Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Tout ça pour une fleur... [Solo - Examen de niveau 10]

Invité
avatar
Invité
Tout ça pour une fleur... [Solo - Examen de niveau 10] - Lun 5 Aoû 2013 - 17:46

Est-ce qu'une fois qu'on devient un dieu il faut répondre aux prières des gens ? Léa ne comptait pas évoluer davantage si c'était le cas : les souhaits des mortels ne l'intéressaient pas, elle avait bien mieux à faire que se plier à leurs caprices. Mais pour cette fois, elle se devait de répondre à l'un d'eux, ne serait-ce que pour apprendre à mieux maîtriser son domaine divinatoire. Comme il y avait un intérêt personnel valable, elle pouvait bien se plier au jeu et retrouver ce fichu tableau, une certaine Jonquille. En prime il y avait une possibilité pour que les voleurs soient des renégats, ou au moins leur chef. Peut-être qu'avec un peu de chance elle pourrait enquêter sur Isanagi et de là le retrouver. Un peu de chance... ahah. Oxymore avec elle.

Cela dit, chaque chose en son temps. Pour commencer la jeune fille se vêtit de façon plus pratique que d'habitude. La robe, c'est chouette, mais pour courir partout c'est moins sympathique, encore qu'elle commençait à bien se débrouiller. Cependant si elle devait s'amuser dans un milieu mafieux, mieux valait éviter d'avoir l'air d'une gentille petite fille. Elle opta donc pour un jean noir un peu déchiré par endroits, un débardeur de la même couleur assez moulant, et son ruban bleu nuit dans les cheveux pour les attacher en une longue queue de cheval. Elle aurait bien pris une arme, mais elle n'en possédait pas, et de toute façon ça aurait trop attiré l'attention : les bâtons n'étaient pas la chose la plus discrète à trimbaler.

Une fois prête, l'apprentie déesse gagna le port des dimensions. Elle n'eut qu'à montrer son autorisation pour pouvoir accéder à un des bateaux et y somnoler en attendant d'arriver à destination. Le voyage fut tout à fait calme et tranquille, rien de palpitant à signaler. En toute discrétion - heureusement que les bateaux n'étaient pas visibles des humains, encore que ça aurait été drôle - le transport peu commun laissa sa passagère au beau milieu d'une ville dont elle avait déjà oublié le nom. Un truc américain il lui semblait, enfin peu importait. Elle était au bon endroit, elle le savait : le quartier était grand, plutôt peuplé, mais l'état des appartements et des quelques habitants qui passaient montrait bien qu'on était loin du coin riche et sécurisé. Un bon petit endroit idéal pour abriter des gangs.

Maintenant... il fallait retrouver ce fichu tableau là-dedans. Léa n'était pas vraiment rodée pour des missions de ce genre, ni même d'aucune sorte. Elle avait vaguement appris à se battre au bâton, mais n'avait pas de formation "espionnage" ou "infiltration". Elle ne pouvait qu'improviser. Mais elle avait quand même un atout considérable : avec son pouvoir, elle pouvait adapter son comportement suivant ce que désirait ses interlocuteurs. En étant prudente, elle parviendrait bien à trouver un mafieux et à repérer sa planque. Après... elle improviserait. Il y avait trop d'inconnues pour qu'elle puisse planifier sa mission plus loin.

Alors que la nuit commençait à tomber, la jeune fille se mit en route, observant les environs, laissant son domaine divinatoire éplucher les pensées qui lui parvenaient. La plupart n'étaient guère intéressantes, et se résumaient aux idées basiques de gens tout à fait normaux : il fait froid, quelle heure il est, j'ai faim, tiens je me ferais bien un kébab moi, bordel saloperie de chien qui chie partout, j'veux pas rentrer le voisin va encore gueuler toute la nuit sur sa femme, et ainsi de suite. Dire qu'avant elle aurait pété un câble en une seconde... mais maintenant elle n'avait aucun mal à écouter, trier, se focaliser sur une personne en particulier, puis l'ignorer, passer à la suivante, bref gérer parfaitement tout ce qu'elle recevait. C'aurait été un plaisir si elle pouvait encore ressentir ce genre de choses.

Et puis, perdue parmi les histoires d'enfants turbulents et de pâtes trop cuites, une pensée ressortit nettement : on va se faire le chinois. Léa tourna la tête pour observer les gens proches d'elle dans la rue. Une grand-mère tirait son cabas sur le trottoir d'en face. Un peu plus loin un groupe de jeunes hippies faisait tourner le pétard et la guitare. De son côté, deux hommes habillés de cuir discutaient tranquillement, et derrière elle une jeune femme marchait en parlant à sa boîte de téléphone de façon hystérique.

Léa se focalisa d'abord sur les hippies, des fois que ça soit une couverture, mais ils ne pensaient qu'à s'amuser. C'était presque amusant de constater que les effets de la drogue rendaient leurs esprits très flous. Elle passa au duo de cuir dont elle se rapprochait tranquillement, et cette fois les pensées furent bien plus instructives - et très pratique pour comprendre ce qu'ils se disaient.

- Ce soir, c'est le soir. On va aller au chinois, ça fait trop longtemps qu'on reporte. On a été trop indulgents avec ce sale chien jaune.
- Ouais, ça fait un moment que j'ai envie d'y aller aussi, en plus c'est bientôt l'heure d'ouverture. Et ça sera sa dernière à ce petit malin.
- On attend James et on y va ? Il serait déçu qu'on le canarde sans lui.
- Ouais sinon il va nous bouder jusqu'à l’apocalypse. Mais qu'il se grouille, la planque est loin. Qu'est-ce qu'elle a celle-là ?

Léa haussa un peu les épaules pour elle-même alors que le type la regardait et continua sa route, l'air de rien, réfléchissant. Vu la conversation et les pensées qui l'accompagnaient, il était clair que ces deux types comptaient exploser un pauvre chinois, sûrement une histoire de fric. Elle avait repéré deux mafieux, ok, mais ne savait pas pour autant où était leur planque, et n'avait pas vraiment d'idée sur la façon de le découvrir sans finir avec une balle dans la tête. Elle ne se voyait pas leur demander directement, d'autant qu'elle n'avait pas vraiment une apparence très persuasive. Devait-elle les suivre en espérant capter une pensée plus précise sur le lieu de leur repaire ? C'était risqué et rien ne prouvait que ça marcherait. Alors quoi...

Plusieurs possibilités s'offraient à elle en ayant le même point de départ : avouer son pouvoir à ces types. Le prouver ne serait pas difficile, elle n'aurait qu'à répéter à voix haute ce qu'ils pensaient. A partir de là, elle ne pouvait que se faire emmener dans leur planque pour que les autres voient ça et que leur chef juge de la meilleure chose à faire. Ensuite... deux cas de figure se présentaient : soit il y avait bel et bien un ou plusieurs renégats dans l'histoire, qui soupçonnerait aussitôt un élève de l'académie, soit il n'y avait que des humains normaux.

Dans le premier cas, c'était prendre de gros risques : les renégats pouvaient vouloir la tuer immédiatement sans lui laisser la moindre chance de s'expliquer. Mais d'un autre côté, si on leur disait de quoi elle était capable, son domaine divinatoire pourrait fortement les intéresser et donc lui garantir la vie sauve le temps qu'ils décident s'ils pouvaient la rallier à leur cause ou pas. Cela lui laisserait une possibilité d'agir. Mais même dans ce cas de figure il restait des risques importants : s'il y avait plusieurs renégats, qui plus est plus puissants qu'elle, ce serait très difficile de mener sa mission à bien. A moins qu'elle rentre dans leur jeu et les rejoigne réellement, mais elle ignorait ce que ça pouvait impliquer. Et s'ils n'avaient pas quelqu'un capable de détecter sa loyauté.

Dans le second cas, elle pouvait passer pour une sorte de médium, que les mafieux seraient sûrement ravis de pouvoir utiliser à leurs propres fins. Quelqu'un qui lit dans les pensées des gens peut obtenir tous leurs codes bancaires, ceux des sécurités des banques, et même savoir qui se trouve où lors d'opérations risquées. Un atout considérable sur lequel personne ne pouvait cracher, et là elle aurait moins de mal à agir.

Les deux options partaient de la même action : révéler son pouvoir. Existait-il un autre moyen d'arriver à ses fins ? Léa en doutait fort. Elle n'avait pas la tête de l'emploi pour entrer normalement dans une bande mafieuse, et ne présentait aucun intérêt pour eux sans sa capacité à lire dans les pensées. De plus, aussi humaines fussent-ils, ces hommes étaient dangereux. Ils savaient se battre, ils tuaient probablement régulièrement, ou du moins étaient habitués à faire régner leur loi, alors elle ne devait pas les prendre à la légère. Non, vraiment, plus elle y réfléchissait en marchant, plus elle ne voyait pas d'autre solution. Et après tout... quel mal cela pouvait-il faire ? Les gens étaient habitués à voir des choses étranges après tout, les médiums étaient connus dans le monde entier. On y croyait ou pas, ça c'était autre chose.

Sa décision prise, l'apprentie déesse fit demi-tour pour retrouver les deux hommes. L'un avait allumé une cigarette et l'autre tapait du pied, impatient. Elle se planta devant eux et leva les yeux - ils faisaient chacun une bonne tête de plus qu'elle - pour les regarder directement.

- Quoi, qu'est-ce que tu veux gamine ? Doit avoir des abrutis de parents pour qu'ils la laissent dehors à une heure pareille dans un coin aussi pourri.
- Mes parents n'étaient pas abrutis, autant que je m'en souvienne. J'aimerais voir votre chef.

