Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

[Quête] Prendre un coup de vieux [Solo]

Invité
avatar
Invité
[Quête] Prendre un coup de vieux [Solo] - Sam 3 Aoû 2013 - 17:40

Cela faisait un bon moment que j’étais à la Deus Academia. Pourtant, une chose me chiffonnait : avec toutes ces personnes venant de siècle différent comme mon ancêtre, Alexander Urmanis, comment le temps passait ici ? Je ne connaissais pas tous les élèves et professeurs de l’académie, mais il me semblait en avoir vu des âgés. Environ la trentaine, même ! J’étais sur le toit en pensant à tout cela. Toutes ces questions auxquelles mon simple esprit ne suffisait pas à y répondre. Isanagi Tensho….Combien de temps était-il ici ? Le temps était-il si long à la Deus Academia ? Ou très rapide ? Allais-je vieillir ? Et jamais je vieillissais, qu’adviendra-t-il de mes proches toujours en vie sur Terre ? Seraient-ils morts ou le temps ne s’était pas passé aussi vite ? Vous allez me dire que je me casse la tête pour rien, mais je me faisais du soucie. Et si Wendy, ma meilleure amie de l’autre monde, avait déjà atteint l’âge adulte ? Si c’était le cas, peut-être qu’elle ne me reconnaitra pas vu mon bandeau et mes cheveux teintent. Peut-être qu’elle s’était fait de nouveaux amis. Si c’était le cas, je serais heureuse pour elle. Moi aussi, je m’en étais fait, comme Ritsu, Lev…..Ils étaient tous important pour moi. Une chose m’inquiétait : où était passé Doni ? Je ne l’avais plus revu depuis le cours avec Kym Mass. Serait-il dans la Guilde Noire, lui aussi ? Non, il n’était pas du genre à haïr les humains sinon il ne m’aurait pas sauvé à ce moment là …. Ayant marre de réfléchir sur le toit, je descendis par les escaliers pour aller….En fait, je ne savais pas où aller, je n’avais rien à faire ! C’était le Week-End en plus ! J’aurais bien voulu aller sur Terre, mais on ne me laisserait pas faire. Qu’est ce que je m’ennuyais, à marcher dans les couloirs alors qu’il faisait beau. Soudain, j’entendis des bruits de pas accélérer derrière moi. En me retournant, je vis un homme ayant la trentaine venir vers moi. Il semblait m’appeler. Etrangement, je ne me rappelais pas de l’avoir vu. A croire que j’étais célèbre, quoi. Essoufflé, il me dit :

Hey ! Tu ne serais pas Kate, par hasard ? Celle qui avait tenue tête à Madame Sinclaire et qui a combattu un dragon noir ? Je t’ai vu, lors de la rébellion de l’ancien directeur. Je suis désolé pour ton œil.

Depuis cet évènement, tous les gens qui me connaissaient plus ou moins me disaient toujours ceci : « désolé pour ton œil ». Je ne savais pas si c’était de la compassion, ou de la pitié. Remarquez, les personnes ordinaires sur Terre faisaient la même chose avec les handicapés. C’était psychologique, pour ne pas avoir une mauvaise conscience. Pour montrer à la personne blessée que l’on compatissait sa peine, sa souffrance. Après que l’on m’avait enlevé l’œil, je comprenais que cela faisait mal qu’on nous rappelait notre douleur. C’était même fatiguant et énervant. Je le regardais droit dans les yeux. L’homme âgé tremblait légèrement, mais essayait de le cacher. Il ne semblait pas avoir l’habitude d’avoir vu une personne ayant un membre en moins. Il était effrayé. Peut-il être que c’était tellement pour lui de voir une telle souffrance sous ses yeux qu’il en avait peur ? Bref, il se ressaisit pour enfin me dire ses intentions envers moi.

Je sais que c’est un peu égoïste de ma part de te demander ça, mais….Il existe un marchand quelque part à la Deus Academia qui possède une potion qui nous permet de ne pas vieillir : la potion de jeunesse. Un de mes amis a pu s’en procurer, mais comme un c*n, il a oublié où il est le marchand. Tu peux m’aider à le retrouver ?

