Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Quand on parle du Loup...

♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 856

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Quand on parle du Loup... - Ven 12 Juil 2013 - 21:05
12 juillet 2013
Paris, musée du Louvre.


La jeune Maya se relève tant bien que mal. Ces français... ils font preuve d'un manque de savoir vivre tout bonnement épatant. Allons-y : bousculons tout ce qui bouge, qu'importent les autres gens pourvu qu'on ait des meilleures places pour voir La Joconde. Bande d'idiots. L'apprentie déesse est excédée par ce type de comportement sauvage... mais elle va reprendre sa place dans une file de passage et attendre patiemment son tour, comme toute bonne asiatique qui se respecte. Mais zut enfin... à attendre ici, on a l'impression que ceux qui sont devant ne repartent jamais. Avancer, regarder, prendre une photo (sans le flash) et repartir... ça ne devrait pas prendre plus de quelques minutes !
Maya se retourne pour observer la peinture gigantesque qui fait face à la minuscule Joconde. Les Noces de Cana de Véronèse d'après l'écriteau. Une pure merveille, une peinture colossale de plus de 6 mètres de haut... et à peine quelques regards. 300 personnes lui tournent le dos et se montent les uns sur les autres, cherchant à apercevoir la petite Joconde. Une seule question : pourquoi ? Est-ce parce qu'on lui a fait de la publicité à outrance ? Est-ce parce qu'il s'agit de la seule peinture dont on parle en France, les autres n'ayant qu'une existence futile ? Est-ce parce qu'elle est... réellement extraordinaire, réalisée par un génie... ?

Maya se tourne à nouveau vers le mur hideux où doit être exposé la Joconde et avance de 10 centimètres, soit la distance qui vient de se libérer devant elle par on ne sait quel tour de magie. Elle tourne la tête vers...


- Yuki ?

... plus personne. Zut... Où est passé le petit Yuki ? C'est presque devenu une mission que de le surveiller celui-là... parce que malheureusement, il n'est pas capable d'entrer en collision avec les êtres humains. Avis qu'il doit être en train de traverser toutes ces personnes ici présentes et qu'il est déjà devant le tableau, chanceux qu'il est. Même la cordelette qui oblige les gens à rester éloignés ne l'arrêtera pas, naturellement. Qu'il en profite un maximum. Mais s'il pouvait attendre sagement, lui aussi...
Maya se met sur la pointe des pieds. Bon... c'est idiot, elle n'est pas beaucoup plus grande comme ça. Elle répète le nom de l'apprenti mais sa voix ne porte pas dans le brouhaha ambiant. Ce n'est même pas la peine de demander aux humains s'ils ont vu un enfant puisqu'il est invisible pour eux... C'est donc une situation inédite à laquelle notre apprentie de la matérialisation par les arts ne sait pas vraiment faire face. Non pas qu'elle soit inquiète ou quoi que ce soit, il ne peut pas leur arriver grand-chose à l'un comme à l'autre... mais tout de même : c'est une sortie pédagogique qu'ils sont censé faire tous les deux. Ils sont partis ensemble après avoir quasi-supplié un enseignant et promis de faire attention, ce serait donc bien qu'ils reviennent ensemble. Ne serait-ce que pour avoir l'autorisation de partir pour d'autres aventures par la suite.


- Yuuki ?

Cette journée ne va pas être de tout repos... Va-t-on faire de la vie de la jeune femme un calvaire ? Soit... il restera toujours l'art pour s'émerveiller et apprendre. Le but de l'expédition, plus que de présenter des choses à Yuki s'il le souhaite - au travers d'une Nintendo 3DS louée à l'entrée, Maya n'étant pas non plus le savoir incarné -, c'est de découvrir les secrets des peintres en observant leurs œuvres d'art. S'ils avaient été des divinités, gageons qu'ils seraient eux aussi dieux des arts. Après la peinture, ce sera le tour des sculptures, puis les objets anciens... et à nouveau les peintures. Une belle journée en perspective...
… si on oublie les écarts de conduite de Yuki et si seulement ces demeurés pouvaient avancer un peu plus vite !


- Yuki ! appelle-t-elle pour la quatrième fois.
- Vous cherchez quelqu'un ? demande un type quelconque.
- Euh... oui... Je veux dire non, non, merci, tout va bien.
- Vraiment ? Vous êtes sûre ?
- Oui oui oui, pas de problème, excusez-moi.