L'homme à la cigarette toussa, surpris, et l'autre haussa un sourcil amusé. Qu'est-ce qu'elle racontait cette mioche sur ses parents ?

- Ben voyons, et qu'est-ce qui te fait croire qu'il a envie de voir une gamine comme toi ? Elle manque pas de culot, mais un peu trop jeune pour moi, faudrait qu'elle mûrisse.
- J'crois que ce que je sais faire pourrait l’intéresser. Et trop jeune ou pas, t'as aucune chance avec moi.
- C'est quoi ce bin's... Elle lit dans les pensées ou quoi ?!
- C'est ça, t'as tout compris. Maintenant si tu pouvais penser à l'endroit où se trouve ton chef, j'ai pas de temps à perdre ici.

Les deux mafieux se regardèrent, semblant se demander mutuellement quoi faire et s'ils ne rêvaient pas. Mais ils n'étaient pas des hommes de main pour rien, c'était au patron et à ses lieutenants de prendre les décisions. Apparemment la gamine avait vraiment l'air de lire dans leurs pensées, ou alors elle avait un don pour deviner ce qu'ils avaient dans la tête, comme le type dans l'émission là, le Mentalist, un truc du genre. Dans les deux cas, ça pouvait peut-être être intéressant pour le boss, et au pire ils pouvaient facilement se débarrasser d'elle.

Léa suivit leurs réflexions tout à fait tranquillement, attendant la conclusion qui s'imposait. Entendre des gens penser à l'exécuter ne lui faisait ni chaud ni froid, elle s'y attendait et pouvait se défendre plus ou moins bien face à des humains. Ceux-là ne semblaient pas au courant de l'existence des renégats, mais ça ne voulait rien dire, ils pouvaient très bien se dissimuler sous une couverture pour éviter d'être retrouvés par leurs ennemis. Méfiance donc.

L'homme à la cigarette prit une dernière et longue taffe avant de jeter son mégot d'une pichenette.

- Ok, on va t'arranger une rencontre, si tu trouves où c'est. Au resto des pâtes, ça le fait. Vas-y, montre voir si t'arrives à lire tant que ça ! Personne le connaît notre "Viva la pasta".
- Si tu me files l'adresse de ton "Viva la pasta" ça marche.

Elle lui aurait bien répondu également en pensées mais c'était trop risqué, elle ne maîtrisait pas encore très bien cet aspect de son domaine. Ca venait, mais c'était pas parfait, mieux valait éviter de se planter. Et puis sa réponse était bien assez suffisante pour convaincre les hommes qui se lancèrent à nouveau des regards perplexes, puis revinrent à elle.

- Ok... tu restes avec Jauno, j'vais voir s'il est dispo. Ca devrait le faire, ça vaut le coup ce truc.
- Ok.

Tandis que Cigarette man sans cigarette filait, Léa observait le Jauno en attendant. Celui-ci était mi-surpris mi-méfiant, et ne disait rien. Ses pensées parlaient pour lui-même, il se demandait jusqu'où elle pouvait l'espionner, si du coup il n'avait plus aucun secret pour elle, et à quel point c'était exploitable. Bon première étape ok, ils y croyaient et comptaient refiler la chose à leur chef. Ou peut-être sous-chef, mais bon peu importait, tant qu'elle arrivait à en attraper un elle finirait bien par choper le big boss à la fin. Après... ça allait se corser. Restait à prier pour qu'il n'y ait pas ou peu de renégats dans le tas. De préférence sans pouvoirs trop gênants pour elle. Prier hein... ahah. La bonne blague.
Invité
avatar
Invité
Re: Tout ça pour une fleur... [Solo - Examen de niveau 10] - Lun 5 Aoû 2013 - 17:49

Le restaurant était tout à fait correct et répondait magnifiquement aux critères italiens tels que les étrangers les conçoivent. La musique, l'odeur des pâtes et de la pizza, les affiches aux couleurs du pays, jusqu'aux moustaches de certains serveurs. Mais l'apprentie déesse n'était pas là pour manger, surtout qu'en matière de cuisine italienne elle s'y connaissait. Cigarette man était revenu les chercher et, avec Jauno, l'avait escortée jusque-là. Pour l'heure, elle attendait à nouveau dans une grande salle fermée au public. Sûrement un coin privé ouvert à certaines heures et pour certains clients, probablement les plus riches et les moins honnêtes. Assise sur une banquette confortable, elle écoutait les quelques pensées qui lui parvenaient de l'autre salle et de Jauno, resté avec elle. Rien de bien intéressant, des soucis basiques typiquement humains.

Et puis une se détacha du lot, qui pouvait se résumer par "S'ils me font perdre leur temps avec leurs balivernes je les file à bouffer à la bestiole du boss". Une seconde plus tard la porte principale s'ouvrit et laissa passer un homme d'apparence assez jeune. Il ne devait pas être bien plus vieux qu'elle-même, et était plutôt mignon, avec ses cheveux blond foncé courts, légèrement rebelles, et ses yeux gris vert au regard vif. Un peu maigrelet, il n'en dégageait pas moins une certaine aura de puissance, le genre de trucs qui fait comprendre instinctivement aux autres que, l'air faiblard ou pas, il vaut mieux obéir quand il ordonne quelque chose. Mais ce n'était pas le boss à en juger par ses pensées. Sans doute un second.

Léa ne broncha pas, se contentant d'observer le nouveau venu, lequel s'arrêta près de sa banquette et la toisa de haut. On le dérangeait pour une gamine qui faisait bien une tête de moins que lui... ok elle était mignonne mais il avait des femmes bien plus canons quand il voulait et où il voulait. Alors le faire venir pour ça... Bien sûr il ne croyait pas une seconde à cette histoire de lecture des pensées, ce qui était compréhensible, les humains sont si terre à terre. Il n'était là que pour arrêter les supplications de Cigarette man, lequel répondait au nom de Tonio. Quelle perte de temps... enfin il comptait bien envoyer gentiment mais fermement bouler cette donzelle et retourner à ses propres occupations bien plus importantes, comme prévoir leur prochaine attaque. Il fallait bien former les petits nouveaux au dur mais passionnant métier de renégat.

Ah les pensées... ça fusait tellement vite, en quelques secondes on en apprenait bien plus sur quelqu'un que durant toute une vie ou presque. C'était d'autant plus jouissif quand on sait que très peu de personnes sont capables d'arrêter totalement de réfléchir. Il y avait donc bel et bien du renégat dans le groupe. Qu'une attaque quelconque fut prévue ne dérangeait pas l'apprentie déesse, peu lui importait d'éventuelles morts, tant qu'elle n'était pas concernée ça lui suffisait. Ce qui l'intéressait, c'était sa mission, et rien d'autre. Elle jeta un coup d’œil à Tonio et Jauno, qui semblaient décidés à rester là, puis au blondinet.

- Faut croire que Tonio est doué pour harceler. Mais c'est pas pour rien, j'vous rassure. Maintenant à vous de voir si vous voulez qu'on parle renégat devant eux ou pas. Ca me dérange pas.

L'art et la manière de provoquer une pluie de pensées riche en renseignements. Ainsi que d'être prise au sérieux. Le mafieux encaissa la remarque sans rien laisser paraître de sa surprise et analysa aussi vite la chose. Déjà, il avait intérêt à faire gaffe à ses pensées. Un pouvoir pareil était redoutable et fort embêtant. Mais si cette fille était là, c'est qu'elle avait quelque chose à proposer ou du moins à dire, sinon elle aurait déjà cherché à leur nuire. A moins qu'elle n'essaye de s'infiltrer dans leur groupe pour mieux leur nuire, c'était possible. Après tout, le Conseil de cette fichue académie pouvait être aussi sournois qu'eux. Mais elle pouvait aussi être là pour les rejoindre, comme d'autres avant elle.

Jauno et Tonio attendaient, très curieux. Le blond leur fit signe de partir. Ils n'étaient pas très chauds, voulant en savoir plus, mais un regard d'avertissement suffit et ils quittèrent la pièce. En restant dans le coin quand même, au cas où, des fois qu'on aurait besoin d'eux, et qu'ils arriveraient à entendre quelques mots. Impassible, Léa attendait la suite, qui ne tarda pas.

- Tu as un pouvoir très impressionnant... pourquoi venir nous le montrer ?

Après tout, c'était risqué. Léa avait un énorme avantage sur son interlocuteur, elle pouvait savoir grosso modo ce qu'il attendait comme réponse, ou du moins les possibilités qu'il avait en tête. Répondre qu'elle venait les rejoindre était très bien, même s'il se méfierait quand même. Mais il s'y attendait aussi, et il n'était pas stupide. Alors elle préféra jouer la carte de la franchise.

- Je cherche des renégats afin de retrouver Isanagi. Il n'y a qu'en se dévoilant qu'on a une chance de vous approcher.

C'était on ne pouvait plus vrai. Après tout, si elle pouvait réaliser sa mission et en prime ses propres objectifs, ce serait parfait. Le blond était surpris et d'autant plus méfiant.

- Pourquoi tu le cherches ?

Question prévisible et normale. Dont la réponse échappait au renégat. Pour lui, il n'y avait que deux possibilités : tuer l'ancien directeur ou lui proposer ses services. C'était déjà arrivé, certains apprentis dieux ne voulaient pas voir quelqu'un d'autre, il leur fallait le dirigeant suprême de la Guilde Noire pour lui jurer fidélité et d'autres trucs du genre. Tout comme certains avaient essayé de s'infiltrer jusqu'à lui pour le combattre, sans succès.

