Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 Big Bad Island [Examen]

 
Invité
avatar
Invité
Big Bad Island [Examen] - Lun 1 Juil 2013 - 16:43

Non, non, non ! Elle n’irait pas ! Aller faire du social passait encore. Quoique, si elle avait su qu’elle aurait à négocier avec un chat, sans doute aurait-elle refusé. Mais là, jouer les nourrices pour félins, non merci ! Il fallait toujours qu’elle hérite des pires missions. À croire que la guilde n’avait que ça à faire, à aider un minet. À quoi d’ailleurs ? Récupérer une babiole. Cela lui rappelait étrangement sa mission d’entrée. Malheureusement pour elle, elle n’était pas en mesure de refuser. Les ordres venait de très haut et elle ne pouvait pas dire non. D’ailleurs, pourquoi elle ? Elle passait son temps à torturer le pauvre chaton et voilà qu’il la désignait pour l’accompagner ! À croire que son voyage sur l’île aux cerises célestes en compagnie de la Russe ne lui avait pas suffi. Il en redemandait !
D’ailleurs, à nouveau elle allait devoir aller sur une île. C’est bien, elle pourrait le noyer si besoin est. Le sac à puces risque de boire la tasse plus d’une fois. Peut-être finirait-elle pas avoir pitié de lui à force.

Pas de verre d’eau sur le visage aujourd’hui ? Il faut croire que si elle ne se bougeait pas les fesses, personne ne l’extirperait du lit. Elle pouvait tout aussi bien renâcler au fond de sa couette mais cela ne ferait pas avancer les choses. Plus tôt elle partait, plus tôt cette satanée mission serait finie. À quoi bon attendre ? D’autant plus que le nom de l’île faisait rêver. L’île des exilés. Super. Elle allait croiser tous les cinglés du monde réunis en un même lieu. Charmant. En plus d’un monstre dans les pattes, elle aurait affaire aux plus grands psychopathes existant. Non vraiment, elle ne voyait aucune raison pour refuser cette mission. Jouer les touristes l’avait toujours énormément amusée.

~~~


L’île des exilés. Elle s’était renseignée sur cet endroit avant de venir. Ce qu’elle avait appris l’avait enchantée ! Tous ces cinglés vouent une haine profonde à l’académie, elle espérait qu’il n’en était pas de même avec la guilde noire ! Là, cela pourrait être problématique. Elle observa le paysage qui se dessinait sous ses yeux. Une île des plus banale. À la voir ainsi, on ne croirait pas qu’elle abrite un grand nombre de malades mentaux. C’est avec eux que la guilde noire aurait dû faire alliance et non pas avec un chat. D’ailleurs, il était où celui-là ? C’était trop calme. Qui plus est, il était en retard. De peu, mais suffisamment pour faire râler Lyra. Elle trouve toujours une raison pour râler, de toute façon.

- Miaaaaaaaw !

Et la bestiole atterrit sur son épaule. Il se prenait pour un piaf, maintenant ? Lyra l’attrapa par la peau du cou et le porta à la hauteur de ses yeux. Il n’avait pas changé d’un poil depuis leur dernière rencontre. À voir sa gueule de chaton, elle avait toujours envie de lui mettre un coup de pied aux fesses pour lui apprendre à voler. Un peu comme avec l’histoire de la pierre.

- Tu m’avais pas manqué, toi. Amuse-toi encore une fois à m’sauter d’ssus, et j’te jure que j’te plante !

Mauvaise idée. Elle lâcha l’animal, ce dernier rebondit sur ses pattes et lécha l’une d’entre elles. Autant dire que Lyra l’avait sali, pendant qu’il y était !

- Toujours aussi aimable, la brune ! Isanagi t’a expliqué ce que j’attendais de toi ?

Non, non, elle était venue sur l’île sans savoir pourquoi, en bonne abrutie qu’elle était. Le seul regard noir que lui lança Lyra fit comprendre à Azazel qu’il valait mieux éviter de la prendre pour une cruche. Il miaula une nouvelle fois et se mit à marcher devant. Oui, marcher. Retrouver les enfoirés qui avaient pris la babiole du chat. Elle coince les voleurs, leur donne une bonne correction et le tour est joué ! Si rapide que personne ne se sera aperçu de son absence !
