Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Rencontre au milieu du parc [PV: Abygaïl Lullaby]

Invité
avatar
Invité
Rencontre au milieu du parc [PV: Abygaïl Lullaby] - Lun 2 Sep 2013 - 23:35

Rencontre au milieu du parc
• Un lieu légèrement dépeuplé •

Il était très tard, voir très tôt, une heure à laquelle plus personne ne pense à fourrer son nez à l'extérieur. Une heure où n'importe quelle personne saine d'esprit songerait à rester cachée bien au fond de ses couettes, une heure où l'air se montre glacial. Les ombres elles-mêmes se montraient, profitant de l'absence de quiconque pour se promener sous le regard de l'astre, la lune. Au milieu de tout cela se tenait Mavon, qui restait silencieux, songeur, marchant d'un pas lent sur les pavés. Il ne connaissait rien des règles en vigueur dans l'académie, mais au fond, qu'était cette académie ? La Deus Académie lui avait dis ce fameux Kneas Vratt, professeur en ce lieu. Cigarette allumée dans le coin du bec, celui qui avait appris qu'il n'était rien d'autre qu'un repenti, tout comme il l'avait imaginé dans ses divagation, perdu dans les abysses de la réflexion, il tirait sur ce tube, toujours aussi nocif pour sa santé physique. Expirant cette fumée ravageuse, il regardait les étoiles, songeant à tout ce que cet homme, rencontré plus tôt dans la soirée lui avait raconté. Professeur, élèves, repentis, divinités, domaine, académie. Toutes ces choses auxquelles il allait devoir s'habituer afin de passer une vie plus ou moins paisible en ces lieux. Désormais conscient d'avoir retrouvé son corps de jeunesse, l'ancien camarade d'Hitler ne savait trop quoi penser vraiment, trop d'informations toutes plus surprenantes les unes que les autres, invraisemblables, voir mêmes folles. La fumée de sa cigarette s'élevant un peu plus haut vers le ciel, le nouveau repenti, surveillant de fonction sentait une légère brise lui caresser la peau, frais, l'air se montrait légèrement piquant alors qu'il tournait la tête dans la direction de ce dernier. A quelques mètres de lui se trouvait un parc qui semblait désert, c'était le lieu qu'il avait décidé de rejoindre afin de s'y poser, réfléchir et peut-être d'ici l'aurore enfin décider de comment approcher sa nouvelle situation, sa nouvelle vie.

Alors qu'il entrait dans ce fameux parc, il soupirait, retirant le mégot qui lui restait dans le coin de la bouche, l'écrasant sous son pied et le laissant là, trainant sur le sol, avant de reprendre sa progression. Ressentant le vent continuer de lui décoiffer la tête et lui pincer le visage, il regardait d'un air désintéressé les arbres qui l'entouraient, ces derniers portaient des abricots qui semblaient bien appétissants. Le stress causé par son arrivée et le remue ménage causé dans sa tête par sa précédente discussion, le jeune homme n'avait cependant pas la tête à manger et passait outre la dégustation de ces fruits qui ne pouvaient sans doute n'être que succulents. Il regardait autour de lui, cherchant une autre âme en peine à trouver le sommeil avec qui il pourrait converser en cette heure lugubre mais ne voyait personne, abandonné à lui-même en ce lieu désert. Il s'arrêta après quelques pas supplémentaires, déposant son regard sur un banc qui avait retenu son attention, banc de bois sur lequel il décida finalement de s'asseoir afin d'attendre que le temps ne passe. Assit, les coudes posés sur l'arrière du banc, il regardait le ciel avant de fermer les yeux et plonger une nouvelle fois dans un instant de réflexion comme tant d'autres dans toute sa foutue vie d'humain.
Invité
avatar
Invité
Re: Rencontre au milieu du parc [PV: Abygaïl Lullaby] - Mar 3 Sep 2013 - 10:19
La nuit était tombée depuis un moment déjà mais la jeune fille ne dormait toujours pas. Ou plutôt si, elle avait dormi mais cette nuit, allait savoir pourquoi, elle s'était réveillée et rien ne lui permettait de retrouver le sommeil. Alors, en silence, elle s'était levée et habillée afin de sortir prendre l'air, Kirara sur les talons. Tourner en rond dans sa chambre ne servirait à rien, autant aller se fatiguer un bon coup, elle reviendrait plus à même à trouver le soleil une fois cette formalité réglée. Du coup, elle avait récupérée ses armes, son sac et elle était sortie, aussi silencieuse qu'une ombre, se promenant au travers de l'Académie. Évidemment, elle était seule à cette heure et cela ne la dérangeait pas. Après tout, le calme serein de la nuit est propice à l'apaisement, les animaux nocturnes suivant leur traditionnel ballet sans se soucier de sa présence.

