Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Escape | SOLOS

♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6591

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Escape | SOLOS - Dim 29 Sep 2013 - 20:59
Escape

Assise sur le toit de la tour de l'horloge, emmitouflée dans sa cape dont la capuche avait été rabattue sur sa tête, Rain gardait les yeux rivés sur la mer d'étoiles que lui offrait la voûte céleste, vaste, infinie et sombre. Une lueur étrange animait ses prunelles, d'habitude si dénuées de sentiments. De la fascination. Une fascination enfantine. Ces astres… de quoi pouvaient-ils bien être constitués ? Si elle volait suffisamment haut, est-ce qu'elle pourrait espérer les atteindre ? Est-ce qu'elle pourrait se retrouver parmi eux ? Pourrait-elle un jour les effleurer du doigt ? Et… comment faisaient-ils pour briller éternellement ?

Des acclamations lui parvinrent en contrebas. Des élèves fêtards. A une heure du matin… il y en avait qui allait se faire botter les fesses par le surveillant du coin. Qu'ils prient pour qu'ils ne tombent pas sur un membre du Conseil… n'ayant pas d'autres chats à fouetter. Ce n'était pas le cas de Rain, en tout cas. Alors elle laissera le soin à d'autres personnes de leur remonter les bretelles jusqu'aux oreilles. Actuellement, son regard ne se détachait toujours pas de ce somptueux tableau qu'était le ciel nocturne dans le monde divin. Même lorsque finalement, l'ombre apparut à ses côtés, atterrissant sur le toit avec autant de souplesse qu'un félin, elle ne réagit pas. Il n'était évidemment pas passé inaperçu, puisque c'était lui qu'elle attendait, mais c'était à lui de faire le premier pas.

- Comment trouvez-vous la Lune ce soir ?

- Parfaite.

- Je peux en dire autant.

- Alors je n'ai plus qu'à vous souhaiter une bonne balade.

Un code. Une discussion codée, comme ils se devaient de disposer pour communiquer en toute discrétion. L'ombre acquiesça, avant de disparaître aussi vite qu'il était arrivé, laissant Rain à sa contemplation. Ces astres… elle imaginait mille et une contes sur eux. Les âmes des dieux d'autrefois qui veillaient sur eux ? Que pouvaient-ils bien penser d'elle, personnage insignifiant parmi toutes ces grandes figures ? Que pouvaient-ils bien penser du monde actuel, de l'académie de maintenant, de la génération divine d'aujourd'hui ? En étaient-ils fiers ? Ou avaient-ils, au contraire, envie de pleurer ?

Qu'allaient-ils penser de son acte, ce soir ?

***
Le personnel de garde ce soir avait été soigneusement sélectionné. D'aucun n'aurait la capacité de tenir tête face à Hansel, renégat aguerri et dévoué. Cependant, les gardes n'étaient pas les obstacles les plus difficiles à traiter. La magie scellant les parties du corps de celui qu'il venait sauver demandait une certaine maîtrise dans ce domaine, mais l'homme avait reçu les instructions nécessaires pour se débrouiller ce soir. La première ligne de surveillance neutralisée, le renégat usa alors de sa capacité divine pour pouvoir tromper la vigilance de la deuxième et dernière ligne afin de mieux les surprendre par derrière. Pas de morts, tel avait été les ordres. Alors il se contentait de les assommer pour un petit temps, voire de les endormir. Son regard argenté se tourna ensuite vers la grille qui séparait la cour intérieure de la galerie souterraine menant aux cachots.

Il devait s'y trouver en ce moment.

Le renégat leva alors la main devant lui tandis qu'une inscription bizarre apparaissait sur sa paume. Quelques paroles prononcées sur le bout des lèvres, à voix basse, et le sceau invisible qui protégeait la grille fut rompue. Silencieux, l'homme passa ensuite celle-ci sans prendre la peine de l'ouvrir, son corps traversant les barreaux avec la facilité d'un coup de vent. Ses pas résonnèrent discrètement entre les murs des nombreux et sombres couloirs du sous-sol. Il y arriva finalement, devant la porte blindée de la cellule où était enfermé le cyborg qu'il était venu chercher. De chaque côté de la pièce hermétique, à l'extrémité du couloir dans lequel elle se trouvait, il y avait deux autres salles où étaient enfermés les morceaux de la machine.

