les suivait, si il obéissait sans réfléchir plus que cela, c’était bien car il croyait, pour lui c’était l’absolu, c’était sa fierté que de suivre le sillage de l’homme qui l’inspirait. Mais maintenant il n’avait rien de cela à suivre, c’est peut être pour cela que malgré il continuait à vivre comme il le faisait avant, mais ça personne ne pouvait le comprendre, personne ne semblait voire en Alexander un chevalier qui ne vivait que pour sa dévotion en une cause, non tout le monde semblait le voire comme un soumis obéissant aux symboles d’autorité, même sa propre descendante !

Mais voila qu’elle parlait de ses problèmes, de ce qu’elle pensait, qu’elle cachait tout pour ne pas mettre mal ceux à qui ont tient, mais si elle tenait vraiment aux personnes, alors elle le dirait avoir qu’il ne doivent voire les faits accomplit sous les yeux, le professeur ne voyait là qu’un manque de confiance, il continuait à la fixer, cette air ambigu sur son visage, à travers ses yeux. Mais comme si cela ne suffisait pas il fallait qu’il y ai pire qui approche, pire qu’il lui arrive au visage.


Traverser tout cela toute seule était très dur. Et tu veux faire la même chose que moi : régler tout seul les problèmes. Et..... Cela fait bien longtemps que j'ai perdu toute fierté envers moi-même. Je n'en ais jamais eu, pour tout dire. Mon corps a déjà été souillé plusieurs fois. C'est pour cela que je ferais tout pour que mon futur enfant soit heureux. Qu'il n'ait pas connu mes propres malheurs. Je refuse à me soumettre aux règles qui s'opposent à ceux que je crois. Si cela ne me plait pas, alors je changerais les règles, à ma manière. Et je le ferais pour que tout le monde soit heureux et ne connaisse pas la même souffrance que moi. Seul les chiens et les faibles obéissent à tout ce qu'on leur dit de faire, car ils n'osent pas réfléchir par eux même.

Qu’elle dise qu’elle n’ai pas de fierté alors qu’elle porte une partie de son héritage dans son sang … Qu’elle rajoute que ce n’était pas la première fois qu’un homme décidait de lui passer dessus comme un sauvage … Mais non ce n’était pas le pire, le plus insupportable venait d’être les tout derniers mots, elle venait de le comparer à un chien et un faible, et là c’était trop …. Bien trop … Il serra les points et se retourna.

- Alors tu es comme tout ceux de cette époque … Tu ne vois pas que je suis dévot en mon ordre, que j’obéis à ses règles car j’y crois ! J’ai peut être trop espérer en pensant que tu arriverais à me comprendre car tu es ma descendante … Cette époque maudite … Ce dieu infernal qui me ramène ici visiblement dans le but de me tourmenter … Je les hais …

Il commença doucement à s’éloigner, une larme coula sur son visage, il était terriblement déçu. Alors elle aussi … La dernière chose qui le faisait s’accrocher venait de lui dire clairement qu’il ne valait rien …

- Tu me parlerais de tes soucis avant que je ne doive découvrir le fait accompli, j’aurais pu agir autrement, mais non, tu crois que je ne suis qu’une brute apparemment … Un chevalier c’est forcément brutal c’est ça ? Ce monde ne mérite pas d’être défendus par un chevalier si il pense cela, qu’il se débrouille avec les renégats, qu’il se démerde tous avec leurs problèmes ! Ce qui va arriver je m’en fou éperdument maintenant !

Il s’éloignait lentement, les poings serrés, ça faisait encore plus mal qu’il ne le pensait … Il avait ce sentiment de se faire trahir.

- Je ne suis peut être pas rusé comme mon frère l’était à mon époque, je ne me suis pas bien habitué à cette vie, mais si toi aussi tu n’es pas capable de voire que je suis ses règles car j’y crois profondément, si c’est pour me dire que je suis comme un chien, alors je ne veut plus te voire si c’est pour entendre ça d’une chose importante à mes yeux … Tu me déçois Kate …




Invité
avatar
Invité
Re: Retrouvaille. - Jeu 19 Déc 2013 - 23:28
Mon ancêtre me tourna le dos, les poings serrés. Là, je stressais. Je commençais à avoir mal au ventre, comme si j'allais vomir d'une minute à l'autre. C'était la peur. Le fait qu'il se retournait signifiait, à mes yeux, qu'il ne voulait plus de moi. Que je n'avais plus de famille. J'avais voulu pleurer pour cela, sauf que je me retenais. Je ne devais paraitre faible à ce moment là. Sauf que..... Je me demandais si lui parler de tout ça était une bonne idée.

