Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

[quête] Sortir à tout prix, c'est dur ?

Invité
avatar
Invité
[quête] Sortir à tout prix, c'est dur ? - Jeu 8 Aoû 2013 - 22:49
La chute semblait lui être fatale mais par la force de ses mains, notre homme se relève et gravit les pans de livres poussiéreux avec beaucoup de mal...

Depuis son arrivé, on lui avait fourni moult explications sur le pourquoi du comment jusqu'à aller de ce qu'il devait faire. Et ce qu'il devait faire ? Apprendre l'arme du combat rapproché auprès de biens différents élèves. Il n'avait pas encore commencer ses cours et il appréhendait légèrement cette instant. Surtout qu'il ne sera pas devant deux ou trois élèves mais en face d'une trentaine ! Ainsi donc, il s'afférait à ses premières leçons. Grattant le papier de sa plume et réfléchissant aux différentes techniques qu'il pourrait montrer. Pas quelque chose de trop difficile pour commencer. A la limite, beaucoup de théoriques, peu de pratiques. L'affection d'une arme à des personnes peuvent brusquement les changer et il faudra qu'il évite chaque problèmes que ça peut engendrés.

Enfin pour l'heure, il n'y était pas encore et l'heure affichait déjà minuit moins le quart. Comme d'habitude, il va se mettre au lit et faire son insomniaque durant une bonne partie de la nuit. A se remuer sous la couette, à se remémorer son passé, à en faire des cauchemars. Au bout d'un moment, il en aura marre et se posera devant la fenêtre à contempler le levé de soleil et le paysage que l'académie pouvait lui offrir. Mais cette nuit-là, il l'a passera différemment car au coin de la salle, placardée sur un tableau d'affichage, une annonce le perturbe.

Il se lève donc de sa chaise roulante (chose à laquelle il n'était pas encore habitué) et s'y dirigea d'un pas régulier. Sa main ganté s'en empara, déchirant les agrafes qui la retenait. Hum, elle était signée par la main de la directrice et on aurait dit une demande toute particulière, voir personnelle. Alors dans son grand sens de la justice, il ne put qu'accepter cette requête et d'aller chercher ce bouquin nommé "Guerre et paix". Au moins, ça lui ferait passer le temps, un petit moment de la nuit mais aussi, ça lui faudra une belle réputation. Soudain, il vit au bas de la page qu'il devait y être accompagné et ça, c'était un problème juste incroyablement difficile à outrepasser. Il n'était pas sociable et trouver quelqu'un était une chose ardue à réaliser.

- Nous verrons bien en chemin. Peut-être croiserais-je quelqu'un que je connais. Ou alors l'un de mes élèves passeras peut-être. Enfin, ce serait quand même étrange à cette heure-ci.

Il s'arrêta soudainement, se trouvant con d'argumenter ses propos alors qu'il était seul. La cape bleuâtre balaya le sol tandis qu'il se mit en marche de la bibliothèque qui n'était pas si loin que ça. Marchant d'un pas tantôt lent, tantôt rapide, il se perdit dans ses pensées, dans cette condition futile. Il aurait pus la faire seul. Quelle idée d'y aller à deux. Se frottant le menton, il regarda dans le vide, les yeux rivés vers le sol mais surtout dans ses pensées...

Invité
avatar
Invité
Re: [quête] Sortir à tout prix, c'est dur ? - Sam 10 Aoû 2013 - 15:04
C'est que s’il tardait encore, j'allais finir par m'endormir sur les marches, façon Sans Domicile Fixe. Et puis qu'est-ce que je faisais ici franchement à cette heure tardive où mon lit était d'ordinaire mon unique sanctuaire. L'administration de cette Académie devait être sérieusement dérangée pour me demander une chose pareille. Ce soir là j'étais rentré chez moi, ou tout du moins dans ma chambrée, assez tard je dois dire. Pourquoi, j'avais simplement trainé un peu du côté de la cafétéria et discuter avec des élèves. L'un d'entre eux me dit même qu'il avait hâte d'entamer les cours avec moi, ce qui, en entendant ceci, me remplit de confiance. Quoiqu'il en soit de retour à ma piaule je trouvais sur mon bureau, bien en évidence, une sorte de petite lettre.