Au départ, elle avait pris la direction du portail, pour se rendre vers les jardins entortillés mais au final, elle se contenta de déambuler au milieu de l'Académie, sans but précis. Une sorte de tour de garde improvisé finalement, voilà ce qu'elle fit. Tout était calme, pas de mauvaise surprises, ce qui était appréciable et un lent frais et léger, piquant, qui portait avec lui les effluves des fleurs de nuit. Des bribes de souvenirs qui revinrent avec tout ça tandis que ses pas la menaient doucement vers le parc aux abricots. Kirara s'amusait à gambader en tous sens, tirant un sourire doux à sa maitresse tandis qu'ensemble, elles avançaient en direction du parc. Après toutes les épreuves qu'elles avaient dû traverser, ce genre de petits moment étaient plus qu'agréables et elles savaient toutes deux les apprécier à leur juste valeur. On a beau ne 'mourir' qu'une fois, certaine expériences sont parfois bien pires que la mort en elle-même.

La nekomata en tête, hors d vue de la jeune fille mais toujours en contact avec elle grâce au lien unique qui les unissait, l'indienne s'amusait à changer de regard, utilisant tantôt le sien, tantôt celui de son amie à fourrure, ressentant les mêmes sensations que son amie tout en restant à sa place d'humaine. C’était déroutant au départ mais maintenant, ce n'était plus qu'une formalité pour elle. Elle resta cependant surprise lorsque le regard de Kirara capta une présence. Pas celle d'un animal non, celle d'un être humain, assis sur un banc. Il était exactement sur le chemin de la jeune indienne du coup, elle se contenta de rappeler Kirara auprès d'elle avant de venir à la rencontre de l'homme. De ce qu'elle voyait de lui en s'approchant, il semblait plus âgé qu'elle. Professeur peut-être, ou repentis qui sait. En tout cas, il devait être nouveau, elle ne se souvenait pas l'avoir déjà vu.

Elle ne dissimula pas son approche, avançant à pas réguliers et tranquille. L'homme avait le regard au départ complètement perdu dans les étoiles et elle ne sut pas trop s'il se rendait compte de sa présence. En tout cas, lorsqu'elle arriva à quelques mètres de lui, elle s'arrêta, Kirara restant à côté d'elle dans une attitude parfaitement neutre bien que l'animal soit prêt à réagir au quart de tour tandis que sa maitresse prenait la parole, troublant le silence de la nuit par la même occasion pour la première fois depuis qu'elle était sortie de sa chambre.


"- Bonsoir. Je vous prie de bien vouloir m'excuser mais je suppose que vous êtes arrivés récemment, n'est-ce pas? Sinon, vous sauriez qu'il vaut mieux éviter de se promener seul de nuit dans les environs."

Elle aurait volontiers rajouté le fait qu'être sans armes ici pouvait se révéler dangereux mais bon, le but de la manœuvre n'était pas de lui faire peur. Et tant qu'il restait dans l'enceinte de la Deus, théoriquement, il ne devrait rien lui arriver alors autant passer sur ce détail. Il aurait tout le temps d le découvrir plus tard et par lui-même. Elle l'observa en silence, tâchant de s'imaginer qui il aurait pu être de son vivant et quand ou comment il était mort. Finalement, c'était leur seul vrai point commun à tous en arrivant ici. Ils avaient terminés leurs vies terrestres, d'une façon ou d'une autre. Elle resta debout à quelques mètres devant lui, attendant une réponse ou une réaction de sa part. Serait-il du genre à lui renvoyer ses paroles, appuyant sur le fait qu'elle-même était dehors de nuit ou se contenterait-il de lui? A moins qu'il ne dise rien ou qu'il ait une réaction parfaitement surprise. Elle ne le saurait que lorsqu'il se déciderait à parler à son tour.
Invité
avatar
Invité
Re: Rencontre au milieu du parc [PV: Abygaïl Lullaby] - Ven 6 Sep 2013 - 17:05