- Alors tu es comme tout ceux de cette époque … Tu ne vois pas que je suis dévot en mon ordre, que j’obéis à ses règles car j’y crois ! J’ai peut être trop espérer en pensant que tu arriverais à me comprendre car tu es ma descendante … Cette époque maudite … Ce dieu infernal qui me ramène ici visiblement dans le but de me tourmenter … Je les hais …

Là, je commençais à être déboussoler. En fait, je ne m'attendais pas à ce genre de réaction. Il commençait à généraliser tout le sens de mes propos. Est-ce que c'était réellement ce qu'il ressentait ? Détestait-il réellement notre époque ? Il ne s'était pas adapté.... Je m'en voulais terriblement car je m'étais confiée pour tâche de le faire sentir à l'aise dans le monde contemporain. Et j'avais échoué, à cause de mes problèmes. Il s'éloignait doucement de moi, voyant une larme couler de sa joue, illuminé par les étoiles du ciel sombre.

- Tu me parlerais de tes soucis avant que je ne doive découvrir le fait accompli, j’aurais pu agir autrement, mais non, tu crois que je ne suis qu’une brute apparemment … Un chevalier c’est forcément brutal c’est ça ? Ce monde ne mérite pas d’être défendus par un chevalier si il pense cela, qu’il se débrouille avec les renégats, qu’il se démerde tous avec leurs problèmes ! Ce qui va arriver je m’en fou éperdument maintenant !

Non, je-

- Je ne suis peut être pas rusé comme mon frère l’était à mon époque, je ne me suis pas bien habitué à cette vie, mais si toi aussi tu n’es pas capable de voire que je suis ses règles car j’y crois profondément, si c’est pour me dire que je suis comme un chien, alors je ne veut plus te voire si c’est pour entendre ça d’une chose importante à mes yeux … Tu me déçois Kate …

Je le décevais maintenant. Il avait changé. Non, je ne connaissais pas cet aspect de sa personnalité. Il s'éloignait de plus en plus. Je l'avais blessé. Encore une fois, je ne faisais que propager la souffrance. Je l'avais mal compris. En serrant les poings, la chevalière dans l'une d'elle, je courrais après lui et le serrais dans mes bras. Je ne voulais pas le lâcher. Je ne voulais plus perdre un membre de ma famille. Je ne voulais plus fuir mes problèmes ou les ignorer.

Tu y crois car on t'as appris à y croire et tu t'y es renfermé! Ce que je veux dire, c'est que je veux que tu crois en moi ! On est de la même famille, non ? Qu'il y a-t-il de mal de vouloir qu'un membre de sa famille croie en soi-même ?

Je serrais de plus en plus, espérant que mes paroles le calmeront. Je voulais changer, être autre chose que la pauvre fille qui pleurait quand un membre de sa famille lui tournait le dos. Je savais que sans lui, j'allais changé d'une autre manière et je ne le voulais pas. Je ne voulais plus connaitre ma période gothique, où je me foutais de ce que les autres pensaient et que seuls leurs bien-être compteraient.

Pour moi, un chevalier est celui qui protège les plus faibles, qui fait régner une sorte de justice. Je ne veux pas que tu confonds justice et vengeance. Les chevaliers de ton époque étaient trop aveuglé par le sens de l'honneur qui ne savaient plus les différencier. Je ne veux pas que cela t'arrive. Je veux que tu reste avec moi, à la Deus Academia. Aux diables les Renégats, formons juste une famille avec mon futur enfant !

Je le lâchais tout doucement, la tête baissée, mais les poings toujours serrés.

