Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

A lonely ballad ? [Pv Eden K. Hansel]

Invité
avatar
Invité
A lonely ballad ? [Pv Eden K. Hansel] - Sam 14 Juil 2012 - 21:16


" A lonely Ballad "




Mon lecteur mp3 - Ce que j'écoute -



Après une nuit passée, à se faire titiller par des esprits malsains, pervers et fourbes, il me fallait prendre l'air. Au réveil, brossage de dents, douche, observations des cernes grandissantes (oui car avec eux, les nuits deviennent courtes) et habillage. Juste un jean, t-shirt, et veste u le temps grisâtre qui s'annonçait. En effet c'était démoralisant un temps comme celui-ci pour une cité Divine, il aurait pus apporter un climat plus chaleureux tout de même ! Bref, trêves de bavardages, musique aux oreilles, mp3 dans la poche de ma veste, je sortais de dortoir qui sentais un peu la naphtaline, bon peut-être parce que l'Académie venait d'ouvrir, enfin, j'imagine. Hum, la direction du marché ? Où était-elle ? Il fallait dire que le sens d'orientation n'était pas inné, j'observais les quelques panneaux donnant de multiples informations. Mes yeux roulaient sur le panneau jusqu'à se fixer sur "Le Marché" mais pourquoi donc avoir donné une majuscule à marché ? Bwarf, cela devait être un lieu unique je suppose.

En tout cas mon ventre montrait déjà des signes de famine, si tôt le matin en plus, après tout c'était chose normal vu l'heure qu'il était.

« Bon sang, sept heure du mat', il ne faut pas abuser quand même »

Et le temps était déjà maussade avec ces nuages menaçants, maugréant et sinistres. C'était déprimant de plus, mais bon j'espérais que le marché avait déjà ouvert ces portes sinon j'aurais fait le trajet pour rien. Ah oui, il y avait une question qui me trottait depuis un moment, nous n'avons pas d'argents et pourtant il y à un marché, comment cela pouvait-il être possible ? Hum...

« Vous m'avez l'air perdu, jeune homme puis-je vous aider ?»

Une voix, un peu faible, m'aborda. Aussitôt j'enlevais mon casque pour ne pas paraître malpoli et me tourna en sa direction. C'était une vieille dame aux allures faibles, le visage creusé, ridés de partout, d'une petite taille portant une sorte de kimono avec des motifs floraux.

* Étrange mamie que voilà *

Mais, une seconde !? Une autre question me venait encore à l'esprit, oui, celle des autres personnes que les apprentis-Dieux, pouvait-il y avoir d'autres personnes défuntes également mais vivant une vie normal, ici, dans l'Académie ? A s'occuper des différents postes banales, de la vie courante ? J'aurais bien voulu lui poser cette question mais là n'était pas l'instant pour le faire, de plus, elle m'avait abordée en premier.

« Ah, ah ! Vous avez remarquez ? Désolé, je suis nouveau ici et je cherche le marché »

« Ah oui, le marché est tout droit, à environs 300 mètres-elle me montrait du doigt la direction à prendre- et ensuite vous devez prendre sur la gauche et vous verrez une entrée»

« Ah merci beaucoup alors pour votre a... »

Elle avait disparut, ayant regardé dans la direction qu'elle me montrait, je voulus me retourner pour la remercier mais elle avait disparut ! Hum... Argh, encore un truc qui m'échappe, une chose de plus. Mais bon, j'allais tout de même suivre ses conseils. M'allumant une cigarette que j'allumais aussitôt pour laisser un petit filet fumeux s'échapper, je pris la fameuse direction. Trois cents mètres, c'était rapide à faire et il ne restait plus que l'angle de la rue où on ne voyait pas grand chose dis donc. Je n'aime pas les angles de rue, c'est toujours dangereux...

