Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 Où suis-je ? Au paradis ? [PV. Harmonia, Hank]

 
Invité
avatar
Invité
Où suis-je ? Au paradis ? [PV. Harmonia, Hank] - Dim 15 Juil 2012 - 13:07
Une sensation de chaleur. Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas ressenti ce genre de chose, bien trop longtemps si bien que je fus surprise en la ressentant. Depuis combien de n’avais-je pu sentir une pointe de chaleur. Bien trop longtemps, si longtemps que je ne me rappelais plus quel effet cela faisait. Ne plus rien ressentir, ne plus rien voir ou sentir. Cela est maintenant du passé. Je renais de mes cendres, tel un phénix. Mais est-ce une bonne chose ? Aller à l’encontre de la divine providence qui a voulu que je parte plus tôt que mes congénères. Peut-être que cela était mon destin finalement.

J’eux une envie de d’ouvrir mes yeux. Cela faisait longtemps que cela ne m’était pas arriver. Depuis que je ne fais plus partie du monde des vivants, j’ai appris à les laisser fermer, ne pouvant rien voir que le noir. On m’avait pourtant dit que lorsque l’on mourrait nous suivons une lumière au bout d’un couloir. Cela est faux, à moins que la lumière ne se soit jamais allumée pour moi. Pendant un moment je luttai contre mon envie me disant qu’une seule chose : cela serait inutile de les ouvrir. Puis une sensation de picotement dans la tête qui se transforma en douleur, comme si cette douleur me poussait à ouvrir les yeux. Non, je devais résister à l’envie. Mais je ne fus pas assez forte pour y résister.
Doucement j’ouvris les yeux que je refermai sur le champ. La lumière, elle m’aveuglait. J’avais oublié à quel point elle pouvait être éblouissante. Avec lenteur, j’osai une nouvelle tentative. La lumière m’éblouit de nouveau mais cette fois-ci je luttai pour ne pas les refermer. Peu à peu, le contraste se forma. Tout d’abord des couleurs, celle que je connaissais bien. Puis les contours et les limites des objets qui m’entouraient. Cela resta flou pendant quelques minutes avant que je ne pus distinguer convenablement l’endroit. Je me trouvais dans une sorte de chapelle ou d’église. Je me mis à regarder de tous les côtés. Je ne reconnaissais rien. La seule chose que je reconnaissais était mes vêtements, inchangés depuis certainement de longues années. Dans un élan de courage et surtout de curiosité à en savoir plus sur cet endroit inconnu à mes yeux, je réussis à me lever, tant bien que mal. J’essayai de faire quelques pas, mais les jambes avaient du pal à soutenir le poids de mon corps. J’arrivai tout de même à l’un des bancs et m’y assis dessus.

Etais-je au paradis ? La lumière s’était-elle enfin allumée au bout de mon couloir ? J’avais des doutes sur mes questions, mais rien pour confirmer quoi que ce soit. Bien que je me souvenais d’une petite chose. Enfin, me souvenir était un bien grand mot. Cela était comme un songe, comme un rêve dans lequel un homme m’avait dit que j’avais été choisi pour être une déesse. Avais-je rêvé ? Certainement. Qui voudrait d’une fille comme moi, de faible constitution, comme déesse ? Certes, j’eux remarqué que j’avais repris un peu de poids, revenant à la taille fine que j’eux toujours eu avant de tomber malade. Non, cela était impossible. Je ne pouvais y croire.
Je restai un moment assise sur mon banc, reprenant peu à peu le contrôle de mon corps afin de marcher plus convenablement. C’est à ce moment là que mon regard se posa sur le corps étendu par terre. Bon dieu, je me demande encore comment ai-je fait pour ne pas le remarquer plus tôt. Sans perdre une seconde, j’accourus vers cette personne. Je pris mon chapeau d’une main et éventai l’inconnue
.