Rencontre au milieu du parc
• Demoiselle nocturne •

Il restait assit, fixant le ciel, les étoiles, qui depuis leur nid spatial, surplombait sa place. Il soupirait, gardant sa position sans même se dire qu'il serait peut être temps de partir de là, mais il n'était guère las de cette solitude qui en cette heure tardive venait le toucher. Ce lieu avait quelque chose d'attirant, comme si l'ambiance qui régnait ici le poussait à rester afin de briser l'absence humaine qui frappait le lieu. Comme tenu fixé sur ce banc, il ne bronchait pas et, bien qu'il était là depuis un moment déjà il fallait l'avouer, il ne sentait pas le besoin de partir. Depuis combien de temps était-il présent en cet endroit ? Sans étonner personne, il avait perdu le fil du temps et n'était pas en mesure de le dire, il continuait à fixer le ciel avant de porter son regard sur l'un des arbres tout proche de lui. Il le contemplait, observant les fruits qui poussaient sur ce dernier, de beaux abricots, fruits qu'il appréciait tout particulièrement de son vivant, mais aurait-il le même goût une fois passé du côté de la mort ? Pour finir, il se sentait bien ici en cette heure dépeuplée, ces endroits frais et non visités étaient des zones qu'il aimait bien plus que les villes bondées ou les places où la foule était agglutinée. C'était une façon étrange de voir les choses pour une homme tel que lui qui n'avait toujours connu que ces mêmes villes et ces mêmes foules dans toute sa vie qui n'avait été que guerre. En parlant de guerre, il y avait une chose qui l'intriguait fortement depuis son arrivée ici, c'était l'âge auquel il s'était éveillé. Lui qui avait été exécuté à l'âge de 50 ans, pourquoi l'avoir fait revenir à l'aube de ses 26 années de terrien ? Décédé en l'an 1948, il retrouvait sa jeunesse de l'an 1924, quelle en était la raison ? Il n'était pas encore apte à le savoir. Etait-ce en lien avec le commencement de ses pêchers ? Etrange quand on sait qu'il avait déjà des idéaux décalés à cette époque là, mais il ne perdait pas espoir, ce n'était que son premier jour ici, il saurait sans doute plus tard les raisons de cette seconde jeunesse.

Alors qu'il refermait les yeux lentement, il entendait s'approcher de lui une personne dont il ne savait rien, après tout, il ne savait rien de personne ici. Il ne tournait pas la tête, ne s'intéressant tout d'abord pas à cet individu qui venait à sa rencontre. Mais alors qu'il restait silencieux, sans même prêter attention à cette demoiselle qui était postée à quelques mètres de lui, cette dernière décida de rompre ce silence nocturne d'une voix qui il fallait l'avouer, avait tout pour être des plus agréables.

- Bonsoir. Je vous prie de bien vouloir m'excuser mais je suppose que vous êtes arrivés récemment, n'est-ce pas? Sinon, vous sauriez qu'il vaut mieux éviter de se promener seul de nuit dans les environs.

