Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Entraînement douloureux

Invité
avatar
Invité
Entraînement douloureux - Lun 4 Nov 2013 - 19:16
C’était un jour comme les autres à l’académie, une journée où il allait se passer quelque chose d’intéressant, c’est du moins ce que j’espérais. La monotonie n’était pas trop mon truc, j’aimais quand il y avait de l’action, que j’y participe ou que je me contente de regarder. Même si petit à petit, je commençais à me familiariser avec ce nouveau monde, je ne me sentais pas encore totalement à l’aise, je n’y étais que depuis peu aussi, ce qui se justifiait parfaitement. Il y avait cependant quelque chose qui me manquait, un lieu où je pouvais m’entraîner et me défouler, j’avais tendance à perdre rapidement mon calme et à m’emporter si je ne pratiquais pas pendant un trop long moment, j’en avais déjà eu la preuve depuis mon arrivée.
Je comptais donc consacrer, aujourd’hui encore, ma journée à la découverte des différents lieux que je n’avais pas encore visités et, accessoirement à la surveillance de l’académie, il fallait bien que quelqu’un le fasse après tout. J’avais entendu dire qu’il y avait un centre sportif un peu spécial situé non loin du dortoir du personnel, dommage que je n’avais pas entendu ça plus tôt, j’y aurais déjà passé beaucoup de temps sinon. Il ne me fallut guère longtemps pour le trouver, j’eus la chance de repérer des étudiants qui y allaient et je me suis contentée de les suivre, avec un petit regard et un sourire sadique, qui en a effrayé un, ce qui fit rire Lilith.
De ce que j’en avais entend, tout ce qui se trouvait et se passait dans les salles d’entraînement était fictif, j’allais donc pouvoir m’y amuser autant que je voulais et me libérer un peu de toute cette violence. J’entrai donc dans une salle où il n’y avait presque personne et m’échauffait un peu avant de commencer à y aller sérieusement. Au bout de quelques minutes d’échauffement, je me décidais enfin à essayer de matérialiser quelque chose pour m’entraîner et ma première idée fut de faire apparaître mon ancien maître.
A ma grande surprise, il apparut devant moi et, sans un mot, j’engageai le combat, il était aussi fort que dans mes souvenirs et j’éprouvais de nouveau le plaisir de me battre. Vu qu’il n’était pas réel ou humain, je pouvais y aller à fond, sans me soucier des règles ou de le blesser, voire de me blesser. Bien que je me débrouillais plutôt bien, je me fis malgré tout battre, j’avais encore des progrès à faire, ce n’était pas mon maître pour rien après tout. Lilith qui comme à son habitude m’observait en silence, se contenta de ricaner lorsque je m’avouai vaincue.
Elle s’approcha ensuite de moi, avec un air confiant et un petit sourire qui annonçait qu’elle avait une idée sadique en tête, c’est une fois à portée de bras qu’elle s’arrêta et mit ses doigts à mon menton pour me relever la tête. Je fus assez surprise de réellement la sentir me toucher, habituellement je ne sentais rien puisqu’elle n’avait pas de corps physique. C’est alors que je compris, tout était possible dans cette salle, alors pourquoi ne pourrait-elle pas se matérialiser dans un corps fictif ? * Alors, on joue ? * Elle fit alors un bond en arrière, avant de se mettre sur ses gardes.
C’est avec un grand sourire sadique que j’acquiesçai à sa proposition, cela faisait longtemps que j’avais envie de me battre avec elle, sentiment que nous partagions. Je savais que contre elle, à main nue, je n’aurais pas vraiment l’avantage, elle était plus rapide et plus forte que moi, du moins c’est ainsi que je l’avais toujours imaginée, donc c’est fort probable qu’elle le soit. C’était une bonne occasion d’essayer d’apprendre à manier une arme qu’on ne m’aurait jamais laissé utiliser de mon vivant, c’est donc avec un certain enthousiasme que je fis apparaître une faux. (Très simple, dans ce style là)
« - Je ne sais pas m’en servir, mais il y a un début à tout. Amusons-nous ensemble avec ! »
Je lui fonçais donc dessus, en donnant des coups très hasardeux et pleins d’ouvertures, sans jamais réussir à la toucher. Elle arrêtait de temps en temps l’arme à main nue, avant de m’envoyer valser d’un coup de poing ou d’un coup de pied.
« - Tu es plutôt faible en fait, je suis un peu déçue… » 
Cela ne faisait que renforcer mon envie de lui mettre une raclée et je continuais inlassablement mes assauts, dans l’espoir de réussir à la blesser.


Dernière édition par Yoko Nishimura le Sam 4 Jan 2014 - 14:30, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Entraînement douloureux - Lun 4 Nov 2013 - 22:05
Pfiou.
Voilà.
Je viens de vous faire une démonstration de mon unique pouvoir.
Oui, oui, vous avez bien vu, j’ai juste soufflé dans mes mains pour les réchauffer. Et ça n’a pas marché, mes mains restent aussi froides que des steaks surgelés.
Depuis quelques jours déjà, je me pose de nombreuses questions :
Ai-je vraiment le droit d’être ici ?
Ai-je vraiment la trempe pour devenir le dieu du froid ?
Je me sens vraiment tout petit parmi les autres qui ont des pouvoirs de titans, et moi qui possède le pouvoir de posséder la température d‘un cadavre…
Bon, c’est vrai que je suis dans une académie, je suis là pour apprendre, mais je ne suis pas un peu jeune ?
Et puis, pourquoi moi ?
J’ai quelque chose de spécial ?
Toutes ces questions se bousculent dans ma tête, remettent en question ma propre existence, ma propre mort et toute la réalité qui semble m’entourer, à tel point que je m’arrête de marcher et reste planté au milieu du chemin, le regard dans le vide.
Je me rend compte que je manque cruellement de confiance en moi et en mes capacités… Il me faudrait un avis extérieur, mais à qui demander ? Je ne peux pas interpeller quelqu’un au hasard et lui demander :

- Dites, est-ce que vous pensez que je peux devenir le dieu du froid ?