Yuki est un fantôme parmi les humains, invisible pour la plupart. Déjà qu'elle sentait les regards se tourner vers elle quand elle discutait avec lui quelques minutes avant qu'il ne disparaisse... si maintenant, Maya avoue à un humain chercher un garçon invisible, elle sera définitivement prise pour une folle. Elle préfère chercher seule...
De toute façon, il ne doit pas être bien loin...
Invité
avatar
Invité
Re: Quand on parle du Loup... - Lun 15 Juil 2013 - 13:26

    Yuki était parti avec Maya pour une sortie pédagogique. Il avait une chance inouïe de pouvoir redescendre dans le monde des humains. Bien entendu c'était exceptionnelle et puis, il était accompagné de sa marraine Maya. Il avait connu la jeune femme à l'académie et elle l'avait prit sous son ail. Depuis Yuki la considère comme sa grande sœur ou comme sa marraine. Il l'adore et l'admire, celle ci peut dessiner à main levé des créations qui prennent vie. C'était un pouvoir puissant et Yuki adorait la voir dessiner des petits animaux.

    Aujourd'hui ils étaient tout deux descendu pour faire une visite du musée du Louvre. Yuki ne connaissait pas Paris, ni la France. Il ne savait pas ce qu'était un musée. Il avait toujours vécu en campagne, prés des forêts du Mont Fuji. Mais il avait bien écouté les instructions en Anglais des guides et des panneaux. La visite commençait à peine mais Yuki avait les yeux partout. Tout était si magnifique. Il y avait des salles remplie de tableau sur deux étages. Les salles avaient des thèmes différent, antiquité, peinture, structure. Yuki voyait pour la première fois des peinture gigantesque. Il était excité comme un puce et comme les humains ne pouvait pas le voir, il se baladait partout.

    Ils étaient dans une queue pour voir le tableau de « La Joconde » Yuki n'en avait jamais entendu parler mais vu le monde qui attendait ça devait être une œuvre célèbre. Maya attendait et observait d'autres tableaux. Yuki décida alors de faire un petit tour.

    Il évita les humains pour sortir de la file. Il sourit en voyant alors des tableaux de taille impressionnante. Il se laissa aller à marcher vers les tableaux et s'arrêta sur l'un d'eux. Celui ci s'appelait « La Liberté Guidant le Peuple » Yuki resta quelques minutes à observer la femme tenant le drapeau de sa patrie. Mais ce qui surprit plus Yuki c'est l'enfant à ces côtés. Ce dernier devait avoir son âge et avait l'arme au poing se battant pour son peuple. Yuki frissonna en sentant un humain le traverser. Il recula brusquement, détestant cette sensation.

    Yuki : Maya ! Maya !

    Il observa la salle et la foule avait grossi les rangs. Il ne voyait plus sa marraine et se mit à paniquer. Il s'avança vers la file d'humain en espérant la voir. Il y avait trop de monde et il était trop petit. Haut comme trois pomme c'est pas évident d'apercevoir la chevelure blanche de son accompagnatrice. L’angoisse montait en lui mais il devait se contenir pour ne pas se transformer en loup. Il ne faisait de mal à personne mais l'animal sauvage se sauverait et partirait dieu sait ou.  

    Yuki inspira doucement et décida d'avancer dans la file pour trouvait Maya. Il serra les poings pour éviter de trembler et se lança dans l’océane devant la Joconde. Il n'aimait pas travers les humains mais il n'avait pas d'autre solution pour la retrouver. Il se jura intérieur de ne plus jamais la quitter. Le monde est beaucoup plus vaste qu'il pensait et il y a beaucoup d'Homme dans ce musée.

    Yuki : Maya !!

    L'enfant se rua vers la jeune femme et l'enlaça à la taille. Il avait eut peur, il avait eut très peur. Le tableau de l'enfant armé était troublant pour Yuki. Lui n'avait jamais porté d'arme et n'avait jamais connu la guerre. Yuki était encore jeune et la mort l'avait attrapé avant qu'il puisse connaître le monde. Il serra doucement sa marraine et lui dit alors, sachant qu'elle ne pouvait pas forcement répondre vu le monde qu'il y avait autour d'eux.

    Yuki : Je....

    Il ne savait pas quoi dire, il avait crut être perdu. Il avait eut peur de cet enfant et surtout de ce que cela signifier pour lui. Il devait maintenant se battre pour son peuple, pour la nature et pour les loups. Mais est-ce qu'il en serait capable.