Et bien et bien, ça commençait bien, c'était le moins que l'on puisse dire, premières paroles, c'était déjà pour le mettre en garde du danger de roder par ici la nuit. Pour quelqu'un qui avait déjà baigné une fois dans son propre sang et plusieurs fois dans le sang de bien d'autres, camarades, alliés, ennemis, ce n'était pas un peu de danger qui allait le faire frémir de peur, mais après tout, c'était bien gentil quand même de le tenir au courant de ce petit détail qui pouvait avoir son importance. Détail qui pouvait d'ailleurs lui être retourné, car après tout, il pourrait très bien être une personne dangereuse, mal intentionnée, qui pourrait la mettre en danger. Sans ajouter un mot, il sortait son paquet de cigarette de sa veste qu'il enfila à nouveau d'ailleurs, légèrement intimidé par le froid qui prenait de plus en plus de place. Plaçant ce tube nocif dans le creux de sa bouche, l'allumant, il inspirait et expirait une fois, avant de ce relever et se tourner vers la jeune femme en arborant un visage pour le moins hostile. Ce visage n'était bien sûr qu'une manière de rigoler pour lui, mais elle ne le savait pas encore la pauvre. D'un ton plutôt calme, cigarette toujours en bouche, il s'adressait à elle.

- Et si j'était l'un de ces psychopathes qui rodent la nuit pour violer de jeunes élèves ? N'y as-tu pas pensé avant de t'adresser aussi gentiment à moi ?

Finissant par pouffer légèrement de rire, cette dernière tentative d'intimidation serait probablement le pire échec de toute sa vie, mais il aurait au moins essayé de faire un peu d'humour avec une pure inconnue qui comme lui, perdue dans l'impossibilité de dormir, s'était aventurée en extérieur. Reprenant un visage tout à fait calme, neutre et presque amical, il reprenait la parole en s'avançant de deux pas et en tendant la main vers la demoiselle.

- Je me nomme Mavon Frich, je suis arrivé aujourd'hui et, hormis ce qu'un certain Kneas, professeur ici m'a raconté, je ne sais que très peu de choses. Enchanté de faire votre connaissance.

Il ne restait plus qu'à espérer que sa petite blague n'avait pas effrayée la jeune femme et que cette dernière ne s'attaquerait pas à lui juste pour ça. Après tout, il n'était pas des plus doués pour les relations humaines.
Invité
avatar
Invité
Re: Rencontre au milieu du parc [PV: Abygaïl Lullaby] - Dim 8 Sep 2013 - 14:40
La jeune fille attendit simplement en silence après avoir parlé de voir quelle genre de réaction serait celle de l'homme se tenant face à elle. Droite et tranquille, sereine même, Kirara à ses côtés, elle ressentait toutes les présences invisibles des animaux nocturnes alentours. Ici, dans un sens, elle se sentait à l'abri, protégée. L'homme commença par remettre sa veste, pour se protéger du froid légèrement mordant de la nuit, avant de sortir une cigarette de son paquet et de l'amener à sa bouche avant de l'allumer. L'extrémité rougeoyante devenait comme une nouvelle lumière dans les ténèbres de la nuit avant que l'homme ne se décide à bouger réellement, se relevant avant de se tourner vers elle avec une expression pour le moins hostile.

- Et si j'était l'un de ces psychopathes qui rodent la nuit pour violer de jeunes élèves ? N'y as-tu pas pensé avant de t'adresser aussi gentiment à moi ?

Si elle n'avait visiblement eut aucune réaction, C'était loin d'être le cas en réalité. Ses couteaux étaient tous dispersés, prêt à se lover dans le creux de sa main au besoin et Kirara avait déjà pris sa forme d'attaque, grognant en dévoilant des crocs qui ferait réfléchir même les pires psychopathes. Cependant, l'homme se contenta de rire et de laisser retomber cette façade qu'il s'était donné l'espace de quelques secondes. Elle n'en resta pas moins sur la défensive mais passa son bras doucement sur le coup de sa nekomata, pour lui demander de ne rien faire. Cette dernière gardait cependant un œil sur l'homme face à elles, clairement méfiante.

"- Eh bien, je vous aurais mis hors d'état de nuire avant que vous n'ayez pu mener vos forfaits à bien. Après tout, qu'est-ce qui vous dit que je ne suis pas moi-même une de ces psychopathes venue simplement chercher de quoi satisfaire mon appétit de violence?"

Elle était restée très neutre dans sa réponse, lui laissant tout le loisir de se poser aussi sérieusement la question qu'elle l'avait fait pour lui. Il ne savait rien d'elle, qu'est-ce qu'il lui assurait qu'il allait finir la nuit en vie? Rien après tout. Alors s'il voulait jouer sur ce tableau-là, elle pouvait le suivre sans le moindre souci. L'avantage de ne pas être très expressive était que cela laissait toujours planer un doute, au moins le temps de connaitre un minimum son interlocuteur.

