Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 L'heure de l'inquisition (pv : Sibylle A. Ethellan)

 
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
L'heure de l'inquisition (pv : Sibylle A. Ethellan) - Sam 7 Sep 2013 - 0:08


Le chant du coq raisonnait, c’était le matin, et notre chevalier ouvrait les yeux, qu’allait-il encore faire de cette journée à enseigner …
Pourtant on ouvrant les yeux les choses furent nettement différente, un plafond de pierre, une pièce fraîche, sombre, équipé façons spartiate, et surtout, sa paillasse, bon sang mais …
Il se mit assis sur le bord de son lit et se frottement énergiquement le visage en gémissant, il avait prit quoi hier encore ? Il était ou déjà ? Ca ressemblait à … Oui … la forteresse Teutonique original, la toute première, alors il avait fait un très long rêve c’est ça ?

Des trompettes raisonnaient dans la cours, l’appel, il était heureux de n’avoir fait qu’un rêve, il était bon de retourner dans son chez soi, c’était impossible de le futur soit comme ça, c’était d’autant plus impossible que les croyances évoluent, il avait sûrement encore abusé de l’hypocras ….
Bon, allez reprenons son rythme de vie, oublions ce terrible rêve. Le chevalier enfila son équipement, croqua un morceau de pain et de viande séché comme petit déjeuné, et le voila parmi les rangs, à l’avant grâce à son grade, il l’avait presque oublié !

Et là, le grand chef apparut en les traversants, il regarda Alexander droit dans les yeux, puis sourit, que celui qu’il respectait le plus lui sourit de la sorte le mit atrocement mal à l’aise mais pourtant ce malaise s’accompagnait d’une fierté, Hermann qui lui prêtait de l’attention …


- Messire Urmanis, vous êtes choisit pour effectuer une chasse aux sorcière que nous réclame la pape dans la région, je compte sur vous pour faire honneur à notre ordre. J’ai entendu dire que les templiers ces chiens à la croix rouge étaient aussi dans le secteur, tu auras vingt hommes avec toi, compte bien le nombre d’hérétique que tu tue, je souhaite déshonorer les templiers !

Un grand salut militaire, le bruit de l’acier claqua car son gantelet heurta son torse maintenant bombé, une mission importante lui était confiée ! Il se retourna, indiquant d’un simple geste aux autres chevaliers de se préparer, et directement son groupe disparut vers les écuries, mais pas le temps de tourner le dos au grand Von Salza ! Alexander posa un genoux au sol devant lui.

- Messire, il en sera fait selon vos ordres, rien ne m’échappera. Puis je savoir comment je dois réagir en cas de difficultés avec les templiers ?

Hermann agita la main et partant dans ses quartiers, comme si il s’en moquait, le chevalier toujours à genoux crut qu’il allait lui laisser le choix et cela l’inquiéta, cependant, il n’était pas le grand chevalier de l’ordre pour rien.

- Pas d’opposition, si il s’oppose à nous, considère les comme renégats et tue les, fait disparaître les corps.

Alexander eut un franc sourire sous son casque, la missions était simple, une chasse, et si du gibier résistait, on le tuait encore plus sauvagement. Un écuyer lui apporta son cheval, il se mit en selle et rejoignit son bataillon déjà hors du château, devant le groupe il brandit son épée bien haut.

- Que l’inquisition commence mes frères !

Le voila parti, première étape, le village de Entzig, les villageois se plaignait parfois d’étrange apparition, d’événement incompréhensible, au milieu de la grande place Alexander ordonna à ses chevaliers de passer le village au peigne fin quand il se mit ensuite à hurler à l’attention de tout ses manants.

- Au nom de Messire Von Salza, grand chef Teutonique et par décret du pape, la région est systématiquement fouillé, veuillez coopérer, ou cela sera considéré comme hérésie et vous serez jugé par mes soins !

Le temps passa rapidement, Alexander tournait un peu en rond, une sorcière fut trouvée, ainsi que deux traîtres. Mais pourtant il y avait étrangement de l’agitation, on entendait des hurlements aux loin, il fallait qu’il aille voire cela, quelques chevaliers restèrent guetter les prisonniers, tandis qu’avec un petit groupe il rejoignit les cris.




Invité
avatar
Invité
Re: L'heure de l'inquisition (pv : Sibylle A. Ethellan) - Dim 8 Sep 2013 - 17:30
Et ça recommence


Le mal de crâne... Aaaah l'enfer, ça lui martelait le crâne comme si on y avait posé un marteau-piqueur... Qu'est ce qui s'était passé? Même l'alcool la mettait pas dans un tel état. Elle se mit sur le côté, elle avait froid. Or, le matelas était vraiment très humide et faisait un bruit bizarre. Et puis... les couvertures étaient où? Sa main tâta derrière elle en espérant la toucher mais elle ne saisit que... des feuilles? Pas des feuilles de papier, non, non, de vraies feuilles d'arbres ou de buissons, humides.
Ses yeux étaient attirés par ce que sa main tenait, sans se soucier qu'en réalité, elle était en pleine nature avec un ciel au dessus d'elle, et non le plafond de sa chambre. Un ciel gris, qui laissait présager qu'elle allait se prendre une bonne saucée d'ici peu.

