Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Per gratus mihi venis [Pv Abygaïl]

Invité
avatar
Invité
Per gratus mihi venis [Pv Abygaïl] - Dim 7 Juil 2013 - 20:27
Un, puis deux toussotements vinrent s'ajouter aux crépitements redondants du feu qui l'entourait. Il sentait les flammes lui lécher les bras, le visage, rougir sa peau blanche pour mieux la réduire à l'état de lambeaux cendrés. L'odeur âcre du brulé ne manqua pas non plus d'accentuer la douleur, pourtant déjà bien présente, qui le tiraillait en lui rongeant les poumons. Devant la difficulté croissante qu'il avait à respirer, Neal tenta dans un geste désespéré de bloquer toutes particules susceptibles de lui pourrir un peu plus les bronches: il plaça sa manche noircie contre son nez endolori, puis avança à tâtons dans ce tableau apocalyptique, malgré sa vision brouillée et son esprit anesthésié par la chaleur ambiante. 
Mais à quoi bon lutter? Il n'avait désormais plus aucune raison de goûter aux joies de la vie, aucun point d'attache avec ce monde trop mal fait, albums photos et cassettes souvenir mis à part. Chloé était morte. Kate était morte. Il n'avait pas la prétention de vivre pour elles, de profiter pleinement de l'existence que le bon Dieu au dessus de sa tête lui avait refilée. Qu'il les rejoigne alors! La mort le délivrerait probablement du fardeau qui lui pesait sur les épaules depuis ce jour maudit -celui qui avait signé la perte de son humanité par pur égoïsme. Il avait tué son supérieur quelques mois auparavant, un épisode que les exorcistes n'avaient certainement pas dû ignorer. Se lever chaque matin en se demandant si l'heure de suivre la Grande Faucheuse était venue ne s'avérait pas particulièrement agréable. Neal en faisait régulièrement les frais.
Alors pourquoi s'entêter à chercher un moyen d'échapper à ce cauchemar? Pourquoi ne pas s'allonger par terre en attendant que le sommeil éternel vienne le cueillir tranquillement? Pourquoi continuer à subir quand il pouvait se laisser aller au repos absolu? Lui-même n'en avait aucune idée. Peut-être que son vieil instinct de survie avait momentanément repris le dessus. En vain. Neal se sentait un peu plus partir à chacun de ses pas. Il allait crever, c'était certain. Tant pis. Doucement, il s'adossa au mur le plus proche, ferma les yeux et attendit que l'Enfer l'engloutisse définitivement.

Ce qui l'arracha de sa sieste improvisée ne fut ni le silence, ni la dureté du sol mais l'odeur. Le parfum du roussi, aussi (dés)agréable pouvait-il être, avait laissé place à une toute autre senteur. Celle de la pierre sans doute. Neal ouvrit lentement les yeux. Si son esprit était encore engourdi, la vue des alentours ne manqua pas de le réveiller avec la force d'un coup de fouet.
Un temple. Il avait la certitude de se trouver actuellement dans un temple. Mais de quel type? Là résidait le plus grand mystère, après celui de son arrivée. Bien que n'étant pas particulièrement calé en architecture, toutes les connaissances assimilées au cours de ces 33 dernières années lui permirent de conclure qu'effectivement, les archéologues n'étaient jamais tombés sur une pareille bâtisse. Tout cela était... Fort étrange. 
Neal se leva prudemment, s'attendant à ce qu'une douleur fulgurante vienne démonter méticuleusement chacun de ses membres. À sa plus grande surprise, rien ne se produisit: même son apparence était impeccable. Personne n'aurait pu envisager qu'il venait d'échapper (ou non) à une immolation par le feu. Plus les secondes passaient, plus les interrogations se faisaient pesantes. La première restait évidemment celle que toute personne normalement constituée devrait se poser au vu de la situation. Malgré sa condition de démon, Neal ne fit pas exception à la règle: la question "Où suis-je" suivie d'un joli "Que s'est-il passé" ne tardèrent pas à monopoliser le cours de ses pensées. Il se savait dans un temple -ou du moins, dans un lieu qui y ressemblait fortement- parfaitement fringué (comme d'habitude) et frais comme une rose alors qu'il se voyait brûler quelques instants auparavant. La logique de la chose lui échappait. 

-Aurait-on eu l'amabilité de m'offrir une seconde chance? lança-t'il dans le vide, à moitié ironique. 

Et cette seconde chance, il n'en voudrait pas. Tout ce dont il avait envie et besoin se résumait à un seul mot: néant. Flotter dans un espace infini, la tête vide de toutes réflexions et le coeur privé d'émotions, voilà à quoi ressemblait le Paradis pour lui. Qu'on lui foute la paix une bonne fois pour toute s'il vous plaît.

-Aaah, bordel.

Grand soupir. Bien que l'endroit en question était superbe, Neal ne se sentait pas d'humeur à rester planter là. Deux ou trois coup d'oeil nerveux lui permirent de trouver la sortie qui ne tarda pas à disparaître sous une lumière aussi blanche qu'aveuglante. Une figure masculine se détacha peu à peu de cette clarté éclatante avant de lui tendre une feuille qu'il saisit sans vraiment s'en rendre compte, muet de stupéfaction.

-Bienvenue dans la Deus Academia, âme errante. Il ne tient plus qu'à toi de te surpasser...

Les portes que Neal toisait du regard quelques minutes plus tôt s'ouvrirent brusquement et, ni une ni deux, l'homme disparut aussi rapidement qu'il était apparu, laissant le nouveau venu seul face à un parc d'où s'échappaient bon nombre d'effluves pas peu agréables. Quelques secondes lui furent nécessaires pour qu'il puisse reprendre pleinement ses esprits. La feuille que cet illustre inconnu lui avait donnée ne l'aida que peu, voire pas du tout, dans sa recherche d'informations. Peut-être que quelqu'un pourrait lui fournir les réponses qu'il cherchait tant. 
Sur ce, Neal réduisit les quelques mètres qui le séparaient de la sortie et mit enfin le nez dehors.
Invité
avatar
Invité
Re: Per gratus mihi venis [Pv Abygaïl] - Dim 7 Juil 2013 - 21:46
Une journée qui s'annonce comme toutes les autres. Dehors, le temps est au beau fixe et la jeune indienne profite des premiers rayons du soleil avant tout le monde, depuis le parc de la Deus. A cette heure-là, elle ne devrait pas encore avoir quitté sa chambre mais elle ne fait rien de mal. Elle partage un morceau de pain avec les moineaux qui se réveillent, laissent les écureuils venir sauter en tous sens et les lapins discrets remuer les moustaches en l'observant d'un œil curieux. Elle aime ce calme ambiant et serein, cette tranquillité et cette paix qui suinte de chaque seconde. De tout être l'entourant. La nature se réveille à peine, le Monde ne se rappelle pas encore qu'il a pu être blessé un jour précédent, comme si sa mémoire était effacé le temps que ses souvenirs se ravivent et que la routine habituelle ne reprenne sa place.

