Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

Sport, pique nique, et cadeau.

Aller à la page : 1, 2  Suivant
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Sport, pique nique, et cadeau. - Jeu 27 Juin 2013 - 15:57


Cela faisait quoi, deux jours qu’il avait découvert l’existence de sa descendante dans l’académie, mais déjà il avait décidé de lui faire un cadeau, peut être pas le genre de cadeau plaisant aux jeunes filles, mais Alexander était pourtant convaincu que c’était un cadeau idéal.
Et voila, une heure avant que les premiers rayons du soleil ne frappe l’académie, le professeur se trouvait déjà hors de sa chambre, récupérant le cadeau qu’il avait commander. Mais pas question de le lui offrir comme ça, il sortit un peu plus loin, hors de l’académie et dissimula le cadeau au pied d’un arbre dans une petite clairière.

Cela fait il prépara rapidement un pique nique qu’il mit dans un sac avant de se diriger vers la chambre de Kate. Repassant dans son esprit ce qu’il avait prévus, à savoir : quelques sandwich à divers parfum que le cuisinier lui avait fait à sa demande, de l’eau, du vin, divers fruits, une couverture, et même une bouteille de jus de fruit.
Et devant la porte il prit une profonde inspiration avant de la marteler pendant presque cinq minutes avant qu’enfin Kate vienne lui ouvrir. Elle venait visiblement de se lever, après tout le soleil commençait seulement à lancer ses premiers rayons dans le dos du blond, ne réchauffant même pas l’air tiède de la saison. Puis, après un petit sourire sur son visage inexpressif il lui adressa la parole sans non plus crier.


- Je te laisse une quinzaine de minute pour te préparer et ensuite nous partons.

Pas besoin de plus, c’est ce qu’il donnait dans son camp d’entraînement à son époque, non, il donnait vingt minute en fait … Bof, elle ferait avec non ? Peut être un rapide détour par la cafeteria pour attraper une tartine ou deux si elle le désirait, mais il ne laisserait pas plus à Kate, la journée s’annonçait magnifiquement ensoleillé, idéale pour un pique nique, mais aussi pour un entraînement, son camarade de chambre ? Même pas la peine qu’il se montre si il ne voulait pas être passé à tabas par le chevalier après le problème récent, Alexander en avait encore quelques égratignures sur le corps d’ailleurs. C’est peut être pour cela qu’il attendait à l’extérieur de la chambre qu’elle se prépare, si il entrait pour savoir que cet individu on ne peut plus dangereux était à proximité de sa descendante … Il secoua légèrement la tête, aujourd’hui il allait passer du temps avec elle, en famille, rien que lui et elle, pas besoin d’un intrus, et cette fois ils allaient vraiment pouvoir agir en famille, pas comme leur dernière escapade qui les plaçait sous le signe de la découverte.
Au final elle fut plus rapide qu’il ne le pensait, et sorti assez rapidement.


- Bien, nous y allons je t’expliquerais tout ça une fois arrivé, un passage éclair à la cafétéria avant ou pas ? C’est comme tu veux.

Si oui, deux tartines et course à pied jusqu’à l’endroit du pique nique, si non la course à pied commençait maintenant, vous l’aurez compris dans tout les cas, l’échauffement commençait rapidement pour le professeur.




Invité
avatar
Invité
Re: Sport, pique nique, et cadeau. - Lun 8 Juil 2013 - 12:06
Cela faisait deux jours que j'avais appris la présence d'un de mes ancêtres paternels - c'est à dire, du côté de mon père - dans la Deus Academia. Franchement, je ne savais pas comment je devais réagir, ou ressentir. Cela faisait bizarre de découvrir qu'un membre de sa famille venant d'une époque lointaine était près de soi depuis des mois, sans le savoir. Alors qu'en plus, je devais le côtoyer..... J'étais perdue. Je ne savais même pas comment l'appeler.... Comment je devais me comporter envers lui ? Que fera-t-il de moi ? Dans tous les cas, il m'avait accepté dans la famille, m'avait même offert la chevalière des Urmanis. Il n'allait pas me battre et me torturer comme l'avait fait mon défunt père adoptif. J'essayais de l'oublier, mais la douleur des bouteilles de bière vides que mon père utilisait pour me frapper était toujours présente. Mon corps se souvenait de tout cela. Je me rappelais encore de moi-même en train de pleurer, implorant la pitié à mon père. Il n'arrêtait pas de crier "Tu ne mérites pas de vivre, crève". Alors que je le voyais sur le point de me battre à nouveau, je réalisais que c'était un rêve. C'était les bruits du "toc toc" de la porte qui m'avait sorti de ma torpeur. Je me forçais à me lever et je vis justement mon ancêtre, Alexander Urmanis, devant ma porte, ne dégageant aucune émotion. Pourquoi était-il là ? Qu'avais-je fais ? Voulait-il améliorer notre relation familial ? Pourtant, son regard ne présageait rien de bon. Il ne montrait pas d'émotion sur son visage. Il se contenta de dire ceci :

- Je te laisse une quinzaine de minute pour te préparer et ensuite nous partons.

Je remarquais qu'il avait lui un sac à dos que l'on utilisais en vacance à la campagne pour aller faire du pique-nique. Mais, pourquoi me regardait-il avec un tel regard si nous allions tout simplement manger dans l'air pur ? Il voulait donc renforcer nos liens.... Je ne savais pas si c'était la coutume du Moyen Age que l'Homme mettait un temps à la femme d'aller se préparer, sans la prévenir et tôt le matin, mais je n'appréciais guère son comportement envers moi. Heureusement que je n'avais pas grand chose à faire... Je lui fermai la porte au nez pour aller me brosser les dents, me doucher rapidement et prendre mes nouveaux habits que j'avais échangé avec les anciens : chemise violet sombre à rayure noir avec un mini gilet sombre et sur mini-short de même couleur, le tout avec des longues bottes avec un petit chapeau et des accessoires en tout genre. Pour l'instant, j'étais toute seule dans ma chambre, je n'avais pas encore de colocataire. En fait, je n'y avais pas réellement pensé à ça. J'étais déjà dans une chambre seule étant "vivante" et avoir un compagnon de nuit ne me dérangerait pas, tant que ce n'était pas un pervers.... Bref, je sortais de mon dortoir pour voir mon ancêtre.

- Bien, nous y allons je t’expliquerais tout ça une fois arrivé, un passage éclair à la cafétéria avant ou pas ? C’est comme tu veux.

