Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Un nouveau départ forcé

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
avatar
Invité
Un nouveau départ forcé - Mer 25 Sep 2013 - 15:50
Les ténèbres, un froid glacial et un silence de mort, voilà tout ce que j’ai ressenti durant ces quelques instants semblant durer une éternité. Cet état avait quelque chose d’apaisant dans un sens, j’étais seule, oubliant l’importance de ce monde qui m’avait vu naître, laissant derrière moi toute cette souffrance et ses difficultés, je trouvais enfin une forme de paix. Je ne pouvais qu’espérer que cet instant dure toujours et que ma sœur connaisse ces instants de paix aussi, elle l’avait mérité bien plus que moi, elle avait vécu entourée de ténèbres trop longtemps et méritait ces instants de répit. Mais comme toute paix, elle n’est que de courte durée, je n’eus qu’à peine le temps d’en profiter, la réalité revint frapper un grand coup que je n’avais guère venu voir.
 
Une faible voix se fit entendre, il ne s’agit que de son imperceptible, qui petit à petit commençait à prendre forme. Il s’agissait d’une voix familière, qui m’avait toujours accompagnée d’aussi loin que je m’en souvienne et je priais pour qu’il ne s’agisse que d’un rêve, mais il n’en fut rien. La voix se fit de plus en plus insistante, mais je peinais encore à comprendre de quoi il s’agissait, jusqu’à ce qu’elle finisse par perdre patience et crie un bon coup, la surprise me fit me redresser sur moi-même et ouvrir les yeux. *Enfin, tu te décides à te lever. * Et elle était là, se tenant debout face à moi, Lilith, elle était visiblement en manque de patience, las d’attendre que je me réveille. Je ne comprenais plus rien, il y a encore un instant, je m’écroulais sur le sol sous une pluie de balles et j’étais désormais en vie sans aucune raison. J’étais d’ailleurs en vie, mais où étais-je ?
 
Je ne m’en étais pas encore rendu compte, à cause du choc du réveil, mais je me trouvais dans un lieu totalement inconnu ressemblant à un temple géant. Je n’avais aucune idée d’où je pouvais me trouver, mais l’architecture des lieux ne ressemblait en rien à ce que l’on pouvait trouver chez moi, c’était bien plus occidental. Je ne pus me retenir de demander où est-ce que l’on était et Lilith me répondit, sur un ton blasé, qu’elle n’en savait rien et que ça coulait de source. Me relever ne fut pas chose facile, mais lorsque ce fut fait, j’observai avec plus d’attention mon environnement. Il n’y avait personne autour de moi, hormis Lilith bien sûr, mais difficile de la considérer comme une personne.
 
Comment avais-je pu arriver ici ? Ce n’était pas normal et encore moins naturel… Était-ce qu’on appelait la vie après la mort ? Et si c’était bien le cas, pourquoi devais-je encore devoir être avec tous ces fous dans mon esprit … ? Alors que je me questionnai, une question, plus importante que tous les autres fit son apparition. Si j’étais ici, était-il possible que Yuko aussi se soit retrouvée dans ce temple ? J’étais à la fois heureuse et triste à cette idée, si elle était revenue comme moi, elle n’avait sûrement, quant à elle, pas perdu cet autre monde qui la torturait. Je continuais d’avancer, accompagnée de Lilith qui était à côté de moi, jusqu’au moment où j’aperçus une autre personne, tout aussi familière que la voix que je peinai à discerner il y a peu. *On dirait que je vais retrouver mon ami de jeu. *
 
Elle était là, tout aussi perdue que moi, se demandant ce qu’elle faisait ici. Je ne pus me contrôler en la voyant et je courut me jeter dans ses bras, la dernière image que j’avais d’elle était horrible et la voir ainsi vivante me submergea de bonheur. Une petite larme coula le long de ma joue alors que je me calmais petit à petit. La voir ici était à la fois une bonne et une mauvaise chose, rien ne garantissait qu’elle n’allait pas encore commettre une erreur irréparable à cause de ce monde qui la détruisait. Mais pour l’heure, je préférais savourer l’instant et espérer que rien ne dérape jamais.
« Yuko… Je suis contente que tu sois là, saine et sauve. Tu as une idée de ce qui se passe ? Je me suis réveillée ici, sans aucune blessure après avoir été… » Je marquai une petite pause, me rappelant qu’elle n’avait aucune idée de ce que j’avais fait après son suicide, puis je repris. « ... tuée dans une fusillade… » 
Invité
avatar
Invité
Re: Un nouveau départ forcé - Mer 25 Sep 2013 - 17:47
La paix, ce paysage noir sans fin, ce paysage m'offrant ce repos tant chercher. Je l'avais supplier de venir me chercher pendant temps d'année, lui demandant de m'offrit sa miséricorde. J'avais temps prié pour qu'un jour cette errance dans ces enfers s'achève, ne laissant derrière moi aucun regret, juste un sourire, un premier sourire heureux. Ces lignes blanches avait été mon chemin dorer, ma récompense face à cette lutte sans fin mener contre cet être me rongeant l'âme. Ce camion avait été le messie m'ouvrant les portes de son paradis, l'obscurité ma tendre protectrice face au bruit assourdissant de ce être maléfique criant pour que je la fasse sortir de sa boite de pandore.

Le sommeil éternel m'offrait cette sérénité que je n'avais espérée, que j'osais à peine toucher de mes bouts des doigts, de peur de la briser. Cette vois c'était éteint, plus un mot ne se fessait entendre, l’espoir que tout étais fini se rependant dans tout mon corps m'inondant de cette chaleur surnaturelle. Mes yeux s'ouvrirent doucement voulant contempler ce lieu de paix, voir ces abysses s'offrant à moi. Mais ils furent inondés de cette lumière du jour, les faisant plisser, les forçant à s'habituer à cette clarté petit à petit d'où émergeait un endroit étrange et inconnu. J'admirai cet endroit, sa splendeur, je m’imprégnais de cette paix que ce lieu dégageait.

Soudain un léger rire, à peine perceptible, se fit entendre, il évanouis dans les airs. Mon regard cherchant après lui, tournant la tête dans tout les sens jusqu'à lui donner cette impression de tournis. Encore une fois, un peu plus fort, un peu plus sombre, et à nouveau plus le silence. Alors que mon regard commença à changer, que mon esprit prenait conscience petit à petit, ce rire résonnait de plus en plus fort envahissant mon esprit.

Et de bras m'entourèrent subitement, le son des rires sadiques faisait place à ceux de sanglots, puis à cette voix qui m'étais si familière, cette voix qui m'avait accompagné pendant toute mon enfance, avec qui j'avais partager mes joies et mes peines. Cette voix qui avait toujours sur dessiner un sourire sur mon visage, comme à cet instant, me demande ce qui se passait , me disant qu'elle avait été tuer d'une balle, je voulais me retourner vers elle lui afin de lui demande ce qui c'était passer. Mais ces rires macabres reprirent et cette voix d'horreur résonnait dans ma tête me susurrant ses mots doux. Mes mains prirent ma tête entre leurs paumes, ma voix voix suppliante cette présence morbide de partir, la suppliant de me laisser, lui demandant pourquoi. Je repoussais cette soeur qui m'avait suivi jusqu'à cet endroit mystérieux, pleurant suppliant à cet espoir, cette paix de ne pas s'en aller de reste auprès de moi, mais ils partirent lentement à mesure qu'elles me parlent, elle, qui était responsable de ma chute, elle qui m'avait piégé dans les tréfonds de son mon de peur et de haine, elle me murmurant à mon oreille que je lui appartenais et que je ne pouvais me défaire d'elle qu'à jamais nous étions lier. JE restais loin de ma sœur, recroqueviller sur moi-même, me balance d'avant en arrière, demandant à voix basse qu'elle parte et pour toute réponse *si tu veux arrêter de souffrir laisse-moi ta place, tu ne ressentiras plus rien. Plus de souffrance, juste le silence. Après tout c'est ce que tu veux*. Mon corps se mouvait toujours comme une balançoire, alors que je criais de tout mes forces. 