Invité
avatar
Invité
Re: A lonely ballad ? [Pv Eden K. Hansel] - Dim 15 Juil 2012 - 19:02



« Doucement. Vraiment doucement, elle se réveille. Se redressant avec souplesse dans son lit, le corps luisant et fébrile. La nuit venait de l’inonder de sa lumière lunaire. Maintenant le soleil commençait a redessiner l’horizon. La pauvre fille glisse une main tremblante dans ses cheveux cendrés, reflétant la pâleur du monde. Elle est encore haletante, une goutte de sueur froide dessine son dos cambré par l’inquiétude. La lumière solaire venait chauffer cette peau laiteuse et délicate a travers la fenêtre, comme la caresse d’une plume. Puis elle se lève, laissant la clarté d’un lit aux draps froissés. Ses mains tremblent encore, elle serre les poings. C'est le chaos dans sa tête. Le désert d'une nuit sans sommeil et les ruines d'un cauchemar violent, pas tout à fait envolé. Elle touche la cambrure de ses reins... il fait vraiment froid. Serait-elle malade? »

Eden est comme les papillons. Elle bat des ailes inutilement.
Emmitouflée dans son gros pull, Eden était sorti plutôt tôt de sa chambre. Sous le vent frisquet du réveil, elle se recroquevilla dans sa laine si confortable. Pas très sûre de là ou elle allait, la douce enfant avait opté pour le hasard pur et simple. Elle avait juste envie de se détendre plus qu'autre chose. Errant entre les rues désertes, Eden aurait pu passer, de part sa démarche, pour une proie perdue, clamant de par ses jambes fines, le besoin d'être kidnappé. Mais qui oserait embêter Eden? Sincèrement.

Le ciel se couvrit, devenant alors largement nébuleux. Eden se posa sur un banc, pour ridiculement réfléchir. La jeune poupée jeta un regard en l'air pour observer des oiseaux voler avec légèreté dans le ciel. Deux d'entre eux se posèrent au sol. Les coudes sur ses genoux, la tête enfoui dans ses petites paumes. La demoiselle dirigea son regard sur les deux volatiles qui semblaient se chipoter un verre de terre. Elle se concentra pour alors semer la confusion dans le cerveau d'un d'eux. Totalement désemparé, l'oisillon sembla vite oublier sa quête et s'envola alors de son côté, laissant l'autre savourer son festin sans un mot.

Puis plus le temps passait, plus les gens semblaient venir se concentrer dans les alentours. Eden demeurait étendue sur son banc, seule, à ruminer ses rêves les plus déments. Un peu plus tard dans la matinée, mais relativement encore de bonne heure. Un peu inquiète par la foule grandissant. Les camions, les fruits. Les odeurs, les couleurs. Un beau manège rempli de sensations.


Des chromosomes dans l'atmosphère. Des taxis pour les galaxies.

Eden se leva, un peu tourmentée. Au grand dieu, elle n'avait jamais apprécié follement l'affluence. Balade solitaire, elle se mit en quête de cibles pour exercer son pouvoir. Des pas frénétiques la subjuguaient tandis qu'elle libéra alors ses ondes de confusion. C'était agréable de regarder le monde perdre son pied, perdre l'esprit. C'était comme sentir la satisfaction d'être la seule à avoir échapper à la folie sur Terre.

Cependant, un marchand qu'elle n'avait pas vu – planqué derrière son camion, comment faire ? - avait décemment assisté à la scène. Criant des injures contre la demoiselle, et s'agitant comme un enragé, elle décida de descendre alors la petite ruelle dans l'angle de la rue pour lui échapper. Courant a une allure indécente, en voulant tourner, elle heurta violemment un inconnu.

« PUTAIN! Regarde ou tu vas! »


Aussitôt elle releva la tête et croisa son regard. Elle fixa ses yeux enflammés sans rien dire. Sa gorge se noua et le silence prit possession d'elle. Détournant la tête légèrement, Eden s'empourpra. Elle lui avait crié dessus sans chercher à attendre, sans même lui adresser un regard. Mais l'adrénaline de la fuite avait su la consumer. Regardant alors ses pieds, elle entendit un cri au loin qui ne fit que la faire tressaillir. C'est le chaos dans sa tête. Faut pas faire chier, faut s'accrocher.