Le système de protection avait été conçue de manière à ce que les deux portes ne peuvent être ouvertes que simultanément. Encore fallait-il posséder la formule pour ce faire, mais bien évidemment, Hansel n'était pas venu ignorant. Il avait été bien renseigné par celle qu'il servait. Et à présent, il se devait de donner tout ce qu'il avait appris. Ses deux paumes s'ouvrirent vers les deux portes opposées. Les marques apparurent à nouveau, et les murmures traversèrent une nouvelle fois ses lèvres. Devant lui, venait d'apparaître deux copies parfaites de lui-même. Dès que les portes furent ouvertes, les deux clones ne perdirent pas de temps et allèrent chercher les précieuses pièces enfermées derrière celles-ci.

Une fois les morceaux récupérés, le renégat relâcha son emprise sur les sceaux qui se reconstituèrent comme si jamais personne ne les avait violés. Les deux clones revinrent auprès de lui sans se précipiter, tandis que l'original entreprenait d'annuler momentanément la protection trônant sur la porte qui le séparait de celui qu'il était venu chercher. Ce après quoi, il put tourner la poignée comme tout être civilisé. Apercevant le cyborg privé de ses membres, enchaîné au milieu de la pièce, Hansel vint poser une main sur sa poitrine avant de se pencher légèrement en avant, ses deux clones se contentant de rester droits de chaque côté de son corps.

- Bonsoir Hango, le maître m'envoie à sa place. L'heure est venue de te défaire de ces liens.



Ces formalités prononcées, les photocopies du renégat s'avancèrent et rendirent les propriétés au propriétaire. Une fois ceci fait, les deux clones disparurent, tandis que Hansel demeurait en retrait, patientant que le cyborg ait fini de réinstaller ses membres et qu'il eut enfin retrouvé sa mobilité. Suite à quoi les deux renégats sortirent de la cellule qui s'était vue scellée à nouveau, ni vu, ni connu. Dès qu'ils furent arrivés au niveau de la cour intérieure, l'homme aux cheveux d'argent se tourna alors vers le presque évadé.

- Comme vu avec le maître, en toute discrétion.

Il appuya ces derniers mots. On avait suffisamment insisté de son côté pour qu'il retienne, il devait s'assurer que la machine bipède ne gâche pas tout de son côté. De toute manière, s'il venait à se faire prendre parce qu'il n'aura pas écouté cet avertissement, ce sera tant pis pour sa pomme. Il se détourna ensuite du robot pour ouvrir les grilles qui grincèrent discrètement. A partir d'ici, c'était chacun pour soi.

Avant de disparaître dans la nuit, juste avant que les ombres estompent son corps à nouveau, Hansel se tourna une nouvelle fois vers le cyborg. Son regard s'était durci, tandis qu'il ajoutait :

- N'oublie jamais… qui t'a offert ta liberté, Hango L. Tengu.




Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

Invité
avatar
Invité
Escape | SOLOS - Mer 23 Oct 2013 - 21:14
Les journées et les nuits sont passaient de façon discrète, je n’avais aucune fenêtre pour me permettre de distinguer jour et nuit, la seule chose qui me permettait de voir les journées passés, c’était les gardes qui changeaient de poste.
La peur se sentait chez eux lorsqu’ils parlaient, la peur de me voir sortir dans un fracas et d’une violence qu’ils ne sauraient maîtrisés. Ils étaient devenus paranoïaques car je n’ai aucune chance de sortir.
Je suis en morceau, mes membres sont répartis dans deux pièces fortifiés protégés par un puissant sort de protection et vu le nombre de garde, qui serait assez fou pour me délivrer ? Mise à part moi, je ne vois personne d’autres. Si ça se trouve, ils vont me laisser croupir ici. Après tout, ils ont surement d’autres chats à fouetter, je ne suis qu’un pion dans cette histoire de destruction de l’humanité.
Tiens, je me surprends à ne plus être la pièce maitresse de cette histoire ? Voilà qui apporte du changement à mon comportement, qu’est ce qui m’a fait changer ? Surement cette défaite contre Aqua et sa comparse, j’ai des détails à prendre en compte désormais.
Je ne suis plus le maître d’une armée gigantesque qui m’obéi au doigt et à l’œil, des usines qui produisaient des soldats par centaines voir des milliers de soldats par jour. De la technologie tellement avancé que j’aurais pu voyager dans l’univers. Je n’ai plus tout ça et je vais devoir faire avec. J’ai besoin d’arme et d’explosifs. On ne s’improvise pas terroriste tout de même.
Il me faudra des explosifs puissants et meurtriers, comme des bombes au phosphore, ce puissant oxydant qui brûle la pierre. Aussi des charges creuses, capable de percer beaucoup de blindage, je pourrais m’en servir pour détruire des cortèges royaux ou présidentiels. Mais avant tout, je dois faire un voyage, oui un voyage, un grand voyage, ce voyage doit me faire changer quoi qu’il m’en coûte. Mais tout est contre moi vu que je ne peux sortir d’ici.
 
