Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Un sauvetage qui tourne mal

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
avatar
Invité
Un sauvetage qui tourne mal - Mer 23 Oct 2013 - 15:19
Parfois, il suffit de peu de choses pour qu'une journée banales deviennent inoubliables. Comme il suffit d'un rien pour qu'elle se change en véritable cauchemar. Pourtant, depuis les temps, les cauchemars n'effrayaient plus la jeune amérindienne. Elle n'avait tout simplement plus le temps de se soucier de ces derniers. Son sommeil était fractionné, souvent réduit à son minimum pour rendre ses journées les plus longues mais également les plus efficaces possibles. Elle avait tant à faire, tout le temps. Même pas le temps d penser à elle-même et finalement, c'était sans aucun doute un mal pour un bien. Cela faisait tant de temps qu'elle s'était complètement oubliée, simplement dévouée à sa cause, ses devoirs, ce qu'elle jugeait être sa mission.

Alors, lorsqu'un rapport avait fait état de la disparition d'un jeune apprenti, arrivé depuis moins d'une semaine, vu pour la dernière fois franchissant le portail de l'Académie, elle chercha pas plus loin. Elle devait aller le chercher. Quasiment 24h d'absence, c'était beaucoup trop. Elle régla rapidement ce qui pouvait l'être, laissa l'administratif pour plus tard, une vie valant plus qu'une nuit blanche sacrifiée à récupérer son retard, et elle se mit en route. Arc dans le dos, carquois pleins, couteaux en place, Kirara à ses côtés et déjà partie en éclaireur, elle pénétra dans les Terres Inexplorées à son tour, à la recherche de cette âme en péril.

Pourtant, à cet instant, c'est elle qui est danger de mort. Elle le sait, elle le sent dans chaque fibre de son corps et c'est ce qui lui permet encore de se mouvoir malgré son état réel. Une de ses mains est plaquée avec une force impressionnante sur son flanc, se couvrant lentement d'une substance visqueuse et carmin, à l'odeur ferreuse. Du sang. Son sang. Mais elle ne s'en soucie pas. Elle ne doit pas s'arrêter, à aucun prix. Elle en sait trop sur la chasse pour commettre cette erreur. Elle est devenue proie mais ne se laissera jamais attrapé, pas sans avoir tout donné, jusqu'au bout. Jusqu'à la mort. Comment les choses en étaient arrivées là? Cela tient en deux mots. Si simples et si complexes en même temps. Un piège....

Il lui a fallu s'enfoncer dans les profondeurs des Terres Inexplorées avant de trouver une trace de l'apprenti. Et lorsqu'elle arriva à sa hauteur, il était en mauvaise posture. Encadré de goules avides d'en faire leur déjeuner, il était déjà épuisé, presque prêt à abandonner. Alors, elle s'est chargé des monstres, Kirara évoluant avec elle en une danse mortelle pour repousser et tuer les créatures indésirables. Étrangement, ces dernières, ne renonçaient pas mais elles étaient trop nombreuses pour que la jeune femme puisse en détacher son attention. Et c'est là que le Loup-garou avait surgit.

Une autre paire de manche. Mais un nouveau phénomène étrange. Loin de toute grotte, la pénombre n'étant même pas imposante, il y avait un détail qui clochait. Mais la protection de l'apprenti passait avant. Le combat dura un moment, la jeune fille essuya son lot de blessures plus ou moins légères sans se montrer handicapantes avant de finir par se défaire du monstre qui s'écroula devant elle. Son esprit était brouillé, elle avait pu le sentir mais lorsque le jeune apprenti dieu voulut s'adresser à elle, il perdit connaissance, s'affalant lentement dans les bras de la jeune fille qui avait réagi à temps. Un soupir de soulagement lui échappa une fois assurée qu'il ne souffrait que de fatigue et qu'aucun autre monstre ne trainait dans les environs. Mais alors qu'elle se préparait à se relever, le piège se referma sur elle.

La lame pénétra profondément dans son flanc, ratant de peu les organes. Et le coup sec qui suivit fit se briser l'acier friable qui resta ancré dans son corps. Des yeux écarquillés, un cri de douleur étouffé et un saut puissant en arrière, pour se mettre à distance. Oui, son agresseur était bien celui qu'elle venait de sauver. Le regard fou, brillant, le voilà qui se met à débiter un grand discours, sur la beauté de sa détermination, sa grandeur au combat et son âme pure. Sans oublier la mort qui sera la sienne d'ici peu. De ses mains. Pour le profit des renégats. Voilà donc ce qu'il était réellement, quoi que, il semblait plus possédé que réellement lui-même. Mais elle n'avait pas le temps de se poser la question, il fallait le mettre hors d'état de nuire. Elle invoqua ses clones et partit à l'assaut de son nouvel adversaire, faisant fi de ses plaies et bosses.

Mais elle comprit vite son erreur. Il l'avait étudié, elle était blessé et fatiguée. Et lorsque la lame encore fichée dans son corps se mit à chauffer d'elle-même, elle ne put réprimer son cri de douleur. Il maitrisait le métal et maintenant, elle était à sa merci. Elle devait reculer, laisser de la distance, au maximum. Elle sacrifia donc ses clones pour l'occuper assez longtemps pour lui permettre de s'enfuir, de prendre un maximum d'avance. Mais la lame mettait du temps à refroidir et le saignement augmentait à cause de ses mouvements répétés. Se faire cicatriser de force pour mieux tout rouvrir, une torture. Mais elle devait y arriver. Survivre. A tout prix.

Kirara passa devant et la jeune fille mêla souvent sa vue à la sienne, essayant de noter les distances mais aussi de se repérer au mieux. Mais à force de se concentrer sur vision n'étant pas la sienne, elle ne vit pas la crevasse qui la fit chuter. Un choc douloureux, remuant le couteau dans la plaie, l'expression prenant ici tout son sens. Sur le coup, la douleur lui coupa le souffle et la jeune amérindienne vit des étoiles danser devant ses yeux. Elle avait de l'avance oui, mais combien à présent? Incapable de se relever sur le coup, elle ordonna à Kirara d'aller chercher de l'aide et bien que l'animal hésita, elle obéit, laissant sa maitresse seule à contre cœur.

La nekomata grandit, couvrant ainsi une distance non négligeable et déjà, la voilà qui se retrouvait devant les grilles du portail. Mais chercher de l'aide demanderait trop de temps alors elle rugit, tel un fauve blessé, mais avec force et puissance. On l'entendrait forcément et le plus vite serait le mieux, chaque seconde étant compté dorénavant.
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 26
♠ Petits messages : 578

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
2206/1500  (2206/1500)
Votre domaine: Les Explosions
avatar
Professeur de Combat
Professeur de Combat
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Un sauvetage qui tourne mal - Mer 23 Oct 2013 - 18:12
Jace avait un certain travail à faire, comme noter toute cette paperasserie qui servait d'examen à ses élèves... c'était quelque chose dont-il avait horreur, et pourtant, même dans les cours de combat il y avait une certaine théorie à savoir, malheureusement pour lui. Bien que Jace arrivait à leur apprendre quelque chose, pourraient-ils se défendre le jour J sans avoir une formation convenable, mais les cours devaient être comme ça et pas autrement, seulement il n'était pas du genre à se soumettre si facilement aux ordres, il devait trouver un moyen pour résoudre ce "problème".

Un crayon dans la main, une pile de papier, une main sur le visage frottant ses yeux qui avait mal à force de lire lire et re-lire encore et encore les mêmes réponses. Quelques douleurs au dos du fait de sa position assez inconfortable, mais non pas à cause de la qualité de la chaise, juste qu'il en avait marre d'être toujours dans la même position. Un verre d'eau, une bouché de pain et de fromage, et c'était repartis pour un tour.
les minutes étaient entrain de défiler, puis il s'aperçu en regardant enfin l'horloge qu'il était peut-être temps de s'arrêter, il avait assez travaillé comme ça, une petite pause ne lui ferait pas de mal après tout, marché au grand air lui ferait le plus grand bien après tout.

Soleil, ciel bleu, quelque nuage par-ci et par-là, un temps agréable et une journée désignée par ce même terme allait s'annoncer, enfin... c'était sans compter sur des cris d'un animal criant au désespoir... Jace allait presque ne pas y prêter attention, mais la bête redoublait d'effort et continuait de crier au désespoir. Intrigué... et surtout curieux, l'enseignant décida de bouger et d'aller dans la direction des cris. il fut surpris de voir une assez grande créature, assez grande pour pouvoir porter deux, voir trois êtres humains. Des dents de sabre, un véritable carnassier, il n'aurait jamais reconnu la fameuse petite boule de poile sans se détail si insignifiant et important à la fois, sa, ou plutôt, ses deux queux à l'arrière, ses yeux s'écarquillèrent, il était presque sur le point de perdre son sang froid quand il compris qu'Abygaïl devait avoir de sérieux ennuies. Il couru vers la bête en question dont-il ignorait toujours le nom d'ailleurs, car comme tout animal de compagnie il devait sans doute avoir un nom n'est-ce pas ? Mais ce dernier lui était inconnu, mais il avait au moins eu la chance de l'avoir déjà rencontré, peut-être la reconnaîtrait-il... et il avait eu raison, à son plus grand bonheur ?

Il s'adressa à l'animal de compagnie en lui disant "Amènes-moi à elle, je te fais confiance !", et son nouveau compagnon avait sans doute compris ce qu'il avait dit, car sa monture désormais, s'était retournée avec une vitesse incroyable et commença à galoper sans se préserver, elle était rapide, très rapide... à tel point que l'absence de toute attaque ou selle était un gros inconvénient pour le jeune professeur. Il était obligé de s'agripper aux poils de la bête pour éviter de tomber, et de se coucher un maximum sur le dos de l'animal, le buste collé à ce dernier.
L'agilité et la vitesse de cet animal étaient époustouflante, esquivant les arbres et reprenant ses appuis pour repartir de plus belle, c'était impressionnant de par sa taille et on envergure. Même un cheval n'était pas aussi agile que ça.

De toute ses pensées qui étaient destinées à Aby, il n'avait jamais pensé à la revoir dans une telle situation, et encore, il ne la connaissait pas exactement... tout ce qu'il savait c'est qu'elle était en danger, mais dans quel contexte ? Il n'allait pas tarder à le savoir quand sa monture s'arrêta au bord d'une crevasse où Aby était apparemment tombée à en croire son état... il décida de la rejoindre et la première chose qu'ils constata était un morceau d'épée planté dans son corps, heureusement que cette épée n'avait pas touchée des organes vitaux, sinon elle serait déjà morte depuis longtemps... il commença par s'accroupir auprès d'elle pour s'assurer qu'elle aille bien, même si de toute évidence... elle ne pétait pas la forme.

- Abygaïl ! S'exclama-t-il pour commencer pour attirer son attention. Vous m'entendez ? Qui vous a fait ça ?

Cette question aurait pu attendre mais il était primordial de connaître la nature du danger, un monstre, une créature imaginaire, un collègue, un renégat... trop de supposition dans sa tête tournaient autour de cette dernière. Pendant qu'elle parlait, il devait trouver également une solution pour enlever se morceau de ferraille, il l'écouta attentivement, une fois finit, il commença à poser sa main sur le dit objet et la retira aussi sec. Le métal était chaud voir même un peu brûlant encore... il décida donc d'user de l'un des ses nouveaux pouvoir... "peau de pierre". Un nouveau don qu'il avait reçu de Deus, ou bien de lui-même ? Grande était la question, mais elle n'était pas à l'ordre du jour, la priorité était Abygaïl... sa vie était en jeu...

- Veuillez m'excuser... Commença-t-il à lui dire avant de lui mettre un morceau de bois dans la bouche pour qu'elle le morde, puis il commença à retirer la lame encore chaude, grâce à ce pouvoir il pouvait supporter cette chaleur, mais il ne concentra ce dernier que sur ses mains, évitant ainsi de trop s'épuiser. Mordez, vous en aurez sûrement besoin.

Il avait enlevé le gros du reste de l'épée, puis d'un coup sec, il enleva la dernière partie avant de prendre sa veste et de la coller en appuyant sur sa blessure. Seulement, elle n'allait pas tenir éternellement comme ça, il devait vite l'emmener à l'infirmerie et au pas de course. Il commença à déchirer la veste pour en faire une ceinture pour commencer, et l'entoura autour de la taille de la jeune femme avant d'y mettre un autre morceau de ce tissu au point de la plaie, et serra le tout. Ce n'était que des premiers secours, et encore... mais au moins, il espérait qu'elle puisse tenir jusqu'à être arrivé à bon port.

