Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

C'est chaud, trop chaud.

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: C'est chaud, trop chaud. - Sam 5 Oct 2013 - 15:39


- Question d'habitude. J'essaierai de changer si cela vous... si cela te dérange.

Les habitudes … Ils se voyait mal la forcer, après tout bien souvent  il était vouvoyé dans son passé, et cela ne le dérangeait pas, il la regarda brièvement et se gratta un peu l’épaule silencieux, réfléchissant à ce simple fait.
Il réfléchit alors  à ceux qu’il vouvoyait de son vivant … ses supérieurs … les nobles et … tous ceux qu’il croisait sauf les autres écuyers … Peut être devrait-il la vouvoyer en fin de compte …


- Tu fais comme cela te plaira, je n’ai rien contre être vouvoyé … Je le disais simplement … comme ça … Tu voudrais que je te vouvoies moi aussi peut être ?

Mieux valait savoir ce qu’elle préférait, il ne voulait pas non plus la contrarier. En revanche il n’avait pas vu venir la réponse à sa demande, et lorsqu’elle lui répondit, il leva simplement la tête vers le ciel étoilé, il n’y avait pas un seul nuage, mais son esprit lui était complètement embrumé, et non ce n’était pas  à cause de la vapeur d’eau !

- En fait... Je ne suis pas sûre de pouvoir répondre à votre... ta demande.

Dans sa tête une petite voix raisonnait pour lui faire réaliser la dur vérité, cette petite voix, avec un timbre sadique, clairement méchant à son encontre qui lui soufflait doucement, que c’était impossible qu’un chevalier aussi dépassé que les pierres des châteaux, des demeures, qu’il avait connu, soit un jour apprécié dans ce monde, qu’essayer de partager quelque chose était impossible pour lui. Et le pire, c’est qu’il sourit à l’écoute de cette petite voix qui le torturait, non il n’était pas satisfait de la réponse, il souriait de son malheur. Peut être devrait-il chercher une autre raison de se battre que ses sentiments ? Au fond, ça ne marcherait pas dans ce monde. Il aimerait pourtant bien essayer. Mais silencieusement, fixant les étoiles, il continua à l’écouter.

- Je n'ai pas l'impression d'être la destinataire de celle-ci. Je ne suis pas celle que tu penses connaître. Je ne suis pas forte. Pas autant que je voudrais l'être. La première personne à m'avoir fait une telle déclaration... m'a vendue à mes bourreaux après m'avoir mentie sur toute la ligne. Je n'ai toujours pas réussi à l'oublier. C'est pitoyable, n'est-ce pas ? Même s'il est mort, même s'il a lacéré ce coeur avant de partir, celui-ci continue à battre pour lui...

Elle venait de parler d’elle ? Il avait bien entendu ? Son regard surprit se posa instantanément sur elle, la professeur qui venait de s’allonger sur la pierre, les yeux clos, elle semblait paisible, mais ses propos n’allaient absolument pas avec son allure de demoiselle au repos et sereine. Il était tellement absorbé dans sa réflexion qu’il décida de simplement ignorer la suite, lorsqu’elle changea soudainement de veste en admettant délirer, c’était simplement impossible, on ne s’invente pas ce genre de chose, surprit pour directement admettre qu’elle venait juste de raconter des mensonges.

- La fatigue ne fait pas mentir Rain … Au contraire, je l’utilisais jadis pour que mes écuyers vident leurs esprits.

Du coup, qu’elle avoue être fatigue ne pouvait que le pousser dans sa première impression qu’elle n’ai dit que la vérité sur sa fin.

- Mensonge … Trahison … Je déteste ce genre de choses … Mais, j’ai dût me rendre à l’évidence … En ce monde, ces choses sont utilisées par tous, c’est terrible de ce dire que malgré les années, ce terrible défauts ne disparaîtras jamais …

Il se tourna légèrement tapotant l’épaule de la belle Presque endormie à quelques reprises, comme ci il faisait prévue de compassion, il le faisait souvent  à ses écuyers … Mais il n’aurait peut être pas dût le faire ? Elle n’aimait pas les contacts … Alors il s’arrêtât rapidement, ses vieux réflexes, et c’était le cas de le dire, le poursuivaient toujours …

- J’ai remarqué, comme le dis un proverbe, que l’amour fait faire des choses incroyable, j’ai vu des personnes faire des sacrifices par amour, d’autres qui, aveuglés par l’amour, ne voyaient plus rien, où peut être qu’ils voyaient mieux que moi … je ne sais pas …
Mais j’ai pourtant vu que ce sentiment leurs donnait des forces inconcevables, cela n’a rien de ridicule, c’est finalement … normal …


Et soudain ce fut la réalisation, par amour, en tant que chevalier, il serait prêt à quoi ? Jusqu’où un homme aussi vertueux que lui irait ? Il avait vu des hommes plonger à cause de ce sentiment, du coup naturellement  il se demanda soudainement si il lui arriverait la même chose. Et si il plongeait, il espérait encore pouvoir suivre les principes de la chevalerie, mais ceci était moins sur. Si l’amour rendait vraiment aveugle et fou comme il l’avait supposé, il fallait qu’il commence à songer que certaines choses, beaucoup de choses passeraient  à la trappe à ses yeux. Et prévoir lesquelles étaient impossible, convaincu qu’il les suivrait toujours, il jugeait impensable une pareille chose, mais réaliste, il admettait pourtant que cela arriverait. Le blond n’est pas bipolaire, mais réfléchit, nuance.

- Je pense que comme les vœux que j’ai fait, les sentiments apparaissent comme des guides  eux aussi, alors les suivre … Cela deviendrait assez logique et réaliste.




♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 6528

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: C'est chaud, trop chaud. - Lun 7 Oct 2013 - 0:58
Comment les personnes pouvaient ressentir la chose différemment selon si on les tutoyait en parlant ou si on les vouvoyait ? Il lui avait été inculqué qu'il s'agissait d'un signe de respect mais Rain n'avait jamais compris en quoi. Si elle disait à quelqu'un de crever, ce n'était pas en le vouvoyant que cela en devenait cordial. Et ce n'était pas parce que Alexander la tutoyait qu'elle se sentait offensée. Non... Et ce n'était pas parce qu'il la tutoyait que ses paroles passaient plus facilement dans son cerveau embrumé. Portant une main à son front, elle put constater que celui-ci était moite, sans savoir si c'était dû à l'humidité ambiante ou simplement à sa fièvre.

- La fatigue ne fait pas mentir Rain … Au contraire, je l’utilisais jadis pour que mes écuyers vident leurs esprits.

- Je ne suis pas votre écuyer et je préfèrerai garder mon passé pour moi, grinça la jeune femme qui, après le moment sentimental qui l'avait amenée à ouvrir son coeur le temps de quelques secondes, avait retrouvé son attitude digne d'un hérisson.

Mensonges... Trahison... Est-ce que jouer avec la vérité revenait à mentir ? Jouer un rôle, celui de la renégate infiltrée au sein de l'académie, n'était-il pas un mensonge en soi ? Et la trahison. La trahison qui viendra, tôt ou tard, lorsque son rôle s'achèvera. Cela signifiait donc qu'en fait, elle ne valait pas vraiment mieux que Nance. Oui, elle faisait tout ça dans un but que certains pourraient qualifier d'honorable mais, au fond, était-ce vraiment moins égoïste que Nance, qui ne cherchait qu'à être avec l'amour de sa vie ? Non, pas Rain. L'autre, le vrai. Bref, tout cela n'était qu'une question de point de vue, et la jeune membre du Conseil venait de se rendre compte, au travers des mots d'Alexander, qu'elle n'avait guère moins de choses à se reprocher que son défunt mari...

Quelques tapes sur l'épaule l'extirpèrent de ses sombres pensées. L'ancienne professeur se crispa, mais heureusement Alexander s'arrêta vite avant de poursuivre son discours dont les mots ne lui parvenaient qu'à intervalles irrégulières, ce qui donnait un charabia assez incompréhensible. Elle sut juste qu'il parlait d'amour, de sacrifices et de force inconcevable... Oh ça... Tout demeurait relatif puisque malgré cette force qui était censée l'animer, elle n'avait pas pu sauver Nance, ni de sa première mort, ni de sa deuxième. À cette pensée, un relan d'amertume la submergea, créant une boule dans sa gorge alors qu'elle ouvrait les yeux pour offrir aux étoiles qui se présentèrent devant elle un regard empli de désespoir et de chagrin. Cela dura une seconde tout au plus, avant que la voile de neutralité ne revienne se former, rendant le gris de ses prunelles opaques.

Un jour, un renégat, juste avant de mourir, lui avait dit que l'amour était éphémère et qu'il lui fallait se préparer à la désillusion. À ce moment-là, si elle avait su, que quelques heures plus tard Nance rendrait l'âme, elle aurait couru plus vite et n'aurait pas pris la peine de tuer ce renégat. Paradoxalement, si elle avait su que l'amour ne serait éphémère que du côté de l'aimé et qu'elle, elle serait condamnée à souffrir éternellement de son amour à sens unique... eh bien, elle aurait quand-même couru plus vite pour le sauver. Si elle avait su la vérité de sa bouche avant, Rain le savait, elle aurait été même capable de s'éclipser pour le laisser heureux avec sa Nora. Le Sacrifice. Que ne ferait-on pas par amour ? L'amour que l'on porte aux autres... au détriment de l'amour propre. Aaah, de l'amour propre. C'était l'une des nombreuses choses humaines qu'elle n'avait pas. Comment s'aimer si depuis le début de son existence, aucune attention ne lui avait été apportée pour lui signifier qu'elle le méritait ? Là demeurait toute l'origine du complexe dont elle souffrait, et dont elle en ignorait même l'existence.