J’aurais sans doute droit à une réponse méchante et qui ne m’avancera guère. Et si…
J’ai une idée !
Je me remet à marcher lentement, en trainant un peu les pieds, et toujours en me posant une multitude de questions.
Une fois arrivé devant les salles d’entrainement, je constate que celles-ci sont prises d’assaut, il y a des élèves dans chaque salle, qui affrontent les pièges et les monstres les plus divers, de l’orc au dragon, en passant par le démon et le char d’assaut.
De quoi me sentir encore plus petit…
Je rentre dans une salle occupée par une fille et une sorte de succube ténébreuse qui se battent à s’en décrocher la mâchoire, me place à bonne distance pour éviter un coup qui ne me serait pas destiné et m’installe dans un coin, en me concentrant sur l’adversaire à faire apparaitre.
Comme c’est la première fois que je fais ça, l’apparition se fait lentement. Une lumière bleutée se dessine dans l’air, modélise la forme d’un petit garçon avant de disparaitre une fois les détails terminés.

- Bonjour, Oliver.

- Bonjour, Oliver.


Amusant, mon clone me répond.
Le but de ce test ? Voir si cette chose, que je viens de créer et qui semble me ressembler en tout points, possède les pouvoirs que je suis sensé posséder.
Impatient, je lance :

- Attaque-moi.

Me préparant à une attaque puissante, je ferme les yeux, imaginant tout et n’importe quoi : Un bloc de glace lancé en pleine face, un uppercut qui m’arrache le menton…
Au lieu, de ça, mon clone se jette sur moi et se bat comme si je venais de lui piquer ses billes : Griffures, petites baffes…
Enervé et franchement déçu, je hurle :

- Arrête-ça tout de suite !

Il s’écarte vivement et semble mimer l’expression de colère que j’affiche actuellement.
Je baisse les yeux par terre, les larmes me montent aux yeux :

- Je… Je suis donc aussi faible que ça ?

Furieux, je crache :

- Répond moi ! C’est tout ce dont je suis capable ?

Soudain, c’est le choc : mon clone acquiesce avec un sourire gêné.
Ma bouche reste ouverte, tellement je suis éberlué, j’approuve moi-même ma faiblesse, ou ce clone n’est-il pas véritablement moi ?
Rongé par la rage, je fonce sur lui et lui fout un grand coup de coude au centre du front en criant comme un enfant turbulent :

- C’est pas vrai !

Sous la force du choc, mon reflet recule de quelques pas et se tâte le front, l’air légèrement sonné.
Je ne lui laisse pas le temps de reprendre son souffle et lui attrape le cou avec mes deux mains, les yeux trempés de larmes.
Je serre vraiment fort, car j’ai vraiment envie de le tuer, ce sale gosse qui vient de dire que je ne vaut pas mieux qu’un écolier bagarreur ! Je veux faire comprendre à cette sale copie à qui il a affaire !
T’as affaire au dieu du froid, et je ne me laisserais pas m’insulter moi-même !  


Dernière édition par Oliver Drenon le Ven 22 Nov 2013 - 19:47, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Entraînement douloureux - Mar 5 Nov 2013 - 19:42
« - Alors ma petite, déjà fatiguée ? Je commence à peine à m’amuser moi. » 
Un monstre, voilà la seule idée que je me faisais d’elle à l’heure actuelle, ce n’était en rien dû à son physique ou encore à son caractère, non, c’était plus dû à sa force surhumaine. Elle n’était pas humaine en même temps, c’était une démone, logique qu’elle soit aussi forte et agile, mais je ne m’attendais pas à ce que ce soit à un tel point. Je n’avais pas encore réussi à porter un seul coup, je n’étais pas aidée par le fait de ne pas savoir maîtriser mon arme, je n’y étais pas du tout habituée.
Quant à moi, j’étais essoufflée et rouée de coups sur une bonne partie du corps. Elle n’y allait pas de main morte avec moi, même si je savais qu’elle se retenait, ne voulant sans doute pas me blesser trop gravement ou me tuer. Après tout, même si tout était fictif dans cette salle, je sentais malgré tout la douleur sur le coup et je ne faisais pas partie de la liste des personnes qu’elle aimait ou aurait aimée torturé, elle n’avait donc pas de raisons de me faire souffrir à outrance.
C’est au bout de plusieurs minutes qu’elle se décida à mettre fin à ce combat à sens unique en m’envoyant voler tout en m’arrachant l’arme des mains et en la brisant. 
« - T’as assez morflé pour aujourd’hui, tu n’arrives à rien de toute façon. On recommence demain et t’as intérêt à faire mieux. » 
Je ne la contredis même pas et, plutôt que de me lever, je me laissai tomber sur le sol en poussant un grognement de mécontentement et en reprenant mon souffle. J’étais déçue de mes performances, je m’attendais à mieux de ma part, je n‘ai même pas réussi à la toucher, alors qu’elle, elle m’a écrasé tout le long. Je poussai donc un soupir en regardant autour de moi, j’étais seule dans la pièce, à l’exception d’un gamin, d’une dizaine d’années je dirais, qui se « battait » avec ce qui ressemble à un double de lui-même.
Ce spectacle ressemblait plus à des enfantillages qu’à un vrai combat puis, dans un élan de colère, l’un sauta sur l’autre en commençant à l’étrangler avec force. Ne pouvant savoir s’il s’agissait d’une illusion ou s’il s’agissait d’un gamin psychopathe étranglant son jumeau, je devais intervenir avant que celui au sol se fasse tuer, la tentation de ne rien faire était grande, mais en tant que surveillante, je devais stopper ça.
Je n’eus pas besoin de dire le moindre mot, que Lilith était déjà en train de réduire à zéro la distance le séparant des deux gamins, une fois sur place, elle attrapa le col du petit excité et le souleva comme si de rien n’était, lui faisant ainsi lâcher prise. Elle le souleva et le tourna pour qu’il lui fasse face, avant de lui parler, un petit sourire sadique aux lèvres.
« - Hé petit psychopathe, faudrait voir à pas tuer ton jumeau, ça ferait tache dans la salle et elle aura des emmerdes à cause de toi. »
En prononçant ces derniers mots, elle se retourna et pointa sa main libre vers moi, qui venait de me lever et qui me rapprochait de la démone et du gamin. Je ne lui demandai pas de le lâcher, je voulais m’assurer qu’il n’irait pas sauter à nouveau sur l’autre gamin. J’allais, pour la première fois utiliser mon rôle de surveillante et faire preuve d’autorité.
« - Faudrait voir à te calmer gamin, en tant que surveillante, je peux pas te laisser péter un câble sur un autre étudiant. » Je jetai un œil à l’autre gamin, qui toussait et reprenait son souffle. « Après, même si ce n’est qu’un double que tu as invoqué dans la salle, te laisser le tuer serait pas responsable… même si moi, je m’en fiche… mais si on te voit et qu’on ne me vit rien faire, je me ferais taper sur les doigts. » Je croisai les bras en le regardant avec un air strict. « C’est bon gamin, tu t’es calmé ? » 
Invité
avatar
Invité
Re: Entraînement douloureux - Sam 9 Nov 2013 - 13:09
Crève, crève, crève.
Voilà le verbe qui résonne dans mon esprit, pendant que mon clone vire au rouge écarlate.
Mais est-ce à lui que je m’adresse, ou à moi-même ? Je me demande si j’ai encore envie de vivre… J’ai la chance d’être le dieu du froid, mais j’ai surtout l’impression d’être le dindon de la farce.