Avec le lever du soleil, le brouhaha lointain annonçant que la Deus elle aussi sort de son ralenti nocturne. Alors, elle se relève doucement, saluant de la main ses compagnons à poils et à plumes avant de se diriger vers la cafétéria avant que cette dernière ne soit prise d'assaut par les estomacs creux et criant famines de tous les apprentis-dieux. Un petit déjeuner assez copieux ce matin, elle sent que la journée sera longue sans trop savoir pourquoi. Mais depuis le temps, elle a appris à se fier à son instinct et ce dernier ne lui a jamais fait faux bond. Et puis, elle n'a que peu de cours aujourd'hui, cela lui laissera du temps pour se rendre dans les Terres inexplorées. Elle a encore des choses à apprendre, à découvrir. Son carnet à beau être pleins de notes en tout genre, elle sait qu'il lui manque encore tant de choses. Mais les cours d'abord. Le Conseil aussi.

Oui, en prenant le temps d'y réfléchir, elle commence à avoir des responsabilités ici. Comme celle qu'elle avait dans un sens toujours refusées et fuies de son vivant. A croire qu'au moins la mort lui avait appris cela, chacun avait une place et un rôle à jouer, auquel il était impossible d'échapper. Sur Terre, elle avait fait son possible pour s'y soustraire, ses devoirs la retrouvaient dans la mort. Et finalement, ce n'était pas si terrible, il fallait bien l'admettre. Mais les choses avaient tellement changées à côté de cela. Où étaient passés les siens? Son peuple, sa famille, sa terre natale même, plus rien n'était semblable. Un soupir lui échappa. Le monde avait cruellement changé en 200 ans. Une forme de punition ou une mise à l'épreuve, pour voir si elle était capable de s'adapter? Peu importait au final. Elle était là, c'était la seule chose à retenir pour sa part.

Ses pas l'avaient guidés devant l'entrée du Temple, alors qu'elle se rendait la Bibliothèque afin de vérifier quelques notions d'histoire qu'elle n'était pas certaine d'avoir bien saisi. Les moineaux tourbillonnaient autour d'elle et elle tendit la main, une merlette venant se poser sur son doigt un instant, lui arrachant un léger sourire lorsqu'un grincement sourde se fit entendre, faisant s'envoler en nuée tous les emplumés du coin. Illico, son regard se tourna vers la porte du Temple et sur le pas de ce dernier, une silhouette apparut. Celle d'un homme, jeune. De l'époque contemporaine mais visiblement perdu. Un nouvel arrivant à n'en point douter vu son regard. Un instant, elle se contenta de l'observer, essayant de deviner s'il serait professeur élève ou repenti. Mais à ce jeu-là, elle avait toujours été mauvaise. Alors, elle fit un pas dans sa direction, toujours aussi calme et tranquille qu'à son habitude, le visage plutôt neutre mais restant avenant.

"- Bonjour. Vous venez juste d'arriver n'est-ce pas? Soyez le Bienvenue à la Deus Academia dans ce cas."


Déjà, le laisser digérer ça, ne pas y aller trop vite. Il fallait admettre que cela faisait toujours un choc de se réveiller après être mort. D'ailleurs, comment avait-il fini sa vie terrestre lui? Bonne question qu'elle ne lui poserait pas, cela ne la regardait aucunement au final.

"- Je m'appelle Abygaïl Lullaby. Je suis ici depuis quelques mois maintenant alors, si vous avez des questions, je pourrais peut-être vous aider et y répondre."


Des questions? Il en aurait forcément. C'était une évidence. Qui n'en aurait pas dans un tel cas de figure. Ils avaient tous ce point en commun en arrivant ici. Ils étaient censés être morts. Avoir terminés d'exister, fini leur vie une bonne fois pour toute. Mais non, les voilà qui se réveillaient indemnes dans cet endroit étrange. Alors, simplement debout face à lui après s'être inclinée suite à sa présentation, elle attendit de savoir qui était cette personne et qu'elle serait sa première question.
Invité
avatar
Invité
Re: Per gratus mihi venis [Pv Abygaïl] - Lun 8 Juil 2013 - 20:23
Les rayons du soleil furent les premiers à accueillir Neal, aussitôt rejoints par le gazouillement des oiseaux. Seule une fine silhouette perturbait le tableau champêtre qui se dressait face à lui: cette dernière s'approcha de quelques pas, se faisant de plus en plus visible. Une jeune femme se tenait désormais non loin de lui. Aucun sentiment d'animosité semblait s'émaner d'elle, un constat qui permit au nouveau venu de se détendre partiellement. Peut-être pourrait-elle l'éclairer, lui expliquer par quel miracle sa petite personne avait atterri ici, en un seul morceau. 

- Bonjour. Vous venez juste d'arriver n'est-ce pas? Soyez le Bienvenue à la Deus Academia dans ce cas.

La Deus Academia? Probablement le nom de cet endroit. Neal n'avait pas réellement fait attention aux paroles de l'homme étrange qui l'avait accueilli, trop occupé à se demander s'il rêvait ou non. Mais effectivement, ces deux mots ne lui étaient pas totalement étrangers. Il n'empêchait que s'il savait maintenant "où" il se trouvait, il était quasiment certain de n'y avoir jamais mis les pieds, ou même d'en avoir entendu parler. Les environs eux-mêmes ne lui étaient pas familiers. L'hypothèse qui lui paraissait la plus valable -ou en tout cas, la moins saugrenue- restait celle d'une projection de son inconscient. Un mélange entre plusieurs sites qu'il avait déjà eu l'occasion de voir, ne serait-ce qu'en carte postale, et servant probablement de point de passage entre la vie et la mort. Neal avait lu certains témoignages plus ou moins passionnants, ceux de rescapés qui avaient frôlé le décès prématuré avant de revenir au monde réel. Entre tunnels sombres et rencontres avec des proches déjà partis vers l'Au-Dela, tout y passait. Alors... Etait-il encore vivant? 
Non, il ne fallait pas s'emballer. Même si le Destin l'avait épargné, rien de franchement excitant l'attendait dehors sauf peut-être une bande d'exorcistes en colère, prêts à lui faire la peau. Dans un sens, il était préférable pour lui de se savoir six pieds sous terre.

- Je m'appelle Abygaïl Lullaby. Je suis ici depuis quelques mois maintenant alors, si vous avez des questions, je pourrais peut-être vous aider et y répondre.    

- Enchanté, Mademoiselle Lullaby. Je m'appelle Neal Ackles Hawkins et effectivement, je pense avoir de quoi monopoliser vos prochaines minutes.

Il se tut pendant quelques secondes, peu certain de savoir par où commencer. Les questions valsaient allègrement dans sa tête, germaient à une vitesse folle et en faisaient naître d'autres par la même occasion. Voilà qui l'arrangeait grandement. Il se devait d'être clair, rapide et concis, ne serait-ce que pour ne pas faire perdre trop de temps à cette demoiselle. Abygaïl Lullaby... Décidément, aucune personne de ce nom lui revenait en mémoire. Il était certainement déjà mort, aux portes du Paradis. Le parc était en fait ce que les chrétiens appelaient, appellent et appelleront "Jardin d'Eden" tandis que le type louche à l'entrée représentait l'être tout puissant communément nommé Dieu? Abygaïl, quant à elle, pouvait être un ange. Sans ailes. 
La bonne blague. Neal avait certes grandi dans la culture protestante propre aux Américains mais ne s'était jamais senti pleinement croyant. Un "démon religieux", ça le faisait mal. 
Trêve de plaisanterie, le moment d'y aller franco était venu. Il refocalisa toute son attention sur la jeune femme, fin prêt à lui poser les questions qui le démangeaient depuis son réveil.