- On dirait que vous vous êtes mis dans un salle pétrin n'est-ce pas ? Continua-t-il en regardant autour de lui pour trouver un moyen de monter ces 4 mètres de hauts. Cette affaire n'allait pas être simple... et l'histoire ne faisait que commencer... Jace n'était pas au bout de ses peines, et il n'allait pas tarder à le savoir.
Invité
avatar
Invité
Re: Un sauvetage qui tourne mal - Sam 26 Oct 2013 - 15:00
La jeune fille ne vit même pas complètement disparaitre Kirara. Elle se laissa retomber au sol, une main autour de la plaie sans toucher à la barre qui irradiait encore une chaleur aussi douce qu'insupportable. Ses doigts étaient couverts de ce liquide poisseux qui pour l'instant, avait cessé de s'écouler hors de son corps. Tant mieux. En profiter pour reprendre son souffle, retrouver des forces. Mais où? Dans quelles réserves piocher? Ce garçon, il avait magnifiquement bien prévu son coup. Elle se devait de le reconnaitre, son plan était brillant. Mais elle vivante, jamais, il ne parviendrait à ses fins. Et elle devait le libérer. Elle en était certaine, il était possédé. Ce regard, ce changement soudain.... Elle devait le protéger de l'influence qui s'était emparée de lui, le sauver des renégats. Mais comment? Elle n'était même pas capable de se déplacer.

"Amènes-moi à elle, je te fais confiance !"

Des mots qui lui parvinrent de loin avant que des images s'imposent à son esprit. L'Académie, devant la grille, un professeur devant la nekomata. Ses lèvres articulèrent son nom qui ne les franchit pas cependant mais cela suffisait à Kirara. Leur lien était bien assez puissant et le message était très clair. Il représentait un allié et pour le moment, sans doute sa meilleure chance de survie. Déjà, le lien se coupait à nouveau pour laisser l'amérindienne économiser ses forces au maximum. Bouger, elle devait remuer, ne pas se laisser rattraper par cette torpeur qui menaçait d'apparaitre. Finalement, cette brulure incessante lui servait au moins à la maintenir éveillée. Elle se releva, prenant appui sur son coude avant de grincer des dents, les poings serrés. Un frissonnement dans l'air lui fit craindre le pire avant de reconnaitre la silhouette de son compagnon animal, accompagnée d'une autre, rassurante.

- Abygaïl !
Vous m'entendez ? Qui vous a fait ça ?


"- Un apprenti.... Manipulé.... Il faut l'aider.... Absolument...."

Tenir un discours ne servirait à rien. L'essentiel était dit. Elle ne partirait pas d'ici sans lui. Même dans son état, elle refusait d'abandonner. Au moins, elle savait pour son domaine divin, il ne pourrait plus la surprendre. Elle avait encore de la ressource et saurait en trouver, elle le savait. Elle gémit lorsque le professeur tenta de saisir le morceau de métal dépassant de son flanc. Elle aurait voulu lui dire de ne pas s'en occuper, qu'il y avait plus urgent ais le souffle lui manquait et déjà, le professeur préparait la suite des opérations. Sans qu'elle ne puisse dire ou faire quoi que ce soit pour l'en empêcher. Il ne comptait quand même pas le retirer, alors que la chaleur avait fait cautériser un minimum la plaie?

- Veuillez m'excuser...
Mordez, vous en aurez sûrement besoin.


Elle n'eut pas le temps de protester. A peine le morceau d'écorce se trouva t'il entre ses dents que Jace commençait à ôter le reste de l'arme de son corps. Tout son corps hurla la douleur qu'elle ne put exprimer, son cri étouffé par le bois entre ses lèvres. Ses mains agrippèrent si fort à la terre qu'elles s'y écorchèrent mais elle ne s'en rendit même pas compte. Et une fois l'opération d'extraction terminée, la douleur persista, la laissant épuisée, en nage et haletante. Même si la jeune indienne sentit que l'on s'affairait autour d'elle, elle ne réalisait plus, ne sentait plus rien. Son esprit avait déconnecté, la laissant aux portes de l'inconscience. Pourtant, quelque chose la poussait à refuser ce repos que chaque fibre de son être lui réclamait à grands cris.

- On dirait que vous vous êtes mis dans un salle pétrin n'est-ce pas ?

Comment arriva-t-elle à esquisser l'aube d'un sourire? Pas la moindre idée. Peut-être parce que justement, ce n'était ni le lieu ni le moment pour cela. Kirara avait posé sa tête près de la sienne, ronronnant contre sa peau, rassurante et câline. Sa main passa dans son pelage, y laissant une trace rose. Ah oui, elle était blessée. Elle remua un peu, se relevant doucement. Elle remarqua le point de compression installé sur sa plaie, au moins elle ne se viderait pas de son sang. Son regard croisa celui de Jace et elle le remercia en silence, d'un hochement de tête. Pas trop d'efforts à la fois. Finalement, elle parvint à s'asseoir, appuyée contre Kirara. Un grand soupir, une respiration profonde et se remettre les idées en place.

"- Merci... d'être venu, professeur. Et ce n'est pas moi qui ai... le plus d'ennuis... malheureusement..."

Un sifflement leur parvint, entrecoupé d'un rire mauvais. L'apprenti, il l'avait retrouvé. Ses pas étaient réguliers, surs et pourtant, quelque chose clochait dans son attitude. Car au lieu de s'avancer vers la crevasse, il la contourna, délibérément. Ou plutôt comme s'il ne pouvait pas s'en approcher. Ils avaient tous fait le silence, s'écrasant au fond leur trou, attendant qu'une attaque survienne. Mais rien. Ce qui quelque part était encore pire. Ce comportement était tout sauf normal, et cela corroborait sa thèse de la manipulation. Alors, attaquer maintenant?

Ce fut son corps qui refusa pour elle. Jamais elle ne pourrait se relever assez vite et efficacement pour frapper et le mettre Hors-jeu. Même avec Jace. Elle risquait même de devenir une cible, un poids mort, et ça jamais. Alors, elle le laissa s'éloigner. Son regard croisa celui de Kirara et l'animal redevint tout petit. Et déjà, le voilà qui remontait la pente avec agilité, disparaissant de leurs regards.

"- Ce garçon, les renégats se... servent de lui... Je ne peux pas le... laisser comme ça.... Kirara va le suivre un peu... Il faut remonter avant... Son retour... "


Ici, ils étaient bloqués. En haut, ils seraient lus libres de leurs mouvements. Mais encore fallait-il y arriver. Elle tenta de se relever, lentement, sans réel succès. Non, ce n'était pas le moment de se retrouver ainsi bloqué. Elle avait une mission. Pourtant, quelque part, avouer qu'elle n'était à cet instant pas en mesure d'y arriver lui faisait mal. Elle se montrait faible et l'autre avait déjà su jouer dessus. Mais là, elle n'avait pas le choix.

"- Je suis navrée, je vais devoir vous demander votre aide. Seule, je n'y arriverais pas..."


Oui, elle allait devoir accepter de se reposer sur quelqu'un pour cette fois. Et sans doute presque entièrement. Une première pour elle. Mais il faut bien commencer un jour. Et puis, elle aurait pu tomber plus mal.
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 26
♠ Petits messages : 578

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
2206/1500  (2206/1500)
Votre domaine: Les Explosions
avatar
Professeur de Combat
Professeur de Combat
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Un sauvetage qui tourne mal - Sam 26 Oct 2013 - 23:01
La jeune élève avait du mal à parler, et c'était normal, avec ce genre de blessure, il ne savait pas comment elle avait fait pour tenir debout, ou même rester éveiller, c'était un vrai miracle presque. Il était entrain de se remémorer ce qu'il avait vécu juste avant de venir, que ce serait-il passé s'il n'avait daigner à écouter le cri de la bête ? Il préféra ne pas y penser... trop horrible pour lui.
Dans ce qu'elle disait, il y avait le mot "apprenti", "manipulé", "l'aider", voilà ce qu'il avait retenu, ou plutôt compris, mais c'était l'essentiel qu'il devait savoir au moins, il savait maintenant que c'était un apprenti de l'académie qui avait fait ça. Il aurait pu se demander pourquoi, mais en entendant manipulé, il compris tout de suite qu'il y avait donc quelqu'un d'autre derrière... un renégat ? Possible. Mais pourquoi s'attaquer à elle ? Qu'avait-elle fait pour mériter ce genre de jugement ?

"- Merci... d'être venu, professeur. Et ce n'est pas moi qui ai... le plus d'ennuis... malheureusement..."

Ce n'était pas elle qui avait le plus d'ennuis ? Jace en était presque abasourdis d'entendre une absurdité pareille, elle était dans un état grave, si jamais elle devait perdre trop de sang, elle en mourrait. Il s'apprêtait à lui répondre quand un rire parvint à ses oreilles... l'agresseur ? Sans doute... le vrai coupable n'était pas près de se montrer... il valait mieux ne pas faire de bruit, le laissé passer, en espérant qu'il ne regarde pas ici.
Tout ce qu'ils pouvaient entendre, c'est le bruit des feuilles que provoquait le vent par moment, ils étaient en mauvaise posture, si jamais il avait des explosifs il n'avait qu'à les enterrer six pieds sous terre de manière littéral.

Par chance ? L'apprenti était passé à côté, sans même prêter attention au trou dans lequel ils étaient. Son regard se tourna de nouveau vers Abygaïl qui grimaçait à cause de sa douleur, son compagnon de voyage avait rétréci, était-ce sa forme normale ? Ou bien l'autre ? Peu importait pour le moment...

"- Ce garçon, les renégats se... servent de lui... Je ne peux pas le... laisser comme ça.... Kirara va le suivre un peu... Il faut remonter avant... Son retour... " Dit-elle en s'adressant à son... chat ? Chat à deux queue. Ou renard.

Elle tenta de se relever après que son animal soit remonté à la surface pour suivre le dit manipulé, mais en vain, la douleur était trop forte et elle avait perdu trop de force.

- Ne forcez pas... N'aggravez pas votre blessure. Lui dit-il alors que Jace essayait de la raccompagné dans son mouvement futile, mais elle s'était mise en position initiale aussi sec.

La sortir de là sera compliquée, il allait devoir être délicat et la manipuler avec soin, s'il commençait son étape de remonté, en aucun il ne devra tomber avec elle, ça pourrait lui être fatale et ça... jamais il ne se le pardonnera.

"- Je suis navrée, je vais devoir vous demander votre aide. Seule, je n'y arriverais pas..."

- Vous ne comptez pas... Jace n'eut même pas le temps de terminer sa phrase... elle n'avait même pas eu besoin de parler, seul son regard montrait sa détermination à vouloir sauver cette élève, et quand bien même son corps était blessé et affaiblie, sa détermination n'avait pas bougé d'un poil, pour ne pas dire qu'elle avait été augmentée ou renforcée. Il fit tomber sa tête, le regard vers le bas et une main sur le visage. Il devait faire face à un choix difficile, la sortir de là et la ramener à l'infirmerie au point de se faire détester et aussi laisser une vie se faire détruire également, ou bien l'aider à sauver une vie pour au final en perdre une autre ? Son coeur lui criait de sauver la seule et unique personne qu'il a aimé dans ces mondes, tandis que son instinct lui disait de faire ce qu'Abygaïl voulait faire... Il tandis sa main droite vers elle avec deux de ses doigts levé tandis que les trois autres étaient repliés.

- Deux heures... je vous donne deux heures pour qu'on aide cet apprenti. Au-delà de ce temps, je vous ramènerais à l'académie vous faire soigner... je ne supporterais d'avoir votre mort sur ma conscience, et de vous perdre...

Une fois cela dit, il l'a souleva du mieux qu'il le pouvait, et la mise sur son dos, prenant soin de l'attacher également, pour qu'elle ne tombe pas au cas où elle lâcherais prise. S'en suivit ensuite une longue ascension malgré les quelques mètres qu'il y avait à faire. Seul, il n'aurait pas eu vraiment de problème, mais à l'heure actuelle, il avait une vie en danger de mort sur ses épaules. Il planta ses tonfas dans la parois qui était faite de terre et de roche, prenant soin de prendre bien appuie pour vérifier la sûreté du point d'appuie, peu importe le temps que ça lui prendra, il ne devait pas commettre la moindre erreur.
C'est après une quinzaine de minutes d’ascension qu'il réussi enfin à atteindre le sommet, et faire un petit "ouf" de soulagement. Il avait réussi à passer un obstacle, il ne restait plus qu'à affronter les épreuves qui les attendaient...

- Souvenez-vous bien de ce que je vous ait dit. Deux heures... Pas une seule minute de plus. Je préférerais y aller seul et vous savoir en sûreté.

Et c'était vrai, si la volonté d'Abygaïl était de sauver ce jeune apprenti qui était sois-disant manipulé, il préférait le faire lui-même et sans elle, même s'il devait affronter plusieurs adversaires ? Il ne pourra sans doute pas et la protéger, et sauver l'enfant tout en le combattant, et également avoir un confrontation possible contre un ou plusieurs renégats... Il commença donc à marcher, avec Abygaïl sur son dos, n'étant pas en état de marcher, il le fera pour elle. Il s'arrêta et s'adressa à cette dernière.

- Je serai vos jambes, guidez-moi, et nous pourrons peut-être le sauver.
Invité
avatar
Invité
Re: Un sauvetage qui tourne mal - Dim 27 Oct 2013 - 10:06
- Ne forcez pas... N'aggravez pas votre blessure.

