Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 Le fric, c'est chic.

 
Invité
avatar
Invité
Le fric, c'est chic. - Sam 7 Sep 2013 - 23:01
Hors-série II
Acte I

Le monde marchait, tournait, encore, encore et encore… Je me tenais debout dans les rue de Paris, devant moi, une boutique de bijou vraiment cher… Je me penchais contre la vitrine en regardant une bague avec un saphir dessus… Ça aurait tellement plu à Kate… Mh… Je regrettais peut être sur ce point d’être partis de l’académie mais peu importe… Je devais finir ce que j’avais commencé et ne pas finir comme un lâche… Aujourd’hui, j’allais faire vivre l’horreur à des dizaines de gens aujourd’hui. De l’autre côté de la rue se tenait une masse. Il s’appelait Bill, il m’avait rejoint dans le but de protéger les gens de la corruption, de la peur dans laquelle ils étaient plongés le mal régnant dans cette ville, des petits voyous de bas étages aux énormes caïds… Ensuite, il y avait une jeune fille là-bas à côté de mon armoire à glace chauve, elle s’appelait Janice et m’avait rejoint il y a maintenant trois semaines… Nous étions douze pour le moment, tout allait donc bien… J’avais la belle blonde aux seins rembourrés qui maitrisé les arts martiaux comme personne, un gros bras sachant démolir de grosse portes avec des explosifs ou non. J’étais fin prêt… Je savais que dans cette maison du bonheur pour les gens assez friqués, il y avait un coffre et des tas de réserves avec de l’or.

Lonely Day

On avait besoin d’argent ces derniers temps pour aider le professeur de la N.A.S.A. que j’avais… « Forcé » pour ne pas dire tabasser à venir à nous. J’avais besoin de créer des prisons de « fou » pour ceux que j’allais mettre en prison. Dans ma prison… Chaque Renégats, chaque personne menaçant la population, j’allais l’enfermer ici et à jamais. Je serais donc seul juge de leur sort… Ils avaient fait bien assez de mal dans cette vie, dans ce monde… Peut-être à mes parents ? Je mettais ma cagoule assorti à mes vêtements ébène. Je rentrais, un 9mm dans la main droite en tirant partout en l’air, mes deux associés barricadaient la seule entrée. Je m’avançais vers la caisse et les caissières. Je tirais dans la vie… rien… Bon. J’utilisais les pouvoirs d’Ika pour, avec cette force, détruire la vitre de protection pour passer par-dessus. J’attrapais tous le personnel de ce côté pour envoyer valser les jeune femmes de l’autre côté sans vraiment me soucier de leur état physique. Je lançais un petit rire pour demander à Bill de venir à ma place. D’une voix froide je lui disais…

« Oh et… j’espère que tu ferras un bon chiffre d’affaire. »

Je passais de l’autre côté en demandant à Janice de se mettre à l’entrée en visant les gens. D’une voix assez forte, je lançais quelques consignes.

« Biiiiiien ! Salut à tous et salut à toute ! Je suis votre commandant de bord… Pour votre bien je vous conseille tous de vous décaler vers la droite de ma jeune et sexy assistante… »

Personne ne bougeait…

« Bon… Je disais… »

Je m’approchais d’un jeune homme sans intérêt… Et je l’arrachais du bras de sa petite amie.

« Comment t’appelles-tu mon grand ? »

« Mi…Michel. »

« Michel ?! Ohhh ! C’est mignon… BIEN ! Regardez donc Michel ! »

Je mettais le canon sur sa tête en riant et en fixant du regard les personnes devant moi. A vue d’œil, j’en comptais une quinzaine…

« Si vous ne m’écoutez pas… Il va vous arriver ça !! »

Je tirais ! Et.. Rien. Je n’avais pas chargé mon arme. Je la regardais en mettant l’œil dans le canon d’un air intrigué.

« Bof… plus de balle. Et pas de mauvais jeu de mot Michel ! »

Une explosion retentis dans mon dos. Un gros trou dans le mur formant une autre entrée… Le derrière du camion se pointait et Bill chargeait déjà quelque sac d’or ou d’autres bijoux… Je balançais le gars vers sa petite amie en me retournant… Puis. Je fronçais les sourcils en me retournant vers la population… Je rechargeais mon arme en le pointant sur les gens.

« L’académie ?! Des renégats ? »

Mon pouvoir fonctionnait de plus en plus… Il y avait deux personnes assez importantes ici…
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 2913

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
90/2000  (90/2000)
Votre domaine: Les Cellules
avatar
Sweet Pink Doll
Sweet Pink Doll
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le fric, c'est chic. - Dim 8 Sep 2013 - 18:40
Le Fric,
C’est Chic
Tant d’années passées à craindre la mort. Tant de soirs à pleurer dans les bras de Luna par peur de ce vide, de cette fin, de cette destination inconnue et inévitable. Tant de questionnements sans réponses… Tout ça pour commencer à vivre véritablement une fois cette étape passée…

Elle était loin la préoccupation des études et de l’avenir, des soucis financiers et des espoirs vains. Son seul regret était de ne pas pouvoir partager sa joie nouvelle avec sa chère grande sœur… C’est comme si elle l’avait abandonnée en même temps que tous ses soucis, la laissant seule dans ce monde ingrat. Cela dit sa sœur avait sa petite routine, sa petite famille, sa propre boutique… Elle faisait ce qu’elle aimait, elle avait des gens à aimer et elle n’avait aucun soucis d’argent… Mais ça n’empêchait pas Topaze de regretter de ne pas pouvoir lui dire qu’elle aussi avait trouvé son bonheur.

En effet, depuis quelques temps, les choses avec Vinpap s’étaient concrétisées. Contre tout espoir, il s’était avéré que leurs sentiments étaient réciproques et, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils l’avaient découvert avec perte et fracas. Pas une musique romantique, pas de roses rouges, pas de champagne… Non non… Des pleurs, de la douleur et du sang, c’était vachement plus classe pour une déclaration d’amour digne de ce nom ! Nan mais !

M’enfin, qu’importe. Tout allait pour le mieux à présent. Il avait fini par quitter l’infirmerie où elle lui rendait visite quotidiennement et ils avaient repris le court de leur vie, bras dessus, bras dessous, les yeux dans les yeux, des sourires niais sur les lèvres. Ils se voyaient toujours pour leurs entrainements quotidiens mais leurs routes se croisaient de plus en plus souvent, « tout à fait par hasard ». A la sortie des classes, elle tombait fréquemment sur un Vinpap sauvage et quant à elle, elle ne se promenait plus que près des endroits les plus fréquentés par l’homme qui faisait battre son cœur. La salle des profs, les chambres des profs, le centre de sport, la bibliothèque… Elle ne parlait que de lui, le voyait dans ses rêves et l’observait d’un air subjugué en sa présence.