Je vous épargne son contenu exact mais le voici en gros. La directrice de l'établissement que je n'avais pas eu le plaisir de rencontrer, me demandait d'aller lui chercher un livre nommé Guerre et Paix. Alors premièrement, pourquoi moi ? J'étais professeur, ou coursier ? Deuxièmement, pourquoi Guerre et Paix, la directrice était fan de Tolstoï ou quoi ? Troisièmement, si elle était fan, pourquoi elle n'y allait pas elle même ? Quatrièmement et dernièrement, pourquoi, mais pourquoi me demander ça à une heure avancée de la nuit ?

Enfin bref, je n'avais cependant pas cœur à me rebeller direct contre les autorités de l'Académie. Si ça se trouve c'était un passeport direct pour l'enfer et je n'y tenais pas vraiment. Au fond, je me plaisir bien ici et ne comptait pas m'en aller. Du coup je renouais le nœud de ma cravate, me collait une clope dans le bec que j'allumais aussitôt pour faire passer mon énervement et je me dirigeais vers la bibliothèque. C'est là que la suite de l'histoire arrive, pour une raison saugrenue il était indiqué que je devais aller chercher ce livre avec un partenaire. Depuis quand fallait-il être deux pour aller chercher un seul bouquin ?

Bon gré mal gré, j'arrivais finalement devant la fameuse Bibliothèque et je m'asseyais devant l'entrée sur les marches, en attente de mon fameux partenaire. Une question me turlupina un moment, comme j'étais censé le reconnaitre ? Puis la solution vint d'elle même, si jamais un gus se ramenait ici, c'était forcément lui. Qui d'autre viendrait se promener dans le coin, à part peut-être un couple d'amoureux, ou un étudiant un peu poète venant contempler les étoiles. Quoiqu'il en soit, je l'attendais avec une certaine impatience, pour la seule et unique raison que je tenais à rejoindre ma tanière, ou plutôt mon pieu.

Je suis un peu mauvaise langue, car un homme arriva bientôt. J'avais attendu quoi, cinq minutes à peine. Et je le vis arriver. Ma vue ne fit qu'un tour, le détaillant sous tous ses aspects, toute ses coutures, de la moindre pointe de ses cheveux presque argentés aux deux sabres décorés trônant à sa taille. Il avait ce visage de l'homme qui ne plaisante pas, celui avec qui on évitait d'ailleurs de plaisanter. Mais je ne pouvais m'empêcher de déceler chez lui une certaine impatience, voir même une brindille d'inquiétude. Que ce soit dans sa démarche, dans la façon dont ses mains étaient serrées, dans son regard. Fichtre, mon pouvoir me permettait vraiment de détailler les gens à merveille, mon sens de la psychologie faisait le reste du travail.

Il était temps cependant de le sortir de la rêverie dans laquelle il semblait plonger. Je me levais donc et lui fit un geste de la main avant de l'interpeller.

- Seriez vous donc celui à qui, en cette nuit charmante, on a demandé de jouer au bibliothécaire ?
Invité
avatar
Invité
Re: [quête] Sortir à tout prix, c'est dur ? - Lun 12 Aoû 2013 - 16:39
La bibliothèque approchait inexorablement et le visage de notre professeur se figeait dans une expression de neutralité absolue. Que dire, que faire ? Il devait être accompagné pour accomplir cette quête qui l'avait titillée. Seuls ses pas résonnaient sur le sol carrelé des couloirs et une fine odeur de cigarette planait dans l'air. Une phrase fut prononcée juste après qu'il ait perçu cette infâme odeur.