Lyra emboîta le pas à l’animal Après tout, n’était-il pas un roi des monstres ou quelque chose du genre ? La demoiselle ne se rappelait plus son titre pompeux exact. Mais en le voyant ainsi, il avait l’air de tout sauf un monstre. Dommage qu’elle doive l’aider à récupérer sa breloque, elle aurait bien aimé se marrer encore un peu en le taquinant sous sa forme inoffensive. Mais au moins était-ce plus facile pour se promener incognito avec un chaton tout mignon qu’avec un monstre hideux. Les gens s’arrêtaient pour caresser le minet qui ne refusait jamais l’une de ces offrandes, ronronnant de plaisir. Mais vient un moment où les grattouilles, ça suffit. Léger claquement de langue agacé de la part de Lyra. Il était temps d’avancer. À croire que ces mômes n’avaient jamais vu de chats de leur vie. Elle croyait être sur l’île des psychopathes et non pas sur l’île des crétins. Il faut croire que l’un n’allait pas sans l’autre.

Après de longues plaintes de Lyra qui s’impatientait devant le quadrupède qui traînait les pattes, ils sortirent enfin du port. La renégate suivait son guide, n’échangea pas un mot avec. Cela l’énervait déjà assez d’être réduite à chercher un objet volé, rien ne l’obligeait à dialoguer avec cet abruti de monstre.

Le calme céda sa place à l’agitation, au brouhaha. Le duo continua d’avancer et se retrouvèrent sur une grande place où différentes étales étaient installées. Il y avait de tout. Du maraîcher au cordonnier en passant par l’orfèvrerie. Un marché.

- Au fait, il ressemble à quoi, ton artefact magique ?
- Un collier.

Lyra glissa les yeux vers le chat et éclata de rire. Non, c’était une blague. C’était impossible. Un collier ? Anti-puces sans doute ! Azazel s’approcha de la demoiselle, sortit les griffes et laissa une trace sur sa jambe. C’était le désavantage de porter des shorts, les minets finissaient toujours par prendre les mollets pour des arbres à chat.
La douleur stoppa net les éclats de Lyra. Elle écarta du bout du pied l’animal. L’enfoiré l’avait fait saigner ! Pas une grande coupure, pas l’une de ces blessures de guerre. Non, juste une griffure de chat. Il faisait avec les armes dont il disposait sous cette forme. Comment lui en vouloir ?

- Cela n’a rien de drôle ! Un beau talisman avec un pentacle de gravé dessus sur l’avers et une plume sur le revers. On peut y lire une inscription en hébreu « Darag Ni El ». Un bijou inestimable !
- Non mais là, j’visualise pas trop. Un collier. Pour un chat. Pour un roi. Oui… Pourquoi pas. Franchement, l’jour où on t’a vendu ta babiole, tu pouvais pas l’exiger sous la forme d’un spectre ou d’une couronne ?
- Rhooo ! Tu vas arrêter de te moquer, oui !

Lyra se tut, serrant les lèvres pour ne plus éclater de rire. Elle était tombée sur un sacré numéro. Un roi. Un roi pitoyable, oui !
Les deux amis – vraiment ? – avancèrent entre les allées. Les badauds essayaient de les ameuter près de leurs stands. Certains faisaient peur à voir. D’autres gueulaient si fort qu’ils faisaient fuir les potentiels clients. L’animal restait collé aux jambes de Lyra. Ce serait dommage qu’un de ces fous ne le choisisse comme ingrédient pour leur soupe. Tous avaient des armes à portée de main. Joyeux. Lyra fit glisser son propre poignard entre ses doigts. Mieux valait prévenir que guérir. Vu la gueule de tous ces types, il n’avaient rien d’enfants de chœur. Tous humains mais il n’en était rien en vérité.

- Fais gaffe, ils te ressemblent peut-être mais ce sont des monstres. Des chimères. Sois sur tes gardes.

