Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Jour Sombre [Eden Grace]

Invité
avatar
Invité
Jour Sombre [Eden Grace] - Sam 12 Oct 2013 - 18:20

L’automne avait pris possession du monde. Que cela soit sur terre ou à l’académie, partout des parures plus écarlates les unes que les autres décoraient les arbres. Du rouge au jaune, toutes les couleurs défilaient le temps d’une saison. Le vert n’était plus de mise, place aux frondaisons éclatantes ! La nature se dévêtirait, bientôt. Par tornade, par pluie de feuilles. La nature quitterait son habit annuel pour se dénuder totalement et renaître, plus verdâtre que jamais. Cela dépérissait à vue d’œil. Les feuilles entravaient les chemins des jeunes gens, posées là dans le seul but de voir un enfant ou deux glisser le long de ces belles ramures, plus fourbes que jamais. Qui ne daignerait pas lever la tête pour admirer ces arc-en-ciel saisonniers, si furtifs, s’éclipsant à peine arrivés ? Lyra, certainement. Pour plus tard ces bêtises de saison, seul son travail de renégate comptait à ses yeux. Ce n’était que passager, cette nature morte évoluant sous les yeux du peuple. Ce n’était que factice. Bientôt, tout cela serait nu, entièrement, loin des symboles de l’automne. Alors que personne ne vienne encore l’embêter avec la beauté de ces couleurs damnées ! Que les proses et vers soient laissés aux poètes maudits, que les symbolistes s’émerveillent devant une feuille morte si cela peut leur faire plaisir. Mais assez de conneries pour aujourd’hui. Lyra Vilkas, âme insensible de la guilde noire, n’avait que trop souvent admiré ces panoramas ridicules lors de son enfance pour ne plus se laisser attendrir aujourd’hui.  

Au moins ces tableaux attendrissants ne la suivraient-ils pas jusque devant les casiers de l’académie. Ce n’était pas la première fois qu’elle s’en allait épier tous ces idiots. La demoiselle aimait jouer avec le feu. Elle, une renégate dont la trahison avait été publique, se permettait encore la folie d’aller saluer ceux qu’elle appréciait un minimum dans les enceintes de cet école. Sa notion d’amitié était bien vague, d’ailleurs. Alors, à qui irait-elle rendre visite aujourd’hui ? Les vêtements qu’elle tenait en mains, pliés plus ou moins soigneusement, parlaient d’eux-mêmes. Autant aller les rendre. Depuis le temps. Comme l’été lui semblait loin ! La soirée d’anniversaire de son frère remontait à plusieurs mois déjà. Il en allait donc de même du matin où elle s’était retrouvée dans les bras de la rouquine. Ou à défaut de bras, un lit. C’était toujours ça de pris.
Il était désormais temps pour elle d’aller rendre ce qui ne lui appartenait pas. Une renégate rendant un bien à autrui, on croit rêver. Et pourtant, la preuve était cette image de la brune, surveillant les couloirs pour ne pas être découverte. Il faudrait vraiment qu’elle avoue un jour à Tanya son statut de renégate ou la prochaine fois qu’elle la verrait, ce serait dans l’une des geôles de cette satanée prison. Plutôt crever. Pas sûr que ces abrutis du conseil soient d’accord avec sa volonté de mourir, plutôt que de passer l’éternité derrière les barreaux. Elle aurait pu cracher encore longtemps sur ces derniers mais elle préférait réserver ses pensées à Tanya pour le moment. Rien d’extraordinaire.

Personne en vue ? Alors en route. Direction la chambre des élèves. Mais ça, c’était avant que des pas ne viennent saluer l’arrivée de la Russe. Et merde. Difficile de se cacher par ici. À moins de faire demi-tour et de rentrer à la guilde noire par le portail magique. Oh non. Elle n’avait pas envie de retrouver sa routine de suite. Avec un peu de chance, ce ne serait qu’un élève, encore un nouveau, comme elle avait l’habitude d’en croiser lorsqu’elle flânait ici et là dans les recoins les plus sombres de l’académie. Ou une vieille connaissance ? Un bras-cassé du conseil ? À force de jouer à ça, elle allait finir par avoir mal au crâne. Qu’elle jette donc un coup d’œil pour découvrir l’identité de son visiteur ! Même si, du point de vue de l’académie et de ses résidents, c’était elle l’intruse. Inutile de compter sur elle pour attirer l’attention.
Le cœur de la demoiselle manqua un battement lorsque l’individu passa devant elle, sans se soucier de cette figure féminine. Des cheveux roux qu’elle aurait reconnu entre mille. Les mêmes yeux verts. Il n’avait pas changé depuis la dernière fois. Il était le même. Exactement. Ici. Dans cette académie pour morts.