Cependant, l'homme quitta son visage inquiétant pour revenir à une expression plus neutre et même amicale avant de venir faire quelques pas dans sa direction en lui tendant la main. Visiblement, elle non plus ne lui avait pas fait assez peur pour qu'il se sente sérieusement en danger. Tant mieux, cela n'avait pas non plus été son but principal.

- Je me nomme Mavon Frich, je suis arrivé aujourd'hui et, hormis ce qu'un certain Kneas, professeur ici m'a raconté, je ne sais que très peu de choses. Enchanté de faire votre connaissance.

La jeune fille commença par échanger un regard avec son familier, pour s'assurer que cette dernière ne tenterait rien, avant de tendre sa main et de saisir celle de son interlocuteur pour la serrer. Donc, elle ne s'était pas trompée, il était bien nouveau. Bon, à première vue, il avait un sens de l'humour plutôt particulier mais bon, ce n'était qu'une première impression. Autant ne pas rester là-dessus.

"- Ravie de faire vous rencontrer également. Je m'appelle Abygaïl Lullaby et cela fait déjà plus de 6 mois que je suis arrivée ici. Alors si vous avez des questions, n'hésitez pas. Nous sommes tous passés par la mort et notre arrivée ici, alors on sait ce que c'est."

Elle prit le temps de l'observer d'un peu plus près maintenant qu'il était debout. Se tenue semblait relativement contemporaines bien que décalée de ce qu'elle avait vue en descendant sur terre. Il devait donc être mort entre son époque à elle et celle d'aujourd'hui. Quand, par contre, elle serait incapable de le dire avec précision. Kirara semblait s'être parfaitement calmée, son instinct animal ne ressentant aucune agressivité de la part de l'homme leur faisant face mais resta malgré sous sa forme la plus imposante, autant pour être plus proche de sa maitresse que par précaution. Après tout, le sens de l'humour des animaux est extrêmement restreint lui.

"- Puis-je vous demander à quand remonte votre mort sur Terre? Je n'ai jamais vu de telles tenues encore et j'avoue que je suis plutôt curieuse."

Elle avait déjà remarqué que parler de la façon dont les gens étaient morts pouvaient mettre mal à l'aise les gens. Mais la période en elle-même ne renvoyait à rien de personnel. Du coup c'était un sujet bien plus facile à aborder en lui-même.
Invité
avatar
Invité
Re: Rencontre au milieu du parc [PV: Abygaïl Lullaby] - Mar 10 Sep 2013 - 16:39

Rencontre au milieu du parc
• Demoiselle nocturne •

Alors qu'il venait à peine de terminer sa première blague depuis son arrivée en ces lieux, sa main fût saisie en retour par celle de la jeune demoiselle qui semblait finalement accepter ses salutations. A son tour, elle se présenta, répondant au joli prénom d'Abygaïl, rien à avoir avec les prénoms locaux de Munich, c'était un fait certain, elle ne serait donc probablement pas Allemande comme lui l'avait été lors de son vivant. Présente ici depuis déjà plusieurs mois, elle serait probablement une personne bien utile afin de lui donner les informations qu'il lui manquait de la part de ce cher Kneas qui à cette heure tardive devait déjà dormir depuis un moment. Son sourire toujours aux lèvres, il lâcha enfin la main de la demoiselle avant de poser son regard sur l'animal ou plutôt la bête qui l'accompagnait, enfin non pas une bête, ça ressemblait plus à un monstre à vrai dire, du moins sous cette forme là. Lui qui aurait bien déposé une caresse sur la tête de la bestiole allait se retenir pour le coup, ne semblant pas avoir apprécié sa petite farce faite à sa maitresse. Alors qu'il reportait son regard sur la jeune femme, cette dernière prit soin de lui poser une question supplémentaire à laquelle il répondrait très certainement.

- Puis-je vous demander à quand remonte votre mort sur Terre? Je n'ai jamais vu de telles tenues encore et j'avoue que je suis plutôt curieuse.