Merci le chat mais elle était déjà au courant. Ils s’approchèrent des étales, Azazel bondissant dessus, slalomant entre les marchandises sous les huées des vendeurs mécontents. Pas étonnant. Mais l’animal n’avait que faire de ces cris et continuait d’examiner chacun des bijoux. Rien. Aucun ne ressemblait à son précieux talisman. Toutes ces marchandises étaient des objets volés, aucun de ces hommes n’était honnête mais autant chercher une aiguille dans une botte de foin. C’était impossible.

Le chaton sauta à nouveau aux pieds de Lyra et ils continuèrent leurs visites entre les allées, tombant sur des objets inconnus. La magie comportait de nombreux secrets, jamais l’Homme ne pourrait tous les percer.
Elle commençait à en avoir marre à force de marcher. La mer se situait non loin. Ils avaient fait le tour et étaient à nouveau proches du port. Autant rentrer de suite. Cela ne servait à rien. Les voleurs n’allaient pas se manifester subitement pour se laisser cueillir ensuite. Malheureusement.

- Lyra !

La demoiselle tourna la tête, surprise d’entendre son nom résonner sur cette île. Elle était certaine de ne connaître personne venant de ce lieu infâme. Elle vit une chevelure rousse se détacher du lot et courir vers elle. Yeux noisettes, crinière orange, arc sur l’épaule, clope au bec. Pas de doute, c’était bien Lou. Elle l’avait crue en mission mais il faut croire que non. À moins qu’Isanagi l’ait chargée de surveiller Lyra. Non, c’était stupide. Lyra avait déjà fait ses preuves, elle n’avait pas besoin de chaperon.

- Qu’est-ce que tu fous là, Lou ?
- Ils ont la meilleure herbe du pays ici ! J’allais quand même pas passer à côté d’une telle affaire !

Ah Lou. Sa junkie préférée. Aussi la seule qu’elle connaissait. Une autre renégate qui vouait une haine sans nom aux humains. Farouche écologiste anarchiste cannibale. Beaucoup de titres pour une si jeune demoiselle. Toujours là quand elle s’y attend le moins. À croire qu’elle passait sa vie à pister la Russe.
Lou. Sans doute la seule renégate qui déteste les armes à feu et qui rêve de détruire la NRA. Tous les adhérents, leur siège social. Remontée comme elle est contre la poudre, elle serait même capable de s’en prendre aux républicains. Brave Américaine. La seule demoiselle qui déteste la tuerie de Columbine, non pas parce que c’était une tuerie contre les humains mais parce que c’était une tuerie avec des armes à feu et que tous ces humains auraient dû périr sous sa main et non pas grâce aux canons de deux cinglés. Ah Lou. Que serait la guilde noire sans toi ? Sans doute plus calme.

- T’as l’air d’être une habituée de l’île… Toi qu’as des contacts avec les pires salauds du monde, tu saurais pas où on pourrait mettre la main sur un talisman volé ?
- Des objets volés, y a que ça, chou. Sois un peu plus précise, tu veux.

Ah oui c’est vrai. L’île des exilés, paradis des crimes les plus odieux, y compris le vol ! Elle reporta son attention sur Azazel. Etonnement discret depuis l’arrivée de la rouquine, celui-là. Lyra le poussa légèrement du pied, l’incitant à prendre la parole pour mieux décrire son précieux objet. Lyra n’avait pas la science infuse et si ce roi souhaitait retrouver son bien, qu’il se bouge un peu !

- Ce talisman, c’est pas n’importe lequel ! Il appartient au grand Azazel ! Si, si, vous savez, le roi du Désert ardent !

Lou réfléchit quelques instants. Azazel, un nom à coucher dehors. Mais elle se rappelait avoir entendu Isanagi mentionner un tel nom. Un allié précieux pour la guilde noire si sa mémoire ne lui jouait pas des tours.

- Je connais quelqu’un qu’est spécialisé dans les talismans dans ce genre-là, les bijoux importants, historiques qu’ont été portés par un grand nom. Il aura peut-être le votre, qui sait ?

Les deux autres suivirent Lou, intrigués. Ils croyaient avoir fait le tour de la place marchande mais ils s’étaient trompés. La rouquine les entraîna dans une ruelle sombre. Ils pensaient avoir vu le meilleur du gratin au marché, ils s’étaient trompés. Ils n’avaient encore rien vu. Là, plus de cris pour attirer le client. Des têtes étaient épinglées sur les murs, annonçant la couleur. Cela puait le sang. À croire qu’on avait égorgé un cochon dans les environs. Lyra marcha dans une flaque. Elle baissa les yeux pour voir qu’elle pataugeait dans du sang. Original.

