Chapitre IV :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Il y en qui vont passer un sale quart d'heure... Mais qui ?

♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 72

Feuille de personnage
Niveau:
3/30  (3/30)
Expériences :
2750/1000  (2750/1000)
Votre domaine: La Maternité
avatar
Professeur de Physique/Chimie
Professeur de Physique/Chimie
Voir le profil de l'utilisateur
Il y en qui vont passer un sale quart d'heure... Mais qui ? - Mer 10 Juil 2013 - 12:34
« Le plus simple serait que je t’attende en salle de cours, comme ça, tu auras vraiment l’air d’une collée. Officiellement tu rattraperas un contrôle… Ca te va ? »

Ça semble ne pas trop la déranger en fait. Il me semble que c’est une meilleure couverture qu’une heure de colle pour cette jeune fille. Elle semble plus ou moins inoffensive. Il me faut une raison crédible. Ma première idée aurait été de la coller « pour avoir nourri les pigeons du parc. » Un peu comme quand on vous engueule dans un zoo parce que vous jetez des cacahuètes au singe. Mais ici il n’y a vraiment que des pigeons… Ce qui rend mon motif d’heure de colle passablement nul.

Elle est d’accord. Je pars donc devant. La salle est calme lorsque j’y entre. Une salle de cours est toujours calme quand elle est vide. Il fait frais ici, le soleil ne tape pas si fort. Les épais murs de pierre sont un très bon isolent. J’ai toujours aimé les vieilles bâtisses, ici je suis servie. Par contre j’admets que je crains un peu, beaucoup les résultats de mes premiers travaux pratiques ici. Le système de sécurité est trop magique pour que je lui fasse confiance. C’est vrai quoi ! La science a des ratés… Mais la magie n’en parlons pas !

Je fais un tour des lieux. Je les avais inspectés avant de savoir que son pouvoir est la gravité. Je regarde maintenant avec les yeux d’une femme qui a étudié la gravité, et qui sans savoir l’étendue de ses pouvoirs voit maintenant chaque table comme un objet potentiellement dangereux. La gravité est une force contre laquelle rien ne peut luter, même pas les photons. En gros c’est la merde. J’en ai conscience.

Comme souvent je me demande ce que je fous ici, dans ce monde je veux dire. Je n’y étais pas préparée, et il y est de plus en plus dur d’y suivre mes convictions. J’ai été obligée de faire appel à une élève pour m’aider. Pas que je ne l’ai jamais fait au par avant, mais jamais en sachant que cela mettait en danger la dite élève… tout ce que je peux faire pour elle s’est de peaufiner sa couverture. Je cherche donc l’énoncé du dernier contrôle que j’ai donné. Juste faire semblant, c’est le mieux que je puisse lui offrir comme protection.

Ca y est. Je l’ai. Et je stresse. Oui. J’ai peur de ne pas être à la hauteur, de mettre inutilement la vie d’Abygaïl en danger. J’ai beau avoir confiance en moi en tant que prof, avoir confiance en ma façon de faire. Je sais que je ne tente pas quelque chose de facile, mais quelque chose qui me semble juste. J’ai peur et en même temps je sais que je n’aurais pu agir autrement. C’est un sentiment terrible que celui de prendre la responsabilité d’autrui pour suivre ses idées.

Heureusement Aby arrive. Elle m’aide autant qu’elle peut. Sans doute nous oublions quelques détails, mais le gros est fait. Tout repose sur moi lorsque Nelgaroth arrive. Notre petit jeu de scène est en place.


« Tu peux commencer le test, tu as deux heures. »


Je lance à Aby lorsqu’il franchi la porte. Je me tourne vers lui l’air fermé.


« Nerlgaroth, Belphegor Spectre. J’espère que tu sais pourquoi tu es là. »