L’air change brusquement, quelque chose cloche, il y a quelqu’un d’autre à part les gardes en ce lieu. Ma sensation est vraie car on vient me libérer, un homme sombre, cheveux gris et yeux de la même couleur. Moi qui me disais que j’allais finir ici. Il a même amené mes membres ? Visiblement, l’homme que j’avais en face de moi n’est pas à prendre à la légère, s’il est capable de briser des sceaux aussi puissant, son pouvoir doit être d’une rare intensité. Après qu’il m’est passé mes membres, ceux-ci se sont reconnectés, les fils ont trouvés leurs homologues en quelques secondes. J’aime cette nanotechnologie. Après avoir récupérer toute ma mobilité, j’ai suivi cette homme mystérieux, les gardes n’avaient pas fait long feu devant lui, aucun bruit n’a été émis. Avant de partir, il m’a dit deux choses : rester discret et de ne pas oublier à qui je devais la liberté.
 
Suis-je libre ? Je ne pense pas car je suis l’esclave de moi-même car je suis partagé entre deux opposés différents en tout point. Mais maintenant que je suis libre, je peux faire ce que j’ai voulu faire.
 
 
Je suis dans les Alpes désormais, j’ai réussi mon évasion avec discrétion comme l’a demandé cette homme. Maintenant, je peux faire mon voyage comme convenu, muni de ma cape et de mes gants afin de camoufler mon corps, il est temps de partir.
Les jours s’écoulent passe, ça fait à peine quelques heures que je marche et je sens déjà deux forces en moi qui s’affrontent, une voulant que je n’y aille pas et l’autre voulant l’inverse mais je dois continuer, marcher jusqu’à un temple bouddhiste, oui je dois le faire car si je ne suis pas en paix avec moi-même, je ne pourrais rien faire. Le froid commence à faire son apparition aussi et puis aussi un ennemi invisible. Il mord sans dent, court sans jambe, touche sans main, cette ennemi est le vent. Pourquoi ennemi ? Car c’est un poids en plus, je dois marcher face au vent qui se fait de plus en plus fort et avec la guerre interne que je mène, ça n’est guère facile.
 
Je ne croise guère de monde, les voies que j’emprunte sont empruntées par des vieilles personnes qui les utilisent par nostalgie, dans leur regard je vois qu’ils sont  heureux que quelqu’un d’autres connaissent les bons chemins comme ils diraient, pas comme ces chemins impur pleine de pollution et sur-utilisés. J’ai marché je ne sais combien de temps à travers des paysages magnifiques mais extrême : ravin, crevasse sournoise, avalanche etc. Le genre de chose que l’on veut éviter. Après je pense 2 semaines de marche, j’arrive au milieu de la nuit à un temple.
 
J’ai frappé à la porte de bois rouge couverte de neige de ce temple, la nuit étant bien entamé, je dois m’attendre à ce que personne ne m’ouvre. Mais des bruits de pas se sont approchés et la porte s’est ouverte. Un homme, la vingtaine, crâne chauve, muni de sa tunique de moine et d’une lampe en papier s’est mis devant moi, il a dû lever la tête pour me regarder.
 
Oui mon frère ?
 
Je cherche la paix intérieur, puis-je entrer ?
 
Il m’a fait signe de le suivre, ils ne sont guère laxiste ici, tous ceux qui veulent la paix, ils acceptent sans trop posé de question.
 
Vous allez devoir attendre l’aube mon frère, le maître Chiou dort.
 
Il est normal qu’il dot à cette heure tardive, pardon de déranger votre sommeil à cette heure.
 
Il n’y a pas d’heure pour entrer dans la maison de Bouddha mon frère. me disait il en me donnant une chambre, je l’ai remercié et il est parti. Je me sens différent depuis mon entrée ici. Comme si la guerre interne que j’ai s’est calmé brusquement, comme si une force supérieure les a arrêtés tout d’un coup. Suis-je sur le bon chemin ?
C’est aux lueurs orange et rouge sur les pointes enneigés des montagnes avoisinantes que je me suis levé et que je me suis rendu devant la pièce où le maître Chiou reçoit ses disciples. Les lueurs reflétaient sur la neige blanche ses couleurs chaudes et apaisantes. J’ai été accueillie par un vieil homme. Sa longue barbe blanche touchait presque le sol, sa cane en bois semblait avoir enduré les dégâts du temps mais tiens malgré tout.
 