- J'ai sommeil...

Elle soupira. Ses paupières devenaient étrangement lourdes. À quand datait la dernière fois qu'elle avait dormi plus de trois heures ?

- J'aurai peut-être mieux fait d'y aller, au final. Maintenant je sens que je vais dormir pendant...

Brusquement, elle se redressa, comme si un ressors avait été installé dans son dos. D'un geste vif, sans la moindre hésitation, elle dégaina un couteau, qu'elle planta dans sa main. Le sang ne coulait pas néanmoins, il virevoltait sous forme d'aura autour de ses doigts. Seule la douleur était présente, lacérante, mais cela suffit pour l'éveiller pour un temps.

- Professeur... Dans cette guerre... Pensez-vous vraiment que vous lier de la sorte à une personne aussi impliquée est prudent ?

Un sourire sans joie se dessina sur ses lèvres, tandis qu'elle observait la danse d'hémoglobine, le regard vide.

- Du jour au lendemain, tout peut basculer... Alors que privilégie l'acte d'aimer ? Recevoir... ou donner ? Car je ne suis pas sûre... de pouvoir donner... autant que l'exigerait mon engagement, si engagement il y a...



Kit fait par mon Lié adoré ♥
FicheJournalThèmeAwardsGalerieDerrière l'écran ♦ Ma couleur : #D09D28

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: C'est chaud, trop chaud. - Lun 7 Oct 2013 - 22:47

- Je ne suis pas votre écuyer et je préfèrerai garder mon passé pour moi

Il détourna le regard, soupirant, elle était spéciale, mais rien à faire ça lui plaisait, c’était bien mieux que ces autres femmes sans réelle motivation qu’il côtoyait de son vivant, et pour encore en ajouter elle était forte. Il leva le regard au ciel, se disant à lui-même avec cette voix qui lui chuchotait dans la tête.

* Pourtant … je voudrais apprendre à te connaître … *

Le temps passait, défilait, tandis que le chevalier s’adonnait a des explications purement subjectives et fonction de ce qu’il avait appris avec du mal.
Quand il eut fini, après un bref silence la voix épuisé de Rain raisonna, avouant simplement qu’elle était fatigué, il continua à l’observer, comme ci il avait peur qu’elle ne s’endorme, il ferait quoi si cela arrivait hein ? Il n’en savait absolument rien !


- J'aurai peut-être mieux fait d'y aller, au final. Maintenant je sens que je vais dormir pendant...

Il se redressa brutalement, lorsqu’elle dégaina le couteau Alexander, surprit commençât un simple geste de défense, puis s’arrêtât net, le couteau, il venait de se ficher dans la main de sa collègue ! Mais le plus surprenant ce fut encore le sang, se blesser pour se réveiller il l’avait déjà vu, et déjà fait, mais du sang qui tourne autour des doigts … jamais.

- Professeur... Dans cette guerre... Pensez-vous vraiment que vous lier de la sorte à une personne aussi impliquée est prudent ?

Prudent ? Lui ? Il ne l’avait jamais été, alors commencer maintenant serait une attaque à sa propre personne, et il n’était pas question qu’il commence à changer. Pourtant ces mouvements du sang, comme dansant autour de la main de Rain, l’omnibulait, comme ci … Du coup il ne parlait pas, il se contentait d’écouter encore un peu.

- Du jour au lendemain, tout peut basculer... Alors que privilégie l'acte d'aimer ? Recevoir... ou donner ? Car je ne suis pas sûre... de pouvoir donner... autant que l'exigerait mon engagement, si engagement il y a...

Le chevalier leva une main, l’approchant de celle de Rain, puis il tendit un unique doigt, qui doucement se décalait vers la main blessée. Finalement il toucha timidement le sang, il était encore liquide, encore tiède … Du coup Alexander le retira aussi rapidement qu’il ne dégainerais son épée, laissant cependant une goutte s’accrocher à l’extrémité de ce doigt, signe de sa curiosité.
Il toussota, comme voulant faire impasse sur ce qu’il venait de faire.


- Je n’ai jamais été connus pour être prudent, peut être même un peu trop brutal …

Ses yeux fixaient encore le sang, mais finalement il préféra regarder les yeux gris de la demoiselle. Réfléchissant encore à ses derniers propos. La signification de l’engagement ? Donner ou recevoir ? Pourquoi lui demandait-elle si il est convaincus ?

- Alors car il risque d’y avoir des changements de situation, il serait interdit de tenter ? Je ne pense pas que l’engagement impose don ou réception, non … Je l’imagine plus comme un partage, le bon, le mauvais, les rires, les pleures, un peu tout. Mais à mes yeux, le plus important dans cette engagement, c’est la confiance, savoir que l’autre nous suivra et nous écoutera, oui, c’est le point le plus important.

Pourtant, c’est vrai, rien ne pouvait lui prouver qu’il pouvait lui faire confiance autant que cela, mais son cœur lui disait qu’il devait, ce n’était pas souvent que le chevalier se décidait à écouter cette organe, l’obéissance aveugle étouffait ce dernier, mais une fois libéré de cette obéissance, et bien le cœur peu s’exprimer.
Le blond continuait malgré tout à penser à ce sang, il pointa son doigt vers cette main blessée. Continuant de fixer son visage, cherchant à revoir ce sourire qu’il avait vu un peu plus tôt.


- Je suppose que tu souhaitais te réveiller ? Tu as peur de t’endormir ?

Lui demander si elle contrôlait le sang ? Allons, son sang tourne autour d’elle car il le veut … C’était l’évidence même … Après jusqu’où son contrôle allait … Au fond, d’abord le lui dirait-elle ? Pas sur, et puis, ça ne changeait rien à sa personne.




♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 6528

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: C'est chaud, trop chaud. - Mar 8 Oct 2013 - 0:38
Pourquoi est-ce qu'elle lui disait tout cela ? Sans doute parce que Rain n'aimait pas laisser une situation dans le brouillard. À vrai dire, cela l'arrangerait plus qu'autre chose si elle ne se décidait pas à se prononcer sur le sujet, si elle optait pour laisser Alexander dans le vague, lui laisser un espoir, mais... Non. Non, elle avait déjà fait l'erreur avec deux personnes, il n'y avait pas besoin qu'une troisième s'y ajoute. Elle avait besoin de réponse sur ses propres sentiments, elle voulait savoir si elle était apte à oublier celui qui l'avait trahie... Mais il lui semblait que tout s'opposait à ça, que ce soit son nouveau rôle au sein de l'académie, ou bien les sentiments qu'elle pourrait avoir pour un autre homme, rien ne lui paraissait aussi fort... Assez fort pour effacer ce visage de son esprit. Et c'était bien triste parce que cela signifiait que sa plaie ne s'était toujours pas refermée. Comment pouvait-elle être aussi faible ? Ah, cela l'enrageait à un point...

- Je n’ai jamais été connus pour être prudent, peut être même un peu trop brutal …

Son regard se détacha de la danse d'hémoglobine pour se porter sur celui qui venait de caresser une gerbe de sang du bout du doigt.



- Dans ce cas vous ne risquerez pas de survivre longtemps auprès de moi... lâcha Rain avec une certaine ironie.

L'imprudence ? Un trait de caractère qui horripilait la jeune femme, parce que cela mettait en danger la personne et que c'était au final toujours à elle de ramasser les morceaux. Et il y avait tellement de personnes dans son entourage qui étaient imprudentes... Trop, en fait. Des abrutis, comme elle les nommait. Des abrutis qu'elle aimait malgré tout...

- Alors car  il risque d’y avoir des changements de situation, il serait interdit de tenter ? Je ne pense pas que l’engagement impose don ou réception, non … Je l’imagine plus comme un partage, le bon, le mauvais, les rires, les pleures, un peu tout. Mais  à mes yeux, le plus important dans cette engagement, c’est la confiance, savoir que l’autre nous suivra et nous écoutera, oui, c’est le point le plus important.

Muette, elle le fixa durant quelques secondes, avant de laisser son regard se perdre dans le vide. La confiance ? Faire confiance... Il était vrai qu'elle ne faisait pas confiance à grand monde. Aimer une personne ne signifie pas d'office lui accorder sa confiance, pourtant il devrait être sans doute ainsi. Mais Rain considérait un peu tout le monde comme des fragiles à protéger alors ça n'aidait pas vraiment... Sans compter que faire confiance alors qu'on est profondément possessive... Bref. Par contre, elle fut surprise d'apprendre qu'Alexander lui faisait confiance. Cela lui faisait à la limite plus chaud au coeur que sa demande sortie de nulle part.

- Le partage... et la confiance... ? répétait-elle dans un souffle, comme pour soi-même.

Le partage... C'était vraiment un beau concept en fait, du moins pour l'arme vivante qu'elle était. Partager un moment... Partager le bonheur, le vivre avec quelqu'un... On ne pouvait partager si on était seul, et si partage il y avait, cela voudrait dire qu'elle n'était plus emprisonnée par sa solitude, mais surtout... qu'elle avait quelque chose à partager. Qu'elle avait quelque chose, qu'elle n'était plus ce « rien » comme auparavant.

