Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 Don't wake me up.

 
Invité
avatar
Invité
Don't wake me up. - Sam 19 Oct 2013 - 22:22
Je me revois assise sur la moto aux côtés d’Eddy, je me tenais si fort à sa taille qu’il avait remarqué que je n’aimais pas les sensations fortes. Alors qu’Eddy roulait excessivement, nous approchions cette route, vous savez celle aux sept virages. Ah qu’est-ce que je ne l’aime pas. J’entendais des voitures au loin, j’espérais que ce n’étais point mes parents qui arrivaient, prévenus par l’internat de ma disparition de l’enceinte de l’établissement. Si c’étais le cas j’allais me faire tuer, mais ce n’était peut-être pas eux, la maison est si loin de là.

            « Eddy j’ai peur. »

Et voilà l’impact a eu lieu, une voiture qui en doublait une autre à l’entrée du virage. Eddy ne les ayant vues ne pu ralentir ou se déporter sur la droite. Tout ce qu’il fit c’est déraper en perdant le contrôle de la moto. J’ai du lui communiquer ma peur, c’étais de ma faute de toute manière si nous en étions là.
Je ressentais une drôle de sensation, j’ai été projetée, je me sentais si légère, je volai, j’avais l’impression d’être sourde, c’étais calme, je n’entendais qu’un bruit sourd qui était très lointain, je pensais tellement à ce qu’allais dire mes parents que je me sentais mal, çà y est mon pire ennemi était là, le stress m’envahit, mais j’avais aussi honte, honte de quoi ? Honte que mes vrais parents l’apprennent.

            « Mademoiselle, si vous m’entendez serrez moi la main, ouvrez les yeux ou tirez la langue »

Mais qu’est-ce que tout cela ? Qu’est-ce que je vois à mes pieds ? C’est moi, comment cela se fait-il ? Quel est cette farce ? Je suis surement en train de rêver.

            « On ne peut plus rien faire pour elle, vous savez avec la vitesse où le choc a eu lieu et le vol et le vol plané de quelques secondes qu’elle a fait, sa famille a encore de la chance de la revoir intact et si saine. »

Hein ? Comment ? Qu’est-ce que cela veut dire ? Mais répondez ! Ecoutez-moi ! A l’aide ! Eddy ! Eddy ?
Il y avait de l’agitation derrière la voiture, je m’approchais, peut-être pourront-ils m’aider à retrouver Eddy ?

            « On l’emmène il est dans le coma mais une salle d’opération l’attend pour sa jambe, allez on ne traîne pas ! »

Je contournais la voiture, c’est là que je vis Eddy au sol avec la jambe déboîtée en sang, il était sous assistance respiratoire, il fermait les yeux comme quand nous étions petits et que nous faisions un cache-cache.

             « N’aies pas peur, je suis là. »

Une lumière blanche m’éblouit, je me demandais bien qui pouvait me déranger alors que j’étais aux côtés d’Eddy. Elle devenait de plus en plus intense, mais c’était étrange puisqu’elle m’attirait, je n’avais qu’une envie c’était la rejoindre.
Après tout Eddy allait être transféré et personne ne m’a invité à monter dans le camion avec lui.
Je marchai doucement vers celle qui m’intriguait, ma démarche était scandée comme si je me lançais dans la gueule du loup.

            « Ne t’en fais pas, tu seras mieux là où je t’emmène. »

J’ouvris les yeux, je ne sais pas ce qui c’est passé, tout ce que je peux dire c’est que je suis allongée par terre dans un lieu inconnu. On dirait un endroit pour pratiquer un culte, lequel ? Je ne pourrai dire, cela ne ressemble en rien à ma petite chapelle. Je me sens toute petite dans ce lieu si immense. C’est bon je suis entière mais pourquoi ne suis-je plus en uniforme ? Que s’est-il passé ? Et Eddy où est-il ?