« Mademoiselle. Allez-vous bien ? Je vous pris de rester avec moi. »

J’étais en panique. Je n’avais jamais vu une personne inerte devant mes yeux. Je ne savais que faire. Essayer de lui faire un peu d’air avec mon chapeau, cela ne servirait certainement pas à grand-chose. Mais ne pouvais autre chose.
Invité
avatar
Invité
Re: Où suis-je ? Au paradis ? [PV. Harmonia, Hank] - Dim 15 Juil 2012 - 14:36
L'obscurité, les ténèbres et l'oubli... De bien piètres mots pour définir cet instant mais en était-ce vraiment un ? Étais-je entrain de sombrer au plus profond des ténèbres ? Peut-être... Surement. Je devais le mériter, ainsi était faite ma vie, ma pitoyable existence, mon destin était surement de rester coincer ici sans que je puisse bouger ou même sentir mon corps. Pourquoi étais-je entrain de sombrer déjà...? Ah oui, je me souvenais à présent... Cela est était bien regrettable d'ailleurs, tout mes souvenirs étaient présents dans mon esprit, ou du moins ce qu'il en reste. Moi qui voulais oublier, être en paix, me voila bien. Plongeant dans les ténèbres avec mes souvenirs... Pathétique, c'est ce qui doit le mieux me définir.

Je ressentais quelque chose de froid et de dure sous moi, le sol ? Impossible, je devais halluciner, ma mort devait me brouiller l’esprit. Une odeur... Je sentais un parfum délicat, ce n'est pas désagréable au contraire, c'était légèrement sucré. Cela me rappelait mon enfance, quand je dévorais des sucettes à moi seule. Je souriais à cette pensée, j'étais donc encore capable de le faire ? Une lumière traversa mes paupières engourdies, je n'arrivais pas à les ouvrir, c'était trop dur, épuisant. Pourtant je voulais. je voulais voir cette lumière, sa provenance. Ma curiosité l'emporta sur la fatigue et je tentais d'ouvrir tout d'abord l’œil droit. A peine ouvert que la lumière, telle une lance de feu, me força à le refermer aussitôt, tellement c'était douloureux.

Une voix se fit entendre, étrange, je n'avais jamais entendu une voix similaire ou presque à celle-ci. Je ne comprenais pas ces propos mais le simple fait d'entendre cette voix me berça un moment comme une douce mélodie. Qui état-ce ? Une femme ? Un homme ? Je n'arrivais pas à définir mais cela me poussa à ouvrir une nouvelle fois mes yeux.
Tant bien que mal, j'ouvris mon œil droit, laissant alors la lumière pénétrer dans ce dernier qui refléta une lueur rosée puis j'ouvris l'autre bleuté. Mes pupilles se rétracta cherchant à s’habituer de nouveau à la lumière, chose dont j'avais l’impression de ne pas revue depuis une éternité. Finalement, je tournais mon regard vers une forme qui s'agitait énergiquement.

Je mis un temps avant de me rendre compte qu'il s'agissait d'une demoiselle. Elle était mignonne et ressemblait comme deux gouttes d'eaux aux poupées Anglaises de collection hors de prix. Elle était agréablement jolie et c'était plaisant de la regarder. De superbes cheveux bouclés, une peau de porcelaine qui semblait très douce et de superbes yeux émeraudes emplis de peur. Je n'avais remarqué que bien après que la jeune inconnue secouait son chapeau, me faisant de l'air. C'était elle qui sentait si bon, ce doux parfum légèrement sucré. Inexpressive, je ne lâchais pas mes yeux de cette merveille, me demandant depuis combien de temps je n'avais pas de fille aussi jolie.

Je me relevais à moitié pour me retrouver assise et scruta les lieux un moment, faisant glisser mon regard vers tout les recoins du bâtiment. J'avais déjà vu des lieux comme celui-ci mais impossible de mettre le doigt sur le nom de cet endroit. Je m'appuyais sur mes mains.