Si tu penses que dans ce monde, on a une mauvaise image des chevaliers, tu pourras le changer ! Si tu fais de ton mieux pour le protéger, peut-être que ceux qui pensent que les chevaliers ne sont que des meurtriers changeront d'avis. Tu m'as dis que les familles nobles de ton époque ne laissaient pas leurs enfants faire ce qu'ils voulaient, que ta vie était déjà tout tracée. Tu peux peut-être considérer que Deus te donne une chance de faire ce que tu veux réellement faire. Et tu m'as dis que ton but était de rendre ta famille plus forte, dont moi. T'en rappelle-tu ?
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Retrouvaille. - Ven 20 Déc 2013 - 22:40


Il était prêt à partir,  à s’éloigner, bien sur  il n’aurait pas le courage de la renier, mais là il sentait le besoin de s’isoler, tout semblait se liguer contre lui et ça faisait mal.
Il avait bien entendu qu’il lui avait coupé la parole mais là, il sentait bien qu’il fallait cesser cette conversation avant qu’il ne fasse des choses qu’il regretterait. Mais soudainement il sentit des bras l’enlacer, un contact contre son dos, il frissonna, il savait bien que ce devait être elle, il s’en doutait mais … mais il ne supportait jamais qu’on lui touche le dos, c’était devenu un réflexe naturel depuis la fois  où il fut blessé.
Passé le frisson il l’écouta, silencieux, inexpressif.


Tu y crois car on t'as appris à y croire et tu t'y es renfermé! Ce que je veux dire, c'est que je veux que tu crois en moi ! On est de la même famille, non ? Qu'il y a-t-il de mal de vouloir qu'un membre de sa famille croie en soi-même ?

Il leva rapidement le regard au ciel, vers ce voile noir scintillant de timide lumières, et soupira. Elle continuait à maintenir qu’il n’obéissait pas à sa propre volonté … Et elle lui demandait de croire en elle alors qu’elle n’était pas capable de le croire quand  il lui affirmait que les désirs de son ordre était aussi les siens ?
Le blond ce serait bien retourné pour le lui affirmer une nouvelle fois, mais dans sa position, d’abord  il ne pouvait pas vraiment, et ensuite elle poursuivait ses propos en lui expliquant grossièrement ce qu’elle voyait dans un chevalier, mais ce qu’elle décrivait c’était un chevalier servant, ses chevaliers qui jurait fidélité à des causes plus simple, à des dames, en général ce n’était pas de ceux qui entrait dans les ordres, ils étaient de sortes de solitaire errant à travers le monde. Mais de toute les paroles qu’elle put dire seul quelques petite brides heurtèrent  le chevalier une nouvelle fois.


… formons juste une famille avec mon futur enfant ! … Deus te donne une chance de faire ce que tu veux réellement faire  … ton but était de rendre ta famille plus forte, dont moi. T'en rappelle-tu ?

Il se retourna simplement, former une famille ne serait pas possible  à ses yeux temps que le ver, l’infâme insecte qui à fait enfanter sa descendante sera vivant, il désirait sentir ses os se briser sous ses bottes et voir la flamme de la vie quitter ses yeux. Mais elle ne pouvait pas le comprendre, on pourrait croire au vu de comment elle voulait protéger cette homme qu’elle … Il se pétrifia rien qu’en ayant pensé pareil ignominie …

- Je m’en rappel très bien … J’ai l’impression que tu crois que je te renie car tu me déçois … mais ce n’est pas le cas … C’est juste que … je vais avoir besoin de m’isoler un peu tellement tes propos me blessent …

Il tenta de sourire, n’y arrivant malheureusement pas et pointa son propre du cœur d’un doigt.

- Mais sache juste que si ce cœur que tu affirme soumit l’était, alors je t’aurais tué de sang-froid sans même réfléchir en apprenant que tu es une sorcière, or, il me semble que tu es toujours vivante. Et TU es la preuve même que je ne suis que ce qui me semble juste !

Il finit par de nouveau reprendre sa posture parfaitement droite, son visage inexpressif, malgré la blessure psychologique qu’elle lui avait fait..

- Quand  au cas de ce renégat … Tu semble tellement vouloir le protéger … Explique moi ce que tu pense de lui, quel son tes sentiments  à son égard ! Mais qu’importe ce que tu me diras, sache juste que je n’abandonnerais pas l’idée de le châtier !