Des grognements se firent entendre. Bestiaux. Monstrueux. S’ils continuent, ils fonceront droit vers ces monstres. Lyra tourna la tête vers Lou, cherchant une aide dans son regard. Mais rien. La demoiselle lui faisait signe d’avancer sans se soucier des aboiements proches.
Le chat sauta dans les bras de la rouquine, peu rassuré. Si même le roi des monstres se mettait à avoir peur d’une bande de chiens.
Lorsqu’ils sortirent de l’ombre, elle les reconnut. Des Lyncheurs. À croire qu’elle était forcée de côtoyer Azazel avec ces horribles hybrides aux alentours. Ils montrèrent les dents, prêts à déchiqueter en tranches les intrus. Elle allait devoir faire comme d’habitude. Tuer.

Le chef de meute se jeta sur elle, elle fit apparaître une lame effilée et lumineuse à l’aide de la magie des arcanes et trancha la tête de l’animal. Simple. Rapide. Le crâne roula à ses pieds, elle posa son pied dessus.

- D’autres amateurs ? fit-elle avec un sourire.

Mais ce n’est pas la perte d’un des leurs qui allait arrêter des monstres. Ils ne réfléchissaient pas, agissaient seulement. Ils vivaient dans l’immédiat, ne savaient pas penser le monde. Seuls leurs besoins primaires les intéressaient. Pour le moment, leur besoin était de se nourrir. Et ces deux bipèdes accompagnées d’un quadrupède à poils feraient un bon repas.

La Russe jeta un coup d’œil à Lou. Elle avait bandé son arc, encoché une flèche, prête à faire feu, le minet sur ses épaules. Mauvaise idée. Connaissant les talents d’archère de son talent, mieux valait éviter qu’elle s’en mêle. Seule contre ces quatre monstres. Elle l’avait déjà fait. Elle pouvait recommencer.
Le sabre tournoya entre ses mains. Cette fois-ci, elle ne ferait pas dans la finesse. Se débarrasser de ces ennemis. Voilà son seul objectif.

Les quatre autres Lyncheurs continuaient de grogner. Ils semblaient moins pressés de se frotter à l’humaine que le défunt. Qu’à cela ne tienne, elle irait à eux.
Elle s’élança en leur direction, lame en avant. Même si le contrôle des limites lui octroyait la capacité de faire de fabuleux bonds, ses adversaires étaient tout aussi rapides et esquivèrent sans mal. Une flèche atterrit dans l’œil d’une des bêtes. Lyra tourna la tête vers Lou. En vérité, elle visait le poitrail de l’animal à gauche.

- Si jamais tu m’tires dessus, j’t’étripe !

Voilà, la menace était lancée. Mais autant profiter de cette flèche inopinée pour s’en prendre à la bête atteinte de cécité. Lyra bondit à nouveau dessus, s’agrippant à l’animal. On nageait en plein rodéo. La bête ne cessait de se débattre pour essayer de désarçonner cette intruse. En vain. Au lieu de tuer cet hybride de suite, autant s’en servir à son avantage. Les autres membres de la meute s’approchèrent de celui ayant une passagère mystère sur le dos, essayant de lui mordre les mollets. Lyra joua de sa lame et la laissa se frayer un chemin droit vers les boyaux d’une des bêtes. Pas touche à ses jambes. Elle attirait les monstres ou quoi ?
Encore trois debout dont un mal en point. Ils ne se rendront pas. La mort serait leur récompense pour avoir lutté contre la renégate.

Nouvelle pluie de flèches en direction de la scène de combat. Aucune ne toucha sa cible. L’une frôla Lyra. Elle ne dut son salut que grâce à ses réflexes. Lou, danger public. Déconcentrée un instant, elle ne vit pas l’animal proche de sa jambe et lui mordit le pied. Elle hurla. Avant de lui donner un bon coup de pied pour l’assommer. Elle sauta de sa monture et acheva la bête qu’elle venait d’étourdir.