D’un côté, cela répondait à ma question sur le temps ici. Sur Deus Academia, le temps avait aussi ses lois coercitives. Même dans la mort, nous ne pouvons y échapper. C’était ironique, on vieillissait après la mort. Personne sur Terre n’aurait jamais cru cela. Après, cela dépendait combien de temps nous étions tous là. J’acceptais cette requête sans demander pourquoi il cherchait moi spécialement, ou autre. Je refusais d’y réfléchir. Depuis les évènements à la Place de l’Horloge, même après avoir découvert que j’étais une sorcière et qu’Alexander Urmanis était mon ancêtre direct, je n’étais pas vraiment moi-même. J’avais perdu tout mon énergie depuis que j’avais vu ces choses affreuses. La mort et la trahison de mes camarades…. J’aurais pu me faire tuer aussi, à ce moment là. J’y repensais à chaque fois. J’en tremblais même. Effectuer des recherches de ce genre pourrait me changer les idées. J’acceptais donc la « requête » de cet homme.

Je commençais donc mes recherches sur cette potion de jeunesse. Cela m’étonnait qu’une telle chose existait à la Deus Academia. Ma foi, tout était possible dans un tel monde. A vrai dire, plus rien ne me choquait. J’allais donc au premier lieu à la Grande Bibliothèque. Cela allait peut-être me prendre du temps, mais rien ne pressait. Ce n’était pas comme si j’allais mettre dix ans à trouver sa potion. Mais maintenant que je voyais les millions, voire milliards, de bouquin qu’il y avait… Peut-être que cela me prendrait un siècle même. Heureusement que tout était rangé par rayon et que la bibliothécaire connaissait par cœur la bibliothèque. Elle me guidait vers le rayon des potions magiques. Je parcourais l’étagère à la recherche d’un titre ayant un lien avec ce que je cherchais. Et puis, peut-être qu’il y avait des sorciers, botanistes ou alchimistes célèbres pour ce genre de travaux. Il y avait ce Nicolas Flamel qui aurait découvert la Pierre Philosophale qui permettait de faire des miracles comme guérir n’importe quelle maladie. Mais la vieillesse n’en était pas une. Par contre, cette pierre permettait aussi de rallonger la vie humaine. Cela avait peut-être un rapport avec cette potion de jeunesse ? Je trouvai un livre dont le titre était « La Pierre Philosophale ». Oui, c’était facile. Je feuilletais le bouquin en cherchant le passage où Nicolas Flamel était cité. Un parisien bourgeois écrivain ayant eu une vie heureuse, blablabla. Ah voilà. Il aurait été à la campagne et avait rencontré une vieille dame qui était capable de vous transformer en un animal….. Une minute, ce n’était tout de même pas …… Mais le lieu coïncidait. C’était cette vieille dame qui m’avait transformé en loup durant une journée ??? Mon dieu, je ne voulais plus la revoir.

Me revoilà dans la forêt où j’avais rencontré cette vieille folle. Sans mon autorisation, elle m’avait pris comme cobaye pour une de ses potions. Qui ne me disait pas qu’elle ferait la même chose ? Et puis, peut-être qu’elle ne me reconnaitrait pas vu que j’étais borgne, mes cheveux avaient une autre couleur et mon style vestimentaire avait changé aussi. Enfin, bon. Je profitais quand même de l’air pur de la nature – quelle poète je suis – avant d’aller à la rencontre de la vieille sorcière. Ce n’était pas tous les jours qu’on avait le droit d’aller en dehors de l’académie….. En fait, j’avais demandé à mon ancêtre de me couvrir sur ce coup là. Je n’allais pas prendre habitude de lui demander de telles faveurs, mais là il s’agissait d’une urgence. Plus je me rapprochais de la sa maison, plus j’avais des frissons. Me revoilà devant sa cabane. Je fis un pas en avant et la voici sortir de chez elle. HIII, voilà de mauvais souvenirs remontés à la surface.


Oh, voilà notre jolie petite louve. Je savais que tu allais revenir à moi. Jolie épée.

Elle se prenait pour qui celle-là ? Pourquoi elle pensait que j’allais revenir après ce qu’elle m’avait fait ? Et puis, comment elle a fait pour me reconnaitre ? J’espérais qu’elle m’avait oublié, mais bon. Bref, je devais être directe sinon on y passerait toute la journée.