« Laisse-moi tranquille ! Va-t-en. » Et dans un murmure qui se mélangeait à mes sanglots.  « Je t'en supplie laisse-moi. J'en ai assez »

Elle me répéter la même chose comme si cela était une litanie rajoutant à ces paroles *J'ai bien cru que tu avais gagniez en te jetant sur ce camion. Mais faut croire que j'ai une bonne étoile, car je suis toujours là. Et crois-moi j'y resterai et prendrai un malin plaisir à te faire souffrir chaque jour si tu ne me libères pas* Et soudain, mon corps s'étira se réveillant d'un long sommeil, je me retournais, regardais ma sœur avec un sourire. Mon visage affichait ce sourire froid et cruel qu'elle avait connu par le passer


« Bonjour soeurette. Ça faisait longtemps. »
Invité
avatar
Invité
Re: Un nouveau départ forcé - Mer 25 Sep 2013 - 20:17
Fatalité se réveilla lentement, un seul mot en tête : survivre. Il se leva son katana censé être brisé à la main et tourna la tête à droite puis à gauche sans vraiment trouvé d'âme charitable pour lui expliquer ce qu'il se passait. Ses seuls souvenirs était le craquement de ses os (peu ragoûtant il faut l'avouer) tandis qu'il se faisait tuer par les Maudits, ensuite plus rien à part le mot survivre résonnant dans sa tête. Fatalité sans vraiment le vouloir plus par un réflexe qu'il n'avait jamais acquis inspecta le lieu et ne trouva aucun signe de danger prochain, il eu juste le loisir d'admirer un étrange bâtiment, une sorte de temple. En quelques instants le métisse se remémora ce qui s'était passé juste après sa mort, il avait d'abords savourer le silence et s'était abandonné à cette libération qui signifiait qu'il n'avait plus à faire attention à sa vie, il s'était désabuser très vite quand il avait ouvert les yeux pour la première fois dans ce monde. Sa première réaction avait été de se coucher sur le sol et de fermer les yeux espérant retrouver cette paix par laquelle il était passé, il avait été dérangé dans sa recherche de la paix intérieur par des pas et un discours qu'il n'avait pas écouter et dont il n'avait retenu qu'un seul mot : Deus Academia
Qu'était ce ?  
Fatalité leva son katana à hauteur de son visage et l'observa : de fines zébrures à l'aspect blanchâtre remplaçait les endroit ou l'arme était censé s'être brisée, il marcha ensuite à travers le temple, errant sans savoir où il se trouvait et si cet endroit était dangereux, en chemin il trouva de nombreuses personnes à divers endroits certaine aussi déboussolée que lui, d'autres aillant l'air de savoir où elles étaient. Finalement il tomba sur deux jeunes femmes à l'allure étrange à cause de leurs cheveux blancs mais à l'air peu menaçant facteur déterminant pour Fatalité, il s'accroupit à distance respectable derrière une colonne essayant d'en apprendre plus sur les deux femmes.
Les premières information que recueillit Fatalité étaient que les deux femmes se connaissaient et avaient l'air aussi déboussolées que lui l'une d'elle disait qu'elle avait été tué dans une fusillade, l'autre se révéla être légèrement folle car elle hurla à sa soeur (car les deux femmes se ressemblaient assez pour l'être) de la laisser, c'est cet instant que choisit Fatalité pour faire son entrée, il se leva lentement contourna la colonne sans se cacher et surprit les dernières paroles ainsi que le regard de celle qui avait criée. C'était un visage donnant l'expression d'avoir un mal gigantesque caché derrière ce masque car cela ne pouvait être qu'un masque, sans se posé de question sur qui étaient ces deux soeurs Fatalité franchit rapidement la distance le séparant de celles-ci et pointa son katana sur la démoniaque, il écarta l'autre d'un mouvement du bras. L'attention du jeune homme ne fut cependant pas retenu par la femme à tendance démoniaque mais par l'autre,  retirant son bras il recula de quelques pas en arrière puis dit :

-Vous êtes qui vous ?!


Dernière édition par Fatalité Al Kagué le Jeu 26 Sep 2013 - 7:27, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Un nouveau départ forcé - Jeu 26 Sep 2013 - 0:10
 

Retour aux sources.


 


Combien de temps s'est'il écoulé depuis ma résurrection entre ses murs? Une...deux semaines? A vrai dire je ne sais plus, les jours se ressembles ici et sont monotones, cours,repas, discutions entre amis...enfin ceci est le résumé des journées types des élèves normaux. Dans mon cas, c'est cours,repas,ballade, et entrainement. J'ai un but et je compte bien le mener à bien. Et je ne doute pas que l'on viendras me mettre des bâtons dans les roues, donc l'entrainement est surement plus que nécessaire, après tout mon but est la destruction, la disparition  et l’annihilation des hommes, sources de malheurs et de souffrance pour l'humanité. Il est de mon devoir de les châtier en tant que déesse vengeresse. 

Enfin retournons à nos moutons, que fais-je dans le temple me demandez-vous. C'est très simple, j'ai eu le sentiment que je devait y aller et j'y suis aller. Pourquoi faire compliquer? Je rentre Ori dans les bras, et me dirige vers la salle où je suis moi-même apparue. En avançant dans le temple, je prit le temps de l'observer, chose que je n'avais pas fait la dernière fois, vu que je n'avais pas voulu m'attarder dans cette endroit qui m'avais sembler sentir la mort. Avec le recule, je pense plutôt que c'est le fait d'être morte et d'être renée ici qui m'avais pousser à fuir encore plus où moins traumatiser par ma propre disparition.Mais, aujourd'hui c'est différent, comme si quelques chose me poussait à y retourner. Cependant, je ne cherche pas à ne pas suivre ce courant. Au contraire je me laisse porter sans résister car il devait bien y avoir une raison.

En continuant, d'avancer j'entend des voix, et bien voila la raison. Cela devait être mon tour d’accueillir un nouveau à la Deus Académie. Rien de bien compliquer en somme, mais apparemment il s'agit d'un forfait de groupe. C'est bien ma veine, accueillir tout un groupe de nouveau....comme si quelqu'un de plus expérimenter ne pouvais pas s'en charger je vous jure....Enfin, je me demande à quoi ressemble les membres de ce groupe.

J'entre discrètement dans la salle d'où proviennent les voix et y découvre deux femmes se ressemblant fortement des soeurs...si ce n'est des jumelles avec de long cheveux argenter. Elles sont plutôt jolie et j'envie grandement leurs cheveux, les miens ne m'ont jamais plus. Et entre elles se trouve un jeune garçon armée et à l'allure belliqueuse. Sans m'en rendre compte je parla à voix autre.




- Qu'en pense-tu Ori? dois-je le punir?

Attendant une réponse qui ne viendrais jamais, je retourna mon attention sur les trois nouveaux. Avec un regard aussi froid que celui qu'affiche l'une des deux soeurs

-Bienvenue, à la deus Académie. Bienvenue, parmis les morts. Dites-moi donc comment vous en êtes venu à quitter la vie mortel.



