Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 [Examen] Cours de cuisine intensif !

 
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 6659

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
[Examen] Cours de cuisine intensif ! - Jeu 4 Juil 2013 - 20:19
… Mais pas tellement attendu par contre.

Impossible. Non. Il devait y avoir erreur. Elle, Rain Sinclaire, en aide dans la cuisine ? C'était inconcevable. Contre-nature. Non non non non... Les directeurs devaient s'être trompés de nom dans leur missive ou bien c'était une mauvaise plaisanterie. Ou alors avaient-ils fait un pari avec leur compagnie d'assurance ? Allez savoir...

Une voile d'horreur sur son expression d'habitude si neutre, Rain sursauta légèrement lorsque celle qui lui avait annoncé la merveilleuse nouvelle se rapprocha d'elle. Ses pupilles virevoltèrent un instant avant de se fixer, son regard retrouvant un semblant de concentration sur Lou Natsumi. Cette dernière était légèrement penchée sur elle, les jambes repliées contre les cuisses et talons à l'air. Elle se tenait à une telle amplitude qu'elle appuyait à présent presque tout son poids sur ses deux bras collés devant elle.

- Et vous n'oublierez pas d'lui dire hein ?

Un grand sourire sur les lèvres accompagnait cette question. Ses yeux pétillaient de malice ce qui contrastait comme toujours avec le visage de son professeur. Celui-ci semblait à nouveau sur le point de s'endormir, comme elle l'était avant que la petite vienne taper l'incruste sur son toit. Et niveau délicatesse, c'était à revoir...

- De quoi ?

L'espace d'un instant les bras de Lou perdirent leur force et elle fit mine de s'écrouler devant la question de Rain. Pourtant elle venait de le lui dire ! Est-ce qu'elle faisait exprès de la mettre dans une situation embarrassante ? Le rouge envahit brièvement ses joues et elle détourna le regard. Elle remit tout son poids sur ses fesses afin de libérer ses mains qu'elle tortilla nerveusement. Aux yeux de l'enseignante, son attitude était tout bonnement incompréhensible.

- Ben... "Bonjour monsieur le cuisinier, mon amie aimerait bien avoir des cours de cuisine... Mais elle voudrait vous avoir en professeur particulier" ?

Bon, des services, Rain voulait bien en rendre quand les personnes qu'elle appréciait lui en demandait mais pour le coup, elle ne voyait vraiment pas pourquoi son élève ne pouvait pas aller le demander elle-même, à ce cuisinier. D'ailleurs, de qui elle parlait encore cette petite ? Non parce que ce n'était pas ce qui manquait par ici, des cuisiniers !

- À qui dois-je dire ça encore ?

- Mais... Raah z'avez rien écouté en fait !

Alors là, non ! La jeune fille se releva d'un bond, énervée. Elle avait bravé son embarras pour le lui décrire, une fois mais pas deux, y avait qu'à avoir de la mémoire dans cette cervelle ! Ou alors... son professeur, tellement traumatisée d'apprendre qu'elle allait devoir organiser le dîner du Solstice Divin alors qu'elle ne savait que faire des ragoûts de pigeons, n'avait rien écouté de ce qu'elle avait débité par la suite ?

- C'est pas compliqué ! Vous visez l'seul beau gosse d'la troupe et vous l'approchez en jouant d'vos charmes !

Si le début de sa réplique trahissait un agacement clair et net, la suite se fit sur un ton plus complice. Mieux, elle ponctua le tout par un clin d'oeil, même si une petite voix en elle lui disait que Rain ne comprendrait sans doute pas. Quand ça causait sentiment, cette femme était bête comme ses pieds, elle avait pu le constater !

- Oh et ne lui donnez surtout pas mon nom, dîtes-lui de me rejoindre après l' Solstice près d'la Fontaine... Je l'y attendrai.