- Seriez vous donc celui à qui, en cette nuit charmante, on a demandé de jouer au bibliothécaire ?

D'après les règlements de l'académie, la cigarette n'était pas autorisée dans l'enceinte des établissements. C'était une entorse impardonnable et encore plus venant d'un collègue. Hajime s'en approcha, dans un pesant silence et se saisit d'un geste vif de la clope. Ensuite, il l'a mit bien en avant devant le professeur en costume sombre et l'écrasa entre ses doigts.

- Oui. Je crois bien que nous allons devoir nous débrouiller entre nous. La cigarette est interdite à l'intérieur, ne m'en voulez-pas d'écraser cette chose dégoûtante. Je me nomme Hajime, professeur de combats rapprochés. Enchanté de te connaître, hum ?

Il déblaya son gant des résidus de cigarettes et frotta le reste contre sa veste pour enlever les quelques simulacres de cendres. La première rencontre avec un collègue et déjà, il sentait qu'il allait mal se faire voir, à faire respecter le règlement comme ça. Mais le sens de la justice et des règles ainsi que les lois étaient plus forte que son envie de faire des rencontres inopinées. Notre guerrier se remémora donc de la mission et des moindres détails. Donc, donc, il rajouta d'un ton légèrement moins glacial.

- Avant de rentrer et de prendre le passage secret, ils nous faudra le rechercher. Nous devons faire attention à l'utilisation de nos domaines sinon ils seront à l'origine de la destruction de la bibliothèque. Quoi d'autres...Je n'ai pas vraiment compris, l'étage spécial ? Je suis curieux de voir en quoi il est si spécial. Sinon, vous vous souveniez de ces détails j'espère ? Vous en avez notés d'autres ? Vous connaissez un peu la salle dans laquelle nous allons rentrés ?

Principe typique de notre homme. Il rencontre une personne, ne sait pas faire preuve de sympathie et harcèle de questions. Si l'homme, au costume classe et au visage charismatique, arrivait à le comprendre, à le supporter alors il ne fera aucun doute que la mission sera une réussite totale. Mais il fallait déjà voir ses réactions pour pouvoir s'avancer sur cette hypothèse.

Invité
avatar
Invité
Re: [quête] Sortir à tout prix, c'est dur ? - Mar 13 Aoû 2013 - 17:47
Il arriva vers moi, assez grand et bien bâti, des yeux très bleus, des cheveux très blancs. Il était vraiment impressionnant à voir ainsi, pas le genre de personnages que l'on rencontre tous les jours. Quoiqu'il en soit il semblait bien qu'il soit mon camarade infortuné de recherche de bouquin à une heure avancée de la nuit. Je m'avançais vers lui avec un sourire jusqu'au drame. Tandis que je m'apprêtais à le saluer il me chipa ma clope et l'écrasa entre ses doigts. Je vous dis tout de suite, j'étais tellement sur le cul que je ne réagissais même pas à ce geste d'une impolitesse affreuse. Mais la suite fut encore pire.

Ses yeux me foudroyèrent tout simplement. Leur couleur azur ne faisait qu'accentuer le mépris que cet homme semblait avoir pour moins, ou du moins pour la cigarette. Il n'empêche que je le pris très personnellement lorsqu'il commença à parler. D'un simple et unique "Oui" il affirma qu'il était bien le deuxième malchanceux venant ici pour chercher "Guerre et Paix". La suite fut moins amusante, il semblait plus jeune que moi et pourtant il me traita comme un putain d'écolier. Il me donna du "c'est interdit de fumer", c'est indigne de vous et pire encore il finit par purement et simplement me tutoyer comme si j'étais un petit rejeton. Mais pour qui il se prenait le samouraï. Bon je suis mauvaise langue, il se présenta aussi, Hajime et professeur de son état.