[HRP : Aby je te laisse libre de tous nos mouvements d’avant. Je pense que l'ordre approprié de réponse soit Moi> Nel> Aby comme ça Aby réagira vite aux conneries de Nel...]
Invité
avatar
Invité
Re: Il y en qui vont passer un sale quart d'heure... Mais qui ? - Lun 29 Juil 2013 - 14:14
Putain. Ce que ça faisait mal. Son corps irradiait d'une étrange chaleur. Son sang bouillait, et la douleur se répandait doucement. Il sortait de sa rencontre avec Trish et les deux élèves qu'il avait mis en morceaux. Sur le coup, ça allait parfaitement. L'instant suivant, il errait dans les couloirs en se tenant au mur, couvert de sueur, toujours torse nu, l'esprit embrouillé par la souffrance. Sa chair brûlée était la première chose qu'on remarquait chez lui. La seconde était que sa jambe droite était dégoulinante de sang, une profonde entaille au niveau de sa cuisse lui faisant repeindre le corridor dans lequel il circulait en boitant. Une migraine infernale, ajoutée à ses mutilations physiques, le rendait extrêmement pâle en plus de le plonger dans un état semi-conscient. Il baignait dans une illusion qui lui procurait la même sensation que ce que l'on appelle une " douleur blanche ". La vision trouble, c'est comme si tous ceux qu'il avait martyrisé depuis qu'il était arrivé à l'Académie concentraient ce qu'il leur avait infligé, avant de lui infuser le tout sous la forme d'un cachet indigeste à effet immédiat. Il fit un nouveau pas difficile, sa main suivit le mur pour finalement saisir l'encadrement d'une porte. Sans en manifester le désir, il pivota pour pénétrer dans la pièce, toujours aussi pâle. Plié en deux, il eut du mal à relever la tête pour voir la personne qui lui faisait face. Elle.
En fin de compte, il n'eut pas à beaucoup se redresser. Même plié en deux, il pouvait presque la regarder de haut. Oui, c'était bien elle. Cette naine qu'il avait découpée. Qu'il avait massacré sans le moindre respect. Comme un vulgaire animal.
Il avait pensé consacrer son temps à réfléchir et à panser ses plaies, après son dernier affrontement. Pas de chance, il se retrouvait nez à nez avec l'une de ses victimes. Et pas celle avec lequel il avait été le plus tendre, en plus de ça. Son esprit, et ses sens, étaient engourdis par la douleur. Il s'appuyait sur ses genoux avec ses mains pour rester un tant soit peu présentable, bien qu'à la vue de sa mine, on se doutait que ça n'allait probablement pas. Il la vit articuler quelque chose, mais n'en saisit pas un mot, trop occupé à haleter. Spectre se doutait de ce qui allait s'ensuivre : Remontrances, reproches, menaces. Ils faisaient tous ainsi. Mais il ne craignait plus ce genre de choses. En un sens, celle-ci n'avait pas tort. Il l'avait ouverte en deux comme du bétail. Déjà qu'elle n'était pas bien haute, il devait être très mal vu de réduire un individu de si petite taille. Pourquoi il réfléchissait à ça ? Il y avait plus important. Premièrement, il devait la semer. Son regard descendit vers sa propre cuisse, salement entaillée d'où s'écoulait continuellement un mince filet de sang.
Merde.
Cette migraine revenait.
La même que celle qu'il avait eu en arrivant. Cette étrange instabilité dans l'air. Une pointe de douleur aiguë, semblable à une détonation sonore trop importante et créé proche de son oreille, lui fit finalement perdre le contrôle. Le contrôle de quoi exactement ? De son pouvoir. La gravité a besoin d'être constamment maîtrisée, sans quoi elle devient démente. C'est la tâche qui incombe Spectre que de la dompter.
Néanmoins, à son arrivée, il avait eu besoin de s'exiler, en raison de son manque de maîtrise vis-à-vis de cette nouvelle puissance. Il écrasait ou expulsait tout ce qu'il touchait.
Sauf que dans ce cas actuel, c'était la douleur des multiples dégâts physiques qu'on lui avait infligé, additionné aux doutes qui planaient dans son esprit, qui le transformait en bombe à retardement. Zero se décrocha de son dos d'elle-même, et alla s'enfoncer dans le sol de la salle. Merde, merde, merde. C'était vraiment mauvais. L'explosion sonore, dans son esprit, le rendit sourd un instant, bien qu'il parvint à hurler une prévention à l'attention du professeur avant que le carrelage autour de lui ondule, et se fissure profondément. L'effet de pression le mit à genoux, puisque, à ce stade, lorsqu'il utilise la gravité, il s'affecte également. Ça recommençait, comme lors de son affrontement contre les gobelins dans l'arène. Autour de lui, des éclats de roches, de carrelage, et de tout ce qui pouvait traîner par terre, y compris des gouttes du propre sang de Spectre, commencèrent à graviter, s'orientant comme des projectiles mortels en direction d'Eryn. Horrifié, Spectre contempla pendant quelques secondes, qui semblèrent s'étirer à l'infini, ce qu'il était en train de faire. Ou plutôt, ce qu'il ne faisait pas. C'était quoi, ça ? Pourquoi la gravité agissait-elle ainsi ? Il avait relâché son emprise sur elle, et voilà qu'elle s'acharnait sur celle à qui il avait déjà causé du tort ? Non. Il se pensait prédateur, oui, il l'était probablement. Était-ce une raison pour créer une telle injustice sans être le véritable auteur de tout ceci ? Si c'était vraiment son choix, là, d'accord. Or, là, il n'était que l'instrument de son propre pouvoir. Non non non. Ça n'allait pas se passer comme ça. Gravité universelle ou pas, il était un Dieu, maintenant. Donc pas question d'être utilisé par les autres. S'il veut tuer quelqu'un, il le fait lui-même, il ne laisse pas quelqu'un d'autre le faire à sa place.
C'était sa force. La sienne. Pas question qu'elle se dérobe maintenant. Faisant fi de la douleur, balayant temporairement ses doutes, Nelgaroth tenta une première fois d'imposer sa volonté à la gravité. Qui, en toute réponse, expulsa les projectiles du champ d'action de Spectre, leur trajectoire solidement ajustée en direction d'Eryn.
Pendant un instant, l'apprenti-dieu se figea de peur.
Finalement, il explosa de colère.
C'était probablement ce qui qualifiait le mieux Nelgaroth. Un concentré de colère et de sauvagerie bridé par sa nature un tant soit peu humaine. Certes, celle-ci perdait du terrain, mais tout de même.
Impact.
Un nuage de fumée se souleva. Spectre s'assit, haletant, s'adossant au plat de Zero toujours encastrée dans le sol. Autour de lui, le sol était brisée, comme s'il avait soutenu un poids énorme. En fin de compte, il avait réussi.
Le Professeur n'avait pas la moindre égratignure. On ne pouvait pas en dire autant du reste de la salle, derrière elle, qui avait comme subi un ouragan. L'apprenti-dieu soupira de soulagement, sa tête heurtant le métal de son arme dans un bruit sonore. Le froid du fer lui fit un bien fou. Au moins, sa migraine infernale était partie. Reprenant son souffle, il conserva son regard bestial braqué sur Eryn, sans, cette fois, la moindre intention hostile.
" - Quelle journée de merde, hein ? "
Invité
avatar
Invité
Re: Il y en qui vont passer un sale quart d'heure... Mais qui ? - Lun 29 Juil 2013 - 16:34
« Le plus simple serait que je t’attende en salle de cours, comme ça, tu auras vraiment l’air d’une collée. Officiellement tu rattraperas un contrôle… Ca te va ? »