Il s’est assis en position de prière et s’est servi en thé, il m’en a proposé mais j’ai refusé. Après quelques gorgées du breuvage chaud, il a commencé à me parler, malgré son âge sa voix semble très jeune, sans doute dû au fait qu’il boit du thé qui entretien sa voix.
 
Que me vaut l’honneur de la venue d’une nouveau frère ?
 
Je suis à la recherche de la paix intérieur
 
Il  a encore bu avant de reprendre, il semble si serein et détendu.
 
Tu es le bienvenue ici, mon frère. Tu peux ôter ta cape, les différences ne sont pas importantes ici.
 
Je crois que la différence que je suis ne peut être accepté ici
 
Pourquoi donc ? me demanda t’il.
 
J’ai ôté mes gants et ma cape, c’est sous ses yeux stupéfait qu’il fait l’a découverte de la différence que je suis, je ne suis pas difforme ni défiguré, je suis une machine. Le silence s’est installé pendant quelques minutes avant qu’il ne reprenne la parole.
 
C’est une grande différence que vous avez mon frère, d’où venez vous ?
 
Je viens de 2456, j’ai été tué lors de ma conquête de ce monde. Depuis ma résurrection, il y a deux âmes qui se partagent mon corps.
 
Attendez, vous êtes mort ? Comment êtes vous revenus à la vie ?
 
Par un lieu, un lieu divin appellé...
 
Deus Académia m’a-t-il dit.
 
Comment pouvait-il être au courant de ce lieu, il n’est pas mort ? Je dois savoir comment il sait
 
Comment pouvez vous êtres au courant pour ce lieu ?
 
Maître Soin Tuoin a été guidé par Bouddha dans ce lieu, après il a été acceuilli par un dieu ultime : Deus.
 
Où puis-je trouver ce maître ?
 
Il est décédé voilà deux jours, bien tu es prêt pour méditer ? Mais sache que même si tu viens d’un lieu divin, tu mettras au moins 6 mois pour trouver la paix.
 
Avant de commencer, vous devez savoir quelques details. Je me suis engagé dans une voie pour éradiquer toute vie sur terre, j’ai des milliards de mort sur la conscience et je n’ai aucun regret. M’acceptez vous quand même ?
 
Nous ne sommes pas là pour te guider mais t’aider à trouver la paix intérieure mon frère, si tu juges cette voie comme bonne, qu’il en soit ainsi. Mais lorsque viendra le jour où tu nous tueras, n’ai aucune regret surtout. Sois fort.
 
Je le suis, j’ai bâti une armée, j’ai détruit la planète entire, j’ai battu des dieu, j’ai...
 
Être fort ne veut pas dire avoir fait tout ce que tu as fait. Être fort, c’est être capable de quoi qu’il arrive, allez au bout de ses convictions et sa voie. Si tu ne réussis pas cela, c’est que tu es faible.
 
Sa phrase a eu une énorme répercussion en moi, depuis tout ce temps. Moi qui me croyait l’être supérieur et le plus fort, j’étais le plus faible. Je me suis levé et je l’ai salué m’étant habillé avant de sortir. Je dois devenir fort, je suis faible et ce depuis le début. Je dois grandir et m’améliorer. J’ai besoin de cette paix intérieure.
J’ai cherché un lieu pour méditer et j’en ai trouvé un. Sous un cerisier, je me suis assis dans la position pour prier et je me suis éteint.
 
 
Le noir, je ne vois que ça dans mon corps, du noir du noir et du noir. Suffisamment pour broyer du noir non ? Comment je dois faire pour trouver la paix intérieure ? Pardonner mes carnages ? Faire quelques choses en particuliers ? Ou bien tout simplement, faire unir mes deux opposés ? C’est sûrement ça, si je veux vivre en paix, je dois n’avoir qu’une seule personne dans mon corps. Mais je ne peux pas en supprimer une car sinon c’est mon âme qui en sera brisée. Je dois les fusionner afin d’être un être unique et un seul esprit. Mais comment faire fusionner un esprit machine destructeur ou un esprit humain créateur ? Le fait de les fusionner créera en moi une forte puissance qui entrainerait ma mort. Mais qui ne tente rien n’a rien.
Après un voyage d’une durée indéterminée dans cette noirceur, j’ai fini par trouver deux personnes qui s’affrontent, voulant avoir le contrôle de mon corps et ce pour de bon, ils se sont lancé un duel à mort. Le vainqueur remportera le corps. J’ai réussi à attirer leur attention après divers tentatives.
 