Aller à la cafétéria ? Pour ma part, il s'agissait d'une mauvaise idée. J'avais peur que des élèves se levaient tôt - même si c'était improbable vu que c'était le Week-End - nous voyais ensemble. Presque tous mes camarades savaient ma relation avec les professeurs n'étaient pas très positif. Surtout le cours avec Rain Sinclaire, où je m'étais prise la tête avec la professeur. Je pouvais vous dire que j'étais, dorénavant, sur sa liste noire. Je savais qu'elle ne m'apprécierait pas beaucoup. D'un côté, vu comment j'étais maintenant, je me fichais éperdument de cette femme. Elle était le cadet de mes soucies. Elle m'avait montré que ce n'était qu'une gamine voulant montrer sa force et sa supériorité envers les autres. Je pensais qu'elle était une sorte d'esclave durant son vivant, une esclave qu'on maltraitait et souffrait pour qu'elle se vengeait sur ses élèves. Mais bon, elle faisait sa vie maintenant, je n'avais plus rien à faire avec elle. Enfin, ce n'était pas le sujet. Je regardais mon ancêtre en lui disant:

- Il me semble que tu as préparé un pique-nique, il n'est donc pas nécessaire de faire halte là-bas. Je veux juste savoir pourquoi tu m'as réveillé si tôt, rien de plus.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Sport, pique nique, et cadeau. - Mar 9 Juil 2013 - 1:38


C’est étrange, il semblait l’avoir mise peut être pas mal à l’aise, mais un peu sur les nerfs avec son arrivé à l’improviste. Enfin bon, il fut surprit qu’elle ne tarde vraiment pas à le rejoindre toute prête pour leur petite excursion.
Il ne pouvait vraiment pas se plaindre de sa descendante, elle lui paraissait presque la fille idéale en fait. Mais ça c’était sa pensée, pour le lui faire dire ce n’était pas la même histoire, et en ça, il suivait les traces de son propre père, toujours présent dans l’ombre du sillage de son enfant, le pousser à se dépasser par forcément gentiment, mais ne jamais admettre qu’il tenait à lui.
Enfin bon, elle finit par prendre parole juste avant leur départ.


- Il me semble que tu as préparé un pique-nique, il n'est donc pas nécessaire de faire halte là-bas. Je veux juste savoir pourquoi tu m'as réveillé si tôt, rien de plus.

Bon, récapitulons, pour le pique nique surprise, il pouvait repasser, après, ce n’était pas non plus un grand drame pour le professeur. Et c’est vrai qu’il avait tout prévus en bonne quantité, mais bon … Mais si elle comptait casser le jeun de la nuit avec lui, elle risquait d’avoir une surprise quand à ce qu’elle allait manger ! Il était revenu en vie depuis assez longtemps pour savoir qu’il devait embêter pendant des heures les cuisiniers pour avoir son habituelle soupe au vin, des tranches de pains épaisses, et le fameux potage au lait entier et lardons. Enfin, la suite était plus normale pour cette époque, il avait obtenu des classiques sandwichs au jambon et au beurre.
Enfin le problème n’était pas le choix des repas, il allait peut être devoir répondre à sa quesion en fin de compte.


- Je voulais faire mon entraînement matinal avec ma descendante … Tu aurais préféré que je ne vienne pas ?

En gros il demandait implicitement si elle voulait faire du sport ou pas, enfin, pour lui offrir son cadeau il n’aurait pas eu d’autre choix que de lui forcer la main pour la conduire sur le fameux lieu. Dans son esprit il visionnait rapidement le trajet à effectuer. Course à pied dans l’académie jusqu’au portail, puis longer la forêt torturé pour croiser une rivière et longer cette dernière sur un kilomètre pour arriver au fameux arbre en question. Soit environs trois petit kilomètres de course à pied, ça se boucle en une trentaine de minute à un rythme normal.

- Et j’ajouterais, que malgré que l’on soit ici en même temps depuis un moment, je voudrais apprendre à connaître la dernière représentante de ma famille. Et quoi de mieux que de passer un moment rien que nous deux pour apprendre à nous connaître ?

C’est vrai, qu’elle grand père ne rêverait pas de pouvoir passer du temps avec sa petite fille de quinze génération d’après ? Il avait cette chance d’être en plus encore en forme exceptionnel tout en la côtoyant, c’était même encore mieux, et la situation se rapprochait bien plus d’un père avec sa fille que d’un vieillard avec sa petite petite petite …… petite fille. Il faut bien savoir prendre les opportunités lorsqu’elles arrivent à soi.
Après ces quelques petits propos, le chevalier partit en courant, alors même qu'il se trouvait déjà dans l'académie, mais bon, il ne se voyait pas marcher alors qu'il allait être en entrainement ! De temps en temps il jetait un coup d’œil, s'assurant qu'il ne la perdait pas. Puis juste avant qu'ils ne traversent le portail il regarda Kate, quelque chose l'intriguait.


- J'ai l'impression que ma demande t'a surprit, je me trompe ? Pourtant mon père me faisait la même chose alors que j'étais bien plus jeune ...




Invité
avatar
Invité
Re: Sport, pique nique, et cadeau. - Mar 23 Juil 2013 - 20:08
- Je voulais faire mon entraînement matinal avec ma descendante … Tu aurais préféré que je ne vienne pas ?

Son entraînement matinal ? En effet, vu sa carrure et son passé de chevalier, il était normal qu'un homme de sa trempe fasse ce genre d'activité tôt le matin. Mais, ce qui me semblait un peu plus étrange, c'était qu'il invitait une fille à l'accompagner. Normalement, les damoiselles de Moyen Age étaient bonnes à faire la cuisine, la couture et la lessive. Elles ne devaient pas effectuer des exercices physiques. La plupart à cette époque étaient des religieuses, priant Dieu pour je ne savais quel raison. Voir un défunt chevalier proposer à une femme, de sa famille qui plus est, était étonnant. Surtout que ce serait un déshonneur, j'imagine. Est-ce que la Deus Academie l'avait rendu plus moderne ? Cela me faisait intérieurement plaisir de le voir comme ça. L'intention qu'il me portait, comme si cela venait d'un père.....Un père que je n'avais jamais eu. Évidemment, je cachais tout cela au fond de moi-même devant lui. Je ne voulais pas qu'il me voyait trop émue par son intention. J'avais peur qu'il se croyait trop dans son nouveau rôle d'ancêtre.

- Et j’ajouterais, que malgré que l’on soit ici en même temps depuis un moment, je voudrais apprendre à connaître la dernière représentante de ma famille. Et quoi de mieux que de passer un moment rien que nous deux pour apprendre à nous connaître ?

Il avait raison sur ce point là. Ce n'était pas tous les jours qu'on pouvait faire connaissance avec son ancêtre. Au lieu de rencontrer mes parents, c'était plus loin dans l'arbre généalogique dont j'avais rencontré. Cette entrainement matinale était une excuse pour passer du temps ensemble. Soudain, il s'était mis à courir. Je le suivis jusqu'au portail. Il courrait vachement vite, dis donc. J'avais du mal à le suivre. Arrivé devant le grand portail, il se tourna vers moi.