Il s'épousseta le gant. Forcément imbécile, il n'avait qu'à pas écraser ma cigarette entre ses doigts. J'espérais même qu'il lui resterait de vilaines tâches de brulures noires sur ses jolis gants. Puis il enchaina, la mission, le passage secret, le livre, l'étage tout ! Autant je n'étais pas emballé à l'idée d'aller chercher un livre, autant lui semblait plus que motiver. A croire qu'on lui avait lobotomisé le cerveau pour qu'il ne pense qu'à ça. Si ça se trouve c'était un robot. Mais quelque chose chez lui me plaisait, je n'arrivais pas à dire quoi. J'avais l'esprit trop embrouillé par les milliers de sensations dans ma tête.

Quoiqu'il en soit je me posais face à lui, de toute ma taille, je lui fis un simple sourire, amical et chaleureux, et croyait moi je ne simulais pas. Je sortais de nouveau mon paquet de cigarettes et en portait une à ma bouche. Il la jouait militaire, on allait la jouer militaire.

- Premièrement, je suis Jack Somerset, professeur de psychologie, deuxièmement, inutile de me rappeler le règlement je le connais, inutile de faire donc le justicier avec moi, surtout qu'avant de débarquer ici j'étais policier profiler dans la police de Chicago et que j'ai passé ma vie à tenter de faire régner l'ordre et la justice dans ma ville, troisièmement, il fait nuit, il n'y a personne, et je ne fume que quatre cigarettes pas semaine environ, c'est un tout petit plaisir que je n'aime pas que l'on me prive, dernièrement, enchanté Hajime.

Bon voilà ça c'était fait, il pouvait bien se mettre en pétard et m'envoyer un coup de sabre à travers la tronche que ça ne me perturberait pas. Après tout j'étais déjà mort, je ne pouvais pas vraiment mourir à nouveau. Et si je pouvais mourir, et bien tant mieux, ça ne serait qu'une suite logique. J'allumais donc ma nouvelle cigarette et prenais cependant soin de ne pas lui souffler la fumée au visage. Ayant un nez hypersensible je devinais quelle horreur cela pouvait être même pour un nez basique de sentir une odeur hautement détestable.

- Vous m'avez interrompu à la moitié de la dernière cigarette, je ne fumerais donc que la moitié de celle ci, et je vous donne ma parole que je ne re fumerais pas de si tôt.

Au moins les choses étaient posées, j'espérais seulement que la situation n'allait pas s'envenimer, je n'avais fait que répondre sèchement à un homme qui m'avait parlé sèchement. Et pourtant je ne lui voulais pas de mal à Hajime, comme je vous l'ai dit, quelque chose me plaisait chez lui, une autre de mes sensations, mais je n'arrivais pas à mettre le doigt dessus. Je le regardais, prenant soin de chasser la fumée que j'exhalais.

- Pour la mission j'ai retenu la même chose que vous, pas de pouvoirs divins, un passage secret, un étage spécial. Pour vous répondre, c'est la première fois que je vais dans la Bibliothèque, je ne sais donc rien de ce qui nous attend. Il va falloir trouver le passage secret en premier lieu, et ensuite être prêt à tout.