- J'ai des questions importantes à lui poser. Et il est le seul à pouvoir y répondre. Quant à vous infiltrer pour vous détruire ou vous rejoindre, ça ne m'intéresse pas, à moins que ses réponses me montrent que c'est une bonne chose pour moi. Maintenant je veux voir Don Cornéon.

La fille semblait sincère mais le blond se méfiait : c'était difficile de savoir si elle disait vraiment la vérité. Elle avait trop l'air détachée de tout, comme si rien ne la touchait vraiment. Quoi que, en parlant d'Isanagi elle apparaissait un peu plus concernée. Il devait être réellement important pour elle. Mais ça ne voulait pas pour autant dire qu'elle n'était pas une menace. Enfin, il n'était qu'un second après tout. Il servait de filtre, après les hommes de main classiques. Cette apprentie déesse était intéressante, elle possédait un pouvoir très pratique et qui aiderait beaucoup les renégats à mener leurs objectifs à leurs termes. C'était au patron de décider quoi faire maintenant. Lui avait fait son boulot, il avait constaté la chose et pensait qu'il serait bon de tout reporter au Don. A lui ensuite de voir si le jeu en valait la chandelle ou s'il valait mieux ne pas faire confiance à cette fille.

- Je vais voir s'il est disponible. C'est quoi ton nom ?
- Léa Dolce.
- Ok, moi c'est Tadzio. Attends-là, je reviens.

Elle hocha la tête et le regarda partir, plein de pensées la tête. Au moins il n'était pas stupide et voyait un intérêt certain dans sa personne. Mais il restait un sous-fifre, et même s'il était plutôt pour lui donner une certaine chance, ce n'était pas à lui d'en juger. Il allait donner son avis au patron, et ce serait à lui de décider. Léa attendit donc, n'ayant rien de mieux à faire, à part réfléchir à comment trouver ce foutu tableau. Elle avait lancé le thème sur Isanagi, parce que ça lui correspondait mieux, mais elle devait réussir à dévier sur les vols. Ca semblait délicat... à moins qu'elle n'arrive à cuisiner de véritables mafieux. Il y avait au moins deux renégats dans leur groupe, Tadzio et Don Cornéon, mais tous ne l'étaient pas. Jauno et Tonio n'avaient rien de divin. Peut-être qu'elle pouvait obtenir quelques informations de leur part en douce. Enfin ça ne serait pas pour de suite : ils restaient à l'extérieur, et les pensées qu'elle captait de leur part montraient surtout qu'ils étaient curieux de voir jusqu'où son étrange capacité pouvait aller.

La jeune fille patienta sagement quelques minutes, jusqu'au retour de Tadzio.

- Le Don est d'accord pour te rencontrer mais pas ici. Suis-moi.

Léa se leva, arrangea un peu sa robe et emboîta le pas au mafieux, espionnant sans scrupules ses pensées. Il trouvait bien que Don Cornéon soit d'accord pour rencontrer cette renégate potentielle au pouvoir fort intéressant. Et il appréciait que son chef soit assez prudent pour concocter de quoi vérifier ses dires. Une sorte d'épreuve ? Peut-être. Mais Tadzio veillait à ne pas trop y penser en détails, afin de ne pas gâcher la surprise. Et de toute façon on ne lui avait pas donné toutes les informations alors ça ne servait à rien de lire dans ses pensées, elle n'en saurait pas plus ahah ! Ca fit presque sourire l'apprentie déesse.

Il la conduisit à une petite porte plus discrète que l'autre qu'il déverrouilla, laissant apparaître un petit escalier de service. Passée la dernière marche, un couloir raisonnable s'étendait sur quelques mètres, avec quelques ouvertures sur les côtés, et une forte lumière tout au bout. Tadzio traversa les lieux, la jeune fille sur ses talons, et ils déboulèrent dans une immense cave au plafond extrêmement haut soutenu par des piliers réguliers, barrés de nombreuses poutres métalliques. L'endroit était d'autant plus grand qu'il n'y avait rien du tout à l'intérieur, à part quelques hommes qui semblaient les attendre. Sur les différents murs des portes fermées donnaient sur allez savoir quoi. Personne ne pensait à ça, alors Léa ignorait ce qui se cachait par là-bas, et pour l'heure ce n'était pas sa préoccupation première.

Avançant jusqu'au petit groupe, constitué en tout et pour tout de trois hommes, elle les observa soigneusement, jonglant de l'un à l'autre pour capter leurs pensées individuellement. Le premier, un gros moustachu aux cheveux mi-longs et bruns, lui rendait un regard bleu ciel plutôt joli et très curieux. Il trouvait qu'elle ne payait pas de mine, mais que ça ne voulait pas dire qu'elle était faiblarde, loin de là. Et il était pressé de voir ce qu'elle valait. Le second, un chauve très grand, au moins trois têtes de plus qu'elle, avait un air très sévère et un regard gris mauvais. Lui trouvait cela très risqué, trop même, ça ne lui plaisait pas cette histoire de lecture de pensées. Trop dangereux, et si elle en profitait pour les manipuler ? Ca serait tellement facile ! Comment se protéger d'un tel pouvoir aussi ? Non, vraiment, ça ne lui faisait pas plaisir. Le troisième enfin était somme toute assez banal, des cheveux courts un peu grisâtre, des yeux noisette, un air calme et légèrement curieux, avec des pensées reflétant très bien son attitude. Lui trouvait l'apprentie déesse potentiellement intéressante mais voulait qu'elle fasse ses preuves pour voir de quoi elle était capable et si on pouvait en faire une véritable alliée. Le reste, il verrait bien. D'ailleurs c'était intriguant de voir que son esprit réfléchissait tranquillement, presque lentement, et ne se souciait que de l'instant présent. Il ne cherchait pas plus loin, il ne poussait pas ses réflexions au delà. Une sorte de protection contre son pouvoir ? Qui sait...
Invité
avatar
Invité
Re: Tout ça pour une fleur... [Solo - Examen de niveau 10] - Lun 5 Aoû 2013 - 17:52

Tadzio hocha la tête pour saluer tout ce petit monde.

- La voici.
- Très bien Tad, tu peux nous laisser merci.

La voix était douce mais ferme, le troisième homme ne laissait aucune place à la négociation. Tadzio n'insista pas une seule seconde d'ailleurs et repartit par où il était venue. Léa ne dit rien, se contentant de rendre leurs regards aux hommes, attendant qu'ils lui disent ce qu'ils attendaient d'elle, tout en espionnant leurs pensées. C'est encore Cheveux Gris qui prit la parole, apparemment c'était le meneur, et ses mots confirmèrent la chose.

- Bonjour, Léa c'est ça ? Je suis Don Cornéon, enchanté de te rencontrer. Je suppose que tu sais déjà ce qu'on a en tête hum ?

Ses pensées étaient sereines, il attendait patiemment la réponse. Puisque c'était lui le patron, l'apprentie déesse préféra se focaliser dessus, sans pour autant oublier les deux autres.

- Enchantée. Je sais que vous voulez vérifier ce dont je suis capable, et débattre ensuite de mon utilité potentielle. Ce dont je me fiche, la seule chose qui m'intéresse c'est de retrouver Isanagi.

Isanagi, Isanagi, leur meneur, le créature de la Guilde Noire, le dieu renégat qui avait bafoué Deus... Il n'y avait pas beaucoup de raisons qui pouvaient conduire à vouloir le rencontrer : le tuer ou le suivre. Apparemment celles de cette fille étaient difficiles à croire, et pourtant...

- S'il faut que je devienne une renégat pour l'atteindre, alors pas de problème.

Ca, c'était tout de suite plus intéressant. Mais toujours risqué. Trop d'après le Chauve. Mais Don Cornéon pensait à une chose à la fois. D'abord le test, la suite plus tard.

- Nous verrons cela après. J'aimerais d'abord voir jusqu'où va ton domaine divinatoire. Le mien est également très utile, je vais te laisser l'apprécier à sa juste valeur.

Ses pensées ne trahissaient pas ce qu'il avait en tête. Léa se mit donc sur ses gardes, méfiante. L'air sembla se condenser autour du Don, dont s'écartèrent un peu les autres. Une lueur jaune émana de ses doigts qu'il utilisa pour tracer des symboles inconnus devant lui. Ces runes vibrèrent, puis fusionnèrent et formèrent une silhouette volumineuse. Ses traits apparurent rapidement, l'un après l'autre : une tête de lion, une tête d'aigle, une tête de serpent qui faisait plutôt dragon, un long corps de félin avec plusieurs queues de serpent... Elle avait déjà vu une créature de ce genre, durant l'animation peu agréable du dernier Halloween... une chimère. Génial.

Remarque l'avantage était qu'elle connaissait un peu l'esprit de ce type de monstres. Le soucis c'est que la dernière fois elle avait quelqu'un pour la combattre et lui éviter ainsi les coups. Là... c'était mal barré. Elle n'avait aucune arme et était la seule cible de la bestiole qui termina d'apparaître complètement. Ca allait être sportif... mais avec un peu de bol ce serait gérable : le Don ne voulait pas qu'elle gagne, juste qu'elle prouve qu'elle avait un pouvoir réellement pratique y compris en combat. Avec son agilité naturelle et son contrôle des limites, c'était jouable.