Autant dire que la discrétion n’était plus tellement de rigueur, puisque c’était devenu presque impossible de paraître « normale » lorsqu’il était question de son beau professeur.

Ce matin-là, en ce jour de repos tant attendu, elle s’était réveillée de bonne heure comme à son habitude et s’était préparée avec une certaine joie, piochant dans sa penderie un ensemble blanc et rose pâle, prenant une douche aromatisée à la vanille, se parfumant de fraise des bois. Elle était sortie de sa chambre plusieurs minutes plus tard toute pimpante, ses cheveux blonds légèrement ondulés relevés en deux couettes très hautes et agrémentées de rubans assortis à sa tenue, les pieds chaussés de ballerines compensées blanches sur des bas blancs décorés de petits nœuds roses et retenus par des porte-jarretières tout aussi roses. Par-dessus, recouvrant le tout avec pudeur, plusieurs jupons de tulle et de tissu léger, surmontés d’une robe rose pâle et pour finir d’un discret boléro blanc comme neige. Ses lèvres gourmandes étaient recouvertes d’un gloss aux fruits rouges qui rehaussait leur aspect pulpeux et ses yeux étaient soulignés de noirs, rendant ainsi son regard plus envoutant.

En cette douce matinée légèrement fraiche, elle n’avait à priori aucun objectif précis en quittant l’internat. Elle avait pioché dans son sac une ou deux sucreries, dont une sucette à la pomme, et s’était promenée d’un air innocent, jusqu’à ce que, au détour du chemin, elle croise « tout à fait par hasard » l’élu de son cœur.

Après s’être observés de la tête au pied, ils avaient échangé un regard timide, puis un tendre sourire. Ils s’étaient dit quelques mots maladroits, tels deux adolescents, puis elle lui avait pris les mains et avait déposé un timide baiser sur les lèvres de l’homme. Ça avait été alors comme un signal de départ et il avait prolongé leur tendre baiser, les transportant de la réalité jusque sur un petit nuage rose. Finalement, ne pouvant vraisemblablement pas s’embrasser jusqu’à en perdre salive, leurs lèvres s’étaient séparées. Ils avaient partagé un nouveau regard amoureux et s’étaient tout naturellement mis en marche pour une petite promenade. Après ça, il n’avait pas fallu bien longtemps pour qu’ils se mettent à discuter de tout et de rien, se découvrant l’un l’autre avec curiosité, parlant de leurs expériences respectives et de leurs récentes aventures.

Et c’était ainsi qu’ils en étaient venus à la décision farfelue d’aller visiter le monde moderne et plus précisément le pays d’origine de Topaze. Après tout, ils avaient du temps et le statut de Vinpap le leur permettait. Ils n’avaient donc pas hésité très longtemps et s’étaient dirigés sans attendre vers le port aux dimensions.

C’est tout naturellement qu’ils avaient atterris à Paris, la capitale de la France, cette grande ville tant convoitée, tant adulée, tant visitée, ce berceau de la culture française. Longuement, ils avaient marché tous les deux, côte à côte, sans jamais oser se tenir la main, hormis peut-être l’espace de quelques minutes lorsque Topaze apercevait quelque chose d’intéressant et entrainait son bien aimé avec elle. C’était plutôt paisible, ils s’entendaient bien, ils parlaient de tout et de rien, de ce monde que Vinpap ne connaissait que trop peu, et ils se dévoraient des yeux à la dérobée. Donc, pour résumer, Topaze était aux anges.

Malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin et probablement qu’ils auraient passé leur chemin s’ils avaient été en mesure de repérer l’armoire à glace, la prostituée et le moine qui préparaient un mauvais coup. Mais ils étaient dans leur monde, ils ne voyaient personne autour, seulement eux. Ils étaient entrés dans la boutique sur l’initiative de la jeune fille, tout ça pour montrer à Vinpap les bijoux qu’on fabriquait et vendait avec des pierres de topaze, l’origine même de son prénom quoi.

Penchée au-dessus d’une vitrine, tournant le dos à la porte et à la caisse, Topaze montrait du doigt les différents articles, les yeux brillants, un immense sourire sur les lèvres, s’exclamant d’une voix joyeuse et cristalline à chaque fois qu’un bijou était à son goût (ce qui, il faut bien le reconnaitre, était assez récurrent).

Ils ne virent pas les trois énergumènes entrer, ils n’entendirent que les coups de feu tirés dans le plafond. Prise de panique, oubliant qu’elle était une déesse, le seul réflexe de Topaze fut de s’accroupir, les bras sur la tête, avant de jeter un regard en coin à son bien aimé. Il était toujours là, il était en vie, c’était bien là le principal. A ceci près qu’il avait omis de se baisser…

Nerveuse, elle saisit la main la plus proche de l’homme qu’elle aimait et tenta de l’attirer à elle, en vain. Légèrement paniquée, elle jeta un regard en arrière. Les braqueurs étaient trois et ils étaient plutôt terrifiants. Dieu merci, les deux tourtereaux étaient légèrement en retrait. Probablement qu’on ne la voyait même pas d’ailleurs, la vitrine d’à côté devait la cacher à merveille.
« Baisse-toi ! Chuchota-t-elle aussi discrètement que possible, On ne peut pas jouer les héros, ce n’est pas notre devoir d’interférer dans le monde des humains ! »
*Avec un peu de chance, ils nous laisseront peut-être une petite bague…*
La jeune blonde retint un soupir.

Puis il y eut du bruit, beaucoup de bruit. Puis, une voix s’éleva, une voix qui lui paraissait étrangement familière. L’homme qui parlait semblait être le chef. Topaze ne se tourna même pas pour l’identifier physiquement. Ils ne devaient pas se faire repérer, surtout, il ne fallait pas qu’ils interviennent.
« Biiiiiien ! Salut à tous et salut à toutes ! Je suis votre commandant de bord… Pour votre bien je vous conseille tous de vous décaler vers la droite de ma jeune et sexy assistante…...Bon… Je disais…… Comment t’appelles-tu mon grand ? »
Hoy… ça se gâtait de toute évidence…
« Michel ?! Ohhh ! C’est mignon… BIEN ! Regardez donc Michel !......Si vous ne m’écoutez pas… Il va vous arriver ça !! »
*Non. Pas ça…*
*Il va repeindre les murs le Michel !*
Topaze eut un haut le cœur et jeta un regard paniqué à Vinpap. Elle s’attendait à entendre un coup de feu d’une minute à l’autre.