- J'ai l'impression que ma demande t'a surprit, je me trompe ? Pourtant mon père me faisait la même chose alors que j'étais bien plus jeune ...

Il était incroyable. Malgré mon air inexpressif et mon handicap à l’œil, il avait vu derrière ce masque glacial que je m'étais imposée pour me poser cette question. Je montrais ma surprise en levant mon sourcil droit. Ce qui me faisait rire intérieurement c'était le fait qu'il trouvait ça normal de venir dans ma chambre et me demander cette entrainement pour passer beaucoup de temps ensemble. Je pense qu'il n'avait pas tout appris du monde contemporain donc je me devais de l'expliquer.

Ce qui m'a surprise est le fait que tu me le demandes alors que je suis une fille car j'ai appris que les femmes de ton époque n'avait pas à se battre ou autre. Et puis, les pères de mon époque vont plus faire du shopping avec leurs filles ou les payer des restaurants, concerts, etc. 
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Sport, pique nique, et cadeau. - Mer 24 Juil 2013 - 19:41


Il est vrai qu’elle était froide ce matin, elle avait claqué la porte sous ses yeux, elle ne semblait pas très bavarde. Mais le chevalier la revoyait encore pleurer contre lui lorsqu’il lui annonça simplement ce ‘’bienvenue dans la famille’’.
Ce n’était peut être rien, mais dans un sens cela l’avait mit mal à l’aise, il n’avait pas trop sut quoi faire devant une pareil marque d’affection et c’était simplement contenté de lui tapoter le dos avant de la raccompagner à l’académie sans dire un seul mot, elle comme lui. Il avait l’impression qu’un mur les avait séparé après cela, et cet entraînement était simplement une excuse qu’il s’était fait pour vérifier son impression.
Au cours du bref arrêt au portail il l’écouta attentivement, intrigué et curieux.


Ce qui m'a surprise est le fait que tu me le demandes alors que je suis une fille car j'ai appris que les femmes de ton époque n'avait pas à se battre ou autre. Et puis, les pères de mon époque vont plus faire du shopping avec leurs filles ou les payer des restaurants, concerts, etc.

Les femmes de son époque … oui bien souvent elles ne se battaient pas, pourtant au cours de ses conquêtes avec son ordre, il en avait vu qui se défendaient bien, certaines terrassaient même certains chevaliers alors qu’elles n’avaient pas subit le même entraînement.
Non, au yeux d’Alexander il n’existait pas vraiment une différence entre les deux sexes, sauf peut être la force qu’ils arrivent à développer. Mais il est vrai que dans les familles nobles malgré que l’écart se voie moins que dans la chevalerie, les rôles étaient bien souvent comme elle le supposait.

Enfin … Malgré qu’il n’ai pas vraiment compris tout les propos qu’elle lui avait tenu, les principe du shopping ou du restaurant lui échappait particulièrement bien, tout comme le concert. Il sourit et lui tapota l’épaule avant de reperdre son sourire et lui parler.


- Alors car tu es une fille tu souhaiterais que j’agisse différemment avec toi ?

Il avait de bien différent opinion par rapport à ceux de sont époque, mais il n’en disait jamais rien à personne de son vivant pour une raison on ne peut plus simple. Oui, au moyen âge avouer que tu ne croyais pas vraiment et que pour toi les femmes était équivalente au homme pouvait vous raccourcir d’une tête au niveau du cou ou bien vous donnez le ressentit d’un porc cuit à la broche … Il fit juste un pas vers l’extérieur et s’arrêta net, les mots qu’il n’avait pas compris le tracassait trop, il fallait qu’il demande.

- hmmm … c’est quoi le chaupinegue, les restaurants et les concert ?

Le premier mot l’intriguait vraiment, il ne savait absolument pas ce que c’était, il ne l’avait jamais entendu ! Enfin elle pourrait probablement lui répondre. Dés qu’elle aurait répondu, il commencerait le footing, ils seraient partit pour environs une heure de course à pied à travers la forêt, la plaine en longeant la rivière, et arriveraient à l’arbre au il avait prévus d’effectuer le repas. Il aurait pu aller en ligne droite, et donc ne courir qu’une dizaine de minutes, mais non, il préférait faire une large détour pour bien entamer la journée. Il auraient tout le temps de discuter pendant qu’ils se restaureraient à l’ombre de l’arbre.




Invité
avatar
Invité
Re: Sport, pique nique, et cadeau. - Mer 31 Juil 2013 - 16:52
- Alors car tu es une fille tu souhaiterais que j’agisse différemment avec toi ?

Il est stupide ou il le faisait exprès ? Ce n'était pas parce que j'étais une fille que je voulais qu'il se comportait de manière différente avec moi. Je ne voulais pas non plus qu'il me mettait une ceinture de chasteté non plus. Je trouvais juste bizarre de voir un homme du moyen âge se comporter comme il le faisait avec une fille. Mais, ce que je voulais réellement, c'était qu'il me laisse faire comme je l'entendais, tout en restant auprès de moi. J'étais contente qu'il soit là vu qu'il était de ma famille, mais c'est tout. Avec l'absence de Neal, je m'étais sentie seule, malgré les gens qui étaient autour de moi. Et avec les récents évènements, j'avais vraiment besoin d'être avec quelqu'un. Je ne savais pas encore quel était l'objectif de mon ancêtre avec cet entrainement. Ok, cela nous permettait de mieux se connaitre....Mais que voulait-il savoir plus de moi ? Je lui avais tout dit sur ma vie passé.

Non, répondis-je sans émotion. Je ne veux pas que tu me fasses un traitement de faveur. Je veux juste....que tu me traites comme les filles de ton époque, rien de plus. Enfin, que tu me laisses faire ce qui me plait, sortir avec qui je veux, rester avec moi...

Nous continuions alors notre route vers l'extérieur de l'académie. Normalement, pour les élèves n'avaient pas le droit de traverser ce portail. La dernière fois que j'avais transgressé cette règle, c'était ma rencontre avec Doni Salvatore. Qui a disparu d'ailleurs. Je n'avais plus aucune nouvelle de lui. Cela m'inquiétait. Non pas que je l'aimais particulièrement comme le pensait la majorité des habitants de la Deus Academia, mais c'était juste un bon ami et sa disparition me laisse un gros vide dans mon cœur. Bref. Je continuais de suivre mon ancêtre qui s'arrêta net après avoir mis un pied à l'extérieur du portail. Il se tourna vers moi et me demanda quelque chose que jamais je n'aurais jamais cru entendre.

- hmmm … c’est quoi le chaupinegue, les restaurants et les concert ?