Ceci dit elle se mordilla la lèvre inférieure, un grand sourire sur le visage. Ses mains se joignirent, croisant ses doigts et ses bras, elle se tortillait de joie, se faisant déjà tout un film avec son prince, son cheval blanc, son château et autres délires. Elle se mit alors à sautiller, pas trop quand-même car elle ne perdait pas de vue qu'elle était sur un toit, puis elle s'éloigna, légère comme une plume. En tout cas c'était l'impression qu'elle donnait, en chantonnant comme ça. Elle laissa une Rain intriguée derrière elle, qui comme d'habitude n'avait pas tout compris de ce qui s'était passé. Enfin soit. Pour l'heure le plus urgent était de se rendre dans le bureau de la direction.

L'enseignante se releva donc à son tour et s'épousseta. Portant à nouveau cette lettre à son nez, elle put constater une nouvelle fois qu'il y avait bien marqué son nom et qu'elle n'hallucinait pas. Vraiment, elle avait besoin d'un éclaircissement sur sa dite mission parce que là, elle ne voyait rien d'autre qu'une blague de mauvais goût à ses yeux. Peut-être que les directeurs voulaient l'aider dans son objectif, c'est-à-dire apprendre des humains, mais de là à lui jeter sur les bras l'organisation d'une chose aussi importante que le Banquet du Solstice... Fallait pas pousser non plus !


Finalement ce n'était pas une blague. Rain avait dû passer une grosse demie heure à essayer de convaincre les directeurs que la coller dans les cuisines n'était pas une bonne idée. Ce ne fut qu'effort vain lorsqu'elle se vit finalement obligée de rejoindre son dit poste, à la cafétéria. Le repas du Solstice Divin, grand évènement de la Deus Academia, débutait dans cinq heures et le banquet n'allait pas se préparer tout seul ! Bon sang, jamais cinq heures ne lui avaient parue aussi peu en matière de délai… à bien y réfléchir cependant, tant qu'on ne faisait que la charger de découper les ingrédients, il n'y aurait sans doute pas trop de souci. Qu'on ne lui demande pas de doser les sauces ou de se tenir au four par contre car il risquerait d'y avoir des morts, soit par intoxication, soit par incendie.

- Vous êtes en retard, mademoiselle Sinclaire.

Ce furent les premiers mots qui lui furent adressés lorsqu'elle franchit les portes de la cuisine, menée par un serveur. Une dizaine d'hommes en tablier blanc, chacun à son poste de travail, plusieurs tables, d'innombrables ustensiles innommables, des fours, des ingrédients exposés à la lueur de lampes blanches… Quelques-uns de ses futurs collègues lui jetèrent un bref coup d'oeil avant de replonger le nez dans leurs tâches, le reste de se retourna même pas. Certains étaient suffisamment occupés à dresser les flammes qui s'élevaient des poêles pour le faire.

Le seul du coin qui sembla avoir entièrement son attention braquée sur elle était un homme d'une quarantaine d'années, le crâne aussi lisse qu'une coquille d'oeuf et la carrure imposante. Non en fait le détail le plus notable était qu'il n'avait pas de sourcil. Rain put le constater lorsqu'il se planta son énorme visage juste devant le sien, les grosses mains serrées en poing contre ses hanches.

- Qu'est-ce que vous regardez au juste ? Vous pensez que les plats vont se faire tout seuls ? Allez du nerf !

Une chose était sûre, il avait de la voix, une bonne grosse voix qui portait et qui imposait le respect. Un gros souffle aussi mais ce n'était pas ce qui allait décoiffer encore plus Rain. Cette dernière en passant n'avait pas bougé d'un pouce, scrutant son interlocuteur dans les prunelles sans ciller.

- Je suis professeur et non cuisinière. Si vous ne vous montrez pas plus précis dans votre demande, je crains devoir vous laisser à vos occupations, vous vous débrouillerez de toute manière mieux sans moi.

- Oh non vous ne laisserez personne, répliqua le géant avec un sourire sadique. Assez glandé sur les toits et volé les bouteilles dans les réserves de la cuisine, rendez-vous utile pour une fois. D'ailleurs votre travail derrière cette porte. Je veux que vous me prépariez une salade digne de ce nom avec les ingrédients qui s'y trouvent !