Invité
avatar
Invité
Re: Retrouvaille. - Mar 24 Déc 2013 - 13:38
- Je m’en rappel très bien … J’ai l’impression que tu crois que je te renie car tu me déçois … mais ce n’est pas le cas … C’est juste que … je vais avoir besoin de m’isoler un peu tellement tes propos me blessent …

Il était vraiment entré dans le mode paranoïa. A moins que je donnais cette impression. Je ne savais pas très bien utilisé les bons mots. Mais, je sentais le besoin de tout lui dire. De plus, c'était mieux de tout lui avouer maintenant que plus tard. Sinon, sa douleur serait encore plus insupportable. Je manquais de tact, c'était ça mon problème. Est-ce qu'il va réellement protéger mon enfant ? Je ne le pensais pas. Je le voyais bien, son faux sourire. Il se forçait à me faire savoir que tout allait bien, mais non.

Mais sache juste que si ce cœur que tu affirme soumit l’était, alors je t’aurais tué de sang-froid sans même réfléchir en apprenant que tu es une sorcière, or, il me semble que tu es toujours vivante. Et TU es la preuve même que je ne suis que ce qui me semble juste !

Il avait marqué un point. Sauf que je n'avais jamais encore utilisé la magie. Donc, je me comportais plus comme une humaine qu'une sorcière. Mais, il ne m'avait pas attaqué. Cependant, il venait d'insinuer que me laisser en vie signifiait que ce n'était pas juste pour lui. Je ne savais pas comment le prendre. Il prit une posture droite, regard inexpressif.

- Quand  au cas de ce renégat … Tu semble tellement vouloir le protéger … Explique moi ce que tu pense de lui, quel son tes sentiments  à son égard ! Mais qu’importe ce que tu me diras, sache juste que je n’abandonnerais pas l’idée de le châtier !

Il n'avait pas tort. En effet, quelque part en moi, je le protégeais. Mais, à quoi cela lui servirait de le savoir s'il va quand même aller le punir ? Et puis, ce n'était pas mon principal but. Non, la raison était autre. Me tenant droit à mon tour et ayant aussi un regard passif, je lui répondis :

Même si quelque part au fond de moi je veux le protéger, l'idée de te voir aller seul dans le monde des humains combattre tous les Renégats me terrifie. J'ai peur que tu meures et que je perds encore une fois un membre de ma famille. Sache juste que ce Renégat était mon premier amour. Il était dans le même lycée que moi. Enfin, à la même école. Quand j'avais entre dix-seize et dix-huit ans quoi.

J'essayais de lui faire un dessin vu que le terme "lycée" devait lui être inconnu, étant un chevalier du Moyen Age.

Cela servirait à quoi de te dire ce que je pense de lui maintenant ? Si je ne peux pas te faire changer d'avis. Cependant, sache une chose : je ne veux pas que tu te mêle de ma vie amoureuse. Si, pour toi, ma vie est synonyme d'injustice, pourquoi ne pas faire la même chose avec lui ?

Je regardais la vue qu'on avait du toit, laissant le vent glacial noyer mon visage.

Si je te dis de ne pas me mêler ma vie amoureuse et que, autrefois, je l'ai aimé, c'est pour une unique raison. Si une personne dans ce monde devrait le châtier pour ce qu'il m'a fait, cela ne sera ni toi, ni moi.... Mais, l'enfant que je porte en moi. On dit que la vengeance est un plat qui se mange froid. Tu es un chevalier, tu te dois de suivre la justice. Je suis une sorcière, comme tu l'as souligné plus tôt. Je n'ai pas à suivre ta voie. Cependant, je ne laisserais pas la vengeance et la colère me corrompre.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Retrouvaille. - Sam 28 Déc 2013 - 19:20


Comment devait-il réagir dans cette situation ? Il ne le savait pas, il ne l’avait jamais connu, il avait toujours passé en priorité ses ordres, ses missions, si bien qu’il en oubliait systématiquement la famille.
Alors … fallait-il retourner à son ancienne vie, ses anciens principes, histoire d’être à nouveau en paix ou alors …


Même si quelque part au fond de moi je veux le protéger, l'idée de te voir aller seul dans le monde des humains combattre tous les Renégats me terrifie. J'ai peur que tu meures et que je perds encore une fois un membre de ma famille. Sache juste que ce Renégat était mon premier amour. Il était dans le même lycée que moi. Enfin, à la même école. Quand j'avais entre dix-seize et dix-huit ans quoi.

