Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Face à face

♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 6527

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Face à face - Sam 10 Aoû 2013 - 20:36
Les couloirs étaient très fréquentés à cette heure. Rain progressait en direction du bureau du Conseil, afin d'y déposer un rapport parmi tant d'autres. En face d'elle arrivait une personne qu'elle connaissait bien. Sur le moment, elle s'interrogea sur sa présence mais dit rien. Lorsque leurs chemins se croisèrent, la jeune fille lui glissa in cognito un petit bout de papier dans la main, que la jeune femme saisit en faisant comme si de rien n'était. Après avoir marché quelques mètres supplémentaires, elle daigna ouvrir sa paume et capta le message inscrit sur le morceau de papyrus d'un seul coup d'oeil. Un rendez-vous... Tiens, pourquoi cela ne l'étonnait pas ? Sans doute parce qu'un renégat venait de rentrer en tôle et que ce n'était finalement pas resté inaperçu aussi longtemps que cela. Ah, la discussion qu'ils allaient avoir. En même temps, il fallait s'y attendre. Soit. Maintenant, il lui fallait continuer sa journée comme si de rien n'était... jusqu'à l'heure fatidique.

18h50. Port des deux dimensions.

- Ne vous inquiétez pas, il ne dira rien, et le Conseil ne saura le garder entre ses griffes longtemps. J'y veillerai personnellement.

Rain était tranquillement assise au bord de l'eau, à nourrir les poissons. De loin, on pourrait croire qu'elle était seule, mais en réalité, elle était en pleine conversation avec un correspondant renégat allongé dans la barque. Une couverture camouflait l'homme, qui était aussi détendu que son alliée. De toute manière, le bruit des vagues cachait leurs échanges de la plupart des oreilles indiscrètes. Il se savait en sécurité.

- Bien, nous comptons sur vous.

- Je ne comprends pas pourquoi vous tenez à traîner un tel boulet dans vos pattes. N'aurait-il pas été plus simple de l'éliminer ?

- Nous avons besoin de lui. Moins que de vous mais nous avons besoin de lui.

A ces mots, Rain esquissa un rictus, à mi-chemin entre le dégoût et l'ironie.

- Vous me voyez infiniment touchée.

- Écoutez, nous en avons discuté à la Guilde, et nous aimerions que vous passiez à la vitesse supérieure.

Vitesse supérieure ? L'enseignante s'arrêta un instant dans sa manœuvre mais reprit rapidement afin de ne pas laisser paraître son trouble. S'efforçant de caler toutes ses hypothèses plus catastrophiques les unes que les autres dans un coin du crâne, elle demanda simplement :

- Qu'attendez-vous de moi ?

- Eh bien, c'est simple. La liste des Membres du Conseil, c'est sympa mais ça ne nous suffit pas. Maintenant qu'ils se sont décidés à capturer l'un des nôtres, nous avons besoin de leur rendre la monnaie de leur pièce, vous comprenez ?

- Si vous parlez d'une capture...

- Plutôt d'une mise à mort.

Ne pas se figer, ne pas se figer, ne pas se figer. Paraître détendue, respirer. Voilà.

- Personne n'est censé savoir pour la liste.

- Un accident est si vite arrivé.

Inspiration. Rain jeta le reste de son paquet à l'eau, tenant le sac en plastique du bout des doigts. Elle s'essuya ensuite les mains tout en prenant la parole, toujours sans regarder son correspondant.

- Je ne risquerai pas ma position pour une vengeance prématurée. Dois-je vous rappeler qu'à moins qu'il ne reste aucune particule du corps, la victime peut toujours être ramenée à la vie ? Je ne vois aucun "accident" qui pourrait faire l'affaire et si vous parlez d'une mission piège, ce ne sera pas faisable. Les opérations sont toujours encadrées et les premiers soupçons seront internes.

- Vous êtes bien prudente. J'aime ça. Mais, avec un cerveau comme le vôtre, vous trouverez certainement un moyen de faire ça sans devoir vous salir les mains. Nous avons foi en vous et vos capacités, ce n'est pas pour rien. Tâchez simplement de ne pas nous décevoir. Pour le reste, les éventuelles aides ou autre, vous savez comment faire. Sur ce, bonne journée.

Sur son instruction, le passeur remit la barque en route. Il était sourd et il n'y avait aucun risque qu'il chope quoi que ce soit de la conversation, le renégat ne l'avait pas mis à sa botte pour rien. Rain l'observa partir, puis finit par se relever. Merde, ils ne pouvaient pas réfléchir une fois ou deux ? Là, qu'est-ce qu'elle pouvait bien faire ? Il ne lui avait même pas laissée le temps de lui dire que leur projet, c'était une connerie de première et qu'ils étaient en train de tout bousiller avec leurs histoires de vengeance à la con... et elle détestait qu'on la laisse en plan comme ça. Il y avait cette sensation de frustration qu'elle n'appréciait pas du tout. Enfin pour l'heure elle devait reprendre quelques cachets. Réfléchir n'était pas très productif lorsque l'on avait tout le corps paralysé par la douleur et la fièvre.

La jeune femme retourna donc au bureau du Conseil. Cette large pièce était divisée en plusieurs parties, rattachée à la salle de réunion d'un côté, ainsi qu'aux bureaux du président et de la vice-présidente, de l'autre. Elle la traversa, passant devant une nouvelle plante qui avait été installée au milieu de la salle, trônant sur un petit pilier de marbre. Heureusement qu'ils avaient leur réserve de médicaments à eux au Conseil, cela lui évitait de passer trop souvent à l'infirmerie et de trahir sa couverture avec des blessures acquises lors de missions secrètes. Seulement voilà, cette fois elle ne resta pas longtemps seule. L'enseignante avait à peine eu le temps de se servir des récipients contenant les anti-douleurs que la porte s'ouvrit, ce qui l'incita à cacher les objets derrière son dos par réflexe et à se retourner, pour se retrouver face à face avec...



Kit fait par mon Lié adoré ♥
FicheJournalThèmeAwardsGalerieDerrière l'écran ♦ Ma couleur : #D09D28

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

Invité
avatar
Invité
Re: Face à face - Sam 10 Aoû 2013 - 22:41
Comment en était-elle arrivée à avoir des doutes? La jeune femme ne le savait même plus elle-même. D'ailleurs, avait-elle réellement eu des doutes au départ? Non, même pas. C'était plutôt parti d'une forme d'entrainement auquel elle s'était astreinte personnellement et quotidiennement, en compagnie de sa nekomata. Rain était une personne pleine de ressources, c'était elle qui lui avait appris à se servir des armes à feux et son pouvoir était puissant. Elles se ressemblaient toutes les deux. Neutres, sans véritables expressions, plutôt solitaires mais ayant les mêmes objectifs. Le Conseil, la protection des autres aux dépens de soi-même. Ce n'était pas de l'admiration mais pour une fois, à l'Académie, la jeune amérindienne s'était vraiment sentie proche de quelqu'un, prête à offrir sa confiance.

Mais voilà que la réalité l'avait rattrapé. Violemment et douloureusement. D'une façon ingrate. En même temps, elle l'avait peut-être cherché un peu aussi, si elle n'avait pas envoyé Kirara devant elle dans les couloirs pour s'habituer à cette vision partagée, elle n'aurait jamais pu entrapercevoir cet échange entre une fille et le professeur. Pourquoi avoir ensuite décidé de la suivre? Peut-être parce que justement, Rain étant comme elle, elle l'avait trouvé trop impassible par la suite. Toujours est-il qu'au final, cette journée qui avait commencée de façon banale risquait de finir de façon bien moins agréable. A moins qu'elle ne se fasse des idées pour rien? Elle aurait aimé y croire.

Alors, la voilà sur le quai. Enfin, elle-même se trouvait à presque 500m de sa cible mais cela ne la gênait pas pour l'entendre. Kirara elle se trouvait à une petite trentaine de mètres, dissimulée dans les ombres et immobile en parfaite espionne, partageant sa vision et son ouïe avec sa maitresse. Si ses yeux ne voyaient pas grand-chose, surtout pour éviter que leur éclat ne la trahisse, ses oreilles entendaient parfaitement. Et chaque phrase était comme un nouveau coup de poing qu'elle avait le sentiment de se prendre de plein fouet. Elle avait envie de partir, ne voulant pas écouter tout ça mais c'était trop important pour qu'elle cède à du sentimentalisme, surtout vu ses responsabilités et ce qui se jouait devant elle. Elle se fit donc violence pour rester et écouter via la nekomata.

- Qu'attendez-vous de moi ?
- Eh bien, c'est simple. La liste des Membres du Conseil, c'est sympa mais ça ne nous suffit pas. Maintenant qu'ils se sont décidés à capturer l'un des nôtres, nous avons besoin de leur rendre la monnaie de leur pièce, vous comprenez ?
- Si vous parlez d'une capture...
- Plutôt d'une mise à mort.
- Personne n'est censé savoir pour la liste.
- Un accident est si vite arrivé.
- Je ne risquerai pas ma position pour une vengeance prématurée. Dois-je vous rappeler qu'à moins qu'il ne reste aucune particule du corps, la victime peut toujours être ramenée à la vie ? Je ne vois aucun "accident" qui pourrait faire l'affaire et si vous parlez d'une mission piège, ce ne sera pas faisable. Les opérations sont toujours encadrées et les premiers soupçons seront internes.
- Vous êtes bien prudente. J'aime ça. Mais, avec un cerveau comme le vôtre, vous trouverez certainement un moyen de faire ça sans devoir vous salir les mains. Nous avons foi en vous et vos capacités, ce n'est pas pour rien. Tâchez simplement de ne pas nous décevoir. Pour le reste, les éventuelles aides ou autre, vous savez comment faire. Sur ce, bonne journée.

Elle en avait bien assez entendu, elle en savait bien trop à présent. Elle aurait pu intervenir directement, mettre un terme à tout ça mais ça n'aurait pas été prudent. Il y avait une taupe parmi eux, il n'était plus question de laisser le moindre détail au hasard. Rien. Pas même l'esquisse d'une idée. Déjà, Kirara était revenue auprès d'elle et la jeune femme la serra un instant dans ses bras. L'animal couina un peu. Oui, elle savait, elle comprenait sans parole ce sentiment qui doucement commençait à naitre telle une étincelle qui gagne en puissance. La déception de cette découverte couvait encore les braises qu'elle tentait de canaliser mais l'affaire n'était pas réglée. Loin de là, elle ne faisait que commencer.