C'était ce que l'on pouvait appeler un plan d'une simplicité enfantine. En même temps, pourquoi faire compliquer quand le plus simple suffit? Pour une fois, pas besoin de se creuser la tête inutilement, il suffisait de suivre l'idée d'Eryn. De plus niveau cours, punition ou autre, elle était forcément bien plus calée que la jeune amérindienne. Déjà, en plus d'être professeur, Eryn avait de son vivant eu l'occasion de savoir à quoi ressemblais un cours en classe, ce qui restait relativement nouveau encore pour l'apprentie déesse des animaux. Alors autant s'appuyer sur sa connaissance de ce milieu, ce serait toujours ça de gagné. Et vu le phénomène auquel elles allaient avoir à faire, le mieux serait de pouvoir être uniquement concentré sur lui, laissant le reste de côté.

Elles s'étaient séparées sur ses mots, chacune se préparant à sa manière. Pour la jeune fille, ce fut simplement profiter du calme dans sa chambre pour se reposer, tout en vérifiant que ses affaires étaient prêtes. Elle n'allait pas venir sans armes mais ferait l'effort de les dissimuler. La gravité pourrait poser problème à son arme de prédilection alors elle choisit à contre cœur de ne pas emmener son arc mais ses couteaux et son kriss ne la quitterait pas. Le temps s’écoula plutôt rapidement et déjà, il était l'heure de se retrouver devant la salle de Chimie. Comme une élève studieuse, elle arpenta le couloir, jetant un coup d'œil à droite à gauche avant d'arriver devant la salle d'Eryn.  Elle y entre et en compagnie de la blonde, elles vérifient que tout ce qui pourrait se révéler dangereux soit mis hors de portée ou disparaisse. Puis, vient l'heure pour la jeune fille de jouer son rôle. La porte s'ouvre sur la silhouette de l'élève attendu mais d'abord, comme prévu, Eryn s'occupe d'elle pour donner le change.

« Tu peux commencer le test, tu as deux heures. »

Assise à une table à mi-distance de la salle, la jeune fille acquiesce avant de plonger le nez sur sa feuille. Mais si elle gratte en effet la mine dessus, ce qu'elle écrit n'a rien à voir avec un quelconque contrôle qu'elle remplirait. Ce ne sont que ses impressions et ses observations à propos du jeune homme qui vient d'entrer.

« Nerlgaroth, Belphegor Spectre. J’espère que tu sais pourquoi tu es là. »

Il entre et s'avance, sans vraiment sembler comprendre ce que lui dit le professeur. Ou alors il s'en moque éperdument parce qu'il ne répond pas et n'a absolument pas la moindre réaction. Plutôt étrange. En tout cas, il ne fait jeune homme blasé d'être collé ou saoulé de devoir répondre de ses actes. Il ne parait même pas en colère ou sur le point d'attaquer. Au contraire, il semblerait presque amorphe, vidé, complètement à côté de ses pompes. Et en y regardant de plus près, au vu de son état, ce n'était pas vraiment étonnant. A n'en pas douter, il aimait se battre. Les marques sur son corps le révélaient mieux que n'importe quel discours. Celle à sa cuisse était la plus impressionnante. Un instant, la jeune indienne hésita à interpeller Eryn sous un prétexte quelconque afin de l'alerter sur son état. Le but n'était pas qu'il perde connaissance ici ou pire. Mais elle n'en eut pas le temps, déjà les choses se précipitaient.

Le dénommé Nelgaroth sembla soudain complètement affaibli et son épée se détacha seule de son dos avant de se ficher dans le sol. Oui, elle avait bougée toute seule. Un effet de la gravité. Son pouvoir d'après ce que lui avait dit Eryn sauf qu'au vu de la tête qu'il tirait, même si c'était bien son pouvoir qui était entré en action, ce n'était pas lui qui semblait le commander. Submerger? Oui, voilà le mot qui lui convenait parfaitement. Il était là, tombant à genou comme sous le fait d'une pression multipliée, en criant de faire attention. Gentil, au moins il prévenait, mais vu comment c'était parti, un simple avertissement ne suffirait sans doute pas. Déjà, le sol commençait à se craqueler, à onduler autour de lui, formant comme une onde de choc se répandant dans la salle. Heureusement qu'elles avaient eu la présence d'esprit de la vider un maximum avant son arrivée, le résultat aurait vraiment pu être désastreux.

Autour de lui, tout semblait se détraquer, perdre la raison; Les morceaux de carrelage, de terre et même les gouttes de sang du jeune homme se mettaient à graviter autour de lui avant de déterminer une cible. Eryn. Du moins, en majorité car certaines choisirent de tenter de s'en prendre aussi à la jeune indienne; pourquoi se limiter à une proie quand plusieurs sont disponibles. Elle se baissa, releva la table devant elle pour s'en faire un bouclier avant de créer un clone parfait d'elle-même. Elle ne comptait pas rester là à attendre de voir comment les choses allaient se passer. Elle bondit en décrivant une belle parabole au-dessus de Nel et à travers la classe, son clone devant pour lui permettre de se préserver au maximum. Elle atterrit juste devant Eryn au moment où les divers objets étaient violemment expulsés du champ d'action du garçon, fonçant droit sur elles du coup.

Pas le temps de riposter, elle ne pourrait guère faire plus que se protéger pour le coup. Clone devant elle et elle devant Eryn, elle attendit le choc qui arriva très vite. Mais étrangement, bien plus léger que ce que ce qu'elle avait vu laissait prévoir. Son clone avait suffi à stopper les objets étant arrivés jusqu'à elle, disparaissant dans un nuage de fumée tandis que le reste était éparpillé autour d'elle. Mais il y avait peu de choses au final. Aurait-il réussi in extremis à maitriser quelque chose? Ce n'était pas impossible. En tout cas, il était à présent dans un état lamentable. Haletant, appuyé contre son épée pour parvenir à rester assis, la tête repoussée en arrière. Il ne devrait plus être dangereux mais mieux valait se méfier.