Je ne vais pas tourner autour du pot. J’ai appris que vous avez un lien avec la potion de jeunesse. Je voudrais que vous me donniez des informations là-dessus.

Hmmmm. Surveille ton langage, jeune fille.

*Elle se fout de moi ou quoi là ?

Tu veux des informations sur cette potion ? Ou la potion en elle-même.

Elle me montra une fiole contenant un liquide de couleur fluo dedans. Etait-ce vraiment la potion ? Ou juste un vulgaire breuvage ? Si c’était vraiment la potion de jeunesse, elle ne me la donnerait pas si facilement. Si ce n’était pas ce que je cherchais, alors elle voulait juste avoir recours à des services gratuits. Dans les deux cas, je devais faire quelque chose pour elle. Peut-être que si je la menaçais, elle me la donnerait sans hésiter ? Je mis ma main sur le poignet de mon épée. Je n’eus le temps de ne rien faire, elle prit déjà la parole.

Je l’ai vendu récemment à un homme ayant la peur de la vieillesse. Seulement, cette potion contient un second d’effet. En effet, elle modifie les souvenirs. En clair, celui qui boit cette potion ne se souviendra pas où il a eu. C’est pratique pour que tout le monde ne soit pas dans le même cas. La vieillesse fait partie de la vie, il faut l’accepter. Cependant, ce garçon avait quelque chose de spécial. Tout comme toi. Si tu le désires vraiment, je peux t’en vendre un.

*Hey ben, c’était facile…..*

A condition que tu fabriques toi-même une potion de jeunesse que tu pourras gardé en souvenir.

Euuuhh…..Vous plaisantez là ? Pourquoi je voudrais de deux potions ?

Tu poses des questions inutiles. Je sais que tu es une sorcière donc tu dois être capable de faire une potion. Même si tu n’en étais pas une d’ailleurs. Je te donnerais la liste des ingrédients et les étapes à faire. Pour les ingrédients en eux-mêmes, tu vas devoir te débrouiller toute seule. Tu as une journée.

C’était bon. Je voulais la tuer, cette vieille dame là ! Je rentrais dans sa maison qui était assez petite, mais bien rangée. En fait, ce n’était qu’une seule pièce. Des bouquins sur les étagères, un lit près de la fenêtre, un chaudron au milieu de la pièce. C’était vraiment le clichée de la vieille sorcière vivant comme un ermite. Elle me donna la liste des ingrédients pour la potion de jeunesse et je me mis tout de suite au travail. J’épluchais les légumes, je lisais les livres de la sorcière pour savoir c’était quoi comme ingrédient, où je pouvais le trouver et à quoi cela servait. J’avais l’impression de faire de la cuisine et j’avoue que cela m’amusait un peu. Jouer les sorcières, comme ça. Je rêvais de voler dans un balai. Cela serait fun, non ? Bref. J’avais mis toute la matinée à concocter la potion, mais il manquait un ingrédient…. Oh non. Mais, ne me dites pas que c’est pas vrai ! Je cherchais immédiatement dans les livres où on pouvait trouver ce genre d’ingrédient. Si cette vieille en vendait, cela voulait dire qu’il était possible d’en trouver ! Mais où ? Cette sale sorcière, elle savait que j’allais buguer sur cet ingrédient. Elle vint justement me voir pour ça.

Alors ? Comment cela se passe ? Me dit-elle narcissiquement.

[color=indigo]Il me manque un ingrédient. Une plume d’un phénix. Mais, comment en trouver dans une forêt ?

[color=violet]Ca, je ne peux pas t’aider. Tient, pendant que tu y es, va me chercher des champignons près du lac.

[color=indigo]Ce n’était pas ce qui était convenu !

Tu ne tiens donc pas à cette fiole ?