Reculant doucement, le regard doré de l'élève ne quittait pas l'animal mythique, qui s'ébrouait comme s'il sortait d'un bon petit somme. Elle se focalisait sur ses pensées, qui pour l'heure correspondait à son attitude. La chimère venait d'être invoquée et mettait un petit peu de temps à s'adapter au monde où on l'avait amenée. Léa chercha des yeux une arme potentielle qui pourrait l'aider à se défendre. Il n'y avait vraiment rien par ici, à croire que le coin ne servait qu'à des combats, ce qui était probablement le cas. Tant pis, elle devrait se concentrer exclusivement sur l'esquive en espérant que le Don en aurait vite assez de la voir sauter partout.

En parlant de saut, la chimère poussa un hurlement - enfin plutôt sa tête féline - et se ramassa pour préparer un bond vers la proie désignée. Celle-ci concentra son contrôle des limites, augmentant considérablement son agilité et, dès que l'adversaire détendit ses muscles, elle esquiva vivement sur le côté. L'image d'une des queues de serpent lui parvint et elle bondit en arrière pour éviter de justesse le coup de fouet. Elle était rapide, mais la chimère également, et elle ne se laissait pas démonter. La tête de lion rugit à nouveau et c'est une pensée sur le feu qui parvint cette fois à l'apprentie déesse. Génial, de la magie, youpi tralala.

Les piliers soutenant le haut plafond de la salle semblaient solides, alors, lorsque la chimère vomit ses flammes, Léa s'abrita derrière l'un d'eux. Elle sentit la chaleur gagner rapidement le métal de son maigre abri et s'en éloigna aussi sec. Pour le moment, elle s'en sortait bien, mais ça ne montrait pas vraiment son pouvoir : n'importe quel combattant un peu malin pouvait réagir de la même façon qu'elle, peut-être juste un poil moins vite puisqu'elle avait l'avant première des actions prévues par son adversaire. Rien d'impressionnant pour autant d'un point de vue spectateur.

Restant à l'abri, la jeune fille entreprit de tourner autour de la bestiole en passant d'un pilier à un autre pour éviter de rester immobile tout en réfléchissant. Elle pouvait déstabiliser la créature en utilisant le deuxième aspect de son domaine mais c'était relativement aléatoire et elle n'avait pas très envie que les renégats le connaissent. D'autant que si elle se ratait et pensait dans la tête du Don ou d'un de ses comparses, elle ne serait plus aussi fiable. Elle devait impérativement trouver quelque chose faisant office d'arme...

De la glace. Après le chaud, le froid, la chimère voulait-elle lui refiler une grippe ? Cela dit... ça pouvait être bien plus utile. Comment exploiter correctement la chose... elle avait quelques secondes pour s'organiser pendant que la bestiole grondait et préparait son attaque. Le contrôle des limites poussait son corps à un niveau inhumain, autant en agilité qu'en force et en résistance. Alors ma foi... de toute façon si elle ne tentait rien elle passerait des heures à éviter les attaques et elle n'avait pas de temps à perdre. Quittant son pilier, elle se posta juste devant. La chimère l'accueillit aussi sec en crachant un souffle de glace imposant. Léa s'écarta partiellement - le but n'était pas de finir congeler quand même - en tendant le bras droit pour que celui-ci subisse l'attaque. Serrant les dents, c'était loin d'être agréable, résister ne veut pas dire être insensible à la douleur, elle s'éloigna petit à petit. La glace se forma autour de son membre et prit la forme d'un pic alors qu'elle le retirait.

Ca faisait mal, c'était froid, mais avec son contrôle des limites c'était supportable. Et ça lui faisait une arme. Serrant les dents, l'apprenti déesse observa l'animal qui gronda et prévoyait de la contourner pour l'attaquer sur le côté gauche. Pas de soucis, autant qu'elle vienne à elle. Léa ne bougea donc pas et lorsque la créature bondit elle se tourna rapidement pour lui filer un coup de glace dans le ventre. Elle aurait bien voulu tenter de la tuer mais c'était le toutou du Don alors ça aurait pu être mal pris. Elle se contenta de lui faire une entaille plus ou moins profonde qui la fit hurler et, avant que les boules de feu ne franchissent sa gorge, l'élève s'était déjà bien écartée. Les flammes se perdirent dans un pilier.

- Ca peut durer longtemps comme ça.

Histoire de prévenir les trois gugusses qui regardaient. Elle n'était pas certaine que sa performance soit satisfaisante, mais elle ne pouvait pas faire vraiment mieux. Elle n'était pas une guerrière, et les rares cours de combat qu'elle avait eu s'étaient tous révélés plus suicidaires qu'autre chose, merci les profs psychopathes. Elle se défendait comme elle pouvait, mais ça s'arrêtait là. Que faire de plus pour leur prouver l'utilité de son pouvoir ? Hum... La chimère gronda, inondant son esprit de pensées colériques, et entreprit de revenir aux bonnes vieilles méthodes : courir, bondir sur le côté au dernier moment pour feinter, et se jeter sur elle pour la dévorer. Ma foi, c'était l'occasion de bien illustrer ses compétences en matière d'apprentie-déesse de l'esprit.

Léa joua le jeu, donnant l'illusion que la feinte de la créature fonctionnait. Elle s'avança vers elle et la laissa bondir sur le côté pour mieux revenir. Vu la rapidité de l'animal, il aurait été très difficile de capter son mouvement et de réagir assez vite en conséquence sans l'avoir prédit à l'avance. Elle attendit le dernier moment pour se retourner et présenter à nouveau son bras glacial à la créature. Là, plus question de faire attention par contre, c'était quand même sa vie qu'elle risquait. Alors elle empala purement et simplement la créature, utilisant aussitôt la force donnée par son contrôle pour rattraper l'animal et le jeter sur le côté.

La chimère était grièvement blessée mais pas encore morte. Le Don s'approcha d'elle et lui caressa la crinière en lui murmurant quelques mots. Il fit ensuite un mouvement de la main et elle devint silhouette dorée avant de disparaître. Ses pensées n'étaient pas très claires, oscillant entre la peine d'avoir vu sa bestiole comme ça et un vif intérêt pour le spectacle auquel il avait assisté. Il se releva pour se tourner vers Léa.

- C'était très impressionnant, surtout pour quelqu'un qui n'a clairement pas l'habitude de se battre. J'aimerais en savoir plus sur tes motivations et toi-même maintenant. Si on allait en discuter tranquillement dans mon bureau ?

Le chauve trouvait l'idée très mauvaise, mais il n'osait pas se déclarer ouvertement contre l'avis de son chef. Le moustachu lui avait très envie de venir mais il savait que le Don voulait être seul, alors il ne disait rien non plus. Il aurait bien un résumé plus tard ! Les avis étaient partagés, mais la jeune fille notait qu'au moins tous la croyaient et la prenaient au sérieux. C'était toujours ça de gagné. A elle ensuite de se débrouiller pour convaincre le Don qu'elle n'était pas une espionne ni une assassin.

- Ok.

Souriant, Don Cornéon l'invita à le suivre vers une des petites portes discrètes aperçues plus tôt. Léa cogna son bras glacé contre un pilier en mettant juste assez de force pour que la glace se brise et le libère. Ca faisait un mal de chien mais elle ne le montrait pas et suivit son hôte tranquillement.
Invité
avatar
Invité
Re: Tout ça pour une fleur... [Solo - Examen de niveau 10] - Lun 5 Aoû 2013 - 17:58

Le bureau était modeste, décoré de quelques tableaux et agrémenté de plantes vertes on ne peut plus normales. Difficile de s'imaginer chez un mafieu et un renégat qui plus est. Installée dans une chaise en face du Don, Léa ne lâchait pas ses pensées une seule seconde. Calme, il l'observait en réfléchissant à son utilité et aux risques qu'elle pouvait faire courir à la Guilde Noire. Pourquoi rencontrer Isanagi si ce n'était pas pour le tuer ou le rejoindre ? Cette question lui tournait dans la tête et l'apprentie déesse se sentit presque obligée d'y répondre.

- J'ai des questions à lui poser qui ne regardent que nous. Libre à vous de me croire ou pas, mais je ne vous dirai pas quoi.

Et le ton était on ne peut plus catégorique, ce qui fit rire le Don. Dans un sens elle lui plaisait cette petite, qui était très douée si elle jouait la comédie. Et sinon qui pouvait se faire une belle place dans la Guilde.

- Qu'est-ce qui me dit que tu ne veux pas lui nuire ?

Ahah. La belle ironique que voici. Si elle en avait l'occasion, elle lui rendrait volontiers la monnaie de sa pièce. Après tout ce qu'il lui avait fait, ce serait un plaisir de lui écraser la tête contre un mur. Mais elle savait très bien que c'était impossible, elle n'avait ni le niveau ni les capacités. Et puis qu'est-ce que ça lui apporterait au final ? Rien, absolument rien. Enfin si on lui donnait l'occasion elle ne cracherait pas dessus, c'est sûr.

- Rien. Vous n'avez que ma parole, qui vaut ce qu'elle vaut. Mais je doute que même si je le voulais j'arriverais à lui faire quelque chose. Vous l'avez dit vous-même, je ne suis pas une combattante.
- Oh il y a bien des façons de nuire à quelqu'un sans passer par une bataille.

Et à en croire ses pensées, c'était on ne pouvait plus vrai. Mais intintéressant. Léa se moquait bien de voir comment on torturait quelqu'un, dieu ou pas.