« Viens. »


« Doucement. Elle avait attrapé sa main, glissant ses doigts entre les siens. Puis elle lui avait ordonné de courir. Ses jambes étirées dessinant l’essoufflement d'une course effrénée. Que c'était douloureux de traverser le monde. Que c'est douloureux de le faire avec quelqu'un. L'aurore baignant la place du marché dans sa belle montée. La ville d'or caressant leur course. Eden... féroce Eden. Fonce... jusqu'à ce que l'air s'engouffre dans ta gorge. Doucement elle s'arrête, tremblante et fébrile. Comme au réveil. Elle tousse. Serait-elle malade? »
Invité
avatar
Invité
Re: A lonely ballad ? [Pv Eden K. Hansel] - Lun 16 Juil 2012 - 23:04


" A crazy breath "



Un choc douloureux, mon casque qui monte en une haute courbe pour finir par se crasher sur le sol, et des étoiles qui scintillent en cadence au-dessus de ma tête.

« PUTAIN! Regarde ou tu vas ! »
* Facile à dire*

Reprenant un peu mes esprits, je récupérais mon casque jeté plus loin et fut déçu de le voir inutilisable maintenant... Comment allait-je écouter ma musique maintenant, et puis d'abord qui avait fait ça !? Oh, une demoiselle, de petite taille, au regard détourné du mien comme si elle en était gênée. Un coup d'oeil rapide afin de la détailler un peu mieux, de comprendre comment une telle demoiselle avait réussis à me percuter avec d'autant de force. Un gros pull comme protection, on aurait dit un mouton avec toute cette laine l'a recouvrant, ses longs cheveux aux étranges reflets sortant du col, tombant en cascade derrière la nuque et une frange au devant. Elle avait détournée son regard et le teint de son visage que j'aurais pus deviner pâle était devenu rosâtre. L'avait-je choqué ? Hum, je n'avais pas eu le temps de lui demander qu'un cri hurlé retenti au loin.

Surprise, elle chopa ma main, doigts entrelacés, c'était à mon tour de rougir. Je la suivis dans une course effrénée où j'avais du mal à suivre son rythme. Comment de telles petites jambes pouvaient avoir autant d'énergies ? Décidément, c'est une journée fatigante, et ce, dès le matin où le soleil ne point que timidement ses rayons. Elle s'arrêta enfin, à bout de souffle, moi de même. Tentant de reprendre mon souffle, elle toussa.

« Tu vas bien !? Est-tu malade ? »

Je n'attendais pas particulièrement une réponse mais des questions me venaient en masse. Pourquoi était-elle poursuivie ? Elle semble tellement fragile, je ne voyais pas vraiment ce qu'on aurait pus lui reprocher. Je regardais ma montre, où le cliquetis sonnait avec force. Un peu usé comme montre j'imagine.

* 8 heures 22 minutes *

Bon sang, seulement !? Je sortais mon paquet de cigarette, en sortis une nouvelle, l'autre ayant disparut après notre choc. Faudrait peut-être que j'arrête un de ces jours, je pourrais peut-être en... Ah non, je suis déjà mort donc j'imagine que je ne pourrais pas en mourir, tant mieux ! Lentement, je me rapprochais près d'elle, de sorte à pouvoir voir un peu mieux son visage délicat. Esquissant un petit sourire, je me décidais à lui parler :

« Et bien, tu ne fait pas dans la dentelle dis donc !? D'où tu sors pour être pourchassé ? Je n'ai pas vraiment vu la personne qui nous courait après mais c'est facile à deviner que tu lui avait fait quelque chose ? Serait-tu une délinquante ? »

Une délinquante ? Hum, quelle sottise de dire ça lorsque l'on veut s'adresser à quelqu'un que nous ne connaissons pas. Mais bon, on vas mettre ça sur le compte de mon coté "Je n'ai pas vraiment l'habitude de parler aux autres". Après ça, nous nous étions un peu perdus dans les stands du marché, d'ailleurs, ce marché prenait un peu l'aspect commerçant dont je m'imaginais. Tout était comme dans le monde humains, étrange, c'était d'une banalité déconcertante, je m'attendais à quelques choses de plus "mystique". Prenant une bouffée de la cigarette, que j'expirais aussitôt.

« Tant qu'on y est, que tu m'a pris en "otage" si je peux me permettre, autant se présenter ? Je m'appelle Yuurei Nodoka ce qui signifie en japonais "Esprit Glacial". Bon, ce n'est pas moi qui est choisis malheureusement mais bon, je pense qu'il me va bien dans un sens. Et toi ? Jeune délinquante, comment te nommes-tu ? »

Le mot délinquant était ironique bien sur. J'espère juste qu'elle ne réagira pas comme une certaine demoiselle dont j'ai fait la rencontre il y à peu. Un poil hystérique...

