Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Le courage, une chose a apprendre [EXAMEN]

Invité
avatar
Invité
Le courage, une chose a apprendre [EXAMEN] - Mar 3 Sep 2013 - 16:37
N’oublie pas, il nous faut le pendentif intact
 
Ce sera fait dans les plus brefs délais Supérieur Tensho. Terminé
 
C’est en pleine nuit que j’ai raccroché à Isanagi, voici ma première mission confié par le chef lui-même, ramener un pendentif rien de plus simple mais le risque ce sont les villageois, je vais donc devoir faire attention. Me méfier des ces humains car j’ignore leurs nombres et aussi leur armement, certainement les fourches et autres fusils de chasse, allez savoir ce qu’un humain peut inventer pour se défendre et tuer les indésirables.
Me voici en marche vers le village où se trouve le médaillon, c’est une fillette qui détient ce que Isanagi convoite et j’ignore à quoi va servir cet artefact : magie noire ou sort obscur ? Je n’en sais rien mais je pense que je le saurais plus tard d’une manière où d’une autre ? Je marche encore vers ce village, j’ignore où je me trouve de celui-ci mais je m’en approche j’en suis sûr. Alors que je marche, j’entends un bruit de pas suspect, je suis seul en forêt et il y a quelque chose qui approche mais je ne sais pas quoi. Je stoppe ma marche et j’attends ce visiteur.
 
Je suis aux aguets, prêt à bouger à tout moment et à affronter ce visiteur si il est hostile. Les nuages commencent à cacher la lune et le noir entoure le tout, je ne fait plus qu’un avec la nuit vu que mon costume est d’une noirceur comparable à la plus sombre des nuits. Les bruits de pas se font entendre à nouveau et il se rapproche, je ne bouge pas afin de surprendre mon adversaire qui semble m’avoir perdu de vue, je saisi lentement un poignard.
 
 
 
Avant de partir en voyage, j’étais parti acheté quelques armes car mes poings ne suffisent, je m’étais rendu dans une armurerie où le gérant est un contact de la guilde. Le magasin « Marcus la qualité au meilleur prix » est un vendeur d’exception, il connaît son métier comme personne et a accès à la quasi-totalité des marchés noirs pour les armes. Pour pouvoir marchander avec, il faut allez derrière la boutique et frapper 6 fois avec un intervalle de 30 secondes par frappe afin d’être sûr que c’est un Renégats. Je suis allé le voir, Marcus : un homme dont la mère est anglaise et son père russe. Un gentleman à l’accès et l’humour russe. Cheveux noir et un barbe brune avec un tonneau sur le ventre. Un homme qui s’y connaît en affaire. La preuve, lors de mon passage il a réussi à vendre son arme du jour (qui coûtait la bagatelle de 500 000 dollars) à un avare qui voulait la moins cher des armes. Il réussit à se fournir chez des indépendants avec chacun des noms bien étrange : Jacobs, Torgue, Maliwan, Tediore, Dahl, Hyperion et Altas. Des armes rares, puissantes, précises et chères. Mais je n’étais pas venu pour ces armes, je ne voulais que deux poignards et un AutomagV le tout pour un prix que j’ai envoyé à Jhoken, ce qui explique pourquoi il m’en veut.
 
Voilà qu’arrive mon visiteur : une goule armé de son hachoir mal entretenu mais qui peut causé des dégâts sur la chair. Il me cherche, il renifle pour me trouver mais je ne dégage aucune odeur, il tourne en rond pour me trouver, il ne me voit guère mais moi oui car je suis muni d’une vision thermique. J’ai mon poignard en main, je m’avance doucement vers lui. C’est là que la lune commence à réapparaitre mais la goule n’a guère eu le temps de me voir car ma lame lui a déjà traversé la gorge. Le sang rouge pourpre a commencé à coulé sur le sol et le sol s’est écrasé au sol. Mais un cri a résonné, deux autres goules sont arrivés, un archer et l’autre au corps. Le premier qui a foncé sur moi n’a guère duré aussi longtemps que le premier car mon poing lui a fracassé le crâne quand à l’autre qui commencé à bander son arc n’a pas eu le temps de tirer car un poignard s’était planté au milieu de son crâne. J’ai bien fait d’acheter des couteaux de jet de combat. Marcus n’a pas menti « Tu verras, ça plane comme un avion en papier et c’est tranchant comme un rasoir » m’a-t-il dit. Sa marchandise, ce n’est guère de la camelote.
 
Me voici en vue du village et le soleil commence à se lever, l’affrontement direct est une possibilité mais je préfère les prendre par surprise en pleine nuit. Le coq pousse son cri du matin et le village commence à s’activer : les hommes aux champs et les femmes à la cuisine et au ménage mais un détail me gêne : des avant-postes ? Visiblement, ils s’attendent à de la visite et pas accueillante, certains effectuent des rondes mais je ne vois aucune trace de cette fillette dénommée Terra.
 