- J'aimerais d'abord être fixé sur un point. Suis-je... Encore vivant?

Il était étrange de se dire ça. En tout cas, Neal ne se "sentait" pas mort. Un rêve ou une manifestation psychique digne de toutes les études freudiennes, éventuellement... Vu la situation, toutes les explications se valaient. Il nageait dans le flou: si on pouvait au moins l'éclairer sur son actuelle condition, une bonne partie de la mélasse dans laquelle il était plongé disparaîtrait probablement. Mais à quel prix?
Invité
avatar
Invité
Re: Per gratus mihi venis [Pv Abygaïl] - Mar 9 Juil 2013 - 9:56
Ses premières paroles avaient provoquées un léger blanc, comme une sorte de réflexion intense chez la personne face à elle. C'était presque étonnant. En général, les gens se mettaient presque aussitôt à la harceler de question avant même qu'elle ne puisse articuler un mot de plus mais pas lui. Il semblait tenter de prendre un certain recul, à moins qu'il ne tâche déjà de faire le tri dans ses interrogations? Qui sait, elle n'était pas devin. En tout cas, il ne paraissait ni paniqué ni complètement perdu. Plutôt surpris de se retrouver là mais il gardait son calme.

- Enchanté, Mademoiselle Lullaby. Je m'appelle Neal Ackles Hawkins et effectivement, je pense avoir de quoi monopoliser vos prochaines minutes.

Neal Ackles Hawkins. Pourquoi ce nom lui disait-il quelque chose? Mais bon, ce n'était pas la question du moment alors elle chercherait à approfondir ce détail un peu plus tard. Elle ne savait pas d'où venait l'homme face à elle, sans doute d'une période récente au vu de la façon dont il était habillé, mais il était d'une grande politesse. C’était plutôt rare de nos jours. Un instant, elle se cru presque revenir au temps des siens, ce qui lui arracha une esquisse de sourire. Non, si elle pensait cela, la mélancolie risquait de revenir et elle ne le voulait pas. Pour le moment, elle était là pour aider Neal, pas pour ressasser d'anciens souvenirs, aussi agréables puissent-ils être.

Il s'était tut quelques secondes, sans doute le temps pour lui de réfléchir à la question la plus adéquate à poser en priorité. Après tout, Une fois que l'on vient de mourir, les questions ce n'est pas ce qui manque. Comme il semblait un peu perdu au milieu du flot de ses pensées, elle ne dit rien, attendait simplement qu'il se décide à parler. Puis, son attention revient toute entière se focaliser sur la jeune amérindienne avant qu'il ne finisse par exprimer sa première question.

- J'aimerais d'abord être fixé sur un point. Suis-je... Encore vivant?

La façon de tourner sa phrase ne l'aidait pas beaucoup. Car pour le coup, le 'Oui' comme le 'Non' pouvait correspondre à sa question. Elle prit donc une légère inspiration avant de lui répondre sur un ton calme et le plus serein possible.

"- Oui et non. Sur Terre, vous êtes mort. Officiellement et définitivement. Cependant, Deus vous a choisi. Ne me demandez pas comment ni pourquoi car malheureusement personne ne possède cette réponse à ce jour. Toujours est-il que les personnes choisi par Lui se réveille toute ici un jour où l'autre."

Elle laissa à nouveau un certain temps de latence afin que Neal puisse enregistrer tout ce qu'elle venait de lui dire. Au moins, il avait accueil tranquille. Elle se rappela son arrivée, sa blessure, la rencontre de l'infirmière démoniaque. Elle avait eu de quoi être sérieusement perdue aussi en débarquant ici. Au moins, il n'y avait apparemment pas de trop gros décalage temporel entre son époque d'origine et celle de l'Académie actuellement, cela serait un bon point pour lui.

"- Toutes les personnes qui se trouvent ici ont un but en commun: devenir des Dieux. Vous avez dû recevoir une feuille de la part de l'Homme qui vous a accueilli ici. Dessus, il y a pas mal de renseignements qui pourront vous être utiles. Votre statut ici par exemple, la nature de votre pouvoir aussi. Moi, je suis une élève et apprentie-déesse des animaux pour vous donner une idée."


Bon, ne pas lui balancer trop de données en même temps. Le pauvre devait déjà avoir assez de mal à bien réalisé ce qui lui arrivait sans qu'elle n'en rajoute des tonnes. Elle pouvait apercevoir la feuille dont elle lui avait parlé encore serrée dans sa main. Elle espérait que ce support traditionnel et palpable, réel, l'aiderait peut-être à mieux comprendre ce qu'il lui arrivait. Elle restait à sa place, les moineaux revenant d'eux-mêmes lui tourner autour tandis qu'elle attendait une réaction de la part de Neal. De nouvelles questions, de la colère, de la détresse,... Elle ne savait pas comment il allait réagir alors elle préférait se préparer un peu à tout. Et dire qu'il n'y avait pas si longtemps que cela, c'était elle qui avait été à sa place, nouvelle arrivante dans un monde parfaitement inconnu.
Invité
avatar
Invité
Re: Per gratus mihi venis [Pv Abygaïl] - Dim 14 Juil 2013 - 21:22
- Oui et non. Sur Terre, vous êtes mort. Officiellement et définitivement. Cependant, Deus vous a choisi. Ne me demandez pas comment ni pourquoi car malheureusement personne ne possède cette réponse à ce jour. Toujours est-il que les personnes choisi par Lui se réveille toute ici un jour où l'autre.

Neal fut prit d'une sensation fort désagréable, comme si un piano à queue venait de lui tomber gentiment dessus. Son coeur manqua un battement, sa respiration fut coupée pendant une fraction de seconde. Il mentirait s'il disait qu'il ne s'attendait pas à une telle "révélation": simplement, il ne se sentait pas capable d'accepter son actuelle condition de décédé les bras ouverts. Et malgré l'absurdité de la situation, les explications d'Abygaïl semblaient offrir une certaine logique aux événements précédents, suffisante pour satisfaire le grand partisan du rationnel qu'il était. Le voilà mort. Si de son vivant Neal espérait rapidement trouver le repos éternel, il ne pouvait s'empêcher de regretter son existence sur Terre. Paradoxe, quand tu nous tiens... 
Il n'empêchait que cette réponse, bien que complète, claire et concise, s'avérait plus difficile à avaler qu'autre chose. Tout ceci semblait tellement gros. Et pourtant, les événements semblaient s'emboîter à merveille. Lui dans les locaux de la CIA, l'incendie, sa perte de conscience puis son réveil. Et enfin, sa rencontre avec Abygaïl ici, à la Deus Academia. Il n'était pas particulièrement friand des histoires de réincarnation mais l'aplomb avec lequel la demoiselle parlait ne faisait que rajouter du crédit à l'hypothèse qu'en effet, il était revenu d'outre tombe. Mais dans un autre monde, un autre univers ou une autre dimension régi par une entité nommée Deus. Deus... Dieu? Neal reporta son attention sur la jeune fille, qui reprit le court de ses explications. Dans un sens, il se sentait reconnaissant à son égard. Un peu coupable aussi: il avait vraiment besoin d'un point de repère et Abygaïl assumait parfaitement et patiemment ce rôle.