- Je suppose que tu souhaitais te réveiller ? Tu as peur de t’endormir ?

Rain détourna le visage, n'ayant guère envie qu'il voie tout ce trouble sur son visage. Ben oui, ce serait lui concéder que ses mots l'avaient touchée et... Non pas qu'elle voulait lui faire croire qu'elle ne l'était pas, mais elle n'avait pas vraiment envie qu'il la voie dans cet état, tout simplement. Oh pis zut, ce n'était pas comme si elle pouvait verser de larmes, alors tant pis pour l'image...

- Si je m'endors je ne vais sans doute pas me réveiller avant la fin du mois.

Le sang arrêta de danser et fut soudainement aspiré par sa plaie. Elle resserra le poing, sentant plus présente cette douleur au creux de sa main. Ses yeux vinrent trouver ceux d'Alexander alors qu'elle plaquait la main blessée sur son coeur.

- Vous... Tu me fais... vraiment confiance ?

Pour une arme qui avait passé sa vie à être utilisée comme un vulgaire objet, eh bien, il n'y avait pas plus gratifiant. Et actuellement, dans ses yeux, brillait un éclat étrange, rare, que la voile habituellement présente ne laissait jamais entrevoir. Pourtant c'était là que résidait toute la nature de Rain. Le regard d'un enfant. Un enfant qui recevait pour la première fois un compliment.

- Ce que tu m'as dit me va droit au coeur, Alexander Urmanis. J'aimerai tellement partager, moi aussi...

Rain baissa les yeux, se rendant compte que rien que le secret sur son véritable rôle, elle ne pouvait le partager...

- Mais je ne peux pas.



Kit fait par mon Lié adoré ♥
FicheJournalThèmeAwardsGalerieDerrière l'écran ♦ Ma couleur : #D09D28

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: C'est chaud, trop chaud. - Mar 8 Oct 2013 - 22:08


Survivre ? A partir du moment où il pouvait mourir sans remords, il ne le regretterait jamais, pas comme à sa mort … Si il devait mourir, il souhaitait que les choses ne se reproduisent pas, ce serait de trop. Vivre sans regret, vivre pour quelque chose, et se battre pour cette chose, c’était ce qu’il désirait le plus.
Il continuait à la fixer, il était peut être trop insistant… Mais pourtant … grâce à son acharnement il la voyait d’une autre façon. Et puis soudainement, sans aucune raison visible, elle détourna son visage, le chevalier ne pouvait plus le voire, du coup il tourna sa tête en direction de l’eau ou baignait encore ses pieds, il les sortit, reculant un peu pour entendre ses derniers sur le sol.


- Si je m'endors je ne vais sans doute pas me réveiller avant la fin du mois.

Elle devait être vraiment fatiguée … Se maintenir éveiller de la sorte allait finir par lui faire du mal, mais il savait qu’elle avait une obligation. Du coup il répondit rapidement.

- Je t’aurais réveillée un peu avant le tour de garde dont tu avais parlé si tu t’étais endormie tu sais …

C’est vrai, il pouvait très bien être son réveil si elle le voulait, au moins elle pourrait se reposer, pas beaucoup certes, mais c’était déjà du repos bien mérité. Qu’elle pouvait avoir facilement grâce à Alexander. Il n’allait pas non plus la contraindre au repos pendant une journée en oubliant volontairement de la réveiller, elle avait un sens du devoir à accomplir, il le respectait et la soutiendrait pour ce dernier. Cependant la suite fut plus intrigante, sa voix se fit nettement plus hésitante, la brune semblait perturbé par ce que lui annonçait le chevalier, pas besoin de le voir, l’entendre suffisait amplement.

- Vous... Tu me fais... vraiment confiance ?

Elle venait même de passer aux tutoiements ! C’était peut être rien dis comme ça, mais cela semblait énorme pour le blond, comme si il avait franchit une immense étape.
Satisfait, il s’allongea complètement au sol, fixant les étoiles, son corps caressé par une faible brise qui venait juste de se lever, retombant presque aussi rapidement que le chevalier s’était allongé sur la pierre.
Il aurait bien répondu mais la suite le laissa un instant bouche bé.


- Ce que tu m'as dit me va droit au coeur, Alexander Urmanis. J'aimerai tellement partager, moi aussi... Mais je ne peux pas.

Son regard fixait celui de Rain, c’était … étrange, il ne savait pas quoi lui répondre comme d’habitude, il avait l’impression qu’une montagne pesait sur lui, mais cette montagne, ce n’était que le regard de la membre du conseil. Il avait le sentiment que si il parlait, tout était possible. Il resta immobile, quelques secondes qui était parfaitement silencieuses, et il finit par coupé ce silence.

- Oui … Je te fais confiance, plus je pense à toi, plus je vois une femme droite et franche.

Il se tourna un peu sur le coté, pour lui faire face de tout son corps, tourner la tête c’est bien, mais il ne comptait pas avoir mal au cou non plus … Mais maintenant qu’il avait de nouveau ouvert le dialogue, il se sentait âme à converser, encore d’avantage qu’avant, il avait l’impression qu’il avouerait tout ce qu’elle lui demanderait. Mais immédiatement, il préféra revenir sur le désir qu’elle avait émit juste avant.

- Ce que tu m’as dit un peu plus tôt ne représentait rien ? Tu te souviens, tu m’as dit qu’il suffisait d’y croire, et que cela arriverait, as-tu renoncé à y croire ? Je suis certains qu’il te suffirait de le vouloir, et tu pourrais partager.

Il avança un peu sa main vers elle, voulant lui faire une simple caresse sur la joue par réflexe, mais s’arrêta à mi chemin, elle n’aimait pas … Il le savait parfaitement, mais du coup sa main flottait à mi chemin entre eux, au dessus de la pierre, il ne savait plus où la mettre maintenant.

- Continue d’y croire, et lorsque cela arrivera, je serais là, prêt à partager avec toi.

Voila, avec cela il donnait l’impression de vouloir sceller un accord non ? Son désir de lui caresser la joue ne pouvait pas être comprit hein ? Il n’avait plus qu’à l’espérer, à y croire. Il ne voulait pas lui imposer de choses désagréable.




♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 6528

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: C'est chaud, trop chaud. - Mer 9 Oct 2013 - 8:37
Droite et franche hein... ? C'était toujours ça de pris. Il était certes difficile de se juger soi-même mais Rain savait comment elle était, au moins sur ces deux points. Car s'il lui arrivait de se surprendre, elle avait eu le temps de cerner tout de même certaines choses en elle. Et elle savait qu'Alexander avait raison, c'était déjà plus acceptable que la supposée force qu'elle représenterait. Ou même sa timidité, tiens. Bien que des fois, elle avait des doutes là-dessus... Mais sa fierté n'aimait pas y penser.

- Ce que tu m’as dit un peu plus tôt ne représentait rien ? Tu te souviens, tu m’as dit qu’il suffisait d’y croire, et que cela arriverait, as-tu renoncé  à y croire ? Je suis certains qu’il te suffirait de le vouloir, et tu pourrais partager.

Qu'est-ce qu'il avait à être aussi gentil avec elle ? Alors que jamais une occasion n'était loupée chez elle pour lui balancer des piques ? Comment faisait-il pour la supporter ? Cette caresse sur sa joue... C'était gênant, plus que répulsive. Il retira néanmoins bien vite la main, prouvant qu'il réfléchissait du point de vue de l'autre, ce dont la jeune femmee n'avait pas l'habitude de faire. Tandis qu'elle constatait intérieurement ces différences, le blond concluait :

- Continue  d’y croire, et lorsque cela arrivera, je serais là, prêt à partager avec toi.

Le silence retomba alors mais Rain continuait d'observer cet homme désormais allongé devant elle, enveloppée dans son mutisme. Sans doute était-ce la fatigue qui la rendait plus réceptive ? Ou alors la fièvre, peut-être. Ou les deux. Ou bien Alexander était tout simplement plus subtile avec les mots ce soir, allez savoir. Puis elle se décida à bouger. Ses mains vinrent attraper ses holsters d'épaules qu'elle retira. Les Desert Eagle vinrent se poser sur le sol derrière elle dans un bruit sourd. Ce après quoi, la membre du Conseil vint s'allonger à son tour, à mi-distance d'Alexander. Au moins comme ça, si elle devait se faire réveiller, aucun risque qu'elle lui colle du plomb dans la figure. Son regard fatigué se posa sur lui, tandis qu'elle lâchait ces quelques mots :

- Je vous fais confiance, mais juste pour cette fois.

Après une certaine hésitation, elle se rapprocha de son ancien collègue, sans pour autant se coller à lui. Éviter de le crâmer, ce serait bien.

- Le silence, c'est bien pour débuter le partage non ?

Non, elle n'insinuait pas du tout qu'il parlait trop, mais elle ne put pour autant s'empêcher de glisser un semblant de provocation dans son ton. Un sourire fit une apparition éclaire sur ses lèvres, avant que Rain ne finisse par fermer les yeux. Ses paupières ne se firent pas prier. Une fois dans le noir, elle put se rendre compte que sa fièvre faisait ravage, brûlant son sang si bien qu'elle avait l'impression que celui-ci allait s'évaporer. Bien qu'elle endurait cela tous les jours, jamais elle ne pourrait s'habituer à cette sensation. Toute la magie d'une malédiction. Deus, ou qui que ce soit d'autre responsable de sa résurrection et de l'origine de son pouvoir, n'avait pas l'intention de l'épargner. Mais elle se laissa plus facilement tomber dans le sommeil ce soir avec la proximité d'Alexander, son cerveau oblitérant les trente six milles questions taraudant habituellement son esprit. Faire confiance, c'était reposant, en fait...



