Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Explications sous les fruits [Vyhdôsa]

Invité
avatar
Invité
Explications sous les fruits [Vyhdôsa] - Lun 12 Aoû 2013 - 22:50



Explications sous les fruits
Leiko feat. Vyhdôsa




Plusieurs jours s'étaient écoulés depuis que Vyhdôsa et Leiko avait échangés leur baiser. Ils ne s'étaient pas recroisés depuis, même pas à un des cours de la jeune femme. Dans un sens, elle en était soulagée, il était trop tôt pour le voir, ses pensées étaient encore dans un désordre incommensurable. Mais d'un autre côté, elle crevait d'envie de le revoir.

Quand elle était rentrée après son cours, Leiko s'était précipitée sous la douche. L'eau chaude l'aidait à réfléchir et à se détendre. Même maintenant qu'elle était seule, son coeur battait encore la chamade et ce ne fût qu'une fois couchée qu'elle se calma et qu'elle pu enfin penser avec cohérence. Le point qui - potentiellement – posait le plus problème était la relation entre un professeur et son élève. Mais en y réfléchissant bien, Leiko se rendit compte qu'il n'y avait aucune mention de ce genre dans le règlement. Après tout, certains élèves avaient à peu près le même âge que les professeurs les plus jeunes. Alors pourquoi pas ? Parce que la jeune femme doutait toujours de pouvoir tenir la route. Elle n'avait fréquenté personne depuis Ethan, en partie à cause de son coeur en miettes, en partie à cause de sa grossesse. Sortir avec une femme qui avait été sur le point d'être mère n'était pas forcément le rêve de tout le monde.

La journée passa plutôt rapidement malgré que Leiko avait la tête ailleurs. Personne ne s'était proposé pour être volontaire à son cours, elle avait eut un pincement puis n'avait cessé de penser à Vyhdôsa. C'était fou comme ça la rongeait et la distrayait ! Elle se demandait encore et encore ce qui se serait passé si elle avait répondu au baiser, si elle s'était rapprochée de lui après qu'il ait rompu leur étreinte... Avec des si, on peut changer le monde. A force de trop réfléchir à des alternatives possibles, Leiko trébucha et faillit tomber au sol. Heureusement, elle eut le réflexe de placer son katana au sol ce qui la retint.

« Madame vous allez bien ? »

Et voilà que ses élèves s'inquiétaient pour elle maintenant ! Elle hocha la tête et se reprit. A la fin de son cours, la jeune femme se précipta dans une salle d'entraînement où elle accrocha un punching ball. Elle avait absolument besoin de se défouler. De ne plus penser à rien d'autre qu'à frapper, qu'à la douleur de l'effort, qu'à la chaleur qui grimpait peu à peu. Elle resta ainsi un bon moment, à donner des coups dans un sac de sable avant de finir exténuée sur le sol. L'après-midi était bien avancée et Leiko décida de prendre une douche et de profiter qu'elle n'ait pas de cours pour aller faire un tour dans le parc. Mais avant elle repassa dans sa chambre histoire de ne pas remettre ses habits plein de sueur. Après sa douche, elle enfila une robe blanche courte et descendit les marches du bâtiment quatre à quatre. On aurait dit une enfant excitée à l'idée d'aller grimper dans les arbres et jouer dans l'herbe. Les rayons du soleil sur sa peau la firent sourire. Elle se demandait toujours comment c'était possible qu'il y ait un soleil alors même que l'Académie n'était pas sur Terre. Un jour elle poserait la question à quelqu'un. Pour l'instant elle chassa ces pensées et se concentra sur les rayons du soleil qui venaient réchauffer sa peau. Elle se sentait bien.

Le parc aux abricots était désert pour une fois. Elle avait eu vent de rumeur qui conférait aux fruits des vertus hallucinogènes. Peut-être était-ce le moment pour y goûter ? Secouant la tête, Leiko s'enfonça plus profondément dans le parc. Pour quoi passerait-elle si on la voyait dans un était pareil ? C'est au détour d'un arbre qu'elle le vit. Elle était certaine que c'était lui, ça ne pouvait être que lui. Il était de dos, mais elle était capable de reconnaître ses cheveux rouges foncés et sa corpulence impressionnante. Son coeur s'affola. Fallait-il qu'elle s'approche ? Après tout, elle lui devait des explications, la dernière fois elle avait pris la fuite sans autre mots. Très classe pour un métier où l'on doit montrer l'exemple. La jeune femme s'approcha de Vyhdôsa sans se cacher, elle ne voulait pas le surprendre. Arriver à sa hauteur, elle le regarda un instant sans rien dire, légèrement gênée. Elle avait l'impression de retourner au collège. Un sourire timide naquit sur son visage, et elle parla d'une voix douce.