Le crâne toujours douloureux, Sibylle se leva tant bien que mal et constata qu'elle était bel et bien allongée à même les fougères, entre deux bosquets avec, au delà, des bois d'un côté et un champ de l'autre. Une pierre non loin indiqua l'origine de la douleur de la jeune femme. Elle porta la main à sa tempe, oui c'était bien ça, du sang, elle était tombée dessus. Ca expliquait aussi sans doute pourquoi elle ne se rappelait pas comment avoir atterri ici.


R'gardez que v'la, c'est-y pas une donzelle perdue et encrottée. B'soin d'aid' p'tête?

Se retournant, la renégate découvrit trois hommes avec une mule. Ils étaient habillés comme s'ils étaient tout droit sorti de la fête médiévale du coin. Ils avaient même l'accent! Et... les dents, pourries jusque la racine de ce qu'elle pouvait en voir. Ils ne semblaient pas armés, si ce n'est leur fourche et une sorte de faux. Mais pour l'apparence, la jeune femme n'avait pas meilleure mine avec la boue qui la recouvrait. Elle en enleva le plus gros avec ses mains comme elle pouvait mais son jean restait bien marron par endroit, tout comme son Tshirt et sa veste en cuir.

La d'moiselle peut nous suivre, moyennant que'ques piécettes.
Très drôle, comme ça que vous attirez les touristes? J'vais bien retrouver mon chemin.

On voyait même le village au loin, nul doute que ça serait pas là. Mais avant, petit coup d'oeil sur le portable, peut-être pourrait-elle appeler quelqu'un? Une fausse manipulation la fit toutefois allumer la fonction MP3, faisant donc vibrer l'air d'une de ses musiques. Toutefois, elle s'était attendue à tout sauf à ça:

SORCIERE! C'est elle la sorcière! Des voix sataniques!

Si Sibylle condamnait toujours les abrutis qui parlaient de "chinois" alors qu'il s'agissait du japonais, là quand même ils y allaient fort. Ca restait quand même bien convaincant pour une fête médiévale, ils jouaient bien leur rôle, fallait leur reconnaître ça. Cela devint beaucoup moins amusant quand l'un d'entre eux, armé de sa faux, tenta de lui trancher la tête. La jeune femme ne dut sa survie qu'à une esquive de dernière minute avant que l'autre homme, suivit de ses copains désormais, ne reprenne l'attaque. Là ça clochait sérieusement, très sérieusement!
Elle tentait de se défendre comme elle pouvait, son portable ayant depuis bien longtemps volé au loin, musique éteinte. Et puis, n'arrêtant jamais leurs cris, un des hommes loupa la demoiselle et son arme alla se ficher dans le torse d'un de ses compagnons qui s'effondra aussitôt. Les hurlements doublèrent, clamant qu'elle avait manigancé tout ça.
Fini de jouer maintenant... Quitte à la prendre pour une sorcière, autant combattre. De son coffre, elle prit un couteau qu'elle envoya directement dans la gorge de celui maniant la faux. Puis, se saisissant de cette dernière elle contra les assauts du dernier, terrifié de se retrouver seul et parvint à le tuer également.

Que faire maintenant? La mule était là, la regardait... et au loin on entendait des chevaux arriver. Vu la distance, ils devaient l'avoir repérée, mais l'avaient-ils vu tuer les autres? Espérons que non, espérons qu'elle puisse les bluffer.
Une fois en face, Sibylle remarqua à quel point ils faisaient chevalier, pas vraiment difficile à deviner vu leur attirail et armures. Que raconter désormais?


Ces messires arrivent en retard. Je rejoignais le village avec ma mule quand ces hommes m'ont attaqué, y fallait que je me défende.

Toute sale comme elle était, sans lunettes, le portable perdu dans les bosquets, rien ne décribilisait son histoire n'est ce pas? Au pire, venir à bout de ces hommes ne devraient pas être si difficile avec ses capacités. Toutefois, les cours d'histoire lui revinrent en mémoire. La foi aveugle de ces hommes n'était plus à prouver mais avec de la chance, ils respecteront l'honneur leur commandant de servir les dames non? Si elle les épargnait, peut-être que la solution pour sortir d'ici lui apparaîtrait sous les yeux. Mais au fond, voir arriver les gendarmes la condamner pour meurtre serait un soulagement et là, les tuer ne serait plus un problème. Après les missions déjà réalisées, elle était plus à ça près n'est ce pas?