" Tu sais où on est ?"

Sur, y avait mieux comme style de communication mais je n'aimais tourner autour du pot, j'étais trop intriguée par ces événements. Je ne regardais pas la jeune fille, j'étais plus intéressée par la direction de la sortie que je tentais de découvrir tant bien que mal. Je continuais tout de même ma série de questions qui brûlaient les lèvres.

"Y a que nous deux, ici ?"

J'avais l’impression d'être observée et je n'aimais pas ça, je ne me sentais pas encore apte à bouger totalement mon corps...
Invité
avatar
Invité
Où suis-je ? Au paradis ? [PV. Harmonia, Hank] - Dim 15 Juil 2012 - 18:07
Je venais de me lever après une nuit difficile, une réunion, enfin non, un rassemblement improvisé, j'y ai pu faire la connaissance de 2 profs et rencontrer celle qui m'a accueilli de façon bien étrange, miss Mäss, nuit difficile, m'endormir était un challenge et me lever était pire, je n'avais dormi que 4 heures, une première nuit après ma mort et pas agréable du tout, génial que demander de plus, remourir une deuxième fois peut être, non, c'est pas agréable de crever une fois mais une deuxième sans moi alors, bande de taré suicidaire, je me suis habillé et je suis sorti, marcher et errer dans les jardins, pour croiser une personne ou deux, j'ai pris la direction des jardins, j'avais envie de voir de la couleur, puis j'ai vu le temple ou je me suis réveillé, j'ai utilisé mes Darkness Hand's pour monter sur le toit, je me suis assis et j'ai contemplé le paysage, j'ai senti un truc dans une des mes poches, j'ai fouillé et j'ai trouvé un paquet de cigarette, oh joie et envie, mon péché mignon à moi, j'en ai sorti une du paquet et par chance, j'ai trouvé aussi mon briquet, dieu existe mais minute, on est des dieux, les catholiques peuvent allez se faire voir, j'ai allumé ma cigarette et j'ai commencé à fumer, j'avais fini quand j'ai entendue quelque chose dans le temple, je suis descendue du toit et j'ai vu deux personnes, je voulais les acceullir à ma façon, j'ai donc fait sortir des Darkness Hand's pour les acceullir.
Invité
avatar
Invité
Re: Où suis-je ? Au paradis ? [PV. Harmonia, Hank] - Mar 17 Juil 2012 - 21:24
Je continuais a ventiler la demoiselle, bien que j'avais l'impression que cela ne servait pas à grand chose. Que pouvais-je faire de plus ? Fallait-il lui donner quelque chose comme de l'eau ? Ou quelque chose d'autre ? Je ne pouvais le savoir. Je ne suis pas médecin. Après plusieurs minutes, une réaction se fit enfin voir. L'inconnue commença bouger légèrement. En constatant cela, je fus plus que soulagée. Mais cela venait-il de moi, ou plutôt de ma production de vent ? Peut importait. Ce qui importait dans cette histoire, c'est ce que cette fille aille bien. Le fait que l'inconnue bouge ne me fit pas arrêter ma ventilation, peut-être que cela l'aider réellement à bien respirer.
Respirer ... En pensant à cela, je fis pour la première fois attention à ma propre respiration. Elle était fluide. Je n'avais aucun mal à faire passer l'air dans mes poumons. Cela faisait tellement longtemps que cela ne m'était pas arrivé. C'était comme si je n'avais jamais été malade. Comme si mon corps n'avait jamais rien subit. La preuve, même mon poids semblait normal. Peut-être encore trop faible pour avoir un enfant, selon les médecins de ma famille, mais il était bien plus que correcte à mes yeux qu'il n'avait pu l'être auparavant.