Kirara fut à nouveau envoyer suivre Rain durant son retour à l'Académie, la jeune fille gardant active la double-vision dont elle disposait ainsi que ses oreilles en alerte mais rien sur le chemin du retour. Elle suivait de très loin, pour être certaine de ne pas se faire repérer. Et quand Kirara s'arrêta au bout du couloir, fixant Rain qui pénétra dans le Bureau du Conseil avant de refermer la porte, la jeune amérindienne sut ce qu'elle avait à faire. Elle avait hésité à aller en parler à Weiss. Mais seule dans le bureau, qui sait ce que la renégate pouvait trafiquer. 'Un accident est si vite arrivé'. Elle ne laisserait rien se produire. Elle avait déjà trop mis en jeu, trop perdu pour se permettre ça. Et elle était la seule à pouvoir agir à cet instant.

Alors qu'elle l'habitude de miser sur la discrétion et le calme, cette fois, une colère sourde grondait au fond de son ventre. Ce sentiment, elle peinait à le reconnaitre mais elle le sentait, vif et douloureux. Kirara à son côté, la vice-présidente du Conseil des élèves entra dans le bureau. Elle repéra Rain sans la moindre difficulté, debout devant l'armoire à pharmacie de la salle. Elle tentait de les empoisonner peut-être? C’était une idée maligne remarque, digne de l'agent double qu'elle était. La colère monta d'un cran et la jeune fille se fit violence pour serrer les poings et rester impassible. La mâchoire crispée, elle finit par prendre une grande inspiration. Se tenant droite et calme à quelques mètres d'elle, parfaitement neutre, elle finit par lâcher, un peu sèchement.

"- Rain Sinclaire, vous êtes en état d'arrestation pour traitrise envers la Deus Académia."

Oui, c'était ça, la trahison. Ce sentiment qui lui était aussi insupportable depuis tout à l'heure. Cette fois, ce fut comme une explosion de rage dans tout son corps. Déjà, elle avait bondi en avant et son poing frappa de plein fouet son estomac, pour lui couper le souffle. Elle y avait été très fort, plus qu'elle ne l'aurait voulu, sa déception démultipliant sa force. Du coup, Rain heurta violemment l'armoire, envoyant tout son contenu se répandre au sol. Profitant de l'effet de surprise, elle faucha les jambes du professeur tandis que Kirara, passée en forme démoniaque, se jetait sur elle pour la bloquer au sol. Ne pas la tuer, ne pas la blesser. Pourtant, elle mériterait d'avoir mal. Juste pour que l'indienne ne soit pas la seule à avoir mal pour une fois. Enfin, ce n'était le problème du moment. Il fallait avant tout la maitriser. Et vite. Très vite.

Spoiler:
 

♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 6527

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Face à face - Dim 11 Aoû 2013 - 17:31
Abygaïl Lullaby. Face à face avec la vice-présidente, qui semblait visiblement occupée à canaliser une colère sourde. Elle paraissait neutre, calme, mais quelque chose clochait. Ses poings, ils étaient serrés et trahissaient la rage qui l'habitait. Il était rare de la voir ainsi, il devait s'être passé quelque chose de grave. Naturellement, Rain songea à son entrevue avec le renégat. Serait-il possible que... ?

- Rain Sinclaire, vous êtes en état d'arrestation pour traitrise envers la Deus Académia.

D'accord, là ça ne sentait pas bon. Son cerveau réagit au quart de tour, émettant un flot d'hypothèses possibles de ce qui aurait pu amener une situation pareille. Parmi elles, il y avait celle où Abygaïl aurait surpris soit le message que la jeune fille de ce matin lui avait glissé, soit sa conversation avec le renégat tout à l'heure, soit les deux. Il y avait également la possibilité que tout cela ne fusse qu'un leurre, un test envoyé par les renégats pour tester sa loyauté. Décidément, son esprit était vraiment tordu et n'épargnait aucune théorie farfelue... En même temps, lorsque l'on se retrouvait à être agent quadruple, il valait mieux être capable de réfléchir rapidement afin de ne pas faire de bourde. Et dire que paradoxalement, elle était très simple sur ce plan-là.

La jeune femme ne réagit donc pas, ni ne bougea d'un poil lorsque la jeune amérindienne se jeta sur elle. La brume de la fièvre ne jouait de toute manière pas en sa faveur et ce n'était pas comme si elle aurait eu l'intention de se débattre. Se laisser faire et envisager ensuite... sauf que son corps n'apprécia pas vraiment cette idée. Le coup de poing dans l'estomac, elle aurait pu s'en passer. Surtout avec une puissance décuplée par le Contrôle des Limites. Si elle n'avait elle-même possédé ce pouvoir, sans doute aurait-elle était tout bonnement été empalée par le coup. Toujours est-il que l'enseignante vola dans le décor, percutant violemment l'armoire derrière elle et déversant une pluie de médicaments sur le sol. Un second coup vint faucher ses jambes et elle se retrouva sur le sol, parmi un amoncellement de cachets, de boîtes et de flacons.

Un violent spasme secoua son corps alors que la nausée la saisissait. Un caillot de sang s'échappa de ses lèvres entrouvertes. Encore heureux qu'elle ne cherchait pas à bouger, pas sûr que le résultat soit concluant dans son état. A présent Rain sentait le souffle d'un animal sur elle. Sans doute celui d'Abygaïl, sans doute celui qui était à l'origine de tout ce cirque. Brusquement, l'une de ses théories se voyait plus affirmée. Dans le brouillard qui l'enveloppait, elle crut apercevoir des yeux rouges.. et des moustaches. Bon sang, faîtes qu'elles restent seules dans le Bureau jusqu'à l'arrivée de Weiss ou d'Erox. Si Lev débarquait maintenant, elle osait à peine imaginer le carnage que ce serait. Si possible éviter de s'entretuer, effectivement, ce serait utile. Et aussi laisser le bureau dans le meilleur état possible, il y avait pas mal de papiers importants dedans quand-même. Enfin pour le moment, la seule chose qu'elles auraient à réparer et à récupérer était la pharmacie...

Un lourd mais bref silence s'installa suite à ce premier assaut fulgurant. Rain était restée allongée sur le sol, immobile parmi cette mer multicolore et cette forte odeur de sirop libéré par quelque flacon brisé. Ses mains demeuraient à découvert et surtout, ouvertes, comme pour montrer un minimum de bonne foi. Elle ne riposterait pas. Son regard quant à lui était rivé sur le plafond, et son visage habité par son calme habituel.

- Madame la vice-présidente, il aurait fallu frapper plus fort pour arrêter une renégate...

Peut-être qu'Abygaïl comprendrait, ou alors serait-elle encore plus perturbée après ces mots. Dans ce cas, s'il s'agissait d'une renégate possédant le pouvoir d'emprunt d'apparence, elle prendra cela pour une simple provocation et le lui ferait savoir par sa réaction. Si c'était vraiment Abygaïl, alors peut-être qu'elle l'assommerait avant de l'amener au cachot et attendre que Weiss vienne éclaircir tout cela, ce serait une réaction normale et franchement, cela arrangeait Rain. Ils n'étaient jamais trop sûrs dans les environs, l'imprudente qu'elle était avait appris à se faire preuve d'extrêmes précautions avec le temps... Car comme on le disait si bien, on n'était jamais trop prudent. Surtout avec les dieux.



Kit fait par mon Lié adoré ♥
FicheJournalThèmeAwardsGalerieDerrière l'écran ♦ Ma couleur : #D09D28

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

Invité
avatar
Invité
Re: Face à face - Dim 11 Aoû 2013 - 19:13
Le coup qu'elle avait porté au professeur était naturel. Après tout, elle venait de découvrir que cette dernière jouait un double-jeu et la jeune amérindienne lui avait lancé les faits à la figure. Une réaction de la part de Rain était donc plus que logique et dans son optique, elle avait choisi d'agir la première afin de se protéger et dans l'intérêt de tous, pour tenter de mettre hors d'état de nuire un danger potentiel. Pourtant, dès que la jeune apprentie déesse réalisa que la femme n'était pas décidée à riposter, elle se sentit un peu perdue. La colère était toujours présente mais refoulée, très loin. Elle ne devait pas la laisser obscurcir son jugement. Elle devait se contenter des faits et laisser ses propres émotions de côté pour ne pas les laisser interférer.

La renégate était à présent au sol, maintenue fermement par le poids de Kirara. Elle ne bronchait pas, ne cherchant même pas la moindre échappatoire. Paumes ouvertes et tournées vers le ciel, le regard idem, elle se contentait d'attendre. Un filet de sang restait légèrement ancré au coin de ses lèvres mais rien ne changeait dans son expression et son calme habituel. Comment pouvait-elle rester aussi neutre, aussi insensible? Pour le coup, malgré sa résolution, la jeune précolombienne resserra les poings pour ne pas céder à la rage. Non, la violence ne résolvait rien. Jamais. Elle ne tomberait pas dans cette spirale infernale. Pourtant, ce serait si facile de s'y laisser aller. Mais elle ne pouvait s'y résoudre.

- Madame la vice-présidente, il aurait fallu frapper plus fort pour arrêter une renégate...

Comme un début de rire. Non, juste une expression sonore. Elle trouvait ses paroles tellement comiques. Après tout, n'était-elle pas en cet instant même arrêtée? Non, pas vraiment. Elle se rendait, voilà ce qui était bien plus juste. Elle cherchait à garder un certain avantage. Elle avait de la ressource, beaucoup de ressources, ce qui en faisait un allié de choix. Mais également un ennemi très dangereux. Et son comportement ne laissait rien transparaitre de sa véritable allégeance. Par contre, la jeune fille n'avait pas appréciée qu'elle la nomme ainsi. Vice-présidente. Comme si elle n'existait qu'à travers ce titre.

Il n'empêche qu'elle avait raison sur un point fondamental. Il aurait fallu frapper plus fort. Et elle en avait la capacité. Hors, elle ne l'avait pas fait. D'elle-même, elle s'était arrêtée et calmée pour la garder éveillée et en bon état, autant que faire se peut. Le regard d'ambre de la jeune amérindienne scrutait avec attention le corps de la renégate, toujours allongée au sol. Kirara ne grognait plus, se contentant d'exercer une pression suffisante pour lui ôter toute envie de tenter de riposter. Mais on n’est jamais trop prudent, surtout face à Rain. Sa trahison était bien la preuve que tout était possible.