Je la jouais un peu dramatique mais je pense que j'avais raison. Pourquoi avoir un étage spécial pour cacher des livres ? La seule chose qui me venait à l'esprit était la probabilité que les livres étaient dangereux, qu'on ne pouvait y accéder qu'avec beaucoup d'autorisations et de précautions. Peut-être même qu'il y avait des personnes ou des choses pour garder les livres. Allez savoir ! Mais dans ce cas, pourquoi diable faisais-t-on appel à deux novices de cette Académie pour aller chercher ce livre. D'autant plus que je me souvienne, "Guerre et Paix" n'était pas vraiment un livre dangereux. Quoique, en y repensant si, il avait de quoi faire mourir d'ennui quiconque mettait la main dessus.
Invité
avatar
Invité
Re: [quête] Sortir à tout prix, c'est dur ? - Dim 18 Aoû 2013 - 16:21
Alors comme ça, c'était un ancien policier profiler de Chicago ? Très bien, ce sera une information à noter dans un coin de son esprit. Méticuleux comme il était, notre professeur de combat rapproché notait toujours les informations qu'on lui donnait dans un coin de sa tête. Forcément, la collecte d'information était une chose plus que pratique quand on veut connaître les gens et retourner l'avantage vers soi. Pour ce qui est de la cigarette, il le laissa faire. Lorsqu'un homme donne sa parole, il devait la respecter et Hajime comprenait ceci. Toutefois, il s'écarta d'un pas de l'homme et se posa face à la porte de la bibliothèque. Tout deux avaient comme informations le résumé de la quête. Dommage mais c'était prévisible de toute façon. Le samourai agrémenta une nouvelle fois ses propos et ses informations car depuis son arrivée ici, il avait déjà foulé plusieurs fois le sol de la biblio.

- Bien, alors pour ce qui est de la salle, j'y suis souvent allé pour mes recherches, pour mes cours et pour aider des élèves. Elle se répartit en 5 étages, tous séparés par un escalier et une porte où il faut avoir l'autorisation requise. Les deux premiers étages sont basés sur la théorique, pour les élèves, le troisième est pour les professeurs, le quatrième est celui des sorts spéciaux et le cinquième n'est autorisé qu'aux plus grands autorités de l'académie donc les directeurs. Voilà ce que je sais de la bibliothèque.

Il racla sa gorge et pesta par une grimace lorsque l'odeur de la clope arriva à ses narines. Comment les gens pouvaient-ils fumer ces saloperies ! Ca irrite la gorge, rends dépendant et ne sert strictement à rien mise à part vous ruiner. Alors pourquoi fumer ? Il s'abstint donc de faire une remarque. C'était juste une moitié de clopinette. Bien maintenant, passons aux choses sérieuses, notre homme poussa la porte et avança quelques mètres au milieu de la grand salle circulaire. Personne, ça aurait été étonnant dis donc. Au moins, ça facilitera leurs taches. Tournant la tête de gauche à droite, Hajime essaya de déceler le "passage secret". Comment faire pour dénicher celui-ci. Il se tourna vers Jack et lui demanda, d'une voix neutre à souhait.

- Divisons-nous pour trouver le passage secret, allez à gauche, je vais à droite. Faîtes attention à votre cigarette, les livres placés ici sont aussi importants les uns que les autres. Si vous trouvez quelque chose. Merci encore de votre coopération.

Il partit alors sur la droite et observa les pans de murs, de livres qui pourraient capter son attention. Comme dans les films, un simulacre de livre pouvait être un levier secret pour ouvrir le passage. Trouver des titres en rapports avec Gerre et Paix mais rien. Les recherches étaient infructueuses et c'en était agaçant pour le justicier. Tant pis, cela faisait quatre fois qu'il parcourait son regard sur les livres en rien. Il entreprit alors de revenir vers Jack...

Invité
avatar
Invité
Re: [quête] Sortir à tout prix, c'est dur ? - Mar 27 Aoû 2013 - 16:27
Au moins mon compagnon s'était calmé, il devait avoir compris que je n'étais pas là pour faire l'imbécile et encore moins pour aller à l'encontre des règles. Une petite cigarette, c'était une petite cigarette. Rien de bien méchant, et puis même c'est moi qui avait le plus à en souffrir...je ne comprendrais certainement jamais cette haine des non fumeurs envers les fumeurs. Parfois on avait vraiment l'impression que simplement sortir son briquet allait les priver d'oxygène. Ah et qu'on ne me parle pas de tabagisme passif, surtout dans notre société actuelle. On ne pouvait plus fumer nulle part ! Même au bureau de police on se retrouvait dans une salle prévue à cet effet uniquement pour fumeurs ! Mais bon, à écouter les premiers pseudos intellectuels venus, on croirait que le simple fait pour un non fumeur de croiser un fumeur entrain de clopiner dans la rue allait lui filer le cancer du poumon. Putain de merde quand on sait les milliers de moyens de choper un cancer dans ce monde sans savoir pourquoi, au moins avec un cancer du poumon on sait d'où ça vient.