[Tiens, mais viola notre envelope “charnelle”
 
Effectivement, que nous vaut l’honneur de ta visite ?
 
Je suis venu pour vous faire fusionner afin d’être en paix avec moi-même.
 
Les deux se sont mis à rire, me croyant incapable de ça, me traitant de faible etc. Je les ai mis au défi, si je réussissais à les contenir, je serais gagnant mais si je ne réussis pas. Ils auront mon corps à leur guise. Ils se sont regardés quelques instants avant de rentrer en même temps dans mon corps. A l’instant même où ils sont rentrés, une douleur insupportable est apparue, je me suis tendu de partout. Des arcs électriques sont sortis de mon corps, des messages d’erreur et de surchauffe sont apparus par centaine et le liquide qui entoure mon cerveau à commencé à bouillonner. Ce passage qui n’a duré que quelques minutes à pour moi durer des heures, je suis tombé au sol, dans un grand fracas j’ai heurté le sol. Je suis resté allongé un temps indéterminé. Puis je me suis levé. J’avais réussi à contenir deux esprits totalement opposés. J’ai réussi à avoir ma paix intérieure.
 
Je suis réveillé dans le monde réel, recouvert par de la neige. Je suis resté là à méditer depuis je ne sais combien de temps. Mais je devais allez voir le maître Chiou pour le remercier. Je l’ai cherché dans tous le temple mais on m’a annoncé qu’il est sur le point de mourir. Je me suis empressé d’aller le voir et de m’agenouiller à côté de lui. Cela fait 10 mois que je méditais.
 
Maître, ne partez pas j’ai encore besoin de vous.
 
Non, je ne peux pas rester, Bouddha m’appelle et je ne peux pas refuser son appel.
 
Mais j’ai encore tellement à apprendre de votre part maître
 
Mais tu sais déjà tout, regarde. Tu disais être le destructeur des humains et regarde toi, tu me demandes que je t’enseigne encore plus. Tu as trouvé ta paix intérieure. Maintenant, je dois te laisser Bouddha m’ap..... Il est mort sans même avoir fini sa phrase, l’appel était trop fort. Il avait le regard radieux de bonheur. Je me suis levé et je suis sortit. Tous les adeptes étaient là devant moi à attendre le verdict. J’ai baissé la tête et ça a suffit pour leur faire comprendre que leur maître est auprès de Bouddha maintenant.
 
J’ai assisté aux funérailles du maître, je devais le faire, c’est grâce à lui que j’en suis là. C’est alors que m’est venue une idée.
J’escalade une montagne, le toit du monde comme beaucoup l’ont dit : l’Everest avec sur le dos le cercueil du maître, son rêve était d’aller là haut. J’excuserais son rêve. Même les blizzards et les crevasses ne m’ont pas arrêté, jamais ils ne m’arrêteront jusqu’à mon objectif. j’ai passé des jours à monter.
Ma main a atteint le sommet, je me suis hissé avec difficulté mais j’ai réussi. Je suis dépêché d’enterrer le cercueil et de mettre la croix. J’ai regardé le panorama et la tombe et j’ai posé mon genou au sol ainsi que mon poing devant la tombe.
 
Merci maître
 
De ces montagnes est descend un home, un homme nouveau qui a laissé derrière lui sa personne.
Invité
avatar
Invité
Re: Escape | SOLOS - Sam 26 Oct 2013 - 20:46

Deux rps solos bien distincts, qui se suivent naturellement et sans anicroche, nous en apprenant aussi beaucoup sur chacun des personnages, surtout du côté d'Hango. C'est un concept intéressant, le solo à plusieurs, par étage comme ça. Vous m'avez convaincu en tout cas.

Rain :  175 xps
Hango :  270 xps

Xps attribués : Yep
Contenu sponsorisé
Re: Escape | SOLOS -
Escape | SOLOS
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Les 100 plus beaux Solos de tout les temps
» 02.03/17.C.L'Aquila, Italie - Time to escape
» Kickstater Escape issu de l'univers d'Eden
» escape game à besançon
» Bug a la chapelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Bâtiment des cours :: Bureau du Conseil-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page