©Didi Farl pour Never-Utopia

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'heure de l'inquisition (pv : Sibylle A. Ethellan) - Dim 8 Sep 2013 - 21:12


A cheval il ne fallut guère de temps pour rejoindre la zone des cris, et le groupe de chevalier tomba devant un spectacle très intéressant, une jeune femme, blonde, couverte de boue, qui se tenait debout à coté de … de trois paysans mort.
Par réflexe le groupe encercla la femme et les trois gueux, et la moitié mit le pied à terre dans un vacarme métallique digne de leur suréquipement.
Alexander faisait partie de ce groupe qui posa le pied au sol et fut le seul qui s’approcha doucement des cadavres, les tapotant de ses bottes d’acier. Il put donc confirmer leur mort avec un petit sourire sous son casque, si il était suspect, le problème était déjà réglé, sinon … tant pis.


Ces messires arrivent en retard. Je rejoignais le village avec ma mule quand ces hommes m'ont attaqué, y fallait que je me défende.

Il la regarda un instant, observant par la suite les hommes, des hommes qui attaque une femme … Pour ne pas changer … En revanche qu’elle mette seule, trois hommes à terre avec sa carrure …
Il l’observa une fois de plus, suspicieux, mais il n’avait rien d’autre qu’un simple doute, ce qui ne lui suffisait, même si d’autres chevalier avait déjà la main sur leur épée. D’un geste précis il les fit baisser leur garde.


- Débarrassez moi les trois corps de la route et …

Il se pencha et extirpa dans une gerbe de sang encore chaud un couteau figé dans le cou d’un des hommes. En fait, cette arme contrastait bien trop avec les deux fourches et la faux rudimentaire. D’ailleurs, deux fourches, une faux, une arme pour chaque paysans, alors ce couteau … Cette femme probablement ! Mais al qualité, la facture et la matière, si on réfléchissait un peu ne collait pas, il n’en avait jamais vu de telle.
Il se retourna et lui tendit le couteau qu’il tenait de son gantelet d’acier avec une poigne de fer.


- Votre lame madame.

Question piége certes, maintenant en attendant il regarda un de ses soldats encore à cheval, tournant son regard et son corps dans la direction ce dernier. L’autorité rayonnait sur lui comme le soleil qui disparaissait, tandis que la pluie commençait à faire reluire différemment leurs armures de plaques.

- Je pense que nous en auront bientôt finit avec ce village dites à l’autre groupe de préparer un bûché, nous avons une sorcière, elle doit brûler rapidement avec qu’elle ne s’échappe.

Il se retourna vers la femme, l’eau commençant à lui nettoyer fit que le regard du chevalier changea soudainement, cette tenue … Elle n’était absolument pas celle d’une paysanne, alors si on y ajoute cette lame de facture douteuse et suspicieuse, il commençait vraiment à comprendre ses autres chevaliers et leurs tensions palpable.
Il serra les dents, plus le temps avançait, plus la pluie la nettoyait et mettait l’esprit du blond sur ses gardes, sa main se posa même d’instinct sur la garde de son épée. Il était certains qu’elle n’était pas qu’une simple paysanne, mais elle était quoi exactement.





Invité
avatar
Invité
Re: L'heure de l'inquisition (pv : Sibylle A. Ethellan) - Lun 9 Sep 2013 - 0:07
Et ça recommence


Situation très rassurante... Surtout quand Sib oubliait de jouer son rôle. Normalement une dame aurait du être effrayée lorsque le chevalier ôta la lame de la plaie non? Avec tout le sang qui ressortait, détourner le regard aurait pu être le minimum mais ça ne lui a même pas traversé l'esprit. Elle se contentait juste de suivre ce que faisait le chef de la bande alors qu'il lui tendait son couteau. Pas de gendarmerie donc...

Merci. Mon frère... il tient à ce que je ne sois pas désarmée quand je pars et qu'il n'est pas là pour me protéger.

Elle reprit sa lame. Peut-être que ça passerait mieux ainsi avec ce mensonge. Pas totalement faux en fait, son frère désirait bel et bien qu'elle soit armée lorsqu'elle sortait seule... autrefois. Enfin, voilà que la pluie tombait. Ca nettoierait le sang sur sa tête et la boue qui la recouvrait, au moins pour sa veste, le cuir est facile à nettoyer.
Toutefois, ce que le chevalier dit ensuite la bloqua quelques temps. Brûler une sorcière? Il était sérieux? Vu la tête des autres chevaliers... quoique, derrière leur heaume y avait pas grand chose de visible, ça devait être normal, et c'était bien là le problème! La demoiselle se ressaisit rapidement cela dit. Vu son statut de renégate, ce genre de chose ne devrait pas l'émouvoir justement. C'était juste... inhabituel comme châtiment. "Elle doit brûler rapidement", au moins ils étaient professionnels... Toutefois, la main portée à l'épée ne la rassurait pas vraiment, mais, autant essayer de faire comme si tout lui était familier.


Pouvons nous rentrer messire? J'aimerais rentrer chez moi avant d'attraper froid.