- Toutes les personnes qui se trouvent ici ont un but en commun: devenir des Dieux. Vous avez dû recevoir une feuille de la part de l'Homme qui vous a accueilli ici. Dessus, il y a pas mal de renseignements qui pourront vous être utiles. Votre statut ici par exemple, la nature de votre pouvoir aussi. Moi, je suis une élève et apprentie-déesse des animaux pour vous donner une idée.

Le regard de la jeune femme se dirigea vers le morceau de papier qu'il tenait encore sans s'en apercevoir. Tiens, il l'avait complètement oublié celui-là. D'un mouvement lent, il déplia son Graal pour le lire en diagonale, ne retenant que les points les plus importants. Les mots "Apprenti dieu", "Professeur" et "Stratégie/combat" attirèrent son attention. Lui qui n'avait aucune expérience du monde éducatif endossait désormais le rôle d'un enseignant, espèce tant détestée par les adolescents. Ô joie. Neal releva la tête et avisa du regard les oiseaux qui venaient se rassembler autour de l'apprentie-déesse. Drôle de tableau. Elle semblait attendre sa réaction, toujours calme et sereine. Combien de personnes avait-elle accueillie ici? Depuis combien de temps était-elle seulement arrivée? Elle semblait tourner autour de la vingtaine, au grand maximum. À son âge, la majorité des personnes de son époque essayaient de profiter de leur jeunesse avec le plus d'entrain possible, et visaient l'excès sans grande arrière pensée. Abygaïl semblait différente, plus mature. L'aura qu'elle dégageait jouait pas mal, à dire vrai.

- Alors nous aurons probablement l'opportunité de nous croiser en cours. J'espère que vous n'avez aucun ressentiment envers les professeurs en général fit-il en souriant à moitié.

Sur ce, il continua sa rapide lecture, piochant par-ci par-là des termes relatifs à ce qu'on appelait ici "Domaine Divin". Probablement ce qui se rapprochait le plus du dont parlait Abygaïl. L'altération mentale. Eh bien, voilà qui était fort sympathique. Au moins, il disposait maintenant de capacités surnaturelles pour se défendre -capacités qu'il n'avait plus besoin de cacher. Sa nature de démon n'avait pas eu que des avantages, bien au contraire. Mais l'heure de regretter son pacte n'était pas encore venue. D'autres questions lui démangeaient la langue, lui rappelant par la même occasion la position de faiblesse dans laquelle il se trouvait. Ne pas avoir le contrôle sur ce qui l'entourait, brr. Il n'aimait pas ça.

- Notre domaine divin correspond à ce fameux pouvoir, c'est cela?
Invité
avatar
Invité
Re: Per gratus mihi venis [Pv Abygaïl] - Lun 15 Juil 2013 - 9:57

Ce n'est que lorsque que la jeune indienne parla de la feuille en question que le jeune homme sembla réaliser sa présence entre ses doigts. Cela n'avait rien d'étonnant, elle-même avait eu pour premier réflexe de ranger cette dernière et ne l'avait ressortie qu'après sa rencontre avec une personne de l'Académie. Elle laissa donc tout le temps nécessaire à Neal pour parcourir ce papier aussi insignifiant qu'important à partir de cet instant pour sa nouvelle vie. Elle ne savait pas ce qu'il allait y découvrir. Peut-être des choses qui lui feraient plaisir mais aussi peut-être des détails qui ne lui plairaient pas du tout. Finalement, la lecture de ce bout de papier banal se révélait souvent comme un genre de loterie au final, car en débarquant ici, rien ne laissait jamais présager de ce que les gens allaient y découvrir. Lorsqu'il releva enfin la tête, il eut un demi sourire avant de prendre la parole.

- Alors nous aurons probablement l'opportunité de nous croiser en cours. J'espère que vous n'avez aucun ressentiment envers les professeurs en général.

Professeur donc. Et vu sa réaction première, il ne semblait pas spécialement enthousiasmé par ce choix que la Deus lui avait imposé. En tout cas, il en parlait comme d'un souvenir qui pour lui n'était guère agréable. A son époque, peut-être que les cours étaient quelques chose de rébarbatif et de mal aimé mais elle n'avait pas ce genre de vision. De son vivant, les cours tels qu'ils étaient pratiqués ici n'existaient pas parmi son peuple alors elle ne possédait pas ce genre de préjugés que beaucoup devaient posséder.

"- Je serais de vous y revoir. Quant à avoir un quelconque ressentiment pour les enseignants de matières diverses, ce n'est pas mon cas. Je préfère considérer les gens pour ceux qu'ils sont réellement et pas pour leur place ou leur rôle. Ce serait injuste sinon. Une mauvaise expérience ne fait pas une généralité à mes yeux.
Puis-je vous demander quelle matière vous allez enseigner?"


Oui, aujourd'hui elle pouvait se permettre de le dire. Un cas n'est pas une généralité. pourtant, après sa seconde mission, elle ne pouvait pas oublier à quel point elle avait douté. D'elle, de Deus, des Humains, des renégats... De tout en fait. Elle avait tout remis en question avant d'arriver à remonter réellement la pente pour s'extraire de ce carcan de glace qu'elle avait brisé physiquement certes mais qui avait longuement encore parasité son esprit. Aujourd’hui encore, elle ne souhaitait avoir à retourner dans les montagnes. Pas tout de suite. Pourtant, elle savait pertinemment que si on lui demandait, elle le ferait sans hésiter. Non pas pour elle, mais pour les autres surtout, ceux qui avaient besoin d'aide et peut-être d'elle, égoïstement elle voulait croire aussi à ce dernier détail.

- Notre domaine divin correspond à ce fameux pouvoir, c'est cela?

"- C'est cela. Au départ, il est souvent assez compliqué à maitriser mais cela s'améliore avec le temps. Dans votre malheur lié à votre mort, vous avez la chance d'être revenu professeur. De ce fait, vous devriez arriver un peu plus vite à vous en servir comme il se doit. Après, cela dépend aussi beaucoup de la nature du pouvoir possédé. Mais comme il est toujours lié à la personnalité et/ou au passé de chacun, il s'agit rarement d'une véritable surprise."

Elle le trouvait étonnement calme pour un homme qui venait de mourir et de ressusciter. Même les mots de sa feuille n'avaient semblé éveillés qu'un intérêt limité chez lui, ce qui l'étonnait assez en fait. En général, on pouvait malgré sentir la panique chez les nouveaux arrivants mais là, même ses oiseaux ne paraissaient nullement gênés par la présence du professeur, signe qu'il ne représentait aucun danger. Elle devait bien admettre être plutôt intriguée par son comportement. Que faisait-il de son vivant pour être aussi serein et posé même au-delà de la mort? En même temps, elle ne voudrait pas se montrer trop curieuse mais il fallait bien admettre que de toutes les personnes qu'elle avait accueillie ici, il était bien la seule à prendre aussi bien l'annonce de sa mort.

"- Je vais sans doute vous paraitre indiscrète mais je peux vous demander d'où vous venez et ce que vous faisiez avant d'arriver parmi nous? Vous êtes la première personne que je rencontre lors de son arrivée ici qui ne semble pas réellement surprise ni effrayée par sa condition."