Kit fait par mon Lié adoré ♥
FicheJournalThèmeAwardsGalerieDerrière l'écran ♦ Ma couleur : #D09D28

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: C'est chaud, trop chaud. - Mer 9 Oct 2013 - 20:44


Elle ne parlait plus, pas un mot, c’était assez étrange, mais bon, c’est vrai qu’il ne lui avait pas vraiment laissé le choix lorsqu’il s’était lancé dans sa … conversation ?
Pourtant il ouvrit un peu plus les yeux en la voyant retirer ses armes, les posant un peu plus loin d’elle, elle comptait faire quoi, elles la gênaient ?


- Je vous fais confiance, mais juste pour cette fois.

Confiance ? Pour ? Si elle était allongée … Elle comptait finalement se reposer ? Alors elle acceptait qu’il la réveil ? Une petite lueur apparut brièvement dans les yeux du chevalier, qu’elle accepte de lui faire confiance, même pour une si petite chose, c’était énorme. Et elle enchaîna sur une demande, ou peut être une taquinerie sur le fait qu’il soit un peu trop bavard ?

- Le silence, c'est bien pour débuter le partage non ?

Comme seule et unique réponse il se contenta de la fixer dans les yeux, tandis qu’elle s’était approchée un peu plus de lui, et de hocher une seule fois la tête, acquiescant, et acceptant ainsi de se taire le temps qu’elle s’endorme.
Il la fixa, elle ferma rapidement les yeux, elle semblait soudainement si sereine, comme si tout s’évaporait. Du coup il se redressa un instant, pliant ses jambes vers lui, il regarda une horloge lui indiquant l’heure, presque vingt deux heures, alors elle devait prendre son tour de garde vers minuit … Sacrés horaires, pas étonnant qu’elle ne dorme plus et qu’elle s’épuise. Il resta planté comme ça regardant de temps en temps Rain, puis les vapeurs d’eau émises par le bassin.
Une dizaine de minute plus tard, il se décida à bouger, à faire quelque chose, et accrochez vous, il glissa tout doucement ses bras sous la femme endormie, attrapant le matériel de cette dernière, et aussi ses affaires à lui au passage. Car oui, il se décida à se déplacer avec elle dans les bras, jusqu’à un endroit assez précis, il s’agissait de sa propre chambre, il ne savait pas où se trouvait celle de mademoiselle Sinclaire. Enfin ce n’était pas très grave, il la déposa encore plus délicatement sur son lit, apercevant encore les vêtements détrempés, il les lui enleva lui enfilant des siens, et bien oui, il n’avait pas grand-chose d’autres à lui proposer … Et il glissa la couette sur elle, fixant toujours l’heure, en fin de compte cela semblait s’éterniser, il avait encore trois bon quarts d’heures, il comptait la faire se réveiller au alentours de vingt trois heures quarante cinq, histoire qu’elle dispose du temps adéquat pour se préparer et arriver à destination.
Bien sur il avait put complètement voire le corps de Rain, pourtant, bien qu’il soit surprit au début il ne dit rien et décida de ne pas y penser, comprenant juste pourquoi elle avait parut si timide au final … Et il disposa les vêtement de la membre de conseil à sécher à coté de radiateur, magnifique invention d’ailleurs, du chauffage sans flamme !

Le voila qui s’installa donc, assis sur un bord du lit où la belle au bois dormant se reposait, un verre d’hypocras à la main, sortit de ses bouteilles personnels, attendant juste que le temps passe, mais le plus chiant dans cette histoire, c’était qu’en fixant l’horloge, le temps ne défilerait pas plus vite … au contraire. Du coup le blond avait tout le temps de réfléchir, et diantre qu’il n’aimait pas ! Plus il réfléchissait et plus il s’énervait au fond de lui, du coup comme pour se concentrer sur autre chose, il commença à réciter à voix basse les commandements de la chevalerie. Même si certains étais dépassés à ses yeux, instinctivement il les cita tous. Entre chacun des commandements, il laissait volontairement un court instant de silence et passait au suivant.


Tu croiras à tout ce qu'enseigne l'église et observeras tous ses commandements.

Tu protégeras l'église.

Tu auras le respect de toutes les faiblesses et t'en constitueras le défenseur.

Tu aimeras le pays où tu es né.

Tu ne reculeras pas devant l'ennemi.

Tu feras aux infidèles, une guerre sans trêve et sans merci.

Tu t'acquitteras exactement de tes devoirs féodaux, s'ils ne sont pas contraires à la loi de Dieu.

Tu ne mentiras point et seras fidèle à la parole donnée.

Tu seras libéral et feras largesse à tous.

Tu seras, partout et toujours, le champion du croit et du bien contre l'injustice et le mal.


Il soupira un instant, comme soulagé, cela avait bien fonctionné, il ne pensait plus à rien, son esprit s’était vidé, mais pour combien de temps encore … Combien de temps avant qu’il ne recommence à s’interroger et à douter ? Il faudra qu’il recommence le moment venu alors …




♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 6528

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: C'est chaud, trop chaud. - Sam 12 Oct 2013 - 0:59
Dans un sommeil de plomb, voilà où elle avait sombré. Enveloppée dans des ténèbres si épaisses que nul songe ne viendra la déranger. Il n'y avait là rien, ni rêve, ni cauchemar. Finalement elle était revenue une nouvelle fois. Elle retrouvait le Néant et son esprit s'en contenta, ne cherchant pas à émerge pour une fois. Comme quoi cela faisait du bien de ne penser à rien, de n'être rien de temps en temps. L'espace de quelques minutes, quelques heures, se décharger de tout fardeau, tout poids de la vie. Mettre une pause à ce rêve bien long dans lequel son corps fatigué déambulait.

Des murmures lui parvinrent alors de loin. Une sorte de bourdonnement continu. Comme une prière. Oui, elle connaissait bien les prières, c'était le nom que ses supérieurs donnaient aux discours qu'elle se devait d'apprendre par coeur, qu'elle se devait de se répéter jusqu'à en être dégoûtée. Mais ça, dégoûtée, elle ne pouvait l'être à l'époque, alors elle continuait, continuait, et continuait. Puisqu'elle ne parlait jamais que par obligation tout en restant un maximum concise, c'était devenu les seuls mots qui peuplaient l'air à chaque fois qu'elle ouvrait la bouche toute seule. Pourquoi cela lui revenait maintenant ? Strictement aucune idée, mais les phrases résonnèrent froidement, gelant son âme... Elle se sentit frissonner.

Tu n'es née ni pour aimer, ni pour être aimée.

Tu es née pour tuer, pour accomplir la Volonté de ceux qui t'ont créée.


Finalement, ses yeux se décidèrent à s'ouvrir. Bien rapidement cependant, ils se refermèrent et la jeune femme étouffa un grognement. Sa main gauche vint vainement repousser celle qui était occupée à tapoter sur sa joue. Raah. Ouste. Elle voulait dormir elle ! Ramenant la couverture devant son visage, sans même se poser de question sur la présence de ladite converture, Rain laissa échapper un soupir en tentant de retrouver le sommeil. Et soudain, son esprit s'éveilla d'un coup, reprenant tous ses moyens, ou presque. Ce qui conduit en gros la jeune femme à se redresser d'un bond, collant par la même occasion un violent coup de boule à Alexander, qui s'était posé un peu trop près d'elle, mais le pauvre ne souhaitait évidemment que la réveiller !

Plaquant sa main droite sur son front endolori, les sourcils froncés et les yeux plissés par le mauvais réveil, la jeune membre du Conseil balaya les alentours du regard. Le tout évidemment sans se rendre compte qu'une mèche rebelle était occupée à faire le poirier sur le sommet de son crâne.

- Où suis-je... ? Dans votre chambre ?

La seconde chose qu'elle remarqua après l'état des lieux fut sa tenue. En effet, le poids de sa ceinture ainsi que de ses multiples sangles, étuis et compagnies, avait disparu. À la place, elle portait des vêtements secs. Les siens reposaient sur le radiateur, plus loin. Son regard neutre se porta à nouveau sur le blond, puis sur l'horloge.

- Vous n'êtiez pas obligé, déclara-t-elle en se relevant rapidement du lit. Peut-être un peu trop rapidement par contre, elle en eut le tournis... Maudite fièvre. La jeune femme posa toutefois pied à terre et commença à retirer son haut emprunté malgré elle, sans vraiment se soucier de la présence d'Alexander dans la pièce. Non parce que bon, elle restait une arme vivante dans le fond. La gêne, ça ne la connaissait que très peu, la pudeur, pareil, seulement dans certaines conditions. Elle fit main basse sur sa propre chemise qu'elle remit même si elle n'était pas complètement sèche. Le tout avec une précipitation très précise, comme elle avait été habituée à le faire, à se préparer en vitesse et efficacement.

- Ne me dîtes pas que vous vous êtes tournés les pouces pendant tout ce temps ?

Sa main attrapa par réflexe son écharpe, même si évidemment elle n'en avait strictement pas besoin ici, ce n'était pas comme s'il caillait. Mais c'était plus fort qu'elle, il lui était impossible de rester séparée de ce bout de tissu trop longtemps. Elle se retourna ensuite, pour apercevoir le verre après avoir flairé son contenu, ainsi que la bouteille.