Avant même qu'elle n'ait pu répliquer quoi que ce soit, le chef-cuisinier la poussa jusqu'à la porte. Elle se dégagea rapidement pour le foudroyer du regard et rétorquer pouvoir marcher seule. Non mais oh, c'est quoi ces gens ? Aucun aimable ou quoi ? Et puis pourquoi avait-il parlé de ses glandages sur le toit et des épisodes des bouteilles comme s'il s'agissait d'un reproche ? En quoi c'était mal d'élire domicile sur les tuiles ? Et surtout en quoi cela le regardait ? En quoi voler était mal ?

La porte claqua dans son dos. L'espace d'un instant, Rain faillit faire volte-face pour l'éclater d'un coup de pied et laisser exploser sa colère, mais elle tâcha de prendre sur elle. Ce fut plus facile que prévu puisque la pièce dans laquelle la jeune femme venait de se retrouver n'était pas vide. Elle était assez mal éclairée. L'hygiène avait également pas mal à envier de celle qu'elle venait de quitter d'ailleurs. Mais il y avait autre chose. Au fond de la salle grouillait des formes de vie, plus précisément… des immenses tomates à la forme humanoïde. Cinq pour être exacte. Celles-ci ne prêtaient pas attention à elle, deux d'entre elles étant occupées à danser la capucine.

Bon… c'était toujours mieux ça que des animaux, parce que Deus savait qu'elle n'aimait pas la viande. Encore le volaille elle supportait mais la viande rouge… Bref elle n'était pas totalement végétarienne mais presque, et préparer une salade lui convenait déjà mieux que si elle avait dû préparer un steak bien saignant. Par précaution, Rain ôta son écharpe pour la mettre en sécurité dans l'une des poches de sa veste. Il valait mieux éviter qu'elle se tâche de sauce ou d'on ne savait quoi encore.

- Hmpf. Des tomates vivantes. J'aurai tout vu.

Dégainant ses tanto, elle les examina un instant avant de finir par les rengainer. Non, ses lames à elle n'étaient sans doute pas assez propres pour ce genre de tâche… même si à la base, pour l'attitude aimable de ces cuisiniers, elle aurait pu s'en ficher complètement. Que les apprentis-dieux consomment un peu de sang dans leur repas ou non lui était égal, ils n'avaient qu'à faire appel à quelqu'un de plus compétent pour ça !

Se saisissant alors d'un couteau de cuisine, la jeune femme bondit sur la table de travail, attirant enfin le regard des tomates humanoïdes. Elle se rua sur les deux créatures végétales, arme en main.

- J'espère que vous vous laisserez découper comme des légumes qui se méritent… !

Elles étaient quand-même grosses pour des tomates. Un coup circulaire plus tard, elles n'étaient que tous deux légèrement entaillées sur le faciès. Les coups de poings donnés ne touchèrent que leurs vis-à-vis puisque Rain s'était accroupie à l'atterrissage. Finalement, ces légumes n'étaient pas si enchantés à finir en rondelles. Matérialiser ses ailes dans un espace aussi restreint n'était pas conseillé puisque cela risquerait davantage de détruire la pièce qu'autre chose. Dommage. Il lui fallait donc trouver le point faible de ces tomates ambulantes afin de pouvoir les neutraliser et de les découper en toute tranquillité… Dans le cas contraire, elle allait devoir démontrer toute sa dextérité de cuisinière…

Se jetant sur celle de gauche, Rain lui planta son couteau dans ce qui devait être sa poitrine, la plaqua au sol avant d'arracher sa lame et de l'enfoncer cette fois dans son semblant de crâne. Pas d'yeux à vue, elle avait dû viser à l'aveuglette, à l'endroit où devaient se trouver normalement les orifices oculaires, pour attaquer juste entre les deux. L'autre tomate venait par derrière et tenta de l'agripper par la taille, mais la jeune femme bondit de sa première victime pour se retrouver sur le mur d'en face. S'en servant comme appui, elle revint à l'attaque sur le légume couleur cramoisie pour le fendre d'un coup vertical net et précis.