En silence, l'apprentie déesse s'approcha et vint fouiller le professeur, la délestant de toutes ses armes qu'elle rangea dans un tiroir de son propre bureau, fermant à clef et dont elle conservait l'unique exemplaire auprès d'elle. Elle ne garda que le Desert Eagle, la première arme qu'elle avait tenu entre les mains et elle se rapprocha, pointant le canon vers la tête de la Renégate. Elle était redevenue très calme, sa colère aucunement apaisée mais complètement oblitérée. Il y avait plus urgent que de régler des comptes personnels. La sécurité entière de l'Académie était en jeu, il était donc important de revoir ses priorités et vite.

"- Au moindre mouvement suspect, à la moindre fatigue ressentie ou autre, je presserais la détente. Maintenant, je pense que nous serons plus à l'aise assises pour discuter. Alors vous savez ce qu'il vous reste à faire..."

Elle était revenue au vouvoiement pour remettre de la distance entre elles. Elles n'étaient plus des collègues, des alliés œuvrant dans un même but. Alors, elle ferait abstraction de tout, elle ne serait plus Abygaïl Lullaby, apprentie déesse des animaux mais Gaïa, vice-présidente et chargée de la communication au sein du Conseil des élèves. Le souffle régulier, les idées claires, elle ordonna à Kirara de reculer pour laisser Rain se relever et venir s'asseoir sur la première chaise venue. Elle lui laissa le temps nécessaire et la renégate put s'installer à son aise sur la chaise avant qu'elle ne vienne malgré tout lui attacher fermement les mains dans le dos, les liants aux pieds de la chaise comme aux barreaux du dossier. Mieux vaut prévenir que guérir.

"- Il aurait fallu frapper plus fort pour mettre hors d'état de nuire une renégate, c’est vrai. Cependant, si vous jouez un double-jeu, vous détenez forcément des informations qui peuvent à nous aussi nous être utile. Hors un cadavre ne parle pas. Même si je ne m'attends pas à votre entière coopération, j'attends au moins des explications."

Voilà, les choses étaient claires et posées entre elles à présent. Elle faisait passer des informations d'un camp à un autre, pourquoi ne pourrait-elle pas en profiter aussi? Si elle savait des choses sur les renégats, cela ne pourrait que leur être bénéfique. Mais Rain n'était pas n'importe qui alors chercher à lui arracher ce qu'elle savait de force n'était pas la meilleure solution. Et puis, au fond d'elle, quelque part, il restait un espoir. Que tout ceci soit une erreur, que le professeur ne les ait pas trahis. Ne l'ai pas trahi elle. Mais bon, spéculer ne servait à rien, elle devait trouver des réponses, et le plus rapidement serait le mieux. Car tant que personne ne savait ce qu'il se passait, elle pourrait mener les choses à sa manière. Si un tiers intervenait, tout ce compliquerait grandement et elle ne le souhaitait pas.

"- Je vais commencer simplement : Que trafiquiez-vous dans l'armoire à pharmacie du Conseil?"


Ne pas dire tout ce qu'elle savait. Se contenter de ce que Rain savait pour garder aussi de quoi rebondir par la suite. Et attendre une réaction, si tant est que Rain soit capable d'en avoir une. Le pistolet pointé sur la temps du professeur, sa main ferme et ne tremblant pas, elle n'avait plus qu'à attendre une réponse.
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 6527

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Face à face - Mer 14 Aoû 2013 - 23:07
Un semblant de rire, bref, comme si elle venait de dire quelque chose de comique. En tout cas, sous ses airs impassibles, Rain ne négligeait pas les moindres mini-expressions qui passaient sur le visage de Abygaïl. Elle scannait son attitude et en faisait un topo dans sa tête. Il y avait des possibilités qu'elle soit tombée sur la vraie, mais ce n'était pas pour autant que l'enseignante irait jusqu'à confier sa véritable identité. Ce n'était pas qu'une question de confiance : ce secret ne concernait pas qu'elle, c'était à ceux qui le connaissaient, à savoir les directeurs, Erox et Weiss, de décider si elle pouvait le révéler. Des personnes en qui elle faisait confiance personnellement, d'aucun ne savait ce qu'elle cachait. Ni Lev, ni Ritsu, ni Yan. Après tout, un secret restait un secret, moins il y avait de gardiens, mieux il était sauvegardé.

Le grognement avait cessé, mais la bestiole ne s'était pas écartée pour autant. La pression sur son corps n'était guère agréable, mais Rain ne cherchait de toute manière pas à bouger. Toujours est-il qu'elle maintenait l'avis qu'Abygaïl aurait dû frapper beaucoup plus fort pour arrêter une renégate. Il ne fallait pas hésiter à abattre, on pouvait toujours réanimer par la suite. D'un côté, cela restait rassurant vu la situation mais surtout parce que cela signifiait que la jeune amérindienne avait un minimum d'attache. Si les rôles avaient été inversés, aujourd'hui, qu'aurait-elle fait ? Qu'auraient-elles fait ? Bonne question. Sans doute que l'enseignante aurait été pour tuer… sans doute aurait-elle eu moins de pitié. Ah. De la pitié. C'était sans doute ça qu'elle devait inspirer en ce moment. Il n'y avait pas besoin d'être devin pour savoir qu'elle n'était pas au meilleur de sa forme, son teint pâle et ses cernes en disaient long d'eux-mêmes.

Rain se laissa donc dépouiller de ses armes, ses mains ne bougeant toujours pas de leurs positions. Ses treize lames furent ainsi ôtées, et de ses Desert Eagle, Abygaïl n'en laissa qu'un avec le reste. L'autre, elle revint avec quelques minutes plus tard, après avoir refermé à clé la porte de son bureau. Le canon fut pointée dans la direction de sa tête, ce qui emmena Rain à lever les yeux en l'air. En même temps, elle ne pouvait pas la blâmer, c'était déjà plus prudent de sa part.

- Au moindre mouvement suspect, à la moindre fatigue ressentie ou autre, je presserais la détente. Maintenant, je pense que nous serons plus à l'aise assises pour discuter. Alors vous savez ce qu'il vous reste à faire...

Bof, allongée lui convenait très bien, en fait… son corps était si endolori que si la créature féline n'avait pas été au-dessus d'elle, Rain n'aurait su bouger plus que cela. Le poids de l'animal finit tout de même par disparaître, et la jeune femme eut la confirmation, elle aurait du mal à se mouvoir. Malgré tout, elle tâcha de se relever, en prenant d'abord appui sur ses coudes. Son regard chercha automatiquement les anti-douleurs qu'elle avait laissé tomber, mais c'était peine perdue pour les retrouver, parmi cette mer de cachets rendue floue par sa propre vision, embrouillée par la fièvre. Serrant les dents, la jeune femme se releva tout de même et alla se placer sur une chaise. Sans même se faire prier, elle rassembla ses mains derrière le dossier afin de laisser le soin à la vice-présidente de les lui attacher, ce qu'elle semblait avoir de toute manière l'intention de faire.

- Il aurait fallu frapper plus fort pour mettre hors d'état de nuire une renégate, c’est vrai. Cependant, si vous jouez un double-jeu, vous détenez forcément des informations qui peuvent à nous aussi nous être utile. Hors un cadavre ne parle pas.  Même si je ne m'attends pas à votre entière coopération, j'attends au moins des explications.

- Un cadavre ne riposterait pas non plus... Le temps qu'il redevienne vivant. Mais l'interroger à deux aurait été plus prudent, n'est-ce pas ?

Ses os semblaient à présent fondre, son sang en ébullition. Et une nouvelle crise… Rain serra les dents, le regard obstinément braqué devant elle. Des gouttes de sueur commençaient à apparaître sur son front. L'une d'elles roula le long de sa joue, le genre d'effet qu'il aurait pu avoir si elle s'était retrouvée dans un sauna. Mais la vérité était autre. Elle se trouvait actuellement attachée à une chaise, son propre pistolet contre la tempe, face à une membre du Conseil encore moins amicale que d'habitude, le tout avec un corps dont la température commençait à grimper en pic. Cela allait être spécial comme interrogatoire.

- Si je puis me permettre, vous devriez fermer la porte principale du bureau. Ou me déplacer au cachot… je ne dirai pas non à un peu de fraicheur...

Pourquoi elle sentait qu'elle allait se faire envoyer chier ? Ah, peut-être parce que de base, les prisonniers, et en prime traîtres, n'avaient en règle générale droit à aucune faveur. Quelle plaie… elle avait bien envie de lui crier que tout cela n'était qu'une erreur, qu'elle était bel et bien dans son camp et qu'elle était suffisamment dans la merde déjà avec la mission suicide que lui avaient confiée ses soi-disant alliés… Mais elle n'avait pas le droit. Cela faisait partie de ses obligations d'agent secret, ne pas trahir sa véritable appartenance sans être à cent pour cent sûre que ce secret sera gardé. En d'autres termes, cette décision devra être prise en la compagnie d'une autre personne déjà au courant. La protection de l'académie en dépendait.

- Je vais commencer simplement : Que trafiquiez-vous dans l'armoire à pharmacie du Conseil?

Sa respiration commençait à se faire lourde, des frissons parcouraient sa peau mais Rain tentait de garder tout de même une certaine contenance. Personne n'était non plus savoir pour ses problèmes de santé, même pas les directeurs ou Weiss. Elle n'en avait parlé à personne et se soignait toujours à l'abri des regards. Peut-être une question de fierté, et peut-être pour se convaincre soi-même qu'elle était toujours apte à continuer…

- Je prenais mes antidouleurs. Je n'attends pas que mes blessures guérissent totalement pour repartir en mission, j'en paie le prix fort.

Semi vérité, mais cela devrait suffire... Normalement. Cependant, comme son interlocutrice le lui faisait comprendre, elle avait commencé simplement. Le reste des questions allait sans nul doute être plus délicat à répondre sans trahir son secret ni violer son serment. Maintenant, est-ce qu'elle allait vraiment tenir jusqu'à la question suivante… Bonne question. Elle aurait bien demandé de l'eau, pour le coup, mais sa fierté maladive lui jouait des tours. Elle se contenta donc de la fermer et de serrer les dents, attendant la suite sans broncher.



Kit fait par mon Lié adoré ♥
FicheJournalThèmeAwardsGalerieDerrière l'écran ♦ Ma couleur : #D09D28

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

Invité
avatar
Invité
Re: Face à face - Jeu 15 Aoû 2013 - 18:22
- Un cadavre ne riposterait pas non plus... Le temps qu'il redevienne vivant. Mais l'interroger à deux aurait été plus prudent, n'est-ce pas ?