……

Quelle vielle vipère. Je pris un panier et sorti de sa maison, allant vers la direction qu’elle m’avait indiqué. Si cela continuait, je sens que j’allais abandonner cette potion, tant pis pour cet homme à la trentaine. Je n’aimais pas qu’on se foutait de moi comme ça. Bref, j’arrivais près du lac en question. Magnifique lac. D’ici, on pouvait voir les montagnes à l’horizon et le ciel qui commençait à devenir rose. La nuit n’allait pas tarder à tomber et je voulais rentrer aussi vite que possible à la Deus Academia. Et comme je n’aimais pas trop m’attarder sur les détails, je ramassais les champignons que je trouvais près d’un arbre. Le coucher du soleil se trouvant derrière les sommets des montagnes m’aveuglaient tellement que j’avais eu un flash. Tout s’était passé vite, je ne savais même pas quand je m’étais évanouie. Lorsque je m’étais réveillée, je vis que l’eau était devenue orange fluo….. Non, ce n’était qu’un reflet. Je levais la tête et je le vis. Oui. Le Phénix. Il était là. Mais, comment était-ce possible ? Ce n’était pas dans des lacs qu’on en trouvait ! D’un côté, je ne savais pas où on en trouvait, mais pas dans un lac quand même ! Et puis, pourquoi était-il ici ?

Nefertari, c’est toi ? me disait le Phénix. Etrangement, on aurait dit que sa voix ne me parvenait pas vers mes oreilles, mais vers mon cœur. Et puis, c’était quoi ça, Nefertari ? Cela venait de quelle langue en plus ? Pourquoi m’avait-il appelé comme ça ? Me confondait-il avec l’autre sorcière ? Je lui répondis :

Non, moi c’est Kate. J’aimerais avoir une de tes plumes….Si ça ne te dérange pas. ?

J’étais trop impressionnée pour faire quoi que ce soit. Cela m’étonnerait qu’il me donnerait sa plume comme si rien n’était. Surtout qu’il serait déçu que je ne fusse pas celle qu’il pensait. Je pouvais déjà dire adieux à cette fichue potion, cette vieille sorcière m’avait bien mis la honte. Elle pouvait être contente pour ça. Le Phénix me répondit alors :

C’est étrange. Ton âme…. Ma plume ? Je sens en toi que cela n’est pas pour des intentions personnelles ou néfastes. Comme ton cœur est pur et que ton âme ressemble à celui de Nefertari, je te donne une plume, mais je ne t’en donnerais qu’une seule. Adieu.

Un nouveau flash m’aveuglait encore une fois et la créature mystique disparut. Sa plume se trouvait dans le panier avec les champignons. Etrange. Bref, je retournais dans la cabane afin de finir ce que j’avais à faire. Je mis la plume de phénix, qui était très brulant, dans la marmite et j’avais l’impression d’être Panoramix d’Astérix le Gaulois. Une fois terminée, j’appelais la sorcière qui me dit qu’il fallait le gouter. Et puis quoi encore ? Bref, je bu une gorgée de la potion très chaude. C’était bon même.

C’est délicieux n’est-ce pas ? J’ai bu cette potion il y a des années de cela et je n’ais plus jamais pris une seule ride.

Elle se foutait de moi ? Elle était déjà vieille, pourquoi elle voulait prendre une bouteille de jeunesse ? Bref, elle me donna la potion de jeunesse que j’avais et celle qu’elle m’avait promis. Finalement, elle n’était pas si mauvaise que ça. Elle respectait ses engagements et elle m’avait même guidé pour la plume de phénix. Je rentrais à l’académie alors qu’il faisait nuit. J’avais peur qu’un repentis me surpris dans les couloirs. J’allais dans la chambre de cette élève qui m’avait demandé cette potion et posait celle que la sorcière m’avait offert sur la commode. Je gardais la mienne, me demandant si je devais le boire ou pas… Non, je préférais la conserver pour plus tard. Je le gardais chaudement dans le tiroir de mon bureau. C’était mon petit secret à moi.

Invité
avatar
Invité
Re: [Quête] Prendre un coup de vieux [Solo] - Sam 3 Aoû 2013 - 19:43

J'trouve que la quête a été traitée d'une façon intéressante. Toutefois relis toi, tu fais des fautes bêtes ou oublis des mots dans les phrases.

Kate A. Hawkins : Récompense : 200 xps + une potion de jeunesse + 200 xps

Xps attribués : Yep
[Quête] Prendre un coup de vieux [Solo]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Quête] Prendre un coup de vieux [Solo]
» [Quête - Prendre un coup de vieux] Une potion de jeunesse?
» [Quête] Prendre un coup de vieux : à la recherche de la pierre Philosophale
» Attends-toi à te prendre un coup de pied invisible dans le cul.
» Coup de vieux l blé et kali

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Au-delà du portail-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page