« Salut. » C'était un bon début, mais ça n'était pas là qu'elle voulait en venir. « Je crois que je te dois des explications si tu veux bien. »

Elle ne voulait pas imposer sa présence, pas après ce qu'elle lui avait fait. Et si il lui demandait de partir, elle le ferait.



Invité
avatar
Invité
Re: Explications sous les fruits [Vyhdôsa] - Mer 14 Aoû 2013 - 21:19
Que pouvait-il bien faire, notre égyptien ? Depuis qu'il "la" rencontrée, il se sent encore plus maladroit qu'avant. En effet, toute ces pensées étaient tournées vers Leiko et jamais elles ne pouvaient s'en détachées. A cet instant, il vaquait dans les couloirs, ne sachant vraiment plus quoi faire. Il ne comptait pas retourner en cours de sitôt ! Et les activités du club des hôtes étaient en chute libre. Pour preuve qu'il ne faisait rien aujourd'hui, en fait, il n'avait pas fait grand chose. On l'avais juste habiller de façon "classe" comme disait ces deux jumelles étranges. Costard, cravate et hop, on lui avait donné le surnom de "Vyhdeur". Enfin, voilà, l'ennui était de mise et à part gambader dans les couloirs et penser à Leiko, il ne faisait pas grand chose.

Il passa alors la porte du club et vit qu'elle était une nouvelle fois fermée à clef. Toutefois, il rencontra une personne aux airs familiers. C'était l'une des jumelles, ça aucun doute et bien sur, celle-ci ressemblait à Molje, sa soeur. Mais passons ce détail car celle-ci lui conseilla avec de grands gestes d'exagérations d'aller au parc des abricots. D'après celle-ci, l'air pur et une bonne promenade était le meilleur moyen de se ressaisir. Bizarrement, il l'écouta et par le biais - encore - d'un bout de papier, il eut l'itinéraire dudit parc. Direction, la sortie des bâtiments, puis, passage devant la cafétéria et croisement à gauche et le portail du lieu lui faisait face. Tout ceci en un petit quart d'heure. Il ouvrit donc la porte - tout simplement - et marcha le long des allées de temps en temps pavées. Ah, finalement, elle avait raison cette femme, un bol d'air de ce parc valait tout les détours du monde. Marchant d'un pas irrégulier, Vyhdôsa s'arrêtait de temps à autre pour observer les pies et autres volatiles. Certains étaient biens étranges avec leurs plumes aux couleurs accentuées.

Ce qu'il y avait de bon dans le domaine de notre égyptien, c'est qu'il pouvait comprendre la parole des animaux et leurs parler, certes par les murmures de l'esprit mais au moins, il pouvait tenir un langage. Un langage qu'il aurait bien voulu avoir avec Leiko, autre que par le biais des mots. Finalement, il s'écarta des sentiers pour marcher - pieds nus - sur la pelouse bien entretenue. Un arbre avait attiré son attention grâce aux belles sphères orangées. Les abricots. Ne pas les manger, la jumelle l'avait prévenu sur ce point. Soudain ! Il remarqua une silhouette s'approcher par sa droite. Tournant la tête vers elle, il vit avec une stupeur feintée, la femme qui hantait ses nuits : Leiko.