" - Quelle journée de merde, hein ? "

Son regard était celui d'un prédateur. Sauvage, bestial. Pas étonnant qu'Eryn ne souhaite pas se retrouver seule avec une personne de son genre. Et il faisait encore le malin dans son état? Eh bien, voilà qui promet. La jeune indienne se releva et aida Eryn à faire de même, l'ayant forcée à se baisser pour la protéger lorsque les objets avaient foncés vers elle. Puis, elle s'approcha de Nelgaroth avec calme et l'observa de haut en bas.

"- Disons qu'en plus d'être repéré pour violence aggravée, afin de ne pas dire plus simplement meurtre de sang-froid, tu le seras aussi pour destruction volontaire des locaux. Mais apparemment, tu n'es pas à ça près, puisque ça te fait rire."


Elle était comme lui, Il n'y avait aucune attitude agressive ou hostile mais autant mettre les choses au point tout de suite. Enfin bon, suite à son petit discours, le jeune précolombienne s'approcha de lui et s'accroupit à sa hauteur. Elle sortit de sac de quoi soigner au minima ses blessures. Elle n'était pas là pour le tuer, sauf s'il l'y forçait, alors autant lui permettre de ne pas tourner de l’œil. Il était assez mal en point comme ça.

"- Tiens-toi tranquille le temps que je m'occupe de tes blessures. Ne me forces pas à t’assommer."

Sérieuse, elle? Ou pas? Son expression ne laissait rien deviner en tout cas.
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 72

Feuille de personnage
Niveau:
3/30  (3/30)
Expériences :
2750/1000  (2750/1000)
Votre domaine: La Maternité
avatar
Professeur de Physique/Chimie
Professeur de Physique/Chimie
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Il y en qui vont passer un sale quart d'heure... Mais qui ? - Lun 29 Juil 2013 - 20:00
L’angoisse, c’est ce que j’essaye de dissimuler en le voyant… Sauf que quelque chose ne va pas bien, pas bien du tout. Un truc cloche dans l’attitude de ce môme… Autre que son absence de chemise. Comment ça son absence de chemise ? Une tenue tellement négligée pour une heure de colle que s’en serait outrageant sur Terre…

Non ce qui m’inquiète c’est cette absence dans ces yeux. Le même genre d’absence que ceux qui ont fumé un joint avant de venir en cours. Ils croient que ça ne se voit pas, ils pensent être malins, mais j’ai été jeune avant eux, et je sais reconnaitre l’œil hagard d’un type sous substance. Pourtant là il y a quelque chose d’autre, quelque chose qui ne va vraiment pas…

Je capte sa blessure avant même qu’il n’attaque, mais il finit par attaquer. Son épée, cette épée que je vois encore la nuit dans mes cauchemars, cette épée qui m’a tranchée en deux sort de son fourreau. La peur me cloue sur place, j’oublie la présence d’Aby qui est là pour empêcher les débordements, j’oublie que j’ai la capacité de bouger.

J’oublie tout. Je suis clouée sur place simple spectatrice de cette lame qui n’a aucune difficulté à briser le carrelage du labo de chimie… Seigneur dieu, et moi qui ait toujours peur de casser une éprouvette. Enfin, jusque-là les dégâts ne sont que matériels, mais je sens que cela ne durera pas. Pourtant je suis incapable de bouger, je reste bloquée devant ma paillasse. Immobile.

Ce sera donc la troisième fois que je mourais, la seconde fois de sa main… Ou du moins de pars lui. Je… Je crois que je n’ai même pas envie de bouger, un raz le bol, un sentiment d’impuissance tellement flagrant, tout cela m’écœure, j’aurais mieux fait de mourir dès le départ. Tout cela est tellement surréaliste… Pourtant ce qui est le plus surréaliste dans tout ça c’est que je ne lui en veux pas.

Je sens confusément qu’il n’est pas responsable de ce qu’il fait, qu’il n’arrive pas à maitriser cette force impétueuse qui le submerge. Moi toute force semble m’abandonner, heureusement Aby prend le relais, elle défend ma vie quand moi-même la laisserais perdre. Je sais que de toute manière je n’ai rien pour me défendre… Alors… A quoi bon ? Je suis trop terre à terre pour tenter des actions que je sais vouées à l’échec.

Aby est sans aucun doute plus forte que moi. Tant mieux, j’ai vaguement l’impression que c’est grâce à elle que je suis en vie… Grâce à lui aussi… Comme s’il s’était… Arrêté ? Oui, c’est cela même. Il a canalisé sa violence et nous a épargnées… Bien qu’on soit toutes les deux au sol on n’a que des égratignures. Aby, prend le relais pour tout, elle assure cette nana.