Sa question n'avait peut-être pas été très claire sur le début mais tant pis. Au pire, elle demanderait des précisions par la suite, s'il acceptait de lui répondre, bien évidemment.
Invité
avatar
Invité
Re: Per gratus mihi venis [Pv Abygaïl] - Jeu 18 Juil 2013 - 20:41
- Je serais de vous y revoir. Quant à avoir un quelconque ressentiment pour les enseignants de matières diverses, ce n'est pas mon cas. Je préfère considérer les gens pour ceux qu'ils sont réellement et pas pour leur place ou leur rôle. Ce serait injuste sinon. Une mauvaise expérience ne fait pas une généralité à mes yeux.
Puis-je vous demander quelle matière vous allez enseigner?


- C'est une belle façon de voir les choses. Je serai moi aussi ravi de vous compter parmi mes élèves.

Neal ne mentait pas. Abygaïl lui renvoyait une image plutôt plaisante. La façon dont elle s'exprimait, sa tenue et son physique regroupés lui étaient assez étrangers. Il n'avait, de son vivant, jamais rencontré une jeune fille aussi tape-à-l'oeil et pourtant si naturelle. Venait-elle d'un autre monde, ou d'une autre époque? La situation était déjà tellement improbable... Savoir que les lois spatio-temporelles n'étaient pas respectées ici ne l'aurait pas étonné plus que ça tout compte fait. Alors pourquoi pas.  
Il jeta un deuxième coup d'oeil vers sa feuille, de sorte à être certain de ne pas dire de bêtise. Lui qui s'était attendu à une discipline basique telle que les mathématiques ou l'histoire devait finalement apprendre à une classe les joies de la bataille.

- Le combat et la stratégie. Plutôt étonnante comme matière.

Deux notions assez vagues. Serait-il à la hauteur? Difficile à dire. Même en tant qu'ex-agent de la CIA, Neal restait peu à l'aise avec la mise en place de tactiques interminables et préférait se fier à sa condition physique, ou à la qualité de l'armement. Il était toujours plus simple de s'en remettre à son flingue plutôt qu'à ses capacités cérébrales. Non qu'il évitait de s'en servir, évidemment. Dans tous les cas, se voir confier la tâche d'inculquer l'art de la baston ne présageait rien de très réjouissant. Il était logique de penser que le parcours de chaque apprenti-dieu était semé d'embuches, et nécessitait par conséquent une certaine base sur laquelle ils pourraient se reposer. Normal que le combat en fasse partie. Mais qui disait "combat" insinuait forcément "danger". De quoi briser avec brio la théorie selon laquelle la mort prenait l'allure de repos éternel. Au fond, Neal était légèrement inquiet. Allait-il assurer ou, au contraire, se planter magistralement? Sur quoi ou sur qui allait-il tomber à l'avenir? Il garda malgré tout une expression passablement neutre -en tout cas suffisamment pour ne pas attirer l'attention d'Abygaïl. Ou de ses oiseaux. Ils devaient eux aussi avoir un sixième sens, comme leurs compères restés sur Terre, et donc éventuellement réagir à ses changements d'humeur. La jeune fille ne tarda pas à répondre à son énième question:

- C'est cela. Au départ, il est souvent assez compliqué à maitriser mais cela s'améliore avec le temps. Dans votre malheur lié à votre mort, vous avez la chance d'être revenu professeur. De ce fait, vous devriez arriver un peu plus vite à vous en servir comme il se doit. Après, cela dépend aussi beaucoup de la nature du pouvoir possédé. Mais comme il est toujours lié à la personnalité et/ou au passé de chacun, il s'agit rarement d'une véritable surprise.

Voilà qui était... Intéressant. Mais savoir que son domaine divin était lié à son vécu ne le mettait pas vraiment à l'aise: il avait désormais la fâcheuse impression qu'on punissait ses erreurs en lui rappelant les actes qu'il avait pu commettre. Sa première bêtise et non la moindre: s'allier avec ce Démon. Kate en était morte, et il en était très probablement de même pour Chloé.
Neal se sentait tellement, tellement coupable. Il avait perdu en l'espace de quelques années les deux seules personnes qui comptaient pour lui -et pourtant. Tout était de sa faute. Combien de fois s'était-il excusé auprès d'elles et de leurs ombres omniprésentes? En l'envoyant à la Deus Academia, on châtiait son égoïsme et son côté intéressé. Mais jouer aux victimes ne servait à rien. Le seul point positif qu'il pouvait tirer de sa longue complainte intérieure était ce bénéfice propre à sa condition de professeur. Peut-être qu'atteindre le titre de Dieu pourrait lui conférer quelques avantages... Concernant les "femmes de sa vie". Enfin bref.

- Je vois, merci murmura-t'il sans demander plus de précisions. Son moral n'était pas au beau fixe, signe qu'il en avait déjà assez fait.

Neal replongea dans ses pensées en fixant sa feuille du regard sans vraiment la voir. Il évita donc les yeux inquisiteurs d'Abygaïl, volontairement ou non -il n'en savait trop rien. Quoiqu'il n'était sûr de rien. La Deus Academia restait encore un concept assez flou, peu crédible et seule une preuve tangible de son existence aurait la capacité de le convaincre définitivement. Mais évidemment, rien ne semblait assez persuasif pour lui. Attendre, laisser le temps s'envoler était sans doute la meilleure solution. Son manque de réaction avait d'ailleurs titiller la jeune fille.

- Je vais sans doute vous paraitre indiscrète mais je peux vous demander d'où vous venez et ce que vous faisiez avant d'arriver parmi nous? Vous êtes la première personne que je rencontre lors de son arrivée ici qui ne semble pas réellement surprise ni effrayée par sa condition.

Neal ne répondit pas tout de suite. Après tout, que diable pouvait-il dire? "Hé, salut je suis un ex-démon enchanté de faire votre connaissance"? Ca passait moyen. Autant faire dans la simplicité, la banalité et la normalité. Il y avait certaines choses dont il ne pouvait pas parler, ne serait-ce que par honte.

- Disons que je travaillais pour une organisation qui demandait des compétences bien particulières, dont une certaine maîtrise de soi.

La CIA en somme. Mais il se doutait que ces trois lettres ne signifieraient pas grand chose pour l'apprentie-déesse. Mieux valait en dire le moins possible, il n'aurait pas à se noyer dans des explications sans fin.

- Mais j'avoue que ce n'est pas ce qui explique mon manque de réaction.. Je valse actuellement entre la résignation et l'incrédulité. Tout ça est tellement... Difficile à croire. J'ai l'impression d'être en plein rêve. Qui est Deus? Qu'attend-il de nous? Pourquoi m'avoir choisi? Qu'est-ce que l'avenir me réserve?

Il s'arrêta quelques secondes, fourra les mains dans ses poches et leva machinalement la tête vers le ciel. L'ombre d'un sourire triste prit possession de ses lèvres. Neal reposa finalement son regard sur Abygaïl. Ses questions n'auraient vraisemblablement pas de réponse.