Prenant son courage à deux mains, elle fit mine de se lever tout en attrapant ses couteaux papillons qui jusqu’à maintenant étaient bien cachés dans ses bas, sous ses jupons, mais s’immobilisa dans son geste en réentendant la voix de l’homme.
« Bof… plus de balle. Et pas de mauvais jeu de mot Michel ! »
Topaze ne put retenir un soupir de soulagement. Soupir dont le son fut immédiatement recouvert par une effrayante explosion.

Finalement, il n’y aurait peut-être pas de victime. Qu’un millionnaire soit dépouillé de toute sa marchandise, c’était bien le cadet des soucis de la blonde.

Brusquement soulagée, les doigts qui tenaient toujours la main de Vinpap se décrispèrent. Elle lui jeta un regard et lui sourit comme pour se faire pardonner d’avoir marqué sa peau de rouge. Elle aurait voulu lui montrer un aspect plus joyeux du monde moderne, quelque chose de plus paisible, quelque chose à son image quoi…
« L’académie ?! Des renégats ? »
*Hein ? Quoi ?*
Topaze s’extirpa brusquement de l’envoûtement des beaux yeux émeraude de Vinpap.

Ça s’adressait à eux là, non ? « Académie », « Renégats », ce n’était pas des mots qu’on associait souvent à priori.

Les deux amoureux échangèrent un nouveau regard. Il semblerait que Vinpap en était arrivé à la même conclusion qu’elle… Ils avaient affaire à quelqu’un qui connaissait l’académie de Deus. Quelqu’un qui apparemment avait pour ennemi les renégats… Ou alors quelqu’un qui était à leur recherche, peut-être ? Etrange.

Quoi qu’il en soit, la situation était délicate. Ces mots avaient été lancés comme ça sans raison particulière aux yeux du commun des mortels. Topaze savait qu’il existait un pouvoir commun qui permettait de repérer ses semblables. Pour sa part, elle ne possédait que les ailes.

Finalement, se résignant, Topaze prit son courage à deux mains et se redressa sur toute sa hauteur. Elle n’avait probablement pas l’air menaçante dans sa tenue et pourtant, elle avait appris à manier ses armes comme tous les élèves de l’académie.

Inspirant un grand coup, elle se retourna lentement et son regard brun se posa sur ce qui semblait être le chef de toute cette mascarade. Comme d’habitude, un minot qui donnait des ordres à des gros bras… Intriguée, la jeune fille le détailla des pieds à la tête et elle eut à nouveau un sentiment de déjà-vu. Dommage, l’homme portait une cagoule, impossible de l’identifier.

Elle ne semblait pas particulièrement sûre d’elle, le regard légèrement dur, les lèvres closes, les bras pendants, ses couteaux fermés dans les mains. Elle ne savait pas bien quoi dire, ni que faire. Heureusement, elle n’était pas seule. Vinpap était à ses côtés.

Et ça, c’était suffisant pour dépasser ses limites.
« Non, nous n’avons pas trahis ceux qui nous ont choisi. Mais vous, qui êtes-vous ? »
Elle jeta un regard circulaire et son regard se fit plus inquiet. Tous ces humains qui n’avaient rien demandé… Leur détresse lui faisait mal au cœur.
« Pourquoi faites-vous ça ? Pourquoi impliquer tous ces… civils ? »
Son regard se posa sur l’homme à la cagoule. Peut-être aurait-elle mieux fait de se taire, c’était toujours plus facile de contenir sa haine et son dégout quand on se taisait, mais ça s’avérait soudain plus difficile lorsque la langue était déliée.
« Vous devriez avoir honte. En tout cas, moi, j’ai honte pour vous. »



Ma Fiche - Ma Présentation - Mon Journal
♥️ Présidente du Maid Café Club ♥️

Spoiler:
 
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 2691

Feuille de personnage
Niveau:
9/30  (9/30)
Expériences :
2690/1500  (2690/1500)
Votre domaine: La Tromperie.
avatar
Tortue Ninja
Tortue Ninja
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le fric, c'est chic. - Dim 15 Sep 2013 - 19:01
L'amour, le sentiment le plus puissant que les être humains peuvent démontrer. Et bien sur, de tous les sentiments qu'il aurait pu avoir pour une jeune femme, une jolie demoiselle, aux cheveux blonds, à l'odeur fruitée et au corps superbe,  était bien entendu, l'amour. Il repensait à toute l'histoire qu'il avait vécu avec Topaze, toutes leurs aventures, leurs entraînements, leurs rencontre "hasardeuses" a des moments qui n'était pas habituels, leurs discussions nocturnes et surtout, à ce fameux jour à l'infirmerie. Cela le fit rire doucement. Qui aurait cru qu'en aussi peu de temps, il serait tombé amoureux de quelqu'un d'autre? Qui aurait cru que la jeune femme serait originaire du futur (du moins, de son point de vue) ? Et surtout... Qui aurait cru qu'il oublierait aussi vite sa femme?

Il ferma les yeux un instant, puis soupira et enfila sa combinaison. Il s'observa dans un miroir, puis se retourna et enfila son masque. Il était tellement plus à l'aise ainsi. Il avait vécu la majorité de sa vie, le visage caché et dans l'ombre, il n'allait pas changer ses bonnes vieilles habitudes. Il sortit et alla s'asseoir sous un abricotier et resta ainsi, immobile et en tailleur, réfléchissant à son passé, son futur et son présent.

Les premières pensées qui lui vinrent, furent dirigées vers sa famille. Et plus spécifiquement, sa femme. Il soupira. Il l'aimait de tout son coeur, il l'avait toujours aimé et ce, depuis leur première rencontre. Pourtant... les choses avaient changées. Il n'avait pas prévu mourir et les choses avaient dérapé à ce moment. Il avait senti que les choses ne seraient plus jamais pareil et qu'il finirait par s'en remettre. Et pour dire vrai, c'était arrivé beaucoup plus vite qu'il ne le pensait. c'était à cause de Mitsunari et Sakon qu'il avait compris qu'il devait retrouver ce qui le faisait avancer autre fois. Et il l'avait trouvé. Elle se nommait Topaze Aryia et elle avait changer sa vie.