Deux des trois tomates encore debout vinrent alors abattre simultanément leurs poings sur elle, l'obligeant à rouler sur le côté pour éviter un coup dont elle ne désirait pas tester la puissance. Profitant que leurs bras fendent l'air, l'enseignante revint à l'assaut pour les leur ôter d'un rapide coup de lame. Lame qui finit dans le ventre du troisième. Sa victime du moment la saisit alors par les épaules pour la soulever et lui asséner un coup de boule, mais sa tête rouge ne toucha rien d'autre que l'air. Un violent coup de genou vint accueillir celle-ci, profitant de l'élan du coup de boule avorté, et la fit éclater.

Reprenant ses distances, la jeune femme observa les dégâts sur ses vêtements. Rien de grave, elle s'était déplacée suffisamment rapidement pour qu'elle ne soit pas éclaboussée par de la sauce rouge. Maintenant elle savait d'où venait la soupe tomate de la cafétéria.

S'approchant de la cuisinière, Rain l'examina un certain moment avant de se rappeler que ce qu'elle devait faire n'était qu'une salade et par conséquent, un plat froid qui ne nécessitait aucun réchauffement. Maintenant, il lui fallait ramasser les morceaux de tomates sur le sol, après les avoir découpés en plus petits morceaux pour pouvoir les transporter et surtout pour que ça puisse rentrer dans l'évier. Oui, prochaine étape : laver tout ça.

Un bruit attira alors son attention. Quelque chose grattait dans l'armoire à ses pieds, mais avant même qu'elle ne se décide à vérifier son contenu, d'autres sons la firent se retourner. Les tomates… elles venaient de se relever malgré leur état.

- A vrai dire, je vous préfèrais sous forme de ketchup.

Elles étaient plus sages, à se laisser manger. Là, elles étaient carrément chiantes, déjà que Rain ne savait pas cuisiner, si en plus elles s'amusaient à lui compliquer la tâche ! L'une d'entre elles tenta un plaquage végétal mais la jeune femme n'eut qu'à faire un pas de côté pour l'éviter. La tomate géante entre donc en collision avec l'armoire derrière et en défonça la porte. Posant sa semelle sur le corps rouge du légume (et puis zut, elle n'aurait qu'à nettoyer après au pire) de manière à l'immobiliser, elle dégaina son katana pour pouvoir le découper dans toute sa largeur, car ce n'était pas avec son petit couteau qu'elle allait pouvoir le faire.

Quelque chose sortit alors de l'armoire pour gober la tête coupée de la tomate humanoïde. Wait… what ? Ah… des plantes carnivores. Mais que faisaient-elles dans un coin aussi sombre ? Peut-être parce que contrairement aux autres plantes, elle n'avaient pas besoin de lumière pour survivre ? Après tout, elles se nourrissaient essentiellement… de chair. Bah oui, de chair, pas de légume. Qu'est-ce que celle-là foutait à bouffer sa tomate ?! Peut-être à cause de sa propre proximité…

Quoi qu'il en soit, Rain ne laissa pas la plante digérer son menu. Ce n'était pas le genre de chose à sous-estimer, c'était vicieux ces trucs là et plus vite c'était découpé, plus vite elle pourrait terminer sa salade et plus vite elle pourrait retourner faire sa sieste. La plante carnivore se vit donc décapitée, mais il n'y avait là rien de très soulageant puisque aussitôt sa tête tombée qu'elle fut avalée par sa voisine. C'était qu'il y en avait plusieurs dans ce fichu placard…

Et là, la plante carnivore prit du volume et muta de manière assez violente. L'évier crissa sous la pression de ce corps végétal à la masse corporelle plus importante d'un coup qui se mit alors à… à marcher. Oui. Avec ses racines. La chose sortit de son pot tout en continuant de marcher, dévorant le bras d'une tomate qui à la base s'abattait sur la tête de Rain mais qui fut évité. Oui non, il ne fallait pas que cette plante dévore ses ingrédients quand-même ! Et si elle continuait de grandir, cela allait devenir légèrement problématique… Légèrement.