La preuve, on vient de me soulever comme si j’étais une plume amaigrie qui sort d’un camp de concentration nazi.
Est-ce vraiment digne d’un dieu, de se faire soulever par un démon couleur charbon qui vous regarde avec un sourire horripilant qui semble dire « une pichenette sur ton front, et tu es mort, gamin » ?
Obligé de lâcher le cou de mon adversaire, je regarde le démon avec l’air d’un enfant qui vient de se faire prendre la main dans la boite de gâteaux.
Est-ce un étudiant ou une créature invoquée ? Comme elle a eu l’audace de saisir un adversaire qui n’était pas le sien, je pencherais plutôt pour le premier choix, mais son apparence peu commune me fait douter.

Hé petit psychopathe, faudrait voir à pas tuer ton jumeau, ça ferait tache dans la salle et elle aura des emmerdes à cause de toi.

M’en fiche, c’est pas moi qui nettoie.
Non sérieusement, qu’est-ce que ça peut lui faire ? J’ai le droit d’affronter qui je veux, non ?  
Je regarde le monstre en haussant un sourcil, attendant le moment où elle me lâchera en se rendant compte de son erreur.
Soudain, elle se retourne, tend la main à la fille de tout à l’heure qui était vautrée par terre et la relève avec énergie.
Toujours tenu par le col, cette même fille me regarde et me dit sévèrement :

- Faudrait voir à te calmer gamin, en tant que surveillante, je peux pas te laisser péter un câble sur un autre étudiant. 

Mais… C’est pas un autre étudiant !
Tout de même intimidé par ce remontage de bretelles, je reste muet

- Après, même si ce n’est qu’un double que tu as invoqué dans la salle, te laisser le tuer serait pas responsable… même si moi, je m’en fiche… mais si on te voit et qu’on ne me vit rien faire, je me ferais taper sur les doigts.  

Ah ? On a pas le droit de se taper soi-même, ici ?
C’est quoi cette règle naze ? Vous êtes sûre que vous ne dites pas ça juste pour m’embêter ?
 
- C’est bon gamin, tu t’es calmé ?  

Je remonte mon écharpe au niveau de ma bouche et grommelle une réponse, avant de me tortiller comme un ver au bout de son hameçon pour se dégager.
Voyant qu’il n’y a aucune résultat, je lance un « oui  » intelligible, ce qui a pour effet de faire lâcher prise ma persécutrice.
Je leur tourne le dos immédiatement, presque honteux de m’être énervé sans raison, et fais disparaitre mon clone qui se volatilise dans un petit éclair bleu ciel.
Ne sachant plus trop quoi faire, j’hésite quelques secondes avant d’invoquer une barre de métal d’environ 1 mètre et demi qui me tombe directement dans la main.
Je sollicite mon imagination pour créer un adversaire à ma taille sans contrarier l’autre surveillante, puis après un temps de réflexion accompagné d’un silence pesant, j’invoque d’un geste un pantin de crash-test mécanisé, qui se déplace lentement vers moi, à la manière d’un zombie.
Alourdi par les deux regards qui me surveillent, je frappe le pantin à la tête avec un puissant coup latéral, ce qui le fait chuter avec un bruit de bibelot qui se fracasse contre le sol.
Enfin, puissant…
Digne d’un enfant de mon âge, mais pas d’un dieu, en tout cas.
Ne m’étant toujours pas suffisamment défoulé, je moleste le pantin en prenant soin de détruire chaque rouage de son anatomie.
Remarquant qu’il ne bouge plus, je fixe ses restes en silence, observant les dégâts portés par mes coups, et me demandant si un simple mortel aurait été capable de maltraiter un robot de cette façon.
Lassé d’observer la carcasse, je relève mon écharpe, me retourne vers la surveillante et lance :

- Je peux créer des armes à feu ?

Comprenant qu’elle n’a rien capté de ce que je viens de dire à cause du tissu qui me recouvre la bouche, je baisse mon écharpe en rougissant et répète ;