Jouer la niaiserie plutôt que la provocation avait plus de chance de marcher probablement. Sur ce, elle prit la direction du village, faisant comme si marcher dans la boue ne la dérangeait pas mais à côté des chevaux qui allaient l'éclabousser et surement la frôler au galop. Sauf que ça ne l'aiderait pas pour sortir d'ici... Enfin, continuons de faire comme si tout était normal, tout... y compris le réveil du portable qui venait de s'allumer, à deux pas d'où elle se trouvait. Une chanson, la même que tout à l'heure, en japonais...
Sibylle se retourna et tourna la tête dans la direction de l'origine du son. Les chevaux étaient agités de ce bruit soudain, ce bruit qu'ils ne connaissaient pas. S'ils venaient vraiment de l'époque médiévale, leur type de musique devait être bieeen différent de ce qu'écoutait la jeune femme. Et l'un des chevaliers descendu de cheval -il était alors le plus proche d'elle- le comprit aussi, croyant certainement que le bruit venait d'elle et pas du sol. Même s'il prenait le portable, il ne saurait pas de quoi il s'agit.
Sans attendre d'ordre, il tira alors l'épée au clair et s'approcha de la demoiselle avec la ferme intention de la réduire en charpie. Il l'accusa également de sorcellerie, à croire qu'ils n'avaient que ce mot à la bouche... La lame s'abattit non loin d'elle mais ayant prévu le coup, Sibylle s'écarta, fonça sur le chevalier qui, avec le choc et le poids de son armure tomba en arrière.

Ne comptant pas attendre sagement que ses copains ne viennent à leur tour, elle forca le passage jusqu'à son cheval qu'elle talonna pour partir au galop et trouver un autre coin plus accueillant. Plus légère, ayant déjà pratiqué quelque fois l'équitation, elle avait une chance de s'enfuir sans qu'ils la rattrapent n'est ce pas?


©Didi Farl pour Never-Utopia

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'heure de l'inquisition (pv : Sibylle A. Ethellan) - Lun 9 Sep 2013 - 21:36

Merci. Mon frère... il tient à ce que je ne sois pas désarmée quand je pars et qu'il n'est pas là pour me protéger.

Alors voila, apparemment elle avouait que ce couteau lui appartenait, enfin, qu’il était à son frère. Il l’observa un instant, puis s’éloigna pour rejoindre son cheval, c’était bien trop louche, ce couteau … Mais surtout … ces vêtements ! Si ils étaient nobliques d’un autre comté, il se devait d’abord de l’interroger, mais surtout, il était impensable qu’elle ne soit escortée ! Cette femme était louche de la tête au pied ! Jusqu’à ses armes ! Mais bon si elle souhaitait rentrer, il n’avait pas la moindre preuve ou indice autre que ce couteau, c’était trop léger à son goût. Il l’écouta à moitié avant de lui répondre.

- Bien, nous avons à …

Et au même moment où le Teutonique se remit en selle, une musique agita les chevaux, irritant les oreilles du blond, et manquant de peu de le faire chuter devant tous de son cheval, il était passé non loin d’une humiliation !
Son regard se durcit et il se mit brutalement en selle en usant de sa force, relevant lui plus son armure et les posant enfin sur l’assise. Le cheval marcha sur le portable, le faisant éclaté et taire soudainement.
Alexander réalisait seulement maintenant ce qu’il s’était passé, elle venait de se jouer d’eux ! Elle avait mit à terre un camarade et s’enfuyait sur le cheval de ce dernier ! Il avait bien fait en attaquant le premier, mais ce faire mettre à terre de la sorte, Alexander allait lui imposer un entraînement pour combler ce terrible défaut !


- Fait sonner le cor ! Elle s’enfuie !

Il fut ainsi le premier à s’élancer, épée dégainée, il pourchassait la fuyarde, la talonnant à une courte distance. Etant chef du groupe il avait eut le droit à un meilleur cheval que celui qui était attribué aux simples soldats.
Ce dernier malgré le poids supplémentaire qu’il avait ne rattrapait pas la blonde, mais ne se laissait pas distancer non plus, ce n’était pas vraiment le cas de ses hommes, mais voila que le cor sonnait enfin ! Appelant ainsi une partie des réserves de la ville à l’aide, mais aussi le groupe de templier de la croix rouge traînant dans le secteur, elle n’avait probablement aucune direction ou fuir sans rencontrer d’autres chevaliers, et le plus dévot de tous juste derrière pourchassait sans relâche cette sorcière qui l’avait clairement trompé.


- Je te somme d’arrêter ! Tu es faite ! Tu iras rejoindre ta camarade sur le bûché ! Sur mon honneur, sur mon nom, je te jure que tu vas finir purifier par les divines flammes !