Quoiqu'il en soit, Hajime, mon partenaire et professeur de son état me gratifia après ceci d'un exposé sur la bibliothèque. Aucun doute à l'entendre parler qu'il s'y était déjà rendu et plutôt deux fois qu'une. Au moins rien qu'à l'écouter je savais où j'allais mettre les pieds, ce qui étaient un plus en soit. Il entra le premier et comme promis j'éteignais ma moitié de cigarette et la remettait dans mon paquet. Je sais qu'il était très mauvais de fumer des "steaks" comme le disait les jeunes, mais je vous rappelle pour ceux du fond qui ne suivraient pas que j'étais déjà mort. Trish m'avait pourtant dit qu'ici on était comme vivant et que donc mes poumons s'encrasseront de nouveau mais j'avais du mal à le croire. D'autant plus ce n'était pas en fumant une cigarette par jour que je risquais de vite m’essouffler.

Hajime reparti dans un monologue très juste. En premier lieu il proposa de se séparer pour trouver le passage secret. C'était une bonne idée, un gain de temps, une façon de couvrir plus de terrain tout ça. Il fit encore une remarquer par rapport à la cigarette mais je lui fis un geste pour lui montrer que je l'avais éteinte. Fumer à l'extérieur okay, mais dans un lieu public...une bibliothèque en plus, pas question. J'étais moi même un grand féru de lecture, je ne me le serais jamais pardonné si j'avais du enflammer tout un rayon de bouquin à cause de mes clopes. Je le vis partir de son coté tandis que je partais du mien. Je décidais de flâner dans ce rez-de-chaussée avant d'attaquer le premier étage.

Cependant, je comprenais vite que la tâche serait ardue. Il y avait ici des milliers de livres, des centaines d'étagères, des bureaux, des chaises et tout plein d'autres équipements nécessaires à une bonne bibliothèque. Je vous jure, c'était comme retrouver une aiguille dans la plus immense des bottes de foin. D'autant plus que nous n'avions, ni Hajime ni moi, la moindre foutu idée de où se trouvait, ou encore à quoi ressemblait l'entrée du passage secret. Putain si on devait trouver un mécanisme impossible comme dans les films on pouvait tout aussi bien y passer l'éternité...je n'étais pas Indiana Jones, et mon partenaire tenait plus de Miyamoto Musashi que de Benjamin Gates. Au final j'étais un simple flic à la vague ressemblance avec un acteur connu, et lui avait l'air d'un samouraï des temps modernes...lui aussi me faisait penser à quelqu'un mais je ne retrouvais plus.

Après une bonne demi-heure à errer bêtement entre les rayons plus qu'à chercher je décidais de passer aux choses sérieuses. Nous ne pouvions pas utiliser nos pouvoirs communs dans le passage secret n'est-ce pas, mais que je le sache, nous étions encore dans la bibliothèque...en somme, pas de restrictions ici. Je laissais donc mon sens de la perception exploser. Je fus assailli aussitôt de milliers d'images, des titres de livres, de détails de reliures, de couvertures, d'odeurs de papier récent ou ancien, de colle, d'encre. Cela me refila un mal de crane immonde, mais je ne pouvais plus rien raté. Peu importe où je posais mes yeux je captais en même temps des millions de détails. Si un passage secret existait, je le trouverais !