Elle décocha quelques doux mots en premier. Notre géant, un peu perdu ou tout autant qu'elle, s'écarta légèrement d'elle. Positionné à un bon mètre, il souriait, gêné. Le coeur, le tambour avait reprit sa cadence infernale. Quelle splendeur elle affichait ! Sa chevelure ondulante et sa tenue, très différente de celle du cours, ne laissait pas notre homme indifférent ! Elle avait arborée une robe blanche, pure et courte tandis que lui n'avait qu'un t-shirt noir et ce qu'on appelait un jean. Elle lui doit des explications ? Pour le coup, c'est lui qui mourrait de lui en dire. Surtout ne pas essayer de réitérer le baiser. Surtout pas. Mais elle avait des explications à lui faire et, respectueux comme il était, il acquiesça en silence. Faute de ne pas avoir pris tout son attirail. Il se préparait donc à écouter chacune de ses paroles. Ah, doux mutisme, quel cruel fardeau tu fais, surtout face à une si belle femme.   
Invité
avatar
Invité
Re: Explications sous les fruits [Vyhdôsa] - Ven 16 Aoû 2013 - 18:14



Explications sous les fruits
Leiko feat. Vyhdôsa




Leurs yeux se croisèrent tandis que le coeur de la jeune femme battait à tout rompre dans sa poitrine. Elle ne pu s'empêcher de penser que ce T-shirt lui allait magnifiquement bien. Un sourire gêné s'affiche sur son visage. Il souriait... il souriait ! Cela voulait dire qu'il ne lui en voulait pas, ou alors pas assez pour ne plus lui adresser la parole. Une vague de soulagement détendit tout ses muscles et retira un poids de ses épaules. Elle n'avait pas ressentie d'émotions aussi intenses depuis longtemps. D'un hochement de tête le jeune homme l'invita à poursuivre mais aucun mot ne franchit la barrière de ses lèvres. Maintenant qu'il était face à elle, la japonaise se sentait gênée. Elle qui d'habitude débordait d'assurance, elle ne savait plus quoi faire ou tout du moins, elle n'arrivait pas à le faire. Elle avait passée des soirées entières à penser à ce qu'elle lui dirait lorsqu'elle le recroiserait, elle l'avait abordée dans le parc en pensant que les mots viendraient tout seuls. Mais ça n'était pas le cas.

Entortillant nerveusement une mèche de cheveux autour de son doigt la jeune femme alla s'adosser contre l'abricotier. Le soleil filtrait à travers le feuillage, projetant une ombre parsemée de tâches claires sur le sol. Elle leva la tête et observa un instant l'arbre fruitier. Les abricots étaient d'une teinte d'orangée si pure, ils étaient si gros et dégageaient une odeur si sucrée. Elle n'en avait jamais vu des pareils. Toutefois, malgré la tentation qui était forte, elle ne tendit pas la main pour en attraper un. Elle était là pour donner des explications à Vyhdôsa et tout ce qu'elle trouvait à faire, c'était regarder un abricotier comme si c'était la huitième merveille du monde. Pathétique. Leiko baissa la tête et son regard suivi, se perdant sur l'horizon. Elle prit une grande inspiration et se lança, les mots s'enchaîneraient les uns après les autres, elle l'espérait.

« J'étais enceinte de trois mois quand je suis morte. »

Un gros blanc s'ensuivit cette déclaration. *Du tact Murakami, du tact !* C'était normal de la part du jeune homme, elle ne s'attendait pas à entendre le son de sa voix briser le silence. Mais elle, elle aurait dû continuer sur sa lancée. Seulement voilà, c'était la première fois qu'elle allait parler de tout ceci à voix haute, personne n'était au courant. Elle sentait des débuts de larmes lui brûler les yeux et un vide cuisant naître dans son ventre. C'était la même douleur que ressentaient les femmes ayant fait une fausse-couche. Elle n'avait bien sûr aucune séquelle ni douleur physique mais c’était moralement que c'était similaire. Une main pleine de tendresse vint se poser sur ce-dernier, exactement comme lorsque une vie grandissait encore à l'intérieur. Leiko luttait contre ce vide qui la happait et lui intimait de se rouler en boule et de pleurer. Elle ne pouvait pas craquer, pas là, pas maintenant. Elle se mordit la lèvre inférieure et tenta de reprendre. Les mots se suivaient douloureusement.

« Le père m'a quittée quand je lui ai annoncé la nouvelle et c'est grâce à ce bébé que j'ai pu tenir. Je l'aimais, de tout mon être ... Alors quand ... quand j'ai découvert qu'il n'était plus là, ça m'a détruite ... »

Ses mains s'étaient crispées sur le tissu de la robe qui recouvrait son ventre. Les larmes avaient fini par couler. Elles roulaient le long de ses joues, dévalaient son visage dans une course effrénée mais n'évacuaient pas la douleur pour autant. Quelle belle image devait-elle donnée... Elle se laissa glisser le long du tronc et se retrouva bien vite en contact du sol. De toute façon, ses jambes n'auraient pas été capables de la porter plus longtemps. Leiko se couvrit le visage avec ses mains.