- Qu'est-ce que c'est ? De l'alcool ?

Voyez-vous cela... L'attention avait été automatiquement verrouillée sur la cible. Elle allait sûrement passer pour une alcoolo mais tant pis. L'alcool, fort surtout, était une sorte d'anti-douleurs réchauffant pour elle alors, que demander de mieux ? À chacun ses remèdes, n'est-ce pas. Puis, constatant qu'il lui restait un peu de temps, Rain balança de but en blanc :

- Puis-je emprunter votre salle de bain ?

Une douche froide calmera sans doute un minimum sa fièvre et achèvera de la réveiller, c'était ce dont elle avait besoin pour reprendre sa soirée. Oui parce que là, elle se sentait quelque peu ramollie par le bain chaud et la couette toute douce. Les claques ne suffiront pas pour le coup, il fallait des jets d'eau glacée à grand renfort.



Kit fait par mon Lié adoré ♥
FicheJournalThèmeAwardsGalerieDerrière l'écran ♦ Ma couleur : #D09D28

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: C'est chaud, trop chaud. - Sam 12 Oct 2013 - 16:36


Comme il l’avait prévus la prière ne marcha qu’un temps, pas assez longtemps pour tenir jusqu’au moment du réveil ... Du coup, sur le rebords du lit assis il revenait doucement à sa réflexion, mais cette fois en se basant sur les vertus du chevalier vis à vis de lui-même, il se demandait si il les avait tous bien suivit depuis sa résurrection.
Mais rapidement une terrible conclusion lui sauta aux yeux, il y en avait deux qu’il avait finalement trahit … Cela faisait mal, il avait faillit, comment avait-il put s’énerver contre ce jeune homme à la fontaine, il n’avait pas fait preuve de mesure … Et si il n’y avait que ca, le plus important de tous, la foi, il commençait déjà à s’y prendre, oui, à cause de tout ses doutes il allait inexorablement finir par … Il secoua but une gorgée de son verre et regarda l’heure, encore une vingtaine de minute avant le réveil ?! Encore autant ?! Il soupira, se regarda et fixa Rain un instant, elle semblait légèrement perturbée, mais pourtant endormie aussi profondément, n’importe qui aurait l’air d’un ange …
Direction la salle de bain pour se donner un coup d’eau sur le visage, bien fraîche évidemment, il avait brisée le système d’eau chaude qui le brûlait à chaque fois qu’il se trompait …
Et finalement il traîna quoi, vingt minutes dans la salle de bain à se fixer comme un idiot sur le miroir, le chevalier était-il vraiment en train de changer ? Pourtant physiquement … Non, il n’y avait rien …

Enfin bon, le moment était venu, il retourna à sa place, tapotant doucement une des joues de la belle endormie, il grogna, il sourit et se baissa un peu vers, mais finalement elle se releva soudainement, et se fut le terrible coup de boule qui le fit se redresser directement de son coté, il se frotta un peu le front en l’écoutant, visiblement le repos lui avait dut bien, car il n’avait pas le temps d’en placer une, les questions s’enchaînaient trop rapidement.
Et la voila qui se déshabillait pour aller renfiler les vêtements presque secs … Bon, au moins ils devaient être un peu plus chaud.


- Où suis-je... ? Dans votre chambre ? Vous n'êtiez pas obligé … Ne me dîtes pas que vous vous êtes tournés les pouces pendant tout ce temps ? Qu'est-ce que c'est ? De l'alcool ? Puis-je emprunter votre salle de bain ?

Fouah ! Elle était comme ça à chacun de ses réveils ? Il préférait largement l’entendre grommeler pour avoir des minutes supplémentaires ! Mais finalement il se redressa et posa s’apprêta à poser ses mains sur les épaules de la divinité pour la calmer, mais il s’arrêta net devant elle.

- Du calme … Tu as encore du temps … C’est pour cela que je t’ai réveillée un peu avant …

Ses mains suspendues en l’air, il les ramena le long de son propre corps, et si maintenant il répondait à toutes ses questions ? Il prit silencieusement son inspiration, et se décida à se lancer.

- Effectivement tu es dans ma chambre, comme je ne sais point où se trouve al tienne … Je ne pouvais pas te laisser dormir dans des vêtements trempés à l’extérieur, alors j’ai prit la liberté de te changer et de t’amener ici, c’est plus confortable non ?

Et de … trios questions seulement, il y avait encore un peu à faire, mais bon, elle ne semblait pas plus gênée que cela pour sa position, c’était agréable, beaucoup serait devenue folle de se retrouver dans la chambre d’un professeur sans être dans leur lit volontairement, du coup il sourit intérieurement, il avait plutôt bien choisit !

- Je me suis occupé … à ma façons … ne t’en fait pas … Et … euh … oui, c’est de l’alcool, un alcool traditionnel de mon époque, si tu en veux n’hésite pas. Par contre, pour ce qui concerne la salle de bain, ne t’attends pas à de l’eau chaude, j’ai brisé le bouton d’eau chaude, je me trompais trop souvent … Alors ce sera une douche froide, je préfère te prévenir.

Ce n’était pas tout le monde qui aimait la fraîcheur pour se laver, mais bon, il posa son verre sur une petite table et lui retendit la chemise qu’elle venait d’enlever, saisissant du bout des doigts le col encore humide de celle qu’elle avait décidé de remettre et tirant légèrement dessus, ca se voyait que c’était encore humide, ça lui collait à la peau !

- En revanche, si tu n’accepte pas ce que je t’ai proposé, laisse moi aller te chercher des affaires sèche dans ta chambre, si tu sors comme ça, tu vas attraper le mal au premier courant d’air !

Il la fixa dans les yeux, ce n’était pas grande chose, mais une autre idée lui traversa l’esprit, en fait il tenait vraiment à ce qu’elle se repose, alors cela paraissait soudainement naturel de lui faire cette offre.

- Sinon, laisse moi faire ce tour de garde à ta place, réglisse toi dans ce lit et repose toi, je vois bien que tu as besoin de repos, juste ce soir, laisse moi te l’accorder, laisse moi t’aider à reprendre des forces, je viendrais te réveiller après ce dernier, tes vêtements seront secs, et tu pourras poursuivre ta journées en ayant refait le plein de vigueur et d’énergie. Je vois bien que tu es comme moi, ton travail c’est ton travail, tu refuse à le partager, mais une fois de temps en temps, laisse moi te soulager d’une partie de ton fardeau, laisse moi te soutenir lorsque ton corps s’épuise.

Il se pencha vers elle, et déposa un baiser sur son front, il dut se lever légèrement sur la pointe de pieds, mais bon … Avec sa mèche de cheveux qui pointait direction le plafond, elle était mignonne, c’était peut être ridicule, mais sa réflexion l’avait plongé directement dans un principes des chevaliers. La justice, toujours défendre ce en quoi il croit, et elle se trouvait être une de ses choses, alors il allait défendre sa santé.

- Laisse moi soutenir celle que j’aime …




♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 6528

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: C'est chaud, trop chaud. - Dim 13 Oct 2013 - 1:14
Visiblement, son empressement à remplir son rôle était assez déroutant pour Alexander, à moins qu'il ne se soit tout simplement pas attendu à ce qu'elle soit aussi énergique à son réveil ? C'était sans doute parce qu'il ignorait sa véritable nature. En tant que arme vivante, Rain était sur pieds plus rapidement et n'avait guère besoin de cette période de latence propre aux humains pour se remettre à fonctionner. Après, que ce soit positif ou non pour sa santé martyrisée déjà par son domaine divin, c'était une autre histoire. Enfin, sur l'invitation de son ancien collègue, Rain se calma, non pas qu'elle était énervée, mais elle cessa de bouger le temps que le blond lui dise ce qu'il avait à dire.

Celui-ci lui confirma qu'il l'avait amenée dans sa chambre, puis se mit à justifier son choix, même si Rain n'avait que faire de ses justifications, seul le résultat importait à son cerveau de machine. Mais bon, elle n'en dit rien car le professeur enchaînait bien vite, apparemment décidé à répondre à chacune de ses questions. Elle l'écouta sans une once d'impatience. Après tout il avait raison, il lui restait encore un peu de temps et puis elle estimait qu'à partir du moment ou elle posait une question, la moindre des choses serait d'écouter son interlocuteur lorsqu'il prenait la peine d'y répondre.

En tout cas, Rain ne se fit pas prier lorsqu'il lui assura qu'elle pouvait goûter à son fameux vin traditionnel. Il ne fallait pas le lui dire deux fois, c'était comme ça avec l'alcool, alors sans compter que la notion de gêne et de propriété privée était abstraite chez elle... Portant le verre à sa bouche, la jeune femme goûta au breuvage tout en écoutant son collègue poursuivre au sujet de la salle de bain. La jeune femme haussa les sourcils en l'entendant dire qu'il avait brisé le système d'eau chaude à force de se tromper et, après avoir rendu le verre à son propriétaire, esquissa un faible sourire amusé.

- Je vous rassure, j'ai fait exactement pareil avec ma salle de bain. Ravie de voir que je ne suis pas la seule.