- Je peux créer des armes à feu ?
Invité
avatar
Invité
Re: Entraînement douloureux - Mer 20 Nov 2013 - 13:31
Il fallait que ma première séance d’entraînement se retrouve perturbée par un gamin un peu psychopathe sur les bords que je me retrouvais à devoir chaperonner. En même temps, ça faisait partie de mon boulot de surveiller les étudiants de cette académie, aussi jeune et chiant soit-il. C’était d’ailleurs étonnant de retrouver un gosse de cet âge ici, je pensais que tous ceux choisis pour être des apprentis étaient au moins des adolescents, encore une supposition qui vole en éclat, chose habituelle en ces lieux.
Le gamin resta silencieux jusqu’à ce que je lui demande s’il s’était calmé, il devait sûrement être trop intimidé par ma charmante démone pour oser la ramener, ce qui était compréhensible. Et, c’est après avoir remonté son écharpe au niveau de sa bouche, qu’il grommela une réponse inaudible, avant de se débattre pour essayer de se libérer, sans succès bien évidemment. Sa petite tentative nous amuse Lilith et moi, il était loin d’être assez fort pour se libérer de son emprise, ce qu’il ne tarda pas à comprendre puisqu’il s’arrêta avant acquiescer à ma question. C’est donc avec le regard un peu déçu que la démone finit par lâcher le garçon, elle aurait aimé s’amuser avec lui un peu pour lui montrer où était sa place.
Histoire de me reposer un peu, je m’assis non loin du garçon, tout en continuant de l’observer, accompagnée de mon amie. Il était maintenant en train de s’acharner sur un pantin de crash-test, sa manière de « combattre » était des plus amusantes, il se contentait de taper comme un idiot dans tous les sens avec son bâton. Ce gamin devait avoir quelque problème dans sa tête pour s’acharner ainsi sur quelqu’un chose incapable de se défendre et pour vouloir tuer un double de lui qu’il a fait apparaître. Décidément, depuis mon arrivée ici, je ne rencontrais que des spécimens un peu à part, ce n’était pas plus mal dans un sens, on ne s’ennuyait jamais de cette manière.
Après une courte observation de la carcasse de sa part, il se tournait vers moi, son écharpe encore relevée, pour me demander quelque chose. Et, comme tout à l’heure je ne compris rien, la faute à l’écharpe, ce gosse n’était décidément pas très malin. Il comprit de nouveau sa faute et rabaissait de nouveau son écharpe, cette fois en rougissant, avant de me demander s’il pouvait créer des armes à feu. Je soupirai à sa demande et, sans me relever, je pris la parole.
« - Non, et pour deux raisons. La première, c’est que je suis presque sûr que tu te blesseras avec et ce serait un peu con. Et la deuxième, ce n’est pas en se défoulant sur un pantin avec une arme à feu que tu vas devenir plus fort gamin. Se défouler c’est marrant cinq minutes, mais progresser l’est beaucoup plus, entraîne-toi au corps à corps, ce sera mieux. » 
C’est alors que Lilith et moi, nous échangeâmes un regard complice et sadique, nous avions eu la même idée, qui était aussi plaisante pour elle que pour moi.
« - Et tu sais quoi, je vais t’aider. » 
C’est avec empressement que je me relevai, avant de me diriger vers le gamin pour lui arracher le bâton des mains et il n’y eut guère trop de résistance de sa part. Je fis tourner le bâton dans ma main, jouant un peu avec, avant de le faire passer, à la surprise du gamin, derrière son pied et de lever se dernier vers l’avant, faisant tomber l’enfant sur le sol.
« - Hé bien, on va avoir du boulot vu comme tu es faible… » 
Je jetai le bâton en arrière, n’en ayant pas du tout besoin, avant de me mettre en position pour l’envoyer voler à nouveau une fois qu’il me chargerait pour me frapper. Finalement, il allait pouvoir me divertir un peu et ce n’était pas plus mal.
« - Allez viens gamin, essaye de me frapper, montre-moi à quel point t’es faible. » 
Invité
avatar
Invité
Re: Entraînement douloureux - Sam 23 Nov 2013 - 23:55
- Non…

Roh, crotte de bique.
Pourquoi ? Je suis sûr que je suis capable d’en manier ! Il suffit de bien la tenir et de prendre en compte le recul, après, ça devrait passer, non ?
Si elle ne veux vraiment pas, je viendrais en créer une prochaine fois, sans elle, alors…

-…Et pour deux raisons. La première, c’est que je suis presque sûr que tu te blesseras avec et ce serait un peu con.

C’est pas vrai !
Je suis plus un enfant, je sais que les armes sont dangereuses et qu’on peut se blesser avec, je suis capable de faire attention !

- Et la deuxième, ce n’est pas en se défoulant sur un pantin avec une arme à feu que tu vas devenir plus fort gamin. Se défouler c’est marrant cinq minutes, mais progresser l’est beaucoup plus, entraîne-toi au corps à corps, ce sera mieux. 

Mais ça non plus, c’est pas vrai !
Un maitre de karaté sera toujours plus faible que n’importe quel gugusse avec un pistolet !
Et puis, j’ai pas envie de m’entrainer au corps à corps, je suis trop petit, n’importe quel adulte plus lourd que moi aura le dessus ! Et puis, se taper dessus, ça fait vachement mal, je le sais, je me suis déjà battu plusieurs fois avec des camarades à l’école !
Les deux femmes (ou les deux créatures de satan, au choix), se regardent comme si elles venaient d’avoir une idée en même temps, puis la plus humaine des deux lance :

- Et tu sais quoi, je vais t’aider.

Houla, toi, tu as une idée derrière la tête !
Je suis sûr que t’aimes frapper les plus petits que toi, ça se lit dans le regard que tu es en train de m’adresser !
Elle se lève, pensant sans doute à quel type d’art martial elle compte m’entrainer, et m’arrache ma barre de métal des mains, avant de me faire tomber avec comme un vieux sac de sable.

- Hé bien, on va avoir du boulot vu comme tu es faible…

Mais je ne t’ai rien demandé, va entraîner quelqu’un de vraiment intéressé au lieu de te plaindre !
Elle jette mon ancienne arme en arrière et se met en position de combat pour contrer une éventuelle attaque. Comme si j’allais effectuer une technique ninja pour tenter de lui briser la nuque…

- Allez viens gamin, essaye de me frapper, montre-moi à quel point t’es faible. 

Génial, ça va me donner confiance en moi, ça… Best pédagogie ever.
Déjà soûlé par son égocentrisme, je tourne les talons en lâchant un bref :

- Non.

Avant de me diriger vers la sortie avec un air fatigué.
Mais la succube se déplace en un battement d'ailes entre moi et mon échappatoire, en me lançant avec un regard louche :

- Hé gamin, le cours se passe là-bas, pas dehors. Alors tu te tournes et fait face à ton adversaire. 

Qu'est-ce qu'elle me veut, elle ? Elle a pas entendu que j'ai dis non ?
Ou bien...
Elle compte m'obliger à participer à ce cours improvisé ? Mais elles vont pas bien dans leurs têtes, ces deux-là !
Je tente de la contourner en espérant du plus profond de mon âme que j'ai mal compris, mais la main qui s'accroche à mon col et m'envoie valser à 5 mètres me laisse penser le contraire.
Je reste à terre, sonné, les yeux fermés, comme si je m'attendais à recevoir un coup. Les premières larmes arrachées par le choc arrivent sur mes joues et commencent déjà à les dévaler.
Ses deux saletés doivent me voir comme le dieu le plus médiocre de l'univers, et en profitent pour se défouler sur moi, en prétextant un "entrainement"...
Pétrifié au sol par la peur, je gémis :

- J'ai pas envie de m'entraîner, laissez-moi tranquille...

Sur les nerfs, je me relève en tremblant comme une feuille, et matérialise une seconde barre de métal pour me donner une contenance et dis suffisamment fort pour qu'elle entende, bien que ce soit hésitant :

- Laissez-moi sortir.