Il était sérieux là ? "Chaupinegue" ? Pourtant, je l'avais bien dis avec l'accent vu qu'il s'agissait de ma langue. Tient, en parlant de cela....Comment on fait tous pour se comprendre alors qu'on vient de lieu et d'époque différent ? C'était bizarre. Bref. Il n'était vraiment pas à la page. J'allais donc lui apprendre à connaitre un peu plus le monde contemporain. Le pauvre, il devait être dépasser par toutes ces nouvelles technologies et traditions. Tout en continuant à marcher? Je l'expliquais.

Déjà, cela se prononce "Shopping". Sinon, le Shopping veut dire "Faire les magasins". En gros, on va dans d'énorme marché vendant des vêtements, bijoux et d'autre truc divers. Les restaurants sont des endroits où on mange de la nourriture proposée. Et les concerts, ce sont des spectacles où une ou plusieurs personnes chantent et font de la musique. Évidemment, tout ça est payant et ce n'est pas si facile que ça d'y accéder. Il faut travailler et avoir d'assez d'argent.

Je continuais de lui expliquer un peu plus sur ce sujet jusqu'à ce que nous arrivions à destination. J'allais enfin découvrir ce qu'il voulait faire réellement. Si ce n'était que du sport, cela risquerait d'être ennuyant et fatiguant à la fois. Et cela durerait combien de temps ? Juste la matinée ? En fait, je ne m'imaginais pas vraiment à ce qu'on passait du temps à faire que des exercices tous les matins. Je voulais que l'on soit plus proche, mais d'une autre manière. Sauf que je ne voulais pas trop le vexer ou le blesser.

Nous y voilà, donc maintenant, on fait quoi ?
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Sport, pique nique, et cadeau. - Mer 31 Juil 2013 - 23:30

Non, je ne veux pas que tu me fasses un traitement de faveur. Je veux juste....que tu me traites comme les filles de ton époque, rien de plus. Enfin, que tu me laisses faire ce qui me plait, sortir avec qui je veux, rester avec moi...

La laisser faire tout ce qu’elle désirait et la traiter comme une fille de son époque ? Ce n’était pas vraiment compatible, enfin pas qu’il comptait vraiment la limiter comme le ferait vraiment de vrai noble à son époque, mais dans son esprit il ne tolérerait malheureusement pas tout, on ne refait pas son éducation n’est ce pas ? Déjà il ne comptait pas la laisser être faible oh que non, un membre de sa famille se devait d’être fort, d’être respectable, une autre éventualité lui semblait simplement inimaginable.
Mais bon sur leur trajet il écouta avec grand attention ses explications, le shopping n’était simplement que d’acheter des produits diverses, le concert un spectacle d’une troupe d’artiste, et le restaurant un repas … Il connaissait déjà ces choses, mais pas sous la même appellation que celle utilisée actuellement, ce nouveau monde … Plus le temps avançait plus il se demandait si il n’arriverait jamais à s’habituer à tout ceci … Tant de nouveautés malgré que ce soit similaire …

Le parcours se fit rapidement, elle le suivait plutôt bien, et ils finirent par s’arrêter à proximité du fameux arbre, juste à coté de la rivière.


Nous y voilà, donc maintenant, on fait quoi ?

Au moins, elle ne voulait plus vraiment papoter, ce n’était pas plus mal. Il la regarda et sourit un instant, il ne souriait pas souvent, mais pour sa famille un petit de temps en temps … Oui, il pouvait encore le faire.
Finalement lorsque le sourire se retira, il la regarda droit dans les yeux. Autant en venir au fait alors … Il fit quelques pas vers elle, continuant à la fixer.


- J’ai un cadeau pour toi, ferme les yeux, et ne les ouvre pas sans mon accords, d’accord ?

Il attendit qu’elle s’exécute avant de s’éloigner pour récupérer la lame, son fourreau et la ceinture. Il regarda une dernière fois cette lame qu’il avait commandé spécialement pour elle, il l’avait demander plus fine qu’une épée normal afin qu’elle soit plus légère, plus facile à manipuler pour elle.
Il s’approcha d’elle et se mit à genoux, la regardant pour vérifier qu’elle n’ouvrait pas les yeux.


- Tu me fais confiance ?

Il attendit la confirmation, avant de mettre la ceinture autour de la hanche de la jeune fille. La fermant sans pour autant trop la serrer. A cette dernière il accrocha le fourreau contenant la fine lame à sa gauche, donc la droite de Kate. Il se releva sourit avant de reperdre ce dernier après l’avoir regarder et prit la parole.

- Ouvre les yeux.

Il se doutait bien qu’elle avait du approximativement comprendre la chose lorsqu’il lui enfilait, alors il poursuivit simplement en reculant d’un pas.

- Je me suis souvenu de ce qu’il s’est passé lors de la rébellion … Et je me suis dit que je me devais de t’offrir une meilleure arme ainsi qu’un petit entraînement pour la manipuler.

Sous forme de combat ? Peut être … Si elle était de la famille il pouvait bien faire comme ce qu’il lui était arrive non ? Il sortit sa propre épée, il ne fallait pas non plus qu’il porte son armure pour un simple entraînement de la sorte, il y avait des limites.




Invité
avatar
Invité
Re: Sport, pique nique, et cadeau. - Sam 3 Aoû 2013 - 2:23
- J’ai un cadeau pour toi, ferme les yeux, et ne les ouvre pas sans mon accords, d’accord ?

Un cadeau ? Alors c'était ça, ce qu'il prévoyait. Il voulait m'offrir quelque chose. En fait, cela me surprenait, je m'y attendais pas du tout à ça. Devrais-je m'inquiéter ou être contente ? Dans tous les cas, je fermais mon œil. Oui, car je n'avais plus qu'un et non les deux. Il semblait avoir oublié cet handicap. Mais, ce n'était sûrement pas voulu. Et puis, je ne voulais pas trop qu'on me fasse de remarque à ce sujet. Je ne voulais pas être prise de pitié. J'étais peut-être pathétique vu mon état, mais une flamme brûlait encore dans mon cœur. Je le sentis s'approcher de moi. En fait, j'avais entendu ses pas rentrer au contact du sol. Il me demandait si je lui faisais confiance. Franchement, j'avais hésité à lui dire oui car même s'il était mon ancêtre, on ne se connaissait pas vraiment. Mais d'un côté, s'il voulait vraiment me faire du mal, il l'aurait déjà fait. Je fis donc signe de tête "oui". Ensuite, à ma grande surprise, je sentis qu'il mettait quelque chose autour de ma taille. Une sorte de ceinture. Je rougissais car j'avais un peu honte, mais je fus rassurée lorsqu'il me demanda d'ouvrir les yeux et à ma grande surprise, je me vis équiper d'une arme. D'une épée, comme les chevaliers.

- Je me suis souvenu de ce qu’il s’est passé lors de la rébellion … Et je me suis dit que je me devais de t’offrir une meilleure arme ainsi qu’un petit entraînement pour la manipuler.