Invité
avatar
Invité
Re: A lonely ballad ? [Pv Eden K. Hansel] - Ven 20 Juil 2012 - 11:45
« Tel un oiseau pris en flagrant délit. Tel un oiseau peureux, elle failli s'envoler. Oui. Elle aurait bien voulu s'évader loin de l'inconnu. Retrouver son nid douillet d'un soir et arrêtez d'aller asticoter les asticots. Mais c'était plus fort qu'elle. Une pulsion d'aventurière, des petits yeux bleus et curieux qui te scrutent dans l'ombre.  Des ailes constamment déployées. Si douces qu'on pourraient croire à de la somptueuse laine. Son corps aussi fragile et fébrile d'un oisillon ne manquait pas les diverses acrobaties. Un piaf farceur et enjoliveur. Tic tac... Tic tac toc. C'est la montre déreglée d'Eden. »

Elle était face à lui. Le plus innocent faciès mis en avant. Malgré la course effrénée, Eden demeurait d'une pâleur enfantine. Ses traits doux et sa peau poudreuse. C'était encore une délicate poupée. Si dangereuse et pourtant, à chacun de ses mouvements, on aurait pu croire qu'elle se briserait. La demoiselle jeta un bref coup d’œil au garçon si vite kidnappé. Que devait-elle faire maintenant? La honte de s'être si vite emportée la gagna peu à peu. Après quelques toux timides, elle n'eut pas le temps de donner d'explications que le jeune inconnu lui demanda des comptes. « Tu vas bien !? Est-tu malade ? » L'était-elle vraiment? Oui sans doute un peu démente sur les bords. Une douce mélodie de folie se targuant d'être les notes de musiques animant sa vie euphorique. Mais comme tellement l'ont prétendu. Eden n'est qu'un mirage.. D'un sourire faible, les lèvres pulpeuses de la belle se mouvèrent alors pour laisser un murmure … s'envoler.

« Je ne suis qu'un mirage.. »


Elle éclata de rire. Des éclats cristallin d'amusement. Comment résister à l'envie? Finissant alors de reprendre sa respiration, la demoiselle croisa les bras. Le jeune sortit alors une cigarette. La fumée de tabac n'avait jamais vraiment plus à Eden. Et les cendres tombant lentement au sol, et s'écrasant comme les restes de vie d'un être perdu... C'était déprimant cela dit. La fragrance de brulé chatouilla ses narines. Elle recula d'un pas. « Et bien, tu ne fait pas dans la dentelle dis donc ! D'où tu sors pour être pourchassé ? Je n'ai pas vraiment vu la personne qui nous courait après mais c'est facile à deviner que tu lui avait fait quelque chose. Serait-tu une délinquante ? » La poupée s'adossa contre un mur. Une délinquante? Elle? C'était à demi-vrai. C'était à demi-faux. Une simple parcimonie, aussi simple soit-elle, compliquée

« Je ne suis pas une délinquante. Enfin.. Je ne crois pas. Je suis juste moi. Et je crois que ça ne plait pas beaucoup. Après le mot n'est peut-être pas approprié. J'suis chaotique. Rebelle? Je suis moi. Troublante. »


Les mots assemblés les uns après les autres. Est-ce ça qu'on nomme une phrase? Elle avait mal à la tête. Surement toutes ces émotions qui sont sauvagement venus la posséder d'un coup. Le calme était retombé dans cette paisible et bruyante zone. D'un sourire presque sournois, elle nota qu'elle n'avait pas répondu à toutes ces questions. Il n'aurait qu'à insister. Cela ne pourrait qu'apporter plus de d'exotisme. Puis elle se demanda comment il pouvait bien se nommer. Curiosité piquante et coquine. Et la réponse ne sut tarder. « Tant qu'on y est, que tu m'a pris en "otage" si je peux me permettre, autant se présenter ? Je m'appelle Yuurei Nodoka ce qui signifie en japonais "Esprit Glacial". Bon, ce n'est pas moi qui est choisis malheureusement mais bon, je pense qu'il me va bien dans un sens. Et toi ? Jeune délinquante, comment te nommes-tu ? » Bon, il n'avait pas besoin de sortir tout un dictionnaire. Elle s'en fichait pas mal. Yuurei... ça lui allait tellement bien. Suavement malicieuse, elle s'approcha et se colla presque à lui, pour venir susurrer.