Je brandis mon arme comme une épée et la place dans une pseudo-position de garde, me préparant à une éventuelle attaque, en reniflant, encore en larmes.
Perturbé par mon esprit stressé, je tente d'établir une stratégie éclair pour sortir de la salle le plus rapidement possible à l'aide de feintes, mais mon manque cruel de confiance en moi me donne juste envie de me laisser tomber au sol et d'arrêter de respirer...
Je surveille mes deux adversaires, qui ont l'air de ne pas trop me prendre au sérieux.
Qu'est-ce qu'elles me veulent vraiment ? J'ai vraiment du mal à croire que ces filles veulent m'aider...
Mais minute : On ne serait pas en train de s’entraîner, là ?

Pensées:
 
Invité
avatar
Invité
Re: Entraînement douloureux - Ven 3 Jan 2014 - 21:06
Le petit ne semblait pas désireux de se laisser entraîner, mais pourquoi ? S’entraîner en recevant et surtout en donnant des coups est amusant, pourquoi refuser de s’améliorer alors que l’on est si faible, incompréhensible. Se morfondre dans sa faiblesse est quelque chose de pathétique à mes yeux, ne cherchons nous pas toujours à devenir meilleur quel que soit le domaine ? Peut-être ce gamin ne pensait-il pas comme moi ou bien, étais-je la seule à penser ainsi ? À toujours vouloir devenir plus forte pour ne plus jamais me laisser écraser par quiconque et faire face à toi ? Allez savoir, mais de toute façon, je n’allais pas laisser le choix à ce gosse, je ne l’avais peut-être pas formulé d’une manière qui donne envie, mais j’allais lui donner un petit cours à ma manière, c’est-à-dire, brutale et douloureuse.
Ce n’est pas son refus qui m’arrêta et, alors qu’il se dirigeait vers la sortie, Lilith se déplaça entre lui et l’extérieur en un battement d’aile, retombant devant lui.
« - Hé gamin, le cours se passe là-bas, pas dehors. Alors, tu te tournes et fais face à ton adversaire. »
Cependant, ce ne fut pas suffisant au petit pour comprendre qu’il ne sortirait pas tout de suite d’ici, il tenta malgré tout de passer, grave erreur. Lilith l’envoya voler au loin comme s’il ne s’agissait que d’une brindille, la situation me fit sourire, ce n’était pas malin de vouloir passer outre Lilith comme ça, ça se voit à son apparence, on ne rigole pas avec elle. Et, alors qu’il gisait, le cul sur le sol, je la ressentis, cette peur qui l’envahissait petit à petit, me permettant de lire en lui à mesure qu’elle grandissait. Il tentait désespérément de se montrer fort, ajoutant qu’il ne voulant pas s’entraîner et qu’il voulait partir d’ici, ce qui n’était pas prêt d’arriver.
Son esprit était embrouillé, sans vraiment s’en rendre compte, il rentra dans mon jeu en se mettant en garde et en tentant d’établir une stratégie, sans avoir aucune confiance en lui. Il y avait du travail à faire sur ce petit, à se croire faible, on finit par le devenir réellement, déprimant. Ses pensées affluaient dans mon esprit, sans qu’il n’en sache rien, plus le temps passait et plus j’adorais ce pouvoir, pouvoir s’introduire dans l’esprit des gens sans qu’eux-mêmes ne le sachent était tellement plaisant. Le sien était concentré sur le fait que cet entraînement n’était qu’un prétexte pour lui taper dessus et qu’il ne servait à rien.
« - Libre à toi de croire que je veux t’aider ou pas, ça m’est égal, mais tu n’as pas envie de rester faible toute ta vie, si ? Alors, profites-en et entraîne-toi, souffrir te rendra plus fort… Je vais essayer de ne pas être trop violente avec toi. Allez, c’est parti. » 
À peine avais-je fini ma phrase que je me ruai sur lui, il donne un coup vertical avec son arme, que je n’esquivai qu’à moitié, évitant simplement de me le prendre sur le visage. Le coup fut porté à mon épaule, j’avais l’habitude de me prendre des coups et au vu de sa force, cela ne me fit pas excessivement mal, je le sentis, mais pas au point de le montrer. Je le désarmai ensuite, faisant tomber son arme sur le sol, avant de la plaquer dos contre le sol, tout en l’immobilisant.
« - Tu sais, tout n’est pas question de force, être plus faible que l’autre n’est pas un problème si on sait retourner sa force contre lui. Même toi tu dois pouvoir comprendre non ? Aller, debout. »
Je lâchais mon emprise avant de me relever pour lui faire de nouveau face et, quand il fut décidé à se remettre debout, je lui dis de m’attaquer sans se retenir, à mains nues ou avec son bâton. Mon sourire et mon regard sadique avaient disparu, l’on pouvait maintenant voir que j’étais sérieuse.
Invité
avatar
Invité
Re: Entraînement douloureux - Sam 11 Jan 2014 - 19:24
- Libre à toi de croire que je veux t’aider ou pas, ça m’est égal, mais tu n’as pas envie de rester faible toute ta vie, si ? Alors, profites-en et entraîne-toi, souffrir te rendra plus fort… Je vais essayer de ne pas être trop violente avec toi. Allez, c’est parti.

Un petit sourire nerveux me transperce le visage, ce qui semble déclencher son attaque. Elle s'avance vers moi avec la vitesse d'une balle de revolver. Je tente un coup au hasard mais elle me désarme avec une facilité déconcertante.
A la milliseconde d'après, je suis dans les airs, soulevé comme une plume par le bras et plaqué contre le sol après un choc violent.
Je tente de me relever, mais elle me bloque le bras d'une manière que je n'arrive pas à voir à cause de mon stress. Je gémis, le choc m'a arraché quelques larmes de plus, ce qui me fait grimacer.
Je tente de prendre une position plus confortable, en attendant l'inévitable leçon de morale :

- Tu sais, tout n’est pas question de force, être plus faible que l’autre n’est pas un problème si on sait retourner sa force contre lui. Même toi tu dois pouvoir comprendre non ? Aller, debout.