Dernière édition par Leiko Murakami le Dim 18 Aoû 2013 - 16:06, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Explications sous les fruits [Vyhdôsa] - Dim 18 Aoû 2013 - 15:50
Musique d'ambiance

Elle était resplendissante avec cette robe légère et tout en elle  lui inspirait la douceur, la gentillesse. Que dire, que faire ? Il ne le savait pas. Le nombre de relations que l'Egyptien avait avec la gente féminine pouvait se compter sur les doigts d'une main. Et encore. Alors face à cette douce demoiselle, que devait-il faire ? Finalement, ce fut Leiko qui cassa le silence pesant entre les deux aimants. Elle lui avoua une chose qui ne devait surement pas être facile à avouer. Elle avait perdue un enfant. Une fausse couche et de plus, l'homme avec qui elle l'avait fait s'était débiner ? Il fit une grimace de résignation en la voyant tomber doucement sur le sol, près de l'arbre. Alors, poussé par l'impulsivité, il l'a rejoignit et la serra dans ses bras. Une étreinte chaleureuse qui se voulait également rassurante et douce. Oui, il fallait la soutenir et ne pas faire comme l'homme qui l'avait quitté. Il fallait être là pour elle.

Ses mains entourèrent sa taille et son visage se fit face au sien. Il voulut plonger son regard dans le sien, brouillé par l'émotion et les larmes. Que pouvait-il faire ? Il ne pouvait pas parler ! Quelle plaie de ne pas avoir l'usage de la parole ! Mais...il y avait un autre moyen aussi. Faire danser les oiseaux autour d'elle par exemple, lui monter que la vie qu'elle avait à présent était de toute beauté. Les pensées du géant résonnèrent mentalement et vibra tout autour de lui. Peu de temps après, les oiseaux se mirent à chanter leurs sons mélodieux. Quatre magnifiques pies descendirent en cercle autour d'eux tout en faisant tomber quelques feuilles de l'arbre centenaire.

Vyhdôsa leva alors la main et sécha les larmes en la passant sur la joue de Leiko. Oui, à présent, il fallait vivre en se disant que le meilleur ne pouvait qu'arriver. On leurs avait offerts la chance de devenir des Dieux. Alors peut-être que le fardeau de Leiko pouvait s'apaiser avec. Dommage que le muet ne pouvait lui offrir des mots réconfortants mais le regard qu'il lui faisait pouvait valoir tout les mots du monde. Je suis avec toi, pour te soutenir. Pour t'aider. Pour...t'aimer ? Car oui, le coup de foudre avait tel qu'il n'arrêtait pas de penser à elle.  Les oiseaux se mirent à chanter de plus belles tout en se rapprochant de Leiko. Leurs becs allaient pincer de petits bouts de sa robe pour tenter de la faire sourire. Bien évidemment, c'était l'acte du muet, de leurs avoir demandé de faire cela. La professeure n'aurait pas de mal à comprendre d'où cette action provenait. Une bande de jeunes passaient alors à ce même moment. Et quelques remarques délicates ne mirent pas longtemps à fuser.

- Oh...Comme c'est mignons, un petit couple en-dessous d'un arbre, entouré de piafs !
- T'as raison, c'est si touchant que j'en vomirai mon repas.
- Passons-notre chemin non ?
- Non, j'ai bien envie d'aller les embêter.

Ils ne mirent pas longtemps à se rapprocher d'eux et Vyhdôsa réagit aussitôt à la provocation. Délaissant les bras de Leiko, il fit face à ces quatre individus et s'apprêtait à leurs foutre une bonne raclée. Car oui on ne se moque pas impunément du passé et même du présent des gens et là, c'était inadmissible. Oui, gâcher un si bon moment entre Leiko et lui était impardonnable. Surtout avec ces mecs immatures.
Invité
avatar
Invité
Re: Explications sous les fruits [Vyhdôsa] - Mar 20 Aoû 2013 - 0:00