    Yuki : Désolé, j'étais aller voir un tableau plus loin.

    Il observa alors les humains. Il était invisible pour eux mais Maya, elle, était bien réelle. Et elle ne pouvait pas discuter dans le vide mais Yuki avait une question qui lui brûlait les lèvres.

    Yuki : Pourquoi, ils sont tous là, à attendre pour voir ce tableau ?


Spoiler:
 
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 856

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Quand on parle du Loup... - Mar 16 Juil 2013 - 23:46
Le revoilà ! Manifestement, au ton de sa voix, il a l'air soulagé de revoir Maya... ce qui laisserait présager qu'il ne l'a pas quittée volontairement. Il s'est sûrement égaré, absorbé et subjugué par les images qui l'entourent. Il n'a pas pris garde et s'est laissé aller dans le monde de l'imaginaire, s'imaginant des scènes à la vue de simples images ou de brefs récits.
Elle le comprend très bien : tout est démesuré ici, difficile de s'y faire. Difficile également d'avoir un regard critique envers ces œuvres. Sont-elles des reproductions de la réalité passée ou de simples inventions ? Il est vrai que certaines font même presque peur, comme le Radeau de La Méduse, qui n'y va pas par quatre chemins pour montrer une scène de désolation. Est-ce bon pour Yuki que de voir des choses pareilles... ? Ce serait à la télévision ou dans un jeu vidéo, il y aurait une mention spéciale concernant l'âge requis pour les regarder. Ici... tout peut être montré sous prétexte d'art, et ce sans aucune censure et sans aucune remise en question. Irresponsables...

… ces européens et leur culte de leur propre « exceptionnelle » culture à ne manquer sous aucun prétexte... Enfin, pour qui ne voudrait y voir que de simples coloriages, ces œuvres sont bien dessinées. Sans doute ne faut-il pas essayer de chercher plus loin quand on est encore trop jeune...
Soit... il vaudra peut-être mieux éviter certaines salles en fonction des réactions de Yuki. Rien ne dit cependant qu'il pourrait être effrayé par des peintures ou des momies. Principe de précaution. En tout cas, elle ne le lâchera plus d'une semelle tant qu'elle ne sera pas certaine qu'il ne craint rien.


Maya prend le garçon dans ses bras et lui tapote gentiment le dos pour le rassurer. Vu par un humain, ce serait une vision étrange puisque Yuki reste invisible... mais personne ne fait plus attention à notre apprentie déesse. Elle peut même lui parler et lui répondre sans que cela ne dérange personne.


- Ne t'inquiète pas, il ne peut rien t'arriver ici. fait-elle calmement. Tu vas où tu veux quand tu veux... mais préviens-moi juste avant de t'échapper que je sâche où te retrouver ensuite !

En guise de punition, elle lui ébouriffe les cheveux. Yuki est le petit protégé de Maya, mais il reste tout de même un élève dieu lui aussi : s'il lui arrivait quelque chose et qu'elle n'était pas là, elle est certaine qu'il saurait se débrouiller comme un chef. Dans le cas contraire... il n'aurait qu'à crier son nom. Là encore, personne d'autre qu'elle ne pourrait l'entendre et elle le rejoindrait en moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire.
Maya place le grand garçon devant elle dans la file et elle pose ses mains sur ses épaules pour lui signifier sa présence constante derrière lui. Elle réfléchit ensuite à sa question, dont la réponse lui vient tout naturellement. Reste à adapter légèrement pour se rendre compréhensible dans le texte.


- Hum... comment expliquer... prenons un bon plat comme exemple. Une glace. À la vanille... enfin, à ton parfum préféré. Ou un autre plat que tu adores. La Joconde, ce serait un peu... comme la meilleure glace de France, d'après les habitants du monde entier.

Un type la regarde parler dans le vide. À l'ère des technologies, il est fréquent de voir des gens avec des écouteurs et des micros qui parlent au téléphone... alors, son interrogation est rapidement dissoute. La jeune femme lui rajoute un sourire charmeur et enjoué pour le séduire, et finalement le faire s'éloigner, quasi-ivre de passion.
Maya fouille dans sa poche pour sortir les écouteurs fournis avec la 3DS et les introduits dans ses oreilles pour ne plus attirer les regards indiscrets.