Oui, elle le savait. Mais c'était tellement frustrant de se retrouver là, à quelques mètres à peine de cette personne qu'elle devait sauver sans pouvoir ne serait-ce que se faire obéir de son propre corps. Elle était devenue forte, elle le savait, mais visiblement, elle ne l'était pas encore assez. Elle fixa le haut de la crevasse. Il lui semblait si loin soudain, tellement hors d'atteinte. La chute n'avait duré que le temps de cligner des yeux, la remontée, elle serait bien plus longue et douloureuse. Un nouvel effort, pour se lever et tenter de se remettre d'aplomb. Elle devait en profiter maintenant qu'elle était encore en état de bouger.

- Vous ne comptez pas...

Elle n'eut pas besoin de parler. Aucun mot ne franchit ses lèvres. Son regard était tout entier rempli de cette flamme qui lui permettait encore de se déplacer et de donner l'illusion qu'elle allait presque bien. Elle s'était promis qu'elle le sauverait et rien au monde ne lui ferait trahir une promesse. Jamais. Et visiblement, son comportement n'était pas pour plaire au professeur qui sembla littéralement épuisé. Oui, elle n'était pas une personne facile, elle avait des convictions et surtout une détermination plus puissante encore que les limites de son corps. Cela lui jouerait des tours, elle le savait pertinemment, mais ce n'était pas le moment de penser à cela.

- Deux heures... je vous donne deux heures pour qu'on aide cet apprenti. Au-delà de ce temps, je vous ramènerais à l'académie vous faire soigner... je ne supporterais d'avoir votre mort sur ma conscience, et de vous perdre...

Deux heures... C'était si court et si long à la fois. Dans tous les cas, c'était toujours ça de gagné. Alors elle hocha de la tête, en signe d'approbation tandis que le professeur venait près d'elle avant de la porter. Sa première réaction fut une sorte de crainte, elle était blessée et si proche, il pourrait faire d'elle ce qu'il voudrait. Mais très vite, elle se calma. Il était venu l'aider, alors elle devrait lui faire confiance. Elle s'en remit donc à lui, accrocher sur son dos tandis que Jace entreprenait la remontée de cette pente aussi protectrice que traitresse. Son regard se mêlait de temps à autre à celui de Kirara, pour savoir où se trouvait leur ennemi du moment, tandis qu'enfin, ils parvenaient au terme de leur lente ascension.

- Souvenez-vous bien de ce que je vous ait dit. Deux heures... Pas une seule minute de plus. Je préférerais y aller seul et vous savoir en sûreté.

"- J'ai très bien noté cela. Et je vous en remercie. Mais seul, ce ne sera pas suffisant face à lui."


Mais maintenant, il fallait retrouver cet enfant. Au plus vite. Elle esquissa un mouvement pour descendre du dos du professeur mais apparemment, ce dernier ne comptait pas la laisser crapahuter de la sorte selon son bon plaisir.

- Je serai vos jambes, guidez-moi, et nous pourrons peut-être le sauver.

Il n'y avait pas de place pour un possible échec. Elle le ramènerait. Non, ILS y arriveraient. Oui, elle n'était pas seule cette fois. Elle tâcha de se faire le moins gênante possible pour le professeur avant d commencé à le guider à travers les Terres Inexplorées. La jeune fille profita de se temps pour recouvrer autant de forces que possible, sachant très bien que la suite risquait de se révéler encore plutôt sportive. Kirara avait parfaitement suivi la trace de l'enfant qui était revenu à l'endroit exact où la jeune femme l'avait trouvé. Il restait assis, au milieu des cadavres des goules et du garou qu'elle avait tué plus tôt, pour le protéger. Ce lieu devait donc avoir une signification précise pour lui. C’était là aussi qu'il avait soudainement changé de 'façon d'être'. La solution devait donc se trouver ici.

"- D'ici une cinquantaine de mètres, va s'ouvrir une clairière, avec des cadavres de monstres. Il est assis en son centre. C'est là qu'il s'est retourné contre moi et qu'il a brusquement changé de comportement. La solution à sa manipulation se trouve forcément là. Il serait seul mais rien ne peux me le confirmer davantage."

Un bruissement de feuilles et Kirara apparut devant eux. De retour, sans rien de spécial à rajouter. L'amérindienne utilisa son pouvoir mais aucun forme de vie animal dans le coin, comme s'ils avaient fuis contraints et forcés. Au moins, il n'y aurait pas de dommages collatéraux. La jeune fille soupira profondément et demanda au professeur de s'arrêter alors qu'ils étaient en vue de la clairière, toujours parfaitement dissimulé par les arbres alentours.

"- Il vaut mieux que je marche à présent. S'il nous attaque ainsi, nous serons tous les deux handicapés. Et puis, il ne sait pas pour votre présence. Nous pourrons jouer de l'effet de surprise et ainsi le maitriser plus facilement."


Et sans vraiment attendre son avis, elle descendit de son dos, grimaçant en serrant les dents. Mais une fois au sol, elle se tint droite. Se forçant à ignorer la douleur, elle avança jusqu'à l'orée du bois, pour observer l'enfant en question. Il semblait à peine sortit de l'adolescence. Mais elle n'avait pas le temps de s'apitoyer sur son sort, elle n'avait même plus 2 heures pour le sauver.

"- Il suffirait de le mettre K.O. L’assommer un bon coup ferait l'affaire. Si je m'occupe de maintenir son intention entièrement dirigée sur moi, vous pourriez le faire?"


Et déjà, elle avançait, son ombre se détachant dans la lumière du soleil et provoquant un sourire sur le visage lointain du gamin assis. Il savait qu'elle était revenu, il avait prévu son retour, c'était évident. Et il la savait blessée, affaiblie et fatiguée. Son rire résonna à nouveau tandis que la jeune fille articulait doucement, pour n'être entendue que de Jace sans laisser à son agresseur la possibilité de se douter de la présence du professeur

"- Je compte sur vous, professeur."


Le piège se refermait à nouveau, lentement. Mais sur qui cette fois? Elle à nouveau? Le garçon à sauver? Ceux qui en avaient à sa vie derrière tout ça? Aller savoir. L'enfant la fixait, le regard fou et l’expression... si triste en même temps. Réellement désolé. Comme partagé. Non, elle ne le laisserait pas ainsi, qu'importe le prix à payer.

- Tu es de retour! Je le savais. Comme c'est mignon d'être revenue me voir. J'étais certain que tu ne m'abandonnerais pas. Je peux compter sur toi, on me l'a juré. Mais je suis désolé, il faut que ce soit moi qui gagne. Je n'ai pas le choix. Merci de m'avoir évité des recherches inutiles en tout cas.


"- Je tiens toujours mes promesses...."
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 26
♠ Petits messages : 578

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
2206/1500  (2206/1500)
Votre domaine: Les Explosions
avatar
Professeur de Combat
Professeur de Combat
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Un sauvetage qui tourne mal - Dim 27 Oct 2013 - 17:54
"- J'ai très bien noté cela. Et je vous en remercie. Mais seul, ce ne sera pas suffisant face à lui."

Elle n'avait peut-être pas tord, mais que pouvait-elle faire dans cet état ? Elle ne ferait que mettre sa vie en danger et c'était tout, elle ne pouvait pas combattre ou aider qui que ce soit dans cet état là. Jace regrettait presque d'avoir choisis de lui accorder deux heures pour retrouver l'apprenti et le ramener sain et sauf... il espérait profondément avoir choisi la bonne décision.

"- D'ici une cinquantaine de mètres, va s'ouvrir une clairière, avec des cadavres de monstres. Il est assis en son centre. C'est là qu'il s'est retourné contre moi et qu'il a brusquement changé de comportement. La solution à sa manipulation se trouve forcément là. Il serait seul mais rien ne peux me le confirmer davantage."

Jace s’exécuta et se dirigea donc vers la direction indiquée, la portant toujours sur son dos et faisant bien attention de ne pas trop la secouer plus qu'elle ne l'était déjà. Jace était sur le qui-vive, décelant le moindre bruit suspect, il était sur ses gardes, et peut-être même un peu trop. Le petit compagnon d'Abygaïl était revenu à travers un feuillage faisant stopper nettement les mouvements de l'enseignant, se préparant à se défendre contre n'importe quoi qui sortirais de sa cachette... puis il se sentit un peu ridicule en voyant juste la petite boule de poil sortir. Tout allait bien... il finit donc son petit bout de chemin, arrivant donc à la dite clairière.

"- Il vaut mieux que je marche à présent. S'il nous attaque ainsi, nous serons tous les deux handicapés. Et puis, il ne sait pas pour votre présence. Nous pourrons jouer de l'effet de surprise et ainsi le maîtriser plus facilement."

Déposant la jeune élève qui ne voulait pas se faire aider plus longtemps pour marcher apparemment, malgré sa grimace qui en disait long sur son état, et quand bien même Jace acquiesça d'un signe de tête, il doutait de l'effet de surprise, et en plus il était au beau milieu d'un terrain à découvert, pas moyen de se cacher pour approcher discrètement, la seule solution sera d'y aller à la manière brute et de l’assommer radicalement en un coup.

"- Il suffirait de le mettre K.O. L’assommer un bon coup ferait l'affaire. Si je m'occupe de maintenir son intention entièrement dirigée sur moi, vous pourriez le faire?"

Apparemment elle avait eu la même idée concernant le fait de l'assommer en un seul coup... mais le fait qu'elle serve d'appât ne l'enchantait guère plus que ça. A peine eu-t-il le temps d'ouvrir la bouche qu'elle était déjà partit faire face au garçon qui était assis au beau milieux d'un tas de cadavre de monstres. Jace alla donc se poster à contre-cœur à un autre endroit, attendant le moment propice pour attaquer.

"- Je compte sur vous, professeur."

Il entendit cette phrase sortir du bout de ses lèvres très faiblement, elle comptait sur lui, il n'avait pas le droit à l'erreur, ou alors il aura une mort sur la conscience. Il continua son chemin pour contourner l'élève qui faisait fasse à Abygaïl, qui était seule, et blessée par dessus-tout... et pendant que les deux protagonistes parlaient, enfin... surtout l'enfant, Jace avait finit son petit parcours, et s'était mis dans un angle mort du jeune enfant, pile derrière l'arbre pour qu'il puisse s'approcher sans qu'il le voit ou l'entende. Enfin, ça c'était la théorie, mais il fallait passer à la pratique également. Jace sortit le plus discrètement possible de sa cachette pour se rapprocher doucement du garçon, il devait faire gaffe à chacun de ses pas, pour éviter d'attirer l'attention.
Plus il avançait, et plus il sortait l'un de ses deux tonfas, et mis en position d'attaque, et par mesure de sécurité il rendit son corps aussi dur que la roche. Cinq mètres... quatre... c'était long et court à la fois, il continua d'avancer, lentement et prudemment, et une fois arrivé à un deux mètres de lui, il s'élança et assomma le pauvre garçon avec le tonfas.
Il regarda Abygaïl, il était en fait soulagé d'avoir réussi cette étape, puis son regard se posa à nouveau sur l'élève. Le pauvre garçon n'avait pas dû comprendre ce qui avait dû lui arriver, mais au moins il y avait une bonne chose de faite, et alors qu'il commença à se mettre à genoux, un détonation retentit au milieu de se calme. Jace avait stoppé son mouvement... il sentit une drôle de sensation au niveau de son épaule gauche. Son regard fixa sur cette dernière, un filet de sang s'était mit à dégouliner jusqu'à atteindre le sol, puis s'en suivit un effroyable cri de douleur, mais il n'avait pas le temps pour ça, il devait s'en aller et vite, c'était une question de survit. La balle était venu de son dos et l'avait littéralement traversé. Comment avait-il fait pour ne pas voir le danger vu que c'était de là-bas qu'il était venu, il ne savait pas, il ne voulait pas comprendre, sa seule réaction fut de faire apparaître une dizaine de boules violettes, et de les envoyer au sol. L'explosion créée par ces dernières créa un écran de fumé et de poussière pour protéger sa retraite. Il mit le garçon sur son épaule encore valide comme un sac à patate et se mit à courir en direction d'Abygaïl.

- A couvert ! Vite ! S'écria-t-il en refaisant la même action que la précédente.

Elle aussi avait compris que c'était un coup de feu qui était partis. Elle se cacha donc dans les buissons également, mais il ne fallait pas rester là, non, c'était trop dangereux, ils devaient se mettre à un autre endroit, moins espacé, plus restreint... et surtout avec beaucoup moins de visibilité que là. Deux coups avaient suivis le précédent, et les avait loupé, deus soit loué ? Il en doutait fortement... Mais que devait-il faire maintenant ? Devait-il jouer au héros et essayer de se battre contre une ombre au point de mourir et laisser Abygaïl s'en aller avec le garçon ? Il frotta ses yeux avec ses mains pour le ramener à la réalité jamais elle n'acceptera ça. Laisser quelqu'un derrière elle n'était pas son genre. Mais peut-être pouvaient-ils au moins laisser le garçon s'en aller avec l'animal de compagnie de la jeune femme ? Son regard se posa sur cette dernière qui devait être épuisée.