Lasse de ce rodéo, Lyra enfonça sa lame dans le dos du monstre qui s’affaissa aussitôt. Parcouru de soubresauts, elle lui trancha la tête. Comme au premier.

- Lou t’es gentille et tu ranges ton arc !

Donner des ordres à Lou et se faire écouter. Lyra avait de l’espoir.  
L’animal et l’humaine se jugèrent. Ce serait facile d’en finir. Le Lyncheur fut plus rapide et bondit sur Lyra, qui se retrouva au sol suite à un tel poids. Les crocs claquèrent dans le vide. La lame s’enfonça dans la chair du monstre, grésillant. La Russe fit basculer sur le côté ce corps se vidant peu à peu de ce sang.

- J’espère que ça en vaut la peine, marmonna-t-elle, allez venez, y a plus de danger maintenant.

Les mouches s’hâtaient déjà vers les cadavres encore fumants. Le groupe continua de s’engouffrer dans la ruelle, à la recherche du mystérieux indicateur de Lou. Une étale en sale état était installée au milieu de la rue. Toutes sortes de bijoux étaient positionnées, Azazel sauta des épaules de la rouquine pour aller fourrer son nez dans la marchandise.

- Hey Fédor ! T’inquiètes pas, c’est des amis, s’exclama-t-elle en montrant les deux autres du doigt, dis-moi par hasard, t’aurais pas vu passer entre tes mains un talisman appartenant à un certain Azazel.
- J’viens d’le vendre, chérie. À un bon prix d’ailleurs. J’crois qu’il allait vers le port, si t’as des pépettes à dépenser, il acceptera p’têt que tu lui achètes. Mais alors j’espère que t’en as beaucoup ! C’était un grand brun avec un tatouage en forme de serpent sur le bras. Du jamais vu. Tu devrais l’reconnaître assez facilement.
- Enfoiré ! Vous avez volé mon talisman !

L’homme fut surpris de voir un chat télépathe. Plus surpris encore quand il comprit qu’il avait affaire à Azazel.

- Les affaires sont les affaires, mon coco.

L’homme ricana. Ce mec lui foutait la trouille. Lou avait vraiment de drôles de connaissances. Inutile de rester ici plus longtemps, Lyra fit demi-tour, ignorant la douleur qui la lançait au niveau de son pied. Il en fallait plus pour l’arrêter.
Le portrait n’était pas très précis mais ils feraient avec.

Ils regagnèrent les environs du port, pressés. C’était désert. Pas un chat. Lyra s’était attendue voir foule, c’était tout le contraire. Personne.
Un homme était assis près de l’eau. Un drôle de tatouage sur le bras. C’était lui. C’était forcément lui. Lyra s’approcha. Et maintenant ? Lui demander gentiment de lui rendre ce médaillon car il appartenait au roi du désert ardent. Après tout, peut-être avaient-ils affaire à un bisounours ? Mais à voir sa gueule, elle en doutait. Plutôt le genre gros bras qui cherche la bagarre. Alors quoi ? Lui arracher le médaillon du cou – car oui, ce crétin ne se gênait pas pour le porter – et partir en courant ? Avec son pied blessé, cela risquait d’être compliqué.

- Un problème ?

Lyra sursauta. La voix grave la sortit de ses pensées. L’homme se releva et elle se plaça face à lui. Elle modela les arcanes de façon à avoir une épée dans la main. Un roi lui avait appris à s’en servir, ce serait dommage de gaspiller de tels enseignements. D’accord, Atios ne lui avait rien appris du tout, elle s’était contentée de l’observer combattre et son domaine divinatoire avait fait le reste. Mais l’essentiel était qu’elle allait mettre une raclée à ce type, non ?

- L’problème, c’est que tu portes autour de ton cou le talisman du roi du désert ardent, Azazel. Et moi, ça m’plait pas trop. Alors tu vas gentiment me donner ce bijou et il t’arrivera rien, l’ami.

L’autre faisait bien deux têtes de plus que Lyra. Un colosse. Super. Pourtant, ses mains tenaient toujours aussi fermement l’épée, elle était toujours aussi sûre d’elle. Le doux bruit d’une lame en acier se fit entendre. Lui avait sorti un katana. Katana contre épée. Le combat était égal.