Pourtant je ne trouvais toujours rien et les images me sautaient à l'esprit avec violences, à ce rythme j'allais vraiment péter les plombs ! Depuis combien de temps étions-nous là ? Une heure, deux heures ? J'avais juste complètement perdu la notion du temps. Je savais juste vaguement que je me trouvais au deuxième étage de la bibliothèque et que je n'avais toujours rien trouvé de concret au sujet d'un mécanisme, d'un levier ou d'une porte dérobée. J'étais à deux doigts de finalement brûler un rayon avec mon briquet et enflammer toute la bibliothèque en riant comme un damné lorsqu'un détail attira mon attention. C'était tellement imperceptible, que même pour moi, pourtant hypersensible, la sensation fut infime. Et pourtant je m'arrêtais...

J'étais devant un simple mur de pierre comme il en existait partout dans ce lieu. C'était au bout d'un rayon au deuxième étage, le mur avait l'air tout à fait normal. Et pourtant j'en étais certain, j'avais ressenti quelque chose. Non pas par la vue, ni l'ouïe, ni l'odorat, mais bien par le toucher. Je concentrais mon pouvoir sur cette partie de mur, certain que je touchais au but. Je fis en sorte de monopoliser mon pouvoir sur mon sens du toucher et je laissais mes mains parcourir la pierre froide. Sous mes doigts je sentais la moindre petite anfractuosité, la moindre petite fissure, le moindre petit défaut et tandis que mes mains passèrent sur la jonction je sentais quelque chose d'anodin...un souffle. J'ouvris les yeux, il y avait là un tout petit trou, comme un chat d'aiguille, de l'air passait au travers, comme si la pierre respirait. A travers un si petit interstice, aucun être humain aux perceptions normales n'aurait put déceler l'air, mais moi oui. Et encore, même pour moi c'était infime. La Bibliothèque était bien isolé, et les autres courants d'air que j'avais ressenti jusque là étaient dus à des fenêtres mal fermées. Le passage était juste là, sous mes doigts, ce pan de mur devait pouvoir bouger, s'enfoncer, c'était un porte !

- Hajime viens vite !

Pour le coup j'en oubliais de le vouvoyer ou de faire preuve de politesse mais j'étais tellement heureux, j'avais sous mes mains la suite du chemin, notre salut en quelque sorte ! Je tâtais le mur de long en large, mais je ne trouvais rien, pas de pierre qui s'enfonçait ou se tirait, mais le mécanisme devait être tout proche. J'étais plus que certain d'avoir la porte sous les mains, la poignée devait être toute proche. J'en avisais mon partenaire d'une façon aussi pue discrète que précédemment.

- J'ai trouvé la porte du passage, le mécanisme pas encore, mais il doit être tout proche !
Invité
avatar
Invité
Re: [quête] Sortir à tout prix, c'est dur ? - Ven 6 Sep 2013 - 16:29
La difficulté de cette mission était de mise. Hajime en ferait presque une moue boudeuse s'il avait été capable de s'exprimer autrement que par son masque de neutralité. Il avait rejoint Jack où il l'avait laissé, au hall mais celui-ci n'était plus là. Sans doute cherchait-il encore la solution de leurs problèmes. C'est alors que Jack "hurla" au samouraï de venir de suite. Surpris mais néanmoins aux aguets, il monta les escaliers deux marches par deux. Premier étage, personne. Regardant à gauche et à droite, il ne vit personne. Ce n'était donc pas là qu'il était. A présent direction, le deuxième étage et là, bingo, son acolyte du soir était là, à tâter le mur à divers endroits. Avant même de pouvoir parler, Jack affirma que l'entrée était là, le mécanisme étant tout prêt sans doute. Sceptique, le prof arqua un sourcil et s'approcha d'un pas mesuré du mur.

- Bien joué, Jack, vous avez été fort utile. Comment avez-vous fait pour la trouver ?