- Je n'aime pas l'idée de devoir vous obliger à vous battre à mes côtés vu vôtre état, mais je dois vous avouer que si je me bat seul, je rencontrerais peut-être quelque difficultés. Seulement je vous laisse juste deux choix, soit vous partez avec le garçon et votre compagnon, soit il ramène le garçon à l'académie pour le faire soigner. Se battre avec un poids mort nous ralentirait et nous mettrai en danger de mort.

Evidemment il y avait un risque que leur adversaire qui était encore, jusque-là, inconnu pouvait toujours rattraper ceux en fuite et les tuer de sang froid, mais avaient-ils réellement le choix ? Jace mis sa main sur son épaule, compressant la blessure pour éviter de perdre trop de sang, cette fois, il se créa un bandage avec son tee-shirt cette fois-ci. Il était désormais à court de bandage maintenant, la prochaine fois il pensera à prendre une trousse de secours au cas-où. Ah, voilà qu'il faisait de l'humour intérieurement maintenant dans une situation pareil, il avait dû recevoir un coup sur la tête aussi.
Il regarda aux alentours, où plutôt il essayait d'entendre le moindre bruit suspect, mais leur adversaire n'allait pas se montrer aussi facilement, ça non... il pouvait compter là-dessus, c'était un autre danger qui les attendait maintenant, et il s'en serait bien passé, il devait bien l'avouer, mais qui aurait souhaité le contraire de ce qu'il pensait ?
Invité
avatar
Invité
Re: Un sauvetage qui tourne mal - Lun 28 Oct 2013 - 9:55
Voilà, elle se trouvait à nouveau devant cet enfant. Son regard ne cillait pas, restant rivé sur cette présence aussi effrayante que douloureuse. Douloureuse car elle lui rappelait une réalité à laquelle elle avait été encore peu confrontée malgré tout, celle de la manipulation profonde. Et terrifiante car ce garçon semblait conscient de ce qu'il lui arrivait mais ne pouvait pas lutter contre une force le dépassant. Un instant, l'image d'une petite fille à la chevelure bleue dans le temple de Deus lui revint. Petite Sun, morte sans même le réaliser. Lui était là sans savoir pourquoi, sans en comprendre les enjeux réels. Et c'était lui qui payait alors qu'il n'avait rien fait. Non, chasser toutes ses pensées parasites, se concentrer uniquement sur l'enfant face à elle. Qui lui sourit. A la fois de soulagement et avec un fond de mépris.

- Des promesses? Ça ne sert à rien ça, c'est pour les faibles.

"- Pourtant, tu savais que je reviendrais. Parce que quelqu'un te l'a dit puisque tu ne me connais pas, n'est-ce pas?"

- Peut-être que Memphis aurait laissé entendre ça... avant de mourir.

Une expression mauvaise de sa part et la jeune fille qui accuse le coup. Memphis, mort? Quand, comment? Et pourquoi? Non, elle serait au courant si c'était vrai. A moins que... Et si les renégats avaient réussis à lui remettre la main dessus? Non, elle ne voulait pas y croire, elle ne devait pas se laisser influencer par ces paroles venimeuses. Pourtant, ses poings se serrèrent un peu plus. Elle ne pouvait pas ne pas être touchée. Il savait où frapper, à croire qu'il savait tout d'elle. Maudits renégats, cela ne se passerait pas comme ça. D'abord, elle s'occuperait de lui et après, elle chercherait après Memphis.

- J'ai du mal à y croire... Mais il était sérieux. Plus têtue que toi, tu meurs. Enfin, ça, je peux l'arranger facilement.


"- Ne me sous-estime pas, tu pourrais avoir des surprises."

L'enfant releva la tête pour rire un grand coup mais fut littéralement coupé dans son élan, son rire s'étranglant dans sa gorge. Jace avait réussi à trouver la bon angle d'attaque pour venir l’assommer comme il se devait. Ça y est, le pire était terminé. Il ne leur resterait plus qu'à le ramener à l'Académie à présent. Elle se permit de se courber un peu, la stature droite étant une réelle torture à son flanc blessé mais soudain, une détonation. Venue de nulle part. Et un cri. Celui de Jace. Elle sortit un couteau, prête à devoir se battre à nouveau mais un écran de fumée apparut devant elle, opaque et épais, jaillit de nulle part.

- A couvert ! Vite !

Kirara prit les devants pour la jeune femme alors que deux nouvelles détonations partaient, l'une des balles venant siffler de façon bien trop proche à son gout à son oreille. Juste de quoi provoquer assez d'adrénaline pour en oublier la douleur et s'accrocher à la nekomata devenue grande qui galopa à l'abri des buissons proches. Mais rester là serait une erreur, elle le savait. Et avec l'enfant avec eux, ils ne pourraient guère espérer quitter les lieux en paix. Alors, dans ce genre de cas, l'expression populaire prend tout son sens: La meilleure défense, c'est l'attaque.

- Je n'aime pas l'idée de devoir vous obliger à vous battre à mes côtés vu vôtre état, mais je dois vous avouer que si je me bat seul, je rencontrerais peut-être quelque difficultés. Seulement je vous laisse juste deux choix, soit vous partez avec le garçon et votre compagnon, soit il ramène le garçon à l'académie pour le faire soigner. Se battre avec un poids mort nous ralentirait et nous mettrai en danger de mort.

Elle ne répondit pas mais vint récupérer le garçon déposé au sol avant de le déposer avec autant d'assurance que possible sur le dos de Kirara. Visiblement, l'animal n'était pas ravi de devoir se séparer de sa maitresse mais il comprenait sa mission. Une caresse et déjà, le voilà qui se faufilait au travers des arbres, direction l'Académie. Kirara reviendrait seule dès que l'enfant serait en sureté, elle le savait. Pour l'instant, Jace avait fabriqué pour lui-même un nouveau bandage de fortune. Bon, au moins, il était encore en état de se battre, même sans doute plus qu'elle. Bien, ils devraient donc jouer là-dessus.

"- Nous connaissons la zone de départ du coup. Il nous faut donc nous en approcher. Il n'y aucun animal que je pourrais utiliser pour faire de la reconnaissance mais je peux essayer d'attirer le tireur avec mes clones. De façon à vous laisser le temps de le débusquer. Je ne peux pas utiliser mon arc dans mon état, vous avez l'avantage sur moi."


Elle observa les environs, cherchant à déceler un indice quelconque. Mais non, rien. Ah si, comme un bruit étrange, mécanique, qu'elle avait déjà entendu sans vraiment le remarquer. Qu'est-ce que cela pouvait vouloir dire? Il lui faudrait le savoir très vite.

"- Il nous faut attaquer maintenant et de concert, tant que nos forces sont assez présentes et la douleur pas trop handicapante. Je me charge de l'attirer."

Elle ne lui laissa pas le temps de répondre ni la possibilité d'objecter. Elle se mit à trottiner, ne pouvant courir, le long du couvert des arbres, remontant vers le tireur invisible. Un premier clone créé traversa lui la partie à découvert, fonçant vers la zone source. Heureusement qu'il possédait une intelligence propre car sinon, il se serait fait avoir dès le premier coup. 3 coups partirent avant de l'atteindre. Le clone s'écroula mais à l'instant de disparaitre, le second pris sa place, pour donner l'illusion d'une seule et même personne. 5 détonations cette fois et la jeune amérindienne toute proche de la source cette fois. Mais le clone fut fauché en pleine course. Non, ils étaient si près du but. Elle pouvait presque le voir, donc Jace aussi.

Tant pis, pas le choix. Avant que son clone ne disparaisse, elle sortit des fourrés à son tour. Et elle lança un de ses couteaux entre 2 détonations évitées par elle ne savait quel miracle. Un bruit de boite de conserve abimé et là, le pantin mécanique qui apparut devant elle. Si près? Comment avait-il fait pour se retrouver soudain avec l'arme posée à même son front? Non, impossible. Et pourtant... Un crissement mécanique semblable à un rire, le temps qui s'allonge démesurément tandis qu'elle entend le chien de l'arme se relever et la clenche s'abaisser. En désespoir de cause, sa jambe qui vint frapper le pantin avec toute la force lui restant, se décalant au maximum de la trajectoire de l'arme avant que la détonation ne lui vrille les tympans. Elle se sent reculer, avant que la gravité ne l'attire au sol. Mais elle ne se sentit pas tomber. Déjà, les ténèbres l'avaient emportée. Pourvu que Jace ait eu le temps d détruire cette machine... Pour se protéger... Et que tout ça n'ai pas été vain...
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 26
♠ Petits messages : 578

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
2206/1500  (2206/1500)
Votre domaine: Les Explosions
avatar
Professeur de Combat
Professeur de Combat
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Un sauvetage qui tourne mal - Lun 28 Oct 2013 - 17:00
Abygaïl ne dit aucun mot à l'enseignant et se leva péniblement avant de venir prendre le garçon et de le déposer délicatement sur le dos de son compagnon qui était de nouveau grand. Elle avait fait le choix qui lui semblait le plus juste, et Jace n'approuvait toujours pas. Plus ils avançaient et plus le danger était grand, et quand bien ils le savaient, si leur état s'aggravait ils ne pourraient bientôt plus combattre, ou ne serait-ce même que vivre.

"- Nous connaissons la zone de départ du coup. Il nous faut donc nous en approcher. Il n'y aucun animal que je pourrais utiliser pour faire de la reconnaissance mais je peux essayer d'attirer le tireur avec mes clones. De façon à vous laisser le temps de le débusquer. Je ne peux pas utiliser mon arc dans mon état, vous avez l'avantage sur moi."

Oui... il connaissait son pouvoir et il était étonné de savoir qu'il n'y avait un animal aux alentours, pas le moindre petit oiseau, il savait enfin d'où venait ce calme, c'était dû à l'absence de toute forme animal dans le secteur. Il regardait la jeune femme regarder aux alentours, c'est à ce moment là qu'un étrange bruit fit son apparition, des cliquetis, des claquements métallique... qu'est-ce que c'était ?

"- Il nous faut attaquer maintenant et de concert, tant que nos forces sont assez présentes et la douleur pas trop handicapante. Je me charge de l'attirer."

Il avait à peine capté ce qu'elle avait dit, et le temps que le tout monte au cerveau elle était déjà partis servir de leurre, il n'eût même pas le temps de protester, c'était sans doute fait exprès car elle savait que jamais il ne l'aurait laissé faire dans cet état. Il se leva également afin d'éviter que le pire n'arrive, mais il était déjà trop tard.
Abygaïl avait déjà commencé ce qu'elle pensait être bien, elle utilisa un de ses clones pour attirer les tirs vers ce dernier, trois coups... trois coups ont eu raison du clone, mais elle en usa d'un second, deux autre détonation retentirent, il savait où il était approximativement, elle faisait un travail superbe, mais c'était tellement risqué... d'ailleurs elle devait être à cours de clones et de force car elle s'engagea elle-même dans le champs de vision du sniper. C'est à ce moment là qu'une espèce métallique à forme humanoïde fit son apparition, robot ? Pantin ? Impossible de savoir, ce qu'il savait c'est qu'il était apparu juste devant la jeune femme dans la seconde où elle s'était découverte. Jace a était trop lent pour réagir, cette forme humanoïde entièrement mécanique tandis un revolver vers la tête de cette dernière.
Une détonation... du sang... un corps qui tombe. Celui d'Abygaïl. Jace rentra dans un état de rage, tout ce qu'il ne voulait pas qui se passe s'était réalisé, à cause de lui Abygaïl était sans doute morte, son corps gisait dans son propre sang. Le pantin mécanique allait de nouveau tirer une balle sur le corps inanimée de la jeune femme. Jace chargea au maximum dans sa main l'une de ses balles explosives et l'envoya directement sur la main où était le revolver, ceci eu pour effet de détruire à moitié la revoler le rendant ainsi inutilisable, et détruire une partie de sa main droite.

Le regard de Jace était remplie de haine, de douleur, de tristesse, sa détermination à écraser son adversaire n'avait jamais été aussi grande. Des nuages gris commencèrent à faire leur apparition, comme si Deus était témoin de cette scène tragique... s'il était témoin, pourquoi ne faisait-il rien ? S'il avait eu la possibilité de le traîner dans la boue il l'aurait fait... il avait laissé quelqu'un de l'académie mourir sur son propre territoire... Jace commença son attaque sur le pantin qui avait remplacé ses deux bras par des scies rotatives, voilà qui allait pimenté le combat... et il n'avait pas envie que ce dernier dure éternellement, pour limiter les dégâts, il recommença avec son pouvoir peau de pierre, en le mettant partout sur son corps, ne laissant aucune parcelle de chair possible à découper facilement. Le combat pouvait donc enfin commencer, il se lança à l'assaut, mais il ne se doutait pas d'une chose... c'était qu'ils étaient deux en fait. C'est lorsqu'une détonation retentit qu'il compris cela, il s'était arrêté nettement esquivant par miracle la balle qui était venu se loger dans le tronc qui a été côté, une trajectoire, une cible, il se retourna et envoya une salve d'explosif dans la direction opposée, espérant ainsi toucher le second adversaire.