Lyra pouvait se servir de sa taille comme avantage. Elle prit appui sur ses jambes, bien décidée à épuiser ce gros balourd. L’autre lança sa première attaque, tentant de trancher en deux la demoiselle. Mieux valait éviter l’affrontement direct ou elle perdrait. Elle avait toujours le contrôle des limites de son côté mais mieux valait ne pas s’emballer. Elle disposait de ses propres ressources. Lyra arrêtait chacun de ses assauts. Tout dans la force, il ne réfléchissait pas. Une danse semblait s’être installée entre les deux combattants. Lyra paraît les coups, les évitant avec une simplicité déconcertante. Elle ne cherchait pas à l’attaquer. Pas pour le moment. Mais si elle comptait le fatiguer, elle risquait de l’être avant lui. Cet homme semblait avoir une réserve d’énergie inépuisable.

Une flèche fusa dans le ciel. L’homme leva la tête pour observer le projectile perdu. Un instant de distraction. Merci Lou. Lyra forma une sphère lumineuse et la projeta sur la main droite de l’autre tenant son arme. Sous l’effet de surprise, il la lâcha. Lyra se jeta sur lui, épée pointée sous sa gorge.

- Le talisman, fit-elle en détachant chacune des syllabes.

Elle n’avait aucune intention de le tuer. Non. Il était humain. Du moins son enveloppe corporelle l’était-elle. En vérité, ce n’était qu’une chimère comme les autres, un monstre ayant pris cette apparence pour se fondre dans la masse. Il n’avait rien à voir avec un vrai humain. Et pourtant. Et pourtant cela suffisait à empêcher Lyra de lui donner le coup de grâce. À sa place, Lou n’aurait pas hésité. Mais Lou n’était pas à sa place.

- Tu le veux ? Vas le chercher !

Sur ces mots, il arracha le talisman de son cou et le lança en direction de la mer. Sans réfléchir, Lyra plongea pour le récupérer. Elle ne pouvait pas échouer. Pas après tous ces efforts déployés. Tout ça pour un bijou de pacotille.

Lyra s’enfonçait sous l’eau, cherchant le talisman. Un chant attira son attention. Une voix cristalline résonnait sous l’eau. Une autre voix vint bientôt se joindre à la première, créant une agréable symphonie. Lyra nagea en direction des chants, intriguée.
Deux sirènes. Dont l’une avec la breloque dans la main, bien sûr. Sinon, ce ne serait pas drôle. Un chat et deux poissons. Belle journée !
Lyra avait toujours l’épée scintillante en main. Mauvaise idée. Les queues des sirènes s’agitaient sous l’eau, leurs chants cessèrent. Chant inutile sur la demoiselle.

La première créature se jeta sur elle, la percutant de plein fouet. Lyra n’avait pas vu le coup venir. Rapide, l’animal. La lame effleura les écailles de la queue, les gestes de Lyra étaient lents comparés à ceux de la sirène. La renégate n’était pas habituée à combattre sous l’eau. « Va y avoir des sushi pour l’dîner ! » s’amusa-t-elle. À moins que ce ne soit elle qui ne serve de repas aux poissons. Les mains de la femme attrapèrent le cou de la Russe. Ah non, hors de question de mourir par strangulation sous l’océan – comme la chanson – ce serait trop bête !
L’épée disparut, la demoiselle attrapa son poignard. Une lame courte pour un tel combat, cela valait mieux. La demoiselle étouffait mais sa lame vint rencontrer la poitrine du monstre, allant se loger dans son cœur. Les chants avaient cédé leur place pour des cris de douleur. Lyra extirpa son poignard, se dégageant de l’étreinte de son adversaire s’affaiblissant un peu plus à chaque seconde qui s’écoulait. Encore un thon et ce serait fini. Encore un thon entre elle et le talisman et tout ça serait derrière elle. Bel et bien fini. « À nous deux ! »

La sirène ne quittait pas des yeux le corps de sa compagne se vidant peu à peu de sa vie. Son regard avait changé. Enervée. Elle fusa avec la même énergie que l’autre sur Lyra. On ne l’aurait pas deux fois. La demoiselle fit un bond sur le côté, évitant la furie. Elle jouait avec la lame entre ses mains, la faisant passer d’une paume à l’autre. Si cette mégère souhaitait venger son amie, d’accord. Au moins la retrouverait-elle dans la mort.