« Eden. Juste Eden. »


Parce qu'elle était seulement ça. Parce qu'elle ne voulait être rien d'autre. La charmante Eden, la fourbe Eden, la jolie Eden. Le nom n'est là que pour annoncer qui on est et non pac ce qu'on est. Elle croque ses lèvres impatiente. De son regard vermeil, il avait su éclairer le ciel nébuleux d'un éclat de curiosité. Indécente Eden, elle voulait en savoir plus. Innocente Eden. Elle voulait en savoir plus. Tic tac... Tic tac. C'est l'horloge du coeur d'Eden.
Invité
avatar
Invité
Re: A lonely ballad ? [Pv Eden K. Hansel] - Lun 23 Juil 2012 - 12:59

" She's beautiful "

« Rien n'est en soi bon ou mauvais, la pensée le rend tel. »
William Shakespeare.


Elle avait dit "Mirage". Cette illusion qui donne image faussée d'objets, en l'occurrence, sa personnalité ? C'est vrai que sa silhouette, son visage avait une apparence pure et innocente, pouvait-elle l'être vraiment ? Ses mots résonnaient encore dans ma tête, chaotique, rebelle, troublante. Une étrange présence émanait d'elle. Le souffle court, le coeur passant à la vitesse supérieure, elle se rapprocha de moi, presque en contact, elle murmura, éloquente « Eden. Juste Eden. ». Elle avait raison, troublante demoiselle que voici. Ce fut mon tour de m'empourprer, bien que légèrement, elle avait un charme certain, c'était indéniable. La situation n'était pas déplaisante, sans être trop agréable toutefois. Qu'allais-je faire maintenant, elle ne me laissait pas indifférent et peut-être que c'était pour cette raison que je ressentais de la gêne. Nous n'étions plus poursuivis mais cela ne voulait pas dire que ça n'allait pas reprendre. Le matin, toujours, les quelques cernes toujours, peut-être qu'une douce promenade entre les aléas du marché pourrait l'intéresser ?

« Bien, douce et rebelle Eden, souhaiterais-tu m'accompagner dans les allées du marché ? Bien entendu, nous marcherons discrètement et si tu..nous devions être découverts et coursés, nous n'aurions plus qu'à courir encore une fois. Alors tu est d'accord ? »

Je me délaissa alors du rapprochement d'Eden, tapant ma cendre et marchant vers le centre du marché. Un ou deux mètres parcourus. Il y à avait encore cette question d'argent, d'achats et ventes de camelotes. Peut-être trouverais-je une paire d'écouteurs ou un casque, ce qui m'irait mieux personnellement. Je me retournais alors vers Eden, la douce, la rebelle quand d'un seul coup, une vieille silhouette familière s'était immiscée entre elle et moi.

« Vous êtes la vieille dame de tout à l'heure !? »

« Oui, tu me reconnais jeune homme, c'est bien-dit-elle en me jetant un coup d'oeil- Cette jeune demoiselle est ton amie ? »

....Je ne le savais pas encore moi même mais je pouvais tout de même répondre en cette faveur....

« C'est une élève de l'Académie, une camarade, pourquoi posez-vous cette question ? »

Elle ne me répondit pas et se contenta de marcher vers Eden. La canne substituant une jambe défaillante, une démarche boiteuse. elle arriva face à l'innocente rebelle. Le regard ridé de la vielle dame fixait attentivement la jeune. On aurait pus croire en une confrontation vieillesse & jeunesse, la comparaison entre le début d'une vie et la fin d'une vie. Mais lorsqu'un individus a déjà passé le stade du temps, que pouvait-on en penser. Bwarf, ce n'était pas comme si c'était important maintenant.

« Intéressante demoiselle que voilà. Pourriez-vous me suivre jeune demoiselle ? Je tiens un commerce et j'aurais peut-être quelque chose qui pourrait vous intéresser »

J'étais un peu largué là. Elle tenait un marché ? C'était une marchande ? De quelles sortes et quelle chose pourrait intéresser Eden ? Je ne pouvais faire que l'observateur en voyant cette scène. Juste quelques mots adressés à ma camarade.