Je dégainais l'arme du fourreau et pointais la pointe de l'épée vers le ciel. Je le contemplais. Une jolie épée. Mon deuxième cadeau de la part de mon ancêtre. Je ne savais pas quoi dire. En plus, il voulait m'apprendre à le manier. Il me gâtait vraiment. Je lui souriais et ne put m'empêcher de lui sauter dessus pour le câliner, lui murmurant "merci". Peut-être qu'il n'avait pas l'habitude de ce genre de chose, mais je ne pouvais assez le remercier pour ce qu'il faisait pour moi. Je n'allais plus jamais dépendre de quelqu'un d'autre. J'avais compris depuis la rébellion que dans ce monde, il fallait devenir une guerrière pour survivre. Je lâchais mon ancêtre et repris mon sérieux.

Quand est-ce qu'on commence ? Combien de temps durera l'entrainement ? Ça sera tous les jours comme ça ? Tu me feras affronter des monstres ? Ou me jeter encore une fois sur un dragon cracheur de feu ?
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Sport, pique nique, et cadeau. - Mer 7 Aoû 2013 - 19:04


Vous savez ce qui peut facilement surprendre un chevalier avec un bâton dans le cul qui l’empêche d’être vraiment amicale comme el sont les gens normaux ? Un câlin de son arrière arrière arrière arrière arrière arrière arrière arrière arrière … arrière petite fille, suffit. Par delà le fait que ce soit normalement impossible, il n’était pas du tout habitué aux marques d’affections de ce genre, alors quand elle se jeta sur lui pour la deuxième fois depuis leur rencontre en la câlinant … Et en lui chuchotant merci, exactement comme la première fois, il resta tout d’abord un instant, immobile, surprit, et se décida enfin. Il sourit brièvement, car la sensation était assez agréable et chaude et tapota doucement le dos de Kate, heureux de son affection pour lui ?
Et finalement tout changea, elle reprit son sérieux soudainement, ce qui tira un sourire à Alexander, elle lui ressemblait trop malgré les années, c’était impressionnant, comme lui, elle reprenait rapidement son sérieux !


Quand est-ce qu'on commence ? Combien de temps durera l'entrainement ? Ça sera tous les jours comme ça ? Tu me feras affronter des monstres ? Ou me jeter encore une fois sur un dragon cracheur de feu ?

Il fit alors apparaître son armure, son épée, et son bouclier, mais jeta se dernier à coté du sac de pique nique.

- Et bien, je pense qu’étant donné l’heure nous pouvons le commencer maintenant ?

Il détacha aussi sa cape qui rejoignit le sac et le bouclier à terre, puis il regarda de nouveau Kate. Elle semblait un peu trop se précipiter. Mais il allait satisfaire toutes ses questions.

- Pour finir de te répondre, si tu souhaite t’entraîner comme j’entraînais mes écuyers à l’époque, un entraînement par jour, le matin ou l’après midi et inversement le lendemain, seul jour de repos, le dimanche. La durée ? Jusqu’à épuisement ! Quand au monstre et aux dragons, tu oublie … les adversaires sont majoritairement humains malheureusement …

Il se mit rapidement en garde, pas besoin de conseil avisé, il allait faire comme son père, à la dur, mais cela avait fait ses preuves avec lui, acculé on prends facilement conscience de nos faiblesses et erreur.

- Bien ceci étant dis, nous allons commencer celui de ce matin, jet e laisse ouvrir les hostilités, je vais t’entraîner comme jadis mon père le fit avec moi.

L’approche théorique en famille n’existait pas, les Urmanis vouait un culte à la pratique, ce qui leur avait confié une certaines renommé familiale, personne ne les défiait en duel pour un bonnes raisons, la plupart des combats étaient joué d’avance face à leur famille. Alexander sourit instinctivement comme son père le fut autrefois, un mélange de fierté et de sévérité, qui le mit jadis mal à l’aise au début car venant de son paternelle, pourtant il le faisait lui aussi, la tradition je vous dis …




Invité
avatar
Invité
Re: Sport, pique nique, et cadeau. - Mer 14 Aoû 2013 - 22:58
J'étais contente. J'allais pouvoir apprendre à me servir d'une arme. Et ce fut mon ancêtre mon professeur. Il avait les connaissances de l'art à l'épée. Je pourrais apprendre des petites bottes secrètes de chevalier, s'il était d'accord. Et il voulait qu'on commençait maintenant. Il fit apparaitre son épée et son bouclier. Maintenant que j'y pensais, je ne savais pas quel était son domaine divin. Malgré ce qu'il m'avait raconté lorsqu'on était dans les ruines du domaine des Urmanis, je ne connais pas tout d'Alexander.....Appelons Alex, pour faire plus court. En fait, sa compagnie me plaisait aussi. Il restait tout de même un membre de ma famille et je ne voulais pas le perdre, tout comme Chloé et Neal. En fait, je me sentais déjà lié à mon ancêtre, comme si je le connaissais depuis longtemps. Peut-être qu'il s'inquiétait pour moi et qu'il avait conscience qu'il ne sera jamais là pour moi, donc autant m'apprendre à me défendre toute seule. Même si ce n'était pas vraiment son intention, j'aimais bien l'initiative.

- Pour finir de te répondre, si tu souhaite t’entraîner comme j’entraînais mes écuyers à l’époque, un entraînement par jour, le matin ou l’après midi et inversement le lendemain, seul jour de repos, le dimanche. La durée ? Jusqu’à épuisement ! Quand au monstre et aux dragons, tu oublie … les adversaires sont majoritairement humains malheureusement …

Cela me semble correcte, sauf que je veux aller au-delà de l'épuisement lui répondis-je. Mais, n'oublions pas les heures de cours.

Il avait posé son bouclier et sa cape près du sac de pique-nique. Et il voulait qu'on s'entrainait tous les jours. Ses horaires semblaient un peu exagérés, beaucoup même. Mais, si je voulais devenir plus forte, ne plus être un fardeau et pouvoir me débrouiller par moi-même très vite, il fallait m'y faire. Même si mon corps tombait en lambeau, il fallait que je tenais la cadence. Et puis, avant, il faisait comme cela auparavant. Surtout que je rajoutais le fait de ne pas s'arrêter à l'épuisement. Dans un vrai combat, l'adversaire ne verrait même pas si je serais fatiguée ou pas. Car, comme il l'avait dit, les humains seront majoritairement mes ennemis. Ils étaient aussi, tout comme moi, dotés d'intelligences et de forces. Et la majorité d'entre eux seront cruels, même si j'étais une jeune fille. Je me devais d'être impitoyable si je voulais survivre. Même si je devais tuer dorénavant, il me fallait faire de mon mieux pour être apte à manier l'épée.