- Je reste une apprentie bien inférieure à lui, seule qui plus est. Vous n'avez qu'à le contacter et donner mon nom, il me connaît.

Avec un peu de bol, l'info remonterait vraiment jusqu'à Isanagi et elle obtiendrait un entretien. Ca rendrait cette mission stupide utile en fin de compte. Don Cornéon réfléchissait à la question et aux risques que tout cela comportait. A priori aucun : ça ne coûtait pas grand chose d'en parler à l'ancien directeur, et le jeu en valait plutôt la chandelle vu ce qu'ils pouvaient gagner dans leurs rangs. Ce genre de pouvoir n'était pas très répandu et fort utile.

- Je vais voir ce que je peux faire. En attendant...

Ils ne pouvaient pas la laisser filer et risquer qu'un groupe d'apprentis dieux leur tombe dessus, comme ces imbéciles du Conseil. C'était logique. Et ça ne la dérangeait pas du tout, bien au contraire. Elle haussa les épaules.

- Je reste ici, pas de problème. J'ai tout mon temps.
- Très bien. Tu comprendras je suppose que l'on ne te laisse pas sortir d'ici ?
- Ouais. Tant que je peux me dérouiller les jambes à l'intérieur, ça me dérange pas.
- Parfait. Evite de provoquer les autres renégats, certains sont très suspicieux et susceptibles.
- Je m'en souviendrai.

Remarque ce serait un bon test. Si elle parvenait à convaincre les plus réticents, ça serait un certain gage de fiabilité. Le Don se leva et Léa l'imita.

- Je t'appellerai quand ce sera bon. Tadzio ?

A croire que le blond attendait patiemment qu'on l'appelle car la porte s'ouvrit aussitôt sur lui. Sans doute l'avait-on appelé pour venir jouer au garde du corps.

- Boss ?
- Tu restes avec Léa en attendant d'autres instructions.

Ce qui comportait autant le rôle de protecteur que de surveillant. Hum allez fouiner risquait d'être plus délicat... enfin elle verrait bien.

- Compris.
- A plus tard.
- Salut.

L'apprentie déesse sortit du bureau avec Tadzio et rejoignit la grande cave qui faisait office d'arène apparemment. Il n'y avait plus personne. Très bien, sa mission personnelle remplie autant que possible, Léa n'avait plus qu'à passer à l'autre, plus officielle. Elle regarda l'homme blond avec son air totalement neutre, espionnant ses pensées, qui se résumaient à quelques questions sur elle-même.

- Faut du temps pour contacter Isagani ?
- Ca dépend de lui. Pourquoi ? Le boss va vraiment contacter le big boss ? C'est balèze...
- Pour qu'il vous confirme ce que j'arrête pas de vous dire. Il me connait.
- Et après ?
- Ca dépendra de lui.

Donc il y avait tout de même une probabilité non négligeable de récupérer une liseuse d'esprit dans la bande. Ou du moins la Guilde. C'était une bonne chose, les recrues ne tombaient pas du ciel.

- En attendant, il doit bien y avoir quelque chose d'intéressant à visiter par ici non ?
- Pas vraiment. On entrepose rien pouvant prouver qu'on est des renégats, ça attirerait les abrutis du Conseil. Ya que le matos des humains et leurs salles de jeu.

Rien d'amusant apparemment, du moins pour Tadzio. Les arènes de combat d'animaux ou même d'humains, les chambres de joie ou encore les objets volés, tout ça ne l'intéressait guère. Il préférait s'occuper de répandre la "bonne parole" de la Guilde Noire et provoquer un maximum de catastrophes.

- Et les humains normaux, ils font quoi à part traumatiser des chinois ? Du vol organisé ?
- Ouais, ça leur arrive. Des trucs même pas intéressant, qu'est-ce qu'on s'en fiche des tableaux et des bijoux...
- Ils planquent leur butin ici ?
- Pourquoi tu veux savoir ça ?

Un peu de méfiance d'un coup. Léa haussa les épaules, pas du tout dérangée par la question.

- Parce que quitte à m'ennuyer en attendant une réponse d'Isanagi, j'aime autant passer le temps en regardant des trucs intéressants. Les combats de bestioles et les galipettes j'en ai rien à faire. Reste les objets volés. Avec un peu de bol yaura quelque chose de sympa.

C'était un peu gros, mais l'important n'était pas vraiment que ça marche. Il lui fallait simplement amener Tadzio à penser à l'endroit où tout ça était gardé. Et l'image lui parvint d'ailleurs, un immense entrepôt aux étagères de bois débordant d'objets divers. Quelques caisses étaient rangées à intervalles réguliers. Par où on y allait par contre... Léa eut la réponse de visu, alors que le blond tournait la tête vers une des portes de la cave.

- Désolé mais c'est hors de question. Pas de civil là-dedans, va falloir trouver autre chose pour t'occup...

Elle avait ce qu'elle voulait. Concentrant son contrôle des limites afin de mettre toutes les chances de son côté, la jeune fille lui fondit dessus et lui décocha un coup de genou monumentale dans les parties. Elle enchaîna aussi sec en lui sautant dessus, lui attrapant la tête dans les mains, et utilisa son poids pour l'assommer contre le sol. Sauf qu'elle y mit un peu trop de force - elle n'était pas si habituée que ça à utiliser son contrôle à si haut niveau - et l'os du crâne ne résista pas. Ca fit un craquement répugnant tandis que le nez était réduit en charpie. Yoops. Enfin ça ne l'avait pas tué, il allait juste être ko un moment, et aurait très mal au réveil. A moins qu'il fasse une hémoragie mais c'était un apprenti dieu alors... autant un humain y serait passé tout de suite, autant lui pouvait s'en sortir.

Peu importait de toute façon. Léa laissa le corps, de toute façon il n'y avait aucune cachette potable dans le coin, et gagna la porte à laquelle Tadzio avait pensé. Verrouillée bien sûr, mais... un coup de pied dedans explosa le verrou sans soucis. Elle n'avait pas beaucoup de pouvoirs, mais le peu qu'elle possédait était très pratique. Derrière un long couloir amenait sur une nouvelle porte, qui subit le même sort que la première, et donna sur le fameux entrepôt. Et maintenant... il fallait espérer que les mafieux classaient leurs rapines correctement.

Marchant entre les étagères, l'apprentie déesse observait. Apparemment ça dépendait beaucoup des coins et peut-être du responsable des lieux, s'il y en avait un. Ici des tonnes de bijoux dégueulaient des planches, alors que là-bas des bouquins style vieux grimoires dépassaient sur des clés USB. Il y avait vraiment de tout, c'était un magnifique bordel qu'adorerait un antiquaire. Est-ce qu'il y avait une logique là-dedans...

- Qu'est-ce que tu fous là ?

Léa sursauta. Elle était tellement concentrée sur les objets qu'elle en avait oublié de vérifier s'il y avait quelqu'un dans le coin. Elle tourna la tête pour apercevoir une femme d'âge mûr, aux longs cheveux blonds, aux yeux bleus et à la poitrine correspondante au stéréotype de la bonne pouffiasse. Ca en ferait presque peur. D'ailleurs sa tenue de cuir léger n'était pas pour détromper cette impression. En revanche ses pensées démontrait clairement qu'elle n'était pas stupide. Qui était cette gamine débarquée de nulle part ? On ne l'avait pas prévenue d'une nouvelle recrue, et de toute façon personne ne vient jamais ici les mains vides. On lui apportait les objets volés pour qu'elle s'en occupe.

Pouvait-elle inventer une excuse potable ? Peut-être, avec plus de temps et moins de suspicion dans l'air. Autant dire que c'était foutu. A en juger par les pensées qu'elle captait, il n'y avait que cette femme dans le coin, elle vérifia bien cette fois. Il lui fallait la mettre hors d'état de nuire le temps de trouver le tableau et de préférence avant que l'alerte soit donnée. Cela dit...

- Je cherche la Jonquille.

Elle ne mentait pas, et cette simple phrase obtint le résultat escompté : la blondasse pensa au tableau, soigneusement posé sur une table entre deux autres œuvres. Elle venait de le recevoir et travaillait justement dessus. C'était bon à savoir, la jeune fille n'aurait pas à fouiller toutes les étagères, il lui suffisait de trouver le plan de travail de la renégate. Laquelle bien sûr se demandait ce que ce tableau venait faire là, et n'appréciait guère de ne pas avoir de réponse plus claire.

- Fais pas la maligne, t'es qui ? D'où tu sors, qui t'as autorisée à venir ici ?
- Je suis Léa. C'est Tadzio qui m'a laissée venir.

C'était vrai après tout. En parlant, elle s'approchait de la blonde, l'air de rien, en cherchant des yeux une arme potentielle. Il y avait beaucoup de pagaille ici, et pas mal de trucs utiles pour un combat. Tiens cet énorme chandelier ancien avait l'air solide... Mais la blonde n'était pas stupide et elle eut un rictus amusé.

- Mais bien sûr. Une espionne je suppose. Tu fais partie du Conseil ? C'est bien, j'en avais marre de passer mes journées à copier des objets stupides, un peu d'exercice me fera pas de mal.