La peur de … de le perdre ? Fallait-il qu’il comprenne qu’elle tenait à lui ? Et cela malgré qu’elle tienne de propos tellement blessant pour lui ? Il ne savait plus quoi en penser, alors il cessa d’y réfléchir … Dans son esprit il irait combattre, car c’était pour elle est c’est tout, même si il n’avait pas vraiment compris cette histoire d’école. Enfin ca ne devait pas être important, c’était encore pire que ce soit une personne qu’elle avait aimé qui lui faisait pareil malheur … C’était encore moins pardonnable !

Cela servirait à quoi de te dire ce que je pense de lui maintenant ? Si je ne peux pas te faire changer d'avis. Cependant, sache une chose : je ne veux pas que tu te mêle de ma vie amoureuse. Si, pour toi, ma vie est synonyme d'injustice, pourquoi ne pas faire la même chose avec lui ?

Elle était une victime, pas l’homme qui l’avait … violée … Comment pouvait-elle lui demander de lui faire la même chose ? Un chevalier ça chasse le mal, et dans cette histoire le mal se situait en cette être infâme qui a décidé d’humilier sa descendante ! Il laissa un soupir s’échapper en fait elle avait vraiment du mal de le comprendre, et lui aussi avait du mal …
Mais il allait bientôt y avoir une proposition perturbante à ses yeux.


Si je te dis de ne pas me mêler ma vie amoureuse et que, autrefois, je l'ai aimé, c'est pour une unique raison. Si une personne dans ce monde devrait le châtier pour ce qu'il m'a fait, cela ne sera ni toi, ni moi.... Mais, l'enfant que je porte en moi. On dit que la vengeance est un plat qui se mange froid. Tu es un chevalier, tu te dois de suivre la justice. Je suis une sorcière, comme tu l'as souligné plus tôt. Je n'ai pas à suivre ta voie. Cependant, je ne laisserais pas la vengeance et la colère me corrompre.

Il serra les dents devant une pareille affirmation. Elle était tout de même en train de dire qu’il fallait qu’il attende ? manger froid ? Mais on savoure bien mieux un plat à chaud … Et si il n’y avait que cela … il ne s’en soucierait pas autant … Non, il y avait bien pire.

- Tu viens de me dire que c’est à celui qui va devoir l’appeler « pére » que reviendrait la tâche de l’éliminer ? Non, je ne tolérerais pas qu’une pareille chose arrive, cette enfant ne doit pas avoir de sang sur ses mains, encore moins celui qui lui en a offert une partie … Comment peux tu penser pareille chose. Tu lui souhaites une vie heureuse et tu me proposes que ce soit lui qui tue ? Es-tu consciente de tes propos ?

Le blond s’avança d’un pas vers sa descendante, le regard d’un père s’apprêtant à punir son enfant, mais il se contenta de lui faire une pichnette sur le front en continuant d’arborer cet air sévère.

- Alors maintenant je vais aussi aller le tuer pour protéger cet enfant de ce terrible destin, pour qu’il n’ai pas le besoin de tuer. Je préfère encore qu’il me déteste car j’ai tué son père plutôt qu’il le tue lui-même ! … Et je te rassure, je ne meurt pas aussi facilement que tu le pense ma f.. descendante.

Maintenant il avait une raison de plus de partir faire une chasse à l’homme, protéger sa famille, protéger l’enfant de Kate. Cela s’ajoutait donc à la raison de base, retrouver l’honneur de cette dernière. La famille, l’honneur, les deux choses les plus sacrés en ce monde !