Je tenais l'arme que mon ancêtre m'avait offert avec la main droite. Je sais, le mieux était de tenir à deux mains, la lame perpendiculaire au visage pour mieux se protéger. Sauf que je voulais avoir mon propre style, même si cela semblait stupide. Ce n'était pas pour un problème d’esthétique non plus, je m'en foutais complétement. C'était juste que j'estimais de ne pas être gênée par la vue de ma lame pour observer mon adversaire devant moi. Mes jambes étaient légèrement fléchies pour être prêts à bouger rapidement. Mon épée était à ma droite, parallèle à mon corps, protégeant mon torse contre toute attaque. Je ne voulais pas baser mon style de combat sur la défense, mais sur l'attaque et la vitesse. J'étais souple donc je pouvais compter sur ma vitesse. Ma force surhumaine, c'était due au pouvoir Contre des Limites. Je ne savais pas si Alex le possédait et s'il pouvait survivre à ce pouvoir que Deus m'avait offert lorsque j'avais prié au temple. Ma main gauche ? Elle se trouvait entre mon torse et la lame de mon arme. Elle me permettra d'appui pour contrer tout attaque frontal si la force d'une seule main ne suffisait pas. Voilà, je vous avais expliquer ma vision du combat à l'épée. Place à la pratique. Je courrais rapidement vers mon ancêtre en faisant un bond avant. Mes deux bras se balancèrent comme si je courrais normalement, mais ma lame était toujours en face du corps. Vu la position où je me tenais par rapport à Alex, il devait penser que j'allais l'attaquer de front. Et bien non. Je fis un saut lorsque je fus juste devant lui pour atterrir derrière, mon dos contre le sien sans pour autant entrer en contact physique. A la seconde qui suivait, je me retournais vers la droite pour l'attaquer avec mon épée, visant le cou.


Je ne compte pas te faire de cadeau. On s'entrainera jusqu'à la mort. Tant qu'un morceau de nos corps reste intact, il suffit de le ramener à l'infirmerie pour le ramener à la vie. J'ai une question à te poser, quel est ton but en tant qu'apprenti dieu ?

La résurrection ne m'était pas inconnue. En effet, j’eus vent de cette information le lendemain de mon arrivé à l'académie, c'est à dire, il y avait quelques mois. J'avais rencontré Salvatore Doni, un blanc tout aussi nouveau que moi qui savait maitriser l'épée. Il avait disparut depuis la rébellion d'Isanagi Tensho. Non, je devais rester concentrer sur ce que je devais faire maintenant. Aucune inquiétude, aucun sentiment lorsque je devais tenir la lame. C'était ce que je m'étais imposée toute seule, pour ne plus être faible. Pour avoir la force de survivre, il fallait que je fasses des sacrifices.

♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Sport, pique nique, et cadeau. - Jeu 15 Aoû 2013 - 2:38


SA famille lui avait finalement offert une sacré descendante, motive et droite dans ses pensées. Bon sang, il était content d’avoir eu le plaisir de la rencontrer, au final il s’entendait plutôt bien avec elle, et visiblement ils partageaient un goût particulièrement prononcé pour les entraînements extrêmes chacun de leur coté, un point en commun très sympathique qui permettait de passer du temps avec elle.

Cela me semble correcte, sauf que je veux aller au-delà de l'épuisement. Mais, n'oublions pas les heures de cours.

Un bref rictus de sourire apparut sur le visage du chevalier, pour Alexander la définition de l’épuisement c’était qu’il était atteint lorsque nos jambes ne nous porte plus et que même une cuillère en bois devient impossible à soulever. Alors si elle voulait aller plus loin que cela … La mort ? Non, leur point de vue devait différencier.
Enfin bon, chacun sa posture de combat, le professeur lui optait pour un pose bien plus simple, l’épée légèrement incliné, la pointe toujours dirigée vers son adversaire, l’autre bras replié, comme si il portait encore son bouclier, bien sur on pourrait croire qu’il offrait une immense ouverture dans sa garde, mais n’oubliez pas la longueur d’une épée longue, et vous saurez que pour avancer dans la garde, l’action est risquée.
Voila que Kate lui fonça dessus sans aucune sommation, les sourcils du chevalier se plissèrent légèrement, il avait du mal de croire qu’elle fonce de la sorte contre lui, certes c’était une erreur que faisait souvent les écuyers lors de leur premier mouvement, alors pourquoi pas. Mais, elle changea de stratégie, non, elle devait l’avoir prévue à l’avance, il sauta au dessus de lui pour atterrir dans son dos. Pas mal … Un peu acrobatique, mais pas mal quand même. Mais le chevalier n’était pas dupe au combat, son arme elle la tenait de la main droite, il était évident que dans cette position elle allait frapper de son coté directeur, soit, à la gauche du chevalier, en plein dans sa garde ouverte. Ses deux mains s’étaient déjà cramponner sur sa garde, et tandis qu’elle se tournait pour le frapper, lui aussi effectuait ce mouvement. Ce fut le choc des deux lames, pour amortir la puissance du coup, le blond toucha la lame de sa descendante à l’extrémité, puis laissa glisser son épée le long du métal, jusqu’à heurter la garde avec énergie.


Je ne compte pas te faire de cadeau. On s'entrainera jusqu'à la mort. Tant qu'un morceau de nos corps reste intact, il suffit de le ramener à l'infirmerie pour le ramener à la vie. J'ai une question à te poser, quel est ton but en tant qu'apprenti dieu ?

Il la regardait droit dans les yeux en appuyant sa lame contre la garde de la jeune fille, écoutant ses paroles. Il se mit à rire, il avait oublié ce terrible avantage dans cette académie, encore mieux que les chats, il était possible d’avoir des dizaines et des dizaines de vies ! Bon, il ferait cela à l’avenir, mais cette fois-ci seulement, il fallait éviter tout de même, pour au moins faire une première fois tranquille, mais aussi pour une autre raison.

- Jusqu’à la mort hein … Evitons cette fois ci seulement, au moins le temps de manger le repas que je nous ai fait préparer veux tu …

Quand à la question de son but … Aider sa famille sur terre ? Elle n’existait plus … Enseigner ? Il préférait à son époque que maintenant … Alors, oui, pour quelles raisons se battait-il, que voulait-il faire maintenant ? Déjà que vivant il le faisait pour obéir … Alors … peut être qu’il obéissait simplement à Deus, et encore depuis le choc en apprennant la vérité sur Dieu … Deus semblait un peu vague, au fond, ça fait réfléchir les croyants de revivre ici. Il serra un peu plus fort de ses mains le manches de son épée.

-Je n’ai aucun but, aucun désir, sauf peut être de rendre fort ma famille, et donc logiquement, toi.