Elle libère mon bras de sa pression, puis s'éloigne de quelques pas.
Je reste étendu quelques secondes pour prendre le temps de récupérer, puis allonge le bras pour récupérer mon bâton qui gisait au sol, en soupirant de colère.
Comment savait-elle ce que j'avais pensé ? C'est en rapport avec son domaine divin ?
Pris d'une soudaine crise de jalousie, je l'oublie un instant et tente de me découvrir un soudain pouvoir incroyable en secouant mes mains, comme si je voulais lancer un sort.
Après quelques essais qui n'ont servi à rien, je me relève dos à elle, le visage de trois quarts pour la surveiller, au cas où elle m'attaquerait pas surprise. Je masse mon bras douloureux, puis me retourne en frottant mes yeux humides.
Elle me lance, avec une assurance presque agaçante, de l'attaquer sans me retenir.
Parce qu'elle croit que je me retenais, jusqu'à présent ? Que je ne voulais pas dévoiler l'étendue de ma force par sécurité ?
Je m'avance en traînant les pieds, observant la position de ses jambes pour se stabiliser avant de recevoir mon attaque.
Je regarde quelques secondes de plus sa jambe droite, davantage espacée vers l'avant que d'habitude.
Une fois à bonne distance, j'utilise la technique classique de l'attaque brusque et rapide, en visant directement la tête. Comme elle s'y attendait sûrement, elle place sa main pour bloquer mon coup et protéger sa tempe, avec une rapidité digne d'un ninja.
Sauf que non.
Une microseconde avant que la barre en métal frappe sa paume, je dévie mon attaque, fendant l'air avec un léger bruit de ventilateur, et la dirige vers son genou.
Par miracle, elle n'a pas le temps de réagir, et mon arme heurte sa jambe avec un bruit sourd. Je lâche un « Ah ! » de surprise, et me recule de quelques mètres, craignant des représailles violentes.
Mon regard saute sur la créature du démon qui observait le spectacle derrière, mais mon cœur se détend un peu lorsque je m'aperçois qu'elle ne semble pas réagir.
J'observe la surveillante, me préparant à la voir se jeter sur moi, mais il n'en est rien. Avec une sorte de grimace, elle pose le genou à terre, comme si elle voulait se reposer quelques instants pour récupérer de son coup.
Je m'appuie sur mon arme comme si c'était une canne, avec une froncement de sourcils qui souligne mon incompréhension. Je la regarde faire la grande blessée de guerre quelques instants, puis lui lance :

- Vous vous fichez de moi ?

Elle me regarde, avec un petit sourire.
Je la dévisage, avec un degré en moins de respect :

- Tout à l'heure, vous vous preniez des coups beaucoup plus balèzes que ça et vous ne vous effondriez pas pour autant.

Elle semble amusée, mais mon visage ne semble pas prêt de dessiner un sourire.

- Je veux bien que j'ai pas le même niveau, mais faut pas me prendre pour un abruti non plus.

Spoiler:
 


Dernière édition par Oliver Drenon le Dim 12 Jan 2014 - 17:22, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Entraînement douloureux - Dim 12 Jan 2014 - 16:42
Pour le moment cet enfant ne m’avait rien montré d’extraordinaire, à part sa grande capacité à se retrouver au sol en quelques secondes. Quelle que soit la manière dont je pouvais le regarder, il était faible, probablement incapable de se défendre seul, en même temps ce n’était qu’un gamin, je ne devais pas m’attendre à autre chose venant de sa part. Lilith, elle, dans son coin, s’amusait de la situation, elle hésitait cependant à intervenir pour montrer au petit que je n’étais pas la plus forte et qu’il y avait bien plus à craindre d’elle que de moi. Je lui intimais mentalement de ne rien faire, loin de moi l’envie de passer pour une idiote et surtout, je voulais pousser le garçon à bout pour qu’il comprenne qu’il n’allait pas avoir le choix de devenir plus fort, face à mon insistance et mon sérieux, elle ne chercha pas plus loin et garda son envie pour plus tard.
Le garçon se releva et ne semblait pas avoir envie de fuir, il prit cependant mal le fait que je lui dise d’attaquer sans retenue, s’imaginant que je pensais qu’il n’y allait pas à fond. Ce n’était pas vraiment ce que je pensais en disant ça, s’était plus pour le narguer et le pousser à m’attaquer que je tenais de tels propos, ce qu’il ne tarda pas à faire. Une fois qu’il eut repéré ce qui semblait être une faille dans ma défense, c’était du moins ce que je pensais, il attaqua et une fois à portée, il lança me frappa avec son bâton.
Malgré tout, aussi malin pensait-il être, il commit l’erreur que font tous les débutants dans ce genre de cas, son regard n’était pas posé là où il m’attaquait, non il était posé là où il voulait réellement me blesser. Son premier coup n’était qu’une feinte, il visait en réalité ma jambe et, pour lui donner un brin de confiance en lui, je feins l’ignorance, parant son premier coup et me prenant le second. Il devait sûrement être fier de lui d’avoir réussi à me toucher, ce coup était loin de faire aussi mal que ceux que me portait Lilith ou encore mon ancien maître, mais je pliai tout de même genou à terre, lui faisant croire qu’il m’avait vraiment fait mal.
Une fois de la distance remise entre nous, il jeta immédiatement son regard sur Lilith, pensant sans doute que, voyant son maître genou à terre, elle allait l’attaquer. Ce n’était pas réellement dans son caractère, elle savait ce que je pensais et à moins que je ne sois réellement en danger de mort, elle n’était pas prête de lever ne serait-ce que le petit doigt pour me filer un coup de main. Visiblement, il ne rentra pas dans mon jeu, laissant sous-entendre que je me moquai de lui. Il n’était donc pas nécessaire de rester ainsi, je me relevai donc, ne le quittant pas des yeux, affichant un sourire en coin.
Dans son esprit, il était clair que je me moquai de lui et que je le prenais pour un idiot, son étroitesse d’esprit m’affligeait au plus haut point, mais encore une fois, ce n’était qu’un gamin, je ne devais pas trop en attendre de lui. Je hochai la tête de gauche à droite tout en soupirant, je n’allais pas avoir le choix que de lui faire comprendre la réalité des choses.
« - C’est vrai, tu es faible… et idiot aussi. Ta feinte était tellement prévisible et il y avait tellement de faille dans ton attaque que j’aurais pu t’envoyer valser quand je le voulais. Quand on essaye de faire le malin à faire des feintes, on ne regarde pas là où on va réellement porter son coup… ton adversaire aura alors tout loisir de te le faire regretter. Maintenant, recommence et cette fois-ci je ne me laisserai pas frapper sans rien faire. Montre-moi ce que tu vaux gamin… » 
Je me remettais en position comme avant, attendant qu’il revienne à la charge.
Invité
avatar
Invité
Re: Entraînement douloureux - Mar 14 Jan 2014 - 22:04
- C’est vrai, tu es faible… et idiot aussi. Ta feinte était tellement prévisible et il y avait tellement de faille dans ton attaque que j’aurais pu t’envoyer valser quand je le voulais. Quand on essaye de faire le malin à faire des feintes, on ne regarde pas là où on va réellement porter son coup… ton adversaire aura alors tout loisir de te le faire regretter. Maintenant, recommence et cette fois-ci je ne me laisserai pas frapper sans rien faire. Montre-moi ce que tu vaux gamin…