- Je disais... ? Oui, la meilleure glace. Alors, ils se précipitent tous vers elle pour la goûter... tu vois où je veux en venir ? Disons maintenant que ces gens sont amateurs d'art et que cette peinture précisément est celle qu'ils veulent... « goûter ».

Ils avancent d'un mètre. Bientôt, une foule de touristes japonais s'écarte et laisse la voie libre jusqu'au tableau. Maya profite de l'opportunité et entraîne Yuki avec elle jusqu'à la petite barrière. Enfin, ils peuvent la voir.

Concernant Maya, le mot le plus adapté pour décrire cette œuvre serait sans doute... déception. C'est petit, comparé à l'immensité environnant. Tout un raffut pour ça ? Ce doit être approximativement de taille réelle, représentant un portrait comme s'il apparaissait dans un miroir.  Où est le talent ? Où est la touche de génie ? C'est simplement tout ce qu'il y a de plus classique. Yuki avait raison de poser la question : l'œuvre est adulée parce qu'elle est reconnue, pas parce qu'elle est la plus belle. Tous y voient ce qu'ils veulent voir dans « la plus belle œuvre du monde ».
Maya n'y voit qu'un dessin de plus. Joli, suggestif, sans défaut, parfait... mais il lui manquera toujours quelque chose : la vie. Cette peinture restera statique et indéfinie pour l'éternité. Si le temps le permet, il se pourrait qu'un jour, notre apprentie déesse artiste donne vie à l'œuvre parfaite. Ce serait l'aboutissement de l'art... quoique... la vie existe déjà... ce qui pourrait signifier que Yuki fait partie des belles œuvres du monde des dieux. Dessinée par Deus lui-même... ?
Troublant.


- Va la voir de plus prêt, vas-y. lui intime-t-elle. Observe les jeux d'ombre... il paraît que peu importe l'endroit d'où tu regardes le tableau, tu as l'impression que le personnage à toujours la tête tournée vers toi.

Quel est le pouvoir de Deus ? Façonner les humains à son image... ?
Il y a de quoi se poser des questions sur ce pouvoir de matérialisation...

Spoiler:
 
Invité
avatar
Invité
Re: Quand on parle du Loup... - Jeu 18 Juil 2013 - 13:22

    Yuki serra Maya quand celle ci l'enlaça. Il se sentait en sécurité dans ces bras. Il se blondit presque alors qu'elle le rassura en lui disant qu'il ne pouvait rien lui arriver. Elle avait sûrement raison, il était mort un fois, il ne pouvait pas mourir de nouveau, non ? Il était trop jeune pour mourir deux fois. Il ne voulait pas mourir. A cet instant, il se mit à penser à ses parents et sa petite sœur. Ils étaient encore ensemble et lui était ici, mort... Enfin, il n'était pas tout seul. Il avait Maya maintenant et il sourit timidement quand celle ci lui dit qu'il pouvait aller n'importe où, mais qu'il devait la prévenir Son père lui disait souvent ça. Yuki partait souvent en balade en forêt tout seul quand il faisait encore parti du monde des vivants.

    Yuki acquiesça, comme un enfant qui venait de faire une bêtise. Ils se remirent dans la file sans qu'ils soient remarqués. Yuki observa les humains et se rendit compte qu'il était bien différent de lui ou de ce qu'il avait connu. Il n'avait jamais vu des femmes avec si peu de vêtement, ni des hommes habillaient en pingouin. C'était étrange pour Yuki et il n'avait pas l'habitude de voir tant de personne. Les peintures étaient très réaliste mais quel intérêt ? Yuki trouvait plus intéressant d'observer les chemins empruntaient par les ours pour savoir les éviter. Il trouvait de l'intérêt à observer les nuages et les oiseaux pour prédire le temps mais pourquoi rester enfermer ici ? Yuki avait raté pas mal de chose dans sa vie. Peut être que celle ci en faisait partie.

    Maya se mit à répondre à Yuki. Elle lui expliqua que la Joconde était comme une super glace. C'était la meilleure glace de France et apparemment du monde. Yuki comprenait le parallèle. Il aurait su revenir sur n'importe quelles pistes, s'il y avait un gâteau de sa maman au bout. C'était ça l'idée au final, vouloir vu ou goûté la meilleur chose au monde. Yuki se raidit quand un homme dévisagea sa marraine. Il le foudroya du regard, tel un enfant qui défends sa mère. Mais l'homme ne pouvait pas le voir. Yuki aurait pourtant voulut lui donner un coup de pied dans les tibias juste pour qu'il se mêle de ses affaires. Maya, cependant, prit une paire d'écouteur. Yuki avait apprit ce que c'était et avait même put écouter de la musique. Mais ce n'est pas le sujet. L'homme s’éloigna avec un regard qui dérangeait Yuki.