Sauf que sa couverture est grillée… Mais en l’état actuel des choses on s’en fout. Elle commence à donner les premiers secours à l’autre crétin. Je remarque que sa trousse n’est par ailleurs pas des plus garnies, désinfectant et pansements… En même temps on ne prend pas tout un hôpital dans son sac à dos non ? Je me lève sans trop de difficulté et vais lui chercher la trousse réservée aux problèmes d’explosions en cours, elle n’est pas bien mieux garnie mais elle contient des compresses et des bandages, ainsi que du matériel stérile pour recoudre…

Ce qui est bien beau, mais j’admets qu’en temps normaux je me contenterais d’endiguer le saignement en attendant que l’infirmier arrive. Pourtant Aby elle semble se débrouiller à merveille. Je m’accroupis près du garçon, j’ai dans l’idée de lui parler pour l’empêcher de perdre connaissance, me semble qu’on fait les choses comme ça…


« C’est la première fois qu’on me fait autant de cinéma pour éviter mes heures de colles. J'admets que je peux être terrifiante comme prof, mais là t'en rajoutes jeune homme. Comment as-tu fini dans cet état ? »


Je me tourne vers Aby qui a parlé d’une voix assurée et déclarés tous les crimes de l’accusé. Elle montre encore une fois qu’elle en connait plus que moi sur cet univers qui me dépasse. Alors je dois admettre que ça craint, mais au moins je le reconnais.


« Qu’est-ce qu’on peut faire dans un cas comme ça ? »

Invité
avatar
Invité
Re: Il y en qui vont passer un sale quart d'heure... Mais qui ? - Ven 9 Aoû 2013 - 20:21
Assez radicale, cette fille. Ses paroles eurent l'effet d'une douche froide pour Spectre, qui se contenta d'hocher la tête lorsqu'elle le menaça. D'ailleurs, qui était-ce ? Il l'avait vu réagir avec une vitesse démente lors de son assaut. De plus, elle s'était ... Démultipliée ? Enfin bref, elle avait servi de rempart avec son propre corps contre le débordement de Nelgaroth. Audacieux. Pas mal, même, jugea-t-il, puisqu'il ne répondit même pas, contrairement à ce qu'il aurait fait habituellement. La douleur lui revint, bien que ses maux de tête incessants se soient tus. Et là, contre toute attente, il remarqua enfin qu'elle avait sorti une trousse de soin. De plus, la professeur qu'il avait tué quelques jours auparavant s'était approchée. Il perçut qu'il lui faisait... peur ? Pour la première fois depuis longtemps, comprendre qu'il était effrayant pour quelqu'un le dégoûta. Un goût amer dans la bouche, il baissa la tête.
- C’est la première fois qu’on me fait autant de cinéma pour éviter mes heures de colles. J'admets que je peux être terrifiante comme prof, mais là t'en rajoutes jeune homme. Comment as-tu fini dans cet état ? “
Après que l'amérindienne aie énuméré ses méfaits, voilà qu'on lui posait la question fatidique. Gardant les yeux braqués sur sa cuisse mutilée, il s'accorda quelques secondes pour analyser les différentes possibilités. Grave erreur si elles le soupçonnaient de quoi que ce soit. Leur dire la vérité semblait impensable, il serait probablement achevé par celle qui avait protégé le professeur, ou pire encore, humilié et traîné devant un quelconque responsable administratif. Il aurait pu utiliser l'alibi de l'arène, mais il lui semblait avoir remarqué que des combats se déroulaient toujours là-bas, aussi, elles seraient capables d'aller vérifier ses dires... Impasse. Adoptant une expression froide et stoïque, il redressa la tête, et s'exprima avec une voix dure.
" - Quatre élèves s'en sont pris à une jeune fille. Résultat, je les ai descendus. "
Voilà, peu importe quelle excuse il pourrait sortir, il était grillé, et c'était vraiment la merde. Pourquoi avait-il dit ça ? Trish est responsable du décès de deux d'entre eux, après tout. Trish. Étrange nom. Et étrange rencontre également. Il ne sut jamais ce qui le tira de ses pensées. Peut-être un désinfectant ou autre produit utilisé de la part de la membre du conseil, ou quoi que ce soit du genre, qui le fit se tendre, lâchant un bref grognement de douleur. Depuis qu'il était arrivé dans cette académie, il enchaînait blessure sur blessure. Or, il n'était ni un guerrier, ni un soldat. Donc ça faisait simplement MAL. MAL, vous comprenez ? Poser son derrière sur une chaise et se battre contre des demis-dieux ou des monstres dans une arène, c'est rarement lié. Pourtant, ici, ça semblait normal. De plus, il venait de s'humilier en manifestant son élan douloureux. Serrant les dents et détournant le regard, Nelgaroth se contenta de ruminer intérieurement cette erreur. Ce n'était nullement le moment d'avoir l'air faible, ou de leur permettre de se moquer de lui.
A trop s'occuper de ce qu'il laissait paraître comme le ferait un jeune adolescent, il perdit le fil de la discussion. Il repensa à ce que le professeur avait dit, auparavant. Ses heures de colle, hein ? Il n'avait même pas pour but de s'y rendre. D'ailleurs il n'en avait même pas été informé... Ou il n'y avait pas prêté attention. Comme à son habitude. Manque de bol. Il arrivait à l'heure, et dans un sale état. On n'aurait pu faire pire présentation. Certes, ils s'étaient présentés à coup d'effusion de sang l'autre jour. Spectre sentit ses tripes se retourner en se remémorant l'état dans lequel il avait laissé le professeur. C'était vraiment trop dément, comme réaction, pour que ce soit vraiment lui qui ai fait ça.
« Qu’est-ce qu’on peut faire dans un cas comme ça ? »
Évidemment. La sentence n'allait pas tarder. C'était logique. Ou alors faisait-elle référence aux débordements de son pouvoir ? En revanche, pourquoi demandait-elle son avis à une élève ? Ou alors, n'était-elle pas une simple élève ? Auquel cas, cette heure de colle était plus un guet-apens qu'autre chose.
Décidant de ne pas prendre de décision trop rapidement, l'apprenti-dieu décida de rester assis. Comme aurait-il pu faire autrement, de toutes manières ? Il était dans un état minable.
Frustré. C'est ce qui traduisait le mieux son état actuel. Et sa plaie à la cuisse, profonde et propre, créée par une lame magique, libérait toujours une douleur cuisante. Ses yeux bestiaux se braquèrent sur la jeune précolombienne. Qu'était-elle, et quelle fonction remplissait-elle ?