Crédit: Neko-chan in Never Utopia
Invité
avatar
Invité
Re: Un nouveau départ forcé - Jeu 26 Sep 2013 - 2:16
[HRP : Vu que je ne ressens aucune animosité envers toi Fatal, je considère dans mon rp que tu restes devant moi en pointant ton arme sur Yuko. Puisque tu sembles venir à la base pour me protéger, ça me semble logique. Si tu veux autre chose, dis-moi et j’édite ;)]

Quelque chose n’allait pas, au fond de moi, je savais qu’elle luttait déjà et à nouveau contre cet autre elle. Elle ne lui laissait vraiment aucun répit, jamais elle n’allait pouvoir connaître la paix que je lui souhaitais depuis longtemps d’avoir. La lutte entre elle et son côté obscur (de la force) s’intensifia, car elle me repoussa et supplia la paix, qu’elle avait comme moi connue pendant quelques instants, de revenir. Des larmes coulaient le long de son visage alors qu’elle se mettait en position fœtale, basculant d’avant en arrière comme ces fous que l’on voyait dans les films.
 
La voir dans cet état me faisait souffrir plus qu’autres choses, je ne pouvais supporter d’être là, impuissante, face à elle, supportant mille tourments à cause de cet être que je ne pouvais l’aider à combattre. J’aurais fait n’importe quoi pour l’aider, mais comme elle ne pouvait atteindre Lilith et les autres, je ne pouvais atteindre cet autre elle. Cette crise fut particulièrement violente, je ne l’avais que très rarement vu dans un état pareil, elle criait de toutes ses forces que l’autre la laisse en paix, mais en vain, elle désirait plus que tous sa liberté et, rien au monde ne l’aurait empêchée de vouloir s’accaparer ce corps qui n’était pas le sien.
 
Après plusieurs cris et de nombreuses larmes, le silence revint enfin dans le temple, même si j’espérais de tout mon cœur que ce soit ma sœur qui ait gagné ce duel, je savais pertinemment que ce n’était pas le cas et je n’allais pas tarder à en être fixée. Elle se releva et posa ce regard froid, accompagné d’un sourire tout aussi glacial, sur moi. Celle que j’avais en face de moi n’était plus ma sœur, mais cette autre entité que j’avais appris à supporter et connaître durant ces six dernières années. Mon regard changea du tout au tout, j’avais désormais le même regard que Dark Yuko, comme je m’amusais à l’appeler, Lilith quant à elle, tournait autour de ma jumelle, contente de revoir sa copine de jeu. Elle insistait énormément pour que je la laisse discuter avec de choses certainement plus horribles les unes que les autres.
 
Je n’eus de toute façon pas le loisir de décider si oui ou non j’allais lui dire quoi que ce soit, car quelqu’un sortit de nulle part s’interposa entre Yuko et moi. Je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait quelqu’un d’autre que nous dans les environs et je fus totalement surprise de son apparition, à tel point, que je n’opposai aucune résistance quand il me fit reculer derrière lui. La surprise passée, je constatai que l’homme était armé et osait pointer son arme en direction de ma sœur. Ni une, ni deux, je sentis de la colère monter en moi, il était hors de question que je laisse quelqu’un menacer ma sœur en ma présence, qu’elle ait le contrôle de son corps ou non. C’est donc sans prévenir que je le plaquai au sol par-derrière grâce à l’une des techniques apprises pendant mes années d’arts martiaux.
 
Une fois au sol, je lui fis une clé de bras en posant mes genoux sur son dos. Lilith, jubilant face à cette scène, me poussait à pousser cette violence encore plus loin et à lui casser le bras, elle tentait de me manipuler pour que je ne m’arrête pas, mais je n’étais suffisamment hors de moi pour l’écouter. Je me contentai de lui maintenir le bras, avant de lui demander, sur un ton des plus froid et agressif.
 
« Tu es qui toi ? Et de quel droit tu te permets de pointer une arme sur ma so…  »
 
Comme si nous n’étions pas assez nombreux, une nouvelle personne fit son apparition dans le temple, m’interrompant dans ma phrase, pour nous souhaiter la bienvenue dans la Deus Académie. La Deus Académie ? Le pays des morts ? Il y avait donc une vie après la mort… Mais pourquoi était-ce dans une académie ? Trop de questions en tête et je ne savais par laquelle commencer, bien qu’une en particulier me venait à l’esprit. Toujours en maintenant Fatalité sur le sol, je tournai le regard vers la nouvelle arrivante, il s’agissait d’une jeune femme blonde, plus petite que moi au premier abord et tenant une marionnette dans ses bras. Tenir une poupée à son âge ? C’était vachement enfantin et ce détail n’échappa à Lilith, qui s’était déplacée et tournait autour d’elle pour la dévisager sous tous les angles. Elle ne put s’empêcher de rire en voyant la marionnette et en constatant à quel point elle semblait faible physiquement. Je partageais son avis, mais on ne sait jamais ce qui peut se cacher sous une faiblesse apparente, je ne semble pas particulièrement forte et pourtant, je ne suis pas à prendre à la légère du tout. C’est sur un ton plutôt agressif que j’engageai la conversation.
 
« On peut savoir d’où vous sortez tous ? Est-ce que toi aussi tu comptes venir t’en prendre à l’une de nous ? Si c’est le cas, tu finiras comme l’autre idiot au sol… »
 
Était-elle là en tant qu’hostile ou pas, je ne pouvais le savoir, mais si elle avait voulu nous attaquer, elle l’aurait déjà fait, mais je ne pouvais en être sûr, il suffirait qu’elle soit aussi sadique que moi et nous aurions des problèmes.


Dernière édition par Yoko Nishimura le Sam 5 Oct 2013 - 14:08, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Un nouveau départ forcé - Jeu 3 Oct 2013 - 10:54
Les ténèbres, c'est dans cet endroit que je me retrouvais, laissant mes noirceurs prendre le contrôle de ce corps que nous partagions. Elle voulait sa liberté, elle voulait pourvoir bouger à sa guise, voulait mon contraindre à ce sort qu'elle avait subi tant d'années. Je pouvais l'entendre me dire que mon tour était arrivé, que mes débats n’y changeraient rien. Maintenant, c'était à son tour de regarder notre sœur, de lui parler ainsi que de la protéger. Elle lui souriait, avec ce sourire qu'on lui connaissait si bien, ce sourire qui se délectait des souffrances des autres, de leur sang. Elle allait à nouveau s'adresser à Yoko, elle ouvrit la bouche puis la referma avec cette intervention qui la fit sourire.

Un homme venait d'arriver, s'interposant entre notre sœur et nous, pointant ce sabre tranchant vers notre personne. Alors que mon regard ne montrait que haine et souffrance face à cette intervention. On pouvait y voir toutes les sombre pensées qui se déversait dans mon esprit, toutes les tortures qui le submergeait, mes lèvres s’étiraient dans sourire machiavélique, expriment les mêmes horreurs que mes yeux. Mon corps était prêt à bondir sur cet homme, lui attraper le coup, prendre son temps pour exécuter ces délicieuses tortures, quand, celui de Yoko se mouva, montrant toute la connaissance qu'elle avait acquise dans les arts martiaux. Notre nouvel ami se retrouva face contre terre, ma sœur lui tenant le bras et genou dans le dos. Tout ce que mon corps fit, fut de s'approcher doucement du spectacle que mon double nous avait offert, posant ma main sur sa tête lui carrassent les cheveux, comme l'aurait fait un maître avec son animal de compagnie, et lui murmurant à l'oreille.

« Brave Yoko, on peut toujours compter sur toi. La prochaine fois, rappelle-moi de te donner un sucre pour te récompenser, mon fidèle chien de garde.»