Bon allez, finit de se regarder dans le blanc comme cela, un combat se n’était pas fait pour être statique, alors Alexander riposta avec un grand coup de genoux en direction du ventre de la jeune fille. Dans cette position pour éviter ce coup, il n’y avait pas beaucoup de possibilités, mais il en existait toujours, pour chaque coup, on pouvait trouver une riposte appropriée. Alors Alexander se tenait prêt, si elle bougeait trop, elle laisserait le champ libre à la lame sur la garde, il lui fallait juste quelques centimètres, et la main tenant fermement l’arme allait devoir faire face à quelque chose d’assez … tranchant. Il n’y aurait peut être pas de puissance car l’épée glisserait juste sur la garde pour atteindre les doigts, mais ce serait suffisant pour faire mal.




Invité
avatar
Invité
Re: Sport, pique nique, et cadeau. - Sam 31 Aoû 2013 - 12:48
- Jusqu’à la mort hein … Évitons cette fois ci seulement, au moins le temps de manger le repas que je nous ai fait préparer veux tu …

Comme tu veux.

C'était sans surprise qu'il avait parer ma lame. Je décidais de prendre une force normale, sans le contrôle de limite. Le but n'était pas de gagner, mais d'apprendre à manier l'épée. J'accepterais toute les critiques qu'il me fera, cela permettra de m'améliorer. Un chevalier du Moyen Age..... Je n'aurais jamais cru en rencontrer un jour. Je n'aurais jamais cru m’entraîner avec. Non, il ne fallait penser qu'au combat, pour le moment. Il répondit alors à ma deuxième question :

-Je n’ai aucun but, aucun désir, sauf peut être de rendre fort ma famille, et donc logiquement, toi.

Il voulait me rendre plus forte ? Pour quelle raison ? Pour que je puisse me protéger ? Ou pour être digne d'appartenir à sa famille ? Il faisait parti d'une famille de chevalier donc c'était logique que même la dernière descendante devait être forte. C'était donc pour ça qu'il voulait qu'on s’entraîne. Je lui souriais avec un regard déterminé en disant :

Alors rend moi forte.

L'entrainement repris. Il décida de m'attaquer avec un genoux dans le vendre. Il n'y avait aucune parade dans ma position actuelle. Si, il y en avait une. Sauf que c'était risqué. Ou pas. Je ne connaissais rien des capacités d'Alex, sauf le maniement à l'épée. Et c'était pour ce genre de chose que j'avais laissé une main libre. Je stoppai son genoux avec cette main, utilisant le contrôle de limite pour le stopper. Ensuite, je tentais un coup de boule pour pouvoir m'éloigner tandis qu'il était en confusion. Dans ma tête, je me disais qu'il fallait s'éloigner de l'ennemi lorsque celui-ci représentait un danger. Dans un vrai combat, je ne savais pas si j'allais survivre, d'où cet entraînement. Reprenant ma position de combat, je l'attendis de pied ferme, me demandant ce qu'il allait faire ensuite.
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Sport, pique nique, et cadeau. - Sam 31 Aoû 2013 - 23:10


Le sol était ferme, non poussiéreux, encore très légèrement humide, il avait dû pleuvoir al veille. Il lui aurait bien apprit à faire aussi attention au terrain autour d’elle car après tout il était une partie intégrante de tout combat.
Mais lorsqu’elle se mit à sourire en lui répondant, Alexander ne put résister à faire de même, brièvement, mais à le faire aussi.


Alors rend moi forte.

C’était l’évidence même, comme son paternelle l’avait fait jadis avec lui, le voila qui le faisait pour sa descendante, elle représentait un peu ses enfants qu’il n’avait jamais rencontré, qu’il n’avait jamais entraîné, qu’il n’avait jamais enlacé dans ses bras.
Kate était en fin de compte une des choses qu’il n’avait jamais vraiment eut dans sa vie malgré qu’il ai eu l’occasion malgré tout, enfin si il était resté vivant un peu plus longtemps …


- C’est l’évidence même !

Bien, en reculant elle eut une vaine sans nom, la lame était passé à quelques centimètres de ses doigts porteur et avait effleuré la cuisse dans sa chute vers le sol. Lorsque sa lame heurta le sol, Alexander la releva très rapidement, ne quittant pas du regard Kate, ne plus voir son adversaire était le plus grand de tous les dangers.
Bon allez, à son tour d’attaquer, il fallait choisir, un coup d’estoc ferait l’affaire pour une charge frontale, probablement pas en fait, mais se genre de coup se pare difficilement sans bouclier alors elle devrait probablement esquiver.

Il s’élança vers elle d’une course rapide, faisant tout les signes d’une attaque par le coté, un fauchage horizontale, mais juste avant il ramena l’épée devant lui et avança tendant la pointe directement vers la brune, une attaque simple mais terriblement efficace en somme.
Il était convaincu qu’elle allait l’esquiver, alors au dernier moment, il n’aurait qu’à donner le coup d’épée d’une seule main, la seconde servirait simplement à lui faire un lariat si par malheur elle esquivait avec un pas de coté.
L’attaque du chevalier était risquer, mais elle suivait un principe pourtant simple, à nul sacrifice, nul victoire. Dans une guerre, si il n’y avait pas de mort dans un camp, c’est que ce camp ne combattait pas, preuve de lâcheté, preuve de son incapacité, c’était ce qui lui avait été enseigné, et c’était ce qu’il enseignait, la lâcheté n’avait pas sa place dans les rangs des chevaliers, car dans les formations teutonique, chacun comptait sur l’autre pour le couvrir.
Alors comment allait réagir sa descendante, allait-elle contre attaquer rapidement ? Le chevalier, comme l’ancêtre ou le chevalier, était bien curieux de voire ça, il n’allait pas la critiquer d’être mauvaise, sa méthode d’enseignement était autre, mais il n’allait définitivement pas être tendre avec elle pour le moment.





Invité
avatar
Invité
Re: Sport, pique nique, et cadeau. - Lun 16 Sep 2013 - 15:41
Forte. Plus forte. Je me devais de devenir plus forte.

Telles étaient les mots qui me traversaient l'esprit durant ce combat. Je n'aurais jamais imaginé qu'un jour, je m'entraînerais avec mon ancêtre à l'épée. Je restais concentré, mes yeux rivés vers celui de mon ancêtre. Il ne me quittait pas du regard, lui non plus. On voyait bien qu'il s'agissait d'un guerrier professionnel au combat. Ceci n'était qu'un entraînement, mais je ne pouvais pas vous dire s'il était sérieux avec moi. Moi non plus, je ne savais pas mon niveau de combat. En fait, j'étais douée pour le karaté, où il n'y avait pas d'arme. C'était la première fois que je maniais l'épée et je pouvais vous dire que ce n'était pas facile. Une légère blessure à la jambe.... Ce n'était qu'une coupure, mais ce n'était pas grave. Je n'allais pas en mourir. Et il ne semblait pas inquiet. Cela signifiait qu'il pourrait très bien me blesser, sans aucune hésitation. Il n'y allait pas doucement.