- A… Alexïs ? C’est bien toi ?

Elle ne pouvait croire ce que ses yeux lui montraient. Alexïs. Impossible. Tout bonnement impossible. Elle l’avait toujours cru vivant. Alors pourquoi était-il là ? Avait-il échoué à se sauver ? Les avait-il abandonnées, elle et Yulia, pour crever comme un misérable chien errant ? Alors à quoi bon ? À quoi cela avait-il servi de fuir si ce n’est pour se retrouver au point de départ ? Ses traits n’avaient pas changé, le temps n’avait pas eu raison de son visage juvénile. Il semblait à Lyra avoir en face d’elle l’Alexïs l’abandonnant la veille de son départ, tout sourire et rire. Quel acteur. S’était-elle doutée un seul instant que le lendemain serait placé sous le signe de l’absence de son ami ? Non.

Un coup de poing vint percuter le nez du pauvre garçon avant qu’il n’ait pu répliquer quoi que ce soit et calmer la demoiselle. Frapper au visage, une technique récurrente chez Lyra. Du sang perlait sur ses phalanges, elle serrait les poings, tentant de contenir ce qu’elle ressentait en cet instant. La colère et l’amertume se mélangeaient dans son être, destinés à devenir un bien drôle de cocktail à éviter de consommer de sitôt.

- Enfoiré ! Rester en vie, c’était trop te d’mander ?

Assommer quelqu’un d’injures ou l’art et la manière de Lyra de lui témoigner son amour. Le coup de poing, juste un surplus. Une option dont elle avait pris le soin de faire profiter celui qu’elle prenait pour Alexïs. Etait-il si vraisemblable que ça qu’il soit là, devant elle ? Elle s’en était sortie, elle. Alors pourquoi pas lui ? Comme la vie pouvait se montrer cruelle, tout comme la mort.
Invité
avatar
Invité
Re: Jour Sombre [Eden Grace] - Dim 13 Oct 2013 - 16:58
Un cours de chimie ennuyeux. Une journée d'automne ennuyeuse. La vieille bique, la soi-disante professeure, vociférait au sujet de la masse molaire. Que pouvait-il bien en faire ? Du haut de ses 21 ans, l'éducation scolaire ne l'intéressait pas le moins du monde. Il avait tant de chose à apprendre sur le monde extérieur, celui des Humains. Les cations et les anions pouvaient bien attendre. D'ailleurs, Eden, sous son livre La chimie en folie ! dissimulait un autre ouvrage, nettement plus intéressant. Ce jour là, ce fut Gatsby le Magnifique de F. Scott Fitzgerald. Un de ses - nombreux - livres préférés. Il en était au moment où Daisy et le personnage éponyme se dévoilait ses sentiments quand la sonnerie retentit. "Enfin !" pensa t-il si  fort qu'il manqua de le crier. Avec un emballement plus ou moins déguisé, il rejoignit l'essaim d'élèves qui se hâtèrent en direction de la pauvre porte. Quelques secondes plus tard, le voilà face à son casier. Il se dresse devant le cadenas et effectue son code : 9-6-2-2. Aucune logique dans ce mot de passe si ce n'est sa "bonne sonorité". Des fois Eden se trouvait bête rien qu'à s'entendre penser. Il rit intérieurement. En ouvrant la porte de son locker il manqua de finir écrasé sous une avalanche de romans traitant pour la plupart d'amour. Tout y était, de l'eau de rose à l'érotisme. La vieille, ce fut le tour de 50 nuances de Grey. Soi-disant, ce livre était débordant de sadomasochisme et d'autres trucs tabous et c'est ce qui aurait tant plu à ces housewiwes en chaleur. En aventurier, il avait voulu vérifier. Il fut déçu. Tout ce que ce satané best-seller proposait était une histoire où une vierge vivait sa première fois avec une homme qui l'attacha au pans du lit la deuxième fois. Ouh la la ! Pas de quoi faire frémir une nonne. Eden n'était pas vraiment fan de SM à vrai dire. D'accord, le jeu de rôle pouvait être intéressant mais il n'appréciait pas vraiment qu'on lui fasse mal. Cependant c'était à relativiser : tout dépendait de qui serait le partenaire. Il rit à voix haute cette fois-ci. Se moquant de lui-même, il parvient, avec effort, à ranger pêle-melle histoire, géographie, chimie, langues étrangères et philosophie. Il prit de l'élan, lança un coup d'épaule sur ce satané casier et profita qu'il soit à peu près fermé pour y déposer rapidement le cadenas.
"Et hop, c'est fermé ! Pfiou, c'était moins une."
Il pivota sur lui-même. Que pouvait-il faire durant la pause ? Aller travailler ? Peut-être devrait-il aller cueillir quelques unes de ces pêches hallucinogènes. Avec un peu de travail, il pourrait peut-être les réduire en poudre. Histoire de s'amuser rien de plus. Cette idée ne manqua pas de le faire sourire. Enfin, jusqu'à ce qu'un poing s'échoue quelque part sur son visage, l'envoyant au tapis. Il vit les étoiles quelques secondes, perdit toute sensation dans son corps. La seule étincelle qui surgit fut celle du charme. A moins que ce ne soit le choc de sa tête contre le carrelage froid. Quoique ce soit, il ne le vit pas arriver. Avant d'ouvrir les yeux, il effectua le contrôle habituel qu'il faisait à chaque réveil à la suite d'une bonne ivresse.
"Bon.. Je sens mes jambes.. Mes bras.. Okay, j'suis en vie.
Il ouvrit un œil, juste un seul, comme un misérable éclaireur, l'air de penser que s'il le refermait, tout s'arrêterait. Que c'était stupide. Eden se leva brusquement toujours dans le brouillard. Etait-il attaqué par un renégat ? Une bête sauvage ? Un partenaire fan de SM ? Euh non, il n'en avait jamais connues des comme ça... "Qui peut bien vouloir frapper une beauté comme moi putain ?!" hurlait son inconscient, étrangement compréhensible. Il se hissa sur ses deux jambes non sans balbutier. Il était en mauvais état mais étrangement, il ne ressentait pas la douleur. Pas encore. En effet, juste après que la surprise soit passée, la douleur irradia sur sa joue. Il se mordit les lèvres, faisant une petites moues que de nombreuses conquêtes avaient su apprécier à sa juste valeur, puis secoua la tête. L'incube passa une main dans ses cheveux, se recoiffant machinalement. Il réalisait petit à petit en posant ses yeux sur une jeune fille qu'elle était la seule responsable de ce coup porté à son encontre. Mieux valait ne pas la contrarier. Elle lui cria quelque chose dessus concernant la mort, la survie ou quelque chose de similaire. Il ne lui répondit pas, se contentant de sortir Léthée, sa dague, de sa poche. Il observa silencieusement son reflet à travers elle et caressa sa joue. Elle ne l'avait pas manqué. Soudain, sans s'en rendre vraiment compte, il lui envoya :
"Non mais ça va pas de frapper les gens comme ça ?!"