Reculant tout d'abord d'un pas suite à cette question, Mavon changea d'expression de visage, passant d'une personne plutôt amicale à un individu des plus neutres et des plus songeurs. Qu'allait-il bien pouvoir faire ? Parler de sa mort et des raisons de cette dernière ? Eviter le sujet ? Mentir tout simplement ? Après tout, cette demoiselle pourrait très bien le fuir comme la peste s'il répondait la vérité ou du moins si elle souhaitait en savoir plus, après tout, les nazis ne sont pas connus pour être les grands amis de l'humanité bien que leurs méfaits remontent à plus d'un demi siècle désormais. Restant silencieux quelques instants, il avala la salive qui lui remplissait la bouche et expira longuement avant de répondre d'une voix plutôt décontractée, il allait choisir de dire la vérité sans être trop précis dans ses dires.

- Pour moi, ma mort remonte à hier pour tout avouer, mais l'année de mon décès se trouve être 1948. Pour ce qui est de ma tenue, c'était l'uniforme que je portais en tant que gradé militaire. J'avoue que mon uniforme est légèrement décalé de celui des autres, mais c'est tout simplement parce que j'aime être différenciable facilement, que ce soit par mes alliés ou mes ennemis.

Soulagé d'avoir répondu en disant la vérité sans pour autant avoir à cracher les détails sur sa vie antérieur, il laissa apparaitre un nouveau sourire, plus léger cette fois sur son visage pourtant plus proche de la neutralité que de la sympathie. A dire vrai, il ne savait toujours pas s'il rêvait, dernière bribes de sa conscience avant de rendre son dernier souffle ou s'il se trouvait être dans la réalité, celle d'un autre monde. Il ignorait l'année dans laquelle il se trouvait et ne comprenait toujours pas pourquoi sa jeunesse lui avait été redonnée, mais puisqu'il aurait le temps de comprendre pourquoi plus tard, il allait penser à autre chose pour le moment et continuer cette discussion avec la demoiselle.

- Puisque nous parlons de notre mort, à quand remonte la votre ? Sauriez-vous d'ailleurs me dire en quelle année nous sommes ? Car j'ai beau accepter le fait d'être ici, rien ne m'est reconnaissable de mon époque.

Il est vrai qu'il ne savait pas en quelle année il se trouvait désormais, il pourrait bien avoir été ramené dans le passé ou au beau milieu du XXIIIème siècle, qu'il ne le saurait pas sans demander.
Invité
avatar
Invité
Re: Rencontre au milieu du parc [PV: Abygaïl Lullaby] - Mer 11 Sep 2013 - 10:01
Un léger mouvement de recul suivi d'un temps de silence après sa question. C'était compréhensible en soi. Après tout, elle se trouvait secondée par un animal à la taille et surtout aux crocs impressionnants et sa question n'était pas forcément la plus simple. Avait-il seulement accepté le fait qu'il était bel et bien mort? Elle n'en savait rien au final alors elle attendit patiemment, sans bouger, une main venant passer dans le pelage de Kirara qui se mit à ronronner tel le plus docile des chats domestiques sans quitter sa forme d'attaque. C'était assez drôle en soi, du moins du point de vue de la jeune indienne.

- Pour moi, ma mort remonte à hier pour tout avouer, mais l'année de mon décès se trouve être 1948. Pour ce qui est de ma tenue, c'était l'uniforme que je portais en tant que gradé militaire. J'avoue que mon uniforme est légèrement décalé de celui des autres, mais c'est tout simplement parce que j'aime être différenciable facilement, que ce soit par mes alliés ou mes ennemis.

1948. Il était donc plus 'jeune' chronologiquement parlant qu'elle. Par contre, il semblait être plus âgé en termes d'âge physique. Une tenue militaire, il avait donc été un homme d'action, sans aucun doute. Un gradé, donc habitué à donner des autres. Cela devait lui faire d'autant plus étrange d'être arrivé ici dans ce cas car il n'aurait plus le pouvoir dont il avait joui de son vivant. Un nouveau sourire léger vint apparaitre sur le visage de l'homme, comme s'il était un peu plus serein à présent.