             « Où suis-je ? Y a-t-il quelqu’un ? »
Invité
avatar
Invité
Re: Don't wake me up. - Lun 28 Oct 2013 - 18:16
Allongé sur l’herbe verte du temple, je suis là, à regarder nuages et oiseaux passer, alors que je respire l’air pur qui règne ici.

Je tente de rattraper cette nuit agitée que je viens de passer, mon sommeil ayant été troublé à maintes reprises par de nombreux cauchemars, celui dont je me souviens le plus clairement mettait en scène mon enfance dans les rues. Un cauchemar ou je finissais par voir mes amis capturés par les chevaliers (où des soldats, tant qu’ils ont une épée, un bouclier et une armure cela reste du pareil au même pour moi)  qui patrouillaient de jours comme de nuit dans les ruelles de la ville. Je voyais aussi certaines vendeuses de bisou se faire violer par l’un deux.
Je m’approchais de cet homme, armé de mon coutelât et m’approchait de lui dans le but de le liquider afin de libérer la malheureuse. Mais une fois à portée, celui-ci tournait sa tête vers moi, c’est alors que je voyais ce visage si familier, celui d’un homme qui m’avait tout appris, à qui je devais tout ou presque. C’était  le visage de mon maître.
On dit que les rêves ont souvent une signification cachée, un message à déchiffrer, dans ce cas-là, j’ignore ce que celui-là aurait à m’apprendre…

J’ai prié ce matin, un « notre père » avec un « Amen » à la fin comme les vendeuses de bisous des quartiers pauvres nous l’ont appris, à moi et mes amis des mêmes quartiers. Une simple prière.
Mais à la fin de celle-ci, durant un court instant j’ai senti quelque chose d’étrange, un frisson me parcourant le corps, ma vision se troublât alors, mes muscles se contractèrent, j’entendis  la prière d’une jeune fille venue, tout comme moi, se recueillir et profiter de ce cadre reposant et je puis même sentir son parfum, un doux envoûtant effluve mélangeant habilement la violette et la rose, un très bon choix donc.

Puis cette sensation cessât et tout redevint normal autour de moi, mais mes jambes faiblirent alors et je me retrouve donc contraint de m’asseoir le temps de reprendre mon souffle car lui-aussi se met à me manquer. Mais je n’allais pas m’asseoir sur les pavés, et encore devant cette statue, car il n’est pas question de me donner en spectacle. Je préfère à la place rassembler mes dernières forces et me diriger lentement à l’extérieur du temple, là où je peux pleinement profiter de ce beau temps.

Je m’adosse contre un mur, détachant mon coutelas que je porte toujours derrière ma ceinture afin de ne pas être gêné en m’asseyant, ouvre mon gilet sans manche en peau car je me suis également mis à transpirer (sans doute un autre de ces effets secondaires étranges que m’as valus cette prière), dévoilant la tunique de lin sale que je porte depuis trois jours environs. Assis sur m’herbe fraîche, à l’ombre, je peux enfin souffler, me reposer tranquillement, sans personne pour me déranger.
Mais alors que e me repose tranquillement, une petite voix vient me tirer de mes rêveries.

Où suis-je ? Y a-t-il quelqu’un ? 


J’ouvre les yeux et tourne la tête dans la direction de la voix et aperçois une jeune fille allongée dans l’herbe. J’attends un petit moment, car je ne me sens pas obligé de lui répondre tout de suite, et finit par lui répondre  de ma voie essoufflée :

Il y a moi, je peux vous aider ? 


Dernière édition par Ruden Oblivion le Lun 9 Déc 2013 - 22:56, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Don't wake me up. - Jeu 31 Oct 2013 - 1:42
                    « Il y a moi, je peux vous aider ? »
 
         Une voix, quelqu’un a entendu mon appel au secours, plus exactement un jeune homme. Je le cherche du regard, çà y est je le vois.