Il fallait qu’elle fasse vite. Le temps pressait. Elle ne pouvait respirer sous l’eau que cinq minutes grâce au contrôle des limites, il lui en restait à peine la moitié. Poignard en bouche, elle fit apparaître deux sphères d’arcane qu’elle fusionna ensemble pour projeter cette seule et même boule blanche contre son ennemie. La sirène agita sa queue, s’en servant contre bouclier, le projectile vint se perdre sur ses écailles, l’égratignant à peine. La magie, mauvaise idée. Mieux valait qu’elle achève aussi celle-ci à l’ancienne.
Le poisson enfila le bijou autour du cou pour pouvoir se battre plus aisément. Avec la même vitesse, elle s’élança sur sa cible, décidée à lui faire payer le prix de son audace. Lyra remit la lame dans sa main, attendit que la sirène soit suffisamment proche d’elle et l’attrapa par sa longue crinière, l’empêchant de se mouvoir. Elle lui donnait le tournis à force d’agir telle une torpille sous l’eau. La lame se glissa sous le cou de la femme, traçant un sillon sous sa gorge. Une belle trace, nette, droite. Le sang ne manqua pas à se mélanger avec l’eau. Lyra lâcha son ennemie, arrachant le collier de sa main libre.

Elle remonta à la surface, toussotant, crachant de l’eau. Cela faisait plus de cinq minutes. Elle rejoint le bord à la nage, retrouvant Azazel sur la chimère humanoïde occupé à lui griffer le visage pour lui apprendre la politesse et Lou tenant à distance cette même chimère. La simple vue de la flèche lui ôtait toute envie de se relever. Si seulement il avait su que la rouquine était une mauvaise archère, il n’aurait sans doute pas hésité à combattre à nouveau.

- J’ai ton talisman, fit Lyra en exhibant l’objet, on peut rentrer.

Lyra attrapa le chat dans ses bras et tourna le dos à la chimère, retrouvant Lou. Elle pouvait enfin rentrer.
Un coup de feu retentit. Lyra porta la main à son épaule blessée. L’ordure.

- Tu devrais pas être aussi sentimentale, ricana l’autre.

La flèche de Lou partit, fusant droit sur l’homme. À force d’accumuler les tirs ratés au moins commençait-elle à s’améliorer. La tête reçut le projectile. L’arme à feu tomba au sol. Plus de chimère. Plus rien. Son hésitation lui avait coûté une blessure de plus. Ce n’était pas la première fois et ce ne serait pas la dernière.

- Enfoiré.

C’était davantage parce que cette chimère possédait une arme à feu que parce qu’il avait blessé Lyra que Lou l’insultait. Formidable amie, n’est-ce pas ?
Lyra retira la main de sa blessure. Ça ira. Elle était déjà morte une fois et avait frôlé cette dernière un nombre incalculable de fois depuis qu’elle avait ressuscité. À force, on finit par s’y habituer. La bretelle de son débardeur se tâchait peu à peu, quittant cette teinte mauve pour foncer davantage encore. Lyra posa Azazel au sol et s’accroupit à son niveau pour lui placer son collier autour du cou. Un sourire s’afficha sur son visage et l’animal miaula de satisfaction.
♦ Rose ou chou ? : Fumée
♠ Petits messages : 2152

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expériences :
10000/10000  (10000/10000)
Votre domaine: La Création
avatar
Âme Errante
Voir le profil de l'utilisateur http://www.deus-academia.com/
Re: Big Bad Island [Examen] - Mar 2 Juil 2013 - 7:46
Bien, c'était une quête sympathique à lire. Toutefois la fin m'a légèrement déçue en voyant à quelle rapidité elle s'est finie. Trop brutale, trop rapide, en plus tu aurais pu approfondir sur l'apparence d'Azazel pour le coup mis à part si tu hésites à le faire ? Enfin, voilà, ton examen est donc clos. Bien joué !
Big Bad Island [Examen]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: Le Monde des Humains :: Hors de la ville :: Vers l'océan-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page