L'inconnue ouvrit un oeil, mais qu'elle referme tout de suite, la même réaction que j’eus quelques minutes avant elle. Elle avait du être éblouie elle aussi. Puis, après un court moment, elle ouvrit les deux. En voyant son regard, j'eus un mouvement de recul. Je le sais, cela n'était pas très poli, mais que voulez-vous, c'était la première fois que je voyais un tel regard. Elle n'avait pas les yeux de la même couleur. Cela était très étrange, en plus de sa chevelure blanche. C'était comme si elle sortait d'un autre monde. Dans le mien, les personnes étant ainsi, nous les nommions sorcières, ou encore démons, tout ce qui pouvait s'apparenter au diable et aux enfers.
Mais pour le moment, il fallait faire abstraction de cela et s'assurer que la demoiselle allait bien
.

"Mademoiselle, comment vous sentez-vous ? Bien, je l'espère."

A peine eus-je le temps de finir de prononcer ces paroles qu'elle me parla. Enfin, elle me questionna, cela serait plus juste. Elle ne me posa que deux questions, deux questions que je me posais moi même. Je ne savais pas où nous nous trouvions et savoir s'il n'y avait que nous deux, cela était impossible à savoir. Bien que j'espérais au fond de moi qu'il y aurait quelques en dehors de cette église. J'étais sur le point de lui répondre quand je me souvins d'une partie de mon songe, de cet homme qui me disait que j'étais admise à la Deus académia. Etait-ce ici ? Non, cela ne pouvait être vrai. Jamais un rêve c'est vu être la réalité.


"Je ... Je pense que nous nous trouvions dans une église à ... non, cela semble stupide."


Oui même très stupide. Personne ne pourrait croire que mon rêve pouvait être réel.
Au moment de répondre à la seconde question, qui aurait été "peut-être trouverons-nous quelques dehors", la réponse se pause devant nous. Sur le seuil de la porte, une silhouette était là. Je ne pouvais rien voir d'elle à cause du contre jour. Mais il me semblait que cette personne était bien bâti. Certainement un homme, car je n'ai jamais vu une femme avec une telle carrure. Mais ce que je vis sur le sol me créa un long frisson dans le dos. Des mains, des mains noires sortant de je ne sais où. Je n'étais pas très fière. Non, j'avais même très peur, si bien que je m'étais reculée le plus possible de l'individu, pourtant loin de nous. J'allai même jusqu'à cogner l'autel avec mon dos
.

" Ne ... Ne nous faites pas de mal. Veu ... Veu ... Veuillez pardonner notre intrusion dans votre domaine, dis-je sans réfléchir."

Pour moi, cet homme en face de moi ne devait qu'être un démon. Pourquoi donc ? Car j'étais sûre d'une chose. Ces mains venaient de lui. Je ne savais pas si mes mots suffiraient à le convaincre de nous laisser en vie, la demoiselle aux cheveux blanc et moi même.
Invité
avatar
Invité
Re: Où suis-je ? Au paradis ? [PV. Harmonia, Hank] - Mar 17 Juil 2012 - 22:56
Tout me revenait, mes sens réapparaissaient de manière violente comme si ce vide que je ressentais plus tôt n'avait jamais existé. Je pouvais désormais bouger mes jambes comme autrefois, mes bras, mes mains ainsi que mes doigts. Je pouvais aussi ressentir l'odeur lourde du renfermement comportant également celle du bois et de la poussière superbement harmonisées. Ma vision redevint normal et je pu deviner le lieu où nous nous trouvions, un temple de prière peut être. Je n'en étais pas vraiment sure mais mes doutes furent dissipés lorsque la jeune fille à mes côtés répondit à ma question.

Elle semblait du même avis que le mien, je la regardais sans lui adresser la moindre expression, analysant le genre de personne qu'elle pourrait être. Un langage fort soutenu, des vêtements qui font penser aux poupées Anglaises de l'époque, la demoiselle venait soit d'un temps du passé, soit c'était son style... Même si la deuxième suggestion était quelque peu exagérée. Mais alors que je m'apprêtais une nouvelle à ouvrir la bouche, ma voisine intéressa son regard dans une direction très précise. Sans réfléchir et surement parce que je ressentais la même peur qu'elle, je me tournais également.