- Et vous? Voyez-vous un quelconque inconvénient à me raconter la manière dont vous êtes arrivée ici?
Invité
avatar
Invité
Re: Per gratus mihi venis [Pv Abygaïl] - Ven 19 Juil 2013 - 13:46
- C'est une belle façon de voir les choses. Je serai moi aussi ravi de vous compter parmi mes élèves.

Elle devait bien avouer que les cours théorique n'était en effet pas spécialement sa tasse de thé mais elle ne pouvait nier que ces derniers lui avaient cependant beaucoup apprit et tout ceci lui avait été d'une aide très précieuse depuis son arrivée. Rien que la lecture et écriture étaient deux choses qu'elle avait découvertes ici et qui s'étaient révélées plus qu'utiles à tous les points de vue. Alors, être élève comportait certes des inconvénients mais qui étaient à ses yeux largement récompensés par les avantages qu'ils lui offraient dans le temps.

- Le combat et la stratégie. Plutôt étonnante comme matière.

Professeur de combat et de stratégie, hein? Voilà qui était assez surprenant. En tout cas, simplement vu comme ça, il ne donnait pas l'impression comme certains autres professeurs d'êtres nés uniquement pour nager dans cette matière. Pourtant, dans un sens, son calme et sa patience traduisait bien qu'il avait connu des choses qui devraient aisément la porter vers cette discipline. Jusqu’à maintenant, elle n'avait rencontré personne qui se plaint d'une quelconque erreur de jugement de Deus quant à sa matière à enseigner ici alors elle se doutait que s'il avait récupéré celle-ci, c'est qu'il saurait s'en montrer à la hauteur. Et au vu des derniers évènements, ce serait sans doute une matière elle laquelle elle assisterait avec assiduité bien qu'elle se débrouille déjà un peu à sa manière.

Elle avait fini par poser la question qui la titillait un peu. Professeur de stratégie certes, mais cela voulait dire que de son vivant, certaines choses avaient influencées sa personne pour qu'il en arrive à ce choix lors de sa résurrection. Elle se montrait peut-être un peu trop curieuse mais après tout, qui ne tente rien n'a rien et Neal ne semblait pas spécialement gêné par sa présence. Après, s'il préférait garder le silence, elle comprendrait et changerait de sujet. Voir s'en irait s'il n'avait plus besoin d'elle.

- Disons que je travaillais pour une organisation qui demandait des compétences bien particulières, dont une certaine maîtrise de soi.

Cela restait assez vague tout en lui donnant bien assez d'informations pour répondre à sa question. Du coup, elle se demanda un instant si ce qu'il faisait de son vivant était quelque chose de très normale, légale comme elle avait entendu parfois. Mais cela ne la regardait pas plus que cela. Cependant, pour ce qui était de la maitrise de soi, aucun doute là-dessus. Il était bel et bien très doué à ce jeu-là. Elle l'aurait presque enviée d'ailleurs car si elle savait restée calme d'apparence, cela n'empêchait en rien les tempêtes intérieures de sentiments et de cas de consciences s'opposant violemment pour mieux la mettre en porte à faux.

- Mais j'avoue que ce n'est pas ce qui explique mon manque de réaction.. Je valse actuellement entre la résignation et l'incrédulité. Tout ça est tellement... Difficile à croire. J'ai l'impression d'être en plein rêve. Qui est Deus? Qu'attend-il de nous? Pourquoi m'avoir choisi? Qu'est-ce que l'avenir me réserve?

Un léger sourire éphémère passa sur son visage. Voilà une réaction plus que normale et typique de tous les nouveaux arrivants: ce questionnement sans fin sur des interrogations qui, pour la plupart, n'auraient sans doute jamais la moindre esquisse de réponse. Elle aurait voulu lui être plus utile que ça mais pour le coup, elle en était au même point que lui. Ces questions, elle se les posait toujours et rien ni personne n'avait pu lui offrir l'aube d'une solution. Alors, elle préférait se concentrer sur d'autres choses, plus concrètes et plus proches d'elle. C’était son choix personnel: privilégier ce qu'elle savait et dont elle était témoin au détriment de choses abstraites qui, au final, ne lui apporteraient peut-être jamais rien.

- Et vous? Voyez-vous un quelconque inconvénient à me raconter la manière dont vous êtes arrivée ici?

Son regard se perdit un instant dans le lointain, regardant à la fois partout et nulle part. Puis, elle revint sur terre, toute trace de sourire ayant disparu pour revenir à cette expression neutre qui la caractérisait tant. Un léger soupir, un oiseau qui se pour son doigt et qu'elle caresse un instant avant de se lancer. Elle aurait pu dire non, qu'elle ne souhaitait pas s'attarder dessus, mais il avait accepté de répondre à ses questions, elle pouvait bien faire pareil. Ce n'était pas comme si en parler changerait les choses.

"- Cela n'a rien de très intéressant en soi, vous savez? Je suis morte aux environs de l'an 1800, dans les grandes plaines sauvages d'un pays qu'aujourd'hui vous appelez l'Amérique. C'était un jour de fête, l'union de deux êtres qui scellait en même temps le rapprochement de deux tribus. Mais le mariage vira au drame lorsque l'attaque débuta. J'ai perdu la vie en sauvant celle de la mariée, ma sœur jumelle."


Et voilà comment le moment le plus important d'une vie pouvait être résumé en à peine quelques phrases. Finalement, son existence tenait à bien peu de mots en vérité. Mais elle ne souhaitait pas s'étaler non plus davantage. Après tout, ils n'étaient pas là pour parler d'elle mais bien pour lui, qui venait juste d'arriver et devait se sentir perdu ici. L'oiseau se laissa caresser avant de prendre son envol doucement et de se perdre dans les airs. Elle aussi aimerait tant savoir voler par moments. Revenant à Neal qui n'avait pas bougé, elle reprit la parole, toujours aussi calmement.

"- Je me suis réveillée ici, comme vous, dans ce temple, il y a de cela quelques mois à présent. Je ne reconnaissais rien et j'ai dû apprendre à vivre au milieu de choses qui m'étaient parfaitement inconnues. Vous avez au moins l'avantage d'être mort dans une époque plus récente, vous ne devrez pas être trop dépaysé. Enfin, une fois que vous vous serez habitué à être revenu à la vie."

Oui, à son allure, il était évident qu'il était une personne de ce siècle, peut-être même mort et à peine arrivé ici qui sait. Pas comme elle ou Alexander, qui avaient traversés le temps avant de revivre entre ses murs. Cela lui donnait un atout non négligeable de son point de vue.

"- Pour certains, cette seconde existence est une bénédiction. D'autres la voit comme un fardeau, une punition éternelle. J'ai choisi de n'y voir que l'occasion de faire ce que je n'avais pas eu l'opportunité de réaliser de mon vivant..."