Puis, il pensa à aujourd'hui. Il savait qu'il allait la croiser, "comme par hasard" et cela le fit sourire. Il se releva et marcha vers le grand temple. Il était le centre de toute l'académie, il avait plus de chance de la voir ainsi. En marchant, il repensa à Aki et baissa la tête. Heureusement qu'elle n'arrivait pas ici, tout à coups. Il savait qu'il pourrait faire son choix et c'était Topaze. Mais pour Aki... ce serait impossible.

Mais avant qu'il ne puisse se faire plus de remords, il la vit. Celle qui faisait battre son cœur, celle qu'il aimait plus que tout au monde. Ils s'approchèrent l'un de l'autre et, sans rien dire tout d'abord, ils se regardèrent. Il la trouva magnifique, comme toujours, dans ses vêtements si... uniques. Ils se sourirent, puis s'embrassèrent, timidement au début, puis beaucoup plus tendrement. Lorsque le baiser prit fin, ils marchèrent, en parlant de plusieurs choses, de leur passé, de leur vie. Puis tout à coup, ils décidèrent d'aller sur terre. Le ninja fila vers sa chambre et enfila des vêtements qu'il avait trouvé autre fois, pour son autre voyage sur la terre. Il l'enfila par dessus sa combinaison et partit au pas de course la rejoindre.

Il lui laissa la chance de choisir où ils allaient, ne connaissant que le Japon féodal. Elle décida de lui faire découvrir sa ville, où elle avait grandi. Ils marchèrent le long de grandes artères, s’arrêtant pour observer les bâtiments, les magasins, les passants. Il aperçut des trucs qu'il trouvait suspect, tel ce trio étrange, mais il n'y porta pas attention, peut être était-ce normal. Ils entrèrent dans une bijouterie et observèrent ensemble ceux qu'elle aimait. Mais tout à coup, un bruit sourd et des détonations. Il n'avait jamais vu un pistolet, mais il pouvait reconnaître le son que faisait une balle qui quittait le canon d'une arme à feu. Il vit Topaze se jeter au sol, mais lui, resta immobile. Il avait serré les poings et s'était retourné lentement, pour regarder ceux qui avaient fait ca. Il reconnut alors l'étrange trio de tout à l'heure.


Il entendit Topaze lui parler, mais il n'en fit rien. Il ne se coucherait pas, il allait empêcher ces énergumènes de mettre fin à cette journée parfaite! Non, il ne permettrait pas que ça seule journée de repos depuis l'incident avec le Yeti finisse ainsi! Il regarda le chef de la bande et trembla légèrement.

]« L’académie ?! Des renégats ? »

Le ninja figea. Et merde... Quelqu'un qui connaissait leur existence. Il s'était baissé juste avant que l'autre ne se retourne, en le voyant s'arrêter. Il avait retirer ses vêtements de civils et fut content d'avoir pris sa combinaison. Il observa Topaze se lever et, malgré les risque qu'elle encourait, il était fier d'elle. Elle n'était plus la jeune fille légèrement froussarde qu'il avait vu pour la première fois... Il se faufila jusqu'à une vitrine tout près du leader et attendit. Il fit apparaître son clone, tout près de la grosse brute et il espéra qu'il ne ferait pas trop l'idiot.




Kaze sourit et ferma les yeux, avant de s'élancer vers l'armoire à glace qui semblait n'avoir qu'un petit objet comme celui du leader, dans ses mains. Lorsque le gros bonhomme le vit, il prit son arme et la pointa en direction de Kaze. Celui ci plongea au sol et put voir les balles du pistolet passer au dessus de sa tête. Il n'allait pas leur faire comprendre qu'il était immatériel. Il sauta sur le toit de la voiture et sourit à l'homme qui rechargait son pistole

Alors mon gros? Pas capable de m'attraper?

Il sauta au plafond et s'accrocha à un luminaire, la tête en bas. Il voyait Vinpap qui se déplacait à couvert, s'approchant inexorablement de l'homme qui avait fini de recharger et qui pointait Kaze. Ce dernier sourit légèrement et se laissa tomber

" MAINTENANT! "

Il disparut ainsi, sans toucher le sol.

*T'es mieux de t'en souvenir mon cher Vinpap...*



Au signal, Vinpap s'élanca, à toute vitesse et frappa la main de l'homme. Mais il frappa au moment ou celui ci appuyait sur la gâchette. La balle fusa et fila jusqu'à la tête du dénommé Michel. Il s'écroula, la moitié du crane envolé et Vinpap, figea.

Non...Non, c'était impossible, il avait... Failli à sa tache. Il avait causé la mort d'un innocent. Il serra les poings et frappa de toutes ces forces sur le nez de son adversaire, qui le para au dernier moment. Vinpap n'eut même pas le temps de réagir, que déjà une douleur fulgurante lui vrilla le ventre. Un coup de genoux bien placé et le voila plié en deux, le souffle court. Mais il profita de cet instant pour attraper un couteau et le planter dans la jambe de son adversaire, puis de donner un coup de tête et de l’assommer, en lui brisant le nez. Il se retourna et fixa l'homme cagoulé.


" Quitte maintenant... Ou tu auras affaire à moi... "

Il prit un deuxième couteau et observa la scene et les civils en panique, alors qu'au loin, le son des sirènes se fit de plus en plus fort et qu'une étrange lueur rouge et bleu apparut faiblement. Il ne savait pas ce qui se passait, mais c'était important...


Fais gaffe Invité, tu es la prochaine personne sur ma liste...
Mon theme ~ Fiche

deus awards :
 
Invité
avatar
Invité
Re: Le fric, c'est chic. - Mar 17 Sep 2013 - 2:07
Hors-série II
Acte II

Je sentais le regard de Janice sur moi. Je leur avais dit à tous les deux pour mes pouvoirs, seulement le dernier que j’avais acquis leur était totalement inconnu… Ils ne me voyaient pas comme un monstre, ils savaient que je faisais ça pour leur bien, pour mon bien, pour celui de Kate et de mes amis… Je le faisais car au final, c’était peut être la meilleure solution pour protéger tout le monde. Mh… Oui, c’était la seule solution soit on m’enfermait moi, soit on les enfermait tous. C’était un choix fort douteux je vous l’accorde, mais nécessaire. Oui, je pourrais totalement me mettre dans une cage seule mais je savais très bien que la rage d’Ika me poussera à m’enfuir et alors, il enlèverait tous les êtres que j’aime… Vue ce qu’il avait déjà fait à Yan, je ne voulais pas que ça touche quelqu’un… Qui que ce soit. Je regardais alors dans les alentours pour scruter le moindre fait et geste des gens et alors, une jeune fille aux boucles d’or se leva l’air sûr d’elle. Je reconnaissais sa voix, son regard… Je baissais mon revolver sans le vouloir en regardant Topaze dans les yeux malgré le fait qu’elle ne puisse pas me reconnaitre… Elle ici ? Elle ne devrait pas…