Explications sous les fruits
Leiko feat. Vyhdôsa




Les larmes striaient le visage de la jeune femme tandis qu'elle s'était cachée dans ses mains. La douleur de ce vide permanent était insoutenable. Cette perte l'avait détruite, changée à tout jamais, et même si elle affichait un sourire radieux au monde entier il n'en restait pas moins qu'elle le perdait une fois seule. Elle n'était pourtant pas du genre émotive, mais devant la désolation qui ravageait son coeur, il était difficile de rester impassible. Le souffle chaud de Leiko qui s'échappait d'entre ses mains étaient saccadé, interrompu par des sanglots silencieux et déchirant. Elle avait la douloureuse impression, comme à chaque fois qu'elle pensait à son enfant, que quelqu'un lui avait arracher le coeur, le lacérant pour ensuite le remettre à sa place en lambeaux. C'était la première fois qu'elle avait annoncé le fait à haute voix, et ça faisait mal. Quelque part au fond d'elle, elle pensait que ça n'était pas vrai, et ne pas en parler ne rendait pas la perte trop réelle. Mais maintenant elle l'avait dit. Le tronc de l'arbre fruitier semblait vouloir s'imprimer dans le dos de la jeune femme, son ancre pour ne pas sombrer. La douleur appelle la douleur. C'était à cause d'elle qu'elle était dévastée et c'était grâce à elle qu'elle réussissait à ne pas oublier qui elle était.

Deux bras puissants vinrent arracher la jeune femme à sa désolation. L'étreinte était douce et réconfortante, chassant d'un geste le cauchemar qui était sur le point d'entraîner Leiko dans son sillage. Elle releva la tête de ses mains et vit que Vyhdôsa la serrait contre lui, les mains sur sa taille, leurs visages face à face. Les larmes parcouraient toujours les joues de la jeune femme à un rythme effréné, mais elle avait l'espace d'un instant oublier la douleur qui l'accablait. Ses yeux bleus mouillés de tristesse tentaient de trouver le jaune si profond du regard du jeune homme mais c'est alors qu'une chose étrange se produisit. Les oiseaux se mirent à chanter. Une mélodie douce, profonde et touchante. Quatre pies au plumage magnifique descendirent autour d'eux, quelques feuilles tombèrent, tout en continuant leur chant. Ce genre de chose n'arrivait que dans les films, Leiko en était persuadée avant. Mais là, elle leva les yeux vers son élève, trouvant enfin son regard. Ce ne pouvait être que lui. Son coeur fit un soubresaut. Leurs yeux ne semblaient pas vouloir se détacher l'un de l'autre tandis qu'il sécha les larmes roulant sur ses joues d'une main. Le regard de Vyhdôsa faisait passer bien plus que des mots, elle sentait tout ce qu'il voulait lui dire. Ce soutien dont elle avait tant besoin, cet amour.

Elle posa sa main sur la sienne et se pencha légèrement. Elle voulait lui rendre -enfin- ce baiser qu'il lui avait donné quelques jours plutôt. Elle voulait lui montrer qu'elle s'était ouverte à lui. Elle en avait envie, tout simplement. Mais les oiseaux se rapprochèrent, pinçant ça et là le tissu blanc de sa robe. La professeur savait bien que, comme la mélodie tout à l'heure, c'était le jeune homme qui était à l'origine de ce geste, et cela lui arracha un sourire. Elle n'avait pas pu lui donné le baiser qu'elle avait envisagé, mais à la place elle blottit son visage dans le cou de son élève. Leiko se sentait bien ainsi dans ses bras, en sécurité. L'étreinte était douce et agréable. Elle aurait pu duré toute une vie, elle n'en aurait vu aucun inconvénient. Seulement voilà, quelques voix agaçantes se firent entendre non loin de là. Remarque désobligeante, les pas se rapprochent. Vyhdôsa rompit l'étreinte, abandonnant Leiko sur le sol tandis qu'il fit face aux quatre jeunes. Elle releva les yeux, fronça les sourcils, la colère fit bouillonner son sang, au sens propre du terme. Elle se leva d'un bond et rejoignit le jeune homme, glissant une main sur son bras. Ces élèves faisaient chier et ça n'allait pas se passer comme ça ! Pourquoi ? 1) parce qu'ils venaient de gâcher l'étreinte de Vyhdôsa et Leiko, 2) parce qu'elle avait bien besoin de se défouler un peu et 3) parce qu'elle sentait que Vyhdôsa avait envie de refaire le portrait de ces petits emmerdeurs.