Et encore un point commun ! Décidément, ce n'était pas ce qui manquait entre eux. Par la suite, Alexander déposa le verre sur la table puis lui tendit la chemise qu'elle venait d'ôter. Celle du professeur à n'en pas douter. La main de celui-ci vint saisir entre ses doigts le col du haut qu'elle venait de remettre, pour constater ce qu'elle constatait depuis quelques minutes : le chemisier était encore un peu humide. Il lui proposa donc d'aller lui chercher des vêtements secs dans sa chambre, dans le cas ou elle s'obstinerait à refuser son prêt de vêtement.

- Ma foi, vous avez sérieusement décidé de me dorloter, ce soir... soupira la jeune femme.

Oh il avait peur qu'elle chope la crève, c'était trop mignon. Mais très dérangeant par contre. Peut-être un peu trop envahissant pour Rain qui avait passé sa vie à s'occuper de soi-même sans que personne ne se soucie de son sort. Alors non, elle ne parviendrait pas à accepter aussi facilement qu'Alexander veille sur elle de la sorte, même si paradoxalement, d'un point de vue extérieur, c'était ce dont elle avait le plus besoin en ce moment. Mais bien sûr la jeune femme était trop fière pour l'accepter, cela en fut de même pour la proposition qui suivit, à savoir, que le professeur la remplace durant sa ronde. Seulement, il lui rappela la notion de partage. Après le silence, parviendrait-elle à passer à un niveau bien supérieur : son devoir ?

Un baiser fut déposé sur son front, faisant s'ouvrir un peu plus grand ses yeux, la phrase qu'il lui souffla ensuite lui rappelant presque qu'il l'aimait. Oui, que lui, Alexander Urmanis, le professeur qu'elle menaçait de mort à la moindre occasion, à qui elle lançait plus que piques que n'importe qui... eh bien, l'ait demandée de devenir sa compagne. Qui l'eut cru ?

- Désolée professeur, mais la garde exige rapport, contacts téléphoniques et autres détails que vous ne pourrez assurer à l'improviste.

Son ton était aussi neutre que d'habitude, cependant, si l'on était attentif, on pouvait constater une once de douceur, quoique l'on pouvait aisément mettre ça sur le compte de la fatigue.

- Si vous intégrez le Conseil, pourquoi pas, je ne dirai pas non à un peu moins de travail, mais il est des devoirs qui ne peuvent être légués.

Ceci dit, Rain attrapa ses affaires et contourna Alexander pour se diriger vers la salle de bain. Elle n'y entra pas de suite néanmoins, elle s'arrêta devant la porte et se tourna vers le professeur.

- À titre personnel, je préfèrerai que vous vous reposiez à votre tour. Cependant, je ne vous interdis pas de m'accompagner durant ma ronde, si tel est votre souhait.



Kit fait par mon Lié adoré ♥
FicheJournalThèmeAwardsGalerieDerrière l'écran ♦ Ma couleur : #D09D28

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: C'est chaud, trop chaud. - Dim 13 Oct 2013 - 18:30


L’hypocras, ce vin épaissit, enrichit en alcool et très sucré, il se dégustait toujours tiède, renforçant l’amertume de l’alcool mais cela tranchait avec son arôme pourtant sucré et fruité. Tout le contraste de cette boisson en bouche faisait qu’elle était particulièrement apprécier des chevaliers, en plus elle était riche, et donc offrait un peu d’énergie à son consommateur. Il regarda Rain le goûter, c’était spécial, il n’avait pas croisé beaucoup de personne l’appréciant.

- Alors ? C’est comment ?

Par contre lorsqu’elle lui dit qu’elle en avait fait de même avec sa salle de bain, le professeur ne put réprimé un sourire, il avait vraiment l’impression de se voir avec des attributs féminin et un peu moins de politesse, c’était fou !
Mais voila que dans un soupir elle lui indiquait implicitement une chose assez claire à ses oreilles.


- Ma foi, vous avez sérieusement décidé de me dorloter, ce soir...

Il fallait comprendre que ça ne lui plaisait pas, enfin il ne pouvait pas lui en vouloir  il serait probablement pareil dans ce genre de situation, il n’appréciait pas non plus que l’on prenne trop soin de lui. Mais du coup son sourire s’estompa doucement, laissant place à sa neutralité.

- Réflexe, en tant que chevalier, une personne qui n’est pas un ennemis, qui apparaît affaiblit, je dois l’aider, et puis … C’est peut être aussi que je ne veux pas voire souffrir ce en quoi je tiens. Si tu le souhaite, je ferais des efforts pour l’être … moins …

Au fond, pourquoi faire à quelqu’un que l’on apprécie quelque chose que l’on n’aime pas nous même si en plus cela semble gêner la personne en question ? C’était contre la volonté de l’autre, il forçait en quelque sorte la main.
En plus il apparaissait finalement que sa proposition, un peu trop précipitée, semblait impossible à mettre en œuvre, il y avait trop de chose  à faire en plus, et donc si ce n’était pas la bonne personne et que nul autre que lui et Rain étaient prévenu, il y aurait des soucis. C’était logique, une ronde n’impliquait pas que de tourner en rond, il y avait toujours des comptes  à rendre. Intégrer le conseil ? Ca risquait de trop lui rappeler son passé, sa position de chevalier électeur de son ordre … Non il était déjà assez nostalgique comme ça. S’en imposer d’avantage … Ce serait peut être achever son esprit qui n’appréciait toujours pas cette époque …


- À titre personnel, je préfèrerai que vous vous reposiez à votre tour. Cependant, je ne vous interdis pas de m'accompagner durant ma ronde, si tel est votre souhait.

Il la regarda un instant un peu surprit, il ne savait pas trop quoi en penser, admet-elle s’inquiéter un peu pour lui ? Non, il avait du mal à y croire, en plus lui proposait-elle de lui tenir compagnie cette nuit pendant sa ronde ? Il était perplexe, surprit intérieurement, agréablement certes, mais surprit, pourtant naturellement il lui répondit paisiblement.

- Lorsque je ne fais plus rien pour me reposer, je torture mon esprit, ça ne me donne pas tellement le désir de me reposer … Je préfère largement agir. L’inactivité engendre l’hérésie, et …

*… Et j’ai peur d’en finir par avoir de mauvaises pensés …*

Finir sa phrase dans son esprit ? Oui, il était trop fière, trop chevalier pour admettre qu’il lui arrivait d’avoir des pensés qui ne correspondaient pas à ses principes, mais du coup couper sa phrase comme ça n’était absolument pas l’idéal, il le savait, il fallait qu’il poursuive cette dernière pour éviter les questions.

- Et j’accepterais de t’accompagner avec plaisir, cela évitera de rester immobile.

Bouger, éviter l’inertie, et ce en compagnie qu’il appréciait, que pouvait-il demander de plus ? Des écuyers  à former ? Que son ordre existe encore ? Oui, en fait  il pouvait encore demander quelques trucs, mais bon, ce qu’il allait avoir dans l’immédiat c’était déjà un bon début, non ? En plus ils continuaient  à discuter et il n’arrivait rien ! Comme quoi y a des jours avec et des jours sans … Aujourd’hui est probablement un jour avec, le prochain ne sera pas sans tout de même ?
Dans ce cas, il fallait qu'il se réveil correctement aussi, l'eau chaude et l'attente l’avaient un peu assommé, il fallait se le dire ...


- Je vais prendre une douche pour me réveiller moi aussi dans ce cas, mais un après l'autre, nous risquons de finir en retard, l'idéal serait de la prendre ensemble.




♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 6528

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: C'est chaud, trop chaud. - Lun 14 Oct 2013 - 1:44
Comment cela il se torturait l'esprit aussi dès qu'il cessait de penser aux devoirs ? Ah, décidément, tant de points communs. Par contre celui-là n'était pas tellement rassurant, cela ne signifiait qu'une chose : que la santé mentale de son ancien collègue n'était guère meilleure que la sienne. Ils n'étaient pas encore fous non, mais si cela continuait, il devait bien y avoir un jour ou ils finiraient par craquer non ? Par contre... Que signifie l'hérésie ? Rain n'en avait aucune idée, ce mot ne faisait pas partie de son vocabulaire. Laissant sa phrase en suspend, Alexander enchaîna sur un autre sujet. La membre du Conseil voyait très bien qu'il y avait des choses qu'il préférait ne pas avouer. Même une personne nulle en empathie comme elle l'avait deviné, son mal était donc très perceptible.

Toujours est-il qu'il accepta sa demande, ce qui n'était guère surprenant au fond. Ce qui fut plus étonnant par contre, c'était ce qui suivit. Car oui, il lui fit une proposition en retour. Au son des premiers mots cela pouvait paraître anodin, surtout que monsieur justifiait tout cela en rendant cette dernière la plus innocente possible. Par contre, sa tête était tout sauf innocente, évidemment, alors Rain lui claqua la porte au nez pour simple réponse, avant que sa voix ne résonne de l'autre côté du battant « n'espère pas m'approcher avec la tête que tu as sur ton kit » !

Le silence se rabattit dans la pièce. Un silence insoutenable durant lequel la narratrice en profite pour avouer que tout ça n'est qu'un délire, malheureusement. Que non, Rain n'avait strictement rien vu de pas innocent dans les paroles d'Alexander, considérant simplement qu'il avait raison, en grande naïve qu'elle était. Le seul problème que cela lui posait réellement, c'était qu'ils risquaient d'y être serrés, car déjà qu'elle n'aimait pas les espaces confinées, si en plus on lui obstruait son espace vitale sous la douche...