Pourquoi tous les gens qu’elle croisait à l'Académie avaient tous si peu conscience du prix d'une vie? Est-ce parce qu'ils avaient la possibilité de revenir quasi indéfiniment à la vie qu'ils la méprisaient autant au final? Tuer, même elle n'avait au final que ce mot là à la bouche même si elle ne le disait pas franchement. Dans un sens, ce genre de réflexion l’écœurait purement et simplement. En effet, il n'y avait rien de plus simple que de transformer un être vivant en cadavre, c'était à la portée du premier imbécile venu. Le garder en vie, par contre, voilà qui demandait beaucoup plus en revanche. Elle ne ferait pas part de ses réflexions au professeur face à elle, de toute façon, ça ne l'intéresserait pas et elle n'était pas là pour mener un débat sur le bienfondé de la destruction systématique ou non de ce qu'elle jugeait être son ennemi.

L'interroger à deux? Pourquoi faire? Si son arrestation se révélait une erreur, ce dont elle doutait férocement, il n'y aurait aucun témoin. Si jamais ses soupçons se confirmaient, elle n'aurait qu'à envoyer Kirara chercher quelqu'un sans quitter la prisonnière des yeux. En agissant ainsi, elle se préservait, elle et son suspect, sur tous les plans alors elle ne comptait pas changer sa façon d'agir, encore moins pour les beaux yeux de cette chère Rain. Après tout, elle restait professeur de combat rapproché, un adversaire à ne pas négliger mais au vu de son état qui semblait ne pas s'améliorer pour ne pas dire carrément, empirer doucement sous son regard, elle ne courrait en ce moment pas le moindre risque. Alors, restant toujours le plus neutre qui soit, son cœur se recouvrant de cette pellicule de glace afin de faire abstraction de son ressenti personnel, elle se contentait d'observer et de surveiller avec une attention accrue le moindre mouvement de sa prisonnière.

- Si je puis me permettre, vous devriez fermer la porte principale du bureau. Ou me déplacer au cachot… je ne dirai pas non à un peu de fraicheur...

La porte du bureau était déjà fermée, verrouillée avec soin derrière elle à peine un pied posé dans le bureau. L'histoire du cachot aurait pu la faire sourire si un détail n'avait pas attiré son attention. L'état de Rain était loin d'être bon, c'était l'évidence même. La sueur coulait lentement de son front et elle semblait perdre contenance. Finalement, il était presque préférable qu'elle soit attachée auquel cas elle aurait sans doute finie par s’étaler purement et simplement au sol. Une des raisons de sa réserve à contre-attaquer? Voilà qui ne ressemblait pas à la femme qu'elle connaissait en tout cas et qui piqua sa curiosité. Mais qui également rendait sa première question plus intéressante encore. Oui, elle n'avait absolument pas tenue compte des paroles de sa prisonnière et ne reviendrait pas dessus. Elle attendait des réponses et tant qu'elle n'aurait pas de quoi la satisfaire, son attitude ne changerait pas.

- Je prenais mes antidouleurs. Je n'attends pas que mes blessures guérissent totalement pour repartir en mission, j'en paie le prix fort.


Un regard échangé et Kirara alla faire un tour du côté des médicaments éparpillés au sol. Les reniflant les uns après les autres, laissant sa langue en effleurer à peine la surface de certains, elle ne put en effet repérer que des médicaments traditionnels. Pas de poison ni rien d'autre de ce genre. Au moins un bon point pour elle, elle avait dit la vérité. Elle ferait donc elle aussi un effort en direction de la renégate. Via leur vision partagée, elle repéra le tube contenant les antidouleurs et Kirara le ramassa avant de le lui amener, le laissant chuter entre ses doigts. La jeune apprentie déesse joua quelques instants avec entre ses doigts avant d'en faire sauter le bouchon et d'en faire tomber deux cachets qu'elle posa sur le coin de son Bureau. Puis, elle se procura un verre d'eau fraiche, gardant Rain en joue tout ce temps avant de s’adresser à elle.

"- Souffrir inutilement ne nous avancera à rien ni l'une ni l'autre. Si vous les voulez, hochez simplement la tête."

Rien au départ, juste deux visages de femmes si semblables et si différentes se jaugeant à leur manière. Puis un signe, presque imperceptible. Alors, la jeune précolombienne déposa les cachets sur la langue de sa prisonnière et l'aida à boire, à petites gorgées, pour ne pas risquer qu'elle s'étouffe. Comment en étaient-elles arrivées là? Elle avait encore tant de difficulté à le réaliser. Mais les choses étaient ainsi et maintenant que la machine était lancée, elle devrait aller jusqu'au bout. Une fois le verre vide, l'apprentie le reposa sur le coin de son bureau avant d'en revenir à son interrogatoire. Cet épisode avait peut-être été une parenthèse mais son but n'avait pas changé pour autant.

"- Bien, reprenons à présent. A qui avez-vous communiqué la liste des membres actuels du Conseil?"

La réponse était évidente et elle se doutait qu'elle ne tirerait rien de sa question mais à quoi bon dévoiler tout de suite tout ce qu'elle avait entendu? Rain avait des soupçons mais aucune certitude, tout comme elle en avait bien peu également au final. Mais elle gardait l'avantage de la situation pour le moment et c'était loin d'être un fait négligeable. Maintenant, elle serait curieuse de voir si Rain mettrait de la bonne volonté à répondre ou si elle se limiterait au minimum syndical. De toute façon, la nuit tombait à peine, elle avait donc tout son temps pour poursuivre son interrogatoire tranquillement alors pourquoi se presser? De toute façon, elle mettrait du temps à digérer toute cette histoire, elle le savait pertinemment. Même si rien ne se voyait au-dehors, redevenue d'apparence calme et déterminée, glaciale comme les neiges éternelles, au fond d'elle, elle espérait encore faire fausse route, bien que cet espoir s'amenuise lentement comme une étincelle qui se meurt dans la brise du soir.
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 6527

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Face à face - Dim 1 Sep 2013 - 22:35
La méfiance. C'était ce qui ressortait du côté de celle qui l'interrogeait en ce moment, en dehors de son sang froid habituel. Bien sûr, la colère était encore présente et compréhensible, mais cette fois elle avait été refoulée. De toute manière, Rain doutait qu'Abygaïl ait eu réellement l'intention de la tuer depuis le début. Leurs visions semblaient différer sur la manière d'opérer face à une potentielle renégate, même si tout cela ne restait qu'à l'état de supposition puisqu'aucune réponse n'était venue compléter ses réflexions à ce propos. Sans aucun doute était-ce à cause de leurs passés respectives, qui leur offraient une vision de la chose très différente. Rain avait un instant pensé qu'elles se ressemblaient, mais au fond, il y avait quand-même pas mal de différence. L'enseignante, elle, n'aimait peut-être pas nécessairement tuer mais avait un point de vue sur la vie et la mort beaucoup plus radicale, plus… technique et beaucoup moins humain que celui d'Abygaïl. Pour elle, tuer était toujours l'option la plus sûre mais aussi la plus simple lorsque l'on se trouvait à une personne dangereuse, même si le camp de cette personne et ses intentions n'étaient pas pour autant déterminés. Sur ce point, leurs avis différaient, elle en avait bien l'impression, et pour Rain, cette situation aurait pu tourner vraiment mal si elle avait été réellement une renégate. Bien sûr, elle n'était pas vraiment en position de lui dire comment agir face à un traître, et même si elle l'avait été, elle ne le ferait pas, ceci n'étant pas dans ses principes. Elle ne pouvait pas non plus lui reprocher quoi que ce soit. En somme c'était simplement une autre manière de pensée, plus proche de ce qu'elle cherchait à atteindre… Mais bon, on ne changeait pas ce qu'on était du jour au lendemain.

- Souffrir inutilement ne nous avancera à rien ni l'une ni l'autre. Si vous les voulez, hochez simplement la tête.

La jeune femme leva la tête vers celle qui venait de parler. Son état devait être vraiment déplorable pour qu'il se fasse ainsi remarquer et que son interlocutrice se décide à l'aider. Toutefois, Rain hésita dans un premier temps, passant en revue toutes les conséquences possibles dans sa tête avant de finalement hocher la tête. Pas un geste désespéré, non, mais elle n'allait pas refuser non plus. Effectivement, cela ne servait à rien de souffrir inutilement. Elles étaient entre alliées, au final. Même si l'une l'ignorait et que l'autre venait à peine de parvenir à cette conclusion après l'avoir longtemps analysée à la manière d'une machine. Néanmoins, Rain se demandait si les renégats la traiteraient de la même manière si un jour elle venait à se faire capturer. La question était à se poser en effet et la réponse ne se faisait pas vraiment douter… Au fond l'enseignante savait que ça devait forcément lui arriver un jour où l'autre. C'était le prix à payer, cela faisait partie des choses qu'elle était prête à sacrifier pour les siens. Et ces choses formaient un tout. Tout ce qu'elle avait, en somme. Actuellement elle se retrouvait à devoir jouer un rôle face à l'une de ses alliés. Jouer un rôle… tout en faisant attention à ne pas prendre le jeu à la légère. Car si son propre avis était fait, rien ne disait qu'elle n'avait pas fait fausse route et il valait mieux pour elle rester sur l'idée de base : ne pas révéler son identité sans l'autorisation d'une autre personne au courant du secret.

Ceci dit, la parenthèse du verre d'eau gracieusement offert fut rapidement fermé. Sa température corporelle avait retrouvé un niveau plus normal et sa douleur fut quelque peu apaisée. Ce n'était que temporaire bien entendu, mais au moins Rain se sentait plus d'attaque à garder une certaine contenance. Bien sûr, cela aurait été plus simple de tomber dans les pommes mais elle préférait garder les choses un minimum en main quand-même.

- Bien, reprenons à présent. A qui avez-vous communiqué la liste des membres actuels du Conseil?

Test ou véritable interrogatoire ? Elle pencherait pour la deuxième option, mais ne pouvait s'y fier totalement pour autant. Encore une fois, la jeune femme se contenta donc de fournir une réponse passe-partout.

- Vous connaissez déjà la réponse à cette question, je me trompe ?

Combien de temps allait durer ce jeu ? Bonne question. Le temps que mettront Weiss ou Erox pour rappliquer sans doute. Pas sûr que la porte retiendrait des membres du Conseil intrigués par la fermeture avant l'heure du bureau. Et peut-être même que le jeu virerait au drame si Lev rappliquait. C'était aussi la raison pour laquelle elle avait daigné se laisser soigner. S'il débarquait en la retrouvant évanouie, c'était un bain de sang qui allait suivre… Que ce soit du côté d'Abygaïl ou du garçon, les dommages collatéraux étaient presque garantis. Et bon, Rain préférait éviter ce genre de scène, si possible. Alors elle se jugeait apte à le rassurer si jamais il venait à se ramener. Seulement elle n'avait pas encore réfléchi à quoi lui dire sans faire voler sa couverture. Il fallait qu'elle s'y penche.