Cela était étrange, déroutant, cette partie de moi la considérait comme sa sœur, comme la personne qu'elle devait protéger, donner notre vie pour elle, mais elle était capable de la tuer sans remord. Ce fut à ce moment qu'une nouvelle arrivante fit son apparition, poupée à la main, lui adressant la parole, pour enfin nous souhaiter la bienvenue dans l'académie Deus. Venant nous accueillir dans ce lieu étrange ou j'avais échapper à la mort, ou plutôt était revenue à la vie. Pourquoi ? Voilà la question qui nous avait traversé l'esprit à mes sombres pensées et moi-même. Pourquoi m'avoir fait ça, pourquoi ne pas m'avoir laissé dans les ténèbres de la mort ? Pourquoi m'avoir arraché à cette paix à laquelle j'avais tant aspiré ? On m'avait condamné à vivre de nouveau dans ce cauchemar qu'avait été ma vie.
 
Et ne me laissant aucunement le temps de réagir, ou plutôt ne laissant aucunement le temps à mon côté obscur de réagir ma sœur pris les devant, demandant d’où ce petit monde sortait et si elle allait s'en prendre à l'un de nous. Cela me laissa le temps d'observer nos deux protagonistes, un au cheveux long de couleur brun et qui se trouvait sous le genou de ma soeur, l'autre tenant cette poupée lui donnant cet air enfantin portant des cheveux mi-long de couleur blond. Malgré cela, mon alter ego pouvait sentir qu'il ne fallait aucunement se fier à cette vision d'enfant qu'elle nous montrait. C'est cette fille qui me fit sourire, puis à voix basse.

« Ce lieu, risque d'être intéressant.»

Et enfin à voix haut et sur un ton montrant clairement l’intérêt de mes noirceurs, tout en donnant un léger tape sur la tête de ma sœur.

« Allons, allons, Yoko. Ce n'est pas une façon de parler à cette personne qui nous accueille... Deus Academia, hein... Je suppose que tu vas gentiment nous expliquer ce qu'on fait ici. Car j'ai une personne dans ma tête qui est déjà en pleine dépression rien qu'à l'idée de ne pas être morte et qui aimerait bien savoir ce qu'elle fait ici.»

[hrp: Désolée pour l'attente.]
Invité
avatar
Invité
Re: Un nouveau départ forcé - Jeu 3 Oct 2013 - 19:44
Fatalité qui attendait patiemment quelques explications (bon pointer un sabre sur quelque ça montre quand même qu'il est impatient mais bon...) n'eu pas le temps de réagir que la femme qu'il voulait protéger lui fit une clé de bras et le plaqua contre le sol un genou sur le dos.

« Tu es qui toi ? Et de quel droit tu te permets de pointer une arme sur ma so…  »

L'agresseur de Fatalité (oui j'ai bien dit l'agresseur c'est lui la victime, non ?) eu l'air agacé par l'arrivée d'une nouvelle personne, une sorte de folle tenant une poupée énonçant des chose qu'ils savaient déjà, d'après ce que put voir le métisse (ou plutôt entendre) elle lui en voulait elle aussi car elle déclara vouloir le punir, il en arriva à la conclusion que pour l'instant toutes les personnes qu'il avait rencontré lui en voulait. Heureusement pour Fatalité la nouvelle venu ne semblait pas faire l'unanimité :

« On peut savoir d’où vous sortez tous ? Est-ce que toi aussi tu comptes venir t’en prendre à l’une de nous ? Si c’est le cas, tu finiras comme l’autre idiot au sol… »

Bien évidemment se faire traité d'idiot blessa l'amour propre de Fatalité, il fut encore plus blessé quand elle lui rappela indirectement qu'il était au sol.
La soeur de sa tortionnaire s'approcha puis lui caressa la tête youy en gardant son sourire à faire froid dans le dos.

« Brave Yoko, on peut toujours compter sur toi. La prochaine fois, rappelle-moi de te donner un sucre pour te récompenser, mon fidèle chien de garde

La femme continua son petit discours puis l'acheva par une tape sur la tête de sa soeur, ce geste réveilla des souvenirs en Fatalité, les Maudits jouaient eux aussi avec leur prois avant de les démembrer, leurs faisant miroiter l'espoir d'une fuite puis les rattrapant tranquillement. A partir de cet instant la vue de l'inconnu terrorisa Fatalité qui ne voulut plus être une seconde de plus à terre près d'elle, en quelques instants aidé par une poussé d'adrénaline, il fit basculer yoko sur la droite tout en se glissant vers la gauche il tira sur son bras pour le libérer. Une fois à l'abri Fatalité posa son sabre à terre.

-Je m'excuse de l'avoir menacer mais dit moi qui elle est!

Le métisse avait totalement oublié la troisième femme et n'était concentré que sur les deux soeurs, reprenant son souffle il posa discrètement la main sur son poignard pour palier à toute éventualité.


Dernière édition par Fatalité Al Kagué le Mer 9 Oct 2013 - 17:53, édité 3 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Un nouveau départ forcé - Ven 4 Oct 2013 - 16:12
 

Amusante compagnie


 


Pour l'homme,je n'eu pas besoin de m'en mêlée, celle à qui il tournait le dos le maîtrisa en quelques seconde, bien et puis au moins j'ai pus juger de ses capacités "humaine" et je doit dire qu'elle est très forte puisque pour l'instant l'homme ne semble pas parvenir à se dégager. Le plus étrange c'est que celle qui était débout vint caresser les cheveux de l'autre femme et lui murmura quelques chose à l'oreille. Juste après le murmure cependant, le jeune homme se releva...bien un autre combattant au corps à corps et vu la similitude entre les deux femmes je parierais qu'en réalité, les trois ne se battent que de cette maniéré...et bien, au moins si cela tournait mal je pourrais les éliminé tout les trois sans encombre. Par contre, ce gamin m'ignorais ce qui m’irritait au plus au point. Mais d'un autre coter, l'une des femmes me menaça ouvertement ce qui me fit rire tandis que la seconde montra bien plus d’intérêt envers moi.

« Allons, allons, Yoko. Ce n'est pas une façon de parler à cette personne qui nous accueille... Deus Academia, hein... Je suppose que tu vas gentiment nous expliquer ce qu'on fait ici. Car j'ai une personne dans ma tête qui est déjà en pleine dépression rien qu'à l'idée de ne pas être morte et qui aimerait bien savoir ce qu'elle fait ici.»


Et bien, elle aussi me prend pour une gamine qu'on peu menacer? Je ne suis pas idiote j'ai bien comprit qu'elle compte utiliser la force pour soustraire mes informations, tss qu'elles sont amusante ses deux soeurs...je vais déjà commencer par calmer tout ce petit monde. Je frappe dans mes mains comme le ferrais une enseignante d'école primaire pour attirer l'attention de la seconde soeur et du garnement. Pour l'occasion je m'amusa à prendre la voix adapter pour ce genre d'exercice.


-On se calme les enfants, sinon je me devrais de vous punir.


Après cela, je m'assis sur une chaise non loin de moi, coller au mur et assis ori  sur mes genoux laissant ainsi mes mains libres, dont l'une vint soutenir ma tête pencher sur le coter au dessus de l'un des bras du siège.


-Avant toute chose sachez que me menacer ne rime à rien, vous ne connaissez rien de ce monde et je vous aurez tuer une nouvelle fois avant même que vous parveniez jusqu'à moi. Cependant, je ne suis pas venue pour cela, je suis venue afin de vous expliquer ce que vous faites ici et les règles générales ayant cour ici. A et si vous tenez toujours à m'attaquer sachez que non seulement je vous tuerais mais que je recommencerais jusqu'à ce que cela me lasse vu que vous ressusciterais encore et encore dans cette pièce.

 Je fusilla ensuite du regard le jeune homme.


-Et toi mon gars, je te déconseille de m'ignorer à nouveau ou je te fait disparaître pour de bon et pas de résurrection pour toi je me suis faites comprendre? Bon, je peut reprendre mes explications? où vous avez des questions? A moins que vous ne préféreriez une démonstration?




