Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

L'espoir fait vivre, mais il ressuscite aussi.

Invité
avatar
Invité
L'espoir fait vivre, mais il ressuscite aussi. - Mer 21 Aoû 2013 - 23:45
L'espoir fait vivre, mais il ressuscite aussi.
« Avec Nathael Noctombre et Akumu Shin»

Je croyais avoir mal. Il y a une seconde, j’avais la sensation d’avoir eu une douleur profonde sur tout mon être, pourtant, j’étais seulement paralysée. Le néant avait envahi mon cerveau et je ne sentais aucun pouls dans mon corps, de mon cœur. Est-ce cela la mort ? La perte de toute énergie, tel un corps qui aurait perdu tous ses nerfs. Tout était obscur, mon esprit paraissait flotter dans les airs. Cependant, j’étais incapable de savoir comment.  Je ne voyais rien. Je ne sentais. Je n’arrivais plus à réfléchir, mes souvenirs refusaient de fonctionner. C’était ma fin.
 
Au moins j’aurais sauvé leur vie…… Mais quelle vie ? De qui je parlais à l'instant ?
 
A cette pensée, un semblant de brise m’a caressé la joue. Je commençais à avoir froid, c’était revigorant, alors j’ai machinalement mis ma main sur l’endroit qui devait être glacé. La peau de mes tempes était chaude. Des pulsions se faisaient sentir sur tout le corps et d’un sursaut, je me suis levée, j’étais assise.
 
Mes yeux écarquillés, ma vue était brouillée, comme si l’on regardait à travers une vitre embuée. Mes mains touchaient une chose dure, comme du marbre ou du béton. La chaleur a parcouru sur chaque cellule de mon corps, commençant par ma peau avant d’atteindre chaque organe et de finir sur mon cœur. Les vertiges m’ont envahie, accompagnés de nausées dans la poitrine. Je commençais à percevoir un début de silhouette, qui avait plus l’air d’une ombre. Haletante comme si j’avais couru un marathon, j’arrivais pourtant à sentir chaque respiration. La vie entrait et sortait au rythme de mes poumons, qui me lacéraient. C’était dur au début, mais il s’est adouci, comme l’image que mes yeux captaient.
 
Une jeune femme s’approchait. Je n’entendais presque rien mais j’ai perçu le soufflement du vent qui m’était à peine audible. Il me restait encore un peu de ces vertiges, j’espère que cela passera.
Je me suis levée et je regardais de plus près la jeune femme. De longs cheveux rouges encadraient son visage. Cette couleur flamboyante me perçait les yeux.
 
Elle m’a tendu une feuille et me souhaita la bienvenue dans la Deus Académia….. Je lui souris et lorsqu’elle a disparu comme par enchantement, je me rendais compte d’une chose. C’était quoi la Deus Acadéquoi ?
 
J’ai senti un frisson me parcourir le corps. Et si c’était le nom officiel que l’on donnait au paradis. A ce moment, je me suis rendu compte d’une chose, je me souviens des circonstances de ma mort. J’en déglutis et marchais vers d’immenses portes entrouvertes.
 
La feuille dans une main, chaque pas semblait être un défi. J’avais mal au cœur, les émotions étaient chamboulées dans mon crane. Le soleil s’était couché sur l’horizon, il avait des airs de pamplemousse avec la vue encore brouillée.
 
Devant l’immensité de la demeure, même le palais de Buckingham pourrait rougir en la voyant. Mon vertige reprit de plus belle et, mes mains sur le front, je me mets à marcher. Mais j’étais plus en train d’errer. Un pied après l’autre, je crois avoir tourné à droite, puis m’être diriger à gauche, ou bien était-ce le contraire ? J’étais perdue même dans l’autre monde, pourquoi la situation changerait ?
 
M’arrêtant un instant, je soupire un moment avant de voir une grande horloge plantées devant une place. La nostalgie me hantait, elle me faisait penser à la Tour Elizabeth du Palais du Westminster, le son de la cloche du Big Ben qui me berçait à chaque anniversaire. Scrutant l’horizon, j’ai vu une ombre marcher près de la place. C’était inespéré, je ne pouvais que remercier le ciel, si je n’y suis pas encore, de m’avoir pourvu d’une once de chance après ma mort. Il fallait avouer que je n’en ai pas eu beaucoup, de chances.