Il continuait à beugler ses propos fanatiques sans discontinuer, encore et encore, quand enfin au loin apparut d’autre chevaliers, cependant ce groupe d’une demi douzaine n’avait pas les attributs teutonique, trop rouge, pas de casque impressionnant, ils devaient être ceux qu’il n’aurait pas souhaiter croiser ici, encore moi dans cette situation, se disputer pour un sorcière … Non … elle était sa cible ! Aucune chance qu’il ne daigne la partager avec une telle parodie d’ordre militaire !
Mais visiblement il était condamner à cette tâche … a moins que … Il décrocha la lance sur le coté de sa selle, il ne pensait pas l’utiliser ici, mais il devait l’attraper avant eux ! Il cessa de pousser ses injures envers cette parjure de l’humanité, et tendit son bras, et lança de toute ses forces la lance de bois en direction de cette sorcière. Si il la touchait il pourrait l’avoir avant eux, dans le cas contraire il allait falloir négocier, quitte à leur donner l’autre, celle là, il la lui fallait, il voulait allumer lui-même le feu pour la brûler !





Invité
avatar
Invité
Re: L'heure de l'inquisition (pv : Sibylle A. Ethellan) - Lun 30 Sep 2013 - 11:09
Et ça recommence


S'arrêter... Puis quoi encore? Il la menacait de la foutre au bûcher et il pensait qu'elle s'arrêterait bien sagement? Pour toute réponse, elle éperonna encore plus son cheval, faisant claquer les rênes de chaque côté de l'encolure pour qu'il ne ralentisse pas. "divines flammes"... s'il savait où elle rêvait de lui mettre ses flammes.
Pour voir à quelle distance la talonnait l'autre fanatique, elle regarda en arrière. Juste le temps de lâcher une injure et elle braqua son cheval à gauche pour esquiver le trait qu'on lui lançait. Son regard n'avait pas non plus loupé les cavaliers venant d'en face. Quand on sonne le clairon, pas étonnant que toute la meute se ramène mais qu'ils lui foutent la paix bon sang!

Son cheval trébucha, mais ne tomba pas. Il commençait à fatiguer, toutes les montures devaient l'être d'ailleurs. Mais ces bornés préfèreraient surement faire crever leurs montures que laisser échapper une "sorcière". Et en effet, les cavaliers au loin se rapprochaient dangereusement. Son cheval soufflait, il allait la lâcher en pleine course, seulement, elle n'avait aucun moyen de se débarrasser de ces emmerdeurs. Tout ce qu'elle avait, c'était son couteau. Pas très efficace au travers d'armures...

Ils arrivèrent à ses côtés et tentèrent d'agripper les rênes de l'animal pour le faire ralentir. Hmpf, elle ne savait pas de quel genre de femme ils avaient l'habitude, mais Sib n'était pas de celles que trois plaques de métal et un logo effrayaient. Attrapant le bras du cavalier à sa droite, elle fit stopper sa monture, surprenant le cavalier qu'elle tenait et qui tomba en se prenant quelques coups de sabots au passage.
Lancé dans sa course folle, paniqué, son cheval ne pensait plus qu'à courir et il redémarra quasi aussitôt dans une autre direction. La jeune femme espérait que ça leur redonnerait une longueur d'avance, mais il ne fallait pas trop y compter. Combat au corps à corps? Ils étaient trop nombreux, mais se faire botter l'arrière train par une femme ne devrait pas trop leur plaire.
Elle ne faisait plus attention à qui était derrière elle ou non, si le blondinet la suivait toujours ou pas. Le bruit des sabots confirmait qu'ils étaient prêts. Parfait! Elle fit ralentir son étalon juste un peu pour qu'ils arrivent à son niveau et, parvenant à se mettre debout sur sa selle, sauta sur le cavalier à sa droite.

Homme et animal tombèrent dans un grand fracas de métal. Une chute loin d'être agréable. La chance semblait être de son côté malgré tout, le cheval aurait pu lui tomber dessus si on y réfléchissait. Au contraire, elle avait atterri plus loin et les copains du cavalier désarçonné se rassemblaient déjà autour d'elle. Couteau à la main, elle attendait le premier qui viendrait tenter de l'arrêter. Si à distance, le couteau était totalement inutile face à une armure, au corps à corps, il y avait moyen de trouver une faille jusque la gorge.
Ce fut le cavalier désarçonné qui en fit les frais le premier. Déterminé à venger sa chute, il s'était approché d'un peu trop près, et le voilà étendu sur le sol, gorge ouverte. Ses lèvres faillirent laisser échapper un "Suivant!" provocateur mais se ravisèrent lorsque, ses yeux tombèrent sur le chevalier qui l'avait poursuivie en premier.


Vous qui avez l'air si renseigné sur le sujet, vous pensez que cet homme a pu rejoindre le Paradis sans avoir pu confesser tout les meurtres d'innocents qu'il a commis?

Les autres chevaliers avaient l'épée au clair. Nul doute que cette petite question ne leur plairait pas et qu'elle aurait droit à leur propagande en guise de réponse. Si seulement il connaissait ce que "propagande" signifie... Le couteau recouvert de sang, sûr qu'on la ferait passer de vie à trépas d'une manière ou d'une autre.

Bien... à l'arrière de quel seigneur dois-je m'asseoir?