[HRP: Vraiment désolé pour le temps de réponse. Je vais raccourcir celui-ci, promis. T-T]
Invité
avatar
Invité
Re: Il y en qui vont passer un sale quart d'heure... Mais qui ? - Sam 10 Aoû 2013 - 15:07
La trousse de secours dans les mains, la jeune amérindienne gardait un œil attentif sur les diverses réactions que pourraient avoir aussi bien Eryn que Nelgaroth. Après tout, la professeur de chimie avait de quoi être secouée, l'élève qui l'avait déjà tué une fois avait manqué de recommencer même si cela ne semblait avoir été parfaitement délibéré. Quant à l'autre, ce regard bestial et ce sourire peint sur son visage ne lui plaisait pas. Il souriait au désastre qu'il avait créé, comme si ce n'était rien et ce n'était pas sa propre façon de voir les choses. Enfin, revenant à ses plaies, plutôt sérieuses d'ailleurs, il n'avait as du y aller de main morte, elle laissait Eryn reprendre le contrôle de la situation. Sa couverture était éventée certes, mais elle restait une élève et elle la professeur. Sans compter qu'elle lui avait demandé son aide, pas de mener les choses à sa place. Alors elle ne tenait pas à renverser les rôles.

« C’est la première fois qu’on me fait autant de cinéma pour éviter mes heures de colles. J'admets que je peux être terrifiante comme prof, mais là t'en rajoutes jeune homme. Comment as-tu fini dans cet état ? »

Un instant, une esquisse d'ébauche de sourire, à peine un coin de lèvres qui frémit à sa remarque. L'idée était en effet assez comique, croire qu'il n’avait tout ça que dans le but d'éviter des heures de colle. Vu le numéro qui se tenait devant elle, elle n'y croyait pas un instant. Par contre, elle était curieuse d'apprendre la raison de son état actuel. Car il était évident qu'il n'était pas tombé dans l'escalier ou qu'il ne c'était pas pris une porte en évitant un coin de mur. Ses plaies étaient nombreuses, allant du superficiel au plus sérieux, sans oublier celle qui se révèlerait la lus handicapante pour lui, celle de sa cuisse. Remarque, comme ça, elle n'avait aucun risque qu'il ne tente de s'échapper en courant, ça lui ferait toujours ça de moins à faire.

" - Quatre élèves s'en sont pris à une jeune fille. Résultat, je les ai descendus. "

Pourquoi son excuse ne sonnait-elle pas tout à fait vrai? Sans doute parce que ce n'était pas tout à fait la vérité, tout simplement. En même temps, vu ce qu'elle avait entendu sur lui, elle ne pouvait que douter de la véracité de ses propos. Lui, venir volontairement en aide à une pauvre demoiselle en détresse juste comme ça, alors qu'il tuait pour 3 fois rien... A moins qu'il ne soit réellement sérieusement instable psychologiquement, ce qui n'était pas forcément une bonne nouvelle, la jeune amérindienne restait dubitative sur son excuse. Certes, ses blessures correspondait à un violent combat mais de là à prouver ses dires, il en faudrait plus.

Il était temps de s'occuper de sa cuisse, maintenant que toutes les autres plaies étaient correctement nettoyées et protégées. Et voilà qui sembla le ramener violemment sur terre. Tiens, monsieur à mal aussi parfois. C'est dommage parce que là, elle serait obligée de continuer le temps que sa blessure reprenne un aspect convenable. Pas par sadisme ni rien, mais elle ne tenait pas à le voir se vider de son sang sous son nez ni d'entendre dire qu'il avait perdu sa jambe faute de soin. Par contre, il semblait vraiment rageur d'être ainsi découvert en position de faiblesse. Réaction logique vu le personnage qu'on lui avait décrit. Elle le laissa donc grommeler dans sa barbe tandis qu'elle continuait ses soins.

« Qu’est-ce qu’on peut faire dans un cas comme ça ? »

Un instant, la jeune indienne arrêta son geste. Elle le reprit et le termina, finissant de bander la plaie causée par un coup magique, avant de tourner son regard tour à tour vers Eryn puis vers Nelgaroth. Le professeur semblait réellement un peu perdu, cherchant son soutien. Finalement, elle lui donnait même les rênes pour régler ce problème? Cette idée ne lui plaisait qu'à moitié. Si elle laissait la jeune précolombienne prendre la décision à sa place, d'autres pourraient en profiter. Elle ne voulait pas que cela arrive.

Quant à l'autre qui la fixait avec son regard bestial, elle haussa les épaules. Il attendait, simplement. Mais son arme était toujours là. Alors, l'apprentie déesse se leva et retira la lame du sol, sans aucun souci grâce à son contrôle des limites, laissant Nel se trouver un autre appui ou se laisser tomber allonger. En attendant, la lame fut déposée le plus loin possible dans la pièce et s'il le fallait, elle la ferait passer par la fenêtre. Elle braqua son regard neutre et glacial malgré sa couleur ambré dans celui de l’apprenti dieu afin d'être certaine de bien se faire comprendre.

"- Si tu as d'autres armes sur toi, je te conseille de me les remettre gentiment. Elles te seront toutes rendues une fois que le professeur de chimie à qui tu dois des heures de colle jugera que tu as accompli ton du. A savoir, la sanction qu'elle te donnera ainsi que la remise en parfait état de la salle que tu as saccagé."