Concentrant son énergie, la silhouette de la renégate devint subitement floue. Léa s'arrêta, méfiante. Avait-elle un pouvoir sur la vue ? Ce serait embêtant pas mais totalement dérangeant. Subitement la forme de la blonde se dédoubla, puis se détripla. Illusion ou réalité ? Elle avait parlé de copier des objets... pouvait-elle se copier elle aussi ? Apparemment oui. Ce qui n'augurait rien de bon : déjà face à un adversaire Léa avait du mal, mais alors trois...
Invité
avatar
Invité
Re: Tout ça pour une fleur... [Solo - Examen de niveau 10] - Lun 5 Aoû 2013 - 18:00

Elle était vraiment mal barrée. Pour l'heure, son seul avantage était sa petite taille. Elle avait réussi à se planquer sur une étagère volumineuse, entre deux énormes caisses à moitié ouvertes, et écoutait attentivement les bruits environnant. Elle avait une belle entaille à la joue droite qui gouttait et une méchante douleur au flanc gauche, là où le poing de la blondasse l'avait touchée. Enfin une des blondasses. Elle avait bien réussi à lui faire manger le chandelier, faisant sauter quelques dents, mais à part ça... Le problème était qu'elle ne captait que les pensées de l'originale. Dans un sens, c'était pratique pour savoir laquelle c'était. Mais du coup, les autres avaient un avantage considérable sur elle. Son vague style de combat, si on pouvait appeler ça comme ça, se baisait sur son domaine divinatoire. Sans sa lecture de pensées, c'était la misère.

Du coup l'apprentie déesse devait trouver une stratégie efficace, ce qui n'était pas évident, harcelée par la blondasse et ses copines. D'autant qu'elle devait se dépêcher, faute de quoi c'était toute la bande qui finirait par lui tomber dessus, et là... ce serait complètement foutu. La renégate n'était pas loin, et ses pensées étaient pleines d'amusement. Ca l'éclatait d'avoir une petite Conseillère à laminer, et elle comptait bien faire durer le plaisir.

- Allons où tu te caches ? Je savais que les membres du Conseil étaient des abrutis finis et des lâches, mais quand même, j'espérais un peu plus de combativité.

Pfff pouffiasse. Enfin elle pouvait bien tenter la provocation, Léa s'en fichait comme de l'an quarante. Il lui fallait un plan, et vite. Les clones n'étaient pas très bruyant, et avec l'autre qui monologuait c'était difficile de les entendre approcher, encore plus de les situer. Elle devait viser la renégate en priorité, mais pour ça encore fallait-il parvenir à lui tomber dessus, et ses copies ne la laisseraient sûrement pas faire tranquillement. Maintenant... à quel point étaient-elles autonomes ? Ces clones n'avaient aucune pensée, mais ils devaient bien avoir une marche à suivre, des ordres reçus, bref quelque chose qui leur dictait quoi faire. Et ça ne pouvait venir que de l'original. Donc pour les mettre temporairement hors d'état de nuire, ou au moins ruineur leur organisation, elle devait sûrement déconcentrer la blondasse.

Lui balancer une caisse à la figure, est-ce que ça fonctionnerait ? Sans doute que non, elle avait montré qu'elle savait se battre et était probablement habituée à ce genre de combat bourrin. Par contre... Léa ne lui avait pas laissé deviner quel était son propre pouvoir, elle avait donc des chances de la surprendre. Même si cet aspect n'était pas aussi bien maîtrisé qu'elle l'aurait voulu, elle pouvait à peu près l'exploiter. Et de toute façon elle n'avait guère le choix. Fermant les yeux, espérant que les deux autres ne lui tomberaient pas dessus entre temps, elle se focalisa sur les pensées de la blondasse. Celle-ci s'impatientait, elle préférait les confrontations directes, pas les jeux de cache cache qui duraient trop longtemps.

Elle n'était pas loin... Léa releva un peu la tête pour regarder par dessus la caisse qui l'abritait. La renégate marchait dans l'allée juste en dessous, se dirigeant dans sa direction. Encore un peu... elle se concentra autant que possible sur elle avant de hurler de toutes ses forces dans son esprit.

~ T'INQUIETE CA SE TERMINE MAINTENANT ! ~

Le résultat alla au delà de ses espérances. Déjà, elle toucha parfaitement la blondasse, qui lâcha un cri en s'attrapant la tête. Ensuite le clone qui apparut à l'autre bout de l'allée sembla se bloquer d'un coup. L'autre était sûrement dans le même cas. Enfin, le choc sembla perturber grandement les pensées de la blondasse, c'était le moment ou jamais. Utilisant son contrôle des limites, elle bondit de sa cachette pour atterir sur les épaules de sa proie, la plaquant net au sol. Tuer n'était pas vraiment dans sa nature, d'ailleurs elle n'avait jamais ôté la vie d'une personne - Tadzio ne comptait pas, il était juste hors service, sa mort n'était pas confirmée - et elle n'avait pas eu de cours "Comment buter quelqu'un le plus efficacement possible". Alors elle se contenta de lui attraper la tête et de la cogner contre le plancher. Avec sa force, cela eut pratiquement le même effet qu'avec l'autre renégat. Ce fut assez efficace pour la mettre dans les pommes, et son clone qui venait l'aider disparut aussi sec.

Finalement ce ne fut pas si difficile. Mis à part que l'apprentie déesse commençait à avoir mal au crâne, qu'elle fatiguait à cause du contrôle des limites, qu'elle avait mal aux côtes - le coup pris plus tôt avait bien dû en déplacer une, voire la péter - et que le temps jouait contre elle. On devait avoir découvert Tadzio maintenant, et on finirait vite par la trouver. Elle devait se grouiller de choper ce stupide tableau et filer d'ici tant qu'elle était encore à peu près en état. Se redressant, elle abandonna sans remords le corps inerte de la blondasse pour sortir de l'allée. A gauche, un long couloir, en face une autre allée, à droite un autre couloir, avec au bout une petite porte ouverte. Elle alla voir, ce devait être le bureau ou l'équivalent qui servait de plan de travail à la responsable des copies. Effectivement, l'ouverture donnait sur une pièce moyenne avec sur une grande table plusieurs tableaux, dont la fameuse Jonquille.

La jeune fille attrapa la toile, qui était presque aussi grande qu'elle - on a pas idée de peindre des trucs énormes comme ça - grimaça sous la douleur de ses côtes, et fit demi tour. Sauf que les pensées de plusieurs personnes lui parvinrent : il y avait du monde qui débarquait, et c'était pas pour venir lui faire un câlin. Mais il y avait une chose de positive : à en juger par ce que ces types, à priori trois, avaient en tête, ce n'était que des humains venus voir ce qui se passait. Pas le temps de faire dans la finesse, elle devait se barrer avant que de véritables menaces ne viennent. Montant son contrôle de limite, elle se faufila rapidement entre les étagères, se rapprochant d'eux en veillant à les contourner. Elle récupéra au passage une espèce de lance ancienne probablement piquée dans un musée. C'était lourd, mais avec son pouvoir elle ne sentait rien.

- Sheila, t'es où ? Il se passe un truc bizarre ici.
~ Tu l'as dit ~

Sa pensée atteignit les trois hommes au lieu du seul qu'elle visait mais ce n'était pas grave. Cela lui donna la petite seconde de surprise qu'il lui fallait. Léa leur bondit dessus avec sa lance, transperça le premier et fit un mouvement rotatif pour choper les deux autres sans tenir compte du corps empalé qui, du coup, resta sur l'arme. Elle ne frappa pas avec la lame, mais la force donné au coup suffit à briser les cages thoraciques des deux humains. C'est sûr qu'il est beaucoup plus facile de se bastonner avec qu'eux qu'avec d'autres apprentis dieux. N'attendant pas, elle abandonna lance et corps - eux par contre risquaient fortement d'y passer mais elle n'allait pas rester pour vérifier - et, tenant toujours la Jonquille contre elle, gagna la porte de sortie pour rejoindre le grand hall principal. Avec un peu de chance...

Mais bien sûr ce n'était pas possible. Elle s'en sortait pas si mal jusque-là, il fallait forcément que ça se gâte. Captant des pensées étrangement hostiles, allez savoir pourquoi, elle s'arrêta derrière la porte. Mauvaise direction, mais par où passer pour sortir de là ? Bon d'abord espionner ce qui se passait de l'autre côté. Elle capta plusieurs pensées assez variées. Certaines étaient en rogne devant l'incident, et en voulaient au Don d'avoir laissée la gamine comme ça, parce que bien sûr ça ne pouvait être que sa faute. D'autres se voulaient plus sages, se demandant comment vérifier qui était le responsable et surtout pourquoi avoir mis Tadzio dans cet état. Quelques unes se souciaient enfin de ce pauvre renégat à moitié vidé de sa cervelle, mais qui semblait se régénérer assez bien pour ne pas y passer. C'était toujours ça de gagné. Mais était-ce si bien ? Après tout, un ennemi mort ne risque plus de poser de problème.

Cela dit, c'était bien beau tout ça, mais ça ne l'aidait pas. Il était hors de question de repartir par là, trop de gens s'y trouvaient, et malgré les pensées du chauve - elle le reconnaissait à sa façon calme de réfléchir - elle doutait qu'on la laisse l'ouvrir sans lui tomber dessus. Dans ces conditions, elle devait trouver une autre échappatoire. Et bloquer cette porte aussi, tant qu'à faire. Posant la toile un peu plus loin, elle concentra sa force pour l'augmenter et attrapa une immense armoire - comment on pouvait voler ce machin et l'amener ici ? - pour la tirer devant l'ouverture. Ce ne fut pas difficile, malgré le tiraillement de sa côte en sale état. Ca devrait ralentir un peu ceux qui viendrait voir ce qui se passait ici.