« Pardonnez-moi, mais pourriez-vous m’aider ? Hum… Je suis perdue….. »
 
Invité
avatar
Invité
Re: L'espoir fait vivre, mais il ressuscite aussi. - Ven 23 Aoû 2013 - 16:26
Ces derniers jours avaient été différents. J'avais beaucoup réfléchis. Je savais désormais comment faire. J'allais quitter la Deus Academie pour de bon. Aucun retour ne paraissait possible, et même si tout mon être réclamait liberté une vengeance, une pointe de manque me perçait les entrailles. J'étais en sûreté ici. C'était devenu ma maison, et même si j'avais du mal de l'admettre, je m'étais attachée aux lieux. Il est vrai que personne ici n'avait de place dans mon coeur. Je n'avais pas vraiment d'amis, je dirais même que je n'étais pas appréciée ici, mais en déambulant dans l'espace de l'académie, je me voyais un peu partout. Ici allongée, là en train de ronchonner, derrière cet arbre à me morfondre. Il m'étais impossible de savoir si en dehors des portails du domaine, un quelque part de solitude et de réflexion m'y attendais. J'allais devenir une criminelle, bien que ce n'était pas le centre même de mon plan. Il fallait d'abord que je me venge, que le tueur sois tué. Mes deux vie avaient manqué de justice jusqu'ici, c'est pourquoi je ferais régner mon ordre. Il m'avait changé. En fait, ils m'avaient tous changé, de bas en haut, jusqu'à l'intérieur de moi même. De fille douce et pleine d'espoir, j'étais devenue une femme consciente de ses attributs et apte à l'art de la manipulation, de la torture, du propre-intérêt et du meurtre. Tout incendie débute par une étincelle, et j'étais prête à oublier jusqu'à mes origines pour devenir celle-ci. Je ne me pense pas indestructible, non. Une fois que j'aurais pris ma place dans le monde des mortels, je serais détestée ici. Je serais sans doute même désignée comme étant une ennemie, mais ce n'était pas suffisant. L'appel était trop fort. Celui de la Guilde Noire ...

Mes pas allaient d'eux-même jusqu'à la place. Je fis une halte devant le temple. C'était là que tout avait commencé. C'était ici que j'étais devenue plus forte, il y a peu encore. Mais aucune attache de me retint. Devant moi, l'imposante horloge se présentait. J'en verrais d'autre, mais sans doute nul semblable. Je serrai les nœuds de mon corset et ajusta ma mini-jupe. Qu'ils me regardent ces imbéciles. Je les hais et ils le savent. Ils étaient pitoyable à me regarder de la sorte, comme des charognards affamé. Du sexe, ils peuvent en avoir pour rien plus bas, mais sûrement pas avec moi. A mes yeux, tout comme celui qui m'avait violée, ils ne sont rien de plus que d'ignoble torchons. J'en regardai un dans les yeux, lui fît un clin d’œil et lui montrai le doigts interdit. J'étais décidément déchaînée ce matin. Soudain, alors que je reprenais mes pas, je vis une fille au loin. Elle avait l'air un peu perdue. Sans marquer d'arrêt, je continuai ma marche vers cette dernière. C'était sans doute une nouvelle arrivante. Comment sera ta nouvelle vie à toi ? C'est étrange, au début, je sais. Mais au bout d'un temps, tu finiras par comprendre que tu ne rêvais pas. Ou de moins, que ton rêve était vivant. Maintenant que j'étais plus proche, je remarquai son visage d'ange. Je l'imaginais bien sourire. Enfin, pour résumer, elle était plutôt mignonne. Alors que comme tout bon apprenti dieux, j'allais lui passer à coté sans regarder, elle dit :

« Pardonnez-moi, mais pourriez-vous m’aider ? Hum… Je suis perdue….. »


J'hésitai un instant. Serais-je capable de lui mentir ? De paraître sympathique et joviale, de lui garantir l'éclat de ces lieux ? Certainement. Mais en avais-je envie ? Ce serais bien la première fois que j’accueille une nouvelle tête. Faisons honneur et sourions. Je ne savais pas si il était honnête, mais je le savais convaincant, ce sourire. J'allais devoir être fine sur ce coup. Je n'ai pas à blâmer l'académie. Cet endroit sera sans doute parfait pour elle. J'avais juste peur que ma mauvaise humeur prenne le dessus, même si aucune raison valable ne le permettrais.