« Non, nous n’avons pas trahis ceux qui nous ont choisi. Mais vous, qui êtes-vous ? Pourquoi faites-vous ça ? Pourquoi impliquer tous ces… civils ? »


Je ne savais pas quoi bien lui répondre… Il y avait maximum un mois, cette jeune fille m’avait aidé à partir discrètement de la Deus Académia… Si elle découvrait qu’elle m’avait aidé à faire ça, elle aurait été facilement anéanti ou autre… Au fond, je voyais souvent Topaze comme une jeune fille fragile et moins forte que la moyenne mais… Elle semblait avoir changé. Encore un bon vieux coup de Morgan Freeman dans le rôle de dieu… Bref. Je ne laissais pas échapper un sourire, je restais froid ne sachant absolument pas quoi faire ! J’entendais tout de même Bill se dépêcher me voyant ne rien faire, Janice s’approchait de plus en plus de moi.

« Vous devriez avoir honte. En tout cas, moi, j’ai honte pour vous. »

Un coup de poing droit au cœur… C’est vrai… Qu’est-ce que je faisais ici… ? Avec cette arme… Je la lâchais violemment à terre alors que Janice sorti une aiguille de sa veste, elle me prit dans ses bras et m’enleva ma veste noir pour me laisser en tee-shirt… Ce tee-shirt, je le portais tous le temps à l’académie… Mais je me sentais mal… Depuis peu, je faisais des choses étranges. Enfin… Des choses encore plus étranges. Ika avait un gros impact sur moi et j’avais découvert que dans mon sommeil j’avais tués tous les scientifiques qu’Agnès avait rassemblés pour diriger ma prison pour les gens morts... Janice m’enfonça l’aiguille dans le coup. C’était un composé de différente substance qui me servait à me booster. Comme une boisson énergisante sauf en aiguilles et avec des effets se multipliant a un nombre vraiment fou… Je tombais à terre en criant de douleur… Janice se releva l’air inquiète et pointa son arme à feu vers les gens pour me couvrir… Seulement, Bill avait des ennuis.

Je retombais dans un état assez stable… Je regardais aux alentours et jeu comme un flash qui m’enleva une minute de ma mémoire… Je regardais partout et j’observais un corps gisant près du mien… Celui-ci était ensanglanté, un homme, touché au torse…

« Baw… Pas de bol Michel, fallait venir tirer de l’argent avec ton escroc de banquier… Bah…. Alors… »

Je me relevais en me dépoussiérant… Janice me regarda la bouche ouverte choquée… Elle me prit le visage entre ses mains et me donna un miroir… Des cornes commençaient à pousser… Elles avaient déchirée ma cagoule… Je les touchais…. D’un coup je les arrachais violement ! Ce n’était pas la première fois…

" Quitte maintenant... Ou tu auras affaire à moi... "

« S’il te plaît Ghost… On rentre aller… Laisse tomber ce boulet… »

Je regardais ma coéquipière… Et je lui accordais ça…

« Ouais mais… Bill il… »

Il n’était plus à sa place… Alors dans ma tête…

*Deus, Deus, Deus… Il a envoyé des sbires pour tuer ton nouvel ami qui ne désirait que t’aider, il ne désirait que donner l’argent pour sauver le monde et les gens de ces monstres… Un conseil, bute les. Tu as environs dix minutes le temps que les gentils arrivent…*

Je prenais le bras de Janice et je la dirigeais vers la camionnette.

« Les flics arrivent, on se retrouve au magasin de BD, prend soin du fric avec Jaques. C’est lui qui conduit, dis-lui de passer à la Tour Eiffel aux alentours d’un heure du matin. » (en français)

Je faisais apparaitre l’épée d’Ika, la lame à l’envers sous forme de katana. Je me mis en position comme les samouraïs en fixant dans les yeux le ninja.

« Tu as tout gâché l’ami… Je ne veux que le bien de cette ville, de ce pays, de ce monde… Alors retourne dans le tiens et ne reviens plus… Tu n’es pas chez toi. Tu es… un monstre !!! »

Je fonçais sur lui, ma cagoule s’arrachant toute seule ! Je projetais donc le ninja contre le mur entendant les pas de Janice pour aller vers la voiture et démarrer tout juste. Je mis ma capuche au cas où pour pas qu’on me reconnaisse et je bloquais le ninja assez férocement, comme si je voulais l’envoyer à travers le mur… Seulement, je lui donnai un coup de genoux dans le ventre avant je le projeter de l’autre côté de la pièce pour qu’il traverse les vitres assez brutalement… Ika me donnait donc vraiment la puissance d’accomplir ce que je ne pouvais pas à la Deus Académia… Je pourrais donc sauver le monde des humains !
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 2913

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
90/2000  (90/2000)
Votre domaine: Les Cellules
avatar
Sweet Pink Doll
Sweet Pink Doll
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le fric, c'est chic. - Jeu 24 Oct 2013 - 20:17
Le Fric,
C’est Chic
Topaze avait parlé sans réfléchir. Déglutissant, légèrement effrayée à l’idée d’avoir fait une erreur en parlant, elle ne remarqua que trop tard que, déjà, son chéri s’était lancé à l’assaut. S’efforçant de ne pas le trahir, elle conserva la même expression et remercia intérieurement Nasline d’avoir développé ses talents de comédienne, soutenant le regard de l’homme qui, pour son plus grand étonnement, jeta son arme à terre, comme si le manche avait brûlé sa peau.

Malheureusement, elle n’eut pas le temps de faire quoi que ce soit. Tout d’abord parce qu’à priori elle s’était plus préparée à la possibilité de devoir esquiver un projectile qu’à une opportunité d’attaquer, mais aussi parce que, déjà, la dénommée Janice s’approchait déjà de son chef, tandis que, derrière, Vinpap s’apprêtait à passer à l’action.

Topaze ne put identifier le liquide que la femme aux faux seins venait d’injecter dans le cou de son coéquipier, mais, de toute évidence, ce n’était pas un simple serum physiologique. L’homme poussa un cri et s’écroula, ce qui ne parut pas inquiéter sa collègue qui avait pris la position de le couvrir.