    Yuki : J'aime pas ce type.


    Maya reprit en ajoutant son explication en disant que tout ce petit monde voulait à tout prix voir ce tableau. Comme lui braverait monts et merveilles pour un gâteau de sa maman. D'ailleurs, est-ce qu'il pourrait un jour s’asseoir de nouveau avec elle autour d'un repas. Est-ce qu'il pourrait un jour, revoir son visage. Il serra doucement les poings alors que la foule s'écarta.

    Maya entraîna l'enfant. Yuki se retrouva juste devant la barrière. Il leva les yeux pour enfin découvrir le fameux tableau. C'était une femme posant les bras croisés. L'enfant fut surprit, il ne s'attendait pas à quelque chose d'aussi banal. Il pensait trouver quelque chose comme un château magnifique ou un Roi vénéré. Ok, c'était un peu trop comte de fée. Mais plus sérieusement, il ne fut pas impressionné par la jeune femme. Elle n'était pas vraiment belle avec un cou gros et une petite bouche. Elle portait une rode sombre et avait des énormes seins. Yuki ne voyait rien de spécial ou d'impressionnant.

    Maya lui dit alors d'avancer. Elle lui avoua que le tableau tournée toujours la tête vers son observateur. Yuki frissonna et prit soin de ne pas regarder le visage de la femme. Elle faisait assez peur sans qu'il voit qu'elle le suit du regard. L'enfant se concentra sur le paysage à l'arrière. Ce dernier lui rappelait les chemins escarpés du Mont Fuji et ces montages tranchantes. Il sursauta en sentant une peine incontrôlable montait en lui. Il se détourna du tableau et s’éloigna de la foule. Il serra les poings en retenant le loup qui hurlait en lui. Ce dernier s'était réveillé devant des paysages familier. L'animal rageait d'être enfermer dans ce musée. Yuki inspira profondément. Il devait calmer l'animal. Il ferma les yeux en inspirant doucement.

    Yuki : ok, ça va aller, ça va aller....

    Après quelques murmures, il ré-ouvrit les yeux. Les gens ne pouvaient pas le voir et encore heureux . Il n'était pas prêt à être aussi fort que Maya. Il n'était pas prêt à reprendre forme humaine.

    Yuki : Je suis désolé Maya. C'est le loup.

    Ok c'était une excuse bidon et pourtant c'était la vérité. Yuki luttait contre son côté animal. Le loup faisait entièrement partie de lui. Il était né ainsi depuis sa naissance, il a moitié humain et à moitié animal. L'enfant se blottit contre Maya en ajoutant

    Yuki : Je n'aime pas la Joconde. Elle n'est pas si jolie que ça. Toi tu es artiste, c'est pour ça que tu viens ici ? Tu es meilleur artiste que tout ceux qui sont là. C'est toi qui dessine les plus beau papillons au monde !

♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 21
♠ Petits messages : 856

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
14033/2000  (14033/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Quand on parle du Loup... - Sam 20 Juil 2013 - 23:37
Pour toute réponse à ce dernier commentaire, la jeune femme ne peut s'empêcher de rire.

- Ah ! Mon grand, je suis désolée que ça ne t'intéresse pas plus que ça ! On en a encore pour au moins une ou deux heures, c'est tellement vaste ici. Mais dès que tu en as marre, tu me le dis, on rentrera !

Elle se penche sur lui et lui adresse un clin d'œil. Elle préfère ne pas insister sur la remarque concernant son autre facette, le côté animal que Yuki ne parvient pas maîtriser. Moins ils en parleront, moins le jeune garçon ne se laissera posséder... c'est en tout cas ce que Maya imagine. D'ailleurs... qu'est-ce qui lui a fait penser à ça ? Tous les deux ne faisaient que discuter de la Joconde et rien ne laisse penser à un paysage forestier ou à une meute de loups par ici. Ce serait plus aléatoire que logique ? Yuki serait davantage sensible à certains mots ou certaines idées ? Difficile de maîtriser toutes les émotions d'une personne qu'on ne connaît en réalité qu'à peine... Il est clair que Maya espère que le garçon n'attend pas trop d'elle, sans quoi elle le décevra très rapidement. Cette journée est presque un test pour elle...
… c'est en tout cas ce qu'elle pourrait commencer à ressentir.