« Tirez-vous. »

C'était un ordre, clairement indiscutable. Mais la jeune femme doutait de son effet car ses yeux bouffis ne jouait pas en sa faveur, et la tête qu'elle devait afficher était assez piteuse. Bref, pas le top pour une prof.

« Ou sinon quoi ? Tu vas appeler un professeur ? Tu vas demander à ton petit-ami de nous fracasser ? Laisse moi rire ! »

Et c'est ce qu'il fit, ce qu'ils firent tous. Ils partirent d'un grand éclat de rire qui donna à Leiko l'envie de sortir ses Desert Eagles et de les remettre à leurs places rapidement. En passant, il l'avait prise pour une élève et il avait appelé Vyhdôsa son "petit-ami", elle en aurait presque rougit si la rage ne faisait déjà pas frémir son sang. Ce fut plus fort qu'elle. De sa main droite, elle souleva allègrement sa robe tandis que de l'autre elle attrapait son pistolet qu'elle pointa sur le petit groupe. Elle n'était pas très fière de montrer ce côté violent d'elle au jeune homme à ses côtés, mais elle verrait ça plus tard.



Invité
avatar
Invité
Re: Explications sous les fruits [Vyhdôsa] - Mar 27 Aoû 2013 - 22:16
Les élèves puérils et immatures étaient passés devant eux et s'étaient éloignés dans des éclats de rires béats. Vyhdôsa avait envie de les fracasser en plusieurs morceaux mais il hésitait grandement. On l'avait déjà prévenu pour ses écarts brutaux et peut-être devait-il rester sage et pour la peine, con. Mais une chose le surprit grandement. C'était Leiko dont les larmes avaient séchés qui prit les devants. Soulevant sa jolie robe, elle dégaina une arme à feu comme il en avait déjà vu avec...hum, Maodan. Oui, c'était ce Maodan qui lui avait fourni ses premiers vêtements "modernes" et il portait lui aussi des armes similaires. Que faire ? Il se posa la question une nouvelle fois, la remuant dans sa tête. Les femmes ne devaient pas se salir les mains avec des crétins dans ce genre. Non, c'était aux hommes de les protéger, de garder leurs honneurs, leurs fiertés. Il repassa devant elle, posant sa main géante contre son ventre et l'écarta pour la mettre derrière lui. Quoiqu'un peu machisme, il voulait surtout montrer qu'il était là pour elle, pour la protéger.  Comme un dragon gardant son trésor centenaire, Leiko était son joyau.

Prenant de dos ses adversaires, il mit à courir rapidement. Malgré sa taille et son poids, il savait prendre de bons appuis et courir. Il en avait l'habitude de toute façon puisqu'on le coursait toujours lorsqu'il volait de la nourriture pour lui et sa soeur. Il tendit le bras et chopa le premier venu par le col. L'autre bras se tendit vers l'arrière et fonça comme un boulet de canon dans son ventre. Premier gars KO, il tomba sur le sol sans même avoir pu comprendre ce qu'il s'était passé. Les autres comprirent en un rien de temps leurs erreurs et s'apprêtaient à s'enfuir. Il fonça alors sur les deux suivants et attrapa sans difficultés leurs têtes. Serrant chacune fortement dans ses mains, il les entrechoqua et les deux crétinus tombèrent ensemble, voyant sans nulle doute de bonne étoiles.

- J'suis désolé mec, je suis désolé ! Excuse-nous de t'avoir fais chier dans ton petit mome...

Vyhdôsa le prit là encore, mal. Et il avait en tête de le prendre - comme les autres - par le col mais différemment. Le soulevant de terre, il revint vers Leiko et le laissa comprendre qu'il devait faire des excuses sincères. Le tableau était bien moins romantique d'un seul coup. Un géant face à une divine nymphe, tenant dans sa main un beau crétin de première catégorie. Le gaillard comprit aussitôt et bredouillant de plus belle, il adressa des excuses.

- J-je suis désolé ! O-n-n voulait juste vous taquiner rie...n de plus !