Ainsi, elle respectait la volonté d'Eryn qui avait une vision bien à elle des heures de colle et de comment les occuper tout en s'assurant que le jeune homme prendrait également conscience de l'adage 'qui casse, répare'. La violence ne servirait à rien et elle n'en voulait pas. L'humilié, pourquoi faire? Une leçon intelligente serait tout aussi profitable. Et peut-être que le fait de rester en compagnie de la prof blonde lui laisserait le temps de réfléchir à ses actes et de s'excuser.

"- Si tu t'acquittes de tes tâches correctement et sans débordement, tout le monde 'oubliera' l'épisode de la dévastation de la salle. Par contre, si tu tentes quoi que ce soit, tu t'exposes à de lourdes conséquences. Alors réfléchis bien."


Un deal, oui. Elle et Eryn ferait abstraction de ce qui c'était passé s'il coopérait. Par contre, dans le cas contraire, l'apprentie déesse n'hésiterait pas une seconde à intervenir. Maintenant, il avait toutes les cartes en main alors qu'elle le fixait calmement, sans le jauger ni quoi que ce soit. Simplement neutre. Ce qui était sans doute encore plus déstabilisant pour quelqu'un comme lui que de lire de la colère, de la peur ou n'importe quelle expression sur un visage. le sien ne laissait rien paraitre, de même que son corps, parfaitement impassible.
♦ Rose ou chou ? : rose
♦ Combien de rides ? : 23
♠ Petits messages : 72

Feuille de personnage
Niveau:
3/30  (3/30)
Expériences :
2750/1000  (2750/1000)
Votre domaine: La Maternité
avatar
Professeur de Physique/Chimie
Professeur de Physique/Chimie
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Il y en qui vont passer un sale quart d'heure... Mais qui ? - Dim 11 Aoû 2013 - 14:31

    " - Quatre élèves s'en sont pris à une jeune fille. Résultat, je les ai descendus. »

    Fout toi de ma gueule je ne te dirais rien… Tu oses prétendre que tu as défendu une jolie donzelle, et puis quoi encore ? Tu n’as pas hésité une demie seconde à me transpercer deux comme un bout de saucisson. C’est du foutage de gueule niveau professionnel. Dis de suite que tu es tombée sur plus fort que toi. Je n’en suis pas vraiment mécontante mais t’as quand même une sale gueule.

    Le point positif, c’est que grâce à son effronterie que je retrouve mes esprits. Je déteste qu’on se foute de ma gueule comme ça. Pourtant, j’ai la présence d’esprit de fermer ma grande gueule. Ma salle de cours ressemble plus à un tas de débris qu’à autre chose pour l’instant, j’ai pas envie de jouer au plus con avec quelqu’un qui pouvait nous exploser la gueule d’une simple pensée. Quoi que, peut-être Aby pourrait-elle nous sauver.

    J’admets que ma question craint, mais en même temps je ne suis pas coutumière de l’univers dans lequel j’évolue actuellement, et je ne connais pas les mesures de sécurité à prendre avec les apprentis dieux dangereux… Si de telles mesures existent… Après tout, ça peut aussi être la merde à ce niveau-là, Déus a pu se dire « débrouillez-vous tout seuls. » Ca semblerait cohérent avec ce que je découvre dans ce monde. Il abandonne la Terre, puis il abandonne la DA, ça serait logique. Ce type est un putain de faignant.

    Aby prend les devants et si je lui en suis gré, j’ai légèrement peur que ça foute encore plus la merde. Après tout elle reste une élève. Mais elle prend les bonnes décisions, et je ne suis pas encore assez conne pour réaffirmer mon autorité pour disperser la sienne. Quand papa et maman se disputent, bébé est le seul roi à la maison. J’en ai conscience. Alors je ne dis rien, je me contente de reprendre mon air débonnaire et mon sourire habituel.

    « Il n’y a pas de cellules de dégrisement magique, ou d’artéfacts qui l’empêcheraient de perdre le contrôle sur son pouvoir ? »

    C’était plus à ça que je pensais en parlant de cas, mais je pense que ça ne sert à rien de préciser. Leurs regards surpris me répondent, s’il existe de telles choses ils n’en ont aucune idée. Merde, c’est pas cool. Je soupire.

    « J’ai dû lire trop d’héroïc fantaisy. »


    Je m’approche du malade qui semble à deux doigts d’exploser à nouveau. Je fouille dans une poche de ma blouse blanche et j’en sors un bonbon. Je le lui tends. Je suis conne, pas méchante.

    « Allez mange ça, un peu de sucre t’empêchera de tourner de l’œil. As-tu besoin qu’on t’amène à l’infirmerie ? »


    Je me tourne avec un sourire confiant vers Aby, je ne mets pas en doute ses premiers soins. Elle est géniale cette gamine… Qui est peut-être plus âgée que moi par ailleurs… Je lui poserais peut-être la question un jour. Je ne ressens pas le besoin de me justifier, mais tout de même, il faut enfoncer le clou. Qu’il réalise bien que je ne suis pas sa copine. Ma voix est sèche.

    « J’ai pu voir à quel point ils étaient utiles suite à ma première rencontre avec ce jeune homme. »
Invité
avatar
Invité
Re: Il y en qui vont passer un sale quart d'heure... Mais qui ? - Dim 15 Sep 2013 - 21:45
« Il n’y a pas de cellules de dégrisement magique, ou d’artéfacts qui l’empêcheraient de perdre le contrôle sur son pouvoir ? »

Un instant de stupeur, la surprise put se lire une fraction de secondes sur le visage de la jeune indienne. Une cellule de dégrisement magique, des artefacts pour empêcher de perdre le contrôle? En soi, ce n'était pas une mauvaise idée. Cependant, cela n'existait pas et ne pourrait jamais exister. Tous les dons étaient bien trop différents les uns des autres, avec des natures insoupçonnées. Pour stopper quelque chose, il faut en connaitre l'origine. Leurs Domaines Divins faisaient partis d'eux. Remarque, dans ce cas, la solution paraissait évidente. il suffisait de tuer quelqu'un pour le mettre hors d'état mais elle s'y refuserait tant que cela serait possible. Elle n'était pas une tueuse. Une chasseuse oui, une traqueuse même, mais cela n'avait rien à voir.