Afin de l'attirer donc, l'enseignante sauta sur la table de travail. Bon, il faudrait sans doute nettoyer tout ça par la suite vu les traces de semelles rouges qu'elle laissait à son passage mais tout cela n'était que détail pour l'instant. La gueule de la plante claqua à quelques centimètres de la cheville, à l'endroit précise où elle se trouvait il y avait une seconde. La lame du katana s'abattit alors, empalant les mâchoires de… l'animal ? Non du végétal un peu trop vorace. D'un coup de pied, la jeune femme l'arracha de sa prise avant de bondir en avant pour la décapiter avec un coup en arc de cercle.

Ceci fait, elle atterrit sur le sol mais glissa et chuta lourdement sur le sol, à cause du jus de tomate présent sur ses semelles mais aussi du carrelage particulièrement bien nettoyé. Une série de jurons plus tard, Rain décolla son visage des dalles et foudroya les formes rougeâtres d'un regard noir. Celles-ci se rapprochaient, lentement mais sûrement. Comment réfléchissaient-elles d'ailleurs ? Avaient-elles un système nerveux qui leur permettait de ressentir la douleur ? Telles étaient les questions que se posaient l'arme humaine.

- C'est officiel, je déteste la cuisine, grogna la jeune femme avant de se relever.

Et c'était repartie pour un tour… Ces tomates allaient voir de quel bois elle se chauffait. Système nerveux ou non, elles allaient en baver ! Une fois en rondelles, elles n'auront plus leur mot à dire.

***

- Merci d'avoir prévenu qu'il y avait de la tomate au menu, j'aurai pu éviter de porter du blanc.

Ce furent les premiers mots prononcés par Rain lorsqu'un cuisinier se décida à venir voir où elle en était. Un amas de tomates découpées en morceaux reposait dans plusieurs saladiers, avec à côté, la plante carnivore géante version émincée. Le jeune homme qui venait de se présenter sourit. Dents blanches, cheveux bruns en bataille et yeux bleu océan à faire chavirer les coeurs… Si l'enseignante avait simplement eu une quelconque notion de beauté, elle aurait sans doute repéré là le "beau gosse" dont parlait Lou Natsumi. Cependant, en tant qu'ancienne arme, son cerveau était dépourvu de ce genre de chose, et entre autres, elle avait légèrement oublié la requête de son élève avec tout ce cirque végétal.

- Ce n'est pas grave, c'est du bon boulot !

Monsieur le cuisinier jeta alors un bref coup d'oeil par l'hublot qui se trouvait sur la porte qu'il venait de refermer derrière lui, avant de venir rejoindre Rain à la table de travail. Rejoindre… oui, enfin, coller serait plus juste comme terme en fait. La jeune femme eut naturellement un brusque mouvement de recul, se détachant quelque peu de cet homme qui se permettait décidément un peu trop de proximité. Sourire gêné de la part de ce dernier, puis il reprit mine de rien, fierté de mâle oblige.

- Je reconnais que le chef est un peu dur avec vous. La plante carnivore a un goût très prononcé, il faudra l'adoucir avec quelque chose de doux, comme de la crème.

Tout en parlant, il sortait les ingrédients ainsi que des saladiers, car Rain s'était contentée de foutre ses morceaux de légumes dans des seaux.

- Hé, je ne me rappelle pas avoir quémandé de l'aide.

- De rien, mais je préfèrerai quand-même éviter de voir nos pensionnaires mourir d'une intoxication alimentaire.

- Vous m'engagez, vous assumez.

Son interlocuteur rit, même si l'enseignante ne voyait absolument pas ce qu'il y avait de drôle dans ce qu'elle venait de dire.

- Franchement je sais pas ce qui leur est passé par la tête d'engager une prof' de combat pour faire la cuisine, mais au moins, ça m'a permis de rencontrer une jolie femme !

Au vu de l'absence de réaction sur le visage de Rain et surtout du regard qu'elle lui lança, il se tut un moment avant de saisir la crème pour pouvoir enfin s'attaquer aux salades. Il fallait en effet faire vite avant que son chef ne vienne voir ce qu'il trafiquait avec la jeune professeure. Il tenta donc une nouvelle approche en voulant lui apprendre à verser la crème délicatement. Malheureusement pour lui, les contacts physiques n'étaient guère dans la gamme des choses que l'enseignante supportait et sa main posée sur son poignet se vit rapidement retourné, suivi de son bras.