          Il est assis dans l’herbe adossé à un mur, il est vêtit d’une simple tunique de lin assez sale, je pense qu’il la porte depuis quatre à cinq jours (les garçons m’étonneront toujours), ainsi que d’un petit gilet sans manche en peau il me semble, cela ne doit pas être d’une grande marque.

          Physiquement je ne serai vraiment le qualifier puisqu’il est dans l’ombre, on diraît qu’il profite de l’herbe fraîche pour se reposer. Oh my Deus j’ai du le déranger, il va m’en vouloir, et ne voudra pas m’apporter l’aide que je recherche. Je me fais des idées, il ne doit pas m’en vouloir puisqu’il m’a proposé son aide. Il a l’air si essoufflé, je me demande bien qu’est-ce qui l’a mis dans cet état ? Peut-être je le serai un de ces quatre.

          En attendant, qu’est-ce que je vais bien pouvoir lui dire ? Que devrait dire une fille allongée par terre au milieu d’un lieu purement inconnu, avec comme seul secours ce jeune homme caché dans l’ombre ? C’est vrai que je me suis posée cette question tout au long de mon enfance, qui ne se poserait pas cette question ?

          Il me regarde, je ne le vois pas mais j’ai cette sensation d’être observée intensivement me dérange. C’est bien normal je ne suis point à mon avantage affalée dans l’herbe.

          Je me redresse pour m’asseoir en tailleur, mais surtout pour être plus présentable devant ce jeune homme. Mon premier contact dans ce lieu qui m’a l’air d’un autre siècle, je ne serai dire s’il appartient au futur ou au passé, mais tout ce que je vois est différent de mon petit Versailles.

           Vous allez me prendre pour une folle mais je vous assure qu’ici l’herbe semble plus verte que chez nous, c’est comme si l’on avait utilisé une autre palette de couleur. N’empêche que le paysage qui m’entoure est à la fois simple et sophistiqué, je suis adepte de ce nouveau décor.

          Et puis, autant profité de ceci car je ne sais pour combien de temps je serai là. S’il plaît à Deus toujours. Il faut que je prenne cette situation comme un défi, comme un jeu.
 
« Ce n’est pas de refus, quel est ton prénom ? »
 
           Je l’ai tutoyé ? Qu’est-ce qui m’a pris de ne pas le vouvoyer ? Il va me prendre pour une fille pauvre d’esprit, qui ne connaît pas les principes de société. Et toutes ces valeurs que l’on m’a inculquées où sont-elles passées ? Mes parents doivent vraiment être déçus de mon comportement.
 
           En effet, depuis ces derniers temps je ne fais qu’enchaîner les bêtises qui ne font que se transformer en catastrophes mondiales. J’espère ne pas en refaire de si tôt, pour une fois que je n’ai pas envie de me faire remarquer et me retrouver au devant de la scène, je devrais faire attention à tous mes faits et gestes, mais surtout peser mes mots et surveiller mon langage qui ne doit se retrouver familier en aucun cas, même sous l’excès de la colère.

          Bref, cet inconnu m’intrigue je vais essayer de m’approcher doucement, on ne sait jamais il peut être dangereux.


Dernière édition par Allyson Hope le Jeu 2 Jan 2014 - 23:50, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Don't wake me up. - Lun 9 Déc 2013 - 22:56
Cette fille à l'air perdue, et je ne dit pas simplement ça à cause de sa question « Où suis-je ». Ses yeux, ses tiques du visage out en elle indique une profonde incompréhension quand à sa présence ici, certainement une nouvelle recrue que Dieu à trouer bon d'envoyer faire son éducation ici. Et ça vas  certainement être à moi que vas revenir « l'honneur » de lui expliquer tout ça, que du bonheur...

Ce n’est pas de refus, quel est ton prénom ? 