Une silhouette, grande, sombre voire plus... Ténébreuse était présente face à nous, recouvrant la porte, la sortie. Pourquoi ? Est ce une sorte de gardien ? Un démon ? Reprendre connaissance dans un espèce de temple alors que j'étais censée mourir était des plus étranges et des plus frustrants aussi, mais de voir cette personne ou cette chose, qui m'étais impossible à différencier à cause de l'éclairage, bloquer la sortie... Cela me fit frissonner. Je savais me défendre, mais face à quelque chose d'inconnu dans un monde qui l'était tout autant était une tout autre histoire, et j'aurai fait n'importe quoi pour ne pas être l'un de ses personnages.

Des ombres s'élevaient de toutes parts, des murs, du sol, du plafond aussi, cette personne n'était pas humaine, loin de là... Une créature tout droit sortie des ténèbres. C'était peut être cela la mort... Nous mourrons, nous reprenons connaissance dans un autre monde, mais c'est pour nous entrainer dans les ténèbres... La créature nous attendait, depuis le début. Je fronçais les sourcils en serrant les dents pour exprimer mon dégout et ma frustration. Je n'avais pas l'intention de me laisser faire mais c'était peine perdue, nous savions qui allait remporter le combat d'avance...

Je saisir ma tête entre mes deux mains et me mis à hurler, laissant un cri démoniaque s'échapper de ma gorge, résonnant ensuite dans le temple. Je ne fermais pas les yeux au contraire, ils étaient écarquillés voire plus, on aurait dit qu'ils allaient sortir de leurs orbites
.

- ARRÊTEZ !!

Pourquoi j'hurlais comme cela ? Peut être parce qu'au fond de moi, je devais tenir à la vie... Qui sait, ou alors cette mort là ne me convenait pas...
Invité
avatar
Invité
Où suis-je ? Au paradis ? [PV. Harmonia, Hank] - Mer 18 Juil 2012 - 18:39
Ca marche mieux que prévu, mon accueil est génial mais je devrais pas trop exagérer, et pourquoi pas, je m'avançais doucement vers elles, avec mes mains qui se rassemblent prés de moi, histoire de montrer mon sens démoniaque, c'est marrant de faire l’accueil à sa façon, terroriser les autres pour voir si comment il réagissent, voire leur capacité à contenir leur stress et peur, l'un d'elle, habillé de façon ancienne semble effrayé par ma personne mais l'autre aux long cheveux blanc semble bien déterminé à ne pas se laisser faire, tiens d'ailleurs, celle habillé à l'ancienne s’excuse d'être entré dans mon domaine, intéressant, pas de prof pour me réprimander dans les parages, donc pas de risque de me faire engueuler, hé hé hé, autant tourné la situation à mon avantage, je vais prendre un malin plaisir à leur faire peur, je me suis à parler sur un ton grave et glacial.
-Les dieux vous accordent une chance de revenir à la vie, vous devrez pour ça m'affronter, moi le gardien des ténèbres mais si vous échouez, vous subirez nombre de châtiments pour l'éternité.
Que c'est excitant, enfin un combat ou j'ai l'avantage, je ne pense pas qu'elles maîtrisent leurs dons aussi bien que moi mais je dois être prudent, quelle genre de don possèdent-elles, il peut-être puissant comme faible, prudence est mère de sûreté, mais pour m'amuser, j'ai fait envoyez mes bras pour qu'ils les saisissent et les soulévent du sol, autant commencé en beauté.
-Votre combat pour votre seconde vie à commencer
Invité
avatar
Invité
Re: Où suis-je ? Au paradis ? [PV. Harmonia, Hank] - Jeu 23 Aoû 2012 - 12:17
Que faire ? Que faire ? Je n'avais que ces mots dans ma tête, mais aucun solution en vue. Pourquoi fallait-il que cela se passait-il ainsi ? Pourquoi fallait-il donc devoir battre ce ... Ce démon ? Avais-je fait quelque chose d'impardonnable dans ma vie ? A y réfléchir, je ne me souviens guère. Peut-être le fait de correspondre aux attentes de mon entourage était un outrage ? Je ne peux répondre à cette question aujourd'hui encore. A vrai dire, je ne pouvais répondre à aucune question à ce moment là. La peur me paralysait. J'aurais voulu courir me cacher derrière l'hôtel, mes jambes n'auraient pas répondu à mon appel. Par contre, malgré cette paralysie, mes larmes ne pouvaient s'empêcher de monter jusqu'à mes yeux, me brouillant ainsi la vue. Ne plus rien voir. Cela ne m'était pas inconnu. Je connaissais déjà cette sensation. Et dans le cas présent, cela m'importait guère de pouvoir voir distinctement ou non. Les ténèbres en face de moi allait me plonger de nouveau dans l'obscurité sans que je ne puisse faire quoi que ce soit pour l'en empêcher. Face à lui, je ne pouvais rien faire, seulement trembler de tous mes membres, espérant qu'une chose : que cela aille vite. Je ne voulais pas souffrir de la même manière dont j'ai souffert avant de mourir une première fois. Que l'une de ces mains transperce mon coeur au plus vite et l'histoire serait fini. Ainsi pas de souffrance, ni de regret et encore moins de pleures. Seul mes propres larmes de peur coulant le long de mes joues.