Récupérant la toile, elle s'éloigna, cherchant par où s'en aller. Il n'y avait aucune fenêtre, l'entrepôt étant sous terre. Par contre, ça voulait forcément dire que les égouts ne devaient pas être loin, et ça semblait être sa meilleure option. Par contre, rien n'indiquait une trappe ou une porte pour les rejoindre, et le temps pressait.

~ Quelqu'un a bloqué cette porte, on doit en vouloir aux artefacts. Faut prévenir le Don ! ~

L'homme qui avait pensé ça avertit les autres, à en croire le boucan qui arriva soudain aux oreilles de Léa. Ca commençait déjà à vouloir dégager l'ouverture. Plus le temps de tergiverser ni de chercher une éventuelle sortie. S'accroupissant, la jeune fille tint le tableau dans une main et concentra aussi fort que possible son contrôle des limites dans son bras droit. Elle souffla un bon coup, leva le poing, et l'abattit sur le sol. Elle n'utilisait pas souvent ce pouvoir, et rarement - pour ne pas dire jamais - de façon aussi intense. Alors elle fut assez surprise de voir le bitume voler en éclat et de sentir sa main le traverser aussi facilement que s'il s'agissait de mélasse. Elle en dérapa dans le trou qui s'était formé, et faisait bien un mètre de diamètre.

Un air de renfermé doublé d'une jolie puanteur lui parvint alors qu'elle dégringolait dans une semi obscurité peu appréciée, et son corps n'aima pas du tout le froid glacé qui lui mordit les chevilles lorsqu'elles rencontrèrent une... eau dira-t-on bien fraîche. Se relevant en tenant avec soin cette foutue Jonquille, l'apprentie déesse observa les lieux. A gauche, un long tunnel métallique aux murs arrondis qui s'enfonçait dans l'obscurité, avec quelques spots de lumière venant du plafond, sans doute de bouches d’égouts partiellement trouées ou de dégâts dans le bitume. A droite, exactement la même chose. Et en haut, son propre trou, qui devait bien être à deux mètres au dessus de sa tête.

Elle ne s'en sortait pas si mal, au moins là elle avait une porte de sortie. Inspirant tout doucement - qu'est-ce que ça puait purée - elle choisit de partir sur la gauche. En haut, un énorme fracas lui parvint, ainsi que des pensées non humaines qui lui firent presque froid dans le dos. Ne désirant absolument pas savoir à qui ça appartenait, elle entreprit de trottiner aussi vite que possible, compte tenu de sa côte.
Invité
avatar
Invité
Re: Tout ça pour une fleur... [Solo - Examen de niveau 10] - Lun 5 Aoû 2013 - 18:05

Errer un bon moment dans les égouts ne la dérangeait pas spécialement. Il lui suffisait de trouver une échelle pour remonter et d'exploser la bouche pour sortir. Peu importait où, tant que c'était relativement loin du repaire des mafieux renégats. Non, son véritable soucis, c'était ses poursuivants. Ils allaient plus vite qu'elle et sans son domaine divinatoire ils l'auraient déjà attrapée. Mais ça ne tarderait pas, ils commençaient mieux les lieux qu'elle, et puis ils avaient une saleté de bestiole avec eux qui la pistait sans problème. Alors elle ne pouvait pas les semer, ni même leur tendre une embuscade. De toute façon, à part leur filer un coup de tableau sur la tête... remarque avec le contrôle des limites ça pouvait être efficace. Mais elle n'avait pas très envie de tester.

Son salut devait se trouver à l'extérieur. Elle supposait que les renégats voulaient être discrets et éviter d'attirer l'attention du Conseil et d'autres dieux sur eux, afin d'agir en toute tranquillité. Donc si elle parvenait à sortir, ils devraient faire plus attention et ne pas utiliser leurs pouvoirs. Encore fallait-il qu'ils lui en laissent le temps. Ils devaient avoir un boosteur qui augmentait leur rapidité, c'était pas possible !

~ Encore un peu, allez, on va te choper ma jolie ~
~ Jen devrait pas tarder à lui couper la route, on va rigoler ~
~ J'vais te venger Tad, et en beauté ! ~

Léa s'arrêta pour souffler un peu et essayer de repérer ce Jen. C'était la deuxième fois qu'il essayait de la prendre à revers, et jusque-là elle avait réussi à l'éviter en le détectant tout juste à temps. Mais, alors qu'elle étendait son pouvoir pour ratisser les environs, elle sentit les pensées de la bestiole qui la pistait et eut à peine le temps de bondir sur le côté pour se plaquer au mur et éviter trois griffes aussi grosses qu'elle. Le tableau fit un vol plané et atterrit au sec heureusement, juste au bord de "l'eau".

L'apprentie déesse grimaça, sa côte n'avait pas besoin de ce genre de trucs ! Elle était certainement bien cassée finalement. A la lueur du jour qui passait par un trou du plafond, elle aperçut la chose qui la coursait depuis tout à l'heure. Et commença à regretter la chimère. Elle ignorait le nom du machin, mais ça ne changeait rien à sa réalité : c'était énorme, ça prenait toute la place dans les égouts, ça avait une tête de dragon - mais sans les ailes - avec une peau clairement solide qui faisait penser aux rochers. Ca allait être très difficile de la percer pour le blesser... Et puis histoire d'en rajouter un peu, le truc avait des griffes énormes, quatre yeux rouges qui voyaient sûrement très bien dans la semi obscurité des lieux et plein de dents acérées qui dépassaient de sa gueule.

Youhou. Génial. Et en prime il avait l'air très rapide. Du coup le fameux Jen déboula sur sa droite, apparemment fier d'avoir réussi. Il avait l'air jeune et trop heureux de jouer à traquer de l'apprentie déesse.

- Ah on te tient !
~ Tu l'as dit ! ~

Tournant la tête, Léa aperçut sur sa gauche trois autres renégats, une femme et un homme, dont le gros moustachu qui semblait furieux. Et l'était en fait à en juger par ses pensées peu catholiques. Super, seule contre trois et une énorme bestiole aux compétences inconnues. Même en lisant dans leurs pensées, elle n'arriverait pas à gérer tout ça. La seule solution était la fuite. Le passage étant bloqué des deux côtés, la seule solution restait le plafond, qui devait donner dans une rue maintenant à en juger par sa hauteur plus conséquente que sous le restaurant de mafieux. Elle distingua même le début d'une échelle juste sous une bouche d’égout, le genre extensible que les employés déployaient quand ils venaient. Et pour l'atteindre, ma foi... elle se baissa pour récupérer le tableau et regarda la grosse bestiole, qui frôlait le haut du tunnel. C'était son seul désavantage à priori, sa taille, il fallait en tirer partie.

- C'est dommage d'en venir là, t'aurais fait une sacrée recrue. Mais on se fout pas de la gueule du Don impunément.

Le dénommé Jen concentrait son pouvoir sur ses mains, qui se déformèrent pour devenir des sortes de pattes très griffues. Comme si le gros monstre en avait pas déjà assez tiens... De l'autre côté, la femme s'occupait d'améliorer les compétences du gros moustachu, lequel se tenait prêt à agir mais voulait laisser une chance au petit jeune de faire ses preuves. Et puis il avait bien envie de voir le copain invoqué du Don faire sa fête à cette petite garce. Donc pour le moment, elle n'avait réellement que deux adversaires, la bestiole et Jen. Tant mieux.

Faisant à nouveau appel au contrôle des limites, Léa se concentra pour améliorer au maximum son agilité. Son corps commençait à râler, et pas qu'à cause de sa côte cassée, il fallait filer d'ici au plus vite. La bestiole en face rugit et ouvrit une belle gueule plein de petits crocs tranchants en se baissant pour la croquer. Elle était rapide, mais sa proie également, et elle avait une longueur d'avance avec ses pensées. Sachant ce que le monstre allait faire, Léa s'écarta sur le côté juste assez pour éviter les dents acérées et lui sauta sur la tête en s'accrochant à une corne plus épaisse qu'elle. La bestiole gronda et se releva brusquement alors que Jen se mettait lui aussi à lui grimper dessus.

La tête de l'invocation cogna contre le plafond, faisant tomber quelques morceaux de bitume, dont un rencontra l'autre droite de Léa assez durement. Pas de quoi la casser, mais c'était douloureux. Elle serra les dents et profita des prises que les cornes avaient faite dans le plafond pour s'y accrocher avec sa main libre, tenant toujours le tableau de l'autre. Ben oui, ça serait bête d'avoir fait tout ça et de se planter à cause de ce truc ! Et maintenant... ah l'échelle était à portée ! En se balançant un peu... sauf qu'une méchante douleur lui irradia la cheville, là où les griffes de Jen s'étaient plantées. Bon sang, elle n'arrivait pas à suivre toutes les pensées en même temps tout en gérant son contrôle des limites. Là ça faisait trop.

- Ahah j'te tiens !
~ Pas pour longtemps ~

A la base, la pensée ne devait s'adresser qu'à elle-même. Mais, sans rien demander à personne, elle sortit de la tête de Léa pour résonner dans la tête de Jen à un niveau "sonore" intense. Surpris, il relâcha sa prise et elle put lui filer un coup de pied dans la main pour le faire totalement lâcher. Il retomba sur la bestiole, qui l'ignora totalement et revint à la charge. Didju... focalisant son domaine sur elle - tant pis pour les autres - elle parvint à se contorsionner pour éviter les crocs. Et... puisqu'il était là, elle en profita pour lâcher sa prise, revenir sur sa grosse tête, prendre un élan et sauter vers l'échelle. Sa main libre se referma sur le premier barreau et hop elle se hâta de s'y stabiliser avec les jambes pour cogner la plaque. Celle-ci vola en l'air dans la rue.