Il était à deux contre un, le combat allait être très compliqué... d'un côté quelqu'un qui attaqué au corps à corps, et de l'autre un combattant à distance. Jace pouvait faire les deux, mais pas en même temps. Pendant que les semi-bombes se dirigeaient, ou du moins c'est ce qu'il espérait, il attaqua de nouveau son adversaire qui était à quelques mètres devant lui désormais avec ses deux tonfas. Il attaquait de manières à ce ne jamais répéter deux fois les mêmes enchaînement, espérant dérouter son adversaire. Mais il n'avait pas un amateur en face de lui, loin de là. Une détonation, s'écarter, vite. Cette fois il n'avait pas vu d'où venait le coup. Il devait faire vite, entre deux attaques il se cacha de son adversaire, ayant toujours Abygaïl à l'oeil... il créa un petit oiseau jaune, pour aller espionner à l'opposer, et ainsi connaître la position exact du tireur. Pendant ce temps-là, il ne devait pas trop s'exposer au tireur. Mais c'était sans compter le second pantin qui avait coupé l'arbre de manière nette et précise, Jace s'écarta le plus rapidement possible et sauta derrière son adversaire, il remarqua qu'un symbole était inscrit sur le dos ce son adversaire, qu'est-ce que c'était ? Peu importe, tant qu'il le pouvait il devait l'attaquer et le détruire à jamais.

Le pantin avait esquiver et s'était mis en position défensive directement après, c'est après qu'un autre coup retentit, Jace s'écarta mais cette fois-ci il ne put esquiver que partiellement, le balle avait effleurer sa jambe droite. Pourquoi viser la jambe alors qu'il aurait pu le toucher en plein coeur ? Aucune idée ne lui vint à l'esprit pour le moment. C'est à ce moment là qu'on la petite créature qu'il avait créée s'était alors positionnée et avait le tireur en vue, c'était un autre pantin, ils étaient donc deux du même genre, mais qui tirait les ficelles ? Une question qu'il devra se poser plus tard, il prépara ses balles explosives, qui étaient au nombre de 3 cette fois pour faire plus de dégâts. Maintenant qu'il savait où il était positionné grâce à son petit espion il allait pouvoir gérer les deux, il envoya donc ses boules une par une et partis en direction de l'autre. L'éloignant le plus possible de la jeune femme, il ne voulait pas qu'elle soit plus mutilées que ça...

Entre le moment où il avait lancé ses explosifs, et où il se dirigeait vers l'autre qui avait des scies au bout de ses bras, il avait réussi à toucher celui qui lui tirer dessus de loin, mais une seule fois seulement, mais c'était suffisant pour l'avoir endommagé. Il enchaîna les coups pour le déstabiliser, et mixé les attaques de type corps à corps et distance sur le même ennemie, de manière le détruire le plus rapidement possible, maintenant que l'autre était endommagé, il tirerait sans doute plus lentement avec moins de précision. Sa tactique était efficace, car au bout de quelques attaques il avait réussi à détruire entièrement les deux bras de ce dernier, il allait pouvoir mieux voir ce qui était dans son dos en passant derrière lui. C'était similaire à un cercle d'invocation, il avait déjà vu ça lorsqu'il voulait préparer un cours, il était tombé dessus par hasard mais n'était pas allé plus loin vu que ce n'était pas son domaine de prédilection. Mais il savait le nécessaire qu'il y avait à savoir, il fallait détruire ce cercle pour qu'ils disparaissent. Dans une dernière action il détruit les jambes mécanique de son adversaires, l'obligeant à rester immobile donc, et au même où il prépara et lança une seule boule explosive, pour que ce soit le plus efficace possible, une autre détonation retentit, la balle avait sa jambes droite, tandis que le cercle était détruit par l'explosion qu'il avait crée... un ouf de soulagement... ses adversaires avait disparus... il pouvait donc arrêter d'utiliser ses pouvoirs... maintenant il devait retourner à la dure réalité des choses...

Il se déplaça péniblement vers Abygaïl, qui gisait dans son propre sang. Il s'était mis à côté d'elle, à genoux, la prenant dans ses bras. Pourquoi est-ce que tout ceci avait dû se passer ainsi ? Il passa sa main dans ses cheveux là où on pouvait la blessure qui lui a été fatale, on pouvait voir le parcours de la balle sur le côté de sa tête qui avait longé un peu la boîte crânienne... Des larmes commencèrent à couler de ses yeux. Maudissant Deus par la même occasion qui devait pleurer la mort de cette dernière à en croire les quelques gouttes de pluie qui commençaient à tomber.

- Pourquoi.... pourquoi avez-vous fait ça ? Pourquoi la seule personne que j'ai aimée doit-elle mourir ainsi par ma faute ?! Se lamenta-t-il en criant. Deus ! Continua-t-il sur sa lancé en criant de colère cette fois et non de tristesse.

Il venait de perdre la seule et unique personne qu'il avait aimé de toute sa vie, ou plutôt ses vies. Est-ce qu'il était condamné à vivre seul ? Était-ce un sorte de punition à son égard pour sa vie sur Terre ? Peu importait si c'était une punition ou non, les faits étaient là... Elle était morte, par sa faute... les larmes ne s'arrêtaient pas, elles coulaient à flot de son visage qui exprimé à la fois la colère et le chagrin. Plus rien autour de lui n'avait d'importance. Ses yeux fixaient le doux visage de la jeune femme qui était si sereine et calme dans son expression. Un repos bien mérité ? Pas pour lui en tout cas...
Invité
avatar
Invité
Re: Un sauvetage qui tourne mal - Lun 28 Oct 2013 - 21:35
Que se passait-il autour d’elle ? Où était-elle ? Ce fut la seule chose que son esprit parvint à formuler un tant soit peu clairement. Des images s’entrechoquaient devant ses paupières closes mais à une vitesse telle qu’elle ne parvenait à en saisir aucune. Alors c’était ça, mourir ? Lorsque les gens parlaient de voir leur vie entière défiler devant eux ? Pourtant, pas lumière ni rien pour elle. Simplement cette sorte de brouillard épais qui l’emprisonnait complètement. Sa respiration était lourde, elle ne pouvait pas si situer dans l’espace. Etait-elle-même simplement en train de toucher le sol ou de flotter ? Elle n’en avait pas la moindre idée. Et au final, cela avait-il une quelconque importance ? L’enfant était en sureté avec Kirara, elle aurait donc réussit sa dernière mission. Malgré la situation, il y eut comme une esquisse de sourire sur ces lèvres, seul étincelle dans ce monde morne et terne, vide et sans vie. Mort.
 
Et puis soudain, une douleur. Incongrue et malvenue. Finalement, elle était bien là. Enfin, elle pouvait se reposer, être en paix. Pourtant, comme venue de très loin, comme au travers d’un mur de coton épais, lui parvinrent comme des éclats de voix. Des sons crissant. A peine de quoi effleurer son tympan mais assez pour noter un changement dans l’air. Tous ses bruits, elle les connaissait, elle les avait déjà entendus. Mais elle ne parvenait pas à les relier à quelque chose de connu pour autant. Comme si sa mémoire avait été bloquée, mise en pause. Elle aurait donc pu choisir de les oublier et replonger vers cette quiétude alentour mais il y avait quelque part, au fond d’elle-même, comme une étincelle encore allumée. Qui refusait de s’éteindre. Et qui cherchait à réveiller son être tout entier. Et alors que son esprit saisissait cette idée fugace, des images revinrent. Plus nettes, plus franches. Plus proches aussi. Un pantin métallique, un enfant à l’expression partagée, un canon sur son arcade, une détonation.
 
Et à cela, s’ajouta des ombres. Deux pantin, une silhouette connue, un cri de rage qui un instant lui pinça le cœur. Tient, elle avait ressenti quelque chose ? La grisaille l’enveloppe à nouveau, ce ne sont que des impressions, aucune image précise cette fois. Pourtant, pourquoi son corps semble-t’il réagir cette fois ? Comme s’il se réveillait d’un engourdissement profond. Ou du moins, luttait contre. Encore des sons de combats, oui, elle les reconnait maintenant et puis, plus rien. Le silence qui retombe. Son esprit qui se ré embrume aussi, bien plus vite qu’il n’a émergé. Ca y est, c’est terminé. Tout est fini. Qui a gagné ? Elle ne le sait pas mais elle n’a pas la force ni la volonté de chercher davantage. On la réclame, tout son être est appelé ailleurs, alors elle va se laisser happer. Tout en douceur.
 
Et alors que cette bulle de néant terminait de l’engloutir, il y eu comme un sursaut sur son corps. Un contact sur sa peau. Pourtant, elle était seule ici. Cela venait d’ailleurs ? Au début, c’était léger, à peine perceptible. Mais le contact ne cessait pas. Au contraire, il devenait plus présent, plus franc. Plus chaud aussi. Plus vivant. Elle qui ne pouvait le situer arrivait maintenant à sentir comme un mouvement au niveau de sa tête. Elle avait changé de position ? Lentement, le brouillard régressait et avec lui, revenait un autre détail, et pas des moindres. D’abord un simple picotement sur son flanc et une légère brulure à sa tête. Ah oui, des blessures. Les siennes. Et puis, comme de l’eau gouttant sur sa peau. C’était doux, irrégulier aussi.

- Pourquoi.... pourquoi avez-vous fait ça ? Pourquoi la seule personne que j'ai aimée doit-elle mourir ainsi par ma faute ?!
Deus !
 
Ces mots, elle ne les avait entendu que vaguement. Mais cette fois, le coton s’était effiloché. Le cri était proche, très proche. Pourquoi est-ce qu’elle ressentit ce drôle de pincement au cœur en l’entendant ainsi hurler ? Il lui fallut encore quelques instants, la douleur se réveillant dans son flanc et sa tête. Oui, c’était ça. Il pleurait. Il avait mal lui aussi. A cause d’elle. Pourtant, elle n’avait pas cherché à le blesser. Non, elle ne pouvait pas partir ainsi, et le laisser dans cet état. Elle devait faire un effort. Encore un. Rien qu’un seul. L’eau tombait toujours sur sa peau mais plus avec la même vitesse ni la même force. Comment pouvait-elle sentir que celle-ci avait un arrière-gout salé sans même y gouter ? Toujours est-il que cette fois, le néant changea. Violemment, douloureusement. Le calme et la douceur disparurent dans un claquement de doigts tandis que des centaines d’informations remontaient à son esprit secoué et blessé. Son corps se tordit sous le retour de la douleur, transperçant littéralement son être. Dans le silence de ce lieu de passage, elle hurla à pleins poumons, comme si elle était frappée par la foudre. Puis, le noir.
 
Derrière ses paupières closes, elle sentait le souffle de vent sur sa joue. Une respiration et des sanglots proches d’elle. Elle voulut parler mais à peine parvint-elle à entrouvrir les lèvres. Son souffle était ténu, mais bien présent. Elle était là. Elle était toujours là. Elle était revenue. Peu importe au final, le résultat était le même. La douleur irradiait tellement de son crâne que tout son être en était paralysé. Malgré tout, ses doigts se mirent à remuer. Lentement, faiblement. Ils vinrent attraper sans la moindre force le premier bout de tissu à sa portée. Elle avait mal à la poitrine de sentir toute cette peine qu’elle avait causée. Elle ne voulait plus qu’il pleure, personne ne devrait jamais pleurer pour elle. Alors, elle devait lui montrer qu’elle était là. Vivante. Mais son corps ne lui répondait que si peu.
 
Son don s’activa seul sur un regard implorant et un gémissement profond venant d’un être bien connu. Kirara était de retour et lui offrit va leur vision partagée un aperçu de la scène qu’elle offrait. Par Deus, c’était tellement horrible. La nekomata s’approcha, toujours en grande taille, du professeur agenouillé au sol et vint le protéger des tourments du climat de son mieux tandis que la jeune amérindienne avait compris le message de son camarade à fourrure. Non, elle ne le laisserait as croire plus longtemps à cette erreur. Elle était là. Elle resterait là. A nouveau, elle monopolisa toute sa volonté et la force lui restant, ses paupières clignant sans s’ouvrir à cause de la douleur. Et elle parvint à articuler, difficilement et de façon hachée quelques maigres mots.
 