Le couteau tournait entre ses doigts. Qu'ils ne pensent pas qu'elle se laisserait faire aussi facilement, le chevalier à la gorge ouverte en témoignait.

©Didi Farl pour Never-Utopia

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'heure de l'inquisition (pv : Sibylle A. Ethellan) - Mar 1 Oct 2013 - 19:54


Celle là … Il la lui fallait ! La voila qui venait d’esquiver sa lance ! Une manant n’aurait pas pu le faire, il était évident qu’elle usait de sorcellerie !
Lorsque le cor de guerre retentit  à travers la vallée, Alexander sourit, oui, car maintenant c’était une vraie partie de chasse, une traque impitoyable qui commençait contre cette créature impie !
Et ce monstre  à forme humaine savait se défendre ! D’autres chevaliers arrivèrent de la direction qu’elle empruntait, mais le sourire du blond qui agitait son épée disparut, surtout à la vue de cette croix rouge ! Bordel voila que les templiers se pointaient !
Elle en fit chuter un, qui fut d’abord allégrement piétiner par sa propre monture, puis ensuite par celle d’Alexander, tant pis pour lui ! Mais il n’était visiblement pas au bout de ses surprises, voila qu’elle sautait carrément de sa monture pour atterrir sur un autre chevalier, grave erreur car elle se retrouvait maintenant au sol, encercler par les croix rouge … Une petits dizaine environs.
Le Teutoniques les rejoins immédiatement observe par celui qui semblait les diriger.


- Oh ! Une croix noire !

Et du tac au tac Alexander lui répondit  à son tour.

- Oh ! Une croix rouge !

Les deux homes passèrent un instant à se dévisager  au travers de leur casque, et finalement chaque chevalier déposa pied  à terre, menaçant la sorcière, sauf deux, qui se faisait face comme si ils allaient finir par s’entretuer. Ce fut néanmoins Alexander qui brisa le silence s’installant lorsqu’il vit derrière lui son groupe le rejoindre enfin, Mettant pied  à terre en même temps que son homologue.

- Vous êtes bien aimable de m’avoir soutenu dans sa capture, je vais continuer la suite, vous pourrez poursuivre votre promenade.

Visiblement  il l’avait énervé, car il dégaine son épée et la pointa vers Alexander qui en fit de même par réflexe.

- Allons, je suis peut être jeune, mais je ne dégaine pas si facilement en pleine discussion Messire ! Un peu de tenue … En plus … Je crois avoir la position de force dans l’immédiat.

Oui, presque tout son groupe était arrive autour des templiers, toute armes dehors, et prêt  à leur montrer qui était les meilleurs, quitte  à la faire en deux contre un. Alexander n’avait pas peur, non, si il était frappé, certes il n’irait pas loin, en revanche les dix petits têtus non plus.
Enfin, il semblait réaliste, il pesta et rangea son arme.


- Nous pouvons nous arranger si vous voulez une sorcière … Nous en avons une autre qui attends, mais vu que celle là voulait nous filer entre les doigts … Je tiens  à allumer le feu moi-même.

Vous qui avez l'air si renseigné sur le sujet, vous pensez que cet homme a pu rejoindre le Paradis sans avoir pu confesser tout les meurtres d'innocents qu'il a commis?

Il tourna son regard vers elle, finalement  il arrivait à un accord, et il l’obtenait.

Bien... à l'arrière de quel seigneur dois-je m'asseoir?

Il attrapa une corde sur un cheval d’un autre Teuton et s’approcha légèrement d’elle.

- Les sorcières courent derrière les chevaux, tu ne le savais pas ?

Il pointa son épée vers elle, la menaçant directement, il allait prendre parti de son allonge, les deux autres avaient été des idiots, forcément, c’était des croix rouges, n’aller pas croire qu’il fera cette erreur, et surtout qu’il laissait ses faiblesses aussi ouverte.

- Tu n’escompte pas te rendre, je me trompe ?




Invité
avatar
Invité
Re: L'heure de l'inquisition (pv : Sibylle A. Ethellan) - Mer 6 Nov 2013 - 20:21
Et ça recommence


Et ça parle, et ça parle, et ça parle... Sibylle aurait presque pu se faire une manucure avec massage, soin du corps et du visage complet qu'ils n'auraient pas encore fini quand elle serait ressortie. La connerie étant qu'à penser à tout ça, elle ne pensait pas à se barrer. Chose qui aurait été dure certes, mais pas impossible. Quoique, ils l'auraient rattrapé en un rien de temps avec leurs chevaux. Du rouge et du noir, la bonne blague... Même si elle devait être la seule à la comprendre et non! Elle ne pensait pas à la chanson.
C'est quasi la clope au bec qu'elle allait lui répondre une fois qu'il daigna lui répondre... mis à part qu'elle n'avait pas de clope, dommage. Voilà que cette histoire de la brûler revenait sur le tas. Qu'est ce qu'ils manquaient cruellement d'imagination quand même. Les bras croisés, c'est un rire qu'elle réprima lorsqu'il la qualifia de "sorcière" encore, vive les étroits d'esprit. Et fallait qu'elle se rende en plus?