Je me disais bien que c'était trop beau pour être vrai, mais je n'ai pas eu le temps de peaufiner une stratégie militaire non plus, alors pour l'instant, tu vas devoir te contenter de ce genre de trucs.
Je reste debout, immobile, sachant qu'elle ne bougera pas tant que je ne l'attaquerais pas. Je sais qu'elle est beaucoup plus forte que ce qu'elle essaye de me faire croire, et j'ai du mal à cerner ses limites et points faibles, et adapter ma stratégie en conséquence.
De toutes façons, est-ce que j'ai le potentiel de lui porter au moins un coup au visage ?
Je serre le poing autour de ma barre de métal, me grattant la tête pour simuler mon imagination et pondre le coup parfait. Brusquement, je sens une vague de froid, d'une température plus basse que ma température corporelle (ce qui est déjà un bel exploit), m'envahir le bras. Je fais mine de me le gratter, pour voir ce qui ne va pas sans me faire repérer.
Pas de changement de couleur, pas de mutation étrange, pas de transformation en tentacule... Mon bras droit a juste refroidi pour une raison inconnue.
Voulant traiter un seul problème à la fois, je m'avance vers mon entraîneuse, décidant d'engager le combat au feeling, sans réfléchir, et en prenant sur moi si jamais je prendrais deux ou trois mauvais coups.
Soudain, mon cœur se fige.
Je remarque que plus je m'approche d'elle, plus mon bras refroidit.
Je ralentis la marche, ne pouvant pas m'empêcher de m'inspecter le bras. Elle le remarque immédiatement, mais semble ne pas y prêter attention. Je continue d'avancer, au rythme d'un pas toutes les 3 secondes.
Une fois, à bonne distance, je m'apprête à exécuter la tactique bidon de l'attaque par surprise, mais... Mon bras et mon instinct en décident autrement.
Par réflexe, je balance mon bras en avant, comme si je voulais jeter un caillou ou un autre projectile. Un brusque choc thermique entre mon bras et l'air me fait sursauter, et un glaçon jaillit de ma main, droit vers le visage de mon « maître ».
Je n'ai pas le temps de saisir où le glaçon atterrit, mais mon inconscient me dicte qu'il a dû tomber pas loin de l’œil, au pire, sur le front.
Pris par l'adrénaline, je m'élance sur elle, mais toutes ces informations en même temps empêche mon cerveau d'ordonner un coup. Du coup, je la bouscule avec toute la force et la technique d'un sanglier qui charge.
Déséquilibrée, elle marche de quelques pas en arrière, je saisis mon bâton comme une lance et la pointe sur son ventre, toujours en train de poursuivre ma course.
Au moment du choc, je ferme les yeux, me préparant au son des poumons qui se vident pour encaisser un coup. Mais il n'en est rien.
Je m'écrase au sol, la tête en avant.
Elle m'a esquivé.

Spoiler:
 