Il s'élança vers moi. Je l'attendais de pied ferme. Évidemment, je ne m'attendais pas à ce que je puisse me défendre facilement contre lui. Mais, il me poussait à le faire. Risquer l'impossible, même si mon adversaire était plus fort que moi. Ne pas reculer face à l'adversité. Je le voyais se préparer à faire une attaque horizontale. Instinctivement, et vous aurez fait pareil si vous avez été à ma place, j’avais pris une position défensive en protégeant mon côté gauche, vu qu’il semblait m’attaquer de là. Mais, j’avais tord. En fait, c’était une feinte. Il ramena rapidement la pointe de son arme droit sur moi. Je ne pouvais pas le contrer, je n’étais pas assez rapide pour cela. Heureusement que je pratiquais les arts martiaux, sinon je n’aurais pas instinctivement baisser mon corps lors de son attaque. J’avais au moins une petite expérience en matière du combat en général. Savoir quoi faire en cas de danger, ne pas réfléchir durant le duel, se laisser guider par son instinct de survie lorsqu’il était question de vie et de mort. Ce que mon ancêtre faisait….. Voulait-il vraiment me rendre plus forte ? Ou me tuer ? Ou alors, il voulait me rendre plus forte en essayant de me faire dépasser mes propres limites ?

Lorsque je voyais la lame de mon ancêtre au dessus de mes propres yeux, je mis directement mon épée devant mon visage, histoire de parer une attaque transversale. Cependant, mon esquive n’était pas parfait. La vitesse du maniement d’épée de mon ancêtre était impressionnante. Il m’avait à peine effleuré le front, qui saignait légèrement. Les gouttes de sang traversant les côtés de mon visage...J’avais aussi perdu quelques mèches de cheveux au passage, mais ce n’était pas important. J’avais un angle mort, cela m’étonnerait qu’il puisse esquiver ça. S’il le faisait, alors son temps de réaction était rapide et ce qui faisait de lui un excellent combattant. Je pouvais très bien voir la différence d’expérience et de force entre nous deux. Si c’était un combat réel, il m’aurait déjà tuer s’il le voulait réellement. Mais bon, tant pis. C’était un entraînement et tout y était permis. Je mis donc ma main libre sur le sol, histoire d’y prendre un équilibre, et mit un coup de pied droit dans les bijoux de famille de mon ancêtre. Et j’y allais fort, avec le contrôle de limite en plus. Je ne voulais pas imaginer la douleur que cela impliquerait, mais cela devait faire mal.


[Contrôle de Limite Lvl 2 je rappelle]
♦ Rose ou chou ? : choux
♦ Combien de rides ? : 24
♠ Petits messages : 1009

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7546/6000  (7546/6000)
Votre domaine: La dévotion
avatar
Professeur de Sport
Professeur de Sport
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Sport, pique nique, et cadeau. - Lun 16 Sep 2013 - 21:50


Sa descendante était décidément pleine de surprises, elle n’avait pas esquivé par le coté, elle n’avait pas non plus reculé, elle avait fait un mouvement qu’il n’aurait jamais imaginer faire lui même, probablement  à cause du port de son armure qui l’aurait entraîné dans une chute.
Mais du coup lorsque la jeune fille plia son dos en arrière, esquivant de peu le coup, le chevalier écarquilla un instant les yeux, là il ne savait pas exactement quoi faire, non habitué, mais  il ne comptait pas attendre de voire la suite, sa main libre  allait la frapper directement dans le ventre !

Du moins il y crut car la surprise était loin, très loin d’être terminée ! Tandis qu’il levait le poing il fut tenaillé par une terrible douleur, son entre jambe recevait le plus terrible des coups que pouvait recevoir un homme, et une pareille force ne venait pas naturellement ! Le chevalier serra les dents, encaissant le coup qui le propulsa dans les airs à trois bon mètres derrière sa première position, il roula, et se stoppa brutalement à genoux l’épée plantée dans la terre, la fièvre du combat, l’adrénaline, rien n’effaçait cette douleur, elle avait bien frappé la bougresse !
Il sourit, commençant doucement à se relever, la grimace de la douleur déchirait tout de même son visage, personne, aucun homme de pouvait ne pas sourciller  à un pareil coup, il n’était pas une exception. Pourtant il sourit, la main libre sur ses parties, et fixa Kate.


- C’est là que l’on regrette de retirer son armure en tant que chevalier … bravo … Mais … tu oublie une chose très importante dans un combat …

C’était bien de se concentrer sur son adversaire, mais il ne fallait pas en oublier de surveiller ses arrières, si elle avait prit la peine de faire une peu plus d’attention, elle aurait peut être repéré l’avatar divin du chevalier qui se tenait fièrement derrière elle, haut de ses deux mètres cinquante d’acier. Cette immense armure allait frapper directement Kate dans le dos avec son épée large. Un pareil coup pourrait la fendre  en deux, ce n’était pas non plus le but recherché, ce serait un simple coup du plat de la lame, l’épée fut soulevé, et Alexander se redressa comme il pouvait, ne quittant pas son sourire, enseigner  à sa descendante la tenant  du combat à l’épée, c’était probablement son meilleurs souvenir depuis bien longtemps.

- … A trop me regarder … tu as oublié tes arrières Kate !

Un bruit raisonna brièvement, celui du déplacement de l’air par la lame, puis ce fut le choc, latéral, en plein dans sa descendante, le chevalier se redressa s’aidant de son épée. Toujours un peu bancale  à cause du choc, elle lui avait au moins réduit les noisettes en purée  là ! Définitivement il ne fallait pas la sous estimer ! Elle disposait d’une force peu banale, sûrement le contrôle des limites. Le professeur poussa un petit gémissement de douleur, impossible de se mouvoir après un pareil coup !
Il fit disparaître son avatar divin en ajoutant en plus l’heure, presque midi, il était temps de passer au repas, puis après rentré à l’académie, et surtout se mettra d’accord pour la suite du programme.


- Stoppons ici pour aujourd’hui, prenons notre repas tant que nous pouvons encore manger, et pansons rapidement nos plaies avant.

A cet effet  il y avait quelques bandages dans son sac, il avait bien fait d'en prévoir au final, marchant comme un canard  il s'avança vers la brune, et lui tendit sa main.


- D'accord Kate ?



Sport, pique nique, et cadeau.
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Sport, pique nique, et cadeau.
» Pique-nique improvisé [ PV Nora & Irving]
» Pique-nique dans la neige [PV]
» [Sondage] Jdr et Pique-nique !
» Un pique-nique au clair de lune [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Au-delà du portail-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page