Jusqu’à ce que j’entende quelqu’un crier « Terra vient nous aider ». C’est alors qu’une fille avec une capuche sort d’une maison et au lieu de vous expliquer, je vous donne une image prise d’elle.
 
Spoiler:
 
 
Et effectivement, elle porte l’artefact à son cou. A la voir, elle semble si joyeuse et je remarque que ce village est étrange : elfes, humains et nains se côtoient. Aucune dispute entre un nain et un elfe voilà un mythe qui s’effondre. Elle apprend aussi à se défendre aussi, c’est étrange, comme si il savait que l’objet que cette fille porte est convoité par la guilde. J’ai bien fait de ne pas foncer dans le tas comme l’idiot que j’étais avant. Je dois attendre la nuit pour attaquer.
 
Le soleil est couché et les habitants commencent à se coucher aussi, durant toute la journée j’ai pu admirer un mode de vie oublié de nos jours, ils vivent simplement sans besoin d’électricité et font tout à la main, le progrès a détruit un mode de vie simple et bon pour la santé, quelle tristesse mais je ne suis pas là pour ça. La nuit est là et je dois passer à l’action.
 
Je m’avance dans la nuit, comme une ombre en faisant attention à ne pas me faire repérer par les patrouilles et elles sont nombreuses ces patrouilles en plus et avec ma masse j’ai bien du mal à passer et je finis enfin par atteindre la maison de Terra, voilà que je passe par le toit et par une fenêtre pour rentrer dans la chambre de Terra. Elle dort paisiblement, la chaîne autour du cou, lentement mais surement je m’approche de l’objet, me voici à porté je tends ma main et... tout foire.
 
Elle se réveille d’un coup, me lance un poignard que j’esquive et la voici qui s’enfuit et qui commence à crier à l’aide, me voilà en train de penser : ça va être une longue nuit. Aucunement le temps de descendre qu’une patrouille arrive déjà, armé de hache, de fourche ils foncent sur moi. J’arrive à m’en débarrasser mais des flèches passe par la fenêtre qui manque de toucher, je n’étais plus dans un village mais dans un camp d’entrainement. 5 personnes sont déjà mortes et j’ai perdu la fille de vue et le village est sur moi. J’ai mis plus d’une vingtaine de minute à me débarrasser des patrouilles. Maintenant : 20 personnes sont mortes et les autres patrouilles ont battue en retraite. Je venais d’échouer, j’avais perdu la fille de vue.
 
Quand l’aube à commencé à se montrer, quelqu’un était à l’autre bout du village, c’était Terra, elle m’attendait, elle était en face de moi, l’artefact autour du cou, elle le saisit et le lança vers moi, il a atterrit à 5 mètres de moi, c’était forcément un piège.
 
Voilà ce que vous chercher, partez maintenant m’a elle dit, même si elle le cache, sa voix montre qu’elle est blessé, les personnes qu’elles côtoyait, qui lui parlait encore hier ne pourront plus lui adresser la parole, plus jamais. J’ai donc saisi l’artefact et je suis partit. Je n’aurais jamais cru ça d’une fille de son âge, se montrer devant le tueur d’une partie de son village et de lui donner ce qu’il était venu chercher. Le courage, qu’est ce donc ?
Le courage, c’est la force d’affronter ses pires cauchemars, ses pires craintes pour sauver ceux qu’on aime et qu’importe le prix à payer pour y arriver. Voilà donc ce qu’est le courage, voilà ce qui a décimé mon armée, la simple envie de sauver les autres ? Ca qui a détruit une armée qui a ravagé le monde ? Je refusais d’y croire au début mais j’ai dû me faire une raison. J’ai saisi le talkie qu’on m’avait donné une fois loin de ce village
 

Voilà, j’ai l’artefact intact
♦ Rose ou chou ? : Fumée
♠ Petits messages : 2152

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expériences :
10000/10000  (10000/10000)
Votre domaine: La Création
avatar
Âme Errante
Voir le profil de l'utilisateur http://www.deus-academia.com/
Re: Le courage, une chose a apprendre [EXAMEN] - Mer 4 Sep 2013 - 14:39
Bien, c'était sympa de lire ta quête. Un peu du rapide quand même mais ce n'est gênant. Quelques phrases bizarres et une inspiration des armes venues de Borderlands xD. Enfin, voilà, tu as réussis ton exam ;)

Ps : Je rappelle que toute armes avec particularités ne peuvent pas être prises par le rp seulement, il faut passer par les boutiques.
Le courage, une chose a apprendre [EXAMEN]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: Le Monde des Humains :: Hors de la ville :: Campagne-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page