Finalement, sa mort ne semblait pas tant le traumatiser que ça. Soit il avait un moral plus solide que l'acier soit il ne regrettait pas tant que ça sa mort. A moins qu'elle n'ait été naturelle. Après tout, il aurait pu être malade de son vivant. Enfin, trêve de spéculation. Maintenant qu'elle avait eu sa réponse, elle se doutait que lui devait aussi avoir des questions. C'était toujours la même chose, pour tous les nouveaux arrivants. Alors elle écouta ses questions tranquillement.

- Puisque nous parlons de notre mort, à quand remonte la votre ? Sauriez-vous d'ailleurs me dire en quelle année nous sommes ? Car j'ai beau accepter le fait d'être ici, rien ne m'est reconnaissable de mon époque.

"- Je vais commencer par répondre à votre deuxième question. Cela vous sera bien plus utile. Nous sommes actuellement en l'an 2013. Cela fait donc environ 70 ans que vous êtes mort si je ne me trompe pas.
Ensuite, il n'y a donc rien d'étonnant à ce que rien ne vous rappelle votre époque. La Deus Academia est un lieu hors de tout temps, elle est à la fois partout et nulle part et de ce fait, elle ne ressemble à aucune époque précise, ayant prise un peu de tout. Vous vous y ferez vite, ce n'est qu'une question d'habitude."


Voilà, c'était la partie de la réponse la plus simple mais surtout celle qui lui serait le plus pratique. Maintenant, elle allait devoir parler d'elle. Et en y repensant, elle réalisait que c'était un sujet qu'elle évitait en règle générale. Pas par honte ni par peur, même pas par refus de voir la réalité en face, simplement parce qu'elle ne trouvait pas cela intéressant. Et puis, en tant que Membre du Conseil, son devoir était de protéger les autres, pas de s'occuper d'elle. Alors elle s'oubliait, littéralement. Se faire rappeler ainsi qu'elle avait existence propre lui faisait presque bizarre sur le coup.

"- Pour ce qui est de moi, j'ai quitté la terre de mes ancêtres aux environs de l'an 1800, sur un continent baptisé 'Nouveau Monde' par les colons blancs de l'époque et que vous appelez aujourd'hui les États-Unis d'Amérique.
Je me suis réveillée ici, réincarnée en tant qu'apprentie-déesse des animaux."


Voilà, elle avait répondu sans s'étaler davantage. De toute façon, son passé n'avait aucun intérêt, si? Au pire, s'il voulait en savoir plus, il n'aurait qu'à demander, pas la peine de le noyer d'informations sans véritable intérêt pour lui. Son histoire n'avait rien de spéciale en elle-même, elle n'avait été qu'une de ces multiples "peaux-rouges" dont parlent les livres d'histoires actuel. Dénomination on ne peut plus erronée mais bon, elle n'y pouvait rien. Revenant au nouveau venu devant elle, elle reprit la parole d'une voix posée et calme, très claire.

"- Je doute que vous soyez comme moi un simple élève. Êtes-vous destiné à devenir un de nos professeurs? Et serait-il indiscret de vous demander quel Domaine Divin Deus vous a t'il accordé?"
Invité
avatar
Invité
Re: Rencontre au milieu du parc [PV: Abygaïl Lullaby] - Dim 10 Nov 2013 - 14:16

C'est triste y'a pas de suite TwT
Aby' est bien curieuse dans ce rp avec ses questions ! Pour une fois qu'elle s'intéresse à quelqu'un /sepend/
Bref, jolie début -surtout que j'aime bien le style d'écriture de Mavon- mais je reste sur ma faim.

Mavon : 235 xps
Aby' : 240 xps

Xps attribués : Yep
Rencontre au milieu du parc [PV: Abygaïl Lullaby]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Trop de questions [Pv Abygaïl Lullaby]
» Un parc dédié à six héros Haitiens à Montréal.
» Nouveau parc industriel dans l'aire de l'Aéroport
» Début de soirée en milieu hostile ...
» LULLABY :b muaaaaaaaaaah !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge :: Parc aux abricots-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page