" - Jace…. Rentrons…. S’il te…  plait… "
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 26
♠ Petits messages : 578

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
2206/1500  (2206/1500)
Votre domaine: Les Explosions
avatar
Professeur de Combat
Professeur de Combat
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Un sauvetage qui tourne mal - Lun 28 Oct 2013 - 23:08
Alors qu'il se lamentait sur son propre sort de son lamentable échec, la pluie battait à flot désormais, toute cette haine qui s’emmagasinait en lui était insupportable, il ne savait pas comment l'évacuer, il tenait dans ses bras l'être qu'il aimait. Un amour qu'il n'a jamais su lui dire, ou plutôt n'avait-il pas trouvé le temps ? Peu importait, les fait étaient là, il ne lui avait pas dit et il ne le lui dira sans doute jamais.
C'est alors qu'un miracle apparu, enfin, pour lui ça relevait du miracle, bien qu'Abygaïl se soit tordue de douleur elle avait montré un signe de vie, elle était toujours là, puis finalement son corps se calma, elle avait tellement de mal à bouger. D'un geste très lent et douloureux, elle vint attraper le tissu qui lui servait de bandage à son épaule gauche. Elle devait souffrir énormément avec toute ses blessures, il devait la ramener à l'académie pour qu'elle se fasse soit soigner, et rapidement. C'est alors que son compagnon était revenu, lui aussi pouvait sentir ce qu'il se passait, on pouvait voir de la tristesse en l'animal, la tristesse d'avoir laissé sa maîtresse se faire blesser. Il se mit même au-dessus de l'enseignant, protégeant ainsi partiellement les deux être de l'intempérie. Il regarda la visage de la jeune femme, ses paupières clignaient sans même s'ouvrir, elle devait être à bout, elle ne pouvait plus faire aucun mouvement. Elle ouvrit la bouche avec difficulté et lui dit d'une voix douce et tellement faible à la fois.

" - Jace…. Rentrons…. S’il te…  plait… "

- Oui... Aby'... Commença-t-il en la serrant un peu plus dans ses bras et prenant sa main. Je vais te ramener. C'est finit maintenant...

Il se leva péniblement à cause de sa douleur à la jambe et pris Abygaïl dans ses bras pour la déposer délicatement sur le dos de son compagnon. Cette fois-ci il n'avait pas la force de la porter, il avait puiser trop profondément dans ses réserves physiques, et en plus de ses blessures, il ne tiendraient pas longtemps, il ne savait même pas s'il arriverait à se porter lui-même. Maintenant il n'y avait plus qu'à se rendre à l'infirmerie, enfin... "plus qu'à", c'était vite dit, il fallait quand même y allait vu l'était dans lequel ils étaient.

Ils entamèrent leur longue marche même si en soit l'académie n'était pas si loin que ça. Jace pensa à ce qu'il avait dit tout à l'heure, avait-elle entendu ? Il ne savait pas vraiment... mais son coeur battait assez irrégulièrement, il aurait bien voulu le lui dire autrement que de cette manière là, mais c'était trop tard maintenant, il allait peut-être devoir s'expliquer sur ce qu'il avait dit, mais pas maintenant en tout cas, ça c'était sur, il y avait beaucoup plus important que ce qu'il avait dit. Jace marchait à côté de l'animal, prenant soin de bien maintenir Abygaïl pour qu'elle ne tombe pas. Il sentit ensuite une vive douleur à sa jambe droite, celle qui avait été blessée par balle, la douleur était si intense que ça l'obligea à s'arrêter et même à se mettre à terre, il n'arrivait plus à supporter son propre poids... quelle faiblesse. Il regarda l'animal qui semblait comprendre ce qu'il traversait.

- Pardonne-moi mon ami, mais je vais devoir te demander de me porter également... Lui dit-il avec un léger sourire en coin.

Il n'avait pas d'autres choix, même il aurait préférer marcher de lui-même, enfin soit... il se résigna à monter sur le compagnon de la jeune femme et dû la mettre dans une autre position, au moins là, elle ne tombera pas c'était sûr et certain.
Quelques instant plus tard ils avaient enfin rejoint l'académie... et apparemment il connaissait déjà le chemin de l'infirmerie, et en parlant d'infirmerie... quand les infirmières avaient l'état dans lequel les deux protagonistes arrivaient, elles avaient presque littéralement sautées sur eux, seulement Jace indiqua qu'il ne devait pas s'occuper de lui, ou du moins pour le moment, l'état d'Abygaïl était beaucoup plus grave que celui de Jace qui n'avait que des blessures un peu plus superficielle comparé à cette dernière. Il se contenta juste d'attendre dans un lit, attendant les nouvelles de cette valeureuse guerrière qui avait risqué sa vie pour cet enfant, et pour lui également... elle avait servit d'appât et ça, il n'arrivait toujours pas à l'accepter, elle avait était folle de faire une telle chose, m'enfin... finalement les choses s'étaient bien terminées non ? Ah... voilà maintenant qu'on allait le soigner, il allait devoir se faire extraire la balle qui était resté dans sa jambe, ça allait faire mal. Misère... il allait devoir passer par là avant de devoir parler à Abygaïl.
Invité
avatar
Invité
Re: Un sauvetage qui tourne mal - Mar 29 Oct 2013 - 10:49
Elle avait réussi. Il la tenait, pleurant toujours mais au moins, maintenant, il savait qu'elle n'était pas morte. Il ne s'en était sans doute pas fallu de beaucoup mais ce n'était pas arrivé. Elle ne sentait plus réellement son corps tellement la douleur à son crane lui embrumait l'esprit. Une pantin, oui. Une poupée martyrisée, voilà ce qu'elle avait la sensation d'être. Incapable de se mouvoir et de prononcer plus que ces quelques mots. Elle aurait voulu ouvrir les yeux, lui montrer qu'il n'avait plus besoin de s'inquiéter pour elle. Qu'elle était forte. Mais là, elle pouvait à peine respirer et réfléchir en même temps. Sa poigne quasi inexistante sur le morceau de tissu qu'elle avait accroché se desserrait d'elle-même. L'effort avait été si douloureux pour elle, ce simple petit geste devenu si compliqué. Mais dans quel état s'était-elle vraiment mise? L'esprit de Kirara aux aguets du sien lui envoya l'image qu'il lui manquait. Non, elle ne voulait pas la voir. Cette fille, couverte de sang, ça ne pouvait pas être elle. Elle n'était pas si pâle, si.... Si quoi? Bien sûr que c'était elle à l'état plus proche d'un cadavre que d'un être vivant. Et cela faisait mal de le reconnaitre.

- Oui... Aby'...
Je vais te ramener. C'est finit maintenant...

La pression sur son corps qui augmente un peu, la chaleur qui l'enveloppe aussi. Sa main qui lâchait prise est retenue. Elle voudrait sourire mais ses lèvres n'y arrivent pas. Aby'... Il dit ça comme le disait sa jumelle lorsqu'elle la réprimandait gentiment, en la consolant. Comme lors de leur dernière discussion. Un sanglot monta dans sa gorge et s'y étrangla. Au final, elle ne parvint qu'à tousser et faire résonner la plaie à sa tête, lui faisant voir une multitude d'étoiles. Non, se calmer, ne pas forcer. Ce n'était pas maintenant qu'elle devait céder, ce serait trop bête.

Son inclinaison vis à vis du sol changea, elle ne le touchait même plus du tout en fait. Oui, elle était déplacée, c'était ça. Kirara s'était allongée sur le ventre, prête à recevoir sur son dos cette cargaison inattendue mais si fragile et délicate. La fourrure était douce à ses mains, le corps ronronnant doucement chaud et rassurant à son être meurtri. Avec toute la douceur possible, la nekomata se révéla et, restant aux côtés du professeur pour le soutenir dans sa marche, elle se mit en marche à nouveau vers l'Académie. Le chemin, elle le connaissait par cœur et heureusement car le jeune amérindienne aurait été incapable de la guider. Déjà que le fait de rester éveillé lui demandait un effort considérable, finalement, de ce point de vue, la douleur lui était au moins bénéfique.

Une nouvelle image traversa son esprit fatigué. Jace au sol, à genou, devenu pâle à son tour, luttant contre la douleur. De quelle origine? Ah, ça y est, elle voyait la marque à sa jambe. Et il marchait depuis tout ce temps? Elle ne comprenait pas. Le regard du professeur se tourna alors vers Kirara dans lequel il se noya un instant. L'animal attendait l'avis de sa maitresse mais au fond, elle savait déjà parfaitement ce qu'elle allait faire.

- Pardonne-moi mon ami, mais je vais devoir te demander de me porter également...