Invité
avatar
Invité
Re: Retrouvaille. - Mer 1 Jan 2014 - 1:20
- Tu viens de me dire que c’est à celui qui va devoir l’appeler « pére » que reviendrait la tâche de l’éliminer ? Non, je ne tolérerais pas qu’une pareille chose arrive, cette enfant ne doit pas avoir de sang sur ses mains, encore moins celui qui lui en a offert une partie … Comment peux tu penser pareille chose. Tu lui souhaites une vie heureuse et tu me proposes que ce soit lui qui tue ? Es-tu consciente de tes propos ?

Je le regardais, avec un air passif, comme si ses paroles ne me touchait pas. Sa colère était si intense que je ne savais pas quoi faire pour le calmer. Il me mit une pichenette au front qui faisait mal, en continuant de me sermonner.

- Alors maintenant je vais aussi aller le tuer pour protéger cet enfant de ce terrible destin, pour qu’il n’ai pas le besoin de tuer. Je préfère encore qu’il me déteste car j’ai tué son père plutôt qu’il le tue lui-même ! … Et je te rassure, je ne meurt pas aussi facilement que tu le pense ma f.. descendante.

Sa colère l'aveuglait tellement qu'il en perdit la raison. Il allait m'appeler "ma fille". Pour lui, la seule chose qui comptait, c'était que celui qui m'avait fait cette chose horrible soit puni. La vengeance. Je savais comment c'était. Moi aussi, je pensais que si j’anéantissais tous les renégats et que je sauvais Isanagi de ses propres démons en le tuant, cela ne serait que justice. Mais non. Toujours avec un regard neutre, je le regardais droit dans les yeux, affrontant sa colère.

Ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dis. J'ai dis que celui qui devait le châtier sera mon enfant. Je n'ai pas dis qu'il le ferait. Je le lui laisserai le choix de le faire. Cependant, je ne veux pas qu'il le fasse par vengeance. Il sera libre d'agir par lui-même. Tu parles de destin, comme si son père devait immédiatement mourir. Tu es le Dieu de la Dévotion, ce n'est pas à toi qui revient la décision de celui qui doit vivre ou mourir.

Je me retourne et fit quelque pas, tenant toujours ma chevalière dans mon poing.

Je ne fais plus partie du conseil des élèves. Mais, lors de la dernière réunion auquel j'ai pu assister alors que j'étais amnésique, Rain Sinclaire a expliqué qu'avant ma disparition, je m'étais enfuie de l'académie sans autorisation pour aller tuer les renégats et j'ai levé mon arme sur elle alors qu'elle tentait de m'empêcher et de me raisonner. Durant la réunion, elle avait dit qu'elle a vu dans mon regard une envie de meurtre et de la haine plus intense que ceux qu'elle a vu chez d'autre Renégat. Ce soir là, j'ai été pire qu'un Renégat car j'ai pensé que les châtier était mon devoir. J'ai eu tord.

Je tourne ma tête vers mon ancêtre, laissant mon corps de profil par rapport à lui.

Si tu ne fais ne serait-ce qu'un pas en dehors de l'académie pour assouvir ta vengeance et laisser tes démons manipuler ta raison, ne revient plus jamais m'adresser la parole. Je ne suis pas ta fille, je ne l'ai jamais été. Nous n'aurons dû jamais se rencontrer, de toute manière.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Retrouvaille. - Mer 1 Jan 2014 - 12:46

Ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dis. J'ai dis que celui qui devait le châtier sera mon enfant. Je n'ai pas dis qu'il le ferait. Je le lui laisserai le choix de le faire. Cependant, je ne veux pas qu'il le fasse par vengeance. Il sera libre d'agir par lui-même. Tu parles de destin, comme si son père devait immédiatement mourir. Tu es le Dieu de la Dévotion, ce n'est pas à toi qui revient la décision de celui qui doit vivre ou mourir.

Laisser le choix à un enfant de tuer son père ou non ? Alors que la mère défend l’immonde père ? Aucun enfant ne serait capable de tuer son père dans de pareil condition, car cela ne ferait d’abord que lui mettre du sang sur les mains, mais aussi car un enfant ne voudrait pas faire de mal à sa mère ni à son père.
Elle ne se rendait vraiment pas compte de ce qu’elle mettait sur le dos de l’enfant avant même qu’il ne naisse. Pauvre enfant … Mais ce n’était pas encore fini.