Réfrénant ses instincts d’étudiante en médecine qui lui murmuraient de s’assurer que l’homme allait bien, l’apprentie -déesse jeta un regard circulaire dans la pièce, essayant de trouver un champ d’action possible, et… eut le malheur de regarder dans la mauvaise direction, au mauvais moment. Sous ses yeux, le crâne du dénommé Michel explosa. Elle put voir le sang et la peau gicler et, choquée, son regard doré glissa sur la personne située à côté de celui qui venait de perdre la vie. Elle put lire dans les yeux de la femme, un sentiment complexe, une expression à la fois choquée, terrifiée, désespérée.
Ce devait être sa fiancée…

Topaze en eut le cœur serré et ne bougea pas, ses yeux écarquillés perdus dans le vague, légèrement vrillés de rouge. D’une oreille lointaine, elle entendit des mots prononcés dans sa langue natale. La chose lui parut relativement normale d’ailleurs et n’attira donc même pas son attention.

Alors que Ritsu laissait lui-même le contrôle à l’être qui le possédait, Topaze elle-même était à deux doigts de perdre le combat contre sa parasite. Nasline avait toujours profité des moments de faiblesse de son hôte pour jouer et c’était un de ces moments.

Il y eut encore un léger tremblotement dans l’iris de la jeune femme, puis le rouge prit le dessus alors que Janice sortait de la bijouterie. Un sourire vint se dessiner sur les lèvres de la blonde et sa tête pivota lentement, pour découvrir que, pendant ce temps, Ritsu avait immobilisé Vinpap avec une force assez incroyable. Nasline eut un petit rire. La tortue s’était fait avoir comme un bleu.

Haussant les épaules, la femme contourna la vitrine qui la séparait de la « zone de combat » et, en route, son regard se posa sur quelques otages effrayés.
« Qu’attendez-vous pour fuir bande d’imbéciles ? leur murmura-t-elle. »
Ils eurent un instant d’hésitation, puis Vinpap vola à travers la boutique. Et ça…ça sembla les convaincre de fuir, tandis que Nasline avançait dans la direction opposée à la porte, se dirigeant vers Ritsu.
*Oh mon dieu Vinpap !*
« Hey toi ! Où t’as vu
que les tortues volent ? »
*Nasline ! Sois prudente !*
La blonde eut un nouveau petit rire et entama un bref pas de ce qui ressemblait à une danse espagnole, dégainant les lames de ses couteaux papillons, jonglant quelques secondes avec ces admirables armes et finissant sa petite chorégraphie de deux clappements de mains,
un grand sourire sur les lèvres.
« Olé ! »
Puis, ravie par le manque d’à propos de son attitude, elle fit un petit tour sur elle-même, attirant le regard
tandis qu’une de ses lames allait se ficher
dans l’épaule gauche de Ritsu.

Une nouvelle fois, elle finit son pas de danse de deux clappements de mains, défiant son adversaire
de son regard écarlate.
« Olé ! »
Et finalement, elle se mit à rire, nullement inquiète, ayant vu Vinpap revenir du coin de l’œil lorsqu’elle tournait.
« Haha ! Tu verrais ta tête ! Vin’ ! Regarde ça ! »
Nasline dans toute sa splendeur. Ritsu ne savait évidemment absolument pas qui elle était. Ce devait être étrange pour lui de voir agir ainsi la gentille et naïve Topaze, mais c’était bien le cadet des soucis
de la princesse écarlate.



Ma Fiche - Ma Présentation - Mon Journal
♥️ Présidente du Maid Café Club ♥️

Spoiler:
 
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 2691

Feuille de personnage
Niveau:
9/30  (9/30)
Expériences :
2690/1500  (2690/1500)
Votre domaine: La Tromperie.
avatar
Tortue Ninja
Tortue Ninja
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le fric, c'est chic. - Lun 11 Nov 2013 - 5:22
Un mur. En l'espace d'une seconde, voila où il était. Il était enfoncé dans un mur, un jeune homme surpuissant lui faisant face. Il recu un autre coup, cette fois dans le ventre, avant de s'envoler vers la vitrine avant.

« Hey toi ! Où t’as vu que les tortues volent ? »

Fichu Nasline... Puis il entra en collision avec le sol, après avoir fracassé une vitre. Il s'écrasa ainsi, le corps lacéré de coupures par les éclats de verres. Il tenta difficilement de se relever, faisant fit de la douleur. Il mit un genou au sol et observa les clients se sauver. Il mis instinctivement la main à sa taille pour récupérer ses armes, mais il n'avait pas pris celles ci avec lui, ne voulant pas attirer l'attention ainsi. Il grommela et attrapa son tantō qui était fixé sur sa jambe. Il s'approcha lentement de la porte et entra à l’intérieur du magasin. Il observa Nasline virevolté, avant de grogner.

« Haha ! Tu verrais ta tête ! Vin’ ! Regarde ça ! »

Il la fixa du regard, avant de soupirer et de s'approcher encore un peu plus. Il observa le jeune homme, puis son regard s'arrêta sur le sabre qu'il avait à la main. Le ninja écarquilla les yeux et couru à toute vitesse vers le garçon, avant de l'attraper par le bras et de le lancer de toutes ses forces contre une des vitrines de présentation. Puis, il se retourna vers Nasline et plongea son regard dans le sien, en retenant son envie de la frapper.

"Fais gaffe au corps de Topaze..."

Puis il se retourna et marcha vers le garçon, alors que son bras se couvrait de cicatrices et devenait de plus en plus rouge. Il serra de toutes ses forces le tantō, en souriant, tel un prédateur devant sa proie. Il prit un peu plus de vitesse et, d'un mouvement agile, lui écrasa le pied sur la figure, en riant presque. Puis il s'agenouilla et plaça le couteau contre la gorge du voleur, avant de lui arracher sa capuche. Il observa un moment le gamin, avant d'éclater de rire.

"Dire que c'est un garçon comme toi qui vient de me ridiculiser... Félicitation petit... Tu vas le regretter. "

Il appuya un peu plus fort sur le couteau, avant de tourner la tête vers Nasline/Topaze, un sourire carnassier aux lèvres.

"J'espère que le sang ne te dérange pas trop..."