Invité
avatar
Invité
Re: Entraînement douloureux - Lun 20 Jan 2014 - 21:38
Le gamin prenait son temps, il en prenait même beaucoup trop, dans un combat, qu’il soit simulé ou en condition réelle, tu ne pouvais te permettre de rester immobile et inactif aussi longtemps sans finir le cul par terre ou pire encore. Cela dit, c’était ma faute, je lui avais dit de venir m’attaquer, ne pensant pas qu’il me laisserait le temps de faire une sieste avant de décider à se bouger un peu, mais encore une fois, ce n’était qu’un gamin, il ne savait même pas se battre, alors lui demander de feinter intelligemment était peut-être trop pour lui.
Lilith, lassée d’attendre, se mit à tourner autour de nous, observant attentivement la scène sous des angles différents, certainement pour tuer le temps.
*- Mais saute-lui dessus, sinon on attendra une éternité avant qu’il ne bouge… *
* - L’écraser sans le pousser à l’effort, ne mènerait à rien, si ce n’est à le décourager. S’il pense pouvoir réussir en essayant, ce sera plus intéressant. S’il se défend plus longtemps, le spectacle sera plus intéressant, non ?*
Pour toute réponse, j’eus un grognement de sa part, elle savait que j’avais raison et elle était d’accord avec moi de toute façon. Je l’attendis donc, jusqu’à ce qu’enfin, il se décide à faire quelque chose. Il avançait lentement vers moi, jetant de temps en temps un regard à son bras, je ne voyais vraiment pas ce qu’il avait en tête en faisant ça, mais peut-être que je n’allais pas tarder à le savoir. Il était maintenant à bonne distance de frappe et s’apprêtait à me donner un coup, sauf que ce ne fut pas exactement ça. Il tendit son bras vers moi, pendant son geste je me demandais ce qu’il espérait faire, m’effrayer peut-être ? Mais, une fois celui-ci tendu, je compris, un glaçon, c’est du moins ce que je m’imaginais, me fonçait droit dessus, avant de s’écraser sur mon sourcil, malgré ma tentative de l’intercepter.
Mon premier réflexe, extrêmement idiot, fut de fermer les yeux et de me protéger le visage, le gamin en profita pour rentrer dedans, me forçant à reculer de quelques pas sous la force de l’impact. J’eus alors tout juste le temps de me faire pivoter sur le côté pour éviter son attaque, il semblait confondre lance et bâton à première vue. Cet idiot trouva aussi judicieux de fermer les yeux, s’attendant sûrement à en prendre une, mais je n’en fis rien, je le laissai finir bêtement sa course en chutant sur le sol. Je me tenais droite, frottant l’endroit où le glaçon avait frappé tout en le regardant se relever.
« - C’était pas mal, utiliser ton pouvoir pour désorienté l’ennemi, mais tu as quand même merdé… tu aurais dû me frapper sans attendre au lieu de me pousser, quelqu’un d’entraîner pourra sans souci esquiver ton attaque une fois l’effet de surprise passé, exactement comme moi… »
Je le laissais se relever et une fois qu’il fut enfin debout, je me mis à lui tourner autour, tout comme le faisait la démone depuis un moment.
« - Il serait peut-être plus malin de te montrer quelques trucs, sinon je n’en aurais jamais fini avec toi… »  
Je m’approchai de lui et sans un mot, je le désarmai et le plaquait au sol comme un peu plus tôt, le relâchant immédiatement une fois à terre, en me saisissant de son arme.
« - Essaye de me désarmer comme je l’ai fait, ou bien essaye une méthode de ton cru si tu le sens mieux. » 
Invité
avatar
Invité
Re: Entraînement douloureux - Mar 21 Jan 2014 - 23:39
Je suis à terre, en train de me faire réprimander une nouvelle fois pour mon manque cruel de stratégie.
Je pleure.
Mon pouvoir s'est enfin manifesté ! Enfin une preuve que je ne suis pas arrivé par hasard ! Comparé aux pouvoirs de certains autres élèves, c'est une crotte de moineau, mais... Ça me semble tellement fantastique que j'en ai les larmes aux yeux.
Je me relève en me frottant les yeux, tout en écoutant d'une seule oreille les remarques de mon professeur. Je n'ai même pas le temps de réagir qu'elle me plaque au sol et me désarme toujours aussi facilement que d'habitude.
Cette fois-ci, je me suis laissé faire. Ça ne sert pas à grand-chose de lutter contre elle, sauf quand elle me le demande, autrement, c'est un coup à se prendre des torgnoles pour rien.
Elle me demande de l'imiter, comme si j'avais le niveau pour ça.
Je reste au sol, exténué, et frotte le sol avec mon doigt frigorifié, que je regarde avec fascination. Avec mon consentement, une petite vague de froid parcourt mon bras, levant mes petits poils de bras au rythme de son avancée. Une fois arrivé au bout de mon index, une sorte de goutte, une sorte de larme de glace se forme à l'extrémité de mon ongle et tombe sans bruit.
Je reste allongé, à regarder le fruit de mes pouvoirs fondre doucement à cause de la température de la pièce. Je reste à la fois ému et frustré de ce spectacle, ému d'enfin pouvoir admirer mes progrès en tant que dieu, et frustré de ne posséder encore qu'un ridicule pouvoir de feinte peu précis. Je frôle du doigt la minuscule flaque crée par mon glaçon, et constate qu'en me concentrant, cette dernière se fige presque instantanément, redevenue glace.
Je me relève, le dos endolori avec toutes ses chutes, et pousse un mélange de grognement et de gémissement.
Je me tourne vers mon professeur.
Je n'ai plus rien, mais vraiment plus rien, à lui montrer. Pas la moindre idée de feinte, d'attaque un peu osée, de stratégie crédible à lui présenter. Je regarde autour de moi, et hausse les épaules en soupirant, impuissant.
Créer une arme ?
Ce serait de la triche, et rien ne prouve qu'elle ne me désarmera pas avant même que je m'en saisisse.
Je commence à réfléchir en silence, pensant, expérimentant dans ma tête, des dizaines de feintes bidons à base d'eau gelée dans les globes oculaires. Pour avancer dans mes réflexions, je prends en compte le fait qu'elle m'a demandée de l'immobiliser et de la désarmer...
Suis-je capable de geler son sang ?
Je me passe la main sur le visage, j'ai failli me frapper pour avoir osé penser à une idée aussi débile. Je viens à peine de découvrir mes pouvoirs, et mon esprit grégaire pense déjà à l'utiliser comme si je les maîtrisait depuis des années...
Et pourquoi pas après tout ?
Il suffirait de tricher un peu, et je pourrais...
Je claque des doigts, perçant le silence grâce à ce geste brusque. Au même instant, des vingtaines de tuyaux apparaissent dans les murs, au niveau du sol, et déversent soudainement un liquide avec la force d'un torrent.
De l'eau froide, ma boisson préférée.
Aidé par la magie de la salle, l'inondation monte jusqu'aux chevilles en quelques secondes, je claque de nouveau les doigts pour tourner les valves, et le niveau de l'eau s'arrête brusquement, irritant nos mollets avec son froid mordant.
Je la fixe, attendant qu'elle se décide à bouger. Elle sait ce que je veux faire, c'est pratiquement sûr, mais elle doit sans doute ignorer, tout comme moi, jusqu'où s'étendent mes pouvoirs.
Je m'avance doucement vers elle, avec la vitesse d'une chenille qui grignote une feuille, provoquant des petites vaguelettes à la surface de l'eau.
Je m'élance, provoquant cette fois de brusques remous. Mon saut est altéré par le niveau de l'eau et sa température, mais je me suis propulsé suffisamment pour être à son niveau.
Je me baisse immédiatement, pour esquiver un éventuel coup, pompe tout le froid que je suis capable de générer dans mes bras et les plonge dans l'eau, comme pour créer une impulsion de froid avec mes poings.
La réaction ne se fait pas attendre, l'eau gèle presque instantanément dans un grand bruit d'éclaboussure et de craquements, dans un petit rayon de 2 mètres environ.
Je lève les yeux, et remarque que mon professeur a eu le réflexe de sauter au moment de l'impact, mais que la force de gravité à ramené une de ses jambes un poil trop tôt sur le plancher des vaches, elle a donc le pied partiellement coincé, prisonnier de enveloppe d'eau gelée.
Je me surprend à lâcher un sourire, et je me relève pour tenter de l'immobiliser, mais un brusque tiraillement de mes bras m'empêche de me redresser.
Je tente de bouger mes membres dans tous les sens, mais c'est déjà trop tard.
Je me suis emprisonné les membres tout seul, comme un grand, les deux mains entièrement dans la glace, et mes deux pieds ont subi le même sort.

- Fais chier !

Je me débat, mais mon œuvre ne paraît pas décidée à me lâcher, me condamnant encore une fois à une défaite totale.
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 26
♠ Petits messages : 578

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
2206/1500  (2206/1500)
Votre domaine: Les Explosions
avatar
Professeur de Combat
Professeur de Combat
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Entraînement douloureux - Jeu 22 Mai 2014 - 14:41
Une rencontre bien musclée, pauvre Oliver qui se fait limite lyncher verbalement, ou plutôt psychologiquement. La fin était juste là, à 5 mètres environ... mais non.. dommage.
Yoko : 455 xps
Oliver : 465 xps

Xps attribués : Yosh \o/
Contenu sponsorisé
Re: Entraînement douloureux -
Entraînement douloureux
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Entraînement d'orientation
» [Entraînement] Lame
» Entraînement sous haute température [ Sento - Tenzen ]
» La roche n'est pas si solide! Chapitre d'entraînement numéro 4
» Entraînement d'escrime

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Centre de sport et d'examens-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page