- Jen, tu fous quoi bon sang !
- Viens m'aider si t'es si malin !
~ Faut tout faire ici, pfff incapables ~

Léa ne voulut pas attendre de voir ce que donnait le moustachu, elle se faufila aussi vite que possible hors du trou. Sauf qu'en plus de sa cheville transperçée, une nouvelle douleur lui tomba dessus et lui coupa le souffle avant de la faire s'étaler par terre en plein milieu de la route. Une espèce d'acide vomi par la bestiole lui avait touché le dos de plein fouet et lui rongeait les muscles. Bon sang, ça faisait un mal de chieeeen ! Manquait plus qu'une voiture lui roule dessus et... ah en fait il y en avait une qui arrivait. Mais heureusement elle avait de bons freins et elle s'arrêta juste sous son nez.

N'empêche qu'elle n'était pas pour autant sauvée, oh non... tenant toujours le tableau, l'apprentie déesse fit de son mieux pour s'éloigner des égoûts en rampant. Elle sentit alors le bitume exploser juste derrière elle et l'immense bestiole en bondir, emportant une partie du béton avec lui - et un bout de la voiture aussi. Ca allait faire la une des journaux demain si personne ne bidouillait la mémoire des humains... mais bon elle s'en foutait de toute façon. Il fallait qu'elle décampe et vite. Mais, toute apprentie déesse qu'elle était, elle avait quand même de sérieuses blessures, surtout dans le dos, et ne pouvait rien faire de plus que ramper laborieusement vers le trottoir.

Les humains ont toujours été stupides, du moins la plupart. Si certains s'enfuirent en voyant surgir l'espèce de dragon, d'autres s'approchèrent, curieux, pensant peut-être qu'on tournait un film ou un truc du genre. L'animal avait un objectif, mais lui mettre sous le nez de la viande aussi facile à attraper... difficile de résister. Il détourna donc son attention de sa proie initiale pour se ruer sur ces mets plus faciles à attraper. Il ne fallut pas plus d'une seconde pour que la route soit couverte de sang et envahie par les cris affolés des témoins. Ce qui excita d'autant plus la bestiole.

Bon c'était ça de moins à gérer. Laissant la créature manger tranquillement, Léa atteignit enfin le trottoir et s'y hissa tant bien que mal. Son dos lui faisait un mal monstrueux, elle avait l'impression que tous les muscles se liquéfiaient, ce qui n'était peut-être pas totalement faux. Mais si l'espèce de dragon l'avait oubliée, ce n'était pas le cas des renégats. Un pied se posa devant son nez, la faisant relever la tête. Le moustachu. Ahah. Les sardines étaient cuites. Elle n'était plus en état de se battre, ses batteries étaient à plat.

- Tu nous auras fait cavaler saloperie. Mais c'est terminé.
- Contente pour toi.

S'il pouvait se dépêcher... Elle avait fait de son mieux pour réussir cette mission à la mords-moi le nœud, elle s'était plantée, alors qu'il la tue vite fait et qu'on en parle plus. La jeune fille ne désirait pas spécialement mourir, non, mais ça n'allait pas pour autant la déranger. Après tout, qu'est-ce qui la retenait réellement ? Rien ni personne. Elle avait joué, elle avait perdu, game over, et basta, pas de quoi en faire tout un plat. Le renégat se pencha en levant une main, dont les doigts se fondirent les uns dans les autres pour former une lame magnifique renvoyant les reflets de la lumière. Ca devrait être rapide.

Mais évidement rien ne se passe jamais comme on le voudrait, même pas sa propre défaite. Alors qu'il allait abattre son arme, le gros moustachu se mangea une boule d'arcanes en plein dans la bidoche, qui lui fit faire un joli vol plané. C'était quoi ça encore... Léa tourna la tête, n'ayant pas la force de sonder les pensées des gens pour savoir ce qui se passait, et aperçut un joli bordel. Il y avait la créature du Don qui faisait son petit massacre face à un groupe d'apprentis dieux, lequel semblait bien décidé à arrêter tout ça. L'un d'entre eux s'était approché du moustachu et avait déjà une nouvelle boule de prête, lévitant tranquillement au dessus de sa main. Le rénégat gronda en se relevant.

- Fichu Conseil, on va en finir avec vous !
- Je ne crois pas non.

Le Conseil ? Allons bon, qu'est-ce qu'ils venaient foutre ici ceux-là ? Enfin... ce n'était pas ses oignons. De toute façon, Léa n'était pas en état de dire ou faire quoi que ce soit, alors elle choisit de laisser son corps mener la danse. Reposant la tête par terre, elle ferma les yeux et s'endormit sans demander son reste. Qu'on la tue dans son sommeil si ça enchantait quelqu'un, elle s'en fichait. Rideaux pour sa part, qui se lèveront ou pas, elle le saurait bien assez tôt.
Invité
avatar
Invité
Re: Tout ça pour une fleur... [Solo - Examen de niveau 10] - Lun 5 Aoû 2013 - 18:07

Apparemment la mort définitive n'était pas encore pour aujourd'hui. Léa quitta doucement le monde de l'inconscience pour revenir chez les vivants - enfin autant que possible, après tout ils étaient tous déjà morts, alors étaient-ils vraiment vivants ? - avec comme premier réflexe celui de protéger son esprit. Elle voulait un réveil en douceur, sans pensées parasites pour le moment. A en juger par ses sensations, elle était allongée dans un lit relativement confortable, et avait été soignée. Elle n'avait plus mal au dos ni nulle part ailleurs. Donc le Conseil avait dû gagner son petit combat. Tant mieux pour lui.

L'apprentie déesse se décida à ouvrir un œil. Plafond blanc, étincelant, et malheureux très familier. L'infirmerie de l'académie. Quel lieu rempli de bons souvenirs... ahah. Elle se releva pour s'asseoir en ouvrant l'autre œil. Une silhouette proche se tourna vers elle. C'était le type aux arcanes, qui semblait de bonne humeur.

- Ah tu es réveillée.

Quel sens de l'observation...

- On a réussi à exterminer le Kog-maw. Malheureusement on est arrivés trop tard pour sauver tous ces pauvres gens... enfin on a quand même eu de la chance d'être dans le coin, même si du coup notre mission d'espionnage a un peu tourné à l'échec. Ca va ?
- Hm.
- Remarque grâce à ton spectacle on a pu trouver quelques artefacts intéressants dans la planque de tes mafioso. Et on devrait arriver à rattraper l'invocateur.

Passionnant. Cela dit, puisque ce membre du Conseil semblait bien bavard...

- Et le tableau ?

Il haussa un sourcil.

- Celui que t'avais ? On l'a récupéré, mais il est bien sale. Côté valeur le pauvre a dû en prendre un coup, mais avec un peu de talent et de temps le conservateur devrait arriver à le remettre en état. De toute façon il était tellement heureux de le revoir que même en puzzle il aurait apprécié. Bravo, t'as réussi !

Ah... bon elle n'avait pas fait tout ça pour rien. C'était toujours une bonne nouvelle. Elle se rallongea en marmonnant un vague "Merci" à l'élève avant de refermer les yeux. Dormir... elle allait profiter de l'infirmerie pour faire sa feignasse. Et maintenant... ? Est-ce que ce qu'elle avait dit au Don avait été transmis à Isanagi ? Est-ce que cette foutue mission lui aura vraiment servi ? Difficile à dire...

La réponse lui parvint plusieurs jours plus tard. Comment précisément, elle l'ignorait, le message étant habillement noyé parmis les pensées des autres. Mais le fait est qu'elle capta clairement le rendez-vous. Une gare, la même que pour sa première mission... Le fait que cela signifiait qu'il y avait des renégats infiltrés dans l'académie ne la toucha pas d'un poil. Ce qui comptait, c'est qu'elle avait une possibilité de voir Isanagi. A moins que ce ne fut un piège bien sûr, mais de toute façon elle n'avait rien à perdre. Alors elle irait, et advienne que pourra.
♦ Rose ou chou ? : Fumée
♠ Petits messages : 2152

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expériences :
10000/10000  (10000/10000)
Votre domaine: La Création
avatar
Âme Errante
Voir le profil de l'utilisateur http://www.deus-academia.com/
Re: Tout ça pour une fleur... [Solo - Examen de niveau 10] - Mar 6 Aoû 2013 - 11:32
Bien, j'ai mis pas mal de temps pour tout lire *sans déconner* et c'était très sympa à lire. Pas mal condensé mais tu as raison d'avoir mis en plusieurs parties. J'ai bien aimé comment tu joues avec les personnages et tes demandes à propos d'Isanagi xD *acharnée dis donc*. La fin est un peu brutale je trouve, on voit que tu en avais marre mais ça reste cohérent. Bien joué à toi !
Tout ça pour une fleur... [Solo - Examen de niveau 10]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Tout ça... Pour ça?! [PV Drago Malefoy]
» Maintenant que tu sais tout de moi, dis moi tout de toi | Hayden [Done.]
» (TERMINE) [THEME] Tout ça, pour ça... [PV Solstice]
» Super grande bataille ( tous ceux qui peuvent chasser de tous Clan+ BLAIREAUX)
» [FB] Les ennemis de mes ennemis... peuvent parfois ressembler à des amis [PV Red]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: Le Monde des Humains :: Banlieues :: Repère de la mafia-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page