Sur ce point-là aussi, il était sceptique. Comment avait-il fait pour trouver cette aiguille dans cette botte de foin immense qu'est la bibliothèque ? Notre intellect eut la réponse aussitôt. Cela allait de soi, il avait utiliser un pouvoir quelconque. Mais comme figuré dans la fiche de la quête, il ne fallait pas l'utiliser juste quand ils seraient dans le passage secret. Et vu qu'il ne s'était rien passé, cela voulait dire qu'il n'y avait aucun risque. Hajime se permit une petite remarque élogieux (c'était rare pour quelqu'un qui n'admet que les forts en ce bas-monde) à propos de Jack.

- Vous avez un sens de l'observation très poussé, Jack. C'est très remarquable dis donc.  

Maintenant, c'était à son tour de se rendre utile. Sinon sa réputation serait entachée par son inutilité du moment. D'un regard froid, il balaya les deux bibliothèques qui trônaient à coté du mur secret. Il partit donc vers la gauche et avec sa main, il balaya les livres qui pouvaient avoir un rapport avec le livre "Guerre & Paix". Il n'y avait rien sur la gauche, que des livres en rapport avec l'apprentissage des langues et des pouvoirs. Il bascula alors de quelques pas vers la droite et réitéra le procédé. Cette fois-là, il y avait beaucoup plus d'opportunités. Trois livres ayant un rapport (même de loin) avec le bouquin. Le premier, "Paix éphémère", le deuxième, "l'Art de la guerre" et finalement, le troisième, "Les désastres de la paix". Hajime scruta consciencieusement chacun des bouquins et se décida de tirer sur un premier, pour voir. Son choix se porta sur Paix éphémère. Et décidément, tout ses choix étaient d'une inutilité flagrante.

- Décidément, la chance n'est pas de mon coté cette soirée. Il y a trois bouquins, Jack, vous faites gaffe s'il y a une réaction ? Au fait, la psychologie que vous enseignez au élève, cela marche bien ? Ils arrivent à comprendre vos cours ?

Il lâcha le premier livre et soupira brièvement. A présent, deuxième tentative. Son choix se reporta sur "Les désastres de la guerre" et cette fois-là, quel soulagement ! Une cliquetis retentit tandis que sa main avait abaissé un livre qui semblait scotché au meuble. Le prof de combat rapprocha observa le mur de gauche se releva dans un cliquetis mécanique régulier.

- Bien, c'est maintenant que les choses commencent j'imagine ? Vous êtes prêt, cher collègue ? Que sais-je ce qu'on pourrait rencontrer là-bas, vous avez un moyen de combattre promptement ?

L'entrée avait dévoilé un nouvel escalier dérobé qui semblait descendre dans les profondeurs de la salle. Peut-être avaient-ils (les grandes instances de l'académie) de mettre des bestioles pour protéger les bouquins les plus rares ? Enfin, c'était une hypothèse des plus farfelus. Il y avait déjà un étage scellé pour les livres rares...

♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 2912

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
90/2000  (90/2000)
Votre domaine: Les Cellules
avatar
Sweet Pink Doll
Sweet Pink Doll
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [quête] Sortir à tout prix, c'est dur ? - Lun 2 Déc 2013 - 15:16

Hey mais non ! ça commençait super bien et ça s’arrête pile au moment
où il va y avoir de l’action ! *boude*

J’aime beaucoup l’interaction de vos deux personnages ^^

Jack Somerset : 245 xps

Xps attribués : Yep



Ma Fiche - Ma Présentation - Mon Journal
♥️ Présidente du Maid Café Club ♥️

Spoiler:
 
Contenu sponsorisé
Re: [quête] Sortir à tout prix, c'est dur ? -
[quête] Sortir à tout prix, c'est dur ?
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Pour ou contre dire la vérité à tout prix...
» Faut-il, à tout prix, privilégier la politique sur l’économique en Haïti?
» faut-il condamner a tout prix le populisme revolutionnaire?
» 06. One less margarita, one more trip to the shrink - PV Gregory
» Raphaël veut voir à tout prix Elodie [Pv ELLE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge :: Grande Bibliothèque-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page