Crédit: Neko-chan in Never Utopia
Invité
avatar
Invité
Re: Un nouveau départ forcé - Sam 5 Oct 2013 - 14:01
Nous étions à peine arrivés dans ce nouvel endroit que nous étions déjà plongées dans un chaos d’évènements semblant tirés d’un film. Je m’étais déjà montrée violente en plaquant un étranger un peu idiot sur le sol, des envies bien plus sadiques et cruelles me traversaient déjà l’esprit alors que je tenais immobilisé cet homme. J’étais encouragée par Lilith, qui n’attendait qu’une chose, que je lui casse le bras et, par la suite les autres membres, selon elle, on ne s’en prenait pas à sa compagne de jeu sans une punition à la hauteur de cet affront. L’idée ne me laissait pas indifférente et frisson de plaisir parcouru mon corps rien qu’en imaginant les cris de douleur qu’il pousserait sous cette torture, je laissai malgré moi s’échapper un petit soupire de plaisir.
 
Ce petit moment d’extase fut quelque peu gâché par celle qui avait le contrôle du corps de ma sœur, alors que j’étais toujours sur l’étranger, elle s’approcha de moi et commença à jouer avec mes cheveux, avant de me souffler à l’oreille qu’elle était contente de son petit chien de garde et, que la prochaine fois elle me donnerait un sucre pour me récompenser. La remarque fit rire Lilith, qui jubilait de voir que son « amie » était toujours aussi en forme et elle pressentait qu’elles allaient beaucoup s’amuser toutes les deux en ces lieux. Quant à moi, j’adressai un regard noir à ma sœur, accompagné d’un petit sourire sadique.
 
« - Fait attention à ce que ton chien de garde ne se retourne pas contre toi… » 
 
Après ma mise en garde à la nouvelle arrivante, qui semblait, elle aussi, un peu dérangé à parler à une poupée, ce fut au tour de ma chère sœur de prendre la parole après m’avoir fait une petite tape sur la tête. Elle aussi voulait des réponses, pour elle et pour ma sœur, emprisonnée dans son propre corps par son côté obscur. Et, c’est pour une raison qui m’échappe, que l’homme au sol se décida de se libérer en me faisant basculer sur le côté, il s’éloigna un peu pour se mettre en sécurité, avant de planter son sabre dans le sol. Soit, il attendait une bonne opportunité de s’échapper, soit il avait été plutôt long à la détente pour comprendre comment réussir à se libérer de ma prise. Je me redressai, avant de me mettre aux côtés de ma sœur, qui ne l’était plus vraiment pour le moment. Je me tournai ensuite vers les deux inconnus (tu n’as pas précisé, donc je vais dire que t’es du même côté qu’Ymir, nos positions formeraient une sorte de v très étiré et tu serais entre Ymir et nous), l’homme s’excusa et insistait pour savoir qui elle était. Mon regard passa alors de Yuko l’étranger et c’est avec un ton des plus hautains que je lui répondis.
 
« - Mourir t’aurait-il grillé le cerveau ? Tu ne vois pas une sorte de petite ressemblance entre elle et moi ? Ça devrait paraître évident, non ? On est sœur jumelle et si tu la menaces encore une fois, il n’y a pas que moi que tu auras sur le dos… pigé ?  » 
 
C’est après cette réplique cinglante que se fit entendre un claquement de mains venant de la folle à la poupée, sûrement pour attirer notre attention et c’est avec une voix se voulant autoritaire, qu’elle nous demanda de nous calme. Il était hors de question que j’obéisse à une personne sans aucun doute plus jeune que moi et surtout, qui se baladait avec une poupée dans les bras. Lilith était du même avis et, pour me montrer son mécontentement, elle alla se placer derrière la jeune fille, qu’elle souleva en lui serrant la tête. Une fois dans les airs, Lilith lui arracha d’abord un bras, puis l’autre, avant de la lâcher sur le sol pour finir par l’achever en lui plantant l’une des lames terminant les articulations de ses ailes (je ne sais trop comment ça s’appelle, pour avoir un aperçu de ce que ça donne, go dans ma fiche dans la partie amis imaginaires) dans le cœur. Elle la souleva ensuite pour la mettre face à elle, lui demanda si elle se sentait encore intelligente comme ça, pour finir par l’envoyer voler à l’autre bout de la salle. Elle ajouta qu’elle n’aimait pas cette fille en me regardant, quant à moi, je ne pus retenir un grand sourire froid et sadique, c’était plutôt jouissif de la voir ainsi.
 
Mais malheureusement, je fus ramenée à la réalité quand la jeune fille s’assit sur une chaise, posant sa poupée sur ses genoux. Elle reprit la parole en nous expliquant brièvement la raison de sa venue, tout en ajoutant une mise en garde, nous n’avions soi-disant aucune chance contre elle, je ne voyais pas en quoi elle pouvait être supérieure à nous, j’étais sûre de pouvoir la briser rien qu’en la plaquant sur le sol, alors de quoi pouvais-je avoir peur ? Lilith, visiblement encore plus mécontente ajouta son grain de sel à l’histoire.
 
*- Mais tue-moi cette idiote prétentieuse qu’on en finisse, on pourra ensuite retourner régler son compte à l’autre abruti au sabre. Je suis sûre qu’on s’amuserait bien avec lui. J’ai encore envie que tu prennes des vies, encore et encore.*

*- On verra ça après, on a besoin d’infos sur ce lieu et, ne t’inquiète pas, moi aussi j’ai envie de la briser jusqu’à ce qu’elle n’en puisse plus cette petite. *
 
Elle s’adressa à l’autre homme, mais je n’entendis pas tout, trop occupée à discuter avec Lilith des possibles tortures pour les deux autres. Je repris le fil lorsqu’elle demanda si elle pouvait reprendre ses explications, si on avait des questions, ou si on voulait une démonstration. Un sourire en coin sadique se dessina sur mon visage à l’audition de cette dernière question, si elle se disait si forte, pourquoi ne pas nous le prouver ? Je jetai un regard des plus explicites à Yuko, dans l’espoir qu’elle comprenne ce que j’avais en tête, mon regard se reposa ensuite sur la jeune fille.
 
« - Pourquoi pas une petite démonstration de ce que tu sais faire ? Tu te dis si forte qu’on ne peut rien contre toi, alors pourquoi tu ne nous montrerais pas ton soi-disant grand pouvoir sur l’autre idiot, là.  » Je pointai Fatalité du doigt « Personne ici ne semble l’apprécier et toi encore moins, alors montre nous ton « grand » talent sur lui, ça te défoulera et nous, on appréciera le spectacle. Tu pourras reprendre tes explications après ça. »
 
Qu’elle se défoule sur l’autre serait des plus jouissifs et me permettrait de voir si elle est vraiment forte ou si elle voulait simplement nous effrayer avec son côté petite fille psychopathe.
 
[HRP pour Fatal : Tu n’es pas censé pouvoir te libérer d’une clé de bras de cette manière Fatal, surtout si elle est bien faite (et elle l’est, j’ai de l’entraînement o/) sans te déboîter l’épaule. Tel que tu l’as fait là, tu te casses/déboites (je sais pas trop) l’épaule en te libérant, mais, on est pas dans un RP de combat donc on s’en fiche, fais juste gaffe si on te le refait à l’avenir :P]
Invité
avatar
Invité
Re: Un nouveau départ forcé - Mar 8 Oct 2013 - 22:57
Une chose amusante se produisit, cet homme, que ma sœur avait maitrisé après qu'elle m'ait répondu d’un regard noir, me fit sourire. Il se libéra avec une facilité déconcertante. Il fuyait ou donnait cette impression et, l’idée que ça puisse être moi qu'il fuit répandit dans tout mon corps une sensation de bien-être, provoquant des frissons dans tout mon corps. Il mit son sabre à terre, demandant, qui j’étais, oubliant complètement cette personne sur laquelle mon regard était toujours posé.