- Si j'étais décidée à tout avouer, je l'aurai fait depuis le début, puisque je ne comptais pas riposter, n'est-ce pas ? Et si cela ne s'est pas fait, c'est que cela ne se fera pas. Vous perdez votre temps.

Qu'Abygaïl prenne cela pour une provocation ou non, peu lui importait. Elle interprétait ça comme elle le voulait, elle le prenait comme ça lui venait, mais une chose était sûre, cette provocation était tout sauf du bluff.



Kit fait par mon Lié adoré ♥
FicheJournalThèmeAwardsGalerieDerrière l'écran ♦ Ma couleur : #D09D28

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

Invité
avatar
Invité
Re: Face à face - Mar 3 Sep 2013 - 9:49
Visiblement, les médicaments que Rain avait avalés semblaient faire leur effet. C'en était d'ailleurs troublant qu'ils lui permettent aussi vite de récupérer mais en même temps, peut-être que ses pouvoirs jouaient dessus aussi; Depuis qu'elle était morte, elle avait bien pu se rendre compte que les maladies, les blessures et autre ne l'affectait pas comme par le passé, pour les médicaments cela devait être pareil. Enfin, ce n'était pas le plus important sur l'instant mais le fait de savoir que sa prisonnière du moment n'était en train de sombrer en se détruisant sur place l’arrangeait aussi. Elle n'était pas du genre tortionnaire et ennemi ou pas, la dignité était une chose sur laquelle elle ne reviendrait pas. Ils restaient des êtres vivants, peu importe leur appartenance à tel ou groupe.

Maintenant que la professeur allait mieux, elle allait pouvoir reprendre ses questions. Ne pas trop dire, commencer par faire simple. De toute façon, aurait-elle une réponse? Elle en doutait sérieusement. Rain n'était pas n'importe qui non plus. Mais qui ne tente rien n'a rien. Alors autant voir par soi-même. Et puis, elles étaient seules ici excepté la présence de Kirara, personne pour venir les interrompre. Il restait simplement à voir si la renégate s'avouerait coopérative ou pas.

- Vous connaissez déjà la réponse à cette question, je me trompe ?

Répondre à une question par une autre question. Noyer le poisson en d'autres termes. Pourquoi est-ce qu'elle s'était attendue à une réponse de ce genre? Peut-être parce qu'elle aurait été déçue du contraire de la part de Rain. C'est ce qui faisait aussi la complexité de leur confrontation. L'indienne savait très bien qu'il en faudrait plus pour la faire parler mais elle ne voulait pas non plus tomber aussi bas que les gens de la Guilde Noire ou d'autres, qui étaient prêts à tout, surtout au meurtre voir pire, simplement pour une information. Elle se contenta de hausser les épaules, sans changer d'expression ni de position. A ce rythme-là, cela pouvait durer longtemps. Très longtemps.

- Si j'étais décidée à tout avouer, je l'aurai fait depuis le début, puisque je ne comptais pas riposter, n'est-ce pas ? Et si cela ne s'est pas fait, c'est que cela ne se fera pas. Vous perdez votre temps.

Voilà toute la contradiction même de cette rencontre. Dès l'instant ou la porte du bureau du Conseil s'était refermée derrière elles, Rain avait su que la jeune précolombienne savait des choses dont elle n'aurait pas dû être au courant. Elle n'avait pas ripostée, elle s'était laissée capturée sans opposée de résistance mais cela aurait été trop facile que dans le même temps, elle se décide à lâcher la vérité. Et maintenant, elle mettait d'elle-même les choses au clair. Si elle n'avait pas parlé, elle ne le ferait as point. Et la jeune femme ne comptait pas en venir à la violence ou quoi que ce soit d'autre pour arriver à la faire céder. Après tout, une machine reste une machine. Elle n'était pas semblable à Hango mais quelque part, elle était peut-être plus proche de lui que d'un humain réel. A peine un léger soupir qui s'échappa des lèvres de la jeune apprentie-déesse.

"- Oui, je perds mon temps. Mais des vies sont en jeu, et ce n'est pas la mienne qui m’intéresse. Alors, si je ne peux rien savoir, cela ne m'empêche pas de vous empêcher d'agir. Ainsi, faute d'avoir résolue cette énigme, j'aurais protégé ceux qui le méritent. Un accident est si vite arrivé...."

Elle avait volontairement réutilisée la phrase de l'homme qu'elle n'avait pas vu mais dont les mots étaient parvenus jusqu'à elle grâce à Kirara. Rain ne pourrait manquer de noter ce détail et même si la jeune fille ne s'attendait pas à ce que cela change la donne, peut-être malgré tout que la professeur réaliserait que la jeune fille en savait bien plus qu'elle ne le lui montrait. Pourtant, cette situation ne lui plaisait pas. Il y avait trop peu d'évolution, chacune restait trop sur ces positions pour que les choses avancent. Mais il n'y avait pas vraiment de moyen non plus de dégoupiller réellement la situation. Elles tournaient en rond et cela risquait de durer encore longtemps comme cela.

"- De toute façon, je n'ai pas besoin que vous en disiez davantage, j'en sais déjà bien assez pour ma part. J'aurais seulement préféré que toute cette histoire se règle de façon.... plus civilisée dirons-nous. Après, vous avez fait votre choix, j'ai fait le mien."


Même pas une menace, une simple constatation. Dès le départ, elle aurait pu choisir d'en parler aux autres membres du Conseil et attendre leurs avis pour intervenir. Mais la sécurité des autres élèves passait avant tout. Même si Rain était relativement hors d'état de nuire, elle restait dangereuse. Et si elle ne voulait rien dire, eh bien tant pis, elle la laisserait à son silence. La jeune femme saisit un bout de papier sur lequel elle se mit à griffonner quelques mots rapides avant de la tendre à Kirara qui le saisit avant de quitter la salle. Seule, elle n'arriverait à rien avec Rain, autant voir si d'autres seraient plus à même de la faire parler, ne serait-ce qu'un peu.
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 6527

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Face à face - Jeu 5 Sep 2013 - 12:23
- Oui, je perds mon temps. Mais des vies sont en jeu, et ce n'est pas la mienne qui m’intéresse. Alors, si je ne peux rien savoir, cela ne m'empêche pas de vous empêcher d'agir. Ainsi, faute d'avoir résolue cette énigme, j'aurais protégé ceux qui le méritent. Un accident est si vite arrivé...

Oh oh. Ainsi donc, elle l'avait bien tracée lorsqu'elle avait été à la rencontre de son correspondant renégat. Depuis quand c'était le cas ? Elle la suivait aux toilettes aussi ? L'espace d'un instant Rain faillit balancer cette réplique, mais se mordit les lèvres pour se forcer à garder un semblant de sérieux. La situation ne s'y pressait pas, et puis la réplique laisserait comprendre un aveux. L'aveux de l'existence d'une discussion au cours de laquelle la phrase référence avait été prononcée. Est-ce qu'elle avait entendu toute la discussion ? A priori, oui. Vu qu'elle parlait de vies qui étaient en jeu, c'était qu'elle devait être au courant pour sa nouvelle mission. Déjà avec celle-ci, Rain était dans la merde mais si en plus son vis-à-vis se décidait à faire d'elle son ennemie, cela n'allait pas le faire. En ce moment elle avait surtout besoin d'aide. Besoin qu'on la sorte de là. Pas de ce bureau où elle se trouvait attachée les poings liés derrière une chaise, mais du dilemme dans lequel on avait fini par la plonger.

- De toute façon, je n'ai pas besoin que vous en disiez davantage, j'en sais déjà bien assez pour ma part. J'aurais seulement préféré que toute cette histoire se règle de façon.... plus civilisée dirons-nous. Après, vous avez fait votre choix, j'ai fait le mien.

Une autre réaction de sa part l'aurait étonnée. Abygaïl se montrait digne, même avec les prisonniers, pas comme ces tortionnaires qu'elle avait pu rencontrer lors de ses missions passées, au temps où elle était encore vivante. Peut-être que leur relation a priori pas mauvaise pouvait jouer aussi dans son comportement. Après, cela pouvait très bien être une faiblesse. En ce moment, Rain était surtout occupée à observer son interlocutrice. Celle-ci s'occupa de griffonner quelques mots sur un bout de papier. La sous-estimerait-elle ? Non, Kirara veillait mais ce ne serait pas assez si l'enseignante se décidait vraiment à en finir. Elle courait actuellement des risques même si Rain ne doutait une seconde que sa garde n'était pas baissée pour autant. Ne jamais sous-estimer l'adversaire… Cependant, elle avait bien d'autre occupation de prédilection que de prendre les personnes de haut, alors elle se contenta de la fermer pour une fois.

- Bonne idée le bout de papier…

Le chat démon prit le bout de papier en question dans la bouche et détala hors de la salle. Rain demeurait immobile, profitant des effets atténués de sa fièvre. Son regard se perdit devant elle. C'était mieux que s'il se perdait dans le blanc des yeux de son interlocutrice. Sérieusement… si personne ne chopait le message, elle était bonne pour se fossiliser dans sa chaise.

- Sinon, vous me surveilliez depuis quand ?

Question balancée comme ça. Sans besoin vital d'obtenir une réponse. Peut-être pour lancer un semblant de conversation, mais celle-ci n'eut pas le temps de débuter. Des bruits de pas précipités se firent entendre et voilà qu'Erox apparaissait dans l'encadrement de la porte. Fermant celle-ci derrière lui, il s'excusa poliment pour le dérangement, même si ce genre de comportement pourrait être interprété comme ironique dans cette situation. Il leur pria ensuite toutes les deux d'invoquer leurs masques respectives, avant de faire de même. C'était le rituel qui prouvait leur véritable identité, puisqu'ils étaient seuls à pouvoir le faire. A première vue, cela pouvait paraître complètement paranoïaque mais avec ce qui traînait… Rain était bien infiltrée chez les renégats, ils pouvaient très bien s'attendre à des imposteurs dans leur propre camp. Malheureusement, dans son cas, l'enseignante n'avait pas vraiment été en position de demander à Abygaïl de prouver son identité… Enfin au moins, maintenant, c'était chose faite.