[hrp : Réponse de merde, ne sachant pas trop quoi vous répondre .w. Désolé ;-; ]


Fais gaffe Invité, tu es la prochaine personne sur ma liste...
Mon theme ~ Fiche

deus awards :
 
Invité
avatar
Invité
Re: Le fric, c'est chic. - Dim 17 Nov 2013 - 17:07
Acte III

Regarder la vérité en face ? Voir que tout était à deux doigts d'être fini... Mh... Oui, certes. Mais je devais y arriver. Mes collègues m'attendaient pour travailler sur la machine du professeur. Mais alors, en chargeant une attaque d'énergie, je sentis un picotement dans l'épaule. Je regardais celle-ci... Il y avait du sang dessus. Je regardais au loin pendant que ma capuche tombait, c'était Topaze... Mais elle semblait bizarre. Elle ne m'avait pas parler d'un état second comme moi je pourrais l'être. Je fronçais les sourcils en regardant le plafond, le lustre allait tomber d'une minute à l'autre... Et je devais bouger. Je m'armais de mon épée fermement mais alors...

« Haha ! Tu verrais ta tête ! Vin’ ! Regarde ça ! »

Mon bras était agrippé, je n'avais pas été du tout vigilant et me voilà donc à l'autre bout de la pièce, dans une des vitrines... Je tombais sur le ventre, lâchant ma lame. J'entendais les rires du ninja... J'étais encore tombé sur un beau couple... Je redressais les yeux... Puis enfin mon corps pour m'adosser au ruine de la vitrine, je n'avais plus assez de force pour faire quoi que ce soit... Je sentais Ika en moi, il s’agitait... Il tentait de me donner des forces mais en vain. Je le sentais paniquer comme je ne sais quoi ! Je serrais les dents à fond... La douleur dans mon épaule me gênait au plus haut point... Puis, je voyais l'homme venir. Je m'expulsais de la ruine mais... à genoux à cause de mes blessures et de mon manque d'énergie... J'essayais de dire quelque chose... mais... Je sentais une lame sur ma gorge. Je remarquais l'arme blanche du ninja qui me démasqua, littéralement... Mon visage était visible, Topaze pourrait enfin découvrir qui j'étais... Et je ne pense pas que ça soit une bonne idée... Je regardais alors Topaze pendant que l'autre ninja parlait... Je ne l'écoutais pas, mes yeux reprenant son bleu, ma peau, reprenant peu à peu ses couleurs...

"Dire que c'est un garçon comme toi qui vient de me ridiculiser... Félicitation petit... Tu vas le regretter. "

Je fermais les yeux en me laissant seul... C'était sans doute mon sort d'en finir ici ? Remarquez... Cela prouvait bien une chose. L'académie entraînait des tueurs et non des gardiens de la justice.

"J'espère que le sang ne te dérange pas trop..."

Je regardais la dague sur mon épaule, le sang coulant le long de mon torse et de mon haut... Je souriais en regardant le ninja. J'attrapais doucement et discrètement un bout de verre en reprenant mes couleurs démon et en lui parlant tranquillement.

« Et... Le ninja... Tu sais ce que j'ai chez toi et tes petits amis en collant du douzième siècles... ? Les rapports amicaux... Seulement, je pense que tu as louper deux ou trois leçons... Laisse moi te les compter... Premièrement.. »

J'enfonçais le bout de verre dans la jambe du ninja avant de passer au dessus de lui et lui envoyer un coup de pied dans la tête pour le faire tomber. Essoufflé, je continuer.

« Ne jamais quitter sa cible des yeux. Deuxièmement. »

Je lançais le kunai vers Topaze, espérant au fond de moi qu'elle ne l'évite.

« Mettre à l'abri tout potentiel otage... ! »

Je m'envolais grâce à mes ailes vers la sortie... Je les regardais tous les deux.

« Troisièmement... Vous êtes le mal, peut être plus que moi. Vous ne contrôlez même pas vos émotions. A cause de ça, je m'échappe... Très mauvais élèves... AHAH ! Aller les jeunes ! »

Je sortais donc de la banque, brisé de partout en rampant avec l'aide d'un de mes camarades qui me plaçais à l'avant avec le chauffeur du camion qui était revenu. Les sirènes et les poulets étaient déjà là, mais je faisais confiance aux policiers... Avec cet argent remarquez, je pourrais me faire une nouvelle combinaison ? Ouais, le fric, c'est chic.

[hrp : Je vous propose d'arrêter là, j'ai... peu d'inspi, vue le post hein, donc faites un dernier post si vous le souhaitez ou je le met a clore ! Comme vous sentez ;) ]
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 2913

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
90/2000  (90/2000)
Votre domaine: Les Cellules
avatar
Sweet Pink Doll
Sweet Pink Doll
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le fric, c'est chic. - Dim 17 Nov 2013 - 19:37
Le Fric,
C’est Chic
Un soupir. Nasline lui répondit par un large sourire. Si elle devait classer ses activités en fonction de ses préférences, nul doute qu’embêter Vinpap serait à égalité avec embêter Topaze. Ce serait même juste avant le plaisir de faire couler le sang, à bien y réfléchir… Finalement peut-être qu’elle ne serait pas si dangereuse si on lui donnait plus souvent l’occasion de se foutre de la gueule d’autrui…

Satisfaite, elle fit tournoyer les couteaux papillons entre ses doigts, observant Vinpap d’un regard distrait tandis qu’il se vengeait de leur ennemi en l’envoyant contre un mur à son tour. Haha ! Il avait récupéré la monnaie de sa pièce le cambrioleur de pacotille !

Sa vengeance accomplie, lorsque le regard de sa chère tortue se reposa sur elle, elle fit mine de lui faire un bisou de loin, sachant pertinemment que sa présence exaspérait l’homme.
« Fais gaffe au corps de Topaze... »
Haussement de sourcil. Qu’est-ce qu’il avait celui-là à toujours lui donner des ordres ? Il mériterait qu’elle plante les couteaux papillons dans son propre torse en guise de réponse.
*Euh… Evite…*
« Oh la la… fais pas ci, fais pas ça..
gna gna gna… »
Exaspérée, l’atlante lança ses couteaux en l’air et les rattrapa sans grande conviction, avant de reporter son attention vers Vinpap et le cambrioleur. Et là, ce fut le choc.

Le ninja avait retiré la capuche de l’homme et la blonde et sa parasite reconnurent ce visage. A nouveau, les pupilles tremblèrent. Une bataille faisait rage entre le doré et le rouge. Elles n’entendirent les paroles de Vinpap que de manière lointaine et ce même lorsqu’il s’adressa directement à elles.