Dans tout ce petit monde, la plus intéressante fut cette fille aux cheveux blonds, elle m’intriguait, devenant mon centre d’intérêt. Elle semblait, pouvoir s’envoler au moindre souffle, tomber à la moindre pousse, se cassant en mille morceaux. Elle aurait fait un amusement des plus distrayant, alors que mon instinct, lui, la trouvait dangereuse bien plus qu’on ne l'imaginait. Et quand elle tapait dans ses mains comme ses maîtres d’école désirant l’attention de ses élèves, elle alla s’asseoir sur une chaise installant sur ses genoux cette poupée qui avait l’air si précieuse. Mon instinct avait raison, cette personne était bien plus dangereuse qu’elle n’y paraissait. Après les menaces prononcée à son égard, ce fut à son tour de nous promettre monts et merveilles.

J’avais envie de voir ce monde qu’elle nous promettait, voir ce dont elle était capable. Mon imagination partait dans ces labyrinthes de rêveries, dans ce monde sans limites et fut ramener à cette réalité par ma tendre sœur qui encore une fois provoqua notre hôte. Mon corps se mit devant Yoko, comme par réflexe, ou une réminiscence de celle qui occupait ce corps avant. Cette personne pathétique ne savant que s’apitoyer sur son sort, pleurnichant au moindre petit accident dans cette petite vie bien tranquille, ou encore si soucieuse de cette sœur reniant les pulsions qui l’animait, refusant de se laisser tomber dans ce monde d’extase peint de rouge. Ce qui subsistait d’elle était ce sentiment pathétique de protection. Ce fut sur un ton plus sérieux, que j’adressai la parole à Yoko.

« À ta place, je ne la provoquerais pas, Yoko. Elle est plus dangereuse qu’elle n’y paraît. »

Pour l’autre abruti je n’en avais que faire de ce qui pouvait bien lui arriver, il pouvait rester là par terre, je n’en avais que faire. Pour l’heure, cette fille nous proposait de satisfaire notre curiosité.

« Pourquoi sommes-nous ici ? Pas que je n’apprécie pas d’être en vie, d’avoir une autre occasion de pratique mon sport favori. Mais j’avoue que je suis assez curieuse du pourquoi on est là. Et excuse ma sœur, elle est un peu énervée. »
Invité
avatar
Invité
Re: Un nouveau départ forcé - Mer 9 Oct 2013 - 18:03
Fatalité qui observait les deux femmes compris quand la première commença à parler qu'il ne tirerait rien d'elle, elle le prenait pour un imbécile mais elle n'avait même pas compris le sens de sa question, il était pourtant très simple de dire que c'était une psychopathe ou quelques chose dans le genre. Elle le connaissait à peine et elle le traitait déjà plus bas que terre, il faut dire que son entrée et ses réactions n'étaient pas du genre à mettre en confiance. Alors qu'il réfléchissait à une manière de réparer toutes ses bourdes en termes sociales un claquement de main se fit entendre, comme une maîtresse d'école appelant ses élèves bien évidemment Fatalité ne pouvait pas y voit cette comparaison n'étant jamais aller dans une école, la femme qui avait parlé un peu plutôt et que Fatalité avait ignorer repris la parole :

-On se calme les enfants, sinon je me devrais de vous punir.

Le métisse observa la jeune femme pendant quelques instants et décida sur le coup qu'elle ne valait rien, elle était décidément trop arrogante pour qu'il puisse ne pas la traité avec dédain, celle-ci s'assit sur une chaise collée à un mur sa poupée sur les genou, la suite de son discours baissa encore l'estime qu'il avait d'elle.

-Avant toute chose sachez que me menacer ne rime à rien, vous ne connaissez rien de ce monde et je vous aurez tuer une nouvelle fois avant même que vous parveniez jusqu'à moi. Cependant, je ne suis pas venue pour cela, je suis venue afin de vous expliquer ce que vous faites ici et les règles générales ayant cour ici. A et si vous tenez toujours à m'attaquer sachez que non seulement je vous tuerais mais que je recommencerais jusqu'à ce que cela me lasse vu que vous ressusciterais encore et encore dans cette pièce.

Qu'elle suffisance et comment ça se fait qu'elle soit pas déjà morte!? furent les première pensées de Fatalité, il se rappela ensuite qu'il était possible de ressuscité, quand il commença à regarder autour de lui oubliant momentanément la jeune arrogante toute en suivant du regard les deux jumelles qui avaient l'air d'êtres les seuls vraiment dangereuses. Posant son regard un instant sur la jeune femme il remarqua qu'elle le fusillait du regard :

-Et toi mon gars, je te déconseille de m'ignorer à nouveau ou je te fait disparaître pour de bon et pas de résurrection pour toi je me suis faites comprendre? Bon, je peut reprendre mes explications? où vous avez des questions? A moins que vous ne préféreriez une démonstration?

Cette tentative d'intimidation énerva légèrement Fatalité, elle croyait vraiment pouvoir le détruire pour toujours?! Une ds deux jumelles (celle qui semblait le plus lui en vouloir) prit la parole :

« - Pourquoi pas une petite démonstration de ce que tu sais faire ? Tu te dis si forte qu’on ne peut rien contre toi, alors pourquoi tu ne nous montrerais pas ton soi-disant grand pouvoir sur l’autre idiot, là. Personne ici ne semble l’apprécier et toi encore moins, alors montre nous ton « grand » talent sur lui, ça te défoulera et nous, on appréciera le spectacle. Tu pourras reprendre tes explications après ça. »

Le fait que tout le monde semble l'inciter à combattre la jeune femme fit sourire Fatalité, il pris son sabre d'une main puis déclara s'adressant à la jumelle qui venait de l'inciter à se battre :

-Comme tu le dit si bien personne n'a l'air de m'aimer alors autant faire passer le nombre de personne ne m'aimant pas de 3 à 2, il s'adressa à l'arrogante, tu ne m'en veux pas si je prend mon sabre? De toute façon avec tes puissants pouvoirs tu devrais me réduire en cendre facilement.

Se mettant en garde Fatalité voulut attendre la réponse de sa future adversaire pour pouvoir l'attaquer mais un étrange instinct l'incita à attaquer tout de suite sans mise en garde, répondant à cet appel il bondit vers la jeune femme et une fois arriver devant elle lui donna un coup circulaire avec le sabre, un coup non mortel et peu dangereux s'il la touchait, juste un coup pour faire peur.
Invité
avatar
Invité
Re: Un nouveau départ forcé - Sam 12 Oct 2013 - 15:15
 

Folie généralisé?


 




« - Pourquoi pas une petite démonstration de ce que tu sais faire ? Tu te dis si forte qu’on ne peut rien contre toi, alors pourquoi tu ne nous montrerais pas ton soi-disant grand pouvoir sur l’autre idiot, là. » « Personne ici ne semble l’apprécier et toi encore moins, alors montre nous ton « grand » talent sur lui, ça te défoulera et nous, on appréciera le spectacle. Tu pourras reprendre tes explications après ça. »

Je soupire....La bêtise humaine n'as donc pas de limite? Je les prévient, je leurs fait comprendre que je n'ai pas vraiment envie de me battre , et non il faut vraiment qu'elle me provoque, limite c'est un besoin vital pour elle....Tss, encore heureux que sa soeur soit beaucoup moins idiote, cela les rattrapent un peu.


« À ta place, je ne la provoquerais pas, Yoko. Elle est plus dangereuse qu’elle n’y paraît. »


Déjà c'est à moi de choisir mes cibles pas à toi, Yoko? C'est cela? Ensuite écoute ta soeur elle, au moins semble avoir la tête sur les épaules, enfin toujours plus que toi en tout cas.