Il la vit hésiter. Elle devait sûrement penser : "Je lui donne un coup plus fort ou j'effectue un uppercut ?". Il sentait déjà la bleu monter. Visiblement, cette jeune fille s'était perdue dans sa contemplation. Remarquez, c'est assez habituel lorsque l'on un "fantasme sur pattes" comme l'avait déjà appelé un mec en regardant dans son décolleté  Cependant, ce n'était pas la première fois que la personne semblait y reconnaître un proche, la première s'étant déroulée quelques mois plutôt. C'était d'ailleurs assez gênant. Comptait-elle le frapper encore oui ou non ? Eden avait bien d'autres choses à faire que d'attendre qu'elle se décide à renvoyer son âme à la décharge municipale de Deus, la mort. Avant même qu'elle n'ajoute un mot ou qu'un autre poing n'ailler voler tout contre son visage parfait, il annonça :
"J'ai une petite idée de ce que tu peux voir. Mais.. Tu fais erreur sur la personne. Je ne suis pas celui que tu crois voir. Je suis.. Un simple reflet. Un reflet embelli, idéalisé, mais je ne suis pas lui. Tu auras beau toucher.. Bref, fais plus attention. Regarde bien. Je ne suis pas ce pauvre gars - était-ce ton petit ami ? - que tu as voulu martyrisé. Maintenant, décale-toi ou achève-moi. J'vais me chercher de la glace avant que ma joue n'enfle.
Il sentait que sa réplique avait été bien lancée et s'en félicitait, les jambes plombées, attendant qu'elle fasse son "putain" de choix.
Invité
avatar
Invité
Re: Jour Sombre [Eden Grace] - Jeu 17 Oct 2013 - 18:27

Alexïs. Elle l’avait frappé. N’était-ce pas ainsi que Lyra passait son temps à exprimer son affection ? À l’aide de ses poings. Parce que blesser était bien plus simple que parler. Parce qu’elle ne contrôlait rien lorsque les sentiments lui sautaient à la figure. Parce qu’elle était ainsi.
La même voix. Le même timbre. Exactement. Il n’avait pas changé depuis la dernière fois. Son souvenir était resté intact. Et pourtant. Et pourtant cet avatar d’Alexïs venait lui affirmer qu’il n’était pas lui. Juste un reflet. Elle se trouvait devant un miroir lui reflétant son passé par les traits de son meilleur ami. Elle serra les poings. Frapper une nouvelle fois ? Laisser non plus sa tristesse s’évacuer par mille blessures mais sa rage d’avoir été abusée ? Elle ne pouvait pas y croire. Elle ne voulait pas. C’était Alexïs. Cela devait être Alexïs. Alors pourquoi ne la regardait-il pas ? Pourquoi était-il aussi froid avec elle ?