- Ensemble ? répéta la jeune femme avant de jeter un rapide coup d'oeil à l'horloge. Nous risquerons d'être à l'étroit... Mais si ce n'est que pour cinq minutes, soit.

Pas besoin de perdre du temps pour une notion qui lui était étrangère, n'est-ce pas ? Nous parlons bien entendu de la pudeur. L'avantage d'être née machine à tuer, c'était que l'on était dépourvue de ce genre de conscience. Enfin, l'avantage... Tout est relatif, n'est-ce pas. Pour le coup, ils pouvaient se dépêcher sans s'accaparer des sentiments de gêne mais à côté...

- Dîtes, votre vin, il ne provient pas de la cuisine de l'académie, si ?

... à côté, les découvertes avaient cette fâcheuse manie de surprendre ceux qui ne les attendaient pas. Bien entendu que le vin était le sujet à aborder en se dessapant devant un ancien collègue du sexe opposé. De toute manière, peu importait le sujet, il finit par sombrer dans l'oubli lorsque Rain eut à nouveau son interlocuteur dans son champ de vision, une fois abritée dans la cabine. Son regard glissa automatiquement le long du corps du blond en tenue d'Adam. Auparavant, cette vision lui aurait procurée autant de sensation que celle d'un mur gris, mais cette fois son cerveau bugua. Il fallait dire que les souvenirs laissés par Weiss jouaient beaucoup, et à présent les enterrés s'amusaient à remonter à la surface. Ce n'était pas comme si elle avait eu l'occasion de découvrir l'anatomie masculine de cette manière avant.

Se rappelant que son regard était toujours fixé sur le propriétaire des lieux, qu'elle risquait de paraître insistante, Rain détâcha rapidement son attention pour le focaliser sur le robinet d'eau froide. Ce n'était pas son genre d'observer les personnes plus de trois secondes, pourtant... Bref, opération douche. Ils n'avaient pas beaucoup de temps alors autant ne pas traîner. Aussi étrange que cela puisse paraître, le contact de l'eau froide sur sa peau lui fit instantanément oublier ce qu'elle avait vu. Tout l'intérêt d'une douche après tout, se reposer l'esprit. Le bain chaud aussi reposait, mais la différence demeurait sur le point de l'éveil de l'individu à la fin. Et le bain chaud servait plus à roupiller qu'autre chose. Une fois de temps en temps, pourquoi pas, mais ce n'était pas ce qui allait les mettre au taquet. Non, même que cela risquait de les rendre douillets, Rain en était persuadée...



Kit fait par mon Lié adoré ♥
FicheJournalThèmeAwardsGalerieDerrière l'écran ♦ Ma couleur : #D09D28

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: C'est chaud, trop chaud. - Mar 15 Oct 2013 - 0:34


Il s’ouvrait décidément beaucoup ce soir … L’eau chaude ? Ou peut être juste car il y avait Rain ? Il ne le savait pas, mais quelque chose le rendait comme ça, plus expressif, dans ses paroles, pour les expressions du visage ce n’était pas encore ça.
Après sa proposition il la regarda, il y eut un petit silence, il ne devait pas proposer ce qu’il venait de dire ?


- Ensemble ?

Le regard de la belle au bois dormant tout juste réveiller se détourna, observant l’horloge, le chevalier en fit de même, ça allait ils n’avaient consommer que quelques minutes … Enfin toute minutes est bonnes à prendre !

Nous risquerons d'être à l'étroit... Mais si ce n'est que pour cinq minutes, soit.

A l’étroit ? Mais non ! Ils auraient forcément plus d’espace que lors de leur enterrement ! C’était un fait inébranlable ! Être plus à l’étroit qu’à ce moment là, en fait ça reviendrait à faire fusionner leurs corps ?
Pensez vous ! Les priorités étaient autres qu’à la fusion de deux corps ! Là dans la salle de bain, les deux collègues retiraient tous leurs guêtres pour se glisser ensemble sous le jet d’eau froide, chemise, pantalon, tout allait y passer, direction le panier de linge ? Non, ils laissaient tout deux lamentablement tomber au sol chaque morceau de tissu, plus ou moins grand. Au final le tapis était un peu plus grand !


- Dîtes, votre vin, il ne provient pas de la cuisine de l'académie, si ?

Oui ! Parlons vin ! Le chevalier adorait parler des traditions de son vivant, dés que l’on semblait s’intéresser à son époque, il se lançait dans des explications passionnées. Et là, il pouvait lui en faire. Il se décida donc à parler tandis qu’il la suivait dans la cabine de douche, refermant la porte de cette dernière derrière eux.

- Il n’est pas servit dans l’académie … trop vieux … je demande le nécessaire et je dois faire ce dernier moi-même dans la cuisine. Enfin comme c’est assez long le cuisinier prends le relais, mais, au final je suis le seul qui en possède, avec le cuisinier qui se garde une bouteille à chaque fois pour lui.

Un peu plus tôt il avait pensé à leur moment collé un contre l’autre sous les gravats, mais là il y avait une différence énorme entre ce moment dans une bulle d’air sous terre, et maintenant, dans une cabine de douche. Les vêtements ! Car là aucun des deux n’avait la moindre once de tissus sur le corps, ils se trouvaient particulièrement proche, sous un jet d’eau froide. L’eau dessinait parfaitement la musculature de chacun d’eux, humidifiant entièrement leurs corps endormis par l’eau chaude ou une couette bien gonflée, gorgeant d’eau leurs cheveux, et finissant par tomber au sol, s’enfuyant par un petit trou, vers un lieu qu’ils avaient déjà visité ...
L’eau l’ayant assez humidifié, le chevalier se baissa, saisissant un savon, il adorait le faire mousser, il trouvait cette façons de se nettoyer terriblement original et amusante, oui, ça l’amusait ! Il s’était toujours contenté et suffi de frotter avec ses mains, il lui avait fallut un moment et beaucoup d’explications pour l’utiliser ! Et encore, il n’utilisait pas un outil qui semblait devoir aller de paire avec ce dernier, une sorte de torchons où l’on glisse la main dedans.
Il frotta rapidement tout son corps, sauf le dos, il n’était pas assez souple et cela faisait bien longtemps qu’il avait abandonner l’idée de le nettoyer du coup, ses cheveux, et finalement laissa tomber de ce fameux produit sur Rain, sur le sommet de son crâne. La mousse envahissait déjà plutôt bien la cabine, il fallait dire que le chevalier ne savait pas que seul un peu de produit suffisait !


- Tu connaissais ce liquide visqueux de lavage ?

Sans vraiment attendre il pose ses mains dans la chevelure de Rain et commença à frotter rapidement, faisant mousser à l’excès le liquide qui dégageait une odeur un peu fruitée, comme son vin ! Rapidement il eut de la mousse et retira ses mains, qui se posèrent sur le dos de Rain, sa peau, marqué par le combat, cette peau qui glissait énormément à cause de cette mousse qui recouvrait encore ses mains, en fait, il était tout de même à l’étroit, il heurtait la vitre en essayant de reculer, mais il n’allait pas non plus se plaindre, une pareil proximité n’était pas déplaisante. Il finit par glisser sa main, devant Rain, coupant le jet d’eau un peu trop bruyant, en plus il retirait la mousse, et donc l’amusement.
Cette mousse le faisait sourire, c’était drôle, au fond, le chevalier était un peu un enfant à cette époque, il découvrait tout comme eux chaque choses qu’il croisait, qu’il touchait. Même Rain, en ce moment, il était un peu en train de la découvrir, il n’avait pas vraiment fais attention à son corps lorsqu’il l’avait changé. Du coup il s’était soudainement calmer pour sa réflexion.





♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 6528

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: C'est chaud, trop chaud. - Mar 15 Oct 2013 - 2:00
- Hey ! protesta Rain lorsque Alexander s'amusa à lui verser un produit parfumé sur le sommet de son crâne. Elle le sentit dégouliner le long de ses cheveux, le long de sa nuque, le long de ses tempes... Et former de la mousse, inévitablement. Elle qui cherchait des yeux un morceau de savon traditionnel... Son vil de collègue l'avait attaquée par derrière ! En plus, il lui posa une question à laquelle il n'attendit même pas de réponse. Ses mains vinrent frotter les mèches de la jeune femme, déjà bien savonnées. Ce ne fut pas pour plaire à la demoiselle qui pencha la tête en grommelant.

- Je sais me laver seule...

Et en prime il lui touchait le dos ! L'eau lui aurait-elle fait oublier que la membre du Conseil n'aimait pas les contacts physiques ? Apparemment... Mais des efforts avaient été faits du côté de Rain, elle n'avait pas réglé le problème d'un coup de coude, c'était déjà ça. Non, à la place elle s'esquiva, même si dans une cabine de douche ce n'était pas ce qui pourrait la sauver de l'emprise des griffes mousseuses. D'ailleurs, le produit qu'il avait versé sur sa tête, elle ne connaissait pas. La forme du récipient lui disait quelque chose, lors de ses missions, quand elle devait s'introduire dans des maisons, la jeune femme avait pu avoir l'occasion d'en voir. Seulement, jamais elle n'avait cherché à savoir ce que c'était, puisqu'à l'époque, la curiosité, tout comme le reste, n'existait pas chez elle. Et il semblerait qu'il s'agissait d'un savon qui moussait particulièrement, plus que la petite brique blanche qu'elle utilisait habituellement.