« Ne t'inquiète pas Eden, elle ne te... non, c'est une gentille vieille dame, je pense qu'on peut lui faire confiance »
Invité
avatar
Invité
Re: A lonely ballad ? [Pv Eden K. Hansel] - Jeu 26 Juil 2012 - 11:28
« La confiance est souvent synonyme de naïveté. » Les individus ne sont jamais assez méfiants. Dans leur quête d'amour et d'entraide collectifs. Un paradis que trop suspect. Un paradis que trop niais. Il y aura toujours parmi les joyeux petits lapins, un loup. Un loup qui aura profiter de cette confiance aveugle. Eden avait une fâcheuse tendance à voir le loup partout. Cette paranoia exacerbée l'avait pourtant protégé de nombreuses fois. Le loup rôde. Le loup trompe. Et la douce enfant, la douce lapine, cache aussi le fusil dans son dos. Car on ne sait jamais quand il décide de dévorer. Versatile et patient. Confiant et méchant. BOUCHERIE !
Elle lui avait murmuré son nom... et il avait réagi exactement comme elle le désirait. C'était plutôt amusant d'ailleurs. Les joues rosées, le jeune homme semblait paniquer à l’idée que ça lui plaisait pas mal. Mignonne et rusée Eden. Il jeta un coup d’œil aux alentours, chose qu'elle n'avait pas fait. Elle s'y prêta donc également. Il y avait du monde. Il y avait de la foule. Un brouhaha intempestif de pensées chaotiques. Eden aimait ça. Il n'y avait aucun ordre dans l'alignement des commerces. Aucun respect entre les clients. Chacun pour soi, ponctué d'une ironique bonne humeur. Les gens étaient vraiment étrange parfois. « Bien, douce et rebelle Eden, souhaiterais-tu m'accompagner dans les allées du marché ? Bien entendu, nous marcherons discrètement et si tu..nous devions être découverts et coursés, nous n'aurions plus qu'à courir encore une fois. Alors tu es d'accord ? » Il la tira de ses pensées. Elle n'avait rien de pressé, et sa compagnie était agréable. Elle avait depuis quelques minutes découvert un intérêt soudain de le taquiner, de le voir rougir ou encore de le sentir gêné.

« Pourquoi pas? J'ai rien à faire. Et tu sembles amusant. Donc je te suis ! »



Une réponse typique à la Eden. Chacune de ses phrases était une mélodie désaccordée. Aucune logique. Aucune beauté. Elle n'avait jamais su – sauf dans le cas précédent – caresser les mots entre eux, d'une sensualité calligraphique. Alors qu'ils se mettaient en route, Eden heurta une forme, faufilée entre eux deux. Des rides, une voix caverneuse et usée. Une vieille dame? Yuurei sembla alors la reconnaître et entama la discussion. Puis cette mystérieuse inconnu se tourna vers la jeune poupée. Un intérêt soudain fit presque frémir Eden.

« C'est qui cette vioque? »



Bon. Ça pouvait paraître cru mais la vieille dame n'en sembla pas outrée. Au contraire, à ces mots, elle sourit encore plus. « Intéressante demoiselle que voilà. Pourriez-vous me suivre jeune demoiselle ? Je tiens un commerce et j'aurais peut-être quelque chose qui pourrait vous intéresser » Eden sursauta. Et si c'était... un loup? La mère d'un type aux intentions malsaines? Une tueuse en manque de sang? Une mamie ninja? Eden chassa ses idées atypiques de sa tête. Jetant un coup d’œil perdu à son compagnon. Il tenta de la rassurer. « Ne t'inquiète pas Eden, elle ne te... non, c'est une gentille vieille dame, je pense qu'on peut lui faire confiance» Étrangement, cela eut l'effet inverse. Eden n'était pas vraiment en confiance face à cette vieille inconnu. Attrapant la manche de son camarade, elle le trainait derrière elle. Suivant alors la potentiellement dangereuse mamie jusqu'à son soi-disant commerce... ils arrivèrent quelques minutes plus tard. Tout se passait bien jusqu'à ce que la vieille dame ordonne à Yuurei de rester dehors. Eden fut atteint d'une psychose intenable. Boum Boum. Boum Boum. Boum Boum. C'est le cœur d'Eden quand elle entre dans l'antre du loup. L’héroïne lapine, désarmée et désaxée, a perdu sa stratégie dans la rivière de la vie. « La confiance est une adorable preuve d'amour. »