« Pourquoi sommes-nous ici ? Pas que je n’apprécie pas d’être en vie, d’avoir une autre occasion de pratique mon sport favori. Mais j’avoue que je suis assez curieuse du pourquoi on est là. Et excuse ma sœur, elle est un peu énervée. »


Pour savoir si vous avez survécue c'est parce que vous avez été choisis pour....

Je fus interrompue par le garçon qui, ma foi semble vraiment chercher à mourir.


Comme tu le dit si bien personne n'a l'air de m'aimer alors autant faire passer le nombre de personne ne m'aimant pas de 3 à 2, il tu ne m'en veux pas si je prend mon sabre? De toute façon avec tes puissants pouvoirs tu devrais me réduire en cendre facilement.


Sans attendre il s'élança vers moi...sans aucune mesure de précaution, la pire erreur qu'on puisse faire quand on ne connait pas l'adversaire...enfin il semble venir d'une époque révolue, il y a fort a parier qu'il ne connait pas les armes réduites et donc il doit penser que je n'en ai pas...grave erreur Ori est une arme, une arme indépendante ou presque. Une arme remplie de pièges, plus mortels les un que les autres...devant une attaque aussi direct je n'ai même pas besoin d'en utiliser un a large spectre. Tandis qu'il est dans les air un mécanisme caché dans l'oeil de Ori s'active et lance une aiguille enduite d'un poison paralysant en direction de sa jambe, perçant facilement son vêtement. Il sera paralyse d'ici quelques secondes cependant  il pourra terminer son attaque.  Je fait ensuite basculer la chaise sur le coter et me retrouva allonger par terre. Évitant ainsi son coup de taille. Une fois à terre je donne un coup de pied dans l'arrière  du genou de cet abruti fini. Pendant ce temps, Ori tomber plus loin vint me rejoindre sans attendre.

-Idiot, je n'avais pas prévue de te neutraliser, je t'aurais expliquer ce que tu faisais là, mais maintenant tu vas rester et tu attendras que l'effet passe. En attendant reste à terre chien.

Je me relève et prend le temps de retirer la poussière sur mes vêtements. Après cela, Ori sauta dans mes bras.


Vous avez comprit? Je ne suis ni faible,ni vantarde si je dit que je peu vous neutraliser sans que vous ne m'atteignez je peu le faire. Donc je peux enfin vous expliquer tranquillement ou je doit vous faire dormir comme l'autre ?

Je les regarde froidement espérant que cette fois je me suis faite comprendre.



Crédit: Neko-chan in Never Utopia
Invité
avatar
Invité
Re: Un nouveau départ forcé - Dim 13 Oct 2013 - 15:49
[HRP : et oui, j’en fais quasi à chaque post ! j’ai changé l’apparence de l’un de mes amis imaginaires, même si vous ne le voyez pas, voilà à quoi il ressemble]

De la frustration et un peu de déception, voilà les seules choses que je ressentis lorsque Yuko s’interposa entre la blonde et moi. Ces sentiments provenaient surtout de Lilith qui s’attendait plus à ce qu’elle encourage nos désirs sanguinaires, mais il n’en fût rien, elle se contenta de nous mettre en garde et de ne pas la provoquer, car elle semblait dangereuse. Ce n’était pas un point qui semblait inquiéter la démone, elle voulait surtout voir cette petite en action et, elle avait déjà bien assimilé le fait que nous ne puissions plus mourir. Pour elle, au final, mourir une nouvelle fois en assistant à un bain de sang n’était pas si gênant que ça… Facile à dire pour elle, ce n’est pas elle qui allait avoir à subir la douleur d’une nouvelle mort…
Elle se plaça devant Yuko et souleva sa tête du bout des griffes qui lui servent de doigts, avant de plonger son regard dans celui de ma sœur. * Tu me déçois beaucoup tu sais, j’en attendais plus de toi, ma chère petite Yuko… Pourquoi faire preuve de retenue maintenant ? Je veux te voir à l’œuvre, tu sais que j’aime ça… * Elle enleva ses doigts du visage de ma jumelle, blasée, elle ne pouvait pas l’entendre et c’était des plus frustrants pour Lilith, elle aurait aimé avoir un moyen de lui parler sans se servir de moi comme intermédiaire, mais ce n’était pas possible, elle n’était que le fruit de mon imagination après tout, rien de plus.
J’étais toujours sur mes gardes et prête à bondir aux moindres gestes ne me plaisant pas et, se furent des paroles qui me firent, l’espace d’un instant, presque perdre le peu de calme qui me restait encore. Cette gamine me poussait à bout, à un autre moment, je ne l’aurais sans doute pas pris aussi mal, mais après ce qu’avait fait l’autre idiot, je n’étais plus vraiment dans mon état normal, j’étais avant tout guidée par ma colère et mon instinct. Heureusement que ma jumelle était là pour poser les bonnes questions, il est vrai que je m’interrogeais sur la raison qui faisait que nous étions toujours en vie, mais au vu de la situation, ce n’était pas la chose qui me tracassait le plus.
L’arrogante commença à nous répondre, quand elle fut interrompue par l’idiot qui prit la parole, avant de lui foncer dessus et, alors que je me sentais prête à le suivre, le temps sembla ralentir autour de moi, jusqu’à se figer (non je n’ai aucun contrôle sur le temps, c’est juste dans ma tête). Un froid glacial se fit alors ressentir dans tout mon corps, ce n’était en rien comparable à un hiver glacial, non, ce froid provenait de l’intérieur et me gelait de l’intérieur. Ce froid était l’annonciateur de l’un de mes autres compagnons, Kobal, suivit du bruit de chaînes et d’un soupire spectral venu d’outre-tombe et il apparut, là devant moi, ce spectre de mort décomposé. Il portait une armure et tenait dans ses mains un bateau, surplombé d’un orbe bleu, duquel l’on pouvait voir s’échapper une fumée glaciale, la même que celle qui s’échappait de tout son corps à vrai dire. Il s’approcha de moi et me saisit le visage, plongeant son regard entièrement bleu et vide dans le mien.
*- Je crois qu’il est temps pour toi d’apprendre à te tempérer, nous ne connaissons rien de ce monde et il semble bien plus dangereux qu’il n’y parait. Alors, apprends à te maîtriser ou c’est moi qui le ferais et tu sais très bien ce qui t’attend, compris ? *Mon regard, toujours rempli de colère était plonger dans le sien, mais d’une certaine manière, ses yeux vides, dans lesquels je me perdais, réussissait à me faire redescendre la pression. Je hochai la tête en signe d’approbation, répondant d’un oui sur un ton des plus secs. * J’espère pour toi. *
Et il disparut aussi vite qu’il était venu et le temps reprit petit à petit son cours, jusqu’à reprendre son rythme normal. L’homme réduisait la distance le séparant de la blonde à grande vitesse, entamant un mouvement d’épée visant à couper la jeune arrogante en deux, cette dernière se laissa tomber sur le côté lorsque son assaillant arriva à portée avant de lui donner un coup de pied au genou, le faisant tomber et l’immobilisant sans aucune raison. Ni Lilith, ni moi ne comprenions ce qu’il s’était passé, mais elle semblait intriguée par la poupée qui rejoignit son maître sans aucune aide.
Ce monde commençait à m’intéresser, une poupée qui bouge toute seule et plusieurs personnes qui ressuscitent miraculeusement et qui sait, peut-être que nous aussi, nous avions des pouvoirs cachés ? L’idée nous ravit toutes les deux et j’étais impatiente de découvrir de quoi j’étais capable. La tension était descendue et je retrouvais petit à petit un semblant de calme, cette démonstration m’avait plu, étant friande de violence gratuite, je ne pouvais rêver mieux. Elle nous demanda ensuite, avec un regard des plus froids, elle n’avait rien de menaçant, si ce n’est cet étrange pouvoir, mais je trouvais amusantes ses tentatives pour nous intimider. Et, c’est avec un sourire sadique que je lui répondis.
*- He bien, j’ai eu ma petite démonstration de force et, puisque l’autre idiot est à terre, plus rien ne t’empêche de continuer, ou plutôt, de commencer tes explications. Pourquoi sommes-nous de nouveau en vie dans cette académie ? Et pourquoi avons-nous été choisies et par qui ? *
Invité
avatar
Invité
Re: Un nouveau départ forcé - Sam 19 Oct 2013 - 20:28
Elle commença à parler, nous expliquer ce que nous faisions en ces lieux, nous donnant enfin cette réponse que nous attendions, qu’elle attendait au fond de moi. Elle m’avait laissée prendre sa place, lasse de devoir se battre contre celle que je suis. J’étais une ombre qu’elle avait laissé se nourrir de sa naïveté, je l’avais dupé avec agilité et sournoisement l’entrainant dans mes ténèbres avec un plaisir sans fin. Je m’étais délectée de ses souffrances, ainsi que de cette longue agonie dans laquelle je l’avais plongée dans la confusion la plus totale. Et alors qu’une réponse annonçait son arrivée, ce jeune imbécile qu’était l’homme au katana ne put contenir cette fougue, que ma charmante sœur avait provoquée, le fit bouger vers cette jeune fille qui nous faisait face. Il leva son sabre sur elle, et de son œil, la poupée de cette fille projeta une aiguille, alors qu’elle se laissait tomber afin d’éviter le coup de ce fou. Je fronçais les sourcils, regardant cette poupée, la fixant du regard, une chose des plus inouïs, des plus étranges se produisit. Elle se mouvait comme guider par des fils invisibles qui la reliait à cette fille, cette scène était fascinante et cruellement intrigante.