Pourquoi s'était-elle laissé aller à ce genre de petite confidence? Après tout, elle ne le connaissait pas. Pourtant, quelque part, elle avait l'impression qu'il avait besoin d'entendre ce genre de choses. A moins que ce ne soit elle qui ait besoin de les entendre dites à voix haute, pour mieux s'en imprégner. Oui, peut-être. après tout, même s'il venait d'arriver, il n'était pas le seul à se poser des questions, même si les siennes avaient eu le temps d'évoluer depuis son arrivée à la Deus.
Invité
avatar
Invité
Re: Per gratus mihi venis [Pv Abygaïl] - Jeu 25 Juil 2013 - 21:43
Quelques secondes de silence tombèrent entre eux. Sa question avait dû faire mouche, mais pas dans le bon sens du terme: Abygaïl n'avait en effet pas l'air spécialement enthousiaste à l'idée de raconter ses premiers pas à la Deus Academia. Un énième oiseau vint voleter autour de la jeune fille avant de se poser sur son doigt sous le regard inquisiteur de Neal. Peut-être aurait-il dû s'abstenir de s'aventurer là où il n'était pas utile de le faire. Mais contre toute attente, l'apprentie-déesse prit la parole:

- Cela n'a rien de très intéressant en soi, vous savez? Je suis morte aux environs de l'an 1800, dans les grandes plaines sauvages d'un pays qu'aujourd'hui vous appelez l'Amérique. C'était un jour de fête, l'union de deux êtres qui scellait en même temps le rapprochement de deux tribus. Mais le mariage vira au drame lorsque l'attaque débuta. J'ai perdu la vie en sauvant celle de la mariée, ma sœur jumelle.

Ils n'avaient probablement pas la même définition du mot "intéressant": après tout, rencontrer une amérindienne du XIXème siècle faisait toujours son petit effet. Converser avec elle devait certainement être passionnant: l'histoire, la culture, la vie de son peuple attisaient sa curiosité. Le passionné d'art qui sommeillait en lui lui hurlait de profiter de ce "dérèglement" temporel pour faire la connaissance d'un paquet de personnes susceptibles de gonfler ses connaissances. Mais au vu de la réticence dont avait fait preuve Abygaïl, il aurait fort indélicat de l'interroger plus en profondeur sur son passé, et par conséquent lui faire remémorer des souvenirs peu joyeux. Comme sa fin tragique par exemple. Il y avait effectivement de quoi être rebuté à l'idée de conter au premier venu la manière dont sa vie s'était terminée. Neal se sentit assez mal à l'aise: même si sa question avait été plus innocente qu'autre chose, elle restait finalement plutôt indiscrète.

- Je me suis réveillée ici, comme vous, dans ce temple, il y a de cela quelques mois à présent. Je ne reconnaissais rien et j'ai dû apprendre à vivre au milieu de choses qui m'étaient parfaitement inconnues. Vous avez au moins l'avantage d'être mort dans une époque plus récente, vous ne devrez pas être trop dépaysé. Enfin, une fois que vous vous serez habitué à être revenu à la vie.

Il était vrai que le temps faisait bien des miracles. Peut-être qu'attendre le soulagerait de cette impression bizarre qui l'avait pris dès son réveil -cette sensation de se trouver en plein rêve, comme il l'avait expliqué un peu plus tôt. S'habituer à sa condition... Cela lui semblait être un objectif assez difficile à atteindre. Mais il n'avait plus que ça à faire. Et selon les dires de la demoiselle, il serait sans doute plus simple pour lui de s'intégrer, puisque venant tout droit d'une "époque plus récente", n'est-ce pas?
Dans tous les cas, il ne devait pas être la seule personne à se retrouver confronté à la dure réalité qu'était l'inconnu. Combien de futurs apprentis-dieux avaient foulé le sol du temple? Deus seul le savait. Alors comme tout le monde, Neal serait bien forcé de trouver ses repères ici. "Si tu es à Rome, vis comme les Romains; si tu es ailleurs, vis comme on y vit" disait-on.

- Pour certains, cette seconde existence est une bénédiction. D'autres la voit comme un fardeau, une punition éternelle. J'ai choisi de n'y voir que l'occasion de faire ce que je n'avais pas eu l'opportunité de réaliser de mon vivant...

C'était vrai. Neal se trouvait actuellement dans le sac des "mécontents de leur seconde chance" et malgré tous les efforts du monde, malgré les paroles d'Abygaïl, il n'arrivait pas à trouver une quelconque satisfaction au fait de se retrouver propulsé au rang de "zombie de l'Au-Delà". Le temps, encore cette notion floue et pourtant solution bon nombre de problèmes, parviendrait à lui donner suffisamment de recul pour envisager cette nouvelle vie comme une bénédiction, et non plus comme une punition. Certes, sa façon de penser était équivalente à une réponse toute faite et plutôt confortable. Prendre l'avenir comme la réponse à tout n'était probablement pas la meilleure des choses à faire, mais Neal avait actuellement besoin de réconfort.

- Merci.

Ce mot portait en son sein toute la gratitude qu'il éprouvait à cet instant présent. Abygaïl avait patiemment répondu à toutes ces questions, lui avait permis d'y voir plus clair mais surtout, lui avait offert un moyen de se sentir mieux par le biais de ses paroles. Bien que toujours un peu à l'ouest, il se sentait moins perdu qu'auparavant. Encore heureux.

- Je pense que j'avais besoin d'entendre ces mots. Alors merci de... Me les avoir dits. Et désolé de vous avoir incitée à parler de choses peu plaisantes.

Neal se tut, ne sachant pas quoi dire de plus. Il se frotta machinalement la nuque, l'air pensif. La fâcheuse impression d'avoir oublier quelque chose le titillait. Mais quoi? Des réponses, il en avait eu à foison. Et pourtant, quelques petits points restaient obscurs. Etant les heureux possesseurs de pouvoirs divins qui leur serviraient probablement à attaquer/se défendre, le danger devait les guetter à tout moment: une conclusion qu'il avait déjà plus ou moins établie il y a quelques minutes. La vraie question était "quel danger?"

- Je ne vais peut-être pas vous lâcher de sitôt mais en tant qu'apprentis-dieux, avez-vous un quelconque ennemi? Un monstre, ou quelque chose de ce goût là... En gros, une raison pour laquelle vous vous battez?
Invité
avatar
Invité
Re: Per gratus mihi venis [Pv Abygaïl] - Ven 26 Juil 2013 - 11:37
- Merci.

En soi, elle ne voyait pas vraiment en quoi ses paroles, qui sur la fin étaient plus des réflexions personnelles qu'autre chose, pouvait réellement lui être utile. Mais si cela pouvait malgré tout, s'il jugeait ses propos assez intéressants pour l'aider à avancer, alors elle n'en demanderait pas plus. Elle avait beau avoir déjà accueilli de nouveaux arrivants ici-même, cela avait beau faire un certain temps maintenant qu'elle arpentait la Deus et qu'elle avait recommencé à vivre ici, c'était bien la première fois que la discussion engagée portait sur autre chose que les présentations d'usage, le questionnement sur le pourquoi du comment et la découverte des lieux. Finalement, cette rencontre se révélait sans doute aussi riche pour elle que pour lui car n’avait-elle jamais pris réellement le temps de faire une pause, un retour sur ce qu'elle avait vécu depuis son arrivée ici? Devoir formuler des choses qu'elle gardait simplement pour elle était un exercice nouveau, pas forcément évident mais qu'elle trouvait finalement nécessaire. Et il lui avait fallu attendre tout ce temps et cette rencontre fortuite pour s'en rendre compte. Finalement, ce serait à elle de le remercier dans un sens.

- Je pense que j'avais besoin d'entendre ces mots. Alors merci de... Me les avoir dits. Et désolé de vous avoir incitée à parler de choses peu plaisantes.