D'un geste lent et mal assuré, je réussis à me lever. Je ne sais encore comment ai-je réussi à tel exploit. Je fis à peine un pas que la voie stridente de ma camarade se fit entendre, ne demandant qu'une chose : d'arrêter. Sur le coup, je ne compris pas que cela était à l'attention des ténèbres. J'eus cru même qu'elle s'adressait à moi. Quelle sotte j'ai été de croire cela. Je tournai mon visage vers elle, lui affichai un tendre sourire qui voulait être réconfortant et lui disan
t "ne vous en faites pas, tout va bien se passer." Mais je ne suis pas sûre que mon message ait bien été retranscrit dans ses yeux si particulier. Me retournant vers l’armoire à glace noir, je repris mon chemin. Sous chacun de mes pas, je sentis mes jambes trembler, me demandant à chaque lorsqu'une d'elle se déroberait et me ferait chuter, telle une poupée de chiffon. Mais ne se produit pas.
Je m'arrêtai à la lisière de la grande partie ombragée. Mes jambes n'étaient plus les seules à trembler. Mon corps entier était comparable à une feuille morte, luttant contre le brise de novembre. Je restai fixer l'inconnu de mes grands yeux verts, mais ne voyant qu'au final une vague silhouette noire à cause d'une vue toujours embrouillée par mes larmes. Malgré ces dernières, je ne sus comment, je réussis à dessiner sur mon visage de porcelaine un sourire tendre et serein à la fois. Puis, d'un geste tout aussi lent que j'eus pour me déplacer, je me plaçai à genoux, de tel sorte que mon jupon fasse une magnifique rosasse autour de moi. Je joignis mes deux mains, de la même façon que quand je priais
.

"Seigneur des ténèbres, je me nomme Annaelle Ael-Mat, de la noble famille Ael-Mat. Mon corps n'a connu aucune souillure et de ce fait, je vous l'offre en guise d'offrande afin d'épargner cette gente dame, se trouvant derrière moi."