L'Egyptien le lâcha alors et resta, bras croisé attendant la réaction de...sa petite amie ? Comment fallait-il faire dans des cas comme ça ? Oser lui avouer un amour sincère profond et aussi brutal que le coup de foudre ? Il essaierait donc de reprendre là où ils avaient été interrompus. Enfin si elle souhaitait bien évidemment pardonner au petit jeune apprenti qui avait voulu faire le malin.

Invité
avatar
Invité
Re: Explications sous les fruits [Vyhdôsa] - Ven 30 Aoû 2013 - 18:21



Explications sous les fruits
Leiko feat. Vyhdôsa




La japonaise ne comptait pas réellement leur tirer dessus, elle voulait juste effrayer un peu le groupe d'élèves, histoire qu'ils apprennent le respect. Le bras tendu droit vers les ricanements, le doigt glissa vers la gâchette. Elle était prête à faire feu mais contre toute attente, Vyhdôsa passa devant elle. La jeune femme très féministe allait protester qu'elle pouvait se défendre, question d'honneur, mais une main puissante vint se poser contre son ventre, la plaçant dans l'ombre du dos musclé du géant. Leiko ne tenta même plus de réagir, ce contact l'avait paralysée. Des papillons semblaient se répandre dans tout son corps depuis l'endroit où le jeune homme avait posé sa paume. Il l'avait touchée avec un si grand naturel ... Il ne se doutait sûrement pas de l'importance que ce geste pouvait avoir aux yeux de la jeune femme aux cheveux d'argents. Pour elle ça signifiait beaucoup, ça voulait dire qu'il la protégeait, qu'il l'acceptait. Et si elle avait pu avoir des doutes auparavant, elle était sûre qu'il serait là pour elle. Cela avait ravivé des sentiments qu'elle ne pensait pas revoir un jour. De l'amour. Son coeur tambourinait contre sa poitrine tandis que Vyhdôsa s'élançait à la poursuite des quatre élèves. Elle l'observa d'un oeil professoral. Il était rapide, précis et efficace. C'était le cas de le dire. Il rejoignit rapidement ses adversaires, frappant le premier à porté de son bras d'un coup de poing dans le ventre. Les trois autres regardaient la scène terrifiés et près à prendre la poudre d'escampette, mais c'était sans compter sur le géant qui les rattrapa en un rien de temps. Les mains puissantes du jeune homme saisirent chacune une tête et les percutèrent l'une contre l'autre. Les deux élèves tombèrent sur le sol comme des feuilles. Ça devait faire mal ...

Leiko n'avait pas bougé d'un pouce, se contentant de remettre son Desert Eagles dans son étui sous la robe. Elle serait bien intervenue, mais vu que le jeune homme se débrouillait très bien, elle n'avait rien fait. Elle observait la scène avec intérêt. Il était vraiment doué. Beaucoup plus que lors du cours auquel il avait assisté. Il était habile de ses mains et maîtrisait parfaitement son équilibre. Le dernier garçon était terrorisé, balbutiant des excuses pitoyables. Une fois de plus Vyhdôsa emprisonna la tête dans sa main. Mais cette fois au lieu de frapper son adversaire, il le souleva et l'amena devant la jeune femme. Celle-ci fut surprise d'un tel geste. Certes, c'était autre chose que les oiseaux qui chantaient, tourbillonnaient et pinçaient sa robe, mais dans un sens c'était un beau geste. Il défendait son honneur en obligeant un imbécile à s'excuser. Leiko se rendit compte qu'elle se sentait prête à laisser quelqu'un rentrer dans sa vie, ou plus précisément le jeune homme aux cheveux rouge en face d'elle. Le petit malin en face d'elle ne se débattait même pas de la poigne de son attaquant, il préféra choisir une voix facile et s'excuser. L'enseignante ne lui accorda même pas un regard, trop occupée à contempler les yeux jaunes de son élève.

« Ouais c'est bon. »

Le gosse ne se le fit pas dire deux fois et prit les jambes à son coup. La japonaise quant à elle franchit la distance qui la séparait de Vyhdôsa en quelques pas, retrouvant un semblant de la proximité qu'ils avaient tout à l'heure.