Mes pensées se demandèrent si nous étions capables de telle prouesse ou si cela était juste accordé à une certaine caste de personne. Et dès cet instant je voulais ce pouvoir, celui de répendre mes ténèbres sur ce monde, en faire mon nouveau terrain de jeu favori. Je voulais ce pouvoir plus que tout, voire ce dont j’étais capable, les merveilles que j’allais pouvoir accomplir. Je pouvais voir mes victimes crier leur douleur ainsi que mon extase à entendre le son de leur cri, cela était une promesse d’amusement que je n’aurais jamais imaginé dans mes rêves les plus fous, ou que j’aurais soupçonné. Pourtant elle était là devant moi, m’offrant cette chance unique de donner une autre dimension à mon sport favori. Mon sourire c’était étiré dans une expression macabre laissant entrevoir mes sombres desseins, montrant mon impatiente de connaître mes propres capacités. Mes yeux pétillèrent comme ceux d’un enfant ayant mis à jour ce cadeau qu’il espérait tant et que ces parents dans leurs grandes gentillesses lui avaient offert. Mon esprit était celui d’une jeune fille qui pour la première fois tombait amoureuse et ne voyant que la personne que son cœur avait choisie. J’étais dans un monde de souffrance avec son lot de torture au point ou j’oubliais cette chose étrange, ce moment ou je l’avais entendu pour la première fois, mon amie Lilith, sa voix s’était perdue dans mes pensées et n’étais présente que dans un murmure auquel je lui sommait de se taire et de me laisser seule dans mes pensées.

« Tais-toi un peu idiote ! »

Cela avait été dit à haute voix, car à ce moment précis, pour moi, cela était les paroles de ma propre sœur, alors qu’en réalité c’était Lilith qui parlait. Je ne l’avais jamais entendu, je n’avais jamais interagi avec elle de toute ma vie, et même mon côté doux n’avait pu entendre sa douce voix. Mais elle venait de perturber mes pensées, alors qu’elle était en extase devant tant de possibilités.

Puis, la voix de ma sœur retentit à nouveau, dans un sourire sadique et d’une certaine manière, satisfaite du spectacle offert. Elle posa la même question que j’avais posée un peu plus tôt, je ne pouvais qu’attendre les explications, car comme l’avait dit ma charmante sœur l’autre imbécile était à terre.
Invité
avatar
Invité
Re: Un nouveau départ forcé - Lun 21 Oct 2013 - 16:35
L'attaque que Fatalité porta ne fut pas un franc succès, tandis qu'il courrait vers elle un étrange mécanisme caché dans la poupée s'enclencha et presque immédiatement une aiguille le toucha à la jambe, il pensa tout d'abords que c'était un aiguille empoisonnée censée le tuer, c'était logique quand il était encore vivant le poison était une arme très utilisée contre les Maudits impuissant face à cela. L'arrogante (qui n'était pas si arrogante que ça vu qu'elle n'avait mentit qu'à moitié) se jeta à terre de façon assez ridicule il faut l'avouer mais tout de même moins ridicule que la chute de Fatalité quand elle lui donna un coup de pied à l'arrière du genou. Fatalité tenta de se relever mais une étrange sensation se répandait dans ses jambes, l'arrogante (il allait vraiment falloir qu'il lui donne un surnom un peu plus recherché) se releva tranquillement tout en époussetant ses habits.

-Idiot, je n'avais pas prévue de te neutraliser, je t'aurais expliquer ce que tu faisais là, mais maintenant tu vas rester et tu attendras que l'effet passe. En attendant reste à terre chien.

Ce n'était donc pas un poison mortel juste quelque chose de paralysant, savoir cela soulagea légèrement le métisse qui venait de se rendre compte qu'après à peine quelques minutes de sa mort il aurait put être tué. Renonçant à tenter de se mettre debout le jeune homme réussit tout de même à s'assoir par terre pour ne pas rester couché.

Vous avez comprit? Je ne suis ni faible,ni vantarde si je dit que je peu vous neutraliser sans que vous ne m'atteignez je peux le faire. Donc je peux enfin vous expliquer tranquillement ou je doit vous faire dormir comme l'autre ?

Fatalité commençait à éprouver une certaine admiration envers ces deux femmes qui l'avait mit à terre chacune en quelques secondes, il n'éprouvait cependant aucun respect envers elles à cause de leurs caractères assez violant. Décidant de ne pas se faire oublier comme ça Fatalité voulut prendre la parole pour montrer qu'il était là et qu'il ne dormait pas mais la folle (celle qui lui avait fait une clé de bras) le devança.

- He bien, j’ai eu ma petite démonstration de force et, puisque l’autre idiot est à terre, plus rien ne t’empêche de continuer, ou plutôt, de commencer tes explications. Pourquoi sommes-nous de nouveau en vie dans cette académie ? Et pourquoi avons-nous été choisies et par qui ?

Elle avait résumé en quelques phrases tout ce qu'il y avait à dire, Fatalité sentit soudain qu'il pouvait à présent se relever planta son sabre dans le sol et l'utilisant comme point d'appui se leva péniblement jusqu'à ce qu'il soit entièrement debout, une fois certain de ne plus tomber il observa un peu tout le monde et remarqua qu'une des jumelles se comportait bizarrement, il décida d'ignorer ce fait et posa une question qu'il se posait depuis son arrivée, l'arrogante allait sûrement lui dire de se taire mais bon...

-J'ai pas vraiment l'impression qu'on vienne tous du même monde, tu pourrais m'expliquer ça ?


Contenu sponsorisé
Re: Un nouveau départ forcé -
Un nouveau départ forcé
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» 01. Episode n°1 ; Un nouveau départ
» Petite Ode ○ La chanson du désespoir où la mélodie d'un nouveau départ ?
» Une fin signifie seulement un nouveau départ...[Mahiru et Dan]
» A l'aube d'un nouveau départ [AJ Lee]
» Besoin d'un nouveau départ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Temple de Deus-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page