Malheureusement pour moi, mes mots se perdirent et s'écrasèrent sur les murs du lieu. Aucun d'entre eux n'avaient dû atteindre cet homme, ou alors il n'avait daigné en écouter un seul. Sans comprendre quoi que ce soit, mes jambes ne touchèrent plus le sol froid. Je ne compris pas tout de suite la raison de cela, jusqu'à que je comprenne que je trouvais dans les airs. Je ne vous cache pas qu'au départ j'ai cru que ce démon avait répondu à ma requête. Mais une fois de plus j'eus été sotte d'avoir penser cela car mon regard se posa rapidement sur la demoiselle inconnue. Pourquoi ... Pourquoi cela tournait-il ainsi ? Je ne comprenais pas. Je ne voulais pas non plus faire un effort pour comprendre. La cruauté est une chose que je ne conçois pas.

"Je vous en pris seigneur ... Accepter ma requête et laissez mon amie sortir d'ici avec la vie sauve."
Invité
avatar
Invité
Re: Où suis-je ? Au paradis ? [PV. Harmonia, Hank] - Ven 24 Aoû 2012 - 22:01
Un sentiment de peur qui s'estompa vite, laissant ainsi la colère prendre le dessus. J'enlevais lentement mes mains de ma tête en fixant le sol, le regard vide avant de froncer les sourcils et de montrer les dents, tel un chien à qui l'on avait volé son jouet en plastique. Je redressais la tête, jetant un bref coup d’œil à ma nouvelle rencontre de l'époque victorienne avant de me relever lentement. Avec ses bras noirs, ils nous étaient impossible d'atteindre la créature démoniaque face à nous, de plus je me doutais que la jeune fille à mes côtés ne savait pas se battre, n'importe qui pouvait le deviner.Je pestais en silence, me demandant si plus malchanceux que moi sur terre, il y avait...

-Les dieux vous accordent une chance de revenir à la vie, vous devrez pour ça m'affronter, moi le gardien des ténèbres mais si vous échouez, vous subirez nombre de châtiments pour l'éternité.

J'haussais une sourcil à ses paroles, c'était du délire ! Affronter un gardien qui maîtrise les ténèbres, cela nous était impossible même si je m'obstinais. De plus le démon avait mentionné un propos qui me fit longuement réfléchir... "Les Dieux" ?, voila encore quelque chose d’intéressant. Je regardais autour de moi, analysant de mes yeux aux couleurs différentes les détails de ce qui semblait être un temple. Il n'y avait rien de particulier qui pouvait m'aider à approfondir mon analyse, c'était un temple comme on pouvait en croiser dans les endroits religieux... Nous étions vraiment dans un autre monde, il n'y avait aucun doute là dessus mais de là à parler de dieu...

Je fus violemment arrachée à mes pensée lorsque je vis la jeune demoiselle passer devant moi, s'avançant vers la créature des ténèbres. De la pure folie, ou alors elle cachait bien son jeu derrière un masque de gentille et douce poupée de porcelaine et elle allait bondir avec férocité sur notre adversaire... Tout mes espoirs s'écroulèrent lorsqu'elle jointa ses mains en s'adressant à la créature. Cette demoiselle avait définitivement perdue la tête et pourtant je ne daignais même pas un geste pour la protéger ou la reculer du monstre.
Au moins pendant que la créature sera occupée à lui régler son compte, peut être que je pourrai m'enfuir ou mieux, le tuer...


"Seigneur des ténèbres, je me nomme Annaelle Ael-Mat, de la noble famille Ael-Mat. Mon corps n'a connu aucune souillure et de ce fait, je vous l'offre en guise d'offrande afin d'épargner cette gente dame, se trouvant derrière moi."

C'était clair et net, cette fille avait complètement perdue les pédales. Elle était prête à se sacrifier pour moi ? Une pauvre fille qui ne vaut absolument rien ? Bien pourquoi pas ? Je suis déjà salie et irrécupérable mais si la demoiselle du nom de Annaelle voulait se sacrifier pour moi, pourquoi pas ? Après tout, elle pourrait me rendre un immense service finalement. Malheureusement, la créature ne semblait pas satisfaite du marché et sans que je puisse réagir, je fus soulevée dans les airs par l'une des ses mains noires. Je me débattais tant bien que mal en frappant de toutes mes forces contre mais sans résultat qui puisse me satisfaire...