Et tu ne crois quand même pas sérieusement que je vais me laisser traîner derrière vos canassons?

La jeune femme s'était rapprochée, toujours bras croisés. Croyait-il que son jouet l'impressionnait? Quelques pas en plus, tendant les bras comme si elle était prête à se faire attacher quand même.
Toutefois, plutôt que se laisser attacher comme une gentille fille, elle écarta la lame pointée vers elle en frappant sur le plat et se jeta sur le chevalier afin de le mettre à terre et laisser la boue remplir son casque. Le tuer? Non, ce n'était pas son objectif premier car elle savait ça impossible de cette manière. Mais parfois une simple humiliation fait tout autant d'effets qu'une blessure.

Pour un chevalier, sensé être si fort, valeureux, ne rien craindre etc... se faire mettre à terre par une femme devait être le comble... Sibylle retint une insulte sur le machisme histoire de l'achever moralement mais vu leur étroitesse d'esprit, ils ne l'auraient pas compris.
De toute manière, dire quoique ce soit aurait été impossible car un poids la frappa soudainement au niveau de la nuque qui lui brouilla la vue avant de la lui faire perdre. Elle sentit encore qu'on la hissait et puis... plus rien.

A son réveil, tout ce qu'elle ressentait était un p*tain de mal de crâne avec la nuque hyper raide. Ses yeux s'ouvrirent et... la scène qu'elle découvrit ne présageait rien de bon du tout.



©Didi Farl pour Never-Utopia

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'heure de l'inquisition (pv : Sibylle A. Ethellan) - Dim 10 Nov 2013 - 19:01


Les templiers, ce n’était pas des territoire sous leurs juridiction, et pourtant ils étaient venu ici, et c’était déjà une raison suffisante pour affirmer qu’il n’avaient pas l’autorité ici, bien qu’ils soient mieux reconnus que les Teutoniques par le saint pape.
Cependant mourir contre d’autres croisés n’était pas dans leur objectif, surtout pour une sorcière, l’accord fait, avec une petite menace de mort, rien de bien énorme pour un chevalier. En plus Alexander aurait clairement avoué l’humiliation qu’il auraient eut, même si il savait que le grand Teuton Von Salza aurait fait croire à l’autre ordre qu’ils étaient mort en combattant vaillamment l’hérétique sur ce territoire …
Mais bon, ce qu’il voyait maintenant, c’était que l’infâme sorcière semblait plus encline à obéir, et ce, malgré les propos qu’elle tenait pour accompagner ses gestes.


Et tu ne crois quand même pas sérieusement que je vais me laisser traîner derrière vos canassons?

Il fallait croire quoi, les paroles ou les gestes ? L’hésitation n’était pas l’idéal, voila que le chevalier la laissait s’approchait tandis qu’elle tendait les mains, comme attendant qu’elle les lui lie. Elle se soumettait donc, il n’y avait pas d’autres possibilités, n’est ce pas ?

- C’est bien je vois que …

Elle écartait son arme, et elle avançait d’avantage vers lui, non, pas ca ! Tout mais pas ca ! Il sentit les mains se poser contre son plastron, et la pression allait en augmentant encore et encore, la boue l’empêchait d’avoir une bonne prise au sol.
Et l’humiliation arriva lorsque le sol sembla se dérober sous ses pieds. Il glissait, son corps chutait, et l’armure n’allait pas l’aider à se redresser facilement. Et finalement il s’écrasa dans une flaque de boue, il la sentait encore sur lui, mais il ne voyait plus rien, la boue s’installait dans son casque, et la pluie n’était pas assez vive pour la laver rapidement.
Puis elle sembla s’effondrer, littéralement, le chevalier s’agita et la lança à coté de lui pour se redresser. Il retira son casque tandis que d’un revers de la main il se retirait la plus grande partie de la boue pour observer la scène.
Le templier devant lui venait d’assommé d’un coup de masse sur la tête la blonde, la laissant inconsciente au sol. Le voila humilié, encore pire que lors de sa défaite … Mis à terre par une femme sans arme, par une sorcière ! Et les rires des templiers voilaient tout dire … Il se redressa et dévisagea le chef des croix rouges. Puis il se tourna vers un de ses compagnons, son ton avait bien changer, tellement plus crispé, on sentait clairement l’énervement en lui.


- Attacher là avec toute les cordes qu’il nous reste, et jeter là sur le bûcher dans une posture aussi humiliante que vous pourrez imaginez !

Son regard se tourna ensuite vers les templiers, il soupira, au fond il se sentait presque redevable c’était … humiliant.

- Je vais vous offrir tout les autres hérétiques mais celle là, elle est à moi, vous ferez ce que vous voudrez des autres.

-Ahahahah ! D’accord on fait comme ca !