Une fois les trois membres du Conseil certains de se retrouver avec ceux qu'ils connaissaient, Erox s'avança dans l'optique de détacher la professeur. Sauf que la vice-présidente n'était pas vraiment décidée à le laisser faire, voulant avant tout rester prudente. Le Chevalier la rassura alors qu'elle craignait rien, puis, après un bref regard échangé avec la captif, se décida à annoncer la nouvelle à l'apprentie-déesse des animaux. Avant cela, il prit une série de précautions. D'abord psychologiques : s'assurer qu'elle saurait lui faire confiance tout comme il était prêt à lui faire confiance, mais surtout à faire comme si ce qu'il s'apprêtait à lui dire n'avait jamais été dit. Ensuite matérielles : la porte du bureau fut verrouillée magiquement, les protégeant de toute oreille et regard indiscrets, mais les isolant de tout bruit extérieur en contrepartie. Enfin, ce n'était pas comme s'ils s'attendaient à ce que l'académie se fasse attaquer en ce moment alors ce n'était pas grave, surtout que tout serait réglé en quelques minutes, normalement. Quoique, pour bien expliquer la situation de Rain, cela allait prendre un peu plus de temps que pour un agent double normal. Être dans un camp, faire semblant de l'espionner pour le compte de l'autre afin de mieux infiltrer ce dernier, c'était un plan assez tordu de base. Et beaucoup plus risqué, aussi.

Voilà. Secret révélé. Erox avait fait son choix. Justification quant au silence du président et lui-même ? Moins il y avait de gardien pour un secret, mieux il était protégé. Règle élémentaire dans ce genre de stratégie. Maintenant, ils ne pouvaient plus que compter sur son silence, mais surtout sa discrétion. Faire semblant d'ignorer ce secret, c'était ce qu'ils faisaient tous pour le protéger.


[HRP : Erox m'a donné la permission de mettre son perso en PNJ tout en me demandant de le jouer un minimum, alors je pense qu'on va se contenter de discours indirect. J'espère que ça ne te dérange pas ~]



Kit fait par mon Lié adoré ♥
FicheJournalThèmeAwardsGalerieDerrière l'écran ♦ Ma couleur : #D09D28

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

Invité
avatar
Invité
Re: Face à face - Ven 6 Sep 2013 - 9:45
- Bonne idée le bout de papier…

Évidemment, sa démarche ne pouvait pas avoir passé inaperçu aux yeux de sa prisonnière mais cette dernière ne savait rien du contenu de son message. Qui de toute manière était codé. Paranoïaque? Sur certains sujets, il serait presque possible d'y croire. La jeune précolombienne ne releva pas le commentaire de la renégate, attendant simplement le retour de messager du moment et, encore mieux, du renfort. Qui serait le premier à venir, c'était plus cette question-là qui occupait l'esprit de la jeune apprentie déesse. Kirara connaissait aussi tous les membres du conseil et elle lui avait simplement demandé de ramener Weiss ou Erox le plus vite possible. Alors il restait une part d'imprévu, même pour elle.

- Sinon, vous me surveilliez depuis quand ?

Son regard revint au professeur attaché devant elle. Véritable question ou simple besoin de combler le silence qui était pesant entre elles? Au final, est-ce que cela changeait réellement quelque chose? Non, rien. Niveau réponse, elle aurait pu dire un peu tout ce qu'elle voulait, comme la femme n'avait rien qui pourrait l'aider à situer la franchise de sa réponse mais plutôt que de risquer de se lancer dans un débat intéressant, la jeune fille préféra garde le silence. Son lien avec Kirara lui fit voir une silhouette en mouvement, courant les rejoindre. Bien, les choses allaient peut-être enfin évoluer. Dans quel sens, cela restait à découvrir encore.

Ce fut Erox qui pénétra dans la pièce, Kirara se faufilant sur ses talons pour retrouver sa place à côtés de sa maitresse tandis que le membre du Conseil refermait derrière lui en s'excusant. L'indienne ne broncha pas, à peine un léger hochement de tête en guise de salut. Mais déjà, le garçon prenait la direction des opérations si l'on pouvait dire les choses ainsi. Il demanda l'invocation des masques, ce qui fut rapidement fait par chacun des membres présents. Y avait-il une réelle utilité à cette démonstration en cet instant? Enfin, elle ne discuterait pas, si cela pouvait le rassurer. La précolombienne fut presque déçue de voir apparaitre le masque sur le visage de X, car cela ne faisait que rajouter à ses yeux un poids à sa traitrise. Peut-être avait-elle encore espéré que ce ne soit pas vraiment Rain au fond. Malheureusement, les choses étaient ainsi.

Une fois la formalité des identités vérifiées, Erox se dirigea aussitôt vers le professeur dans le but de la détacher mais la jeune indienne accompagnée de son familier lui firent comprendre sans un mot que s'il voulait faire cela, il faudrait d'abord qu'il s'explique. On ne libère pas un renégat aussi simplement, surtout pas un aussi dangereux qu'elle. Il y eut un échange de regards qui ne lui plut pas vraiment avant que la sécurité de la pièce soit montée à son niveau maximal. Isolés dans une bulle hors du temps quasiment, aucun son ni aucune image ne pouvant plus sortir des lieux, le jeune homme commença à lui demander sa confiance, son silence, comme s'il se préparait à lui révéler la fin du monde ou équivalent. Dubitative, elle finit par se ranger à ses arguments, reculant un peu et attendant une explication qui donc, ne tarderait plus à venir.

Et voilà, l'explication tomba. Claire mais subtile, simple mais pourtant tellement compliquée, nette mais dangereuse. Rien dans l'attitude de la jeune fille ne changea, toujours ce regard neutre et profond, froid et précis. Cependant, il était évident qu'elle pesait chaque mot, chaque phrase, cherchant à y déceler une possible faille ou une erreur quelconque. Mais non, rien de tout cela. Seulement une vérité assez tordue pour correspondre au personnage de Rain, certes, mais aussi trop bien montée pour n'être qu'un mensonge. Il fallait se rendre à l'évidence, la Deus était vraiment prête à mettre tous les moyens en œuvre pour garder un coup d'avance sur les renégats. Personne n'était au courant pour conserver au mieux ce secret, elle pouvait très bien le comprendre mais maintenant, elle faisait aussi partie des gardiens en question. Eh bien, quelle soirée.

Son regard d'ambre passa de Rain à Erox puis fit l'inverse avant de baisser l'arme qu'elle avait toujours en main et de la poser sur son bureau. Pas besoin d'un long discours pour montrer qu'elle avait compris. Le message était clair: Rain n'était pas une ennemie. Sans se presser ni présenter aucun changement de comportement, elle s'en vint défaire les liens de sa prisonnière, lui rendant sa liberté. On comptait sur sa discrétion et son silence, il n'avait pas à s'inquiéter pour cela. Sa confiance par contre, s'ils désiraient réellement la gagner et la conserver, ils devraient s'en montrer digne et ça, ce n'était pas encore gagné. Elle laissa le professeur terminé de se sortir de ses entraves tandis qu'elle reposait sur le bureau toutes les armes qu'elle lui avait confisquées plus tôt. Maintenant, tout cela n'était plus de son ressort et dans un sens, tant mieux.

"- Vous êtes donc libre et absoute de toute surveillance. Jusqu'à ordre contraire, évidemment."

Pour le coup, il lui demeurait un gout amer en bouche. Rain était une taupe à double niveau, voilà qui pourrait les aider mais aussi jouer contre eux. Et au fond, elle n'aimait pas cette situation qui était tout sauf franche. Enfin, de toute façon, dès l'instant où elle aurait franchi la porte du Conseil toute cette histoire ne serait plus qu'un lointain souvenir qu'elle oubliera, le rangeant dans un coin isolé de sa mémoire. Elle avait découvert des choses qu'elle n'aurait pas du savoir, elle ne s'en prendrait qu'à elle-même. Mais au moins, elle avait fait son devoir. Cette fois-ci, cela avait été une fausse alerte mais rien ne dit que la prochaine le serait aussi. Alors elle resterait sur ses gardes, et tant pis si pour cela elle devait à nouveau s'éloigner de tous et de tout pour finir seule une fois de plus. Le froid de la solitude, maintenant, elle connaissait bien. Elle récupéra Kirara dans ses bras, songeant qu'au final comme même ses alliés devenaient des agents doubles, il était plus que jamais urgent qu'elle devienne forte pour pouvoir se battre seule, si un jour les choses tournaient vraiment mal.
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 6527

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Face à face - Sam 21 Sep 2013 - 21:06
Music (juste celle qui m'a inspirée pour le post, pas vraiment en rapport avec celui-ci par contre)

La tension était palpable. L'air semblait peser des tonnes. Heureusement que ce n'était qu'une impression, qu'une expression, ou leurs corps n'auraient pas tenu le coup. Rain de son côté se contentait de fixer un point devant elle, pendant que Erox s'occupait de mettre au courant leur amie la vice-présidente. Suivant toute logique, cette dernière se méfia dans un premier temps des dires de leur collègue du Conseil, pesant chaque mot, analysant le sens qu'ils dégageaient ensemble afin d'en desceller une erreur, une faille, mais en vain, puisqu'il s'agissait de la vérité. Une vérité qui pourrait passer l'enseignante pour une tordue de première, une suicidaire, ou bien comme le bouc émissaire que les directeurs avaient décidé d'envoyer sur la première ligne du champ de bataille. Bien sûr, tout cela n'avait jamais été autre que la décision de Rain elle-même. Et non, elle n'était pas suicidaire. Tordue sans doute, mais pas suicidaire, ou elle aurait été bien moins prudente dans ses actions… Bien qu'en soi, à moins de finir paranoïaque, il fallait bien finir par accepter que dans un monde comme celui-là, on n'était jamais à l'abri de rien. Du moins, tant que personne n'aurait trouvé une parade contre tous les pouvoirs divins.

On eut donc l'amabilité de lui ôter ses liens, la laissant toutefois terminer la manœuvre seule. Rain s'occupa donc d'achever le travail sans un mot, tandis qu'à ses oreilles résonnaient les cliquetis des armes qu'Abygaïl déposait sur la table d'à côté. Elle décidait donc de lui rendre son arsenal, et ce non pas sans prononcer quelques mots, les premiers depuis l'arrivée d'Erox.

- Vous êtes donc libre et absoute de toute surveillance. Jusqu'à ordre contraire, évidemment.

La jeune femme demeura assise, les mains posées sur ses genoux et le regard perdu quelque part devant elle. Erox leur annonça alors avoir simplement fait un saut rapide par ici vu l'urgence de la situation mais qu'il avait encore beaucoup de choses à faire. A présent que les affaires étaient réglées, il estimait pouvoir prendre congé. Ce après quoi il s'éclipsa aussi vite qu'il était apparu, laissant ses deux collègues à nouveau face à face dans le bureau du Conseil. Ce fut à ce moment-là que Rain reprit la parole. Elle n'avait pas envie de retenir le chevalier, connaissant son emploi du temps aussi chargé que le sien, c'est pourquoi elle se décida à parler une fois le jeune homme parti.