"Je vous en pris seigneur ... Accepter ma requête et laissez mon amie sortir d'ici avec la vie sauve."

J'éclatais de rire à ses paroles, non que cela était drôle mais plutôt stupide. Elle ne me connaissait que depuis quelques minutes et elle me considérait comme une amie ? La belle affaire, au moins si on s'en sort, je pourrai profiter d'elle un moment. Par chance, mes bras n'étaient pas enserrés par ses mains d'ombres, ce qui pouvait me permettre de m'accrocher à une partie en relief du plafond, cherchant encore à me dégager. Bien sur, ces efforts étaient vains et je me laissais finalement faire, lançant un regard dangereux à mon adversaire. Si la violence ne marchait pas contre cette chose, il était possible d'utiliser la parole, bien que ma camarde de tout à l'heure avait pu montrer son inefficacité.


- Hey ! Créature des machins choses là ! Pourquoi tu nous parles des dieux ? On est dans leur monde c'est ça ? Nan parce que faudrait leur dire deux mots à eux... Ils envoient un gardien plutôt nul à vrai dire...

Je lui tirai malicieusement la langue avant d'adresser un clin d’œil à Anna. Si il y avait une chance que la créature s’énerve et nous jette, il y avait plus de chances pour nous de l'abattre en créant une bonne stratégie tout en jouant sur sa colère. Je n'étais pas du tout sure de mon plan mais je voulais tenter et puis avec Annaelle, j'avais plus de chances de réussites même si elles étaient minimes...
Invité
avatar
Invité
Où suis-je ? Au paradis ? [PV. Harmonia, Hank] - Sam 25 Aoû 2012 - 20:27
Alors, j'ai devant moi, LE parfait antagonisme, la fille habillé comme une fille du XVIII m'offre son corps, à l'époque, celle qui faisait ça étaient châtié, mais elle me l'offre pour protéger l'autre fille qui elle semble vouloir me combattre, sacré caractère d'ailleurs, elle m'insulte malgré sa posture, mais pour je ne sais quel raison, je me met à rire mais comme pas possible, je me suis appuyé sur une colonne car là j'ai une crise de rire mais comme il faut, mon dieu eh mais minute, je suis un futur dieu, moi et mes jeux de mot débile, j'irai loin, bref je me marrais tellement que mes mains lâche la fille au caractère bien trempé, ça va, elle était pas très haut, j'arrivais pas à caser deux mots tellement que je me marrais, que c'est bon de rire franchement, depuis mon arrivé j'ai pas ri donc fallait que je décompresse, j'ignore la tête de ces deux jeunes inconnues mais elles doivent m'en vouloir, je dois m'attendre à une baffe au moins, de toute façon je la mérite, mais raaaaaaah, c'est bon de rire comme il faut, bref, je me suis calmé, j'ai levé mes lunettes pour séchez mes larmes de rire, j'imagine pas leur tête en voyant mes yeux rouges, puis je me suis mis droit, eh oui, j'était voûté maintenant je suis plus grand.

Escusez moi mais c'était trop tentant, bienvenue à la Deus Académia.

J'attendais leurs réaction, certainement grossière logique mais bon.
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 546

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expériences :
10000/10000  (10000/10000)
Votre domaine: La Lumière
avatar
Directeur - Divinité Guerrière
Directeur - Divinité Guerrière
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Où suis-je ? Au paradis ? [PV. Harmonia, Hank] - Mer 26 Déc 2012 - 21:58
Quel sadique ce Hank alors x] bienvenue à la Deus Academia, Harmonia ~

Harmonia : 180 xps
Hank : 130 xps
Contenu sponsorisé
Re: Où suis-je ? Au paradis ? [PV. Harmonia, Hank] -
Où suis-je ? Au paradis ? [PV. Harmonia, Hank]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Temple de Deus-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page