- Alexïs… Pourquoi… Pourquoi n’est-ce pas toi ?

Elle aurait pu s’adresser à un fantôme que cela aurait produit le même effet. Une folle. Voilà l’illusion qu’elle donnait de sa personne. Une folle traumatisée par un spectre du passé. Nouveau tour de Deus : la confronter face à l’image de son meilleur ami. Image, voilà tout le problème. Il fallait qu’elle se sorte de la tête l’idée saugrenue qu’Alexïs était devant elle. Il était toujours vivant, à courir quelques part. Elle finirait bien par le croiser sur Terre. Elle en était persuadée.

La question indiscrète du garçon termina de la ramener à la réalité. Alexïs, son petit ami ? N’importe quoi. Elle croisa ses bras sur sa poitrine pour lui montrer ce qu’elle pensait de son hypothèse loufoque. Et qu’il s’occupe donc de ses affaires, celui-là ! Elle regardait le sol, ne voulant plus être confrontée au rouquin. Elle avait bien compris que ce n’était pas lui mais ce spectre la mettait mal à l’aise. Qui ne le serait pas ? Cet idiot lui avait fait espérer l’espace d’un instant.
Que tout redevienne comme avant.
Puis plus rien.
Rien n’avait changé.

- Pourquoi tu t’amuses à prendre l’apparence de quelqu’un qui m’était cher ? T’as rien d’autre à foutre ?!? s’énerva-t-elle, pfft. Connard, va.

Parce que oui, s’excuser de son malheureux coup de poing, c’était trop lui demander. À quand des excuses de la part de Lyra Vilkas ? Pour un geste qu’elle ne regrettait pas, qui plus est. Si cet avorton tenait à son visage, il n’avait qu’à pas agir de la sorte. Lyra, belle demoiselle impulsive, lui avait fait payer son audace.

Elle libéra le passage pour le garçon, se dégageant de son chemin. Qu’il s’en aille donc. Elle ne voulait plus le voir. Son départ signifierait qu’elle n’aurait plus aucune chance de revoir Alexïs avant longtemps encore. Quel pourcentage de chance y avait-il pour qu’il soit à son tour choisi pour devenir un futur dieu à sa mort ? Quelles chances avait-elle de le croiser par hasard en Russie, ou ailleurs ? Plus de six milliards de ces satanés humains grouillaient sur la Terre et le sien était perdu dans cette masse apocalyptique. Elle ne pouvait pas laisser passer cette occasion inespérée de lui dire tout ce qu’elle avait sur le cœur. Même si ce garçon n’était pas Alexïs, peut-être serait-ce l’occasion de soulager sa conscience ?

- Attends ! l’arrêta-t-elle, t’as déjà son corps et sa voix. Il ne te manque que son passé et ses souvenirs pour être comme lui. Tu veux bien… c’est totalement cinglé, j’sais bien, mais tu veux bien être comme lui quelques instants ? Pour que j’puisse lui causer comme si de rien n’était. Comme si c’était vraiment lui que j’avais en face.  

Le reste ne dépendait que de sa réponse. Mais que lui dirait-elle s’il acceptait ? Lui confierait-elle tout ce qui lui était arrivé ? Ses espoirs et ses désillusions ? Elle n’en savait encore rien. Elle savait juste que cette idée était grotesque et stupide. Elle ne comprenait pas même pourquoi une telle lueur avait germé dans son esprit. Elle n’en serait que plus malheureuse, non ? Elle lui parlerait à cœur ouvert pour rien. Ces mots qu’elle prononcerait n’auront aucune valeur. Elle devra un jour réitérer ces paroles pour le véritable Alexïs. Si les anges sont cléments et daignent lui permettre de le revoir. Une dernière fois. Son véritable ami d’enfance et non pas cette pâle copie.
Invité
avatar
Invité
Re: Jour Sombre [Eden Grace] - Sam 28 Déc 2013 - 19:16

Là, pour le coup, je reste vraiment sur ma faim. Je voulais trop savoir comment Eden allait réagir à la demande de Lyra. Enfin, qui sait. Peut-être la suite une prochaine fois.

Lyra :  165 xps
Eden :  85 xps

Xps attribués : Yep
Jour Sombre [Eden Grace]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» I. Calliope Ieva ~un jour sombre en ce jour pluvieux
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» Une ruelle sombre
» HOROSCOPES DU JOUR
» Infos françaises du jour (prédictions) :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Bâtiment des cours :: Couloirs-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page