« J’ai dû lire trop d’héroïc fantaisy. »

Héroïc-fantasy? Encore quelque chose qu'elle ne connaissait pas. Il faudrait qu'elle se renseigne là-dessus. Mais bon, ce n'était pas sa préoccupation principale du moment. S'étant assurée que pour le moment, elles ne risquaient plus rien de la part de Nelgaroth, elle restait proche du professeur de Chimie, se demandant à quoi elle jouait en venant se rapprocher encore davantage de son élève meurtrier. La jeune précolombienne se tient prête à intervenir mais non, pas besoin. La petite blonde se contente de lui tendre une sucrerie. Pour le coup, elle a du mal à comprendre son geste. Serait-ce une sorte de cadeau pour s'être contenu?

« Allez mange ça, un peu de sucre t’empêchera de tourner de l’œil. As-tu besoin qu’on t’amène à l’infirmerie ? »

Ah, il s'agissait simplement de lui fournir un peu d'énergie pour ne pas le laisser s'évanouir. Elle noterait ça tiens, garder du sucre sur elle ou quelque chose s'en approchant. Bien sûr, Nelgaroth ne répondit pas à la question de la jeune femme blonde mais il n'avait pas besoin de le faire. Au vu de sa grande faiblesse physique, de sa fatigue psychologique pour avoir malgré tout fait l'effort de détourné son pouvoir et avec les blessures qu'il possédait déjà, un passage par l'infirmerie se montrait obligatoire. Et le plus vite serait le mieux.

« J’ai pu voir à quel point ils étaient utiles suite à ma première rencontre avec ce jeune homme. »

Tiens, maintenant, elle choisissait d'en remettre une couche. Vraiment étrange cette prof. Enfin, ce n'était pas le moment de se poser trop de questions car malgré les premiers soins de l'indienne et la sucrerie de la prof de chimie, son souffle était court et rapide, trahissant le fait qu'il était vraiment en mauvais état. Et tel qu'il était, il ne pourrait remplir aucun heure de colle ni accomplir aucune des tâches lui étant dévolues. Alors, pour qu'il se rendre bien compte de ce qu'il avait fait et qu'il supporte le poids de ses actes, autant qu'il soit en pleine possession de ses moyens.

"- Mes soins ne sont que superficiels et au vu de son état, il est plus urgent de l'emmener se faire soigner que de continuer à lui faire morale. Il y a de fortes chances que, au vu de sa faiblesse, il ne comprenne même pas ce que nous lui disions. Vous aurez l'occasion de remettre les choses au point avec lui une fois qu'il sera remis, afin qu'il accomplisse son devoir. Mais pour le moment, je ne tiens pas à avoir un mort sur les bras, peut importe de qui il s'agisse...."

Grâce à son contrôle des limites, relever le jeune homme se révéla plutôt facile mais au bout de 2 pas, elle se résigna à devoir le porter bel et bien. Il était encore plus à bout de forces qu'elle ne l'avait pensé. Eryn la suivit donc, la devançant pour lui ouvrir le chemin et tenir les portes au passage de la jeune indienne et de son drôle de fardeau tandis qu'elle traversait l'Académie pour se rendre jusqu'à l'infirmerie. Une fois arrivée, elle dut patienter un peu avec son blessé, l'infirmerie étant fermée mais heureusement, déjà, la responsable arrivait en courant et prit rapidement le relai, faisant un diagnostic précis de l'état de Nelgaroth avant de congédier les deux femmes, les remerciant de lui avoir amené ce blessé avant qu'il ne soit mort. L'amérindienne prit cependant le temps de la prévenir de la dangerosité du jeune homme, que l'infirmière nota, avant de sortir de la salle et de se retrouver seule dans le couloir avec Eryn.

"- Eh bien, on dirait que cet épisode est clos. Du moins pour le moment. Si vous désirez à nouveau mon aide, vous savez où me trouver alors n'hésitez pas à venir me chercher. Sur ce, je vais vous laisser, j'ai encore des cours qui m'attendent en fin de journée."

Elle salua respectueusement la prof de chimie avant de prendre le chemin du dortoir afin de retrouver Kirara dans sa chambre. Elle avait un peu de temps avant son prochain, un peu de repos ne serait donc pas de refus.
Invité
avatar
Invité
Re: Il y en qui vont passer un sale quart d'heure... Mais qui ? - Mar 17 Sep 2013 - 20:14

Aby', ou la protectrice des enseignants ! /PAN/
J'avais déjà lu la première partie qui m'avait plu (une prof se faire couper en deux ... bref). Et franchement je ne m'attendais pas à ce genre de fin -surtout que l'excuse "bidon" de Spectre n'était pas si bidon que ça, il a juste exagéré les choses x)
M'enfin, c'était sympa quand même malgré la fin assez inattendu -en même temps sans Spectre ça sera difficile !

Eryn : 230 xps
Abygaïl : 250 xps

Xps attribués : Yep
Il y en qui vont passer un sale quart d'heure... Mais qui ?
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Sale quart d'heure [Libre]
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Peut-on se passer de la farine de blé ?
» Que ce passe-t-il dans le tome 9 ?
» Elections:INITE et L'odeur des dollars de Petrocaribe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Bâtiment des cours :: Salles de cours-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page