Je ne fais plus partie du conseil des élèves. Mais, lors de la dernière réunion auquel j'ai pu assister alors que j'étais amnésique, Rain Sinclaire a expliqué qu'avant ma disparition, je m'étais enfuie de l'académie sans autorisation pour aller tuer les renégats et j'ai levé mon arme sur elle alors qu'elle tentait de m'empêcher et de me raisonner. Durant la réunion, elle avait dit qu'elle a vu dans mon regard une envie de meurtre et de la haine plus intense que ceux qu'elle a vu chez d'autre Renégat. Ce soir là, j'ai été pire qu'un Renégat car j'ai pensé que les châtier était mon devoir. J'ai eu tord.

Voila qu’elle lui parlait de ce qu’elle fait, attaquer Rain qui tentait de la raisonner, tient … Alors elles se connaissaient, mais ce point n’avait en réalité que peu d’importance aux yeux du chevalier. Elle avait forcément des connaissances en commun avec lui. Mais voila qu’elle parlait à nouveau des renégats, de haine, de meurtre, et de devoir. Apparemment elle liait tout cela, elle restait à lui dire, à illustrer que sa volonté n’étais que de la haine, elle refusait d’y voir quelqu’un qui défend la fierté bec et ongle. Elle le comprenait mal en fait, ou peut être ne voulait-il par comprendre ce qu’elle lui disait ? Mais la fin du discours acheva le chevalier et précisa clairement son choix.

Si tu ne fais ne serait-ce qu'un pas en dehors de l'académie pour assouvir ta vengeance et laisser tes démons manipuler ta raison, ne revient plus jamais m'adresser la parole. Je ne suis pas ta fille, je ne l'ai jamais été. Nous n'aurons dû jamais se rencontrer, de toute manière.

Il regarda sa descendante et soupira simplement en baissant les yeux. Son choix venait maintenant d’être fait.

- Alors voila le coût pour suivre mes convictions, mes démons comme tu les appel … Qu’il en soit ainsi ! Je te considérais comme ma fille, je te traitais comme tel, même si je ne te l’ai jamais dis … Mais je ne renoncerais pas à mes convictions, c’est la dernière chose qui me fait avancer, renégats, dieu, je m’en moque, je ne vois qu’une nouvelle vie, une vie pleine d’embûches.

Il se retourna et s’approcha du bord du toit, regardant le sol en contre bas.

- Tu ne me verras plus, mais … Garde la chevalière, ne renie pas ta famille, même si tu ne veux plus me voir, ce qui nous rapproche est peut être un lien de sang vieux de centaines d’années, mais ça reste un lien important à mes yeux, alors … N’oublie pas tes racines Kate, le passé fait de nous ce que nous sommes, il ne s’efface pas, on construit seulement l’avenir, guider ou non par une force supérieur. Si tu veux me comprendre, va lire les archives ou nous avons découvert notre lien de parenté.

Et il sauta, c’était fini de cette conversation entre ancêtre et descendante, Alexander était plus déterminé que jamais à chasser un unique homme, cela lui avait coûté chère, l’estime d’un être chère, d’un membre de sa famille, mais pour suivre ses convictions, il était prêt à se genre de sacrifice. Il était après tout conscient de personne ne le comprenait vraiment ici.

*Maudite soit cette époque et les hommes ….*




Invité
avatar
Invité
Re: Retrouvaille. - Sam 11 Jan 2014 - 23:27
Retrouvaille entre ancêtre et descendante qui tourne au drama. La pire c'est que suivant là où l'on se place, on peut parfaitement comprendre les deux points de vues alors ça ferait presque mal aux coeurs de les voir se déchirer ainsi. Mais bon c'est aussi ça la vie.

Alexander : 570 xps
Kate : 510 xps

Xps attribués : Yep
Contenu sponsorisé
Re: Retrouvaille. -
Retrouvaille.
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Retrouvaille
» Retrouvaille inattendue [pv Zarathos]
» Retrouvaille entre soeurs...|feat Rhéa-Gaïa O'Brain
» Retrouvaille!!! (PV Ryofu Itô) HENTAï
» Retrouvaille inattendue [ouvert à tous ^^]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Sur les toits-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page