Il avait sûrement frappe très fort, la femme resta inerte tout le long de l’échange, les templiers étaient partis en traînant les hérétiques et la deuxième sorcière, exécutant une personne qui avait tenté de les sauver.
Mais celle qui l’intéressait était maintenant saucissonnée sur un tas de bois, de paille et de foin. Solidement lié à un poteau, et comme il l’avait exigé, dans une posture terriblement humiliante. Alexander se trouvait face à elle, le casque retiré, les autres chevaliers encerclant le feu de joie encore éteint.
Finalement elle ouvrit les yeux, et le chevalier la fixait.


- Alors ça y est tu te réveil sorcière … Normalement j’aurais du te torturer pour confirmer tes pouvoirs malsains. Mais ici ce ne sera point fait, tu as trop exhibé tes pouvoirs malsains vile créature ! Mais aujourd’hui sera ton dernier jour sur ces terres, tu va disparaître, purifier par le feu vengeur de dieu !

Il s’écarta un instant pour revenir une torche à la main. Le moment qu’il désirait le plus arrivait enfin.

- D’ailleurs, tu es fort pratique pour nettoyer les traces des chevaux dans la boue tu sais.




♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'heure de l'inquisition (pv : Sibylle A. Ethellan) - Mar 18 Fév 2014 - 18:43


Aucune réaction, pas de parole insultante, aucune incantations, rien, sauf un immense silence sur cette place.
Impossible de dire combien de temps dura le silence, mais ce qui fut sur c’est que le public s’entassait de plus en plus autour, tout le monde voulait voire la sorcière brûler, c’était toujours un spectacle que de punir les êtres maléfiques. Mais l’identité, ou ce que faisait la personne solidement attachée sur ce tas de bois importait peu à Alexander, au fond de lui il ne voulait pas y réfléchir, il le faisait car c’était la mission qui lui avait été confiée, il n’avait pas ce terrible désir de faire brûler pour monter en grade, pas plus que la volonté que ce soit une mission divine, c’était simplement l’ordre que son supérieur lui avait donné.

On sentait bien l’impatience qui montait parmi les chevaliers de son groupe, le teutonique l’entendait, mais il voulait voir se regard suppliant que tant de victimes arboraient à l’approche de leur cuisson … Mais elle continuait à le défier. Soudain l’impatience trop grande éclata, les soldats se mirent à marteler en cœur leurs boucliers, les lances sur le sol, et de même pour leurs bottes d’acier. Ce qui ne manqua pas de faire sourire le bourreau qui s’approcha en lança la torche dans le foin tandis que la flamme grandissait de plus en plus.


- Meurt …

En quelques secondes d’immense flammes jaillirent en embrasèrent la pauvre victime qui se mit à hurler, à maudire le blond qui toujours aussi proche la fixait droit dans les yeux sans bouger. Tous avaient reculés à l’entente de ses propos maléfique, tous sauf un qui la défiait fièrement. Et le chevalier attendit patiemment que sa silhouette finisse par ne plus se débattre pour enfin se retourner et partir. Sauf que se retournant une étincelle alluma sa cape qui s’embrasa à son tour. C’était au tour d’Alexander d’hurler mais … Il se réveilla soudainement en sueur dans son lit. Il regarda partout autour de lui, rien, pourtant le visage de cette femme, il le connaissait très bien, il l’avait déjà vu, mais il ne savait trop quoi penser. Fallait-il qu’il y voit de la nostalgie de son passé ? Une volonté qui se montre dans son esprit ? Ou simplement une sorte de preuve qu’il regrettait ses anciens actes ? Non, rien de tout cela, ce n’était qu’un rêve, il ne fallait pas qu’il se tracasse pour cela, même si rêver de brûler une connaissance était bien une chose qu’il ne pensait pas possible. Il se leva et se donna un coup d’eau sur le visage en soupirant, fixant l’eau qui s’agitait, murmurant pour lui-même quelques mots.

- Tu réfléchis trop … Un jour cela te perdra …

Pour le moment il fallait oublié, ne plus s’en préoccuper et continuer à avancer … Ou, au moins faire de son mieux, ce serait déjà ça.




Invité
avatar
Invité
Re: L'heure de l'inquisition (pv : Sibylle A. Ethellan) - Mer 19 Fév 2014 - 0:00
Un rp fort sympathique avec un contexte franchement très cocasse. Sérieusement, la rencontre des deux époques représentées par vos deux personnages, c'étaient vraiment bien trouvé comme idée. Dommage que l'un des joueurs ai déserté avant la fin mais ça reste logique et bien terminé. Bravo donc.

Alexander : 415 xps + 300xps de bonus de quête

Xps attribués : Yep
Contenu sponsorisé
Re: L'heure de l'inquisition (pv : Sibylle A. Ethellan) -
L'heure de l'inquisition (pv : Sibylle A. Ethellan)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: Le Monde des Humains :: Hors de la ville :: Campagne-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page