Kirara se baissa, laissant libre champs au professeur pour s'installer à son aise. Elle attendit patiemment que ce dernier ce fut correctement assis, s'assurant que sa maitresse ne courrait pas de danger avant de se relever et de se remettre en marche. Plus vite cette fois, le pas de l'humain ne le ralentissant plus mais toujours avec mille précautions. A chaque pas, chaque secousse, la jeune fille manquait de replonger dans l'inconscience malgré ses efforts démesurés. Son esprit ne capta à nouveau les images envoyées par Kirara qu'une fois arrivée à l'infirmerie. Des pas qui résonnaient, des voix qui venaient réveiller sa tête atrocement douloureuse. Son corps qui est déplacé. Et puis, des doigts sur son visage et soudain, la paix qui l'envahit. Plus de douleur ni rien. Juste le sommeil profond et réparateur que son corps réclamait de tout son être.

~~~

Combien de temps c'était-il écoulé avant que son esprit n'émerge de cette douce brume artificielle dans laquelle on l'avait volontairement plongée? Elle n'en avait pas la moindre idée. Ce qu'elle savait, c'était que la douleur avait reflué sans disparaitre pour autant. Elle tenta d'ouvrir les yeux mais un seul lui répondit, le second étant bloqué par quelque chose. Sa main remonta lentement le long de son visage et dû le toucher à plusieurs reprises avant de bien comprendre ce qu'il se passait. Un bandage. Enveloppant sa tête et la moitié supérieure de son visage dont son œil. Allongée sur le dos, elle tenta de se redresser mais ce fut comme une décharge à son flanc qui lui arracha un gémissement et une grimace de douleur. Ah oui, c'est vrai. La lame chauffée à blanc ne l'avait pas ratée.

Un petit miaulement discret, agréable et une pression légère sur le drap. Kirara était redevenue cette adorable boule de poil qu'elle aimait tant et la voilà venue se blottir contre son coude, la tête directement sous sa main. Ses lèvres esquissèrent un sourire tandis que l'animal ronronnait sous ses caresses. Oui, tout était fini. Enfin non, as tout à fait encore. Tournant la tête, elle chercha Jace du regard mais ne le trouva pas. Sans doute allait-il mieux et était-il sorti prendre l'air. Elle en était là d ses réflexions lorsque l'infirmière pénétra dans la pièce, surprise de la trouver réveillée.

- Eh ben, on peut dire que t'es pas passé loin toi. Et t'es déjà réveillée? Tu te dopes à quoi? Parce que là, ça m'intéresse sérieusement. Enfin, c'est le prof qui t'a ramené qui va être soulagé. Et comme ça, il va arrêter de nous pomper l'air toutes les 5 minutes avec ton cas.

La jeune fille avait encore un peu de mal à suivre tout ce que la femme lui sortait comme informations mais le principal était là. Jace était vivant, visiblement en bonne santé. L'infirmière s'approcha d'elle et la força à boire, moment très désagréable autant que nécessaire. Elle vérifia ses bandages, s'assura de son état général et ronchonna devant la présence de Kirara mais finalement, elle se prépara à sortir, son boulot rempli.

- Attends-toi à avoir de la visite très rapidement. Je vais repasser avec de quoi te remplir l'estomac, faudrait pas que tu meurs de faim maintenant, ce serait franchement con. Mais interdiction de forcer, de se lever et autres bêtises du genre. Sinon, je te préviens, je t'attache jusqu'à ce que tu sois complètement remise.

Sur ces mots, l'infirmière quitta la chambre, laissant la jeune fille seule en compagnie de son familier. Mais pas pour très longtemps, comme elle le lui avait dit car déjà, quelqu'un frappait à la porte.

"- Entrez..."
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 26
♠ Petits messages : 578

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
2206/1500  (2206/1500)
Votre domaine: Les Explosions
avatar
Professeur de Combat
Professeur de Combat
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Un sauvetage qui tourne mal - Mar 29 Oct 2013 - 17:50
Le jeune enseignant s'était fait opérer de la jambe suite à sa blessure par balle, et il était obligé de se trimbaler avec un canne pour l'aider à marcher, et pour cause, la balle avait traverser plusieurs muscles internes, enfin, ce n'était que temporaire mais bon, c'était handicapant pour un professeur de combat, comment allait-il enseigner maintenant qu'il ne peu plus se mouvoir comme il le voulait ? Bien qu'on l'ait assigner à la tâche de professeur de combat à distance, ce n'était pas son domaine de prédilection, à Deus... il n'avait que son domaine divin dont-il pouvait se servir de la sorte, mais pas d'arme à feu pour lui.
Voilà maintenant environ deux jours qu'Abygaïl était en salle de réanimation, à cause de sa blessure à la tête elle est rester K.O un petit moment, et Jace ne serait pas tranquille tant qu'elle ne sera pas réveillée, d'ailleurs il demandait souvent, voir même trop souvent, des nouvelles à l'infirmière qui s'occupait d'elle, toujours la même rengaine, "repos", "pas encore", ou encore "lachez-moi" aussi, mais qu'est-ce qu'il y pouvait ? Bien qu'elle soit saine et sauve il ne pouvait pas s'empêcher de s'inquiéter et penser à cette scène tragique... Une scène qui le tourmentait presque, il se croyait fort mais il n'était même pas capable de défendre ne serait-ce qu'une seule personne, pitoyable... c'est le seul mot qui lui venait à l'esprit.

Pendant ces deux jours il ne s'avançait même pas sur son travail, ses cours étaient à la limite du bâclé et par moment constitué uniquement de devoir théorique. Quelque fois des entraînements physique, mais sans qu'il puisse le montrer, ou même enseigner des mouvements ne serait-ce que basique en défense. Et lors de son libre, il passait plus de temps assis sur un banc, ayant du mal à marcher, sa jambe lui faisait un mal de chien tout de même, et si ce n'était pas ça, c'était donc l'infirmerie, où il y avait passé plus de la moitié de son temps depuis ses deux derniers jours qui étaient à la fois tellement court qu'interminable.
Puis enfin on lui annonça ce qu'il voulait entendre, qu'Abygaïl était réveillée, il décida donc de se diriger vers sa chambre et de laissé "enfin" l'infirmière tranquille. Il alla donc toquer à sa chambre et attendit donc qu'on lui donne l'autorisation d'entrer, et il n'entra qu'après avoir entendu le "- Entrez..." de la jeune femme. Une fois la porte ouverte, la première chose qu'il vit était son visage, un visage marqué et blessé. Les bandages recouvraient une bonne partie de sa tête, il esquissa seulement un petit sourire en guise de bonjour, entrant donc avec sa canne et jambe boiteuse et s’asseyant sur une chaise proche du lit où elle était allongée.

- Je vois que tu récupères plutôt bien. Commença-t-il en souriant avant de détourner son regard dans le vide. Je suis désolé... je n'ai pas su te protéger comme j'aurais dû le faire...

Jace sentait profondément coupable des blessures d'Abygaïl, enfin, surtout celle qu'elle avait eu à la tête. Il regardait le petit compagnon se mettre en boule sur sa maîtresse, visiblement content qu'elle soit saine et sauve, et quand bien même c'était le principal, Jace se disait que tout ceci aurait pu être évité. Puis il repensa à ce qu'il avait dit il y a deux jours, elle l'avait certainement entendue, mais partageait-elle se sentiment pour autant ? Il avait du mal à dire ce qu'il pensait. C'est incroyable comment le fait de dire une chose si simple à penser, soit difficile à avouer.

- Abygaïl... je... Commença-t-il en se tournant les pouces. J'aurais préférer te dire ça dans d'autre condition... je me suis rendue compte il y a quelque temps que tu étais la seule personne avec qui je voudrais partager ma vie... Il se leva pour se diriger vers la fenêtre de la chambre, n'osant dire ses trois petits en face d'elle. Je suis tombé sous ton charme... je t'aime. Finit-il par le dire enfin.

Il attendait maintenant ce qu'elle en pensait, seulement il fallait remettre les choses dans leur contexte, ils avaient peut-être approximativement le même âge à leur mort, leur occupations au sein de l'académie étaient bien différente, et puis, elle ne partageait peut-être pas les même sentiments que lui. Son cœur battait la chamade, chose inhabituel chez lui, il n'osait même pas la regarder en face alors que regarder quelqu'un dans les yeux était quelque chose qu'il faisait dans n'importe quelle situation, pour provoquer, pour tenir en respect, bref... c'est fou comment une femme vous change un homme.
Invité
avatar
Invité
Re: Un sauvetage qui tourne mal - Mar 29 Oct 2013 - 19:49
La jeune fille fixa le professeur entrer lentement, boitillant en s'appuyant sur sa canne. Oui, elle s'en souvenait vaguement, il avait été blessé à la jambe. C'était donc si grave que cela? Malgré tout, il lui sourit avant de venir s'asseoir sur une chaise proche de son lit. Elle esquissa elle aussi un léger sourire mais peu convaincu malgré tout. Il n'aurait pas dû se retrouver dans cet état. La jeune fille tenta de se redresser un peu mais elle ne dépassa pas la position semi-assise. Ne pas forcer. Même si elle le voulait, elle n'en serait pas capable à cet instant. Elle poussa un grand soupir une fois enfin positionnée correctement, son flanc l'élançant un peu mais elle n'allait pas restée complètement allongée alors que l'on venait la voir, ce ne serait pas correct.

- Je vois que tu récupères plutôt bien.
Je suis désolé... je n'ai pas su te protéger comme j'aurais dû le faire...

Elle l'observa détourner le regard, se sentant un peu coupable. Pourtant, il n'y était pour rien. Cette mission, c'était elle qui se l'était attribuée, qui avait choisi de la mener seule. Il n'avait rien à se reprocher. Mais elle comprenait malgré tout son ressenti. Après tout, là-dessus, ils se ressemblaient un peu. Comme sur pas mal d'autres choses d'ailleurs, maintenant qu'elle y repensait. Elle essaya de sourire un peu, comme pour le rassurer. Comme ça, s'il relevait le regard, il verrait bien qu'elle ne lui en voulait pas. Elle prit son souffle pour arriver à aligner quelques mots d'affilés.

"- Ce n'était pas à toi... de me protéger... Tu n'étais pas... Obliger de... Te mettre en danger... Mais tu es venu... M'aider... Me sauver... Merci Jace."


Elle qui ne faisait que vouvoyer les gens, gardant toujours le respect de l'étiquette et des convenances hiérarchique, la voilà incapable de s'y tenir face au professeur. Pourquoi? Pas la moindre idée. Et puis, elle n'était pas vraiment en état de se poser ce genre de questions. Pourtant, ses paroles bien que réconfortantes ne semblèrent pas vraiment avoir d'effet sur le professeur assis près d'elle. Cela l'intriguait un peu et elle allait l'interpellé doucement mais le professeur réagit avant elle et prit la parole avant elle, brisant le silence qui était tombé dans la pièce.

- Abygaïl... je...
J'aurais préférer te dire ça dans d'autre condition... je me suis rendue compte il y a quelque temps que tu étais la seule personne avec qui je voudrais partager ma vie...


Il s'était levé et le regard de la jeune amérindienne ne le quittait plus, tout comme son esprit cherchait à ne plus perdre une miette de ses paroles. Elle avait besoin de bien comprendre, d'être sure. Est-ce qu'il se rendait compte de ce qu'il lui disait? Est-ce que... c'était vrai? Et pourquoi avait-elle l'impression d'avoir du mal à respirer, que son souffle était plus ténu? Non, se calmer, tout allait bien. Devait-elle lui répondre, simplement l'écouter? Elle esquissa un geste mais le voilà debout qui s'éloignait. Il avait honte? Il reculait? Non, là elle ne comprenait plus rien. Ou plutôt si, elle comprenait parfaitement. Il avait eu peur pour elle et il lui avait dit des choses qu'il regrettait. Mais, pourquoi parlait-il au présent alors? Sa tête l'élança un instant, comme si les mots se brouillaient dans son esprit. Visiblement, il y avait un détail qu'elle ne parvenait pas à saisir, qui lui échappait encore, mais quoi?

- Je suis tombé sous ton charme... je t'aime.

Là, elle ne put pas ne pas comprendre. Il n'y avait pas plus clair que les deux derniers mots qui sortirent de sa bouche. Aimer? Elle? Lui? Un instant, ce fut comme si tout c'était arrêté. Même son cœur. Pourquoi est-ce qu'il lui disait ça? Pourquoi maintenant? Pourquoi de dos? Pourquoi....? Et puis, ce fut comme un flash dans son esprit. Des larmes sur sa peau, un cri dans l'air, des bras la serrant doucement. Et puis des mots: la seule personne que j'ai aimée. Oui, elle s'en souvenait bien à présent. Il lui avait dit, à ce moment. Et elle s'était accrochée. Dans un sens, c'était lui qui l'avait sauvé de la mort. Ses paroles et sa présence.

Dans ce genre de moments, n'étaient-ont pas censés être heureux? Alors pourquoi se sentait-elle se mettre à trembler? Pourquoi est-ce que sa vue se brouillait? Un impact sur sa peau, une goutte salée qui suit le chemin de sa joue. Elle pleure, en silence. Elle met du temps à s'en rendre compte. Pourtant, elle n'a pas mal. Enfin pas plus qu'elle ne le devrait. Il y a juste comme une sensation bizarre au creux de sa poitrine. A laquelle elle est incapable de donner un nom. On l'aimait, on venait de le lui avouer et elle, que devait-elle dire où faire à présent? Sur l'instant, elle remercia Deus que Jace soit de dos, pour ne pas la voir dans un tel état.

- Le diner est servi. Obligation de tout manger sous peine ...

L'infirmière nota rapidement l'ambiance étrange régnant dans la pièce. Et au froncement de sourcils sévères qu'elle adressa à la jeune fille, la Membre du Conseil se força à sourire. Évidemment, elle ne fut que peu convaincue mais heureusement, l'infirmière avait d'autres chats à fouetter pour le moment et ne chercha pas à s'attarder.

- Je laisse tout ça sur la table de chevet. Que je reviens, tout est avalé sinon c'est moi qui te le fait manger, capice?


Déjà, la voilà reparti, fermant la porte derrière elle avec un dernier regard inquisiteur à l'intérieur. Et maintenant? La jeune indienne n'était pas plus avancée pour autant. Kirara chercha à comprendre, observant à tour de rôle le professeur et sa maitresse en gémissant doucement. La jeune précolombienne ouvrit la bouche mais pas un son ne sortit. Son regard descendit sur ses mains, paumes ouvertes vers le ciel, qu'elle fixa. Et puis, lentement, les mots finirent par se frayer un chemin jusqu'à ses lèvres. Inquiets, légers, comme si elle craignait qu'ils ne soient entendus après tous les efforts dépensés pour parvenir à les sortir.

"- Je suis... touchée... sincèrement... Je... Mais je ne sais pas... Si..."

Il était évident qu'elle était perturbée. Sa tête recommençait à lui faire mal, elle sentait les sanglots tous proches tout en refusant d'y céder. Pourquoi les choses étaient-elles toujours si compliquées? A croire que même le monde se liguait contre elle à présent. Elle devait finir sa phrase mais c'était si difficile. Un grande inspiration, une expiration forcée avant de retrouver le courage de poursuivre.