Invité
avatar
Invité
Re: A lonely ballad ? [Pv Eden K. Hansel] - Jeu 2 Aoû 2012 - 15:10
f

" An old lady against An young girl "

« Apprends la sagesse dans la sottise des autres. »
Citation japonaise




Une inquiétude apparente s'affichait sur le visage de la douce Eden. Peu rassuré, un regard jeté, elle me serra tandis qu'elle m'emportait tel un sac ou un objet. Quelles expressivités dans ses gestes, dans son regard, et cette vieille dame qui était tout aussi surprenante. On pouvait dire que dès le matin, j'étais gâté dis donc. Tiré à travers les stands du marché, je voyais défiler nourritures, vêtements, et tout autres fournitures plutôt banales. Finalement après un pseudo-calvaire, tiré par une douce démone, nous arrivâmes devant le commerce de la vieille dame. Une boutique assez vieille en apparence, des volets revêtues de rideaux pourpres, une enseigne boisée où rien n'était marqué bizarrement. Ou du moins, peut-être que les vices du temps avaient effacer ce qui était marqué.

Puis d'un seul coup, la vieille dame nous stoppa, elle proposa à Eden de la suivre tandis que je fus obligé de rester en dehors de la boutique ! Je jetais un coup d'oeil vers la jeune rebelle, afin de pouvoir "peut-être" la rassurer avec un regard chaleureux, je ne sais pas si ça allait marcher mais je lui adressais un petit " A tout à l'heure !" avant de m'allumer une cigarette que je grillerais en attendant qu'elle revienne.

« * Peut-être que je devrais aller faire un tour, peut-être que je trouverais un nouveau casque ? * »

Il s'en alla alors aux grées des vents, à la recherche de son casque en attendant qu'Eden finisse...




La vieille dame, d'un pas toujours titubant, poussa sur sa canne en avançant lentement mais surement. Elle affichait un large sourire satisfait, on aurait dit d'un coté une sorte de démon. Elle fit signe à Eden de la suivre sans faire attention au comptoir et aux divers objets magiques accrochés aux murs. Il y avait de tout et de rien sur ces murs qui plus est, allant du balais, aux bijoux, à des "grimoires", sans doute de pales copies provenant de l'Académie elle-même.

« Et bien, n'aie pas peur, je ne vais pas te manger ! Fait "presque" comme chez toi, attention à ne pas toucher les objets accrochés aux murs. Bref, passons, en te voyant au coté de ce garçon, je me suis dit qu"elle" t'irait à merveille ! Alors viens ! »

Elle rentrait alors dans une pièce tout au fond de la boutique, après un petit couloir atténué de lumières. Elle en ressortit presque aussitôt avec une sorte de carton où quelques gravures le décorèrent avec classe et noblesse, en accompagné de deux roses peintes. Cette vieille dame tendit alors le carton à la jeune demoiselle. Toujours souriante,

« Tiens ! Voici quelque chose qui pourrait te plaire, j'ai toujours attendue quelqu'un qui pourrait enfin la revêtir, et tu est celle qui est faite pour ! Ne t'inquiète pas, elle est gratuite pour toi, tu n'a pas à me donner de pièces Divines. »


Hrp : Je te laisse le choix de la robe, vu que c'est toi qui la revêtira, j'ai pensé que tu pouvais avoir une belle image ><
♠ Petits messages : 1681
avatar
Être tout-puissant
Être tout-puissant
Voir le profil de l'utilisateur
Re: A lonely ballad ? [Pv Eden K. Hansel] - Mer 29 Aoû 2012 - 20:30
Je clôture donc le rp car Eden a quitté le forum. Dommage. ~

Yuurei -> 130 xps


« Donnez-moi des héros, et je vous écrirai leur tragédie. »
A lonely ballad ? [Pv Eden K. Hansel]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Une journée éprouvante [PV Eden]
» Mickaël Eden
» Dimitri Payet (by Eden-Hazard)
» Inscription d'Eden Marshall
» Chambre d'Eden, Vesna et Chih-Nii

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page