- Bien sûr. Une nouvelle arrivante, je présume ? Je m’appelle Akumu, et je te souhaite la bienvenue ici, à la Deus Académia ! Comment veux-tu que je t’appelles ? Dis-je avec Anthousiasme.


Dans un geste souple, je lui tendis la main. J'en faisais des caisses là. Même persuadée de mon jeu d'actrice, je me trouvais stupide sur ce coup. Peu importe. D'ici une semaine, elle m'aura sans doute oubliée.
Invité
avatar
Invité
Re: L'espoir fait vivre, mais il ressuscite aussi. - Jeu 17 Oct 2013 - 16:53
Natael avait toujours aimé enfreindre les règles. C'était dans sa nature. Peu importe le danger dont elles sont sensées préservées, il ne peut s'en empêcher. Déjà, quand il était en vie, il avait détruit beaucoup de barrières dans son comportement. Pourquoi la mort le changerait-elle? Il entendait bien continuer, à quelque prix que ce soit. A quoi bon , en effet, avoir une seconde vie, si l'on ne pouvait s'en servir comme nous l'entendions?

C'est ainsi que, à cette heure crépusculaire, il décida de franchir la première de toutes les barrières de ce lieu. Il sortit de sa chambre par la fenêtre ouverte sans réveiller personne - il faisait toujours attention à ne pas se faire repérer - et désescalada l'étage pour atterrir souplement sur le parvis. Le soleil était en train de s'effacer doucement sur l'horizon, personne ne trainait plus dehors à cette heure. Tant mieux. Il courrait certes moins de risques, mais qu'importe. Le fait de briser les règles était déjà suffisant.

Sa progression a travers le complexe se fit aisément et sans rencontres intempestives. Il était donc parvenu devant la grille, dans les alentours du temple où il était arrivé dans ces lieux mystérieux. Au moment où il passait la clotûre, des bruits de voix étouffés et lointains le firent rebrousser chemin. Après tout, il avait quand même passé la clotûre. Il reprendrait juste son exploration une autre fois.

Il s'avança discrètement vers la place de l'horloge. On ne sait jamais. Il ne voulait pas se retrouver dans une situation trop périlleuse pour lui. Courageux, mais pas téméraire. Il se dissimula habilement dans l'ombre d'un recoin du bâtiment et observa les deux inconnues en détail. Aucune ne semblait réellement dangereuse. Il choisit donc de se montrer au grand crépuscule. Bah oui, on est au crépuscule, pas en journée.

-Bonsoir Mesdemoiselles. Puis-je vous être d'une aide quelconque?




Spoiler:
 
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 6528

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'espoir fait vivre, mais il ressuscite aussi. - Sam 22 Fév 2014 - 4:00

Ce RP a été jugé trop inactif par le Staff.

De ce fait, il est clôturé sans notation.

Pensez à signaler vos absences et à prendre vos responsabilités vis-à-vis de vos rps en cours ainsi que de vos partenaires.

Merci de votre compréhension.




Kit fait par mon Lié adoré ♥️

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

Contenu sponsorisé
Re: L'espoir fait vivre, mais il ressuscite aussi. -
L'espoir fait vivre, mais il ressuscite aussi.
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» L'espoir fait vivre - William [mai 2025]
» L'espoir fait vivre mais l'attente fait mourir [Leïa Jude Sommers -ft- Troian Bellisario]
» [pv Emma + libre] Il fait beau, il fait chaud, mais le vent souffle.
» L'espoir fait vivre [Borick/Dark]
» l'espoir fait vivre [done]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page