- En tout cas, sois-en sûr, ces artistes sont plus doués que moi ! fait-elle en se redressant et en regardant à nouveau les tableaux. Enfin... en vérité, c'est difficile de comparer. Je ne serais pas capable de copier ces œuvres tandis qu'eux feraient des dessins plus réalistes que moi, ça c'est certain. Le musée a juste sélectionné les travaux qu'il a jugés les plus réussis, pas forcément les plus... « banals », comme tu préférerais sans doute.

Dessiner des animaux, des objets ou des personnages, c'est bien... mais créer une scène artistique, visualiser un monde imaginaire, c'est encore mieux. Les dessins d'anges ou de dieux... décrivent assez bien la réalité alors qu'aucun de ces humains n'en ont jamais vu. Pourra-t-on un jour juger « intéressant » un tableau de Maya Tensho au point de l'accrocher à un mur du Louvre ? Non... ça n'arrivera jamais... puisque le but de la demoiselle n'est pas l'art pour l'art. D'ailleurs, peu de personnes au sein de l'académie ont vu Maya utiliser son pouvoir. Elle ne souhaite pas s'afficher, elle n'attend pas que les autres voient ce qu'elle dessine pour la juger en tant qu'artiste. De toute manière, pour des dieux, il n'y a que le résultat qui compte, peu importe la manière. Et le résultat, il ne s'obtient qu'en étudiant, en bataillant contre les ennemis et en restant en vie.
Fin de l'histoire.

Les petites relations, c'est un fait de l'apprentie déesse Maya. Beaucoup de dieux restent bouder dans leur coin parce qu'ils ne veulent pas s'attacher à d'autres individus. Maya passée ou Maya présente a toujours pris soin de son environnement relationnel, son socle qui lui permet d'avancer et de ne pas s'enfoncer. Yuki fait partie de son monde désormais, en remplacement de deux individus dont elle tente d'éclipser tout souvenir. Elle lui permet tout et le fera passer avant tout le reste, en bonne « marraine » comme il aime si bien l'appeler.


- Tu veux voir des choses ici ? Qu'est-ce qui te ferait plaisir ? Vas-y, dis-moi, on va tout faire pour s'amuser tout de même un minimum ! On peut aller voir les statues si tu veux, c'est plus concret que des peintures.

Elle s'accroupit et pose ses mains sur les joues du petit Yuki. Des membres de la sécurité se précipitent vers elle, pensant qu'elle voulait passer sous la barrière... Maya s'excuse auprès d'eux en se courbant plusieurs fois, puis prend de nouveau la main de Yuki et les éloigne tous les deux du réputé plus célèbre tableau du monde.
Le plus dommage, ce serait de partir maintenant alors qu'il reste tant de choses à découvrir.


- Je trouve ça très amusant, ces réactions des humains ! S'ils savaient... quand ils sauront, c'est à ce moment-là qu'on aura du soucis à se faire !

Et elle rit une nouvelle fois de bon cœur. Elle s'amuse. S'amuser du danger... ? C'est tout à fait le style de la jeunesse de toute manière. Pas de règle, pas de limite du moment qu'on respecte les autres. Si elle devait se limiter, Maya serait tout à fait moins heureuse qu'aujourd'hui... alors, parler avec n'importe qui même des inconnus, ça a un charme certain !
Quand on sait de quoi elle sort...
Invité
avatar
Invité
Re: Quand on parle du Loup... - Sam 26 Oct 2013 - 20:33
Dommage que la visite ai été écourtée, franchement, elle me plaisait bien à moi. Enfin, dans tous les cas, continuez comme ça tous les deux. Et vos personnages vont bien ensemble dans ce genre de contexte, c'est agréable.

Maya : 265 xps
Yuki : 180 xps

Xps attribués : Yep
Contenu sponsorisé
Re: Quand on parle du Loup... -
Quand on parle du Loup...
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Quand on parle du loup... [PV. Kosovo] [Abandonné]
» PALLANDO ▬ Quand on parle du loup, on en voit la queue.
» [Terminé] Quand on parle du loup , on en voit la queue. (suite)
» Quand on parle du loup... [ PV Idril ]
» Quand on parle de Suédois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: Le Monde des Humains :: Au cœur de la ville :: Monument historique-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page