Ah on se dit "tu" dès le départ, certainement une jeune fille de la plèbe qui ne s'embête avec les bonnes manières donc. Pourtant elle n'as pas l'air de sortir d'un quelconque trou à rat tel que le miens, sans pour autant paraître issue de la haute bourgeoisie (simple déduction étant donné que ses vêtements ne m'ont l'air ni sales ni usés, en revanche elle n'est pas non plus vêtue comme les bourges  mon époque, ce qui me laisse penser qu'elle ne vient justement PAS de mon époque).

La voilà qui ce met à s'approcher. Raaah et zut ! Moi qui avait décidé de me reposer. Bon tant pis le mal est fait, et puis on n'abandonne pas une jeune fille perdue comme ça sous prétexte que l'on est fatigué hein, un peu de galanterie ne feras de mal à personne, surtout pas à moi. Entout cas pas question de me faire bouger de mon petit coin, je suis trop bien ici (avec moi la galanterie à ses limites).
J'essaie de d'apaiser mon souffle (la pause que je prend ma facilite assez la tâche) et répond à sa question.

Je m'apelle Ruden, et toi ?

Puis je décide de suivre par une autre question existentielle mais bien qu'évidente aux premiers abord (sait-on jamais malgré tout).

Je suppose que c'est la première fois que tu vois cet endroit je me trompe ?
Invité
avatar
Invité
Re: Don't wake me up. - Ven 3 Jan 2014 - 0:51
« Je m’appelle Ruden, et toi ? Je suppose que c’est la première fois que tu vois cet endroit je me trompe ? »
 

          Ruden ? Ce prénom est étrange je n’en ai jamais entendu la prononciation avant aujourd’hui. Il doit surement venir d’une autre époque. Mais alors c’est que l’on ne vieillit plus à l’académie ? Dans ce cas je resterai mineure toute ma vie ? Ce prénom soulève tant de questions à la fois.
 
           Et bien sur que c’est la première fois que je viens ici, la vue de cet endroit m’est étrangère. Il n’a pas beaucoup de jugeote. Enfin bon il m’a l’air si gentil, et puis si cela se trouve c’est juste pour engager la conversation.

 
« Allyson mais tu peux m’appeler Ally si tu préfères ou bien me trouver un autre surnom. Enfin bref je m’éloigne, oui c’est bien la première fois. »
 

          Qu’est ce que je suis bête ! Je m’embrouille toute seule. Il doit déjà me prendre pour une folle et réfléchir à la meilleure façon de s’enfuir loin d’ici. Pourquoi je dois toujours tout gâcher ?
 
          Dans le cas où il n’a rien remarqué, que va-t-il faire ? Allons-nous quitter cet endroit pour découvrir les lieux ou au contraire va-t-on rester ici pour de plus amples explications ? J’ai une envie folle de découvrir cet établissement mais en même temps j’ai une peur immense de l’inconnu.
 
          Que faire ? Ce n’est pas à moi de décider, après tout je suis une petite nouvelle. Je suivrai cet inconnu portant le nom de Ruden.
Invité
avatar
Invité
Re: Don't wake me up. - Ven 24 Jan 2014 - 22:39
« Allyson mais tu peux m’appeler Ally si tu préfères ou bien me trouver un autre surnom. Enfin bref je m’éloigne, oui c’est bien la première fois. »

Donc je m'était pas trompé, c'est bel et bien la première que cette jeune fille met les pieds ici, ça me fait un belle jambe tout ça...hihi mets les pieds/belle jambe, il faudra que je la note celle-là. pour l'heure je me contente juste d'un petit « d'accord »en guise de réponse, histoire de lui montrer qu'elle n'as pas parlée dans le vide.