Pour le coup les deux abrutis sous la douche s'étaient mis à observer ces mini bulles éclater sur leur peau, à les sentir dégouliner le long de leurs corps à cause d'un surplus d'eau, piquer leurs yeux... Tels des gamins qui n'avaient jamais vu pareil mirage.

- Ne pensez pas pouvoir vous en sortir comme ça.

Un sourire, aussi bref qu'espiègle, apparut sur les lèvres de Rain, qui s'approcha à son tour du blond pour lui rendre le monnaie de la pièce. Profitant que celui-ci soit acculé dans un coin de la cabine, ses mains vinrent créer une nouvelle coiffure à Alexander, tenant grâce au savon qui s'y trouvait. Certains connaisseurs compareraient celle-ci à Tintin mais la membre du Conseil était loin d'être aussi cultivée. Elle s'était simplement amusée à faire tenir les mèches. Les siennes se dressaient à presque 90 degrés et sans l'aide de savon alors bon...

- On dirait que vous avez de la Chantilly sur la tête... Je n'aime pas la Chantilly.

Non, décidément, il n'y avait pas plus constructive comme déclaration.

- Allez, tournez-vous maintenant.

Les contacts physiques, ce n'était pas son truc, mais elle avait évolué aussi et passé un stade, cela ne la dérangeait plus vraiment. Enfin, il y avait toujours cet écho d'aversion bien sûr mais la jeune femme parvenait à passer outre et à apprécier la douceur d'une peau. Ses doigts effectuèrent donc une légère pression sur les trapèzes de son vis-à-vis avant qu'ils ne glissent en traçant la cicatrice qui barrait son dos. La jeune femme observa la trace un instant, pensive. Qu'est-ce qui pouvait bien être à l'origine de cette ancienne blessure ? Était-ce là celle qui l'avait conduit à la mort ? C'était bien la première fois qu'elle s'intéressait au passé d'une personne... Enfin. Elle était curieuse mais il y avait certaines choses qu'elle ne cherchait jamais à savoir, comme le passé des personnes. La raison est simple : elle n'avait pas envie qu'ils lui posent des questions en retour, au moins comme ça, ils étaient quittes. Sauf qu'Alexander et elle s'étaient déjà dit tant que chose... Lui plus qu'elle mais bon, ce n'était que d'un point de vue objectif. De manière subjective, Rain en déduisait qu'elle avait déjà révélé beaucoup, il n'y avait que Alexander à qui elle avait parlé de Nance, après tout.

- Voilà pourquoi je n'aime pas les contacts physiques. Ceux que j'ai l'habitude de subir laissent des traces indélébiles comme celle-ci...

Il y avait comme une voile sombre sur son visage, d'un coup, pendant quelques secondes. Puis tout était redevu normal, ses traits étaient toujours aussi statiques mais ils paraissaient moins tendus.

- À l'occasion, m'apprendrez-vous à faire du vin, professeur ? Du moins, prendez-vous le risque d'avoir une élève comme moi ?

Elle faisait bien entendu référence à son caractère difficile. À cause de celui-ci, il risquait de perdre patience bien vite. Seul l'avenir le leur dira de toute manière, quoique dans l'immédiat, c'était la réponse d'Alexander à sa question. Maintenant, ils n'avaient pas vraiment toute leur vie pour papoter, il fallait se grouiller, c'était pour cela aussi qu'ils avaient décidé de prendre leur douche ensemble, de base. Alors se rincer les cheveux, ce serait déjà un bon départ, pour commencer...



Kit fait par mon Lié adoré ♥
FicheJournalThèmeAwardsGalerieDerrière l'écran ♦ Ma couleur : #D09D28

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
2206/6000  (2206/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: C'est chaud, trop chaud. - Mar 15 Oct 2013 - 20:01


C’était sur que ça n’allait pas vraiment plaire à cette dernière, mais il s’acharna malgré le mouvement de la tête de cette dernière, faisant mousser encore et encore sa chevelure.
Et finalement elle effectua un petit mouvement de rotation sur elle-même, s’éclipsant da la prise du chevalier, il faut dire que cette dernière n’était pas particulièrement recherchée … Mais du coup, il n’y avait plus de contacts, ils étaient face à face entre les parois de verre.


- Ne pensez pas pouvoir vous en sortir comme ça.

Et ce sourire qu’elle arbora l’espace d’un instant en avançant vers lui, le chevalier tenta bien de reculer pour échapper au courroux de sa camarade de douche, mais l’angle où il s’adossa lui rappela l’étroitesse du lieux, il ne pouvait pas échapper à la revanche hein …
Du coup il se laissa faire, bien sur il aurait put se défendre, la repousser, mais qu’elle s’avance d’elle-même sur lui, c’était d’abord trop surprenant pour réagir, et ensuite ça ne pouvait pas être la pire des tortures non plus. Il tripatouilla ses cheveux un instant, puis les sortant enfin couvert de mousse, il sentait bien que sa chevelure ne pendait plus comme avant. Alors tandis qu’elle commentait son œuvre il tenta de lever les yeux en l’air, comme si il allait pouvoir voire quelque chose … Franchement, il caressait là un espoir encore plus fou que de se marier à celle qui se trouvait contre lui.


- On dirait que vous avez de la Chantilly sur la tête... Je n'aime pas la Chantilly. Allez, tournez-vous maintenant.

De la quoi ? chantilly ? Il ne connaissait pas ça non plus ! C’était quoi ? Elle lui avait fais quoi dans les cheveux ? Son armure pour un miroir !
Mais le comble de cette situation, c’était qu’il la regarda un instant et se retourna docilement, non sans lui demander une explication.


- Qu’est ce donc que de la chantilly ?

Et oui, une explication sur cette mousse à base de crème … Pas sur ce qu’elle comptait lui faire ou faire lorsqu’il se serait retourné. Chacun ses priorités, et le chevalier préférait encore la connaissance que de savoir ce qui l’attendait dans les instants à venir. Il voulait conserver la surprise ? Peut être.
Cette dernière arriva rapidement lorsque des doigts touchèrent son dos, elle venait de le toucher d’elle-même ?! Mais si il n’y avait que ca, voila qu’il glissait sur ce dernier, suivant un tracé qu’il ne connaissait que trop bien, celui de sa cicatrice. Un immense frisson le parcourut toute la duré de la caresse, c’était terriblement agréable et perturbant à la fois. Il était vraiment trop sensible sur cette ancienne blessure. Son souffle s’était même coupé lorsqu’elle fit ce simple geste, et quand enfin il arriva à la fin de cette dernière il expira tout l’air qu’il avait retenu, soulager que ce soit fini ? Soupir d’aisance ? Ou bien mélange des deux ? Allez savoir, mais cela venait de le retourner, il se sentait bien incapable de quelques efforts dans les secondes. Immobile, coudes appuyés contre la parois, le chevalier écoutait sa déesse lui parler, presque religieusement, oui presque, ce n’est pas religieux d’être aussi vêtu qu’un ver pour converser.


- Voilà pourquoi je n'aime pas les contacts physiques. Ceux que j'ai l'habitude de subir laissent des traces indélébiles comme celle-ci...

Elle se trompait, ils en avaient déjà bien assez effectués pour que le chevalier n’eut pas déjà dut subir une cicatrice de plus venant de mademoiselle Sinclaire, il voulait le lui dire, mais là il était encore en train de se remettre de la caresse qui l’avait entièrement chamboulé.
Elle enchaîna sur une question sur son vin, lui apprendre ? Mais il lui apprendrait et lui dirait tout sur sa simple demande !
Il se sentait enfin mieux, du coup il se retourna doucement, revenant à faire face à cette femme aux yeux couleur de cendre. Lentement il passa ses bras dans le dos de cette dernière, ignorant absolument toute les cicatrices et stigmates qu’elle portait, et il la serra contre lui, torse contre torse.


- Tu sais Rain, je devrais être marqué depuis bien longtemps alors … Mais ce n’est pas le cas, c’est la preuve que ton habitude n’est pas présente ici.

Il se décala en la gardant contre elle, bien au milieu de la douche, la une main active rapidement l’eau, mais pas assez pour donner un vrai débit de cette dernière … tant pis. Le principal était que cela tombe sur les deux en même temps. Sur leurs têtes, laissant un peu de mousse glisser sur leurs corps, sur leurs visages, d’ailleurs au sol la mousse arrivait à mi cuisse ! C’était impressionnant !
Le blond approcha son visage de celui de sa compagne, proche, très proche de celui de la femme, la fixant droit dans les yeux.


- Tu ne seras jamais une élève à mes yeux ! Tu peux me demander tout ce que tu désire, alors t’apprendre cela, ce sera avec le plus grand plaisir que je le ferais.

Il continuait à la fixer de si prés qu’il sentait son souffle sur son visage, ce devait être réciproque en fait … Mais il continuait à la garder contre lui fermement, il ne voulait pas la lâcher tout de suite.

- Avec toi … pour toi … je prendrais tous les risques …




C'est chaud, trop chaud.
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Sujets similaires
-
» Trop chaud pour la plage (PV Victoire)
» Il fait beau, mais toujours trop chaud. [Fin]
» Chaud Gun ou Gun chaud (ça fait plus classe)
» Un bain chaud, très chaud [ PV: Yuki Caheshi - Hentaï ]
» chaud-froid-chaud-froid... j'ai dis chaud. Ah bah non, j'ai tiré froid !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Dortoirs-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page