- Libre, je ne le suis pas, pas plus que je ne serai absoute de toute surveillance.

Voire même en fait, elle ne serait jamais libre, ni absoute de toute surveillance. Non pas qu'elle était spécialement pessimiste, disons plutôt qu'il était question de réalisme. La liberté de soi s'arrêtait à celle d'autrui, ça c'était une règle qu'elle avait appris bien vite. De ce fait, la jeune femme considérait que tant qu'elle ne se retrouvait pas seule comme une belle poire dans ce monde, elle ne serait jamais libre. Quoi qu'on en dise, nos choix seront toujours influencés par nos relations. Quant à la surveillance… tant que les personnes, d'un camp ou l'autre, avaient quelque chose à tirer d'elle, elles continueront à le faire.

- Si vous m'avez bien suivie jusqu'au port, vous n'êtes pas sans savoir la nouvelle mission que les renégats viennent de me coller.

D'après ce qu'elle avait entendu jusque là, Rain en déduisait ainsi. Abygaïl l'avait suivie et avait entendu une bonne partie de la conversation, d'où sa référence finement glissée tout-à-l'heure. De toute manière, elle ne croyait pas vraiment en le hasard.

- Quoi que je fasse pour l'éviter, le reculer, ce moment viendra tôt ou tard, dit-elle presque pour elle-même, le regard toujours braqué devant elle.

La voie du Sacrifice était ainsi faite… Que ce soit celui des autres ou d'elle-même, il était toujours question de sacrifices. De lourds prix à payer pour parvenir à son but, mais Rain demeurait humble malgré les airs qu'elle se donnait, et à présent elle désirait connaître un avis extérieur à tout ceci, même si elle avait bien une idée de ce qu'elle ferait, c'était surtout pour mieux connaître son interlocutrice. Après tout, même si elles étaient issues d'un même recrutement, les deux jeunes femmes n'avaient pas vraiment eu l'occasion de parler hormis leur rencontre dans le parc et leurs cours de combat ainsi que de tir. Les instructions, les informations sur Hango L. Tengu, voilà tout ce qui constituait les paroles qu'elles avaient pu s'échanger dernièrement. Jusqu'à aujourd'hui.

- Que feriez-vous à ma place ? Qu'auriez-vous fait ?

Deux questions à la formulation similaire qui auraient pu laisser entendre une répétition mais il n'en était rien. Qu'aurait-elle fait ? Si le choix lui avait été offert, si l'occasion lui avait été donnée, aurait-elle été prête à jouer double-jeu pour mieux nuire à la guilde ? Et que ferait-elle, à présent, dans cette situation ? Serait-elle à sacrifier plus, encore plus, pour atteindre son but ? L'abattrait-elle si elle jugeait que Rain empruntait la mauvaise voie ? Toutes ces questions, il n'y avait qu'Abygaïl elle-même pour y répondre correctement, franchement. Maintenant qu'elles étaient toutes deux gardiennes d'un secret, elles avaient tout intérêt à apprendre à se connaître l'une l'autre et en profondeur. La confiance, c'était ce qui permettait même à un secret de rester ce qu'il était… Un lien fort, qui pourrait les protéger tous au cas où la situation venait à déraper. Voilà pourquoi Rain avait besoin de savoir. Savoir jusqu'où Abygaïl, elle, était prête à aller.



Kit fait par mon Lié adoré ♥
FicheJournalThèmeAwardsGalerieDerrière l'écran ♦ Ma couleur : #D09D28

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

Invité
avatar
Invité
Re: Face à face - Dim 22 Sep 2013 - 14:01
Maintenant que le quiproquo était résolu, la prisonnière du moment libérée, ayant récupérée ses armes et la jeune indienne ayant donné son approbation des faits, s'il l'on peut dire les choses ainsi, Erox se pressa de les saluer avant de quitter la pièce. Son emploi du temps était également plus que chargé et d'autres affaires réclamaient sa présence ailleurs. L'amérindienne ne fit rien pour le retenir et la laissa quitter la pièce afin d'aller vaquer à ses occupations. Elle avait bien trop de choses en tête pour souhaiter le retenir. Ainsi donc, un tel secret pesait sur l'Académie? Simplement droite face au professeur toujours assis, qui n'avait pas esquissé le moindre geste, elle essaya de réaliser tout ce que ses révélations pouvaient bien mettre en jeu. Mais elle fut coupée dans sa réflexion par une voix qu'elle ne pensait pas entendre si vite.

- Libre, je ne le suis pas, pas plus que je ne serai absoute de toute surveillance.

Son regard tomba sur la femme lui faisant face, la détaillant plus précisément. Elle n'était pas au mieux de sa forme, c'était évident, mais cela était loin d'être de son fait. Les médicaments avaient bien agis mais cela ne suffisait pas. Sans doute que les tracas et la difficulté de tenir cette mascarade ne faisait rien non plus pour lui faciliter la vie. La jeune fille avait beau rester encore méfiante, elle n'était pas stupide. Pour accepter de jouer  ce plus que dangereux, c'était sa vie que l'on mettait en jeu, et pas seulement le temps d'une mission mais bien H24, à chaque souffle, chaque geste et chaque parole. Non, elle ne serait jamais libre tant qu'elle jouerait ce double-rôle mais elle l'avait aussi accepté alors elle ne pouvait rien faire pour elle. A part ne pas la surveiller de son côté, ce à quoi elle s'était déjà engagée.

- Si vous m'avez bien suivie jusqu'au port, vous n'êtes pas sans savoir la nouvelle mission que les renégats viennent de me coller.

Tiens, elle daignait enfin aborder clairement le sujet. A quoi bon cacher ce qu'elle savait à présent? Elles restaient dans le même camp au final et, quelque part, le fait d'avoir appris que cette trahison n'en était pas tout à fait une la soulageait. Un peu seulement, mais c'était déjà ça. Tout était déjà si compliqué, si même au sein du Conseil les Membres retournaient leurs chemises, cela deviendrait vite ingérable. L'apprentie déesse hocha de la tête tandis que Kirara revenait se tenir aux côtés de sa maitresse. Elle pouvait sentir une pointe d'angoisse de la part de l'animal à l'instinct affuté, qu'elle partageait. Si Rain acceptait enfin de parler de ce dont elle avait refusé de même reconnaitre l'existence, il valait mieux se préparer à tout. Et surtout au pire venant de la Guilde Noire.

- Quoi que je fasse pour l'éviter, le reculer, ce moment viendra tôt ou tard


Bien sûr, c'était l'évidence même. Mais pourquoi avait-elle souhaité ne pas entendre ses mots? Parce qu'elle se doutait déjà de ce qui allait suivre. Elle aurait pu dire qu'elle en savait assez et partir, la porte n'était plus verrouillée et rien ne l'obligeait à rester ici pourtant, il y avait quelque chose qui la retenait. Elle ne voulait pas savoir la suite de ce qui allait se dire. Le regard fuyant du professeur ne faisant rien pour apaiser l'ambiance qui était devenue lourde. Simplement appuyée à la table, elle se contenta donc d'attendre que Rain termine sa pensée.

- Que feriez-vous à ma place ? Qu'auriez-vous fait ?

Un soupir profond lui échappa. Voilà, c'était exactement pour ça qu'elle aurait dû partir. Arrêter de jouer au bon samaritain, cela ne lui réussissait pas. Malheureusement, elle n'était pas en mesure de changer son propre mode de fonctionnement du jour au lendemain. Abandonnant sa place, elle s'approcha de la fenêtre pour jeter un coup d’œil au ciel nocturne avant de venir s’asseoir à son bureau. Ses doigts croisés au niveau de son menton, son regard perdu dans le vague, il était évident qu'elle réfléchissait plus que sérieusement à la question. Pourquoi faire? Elle savait déjà parfaitement la réponse qu'elle allait lui donner pourtant.

"- Je ne suis pas à votre place. Je ne connais pas tout des tenants et des aboutissants de votre infiltration alors mon avis ne pourra être qu'incomplet et subjectif."

Une pause. Nécessaire pour elle. Simplement le temps de bien remettre en ordre ses idées. Fermer les yeux un instant, prendre une grande inspiration et se lancer. Comme elle l'avait fait des millions de fois. Alors pourquoi ce poids sur ses épaules lui semblait-il si lourd cette fois?

"- Ce que je ferais? Je finirais par céder à leur demande, afin de sauvegarder ma couverture. Mais j'aurais pris le temps de choisir la bonne victime et d'avoir préparé mon coup parfaitement en amont. Il leur faut un membre du Conseil, voilà qui limite le nombre de candidat à 5. Et plus la personne atteinte sera importante, plus ma couverture sera protégée."

La voilà qui se mettait à penser comme si elle était à sa place. Et elle ne comptait pas s'arrêter là. Sa démonstration était déjà toute prête même si elle ne voulait pas en arriver au bout. Condamner quelqu'un. Voilà ce qu'elle l'impression de faire. Décider de qui devrait mourir pour le bien de tous. Choisir qui sacrifier pour espérer sauver encore un peu les apparences.

"- Weiss est trop important pour nous, impossible de lui faire remplir ce rôle. Kate est trop instable pour que sa mort soit réellement un atout pour eux. Au contraire, tenter de la faire jouer contre nous pourraient les intéresser. Lev n'a encore eu aucun impact réel sur le monde humain alors il n'est pas une cible des plus intéressantes. Erox n'est pas assez investi dans les tâches liées à la Guilde Noire en ce moment pour représenter une véritable menace pour eux. De ce fait, il ne reste qu'un seul candidat à cette liste."


Un silence. Pesant. Son regard qui fixa un point droit devant elle, invisible. Son corps qui ne broncha pas et sa voix qui resta parfaitement égale. Et ce mot qui résonna dans la salle comme une sentence mais également comme une évidence.

"- Moi...."
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 6527

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
6100/6000  (6100/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Face à face - Lun 23 Sep 2013 - 21:50
En effet, Abygaïl n'était pas à sa place. Est-ce qu'elle serait assez folle pour se foutre dans le même pétrin qu'elle ? Personne ne pouvait connaître d'avance les conséquences de ses choix, et pourtant… pourtant, Rain n'avait toujours pas su digérer certaines choses de son passé. Faire table rase et se tourner vers le futur ? Facile à dire, difficile à réaliser. Heureusement d'ailleurs qu'elle n'était pas partie sur l'idée de venger Nance en infiltrant la Guilde Noire, ou elle aurait été perdue en même temps que la vérité avait fini par éclater. Là, malgré les coups portés, elle avait quelque chose à laquelle s'accrocher, qui lui permettait d'avancer, même à l'aveuglette. Ce qui lui restait, encore et toujours.