- Aïe aïe aïe… OK OK j'ai compris… Vous pouvez me lâcher maintenant…

Il repartit donc en se massant le bras, puis une fois sorti de la pièce, fit comme si de rien n'était pour ne pas attirer l'attention de ses collègues. A nouveau seule, Rain se concentra à nouveau sur sa salade. Bon, au moins, avec tout ça, elle pouvait se vanter d'avoir participé à la préparation du festin du Solstice Divin… même si ce qu'elle avait fait ne représentait qu'un centième du menu complet, sans doute.

La porte s'ouvrit alors à nouveau et le crâne d'oeuf fit son apparition cette fois.

- Je peux savoir ce que vous foutez ? Le banquet commence dans une demie heure ! Dehors !

Il l'espionnait derrière le hublot ou quoi ? Pourquoi fallait-il qu'il débarque pour l'engueuler alors que s'il l'avait fait deux secondes plus tard, il n'aurait eu plus aucune raison de le faire ?

- Je commence à comprendre pourquoi vous êtes condamné aux cuisines.

Se saisissant de tous ces saladiers, la jeune femme s'avança vers la sortie.

- Désagréable. Et imprésentable.

Et elle passa devant le chef cuisinier sans lui accorder le moindre regard. Ce dernier ne put que la regarder partir, soucieux de laisser exploser sa colère par peur de devoir subir les conséquences. Après tout il s'agissait d'un professeur de combat rapproché. Il ne put donc que se mordre le poing pour faire taire toutes les insultes qui se bousculaient en lui, la boule à zéro rougie par toute cette rage contenue. Ses collègues le voyant se mirent à rire en douce chacun de leur côté, même s'ils durent rapidement se calmer au vu du regard noir que leur lança leur supérieur.

Ah, la prochaine fois qu'elle reviendrait à la cafétéria, cela promettait d'être drôle, tiens.

***

- Et donc ?

- Et donc ?

- Vous lui avez dit ?

- Comment ?

- Z'avez encore oublié ! On peut vraiment rien vous demander !

Rain soupira, Lou lui emboîtant le pas. Cette petite l'avait chopée à peine sortie des cuisines, trop impatiente pour attendre à son lieu de rendez-vous.

- La prochaine fois, confiez-moi une photo, ce serait certainement plus efficace.

- Vous rigolez, ça risque d'être hyper louche !

- Rappelez-moi quand vous vous serez dé...

- Hiii maître maître ! appela la jeune fille, la coupant net dans ses mots et pointant un garçon au loin. Regardez là, c'lui qui vient de passer ! C'est Nicola ! Vous trouvez pas qu'il est trop canon, lui aussi ? Vous pourrez lui dire que je l'attends à la fontaine ?

Raaah cette gosse commençait sérieusement à lui taper sur le système. Pour la peine, l'enseignante lui répliqua sèchement.

- Ou vous le lui demandez vous-même, ou je me charge de vous y noyer moi dans votre fontaine.

Accélérant ensuite le pas, la jeune femme s'éloigna du lieu du banquet qui allait bientôt débuter. Elle n'avait pas faim et un peu de solitude après cette rude journée ne lui ferait pas de mal. Derrière elle, Lou digérait sa réponse cinglante. Un début de silence s'installa, mais malheureusement, pas pour longtemps.

- Hééé mais l'est pas bête votre idée ! Comme ça il pourra me faire du bouche-à-bouche !



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

♦ Rose ou chou ? : Mystère
♠ Petits messages : 1472
avatar
Personnage non-jouable
Personnage non-jouable
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Examen] Cours de cuisine intensif ! - Lun 15 Juil 2013 - 16:21
Et bien, jolie mission que tu nous as faites :D
J'ai bien aimé, c'était plutôt rapide, bien détaillé et bien écrit. Après, je ne connais pas vraiment la demoiselle du début et son prince charmant mais ça a l'air d'être une sacrée gaillarde aussi. Bien joué ! Votre mission est un succès, tu passes ton examen avec brio.
[Examen] Cours de cuisine intensif !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge :: Cafétéria-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page