En attendant je n'ai clairement pas envi de me lever, mes forces ont beaux refaire surface progressivement, je suis bien ici, à l'ombre, confortablement assis sur l'herbe fraîche.
Une envie étrange me vient, et faisant mine de réfléchit je ferme les yeux, d'abord pour les rouvrir trois secondes plus tard, puis dix, puis vingt. Si je ne m'était souvenus que j'avais une dame devant moi, j'aurais peut-être même piqué un petit somme, mais là la seule chose que je peux faire serait de soit l'envoyer se faire voire chez plumeau, (une idée qui ne me plaît guère), soit l'inviter à côté de lui pour lui expliquer la situation actuelle, où alors bouger son c...non cette option n'est pas envisageable!
Je respire un grand coup et finit par lâcher:

-Ecoute, en temps normal je me serais levé et t'aurais fait voir le paysage histoire que tu reste pas paumée éternellement, mais là j'ai vraiment la flemme de me lever, donc ce que je peux te proposer c'est de venir t'asseoir avec moi et de me raconter ce qui t'es arrivée avant que tu n'arrive ici, ok ?

Ca ne pouvais pas être plus clair, n'est-ce pas ?

Invité
avatar
Invité
Re: Don't wake me up. - Mer 21 Mai 2014 - 20:23
         « Ecoutes, en temps normal je me serais levé et t’aurais fait voir le paysage histoire que tu restes pas paumée éternellement, mais là j’ai vraiment la flemme de me lever, donc ce que je peux te proposer c’est de venir t’asseoir avec moi et de me raconter ce qui t’es arrivée avant que tu n’arrives ici, ok ? »

         Il n’a pas l’air très enthousiaste de me voir ici je le dérange surement. Je ne sais pas quoi faire dois-je accepter sa proposition de s’asseoir à ses côtés ou bien dois-je le laisser ? Que va-t-il penser de moi si je déserte cet endroit d’un seul coup sans raison valable ? Et puis pour aller o je ne connais pas cet endroit où je me trouve en ce moment même où je disserte toute seule dans ma tête, il va me prendre pour une folle !
 
        Je sens que je panique, je commence à avoir chaud, je deviens rouge, je sens ce rouge monter en moi. Ce n’est pas bon il faut que je retrouve mon sang froid. Oh lala je me sens mal. La meilleure des solutions ? S’asseoir, je pense.
 
        Je me précipite auprès de lui et m’assois sans dire un mot. C’est bon je sens ce rouge disparaître et cette chaleur s’envole aussi vite qu’elle est arrivée. Mais est-ce qu’il pense en ce moment à ce qui c’est passé ? Peut-être pense-t-il à moi ? Oh non, ce rouge qui avait disparu revient. J’ai honte. Honte de quoi ? Honte de penser qu’il puisse un instant, même une seconde penser à moi. C’est vrai je ne suis qu’une fille paumée !
 
         Enfin bon, j’ai établi un contact avec lui et il faut que je le garde quoi qu’il arrive. Ce lien est une chose précieuse qu’il va falloir que je sauvegarde. J’ai besoin de cette relation amicale. Peut-être car j’ai un manque à combler ? Mais si c’est le cas cette relation serait malsaine. Alors ce n’est pas le cas. Du moins, je m’en persuade.
 
        Arrêtons de rêvasser ! Il faut que je lui dise quelquechose, mais quoi ? C’est vrai que ce qui vient de se passer depuis mon arrivée est étrange. Il ne faut pas que je reste là à ne rien dire, ni à ne rien faire. Bon, je me lance.
 

« Merci. Merci Ruden. »
♦ Rose ou chou ? : Soupe (au choux)
♦ Combien de rides ? : 26
♠ Petits messages : 578

Feuille de personnage
Niveau:
10/30  (10/30)
Expériences :
2206/1500  (2206/1500)
Votre domaine: Les Explosions
avatar
Professeur de Combat
Professeur de Combat
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Don't wake me up. - Sam 13 Sep 2014 - 23:15
Même commentaire que sur un autre rp, voilà une rencontre dont on ne connaîtra pas le fin mot de l'histoire. C'est dommage de pas savoir où est-ce que ça aurait aboutie.

Allyson : 290 xps

Xps attribués : Yep
Contenu sponsorisé
Re: Don't wake me up. -
Don't wake me up.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Temple de Deus-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page