"- Je... est-ce que... Je ne suis pas... Je n'y connais rien... Ais-je seulement... le droit?"


Un sanglot lui échappa. Avant qu'un second ne suive. Oui, là, c'était trop. Elle ne savait pas. Elle ne savait plus. Trop de choses, trop de chocs, trop vite. Son corps comme son esprit ne suivaient plus. La jeune fille fière et toujours égale s'effondrait littéralement, ne laissant plus apparente que cette partie de son être si profondément enfouie qu'elle-même l'avait oublié. Volontairement. Elle s'était refusé de s'attacher pour ne pas souffrir. Et pourtant, quelque part, tous ses mots lui avaient fait du bien. Alors pourquoi se trouvait-elle dans cet état? Les larmes coulaient, sans s'arrêter, comme ses sanglots. Elle devait lui répondre. Elle voulait le faire, mais était incapable de savoir comment.

"- Je ... ne veux plus... faire souffrir quelqu'un... comme tu as hurlé... et pleuré... Je ne le mérite... Je ne veux pas... provoquer ça...."

Une boule dans sa gorge, comme une main qui appuie sur sa poitrine et ses dernières défenses qui lâchent. Malgré la douleur, son corps se recroqueville sur lui-même alors que ses pleurs s'entrecoupent pour laisser échapper le véritable noeud du problème.

"- J'ai... si peur..."
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 26
♠ Petits messages : 578

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
2206/1500  (2206/1500)
Votre domaine: Les Explosions
avatar
Professeur de Combat
Professeur de Combat
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Un sauvetage qui tourne mal - Mar 29 Oct 2013 - 22:12
Jace n'avait pas osé le lui dire en face, ce qu'il pensait, ce qu'il ressentait, pourquoi ? Parce-qu'il avait honte de lui dire ça alors qu'il n'avait pas réussi à la protéger ? Et quand bien même Abygaïl l'avait réconforté en lui disant que ce n'était pas du tout de sa faute... il n'était pas convaincu tout de même. Quoiqu'elle dise de toute manière, il avait le devoir de la protéger, déjà en tant que professeur, rien que pour ça il n'avait pas remplit son rôle d'enseignant, alors comment pouvait-il remplir le rôle de quelqu'un qui est censé protéger celle qu'il aime ?

- Le dîner est servi. Obligation de tout manger sous peine ...

L'infirmière était rentrée, et pas vraiment au meilleur moment, Jace se retourna, se considérant un peu comme un cheveux dans la soupe, les visites n'étaient pas censé durer une éternité, enfin, il n'était pas là depuis longtemps de toute manière, il était juste arrivé au mauvais moment. Seulement l'infirmière ne fit que passer, elle fronça juste les sourcils et en remis une couche.

- Je laisse tout ça sur la table de chevet. Que je reviens, tout est avalé sinon c'est moi qui te le fait manger, capice?

Une fois la scène terminée, coupé, c'est dans la boîte ! Jace regarda enfin la jeune femme qui était sur son lit, faible à cause de ses blessures, et semblait désemparée par ce que venait d'annoncer l'enseignant. Le petit animal de compagnie, quand à lui, semblait ne pas trop comprendre la situation actuelle.

"- Je suis... touchée... sincèrement... Je... Mais je ne sais pas... Si..."

Les mots commençaient à sortir, on pouvait sentir la difficulté qu'elle éprouvait à sortir tout ces mots.

"- Je... est-ce que... Je ne suis pas... Je n'y connais rien... Ais-je seulement... le droit?"

L'enseignant avait un peu de mal à comprendre, il se retourna complètement et se dirigea vers elle, vers la chaise où il s'était assis plus tôt. il essayait de comprendre le sens de sa phrase. "Ais-je seulement... le droit?" Le droit de ? D'être aimé ? D'aimer ? Est-ce que tout comme lui elle n'avait jamais connu l'amour ? Seulement là c'était à un degré différent, elle semblait plus que perturbée. Il en était même à se demander s'il avait bien fait de le lui dire maintenant, peut-être aurait-il dû attendre, attendre qu'elle soit rétablie et qu'elle soit sortie de l'infirmerie, ça aurait été peut-être mieux n'est-ce pas ? Car maintenant elle était en pleurs presque, des larmes coulaient de son oeil qui n'était pas couvert par les bandages.

"- Je ... ne veux plus... faire souffrir quelqu'un... comme tu as hurlé... et pleuré... Je ne le mérite... Je ne veux pas... provoquer ça...."

Il commençait à comprendre un peu mieux... elle ne voulait pas qu'il souffre, mais est-ce que ce malheur devait lui empêcher d'être heureuse ? Pourquoi ne méritait-elle pas de connaître l'amour ? Personne ne méritait ça... vivre sans ça, ce n'est plus vivre au final, Jace le savait bien, dans sa vie il n'avait jamais été tombé amoureux de quelqu'un, non pas qu'il ne pouvait pas, il ne voulait pas tout simplement, et c'est en rencontrant Abygaïl qu'il s'était rendu compte à quel point il était sans doute passé à côté de tellement de chose.

"- J'ai... si peur..."

Jace s'était rapproché d'elle, prenant sa main pour la réconforter. Lui faire passer tout ça, mais dans ce genre de situation, les gestes ne suffisaient pas, il devait lui parler aussi, mais quoi ? Il devait bien choisir ses mots, ne pas les mâcher, bien s'exprimer, faire en sorte qu'elle comprenne qu'elle avait le droit d'aimer quelqu'un d'autre, et surtout que la peur était quelque chose de normal... qu'en rien ça ne devait être un sentiment butoir pour empêcher d'aimer et d'être aimé.

- Est-ce que cette peur doit t'empêcher d'aimer quelqu'un d'autre ? Est-ce qu'elle doit t'empêcher d'être heureuse ? Commença-t-il sur un ton doux et réconfortant. Même si j'ai peur de te perdre, je ne peux pas m'empêcher d'éprouver ce sentiment que j'ai envers toi...

Il pris un mouchoir et essuya les larmes de la jeune femme, voir une femme pleurer était la dernière chose qu'un homme voudrait voir. Il commença à prendre le plat que l'infirmière avait laissé un peu plus tôt, elle devait d'abord reprendre des forces, manger était essentiel, c'était plus important que de répondre dans la minute à sa question.

- Peut-être vaudrait mieux-t-il que tu manges avant. Si tu ne veux pas me répondre maintenant, je comprendrais. Après tout, on a eu notre lot d'aventure je pense, non ? Lui dit-il en esquissant un sourire.

Jace n'avait jamais connu ce sentiment, en fait, il était comme sur un autre monde avec elle. Ne pensant plus à rien, oubliant ses soucis qu'il a eu, leur dernière mésaventure, il ne pensait qu'à l'instant présent, il pensait au plus important, elle était là, en vie, même si elle n'était pas au meilleur de sa forme... il se disait que plus jamais il ne la laissera faire quelque chose de similaire, servir d'appât de la sorte, c'était de la folie pure, il aurait bien voulu la réprimander, mais était-ce vraiment le moment franchement ? Il aurait été mal venu de sa part de remettre le couvert sur la table.

- Et puis... ce genre de décision n'est pas à prendre à la légère. Aussi c'est pour ça que je laisserais le temps qu'il te faudra pour y réfléchir. Pour le moment, j'aimerais que tu manges et que tu te reposes. Finit-il en passant un main dans ses cheveux et en essuyant les dernières larmes qui étaient encore présente.
Invité
avatar
Invité
Re: Un sauvetage qui tourne mal - Mer 30 Oct 2013 - 9:41
Désemparée, perdue,... Détruite? Peut-être un peu dans un sens. Dans tous les cas, à cet instant, il ne restait rien de la Membre du Conseil calme et sereine, de l'élève studieuse et appliquée, de l'apprentie volontaire et déterminée. Rien de plus qu'une carapace ayant littéralement éclatés en morceaux épars et qu'elle ne cherchait plus à reconstituer. Elle avait peur. Tellement. Il ne peut pas s'imaginer à quel point. Entre ses responsabilités, ses devoirs, toute la pression qui pesait constamment sur ses épaules car oui, malgré les apparences, cette quiétude qu'elle affichait en tout temps n'était pas toujours de circonstance. Elle avait déjà vu les dégâts causés par les renégats, sur Terre comme au sein même de leur établissement. Elle savait que l'Académie en elle-même n'était pas au mieux de sa forme. Elle savait qu'elle était prête à mourir pour de bon pour sauver tous ses gens et protéger la couverture d'une de ses collègues. Elle croyait dans ses convictions, ses valeurs et ses principes, toujours. Alors pourquoi est-ce que, aujourd'hui, tout semblait soudain fiche le camp?

- Est-ce que cette peur doit t'empêcher d'aimer quelqu'un d'autre ? Est-ce qu'elle doit t'empêcher d'être heureuse ?
Même si j'ai peur de te perdre, je ne peux pas m'empêcher d'éprouver ce sentiment que j'ai envers toi...


Doit. Du verbe devoir. Encore une question de devoirs au final, on en revenait toujours au même. Mais sa main qui était venue prendre la sienne lui fit du bien, même si cela ne se voyait pas vraiment. Elle devait pourtant paraitre tellement faible, tellement idiote à cet instant, à se plaindre comme une gamine trop gâtée. Si elle avait eu assez de forces, elle se serait moquée de son propre comportement. Pourtant, les paroles du professeur à côté d'elle faisaient mouches, à chaque fois. Combien de fois avait-elle dit ce genre de choses à d'autres personnes, ou du moins l'avait-elle pensé? Souvent. A croire qu'elle était incapable de mettre en pratique ses propres conseils. Oui, décidément, elle était lamentable.

Son regard ambré qui était resté fixé sur les draps, embué encore plus que de raison, finit par se relever doucement. Même si j'ai peur.... Alors, lui aussi? Elle n'était pas la seule? C'était idiot comme réflexion mais entendre quelqu'un le lui dire en face la soulagea. Sa main serra un peu plus celle du professeur, comme si elle craignait soudain qu'il ne s'en aille. De son côté, il vint essuyer ses pleurs, avec des mouvements doux et rassurants. Ses sanglots commençaient lentement à s'espacer, lui permettant d retrouver une respiration moins saccadée tandis que le jeune homme récupérait le plateau amené par l'infirmière.

- Peut-être vaudrait mieux-t-il que tu manges avant. Si tu ne veux pas me répondre maintenant, je comprendrais. Après tout, on a eu notre lot d'aventure je pense, non ?

Ah ça, niveau aventure, elle ne pouvait as lui donner tort. Entre deux sanglots comme un léger sourire, furtif, éphémère. Mais il était bien apparu. Elle fit l'effort de se redresser un peu, Kirara restant juste à côté d'elle en gardien silencieux et attentif tandis qu'elle tentait de trouver les mots qu'elle cherchait. Ce n'était pas une question de volonté, elle voudrait pouvoir lui répondre. Ce qu'elle craignait, c'était la réalité. Elle n'avait jamais cherché à mettre un nom sur ce qu'elle ressentait, afin de ne pas s'attacher aux gens. Devoir commencer aujourd'hui, ce n'était pas rien. Surtout dans ces conditions. Car il attendait déjà quelque chose d'elle, qu'elle doutait être capable de lui rendre comme il le désirerait. Il avait pourtant déjà tant fait pour elle.

- Et puis... ce genre de décision n'est pas à prendre à la légère. Aussi c'est pour ça que je laisserais le temps qu'il te faudra pour y réfléchir. Pour le moment, j'aimerais que tu manges et que tu te reposes.

Un sourire léger de sa part, sa main qui passe dans ses cheveux. Un léger blocage quelques secondes de sa part. La seule personne à avoir démontré ce genre d'affection à son égard était sa sœur jumelle. La veille de sa mort terrestre. Non, ne pas y penser, pas maintenant. En arrivant ici, ils avaient tous perdus des personnes chères à leurs cœurs, ce n'était pas le moment de flancher encore d'avantage. Alors, elle hocha doucement de la tête et commença à manger. Oh, rien de très exceptionnel, une soupe, de la purée et un bout de pain, histoire de cela soit consistant mais même ça, c'était difficile à avaler et elle eut l'impression de mettre une éternité à avaler ce repas pourtant frugal. Sachant qu'une de ses mains - inconsciemment? - n'avait pas quitté celle du professeur.

Manger lui fit du bien même si pour elle cela releva plus de la corvée qu'autre chose. Quelques couleurs revenaient lentement à son visage et maintenant qu'elle était calmée, elle se sentait moins oppressée. Mais pleurer l'avait fatiguée, le sommeil la guettait. Pourtant, il y avait des choses qu'elle devait faire, qu'elle devait dire, avant de se laisser sombrer à nouveau dans les limbes. Car qui sait, si elle ne se réveillait pas? Elle s'en voudrait de n'avoir pas été capable de lui répondre. Elle lui devait au moins ça. Son regard ne put cependant se poser sur le professeur, venant s'attarder sur Kirara à la place. Pour se donner du courage.

"- Tu as fait... beaucoup pour moi... Plus que tu ne... le crois sans doute... Alors, tu... as le droit... de savoir"

Ses doigts qui se resserrèrent un peu sur sa main. C'est elle qui a peur alors que ce devrait plutôt être l'inverse, non. Elle cherche par ce contact cette chaleur, ce calme qu'il dégage. Elle en a grand besoin. Ne pas être celle qui maitrise tout, ne plus être maitre de la situation, voilà quelque chose de nouveau pour elle et encore difficile à appréhender.

"- Je ne sais pas... Clairement... Ce que c'est... Je ne connais pas... Ça.... J'ai l'impression d'être perdue..."


Faute de s'exprimer au mieux et de dire ce qu'il voulait entendre, elle lui offrait malgré le mieux qu'elle puisse lui donner pour le moment: La vérité, sans fautes ni artifices. Mais elle avait l'impression de se montrer tellement égoïste soudain, ne pensant plus qu'à elle sans même prendre en considération le professeur à ses côtés.

"- Il y a juste... deux choses... dont je suis sure...
D'abord, que tes paroles.... tes gestes... tes larmes aussi... quelque part... m'ont touchées... Elles m’ont sauvées, je le sais..."


La fatigue prenait lentement le dessus sur sa volonté. Le repas chaud, les larmes, les émotions fortes, tout ce joyeux cocktail avait raison de sa faiblesse du moment. Ses yeux se fermaient malgré ses efforts et elle se retrouva un peu lus appuyée contre son lit, déjà à moitié emportée par le sommeil. Mais elle n'avait pas fini, et l'esprit ainsi embrumé, il lui parut soudain plus facile de sortir certaines choses.

"- Je ne veux pas que tu partes,.... s'il te plait...."

Morphée fini par avoir le dessus sur son être littéralement épuisé mais la jeune fille s'endormit avec une esquisse de sourire sur les lèvres. Ses doigts étaient restés agrippés à ceux de Jace, comme une supplique silencieuse. Et elle semblait presque avoir retrouvé ce calme qui la caractérisait habituellement.

Spoiler:
 
Un sauvetage qui tourne mal
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Appel aux dons sauvetage canichous Refuge de Fontorbe
» Mado fem Lhassa-apso 9a sauvetage
» BESOIN D'AIDE POUR UN SAUVETAGE DE 21 CHIENS DE CEUTA
» Aska femelle croisée lhassa apso 7 ans SAUVETAGE (78)
» Une promenade qui tourne mal...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Au-delà du portail-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page