Les yeux dorés parcourus de lueurs rouges fixaient ceux de Ritsu. On pouvait lire en elle un mélange d’effroi et de panique. Ritsu… Elle l’avait aidé à quitter à l’académie. Elle l’avait aidé et...tout ça pour quoi ? Pour le retrouver là ? Pour le retrouver à braquer une bijouterie, enlever la vie à de pauvre gens et détruire la vie de beaucoup d’autres ?

Des larmes lui montaient aux yeux tandis qu’elle le ne pouvait détacher son regard du sien. Qu’avait-elle fait ? Involontairement, elle avait été complice de toute cette abomination. Il l’avait trahie. Il s’était joué d’elle. Nasline avait raison sur son compte... Sa naïveté l’avait perdue.

Dans sa torpeur, elle vit les lèvres du garçon bouger, mais elle ne réagit pas. Le combat faisait toujours rage dans sa tête. Nasline se débattait, voulait le tuer. Elle n’acceptait pas qu’il les ait trahis. Et malgré tout, Topaze refusait de lui laisser le contrôle.

Elle ne réagit pas plus lorsque le garçon enfonça son arme improvisée dans la jambe de Vinpap et passa par-dessus de lui en le mettant à terre. Elle ne réagit pas même lorsque le garçon lança le kunai.

En revanche, lorsque l’arme pénétra sur son flanc droit, ses paupières tressaillirent et le rouge disparut dans ses yeux. Choquée, elle porta ses mains à sa blessure machinalement, sans quitter Ritsu des yeux tandis que déjà il s’envolait.
« Troisièmement... Vous êtes le mal, peut être plus que moi. Vous ne contrôlez même pas vos émotions. A cause de ça, je m'échappe... Très mauvais élèves... AHAH ! Aller les jeunes ! »
Les yeux de la jeune femme s’écarquillèrent, la scène avait un air de déjà vu… Comme la dernière fois il s’envolait.
« R… Ritsu… RITSU ! »
Elle l’avait suivi des yeux et fit quelques pas en avant, une de ses mains blanches tâchée de sang tendue vers lui. Elle le vit entrer dans le camion avec ses complices, impuissante, et tomba à genou lorsque le véhicule s’éloigna.

Ses yeux étaient emplis de larmes. Elle baissa la tête sur sa blessure et essuya ses larmes avec sa main tâchée de sang. Finalement, y voyant un peu plus clair, elle attrapa le kunai et le retira prestement de son abdomen en serrant les dents. Une main sur sa blessure, elle tourna la tête vers Vinpap et esquissa un faible sourire à son intention.
« Je vais bien… Et toi ça va ? Il faudrait qu’on s’en aille avant que la police ne vienne… »
Sur ses mots, des ailes blanches poussèrent dans son dos, transperçant sa peau en lui arrachant un grognement de douleur, l’expression de son visage se faisant plus sombre l’espace d’une seconde.
« Allons-nous réfugier quelque part en hauteur… »
Elle jeta un regard vers la rue et soupira.
« …Et dépêchons-nous avant que la poussière créée par nos exploits ne retombe… »



Ma Fiche - Ma Présentation - Mon Journal
♥️ Présidente du Maid Café Club ♥️

Spoiler:
 
♦ Rose ou chou ? : Chou
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 2691

Feuille de personnage
Niveau:
9/30  (9/30)
Expériences :
2690/1500  (2690/1500)
Votre domaine: La Tromperie.
avatar
Tortue Ninja
Tortue Ninja
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le fric, c'est chic. - Sam 30 Nov 2013 - 4:57
Le ninja riait... Eh oui, il riait. Il riait de la tête déconfite de Nasline. Il semblerait bien qu'elle n'aimait pas le sang. Eh bien, pour une princesse violente...


*T'es vraiment un imbécile... Elle ne réagit pas au sang... Observe ses yeux... Elle lute intérieurement...*

Étrange, mais vrai. Il tourna la tête au même moment que le jeune homme enfonca un morceau de verre dans sa jambe. Il écarquilla les yeux, avant de recevoir un coup de pied derrière la tête. Il s'écrasa au sol et grogna alors qu'encore une fois, il se faisait lacérer par du verre. Il l'observa partir en s'envolant et soupira en fermant les yeux. Il resta immobile jusqu'à ce qu'une voix ne s'adresse à lui. Il rouvrit les yeux et observa la jeune femme devant lui. Habituellement, Kaze lui laissait reprendre le contrôle, mais pas cette fois. Le shinobi se redressa et lissa sa combinaison. Il posa son regard sur sa blessure et serra les poings, avant de se diriger vers ses vêtements.

« Allons-nous réfugier quelque part en hauteur… »
« …Et dépêchons-nous avant que la poussière créée par nos exploits ne retombe… »

Le ninja hocha la tête et enfila sa chemise, avant de tourner la tête vers elle.

« Je te retrouve au sommet de l’espèce de grand arc en pierre... Je vais déconcentrer les policiers.  Vas y!»

Le ninja sourit, attrapa un kunai et fonça vers les policiers en riant et en sifflant, s'amusant a éviter les coups et a frapper les policiers. Lorsqu'il eut la garantie que Topaze était partie, il sauta sur le toit d'une voiture et fit apparaître son clone et fit une petite révérence.

« Messieurs dames, ce fut un plaisir de m'amuser avec vous. Au revoir...»

Il ferma les yeux et activa le contrôle des limites, avant de sauter aussi loin que possible et atterrit sur le toit d'un immeuble non loin. Il courut à toute vitesse en se dirigeant vers l'Arc de triomphe. Il avait quelques questions qui lui trottait en tête et il espérait que Topaze pourrait lui répondre.


Fais gaffe Invité, tu es la prochaine personne sur ma liste...
Mon theme ~ Fiche

deus awards :
 
Invité
avatar
Invité
Re: Le fric, c'est chic. - Sam 30 Nov 2013 - 13:15

Un rp qui commence sur les chapeaux de roues mais qui au final me laisse un peu sur ma faim. Vous partez comme des fusées mais je trouve dommage que ça soit si court, finalement, on a pas vraiment le temps d'en profiter à fond. Sinon, pauvres humains, ils prennent chers. Dans tous les cas, bravo à tous les trois. Continuez comme ça.

Ritsu :  255 xps
Topaze :  300 xps
Vinpap :  245 xps

Xps attribués : Yep
Contenu sponsorisé
Re: Le fric, c'est chic. -
Le fric, c'est chic.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: Le Monde des Humains :: Au cœur de la ville :: Commerces-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page