"- Quelque part, je crois qu'il était aussi nécessaire pour moi de les dire à voix haute. Alors merci d'avoir été là et de m'avoir écouté. Ce qui est fait est fait. Je ne veux pas avoir de regrets et même si ces évènements ont été difficiles et restent douloureux, ils font partis de moi. Je ne veux pas les oublier ou faire semblant qu’ils n’aient jamais existé. Ils font partie de moi, que ça me plaise ou non."

Une esquisse de sourire sur son visage prit forme. Elle prenait trop sur elle, elle ne le réalisait pleinement que dans ce genre de moment. Elle se confiait peu, gardait tout en silence afin de ne pas s'étaler, pour ne pas gêner les autres avec ses états d'âme. Mais aussi peut-être pour faire comme si ils n'existaient pas? Elle était entourée mais en y regardant de plus près, elle demeurait seule. Une condition qu'elle s'auto-infligeait sans même en prendre réellement conscience. La réalité était encore plus dure à accepter en fait et elle se refusait encore à devoir l'affronter de front. Elle avait des connaissances, des personnes sur qui elle pouvait compter ici. Mais si elle était encore incapable de se représenter réellement comme des amis, c'est qu'il y avait une raison bien plus profonde à ça et celle-ci, si on lui en laissait le temps, serait sans doute son prochain combat. Mais ce n'était pas l'heure, pas encore. Pour le moment, quelqu'un avait besoin de son aide. Alors, revenant à Neal, elle écouta calmement sa question.

- Je ne vais peut-être pas vous lâcher de sitôt mais en tant qu'apprentis-dieux, avez-vous un quelconque ennemi? Un monstre, ou quelque chose de ce goût là... En gros, une raison pour laquelle vous vous battez?

"- Voilà une question assez complexe. Je vais commencer par la fin et je répondrais au reste ensuite.
Pour ce qui est de la 'raison' de se battre, chacun trouvera la sienne. Protéger des êtres qui lui sont chers, aider son prochain, sauver la Terre, détruire ceux qui l'ont fait souffrir.... Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise réponse, nous conservons notre libre-arbitre alors de ce fait nous sommes libre de choisir nos propre motivations. Qu'elles soient juste ou fausses d'ailleurs...."


Elle marqua un premier silence, le temps de le laisser déjà digérer tout ça. Oui, ici rien n'était vraiment fait pour vous faciliter la tâche. Certes, il y avait un cadre et des règles à respecter mais en y regardant de plus près, ils jouissaient d'une immense liberté d'action et de mouvement, ce qui pouvait facilement permettre aux gens de se perdre eux-mêmes. Sans même qu'ils s'en aperçoivent. Et comme tout le monde pense toujours avoir raison, avoir fait le bon choix et être du côté de SA justice, finalement, l'émergence de la Guilde Noire ne lui paraissait plus si incongrue.

"- Au niveau des ennemis, il y a bien évidemment des monstres. Des créatures de diverses tailles, formes et origines, d'allure humaine ou animale. Il y en a certaines qui vont parfois jusqu'à s'introduire dans la Deus. En général, elles restent cantonnées aux terres se trouvant derrière le portail que vous apercevez au bout de l'allée. Certaines sont faibles, d'autres bien moins, attaquant seuls ou en groupes. Je ne sais pas d'où ils viennent mais il vaut mieux toujours se méfier. "

Elle ne pouvait plus compter à présent combien de monstres elle avait déjà combattu. Mais tous étaient différents, pas un ne réagissait de la même manière. Comme les humains, chacun possédait ses propres particularités. Pourtant, elle se sentait parfois assez proche d'eux. Après tout, pour certains, ils n'étaient pas si éloignés que ça des animaux dont elle était l'apprentie déesse. Sans doute cela jouait-il aussi un rôle dans sa façon de les observer et de les décrire.

"- Un nouvel ennemi est apparu récemment, plus ardu que tous les autres. Ils se font appeler la Guilde Noire et était des apprentis-dieux, des repentis ou des professeurs d'ici. Ils ont délibérément choisi de tourner le dos à Deus et se sont exilés sur Terre après avoir massacrés une partie des habitants des lieux. Ils causent des dommages sur Terre, en veulent à Deus et à tous ceux qui vivent ici. Les confrontations sont encore plutôt rares mais toujours violente. Ils sont plus dangereux que des monstres à mes yeux car ils connaissent la Deus et savent réfléchir comme nous, ce qui les rend plus stratège. Sans oublier que leur Leader est l'ancien directeur de la Deus en personne."

Elle était restée très neutre, présentant les choses de façon aussi objective que possible bien que forcément, elle ait son propre avis. Memphis, cet enfant sous l'avalanche, ils avaient contribué à définir son point de vue mais ce n'était pas à elle de juger pour les autres.

"- Je ne connais pas tous les détails, je suis arrivée le lendemain de l'attaque de la désertion par les premiers renégats. Je n'ai pu que constater les dégâts et aider à les réparer. Même si cela ne se voit pas, beaucoup de personnes sont encore meurtries par ses évènements. Profondément. Alors évitez juste de les évoquer à la légère."

Évidemment, elle ne put s'empêcher de songer un instant à Kate. Sa colère, sa rage envers les renégats était compréhensible mais elle ne pouvait la laisser se faire submerger par elle. Sur Terre, elle avait été dure avec elle mais c'était pour son bien. Malgré tout, cela ne suffirait à l'apaiser et elle le savait. Un léger soupir s'échappa de ses lèvres. Comme les choses pouvaient se révéler compliquées parfois.

"- Maintenant que vous en savez un peu plus sur l'histoire de ces lieux, peut-être voudrez-vous aller les visiter? Après tout, rien ne vaut la pratique et le fait de découvrir les choses par vous-même vous sera sans doute bien plus profitable que toutes les leçons que je pourrais vous offrir."

Elle l'invita donc à la suivre afin de quitter le Temple et de partir à la découverte de la Deus Academia en elle-même. S'il voulait vraiment se faire une idée de ce monde, le meilleur moyen de s'y faire serait de se l'approprier. Alors, elle jouerait les guides le temps qu'il s'y repère. Puis chacun reprendrait sa propre route, celle de Neal commençant juste ici, la sienne continuant vers un horizon inconnu.
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6589

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Per gratus mihi venis [Pv Abygaïl] - Jeu 19 Sep 2013 - 9:56

Un rp d'accueil finalement assez banal, avec tous les éléments que doit compter un rp de ce genre, mais que vous avez réussi à rendre plaisant à lire de part le niveau d'écriture. J'aime beaucoup vos styles respectifs. Bonne continuation à tous les deux.


Abygaïl : 420 xps

Xps attribués : Yep



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

Contenu sponsorisé
Re: Per gratus mihi venis [Pv Abygaïl] -
Per gratus mihi venis [Pv Abygaïl]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Il en faut peu pour être heureux [Abygaïl Scavo, Maeva Hellsoft, Samaël Smith]
» Xibalba (abygaëlle)
» Qu'est-ce que la capacité d'apprendre, sinon un aspect de l'éternité? (Mark P. W. et Abygaëlle H.) *RP TERMINÉ*
» Trop de questions [Pv Abygaïl Lullaby]
» I need your knowledge... Wait, you too ? [PV Abygaïl]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Temple de Deus-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page