Malgré le départ d'Eros et le secret révélé, l'atmosphère ne s'était pas allégée pour autant. Les deux jeunes femmes étaient installées dans le bureau, immobiles et fixant chacune une direction, le regard perdu dans leurs pensées respectives. Malgré ce qu'elle affirma quelques secondes plus tôt, Abygaïl finit par reprendre en faisant l'effort de se mettre à sa place. Bien sûr, l'amérindienne ne pouvait pas savoir si elle ferait les mêmes choix que sa collègue, mais elle pouvait sans doute un peu mieux se placer dans la peau d'une infiltrée à multiples facettes. Elle raisonna avec un certain recul, voire une certaine froideur, d'une manière semblable à celle de Rain.

- Mais j'aurais pris le temps de choisir la bonne victime et d'avoir préparé mon coup parfaitement en amont. Il leur faut un membre du Conseil, voilà qui limite le nombre de candidat à 5. Et plus la personne atteinte sera importante, plus ma couverture sera protégée.

A partir de là, la suite parut évidente à Rain. Ce qui ne l'empêcha pas de l'écouter, bien évidemment. Weiss était effectivement trop important. S'il était mis au courant de cette mission il était évident qu'il se proposerait à défaut de trouver une parade. Une parade, ce n'était pas ce qui était trop compliqué à trouver dans l'immédiat, mais comme l'enseignante l'avait annoncé elle-même, cela ne durera pas. Tôt ou tard, ce moment viendra, c'était inévitable. Parce que la guerre était loin d'être terminée, son chemin au sein de la Guilde à peine entamé.

Les mots résonnèrent à la manière des tic tac d'une bombe. Une bombe à retardement. Les noms défilèrent. Aucun n'avait le profil de la victime parfaite. Quoique pour Lev ce n'était qu'une question de temps avant que ses missions sur Terre n'apportent un réel impact sur la Guilde.

- De ce fait, il ne reste qu'un seul candidat à cette liste.

Le dénouement de ce discours ne faisait plus aucun doute, cependant, aucune des deux ne chercha à bousculer le silence qui s'était abattu sur elles. L'air sembla s'être littéralement figé durant ces secondes qui furent étrangement longues. Puis enfin, le mot tomba, lourd comme une pierre.

- Moi...

Le regard de Rain n'exprimait rien, ancré dans le vide devant elle. Aucune expression ne passa sur son visage, qui demeura de marbre. Ainsi donc, l'amérindienne était elle aussi prête à un tel sacrifice. Du moins, elle semblait le déclarer. Après tout, tout le monde ici avait vu la mort en face. Beaucoup était prêt à mourir à nouveau. Beaucoup n'avait pas non plus demandé cette nouvelle vie.

Ses prunelles grises se voilèrent alors d'une certaine tristesse, puis elle ferma les yeux avant de se décider à sortir de son mutisme.

- Le monde est cruel...

Ses mains se resserrèrent en des poings sur ses genoux. Oui, le monde était cruel, de par les sacrifices qu'ils étaient obligés de faire pour le bien du plus grand nombre. Et ironiquement, c'était ces sacrifices qu'ils étaient prêts à faire qui le rendaient beau. Ces choses nommées les sentiments. C'était les couleurs qui avaient été apporté à son monde, autre fois en noir et blanc.

La porte réapparut dans son champ de vision lorsqu'elle rouvrit les yeux. Rain se décida ensuite à se lever de sa chaise. D'une main, elle saisit les couteaux déposés sur la table et les glissa deux par deux dans leurs étuis disposés sur son corps. Puis vint le tour des tantos, et enfin, des Desert Eagle. Le tout enveloppé dans le silence de la réflexion. Ceci fait, elle se décida à le briser, une nouvelle fois, s'obstinant à fixer cette porte.

- Dans ce cas, autant vous y préparer maintenant. Abygaïl Lullaby, lorsque le moment viendra...

Son regard se dirigea pour la première fois depuis ces longues minutes vers son interlocutrice. Il y avait là, ancrée dans ses prunelles métalliques, une lueur. Etrange. Animée à la fois d'une détermination farouche à aller jusqu'au bout, à la fois d'une tristesse bien cachée, mais inépuisable. Cependant, lorsqu'elle prononça ces quelques mots, ce fut d'un ton vide de tout sentiment.

- Ce sera vous... ou moi.

Et elle détacha son regard de l'amérindienne pour se diriger vers la porte d'un pas régulier, droite comme un soldat, comme elle l'aurait fait sous un jour normal.



Kit fait par mon Lié adoré ♥
FicheJournalThèmeAwardsGalerieDerrière l'écran ♦ Ma couleur : #D09D28

Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

Invité
avatar
Invité
Re: Face à face - Mar 24 Sep 2013 - 10:57
Voilà, elle l'avait dit. Elle avait mené sa réflexion à son terme avant d'en annoncer la conclusion. L'ambiance restait toujours aussi pesante dans la pièce à nouveau remplie d'un silence épais, presque palpable. Même pour les apprentis-dieux qu'ils étaient, même après avoir connu la mort et l'avoir souvent frôlée de peu à nouveau, la fin n'était pas un sujet à aborder à la légère. Pourtant, la jeune amérindienne y faisait face, avec un calme et une neutralité assez déconcertante. Réalisait-elle vraiment les enjeux de ses paroles? Oui. Mais plutôt que de sacrifier un innocent, elle référait prendre le risque sur elle. Après tout, c'était son objectif, son but, son rôle aussi dans un sens. En tant que Membre du Conseil, elle protègerait la Deus et ses habitants. Et s'il le fallait, cela se ferait aux dépens de sa propre existence.

- Le monde est cruel...

"- La vie et la mort ne le sont pas moins. Le Monde n'est que le reflet de ce que nous en faisons. Il n'est pas 'bêtement' cruel, il se contente de nous renvoyer à notre propre nature..."


Le professeur, bien que libre de tous ses mouvements à présent, passa encore quelques instants immobiles, comme plongée dans une profonde réflexion, avant de finir par émerger et bouger. Enfin, plus que sa simple respiration. Elle commença par récupérer ses armes qu'elle rangea avec méthode et précision dans leurs rangements prévus à cet effet, son regard semblant volontairement chercher à ne pas croiser celui de la Vice-Présidente. Comme si la porte l'hypnotisait littéralement. La jeune fille ne se formalisa pas de son comportement, la laissant terminer son inventaire. Le silence était désagréable certes mais elle n'avait aucune envie de la briser. Et puis, pour dire quoi? Tout avait déjà été dit.

- Dans ce cas, autant vous y préparer maintenant. Abygaïl Lullaby, lorsque le moment viendra...

Un brin d'étonnement traversa le visage de la précolombienne tandis que sa collègue du Conseil finissait par faire entendre sa voix. Leurs regards se croisèrent alors, restant fixés l'un dans l'autre, faisant passer par ce biais un message bien plus puissant que les mots. Si les yeux de Rain traduisaient une profonde tristesse bien dissimulée, les siens y renvoyèrent plus une sorte de résignation farouche. C'était la seule à faire alors elle le ferait. La Détermination restait le point commun à leurs deux expressions, puissante, brulante malgré une dose d'incertitudes non négligeables. Elles ne se laisseraient pas arrêter par ce genre de détails, ni l'une ni l'autre n'était du bois des personnes qui se dégonfle le jour où le sort de chacun se joue sur un coup de dés.

- Ce sera vous... ou moi.

Un simple hochement de tête d'approbation et déjà, le professeur prenait le chemin de la sortie, reprenant son allure habituelle. Ce ne serait pas Rain, sa double-mission était trop précieuse pour un tel risque. Ce serait elle, et personne d'autre. Il n'y avait pas d’autres solutions. Aucun autre choix possible. Pas la moindre option différente à leur disposition.

Personne ne saurait jamais rien de ce qui s'était dans le bureau du Conseil ce soir-là. Même Erox ne serait pas mis au courant de la fin de leur discussion. Les secrets ne sont pas faits pour être partagés. La jeune précolombienne attendit que le pas de sa camarade ait complètement mourut dans le couloir avant de bouger enfin. D'abord, ranger l'armoire à pharmacie et remettre le bureau parfaitement en ordre. Ne laisser aucune trace des évènements.

Cela ne lui prit pas autant de temps qu'elle aurait pu le croire. Déjà, il ne restait plus le moindre signe d'une quelconque rencontre, encore moins de la violence qui avait emprunts ces lieux au départ. Finalement, le fait d'avoir surpris ainsi Rain serait peut-être aussi un bien pour elle. Certes elle faisait très attention mais à présent, elle avait la preuve qu'elle n'était pas infaillible et qu'elle devrait redoubler de prudence. Une chance que ce soit elle qui l'ait découverte malgré tout. Enfin, une chance... Tout était relatif, bien évidemment.

A son tour, elle quitta le bureau des membres du Conseil, son visage et son corps traduisant le même calme et la même neutralité qu'à son habitude. Elle regagna ses appartements avant de se pencher à la fenêtre, s'asseyant sur le rebord et laissant une de ses jambes pendre dans le vide. Maintenant, elle savait ce qui lui restait à faire. Elle prit une grande inspiration avant de rouvrir les yeux. Oui, à partir d'aujourd'hui, elle se tiendrait prête. A chaque instant, chaque seconde, l'épée de Damoclès qu'elle venait de s'attacher risquait de lui tomber dessus. Alors autant se faire à cette idée. Et rien ni personne ne pourrait la protéger de cela.

Bientôt, elle mourrait.
Définitivement cette fois....?
Invité
avatar
Invité
Re: Face à face - Dim 29 Sep 2013 - 20:11

Un moment j'ai visu Lev en pompom-boy pour soutenir Rain /PAN/
M'enfin, y'a pas à dire, ce rp est simplement surprenant. Beaucoup de rebondissements, j'ai vraiment pris du plaisir à le lire. Franchement lire Rain se laisse faire c'était inattendu, quoi que ce qu'on apprend dans ce rp aussi est inattendu.

Rain : 585 xps
Aby : 585 xps

Xps attribués : Yep
Face à face
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Maryse Narcisse aura sauvé la face , faute de sauver Fanmi Lavalas
» Mission III : face à face (seconde vague)
» A quand le reveil citoyen face a l'insecurite ?
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise
» Sans malice et Kakakok; Un Face à face

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Bâtiment des cours :: Bureau du Conseil-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page