« Tu étais impressionnant. »

Un murmure d'admiration, les yeux pétillants, elle était bien loin la jeune femme larmoyante de tout à l'heure. Elle avait retrouvé son peps et son sourire. Un pas de plus et les deux jeunes gens se retrouvaient collés. Leiko se haussa sur la pointe des pieds, glissa les mains derrière le cou de l'apprenti-dieu et posa ses lèvres sur les siennes tendrement. Son coeur battait à tout rompre et une étrange sensation de chaleur se rependait dans tout son corps. Elle voulait le remercier de l'avoir consolée plus tôt. Elle voulait lui montrer qu'elle voulait plus que cette relation prof-élève. Elle voulait lui faire passer ces vagues d'émotions qu'elle ressentait en sa présence. Elle finit par rompre le baiser et s'éloigner de quelques pas, un sourire timide aux lèvres.

« Merci pour tout à l'heure. »



Invité
avatar
Invité
Re: Explications sous les fruits [Vyhdôsa] - Ven 6 Sep 2013 - 17:35
Le vacarme avait finalement pris fin et Leiko avait accepté les excuses plus que murmurantes de l'autre débile. Il avait détalé aussi rapidement en plus. Enfin bref, il avait montré son coté protecteur et il avait prouvé qu'il pouvait être là pour elle, dans n'importe quel situation. Qu'allait-elle en penser ? La réaction ne se fit pas à attendre et elle s'approcha de lui avec une grâce des plus naturelles. Elle lui fit une remarque élogieuse et il se mit à sourire doucement. C'est là qu'elle accomplit un geste affectueux que Vyhdôsa apprécia. Elle glissa ses mains dans la nuque de notre égyptien, leva la pointe des pieds et entreprit un doux baiser. Enfin ! Pensa-t-il. C'était une déclaration d'amour pour lui et comme poussé par une force prodigieuse, il essaya d'user de ses cordes vocales ! C'était une première expérience depuis qu'il avait perdu l'usage de la parole. Il lui adressa quelques faibles mots, à peine perceptibles.

- J...t'aim...

Il avait réussis à le dire ! Et poussé par cette émotion, il l’étreint alors. De nouveau, il vola lui offrir le doux réconfort de ses bras. Lui faire comprendre que maintenant, ce n'était plus une amourette prof-élève. Qu'ensemble, ils pourraient accomplir de grandes choses et se dévoiler intimement. Il serait son confident et son protecteur.  Il glissa sa grosse main vers la sienne et croisa ses doigts. Se tenant la main, il entreprit alors de faire une promenade du parc, rien qu'entre eux. Se ficher des remarques à propos de leurs relations, juste de se détendre et savourer ce petit moment. Oui, car après, cela allait être bien difficile d'entretenir une relation régulière. Après tout, elle était professeur, elle avait des obligations et lui...il fuyait les cours. La différence entre les élèves et lui était trop flagrante et il n'arriverait jamais à être au niveau. A part en cours de sports surement. L'entraînant avec lui, il marcha à un pas lent et s'attarda sur les arbres qui étaient entrains de dépérir. Oui, car c'était la fin de l'été et les feuilles allaient s'envoler pour ne laisser que l'écorce et les branches.

Croisant son regard avec celui de Leiko, il pointa son index vers un arbre où des abricots étaient encore présent. Mais ce qui lui tira l'oeil n'était pas les arbres mais une forme qui zigzaguait entre les branches. Une forme étonnante qui rappelait celle d'un animal...en piteuse position a vrai dire. Comme les chats qui montent dans des arbres et qui, une fois le haut atteint, n'arrive plus à redescendre. Là, c'était pareil sauf qu'on discernait pas très bien ce que c'était. Un nouveau regard pour Leiko et sans doute, ils allaient se comprendre, en parfaite osmose. On va voir ce que c'est ? Là-bas ? Essayait-il de lui faire comprendre...

Invité
avatar
Invité
Re: Explications sous les fruits [Vyhdôsa] - Jeu 12 Sep 2013 - 21:24

Un rp touchant, pleins de sentiments et d'émotions diverses, bien mené. Quel dommage qu'il se termine de la sorte. Je suis frustrée, je voulais la suite moi. Enfin, continue comme ça, c'est du très bon niveau.

Leiko :  335 xps

Xps attribués : Yep
Explications sous les fruits [Vyhdôsa]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» La diaspora veut retourner en Haïti sous condition
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...
» Un sous-commissariat à Grand'Ravine
» Un temple sous terre [PV Kusari]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge :: Parc aux abricots-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page